Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les princes et le pouvoir au Moyen Âge

 | 
Société des historiens médiévistes de l’Enseignement supérieur public

Conclusion

Bernard Guenée

Texte intégral

1Par quelle faiblesse ai-je accepté de tirer les conclusions de ce colloque ? Je me le demande encore. C'est un exercice inutile, puisque vous êtes tous aptes à le faire aussi bien que moi. C'est un exercice impossible, pour lequel, d'ailleurs, je ne suis pas particulièrement doué. Mais je n'irai pourtant pas jusqu'à demander votre indulgence car, comme on sait, Dieu a donné aux universitaires un trésor d'indulgence, mais ils estiment ce trésor si précieux qu'ils n'entendent pas le gaspiller en jugeant leurs collègues.

2Je dois dire tout de suite que je serai long, car il me faut rendre compte de communications toutes remarquables, à un titre ou à un autre. Nous nous sommes promenés sur un espace très large, jusqu'en Arménie ; dans un temps très long, des Carolingiens au XVIe siècle. Nous avons abordé beaucoup d'événements. Nous avons esquissé des évolutions. Je me dispenserai pourtant d'envisager les problèmes que posent l'espace, le temps, les événements.

3Et je me bornerai au problème central que posait ce colloque, celui des rapports du prince et du pouvoir. Il fallait donc commencer par définir le prince. Or il y a eu ici, me semble-t-il, ambiguïté. Car "prince", dans un sens général, désigne tout détenteur d'un pouvoir, qu'il soit souverain ou qu'il ne le soit pas ; ainsi, un miroir au prince s'adresse aussi bien aux rois qu'aux autres. Ce n'est pas ce sens large que la plupart des communications ont retenu. Elles ont, presque spontanément et inconsciemment, donné à "prince" un sens plus précis et fait du prince le possesseur d'une haute dignité qui n'a pourtant pas la souveraineté. Et donc au-dessus de ce prince tel qu'il a été la plupart du temps défini, il y a un souverain, auquel est réservé la majesté et qui, seul, baigne dans le sacré. Entre un roi et un prince, il y a un abîme. Le prince, qu’il soit sire, comte ou duc, peut espérer usurper ou exercer des droits royaux, mais il n'est pas roi. Ni la notion de souveraineté, ni l'idée de majesté, ni le sentiment du sacré ne sauraient fortifier son pouvoir. Pour ce faire, faute de mieux, il se drape dans un idéal chevaleresque, parfois dans un idéal de sagesse.

4Mais le pouvoir du prince, pour être fort, doit d'abord être légitime. Le prince doit donc se situer dans un lignage. Beaucoup de communications l'ont souligné. Un des grands soucis du prince sera d'établir sa généalogie, de rechercher ou de construire les origines de son lignage. Et son pouvoir sera d'autant plus fort qu'il saura s'aider d'une parenté plus étendue et plus puissante. Le mot "domus" a plusieurs sens. Mais l'un de ces sens est "lignage". Et, en ce sens, on peut dire qu'il n'y a pas de grand prince sans puissante domus. Dans ce contexte, le mariage du prince est un acte fondamental. Il va orienter toute sa politique.

5La dimension idéologique et lignagère du pouvoir princier étant posée, reste que le prince a des biens patrimoniaux, des dignités, des pouvoirs qui lui sont délégués par le roi, qui peuvent être des lieutenances plus ou moins temporaires et plus ou moins intéressantes. Et, à partir de ce pêle-mêle de terres, de droits et de prérogatives, il lui faut construire non pas sans doute un État, mais du moins un ensemble politique cohérent et autonome.

6Ici, son action personnelle compte, et on a rappelé l'intérêt des biographies des princes. Et il y a aussi sa femme. La femme du prince n'est pas simplement un trait d'union entre deux lignages. Sa personnalité compte. On nous en a rappelé l'importance tout à l'heure.

7Le problème fondamental qui se pose à l'action princière est, assurément, le problème militaire. Il faut donc qu'il y ait une armée princière dont on nous a dit combien elle pouvait être faible et illusoire, mais, plus que l'armée, ce qui est important, c'est un système de fortifications. Celles-ci peuvent être des précautions prises contre la population. Mais je n'ai jamais entendu parler de leur rôle principal. Je n'ai jamais entendu évoquer la construction des châteaux, aux limites de la principauté, pour la défendre. C'est-à-dire que je ne crois pas que le mot de frontière ait jamais été prononcé.

