Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les princes et le pouvoir au Moyen Âge

 | 
Société des historiens médiévistes de l’Enseignement supérieur public

Le prince et son cortège. La théâtralisation des signes du pouvoir à la fin du Moyen Age

Christian de Mérindol

Texte intégral

  • 1 Voir par exemple J. Jacquot, Les fêtes de la Renaissance, 3 vol., Paris, 1956-1975 ; id., "La fête (...)

1Le plus souvent les cortèges des princes retiennent peu l'attention des historiens notamment dans le domaine de l'emblématique - armoiries, livrées, couleurs, emblèmes - de la taxinomie - étoffes, couleurs, mais également chevaux et autres litières - enfin de la symbolique1. Cependant les attributs du roi, le sceau, l'appareil militaire ont déjà été relevés. Ils méritent d'être étudiés à nouveau.

  • 2 M. Bryant, "La cérémonie de l'entrée à Paris au Moyen Age", Annales ESC (1986), no 3, p. 513-542 ; (...)
  • 3 Voir note 1.
  • 4 C. de Mérindol, "Théâtre et politique à la fin du Moyen Age. Les entrées royales et autres cérémon (...)
  • 5 B. Guenée et F. Lehoux, op. cit., no XIX.

2Quelques réflexions générales. De grandes cérémonies ou rencontres sont particulièrement précieuses : la réception de Charles IV par Charles V, l'entrevue de Richard II et de Charles VI, lors des alliances des deux maisons royales, et certaines entrées dans des circonstances particulières. La priorité doit être accordée aux témoignages textuels, malgré leurs variations, sur les illustrations. Les observations de Bryant notamment doivent être reprises2. La publication de base due à Guenée et Lehoux3 a été complétée lors d'une publication récente4. Nous avons limité cette approche, qui porte sur les deux derniers siècles du Moyen Age, à l'entrée de Charles VIII en 1484. D'autres systèmes se mettent alors en place. Les témoignages textuels sont modestes. Ce sont le plus souvent des comptes et des délibérations du conseil municipal. L'accent est davantage mis sur le cortège de la ville et la réception. La présentation du prince n'offrait peut-être aucune particularité. Ce silence était peut-être voulu pour donner la priorité aux rapports des princes et de la ville ainsi qu'à l’attitude de la cité comme à Tournai, en 1464, par exemple5. Enfin ce peut être le choix délibéré du prince ou du roi d'être discret (Louis XI, par exemple). Notre intention est d'attirer l'attention sur certains aspects privilégiés et de proposer de nouveaux champs de recherches.

La position des personnages

  • 6 Le Religieux de Saint-Denis. Chronique de Charles VI, éd. L.-F. Bellaquet, Paris, 1839-1852, 2, p. (...)
  • 7 Ibid., 2, p. 469.

3La position à droite, ou à gauche joue un rôle majeur dans l'étiquette. Le fait est bien connu. Richard II recevant Charles VI, prit place à gauche après avoir plusieurs fois refusé de s'asseoir à droite, Sub quibus duas cathedras thronis regiis similes reperunt, quarum sinistram elegit rex Anglie, alia pluries denegata6. Lors du banquet, Richard le plaça à sa droite, nam non solum sibi dexteram sedem concessit7. On pourrait multiplier les exemples. Nous en présenterons à propos du rapport du cheval et de la litière.

La présentation à cheval, à pied ou en litière

  • 8 T. et D. Godefroy, Le cérémonial françois, Paris, 1649, 1, p. 152.

4Lors de l'entrée de Charles V et de son épouse, à Paris, en 1364, se présentent à cheval la reine, la duchesse d'Orléans, la duchesse d'Anjou et Marie, la soeur du roi, plus tard duchesse de Bar. Le cheval de la reine est mené par Monseigneur de Touraine, frère du roi, celui de la duchesse d'Orléans par le comte d'Eu, celui de la duchesse d'Anjou par Monseigneur d'Etampes enfin la monture de Marie par Louis de Châlons et Monseigneur de Beaujeu. Les princes vont à pied8. La hiérarchie des personnages est clairement exprimée.

  • 9 Ibid., 1, p. 637-647.

5La présentation est différente lors de l'entrée d'Isabeau de Bavière, à Paris, en 13899. La litière intervient, son accompagnement à dextre et la présentation à cheval permettent de souligner la hiérarchie entre les personnages et l'importance de leur rôle politique. Ainsi à Saint-Denis sont rassemblées "des hautes et nobles dames de France qui la roine devoient accompagner, et des seigneurs qui les litières de la roine et des dames devoient adextrer". Les dames étaient les duchesses de Berry, de Bourgogne, de Touraine et de Bar, la comtesse de Nevers, la dame de Coucy et autres dames et damoiselles, "par ordonnance". En tête du cortège la duchesse de Touraine, Valentine de Milan, jeune épouse du frère du roi, le futur duc d'Orléans (1392) était exceptionnellement à cheval. Elle chevauchait d'un pas différent de celui des chevaux qui menaient les litières : "n'avoit point de litière, pour li différer des autres, ains étoit sur un palefroy très richement aourné ; et chevauchoit d'un lez et tout le pas, et n'alloient les chevaux qui les litières menoient, et les seigneurs qui les adextroient, que le petit pas". Cette présentation de la duchesse de Touraine ne pouvait que souligner le rôle majeur joué par son époux auprès du roi qui a pris l'année précédente le pouvoir. D'ailleurs "la litière de la roine de France étoit adextrée du duc de Touraine et du duc de Bourbon au premier cher. A la suite de la litière de la reine venaient les autres dames, parmi lesquelles, également à cheval, la duchesse de Berry et la duchesse d'Orléans - la seconde, Blanche d'Orléans, fille du roi Charles IV (mort en 1328) était accompagnée, vu son âge (mort en 1393), d'une litière "toute découverte".

  • 10 Ibid., 1, p. 755.

6La litière est également utilisée par la reine en 140610. Le duc d'Orléans, Louis, est à sa dextre, le nouveau duc de Bourgogne, Jean Sans Peur, à sa senestre. La hiérarchie est à nouveau très claire.

  • 11 Chronique de Jean Le Fèvre, seigneur de Saint-Rémy, éd. F. Morand, Paris, 1876-1881, 2, p. 162.
  • 12 Olivier de la Marche, Mémoires, éd. Beaune et d'Arbaumont, Paris, 1883-1888, 3, p. 106, 110, 111, (...)

