Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les princes et le pouvoir au Moyen Âge

 | 
Société des historiens médiévistes de l’Enseignement supérieur public

Pouvoirs et contre-pouvoirs politiques en Auvergne durant l'apanage de Jean de Berry, 1360-1416

Josiane Teyssot

Texte intégral

1Jean de France, troisième fils de Jean II le Bon, reçoit l'Auvergne et le Berry en apanage après le traité de Brétigny en 1360. Il y ajoute le Poitou récupéré sur les Anglais en 1369. Il se constitue ainsi un vaste ensemble entre possessions anglaises et domaine français, qu'il cherche à organiser sur le modèle royal.

2Mais ses ambitions sont freinées, d'abord par son propre frère, Charles V, qui au nom de l'État naissant ne veut pas d'une principauté trop forte, puis par les contradictions internes à cet ensemble qui se compose en réalité de trois morceaux bien distincts même si deux d'entre eux, l'Auvergne et le Poitou, ont déjà connu un passé commun sous Alphonse de Poitiers au XIIIe siècle.

3L'Auvergne, la dernière province énumérée dans la titulature du duc, constitue le parent pauvre de l'apanage. Ses revenus sont médiocres malgré la présence de la grande route nord-sud vers le Languedoc. De plus, elle devient dans la deuxième moitié du XIVe siècle une des zones privilégiées des razzias des bandes de routiers car elle offre de multiples refuges fortifiés.

  • 1 A.D. Puy-de-Dôme, 5C 184. En partie publiés par A. Chassaing : Spicilegium brivatense. Recueil de (...)
  • 2 F. Lehoux : Jean de France, duc de Berri. Sa vie, son action politique (1360-1416), 1966-1968, 4 v (...)

4C'est donc dans ce contexte que le jeu des pouvoirs et des contre-pouvoirs se met en place, ce que certains documents des Archives départementales mettent bien en lumière comme les huit comptes du receveur général d'Auvergne pour le duc, Berthon Sannadre, comptes qui subsistent pour 1397 à 14071. Ces documents largement inédits permettent de compléter les travaux de F. Lehoux parus dans les années 602.

Le pouvoir ducal en Auvergne

5Il se décompose en trois niveaux : le duc lui-même, son entourage immédiat, son administration provinciale.

Le duc

  • 3 D'après F. Lehoux, op. cit., III, p. 423-513.

6Jean de Berry effectue 31 ou 32 séjours en Auvergne dont deux avant même qu'il n'obtienne la région en apanage, en décembre 1357 et janvier-mars 1359, quand il est lieutenant pour le roi pour tous les pays au-delà de la Loire3.

7Ces visites durent en moyenne un à deux mois, mais dix, c'est-à-dire un tiers d'entre elles, dépassent trois mois comme en 1365 où Jean de Berry reste d'avril à août soit cinq mois, ou comme aussi de novembre 1378 à avril 1379, soit six mois.

  • 4 Jean de Berry séjourne en Auvergne en novembre 1402 et au début de janvier 1403 : il s'agit soit d (...)

8Les années sans présence ducale sont rares : 1360 à 1364 (captivité en Angleterre), 1368, 1382, 1383, 1386, 1388, 1390 à 1394, 1396-1397, 1400-1401, 1404 à 1416. Visiblement, le prince s'occupe beaucoup de la province, surtout au début de son apanage, après son retour de Londres, car il y organise son pouvoir au moment même où les routiers dévastent le plus tout le Massif Central. Puis, le règne de Charles VI représente un tournant décisif : Jean de Berry s'absente de plus en plus car il s'implique dans les affaires du royaume soumises à la folie du souverain et aux rivalités des clans princiers. La mort prématurée de ses deux fils, Charles en 1383 et Jean en 1397, conduit également le duc à renoncer à ses espoirs de fonder une véritable principauté héréditaire à l'image de celle de son frère Philippe de Bourgogne. L'âge s'ajoute ensuite pour expliquer qu'il ne revoit plus l'Auvergne après janvier 14034. Enfin, la province retrouve progressivement la paix car les routiers disparaissent après 1392 ; elle exige ainsi moins d'attention.

  • 5 Les comptes de B. Sannadre concernent la basse Auvergne et n'apportent donc pas d'éclaircissement (...)

