Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les princes et le pouvoir au Moyen Âge

 | 
Société des historiens médiévistes de l’Enseignement supérieur public

Les ducs de Bourbon (de Louis II au connétable de Bourbon) : leurs pouvoirs et leur pouvoir

André Leguai

Texte intégral

1Trois remarques préalables s'imposent :

21. Louis II a été le troisième duc de Bourbon. Pourtant il est le premier que l'on peut considérer comme un prince ; le grand seigneur se fait prince.

32. Dans les ouvrages que j'ai écrits ou dirigés sur l'Histoire du Bourbonnais, j'ai toujours considéré que le Moyen Age en Bourbonnais se prolongeait jusqu'aux années 1523 (fuite du connétable)-1527 (mort du connétable). Le connétable de Bourbon est un prince médiéval.

  • 1 E. Le Roy Ladurie, L'Etat royal, de Louis XI à Henri IV, 1460-1610, Paris, Hachette, 1987 (Histoir (...)
  • 2 R. Fossier, Le Moyen Age, t. III, Le temps des crises, 1250-1520, Paris, Armand Colin, 1983 ; B. e (...)

4Cela pouvait paraître original, il y a plus de trente ans, à une époque où certains modernistes (dont Leroy-Ladurie s'est fait l'héritier)1 envisageaient de rattacher le XVe siècle à l'époque moderne. Cela ne l'est plus aujourd'hui. L'ouvrage d'ensemble, dirigé par Robert Fossier, fixe à 1520 la fin du Moyen Age. Bartolomé Bennassar, de son côté, considère que 1492 est une date symbolique mais que la rupture se situe dans les années 15202.

  • 3 B. Guenée, L'Occident aux XIVe et XVe siècles. Les Etats, Paris, Presses Universitaires de France, (...)
  • 4 E. Perroy, "L'Etat bourbonnais" dans F. Lot, R. Fawtier, Histoire des institutions françaises au M (...)
  • 5 A. Leguai, Les ducs de Bourbon pendant la crise monarchique du XVe siècle. Contribution à l’étude (...)
  • 6 A. Leguai, "Louis XI et le Bourbonnais", Bulletin des Amis de Montluçon, 3e série, 23 (1972), p. 1 (...)

53. On emploie fréquemment le mot Etat qui n'était pas utilisé à l'époque, pour désigner les entités qui ont, à leur tête, un prince3. Ce n'est pas un historien local mais un médiéviste de grande réputation, Edouard Perroy, qui a, le premier utilisé l'expression l'Etat bourbonnais4. Mais l'Etat bourbonnais a été certainement le plus fragile, le plus artificiel de tous les Etats princiers. C'est lui pourtant qui a survécu le plus longtemps, si l'on excepte, bien entendu, le Béarn favorisé par sa position géographique et qui, au fond, ne gênait personne. Pourtant l'Etat bourbonnais, sans être pour les rois successifs un sujet d'inquiétude comparable à celui que leur provoquaient l'Etat bourguignon et l'Etat breton, a fait l'objet de leur méfiance et de leur vigilance. Sous Charles VII l'armée royale a réagi, rapidement et efficacement, aussi bien lors du complot princier de 1437, auquel participait le duc de Bourbon et qui se termina par la fuite précipitée du mercenaire au service des princes, Rodrigue de Villandrando, que lors de la Praguerie5. Louis XI, lorsque le danger bourguignon est écarté, s'efforce de démembrer l'Etat bourbonnais en favorisant Pierre de Beaujeu, son gendre, au détriment du duc de Bourbon, Jean II, frère aîné de Pierre6. Si l'Etat bourbonnais a obtenu un sursis c'est parce que pendant plusieurs années, Pierre de Beaujeu, qui deviendra le duc Pierre II, et Anne, son épouse, ont dirigé, à la fois, l'Etat bourbonnais et les affaires du royaume. Le conflit entre le roi et le prince qui est à la tête des possessions bourbonnaises a repris, de plus belle, sous François Ier

*

6Pour bien comprendre les choses il faut se poser une double question : quels sont les pouvoirs détenus par le duc de Bourbon et d'où viennent-ils ? Quelle est, en définitive, la force du pouvoir ducal et quelles sont ses limites ?

  • 7 R. Fédou et autres, Lexique historique du Moyen Age, 2e éd., Paris, Armand Colin, 1989 (U. Lexique (...)

7Les pouvoirs ducaux sont de trois sortes. Il y a d'abord ceux qui tiennent à sa qualité de seigneur et, puisqu'on peut, au XIVe siècle, employer le mot, de suzerain7. Il y a ensuite ceux qu'il s'est attribué lui-même, les pouvoirs "usurpés", en quelque sorte, qui sont normalement des pouvoirs régaliens. Il y a enfin les pouvoirs supplémentaires délégués par la royauté elle-même.

Les pouvoirs seigneuriaux

  • 8 A. Leguai, De la seigneurie à l'Etat. Le Bourbonnais pendant la guerre de Cent Ans, Moulins, les I (...)

8Le duc de Bourbon s'intègre dans une hiérarchie féodale. Dans ses possessions, il est le suzerain. Il reçoit l'hommage de ses vassaux. En sa qualité de seigneur, il perçoit des revenus de nature domaniale, il lève des tailles et des cens sur ses sujets. Comme n'importe quel seigneur, il bénéficie de la corvée. De plus il dispose des droits de haute et basse justice, des droits de confiscation, d'épaves, de laides, de plaçage, peut créer des foires et des marchés8. Mais les choses ne sont pas aussi simples que pourrait le laisser croire cette énumération. Ces pouvoirs seigneuriaux ont leurs limites.

  • 9 Coutumes générales et locales du pays et duché de Bourbonnais avec le commentaire dans lequel ces (...)

9Les corvéables, par exemple, n'étaient astreints à la corvée pour le duc que dans le cadre de la châtellenie qu'ils habitaient. De quand datait cet usage, nous n'en savons rien. Mais lorsque le duc Charles Ier décida de faire des réparations dans son château de Montluçon, le receveur ducal Philippe de Fourest voulut faire transporter des matériaux jusqu'à cette ville par les paysans taillables de la châtellenie voisine de Murat. Ceux-ci ne firent les transports que "jusqu'au bout de leur juridiction" et déposèrent "les pierres et autres choses qu'ils charroyaient au bout et limites de leur dicte chastellenie de Murat". Le même officier se heurta à un refus identique sous le principat de Jean II. Cette fois, les corvéables firent même appel au duc qui leur donna raison9.

  • 10 Op. cit., p. 4 et suivantes.
  • 11 A.D. Allier, coll. Chazaud, liasse XXV, 15 mai 1377.

