Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les princes et le pouvoir au Moyen Âge

 | 
Société des historiens médiévistes de l’Enseignement supérieur public

Le prince écrivain politique, l'infant1 Don Juan Manuel de Castille

Béatrice Leroy

Texte intégral

  • 1 Seuls les fils de roi peuvent porter le titre d'infant. Mais don Juan Manuel, fils de don Manuel r (...)
  • 2 A.-G. Soler : "Don Juan Manuel, biografia y estudio critico", Saragosse, 1932. M.-G. de Ballestero (...)

1"Je pense que mieux vaut passer son temps à écrire des livres qu'à jouer aux dés"... dit don Juan Manuel à la fin du "Libro Infinido" ou "livre des conseils donnés par Juan Manuel à son fils" rédigé de 1342 à 1344, l'une de ses dernières œuvres, écrite à 60 ans. Du prince, on sait et on peut dire bien des choses ; très proche parent des souverains de Castille, il occupe un grand gouvernement dans le royaume de Murcie et dans la garde de la "Frontière" ; son activité est constante dans les événements qui marquent l'histoire des royaumes de Castille, d'Aragon-Valence, ou de l'État Maure de Grenade2.

  • 3 Fernando meurt en 1350 ; la fille héritière de don Juan Manuel, Juana Manuel, "la Rica Hembra" (13 (...)
  • 4 Don Juan Manuel : "El conde Lucanor", éd. C. Zalvar, P. Palanco Barcelona, Planeta, 1984, dorénava (...)

2Il naît en 1282 à Escalona, fils cadet mais très vite unique héritier de l'infant don Manuel, le dernier fils du roi saint Ferdinand III de Castille ; Juan Manuel est issu d'un second mariage de Manuel et de Béatrice de Savoie. Orphelin de père à l'âge de deux ans, de mère à l'âge de huit ans, l'infant Juan Manuel garde les héritages paternels, dont l'essentiel, la charge d'Adelantado Mayor du royaume de Murcie. Dès l'âge de 12-13 ans, avant peut-être, il est confronté aux conflits armés avec les Maures de Grenade et avec les incursions des Benimerines, la plus grande partie de sa carrière se déroulant au moment de la "bataille du Détroit". Il est contemporain des rois Sanche IV "el Bravo" (1284-1294), Ferdinand IV (1294-1311) et Alfonse XI (1311-1350) ; il est membre des conseils de régence lors des minorités de ces derniers, et il se heurte inévitablement aux autres infants, impatients comme lui-même d'assurer leur pouvoir personnel. Contre les infants Juan "el Tuerto", Pedro, Enrique, Sancho, il est également opposé au roi Alfonse XI. Son rôle est souvent trouble, car il est très sollicité par le souverain de la Couronne d'Aragon, dont les intérêts ne sont pas ceux du roi de Castille. Il est en 1299 l'époux de l'infante Isabel de Majorque, qui meurt en 1301, puis en 1303 de l'infante Constance d'Aragon, mère de Constance, puis encore de Blanche de la Cerda fille de l'infant Fernando et mère de Fernando, Juana et Leonor3. Plus souvent allié au roi d'Aragon qu'au roi de Castille, ou neutre quand il lui aurait fallu soutenir le roi de Castille contre les musulmans, il est évidemment très répréhensible et Alfonse XI, dès sa majorité, l'exile et le prive de son Adelantamiento. Rentré en grâce après 1330, mais sommé de rester sur ses terres (qu'il a nombreuses, belles, étendues autant que stratégiques, du Duero à Murcie), il passe l'essentiel de ses dernières années à écrire. Il convient de citer et de retenir les "Libro de la Caballeria" en 1325, "Libro del Cavallero y del Escudero", 1326, "Libro de los Estados" de 1327 à 1332, "Libro de los Exemplos" ou "El Conde Lucanor" de 1330 à 1335, "Libro de la Caza" après 1337, "Libro de los Castigos" ou "Libro Infinido" de 1342 à 1344, "tratado de las Armas" en 1342, et quelques autres traités, prologues, "chronique abrégée" qui ne sont pas tous parvenus jusqu'à nous4. Il meurt en 1348.

  • 5 L.C.E., p. 40..."et pues Vos que sodes clerigo, et muy letrado, enviastes a mi la muy buena et muy (...)

3Contemporain de Gilles de Rome - il use et cite constamment le "de Regimine Principum" - de Juan de Castrojeriz son traducteur castillan, ou de Ramon Lull, ou du roi Sanche IV qui laisse aussi à son fils des conseils de bonne moralité, ce prince veut écrire et s'estime le devoir de le faire. Offrant plusieurs de ses livres à l'archevêque de Tolède, Juan, fils du roi Jacques II d'Aragon et frère de Constance son épouse, l'auteur prend toujours soin de lui demander de l'excuser d'écrire ainsi, lui un laïque qui n'a pas étudié les sciences, et d'écrire en castillan et non pas en latin. Mais que les traductions se fassent, puisque ses livres ont de la valeur5 ; il a beaucoup à dire.

