Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les princes et le pouvoir au Moyen Âge

 | 
Société des historiens médiévistes de l’Enseignement supérieur public

Les délégations de pouvoir a la duchesse de Bourgogne Isabelle de Portugal au milieu du XVe siecle

Monique Sommé

Texte intégral

  • 1 A.D. Nord, B 1606, f° 41 et v° et f° 47 et v°.

1Le 30 novembre 1441, le duc Philippe le Bon se dispose à rejoindre la Bourgogne menacée par les gens de guerre, et qui n'avait pas reçu sa visite depuis 1434. Il organise alors le gouvernement de ses pays de par-deçà, les Pays-Bas, par deux lettres patentes : l'une délègue plein pouvoir et autorité à sa troisième épouse Isabelle de Portugal, l'autre constitue un conseil de gouvernement en prévision du jour où la duchesse viendra à son tour en Bourgogne1.

  • 2 R. Vaughan, John the Fearless, the growth of burgundian power, Londres, 1966, p. 14-15. Pour les c (...)
  • 3 A.D. Nord, B 1602, f° 161 v°. Lettre patente du 26 décembre 1421.

2Les délégations de pouvoir pour l'une ou l'autre des deux parties de la principauté bourguignonne ne sont pas une nouveauté, elles sont en effet imposées par les contraintes géographiques. La présence d'un membre de la famille princière à défaut du duc lui-même est la solution de loin préférée par les populations, ainsi que le montrait déjà la requête présentée par les Quatre Membres de Flandre (Gand, Bruges, Ypres et le Franc de Bruges) lors de l'entrée de Jean sans Peur à Gand à Pâques 1405 : que le duc réside dans une ville flamande de son choix avec la duchesse, et qu'en son absence celle-ci gouverne à sa place avec des conseillers familiers de la Flandre2. Ainsi en 1421 Philippe le Bon donna le gouvernement de la Flandre et de l'Artois à sa première épouse Michelle de France avant un déplacement en Bourgogne3. La délégation de pouvoir donnée à Isabelle de Portugal diffère cependant des précédentes par une absence totale de "restrictions" qui fait de la duchesse l'égale du duc.

*

  • 4 Ce conseil comprenait douze conseillers appelés à gouverner en étant au minimum trois et toujours (...)

3Remarquable est d'abord l'étendue des territoires qui lui sont confiés. En effet entre 1430 et 1435 la principauté bourguignonne s'est beaucoup agrandie, surtout dans le nord, or c'est l'ensemble des Pays-Bas que la duchesse est appelée à gouverner. Dans sa lettre le duc, après avoir souligné que personne n'était plus digne de confiance ni plus agréable à ses sujets que "sa tres chiere et tres amee compaigne la duchesse", lui remet le gouvernement des duchés, comtés et pays de Brabant, Limbourg, Flandre, Artois, Hollande, Zélande, Namur, des seigneuries de Frise et de Malines et de ses "autres pays, terres et seigneuries" de par-deçà, donc le Boulonnais et les villes de la Somme cédés par Charles VII au traité d'Arras en 1435. Sur ces territoires, l'autorité de la duchesse est sans limite. A cet égard il est significatif de comparer ce pouvoir à ceux qui ont été donnés en 1421 à Michelle de France et en 1441 au conseil appelé à gouverner après le départ d'Isabelle sous la présidence de l'évêque de Tournai Jean Chevrot4.

  • 5 Sous Philippe le Bon, le duc nommait à un grand nombre de bénéfices ecclésiastiques. Cf R. Vaughan (...)

4Dans les trois cas l'autorité est donnée de pourvoir à toutes les affaires (pour les duchesses avec les conseillers de leur choix), de juger, de renouveler les échevinages, de suspendre et de nommer les officiers, d'accorder des rémissions et des rappels de bannis. Mais seule Isabelle de Portugal nomme réellement aux offices vacants, car pour Michelle de France et le conseil il s'agit seulement de nomination provisoire, "par maniere de provision, jusque a ce que par nous en sera autrement ordonné". De leur droit de rémission sont exclus les cas de conspiration, crimes de lèse-majesté et "cas orribles", alors qu'Isabelle peut "donner et ottroyer tous rappeaulx de bans, graces, remissions et pardons de homicides, larrecins et de tous autres cas criminelz et capitelz quelz qu'ilz soient". Mais surtout il leur était interdit de concéder des privilèges, de faire des collations de bénéfices, d'aliéner, d'amortir, de charger et d'engager le domaine et de donner les droits seigneuriaux tels que quint-deniers, reliefs, épaves et confiscations. Par contre Isabelle de Portugal peut complètement ordonner et disposer des finances. Elle peut aussi faire les collations de tous bénéfices en cas de mutation, mort ou résignation, en respectant toutefois les attributions qui étaient réservées par avance à des serviteurs ou officiers ducaux5. Elle peut donner des privilèges et convoquer les Etats des divers pays. La fin de l'ordonnance est sans ambiguïté : la duchesse agira "autant que nous mesmes en personne faire devrions et pourrions se presens y estions". Et le mandement final aux vassaux, justiciers, officiers et sujets ordonne obéissance et assistance à Isabelle "comme ilz feroient a nous mesmes sans contredit, dissimulacion ne difficulté aucun".

  • 6 J. de Stavelot, Chronique, Bruxelles, Commission royale d'Histoire, 1861, p. 473.

5Le caractère exceptionnel de cette délégation de pouvoir mérite qu'on s'interroge sur les raisons de la confiance totale du duc en son épouse, et donc sur le rôle de celle-ci à ses côtés depuis leur mariage à L'Ecluse en janvier 1430. Il conviendra ensuite de s'intéresser à ces quelques mois pendant lesquels la duchesse, selon le chroniqueur liégeois Jean de Stavelot, "regnoit…, et estoit maistres et governesse de son maris le dux Philippe"6.

*

  • 7 A.D. Nord, B 17641.

6Isabelle de Portugal a reçu une première délégation de pouvoir pour les Pays-Bas dès 1432 à l'occasion d'un déplacement du duc en Bourgogne de février à mai. Cependant il est peu probable qu'elle ait alors réellement gouverné, car des événements familiaux étaient au premier plan de ses préoccupations : le 5 février elle perdait son premier enfant Antoine, le 24 avril elle mettait au monde un deuxième fils, Josse, qui devait mourir peu après. Néanmoins dans une lettre de Philippe adressée à la Chambre des comptes de Lille7, l'expression "nostre tres chiere et tres amee compaigne la duchesse ayans en nostre absence le gouvernement de nos pays" montre que la délégation de pouvoir était bien entre ses mains.