10En ce qui concerne les droits de justice, la situation était d'une extrême complexité. Beaucoup de vassaux du duc possédaient des droits de justice mais surtout des droits de basse justice, parfois très limités10. Seuls quelques seigneurs relativement importants possédaient la haute et moyenne justice mais parfois avec des réserves. Jean de Montaigu avait, par exemple, sur sa terre de Moulin Neuf, dans la paroisse de Châtel de Neuvre la haute justice "excetté pendre, assoler et exmutilation de membres"11. Cette multiplication des droits de justice était très dommageable aux justiciables qui ne s'y retrouvaient pas toujours bien mais aussi au pouvoir ducal qu'elle entravait dans son action beaucoup plus qu’elle ne le secondait.

  • 12 E. Perroy, op. cit., p. 295.

11Il faut ajouter que l'on pouvait toujours faire appel de la justice ducale à la justice royale c'est-à-dire au Parlement de Paris. Dans certaines possessions des ducs de Bourbon les choses étaient même plus compliquées. En 1373, Louis II avait bien fait décider par Charles V que son nouveau comté de Forez ne relèverait plus que du Parlement de Paris sans ressort d'aucun bailli royal, en l'espèce le bailli de Mâcon, sénéchal de Lyon. Mais les entreprises des gens du roi ne cessèrent pas. Il fallut attendre la guerre du Bien Public pour que Jean II obtint de Louis XI le privilège de ne plus relever, pour l'ensemble de ses possessions, que du Parlement12.

  • 13 A.N., JJ 115, pièce 315, fos 153 v°-154.
  • 14 A.N., JJ 157, no 321, f° 197 v°-198.

12En ce qui concerne les foires et les marchés, le duc n'est pas, non plus, complètement maître chez lui. Le roi intervient parfois. En 1370, Charles V octroie à Jean, comte de Sancerre, un marché tous les lundis et deux foires annuelles dans sa ville de Meillant13. En 1403, Charles VI octroie à son chambellan Guichard Dauphin, seigneur possessionné en Bourbonnais et en Nivernais, la création d'un marché à Chézy14.

  • 15 Exemple : A.N., P 13771, cote 2833, 16 juillet 1388.
  • 16 A.N., P 13572, cote 381.
  • 17 Exemple : A.N., P 13741, cote 2310, 23 août 1441.

13Ces pouvoirs se sont-ils renforcés ou affaiblis aux cours des XIVe, XVe et XVIe siècles ? Il y a, à cette question, deux réponses contradictoires. D'une part, les droits respectifs du seigneur et du vassal se sont transformés au profit de ce dernier. Les Coutumes du Bourbonnais, à la fin du XVe siècle, reconnaissent le fait que le vassal peut transmettre son fief à son gré sans le consentement du seigneur. Les ducs de Bourbon, aux XIVe et XVe siècles, procèdent rarement à des confiscations de fiefs. Louis II accorde facilement des souffrances d'hommage et annule, le plus souvent, la saisie pour retard apporté dans l'hommage quand le vassal se décide à remplir son devoir féodal15. Il va même plus loin. Lorsque son ancien maître des eaux et forêts, Goussaut de Thoury, coupable de malversations, est contraint de céder ses biens à son seigneur, Louis II lui en laisse l'usufruit, sa vie durant16. Au XVe siècle, Charles Ier adopte la même attitude que son grand-père17.

  • 18 Sur cette évolution de l'Etat bourbonnais, cf. A. Leguai, Nouvelle Histoire du Bourbonnais, Le Cot (...)

14D'autre part, les pouvoirs seigneuriaux des ducs n'ont cessé de s'accroître parce que le nombre de leurs vassaux a constamment et considérablement augmenté. A l'avènement de Louis II, le duc de Bourbon ne possède que le duché de Bourbon et le comté de Clermont-en Beauvaisis. Au cours de son principat, il acquiert le comté de Forez, le Beaujolais, la seigneurie de Château-Chinon, la Combraille, la seigneurie de Thiers. Sous Jean Ier, en son absence, s'ajoute l'Auvergne. Puis, comme nous l'avons dit, Louis XI s'efforce de diviser les possessions bourbonnaises entre le duc Jean II et son frère Pierre. Mais, Pierre II, devenu duc, reconstitue l'Etat bourbonnais dans son intégralité. Il s'y ajoute la Marche, le comté de l'Isle-Jourdain et les possessions propres d'Anne de France c'est-à-dire le comté de Gien et les vicomtés de Thouars et de Châtellerault. Le duc Pierre II fait ultérieurement l'acquisition de la seigneurie de Bourbon-Lancy dans le sud de la Bourgogne et des vicomtés de Murat et de Carlat en Auvergne. Le connétable de Bourbon est, en plus, comte de Montpensier, seigneur de Mercoeur, d'Annonay et de la Roche-en-Regnier. "Jamais seigneur, en ceste France, a écrit Etienne Pasquier, n'estant fils de roi n'est arrivé à un si haut degré de fortune que luy"18.

  • 19 A. Leguai, Le Bourbonnais.... p. 155 et chap. XIV.
  • 20 Jacques Morel est chargé d'édifier le tombeau du duc et de la duchesse à Souvigny. Parmi les music (...)
  • 21 A. Leguai, Nouvelle Histoire..., p. 235-238 ; P. Duhamel, Le connétable de Bourbon ou l'honneur de (...)
  • 22 P. Duhamel, op. cit., p. 109 ; A. Lebey, Le connétable de Bourbon, 1490-1527, Paris, Perrin, 1904, (...)
  • 23 Cf. les thèses de R. Germain, Les campagnes bourbonnaises à la fin du Moyen Age (1370-1530), Clerm (...)

15Il faut voir dans cet accroissement des possessions des ducs l’une des raisons essentielles de l'évolution favorable de leur situation financière. Alors que Pierre Ier, le père de Louis II, meurt excommunié pour dettes, alors que Louis II connaît les pires difficultés financières19, la situation s'améliore relativement sous Charles Ier qui commence à attirer les artistes20. La cour de Moulins prend tout son éclat sous Pierre et Anne de Beaujeu et le connétable étale, dans les grandes occasions, un faste qui surprend21. Alors que de Louis II à Pierre II les ducs ont eu besoin des dons du roi, le connétable engage de lourdes dépenses pour le compte du souverain qui ne le rembourse que parcimonieusement22. Si l'on en juge par les exemples du Bourbonnais et de l’Auvergne, ce n'est certes pas le développement de l'activité économique des possessions bourbonnaises qui a permis un tel renversement de situation23.

Les pouvoirs "usurpés"

16En revanche, les ducs ont ajouté, à la faveur de la guerre de Cent Ans, à leurs droits seigneuriaux et à leurs ressources domaniales, d'autres pouvoirs que personne ne leur avait octroyés et que l'on peut considérer comme des pouvoirs "usurpés" car ils n'ont demandé et reçu l'autorisation de personne.