9Le duc ne visite la haute Auvergne que trois fois : en 1377, 1379, 1380, c'est-à-dire au moment de la révolte des Tuchins. Il semble donc s'intéresser assez peu en temps ordinaire à la zone la plus méridionale de son apanage5.

  • 6 F. Lehoux, op. cit., I, p. 436 : en février 1379, le duc doit emprunter un traîneau pour voyager e (...)

10Tous ces séjours ont lieu principalement en hiver et au printemps, de novembre-décembre à avril-mai, soit 20 séjours sur 31, ce qui peut paraître curieux quand on sait qu'en ces deux saisons, l'Auvergne connaît généralement un climat rude qui gêne la circulation6. En réalité, les campagnes militaires dans l'apanage ou ailleurs dans le royaume occupent bien souvent le prince en été. De plus, les activités économiques étant ralenties en hiver, Jean de Berry en profite pour convoquer les États provinciaux et y assister car les bourgeois sont alors disponibles pour les affaires politiques et fiscales.

  • 7 En 1356, de 1357 à 1360, de 1380 à 1389, de 1401 à 1411, de 1413 à 1416.

11Jean de Berry veille donc personnellement beaucoup à la gestion de ses terres auvergnates, au moins pendant les trente premières années. Il fait d'ailleurs de même dans le reste de l'apanage puisqu'il visite aussi très régulièrement le Berry et le Poitou, sans oublier le Languedoc dont il est longtemps le lieutenant général pour le roi7.

12Il reste un duc étranger qui doit se montrer dans ses possessions pour s'y imposer, surtout au début, quand il ambitionne de fonder une véritable dynastie princière.

Les plus proches conseillers

13Ils constituent le premier cercle de délégation du pouvoir ducal, c'est-à-dire le "gouvernement central" qui se trouve à Bourges, le coeur de la principauté entre Poitou et Auvergne, entre Poitiers et Riom les deux autres "capitales".

  • 8 F. Lehoux, op. cit., I, p. 436-437. Elle est copiée sur le modèle de la chambre royale.
  • 9 Liste établie d’après F. Lehoux, op. cit.

14Ce noyau comprend d'abord les grands officiers comme le chancelier, les deux chambellans, le trésorier général, puis à partir de mai 1379, la chambre des comptes composée de quatre membres plus le chancelier qui préside8. Ce dernier représente l'élément principal, l'adjoint et le suppléant du prince, une sorte de "premier ministre". Huit titulaires de cette charge sont connus : Pierre Aycelin de Montaigu (1359-1360 ?), Philippe de Moulins (1368 ?-1370), Jean Gastel (1370-1371), Pierre de Giac (1371-1383), Simon de Cramaud (1383-1392 ou 1394), Ithier de Mareuil (1392 ou 1394 - entre 1402 et 1404), Gérard de Montaigu (entre 1402 et 1404-1409), Guillaume Boisratier (1409-1416)9. Six sont évêques, un est abbé, et seul Pierre de Giac, qui reste le plus longtemps en place, est laïc, futur chancelier de France de 1383 à 1388. Deux d'entre eux sont originaires d'Auvergne : Pierre de Giac, issu d'une famille riomoise, et Jean Gastel, abbé de Menat.

15Parmi les chambellans, l'auvergnat Imbaud du Peschin est cité de 1359 à 1372. Pour les trésoriers généraux, Raymond Coustave, bourgeois de Clermont, est celui qui occupe le plus longtemps cette charge puisqu'il est mentionné comme tel de 1370 à 1383.

  • 10 Il est par exemple témoin au mariage de Bonne d'Armagnac, petite-fille du duc, et de Charles d'Orl (...)

16A côté de ces grands officiers existe également dans l'entourage princier un petit nombre de conseillers, aux fonctions variables et imprécises. Ils sont généralement nobles ou clercs natifs de l'apanage (assez peu d'Auvergne). Ces familiers peuvent jouer un rôle important dans toute la principauté et participer aux temps forts de son histoire comme Morinot de Tourzel, sire d'Allègre, de 1379 à 141010.

17Mais pour chaque province de l'apanage, il existe aussi des conseillers spécifiques qui avec les officiers régionaux constituent le deuxième cercle de délégation du pouvoir ducal.

L'administration ducale en Auvergne

  • 11 A.D. 5C 184 : exemple, fos 15 r° - 16 r°, compte de 1399 : le sénéchal Pons de Langeac reçoit 20 l (...)