7Deux alliances de la cour de Bourgogne montrent également à cette occasion les jeux entre la litière, la présentation à cheval et la marche à pied. Dans les deux cas, l'épousée est en litière. A Bruges, en 1429, l'épouse Elisabeth de Portugal, sur une litière, est accompagnée par des personnages allant à pied, à l'exception de son frère don Ferrande et du seigneur de Roubaix qui ne pouvait aller à pied. Ils vont tous deux à cheval11. En 1468, la litière de Marguerite d'York est encadrée par les chevaliers de la Toison d'Or -"elle estoit richement addestrée"-et par des Anglais, tous à pied. Des dames d'Angleterre étaient montées sur onze hacquenées blanches, deux "estoient en main, au plus près de sa litière". Ainsi était présent le blanc de la pureté, de la virginité. Suivaient les différentes "nations". Les Vénitiens étaient tous à cheval, maîtres et serviteurs. Les Florentins allaient à pied, à l'exception de quatre pages sur un destrier en tête du cortège - qui suivaient les soixante torches - et de vingt-quatre valets à cheval en queue du cortège. Les marchands espagnols sont à cheval, chacun ayant un page à pied devant lui ; soixante hommes à pied portaient des torches. Les Gênois présentaient une histoire en tête de leur groupe : à cheval, une belle fille représentant la pucelle, fille du roi, et saint Georges qui la protégeait. Trois pages suivaient également à cheval, enfin venaient les marchands. Les "Ostrelins" - les habitants du Nord - étaient tous à cheval12.

La monture

  • 13 Voir supra la note 8.
  • 14 Voir supra la note 10.
  • 15 Voir supra la note 9.
  • 16 Journal d'un bourgeois de Paris de 1405 à 1449, éd. C. Beaune, Paris, 1990, p. 477.

8Le type du cheval peut avoir une signification. Les textes ne le mentionnent le plus souvent que sous le terme générique de cheval - par opposition à "alloit à pied" (entrée de la reine en 1364)13 ou à la litière (entrée d'Isabeau de Bavière en 1406)14 - ou plus spécifique de palefroi (entrée d'Isabeau de Bavière en 1389)15. Le Bourgeois de Paris rapporte que le 22 mai 1428 le duc de Bourgogne vint à Paris monté sur un petit cheval comme un archer, "en guise d'archer", et précise de ce fait "et n'eut point été connu du peuple, si n'eut été le régent qui le compagnait et la régente après"16.

  • 17 Chronique des quatre premiers Valois, éd. S. Luce, Paris, 1862, p. 300.
  • 18 A. de La Grange, "Les entrées de souverains à Tournai", Mémoires de la société historique... de To (...)
  • 19 B. Guenée et F. Lehoux, op. cit., p. 63 (récit anonyme).
  • 20 Ibid., p. 72-75 ; T. et D. Godefroy, op. cit., 1, p. 656-658 (le héraut Berry, Chronique du roi Ch (...)
  • 21 T. et D. Godefroy, ibid., 1, p. 653-656.

9On connaît le soin avec lequel on imposa un cheval noir à l'empereur Charles IV, tandis qu'un cheval blanc était réservé au roi, lors de l'entrevue de 1378. Auparavant Charles IV montait un cheval blanc. Charles VI entre dans Rouen en 1382 sur un cheval blanc17. Mais la même année il entre dans Tournai sur un cheval gris18. Henri VI prend soin en 1431, lors de l'entrée dans Paris, de monter une "hacquenée blanche"19. Relevons également l'attention apportée sur ce point par le témoin. Le type et la couleur du cheval sont ensuite moins fréquemment précisées sans doute parce que la priorité est accordée aux housses emblématiques. Toutefois des nuances persistent. En 1437, Charles VII, lors de son entrée à Paris d'une importance majeure, en pleine guerre, est "armé de toutes piesses, sur un beau coursier". Son premier écuyer d'écurie est monté sur un "coursier" dont la housse est marquée du badge royal du cerf volant. Quatre autres coursiers suivent. L'écuyer d'écurie qui porte la grande épée royale est monté sur "ung genest". Enfin le bâtard d'Orléans, lui-même "armé de toute piesses", est également monté sur un coursier20. L'aspect militaire l'emporte dans ce témoignage. Dans un autre récit cette nuance n'apparaît pas. Seuls des "chevaux" sont relevés21.

  • 22 A. Chéruel, Histoire de Rouen sous la domination anglaise, Rouen, 1840 (réimpr. Marseille, 1977), (...)
  • 23 T. et D. Godefroy, op. cit., 1, p. 659-663.
  • 24 Ibid., 1, p. 663-670.

10La hiérarchie est soigneusement respectée dans les témoignages de l'entrée de Charles VII dans Rouen en 1449. Le comte de Saint-Pol est monté sur un cheval de bataille, divers chevaux sont ensuite mentionnés, mais le roi se présente sur un coursier22. Selon un autre témoignage c'est une hacquenée blanche qui porte le sceau du roi23. L'écuyer qui présente le chapeau du roi et Poton de Saintrailles, grand écuyer, qui porte l'épée du roi, sont montés sur de "grands destriers". Le roi enfin se présente sur un coursier. Les autres personnages sont montés, suivant leur importance ou leur rôle, sur des coursiers (Nevers, Clermont, Culant), des destriers (Saint-Pol, Dunois), ou des chevaux (pages, "gentils hommes",...). Mathieu d'Escouchy apporte des précisions24. Le roi est sur un palefroi de moyenne grandeur, Poton de Saintrailles sur un destrier et celui qui conduit les lances un destrier noir - couleur moins valorisante. Des coursiers de couleur variée sont également cités : un coursier bai est monté par Nevers, un coursier noir par Tancarville, un coursier pommelé par le comte de Saint-Pol, tandis que le premier chambellan du roi et le palefrenier sont portés par des coursiers, le second par un grand coursier couvert de drap d'or. Des "chevaux" portent le bailli de Rouen, l'écuyer d'écurie qui présente le manteau du roi, le seigneur de Montgascon et vingt hommes d'armes. Le sceau du roi est particulièrement honoré, il est porté par un "haubby d'Irlande" (un hobin). Si les détails parfois varient suivant les témoignages, une hiérarchie est observée par le type de cheval, son origine et sa robe.

  • 25 Carrel, Histoire de la ville de Caen depuis Philippe Auguste jusqu'à Charles IX, 1886, p. 159-162, (...)
  • 26 T. et D. Godefroy, op. cit., 1, p. 1004-1006 (Alain Chartier, Histoire du roy Charles VII).

11Lors de l'entrée du roi dans Caen en 1450, à l'issue de la conquête majeure de la Normandie, le roi est monté sur un cheval de bataille25. A Bordeaux, en 1451, en l'absence du roi, les grands sceaux dans un coffret aux armes du roi sont portés par une hacquenée blanche dont la selle est de velours cramoisi. Ce sont les couleurs de l'"habit royal", nous reviendrons sur ce point. Le grand écuyer d'écurie du roi était monté sur un coursier blanc couvert d'une housse aux couleurs de France. Les autres personnages se présentaient sur des chevaux "richement" couverts. Associé aux armes et aux couleurs du roi ainsi qu'à celles de l'"habit royal", le blanc désignait le roi en son absence26.

  • 27 Mémoires de Jacques du Clercq, éd. Reiffenberg, 1823, p. 116.

12Le roi peut également monter un cheval de couleur. C'est sur un cheval bai (brun tirant sur le rouge) qu'il entre dans Vendôme en 145827.

  • 28 T. et D. Godefroy, op. cit., 1, p. 172.
  • 29 C. Couderc, L'entrée solennelle de Louis XI à Paris (31 août 1461), Paris, 1896 [extrait de Mém. s (...)
  • 30 Ibid.

