Version classiqueVersion mobile

Le clerc séculier au Moyen Âge

 | 
Société des historiens médiévistes de l’Enseignement supérieur public

Rapport introductif

Francis Rapp

Texte intégral

  • 1 L'état des problèmes a déjà été présenté par B. Guillemain, « Histoire de l'Eglise. Le clergé sécu (...)
  • 2 Plusieurs diocèses ont fait l'objet d'études approfondies ; en plus des thèses, dactylographiées, (...)

1Les organisateurs de notre rencontre m'ont fait un grand honneur en me demandant de présenter le sujet de nos travaux. La tâche n'est pas moins difficile que l'honneur, grand. Ce rapport introductif doit être suffisamment précis pour que l'auditoire n'ait pas la sensation déplaisante de subir la pluie tiède des lieux communs. Mais si je fabrique une grille serrée, je cours le risque de gêner le libre développement de communications qui ne s'inscrivent pas forcément dans mon canevas ou je m'expose à la pure et simple contradiction. Réflexion faite, il faut que je permette aux auditeurs de replacer dans une perspective d'ensemble les études qui vont leur être exposées et qui n'aborderont nécessairement qu'un aspect des choses. Ma mission est-elle simplifiée ? Ce n'est pas sûr. Où trouver le guide qui pourrait m'aider à tracer ces lignes maîtresses ? A ma connaissance, il n'existe pas actuellement un ouvrage consacré tout entier à l'histoire du clergé séculier alors qu'il y a de bons livres qui traitent des réguliers1. Au fait, pourquoi cette lacune ? Les clercs séculiers étaient nombreux, on serait tenté de dire innombrables ; même dans les plus petits diocèses, on en comptait des centaines. Au sein de cette masse, que de situations différentes ! Quel écart entre un chanoine disposant d'une bonne prébende en ville et le prêtre-filleul d'un hameau montagnard ! Et que d'échelons intermédiaires. Or, dans cette partie de son territoire, l'historien rencontre beaucoup de sources, et de fort débit. Il y puise les indications que fournissent des textes normatifs souvent très circonstanciés et les renseignements plus précieux encore que livrent les documents de la pratique. L'exploitation de cette matière abondante est bien engagée mais l'heure de la synthèse n'a pas encore sonné2. Il convient d'attendre la parution d'un assez bon nombre de monographies, aussi solides que celles dont nous disposons déjà. L'esquisse que je vais crayonner comportera donc des pointillés et tous ses traits feront, tôt ou tard, l'objet d'une minutieuse révision ; c'est en tout cas ce que je souhaite.

  • 3 J. Longère, « Le prêtre de paroisse dans les statuts synodaux du xiiie siècle », dans La paroisse (...)

2Si les informations dont nous disposons sont si copieuses et souvent si précises, c'est sans doute parce que de tout temps les gens d'Eglise qui devaient assurer le bon fonctionnement de l'appareil ecclésiastique et ceux que ses défaillances inquiétaient ne pouvaient pas ne pas inclure le clergé diocésain dans leurs préoccupations. Le clerc séculier, c'était celui que tous les fidèles connaissaient ; c'était, à partir de 1215, celui qui, presque toujours, les entendait en confession et détenait, en principe du moins, leurs secrets, même les plus inavouables. Aucune de ses faiblesses n'échappait à la critique de ceux dont il avait pour mission de régler la conduite et de dénoncer les égarements. Aussi les autorités multiplièrent-elles les prescriptions et les interdictions susceptibles d'améliorer la qualité de cette partie de la milice cléricale, la plus nombreuse et, dans la plupart des cas, la moins bien armée pour l'exercice de son métier. Dans l'admonitio generalis carolingienne déjà, ce programme de réforme auquel Guillaume Durand, au xive siècle, emprunte encore certains éléments de ses traités apparaissent des objectifs que n'ont pas abandonnés les auteurs écrivant à la veille de la Réformation parce qu'ils ne sont pas toujours atteints entièrement3. Comment faire du clerc un homme à part, qui se distingue des laïcs par ce qu'il fait et ce qu'il sait, afin que ses moeurs et sa science soient exemplaires ? Comment constituer avec ces centaines, voire ces milliers d'individus, différents et dispersés, un corps, le coetus clericorum, un organisme solide et bien articulé ? Comment obtenir de tous ces gens, qui par définition vivent dans le siècle, résistent à ses attraits, qu'ils soient « dans le monde » sans lui appartenir ? Rapprocher les clercs de l'idéal sacerdotal, rendre leur troupe plus cohérente et, enfin, la soustraire aux ambitions séculières, tels sont les buts que se sont fixés les autorités ordinaires et les réformateurs, leur poursuite fait l'unité de l'histoire à l'étude de laquelle nous allons nous attacher.

3Cette histoire, je ne la suivrai pas à partir de ses origines. Je ne jalonnerai les trois pistes dont j'ai tout à l'heure indiqué la direction qu'après le milieu du xiiie siècle. A cette époque, l'application des décisions prises par le ive concile du Latran avait commencé ; les bases du système bénéficiai étaient en train de changer et ces modifications créaient à l'intérieur du clergé de nouveaux clivages, enfin la société laïque aussi se transformait et ses dirigeants s'efforçaient avec plus de méthode et peut-être plus de succès que par le passé à soumettre à leur contrôle le monde des clercs afin d'en utiliser les ressources humaines et financières au profit des intérêts temporels.

4Aux limites chronologiques, il convient d'ajouter celles que fixe le cadre géographique. Je concentrerai mon attention sur le royaume de France, sans m'interdire strictement de franchir occasionnellement ses frontières.

5L'Eglise n'avait pas attendu douze siècles avant de définir l'idéal qu'elle fixait à ses prêtres mais elle avait été contrainte d'en rappeler les principes et d'en préciser les contours afin de relever le défi que lançaient les mouvements évangéliques et les hérésies cathares ou vaudoises. Quelle que fût la diversité de leurs croyances, tous ces adversaires des autorités ecclésiastiques s'accordaient pour contester que l'organisme dirigé par cette hiérarchie fût fidèle au message dont la transmission constituait pourtant la raison d'être. La réforme était la seule réponse adéquate au déferlement des critiques. Réduire dans toute la mesure du possible l'écart entre la conduite des clercs et l'Evangile, qu'ils ne pouvaient pas prêcher efficacement s'ils ne s'efforçaient pas d'en respecter eux-mêmes les règles, devenait une ardente obligation pour ceux qui avaient pris en charge le gouvernement de l'Eglise.

  • 4 J. Avril, « Remarques sur un aspect de la vie religieuse paroissiale », dans La paroisse en Langue (...)
  • 5 P. Imbart de la Tour, Les origines de la Réforme, Melun, 1948, t. 1, p. 346 et s.
  • 6 Sur les droits des évêques, M. Veissière, « Le droit de présentation aux cures dans le diocèse de (...)
  • 7 P. Ourliac, « Sociologie du concile », dans L'Eglise au temps du Grand Schisme et de la crise conc (...)
  • 8 E. Delaruelle, L'Eglise au temps du Grand Schisme, op. cit., p. 837.
  • 9 H.A. Oberman, The Harvest of Medieval Theology, Cambridge, Mass., 1963.
  • 10 J.P. Massaut, Josse Clichtove, l'humanisme et la réforme du clergé, 2 vol., Paris, 1968 ; A. Renau (...)
  • 11 M. Chauney, « L’épiscopat bourguignon suffragant de l'archévêché de Lyon (xiiie-xve s.) » ; L'enca (...)
  • 12 La thèse, encore inédite, de M.C. Gasnault, sur un procès pour les dîmes de Sépeaux dans le diocès (...)