  • 8 A. Leguai, Les ducs de Bourbon pendant la crise monarchique du XVe siècle. Contribution à l'étude (...)
  • 9 Le Fèvre de Saint-Rémy, Chroniques, éd. Morand, 2, Paris, 1881, p. 298.

7C'est en 1434 qu'elle eut vraiment l'occasion de démontrer ses capacités politiques. Le couple princier se trouvait alors depuis un an en Bourgogne afin de défendre le duché contre les gens de guerre du roi de France et de Charles, comte de Clermont8. A la fin de mars, le duc repartit vers le Nord ainsi que le raconte Le Fèvre de Saint-Rémy : "Or il est vray que, avant son partement, le duc ordonna, par bonne délibération de conseil, que la ducesse demouroit ès pays de Bourgoingne, ayant le gouvernement des dessusdis pays"9. Cette délégation devait durer quatre mois et demi.

  • 10 M. Canat de Chizy, Documents inédits pour servir à l'histoire de la Bourgogne, Chalon-sur-Saône, 1 (...)
  • 11 M. Canat, op. cit., p. 343-345.
  • 12 A. de Lagrange, « Itinéraire d'Isabelle de Portugal, duchesse de Bourgogne et comtesse de Flandre  (...)
  • 13 Pour les réunions des Etats de 1433 à 1435, cf. J. Billioud, Les Etats de Bourgogne aux XIVe et XV(...)
  • 14 M. Canat, op. cit, p. 347-348.

8La duchesse prit alors véritablement la tête de l'organisation de la défense du pays. Ainsi Jean Denis, bourgeois de Mâcon, la montre stimulant la résistance des habitants, et le 6 mai elle fait chercher de l'artillerie à Dijon pour leur défense10. Elle écrit de Chalon à plusieurs châtelains du bailliage pour qu'ils invitent les nobles à rejoindre le capitaine général Jean de Vergy11. Installée ensuite à Dijon ou Talant12, elle est informée des mouvements des troupes ennemies par des lettres des autorités locales. Elle s’affaire aussi activement pour réunir l'argent indispensable au financement de la guerre, par le moyen habituel des aides ou des emprunts : comme en 1433 lorsque le duc était en campagne, elle réunit les Etats du duché à Dijon et obtient ainsi en avril 1434 une aide de 13 000 francs13 ; en août elle engage sa vaisselle d'or et d'argent pour 4 000 francs, puis ses joyaux14.

9Le duc revint en Bourgogne le 15 août, mais prit part aux opérations militaires, aussi Isabelle continua à assumer de nombreuses responsabilités. De nouveau elle s'occupe de la convocation des hommes d'armes et de leur approvisionnement. Parallèlement elle s'emploie à favoriser la conclusion de trèves avec le duc de Bourbon, qui devaient aboutir à la paix de Nevers en février 1435. Pendant le séjour en Bourgogne de 1433 à 1435, elle a donc parfaitement secondé le duc et a su faire preuve de persuasion et d'autorité dans les relations avec les Etats, les villes et les officiers ducaux. Dans les années suivantes, elle reçut de nouvelles délégations de pouvoir, cette fois dans le domaine diplomatique.

  • 15 J. G. Dickinson, The Congress of Arras. 1435. A study in medieval diplomacy, Oxford, 1955, p. 66.
  • 16 A. de la Taverne, Journal de la Paix d'Arras, éd. Bossuat, Arras, 1936, p. 49.
  • 17 Cl. Lemaire, dans Isabelle de Portugal, duchesse de Bourgogne, 1397-1471, catalogue d’exposition, (...)
  • 18 M. le Franc, Le Champion des Dames, éd. Paris, Payot, 1968 (Mémoires et documents publiés par la s (...)
  • 19 L. Devillers, Cartulaire des comtes de Hainaut de l'avènement de Guillaume III à la mort de Jacque (...)

10En avril 1435, les deux époux quittèrent la Bourgogne pacifiée avec leur fils Charles, né le 11 novembre 1433, pour rejoindre Arras où devait se tenir la conférence pour la paix. Officiellement la duchesse ne joua qu'un rôle de représentation au cours de ce congrès15. Cependant elle dut aussi participer aux négociations comme le montrent ses entretiens privés avec le cardinal Albergati, médiateur envoyé par le pape, et le cardinal Beaufort, évêque de Winchester16, et une lettre adressée à son frère Edouard, roi du Portugal, dans laquelle elle expose la teneur des négociations17. Présent au congrès, le poète Martin le Franc lui attribue le mérite d'avoir fait cesser l'"horrible guerre"18. Exagération littéraire sans doute, mais Charles VII abonde dans ce sens dans une lettre du 21 décembre 1435 par laquelle il assigne à la duchesse une rente de 4 000 livres tournois due à Philippe le Bon et transportée par celui-ci à son épouse : "en faveur de ce qu'elle a tenu la main a la paix et reunion de nosredit frere et cousin avecques nous et s'i est grandement emploiee"19. Assurément le duc a apprécié les talents de diplomate d'Isabelle, car quelques années après il en fait son ambassadrice en lui confiant plusieurs missions.

11A Arras l'objectif d'une paix générale n'avait pu être atteint. De plus Philippe le Bon se trouve maintenant en conflit avec Henri VI ; en 1436 il essaye en vain de reprendre Calais alors que le commerce indispensable à la prospérité de l'économie flamande est interrompu. Il est donc urgent de rétablir de bonnes relations entre les deux pays ; l'Angleterre souhaite de son côté reprendre les négociations avec la France.

  • 20 M.-R. Thielemans, Bourgogne et Angleterre. Relations politiques et économiques entre les Pays-Bas (...)
  • 21 C. T. Allmand, « Documents relating to the anglo-french negotiations of 1439 », Camden Miscellany,(...)
  • 22 C. T. Allmand, op. cit., p. 120.
  • 23 M.-R. Thielemans, op. cit., p. 444.
  • 24 G. du Fresne de Beaucourt, Histoire de Charles VII, 3, Paris, 1885, p. 143-164.