13Louis XI, lors de son sacre à Reims28, puis lors de l'entrée dans Paris, est monté sur un coursier blanc29. Un coursier accompagne le grand écuyer de France qui présente l'épée du roi. La suite du duc de Bourgogne est composée d'un coursier blanc, que monte le duc, fait exceptionnel qui souligne l'importance de son rôle auprès du roi, et de sept coursiers gris, le premier monté par un page. Les autres personnages sont portés par des coursiers (le comte de Charolais, le comte d'Etampes, le bâtard de Bourgogne, le premier page de sa suite, le comte de Boucan, le bâtard de Saint-Pol) ou des chevaux aux housses marquées de signes emblématiques. On relève le destrier parmi les pages du comte d'Etampes (Jean de Bourgogne), le roussin - le "rouchin" - hiérarchiquement inférieur, de Monseigneur de Ravestain, le frère cadet de Jean duc de Clèves30.

  • 31 T. et D. Godefroy, op. cit., 1, p. 184-185.
  • 32 Ibid., 1, p. 227.
  • 33 Ibid., 1, p. 208 et suiv. ; B. Guenée et F. Lehoux, op. cit., p. 105-119.
  • 34 T. et D. Godefroy, op. cit., 1, p. 229.

14Charles VIII, pour son couronnement à Reims, en 1484, est "monté sur un cheval de poil moreau (brun noir) fort esveillé"31. En revanche il est porté par une hacquenée blanche lors de son entrée dans Paris32. Une relation anonyme en vers précise la hiérarchie des chevaux : les bourgeois sur des roncins, le cortège royal sur des coursiers, le roi sur une hacquenée, enfin les sceaux du roi sur un grand palefroy33. Un autre témoignage mentionne le "coursier de prix" du roi et les chevaux des autres personnages34. A nouveau, sans retenir à la lettre ces témoignages, l'idée de hiérarchie est exprimée par la couleur, la robe, en l'occurrence le blanc pour le roi, et par le type de cheval.

  • 35 Ph. Lalande, "Le roi Louis XI à Brive", Bull. soc. archéol. et hist. du Limousin, 19 (1869), p. 24

15A l'issue de cette étude sur la monture, on ne peut qu'apprécier le geste d'humilité de Louis XI qui entra dans Brive, en 1464, sur une mule, comme le Christ à Jérusalem, le jour des Rameaux, référence fondamentale des entrées princières, royales et sans doute ecclésiastiques : "le roi descendit de sa mule, vint, à pied et à genoux, vénérer lesdites reliques"35.

  • 36 La Faille, Annales de la ville de Toulouse, 1ère partie, Toulouse, 1687, p. 200.
  • 37 Ibid., p. 195.
  • 38 P. Quarré, "La 'joyeuse entrée' de Charles le Téméraire à Dijon en 1474", Académie royale de Belgi (...)
  • 39 A. de Barante, Histoire des ducs de Bourgogne de la maison de Valois, 1364-1477, Bruxelles, 1838, (...)
  • 40 C. de Mérindol, "La politique du duc de Lorraine René II (1473-1508) à l'égard de la seconde maiso (...)

16Les textes fournissent parfois quelques renseignements sur les chevaux montés par la reine, le dauphin et d'autres princes. La reine Marie d'Anjou entre dans Toulouse en 1443 sur un cheval blanc36. Peu auparavant, en 1439, le dauphin Louis, lieutenant général en Languedoc, s'était présenté sur un cheval bai37. Charles le Téméraire, en armure, monte un genet lorsqu'il entre dans Dijon en 147438. Le plus souvent il monte un cheval noir, la couleur de la cour de Bourgogne. Son cheval se nommait Moreau (brun noir, noir)39. La robe du cheval de René II de Lorraine est grise. Le prince montait un "cheval griffon, nommé la Dame". Le gris appartenait au système emblématique du prince40.

Le costume

  • 41 Le religieux de Saint-Denis, op. cit., p. 457, 459.

17L'importance du vêtement est indiscutable. Lors de l'entrevue de Richard II et de Charles VI, les ducs de Lancastre et de Gloucester et le comte de Rutland avaient demandé, conformément à l'étiquette en cours, quel habillement les deux rois porteraient dans leur entrevue, Juxta observancias regales quesierant quo habitu ambo principes convenerunt. Il en est de même des ducs de Berry et de Bourgogne s'adressant au roi d'Angleterre. Richard répondit que les traités de paix et les pactes d'alliance reposaient sur une affection cordiale, et que le luxe des vêtements ne servait point à les consolider. Les deux rois se rencontrèrent simplement habillés41.

La taxinomie des étoffes

  • 42 T. Godefroy, Entrevue de Charles IV empereur et de Charles V ray de France à Paris l'an 1378, Pari (...)

18Les livrées utilisées lors de l'entrevue du roi Charles V et de l'empereur Charles IV en 1378 sont particulièrement significatives. Le velours est porté par les chevaliers des ducs de Berry et de Bourgogne, les chambellans, les maîtres d'hôtels et les chevaliers d'honneur. La soie est réservée aux écuyers, aux queues et écuyers de cuisine, pour leurs houppelandes et leurs aumusses. Le camocas concerne les écuyers du corps et de l'écurie. Le satin est porté par les officiers panetiers, les échansons et les valets tranchants ainsi que les officiers du dauphin ; le drap par les sergents d'armes ; le drap rayé et parti par les valets de chambre ; enfin le drap rayé brun et parti par les sommeliers42.

  • 43 B. et H. Prost, Inventaires mobiliers et extraits des comptes des ducs de Bourgogne de la maison d (...)

19Lors de l'entrée d'Isabeau de Bavière à Paris en 1389, le velours est réservé au duc de Bourgogne, le comte de Nevers et vingt chevaliers, tandis que 247 livrées de satin sont prévues pour les écuyers et autres officiers et servants de la cour de Bourgogne43.

La taxinomie des couleurs et de leur disposition

  • 44 Voir notamment T. Godefroy, Entrevue, op. cit., p. 55, 59, 60, 61, 62-63, 64.

20Le rouge, première couleur dans l'échelle taxinomique, est réservé au roi et aux chevaliers d'honneur lors de la rencontre de Charles V et de Charles IV en 137844. Les couleurs sombres, à l'autre extrémité de l'échelle, sont portées par les maîtres d'hôtels, l'ynde et le tanné, les écuyers du corps et de l'écurie, qui ont pour charge les armes et les armures du roi, le bleu. Associés à une autre couleur, dans une disposition parti, disposition inférieure, elles sont employées par les huissiers d'armes, en service à l'intérieur de l'hôtel, un parti bleu et rouge, et par les sergents d'armes, un parti bleu et noir. Le rouge et le noir interviennent pour souligner la hiérarchie entre ces deux corps de serviteurs. Les autres officiers portent des couleurs sombres dans une disposition et une présentation inférieure : un parti blanc et tanné par les officiers panetiers, les échansons et les valets tranchants, un parti rayé gris et blanc contre un noir pour les valets de chambre, chefs des différents services, enfin un parti rayé brun contre un vermeil pour les sommeliers. Les rayures sont nettement dévalorisantes.