6Ni le pape, ni les évêques ne pouvaient se contenter du concours, assurément précieux, que leur apportèrent les frères mendiants, mineurs et prêcheurs, à partir des années 20 du xiiie siècle. Ces religieux s'étaient portés sur les points où la contestation remportait les plus grands succès. Dans les villes, en particulier, les hérétiques trouvaient à qui parler. Ce corps d'élite était relativement peu nombreux. La plus grande partie du ministère incombait aux prêtres séculiers dont le ive concile du Latran avait notablement accru les responsabilités en réservant la confession pascale, obligatoire désormais, au proprius sacerdos, au curé. Or cette pratique dont on a pu dire qu'elle était « l'instrument fondamental de l'action pastorale » modifiait profondément la condition des hommes auxquels cet outil était confié4. Ils ne pouvaient plus être de simples célébrants, délégués à l'accomplissement des rites. Les gestes n'étaient plus suffisants ; l'autorité morale qui découle d'un comportement édifiant était indispensable. Confesseur, le clerc se devait de prêcher par l'exemple autant que par la parole. Aussi les dispositions canoniques dont les principales exigences étaient anciennes furent-elles reprises, complétées et surtout régulièrement répétées par les conciles, oecuméniques et provinciaux, aussi bien que par les synodes diocésains que les évêques étaient tenus de réunir chaque année. Ces textes enfermaient la vie des clercs séculiers dans un cadre serré de devoirs et d'interdits. Obtenir l'application de ces préceptes était une tâche impossible. Les défaillances répétées et notoires des prélats qui en étaient chargés ne la facilitaient pas. La complication d'un appareil administratif et judiciaire dont les connaisseurs du droit tiraient parti pour retarder les instances ou les bloquer incitait les administrés et les justiciables à la résistance. L'attention des papes était accaparée souvent par la politique. Dans les évêchés, les prélats consacraient beaucoup de forces aux affaires temporelles, quand ce n'était pas au service du prince qui avait obtenu leur désignation5. Au demeurant, gênés dans les nominations par le petit nombre de bénéfices dont ils étaient les collateurs, empêchés de punir vite et rigoureusement par les garanties que la législation accordait aux défaillants, les évêques s'acquittaient souvent sans conviction de cette partie de leur mission6. Est-ce à dire que, dans ce domaine, la réforme souffrait de psittacisme et que, de 1215 à 1517, les lois et les réglements étaient ressassés indéfiniment, comme une morne incantation dont l'effet, toujours espéré, ne se serait jamais produit ? Sûrement pas. Le Schisme et la crise conciliaire ravivèrent le besoin de rendre l'Eglise dans ses clercs moins infidèle à l'Evangile. La représentation des séculiers aux conciles de Bâle et de Constance n'était pas médiocre7. Des universitaires de grande réputation, Gerson en particulier, s'adressaient à leurs confrères de tout rang pour exalter leur fierté. N'appartenaient-ils pas à « l'ordre de saint Pierre », la plus ancienne des institutions ; les réguliers n'étaient que les auxiliaires du clergé diocésain8. Encore fallait-il que leur qualification ne les incitât pas à regarder de haut ceux qu'ils avaient pour fonction d'aider ! Rendre aux prêtres séculiers la considération que les Mendiants leur avaient ravie supposait que leur formation fut à la hauteur de leur tâche et que fût développé leur esprit de corps. Parmi les docteurs qui jouaient un rôle de premier plan dans les assemblées conciliaires, nombreux étaient ceux qui appartenaient à l'école nominaliste. Or des travaux récents ont bien mis en lumière les préoccupations pastorales des théologiens de cette tendance9. Selon les représentants de ce courant, le salut des hommes dépend dans une mesure certaine de l'usage qu'ils font de leurs facultés. Le leur faire savoir et leur inculquer les principes d'un savoir-faire susceptible de les maintenir sur la bonne voie, les clercs, ceux qui avaient bénéficié d'un enseignement universitaire surtout, n'avaient pas de plus impérieux devoir. Instruire les prêtres capables d'éduquer à leur tour les fidèles, tel était le souci de Gerson et de ses émules. Après la mort du célèbre chancelier de l'université de Paris, le courant d'idées qu'il avait illustré ne disparut pas. Jusqu'à la Réformation, les maîtres parisiens, qu'ils fussent ou non, nominalistes, ne se vouèrent pas exclusivement aux spéculations gratuites. Ils s'intéressèrent de près à la théologie pratique. Pensons à Josse Clichtove, Jean Raulin et Louis Pinelle qui communiquèrent à leurs nombreux disciples leur désir de former des prêtres savants et sages10. Parce que l'épiscopat français comptait dans ses rangs une proportion de plus en plus élevée d'anciens étudiants, et qui s'étaient donnés la peine de conquérir des grades, les prélats du royaume ne restèrent pas étrangers à ces préoccupations pastorales ; ils s'efforçaient de les traduire en actes, de visiter ou de faire visiter leurs diocèses, de convoquer le synode, de contrôler, de réprimer ou d'instruire11. Il est vrai que leur formation et leur expérience inclinaient ces juristes, ces administrateurs, issus fréquemment de familles dont les hommes de loi faisaient la fortune et la fierté, à régir leur évêché comme leurs amis ou leurs parents régentaient des bailliages12. Leurs manières un peu sèches ne correspondaient pas tout à fait à la sollicitude paternelle que Gerson attendait de l'évêque idéal. Du moins veillaient-ils au bon fonctionnement des institutions ecclésiastiques.

  • 13 N. Lemaître, Le Rouergue, op. cit., p. 160.
  • 14 Voir les travaux de J. Verger, entre autres, « Le recrutement géographique des universités françai (...)
  • 15 Voir, entre autres, N. Lemaître, Le Rouergue, op. cit., p. 168 et 59, V. Tabbagh, op. cit., p. 379 (...)
  • 16 J. Lartigaut, Les campagnes du Querçy après la guerre de cent ans (vers 1440vers 1500), Toulouse, (...)

7Que l'exercice correct et diligent du gouvernement ne fût pas le remède aux faiblesses dont souffrait le clergé séculier, les réformateurs en étaient convaincus. Le plus sûr moyen de prévenir les défaillances, c'était la préparation méthodique des futurs prêtres à leur ministère qui l'offrait. Ceux qui disposaient pour tout bagage des rudiments que leur avait transmis le curé de leur village n'étaient sûrement pas rares. Au milieu du xve siècle, le desservant d'Arnay-sur-Vitteaux, par exemple, avait été formé « sur le tas » en quelque sorte, comme l'étaient encore tous les apprentis13. Mais, naturellement, de tous les métiers, celui de clerc faisait à l'éducation scolaire la plus grande place. Nous n'avons pas la possibilité – et sans doute ne l'aurons-nous jamais – de réunir des données statistiques pour l'ensemble de la France14. Des indications que nous possédons il ressort que les anciens étudiants représentaient une fraction importante du clergé séculier15. A Rouen, 8 à 9 chanoines sur 10 avaient passé quelques années à l'université et près d'un tiers des curés se trouvait dans le même cas, au début du xvie siècle. La géographie de la fréquentation universitaire présentait des contrastes très marqués. A Rodez, près des trois quarts des clercs avaient pu séjourner, ne fût-ce que peu de temps, en Faculté ; à Cahors, la proportion de ceux qui avaient bénéficié d'une formation semblable n'atteignait pas le dixième16.

  • 17 N. Lemaître, « L'éducation de la foi dans les paroisses du xvie s » ; M.C. Gasnault, « Le clergé d (...)
  • 18 L. Binz, Vie religieuse, op. cit., p. 350.
  • 19 F. Rapp, « La fortune d'un curé de campagne en Alsace au début du xvie siècle », Mémoires de la So (...)