Le prince par lui-même

4Don Juan Manuel parle de lui-même à la première personne dans son livre des Armes et dans son Livre Infini, qu'il dédie à son fils Fernando. Ailleurs, et le plus souvent, il se met en scène sous le nom du principal conseiller du traité. Il est Patronio l'interlocuteur du comte Lucanor ; tour à tour le précepteur Turin de l'infant Joas ou le philosophe Julio du "Libro de los Estados", ou plus simplement "l'ami don Juan" qui est appelé pour donner des sentences, des proverbes, ou rappelé à propos d'anecdotes ou de sages interventions. Il est aussi le vieux chevalier qui enseigne tout au jeune écuyer. Grâce à ses bons conseils, le jouvenceau est vite adoubé à son tour, ayant fait preuve devant le roi de science et de rectitude de vie. Par le chevalier, don Juan Manuel a su dire ce que doit être l'école de formation d'un prince :

5..."Je n'ai jamais lu ni appris la moindre science, mais je suis très vieux et j'ai servi dans les maisons de plusieurs seigneurs, où j'ai entendu parler des sages. Sachez que pour les laïques, il n'y a pas de meilleure école au monde que la recommandation et la vie dans la maison d'un seigneur ; car s'y retrouvent de nombreux et bons savants, et celui qui a la volonté d'apprendre pour mieux se comporter, ne peut pas trouver ailleurs de meilleurs enseignements..." (L.C.E., chap. 31, p. 59).

  • 6 L.E., chap. 67, p. 323 :..."Et digo Vos que me dixo don Johan, aquel mio amigo de qui yo Vos fable (...)

6Don Juan Manuel a été bien élevé ; il a tété le lait de sa mère, ce qui n'était pas la coutume pour une princesse, mais il en a reçu ainsi toutes les qualités, qui étaient grandes puisque la princesse de Savoie avait du sang germanique6. Il a été sévèrement mené par ses précepteurs, alors que d’ordinaire ces éducateurs se gardent bien de morigéner les jeunes princes. En cela, il est aussi bien élevé que le fils de l'empereur, toujours très contrarié dès l'enfance pour lui apprendre à surmonter plus tard les contrariétés de la vie. Il a appris à lire l'Histoire et à l'aimer, puisqu'elle donne les plus beaux exemples de conduite politique autant que de rectitude morale. Il a, dès la petite enfance, appris à conduire une armée à cheval, et à choisir ses adversaires.

  • 7 L.I., chap. 6, p. 163 (les Ricos Hombres de Castille sont les vassaux des Manuel)... "Et los mejor (...)
  • 8 L.I., chap. 7, p. 164.

7Le prince don Juan Manuel a des parents, des vassaux, des obligés (les "Criados") dans tout l'ensemble du royaume de Castille. Il le dit à son fils Fernando, les Manuel ont 1000 chevaliers à leurs ordres et peuvent voyager de la Navarre à Grenade en descendant chaque soir dans l'un de leurs châteaux, l'un de leurs domaines7. Ils sont certes les vassaux d'un seul seigneur, le roi de Castille. Mais après eux, tous les infants sont leurs inférieurs. Les comtes de Biscaye, les Lara, les Cameros et les Castro sont d'un sang un peu moins noble que le leur, mais ils sont quand même très proches de la famille royale ; les Manuel peuvent leur demander le gîte, mais avec le discernement nécessaire pour savoir ce qu'on peut leur demander sans aller trop loin8. Enfin et surtout, les Manuel ont de bons vassaux ; l'infant confie à Fernando... "chacun d'eux doit mourir un jour, et il faut alors les remplacer. Si le vassal défunt a laissé un fils, je vous recommande de ne pas l'éloigner ni le priver de l’héritage paternel..." (L.I., chap. 9, p. 167). Car le prince ne vaut que par ses vassaux, ses hommes intéressés à le suivre et à le servir, s'il a su les mener en une société cohérente et soudée par la sympathie autant que par le sens du devoir. C'est du moins ce que don Juan Manuel recommande au roi et à tout seigneur.

  • 9 L.A., p. 134 :..."Et comme quiera que la mayor onra que puede seer entre los legos es cavalleria, (...)

8Autant ou mieux peut-être que les rois de Castille, les Manuel ont une éminente dignité. L'infant Manuel père de l'écrivain, était le dernier fils tardif de saint Ferdinand III et de Béatrice de Souabe. Lorsqu'il naquit, la reine savait que cet enfant vivrait constamment au service de Dieu ; un rêve bien interprété le lui avait annoncé. "Dieu avec nous" fut le nom de baptême de l'enfant, sur les conseils de l'évêque de Ségovie. Le voyant grandir et servir le roi comme il servait Dieu, le saint roi lui offrit son épée, "Lobera", lui annonçant qu’elle serait la sauvegarde de tout son lignage. Et l'infant Manuel, donc Juan Manuel après lui, choisit des armes parlant de son sang impérial et royal, de l'intervention divine dans sa nation, à son Dieu, une main ailée tenant une épée, un lion dansant, le pourpre, l'or et l'argent des champs et des signes les plus honorables. Si haut placé, l'infant don Juan Manuel, à l'égal d'un roi, ne peut être adoubé chevalier que par Dieu. L'infant orphelin à deux ans, dut prendre très tôt des responsabilités politiques et militaires pour la garde du royaume de Murcie, et il adouba des chevaliers sans avoir eu le temps lui-même d'être adoubé. Par ce privilège royal, ou même dépassant celui d'un roi de Castille adoubé par le bras de saint Jacques à Compostelle, l'infant don Juan Manuel peut créer un chevalier sans s'être soumis lui-même à la cérémonie. Et s'y soumettre sur le tard paraîtrait déplacé9. Don Juan Manuel se revêt des responsabilités royales, à la tête de ses seigneuries. Il l'affirme volontiers pour tous les infants de sang royal, dans son "Libro de los Estados" ; tel est l'état des infants :

9..."C'est un état qui est très honorable ; sache qu'il est très délicat de s'y maintenir comme il se doit, dans l'honneur personnel et la sauvegarde de l'âme. Car les infants sont fils de roi et doivent garder leurs seigneuries selon l'idéal d'un roi, et tous ceux de leurs terres les y tiennent pour seigneurs naturels" (L.E., p. 371-372).

