Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Histoire monde, jeux d’échelles et espaces connectés

 | 
Société des historiens médiévistes de l’Enseignement supérieur public

Conclusions

Sylvie Denoix

Texte intégral

  • 1 S. Subrahmanyam, Aux origines de l’histoire globale, leçon inaugurale au Collège de France pour la (...)

Dans le monde actuel, il y a un intérêt et une curiosité croissants pour ce type d’histoire [globale] qui n’est pas voué pourtant […] à remplacer l’histoire faite à une échelle régionale, nationale, ou continentale, mais à la compléter. […] L’on peut même trouver de nouvelles synergies en combinant ces variétés d’histoire sous le même toit.
Sanjay Subrahmanyam1

  • 2 P. Boucheron, Histoire mondiale de la France, Paris, 2017.
  • 3 J. Revel, Jeux d’échelles. La micro-analyse à l’expérience, Paris, 1996, p. 10.

1Au sein des derniers débats portant sur l’épistémologie de l’histoire, celui sur l’histoire mondiale permet de revisiter nos catégories d’analyse puisque même l’étude du passé national est désormais réalisée dans ce cadre2. Est-ce à dire que le « roman national » va désormais s’ouvrir aux courants venus d’ailleurs ? Le local va alors prendre une dimension mondiale et le jeu d’échelles, dont le pari fut d’arriver à « articuler de façon rigoureuse le lien entre l’expérience singulière et l’action collective3 », trouve un nouvel essor.

  • 4 E. Renan, Qu’est-ce qu’une nation. Conférence faite en Sorbonne le 11 mars 1882, Paris, 1887.

2Si le jeu d’échelles conçu par les historiens consiste à appréhender les mondes sociaux depuis les microsociétés jusqu’à la dimension planétaire de l’humanité, il n’en reste pas moins que cette terminologie renvoie à des thématiques spatialisées. Histoire et géographie pourraient-elles trouver des terrains communs ? Mais, dans ce cas, quelle place faire aux acteurs sociaux dans les espaces-temps de l’histoire-mondes où les pouvoirs comme les cultures sont multiples ? L’historiographie les a le plus souvent appréhendés en fonction de leurs appartenances. Pour en revenir au roman national, le discours sur la nation exposé par Renan en Sorbonne en 1882 reposait à la fois sur une « conscience morale », entendons sur un projet de société et non sur une essence de peuple ou de race, mais un projet qui « ne concerne que ceux qui ont un passé commun, c’est-à-dire ceux qui ont les mêmes racines4 ». Or, le nouveau discours est de ne s’embarrasser ni de la question des origines, ni de l’identité.

L’espace-temps

3Dans nos représentations d’historiens, les questions d’échelles concerneraient plutôt les géographes. À eux l’espace, à nous le temps, aurions-nous dit il y a quelques décennies. Mais l’histoire du monde contemporain bouleverse notre rapport à l’espace, y compris pour les périodes dont nous sommes spécialistes, non seulement en élargissant notre analyse, par une vision désormais « globale », si l’on utilise cet anglicisme, mais aussi en nous faisant prendre conscience que les espaces constitutifs du monde ne sont pas hermétiques les uns aux autres : ils sont connectés. Ce changement de paradigme nous amène à considérer que si, parfois, les deux dimensions de l’espace et du temps s’opposent, le plus souvent elles se complètent, s’interpénètrent, se conjuguent même.

4L’espace-temps est un concept d’abord développé par les astrophysiciens où la distance – notion spatiale – se mesure en temps à parcourir. Ainsi, telle galaxie est située à tant d’années que la lumière met à parcourir l’espace entre elle et nous. Cette notion d’espace-temps est désormais à prendre en compte par les historiens, comme par les géographes qui, de leur côté, considèrent depuis peu le temps comme constitutif de leur discipline. Le rapport à nos objets dans des dimensions spatio-temporelles renouvelées me paraît, en effet, être le premier bouleversement apporté par cette réflexion collective.