8Les livres remplaçaient ou prolongeaient l'enseignement. Les ouvrages qui pouvaient servir de manuel ou d'aide-mémoire aux prêtres ayant charge d'âme semblent avoir été souvent utilisés. Les statuts synodaux en recommandaient l'acquisition et les visiteurs s'assuraient que ces exhortations ou ces prescriptions avaient été suivies d'effet. Les titres qui reviennent le plus fréquemment dans la documentation sont ceux du Manipulus curatorum de Guy de Montrocher, du Doctrinal de Guy de Roye et de l'Opus tripartitum de Gerson17. Lorsque dans le diocèse de Genève, l'incompétence d'un curé faisait trop mauvaise impression sur le visiteur, celui-ci prescrivait une médication énergique : l'ignorant était mis en demeure de passer six mois à copier le Manipulus et six mois à en assimiler le contenu18. Dans certaines régions, où l'imprimerie avait fait des progrès rapides, même des clercs n'ayant que des revenus modestes eurent la possibilité de se constituer une bibliothèque de travail. Un inventaire de succession mentionne la présence, dans un presbytère alsacien, d'une cinquantaine de volumes19.

  • 20 L. Binz, La vie religieuse, op. cit., p. 353 ; V. Tabbagh, op. cit., p. 384.
  • 21 F. Rapp, « Les Alsaciens et les universités à la fin du Moyen Age », CRAIBL, 1984, p. 250-263.
  • 22 N. Lemaître, Le Rouergue, op. cit., p. 156.

9Ces indices sont trop peu nombreux pour que nous soyons autorisés à formuler des conclusions optimistes. Gardons-nous d'oublier que très souvent les possesseurs d'un bénéfice curial tâchaient de se dérober à l’obligation de résidence. Or, les clercs qui jouissaient d'une position bien assise étaient presque toujours ceux dont la situation sociale était assez confortable pour qu'ils aient pu, grâce à l'appui de leur famille, dépenser des sommes appréciables pour payer leurs études20. Ainsi les hommes dont la science était la plus vaste n'en faisaient que rarement usage au service du peuple fidèle puisqu'ils ne vivaient pas près de leurs ouailles et les desservants auxquels ils les abandonnaient n'avaient pas pu faire carrière parce qu'ils étaient d'origine plus humble et qu'ils étaient restés moins longtemps à l'université, si tant est qu'ils y eussent jamais été. Ne tombons pas d'un excès dans l'autre : les substituts des curés en titre n'étaient pas forcément ignares. Le nombre des étudiants augmenta si vite au début du xvie siècle qu'il finit par dépasser celui des bénéfices disponibles21. Des bacheliers et des maîtres durent se contenter, au début de leur carrière au moins, de desservir une paroisse. Remarquons de plus que dans les diocèses dont l'administration travaillait soigneusement aucun desservant ne pouvait prendre ses fonctions sans que ses connaissances eussent été vérifiées auparavant par l'évêque en personne ou par son vicaire général. Les visiteurs se montraient plus sourcilleux lorsqu'ils examinaient un « mercenaire » que pendant l’interrogatoire du titulaire qui l'avait engagé22.

  • 23 J. Lartigaut, op. cit., p. 256 ; M.C. Gasnault, op. cit., p. 320.
  • 24 N. Lemaître, Le Rouergue, op. cit., p. 175 ; V. Tabbagh, op. cit., p. 745 et 751 ; P. Paravy, op. (...)

10Le chapitre du savoir n'était pas le seul dont les autorités eussent à se préoccuper. Celui des moeurs faisait l’objet de contrôles aussi nombreux. Le dévergondage des clercs était tout aussi sévèrement dénoncé que leur ignorance. Dans ce domaine aussi, l'application des normes canoniques semble avoir fait des progrès à la fin du Moyen Age, encore qu'à des questions de cette nature il soit toujours très délicat de donner des réponses sûres. Le concubinage était moins répandu dans le clergé rural que dans celui des villes23. Si nous nous fions aux rapports établis à l'occasion des visites, trois curés sur quatre vivaient dans le célibat, ce qui n'excluait pas forcément des passades, ou des escapades24. Au xve siècle, le prêtre des fabliaux n'était plus qu'une très grossière caricature du prêtre en chair et en os, de l'homme que ses paroissiens connaissaient bien et qu'ils rencontraient quotidiennement. N'embellissons pas la situation : on était très loin de l'idéal dont le catholicisme tridentin devait après 1563 accroître encore les exigences.

  • 25 P. Paravy, op. cit., p. 415 ; N. Lemaître, Le Rouergue, op. cit., p. 282 ; L. Binz, op. cit., p. 4 (...)
  • 26 P. Paravy, op. cit., p. 346 ; V. Tabbagh, op. cit., p. 30 ; F. Mirouse, « Devenir prêtre à Toulous (...)

11En tout état de cause, à côté du clergé pour les vivants, celui dont les réformes ont voulu renforcer la qualité précisément parce qu'il avait charge d'âme, un clergé pour les morts s'était constitué, principalement à partir de la fin du xiiie siècle, dans les agglomérations urbaines d'abord, puis à la campagne : ces chapelains, ces prêtres habitués, ces filleuls répondaient au désir des fidèles qui, conformément à la doctrine sur le Purgatoire et l'efficacité du sacrifice eucharistique, cherchaient à soulager leurs parents et leurs amis défunts25. Mais le grossissement de ses effectifs ne laissait pas d'alourdir la tâche des prélats qui devaient prendre soin du corps clérical car ce n'était pas seulement ses dimensions qui avaient augmenté. Il devenait plus hétérogène26.

  • 27 V. Tabbagh, op. cit., p. 34.
  • 28 L. Binz, op. cit., p. 437-443.
  • 29 R. Favreau, « La paroisse en Poitou aux xive et xve s. », dans L'encadrement, op. cit., p. 120 ; P (...)
  • 30 J. Chiffoleau, La comptabilité de l'au delà, Rome, Ecole française, 1980 ; J. Chiffoleau, « Sur l' (...)

12Quelle pouvait être l'unité de ce coetus clericale, dans le cadre d'un diocèse, celui de Rouen par exemple, qui rassemblait 4 à 5.000 membres, sans compter les simples tonsurés27. Une masse énorme qui, par endroits, représentait un tiers de la population masculine et, dans un évêché montagnard comme celui de Genève, dont les ressources humaines et financières étaient limitées fournissait un prêtre pour 250 habitants28. Institutionnellement, la plupart de ces clercs sont isolés. A chacun son office, et, bien sûr, son bénéfice ; en principe du moins, car le cumul, dont nous reparlerons, est largement pratiqué. Les collèges, les chapitres, sont l'exception au sein du clergé diocésain alors que la règle regroupe les religieux en communautés. Géographiquement aussi, les séculiers sont dispersés, on serait tenté de dire « éparpillés » dans des centaines de localités, bourgs, villages, écarts. Plus lourdes de conséquences que l'éloignement topographique, la diversité des fonctions et les distances sociales. Quels fossés séparaient de l'évêque, de ses auxiliaires, mitrés ou non, des chanoines du chapitre cathédral ou de quelque collégiale richement dotée, voire du recteur d'une paroisse urbaine dont les revenus permettaient de vivre aussi confortablement qu'un juge royal, le curé d'un pauvre église rurale, dont les ressources n'atteignaient pas le seuil de la taxe, les chapelains sans autorité ni responsabilité, et, enfin, le filleul qui dépendait entièrement du groupe de familles dont il était en quelque sorte le mandataire dans l'ordre du spirituel29. Ces différences étaient dues pour une part aux effets produits par les courants de piété qui conduisaient les fidèles à multiplier les célébrations eucharistiques, à faire de leur mieux pour que leurs proches et leurs amis en eussent tout le bénéfice30. A mesure que ces coutumes se répandaient du haut en bas de la société, l'importance des fondations qu'elles entraînaient ne pouvait que s'amenuiser. Seuls, les grands avaient les moyens de doter un chapitre et de créer plusieurs prébendes canoniales. Pour pourvoir une chapellenie de rentes en suffisance, une coquette fortune était indispensable. Les plus démunis se contentaient par la force des choses des quelques sous que demandait un prêtre au titre des honoraires de messes.