17La guerre a créé des besoins tels que l'entretien de troupes, la construction ou la reconstruction des fortifications des villes et des châteaux, la participation à des expéditions militaires lointaines. Les dépenses que tout cela entraîne sont, à l'époque de Louis II et de Jean Ier, sans rapport avec les possibilités des possessions bourbonnaises.

  • 24 E. Perroy, op. cit., p. 315-316.
  • 25 Les grands jours du Bourbonnais existaient dès l'époque de Pierre Ier.

18Il a donc fallu créer des institutions nouvelles ou renforcer des institutions existantes. Dans le cas de l'Etat bourbonnais, fait de pièces et de morceaux, comme d'ailleurs l'Etat bourguignon, les mêmes institutions peuvent exister à plusieurs exemplaires. Il y a seulement quelques organes centraux imités de ceux de la royauté : le conseil ducal qui s'occupe de toutes les possessions des ducs de Bourbon, le chancelier, le gouverneur général des finances. Mais il y a trois chambres des Comptes : l’une à Moulins, la seconde à Montbrison, en Forez, la troisième à Villefranche-en-Beaujolais. Il y a des Etats du Bourbonnais, de Forez, d'Auvergne, du Beaujolais, de Combraille24. En revanche seul le Bourbonnais a des jours généraux qui jouent le rôle d'une instance intermédiaire de recrutement local entre le bailli du Bourbonnais et le Parlement de Paris25.

  • 26 Sur l'action de Pierre de Nourry, cf. La chronique du bon duc Loys de Bourbon, éd. A.-M. Chazaud, (...)

19Mais en quoi cela renforce-t-il les pouvoirs du duc de Bourbon ? A coup sûr, il bénéficie désormais d'une meilleure administration et principalement d'une meilleure gestion de ses finances. Les redevances sont mieux perçues. Mais les résultats sont lents et limités. En 1375, Louis II a confié à un seigneur nivernais, Pierre de Nourry, les fonctions de lieutenant-général du duché, un an après la création de la Chambre des Comptes de Moulins. Le nouveau promu s'entoure de collaborateurs compétents, Lorin de Pierrepont, qui vient du comté de Clermont-en-Beauvaisis, et Jean Gaiget, un bourgeois de Moulins, qui fut président de la Chambre des Comptes. Il fait promulguer par le duc une ordonnance très sévère concernant le recouvrement et l'emploi des finances ducales. Des règlements détaillés précisent la tâche respective du trésorier et receveur général, des receveurs et trésoriers particuliers, des officiers de l'hôtel ducal26. Mais cela ne suffit pas. Louis II, à son décès qui survient à la fin d'août 1410, laisse à son successeur une situation financière aussi mauvaise que celle dont il avait hérité de son prédécesseur.

  • 27 A.C. Moulins, no 261, f° 6.
  • 28 Ibid, no 264, f° 3.

20Pourtant, à la fin de son principat, une solution s'amorce. Des fouages et des aides ont été levés, sans l'autorisation royale, sous divers prétextes. Prenons quelques exemples. En 1424, les trois Etats du Bourbonnais, réunis à Souvigny, octroient à la duchesse Marie de Berry qui gouverne les possessions ducales pour le compte de son mari Jean Ier, prisonnier en Angleterre, "ung foage et demy" non seulement pour subvenir aux frais nécessaires "à l'entretenement des trêves et abstinences de guerre derrainement prinses en Savoie" mais surtout pour assurer le "soldoyment des gens d'armes et de trait qui sont et seront à la garde des places des frontières de guerre"27. Le 10 mai 1430, les trois Etats du Bourbonnais, réunis à Montluçon accordent au comte de Clermont un fouage "pour la garde du pays" puis, le 12 septembre suivant, à Moulins cette fois, un autre pour lever cent hommes d'armes et cinquante hommes de trait pour défendre le duché28. L’apparition de cet impôt, étendu à l'ensemble des possessions bourbonnaises, a contribué, autant peut-être que l'extension de ces possessions, à renverser la situation financière de l'Etat bourbonnais. Toutefois, comme nous le verrons plus loin et contrairement à ce qui se passait, par exemple, en Bourgogne, cela n'empêchait pas la royauté de lever ses propres impôts sur les terres du duc de Bourbon.

  • 29 Exemples A.N. P 13611, cote 916 ; P 13762, cotes 2706, 2709, 2714, 2740.
  • 30 Le 13 janvier 1400, Louis II accorde des lettres de rémission à Huguenin de la Condamnine ainsi qu (...)
  • 31 Déjà le duc Louis Ier, grand'père de Louis II, avait anobli Jean et Guy de Bourbon (A.N., P 4632, (...)
  • 32 A.N., X1/A 4785, f° 169.

21Le duc de Bourbon, d'autre part, accorde des lettres de sauvegarde29 ou de rémission30. Il n'en est pas avare car les bénéficiaires les achètent. D'autre part, certains de ses vassaux, par sa grâce, accèdent à la noblesse31. Cela crée, dans l'esprit de ses vassaux et de ses sujets une certaine confusion. Il est curieux de voir dans un texte de 1401 un homme aussi averti que Guichard Dauphin, seigneur de Jaligny, au service du roi, déclarer que "Monseigneur de Bourbon à cause de son chastel de Moulins, est le souverain"32.

  • 33 Sur l'Ordre de l'Ecu d'Or, Chronique du bon duc Loys.., p. 69. Un autre ordre de chevalerie fait s (...)

22Enfin le duc Louis II prend l'initiative de créer un ordre de chevalerie, celui de l'Ecu d'or comme Jean le Bon a créé celui de l'Etoile, pour s'assurer des fidélités. Il ne semble pas toutefois que cela ait eu beaucoup d'effets pratiques33.

Les pouvoirs délégués

  • 34 O. Troubat, op. cit., p. 246.

23Il ne semble pas, non plus, que les rois successifs et leurs conseillers aient beaucoup réagi devant ces initiatives qu'ils ne pouvaient pas ignorer. On voit même Charles VI et son frère, Louis, arborer "en broderies d'or, en écharpe autour du cou et de l'épaule, ou tournant autour d'un bras, ceintures de l'ordre et devise de Bourbon... qui dient Espérance"34.

24Bien plus, les souverains ont de leur propre initiative, ajouté d'autres pouvoirs, temporaires il est vrai, à ceux que détenaient les ducs. Ils ont accordé aux ducs de Bourbon successifs de vastes lieutenances générales ou des commandements militaires qui pouvaient englober parfois certaines de leurs possessions mais souvent aussi en dépassaient le cadre.

  • 35 Cf. sur cette question, J. de la Mure, Histoire des ducs de Bourbon et des comtes de Forez, éd. Ch (...)