12Trois entrevues se déroulèrent de 1438 à 1440 près de Gravelines entre l'Angleterre, la Bourgogne et la France, dont Isabelle de Portugal fut responsable du côté bourguignon20. Fille de Philippine de Lancastre, elle était toute désignée comme médiatrice, le chef de l'ambassade anglaise étant de plus son oncle, le cardinal Beaufort. Les documents concernant les conventions de juin-juillet 1439 montrent bien son rôle éminent, de quelque côté qu'ils proviennent, notamment les lettres échangées avec Henri VI et le récit anonyme des journées par un membre de l'ambassade française21. Selon ce "protocole", le chancelier Rolin, l'évêque de Tournai Jean Chevrot et les autres conseillers semblent transmettre ses propositions ou les comptes rendus des rencontres, participer aux discussions mais sans en avoir l'initiative. Ainsi à propos de la journée du 18 juillet on peut lire : "Et tous arrivez au lieu, mondit seigneur le Cardinal et madicte dame parlerent longuement ensemble tous seulz, et apres nous recita madicte dame comment elle et ledit Cardinal avoient fort conferé ensemble de la forme et maniere de venir au traitié de paix"22. La tentative de paix entre la France et l'Angleterre échoua, mais Isabelle put obtenir des Anglais la conclusion d'une trève rétablissant les relations commerciales avec les Pays-Bas. Dans une lettre adressée le 29 septembre à Henri VI, les ambassadeurs anglais font clairement allusion à sa délégation de pouvoir : "Nous, apres pluiseures communicacions eues avec certaines personnes envoiees a Calais de par haulte et puissant princesse ma dame la duchesse de Bourgogne auctorisee et ayant povoir en ceste partie avons… traittié…"23. L'année suivante la duchesse mena à bien les pourparlers entre la France et l'Angleterre qui devaient aboutir à un accord sur la libération du duc Charles d'Orléans en juillet 144024.

  • 25 P. Bonenfant, Philippe le Bon, Bruxelles, 1955 (Collection "Notre passé"), p. 70-72 et R. Vaughan,(...)
  • 26 E. de Monstrelet, Chronique, éd. L. Douët d'Arcq, Société de l'Histoire de France, 6, Paris, 1862, (...)

13Cependant, depuis le traité d'Arras, les relations entre la Bourgogne et la France s'étaient peu à peu détériorées. Charles VII s'efforçait par tous les moyens d'éluder les clauses du traité et ne faisait rien notamment pour mettre fin aux déprédations des écorcheurs25. En 1441 Isabelle fut donc chargée de lui présenter une liste de griefs. La rencontre eut lieu à Laon du 16 au 20 avril, mais sans résultat26. La duchesse et le roi se quittèrent froidement, et sur le chemin du retour les gens de l'hôtel d'Isabelle durent poursuivre des écorcheurs en Hainaut, "aulcunes gens dudit roy" écrit Monstrelet. Les plaintes de la Bourgogne étaient donc bien fondées, elles réapparaîtront quatre ans plus tard en 1445 aux conférences de Châlons-sur-Marne, formulées à nouveau par la duchesse.

14Les responsabilités d'Isabelle de Portugal en matière diplomatique ne suffisent pas à expliquer le contenu de la délégation de pouvoir de 1441. Il faut aussi tenir compte de ses nombreuses interventions en politique intérieure, comme le montrent deux types de sources : les registres de comptes de la Recette générale des finances grâce aux chapitres "ambassades, voyages, messaigeries", et la correspondance de la Chambre des comptes de Lille.

  • 27 A.D. Nord, B 17657.

15Ces documents mettent en évidence son intérêt pour les affaires financières et la gestion du domaine, et aussi sa compétence si l'on en juge par une longue lettre qui lui fut envoyée le 22 septembre 1438 par Jean Bonost, maître de la Chambre des comptes de Dijon, membre d'une commission d'enquête sur l'état des finances, en réponse à certains problèmes financiers qu'elle lui avait soumis27. La duchesse a ordonné une enquête sur le montant des rentes viagères, elles s'élèvent par an à 25 000 livres de 40 gros monnaie de Flandre. Elles ont été vendues par les trois ducs à des personnes "desquelles… en pevent bien estre les pluseurs trespassees, mesmement attendu les grans mortalitez qui depuis ont esté". Les rentes étaient donc payées, même en cas de décès du crédit-rentier, aussi le maître conseille de faire des recherches sur les rentiers "afin de savoir au vray ce qui restera estre deu d'icelles rentes". Il suggère aussi de racheter celles qui ont été vendues à plusieurs vies et à des gens jeunes : mesure de bon sens effectivement puisqu'elles risquent d'obérer longtemps le trésor ducal. Le deuxième point concerne la clôture de comptes de Guy Guilbaut, l'un d'une aide levée en Artois en 1417 et l'autre de la Recette générale des finances de 1426, ce qui prouve la nécessité d'accélérer la reddition des comptes des receveurs. Le troisième examine la possibilité de recouvrer des dettes de plusieurs officiers dues maintenant par leur héritiers. Quant aux 2 750 écus d'or encore dus par les habitants de la châtellenie de Furnes sur l'achat de privilèges et de franchises à Jean sans Peur, le maître juge plus sage de les abandonner : ces franchises n'ont pas été appliquées, et "il nous a semblé non estre expedient de en plus avant parler ne de resveiller ceste matiere, pour doubte qu'ilz ne voulsissent querir le joyssement d'iceulx privileges".

  • 28 H. Vander Linden, Itinéraires de Philippe le Bon, duc de Bourgogne (1419-1467) et de Charles, comt (...)
  • 29 Cité par J. Bartier, Légistes et gens de finances au XVe siècle. Les conseillers des ducs de Bourg (...)
  • 30 W. Paravicini, « Die Hofordnungen Herzog Philipps des Guten von Burgund. Edition, V (no 10 : Die R (...)
  • 31 A.D. Nord, B 1605, f° 188 et B 17657.

16Cette lettre, riche d'informations sur les méthodes de travail de la Chambre des comptes et sur les insuffisances de l'administration financière bourguignonne, révèle en Isabelle de Portugal une interlocutrice privilégiée dans le domaine financier. C'est à elle que le commissaire demande des avis et suggère des décisions à prendre, et non au duc qui se trouvait pourtant à ce moment-là à ses côtés28 : "Si vous plaise ma tres redoutee dame sur ce avoir vostre bon advis pour y fere ordonné et mandé". Il est vrai que, selon les contemporains, Philippe le Bon était peu intéressé par les problèmes d'argent. Chastellain écrit : "avoit tresor, mais ne le cognoissoit ; de son amas ne voulut oncques rien voir, ne argent manier, ne en sçavoit nombre"29. Dans le cas présent, l'objectif était de réduire les dépenses et d'augmenter les rentrées d'argent, dans un contexte de mesures d'assainissement des finances telles que en 1437 l'ordonnance de restriction des dépenses des hôtels le 1er février30 et la nomination des commissaires généraux ordonnés sur le fait des finances, ou en 1438 la suspension du paiement des pensions le 12 janvier31.