  • 10 L.A., p. 140 :..."Mas, porque los reys son fechura de Dios, et por esto an avantaia de los otros o (...)

10Don Juan Manuel, au-dessus des autres princes du sang, a reçu une plus noble mission encore. Le roi Sanche IV l'avait fait venir, lors de son agonie, alors qu'il sortait à peine de l'enfance. Devant sa cour complète, il le fit asseoir sur son lit, lui prit les deux mains, et lui parla gravement. La coutume d'un roi était de donner sa bénédiction à son fils héritier, de lui transmettre la bénédiction qu'il avait lui-même reçue de son père le roi antérieur. Mais l'infant Fernando, un très jeune enfant, il le plaçait dorénavant dans la sauvegarde de Juan Manuel ; puis lui, le roi Sanche, s'était trop soulevé contre son père le roi Alfonse le Savant et n'avait pu en recevoir les belles paroles habituelles. Mais, roi de Castille, il était lieutenant de Dieu sur terre ; c'était donc la bénédiction de Dieu qu'il avait pouvoir de transmettre directement à Juan Manuel, et il lui donna en mourant10.

Le roi à l'écoute du prince

11Don Juan Manuel peut donc se donner le droit ou le devoir de conseiller le roi. Ses traités, rédigés pour la plupart au moment de la jeune majorité d'Alfonse XI, lors d'épisodes d'opposition ou de retour en grâce de l'infant vis-à-vis du souverain, s'adressent naturellement au roi de Castille, l'infant étant le conseiller et le témoin des événements passés qui sont autant de leçons à suivre. Il choisit la forme du dialogue, et des conseils par "Exempla", dans le Comte Lucanor essentiellement, mais aussi dans le Chevalier et l'Ecuyer, ou encore dans sa synthèse la plus complète, le Livre des États. Dans cet ouvrage, le jeune infant Joas fils du roi Moraban (tous deux sont encore païens au début de l'enseignement) chevauchant dans la ville de son père avec son précepteur Turin et son philosophe Julio, se heurte au cadavre d'un homme mort dans la rue. A la question de l'infant, Turin explique que son âme a quitté son corps. Et l'infant de demander comment toujours garder son âme ; naissent des réponses de Turin et de Julio des tableaux de tous les "États", ou plutôt de toutes les situations ou les catégories sociales voulues par Dieu, dans lesquelles ceux qui accomplissent leur devoir sans transgresser gardent leur âme assurément. Le roi Moraban et l'infant Joas, à leur écoute, entrent vite dans le christianisme, le roi baptisé Manuel et l’infant Juan. Don Juan Manuel se parle ainsi à lui-même autant qu'au souverain, en une longue réflexion et justification, sur la société civile et la société ecclésiastique qui forment une double pyramide complémentaire devant Dieu.

  • 11 L.E., chap. 62, p. 313-314 :..."Et otrossi, oy a dezir a este don Johan quel dixieran que un caval (...)

12L'empereur, élu, confirmé par le pape, est au-dessus de tous. Un demi silence de don Juan Manuel, voulu et réfléchi, lui fait dire que le roi est à peu près semblable à l'empereur et qu'il n'y a rien à dire de particulier sur lui ! U se corrige dans le Livre Infini et dans le Livre du Chevalier et de l'Ecuyer, comme dans plusieurs exemples du Comte Lucanor, dans lesquels il fait intervenir saint Ferdinand III de Castille, ou Richard Cœur de Lion, ou encore Saladin. Dans le Livre des États, avant de faire parler ses philosophes sur l’empereur, il donne cependant, comme un beau modèle à suivre, l'exemple de saint Louis ; un chevalier de France, interrogé par un chevalier de Castille, s'étonnant qu'un si grand royaume fût si bien tenu, lui répond que la seule explication est la qualité de saint Louis, ce roi qui sait servir Dieu et ses créatures, si bien que Dieu le sauvegarde, lui et tous ses sujets11. Dans le Livre du Chevalier et de l'Ecuyer, une définition plus traditionnelle, et plus adaptée aux cas concrets de la Castille, est encore donnée par l'infant. Le roi est la personnalité qui doit préserver les lois et les "Fueros" de ses prédécesseurs, ou en créer de beaux et bons à son tour ; qui doit réaliser des conquêtes entreprises avec droiture ; qui doit enfin repeupler la terre vide. La mission royale est divine :

13..."Les rois sont sur terre à la place de Dieu, et leurs volontés sont dans la main de Dieu ; grâce aux rois, les terres se gardent, ou le contraire. Selon les faits et gestes du roi, le royaume est gardé. Dieu veut encore que les rois vivent dans leurs royaumes et les gardent selon les mérites des gens de ces terres" (L.C.E., chap. 3, p. 43).