25Dès 1358, le régent Charles nomme Louis II, qui n'a alors que vingt-et-un ans, lieutenant en Berry, Auvergne, Lyonnais puis, en 1359, lieutenant général et spécial aux bailliages d'Auvergne, de Bourges et de Mâcon alors qu'il y a déjà un titulaire nommé par le roi Jean le Bon, Jean, comte de Poitiers (celui que nous appelons Jean de Berry). Malgré les protestations du comte de Poitiers, Louis II exerce l'autorité effective dans ces seigneuries, nommant des chefs militaires, ordonnant des paiements, accordant des réductions d'impôt, gouvernant au nom du roi35.

  • 36 La Mure, op. cit., t. II, p. 45-46, note 1.
  • 37 A.N., P 13771, cote 2822.

26Ces fonctions sont interrompues par le traité de Brétigny car Louis II figure parmi les otages princiers envoyés en Angleterre. Mais après son retour, il est, le 19 mai 1370, nommé par le roi son lieutenant en Picardie et dans le pays de Caux36 puis, en 1385, sous Charles VI, il est lieutenant du roi en Bourbonnais, Forez, Limousin, Marche, Saintonge, Angoumois et Périgord37. Mais on ignore quelle fut la durée et quelle fut la portée pratique de ces lieutenances.

  • 38 A.N., P 13582, cote 601.
  • 39 A. Leguai, Les ducs de Bourbon..., p. 94, note 4.
  • 40 A.N., P 13582, cote 576.
  • 41 A.N., P 13592, cote 705.

27Parce qu'il appartenait au parti d'Orléans et parce qu'à partir de 1415, il fut prisonnier en Angleterre où il mourut en 1434, le duc Jean Ier ne reçut aucune lieutenance. Mais, de son vivant, son fils Charles, comte de Clermont, fut nommé, le 21 août 1420, lieutenant général des pays de Languedoc et de Guyenne par le dauphin Charles38. Il exerça ses fonctions d'une manière effective, mais avec des interruptions, au moins jusqu'en 142339. Puis il devint lieutenant "sur le fait de guerre" aux pays de Lyonnais, Mâconnais, Bourbonnais, Beaujolais, Forez et Nivernais. Le 7 octobre 1424, Charles VII lui confie, en outre, la garde et la défense du Dauphiné40. Cinq ans plus tard, le 12 septembre 1429, le roi nomma le comte de Clermont lieutenant-général sur le fait de guerre pour tous les pays reconquis ou à reconquérir en deçà de la rivière de Seine avec les pouvoirs les plus étendus41. Mais celui-ci, incapable de mettre de l'ordre dans les troupes qui dépendaient de sa lieutenance générale, résigna ses fonctions très rapidement. Devenu duc, Charles de Bourbon n'exerça plus aucune lieutenance.

  • 42 J. Favier, La guerre de Cent Ans, Paris, Fayard, 1980, p. 603 et 608.
  • 43 Sur Jean II, voir H. de Surirey de Saint-Rémy, Jean II, duc de Bourbonnais et d'Auvergne, 1426-148 (...)
  • 44 Sur les rapports entre Louis XI et Jean II au cours de la période 1466-1476, cf. A. Leguai, "Louis (...)

28Mais son fils Jean, comte de Clermont, fut d'abord lieutenant général en Normandie puis gouverneur en Guyenne avant même la bataille de Castillon42. Louis XI, devenu roi, lui retira ce gouvernement puis dut lui rendre après la guerre du Bien Public43. Par lettres du 19 novembre 1465, le souverain, qui, à cette époque, ménageait le duc de Bourbon pour éviter qu'il ne se rapproche trop de la Bourgogne, lui octroie la lieutenance générale d'un vaste territoire englobant l'Orléanais, le comté de Blois, la Sologne, le Berry, le Lyonnais, le Velay, le Vivarais, le Gévaudan, l'Albigeois, le Rouergue, le Quercy, le Limousin et le Périgord. Le 5 juin 1466, Jean II devient lieutenant général du Languedoc puis, le 13 mai 1475, il reçoit une nouvelle lieutenance générale englobant le Lyonnais, le Vivarais, le Gévaudan, la Haute-Marche, l'Auvergne, le Bourbonnais, le Forez et le Beaujolais. Louis XI souhaite à cette époque qu'il contrôle les régions voisines de la Bourgogne méridionale et il le fait effectivement et efficacement44.

  • 45 H. de Surirey de Saint-Rémy, op. cit., p. 200.
  • 46 A. Allier et A. Michel, L'Ancien Bourbonnais, Moulins, Crépin-Leblond, rééd. 1934, t. II, p. 472.

29Puis les relations se tendent entre le roi et le duc. Mais, sous Charles VIII, les Beaujeu lui font accorder l'office de connétable qu'il espérait depuis plus de vingt ans, le gouvernement du Languedoc et même la fonction théorique de lieutenant général du royaume45. Après la fin de la régence des Beaujeu, Pierre II fut, pendant plus d'un an, en 1494-1495 et d'une manière effective, lieutenant-général du royaume en l'absence du roi parti guerroyer en Italie. Moulins, où résidaient la reine et le chancelier de France, fut, pendant quatorze mois, le siège du gouvernement royal46.

  • 47 P. Duhamel, op. cit., p. 73, 97 ; A. Lebey, op. cit., p. 43, 46, 77.

30Sous Louis XII, Charles III fut, tout jeune, gouverneur du Languedoc puis lieutenant général extraordinaire en Bourgogne, menacée par les Suisses. François Ier le fit connétable de France, le 12 janvier 1515. Il fut, plus tard, gouverneur du Milanais mais cela ne dura guère47.

31Il ne faut pas toutefois se leurrer sur tous ces titres et fonctions. Il ne s'agit, en dehors de la connétablie que de délégations provisoires auxquelles le roi peut mettre fin quand il le veut. Il est difficile souvent de préciser la date à laquelle elles cessent. Dans certains cas, l'autorité exercée a été effective. Ce fut le cas pour Louis II, au début de son principat, pour Jean II en Guyenne, pour Charles III en Bourgogne. Dans d'autres, il semble bien que cela soit resté assez théorique. Plus le territoire de la lieutenance générale est vaste et composite, plus l'action et le contrôle du lieutenant général sont faibles. Il n'y a, dans tout cela, aucune menace pour la royauté.

  • 48 17 métiers au total, selon A.N., X 1/A 4794, f° 9 v°. A. Allier et A. Michel, op. cit., t. II, p.  (...)

32Plus inoffensive encore est la chambrerie de France qui donne au duc de Bourbon juridiction sur certains métiers de Paris. Transmise de père en fils à partir de Louis Ier, elle fut enlevée deux fois à Jean Ier, d'abord au profit de Philippe, comte de Nevers, puis à celui du prince d'Orange. Charles VII la restitue à Charles Ier et elle reste aux ducs de Bourbon jusqu'à la fuite du connétable48.