18Les comptes de Berthon Sannadre fournissent des renseignements précieux en ce domaine. En effet, si le sénéchal remplace l'ancien bailli royal et occupe ainsi la première charge d'officier ducal dans la région, dans l'ordre des gratifications exceptionnelles ou ordinaires accordées par Jean de Berry, il n'arrive qu'après les conseillers locaux du prince qui regroupent quelques-unes des autorités religieuses du diocèse comme l'évêque de Clermont, l'abbé de Manglieu, le prieur de Sauxillanges, le prieur de Saint-Pourçain, le prieur de Ris, ainsi que les principaux nobles auvergnats comme le Dauphin d'Auvergne, le vicomte de Polignac, les seigneurs de Montgâcon, de La Tour, d'Apchon, de Montboissier, de Ravel, de Tournoël. De même pour le montant des sommes allouées, le sénéchal n'est pas le mieux loti11.

  • 12 Parmi eux se trouve Hugues de La Roche entre 1358 et 1380 qui est aussi un proche de Jean de Berry (...)

19Ses pouvoirs sont eux aussi restreints par rapport à l'ancien bailli royal. L'état de guerre entraîne la création d'un gouverneur d'Auvergne qui a la responsabilité de toutes les affaires militaires au nom du souverain12. Le sénéchal se contente donc d'être un simple administrateur, un gestionnaire des biens personnels du duc dans la province, et un juge ordinaire puisque les causes importantes relèvent du prince lors des Grands Jours. Il faut attendre la dernière décennie du XIVe siècle et le début du XVe - cela coïncide avec le tournant déjà constaté dans les ambitions personnelles du duc - pour voir cette charge retrouver un certain lustre grâce au retour progressif à l'ordre et à la paix qui réduit l'importance du pouvoir militaire, et grâce à l'envergure du titulaire le plus longtemps en place, Pons de Langeac, petit noble auvergnat, sénéchal du duc de 1395 à 1416 puis sénéchal royal jusqu'en 1418.

  • 13 A.D. 5C 184, fos 70 v° - 71 v° : frais de la reddition à Bourges du compte du fouage de 15 écus pa (...)

20A côté du sénéchal, toujours noble, et de son lieutenant, un bourgeois de la région, il y a également les receveurs généraux des impositions directes particulièrement nombreuses et lourdes sous Jean de Berry, prince perpétuellement désargenté. Ces receveurs généraux rendent leurs comptes à Bourges13 et ils sont gagés : Berthon Sannadre reçoit cent francs pour chaque impôt levé.

  • 14 A.D. 5C 184 : Sannadre n'est pas encore receveur général pour son compte de 1397 (fos 119 v° - 121 (...)

21Parmi ces receveurs généraux, tous bourgeois solvables de la province, figurent Robert de Riom cité de 1357 à 1370, Bonnet Noël de 1380 à 1384, J. Boudet en 1384-1385, Jean Gouge, frère du futur évêque Martin, de 1397 à 1399, et Berthon Sannadre de 1399 à 140714. Les deux premiers sont riomois, les autres sont clermontois. Clermont n'appartient pas à l'apanage puisque c'est la cité de l'évêque mais elle fait cependant partie des bonnes villes d'Auvergne et à ce titre participe aux charges fiscales comme à l'administration financière du duché. Et en tant que bourg le plus riche et le plus peuplé, elle compte les plus grosses fortunes privées non nobles de la région, ce qui explique que les receveurs généraux clermontois finissent par l'emporter sur leurs homologues voisins.

22De la description de ces rouages administratifs centraux ou régionaux, quelques grandes lignes se dégagent :

  • l'apanage de Jean de Berry ne constitue pas une réelle principauté territoriale malgré des efforts du prince en ce sens pendant une trentaine d'années environ, tant que le duc a une descendance mâle. Cela se traduit par un minimum de centralisation vers Bourges, mais les trois entités provinciales Poitou, Berry, Auvergne ne fusionnent pas et restent autonomes. Dans ce "ménage à trois", l'Auvergne occupe la place la plus modeste qui correspond en fait à son importance économique et fiscale15 ;
  • toute l'administration ducale est fortement dominée par les ordres privilégiés : les fonctions les plus importantes reviennent le plus souvent à des nobles et à des clercs. La montée de la bourgeoisie, notamment légiste, semble beaucoup plus faible autour du duc qu'autour du roi16 : Jean de Berry reste avant tout un noble qui vit avec des nobles ;
  • enfin, le prince est omniprésent par ses nombreuses visites, par l'envoi fréquent de ses conseillers les plus proches, par la convocation des officiers régionaux à Bourges ou à ses résidences itinérantes. C'est lui qui assure en réalité l'existence politique de son apanage.