14Certes tout est dit dans cette définition isidorienne ; comme dans le bref salut offert au roi saint Louis. Mais dans ses "États", don Juan Manuel, qui a du sang germanique par Béatrice de Souabe et Béatrice de Savoie, qui, à plusieurs reprises se place sur le même plan que le roi, l'infant dicte tout le comportement royal selon les normes de l'Empire. Au fond, il donne le titre d'empereur à son roi de Castille, celui qui est ou celui qu'il aimerait servir ; ce titre est d'ailleurs dans la tradition castillane des XIIe-XIIIe siècles, car un reflet de cet âge d'or se trouve toujours au cœur de l'œuvre de don Juan Manuel.

  • 12 L.E., chap. 72.

15Le roi-empereur, parfaitement élevé et conseillé de la naissance à la mort, est le juge et le chef de la guerre sainte. Il faut savoir entreprendre une guerre, non pas contre un ennemi inférieur, ce qui serait un déshonneur, mais contre un adversaire égal en force si possible. Le roi dresse un état de ses châteaux, de ses réserves, choisit son terrain, est sûr de ses forces comme de la légitimité de sa cause, il évalue ses chances selon l'hiver ou selon l'été. Puis il avance au milieu de ses proches, de ses fidèles soudés en un corps cohérent, son étendard haut levé, la tête du cheval de l'Alferez à la hauteur de sa jambe droite12. Don Juan Manuel avait fait la guerre contre les Maures avec un chevalier de Montesa qui tenait un "farahon" de fer jetant des éclats de lumière la nuit ; en pleine obscurité, personne de sa troupe ne pouvait s'égarer en évoluant en colonne. Le principal adversaire, pour un roi ibérique, est représenté par le peuple Maure ; mais, sous couleur de Croisade, que le souverain n'entreprenne pas n'importe quelle opération de pillage,..."car ceux qui se jettent là-dedans pour voler, et pour forcer les femmes, n'en récoltent que péchés et malheurs... ils n'y vont que pour l'argent et la gloriole et non pas pour une pure intention, pour défendre la loi et la terre des Chrétiens. De ceux-là, quand ils meurent, Dieu qui sait toutes les choses cachées, sait ce qu'il en est vraiment"... (L.E., chap. 76).

16..."J'ai entendu parler de ce qui s'est passé lorsque à la Vega moururent les infants don Juan et don Pedro ; ils ne firent que fanfaronnades, et puis s'enfuirent loin du point de rassemblement"... (L.E., chap. 77, p. 350).

  • 13 L.E., chap. 75, p. 345 :..."Ca la guerra guerriada fazen la ellos muy maestriamente ; ca ellos and (...)
  • 14 C.L. ex. ΙII Richard Coeur de Lion ; ex. XV saint Ferdinand III au siège de Séville ; ex. XXV Sala (...)

17Il suffirait d'observer les Maures, car ils savent faire la guerre ! Ils se chargent très peu, n'emportent qu'un peu de pain, de pruneaux, de légères armures de cuir, des lances, des épées ; ils savent se faufiler, envahir par surprise, avec beaucoup de cohésion en restant groupés ; 200 cavaliers Maures valent mieux que 600 chevaliers chrétiens13. Quel dommage qu'ils soient de cette "secte", ce seraient les meilleurs modèles de guerriers. Et Patronio donne au comte Lucanor de fréquents "exemples" de ces peuples méditerranéens, mettant également en scène les rois Richard Cœur de Lion et saint Ferdinand III de Castille qui combattirent en croisade et apprirent beaucoup de leurs adversaires. Le roi Richard mérita bien la gloire du Paradis, au cours d'une rencontre avec les Musulmans qui tenaient "un port", lors de la croisade entreprise avec le roi de France et, selon l'auteur, avec le roi de Navarre. Les infidèles étaient très nombreux sur le littoral, mais le roi Richard entra dans la mer à cheval, à marée basse, et tous ses Anglais le suivirent pour ne pas laisser leur roi seul en avant, puis encore tous les Français pour ne pas laisser les Anglais seuls en ligne ; les Musulmans se sauvèrent devant cette multitude de Chrétiens. Patronio présente l'épisode au comte Lucanor, à propos d’un ermite qui avait reçu en songe l'avertissement que le roi d'Angleterre irait au Paradis plus rapidement que lui, un homme qui tirait l'épée, alors que lui-même passait son temps en prière. Mais le service de Dieu s'accomplit à la guerre aussi bien qu'à la chapelle. Par ailleurs, Saladin reçoit sous sa tente le comte de Provence qui est son prisonnier, et se soucie de l'aider à marier sa fille, avec un homme de valeur choisi pour ses qualités personnelles et non pas pour la puissance de son lignage. Le jeune homme - anonyme - qui a reçu de loin le message de son élection, va dans le royaume d'Arménie, y apprend la langue et cherche à rencontrer Saladin pour le remercier de son intervention. Il lui offre des chiens et des oiseaux de chasse, ayant appris le goût de Saladin pour la vénerie ; mais "il ne lui baisa pas la main et ne lui fit aucun des signes de dépendance que fait un homme pour son seigneur." Quant à saint Ferdinand III de Castille, il sut diriger et remporter le siège de Séville malgré les charges de cavalerie de ses chevaliers, se lançant à l'étourdi contre les portes et provoquant de périlleuses sorties des Sévillans14.

  • 15 L.E., chap. 80, p. 358 :..."Otrossi, deve saver que aver es heredades fuertes o llanas, et que ave (...)