  • 32 J. Bartier, op. cit., p. 138-179.
  • 33 A.D. Nord, B 1969, f  183 et 208.
  • 34 A.D. Nord, B 1969, f  202 v°.

17Isabelle de Portugal s'est attachée personnellement à ces problèmes. Pour lutter contre la corruption et la fraude, très répandues chez les officiers de finance32, elle veut les forcer à rendre leurs comptes à l'issue de leur exercice. Fort nombreuses sont dans les registres de la Recette générale les mentions de lettres qu'elle fait porter aux baillis et receveurs des différents pays pour les mander devant elle. Ses injonctions sont parfois pressantes : ainsi en juin 1440 elle convoque "Jaque Barre, receveur de Douai, quelque part qu'elle feust", et le 12 décembre, étant à Bruges, elle "fait venir hastivement vers elle besongner de son estat de l'annee" Gautier Poulain, receveur général de Flandre33. Elle passe sans doute de longues heures à examiner les comptes, souvent avec des spécialistes : le 29 octobre le duc a convoqué des receveurs d'Artois et de Picardie à Saint-Omer, non devant lui, mais devant "madame la duchesse et les gens des finances pour l'estat de leurs recettes"34. Visiblement il se décharge autant que possible sur son épouse de ces tâches austères.

  • 35 A.D. Nord, B 1972, f  72 v° et 112 v°.
  • 36 A.D. Nord, B 17659.

18Par le contrôle des comptes, la duchesse est conduite à s'intéresser directement à la gestion du domaine. En 1441 elle convoque les officiers des forêts du Hainaut ou envoie une lettre close au conseil à Dijon pour lui signifier "qu'elle ne voloit point que les vignes estans ou finaige de Dijon fussent destruites ne desertes, et de ce rapporter reponse a madicte dame"35. Un de ses soucis majeurs est d'améliorer l'administration du domaine pour accroître les revenus ducaux, comme le montre une lettre du 3 mai 1439 à Saint-Omer. Ayant appris que les baillis n'étaient pas "venus compter" et laissaient "tous les exploix aler a perdicion", elle s'adresse avec fermeté aux gens de la Chambre des comptes les priant que "toutes excusacions cessans et arriere mises", ils écrivent "esquelz desdits offices, les causes, pourquoy et comment il vous semble que l'en y devrait mettre provision, et sur ce ne vuellez faire faulte"36. Elle est visiblement excédée par ce laisser-aller, le ton sec de la lettre indique que pour elle la Chambre des comptes a une part de responsabilité.

  • 37 A.D. Nord, B 10403, f  37.
  • 38 A.D. Nord, B 1969, f  155.
  • 39 V. Fris, « Documents gantois concernant la levée du siège de Calais en 1436 », dans Mélanges Paul (...)
  • 40 Kervyn de Lettenhove, Chroniques relatives à l'histoire de la Belgique sous la domination des ducs (...)

19A côté des finances et du domaine, le secteur des impôts retient aussi son attention. Pour certaines levées, le duc emploie ses talents de négociatrice en la mettant directement en contact avec les autorités locales. Jean de Croy, grand bailli de Hainaut, mentionne que le 19 août 1438, mandé par le duc, il vint à Bruxelles avec deux autres représentants. "Monseigneur le chancelier leur dist que c'estoit pour avoir leur advis pour mondit seigneur avoir une aydde en son pays de Haynnau et que il les convenoit parler a madame la ducesse quant elle serait aesié de lez oyr"37. Sa présence était particulièrement indiquée pour négocier avec les villes, car elle entretenait avec elles de bonnes relations. En avril 1440 elle parcourt la Flandre avec un conseiller du duc, allant parler successivement aux Quatre Membres de Flandre pour "certaines remonstrances et requestes touchant le fait de l'ayde de IIIC et LM riddres accordez a mondit seigneur oudit pais de Flandres"38. Déjà en 1436, après l'échec du siège de Calais, Philippe le Bon lui avait demandé de mobiliser les Flamands contre l’invasion de troupes anglaises39. A plusieurs reprises, après des révoltes, la duchesse s'est entremise entre les villes et le duc en faveur de la paix. Selon le chroniqueur Adrien de But, c'est elle qui réconcilia les Brugeois et le duc, un an après la "terrible commotion" de 143740.

  • 41 J. Garnier, Correspondance de la mairie de Dijon, Dijon, 1868, p. 40-41.
  • 42 A.D. Nord, B 1972, f  104.

20Bien que peu abondantes, quelques sources illustrent la confiance que lui font les autorités urbaines. Ainsi, en mission dans le Nord, le maire et le procureur de Dijon écrivent du Quesnoy aux échevins de leur ville en novembre 1444 : "D'aultre part, nostre tres redoubtee dame madame la duchesse est en Hollande longtemps a, et n'est nouvelles de par deça de sa venue. Or est ainsi que des affaires de la ville, nous n'avons pas grant espoir de avoir grant ayde ne expedicion sans elle"41. C'est à elle que s'adresse le receveur de Flandre en juillet 1441 pour avoir un avis sur "aucun assiz et impoz que ceulx de Bruges requerraient a mondit seigneur"42.

  • 43 A.D. Nord, B 1976, 58512 à 58520. Cf. W. Schulz, Andreaskreuz und Christusorden. Isabella von Port (...)

21Multiples sont donc les activités de la duchesse dans les années qui précèdent 1441. On la voit encore s'occuper de la construction d’une nave achevée à l'Ecluse en 1440, dans le cadre des projets de croisade de Philippe le Bon. Soeur du prince Henri le Navigateur, Isabelle s'intéressait à la marine et à la politique méditerranéenne, les 35 charpentiers qui avaient travaillé à la construction du navire étaient d'ailleurs portugais. Lorsque la nave partit en 1442 au secours du grand maître de Rhodes, tous les paiements en salaires, en vivres etc… furent certifiés par Jean le Tourneur, son fourrier et valet de chambre43.

  • 44 A.D. Nord, B 778/15759.