8Pour construire ces fortifications et cette armée, le prince a besoin d'argent, et il a besoin d'hommes. Les hommes, ce sont tous ces administrateurs locaux, ces prévôts et ces baillis, et ces administrateurs que je pourrais appeler du gouvernement central. Ce qu'on nous a dit de tous ces hommes a été fort intéressant, mais on ne nous en a parlé qu'une ou deux fois. D'autre part, on nous a bien dit que l'histoire institutionnelle devait être humaine, que la prosopographie est une branche fondamentale de l'histoire institutionnelle. Nous en sommes maintenant tous d'accord. Il faut peut-être pourtant rappeler aux historiens français, aujourd’hui, que si l'histoire institutionnelle doit être humaine, elle doit aussi rester l'étude du fonctionnement d'une institution dans le cadre d'une principauté. Il y a sans doute des recherches plus chatoyantes à faire que de décrire la vie d'une institution. Mais, sans ces austères précisions, le tableau de l'action du pouvoir se dilue dans un magma inconsistant.

9Les hommes du prince, on l'a rappelé, sont au confluent de l'Église et de l'État. Les serviteurs de l'Église sont en même temps au service de la principauté. Je n'ai pas tellement entendu parler des problèmes que pose aux princes leur Église. Leur politique, je ne dirai pas religieuse mais ecclésiastique, voilà une autre dimension qu'on ne peut pas négliger.

10Outre des hommes, il faut au prince de l'argent. La fiscalité est un problème fondamental. Or, vous serez d'accord avec moi, nous avons eu quelques allusions pertinentes à la fiscalité, mais aucun exposé systématique. Il y a cinquante ou soixante-dix ans, nous aurions eu de grands développements sur la fiscalité. Là encore, il ne faudrait pas, au profit de thèmes nouveaux, négliger complètement les champs anciens de la recherche. Ils restent, avec toute leur nécessité. Nous avons heureusement eu des développements sur la monnaie. Ils sont importants. Une principauté n'est certes pas un État si le prince n'a pas sa monnaie.

11Monnaie et fiscalité débouchent sur le problème de l'économie, dont nous avons bien parlé. L'économie pose en quelque sorte un double problème. D'abord le problème de savoir ce qui rend une principauté riche et prospère. Est-ce le commerce ? Sont-ce les foires créées par le prince ? Sont-ce les mines exploitées ou contrôlées par le prince ? D'autre part, les mesures économiques prises dans les principautés ont-elles été des mesures de circonstance ? Ou ont-elle voulu appliquer une théorie ? Mais je ne m'aventurerai pas plus avant sur ce terrain de la politique économique. J'ai cru comprendre qu'il y avait là, entre les spécialistes, quelques désaccords.

12Les moyens du pouvoir princier sont une chose. Sa fin en est une autre. Le prince légitime qui veut aussi être un bon prince doit avant tout songer à l'intérêt commun, au commun profit, à l'utilitas publica, à la justice, à la paix. Ce sont là les fins qui justifient son action en général et sa législation en particulier, dont on nous a dit l'intérêt, qui mérite, en effet, d'être bien vu.

13En face du prince, il nous faut maintenant poser les gens qui subissent ou acceptent son pouvoir. On nous a bien marqué, qu'il y a en face du prince, le peuple, et que le peuple veut pouvoir dire s'il aime ou s'il n'aime pas le prince, et qu'un prince non aimé est un prince tyrannique, auquel on peut contester sa légitimité. Les rapports entre le prince et les villes, entre le prince et la noblesse, les rapports en somme entre le prince et les élites par lesquelles et grâce auxquelles il tient, tout cela a été évoqué. De même qu'ont été évoqués les problèmes institutionnels que posent les états.

14Nous étions partis d'un pêle-mêle de droits. Nous voilà maintenant en présence d'une terre, à laquelle est lié un peuple, cette terre et ce peuple formant un tout dont la cohésion est de mieux en mieux assurée. Et cet ensemble, qui n'est pas vraiment un État, il faut le nommer.

15Il n'est pas si facile de dire comme cela, rapidement, comment s'appelle ou comment le prince appelle l'ensemble des terres et des peuples sur lesquels il règne. Il y a le mot "seigneurie". Il y a le mot "domus" dont on nous a parlé. "Domus" peut désigner le lignage. Il peut aussi désigner un ensemble beaucoup plus complexe. Mais ce mot trop riche de sens est loin d'avoir été partout utilisé pour désigner toutes les terres et tous les gens du prince. Reste le mot "patria".

