Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les princes et le pouvoir au Moyen Âge

 | 
Société des historiens médiévistes de l’Enseignement supérieur public

Les sires de Bourbon et le pouvoir : de la seigneurie a la principauté

René Germain

Texte intégral

1La documentation concernant, non seulement les premiers sires de Bourbon, mais aussi l'espace où va naître le Bourbonnais, est peu nombreuse. Il y a, de plus, peu d'espoir de voir se découvrir de nouveaux fonds d'archives.

2Nous nous appuyons donc sur des documents déjà connus, critiqués, authentifiés, voire analysés, dès la fin du siècle dernier, par des archivistes ou des historiens locaux.

3Ce que nous proposons est une relecture de ces documents, à la lumière :

  • des nouvelles directions de recherche ;

  • des résultats de l'archéologie autour des fortifications en Bourbonnais.

4Dans une zone de confins : Auvergne, Berry, Nivernais, Autunois, du Xe au XIIIe siècles, les seigneurs de Bourbon se constituent une véritable principauté. Profitant du repli du pouvoir royal, à l'abri du regard des princes. Dès le IXe siècle, ils se taillent des alleux, inféodent les églises, exercent le pouvoir à leur profit, puis, parallèlement à l'affirmation de l'autorité royale, développent leur puissance.

Une situation favorable à la fin du IXe siècle

5Dès le règne de Charles-le-Chauve, dans cette région de limites, les pouvoirs se structurent à partir des cités de Bourges, de Nevers, d'Autun et de Clermont, laissant l'espace entre Loire et Cher sans contrôle effectif.

6A ceci des raisons :

7Les communications transversales, Est-Ouest, sont difficiles et encombrées par les traversées de la Loire et de deux de ses affluents : l'Ailier et le Cher.

8Dans le sens Nord-Sud, les montagnes du Forez ou des Combrailles au relief coupé, sont dissuasives, les rivières s'y encaissent, et le verrou, très tôt stratégique, des gorges de la Bouble, de la Sioule constitue un handicap majeur.

9Les forteresses du Berry face à l'Auvergne : Bourbon et Chantelle, ont été détruites en 751, au cours de l'expédition de Pépin-le-Bref contre le duc d'Aquitaine Waifre. Deneuvre représente, pour l'Auvergne, le dernier point de surveillance, au Nord, de la vallée d'Allier.

10Devant l'absence de structures solides d'encadrement politique, l'espace entre Loire et Cher est livré aux pouvoirs locaux.

  • 1 Pour toute cette présentation, cf. carte I.

11Alors que, partout en France, des principautés suppléent au pouvoir royal défaillant, les seigneurs de cette région de confins prennent leur indépendance et usurpent les pouvoirs comtaux. Aussi voit-on émerger, maîtres de leur domaine, d'anciens viguiers comme ceux de Bourbon, de Deneuvre, de Chantelle ou d'Yzeure, mais aussi des seigneurs à Montluçon, à Veauce ou ailleurs. Ils se constituent des alleux, s'ils ne les possédaient déjà, dans la région de Souvigny, de Montluçon ou entre Sioule et Bouble. Ils s'approprient les positions fortes : Chantelle, Bourbon, Deneuvre, Moulins, Montluçon...1

12Cette indépendance précoce des seigneurs châtelains et l'émiettement des pouvoirs qui s'ensuit, de la fin du IXe siècle jusqu'au milieu du XIIe siècle, date à laquelle les comtes de Bourbon contrôleront la région, pourraient être un élément d'explication de la densité des fortifications de terre mise au jour sur l'ensemble du Bourbonnais.

13Pendant cette période, les églises passent aux mains des laïcs. Des monastères installés au VIe siècle sont délaissés, voire détruits. Toutefois, un mouvement de restructuration religieuse et d'évangélisation se dessine : déjà en 730, une collégiale est créée à Montluçon ; vers 866 une chapelle est fondée à Montbeugny et un couvent de femmes à Cusset ; Fuyants devant les Normands, les moines de Noirmoutier s'installent en 871 à Saint-Pourçain, ceux de Saint-Maixent à Ebreuil en 898.