18Voici l’essentiel de ce qu'on attend d'un souverain, cette conduite de la guerre comme de la paix, avec ses fidèles qu'il sait récompenser, avec sa cour qu'il sait réunir et animer15. Don Juan Manuel a beau dire rapidement dans le Livre des États qu'il n'y a rien à écrire de particulier sur le roi, après de longs développements sur l'empereur à la tête de la Reconquista (il s'agit bien du roi de Castille de la glorieuse époque révolue !), il s'interroge de façon plus complète sur le rôle du roi, dans le Livre du Chevalier et de l'Ecuyer, et dans le Livre Infini. Le vieux chevalier l'explique au jeune homme :..."Dieu a placé dans le monde les rois et les seigneurs pour garder les gens dans la justice, dans le droit, dans la paix, et il leur a recommandé la terre dans ce but" (L.C.E., chap. 48, p. 111). Or, tous ces grands seigneurs n'ont pas d'autre juge sur terre au-dessus d'eux, à part Dieu ; ils n'ont de compte à rendre qu'à Dieu. Ils sont la loi, ils sont eux-mêmes la justice, et ils en sont d'autant plus soumis, comme dans un contrat moral. Don Juan Manuel, avec son chevalier, ou son conseiller, ou son précepteur, éloigné de toute philosophie trop élaborée, sait bien dire au jeune prince qui l'écoute, que le roi véritable est né pour commander et juger, qu'il ne doit pas souffrir d'être commandé et ne doit pas laisser la justice à un autre. Il le dit dans le Livre des États à propos des ducs :

19..."A ce sujet, il m'est venu à l'esprit un rapprochement. De même qu'une mendiante paraît pire encore vêtue d'un drap précieux, qu'elle ne le serait dans un vêtement très laid, de même lorsqu'un seigneur est du plus grand état, il doit accomplir les plus hauts faits et donner les meilleurs exemples. Il paraîtrait d'autant plus vil et provoquerait le mal, s'il entreprenait des actions contre ce qui lui est naturel..." (L.E., p. 381).

Au service et à la gloire de la Castille

20Julio ou Turin ou don Juan Manuel l'expliquent au jeune infant, la société est divisée en trois ordres, naturellement les traditionnels ordres indo-européens, les "nobles défenseurs", les hommes qui prient et les travailleurs. Don Juan Manuel n'évoque ces derniers qu'entre parenthèses, ou alors les assimile à la société noble lorsqu'ils sont à son service. Il décide de parler longuement des "nobles défenseurs", puisque l'infant se compte parmi eux en étant à leur tête. Le Livre Infini est une sorte de résumé du Livre des États (parfois plus original), l'un renvoyant à l'autre.

  • 16 L.I., chap. 5, p. 161-162... "Et ciertamente, quanto al tiempo de agora, loado sea a Dios, non a o (...)

21Etre dans la recommandation et dans le service du prince est sans doute la seule façon de "sauver son âme", selon l'interrogation de l'infant Joas. Auprès du roi, auprès de son fils héritier et des infants nés de sang royal, voici les ducs, les marquis (le terme serait venu du lombard ; à part le marquis de Tortosa fils du roi d'Aragon, don Juan Manuel n'en connaît pas d'autre sur le sol ibérique), et les divers grands seigneurs, les barons, les bannerets de France, les Ricos Hombres d'Espagne. Ce sont tous des princes à la tête de leur territoire et de leurs gens ; on attend d'eux la justice, tel que cela a été dit pour le roi. Mais c’est sans grande originalité et don Juan Manuel ne s'y intéresse pas beaucoup (pour lui, qui est l'égal du roi de Castille, tout en étant son principal vassal16, ce ne sont que des seigneurs inférieurs ; certes on doit les considérer, mais pas plus que cela). Mieux vaut montrer aux jeunes princes comment et avec qui gouverner.

22Le roi (de Castille il s'entend bien) est sur terre pour diriger la société au service de l'État. On peut le répéter autant que don Juan Manuel, c'est au roi de savoir garder son rang pour être à la fois le prince aimé de ses fidèles et le souverain sans réplique. Dans le Livre du Chevalier et de l'Ecuyer, à propos d'un éventuel et condamnable abandon de l'état de chevalier pour celui de laboureur ou d'artisan :

23..."Il en est de même si le roi prend les manières d'un autre homme de plus bas état ; il porte alors atteinte à sa seigneurie. On raconte qu'un roi qui fut très savant, avait plus de 30 ans lorsqu'il commença à régner. Le premier jour de son règne, tout son entourage s'adressa à lui comme aux jours où il était prince. Il sut répliquer à tous qu'ils devaient savoir qu'une chose est l'état de roi, une autre l'état d'infant." (L.C.E, chap. 38, p. 78). L’allusion est assez transparente ; sans le nommer, l'infant écrivain évoque certainement Alfonse X de Castille, qu'il admire beaucoup et pour lequel il écrit son Livre de la Chasse. Le roi de valeur a un entourage d'égale valeur. Don Juan Manuel s'y attache et observe les hommes de la cour et du pouvoir qui doivent savoir s'adresser au souverain et agir revêtus de responsabilités de par lui. L'essentiel, pour tenir un royaume, est d'avoir de bons conseillers, mûrs et exercés dans leur carrière. Ceux-ci doivent évoluer avec les princes, grandir avec eux, se montrer différents pour un jeune homme d'une vingtaine d'années ou pour un roi plus avancé en âge. Le conseiller idéal, dit vers la soixantaine don Juan Manuel au jeune Alfonse XI, est l'ami éprouvé du père du seigneur que l'on sert :

24..."Vous verrez dans la Bible que le roi Roboam, fils du roi Salomon, ne voulut pas croire les conseillers amis de son père, et n'écouta que ses compagnons, des jeunes gens comme lui ; et il perdit à jamais, lui et tout son lignage, le royaume et le gouvernement du peuple d'Israël". (L.I., p. 167, chap. 9).