23Ce gouvernement est celui d'un seul homme qui tient plus son pouvoir de droits acquis au détriment ou avec l’accord de la royauté que d'une circonscription territoriale réelle et soudée. Et il s'appuie sur une minorité privilégiée ou aisée qui le sert avant tout par intérêt. Face à cela, les contre-pouvoirs existent mais sont souvent annihilés ou au moins limités et contrôlés.

Le contre-pouvoir royal

24Il s'exerce avant tout par le respect des droits supérieurs de la royauté, c'est-à-dire des intérêts de l'État qui justement sont mis en forme et définis précisément pendant le règne de Charles V.

  • 17 P. Charbonnier dans A.-G. Manry (sous la direction de) : Histoire de l'Auvergne, Toulouse, Privat, (...)

25- Les droits ainsi réservés sont les droits régaliens imprescriptibles dans tous les apanages comme par exemple celui de la monnaie. Pour les faire respecter, le roi nomme un lieutenant. Or, Jean de Berry occupe cette charge pour l'Auvergne presque continuellement, sauf entre 1370 et 1380 et entre 1390 et 1392 quand le souverain est assez fort et se méfie de la puissance ducale, c'est-à-dire Charles V après que le duc ait récupéré le Poitou en 1369, et Charles VI sous le gouvernement des Marmousets17.

  • 18 A.D. 5C 184, fos 75 v° - 88 r°.

26Ce cumul de fonctions longtemps exercé par Jean de Berry lui permet évidemment d'oeuvrer pour son propre compte beaucoup plus que pour celui du roi. Par exemple, en décembre 1403, en tant que lieutenant, il obtient de Charles VI l'autorisation de récupérer à son profit les droits d'amortissement des terres nobles achetées par les bourgeois. Cela lui permet d'exiger 8 000 écus d'or des bonnes villes d'Auvergne18.

27- Il y a également le gouverneur royal qui s'occupe des affaires militaires, mais Jean de Berry parvient à faire nommer ses proches à ce poste comme Hugues de La Roche de 1358 à 1380.

  • 19 Aurillac, Brioude, La Chaise-Dieu, Cusset, Issoire, Manglieu, Mozac, Saint-Pourçain. La défense de (...)

28- Le souverain conserve aussi dans tout le royaume la justice d'appel et celle des exempts, c'est-à-dire des sujets qui relèvent directement et seulement de lui. Il s'agit pour l'essentiel d'ecclésiastiques avec leurs dépendants. En Auvergne, cela concerne les deux évêques de Clermont et de Saint-Flour, les Hospitaliers, et huit grandes abbayes sous sauvegarde royale19. Ces exempts sont rattachés à des baillis royaux installés le plus près possible. C'est ainsi que le bailli de Saint-Pierre-le-Moûtier est créé en 1361 avec un lieutenant à Cusset, ville royale en vertu d'un paréage de 1184. En 1366, un deuxième bailliage royal est installé pour la haute Auvergne à Aurillac. Ces baillis ont bien évidemment tendance à empiéter sur la justice ducale avec l'accord de la population qui comprend tout l'intérêt qu'elle peut tirer de cette dualité.

  • 20 Charbonnier dans Manry, op. cit., p. 210.

29Jean de Berry résiste, notamment en contestant les droits de sauvegarde d'Aurillac et de Brioude devant le Parlement, mais en vain. Par contre, quand il redevient lieutenant pour le roi dans la province en 1380, il en profite pour fusionner bailli ducal et bailli des exempts de haute Auvergne, malgré les protestations des habitants20.

  • 21 A.N. X1A 17 à 58. F. Lehoux, op. cit., I, p. 196-197.