5Si l’histoire est la discipline du temps, celle des êtres humains dans leurs évolutions, le temps anthropique n’est pas le temps géologique, et si l’étude des artefacts est notre lot, celle des objets naturels, comme les fleuves et les rivières dont Marc Suttor analyse les divagations, peut l’être aussi : les êtres humains s’installent aux bords des fleuves et y développent leurs trafics, en y dominant l’impétuosité du cours d’eau et en en faisant un instrument de contrôle de l’espace, soit en instituant le fleuve comme frontière, soit comme une voie qu’ils doivent aménager, rendre navigable pour que les espaces et les peuples soient… mieux connectés. Le paysage lui-même est susceptible de changements et les travaux prenant ces évolutions en compte sont à considérer sur la très longue durée.

6Néanmoins, en histoire, ce n’est pas la durée du phénomène étudié qui le rend plus légitime qu’un autre, de plus courte existence, et l’objet étudié peut se situer dans une durée variable, comme dans un espace petit ou grand. Ce ne sont ni la taille de l’espace, ni la longueur du temps qui font la légitimité de l’étude d’un objet. Les travaux des historiens peuvent donc concerner du temps court et de l’espace réduit, par exemple l’étude de la Lorraine de 1390 à 1431, ou l’espace au long cours sur la très longue durée, par exemple, l’Empire mongol dont Dan Ioan Mureşan a examiné les ressources hippiques et les logiques de domination spatiale, empire qui, comme on le sait, s’étendit de la mer de Chine à la Volga et dont l’expansion a duré du xiiie au début du xvie siècle, avec des prémisses et des postérités de plusieurs siècles chacun.

7On a compris depuis longtemps que l’espace et le temps sont intrinsèquement liés lorsque le temps pour se rendre d’un endroit à l’autre diminue ou augmente considérablement. On se rappelle ces cartes en anamorphose, où Rome est à un mois à pied de Paris, puis à dix jours de cheval puis à une quinzaine d’heures en train, cinq heures en TGV, enfin à une heure et demie d’avion. La carte, à l’échelle– temps rapprochant spatialement les deux villes, alors que d’autres connexions (Montpellier-Mulhouse, par exemple) aux mêmes périodes, dans ce système, restent bien loin puisque le temps pour se rendre de l’une à l’autre ne diminue pas, ou peu. La représentation que l’on propose dans ces cartes est celle d’un espace-temps en évolution, ce qui est toujours une gageure puisque les cartes sont plutôt des tableaux fixant les données à un moment précis qu’un processus.

8Quoiqu’il en soit, espace et temps sont inextricablement liés, ce que relève Wilfrid Tannous, puisque son étude des marins de Majorque nous fait comprendre que les échelles de la mobilité spatiale sont liées aux temporalités.

  • 5 C. Grataloup, Penser le monde en géographe, Paris, 2015 ; id., Géohistoire de la mondialisation, le (...)
  • 6 Voir les deux numéros d’Hérodote consacrés à Élisée Reclus en 1981 et 2005 : Hérodote, revue de géo (...)

9Dans le même temps que les historiens se préoccupent de questions d’échelle spatiale, les géographes, comme Christian Grataloup, forgent le concept proche de géohistoire, soit la construction des espaces dans le temps long et la modélisation des dynamiques spatiales sur la longue durée5. Les géographes ont, en effet, pensé le monde dans sa globalité, et ils l’ont fait, souvent, sous l’impulsion d’une pensée politique : Pierre Georges, que l’on a pu critiquer pour son déterminisme géographique, mais qui, militant communiste et anticolonialiste, a considéré ses terrains africains au sein des dynamiques mondiales des rapports de domination colonialiste ; Yves Lacoste, patron d’une revue de géographie et de géopolitique, Hérodote, du nom d’un historien-géographe de l’Antiquité, et spécialiste de ce qu’on appelait alors le Tiers-Monde, a lui aussi été un militant anticolonialiste algérien ; le grand Élisée Reclus (1830-1905), géographe libertaire qui avec sa Géographie universelle, sa Nouvelle géographie universelle, ainsi que son L’Homme et la Terre, a considéré l’échelle mondiale et l’impact des êtres humains sur la planète dès la fin du xixe siècle : un premier regard écologique, en somme6. Si l’ensemble de la terre est couvert par l’érudition de Reclus, il ne se limite pas au monde qui lui est contemporain et, dans L’Homme et la Terre, livre posthume, le monde est présenté de la préhistoire au début du xxe siècle, « 3 648 p. distribuées en 51 chapitres répartis en quatre livres de géohistoire », comme le dit le propos liminaire.