  • 45 Il se trouve alors près de Duras, où il s'est arrêté pour l'hiver dans sa marche victorieuse en Gu (...)
  • 46 C. de Mérindol, "Couleur, étoffe et politique à la fin du Moyen Age. les couleurs du roi et les co (...)

21Les princes qui accompagnent le roi portent également et exceptionnellement un costume parti. Le parti blanc et bleu souligne la hiérarchie par rapport au roi, l'azur étant la couleur de la maison de France. Il est porté par le duc de Bourbon, frère de la reine, et le comte d'Eu, le cousin germain du roi, accompagnés de trois cents chevaux, à Compïègne lorsqu'ils accueillent, au nom du roi, Charles IV. Ce parti sera la livrée du roi et celle des Bourbons. En revanche un parti noir et gris, particulièrement dévalorisant - le noir n'est pas encore la couleur emblématique de la nouvelle maison de Bourgogne et le gris reste encore une couleur dévalorisée - est porté par les deux frères du roi, les ducs de Berry et de Bourgogne - le duc d'Anjou, en campagne avec Du Guesclin, est absent de Paris45 - et leurs chevaliers et écuyers recevant l'empereur à Senlis. Une hiérarchie entre les princes semblent donc soulignée par le port de ces couleurs. On sait que, sur le plan militaire, le duc de Bourbon est fort estimé - après Louis d'Anjou qui occupe la première place - tandis que le duc de Bourgogne et le duc de Berry sont moins appréciés par le roi, le premier pour ses difficultés en 1369 devant Calais, le second pour son inefficacité. Des indices relevés lors de l'entrevue semblent aller dans ce sens46.

La taxinomie des couleurs et l'emblématique

  • 47 Pour les références, ibid.

22Autre exemple fort significatif de l'usage de la taxinomie des couleurs : la cour de Philippe le Hardi où nous avons repéré au moins huit systèmes de couleurs différents suivant les circonstances et les intentions politiques que la cour voulait souligner47. Ainsi le rouge est employé par le duc au sacre de Charles V en 1364, aux noces de la reine Isabeau de Bavière en 1389 ainsi qu'au couronnement de la reine et aux noces du duc de Touraine la môme année. Le rouge permettait de souligner l'importance de la cour ducale ou de compenser ses faiblesses politiques - la perte du pouvoir en 1388. En revanche c'est le parti rouge et blanc, sur lequel nous reviendrons, qui est porté par la cour de Bourgogne lors des expéditions et les entrées royales : le "passage d'Angleterre" en juin-novembre 1386, l'entrée du roi à Dijon en 1390, de retour du midi, alors que triomphe le parti des Marmousets qui a chassé les trois oncles du roi du pouvoir, le "voyage de Bretagne” en 1392, le "voyage de Frise" en 1395-1396, l'envoi d'une ambassade en vue du rachat de Jean de Nevers aux Turcs en 1397, la "chevauchée dans le Nord" en 1398, la livrée de l'hôtel de Jean de Bourgogne la même année, enfin le mariage d'Antoine, le fils cadet, et de Jeanne de Saint-Pol en 1402.

23Le rouge associé au vert est utilisé davantage pour les fêtes : fêtes de Saint-Denis en mai 1389, l'entrée de la reine à Paris la même année, la fête du premier mai 1390 à Paris. Le vert est la couleur du printemps, de la fête, de la jeunesse et de la chasse. Ces deux couleurs sont également portées par l'écurie ducale en 1387-1388 - palefreniers, harnois, selles et costumes du duc et de ses proches - par la vénerie et la fauconnerie en 1392, ainsi que par les ménestrels et les trompettes la même année. La jeune famille du comte de Nevers porte également alors ces couleurs.

24Le rouge associé au bleu en une disposition rare pour un prince, un palé, est porté par le duc en 1367. On retrouve cette association en certaines circonstances, l'expédition de Guyenne en 1373, le traité de paix à Boulogne-sur-mer en 1384, les noces de Jean et de Marguerite de Bourgogne à Cambrai en 1385. Il est vraisemblable que le bleu soulignait l'appartenance au camp du roi.

25Nous apprécions ainsi mieux l'exceptionnel parti noir et gris porté par le duc et sa suite lors de l'entrevue du roi et de l'empereur en 1378.

26Vraisemblablement c'est en référence aux couleurs emblématiques du roi Charles VI, que le duc en 1394, député par le Conseil du roi à titre de médiateur, ainsi que sa suite sont marqués des couleurs blanc, rouge et noir. Le genêt, autre emblème du roi, figure sur les étoffes de la cavalerie à l'usage du duc.

  • 48 Voir supra la note 39.

27Un bel exemple de la puissance évocatrice de la couleur rouge date de 1473. Lors de l'entrevue de Charles le Téméraire et de l'empereur à Trèves, l'archevêque de la ville et son frère le margrave, ainsi que six cents hommes d'armes, le reçoivent vêtus de rouge48.

L'habit royal, l'"état royal"

  • 49 Le Bourgeois de Paris, op. cit., p. 371.
  • 50 Ibid., p. 306.
  • 51 T. et D. Godefroy, op. cit., 1, p. 627.

28Le vêtement rouge et blanc est pour le roi le second vêtement, après celui du sacre (héraldique), et, pour les princes, le "vêtement royal". Lors des funérailles de Charles V, en 1380, on rapporte : "et vint en état royal, c'est à savoir, tout vêtu d'écarlate vermeille, de housse, de chaperon fourré (blanc) comme à l'état royal appartient"49. En 1431, lors de l'entrée de Henri VI, l'effigie du roi est "en état royal, housse vermeille et chaperon fourré"50. En 1442, pour son couronnement, François Ier de Bretagne, à Rennes, est vêtu de "l'ancien habit des roys de Bretagne (qui) est une soustane pourpre fourrée d'hermine" et "par dessus icelle le manteau royal de mesme". "Son bonnet (est) de velours de couleur de pourpre fourré d'hermines"51. Le rouge et le blanc sont souvent associés par opposition de densité. Michel Pastoureau l'a souvent rappelé. Le rouge et le blanc étaient les couleurs de l'ordre de l'Etoile fondé par le roi Jean le Bon.

L'"habit royal" et les couleurs emblématiques

  • 52 B. Guenée et F. Lehoux, op. cit., p. 56, 58.
  • 53 De La Grange, op. cit., p. 32 et suiv.
  • 54 Coulet, op. cit., p. 78 d'après le Journal de Jean Le Fèvre. Coulet affirme incorrectement qu'il f (...)
  • 55 Le Bourgeois de Paris, op. cit., p. 371.