16"Patria", c'est d'abord un mot neutre, purement géographique, qui ne veut rien dire de plus que territoire, région, pays. Puis il se charge de sens et de sentiment, et finit par être le meilleur mot pour désigner l'ensemble harmonieux que forment un prince, une terre et un peuple. Le pays est devenu une patrie. Mais dire quand il devient légitime de traduire "patria" par "patrie" et non plus simplement par "pays" est une question périlleuse qu'on m'excusera de l'esquiver. Ce qui est sûr, par contre, c'est que si, pour certains Français, à la fin du Moyen Age, "patria” peut s'appliquer à l'ensemble du royaume de France, beaucoup d'autres distinguent bien le "regnum" de la "patria" qui est le petit pays, à l'intérieur du royaume, dont ils se sentent plus particulièrement solidaires, la Normandie, par exemple, pour Thomas Basin. "Patria", pays, est donc le mot le plus apte à désigner ce sur quoi règne un prince.

17Cette synthèse étant faite de la terre, du peuple et du prince, le dernier souci de celui-ci est de donner une image de son pouvoir. Cette image, on nous l'a présentée, à travers les costumes, l'étiquette, l'ordonnance des cérémonies. Le problème fondamental est ici de savoir quelles parties de la représentation royale les princes ont osé s'arroger, et quelles parties ils n'ont pas osé s'attribuer. Parler, par exemple, d'habit royal breton est très important. Car oser parler, pour un duc de Bretagne, de son habit royal est une audace lourde de conséquences. C'est le noeud d'un problème politique majeur.

18L'image que le prince veut donner de lui-même et de son pouvoir nous amène tout naturellement à parler de la cour. Et, ici, je dois dire ma surprise. J'ai prêté attention à tout ce qui a été dit. Je n'ai pas entendu une fois, je pense, le mot "cour". Comme si le prince était un homme seul. Comme si l’exercice du pouvoir princier était solitaire. Comme s'il n'y avait qu'un prince, des fonctionnaires et des sujets. Alors que, pour comprendre le prince dans sa réalité concrète, il faut le situer dans son lignage et dans sa cour.

19Pour se loger lui-même et pour loger sa cour, le prince a besoin d'une résidence, sur laquelle on nous a dit bien des choses intéressantes. La résidence princière est, il est vrai, un thème auquel la recherche actuelle prête attention, et à juste titre. On a évoqué ces grandes entreprises allemandes, et maintenant françaises, qui, pour l'ensemble du Moyen Age, travaillent à mieux connaître les fonctions de la résidence princière et nous montrent, à côté du palais, une chapelle, et la nécropole, et un monastère, ou un prieuré. Ce palais, c'est, encore une fois, la "domus" du prince, et "domus" apparaît décidément comme un des mots les plus riches et les plus difficiles du vocabulaire politique.

20Ce par quoi le prince veut distinguer sa résidence des habitations des autres, c'est par une certaine organisation de l'espace, par la monumentalité, le décor peint, l'apparat, le luxe. Et, encadrant sa résidence, il y a sa capitale, qui est maintenant un élément fondamental de sa principauté. Le prince ne modèle pas simplement sa capitale pour montrer sa force, et s'imposer à ses sujets. En 1416-1417, les Armagnacs ne détruisent pas les Halles de Paris simplement pour qu'elles ne soient plus un foyer de révolte. Le prétexte qu'ils donnent, c'est qu'ils veulent que la ville soit salubre et belle. Les princes du XVe siècle, comme les Armagnacs, ont le souci du bien commun. Et leur urbanisme recherche la beauté, et même la magnificence.

21La magnificence du prince, voilà, comme on nous l'a bien dit, un mot-clé. Mais la magnificence, ne l’oublions pas, est d'abord une qualité royale, non princière. Si le prince recherche la magnificence dans sa résidence et dans sa capitale, c'est qu'il veut affirmer qu'il a quelque chose de royal. Mais, voilà, il n'est quand même pas le roi.

22Et, pour conclure, je dirai que, tout compte fait, les princes ont des pouvoirs, qui sont importants ; les princes ont du pouvoir, et c'est très bien ; mais les princes n’ont pas le pouvoir, ce pouvoir parfait, cette auctoritas que, seule, peut donner la souveraineté.

© Éditions de la Sorbonne, 1993

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.