Faiblesses et limites du pouvoir ducal

33De ces pouvoirs de natures diverses, quel pouvoir peut-il découler ? La réponse est claire : c'est un pouvoir faible.

  • 49 Sur l'armée bourguignonne, cf. Colonel Brusten, "La fin des compagnies d’ordonnance de Charles le (...)
  • 50 J.-P. Leguay et H. Martin, Fastes et malheurs de la Bretagne ducale, 1213-1532, Rennes, Ouest-Fran (...)
  • 51 Cf. sur les rapports entre le duc de Bourbon et Villandrando, A. Leguai, Les ducs de Bourbon..., p (...)
  • 52 A. Leguai, op. cit., p. 167.
  • 53 H. de Surirey de Saint-Rémy, op. cit., p. 120-121.

34D'abord les ducs de Bourbon n'ont jamais eu une force militaire capable de tenir tête à celle de la royauté. Cela n'a pas été propre à l'Etat bourbonnais. Même l'armée bourguignonne n'est pas à la hauteur de l'ambition de ses ducs. Philippe le Bon a su faire illusion mais, quand l'heure de vérité a sonné, Charles le Téméraire a été d'échec en échec49. L'armée bretonne n'a pas de cohésion et d'homogénéité. Elle n'a qu'une faible valeur combative50. Dans l'Etat bourbonnais, la situation est plus mauvaise encore. Il n'y a pas vraiment d'armée bourbonnaise. Charles Ier a eu, tout au plus, des chefs de bandes à son service, dont le plus célèbre est Rodrigue de Villandrando51. Les troupes au service du duc de Bourbon ont été rapidement balayées, lors de la Praguerie52 ou la guerre du Bien Public. "Oncques, écrit Cousinot au sujet de cette dernière, ne fut si gracieuse guerre"53.

  • 54 Enguerrand de Monstrelet, Chronique, 1400-1444, éd. L. Douët d'Arcq, t. IV, Paris, Renouard (Socié (...)
  • 55 Favier, op. cit., p. 603 et 608.
  • 56 P. Duhamel, op. cit., p. 47, 93 ; A. Lebey, op. cit., p. 32-33, 68-69.
  • 57 A. Lebey, op. cit., p. 183, 190.

35Pourtant si Charles Ier a été un chef de guerre bien médiocre qu'a ridiculisé la "Bataille des Harengs"54, Jean II et Charles III ont assumé des commandements importants et se sont acquittés de ces tâches avec honneur, le premier en Normandie et à Castillon55, le second à Agnadel, à Marignan et ailleurs56. Mais, lorsqu'en 1523 la rupture devient définitive entre François Ier et le connétable de Bourbon, le maréchal de la Palice reçoit l'ordre de marcher sur Chantelle où réside le duc, et celui-ci, sans résister, gagne les terres de l'Empire57.

36Mais, en dehors de cela, les grandes causes de faiblesse peuvent se résumer à trois :

  1. le pouvoir ducal est laminé au sommet et à la base.
  2. les différentes possessions des ducs de Bourbon ne sont pas solidaires.
  3. le duc ne rencontre un véritable appui dans aucune catégorie sociale.

37Examinons ces différents points :

1. Le pouvoir ducal est limité par la royauté et pas toujours efficace

  • 58 A. Leguai, Le Bourbonnais..., p. 176.
  • 59 H. de Surirey de Saint-Rémy, op. cit., p. 80.
  • 60 Cf. en dernier lieu, Ch. Giraudet, "Monnayeurs et ouvriers aux monnaies de Saint-Pourçain à la fin (...)

38Les habitants des possessions ducales et le duc lui-même relèvent du Parlement royal, les premiers en appel, le second directement. Le connétable de Bourbon en a fait l'expérience à l'époque de son procès avec Louise de Savoie et François Ier. Le roi et ses représentants gardent, en outre, la connaissance des "cas royaux" tels que le crime de lèse-majesté, les infractions à la sauvegarde royale, le rapt, la fabrication de la fausse monnaie58. En 1321, le roi avait racheté la dernière monnaie bourbonnaise, celle de Souvigny59. L'atelier monétaire de Saint-Pourçain, situé dans une enclave auvergnate à l'intérieur du duché de Bourbon, lui appartient60.

  • 61 Il est exceptionnel que le roi annule une lettre de rémission à la demande du duc de Bourbon. Exem (...)
  • 62 Sur le bailliage de Saint-Pierre le Moûtier, cf. P. Durye, "Le bailliage de Saint-Pierre le Moûtie (...)
  • 63 A. Leguai, Louis XI et le Bourbonnais..., p. 20-21. Sur Jean de Doyat, A. Bardoux, Les grands bail (...)

39Les lettres de rémission royales sont susceptibles d'interrompre le cours de la justice ducale61. Elles sont entérinées par le bailli de Saint-Pierre le Moûtier qui siège à 30 km de Moulins. C'est lui qui s'occupe du problème des exempts, notamment des établissements religieux que leurs privilèges soustraient à la juridiction ducale. Le bailli de Saint-Pierre le Moûtier avait un lieutenant général à Cusset, en Auvergne, dont relevaient les exempts d'Auvergne avant que le duché ne devînt possession du duc de Bourbon en 1425. A ce moment-là, Charles VII établit un autre bailli royal, à Montferrand, à 6 km de Riom, capitale du duché d’Auvergne et résidence du sénéchal nommé par le duc de Bourbon62. Les possessions bourbonnaises et auvergnates sont placées ainsi sous surveillance. Sous Louis XI, la situation devint conflictuelle lorsqu'un fidèle de Louis XI, Jean de Doyat, adversaire du duc Jean II, fut successivement capitaine de Cusset et bailli de Montferrand63.

  • 64 P. Baer, Les institutions municipales de Moulins sous l'Ancien Régime, Paris, Larose et Tenin, p.  (...)
  • 65 G. Dupont-Ferrier, "Les origines des élections financières en France", BEC, 90 (1929), p. 242.

40D'autre part, à la faveur de la guerre de Cent Ans, les possibilités d'intervention de la royauté dans le domaine financier se sont accrues. Elle a pris l'habitude de lever des fouages et des aides de plus en plus fréquents au fur et à mesure que les hostilités se prolongeaient. A partir de 1466 est levé, de surcroît, un impôt dit des gens d'armes. Des officiers sont spécialisés dans la levée des impôts royaux. A Moulins, Pierre de Boulhoir porte le titre de "recepteur des aydes pour le roi" et Jean Bilhon est "commis à lever l'impôt des gens d'armes"64. A Moulins, ils logent au château ducal. Des élus du roi apparaissent au moins dès 1405. Puis, dans le deuxième quart du XVe siècle est créée une élection royale du Bourbonnais dont le siège est à Moulins65.