  • 17 L.I., chap. 4, p. 160 :..."Et en mostrando quanto cumple para servir, se muestra quanto se empesçr (...)

25Le prince doit savoir choisir ses officiers17. Dans le Livre des États ou le Livre Infini, l'infant les regroupe tous dans l'appellation de "nobles défenseurs", même lorsqu'ils ne sont pas nés hidalgos, puisqu'ils ont la noblesse du service, dans la "crianza" et la "poridat" du seigneur, sa confiance et son secret. Ils sont très divers, de l'Adelantado Mayor d'un royaume de la Couronne, ou de la Frontière, ou d'un Merino Mayor, donc un noble revêtu d'un gouvernement provincial, sur qui tout repose dans cette province, à l'intendant domanial ou à l'officier domestique. Les grands ont l'exercice de la justice, ce qui peut être délicat à mener à bien ; ils "gardent leur âme", selon l'expression consacrée du Livre des États, si la morale, l'éducation, rejoignent le sens du service de la "terre" ou de la nation. Comme ces juges, qui doivent aussi être chefs de guerre pour la sauvegarde du sol, voici encore les chanceliers, et les garde-sceau, puis les messagers, anoblis à l'occasion par la qualité de la lettre qu'ils transmettent même s'ils sont Juifs ou Maures ou bourgeois. (L.I., chap. 11 à 15). Les nobles défenseurs sont naturellement les gardiens des forteresses ; mais à leurs côtés, l'auteur range aussi les précepteurs des infants (ce qui est très important, on le sait) ou les médecins des princes (à l'occasion, don Juan Manuel recommande à son fils Fernando son médecin juif don Zag (ben Wakkar) qui l'a servi et dont le père avait soigné son père). Les agents de la fiscalité princière sont très utiles encore. Le seigneur est juge ; donc, il doit lever des amendes, pour le bien collectif. Mais, tels les 30 deniers de Judas qui ont servi à acheter une terre, ce prix du sang ne peut être le trésor personnel du prince, qui doit l'utiliser à la construction des églises, ou des ponts et des murs des forteresses urbaines. (L.I., chap. 18).

  • 18 L.E., chap. 51, p. 502 :..."el prior provinçial de Espanna es el mas onrado prior de toda orden, e (...)

26Bien gouvernée, bien menée par cette chaîne de responsables de valeur, la Castille pourrait être un royaume idéal devant Dieu. La seconde partie du Livre des États est consacrée à la hiérarchie ecclésiastique, du pape au frère Mendiant. Don Juan Manuel, très imprégné de la spiritualité dominicaine, aime toujours s'attarder dans ses différents livres sur le dogme, sur la Vierge, sur les symboles de la Nativité du Christ ou de sa Passion sur la Croix. La gloire de la Castille est d'avoir donné au monde saint Dominique et l'ordre des Prêcheurs ; d'après don Juan Manuel, l'ecclésiastique le plus valeureux que la terre ait porté, est le Frère Prieur de la Province d'Espagne18. Le pape, certes à la tête de la hiérarchie, entouré de ses cardinaux, paraît moins digne de louanges, car il peut pécher, s'il vend les biens de son Église, s'il négocie ses dignités, et s'il n'agit pas selon sa conscience. Le pape a un grand pouvoir temporel,..."mais quel est exactement ce pouvoir, je ne peux en dire beaucoup, car je suis de Castille et les rois de Castille comme leurs royaumes ne relèvent d'aucune autre puissance au monde"... (L.E., chap. 36, p. 468).

27Le royaume de Castille peut disposer d'un primat, sur place et en son coeur, l'archevêque de Tolède, qui selon don Juan Manuel, sans trop forcer les choses, pourrait très bien tenir le rôle de souverain pontife.

28..."Je vous dis, seigneur infant, ce que m'a dit don Juan mon ami, et qu'il a trouvé dans les chroniques rédigées depuis que l'Espagne s'est convertie à la foi de Jésus Christ. Depuis ce temps-là, il y eut un archevêque à Tolède, le primat des Espagnes"... (L.E., chap. 46, p. 487).

  • 19 L.E., chap. 46, p. 488 :..."ovo lo a sufrir comme quien sufre grant quebranto et grant dolor en el (...)

29Mais la terre fut perdue, et n'a pu renaître devant Dieu que lors de la reconquête de la ville de Tolède par le roi Alfonse qui y rétablit la primatie. Or, depuis peu, se trouvent d'autres archevêques en Espagne, dans les royaumes secondaires qui gravitent autour de la Castille et qui prétendent à la primatie ; don Juan, cet ami qui dit tout ce qui est nécessaire, en a un chagrin immense dans son cœur, comme si la maison de Castille avait été privée de son héritage19. Si l'honneur de la Castille était rétabli, "...avec la grâce de Dieu, et sous peu de temps, on ne trouverait plus un seul Maure dans le royaume de Grenade, et toutes ces terres se trouveraient dans sa seigneurie et dans le pouvoir des Chrétiens ; et tous les rois chrétiens entourant la Castille verraient leur force dans le fait que la Castille ne soit plus ainsi déshéritée." (L.E., chap. 46, p. 488).