30En matière d'appel, là encore Jean de Berry essaie par tous les moyens de limiter le pouvoir central. En septembre 1366, il obtient le droit de tenir des Grands Jours, c'est-à-dire qu'il peut lui-même traiter des appels des jugements du sénéchal (toujours nommé bailli en 1366), avec ses conseillers et quelques membres du Parlement, en assises solennelles et intermittentes dans un quelconque lieu de l'apanage. Ce privilège lui accorde ainsi une grande autonomie judiciaire et une source de revenus appréciable grâce aux amendes perçues. Cependant l'appel au Parlement subsiste en théorie, mais dans la pratique, il disparaît presque complètement : les registres du Parlement conservés aux Archives nationales n'évoquent quasiment plus d'affaires venues d'Auvergne. Le duc décourage les plaignants qui de toute façon appréhendent d'entreprendre un voyage coûteux dans la capitale pour un résultat mal assuré, même si les frais de ce second appel se fondent dans ceux du premier devant les Grands Jours21.

  • 22 Voir F. Autrand : Naissance d'un grand corps de l'État. Les gens du Parlement de Paris, 1345-1454,(...)

31Enfin, Jean de Berry, profitant de la maladie de Charles VI, place ses fidèles au Parlement, comme le font aussi de leurs côtés Louis d'Orléans et le duc de Bourgogne22. Cela peut lui laisser espérer des sentences judiciaires favorables, mais surtout cela lui permet de noyauter une partie essentielle de ce pouvoir royal que les princes du sang se disputent.

32Jean de Berry parvient donc à limiter grandement le contre-pouvoir royal en Auvergne, en particulier pendant le règne de Charles VI. Mais il doit faire face également à une autre opposition, régionale celle-là puisqu'elle émane de l'assemblée des États.

Le contre-pouvoir des États provinciaux

33L'apanage de Jean de Berry favorise l'essor des États en Auvergne. Clercs, nobles et bourgeois bénéficiaires et soutiens du pouvoir ducal s'y retrouvent. Ils constituent ainsi un élément de ce pouvoir, le rouage administratif qui finance entre autres la défense de la région. Mais ce rôle essentiel dans une période troublée peut déboucher sur un contre-pouvoir, ce qui ne se réalise pas vraiment en Auvergne par suite des dissensions internes mais également parce que le prince, par ailleurs piètre chef militaire, s'y oppose habilement.

Origine, composition, fonctionnement

  • 23 A.C. Riom AA16.

34- La naissance des États reste assez mal connue. Il semble cependant qu'ils existent déjà entre 1345 et 1358 puisqu'ils sont convoqués par Philippe VI dans le cadre du bailliage en avril 1345 à Clermont, et qu'ils sont ensuite supprimés par le régent Charles après divers abus financiers23.

  • 24 A.C. Riom AA17. F. Lehoux, op. cit., I, p. 168. Pour d'éventuelles comparaisons, voir : Recherches (...)

35Ils se réunissent à nouveau, apparemment spontanément car sans convocation officielle de qui que ce soit, au couvent des Cordeliers de Clermont, c'est-à-dire hors de l'apanage proprement dit, le 27 novembre 1360 pour organiser la défense du pays contre les routiers de Thomas de la Marche24. A partir de là, ils siègent régulièrement jusqu'à la fin du XVIe siècle.

  • 25 Aigueperse, Auzon, Billom, Brioude, Clermont, Cusset, Ebreuil, Issoire, Langeac, Montferrand, Riom (...)

36- Les délibérations du clergé et de la noblesse sont aujourd'hui disparues (si elles ont jamais été mises par écrit), contrairement à celles du troisième ordre, celui qui conteste le plus et qui se compose des représentants des bonnes villes, c'est-à-dire treize bourgs de basse Auvergne et quatre de haute Auvergne25.

  • 26 A.D. 5C 184, f° 1 v°.

37Les États de basse Auvergne - les plus importants - se tiennent en général à Riom où les convoque le duc quasiment chaque année pour leur faire accepter les frais de son entretien et du soutien de son état, mais également pour leur faire entériner des impôts plus exceptionnels comme par exemple ses dépenses lors de sa visite à Reims au roi des Romains Wenceslas en 139926.

  • 27 A.D. 5C 184, f° 1 v° : les États continuent de siéger huit jours après le départ de Jean de Berry (...)
  • 28 A.D. 5C 184, f° 25 r°.