10On comprend alors que l’avantage de ceux qui n’ont pas une formation d’historien est qu’ils ne sont pas coincés dans les cloisonnements des quatre grandes périodes historiques. Christian Grataloup remonte donc allègrement à 12000 BCE ou au Néolithique et il modélise l’espace-temps en le qualifiant dans des « systèmes-mondes ». À la fin de l’époque médiévale, avec la découverte de l’Amérique, le système-monde qui s’organise met l’Europe au centre. Pourquoi les Chinois, qui avaient pourtant eux aussi fait de grandes découvertes et navigué vers d’autres mondes (comme le fit Zhen He 1371-1434, cet eunuque musulman, amiral de la marine chinoise et explorateur de l’océan Indien), ou les Mongols n’ont-ils pas été au cœur de ce nouveau système-monde, se demande-t-il ? Mais ne s’agit-il pas là d’une représentation ? Après tout, découvrir l’Amérique, est-ce plus valeureux que de soumettre des populations et de construire un empire s’étendant de la Chine à la Russie ? Dan Ioan Mareşan répond ici à cette question : le morcellement politique de l’Orient a constitué un blocage. Mais, alors, que dire de l’Europe d’alors, tellement divisée ? À quelle échelle faut-il regarder l’Europe pour ne plus voir ni les guerres de Religion, ni les rivalités de ses princes ? En effet, cette étude en systèmes-mondes dégage des unités spatiales et une réflexion à une échelle excessivement « macro » : l’Europe, l’Amérique, l’Asie. Du coup, les différences et les conflits sont abrasés. De même, le temps très long, de – 12000 à nos jours, ne laisse évidemment pas de place à de subtiles lectures. Christian Grataloup en est conscient. Ce qui l’intéresse, ce sont les grandes scansions qui ont formaté la planète.

  • 7 Revel, Jeux d’échelles…, op. cit. n. 3, p. 17.

11Si les deux approches (une histoire sur la longue durée versus sur le temps court) sont légitimes, on aura le plus souvent, pour les larges espaces, des études sur le temps long. Jacques Revel rappelait que l’une des caractéristiques de l’école historique française était « le choix d’une durée suffisamment longue pour rendre observables des transformations globales7 ».

  • 8 É. Vallet, L’Arabie marchande. État et commerce sous les sultans rasūlides du Yémen (626-858/1229-1 (...)

12Paul Bertrand va dans ce sens lorsqu’il nous fait ainsi remarquer que les phénomènes de masse et l’uniformisation des pratiques, comme le recours à l’écrit généralisé, en Occident, et la standardisation de l’écriture, ne peuvent s’appréhender que si l’on est à l’échelle de l’ensemble de l’Occident. De même, Thierry Kouamé, en proposant une histoire globalisée des universités, a pu sortir du paradigme de la Bologne démocratique versus Paris mandarine. Passer du comparatisme de bloc à bloc à une approche globale a une indéniable valeur heuristique, j’y reviendrai. Mais la notion de « monde », nous rappelle Éric Vallet, est ambivalente : ne contribuerait-elle pas à essentialiser la zone délimitée dans une artificielle homogénéité ? Les œuvres des grands voyageurs et découvreurs comme Marco Polo et Ibn Baṭṭūṭa ne nous amènent-elles pas à penser « le grand désenclavement du monde », selon la belle formule de Jean-Michel Sallmann qu’Éric Vallet cite, alors qu’à une autre échelle, les cloisonnements sont nombreux ? Le changement d’échelle ne concerne pas ici l’espace, qui est vaste, de l’Égypte à la Chine, mais les sources de l’historien qui, quoique plus fragmentaires, ont certainement une aptitude à saisir les représentations que les contemporains se font de ces connexions au long cours8.