22Le duc est bien conscient de tout ce qu'il doit à son épouse, et le 5 janvier 1441 il lui exprime sa reconnaissance en lui remettant les biens de Jean de Luxembourg, comte de Ligny, en Picardie44. Celui-ci est mort, "tenant le party des Anglois" ; il a désigné comme héritier son frère Louis, archevêque de Rouen, "tenant aussi noetoirement le party d'iceulx ennemis". Aussi le duc confisque tous ses biens en Ponthieu et en Picardie et les dorme à Isabelle : "en consideracion des grandes et innumerables charges que chacun jour surviennent pour noz affaires et autrement a nostre tres chiere et tres amee compaigne la duchesse, donnons cedons et transportons toutes les villes et chasteaux, chastellenies, terres et seignouries… que tenoit et possedoit en son vivant le feu messire Jehan de Luxembourg esdictes conté…". Par cette formulation, le duc rend hommage à celle qui le seconde sans relâche dans le gouvernement de ses pays, avec "soing et diligence" pour reprendre une expression de la lettre patente de 1441.

*

  • 45 G. Peignot, Choix de testaments anciens et modernes, 1, Dijon, 1829, p. 101-114.

23La duchesse a exercé pleinement le pouvoir du 1er décembre 1441 aux environs du 10 mars 1442. Philippe le Bon, une semaine après son départ, à Rethel, a rédigé son testament le 8 décembre 144145. Il est évidemment normal d'y trouver Isabelle en bonne place. Le duc désigne Charles comme "heritier et successeur universel" et demande qu'il soit "nourri et alimenté… avec nostre tres chiere et tres amee compagne la duchesse sa mere en nos païs, terres et seigneuries et non ailleurs". Il organise la régence en cas de décès pendant la minorité de son fils en ordonnant Isabelle "premiere et principale", et après elle trois ecclésiastiques, les évêques de Tournai, Besançon et Cambrai. Le chancelier Rolin vient en cinquième position, avant neuf conseillers représentatifs des principaux pays bourguignons. La duchesse est également la première des exécuteurs testamentaires, rôle important puisqu'en cas de décès de Charles de Charolais et des neveux et nièces, ce sont eux qui devront choisir "un ou plusieurs de nos autres parens et cousins puissans et suffisans pour tenir nos païs, terres et seigneuries".

  • 46 Ex. A.D. Nord, B 1606, f° 42 v°. Sur l'emploi de cette "clause de plaisir", cf. J.-M. Cauchies, La (...)

24Munie de tous les pouvoirs et de la confiance totale du duc, la duchesse fut amenée à intervenir dans des problèmes de politique générale : sécurité du territoire, relations avec la Hollande et le Luxembourg, questions monétaires ; elle usa de son droit de donner des privilèges et de nommer aux offices, elle continua à s'occuper des impôts et de la gestion du domaine. Les documents permettent d'entrevoir sa manière de gouverner, en particulier ses lettres à la Chambre des comptes qui, par leur caractère spontané, leur style libre, en apprennent davantage sur sa personnalité que les lettres officielles. Celles-ci commencent toutes par la titulature, "Ysabel, fille du roy de Portugal, par la grâce de Dieu duchesse de Bourgogne…", suivie de l'expression "aians de par monseigneur en son absence le gouvernement de ses pais, terres et seigneuries de par deça". Plusieurs comportent dans les clauses finales la formule de souveraineté : "car ainsi nous plaist il estre fait"46 : la duchesse entend montrer qu'elle détient le pouvoir de commander et que la décision émane d'elle.

  • 47 Ex. A.D. Nord, B 1976/58508. Don de droits seigneuriaux "par madame la duchesse, l'evesque de Tour (...)
  • 48 A.D. Nord, B 1972, f° 130.
  • 49 A.D. Nord, B 17662.
  • 50 A.D. Nord, B 17662.
  • 51 Ex. B 1972, f° 128 et 131.

25Comment gouverne-t-elle ? Certainement avec des conseillers, bien que peu de lettres mentionnent leur présence47. Celui auquel elle a recours le plus souvent est le chef du conseil Jean Chevrot : le 1er janvier 1442, de Bruxelles, elle envoie un messager pour le faire "venir incontinent devers elle"48, et d'ailleurs deux jours avant elle avait écrit à la Chambre des comptes qu'elle ne pouvait décider au sujet d'une rente "pour l'absence de l'evesque de Tournay et du receveur general des finances de mondit seigneur qui presentement ne sont pas devers nous"49. D'autre part elle ne veut rien régler sans être parfaitement informée, et aux rapports écrits elle préfère généralement les contacts directs. Le 31 janvier à Saint-Omer elle écrit à la Chambre des comptes au sujet de fermages en Flandre : "Sur quoy vous signifiions, tres chiers et bien amez, que nous avons entencion d'estre assez brief audit lieu de Bruges, et illec nous venue, parlerons ausdits de Bruges et autres de ceste matiere et aurons advis sur ce que a faire y sera"50. Pour certaines questions délicates, elle sursoit jusqu'au retour du duc, avec lequel elle reste d'ailleurs en contact par courrier : des messagers font le va-et-vient entre la Bourgogne et le Nord "pour aucunes choses touchans leurs affaires"51.

  • 52 A.D. Nord, B 1972, f° 87 v°. 128 et 129.
  • 53 A.D. Nord, B 1972, f° 129 v°.
  • 54 A. Huguet, Aspects de la guerre de Cent Ans en Picardie maritime, 1400-1450, 2, Mémoires de la soc (...)
  • 55 B.N., Picardie III (300), no 35.
  • 56 B.N., manuscrit français 22439, Saint-Omer, 7 février 1442. Boves, Somme, ar. Amiens, ch.-l. cant.