38A travers les comptes de B. Sannadre - celui-ci recopie les instructions écrites de son maître avant chaque nouvelle collecte, instructions qui rappellent généralement dans quelles conditions les États ont accepté de contribuer-, on voit très nettement qu'il y a en fait de longues tractations durant plusieurs jours, essentiellement avec les bonnes villes, tractations qui parfois se prolongent après le départ du prince, avec l'accord de ce dernier27. Il faut même reprendre les négociations en juillet 1401 quand le duc s'aperçoit que le premier fouage accordé de 10 francs 15 s. t. par feu ne suffit pas à atteindre la somme globale de 16 000 francs28.

  • 29 A. Rigaudière : "Le financement des fortifications urbaines en France du milieu du XIVe siècle à l (...)

39Ces impôts sont répartis de la manière suivante : un quart payé par la haute Auvergne, campagnes et villes confondues le partage se faisant par arrangement entre elles, un quart payé par les treize bonnes villes de basse Auvergne, et le reste, c'est-à-dire la moitié, par le plat pays de basse Auvergne. Incontestablement, les villes de Limagne comme Clermont, Montferrand, Riom sont avantagées par une telle répartition, ce phénomène étant cependant compensé par les taxes indirectes qui financent les fortifications urbaines29.

40Jean de Berry suit la politique de son frère Charles V qui repose toute la défense du royaume sur les bourgs fortifiés en sacrifiant dans une large mesure les campagnes.

41Malgré ces injustices et cette lourdeur fiscales, à aucun moment n'éclate de véritable révolte, hormis le cas particulier des Tuchins en haute Auvergne. Cela s'explique en grande partie par l'habileté manoeuvrière du duc.

Les États maîtrisés par le prince

  • 30 A.-G. Manry : Histoire de Clermont-Ferrand, Clermont-Ferrand, Volcans, 1975, p. 100 et 219.
  • 31 F. Lehoux, op. cit., I, p. 434. Avec les Tuchins, c'est la seule participation connue de l'Auvergn (...)

42Les tentatives de révolte ou d'indépendance au sein des États restent limitées et isolées comme celles des délégués de Montferrand en 1372, de Montferrand et d'Aigueperse en 1373, de Clermont en 1389. Toutes se terminent par l'emprisonnement des fautifs pendant quelques jours, voire quelques semaines, et chaque fois, les bonnes villes s'inclinent30. En novembre 1380, l'alerte semble cependant plus sérieuse, le changement de souverain avec mise en place d'une régence incitant les Auvergnats à résister plus que d'habitude. Mais encore une fois, les États doivent céder et accordent les 45 000 francs exigés par le duc31.

43Outre cette manière forte, Jean de Berry utilise les particularismes régionaux. Pour les nobles et le clergé qui acceptent les impôts sur leurs dépendants en plat pays, il fait taire leurs éventuelles récriminations pour leur manque à gagner personnel par des emplois dans son administration et par des gratifications ou des dons variés.

44Pour les bonnes villes, il joue surtout sur leurs querelles, en particulier sur celles qui existent en permanence entre les trois plus importantes Clermont, Montferrand, Riom. Il avantage tantôt l'une, tantôt l'autre pour stimuler la zizanie entre elles. Par exemple, quand le roi accorde une réduction de feux fiscaux à l'une, cela se traduit immédiatement par une augmentation de fait des impôts des autres car jamais le duc ne réduit le montant global de l'imposition : il exige 16 000 écus par an pour son entretien ordinaire quelle que soit la situation et quel que soit le nombre de feux déclarés. A cette pratique s'ajoutent des "cadeaux" matériels comme la reconstruction du palais de Riom qui permet à la ville de connaître un regain d'activités à la fin du XIVe siècle.

  • 32 B. Chevalier : Les bonnes villes de France du XIVe au XVIe siècle, Paris, Aubier, 1982, p. 213.

45D'une manière générale, ces impôts directs lourds profitent finalement peu à l'ensemble de la région. Ils avantagent avant tout la minorité qui soutient le duc et qui bénéficie de ses largesses. De toutes les dépenses réalisées, sur ordre, par Berthon Sannadre, il ne s'en trouve qu'une seule d'un véritable intérêt collectif : la reconstruction du pont sur l'Ailier à Pont-du-Château à qui le duc consacre 50 livres sur les 16 000 écus prélevés annuellement, ce qui est infime. Le reste sert à éponger des dettes princières, à offrir des bijoux à la duchesse, à acheter des trèves aux routiers, à rémunérer des chevaliers et des courtisans. En réalité, chaque ville paie sa propre défense par des taxes sur les marchandises, notamment sur le vin, ce qui fait dire à B. Chevalier que les citadins d'alors édifient leurs remparts en buvant32.