  • 66 G. Dupont-Ferrier, Etudes sur les institutions financières de la France à la fin du Moyen Age, t.  (...)
  • 67 E. Chénon, Histoire générale du droit français public et privé, des origines à 1815, t. I, Paris, (...)

41La mise en application de l'impôt sur le sel amène l'établissement de greniers royaux à Moulins, à Montluçon, dès le règne de Charles VI, puis à Vichy sous Louis XI66. Un bureau des "traites foraines" est établi en Bourbonnais (comme en Anjou, Berry, Lyonnais et Poitou) pour percevoir l'imposition de douze deniers par livre de la valeur des marchandises destinées aux provinces du Midi67. L'emprise des officiers royaux sur le duché s'est donc renforcée.

  • 68 A. Bossuat, "Les ducs de Bourbon et l’Auvergne", Bulletin de la Société d'Emulation du Bourbonnais (...)
  • 69 Sur ce problème, A. Leguai, Nouvelle Histoire..., p. 230, 243, 244.

42Ajoutons que, depuis 1400 et pour qu'à la mort de Jean de Berry, le duché d'Auvergne revienne à son fils Jean qui a épousé Marie de Berry, Louis II a accepté que le duché de Bourbon et le comté de Clermont-en-Beauvaisis cessent d'être des fiefs patrimoniaux pour devenir un apanage qui, en cas d'absence d'héritier mâle, reviendrait à la royauté. A. Bossuat a bien montré que l'avantage obtenu était plus grand que le risque encouru68. Il n'en reste pas moins qu'en 1498, les Beaujeu ont dû solliciter de Louis XII l'abandon des droits de la couronne en faveur de leur fille Suzanne, puis Anne de Beaujeu a été amenée à marier Suzanne à son cousin Charles de Bourbon-Montpensier, le futur connétable, dont le père et le grand'père, descendants directs du duc Jean Ier, pouvaient être considérés comme des héritiers mâles. Au moment du procès du connétable engagé par Louise de Savoie et le roi, le procureur royal et l'avocat du duc de Bourbon évoquent l'un et l'autre, le traité de 1400 mais ils en tirent des conclusions opposées69.

  • 70 A. Leguai, Le Bourbonnais..., p. 377.

43"A la base", la situation du duc de Bourbon n’est pas meilleure. Il a peu de prise sur la vie économique de ses possessions, ce qui n'est, en rien, original. Ses ordonnances sur la boucherie à Montluçon représentent un exemple concret de ses possibilités d'intervention. Puis, surtout, à la faveur de la guerre de Cent Ans, les villes ont perfectionné leur administration, acquis une certaine indépendance, levé, à leur tour, des impôts, sous forme de taxes indirectes. Elles échappent plus qu'auparavant à l'emprise ducale70.

2. Absence de solidarité des possessions bourbonnaises

  • 71 E. Perroy, op. cit., p. 315.
  • 72 E. Perroy, op. cit., p. 316.
  • 73 A. Leguai, Les ducs de Bourbon..., p. 60-61.
  • 74 C'est du moins ainsi que voit les choses R. de Lespinasse, Le Nivernais et les comtes de Nevers, t (...)
  • 75 Le Beaujolais "à la part de l'Empire" correspond à ce que nous appelons aujourd'hui la Dombes.

44Il y a peu de vie commune entre les différentes possessions bourbonnaises. La Chambre des Comptes de Moulins a acquis une certaine prééminence sur celles de Villefranche et de Montbrison. Les Etats des différentes seigneuries, quand ils existent, ont parfois des contacts71. Les officiers ducaux, du niveau le plus élevé, se recrutent un peu indifféremment dans les différentes possessions du duc de Bourbon72. En revanche il est bien certain que le comté de Clermont-en-Beauvaisis ne marquait qu'un faible attachement à son lointain seigneur. Pendant la "querelle des Armagnacs et des Bourguignons" et jusqu'à la reconquête de la région par les troupes de Charles VII, il est, en fait, sous contrôle bourguignon et ses habitants s'en accommodent73. La seigneurie de Château-Chinon se juge volontiers malmenée par son seigneur74. Elle devient bourguignonne par le mariage d'Isabelle de Bourbon et du futur Charles le Téméraire. Le Beaujolais est, en partie, terre d'Empire75.

3. Absence d'un appui de la population

45Depuis le XIXe siècle et l'époque romantique a fait son apparition une sorte de sentiment bourbonnais et les auteurs bourbonnais ne veulent pas admettre la "trahison" de leur connétable. Mais les habitants des possessions bourbonnaises se sont montrés parfaitement indifférents à ses malheurs. En fait, les ducs de Bourbon ne suscitaient pas d'hostilité mais ne trouvaient un véritable appui dans aucune catégorie sociale.

  • 76 A. Leguai, Le Bourbonnais..., p. 287, note 196.
  • 77 Cf. en dernier lieu, sur La Palice, J.-Ch. Varennes, Le maréchal de la Palice ou le dernier des ch (...)

46Même dans la noblesse, les seuls véritables fidèles sont les seigneurs directement à leur service. Un Guichard Dauphin, seigneur de Jaligny, préfère le service royal à celui du duc76. Au moment décisif, le maréchal de la Palice prend le parti du roi François Ier contre le connétable77.

  • 78 A. Leguai, Les ducs de Bourbon..., p. 123. En 1427, Charles, alors comte de Clermont, fit arrêter (...)

47Le duc ne peut compter sur le clergé. L'abbaye de Souvigny - "le Saint-Denis des ducs" - ne pense qu'à ses privilèges et à ses petits problèmes. Le Bourbonnais appartient à trois ou quatre diocèses différents. Au XVe siècle, l'évêque de Clermont, Martin Gouge, chancelier de France, fut un rude adversaire pour le duc Charles Ier78.

  • 79 Pour la Praguerie, A. Leguai, op. cit., p. 167. Pour la Guerre du Bien Public, H. de Surirey de Sa (...)

48Le duc ne peut compter sur les villes. Elles capitulèrent, à qui mieux mieux, lors de la Praguerie et la guerre du Bien Public, aussi bien en Bourbonnais qu'en Forez et en Auvergne. Il est vrai que la façon dont l'armée royale avait traité la petite ville de Charroux, qui avait résisté, avait eu un caractère dissuasif79.

  • 80 Exemple, A.N., JJ 170, pièce 16. Cf. J. Quicherat, Rodrigue de Villandrando, l'un des combattants (...)

49Quant aux masses rurales, elles ne réagissent que ponctuellement mais cela peut se faire aussi bien contre les gens de guerre au service de leur duc que contre les routiers80. Les ambitions politiques de leurs ducs leur sont tout à fait étrangères.

50On conçoit, dès lors, que l'ultime combat du connétable, qu'il n'a ni voulu, ni souhaité, était perdu d'avance.