26En 1441 plusieurs dangers menacent les Pays-Bas, d'abord celui des écorcheurs auquel les entretiens de Laon avec Charles VII n'ont pas apporté de solution : au mois de mai Isabelle avertit les villes de Cambrai, Douai et Tournai "affin qu'ilz fussent sur leur garde pour ce que madicte dame avoit eu des nouvelles que les escorcheurs se assembloient a grant puissance" et elle demande à Jean de Croy en Hainaut et au comte d'Etampes en Picardie de réunir les gens d'armes. Mais ceux-ci vivent sur le pays et, la menace écartée, elle est obligée d'écrire à plusieurs reprises aux capitaines "qu'ilz retournaissent en leurs hostelz sans gaster le pays de mondit seigneur ne tenir les champs"52. D'autre part elle doit assurer la défense contre les Anglais qui, en décembre, "s'assembloient a grant nombre en Normandie pour venir courir et entrer es pays de mondit seigneur"53. La trève de 1439 ne concernait en effet que les relations commerciales. Les Anglais pénètrent en Picardie où leurs ravages viennent s'ajouter à ceux des écorcheurs. Les échevins d'Abbeville préviennent la duchesse en février 1442 de leur débarquement au Crotoy54 et le 20 elle leur donne par une charte la prorogation pour un an de la levée d'une taxe sur le passage des grains dans leur ville, accordée en février 1440 par Philippe le Bon et déjà prorogée une fois : à cause des mortalités, mais aussi pour aider à la garde de la ville "qui est en frontiere d'enemis"55. De plus on ne pouvait toujours être sûr de la fidélité des chefs de guerre. Dans une lettre à Antoine de Croy en Bourgogne, Isabelle l'informe des brigandages des écorcheurs et des agissements du capitaine de Boves56 qui accepte d'abriter leur butin, comme celui de Picquigny, "et si comme on dit le capitainne et ses gens en ont eu leur part". Il faut donc mettre la place "en la main d'omme notable et feable a mondit seigneur".

  • 57 R. van Marie, Le comté de Hollande sous Philippe le Bon, La Haye, 1908, p. 139-142 et LXIII-LXIX.
  • 58 P. Bonenfant, op. cit., p. 80-81.
  • 59 A.D. Nord, B 1972, f° 134 v°.
  • 60 Attestation signée de sa main : A.D. Nord, B 1984/59117.

27La duchesse eut encore à s'occuper des affaires de Hollande et de Luxembourg. La Hollande venait de terminer à son avantage une guerre contre la Hanse, mais la paix de Copenhague en septembre 1441 l'obligeait à des réparations envers plusieurs pays. Comme Amsterdam refusait de payer les dommages, Isabelle, le 9 mars 1442, la déclara ville rebelle et ordonna de confisquer les biens des habitants qui ne voudraient pas payer57. Elle poursuivit d'autre part les négociations avec Elizabeth de Görlitz qui, le 4 octobre 1441, avait reconnu Philippe le Bon comme héritier de ses droits sur le Luxembourg et qui, le 10 janvier 1442, le nomma mambour et gouverneur du duché58. En février Isabelle fit venir le gouverneur de Hollande Guillaume de Lalaing59 et l'envoya prendre possession du Luxembourg60.

  • 61 W. P. Blockmans, « La participation des sujets flamands à la politique monétaire des ducs de Bourg (...)
  • 62 A.D. Nord, B 1972, f  128 v°.
  • 63 A.D. Nord, B 1606, f  45 v°-46.

28Il fallut faire face aussi à des problèmes monétaires. Philippe le Bon avait réalisé en 1433 l'unification monétaire des Pays-Bas et réévalué la monnaie. Mais l'application de l'ordonnance devenait de plus en plus difficile à cause de l'afflux de pièces de valeur inférieure qui provoquait une hausse des cours des monnaies bourguignonnes61. Le duc devait périodiquement rappeler ceux de 1433, ainsi en mai et novembre 144162. Des pourparlers étaient engagés avec les Etats généraux, mais dans l'attente d'une ordonnance monétaire, Isabelle prit des mesures particulières pour entériner les nouveaux cours commerciaux. Le 1er mars 1442, elle promulgue une ordonnance pour les habitants de la châtellenie de Lille, Douai, Orchies63 où elle accorde, malgré les mandements publiés par le duc avant son départ, "certaines moderacions" pour favoriser la "communication de marchandise". Elle fixe le nouveau cours de quelques pièces comme les "clinquars" et les florins du Rhin à condition qu'elles soient de juste poids et de bon aloi, en se référant aux "samblables ordonnances par nous faictes esdiz autres pais de mondit seigneur de par deça". La duchesse agit donc ici en toute indépendance puisqu'elle prend des mesures contraires aux ordres ducaux. L'expression "consentons de grâce especial" signifie qu'il s'agit d'une mesure de bienveillance, prise pour remédier à une situation qui est "au tres grant prejudice du domaine de mondit seigneur et de la chose publique". En fait elle anticipait ainsi l'ordonnance monétaire de 1443 qui allait relever le cours des monnaies.

  • 64 A.D. Nord, B 1972, f  135 et v°.
  • 65 A.D. Nord, B 1972, f  133 v°.
  • 66 J. de Stavelot, op. cit., p. 473.

29D'autre part elle suit toujours de près les questions financières : en février 1442 elle échange des lettres avec le conseil de Hollande au sujet d'une aide de quatre gros par mesure de terre64 et elle convoque les Etats de Brabant pour la levée d'une aide65. Selon J. de Stavelot, elle réussit à faire payer à cette époque, dans l'évêché de Liège qui en était exempté, une décime consentie par le pape Eugène IV à Philippe le Bon66.

  • 67 A.D. Nord, B 1606, f° 42 et v°. Les renneurs perçoivent les anciens revenus en nature, convertis e (...)
  • 68 A.D. Nord, B 17662. Tournehem, Pas-de-Calais, ar. Saint-Omer, cant. Ardres.

30La délégation de pouvoir donnée par le duc lui permettait de nommer des officiers : dans trois lettres de commission du 20 février 1442, elle désigne le bailli et le procureur qui devaient assister aux renenghes de Flandre, le bailli des renenghes de Cassel et le receveur du vouldremont de Bergues67. Elle a également nommé des commissaires pour enquêter dans la châtellenie de Tournehem, comme l'apprend un avertissement qui lui est adressé le 8 février par le procureur du duc68. Ce dernier expose l'état désastreux de la châtellenie : le receveur fait des profits illicites sur la forêt en vendant du bois sans rendre compte et en faussant les dépenses, "et par ainsi paieroit mondit seigneur deux fois une chose". Le bailli de Saint-Omer ne va jamais à Tournehem, et quant au lieutenant, il ne sait ni lire, ni écrire. Malgré ses lourdes charges, la duchesse reste donc vivement préoccupée de la gestion du domaine.

  • 69 A.D. Nord, B 1976/58508. 22 janvier 1442. Esquerdes, Pas-de-Calais, ar. Saint-Omer, cant. Lumbres.
  • 70 A.D. Nord, B 17662.
  • 71 A.D. Nord, B 17658. Guillaume Toenin.