14De plus, la région s'anime autour de trois pôles d'activités :

  • la zone de frontières, avec Souvigny en Auvergne qui développe un nouveau noyau de population autour de l'église Saint-Pierre ; Bourbon en Berry, anciens thermes et siège d'une viguerie et d’une forteresse ; et Moulins en Autunois qui contrôle le passage sur l'Ailier.

  • l'espace Allier, Sioule et Bouble, avec Ebreuil, palais royal de Louis le Pieux et monastère ; Chantelle, forteresse et passage entre Berry et Auvergne, à laquelle Bègues fait face avec son oppidum sur la Sioule ; et Vichy, anciens thermes et siège de viguerie.

  • la marche des Combrailles avec Néris, anciens thermes, couvent de femmes et siège de viguerie. Pépin Ier, roi d'Aquitaine y donne deux diplômes en 834 et 838 ; et Montluçon qui contrôle, avec son oppidum, le passage sur le Cher.

La naissance de la seigneurie de Bourbon

  • 2 A. Chazaud, Étude sur la chronologie des sires de Bourbon (XIe-XIIIe siècles), Moulins, 1865. Pièce (...)

15La menace normande qui prend réalité en Auvergne par l'exode des moines et, en 898 par une bande venue de Bourgogne, puis la menace hongroise présente à Néris, en 935, ont favorisé le contrôle du pouvoir par les hommes forts dont faisait partie Aimard, seigneur de Deneuvre en Aquitaine, qui avait déserté le plaid comtal et confisqué le pouvoir local. Il s'était forgé un réseau de dépendances et, dans son acte de 915, cinq de ses proches sont présents aux côtés de sa femme et de ses enfants, qui en authentifiant l'acte par leurs signatures s'en portent garants2.

16Dans l'acte de 915, Aimard qui s'est constitué un alleu aux frontières de l'Auvergne et du Berry, fait don à l'abbaye de Cluny, en toute propriété, de sa villa de Souvigny. Cette donation, fondant le prieuré de Souvigny, a été faite pour l'amour de Dieu et pour le repos de l'âme du fondateur et des siens. Cependant Aimard a bien dû mesurer l'intérêt qu'il pouvait y avoir à installer un établissement de bénédictins, dans cette région boisée et en évolution : un nouveau noyau de population s'était développé, à côté du vieux Souvigny, autour de l'église Saint-Pierre. Les revenus du prieuré clunisien sont constitués par des champs, des prés, des vignes et des chesaux. L'abbaye reçoit aussi plusieurs parties de forêts, des bois et des terres incultes. Les moines pourront organiser les défrichements et stimuler le peuplement. D'ailleurs au cours du Xe siècle, un lieu proche de Souvigny apparaît, portant le nom d'Issart.

  • 3 A. Chazaud, op. cit. Pièces justificatives no XIII, XIV et XIV bis.

17En 953, Aimon, le fils d'Aimard, reconnaît la fondation paternelle et ajoute son alleu de "Longvé" en offrande, pour le luminaire et le service divin à Souvigny3. Cette donation est intéressante à double titre : elle montre les ressources de la seigneurie foncière, ainsi que l'élargissement du pouvoir d'Aimon. De fait, l'acte de la donation de Longvé est rédigé à partir du château de Bourbon : "Actum publice apud castrum Borbonense". En devenant ainsi seigneur châtelain de la place forte la plus importante aux frontières du Berry, de l'Auvergne et du Nivernais, voire de l'Autunois, Aimon occupe une situation dominante et peut, dès lors, exercer son pouvoir sur le vaste espace de la viguerie de Bourbon qui s'étale en longueur entre l'Ailier et le Cher.

La construction de la Principauté

Développement de la puissance foncière

  • 4 Chronique de Vézelay, publiée par le P. Labbé, dans "Nova Bibliotheca manuscriptorum librorum", t.  (...)