  • 9 On consultera avec profit le numéro 127 des Archives en sciences sociales des religions, particuliè (...)

13Curieusement, le fait que Max Weber9, dans une approche historique des faits socioreligieux, ait analysé le rôle des différentes structures religieuses en tant que moteurs ou obstacles au développement du capitalisme, n’a pas motivé les historiens qui se sont posé cette question dans ce congrès. Or il s’agissait là d’une entreprise d’histoire comparatiste proposant des éléments d’explication pour trouver en quoi la disposition d’esprit (Gesinnung) des Européens calvinistes, mais aussi des adeptes des différentes religions du monde (Confucianisme et Taoïsme, Hindouisme et bouddhisme), pouvait être ou non en affinité avec le capitalisme. Ainsi, pour les calvinistes, le fait que déployer une activité visant à réussir économiquement ait été un devoir moral, et dépasser les freins mis par la condamnation du lucre, un défi, donne un cadre d’intelligibilité. En Chine, il analyse l’ascèse confucéenne comme une résignation au monde alors que l’ascèse calviniste avait pour fonction d’obtenir le salut de l’âme. Si Weber, homme de son temps, est sur certains points dépassé (un seul exemple : la représentation qu’il se fait des besoins religieux des masses), il a tout de même posé de grandes questions qui ont du sens encore aujourd’hui.

14Qu’il s’agisse du temps ou de l’espace, qu’ils soient immensément longs ou plus réduits, les historiens font varier la focale et pratiquent le jeu d’échelles et le font tout en considérant les acteurs sociaux. En effet, ce qui me paraît nouveau dans l’historiographie, et dont les communications de ce congrès rendent compte, c’est que, même lorsque des espaces larges sont embrassés dans la longue durée, les chercheurs sont attentifs au jeu des acteurs et intègrent dans leurs corpus des documents qui rendent compte de l’interrelationnel personnel et permettent de repérer les variations fines.

Le jeu des acteurs : appartenances vs interactions

  • 10 Revel, Jeux d’échelles…, op. cit. n. 3, p. 18.

15Jacques Revel avait dénoncé dans les perspectives macro-historiques le fait qu’elles « considéraient que l’échelle d’observation ne constituait pas une des variables de l’expérimentation parce qu’elles supposaient, tacitement au moins, une continuité du fait social qui autorisait à juxtaposer des résultats dont l’agencement ne paraissait pas faire problème10 ». Les historiens du monde musulman reconnaîtront là, quoique ce propos n’ait pas été écrit pour leur champ scientifique, la manière tellement essentialiste dont ce monde a été traité dans l’historiographie passée. Or, pour l’histoire de ce monde, comme pour celle de l’Occident, il s’agit désormais de prôner une histoire globale à l’échelle locale.

  • 11 Revel, Jeux d’échelles…, op. cit. n. 3, p. 19.

16Ainsi, Éva Collet, dans son étude de la frontière syro-byzantine, a mobilisé différentes échelles. Entre les autorités centrales des empereurs byzantins et des califes umayyades, abbassides, fatimides, elle prend en considération une échelle intermédiaire, celle des nouveaux pouvoirs autonomes (Hamdanides et Mirdassides), ainsi que l’échelle locale des émirs d’Alep et des communautés urbaines. Elle a montré que les liens de chacun de ces trois niveaux avec le niveau global était complexe et que les acteurs locaux tentaient de se passer des niveaux global et intermédiaire. C’est l’analyse des différentes échelles qui lui permet d’appréhender les réalités très interdépendantes de cette zone frontalière avec le jeu des acteurs sociaux qui relèvent des différents niveaux de pouvoir. En effet, l’opposition macro/micro n’est pas un simple zoom sur des catégories identiques d’une échelle à l’autre et l’on sait, depuis les travaux de la microstoria, que « le choix d’une échelle particulière d’observation produit des effets de connaissance et que ce choix peut être mis au service de stratégies de connaissance11 ».