29Un jeu entre les deux systèmes de couleurs apparaît alors et se développe au cours du XVe siècle. "L'habit royal" (rouge et blanc) semble peu fréquent sous le règne de Charles VI. L'héraldique marque le roi lors de son entrée dans Paris en 138052. L'or est utilisé pour son entrée dans Tournai, ville hautement symbolique, deux ans plus tard53. A la même époque, en 1387, le duc d’Anjou, Louis II, et son cheval sont marqués d'héraldique (Sicile et Jérusalem) lors de son entrée dans Aix, la capitale du comté de Provence54. Aux funérailles de Charles VI, en 1422, le corps du roi est vêtu de vermeil et d'hermine tandis que les souliers sont marqués d'héraldique55.

  • 56 B. Guenée et F. Lehoux, op. cit., p. 63.
  • 57 T. et D. Godefroy, op. cit., 1, p. 653-656.
  • 58 De Beaucourt, "Charles VII à Rouen en 1417, 1418 et en 1449", Bulletin de la Soc. hist. de Normand (...)
  • 59 T. et D. Godefroy, op. cit., 1, p. 663-670.
  • 60 Voir supra la note 25.
  • 61 Couderc, op. cit., p. 22.
  • 62 T. et D. Godefroy, op. cit., 1, p. 109-110 ; 227 ; 212.

30Le jeu se développe ensuite lors des entrées royales sur le corps du roi et le cheval qui le porte. En 1431, à Paris, l'héraldique marque Henri VI tandis que le cheval est blanc56. En 1437, si l'héraldique marque le roi Charles VII, à Paris, sa cotte est rouge et blanc et son chapeau de castor blanc et de velours incarnat, tandis que le cheval porte les armoiries57. En 1449, le chapeau du roi, à Rouen, est rouge et blanc et le cheval est marqué d'héraldique58. Le manteau "d'écarlate pourpre fourré d'hermines" est à présent séparé du roi, et présenté par l'écuyer d'écurie, comme d'autres signes du pouvoir, dont le sceau royal59. En 1450, à Caen, seul le chapeau du roi est rouge et blanc60. En 1461 cela est plus complexe mais reste comparable : le rouge et le blanc - couleurs devenues personnelles - sont portés par le roi, tandis que le cheval est blanc et qu'un second cheval, sans cavalier, est marqué d'héraldique61. Enfin, en 1484, à Paris, le chapeau de Charles VIII est blanc, son cheval porte du blanc et de l'or, tandis que le second cheval, "sur lui n'estoit ame monté", est marqué d'héraldique royale62.

31Ainsi peu à peu, phénomène bien connu, se sépare la personne du roi. L'héraldique, signe davantage en rapport avec un groupe, signe familial ou dynastique, se sépare de la personne du roi, marque d'abord son cheval puis ensuite les abandonne tous deux pour une seconde monture privée de cavalier. Ce glissement est sensible dans les signes du pouvoir. Lorsque l'héraldique domine sur le roi et son cheval, le manteau, ou la cotte d'arme, fait partie des signes du pouvoir avec l'épée et le heaume (Henri VI en 1431, Charles VII en 1437). En revanche lorsque l'héraldique les a totalement abandonné et est remplacé par l'"habit royal" (Louis XI en 1461) puis par le blanc et l'or (Charles VIII en 1484) le manteau qui s'est déjà séparé du roi (Rouen 1449) disparaît.

  • 63 T. et D. Godefroy, op. cit., 1, p. 659-663.
  • 64 Ibid., p. 1004-1006.
  • 65 B. Guenée et F. Lehoux, op. cit., p. 110.

32Le sens accordé aux couleurs rouge et blanc évolue à la fin du siècle. A Rouen, en 1449, le sceau royal, signe de l'office royal, accompagné du chancelier, homme de justice, est présenté dans un coffre aux armes de France sur un cheval blanc lui-même recouvert d'une housse aux armes, comme le cheval du roi63. A Bordeaux, deux ans plus tard, le roi absent, c'est le rouge et le blanc qui marquent le cheval qui porte le coffret aux armes : la monture est blanche et la selle rouge64. Enfin en 1484, à Paris, le coffret d'or est porté par un cheval couvert d'une housse rouge, près duquel se trouvait le chancelier "comme homme de Iustice"65.

Les couleurs de "l'habit royal" en d'autres cours

  • 66 Pour les références, C. de Mérindol, "Essai sur l'emblématique et la thématique de la maison de Br (...)

33Le couronnement de François Ier duc de Bretagne en 1442 n'est pas le seul témoignage de l'usage de "l'habit royal", rouge et blanc, à la cour de Bretagne66. Pierre II vêtu de l'habit royal a ouvert les États à Vannes, le 25 mai 1451. François II est aussi "en ses vêtements et abits royaux" en 1462. Le président du Parlement, à Vannes, porte alors également "l'habit royal". On assiste au même glissement. Au siècle suivant les présidents et conseillers en Franche-Comté portent le rouge et l'hermine. Pour vêtir le corps de François II (mort en 1486) sont commandés "pour l'abit roial deux aulnes et demye d'escarlatte... pour le fourrer par les bords V dozaines d'ermines".

  • 67 C. de Mérindol, "Les armes de France dans l'armorial Jörg Rugenn (Innsbruck, Bibliothèque de l'Uni (...)
  • 68 C. de Mérindol, "L'église du couvent de Saint-Nicolas de Tolentin à Brou", Bulletin de la Société (...)

34Une recherche systématique dans d'autres cours permettrait sans doute les mêmes observations. Les bonnets qui coiffent les écus des princes, des rois et des empereurs sont notamment rouges au revers d'hermine dans nombre d'armoriaux et d'oeuvres d'art à la fin du siècle et au siècle suivant. Nous en avons pour exemple l'armorial Conrad Grunenberg en 1483, l'armorial Jörg Rugenn vers 1495, que nous venons partiellement de publier67, et les vitraux héraldiques de l'église de Brou, commandés par Marguerite d'Autriche dans les années vingt du siècle suivant. Nous venons d'en proposer une nouvelle mise au point68.

Les couleurs des suites princières dans le cortège royal. Les entrées de Rouen (1449) et de Paris (1461)

L'entrée de Rouen (1449)

  • 69 C. de Mérindol, Fêtes de chevalerie à la cour du roi René : les joutes de Nancy, le Pas de Saumur (...)

35Les témoignages particulièrement abondants et précis sur l'entrée du roi Charles VII dans Rouen en 1449 fournissent un champ nouveau de réflexions et de recherches sur la composition du cortège et les couleurs employées par les participants. Des recherches récentes sur l'emblématique des familiers de la cour royale, utilisée à l’occasion de joutes et de pas contemporains69, nous ont permis de mieux différencier notamment les livrées permanentes et les livrées d'occasion, les jeux de couleurs avec les émaux des armoiries et l'intervention de la référence royale, sous la forme des émaux de la maison de France, l'azur et l'or, de l'habit royal, le rouge et le blanc, et des croix blanches sur un fond rouge ou violet. Ces couleurs sont utilisées en particulier sur la personne du prince, sur la housse du cheval et par les membres et les chevaux de sa suite, qui offre également d'autres jeux. Nous suivons l'ordonnance du cortège.

36- Le comte de Saint-Pol, Louis de Luxembourg.

  • 70 Nous avons retenu la Chronique de Normandie (voir supra la note 22) et les témoignages d Enguerran (...)