31Isabelle a aussi disposé des droits seigneuriaux, en donnant par exemple à sa dame d'honneur Jeanne de la Trémoille la moitié des droits seigneuriaux de la terre d'Esquerdes qu'elle venait d'acquérir69. Son pouvoir de prononcer des confiscations est attesté par une lettre de la Chambre des comptes lui demandant en janvier 1442 de faire confisquer les terres de Jean d'Uutkerke qui était mort endetté envers le duc pour la ferme des dunes et des pâturages de Flandre70. Enfin elle use de son autorité dans le domaine judiciaire : en février 1442 elle tranche dans un procès qui opposait le procureur du duc et la veuve et les enfants du bailli d'Ypres pour 200 saluts dus au duc. Elle annule la dette et ordonne à la Chambre des comptes de restituer l'obligation, "Car nostre plaisir est que ainsi le faictes"71. Sa compassion pour la famille d'un officier défunt lui fait abandonner sa rigueur coutumière, c'est un autre aspect du personnage qui se dévoile ici.

*

  • 72 A.D. Nord, B 1606, f° 60 v° et B 17663.
  • 73 E. Lameere, op. cit., p. 91-98.
  • 74 A.D. Nord, B 2026, f° 114 v°-115 et 219 v°-220.

32La duchesse rejoignit le duc en Bourgogne en mars 1442. En septembre-octobre 1443, revenus dans le Nord, Philippe le Bon prit possession du Luxembourg, et Isabelle gouverna de nouveau les Pays-Bas. Plusieurs actes émanent d'elle "ayans en l'absence de monseigneur le gouvernement de ses pays, terres et seignouries de par deça", comme la commission d'un maître de la monnaie en Luxembourg, ou un arbitrage dans un conflit entre les échevins de Lille et un maître de la Chambre des comptes72. Ce fut sa dernière délégation générale de pouvoir. Ensuite Philippe le Bon demeura dans ses états du Nord pendant dix ans. Lorsqu'en avril 1454 il partit en Allemagne pour la diète de Ratisbonne, il donna cette fois le pouvoir au comte de Charolais qui avait atteint l'âge de vingt ans et qu'il avait déjà désigné comme lieutenant général pendant une courte absence au Luxembourg en octobre 145173. Mais la duchesse était aux côtés de son fils et prenait part au gouvernement74. Elle gardait donc une grande influence, mais n'eut plus l'occasion d'être à la tête d'un ensemble territorial.

  • 75 J. van Rompaey, "De Bourgondische staatsinstellingen", dans Algemene Geschiedenis der Nederlanden,(...)

33En donnant à Isabelle de Portugal "plain povoir et auctorité de gouverner", Philippe le Bon avait suivi l'exemple de ses prédécesseurs qui avaient su en leur temps faire confiance à divers membres de la famille princière75. Mais en ne donnant à cette délégation aucune limitation, ce qui est exceptionnel, il reconnaissait implicitement la place éminente tenue par la duchesse dans le gouvernement de la principauté. Entre les deux époux s'était rapidement instaurée une collaboration fructueuse, Isabelle excellant en particulier dans les domaines de la diplomatie et de l'administration. La délégation de pouvoir de 1441 s'inscrit donc dans cette pratique permanente du pouvoir, elle en était l'aboutissement logique.

Notes

1 A.D. Nord, B 1606, f° 41 et v° et f° 47 et v°.

2 R. Vaughan, John the Fearless, the growth of burgundian power, Londres, 1966, p. 14-15. Pour les conseils de régence, cf. E. Lameere, Le grand conseil des ducs de Bourgogne de la maison de Valois, Bruxelles, 1900.

3 A.D. Nord, B 1602, f° 161 v°. Lettre patente du 26 décembre 1421.

4 Ce conseil comprenait douze conseillers appelés à gouverner en étant au minimum trois et toujours sous la présidence de l'évêque de Tournai.

5 Sous Philippe le Bon, le duc nommait à un grand nombre de bénéfices ecclésiastiques. Cf R. Vaughan, Philip the Good, the apogee of Burgundy, Londres, 1970, p. 233-236 et E. de Moreau, Histoire de l'église en Belgique, 4, Bruxelles, 1949, p. 69-91.

6 J. de Stavelot, Chronique, Bruxelles, Commission royale d'Histoire, 1861, p. 473.

7 A.D. Nord, B 17641.

8 A. Leguai, Les ducs de Bourbon pendant la crise monarchique du XVe siècle. Contribution à l'étude des apanages, Paris, 1962 (Publications de l'Université de Dijon, 26), p. 133-147.

9 Le Fèvre de Saint-Rémy, Chroniques, éd. Morand, 2, Paris, 1881, p. 298.

10 M. Canat de Chizy, Documents inédits pour servir à l'histoire de la Bourgogne, Chalon-sur-Saône, 1863, p. 250.

11 M. Canat, op. cit., p. 343-345.

12 A. de Lagrange, « Itinéraire d'Isabelle de Portugal, duchesse de Bourgogne et comtesse de Flandre », Annales du Comité flamand de France, 42, 1938, p. 21-23.

13 Pour les réunions des Etats de 1433 à 1435, cf. J. Billioud, Les Etats de Bourgogne aux XIVe et XVe siècles, Dijon, 1922, p. 387-390.

14 M. Canat, op. cit, p. 347-348.

15 J. G. Dickinson, The Congress of Arras. 1435. A study in medieval diplomacy, Oxford, 1955, p. 66.

16 A. de la Taverne, Journal de la Paix d'Arras, éd. Bossuat, Arras, 1936, p. 49.

17 Cl. Lemaire, dans Isabelle de Portugal, duchesse de Bourgogne, 1397-1471, catalogue d’exposition, Bruxelles, Bibliothèque Albert 1er, 1991, p. 61.

18 M. le Franc, Le Champion des Dames, éd. Paris, Payot, 1968 (Mémoires et documents publiés par la société d'histoire de la Suisse romande, troisième série, 8), p. 63.

19 L. Devillers, Cartulaire des comtes de Hainaut de l'avènement de Guillaume III à la mort de Jacqueline de Bavière, 5, Bruxelles, 1892, p. 338-340.

20 M.-R. Thielemans, Bourgogne et Angleterre. Relations politiques et économiques entre les Pays-Bas Bourguignons et l'Angleterre, 1435-1467 (Travaux de la Faculté de Philosophie et Lettres, 30), Bruxelles, Presses universitaires, 1966, p. 111-139.