18Devenus châtelains de Bourbon, les seigneurs du lieu affirment leur rôle militaire et lancent des expéditions contre les seigneurs voisins. La chronique de Vézelay relate qu’en 990 une guerre avait éclaté entre Loire et Allier, entre Landri, comte de Nevers et le prince Archambaud : "inter Laudricum comitem Nivernensem et Archembaldum Principem"4.

  • 5 A.D. Allier, fonds du prieuré de Chantelle, série D 31, pièce 1, publié dans A. Chazaud, op. cit., (...)
  • 6 Gallia Christiana nova, t. XII (Instr. eccl. Nivern.), col. 335.
  • 7 Cartulaire de l'Archevêché de Bourges, no 303 et 476, f° 30 à 305.

19Vers 1078, Archambaud IV lance une expédition, en direction de Montluçon, contre les religieux d'Evaux, pour affirmer des droits qu'il prétendait avoir5. Dix ans plus tard, il emprisonne un seigneur du Nivernais, Hugues de Montigny6. Vers le milieu du XIIe siècle, voulant conforter ses positions face à l'Auvergne et à l'archevêque de Bourges, Archambaud VII enferme Hugues de Naves et s'empare de son château et alleu7. Les acquisitions ne sont pas toujours importantes néanmoins, à la fin du XIe siècle, soit par soumission volontaire ou non des vassaux, soit par tractations, les sires de Bourbon se sont solidement installés entre Allier et Cher.

  • 8 A. Chazaud, op. cit. Pièces justificatives, no XVII.
  • 9 L. Cote, Histoire du prieuré clunisien de Souvigny, Moulins, 1942, p. 59.

20L'avouerie est utilisée comme moyen de pouvoir. Dès sa fondation, le prieuré de Souvigny reçoit plusieurs alleux : Issart, Montbeugny..., autour de son domaine primitif8. Sa seigneurie foncière ne cesse de se développer au cours du Xe siècle, puis des siècles suivants. Archambaud Ier est officiellement désigné avoué du prieuré de Souvigny, bien que ses prédécesseurs aient exercé la charge, occasion de conflits. Dès lors, les sires de Bourbon portent l'étendard de l'abbaye clunisienne, mettent progressivement les églises de leur domaine sous la protection de Cluny, fondent de nouvelles églises, restaurent prieurés et monastères, comme l'ancien monastère de Colombier abandonné et transformé en repaire par une bande de pillards. Dans les années 1060, Archambaud III rétablit la paix dans la région et fonde un nouveau prieuré qu'il place sous la tutelle de Souvigny9.

21Malgré leurs liens étroits avec le prieuré clunisien qui, progressivement prend l'allure d'une abbaye avec ses filiales, les sires de Bourbon dotent généreusement d'autres établissements religieux, en particulier l'abbaye de Saint-Denis, avec La Chapelle-Aude, ou la collégiale de Saint-Ursin de Bourges, autour de Saint-Léopardin ou de Montcenoux. Ce mouvement qui va dans le sens de l'accaparement des églises paroissiales par les monastères ou par les chapitres, est soutenu, à partir de 1031, et ce pendant une quarantaine d'années par l'archevêque de Bourges Aimon, qui n’est autre que le frère du sire de Bourbon. Mouvement aussi dont les détenteurs de l'avouerie tirent profit, en asseyant leur autorité sur les populations, en soumettant les seigneurs fonciers et en faisant entrer dans leur vassalité les seigneurs châtelains.

Mise en place d'un réseau de forteresses comme moyen de pouvoir

22Le contrôle territorial de la seigneurie s'organise autour de fortifications. Les découvertes archéologiques montrent une densité importante des fortifications de terre, sur le domaine des sires de Bourbon. Densité qui plaide en faveur du nombre des châteaux, dès la période d'indépendance, mais, si le problème de la localisation est relativement aisé à résoudre, il n’en est pas de même pour celui de la datation. Les textes, quant à eux, ne signalent que deux forteresses, connues dès le milieu du VIIIe siècle : Bourbon et Chantelle qui, très tôt ont été en possession des sires de Bourbon. La véritable période d'encastellement de la seigneurie de Bourbon se situe dans la seconde moitié du XIe siècle : l'expansion territoriale se double de la mise en place d'un véritable réseau de forteresses. Certains chefs lieux de viguerie sont concernés, comme Bourbon ou Huriel. Toutefois, la destination militaire des nouvelles constructions est manifeste, les lieux de passage sont contrôlés et de nombreux sièges de viguerie sont délaissés au profit de sites stratégiques.