46En conclusion, Jean de Berry, en imitant les institutions royales et en sillonnant sans cesse ses terres, cherche à créer un véritable État princier, au moins au début de son apanage. Mais la mort prématurée de ses deux fils en 1383 et 1397, et le règne difficile de Charles VI font que Jean de Berry renonce peu à peu à ses ambitions lignagères. En se mêlant des affaires générales du royaume, il devient à la fin de sa vie le défenseur des intérêts de la couronne et de la paix.

47Pour l'Auvergne, il reste cependant un prince étranger que l'on craint et que l'on ménage, surtout dans une période aussi troublée. Il laisse néanmoins des institutions solides, qu'il n'a pas forcément créées comme les États, qui subsistent et facilitent la continuité du pouvoir politique après la cession de la province au duc de Bourbonnais en 1416, cession entérinée par le Parlement en 1425.

48Après 1416, le "gouvernement central" de l'apanage disparaît. Charles VII, petit roi de Bourges, en récupère l'héritage, ce qui lui permet de se maintenir en attendant de voir ses droits reconnus par tous. Les structures régionales, elles, survivent et prouvent à l'évidence qu'un État princier médian entre les terres des Valois et des Plantagenêt-Lancastre n'était pas viable car pas assez homogène.

49L'apanage de Jean de Berry sert avant tout de tampon entre les deux souverains et de glacis protecteur pour le coeur du domaine royal français pendant plus d'un demi-siècle.

Notes

1 A.D. Puy-de-Dôme, 5C 184. En partie publiés par A. Chassaing : Spicilegium brivatense. Recueil de documents historiques relatifs au Brivadois et à l'Auvergne, 1886 : compte de 1401, p. 456 à 483, compte de 1402, p. 484.

2 F. Lehoux : Jean de France, duc de Berri. Sa vie, son action politique (1360-1416), 1966-1968, 4 volumes.

3 D'après F. Lehoux, op. cit., III, p. 423-513.

4 Jean de Berry séjourne en Auvergne en novembre 1402 et au début de janvier 1403 : il s'agit soit du même séjour soit de deux visites différentes rapprochées. Cf. F. Lehoux, op. cit., III, p. 497.

5 Les comptes de B. Sannadre concernent la basse Auvergne et n'apportent donc pas d'éclaircissement particulier sur ce point.

6 F. Lehoux, op. cit., I, p. 436 : en février 1379, le duc doit emprunter un traîneau pour voyager entre Massiac et Saint-Flour.

7 En 1356, de 1357 à 1360, de 1380 à 1389, de 1401 à 1411, de 1413 à 1416.

8 F. Lehoux, op. cit., I, p. 436-437. Elle est copiée sur le modèle de la chambre royale.

9 Liste établie d’après F. Lehoux, op. cit.

10 Il est par exemple témoin au mariage de Bonne d'Armagnac, petite-fille du duc, et de Charles d'Orléans (cf. F. Lehoux, op. cit., III, p. 169). Il défend à l'occasion les intérêts de son Auvergne natale comme le mentionne le compte de Sannadre de 1399 : il reçoit 475 francs pour avoir plaidé la cause de l'Auvergne pendant trois mois auprès du roi (A.D. 5C 184, f° 17 v°).

11 A.D. 5C 184 : exemple, fos 15 r° - 16 r°, compte de 1399 : le sénéchal Pons de Langeac reçoit 20 livres contre 50 à l'évêque, 80 au Dauphin d'Auvergne, 40 au seigneur de Montgâcon, 30 à celui de Tournoël, etc. Ce titre de sénéchal existe depuis 1369. Avant, il s'agit d'un bailli ducal (cf. F. Lehoux, op. cit., I, p. 196 n. 6).

12 Parmi eux se trouve Hugues de La Roche entre 1358 et 1380 qui est aussi un proche de Jean de Berry (cf. G. Dupont-Ferrier : Gallia Regia, I, p. 171, et A.C. Riom, AA16, juin 1380).