21 C. T. Allmand, « Documents relating to the anglo-french negotiations of 1439 », Camden Miscellany, 24, Londres (1972) p. 79-149.

22 C. T. Allmand, op. cit., p. 120.

23 M.-R. Thielemans, op. cit., p. 444.

24 G. du Fresne de Beaucourt, Histoire de Charles VII, 3, Paris, 1885, p. 143-164.

25 P. Bonenfant, Philippe le Bon, Bruxelles, 1955 (Collection "Notre passé"), p. 70-72 et R. Vaughan, op. cit., p. 114-115.

26 E. de Monstrelet, Chronique, éd. L. Douët d'Arcq, Société de l'Histoire de France, 6, Paris, 1862, p. 2.

27 A.D. Nord, B 17657.

28 H. Vander Linden, Itinéraires de Philippe le Bon, duc de Bourgogne (1419-1467) et de Charles, comte de Charolais (1433-1477), Bruxelles, Commission royale d'Histoire, 1940.

29 Cité par J. Bartier, Légistes et gens de finances au XVe siècle. Les conseillers des ducs de Bourgogne Philippe le Bon et Charles le Téméraire, Bruxelles, 1955, p. 164.

30 W. Paravicini, « Die Hofordnungen Herzog Philipps des Guten von Burgund. Edition, V (no 10 : Die Restriktionsordonnanz von 1437) », Francia, 18 (1991), p. 111-123.

31 A.D. Nord, B 1605, f° 188 et B 17657.

32 J. Bartier, op. cit., p. 138-179.

33 A.D. Nord, B 1969, f  183 et 208.

34 A.D. Nord, B 1969, f  202 v°.

35 A.D. Nord, B 1972, f  72 v° et 112 v°.

36 A.D. Nord, B 17659.

37 A.D. Nord, B 10403, f  37.

38 A.D. Nord, B 1969, f  155.

39 V. Fris, « Documents gantois concernant la levée du siège de Calais en 1436 », dans Mélanges Paul Frédéricq, Bruxelles, 1904, p. 245-258.

40 Kervyn de Lettenhove, Chroniques relatives à l'histoire de la Belgique sous la domination des ducs de Bourgogne, Bruxelles, Commission royale d'Histoire, 1, 1870, p. 258.

41 J. Garnier, Correspondance de la mairie de Dijon, Dijon, 1868, p. 40-41.

42 A.D. Nord, B 1972, f  104.

43 A.D. Nord, B 1976, 58512 à 58520. Cf. W. Schulz, Andreaskreuz und Christusorden. Isabella von Portugal und der burgundische Kreuzzug, Fribourg, 1976, et J. Paviot, « Les navires du duc de Bourgogne Philippe le Bon (vers 1440-1465) », dans Atti del V Convegno internazionale di Studi Colombiani, "Navi e navigazione nei secoli XVe-XVIe", Gênes, 1990, p. 169-195.

44 A.D. Nord, B 778/15759.

45 G. Peignot, Choix de testaments anciens et modernes, 1, Dijon, 1829, p. 101-114.

46 Ex. A.D. Nord, B 1606, f° 42 v°. Sur l'emploi de cette "clause de plaisir", cf. J.-M. Cauchies, La législation princière pour le comté de Hainaut. Ducs de Bourgogne et premiers Habsbourg (1427-1506). Contribution à l'étude des rapports entre gouvernants et gouvernés dans les Pays-Bas à l'aube des temps modernes, Bruxelles, 1982 (Publications des facultés universitaires Saint-Louis, 24), p. 131-134.

47 Ex. A.D. Nord, B 1976/58508. Don de droits seigneuriaux "par madame la duchesse, l'evesque de Tournai et autres presens".

48 A.D. Nord, B 1972, f° 130.

49 A.D. Nord, B 17662.

50 A.D. Nord, B 17662.

51 Ex. B 1972, f° 128 et 131.

52 A.D. Nord, B 1972, f° 87 v°. 128 et 129.

53 A.D. Nord, B 1972, f° 129 v°.

54 A. Huguet, Aspects de la guerre de Cent Ans en Picardie maritime, 1400-1450, 2, Mémoires de la société des Antiquaires de Picardie, 50 (1944), p. 302-333.

55 B.N., Picardie III (300), no 35.

56 B.N., manuscrit français 22439, Saint-Omer, 7 février 1442. Boves, Somme, ar. Amiens, ch.-l. cant.

57 R. van Marie, Le comté de Hollande sous Philippe le Bon, La Haye, 1908, p. 139-142 et LXIII-LXIX.

58 P. Bonenfant, op. cit., p. 80-81.

59 A.D. Nord, B 1972, f° 134 v°.

60 Attestation signée de sa main : A.D. Nord, B 1984/59117.

61 W. P. Blockmans, « La participation des sujets flamands à la politique monétaire des ducs de Bourgogne (1384-1500) », Studia historica Gandensia, 1974, p. 122-125 et J.-M. Cauchies, op. cit., p. 288-293.

62 A.D. Nord, B 1972, f  128 v°.

63 A.D. Nord, B 1606, f  45 v°-46.

64 A.D. Nord, B 1972, f  135 et v°.

65 A.D. Nord, B 1972, f  133 v°.

66 J. de Stavelot, op. cit., p. 473.

67 A.D. Nord, B 1606, f° 42 et v°. Les renneurs perçoivent les anciens revenus en nature, convertis en espèces, du comte de Flandre. Ils rendent leurs comptes devant les renenghes en juillet, à Lille et à Cassel.

68 A.D. Nord, B 17662. Tournehem, Pas-de-Calais, ar. Saint-Omer, cant. Ardres.

69 A.D. Nord, B 1976/58508. 22 janvier 1442. Esquerdes, Pas-de-Calais, ar. Saint-Omer, cant. Lumbres.

70 A.D. Nord, B 17662.

71 A.D. Nord, B 17658. Guillaume Toenin.

72 A.D. Nord, B 1606, f° 60 v° et B 17663.

73 E. Lameere, op. cit., p. 91-98.

74 A.D. Nord, B 2026, f° 114 v°-115 et 219 v°-220.

75 J. van Rompaey, "De Bourgondische staatsinstellingen", dans Algemene Geschiedenis der Nederlanden, 4, Middeleeuwen, Haarlem, 1980, p. 136.

© Éditions de la Sorbonne, 1993

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.