23Sur les rivières : Hérisson sur l'Aumance, Montluçon sur le Cher, Moulins et Saint-Germain sur l'Allier.

24Sur les marches : Germigny, tête de pont au Nord face au Berry, pour Suger, le château le plus puissant des sires de Bourbon au début du XIIe siècle ; Bourbon face au Nivernais et Murat pour contrôler l'intérieur.

  • 10 Pour ce développement, cf. carte II.

25Mais aussi tout un réseau dense de fortifications entre Sioule et Bouble appuie le château primitif de Chantelle, double limes face à l'Auvergne ou au Berry : Banassat, Bellenaves, Chouvigny, Blot10.

  • 11 M. Fazy, Histoire des sires de Bourbon jusqu'à la mort d'Archambaud VIII (1249) et de la formation (...)

26A la fin du XIe siècle, la principauté de Bourbon est constituée. L'administration se met en place : en 1078, la Châtellenie de Chantelle est donnée à un vassal, Gui de Bellenaves ; Hérisson reçoit son viguier, Verneuil son prévôt, et le premier sénéchal de Bourbon, Aimon, est connu en 1095 ; les seigneurs se sont donnés une capitale dont ils portent le nom11.

Mise en place de structures financières

27Les dépenses semblent considérables. Plusieurs sires de Bourbon ont recours aux emprunts auprès de l'abbaye de Souvigny. Cependant, dès le Xe siècle, des recettes confortables sont assurées par le développement économique de la région. Aussi du Xe au XIIe siècles assiste-t-on à un développement spectaculaire de la seigneurie banale.

  • 12 A. Chazaud, op. cit. Pièces justificatives no°XIII et XIV. "...alodum meae proprietatis qui vocatur (...)

28Dès la mort de son père, Aimon néglige les termes de la donation primitive et prélève des droits réservés à l'abbaye, sur les terres et les hommes de Souvigny. Ces droits usurpés ressemblent fort à de premières exactions, "male operatus sum". En 950, il fait amende honorable, confirme la donation paternelle et donne en offrande son alleu de "Longverne" et partage les droits sur Souvigny avec l'abbé12.

  • 13 L. Cote, op. cit.

29Jusqu'à la fin du principat d'Archambaud II, la justice des comtes de Bourbon se développe au rythme des annexions foncières, mais à la charnière des Xe et XIe siècles, des circonstances exceptionnelles vont faire de Bourbon une seigneurie en plein développement. En 994, l'abbé Mayeul de Cluny, de passage en direction de Saint-Denis, meurt à Souvigny et y trouve sépulture. Au lendemain des funérailles, Souvigny devient un lieu de pèlerinage. Les miracles se multiplient et, pour Raoul Glaber, qui place l'église de Souvigny à l'égal de celle de Saint-Martin de Tours, une foule d'hommes et de femmes accoure des extrémités du monde romain et se presse sur le tombeau du saint abbé. Les dons affluent et permettent, avec les libéralités des seigneurs de Bourbon, d'agrandir et d'embellir les bâtiments conventuels13.

30Le bourg de Souvigny s'anime et la région accélère son développement commencé à la fin du IXe siècle. Souvigny fonde plusieurs prieurés : La Ferté dès 996, Issart, Saint-Léopardin. L'attraction dont bénéficie Souvigny, rejaillit alentour, de nouveaux centres d'adoration des reliques se développent à proximité du tombeau de Saint-Mayeul. Avant 1013, on découvre les ossements de Saint Menoux. L'ancien monastère est alors restauré et les bénédictines placées dans la dépendance de Souvigny.