13 A.D. 5C 184, fos 70 v° - 71 v° : frais de la reddition à Bourges du compte du fouage de 15 écus par feu en plat pays accordé en décembre 1402 par les États, reddition que la chambre des comptes du duc entérine le 6 avril 1404. La liste de ces receveurs généraux a été publiée par A. Tardieu : Grand dictionnaire historique du Puy-de-Dôme, Moulins, 1877, p. 37, mais il y a des erreurs dues à des confusions avec les simples receveurs locaux de taxes indirectes qui afferment leur charge. Les textes d’archives manquent souvent de précision à cet égard.

14 A.D. 5C 184 : Sannadre n'est pas encore receveur général pour son compte de 1397 (fos 119 v° - 121 v°). Par contre, il l'est toujours quand il termine sa dernière levée en 1407.

15 D'après les comptes de Sannadre, l'Auvergne verse, à peu près chaque année, 16 000 écus pour l’entretien ordinaire de Jean de Berry et de sa mesnie, ce qui est très inférieur à la part de chacune des deux autres provinces (cf. F. Lehoux, op. cit., I, p. 161-162, p. 357).

16 Ce retard peut s'expliquer aussi par l'absence de grande université dans l'apanage.

17 P. Charbonnier dans A.-G. Manry (sous la direction de) : Histoire de l'Auvergne, Toulouse, Privat, 1974, p. 209. Pour la monnaie, Jean de Berry n'émet ses propres espèces qu'en 1411, lors du siège de Bourges par le roi et les Bourguignons (cf. F. Lehoux, op. cit., III, p. 270-271).

18 A.D. 5C 184, fos 75 v° - 88 r°.

19 Aurillac, Brioude, La Chaise-Dieu, Cusset, Issoire, Manglieu, Mozac, Saint-Pourçain. La défense de ces institutions, notamment de l'abbaye de Mozac, a été le prétexte invoqué par Philippe Auguste en 1212 pour conquérir militairement l'Auvergne et la rattacher définitivement au domaine capétien.

20 Charbonnier dans Manry, op. cit., p. 210.

21 A.N. X1A 17 à 58. F. Lehoux, op. cit., I, p. 196-197.

22 Voir F. Autrand : Naissance d'un grand corps de l'État. Les gens du Parlement de Paris, 1345-1454, thèse dactylographiée, Paris, 1978, 6 vol. : II, chap. IV de la 2e partie. Par exemple, Jean André, issu de la bourgeoisie clermontoise, parlementaire de 1387 à 1418, appartient à l'origine à l'entourage de Jean de Berry (F. Autrand, op. cit., VI, p. 28).

23 A.C. Riom AA16.

24 A.C. Riom AA17. F. Lehoux, op. cit., I, p. 168. Pour d'éventuelles comparaisons, voir : Recherches sur les États généraux et les États provinciaux de la France médiévale, 110e Congrès national des Sociétés savantes, Montpellier, 1985, Paris, CTHS, 1986.

25 Aigueperse, Auzon, Billom, Brioude, Clermont, Cusset, Ebreuil, Issoire, Langeac, Montferrand, Riom, Saint-Germain-Lembron, Saint-Pourçain pour la basse Auvergne. Aurillac, Mauriac, Maurs, Saint-Flour pour la haute. Les délibérations conservées se trouvent dans la série 5C des A.D. du Puy-de-Dôme, plus des fragments dans les différentes A.C. comme celles de Riom et Montferrand.

26 A.D. 5C 184, f° 1 v°.

27 A.D. 5C 184, f° 1 v° : les États continuent de siéger huit jours après le départ de Jean de Berry en janvier 1399.

28 A.D. 5C 184, f° 25 r°.

29 A. Rigaudière : "Le financement des fortifications urbaines en France du milieu du XIVe siècle à la fin du XVe siècle", RH, 1985, no 553, p. 19-95.

30 A.-G. Manry : Histoire de Clermont-Ferrand, Clermont-Ferrand, Volcans, 1975, p. 100 et 219.

31 F. Lehoux, op. cit., I, p. 434. Avec les Tuchins, c'est la seule participation connue de l'Auvergne à la grande crise des années 1380-1382 dans le royaume.

32 B. Chevalier : Les bonnes villes de France du XIVe au XVIe siècle, Paris, Aubier, 1982, p. 213.

© Éditions de la Sorbonne, 1993

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540