  • 31 M. Bordeaux, Aspects économiques de la vie de l'Eglise aux xive et xve siècles, Paris, 1969 ; P. W (...)
  • 32 L. Binz, op. cit., p. 298-337 ; N. Lemaître, Le Rouergue, op. cit., p. 265-271.
  • 33 F. Rapp, Réformes et Réformation à Strasbourg. Eglise et société dans le diocèse de Strasbourg (14 (...)
  • 34 V. Tabbagh, op. cit., p. 34.
  • 35 C.M. de la Roncière, « Dans la campagne florentine au xive siècle. Les communautés chrétiennes et (...)

13L'évolution du système bénéficiai déterminait implacablement l'apparition de nouveaux clivages et l'aggravation des anciens. Qu'ils fussent érodés par la détérioration accidentelle ou structurelle des ressources, et le collateur, quand il avait assez de relations haut placées et de persévérance pour obtenir leurs interventions répétées, faisait procéder à l'incorporation des bénéfices. Les menses des évêques et des abbés étaient fréquemment et fort opportunément renflouées grâce à l'apport que représentait le gros des revenus paroissiaux, dont le vicaire perpétuel, remplaçant le prélat ou plus exactement la personne morale de l'abbaye ou de l'évêché, ne percevait que la portion qualifiée généralement à tort de congrue31. L'amélioration de la situation matérielle ne causait pas des effets plus favorables à l’accomplissement du ministère paroissial. Le titulaire d'un poste, lorsqu'il en retirait assez de rentrées pour entretenir, au plus juste, il est vrai, un substitut, résistait rarement à la tentation d'en engager un et de résider en ville, où le séjour était à la fois plus tranquille et plus plaisant que dans une campagne où les inconvénients et les dangers étaient multiples32. Les fermiers qui remplissaient à leur place leur mission menaient une existence besogneuse et n'avaient habituellement qu'un bagage de connaissances très léger33. Ainsi des causes contraires produisaient des effets identiques : l'incorporation et le cumul détérioraient pareillement la situation matérielle du clerc qui s'acquittait effectivement des fonctions pastorales et, dans la plupart des cas sans doute, cette dégradation retentissait sur la qualité du service que le remplaçant était capable d'assurer. De plus en plus nettement, le clergé séculier se divisait en deux parties ; la première comprenait des hommes auxquels la possession d'un bénéfice – et souvent de plusieurs bénéfices — procurait une position stable assortie de ressources sinon abondantes, du moins décentes ; au second groupe appartenaient tous ceux dont les emplois étaient définis par des contrats révocables ou conclus pour de courtes durées. Le travail qu'ils devaient faire était aussi dur que chichement rémunéré. Que cette plèbe ait été parfois qualifiée de prolétariat ecclésiastique est compréhensible, même si dans ce domaine comme dans bien d'autres « comparaison n'est pas raison ». Dans le diocèse de Rouen, une documentation d'une précision exceptionnelle permet d'évaluer à 2.500 le nombre de prêtres qui constituaient cette masse flottante de tâcherons engagés pour peu de temps et payés au plus juste34. En Toscane près de trois desservants sur quatre ne gagnaient pas plus que les manoeuvres35.

14Les privilégiés de la fortune étaient aussi ceux de la culture. Les anciens étudiants retrouvaient dans les bureaux de la curie diocésaine des camarades de Faculté ; ils pouvaient compter sur leurs conseils et leurs recommandations pour faire fonctionner à leur profit les mécanismes administratifs qui déterminaient les nominations aux bonnes places. Les chanoines et les recteurs qui se déchargeaient de leurs fonctions curiales sur les « mercenaires » avaient assez d'argent pour acheter des livres et assez de temps libre pour les lire. C'étaient donc les clercs qui avaient la possibilité de s'instruire et d'arrondir constamment leur capital de savoir qui utilisaient le moins cette science au service des âmes. Le clergé laborieux et besogneux était le clergé dont les ressources intellectuelles étaient aussi modestes que les moyens matériels.

  • 36 P. Desportes, « Les sociétés confraternelles de curés en France du Nord au bas Moyen Age », dans L (...)
  • 37 V. Tabbagh, op. cit.., p. 763.

15Les dangers que comportait cet éclatement pour l'ensemble de la société cléricale n'échappaient pas aux autorités responsables de sa cohésion mais les efforts accomplis pour raffermir l'unité d'un corps que de telles tensions risquaient d'écarteler n'obtinrent que des résultats médiocres. Trop souvent les collèges, les consorces, qui visaient à réduire les effets de l'éparpillement géographique ne regroupaient que les détenteurs de bénéfices36. Les chapitres ruraux au sein desquels se retrouvaient les curés d'un doyenné n'admettaient pas les desservants « à la petite semaine » ou ne leur accordaient que des droits limités. En ville, ces sociétés étaient réservées d'habitude aux notabilités, recteurs, curés cardinaux... Pour incomplets qu'aient été les liens de solidarité créés par de telles associations, leur multiplication enrayait au moins dans une certaine mesure le processus d'émiettement que la trop grande diversité des situations engendrait37.

  • 38 V. Tabbagh, op. cit., p. 469 ; N. Lemaître, Le Rouergue, op. cit., p. 87-213, 217-392 ; M. Veissiè (...)
  • 39 P. Charbonnier, Une autre France. La seigneurie rurale en basse Auvergne du xive au xvie siècle, C (...)

16Dans les diocèses dont les chefs et leur entourage prenaient au sérieux leur mission et s'en faisaient une idée conforme aux vues développées par Gerson, les prêtres s'entendaient dire et pouvaient lire fréquemment, chaque fois que les visites, les synodes ou la publication de statuts en offraient l'occasion, qu'ils étaient les coopérateurs de l'évêque et formaient avec lui le corps des pasteurs, responsables tous ensemble du bien spirituel de leurs ouailles. Des prélats dont les convictions étaient aussi fermes que la personnalité forte eurent à coeur de communiquer un peu de leur zèle à leur clergé. Ils étaient peu nombreux et le feu de la ferveur pastorale prenait difficilement38. Toutefois ces quelques foyers, dont certains étaient éphémères, annonçaient une nouvelle conception de l'état clérical, celle que prônerait un jour le catholicisme tridentin. Alors être prêtre ne serait plus un métier, mais une vocation39.

  • 40 V. Tabbagh, op. cit., p. 389.

17En attendant que cette transformation s'accomplît, force était de constater que le caractère commun le plus incontestable de tous les clercs, quel que fût leur office, leur niveau de revenus ou leur degré de culture, était leur statut, celui que définissait et protégeait le droit canon, avec ses prérogatives et tout spécialement ses immunités judiciaire et fiscale. Or, en tout temps, les privilèges attisent l'envie de ceux qui n'en bénéficient pas et les critiques aiguisées par les sentiments de frustration livrent aux entreprises de subversion, à défaut de justification, des prétextes. Ce fut peut-être parce que l'anticléricalisme criblait de sarcasmes et de blâmes le coetus clericale tout entier que tous les « porteurs de tonsure » exposés indistinctement au feu roulant de ces attaques se sentirent solidaires et finirent de quelque façon par faire bloc40.