31En 1032, l'archevêque de Bourges assisté du sire de Bourbon, son frère, procède à la relévation des restes de Saint Léopardin. Le prieuré est donné à l'abbaye Saint Sulpice de Bourges qui reçoit d'Archambaud toute la vicairie du bourg.

32En 1049, nouveau regain d'intérêt pour la seigneurie de Bourbon, le successeur de Mayeul sur le siège de Cluny, l'abbé Odilon meurt lui aussi à Souvigny et y trouve sépulture près de Saint Mayeul. Le prestige de l'abbaye est alors à son comble. A cette époque du milieu du XIe siècle, un second pôle de développement s'organise autour de Montluçon de part la volonté d'Archambaud III qui, ayant installé de mauvaises coutumes sur le bourg de Souvigny était entré en conflit avec les moines du lieu.

33En 1048, il fonde la collégiale de Montcenoux qu’il place sous la tutelle du chapitre de Saint-Ursin de Bourges ; en 1077, dans cette région en cours de défrichement, il ajoute à la fondation la forêt et les essarts d'Hérisson et de Murat.

34En 1059, un vassal d'Archambaud, Jean de Saint-Caprais fonde le monastère de La Chapelle, près d'Huriel, qu'il donne à l'abbaye de Saint-Denis. Le développement est rapide et, en 1067 les moines peuvent y créer une villefranche.

35Après avoir relevé le monastère de Colombier en 1061, qu'il donne à Souvigny, Archambaud fonde une nouvelle église au Montet, que son fils transformera en prieuré de l'abbaye de Cluse en Savoie.

36Autour des monastères ou prieurés, les défrichements s'organisent, des bourgs se développent et les seigneurs de Bourbon créent les premières villefranches. Dès 1040, les moines de Saint-Léopardin obtiennent, pour le bourg qui s'est constitué près du monastère, le privilège d'une foire annuelle.

  • 14 Pour ce développement, cf. carte III.

37Au milieu du XIIe siècle, la principauté de Bourbon a atteint la Loire à l'est, elle déborde le Cher à l'ouest, grâce en particulier aux fiefs tenus de l'évêque de Nevers ou du comte de Champagne. La marche en direction de l'Auvergne s'appuie sur plusieurs places fortes14. Dans cette dernière entreprise, la politique royale sera l'atout majeur des seigneurs de Bourbon.

De la noblesse chevaleresque à la maison royale

38Parallèlement à l'élargissement de leur domaine et de leurs pouvoirs, les sires de Bourbon se hissent de la noblesse locale à celle des princes.

39En 915, Aimard est qualifié de "miles clarissimus". L'adjectif est flatteur, mais il représente probablement plus la volonté de l'abbé de Cluny de remercier son donateur, que l'origine noble de la famille d'Aimard. Toutefois, en 990, Archambaud Ier, son petit-fils porte le titre de "Prince", à l'égal du puissant seigneur de Déols. Il participe d'ailleurs, en 1012, aux côtés de la noblesse du Berry, à l'installation du chapitre de Saint-Ursin de Bourges.

40A la fin du Xe siècle, les sires de Bourbon font partie de l'aristocratie foncière et, de 994 à 1031, ils sont qualifiés de "senior". Toutefois, au cours de la même période, ils sont dits indifféremment "comte" ou "dominus".

  • 15 J. Monicat, B. de Fournoux, Chartes du Bourbonnais, Moulins, 1952. Chartes 1 à 6. A. Chazaud, op. c (...)

41Alors que le terme de "miles" se serait imposé ailleurs en France, au début du XIe siècle, en Bourbonnais, le terme de "miles" est utilisé dès le début du Xe siècle, puis disparaît au profit de "senior". Ce dernier étant lui-même, après 1031, supplanté par celui de "comte", et, en 1034, la veuve d'Archambaud porte elle-même le titre de "comtesse". Cependant, le terme de "miles" est encore attribué à un vassal du comte de Bourbon, entre 1073 et 1078, au châtelain de Cérilly qui est dit "nobilis miles"15. Pensons avec J. Le Goff que le Moyen Age maîtrise mal l'outillage conceptuel et verbal et que, pour les titres portés par les sires de Bourbon, la confusion existe entre l'appartenance à un groupe social et la fonction exercée.