***

30Que les autres royaumes comprennent donc, même l'Aragon que sert très bien don Juan Manuel, aucun ne peut égaler le sans pareil, le royaume de Castille. A condition toutefois que son souverain ait des serviteurs qui en soient dignes, que son roi soit le juge, le chef croisé, l'empereur enfin, qui conviennent à la Castille. La Couronne de Castille a une chance, en ces années 1320-1348 elle a don Juan Manuel, aussi vrai lieutenant de Dieu sur terre que l'est le roi de Castille, conseiller du roi et de l'infant, vieux chevalier expert et avisé, philosophe si nécessaire. Grâce à ses livres, ceux qui savent le comprendre peuvent prétendre au pouvoir.

31..."Et moi, don Juan, fils de l'infant don Manuel, Adelantado Mayor de la Frontière et du royaume de Murcie, j'ai voulu de tout mon pouvoir m'aider et aider les autres à savoir le plus possible, puisque le savoir est ce que l'homme doit le plus posséder ; j’ai donc voulu composer ce traité, qui explique ce que j'ai moi-même éprouvé pour moi-même et dans ma carrière, et ce que j'ai vu chez les autres, tout ce que moi et les autres peuvent tirer de bien dans toutes les actions..." (L.I., Prologue, p. 147).

Notes

1 Seuls les fils de roi peuvent porter le titre d'infant. Mais don Juan Manuel, fils de don Manuel roi de Murcie, filleul de Sanche IV de Castille, y a prétendu et s'est toujours intitulé ainsi. On peut donc prendre la liberté de lui laisser cette qualité. D'autre part, vassal en 1334 du roi Alfonse IV d'Aragon pour la terre de Villena, il en est le Prince.

2 A.-G. Soler : "Don Juan Manuel, biografia y estudio critico", Saragosse, 1932. M.-G. de Ballesteros : "El Principe don Juan Manuel y su condicion de escritor", Madrid, 1945 ; "Sancho IV de Castilla", 3 vol., Madrid, 1922".
"Don Juan Manuel, VII centenario", Universidad de Murcia, Academia Alfonso X el Sabio, 1982, notamment les articles :
- R. Ayerbe-Chaux : "Don Manuel y la Corona de Aragon, la realidad politica y el ideal de los tratados", p. 17-26 - F.-J. Diez de Revenga : "El Libro de las Armas" de don Juan Manuel, algo mas que un libro de historia”, p. 103-116 - J. Gautier-Dalché : "Alfonse XI a-t-il voulu la mort de don Juan Manuel ?" p. 135-147.
- J.-G. Casalduero : "El "Libro de los Estados" de don Juan Manuel, composicion y significado", p. 149-161 - D. Menjot : "Juan Manuel, auteur cynégétique", p. 149-213
- L. de Stefano : "Don Juan Manuel y el pensamiento medieval”, p. 337-351.
Juan Torres Fontes : "El testamento del infante don Manuel, (1283)”, in : "Miscelanea Médieval Murciana", Unviersidad de Murcia, 1981, vol. VII, p. 11-21. F.-J. Diez de Revenga, M.-C. Ruiz Abellan : Dominacion y titulos de don Juan Manuel", "Idem", p. 21-29.
B. Leroy : "Un écrivain politique au début du XIVe siècle, l'infant don Juan Manuel de Castille", dans RH, CCLXXXII, 1, 1990, p. 45-58.- M.-R. Lida de Malkiel : "La Idea de la Fama en la Edad Media Castellana", Madrid, 1952, rééd. 1983, p. 207-220.

3 Fernando meurt en 1350 ; la fille héritière de don Juan Manuel, Juana Manuel, "la Rica Hembra" (1333-1381), épouse Henri II de Trastamare. De son second mariage, don Juan a eu Constance, qui a épousé le roi de Portugal Pedro I le Justicier (+ 1367) et qui a été mère du roi Fernando I. L'Infant Manuel avait eu un fils bâtard, Sancho, dont descend la branche des Sanchez Manuel (Juan Sanchez Manuel est comte de Carrion et Adelantado Mayor de Murcie sous Henri II de Trastamare). Enfin, don Juan Manuel a un bâtard, Enrique Manuel, qui vit au Portugal et s'y trouve seigneur de Montealegre. Béatrice de Souabe, épouse du roi saint Ferdinand ΙII de Castille, est fille de Philippe de Souabe, le fils cadet de Frédéric I Barberousse ; enfin, les historiographes des comtes de Savoie, à la fin du Moyen Age, affirment que l’ancêtre Humbert I (1003-1048) était fils d'un Bérold neveu de l'empereur Otton III.

4 Don Juan Manuel : "El conde Lucanor", éd. C. Zalvar, P. Palanco Barcelona, Planeta, 1984, dorénavant : C.-L. "Obras Complétas", éd. J.-M. Blecua, Madrid, Gredos, 2 tomes, 1981, no 93, dont nous retiendrons, dans le premier tome : "El Libro de los Estados", p. 195-502, dorénavant L.E. ; "Libro del Caballero et del Escudero", p. 39-116 : L.C.E. ; "Libro de las Armas", p. 117-140 : L.A. ; "El Libro de los castigos o consejos que fizo don Johan Manuel para su fijo, et es llamado por otro nombre El Libro Enfenido (= "Infinido")" : p. 145-189 : L.I.