  • 41 J. Chiffoleau, « Pour une histoire économique de l'institution ecclésiale à la fin du Moyen Age », (...)
  • 42 F. Rapp, Réformes et Réformation, op. cit., p. 410-420.

18Riches ou pauvres, les clercs séculiers faisaient partie d'un groupe social qui passait pour fortuné et dont on disait qu'il réussissait à grossir, à conserver et, le cas échéant, à reconstituer ses richesses41. A partir de la fin du xiiie siècle au plus tard, les responsables des communautés civiles, à tous les niveaux, les bourgmestres aussi bien que les rois, se débattaient contre les difficultés financières. Alors qu'auparavant l'Eglise leur apparaissait surtout comme un faisceau de pouvoirs dont il était tentant de s'emparer, ils y voyaient désormais également un trésor dans lequel il pouvait être opportun, voire nécessaire de puiser. Des ressources qu'accumulaient les institutions ecclésiastiques, les historiens actuels n'arrivent pas à retrouver le montant avec une certaine précision ; ils ne peuvent évidemment pas dire ce qu'elles représentaient par rapport aux revenus des laïques. A la fin du Moyen Age, les hommes politiques ne se préoccupaient pas d'informations rigoureusement exactes. Ils se faisaient des biens de mainmorte une idée très approximative et tendaient plutôt à majorer l'importance de cette fortune que l'inverse42.

  • 43 V. Tabbagh, op. cil., p. 740 ; F. Rapp, Réformes et Réformation, op. cit., p. 237-248 ; M. Le Mené (...)

19Les gouvernants qui étaient tous des seigneurs savaient par expérience que les cens produits par les biens fonciers ne correspondaient plus aux besoins de leurs possesseurs et que le patrimoine des familles féodales était dangereusement érodé. Une bonne partie des rentrées que géraient les clercs étaient de même nature et souffraient donc du même mal. Mais il n'était pas nécesaire d’être très au fait des affaires ecclésiastiques pour savoir que dans de très nombreux établissements les rentes constituées avaient remplacé les rentes féodales. Au denier 10, elles rassemblaient, à condition d'être régulièrement perçues, une somme égale à celle qui avait été placée. Au denier 20, il fallait vingt ans pour parvenir au même résultat.43 Quel que fût le taux retenu, en moins d'un quart de siècle, le capital était doublé, théoriquement du moins.

  • 44 M.S. Nucé de Lamothe, « Piété et charité publique à Toulouse de la fin du xiie au milieu du xve d' (...)
  • 45 L'ouvrage indispensable sur les indulgences reste celui de N. Paulus, Geschichte des Ablasses im M (...)
  • 46 M. Fournié, « Deux représentations médiévales du Purgatoire », Annales du Midi, 1986, p. 35-63-385
  • 47 N.J. Chaline (sous la direction de), Rouen-Le Havre, Paris, Beauchesne, 1976 (Hist. des diocèses d (...)

20Comment les laïques n'auraient-ils pas été frappés par des mouvements de fonds auxquels ils prenaient part eux-même de quelque manière. Très rares sans doute étaient ceux qui n'offraient jamais la moindre piécette aux gens d'Eglise. Les dons changeaient de forme mais ils représentaient une source de richesse qui ne tarissait pas. Les fondations de services anniversaires, qui garantissaient la répétition à perpétuité des célébrations n'étaient pas sorties des habitudes, que déjà se pratiquait couramment l'accumulation. en peu de temps, de dizaines, de centaines, voire de milliers de messes44. Les cartulaires des établissements religieux et, dans la mesure où nous les possédons, leurs comptes permettent d'observer les transferts d'argent auxquels ces opérations donnaient lieu. A partir de la fin du xiiie siècle, les campagnes d'indulgences ad instar jubilei, qui conféraient pour quelques jours ou quelques semaines à telle église ou tel hospice les privilèges dont jouissait Rome pendant les années jubilaires, drainèrent des sommes dont la véhémence des polémistes, des Réformateurs surtout, devait exagérer sans doute l'importance mais qui n'étaient sûrement pas négligeables45. A côté de ces fleuves, mentionnons au moins les ruisselets, les poignées de piécettes qui tintaient le dimanche, dans les Bassins des Pauvres Ames du Purgatoire de la plupart des paroisses de la France méridionale46. Quand il apparaissait que les offrandes, larges ou parcimonieuses, n'étaient pas à la hauteur des dépenses, des prélèvements obligatoires étaient institués, assujetissant les paroissiens à des impôts calqués parfois sur le modèle de la fiscalité publique et destinés à financer embellissements, réparations ou constructions47.

  • 48 F. Mirouse, « Patronage ecclésiastique et clientèles : le choix des titulaires de cures dans le di (...)
  • 49 W.A. Pantin, The English Church in the Fourteenth Century, Notre Dame, 1962, p. 11-13.
  • 50 Imbart de la Tour, op. cit., t. 2, p. 490.
  • 51 Sur les Briçonnet, notices de M.H. Laurent, P. Calendini, M. Lecomte, Dictionnaire d'histoire et g (...)
  • 52 B. Guenée, op. cit., p. 29-31.
  • 53 F. Mirouse,« Patronage ecclésiastique », op. cit.
  • 54 N. Lemaître, Le Rouergue, op. cit., p. 162-165, 254 ; V. Tabbagh, op. cit., p. 795 ; S. Guilbert, (...)
  • 55 M. Venard, « Le recrutement du clergé en Avignon au xvie siècle », Annales ESC, 1968, p. 987-1016  (...)
  • 56 P. Paravy, op. cit., p. 343.
  • 57 B. Chevalier, op. cit., p. 245 ; V. Tabbagh, op. cit., p. 345.
  • 58 J. Lartigaut, op. cit., p. 243.