42Quoiqu'il en soit, les sires de Bourbon ont, dès la fin du Xe siècle, atteint le rang comtal et font partie de la noblesse du royaume. Au cours du XIe siècle, ils portent régulièrement les titres de "comte de Bourbon" ou de "prince du Bourbonnais". Pour la première fois en 1171, la veuve d'un comte de Bourbon ajoute à son titre de "comtesse", celui de la principauté de Bourbon.

43Un élément capital dans la réussite de la principauté a été le maintien, par les sires de Bourbon, dans les mains d'un seul de leurs descendants, de l'ensemble du patrimoine. Ce comportement, caractéristique de la noblesse, leur a permis d'assurer la lignée des Archambaud. Dès le début du Xe siècle, Aimard, l'ancêtre des Bourbons, nomme un de ses fils Archambaud et, à partir de 954, le fils d'Aimon, Archambaud Ier laissera le patronyme à sa descendance qui, malgré les inter-règnes d'Aimon II et de Gui de Dampierre, subsistera jusqu'à Archambaud IX, mort en 1249, laissant la place à une lignée de sang royal.

  • 16 Cf. doc. IV. La généalogie adopte la numération des Archambaud publiée par J. Monicat, B. de Fourno (...)

44Les alliances de la lignée des Archambaud sont à la mesure de leur évolution dans les rangs de la noblesse. L'origine des épouses des premiers sires de Bourbon n’est pas connue. Les unions semblent, à l'instar de la noblesse locale, avoir été contractées par des mariages de proximité. La puissance acquise au cours du XIe siècle élargit les horizons. Aussi, au début du XIIe siècle, Archambaud VII, peut-il épouser une fille de la maison de Savoie, Agnès, soeur de l'épouse du roi Louis VI. Ses successeurs noueront des alliances avec les plus grandes maisons de France : Bourgogne, Champagne... et, au XIIIe siècle, avec la maison royale16.

45Paradoxalement, la politique de restauration du pouvoir menée par les rois à partir du XIIe siècle n'a pas affaibli les princes de Bourbon, mais curieusement les a confortés dans leur puissance. Et, dans le second âge féodal, à partir du XIIe siècle, la principauté bourbonnaise s'affirme au rythme de l'accroissement du domaine royal.

46Les premiers contacts avec la royauté ne paraissent pas avoir noué de liens de vassalité avec les seigneurs de Bourbon : Hugues Capet en 994, puis Robert le Pieux, en 1031, se déplacent sur le tombeau de Saint Mayeul. Ils y sont, sans aucun doute, reçus par l'abbé de Cluny en compagnie du comte de Bourbon, mais aucun texte ne mentionne la nature des rapports royaux et comtaux. Par contre, en 1067, les contacts sont plus nets : Archambaud III fait reconnaître la donation de son vassal, Jean de Saint-Caprais, à l'abbaye de Saint-Denis, pour fonder le prieuré de La Chapelle, par le roi Philippe Ier ; mais ce n'est qu'au début du XIIe siècle que la principauté de Bourbon se trouve confrontée au pouvoir royal. Peu après son avènement, Louis VI décide d'intervenir pour contrer les ambitions d'Aimon II alors seigneur de Bourbon. La soumission de ce dernier, dans son château de Germigny, fait passer le comte de Bourbon dans la vassalité du roi de France, mais, en même temps, lui assure une place de choix dans la politique royale face à l'Auvergne et à l’Aquitaine. La clémence de Louis VI a surpris, mais le mariage du fils d'Aimon II, le futur Archambaud VII, avec la soeur de l'épouse du roi porterait la preuve d'accords, que même Suger a pu ignorer.