5 L.C.E., p. 40..."et pues Vos que sodes clerigo, et muy letrado, enviastes a mi la muy buena et muy complida et muy sancta obra que Vos fiziestes en el Pater Noster porque yo lo trasladasse de latin en romançe, envio Vos, yo que so lego, que nunca aprendi nin lei ninguna sciencia, esta mi fabliella, porque si Vos della Vos pagardes, que la fagades trasladar de romançe en latin"...

6 L.E., chap. 67, p. 323 :..."Et digo Vos que me dixo don Johan, aquel mio amigo de qui yo Vos fable, quel dixiera la condesa su madre que por que ella non avia otro fijo sinon a el, et por que lo amava mucho, que por un grant tiempo non consistiera que mamase otra leche sinon la suya misma. Et despues, que ella cato una ama, que era fija de un infançon mucho onrado que ovo nombre Diago Gomes de Padiella..."

7 L.I., chap. 6, p. 163 (les Ricos Hombres de Castille sont les vassaux des Manuel)... "Et los mejores que y fueren et de los mas altos solares et mas antigos teman por razon de tener algo de vos, et catarvos por mayor et por mejor, que asi lo fizieron siempre a aquellos onde vos venides..."

8 L.I., chap. 7, p. 164.

9 L.A., p. 134 :..."Et comme quiera que la mayor onra que puede seer entre los legos es cavalleria, et lo son muchos reys que han mayor estado que nos, cuido que por guardar esto que me seria a mi muy grave de tomar cavalleria de ninguno, sinon en la manera que la toman los reys.
Et por estas razones que vos he dicho, fazemos nos cavalleros, non lo seyendo nos, lo que non se falla que fizieron ningunos fijos de infante en Espanna."...

10 L.A., p. 140 :..."Mas, porque los reys son fechura de Dios, et por esto an avantaia de los otros omnes, porque son fechura apartada de Dios, et si por esto yo vos la puedo dar alguna bendicion, pido por merçed a Dios que vos de la su bendicion, et vos do la mia quanta vos yo puedo dar. Agora, don Johan, sennor, llegadvos a mi et darvosla he por despedirme de vos".

11 L.E., chap. 62, p. 313-314 :..."Et otrossi, oy a dezir a este don Johan quel dixieran que un cavallero de Castiella, que fuera a Francia en el tiempo del rey sant Loys, et quando vio atan grant tierra et tan poblada, marabillose mucho commo podia un omne mantener en justiçia a tanta gente ; et pregunto a un muy buen cavallero de Francia, que avia nonbre Xire Alac de Balap, commo podia el rey guardar todas aquellas cosas, et Xire Alac respondio asi : "Amigo, non vos marabilledes desto, ça el rey sabe guardar a Dios et a los sus fechos, et Dios guarda a el et a los suyos.”...

12 L.E., chap. 72.

13 L.E., chap. 75, p. 345 :..."Ca la guerra guerriada fazen la ellos muy maestriamente ; ca ellos andan mucho et pasan con muy poca vianda et nunca lievan consigo gente de pie nin de azemillas, sinon cada uno va con su cavallo, tan bien los sennores commo qual quier de las otras gentes, que non lievan otra vianda sinon muy poco pan et figos o pasas o alguna fructa, et non traen armadura ninguna si non adaragas de cuero, et las sus armas son azagayas que lançan et espadas con que fieren ; et por que se traen tan ligeramente, pueden andar mucho."...

14 C.L. ex. ΙII Richard Coeur de Lion ; ex. XV saint Ferdinand III au siège de Séville ; ex. XXV Saladin et le comte de Provence.

15 L.E., chap. 80, p. 358 :..."Otrossi, deve saver que aver es heredades fuertes o llanas, et que aver es rendas et ofiçios et cavallos et armas et ganados et joyas et dineros ; et toda esta manera de aver, deve partir el enperador con las gentes, parando mientes en las cosas, segund desuso es dicho.”...

16 L.I., chap. 5, p. 161-162... "Et ciertamente, quanto al tiempo de agora, loado sea a Dios, non a omne en Espanna de mayor grado que Vos, sinon es rey..."

17 L.I., chap. 4, p. 160 :..."Et en mostrando quanto cumple para servir, se muestra quanto se empesçria si oviese a desservir, ca palabra et retrayre antigua es de Castiella, que "Quien bien sirve bien desirve, et qui bien desirve bien sirve"...

18 L.E., chap. 51, p. 502 :..."el prior provinçial de Espanna es el mas onrado prior de toda orden, et en todo el mundo tienen que Castiella fue cabeça et comienço de la orden, que rueguen a Dios et que trabajen quanto pudieren por que la provinçia de Espanna adelante en esçiençia et en buenas vidas en serviçio de Dios et aprovechamiento de la orden et de las gentes."...

19 L.E., chap. 46, p. 488 :..."ovo lo a sufrir comme quien sufre grant quebranto et grant dolor en el su coraçon, por que esta deseredada la casa de Castiella, et aun non con muy grant onra de todos los reyes sus vezinos, lo que siempre fasta agora passaron los reyes de Castiella con ellos mucho o a su onra et a su talante, et que estava aguisado de cobrar Castiella toda su onra si se fïziese por ello lo que se devia fazer."... cf. José Antonio Maravall : "El concepto de España en la Edad Media", Madrid, 2e éd., 1964.

© Éditions de la Sorbonne, 1993

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540