21Les laïques n'avaient pas la faculté de reprendre à l'Eglise quelques-uns des biens qui étaient devenus sa propriété. En principe du moins ; la législation canonique protégeait le temporel ecclésiastique contre les ponctions que les autorités civiles pouvaient être tentées de lui faire subir. La simple énumération des conflits qu'avait suscités la volonté d'imposer la fortune des clercs dans les Etats, quelle que fût leur taille, villes libres ou royaumes, remplirait des volumes. Contentons-nous d'en rappeler la fréquence et l'âpreté. Remarquons aussi qu'ils aboutissaient fréquemment à des compromis. A défaut de pouvoir prélever directement une part des revenus produits par les biens de mainmorte, les maîtres en faisaient bénéficier leurs serviteurs, les parents, leurs fils ; il suffisait pour cela de les faire entrer dans la société cléricale et de les y placer aux bons endroits. Ce procédé permettait d'économiser des salaires, dans le premier cas, et de préserver l'intégrité du patrimoine, dans le second. Les seigneurs n'avaient qu'assez rarement conservé leur droit de patronage, même en Normandie, où, semble-t-il, cet héritage de la féodalité s'était plus longtemps maintenu qu'ailleurs ; en tout état de cause, nous ne savons pas quel usage ils faisaient de ce qu'ils en avaient conservé48. Les princes, en revanche, nous en avons des preuves nombreuses, pratiquaient avec maestria l'art d'utiliser les mécanismes de l'appareil ecclésiastique pour procurer à leurs officiers et leurs favoris des ressources abondantes, dont le trésor de leur Etat ne décaissait pratiquement pas le sou. La proportion considérable de l'épiscopat anglais que formaient les civil servants est bien connue49. En France, les députés des Etats Généraux de 1484 s'intéressèrent aux episcopi domini regis.50 Les grands commis de l'Etat français, pensons aux Amboise, aux Briçonnet, purent se constituer de véritables empires, accaparant et répartissent entre les membres de leur clan crosses, mitres et chapeaux51. Les dignitaires les plus haut placés n'étaient pas les seuls à tirer parti des faveurs que leur valait le service du roi pour se servir de l'Eglise et renforcer ainsi leur puissance52. Des personnages en vue occupant dans la hiérarchie administrative et politique des échelons moins élevés n'agissaient pas autrement et ils étaient beaucoup plus nombreux. A Toulouse, par exemple, les parlementaires participaient avec succès à la course aux bénéfices et savaient ouvrir devant leurs protégés des carrières dont ils déterminaient le rythme et l'orientation53. Même les familles, dont les relations étaient moins étendues et dont les appuis solides étaient rares, les petits notables des bourgs et des villages tenaient à caser leurs fils dans la société cléricale ; s'ils étaient d'origine servile, la tonsure leur permettait d'obtenir la manumission54. Ordonnés, ces garçons étaient à peu près sûrs d'avoir un gagne-pain ; ils quittaient leur pays s'il était pauvre et se rendaient dans des régions plus prospères où généralement les possesseurs des beaux bénéfices recherchaient de la main-d'oeuvre sacerdotale à bon marché55. Les desservants n'étaient pas grassement payés, nous l'avons vu, mais sans travailler aussi durement que les manouvriers, ils percevaient un salaire au moins équivalent. Dans les rangs de cette piétaille, les cadets de familles paysannes relativement aisées constituaient le gros de la troupe ; dans deux décanats du diocèse de Grenoble près des trois quarts des ordinands appartenaient à cette catégorie sociale56. En ville, les chapelains et les prêtres habitués des paroisses se recrutaient dans les classes moyennes. Après avoir reçu surtout des nobles, les chapitres accueillirent de plus en plus d'universitaires qui n'auraient pas pu conquérir leurs grades s'ils n'avaient pas pu compter sur la bourse paternelle. Si le train de vie de ces chanoines se situait au même niveau que celui des juges royaux, c'était pour une part au moins parce que leurs proches parents appartenaient à ce milieu57. A chaque groupe social correspondait un étage des structures ecclésiastiques. La répartition n'était pas fixe. Le terrain que maîtrisait plus ou moins parfaitement une catégorie pouvait être étendu mais il fallait parfois en céder une partie. Les cures du Quercy ruinées par la guerre de Cent Ans étaient laissées aux fils de rustres. Les bourgeois devaient en reprendre le contrôle plus tard, une fois la reconstruction faite et la dotation des églises paroissiales, reconstituée58. Mesurer la quantité des biens matériels qui par ce biais retournait aux laïques est évidemment impossible, mais il convient de prendre en compte ce reflux lorsque les problèmes posés par les transferts des richesses de la société civile en direction de l'Eglise sont étudiés.

  • 59 N. Coulet, « Paroisse, oeuvre et communauté d'habitants en Provence », dans La paroisse en Langued (...)
  • 60 L. Burias, « Le casuel au xve s. d'un curé du diocèse d'Angoulème », Bull, et Mémoires de la Soc. (...)
  • 61 H. Platelle, L'encadrement, op. cit., p. 11 ; J. Schneider, « Le synode paroissial en Lorraine à l (...)
  • 62 A. Renaudet, op. cit., p. 7-178.

22Pour terminer, évoquons les efforts accomplis par les laïques pour contrôler l'usage que le clergé faisait de sa fortune. Et, d'abord, pensons à la masse de capitaux et de revenus affectés à des oeuvres ecclésiastiques mais gérés par des fidèles, les innombrables fabriques, celles des cathédrales les plus importantes comme celles des humbles sanctuaires villageois, les myriades de confréries, la multitude des hospices de toutes tailles59. Les marguilliers rédigeaient un cahier de charges dont l'établissement donnait lieu sans doute à d'âpres discussions et dont les curés s'engageaient à mettre en pratique les dispositions aux termes de contrats dont quelques exemples ont été heureusement conservés60. La relation définie par la législation canonique est pour ainsi dire inversée : le peuple chrétien n'est plus le troupeau conduit par un pasteur qui guide et commande ; le prêtre est l'employé des paroissiens qui lui fixent ses tâches61. A l'échelon le plus élevé des responsabilités civiles, cette attention à la bonne gestion du temporel ecclésiastique s'exprime dans les arrêts du Parlement et dans les injonctions adressées par l'assemblée de Tours en 1493 à l'Eglise, sommée de se réformer à fond et au plus vite62. Il est vrai que l'autorité du pouvoir spirituel était assez ferme pour contenir, vaille que vaille, les pressions de la société laïque. Les concessions, importantes souvent, laissaient intacts les principes. Du moins jusqu'à la Réformation.

23Cette Réformation est un phénomène d'une telle ampleur, elle a si profondément changé les conditions dans lesquelles le clergé s'acquitte de son ministère que, dans le bilan dont nous ne pouvons pas nous dispenser à la fin de cette présentation, les résultats doivent être appréciés par rapport à cette cassure ou cette flexure dans l'histoire du christianisme latin.

24Le succès considérable remporté par les Réformateurs nous impose de porter sur les clercs un jugement sévère : l'anticléricalisme qui, brusquement, explosa, dans les années 1520-1530, avait été longtemps entretenu par les défaillances que ni les réguliers, ni les séculiers n'avaient évitées. Sous la poussée du puissant mouvement de contestation déclenché par Luther et ses émules, la société cléricale se fissura partout et, dans certains pays, s'effondra, révélant la gravité des pailles contenues dans le métal. Enfin, l'Etat mit à profit les faiblesses et le désarroi de l'Eglise désemparée pour la soumettre, en fait sinon en droit, à sa tutelle, et se l'incorporer lorsque la Réformation triomphante lui en offrait la possibilité.

25Et cependant la Réformation précisément n'obtint pas une victoire totale. La Réforme catholique parvint à restaurer l'idéal sacerdotal ; après avoir redessiné les contours du coetus clericorum, elle raffermit son unité ; elle délimita précisément la frontière entre le spirituel et le temporel. Cet énorme travail ne se fit pas entièrement sur nouveaux frais. Quelques-unes de ses lignes maîtresses prolongeaient celles qui avaient été tracées au Moyen Age déjà. Pour imparfaites qu’elles aient été, les réformes d'avant la Réformation avaient facilité la Réforme catholique.

26Comme dans la plupart de ses secteurs, l'histoire, ici, refuse l'emploi de couleurs tranchées : elle préfère au noir et blanc toutes les nuances du gris.

Notes

1 L'état des problèmes a déjà été présenté par B. Guillemain, « Histoire de l'Eglise. Le clergé séculier », dans M. Balard (sous la direction de), L'histoire médiévale en France. Bilan et perspectives, Paris, Le Seuil, 1991, p. 140-150.