Notes

1 E. Le Roy Ladurie, L'Etat royal, de Louis XI à Henri IV, 1460-1610, Paris, Hachette, 1987 (Histoire de France).

2 R. Fossier, Le Moyen Age, t. III, Le temps des crises, 1250-1520, Paris, Armand Colin, 1983 ; B. et L. Bennassar, 1492, un monde nouveau ?, Paris, Perrin, 1991, p. 236-258.

3 B. Guenée, L'Occident aux XIVe et XVe siècles. Les Etats, Paris, Presses Universitaires de France, 1971 (Nouvelle Clio, 22), p. 60-63.

4 E. Perroy, "L'Etat bourbonnais" dans F. Lot, R. Fawtier, Histoire des institutions françaises au Moyen Age, t. I, Institutions seigneuriales, Paris, Presses Universitaires de France, 1957, p. 289 et suiv.

5 A. Leguai, Les ducs de Bourbon pendant la crise monarchique du XVe siècle. Contribution à l’étude des apanages, Paris, Les Belles Lettres, 1962 (Publications de l'Université de Dijon, XXVI), p. 157-160 et chap. 9.

6 A. Leguai, "Louis XI et le Bourbonnais", Bulletin des Amis de Montluçon, 3e série, 23 (1972), p. 19-21.

7 R. Fédou et autres, Lexique historique du Moyen Age, 2e éd., Paris, Armand Colin, 1989 (U. Lexique), p. 143.

8 A. Leguai, De la seigneurie à l'Etat. Le Bourbonnais pendant la guerre de Cent Ans, Moulins, les Imprimeries Réunies, 1969, notamment p. 33, 69 et suiv., 143.

9 Coutumes générales et locales du pays et duché de Bourbonnais avec le commentaire dans lequel ces coutumes sont expliquées par Mathieu Auroux des Pommiers, 2e partie, 1732, p. 34.

10 Op. cit., p. 4 et suivantes.

11 A.D. Allier, coll. Chazaud, liasse XXV, 15 mai 1377.

12 E. Perroy, op. cit., p. 295.

13 A.N., JJ 115, pièce 315, fos 153 v°-154.

14 A.N., JJ 157, no 321, f° 197 v°-198.

15 Exemple : A.N., P 13771, cote 2833, 16 juillet 1388.

16 A.N., P 13572, cote 381.

17 Exemple : A.N., P 13741, cote 2310, 23 août 1441.

18 Sur cette évolution de l'Etat bourbonnais, cf. A. Leguai, Nouvelle Histoire du Bourbonnais, Le Coteau, Horvath, 1985, p. 228-229, 239. La vicomté de Châtellerault devint duché en 1515. Cf. R. Duvau, "Les ducs de Bourbon, ducs de Châtellerault", Bulletin de la Société d'Emulation du Bourbonnais, 2e tr. 1951, p. 36-43.

19 A. Leguai, Le Bourbonnais.... p. 155 et chap. XIV.

20 Jacques Morel est chargé d'édifier le tombeau du duc et de la duchesse à Souvigny. Parmi les musiciens de la cour de Moulins, on relève le nom de Jean Ockeghem (Leguai, op. cit., p. 366-367). En revanche, en 1434, Charles Ier est obligé d'emprunter 6 000 écus d'or à Villandrando (Leguai, Les ducs de Bourbon..., p. 156).

21 A. Leguai, Nouvelle Histoire..., p. 235-238 ; P. Duhamel, Le connétable de Bourbon ou l'honneur de trahir, Paris, Perrin, 1971, p. 111-113.

22 P. Duhamel, op. cit., p. 109 ; A. Lebey, Le connétable de Bourbon, 1490-1527, Paris, Perrin, 1904, p. 34-86.

23 Cf. les thèses de R. Germain, Les campagnes bourbonnaises à la fin du Moyen Age (1370-1530), Clermont-Ferrand, 1987 (Publications de l'Institut d'Etudes du Massif Central, fasc. XXXI) et P. Charbonnier, Une autre France. La seigneurie rurale en Basse-Auvergne du XIVe au XVe  siècle, Clermont-Ferrand, 1980, 2 vol. (même collection, fasc. XX).

24 E. Perroy, op. cit., p. 315-316.

25 Les grands jours du Bourbonnais existaient dès l'époque de Pierre Ier.

26 Sur l'action de Pierre de Nourry, cf. La chronique du bon duc Loys de Bourbon, éd. A.-M. Chazaud, Paris, 1876 (Société de l’Histoire de France), p. 278 et suiv. L'ordonnance au sujet des finances du duc de Bourbon se trouve A.N., P 13732, cote 2226. Elle a été publiée par Chazaud, à la suite de son édition de la Chronique du bon duc..., p. 342-346.

27 A.C. Moulins, no 261, f° 6.

28 Ibid, no 264, f° 3.

29 Exemples A.N. P 13611, cote 916 ; P 13762, cotes 2706, 2709, 2714, 2740.

30 Le 13 janvier 1400, Louis II accorde des lettres de rémission à Huguenin de la Condamnine ainsi qu'à Guillaume et Humbert Maréchal qui avaient battu et blessé à mort Jean Tortier, séducteur de leur belle-soeur et cousine (A.N., P 13762, cote 2710). Autre exemple : A.N. P 13762, cotes 2726 et 2751.

31 Déjà le duc Louis Ier, grand'père de Louis II, avait anobli Jean et Guy de Bourbon (A.N., P 4632, cote 3178).

32 A.N., X1/A 4785, f° 169.

33 Sur l'Ordre de l'Ecu d'Or, Chronique du bon duc Loys.., p. 69. Un autre ordre de chevalerie fait son apparition sous Jean Ier. Cf. A. Bossuat, "Un ordre de chevalerie auvergnat. L'ordre de la Pomme d'or", Bulletin historique et scientifique de l'Auvergne, 1944, p. 83-98. Dans une thèse récente (et inédite), soutenue à Lyon II, en janvier 1992, O. Troubat, Le Chevalier d'Espérance. Le "bon duc" Louis II de Bourbon (1337-1410), estime, p. 244, que la chevalerie du Bourbonnais montre beaucoup d'enthousiasme pour ce nouvel ordre (celui de l’Ecu d'or). Il ajoute : "Il aura, sur elle d'abord, avant de se répandre largement par le monde, un impact extraordinaire..." mais il ajoute, p. 250, "L'ordre d'Espérance survit-il à la mort (de Louis II) en 1410 ? Il n'y en a pas trace".

34 O. Troubat, op. cit., p. 246.

35 Cf. sur cette question, J. de la Mure, Histoire des ducs de Bourbon et des comtes de Forez, éd. Chantelauze, Paris, Potier, tome II, p. 44, note 1 et abbé Ph. Dumont, Le chapitre collégial de Notre-Dame de Moulins (1378-1408). La fondation et le fondateur, Moulins, Revéret, 1924, p. 99.