37Malgré les variations des témoignages70, il semble que la housse de son cheval était de couleur noir et blanc, de même que les vêtements de trois pages. Le noir et le blanc sont les couleurs de sa livrée permanente. Un palefrenier tenait un cheval dont la housse était d'or.

38- Le "comte d'Evreux", en fait Pierre de Brézé. Il avait reçu du roi des biens confisqués sur les partisans du roi d'Angleterre à Evreux et des revenus sur le comté (1445-1446). Il est ainsi nommé au Pas de Saumur en 1446.

39Sa suite est vêtue de rouge marqué de croix blanches.

40- Le chancelier de France, Guillaume des Ursins. Il accompagne le sceau du roi.

  • 71 Bryant a fort bien relevé ces points et le précédent, op. cit., p. 530, mais il est silencieux sur (...)

41Le chancelier est vêtu de l'"habit royal", rouge et blanc : "en habits royaux, c'est à scavoir robbe, manteau et chapperon d'écarlate fourrez de menu vair"71.

42- Poton de Saintrailles. Il tient l'épée royale.

43La housse de son cheval est aux armes royales.

44- Le comte du Maine, Charles d'Anjou.

45Les housses des chevaux de sa suite sont marquées de la croix blanche.

46- Le comte de Nevers, Charles, fils du frère de Jean Sans Peur, conseiller du roi Charles VII (1446, 1447). Il a participé aux joutes royales de Tours en 1447.

47La housse de son cheval est aux couleurs du roi, rouge, blanc et vert. Trois pages portent la livrée noir et violet de la maison de Bourgogne. Sa suite est composée de onze gentilshommes montés sur des chevaux dont la housse rouge, ou violette, suivant les témoignages, est marqué de la croix blanche. Le douzième est vêtu de vert, couleur de la jeunesse et de la fête mais qui joue aussi, sans doute, comme il est fréquent dans les oeuvres d'art, de couleur de l'écart.

48- Jean de Clermont, fils du duc Charles de Bourbon.

49La housse de son cheval et ses pages portent les couleurs de la livrée permanente, peut être devenue la livrée de famille, cramoisi d'or.

50- Charles de Culant, grand maître d'hôtel du roi.

51La housse de son cheval est aux couleurs de sa livrée permanente, or, azur et gueules.

52- Le comte de Dunois, Jean bâtard d'Orléans.

53Le Dunois portait une jaquette de velours vermeil (ou violette) fourrée de marte, fourrure brune moins valorisante que le vair ou l'hermine. La housse de son cheval était de même couleur rouge.

54- Jacques Coeur.

55L'Argentier du roi portait la même jaquette, mais la housse de son cheval, ceci est bien souligné par les témoins, était de satin cramoisi marqué de la croix blanche.

56- Le roi René.

57Les archers de René d'Anjou portaient les couleurs de sa livrée : gris, blanc et noir.

58- Le comte de Tancarville, Guillaume d'Harcourt.

59Son coursier noir portait une housse de satin cramoisi.

60- Le seigneur de Montgascon et le seigneur de Castres.

61La housse de leur cheval était respectivement de velours violet et de satin bleu et gris.

62Le cortège royal de l'entrée dans Rouen, en 1449, est ainsi très clair. Le choix et la répartition des couleurs soulignent la hiérarchie et les rapports avec le roi. Les armoiries royales marquent la housse du cheval du premier écuyer d'écurie, Poton de Saintrailles, qui porte l'épée du roi, l'"habit royal" (rouge et blanc) est porté par le chancelier de France, Guillaume des Ursins, qui accompagne le sceau du roi, les couleurs de Charles VII (rouge, vert et blanc) marquent la housse du cheval du comte de Nevers, de la famille de Bourgogne, mais conseiller du roi, les croix blanches timbrent les vêtements rouges (ou violets) de la suite de Pierre de Brézé, nommé comte d'Evreux, un familier du roi, ainsi que les housses des chevaux de la suite du comte du Maine et du comte de Nevers et celle du cheval de l'Argentier du roi Jacques Coeur, alors que le comte de Dunois, tout proche, qui porte la même jaquette rouge et brune (fourrée de marte), est monté sur un cheval dont la housse est rouge (ou violette). Les livrées princières apparaissent sur les housses des chevaux du comte de Saint-Pol, de Jean de Clermont et de Charles de Culant et revêtent les pages du comte de Saint-Pol, du comte de Nevers et de Jean de Clermont, ainsi que les archers du roi René. Deux couleurs marquent un écart. La housse d'un cheval tenu par un palefrenier à la fin de la suite du comte de Saint-Pol, en tête du cortège, est de couleur or. Le douzième gentilhomme de la suite du comte de Nevers, de la maison de Bourgogne, mais conseiller du roi, est vêtu de vert, tandis que la housse du cheval du comte est aux couleurs du roi. Ces trois couleurs étaient portées en tête du cortège par six cents archers des rois de France et de Sicile et de plusieurs autres seigneurs.

L'entrée de Paris (1461)

  • 72 Voir supra la note 29.

63L'entrée de Louis XI dans Paris en 1461 est exceptionnellement fastueuse sous ce règne. La seconde particularité est la composition en deux camps, le parti bourguignon, du no 2 au no 67, le no 1 étant Louis XI, et le parti du roi, du no 68 au no 114, selon la version publiée par Couderc72. L'importance du camp bourguignon est considérable. La réponse du camp royal devait être de même niveau.

  • 73 Par exemple, selon Olivier de la Marche, lors du mariage de Charles le Téméraire et de Marguerite (...)

64Les couleurs du parti de Bourgogne sont le noir, puis le rouge et le noir, enfin le violet et le noir qui est inférieur au groupe précédent73. Les emblèmes sont également le couple des lettres E (eques ecclesiae ?), les briquets et les croix blanches de saint André. Les emblèmes du parti du roi sont les émaux des armoiries, l'azur et l'or, et les couleurs de l'habit royal, le rouge et le blanc, devenues les couleurs du roi Louis XI, qu'il porte en tête du cortège. Nous présentons le jeu des deux systèmes dans le cortège. Une étude des livrées personnelles et autres jeux de couleurs serait utile.

Le parti du duc de Bourgogne

65- Le duc (no 2)

66Philippe de Bourgogne porte un vêtement noir marqué de deux E "couplés ensemble". Son coursier, exceptionnellement blanc, nous l'avons dit, est recouvert d'une housse noire timbrée de briquets et de E couplés. Le chanfrein du cheval était couvert de velours noir semé de perles blanches.

67- Les pages (no 3) et les commis (no 4)

68Les chevaux des pages et des commis, de couleur grise, portaient des housses noires. Le dernier coursier était marqué de la croix blanche de saint André. Relevons, à ce propos, l'importance particulière accordée, à nouveau, à l'extrémité de la suite.

69- Le cortège (no 5 à no 67)

70Dans le cortège où les trois systèmes de couleurs de la maison de Bourgogne dominent, intervient cependant quelque écho du second parti, le parti du roi.