2 Plusieurs diocèses ont fait l'objet d'études approfondies ; en plus des thèses, dactylographiées, de P. Paravy, sur les diocèses de Grenoble et d'Embrun, et de V. Tabbagh, sur l’archevêché de Rouen, on pourra consulter celles de L. Binz, Vie religieuse et réforme ecclésiastique dans le diocèse de Genève 1378-1450, Genève, Société d'histoire et d'archéologie, 1973, et de N. Lemaître, Le Rouergue flamboyant. Le clergé et les fidèles du diocèse de Rodez 1417-1563, Paris, Cerf, 1988.
L'Histoire des diocèses de France, sous la direction de B. Plongeron et d'A. Vauchez, fait en général une assez grande place à la fin du Moyen Age. L'ouvrage de B. Guenée (Entre l’Eglise et l’Etat. Quatre vies de prélats français à la fin du Moyen Age, Paris, Gallimard, 1987) associant l'histoire narrative et l'histoire statistique, renouvelle notre connaissance du monde des prélats. Etude d'un chapitre cathédral due à H. Millet (Les chanoines du chapitre cathédral de Laon 1272-1412, Rome, Ecole française, 1982). Une enquête sur les chanoines est en cours sous sa direction. Sur les séculiers dans le Midi de la France, J.L. Gazzaniga (L’Eglise du Midi à la fin du règne de Charles VII, Paris, Picard, 1976). Sur les paroisses, plusieurs ouvrages : P. Adam, La vie paroissiale en France au xive siècle, Paris, 1964 ; J. Gaudemet, « La paroisse au Moyen Age », RHEF, 1973, p. 5-21 ; P. Ourliac, « L'institution paroissiale dans le droit canonique du xve siècle », Revue de droit canonique, 1975, p. 93-112 ; M. Fournié, J.L. Gazzaniga, « La paroisse dans le Midi de la France à la fin du Moyen Age : éléments pour une enquête », Annales du Midi, 1986, p. 378-411 ; L’encadrement religieux des fidèles au Moyen Age et jusqu'au Concile de Trente, 109e Congrès national de sociétés savantes, Dijon, Paris, crus, 1985 [Rapports introductifs de H. Platelle, « La paroisse et son curé jusqu'à la fin du xiiie siècle », p. 11-26 ; F. Rapp, « La paroisse et l'encadrement des fidèles du xive au xvie siècle », p. 27-43] ; M. Aubrun, La paroisse en France des origines au xve siècle, Paris, Picard, 1986 ; La paroisse en Languedoc (xiiie-xive s.), Toulouse, Privat, 1990 (Cahiers de Fanjeaux, 25).
Les sources pontificales sont en cours de publication, grâce à l'Ecole française de Rome. Les lettres communes d'Urbain V sont maintenant toutes accessibles (sous la direction de M. Hayez, t. 2 à 12, 1967-1989). Les statuts synodaux et les visites pastorales ont été présentés par O. Pontal et N. Coulet, Typologie des sources du Moyen Age occidental, Tumhout, Brepols, 1975 et 1977. La publication des statuts est assurée par le CTHS. (Coll, des documents inédits sur l’hist. de France, 1971, 1983 et 1988). J. Avril a publié Les conciles de la province de Tours (xiie-xve s.), Paris, cnrs, 1987.

3 J. Longère, « Le prêtre de paroisse dans les statuts synodaux du xiiie siècle », dans La paroisse en Languedoc, op. cit., p. 310.

4 J. Avril, « Remarques sur un aspect de la vie religieuse paroissiale », dans La paroisse en Languedoc, op. cit., p. 358. Voir aussi sur le rôle de la confession les contributions de N. Bériou, J. Berlioz, C. Ribaucourt, M. Martin, dans Groupe de La Bussière, Pratiques de la confession. Des pères du désert à Vatican II, Paris, Cerf, 1983, p. 73-138.

5 P. Imbart de la Tour, Les origines de la Réforme, Melun, 1948, t. 1, p. 346 et s.

6 Sur les droits des évêques, M. Veissière, « Le droit de présentation aux cures dans le diocèse de Meaux », dans L'encadrement religieux, op. cit., p. 172-175, ainsi que les chapitres consacrés au Moyen Age dans l'histoire des diocèses, en particulier : P. Wolff (sous la direction de), Toulouse, Paris, Beauchesne, 1983 (Hist. des diocèses de France, 15), p. 95.

7 P. Ourliac, « Sociologie du concile », dans L'Eglise au temps du Grand Schisme et de la crise conciliaire, Tournai, 1964 (Histoire de l'Eglise, 14), p. 237-250 ; H. Muller, Die Franzosen, Frankreich und das Basler Konzil (1431-1449), 2 vol., Paderborn, Munich, Vienne, Zurich, F.Schöningh, 1990.

8 E. Delaruelle, L'Eglise au temps du Grand Schisme, op. cit., p. 837.

9 H.A. Oberman, The Harvest of Medieval Theology, Cambridge, Mass., 1963.

10 J.P. Massaut, Josse Clichtove, l'humanisme et la réforme du clergé, 2 vol., Paris, 1968 ; A. Renaudet, Préréforme et humanisme à Paris pendant les premières guerres d'Italie, Paris, 1916 ; M. Veissière, « Louis Pinelle », dans Dictionnaire de Spiritualité, Paris, 1985, t. 12, col.1769-1771 ; M. Veissière, L'évêque Guillaume Briçonnet (1470-1534), Provins, 1986.

11 M. Chauney, « L’épiscopat bourguignon suffragant de l'archévêché de Lyon (xiiie-xve s.) » ; L'encadrement, op. cit., p. 677-686 ; J.J. Despont, « Origines sociales et géographiques et formation intellectuelle de l'épiscopat aquitain (1378-1500) », dans Actes du Congrès des Sociétés Savantes de Bordeaux, 1980, p. 33-45 ; M. Veissière, « La vie chrétienne dans le diocèse de Meaux entre 1493 et 1526 d'après les synodes diocésains », RHEF, 1991, p. 71-81.

12 La thèse, encore inédite, de M.C. Gasnault, sur un procès pour les dîmes de Sépeaux dans le diocèse de Sens, montre la précision des mécanismes judiciaires à la fin du xve siècle.

13 N. Lemaître, Le Rouergue, op. cit., p. 160.

14 Voir les travaux de J. Verger, entre autres, « Le recrutement géographique des universités françaises au début du xve s. », Mélanges d'archéologie et d'histoire, 1970, p. 855-902 et « Prosopographie et cursus universitaire » ; N. Bulst, J.P. Genet (sous la direction de), MedievalLives and the Historian, Kalamazoo, 1986, p. 313-332.

15 Voir, entre autres, N. Lemaître, Le Rouergue, op. cit., p. 168 et 59, V. Tabbagh, op. cit., p. 379 ; H. Millet, op. cit., p. 310.

16 J. Lartigaut, Les campagnes du Querçy après la guerre de cent ans (vers 1440vers 1500), Toulouse, Publications de l'université de Toulouse Le-Mirail, 1978, p. 245.

17 N. Lemaître, « L'éducation de la foi dans les paroisses du xvie s » ; M.C. Gasnault, « Le clergé dans les paroisses rurales du diocèse de Sens à la fin du Moyen Age » ; M. Veissière, « G.Briçonnet et l'instruction religieuse des fidèles », dans L'encadrement, op.cit., p. 317-330, 429-440, 441-449 ; M. Venard, « Obsession sacramentelle ou éducation de la foi ? Le Speculum curatorum d'Artus Fillon », RHEF, 1991, p. 61-69.

18 L. Binz, Vie religieuse, op. cit., p. 350.

19 F. Rapp, « La fortune d'un curé de campagne en Alsace au début du xvie siècle », Mémoires de la Soc. pour l'hist. du droit et des institutions des anciens pays bourguignons, comtois et romands, 1982, p. 153-159.

20 L. Binz, La vie religieuse, op. cit., p. 353 ; V. Tabbagh, op. cit., p. 384.

21 F. Rapp, « Les Alsaciens et les universités à la fin du Moyen Age », CRAIBL, 1984, p. 250-263.

22 N. Lemaître, Le Rouergue, op. cit., p. 156.

23 J. Lartigaut, op. cit., p. 256 ; M.C. Gasnault, op. cit., p. 320.

24 N. Lemaître, Le Rouergue, op. cit., p. 175 ; V. Tabbagh, op. cit., p. 745 et 751 ; P. Paravy, op. cit., p. 365.

25 P. Paravy, op. cit., p. 415 ; N. Lemaître, Le Rouergue, op. cit., p. 282 ; L. Binz, op. cit., p. 417 ; M. Aubrun, op. cit., p. 160 et s. ; H. Olland, « La confrérie de St. Nicolas en l'église St. Laurent à Pont-à-Mousson », dans L'encadrement, op. cit., p. 498 ; N. Bériou, « Les chapellenies dans la province ecclésiastique de Reims », RHEF, 1971, p. 227-240 ; L. Pérouas, « Une approche de la religion bas-médiévale dans les pays creusois », Mémoires de la Soc. des Sciences nat. et archéol. de la Creuse, 1975, p. 106-138.