36 La Mure, op. cit., t. II, p. 45-46, note 1.

37 A.N., P 13771, cote 2822.

38 A.N., P 13582, cote 601.

39 A. Leguai, Les ducs de Bourbon..., p. 94, note 4.

40 A.N., P 13582, cote 576.

41 A.N., P 13592, cote 705.

42 J. Favier, La guerre de Cent Ans, Paris, Fayard, 1980, p. 603 et 608.

43 Sur Jean II, voir H. de Surirey de Saint-Rémy, Jean II, duc de Bourbonnais et d'Auvergne, 1426-1488, Paris, Les Belles Lettres, 1944 (Nouvelle Collection d'Etudes Médiévales).

44 Sur les rapports entre Louis XI et Jean II au cours de la période 1466-1476, cf. A. Leguai, "Louis XI et le Bourbonnais", p. 15-19.

45 H. de Surirey de Saint-Rémy, op. cit., p. 200.

46 A. Allier et A. Michel, L'Ancien Bourbonnais, Moulins, Crépin-Leblond, rééd. 1934, t. II, p. 472.

47 P. Duhamel, op. cit., p. 73, 97 ; A. Lebey, op. cit., p. 43, 46, 77.

48 17 métiers au total, selon A.N., X 1/A 4794, f° 9 v°. A. Allier et A. Michel, op. cit., t. II, p. 284 ; A. Leguai, Les ducs de Bourbon.... p. 131-140.

49 Sur l'armée bourguignonne, cf. Colonel Brusten, "La fin des compagnies d’ordonnance de Charles le Téméraire", Cinq-Centième anniversaire de la bataille de Nancy, 1477, Nancy, 1979 (Annales de l'Est, mémoire no 62), p. 373.

50 J.-P. Leguay et H. Martin, Fastes et malheurs de la Bretagne ducale, 1213-1532, Rennes, Ouest-France, 1982, p. 403.

51 Cf. sur les rapports entre le duc de Bourbon et Villandrando, A. Leguai, Les ducs de Bourbon..., p. 153-160.

52 A. Leguai, op. cit., p. 167.

53 H. de Surirey de Saint-Rémy, op. cit., p. 120-121.

54 Enguerrand de Monstrelet, Chronique, 1400-1444, éd. L. Douët d'Arcq, t. IV, Paris, Renouard (Société de l'histoire de France), p. 313. En février 1429, le comte de Clermont avait essayé de couper la route à un convoi de harengs destiné aux troupes anglaises qui assiégeaient Orléans. Sa cavalerie avait été taillée en pièces, au milieu des caques renversées (Favier, op. cit., p. 490).

55 Favier, op. cit., p. 603 et 608.

56 P. Duhamel, op. cit., p. 47, 93 ; A. Lebey, op. cit., p. 32-33, 68-69.

57 A. Lebey, op. cit., p. 183, 190.

58 A. Leguai, Le Bourbonnais..., p. 176.

59 H. de Surirey de Saint-Rémy, op. cit., p. 80.

60 Cf. en dernier lieu, Ch. Giraudet, "Monnayeurs et ouvriers aux monnaies de Saint-Pourçain à la fin du Moyen Age", Etudes Bourbonnaises, 257 (1991), p. 70-75.

61 Il est exceptionnel que le roi annule une lettre de rémission à la demande du duc de Bourbon. Exemple, toutefois, A.N., P 13732, cote 2403.

62 Sur le bailliage de Saint-Pierre le Moûtier, cf. P. Durye, "Le bailliage de Saint-Pierre le Moûtier", Positions de thèses de l'Ecole des Chartes, 1943, p. 75-80. Sur le bailliage de Montferrand, l'ouvrage d'A. Bossuat, Le bailliage royal de Montferrand (1425-1556), 2e éd., Clermont-Ferrand, 1986 (Association des publications de la Faculté des Lettres et Sciences Humaines de Clermont).

63 A. Leguai, Louis XI et le Bourbonnais..., p. 20-21. Sur Jean de Doyat, A. Bardoux, Les grands baillis du XVe siècle, Jean de Doyat, Paris, A. Durand, 1863.

64 P. Baer, Les institutions municipales de Moulins sous l'Ancien Régime, Paris, Larose et Tenin, p. 428-429.

65 G. Dupont-Ferrier, "Les origines des élections financières en France", BEC, 90 (1929), p. 242.

66 G. Dupont-Ferrier, Etudes sur les institutions financières de la France à la fin du Moyen Age, t. I, Paris, Firmin-Didot, 1930, p. 139-140.

67 E. Chénon, Histoire générale du droit français public et privé, des origines à 1815, t. I, Paris, Soc. Recueil Sirey, 1926.

68 A. Bossuat, "Les ducs de Bourbon et l’Auvergne", Bulletin de la Société d'Emulation du Bourbonnais, 1er tr. 1953, p. 327.

69 Sur ce problème, A. Leguai, Nouvelle Histoire..., p. 230, 243, 244.

70 A. Leguai, Le Bourbonnais..., p. 377.

71 E. Perroy, op. cit., p. 315.

72 E. Perroy, op. cit., p. 316.

73 A. Leguai, Les ducs de Bourbon..., p. 60-61.

74 C'est du moins ainsi que voit les choses R. de Lespinasse, Le Nivernais et les comtes de Nevers, t. III, Paris, Champion, 1914, p. 295.

75 Le Beaujolais "à la part de l'Empire" correspond à ce que nous appelons aujourd'hui la Dombes.

76 A. Leguai, Le Bourbonnais..., p. 287, note 196.

77 Cf. en dernier lieu, sur La Palice, J.-Ch. Varennes, Le maréchal de la Palice ou le dernier des chevaliers français, Paris, Perrin, 1986 (Présence de l'Histoire).

78 A. Leguai, Les ducs de Bourbon..., p. 123. En 1427, Charles, alors comte de Clermont, fit arrêter l'évêque, qui était alors chancelier de France, et le retint plusieurs mois prisonnier.

79 Pour la Praguerie, A. Leguai, op. cit., p. 167. Pour la Guerre du Bien Public, H. de Surirey de Saint-Rémy, op. cit., p. 120-121 et A.-M. Chazaud, Une campagne de Louis XI, la Ligue du Bien Public en Bourbonnais, Bulletin de la Société d'Emulation du Bourbonnais, XIII (1873-1874).

80 Exemple, A.N., JJ 170, pièce 16. Cf. J. Quicherat, Rodrigue de Villandrando, l'un des combattants pour l'indépendance française au quinzième siècle, Paris, Hachette, 1879, p. 294-296.

Auteur

© Éditions de la Sorbonne, 1993

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540