Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le clerc séculier au Moyen Âge

 | 
Société des historiens médiévistes de l’Enseignement supérieur public

Avant-propos

Michel Balard

Texte intégral

1Il y a près de vingt ans, le cinquième Congrès de la Société des Historiens médiévistes de l'Enseignement supérieur public, réuni à Saint-Etienne, s'était intéressé à la vie conventuelle aux xie-xiie siècles. A côté du clergé régulier, ainsi évoqué, il y avait place dans nos réunions annuelles pour une étude du clergé séculier, plus nombreux et plus en vue dans la société médiévale. C'est chose faite désormais, grâce au thème judicieusement choisi par nos collègues de l'Université de Picardie, qui ont organisé avec grand soin les séances de notre xxiie Congrès, tenu – symbole remarquable – dans l'ancien grand séminaire d'Amiens, aujourd'hui Centre culturel de la Somme.

2Qu'on n'attende pas ici une étude exhaustive d'un groupe social émietté et diversifié, tant par ses origines, sa formation intellectuelle que par les fonctions exercées par ses membres. Le rapport introductif en souligne les clivages, tout en notant quelques traits communs : la jouissance d'un statut apportant immunité judiciaire et fiscale, mais qui suscite plus de critiques que de considération, en raison de l'écart entre l'idéal évangélique, souvent recherché, et la conduite des clercs, trop souvent relâchée.

3Du royaume de France à la Scandinavie, de la péninsule ibérique à Constantinople, surgissent les images contrastées des clergeons de cathédrales, des prêtres-filleuls formant une véritable plèbe ecclésiastique, des curés ruraux mal instruits, des dignitaires de chapitres et des évêques qui s'efforcent, tant bien que mal, de veiller au bon fonctionnement des institutions, de contrôler les moeurs du clergé et de lui assurer une médiocre formation continue, afin qu'il puisse mieux répondre à l'idéal sacerdotal. Les diverses communications qui suivent cherchent donc à préciser l'image du clerc dans la société médiévale, le recrutement, la formation, le ministère pastoral, à comprendre aussi comment, par delà la diversité des fonctions et les distances sociales, les clercs séculiers forment un corps, le coetus clericorum, qui se regroupe dans des confréries ou dans des quartiers urbains spécifiques, étudiés par notre regretté collègue, Jean-Charles Picard, dont ce fut l'une des dernières interventions parmi nous.

4Si un ouvrage d'ensemble sur le clergé séculier au Moyen Age est encore prématuré, il faut souhaiter que les contributions ici réunies permettent au lecteur de mieux comprendre la vie foisonnante d'un groupe essentiel de la société médiévale, dans ses idéaux comme dans ses contradictions.

© Éditions de la Sorbonne, 1993

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Freemium

open access

Offert par L’éditeur de ce site