71- Le comte de Charolais (no 5) porte une robe rouge et blanche

72- Le second et le sixième cheval, le dernier de sa suite (no 6), portent respectivement une housse azur et or, rouge et blanche.

73- Jacques de Bourbon (no 12), fils de Charles Ier et frère du duc Jean Ier. La housse de son cheval est "d'or bleu".

74- Le comte de Wurtenberg (no 13), de même.

75- Le comte de Boucan (no 19). La housse du second cheval de sa suite est de même.

Le parti du roi

76Nous ne retenons que l'emblématique royale portée par les seigneurs du parti du roi.

77- Le duc de Bourbon, en tête (no 68). La housse de son cheval est "d'or bleu".

78- Le comte de Saint-Pol qui suit (no 69). La housse de son cheval est de velours cramoisi.

79- Les pages du comte de Saint-Pol à la suite (no 70). Le premier page est vêtu "d'or bleu d'ermines", le second de noir - la livrée permanente est le noir et le blanc -, le troisième de bleu et or, "qui est sa devise".

80- Charles de Savoie enfin (no 71). La housse de son cheval est "d'or bleu".

81- Jacques de Luxembourg (no 74), de même.

82- Jean II de Brosse, comte de Penthièvre (no 77). La housse de son cheval est rouge et blanche.

83- Trente-six chevaliers et écuyers (no 85), en queue du cortège, étaient "habilliés et houchiés de damas blanc et rouge, à la devise du roy".

***

  • 74 Le Religieux de Saint-Denis, op. cit., 2, p. 77, 79.
  • 75 Ibid., p. 467.
  • 76 G. Mathieu, The court of Richard II, Londres, 1968, p. 50.
  • 77 Le Religieux de Saint-Denis, op. cit., p. 463.
  • 78 L. Mirot, "Isabelle de France...", Revue d'histoire diplomatique, 19 (1905), p. 88.

84D'autres recherches devraient être menées non seulement à propos des cortèges des entrées et autres fêtes importantes, mais également à propos de tournois, de joutes et de pas, de missions diplomatiques ou autres, et, plus largement, à l'occasion de ces actes le plus souvent politiques. Ces recherches devraient retenir le cadre, les cadeaux et autres gestes significatifs de ces événements. L'importance de l'emblématique et de la thématique est rarement relevée. Nous achèverons cette brève étude par l'exemple encore une fois particulièrement significatif et symbolique de l'alliance de Richard II et de Charles VI. Des tentures représentant des scènes de batailles et des destructions de villes sont refusées comme contraires à la paix par le duc de Lancastre pour la conférence franco-anglaise en 1393 à Lelinghen. Elles avaient été installées par le duc de Berri dans une chapelle près du village. La Passion du Christ fut choisie et approuvée74. Lors de la rencontre des deux rois, Charles VI, qui était irrité envers le duc de Milan, ayant aperçu, parmi les hérauts d'armes, celui dudit duc, le fit dépouiller des armoiries de son maître et le chassa de sa présence75. Enfin le duc de Bourgogne offrit à Richard II les tentures représentant des Vertus et des Vices, des rois et des empereurs, un Calvaire et une vie de saint Ursin76. Charles VI présenta au roi d'Angleterre quatre ornements d'autel figurant la Trinité, le Mont des oliviers, et les images de saint Georges et de saint Michel77, ainsi qu'une aiguière d'or en forme de nef, supportée par un ours et ornée à ses extrémités d'un tigre se regardant dans un miroir78. On reconnaît aisément l'emblématique de Charles VI (le tigre), de Berry (saint Ursin et l’ours), la protection des deux rois chevaliers (saint Georges et saint Michel), la thématique propre à la maison de France (la Trinité) mais également la base morale et politique de leur démarche (vertus et vices, calvaire, Mont des oliviers, rois et empereurs).

Notes

1 Voir par exemple J. Jacquot, Les fêtes de la Renaissance, 3 vol., Paris, 1956-1975 ; id., "La fête princière", dans Histoire des spectacles. Encyclopédie de la Pléiade, Paris, 1965, p. 211-213, p. 215-223 ; B. Guenée et F. Lehoux, Les entrées royales françaises de 1328 à 1515, Paris, 1968 (avec bibliographie) ; E. Konigson, L'espace théâtral médiéval, Paris, 1975 ; A.-M. Lecoq, "La citta festeggiante" : les fêtes publiques aux XVe et XVIe siècles", Revue de l'art, 31 (1976), p. 83-100 ; N. Coulet, "Les entrées solennelles en Provence au XIVe siècle", Ethnologie française, 7 (1977), p. 63-82.

2 M. Bryant, "La cérémonie de l'entrée à Paris au Moyen Age", Annales ESC (1986), no 3, p. 513-542 ; repris dans The King and the city in the parisian royal entry ceremony : politics, ritual, and art in the Renaissance, Genève, 1986.

3 Voir note 1.

4 C. de Mérindol, "Théâtre et politique à la fin du Moyen Age. Les entrées royales et autres cérémonies. Mises au point et nouveaux aperçus", dans Théâtre au Moyen Age, 115e Congrès nat. soc. sav., Avignon, 1990, p. 179-212.

5 B. Guenée et F. Lehoux, op. cit., no XIX.

6 Le Religieux de Saint-Denis. Chronique de Charles VI, éd. L.-F. Bellaquet, Paris, 1839-1852, 2, p. 460.

7 Ibid., 2, p. 469.

8 T. et D. Godefroy, Le cérémonial françois, Paris, 1649, 1, p. 152.

9 Ibid., 1, p. 637-647.

10 Ibid., 1, p. 755.

11 Chronique de Jean Le Fèvre, seigneur de Saint-Rémy, éd. F. Morand, Paris, 1876-1881, 2, p. 162.

12 Olivier de la Marche, Mémoires, éd. Beaune et d'Arbaumont, Paris, 1883-1888, 3, p. 106, 110, 111, 113-114.

13 Voir supra la note 8.

14 Voir supra la note 10.

15 Voir supra la note 9.

16 Journal d'un bourgeois de Paris de 1405 à 1449, éd. C. Beaune, Paris, 1990, p. 477.

17 Chronique des quatre premiers Valois, éd. S. Luce, Paris, 1862, p. 300.

18 A. de La Grange, "Les entrées de souverains à Tournai", Mémoires de la société historique... de Tournai, 19 (1885), p. 32 et suiv.

19 B. Guenée et F. Lehoux, op. cit., p. 63 (récit anonyme).

20 Ibid., p. 72-75 ; T. et D. Godefroy, op. cit., 1, p. 656-658 (le héraut Berry, Chronique du roi Charles VII).

21 T. et D. Godefroy, ibid., 1, p. 653-656.

22 A. Chéruel, Histoire de Rouen sous la domination anglaise, Rouen, 1840 (réimpr. Marseille, 1977), p. 130-134 (Chronique de Normandie, f° 109).