47A plusieurs reprises, à partir de 1122, Louis VI, puis Louis VII font appel à leurs barons et interviennent contre le turbulent comte d'Auvergne. C'est alors qu'en 1211 Philippe-Auguste confie la conquête de l'Auvergne au comte de Bourbon, Gui de Dampierre. La reddition du comte d'Auvergne assura la puissance du seigneur de Bourbon qui obtenait la garde des terres conquises. Cette situation privilégiée au Sud de la Loire donnait à la principauté de Bourbon, une dimension à la mesure du royaume. La domination des seigneurs de Bourbon s'étendait désormais sur des régions, jusqu'alors solidement tenues par les châteaux auvergnats. Ils devenaient une des pièces maîtresses dans la lutte pour la conquête de l'Aquitaine. Enfin l'héritière de Bourbon pouvait, en 1276, épouser le fils de Saint Louis, Robert de Clermont.

conclusion

48La marche vers le pouvoir des sires de Bourbon est tout à fait originale et se caractérise par l'anachronisme :

  • Anachronisme dans ses origines : la principauté de Bourbon ne tire pas ses origines d'une principauté territoriale structurée, aux mains de descendants de la noblesse, mais de la prise de pouvoir précoce, par un seigneur châtelain qui s'introduit dans la noblesse, constitue sa lignée, crée sa capitale et, dès le Xe siècle, bâtit sa principauté. Phénomène que la géographie historique se doit de considérer.

  • Anachronisme dans son évolution : l'affermissement du pouvoir royal, loin de réduire la place de la principauté bourbonnaise, a, bien au contraire entraîné le développement de la puissance des comtes de Bourbon et a installé ceux-ci dans la cour des Grands du royaume, au rang des Princes du sang.

Annexes

Origine et genealogie des seigneurs de Bourbon du Xe au XIIIe siecle

En majuscules : les seigneurs (et leur dates d'exercice du pouvoir).

Planche I

Planche II

Planche III

Notes

1 Pour toute cette présentation, cf. carte I.

2 A. Chazaud, Étude sur la chronologie des sires de Bourbon (XIe-XIIIe siècles), Moulins, 1865. Pièce justificative no XII.

3 A. Chazaud, op. cit. Pièces justificatives no XIII, XIV et XIV bis.

4 Chronique de Vézelay, publiée par le P. Labbé, dans "Nova Bibliotheca manuscriptorum librorum", t. 1, p. 395.

5 A.D. Allier, fonds du prieuré de Chantelle, série D 31, pièce 1, publié dans A. Chazaud, op. cit., pièce justificative no XVII.

6 Gallia Christiana nova, t. XII (Instr. eccl. Nivern.), col. 335.

7 Cartulaire de l'Archevêché de Bourges, no 303 et 476, f° 30 à 305.

8 A. Chazaud, op. cit. Pièces justificatives, no XVII.

9 L. Cote, Histoire du prieuré clunisien de Souvigny, Moulins, 1942, p. 59.

10 Pour ce développement, cf. carte II.

11 M. Fazy, Histoire des sires de Bourbon jusqu'à la mort d'Archambaud VIII (1249) et de la formation territoriale du Bourbonnais, Moulins, 1924.

12 A. Chazaud, op. cit. Pièces justificatives no°XIII et XIV. "...alodum meae proprietatis qui vocatur Longovernus". La traduction du lieu, donnée par les historiens du Bourbonnais, n'est donc pas "Longvé", mais "Longverne" : toponyme de lieu humide, du nom local de l'aulne.

13 L. Cote, op. cit.

14 Pour ce développement, cf. carte III.

15 J. Monicat, B. de Fournoux, Chartes du Bourbonnais, Moulins, 1952. Chartes 1 à 6. A. Chazaud, op. cit. Pièces justificatives no XI à XVIII.

16 Cf. doc. IV. La généalogie adopte la numération des Archambaud publiée par J. Monicat, B. de Fournoux, Chartes du Bourbonnais, p. XL.

© Éditions de la Sorbonne, 1993

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540