26 P. Paravy, op. cit., p. 346 ; V. Tabbagh, op. cit., p. 30 ; F. Mirouse, « Devenir prêtre à Toulouse au xve siècle. Les ordinations du clergé séculier (1482-1497) », Bulletin de littérature ecclésiastique, 1984, p. 41-59 ; P. Wolf, Toulouse, op. cit., p. 95.

27 V. Tabbagh, op. cit., p. 34.

28 L. Binz, op. cit., p. 437-443.

29 R. Favreau, « La paroisse en Poitou aux xive et xve s. », dans L'encadrement, op. cit., p. 120 ; P. Paravy, op. cit., p. 339 et s. ; B. Chevalier, Les bonnes villes de France du xive au xvie siècle, Paris, Aubier, 1982.

30 J. Chiffoleau, La comptabilité de l'au delà, Rome, Ecole française, 1980 ; J. Chiffoleau, « Sur l'usage obsessionnel de la messe pour les morts à la fin du Moyen Age » ; A. Vauchez (sous la direction de), Faire croire, Modalités de la diffusion et de la réception des messages religieux du xiie au xve siècle, Rome, Ecole française, 1981.

31 M. Bordeaux, Aspects économiques de la vie de l'Eglise aux xive et xve siècles, Paris, 1969 ; P. Wolff, Toulouse, op. cit., p. 94.

32 L. Binz, op. cit., p. 298-337 ; N. Lemaître, Le Rouergue, op. cit., p. 265-271.

33 F. Rapp, Réformes et Réformation à Strasbourg. Eglise et société dans le diocèse de Strasbourg (1450-1525)), Paris, 1974, p. 306-320.

34 V. Tabbagh, op. cit., p. 34.

35 C.M. de la Roncière, « Dans la campagne florentine au xive siècle. Les communautés chrétiennes et leurs curés » ; J. Delumeau (sous la direction de) Histoire vécue du peuple chrétien, Toulouse, Privat, 1979, t. 1, p. 286.

36 P. Desportes, « Les sociétés confraternelles de curés en France du Nord au bas Moyen Age », dans L'encadrement, op. cit., p. 295-309.

37 V. Tabbagh, op. cit.., p. 763.

38 V. Tabbagh, op. cit., p. 469 ; N. Lemaître, Le Rouergue, op. cit., p. 87-213, 217-392 ; M. Veissière, « L. Pinelle », op. cit. ; M. Veissière, L'évêque G. Briçonnet, op. cit., passim ; Fournié, Gazzaniga, op. cit., p. 39.

39 P. Charbonnier, Une autre France. La seigneurie rurale en basse Auvergne du xive au xvie siècle, Clermont Ferrand, 1980, p. 1069.

40 V. Tabbagh, op. cit., p. 389.

41 J. Chiffoleau, « Pour une histoire économique de l'institution ecclésiale à la fin du Moyen Age », dans MEFR, 1984, p. 247-279 ; G. Chittolini, « Un problema aperto. La crisi della propriéta ecclesiastica fra quattrocento e cinquecento », Rivista storica italiana, 1973, p. 353-393.

42 F. Rapp, Réformes et Réformation, op. cit., p. 410-420.

43 V. Tabbagh, op. cil., p. 740 ; F. Rapp, Réformes et Réformation, op. cit., p. 237-248 ; M. Le Mené, Les campagnes angevines à la fin du Moyen Age, Nantes, CID, 1982, p. 475-486.

44 M.S. Nucé de Lamothe, « Piété et charité publique à Toulouse de la fin du xiie au milieu du xve d'après les testaments », Annales du Midi, 1964, p. 5-39 ; M.C. Maraudet, « La demande de services religieux dans la région toulousaine d'après les testaments (1300-1450) », Annales du Midi, 1986, p. 337-362 ; M.T. Lorcin, « Le clergé de l'archidiocèse de Lyon d'après les testaments des xive et xve siècles », Cahiers d'histoire, 1982, p. 186 ; M.T. Lorcin, « Les clauses religieuses dans les testaments du plat pays lyonnais aux xive et xve siècles », MA, 1972, p. 287-323.

45 L'ouvrage indispensable sur les indulgences reste celui de N. Paulus, Geschichte des Ablasses im Mittelalter, Paderborn, 1922.

46 M. Fournié, « Deux représentations médiévales du Purgatoire », Annales du Midi, 1986, p. 35-63-385.

47 N.J. Chaline (sous la direction de), Rouen-Le Havre, Paris, Beauchesne, 1976 (Hist. des diocèses de Frances, 5), p. 78 et s. ; M. Foumié, « Les comptes de l'église St. Michel de Carcassonne », La paroisse en Languedoc, op. cit., p. 111-147.

48 F. Mirouse, « Patronage ecclésiastique et clientèles : le choix des titulaires de cures dans le diocèse de Toulouse à la fin du Moyen Age », Bulletin philologique et historique, 1981, p. 51-69.

49 W.A. Pantin, The English Church in the Fourteenth Century, Notre Dame, 1962, p. 11-13.

50 Imbart de la Tour, op. cit., t. 2, p. 490.

51 Sur les Briçonnet, notices de M.H. Laurent, P. Calendini, M. Lecomte, Dictionnaire d'histoire et géographie ecclésiastiques, Paris, 1938, t. 10, col. 675-682 et l’ouvrage de M. Veissière, op. cit. et sur les Amboise, notices de P. Richard, L. de Lagger, P. Fournier et A.Vogt, Dictionnaire d'histoire et géographie ecclésiastiques, Paris, 1912, t. 2, col. 1060-1081.

52 B. Guenée, op. cit., p. 29-31.

53 F. Mirouse,« Patronage ecclésiastique », op. cit.

54 N. Lemaître, Le Rouergue, op. cit., p. 162-165, 254 ; V. Tabbagh, op. cit., p. 795 ; S. Guilbert, « Couronne et clergie dans le diocèse de Châlons sur Marne », dans L'encadrement, op. cit., p. 268-288.

55 M. Venard, « Le recrutement du clergé en Avignon au xvie siècle », Annales ESC, 1968, p. 987-1016 ; M.C. Gasnault, « Le clergé dans les paroises rurales », dans L'encadrement, op. cit., p. 317-322.

56 P. Paravy, op. cit., p. 343.

57 B. Chevalier, op. cit., p. 245 ; V. Tabbagh, op. cit., p. 345.

58 J. Lartigaut, op. cit., p. 243.

59 N. Coulet, « Paroisse, oeuvre et communauté d'habitants en Provence », dans La paroisse en Languedoc, op. cit., p. 215-237.

60 L. Burias, « Le casuel au xve s. d'un curé du diocèse d'Angoulème », Bull, et Mémoires de la Soc. historique de la Charente, 1948 ; P. Gras, « Accord entre un curé bourguignon et ses paroissiens », Nouvelle Revue de droit français et étranger, 1939, p. 104-115 ; J. Lartigaut, op. cit., p. 262-267 ; R. Favreau, dans L'encadrement, op. cit., p. 117.

61 H. Platelle, L'encadrement, op. cit., p. 11 ; J. Schneider, « Le synode paroissial en Lorraine à la fin du Moyen Age », dans L'encadrement, op. cit., p. 185 (met en lumière les différences entre l'Empire et le royaume de France).

62 A. Renaudet, op. cit., p. 7-178.

© Éditions de la Sorbonne, 1993

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search