23 T. et D. Godefroy, op. cit., 1, p. 659-663.

24 Ibid., 1, p. 663-670.

25 Carrel, Histoire de la ville de Caen depuis Philippe Auguste jusqu'à Charles IX, 1886, p. 159-162, 164-165.

26 T. et D. Godefroy, op. cit., 1, p. 1004-1006 (Alain Chartier, Histoire du roy Charles VII).

27 Mémoires de Jacques du Clercq, éd. Reiffenberg, 1823, p. 116.

28 T. et D. Godefroy, op. cit., 1, p. 172.

29 C. Couderc, L'entrée solennelle de Louis XI à Paris (31 août 1461), Paris, 1896 [extrait de Mém. soc. hist. Paris, 23 (1896), p. 125-166] (= BN, ms fr. 5739 f  247).

30 Ibid.

31 T. et D. Godefroy, op. cit., 1, p. 184-185.

32 Ibid., 1, p. 227.

33 Ibid., 1, p. 208 et suiv. ; B. Guenée et F. Lehoux, op. cit., p. 105-119.

34 T. et D. Godefroy, op. cit., 1, p. 229.

35 Ph. Lalande, "Le roi Louis XI à Brive", Bull. soc. archéol. et hist. du Limousin, 19 (1869), p. 24.

36 La Faille, Annales de la ville de Toulouse, 1ère partie, Toulouse, 1687, p. 200.

37 Ibid., p. 195.

38 P. Quarré, "La 'joyeuse entrée' de Charles le Téméraire à Dijon en 1474", Académie royale de Belgique. Bulletin de la classe des Beaux-arts, 51 (1969), p. 326-340, ici p. 332.

39 A. de Barante, Histoire des ducs de Bourgogne de la maison de Valois, 1364-1477, Bruxelles, 1838, 2, p. 537.

40 C. de Mérindol, "La politique du duc de Lorraine René II (1473-1508) à l'égard de la seconde maison d'Anjou, de la France et de la Bourgogne, d'après le témoignage de l'emblématique et de la thématique", dans Les pays de l'Entre-deux au Moyen Age, 113e Congrès national des sociétés savantes, Strasbourg, 1988, Hist. méd. et phil., p. 61-114, ici p. 88-89.

41 Le religieux de Saint-Denis, op. cit., p. 457, 459.

42 T. Godefroy, Entrevue de Charles IV empereur et de Charles V ray de France à Paris l'an 1378, Paris, 1613, p. 55, 62-63 ; C. de Mérindol, "Signes de hiérarchie sociale à la fin du Moyen Age d'après le vêtement. Méthodes et recherches", dans Le vêtement. Histoire, archéologie et symbolisme vestimentaires du Moyen Age. Cahiers du Léopard d'or, sous la dir. de Michel Pastoureau, 1, Paris, 1989, p. 181-222.

43 B. et H. Prost, Inventaires mobiliers et extraits des comptes des ducs de Bourgogne de la maison de Valois (1363-1477). Philippe le Hardi (1363-1377 et 1378-1390), Paris, 1902 et 1908, 2, no 3254.

44 Voir notamment T. Godefroy, Entrevue, op. cit., p. 55, 59, 60, 61, 62-63, 64.

45 Il se trouve alors près de Duras, où il s'est arrêté pour l'hiver dans sa marche victorieuse en Guyenne, R. Delachenal, Histoire de Charles V, Paris, 1909-1931, 5, p. 78.

46 C. de Mérindol, "Couleur, étoffe et politique à la fin du Moyen Age. les couleurs du roi et les couleurs d’une cour ducale", dans 112e Congrès nat. soc. sav., Lyon, 1987, Hist. médiévale, p. 221-249, ici p. 234.

47 Pour les références, ibid.

48 Voir supra la note 39.

49 Le Bourgeois de Paris, op. cit., p. 371.

50 Ibid., p. 306.

51 T. et D. Godefroy, op. cit., 1, p. 627.

52 B. Guenée et F. Lehoux, op. cit., p. 56, 58.

53 De La Grange, op. cit., p. 32 et suiv.

54 Coulet, op. cit., p. 78 d'après le Journal de Jean Le Fèvre. Coulet affirme incorrectement qu'il faut attendre 1449.

55 Le Bourgeois de Paris, op. cit., p. 371.

56 B. Guenée et F. Lehoux, op. cit., p. 63.

57 T. et D. Godefroy, op. cit., 1, p. 653-656.

58 De Beaucourt, "Charles VII à Rouen en 1417, 1418 et en 1449", Bulletin de la Soc. hist. de Normandie, 3 (1880-1883), p. 326-354.

59 T. et D. Godefroy, op. cit., 1, p. 663-670.

60 Voir supra la note 25.

61 Couderc, op. cit., p. 22.

62 T. et D. Godefroy, op. cit., 1, p. 109-110 ; 227 ; 212.

63 T. et D. Godefroy, op. cit., 1, p. 659-663.

64 Ibid., p. 1004-1006.

65 B. Guenée et F. Lehoux, op. cit., p. 110.

66 Pour les références, C. de Mérindol, "Essai sur l'emblématique et la thématique de la maison de Bretagne. Mise au point, nouvelles lectures, nouvelles perspectives", dans 1491. La Bretagne, terre d'Europe, Brest, 1992, p. 265-294, ici p. 279.

67 C. de Mérindol, "Les armes de France dans l'armorial Jörg Rugenn (Innsbruck, Bibliothèque de l'Université, ms. 545)", Revue française d'héraldique et de sigillographie, 62 (1992) (sous presse).

68 C. de Mérindol, "L'église du couvent de Saint-Nicolas de Tolentin à Brou", Bulletin de la Société nat. des Antiquaires de France (1993), à paraître.

69 C. de Mérindol, Fêtes de chevalerie à la cour du roi René : les joutes de Nancy, le Pas de Saumur et le Pas de Tarascon. Emblématique, art, histoire, en cours de publication dans Mémoires et documents du comité des travaux historiques et scientifiques.

70 Nous avons retenu la Chronique de Normandie (voir supra la note 22) et les témoignages d Enguerrand de Monstrelet et de Mathieu d'Escouchy, respectivement T. et D. Godefroy, op. cit., 1, p. 659-663, 663-670.

71 Bryant a fort bien relevé ces points et le précédent, op. cit., p. 530, mais il est silencieux sur les couleurs et les emblèmes.

72 Voir supra la note 29.

73 Par exemple, selon Olivier de la Marche, lors du mariage de Charles le Téméraire et de Marguerite d'York en 1468, sont vêtus de noir et de cramoisi les gentilshommes de l'hôtel, les chambellans, les seigneurs du sang, les chefs d'office, les chevaliers et les gens du conseil, tandis que le noir et le violet sont réservés pour les serviteurs et les valets, voir supra la note 12 (p. 109).

74 Le Religieux de Saint-Denis, op. cit., 2, p. 77, 79.

75 Ibid., p. 467.

76 G. Mathieu, The court of Richard II, Londres, 1968, p. 50.

77 Le Religieux de Saint-Denis, op. cit., p. 463.

78 L. Mirot, "Isabelle de France...", Revue d'histoire diplomatique, 19 (1905), p. 88.

© Éditions de la Sorbonne, 1993

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540