17C’est ce que fait Alban Gautier, qui a montré que les grands récits de l’histoire des Vikings, à première vue antinomiques, ne s’opposaient pas forcément et que, selon les événements relatés, il convenait d’examiner les faits à petite ou à grande échelle – et c’est ce regard différentié qui permet de donner une cohérence à des récits qui semblaient jusque-là s’opposer. Mobilisant les découvertes de l’archéologie, il montre, d’une part, que l’on a mis au jour, dans un site suédois, des objets qui venaient d’horizons géographiques fort éloignés (Inde, Égypte, Irlande), et il semble alors que l’hyper-connexion des Vikings avec le reste du monde soit démontrée. Mais, quid de l’intégration de l’espace viking à la chrétienté occidentale ? L’évidence archéologique, comme on dit en anglais, vient encore donner une réponse et ce sont les fouilles norvégiennes de Veøy qui mettent au jour un monastère fondé par des moines venus d’Irlande. Non seulement l’approche multiscalaire permet de réaliser comment comprendre ces grands récits antinomiques, mais le focus au niveau micro permet de remettre en cause la vulgate de la diffusion du christianisme en provenance de la seule Saxe.

  • 12 La communication de Yassir Benhima, « Pour une approche globale des migrations nomades dans l’Islam (...)

18Yassir Benhima12, David Bramoullé et Yann Dejugnat ont, eux aussi, choisi des espaces au long cours, ce qui ne signifie pas qu’ils restent à une échelle « macro ». Comme celles d’Éva Collet et d’Alban Gautier, leur étude est multiscalaire et ils étudient les connexions entre les différents acteurs sociaux.

19Car, si les espaces sont connectés, c’est bien parce qu’il y a des acteurs qui y œuvrent et les historiens doivent interroger leurs sources pour savoir qui sont les agents de ces connexions. Il peut s’agir d’institutions, et Paul Bertrand a montré l’importance des universités européennes comme outil de brassage et de diffusion d’une culture graphique commune. En effet, ces institutions ont permis que l’ensemble de l’espace européen partage un ensemble de références communes, ce qui permet à Thierry Kouamé de considérer que « le phénomène universitaire médiéval constituait une première “globalisation” de l’enseignement à l’échelle de l’Europe ». Il peut s’agir aussi de pratiques culturelles. Pour l’Europe, Paul Bertrand a proposé que les modèles de l’histoire interconnectée soient mis à contribution pour comprendre cette dynamique très particulière d’« européanisation » de l’écrit : ceci par un incessant aller-retour entre les dynamiques d’écritures locales et les grandes machineries de l’écrit transnationales – un jeu d’échelles, donc. La pratique lettrée est, on le sait, constitutive des élites du monde musulman : Yann Dejugnat a montré que le voyage à la « recherche de la science » (ṭalab al-’ilm) et son compte rendu, la riḥla, ce genre littéraire très répandu en Islam, permettent de saisir les circulations de lettrés qui relient les mondes de l’Islam en faisant circuler des biens, des savoirs, des modèles culturels.

20Nous disposons donc d’une documentation pléthorique, et textes et cartes nous renseignent autant, sinon plus, sur leurs producteurs que sur les mondes décrits, y compris peut-être lorsque nous avons un faux. Christophe Maneuvrier ne pense pas que le texte de Jean de Béthencourt puisse être une forgerie. Ses arguments sont en effet nombreux et convergents, mais soulignons que les forgeries sont aussi des sources qui donnent des informations sur les forgeurs. Le protocole des Sages de Sion en dit long sur les antisémites qui l’ont créé et diffusé.

21De fait, lorsque l’on dit que les espaces sont connectés, c’est une façon de parler, une métonymie, puisque ce sont les êtres humains, habitant différents espaces, qui le sont. Il peut s’agir de groupes sociaux, comme les négociants juifs qui servent de vecteurs aux marchands florentins pour qu’ils réalisent leurs opérations commerciales vers l’Afrique et vers l’Iran, ou les marchands de la Geniza, pas exclusivement juifs, qui contribuent à enrichir le califat fatimide chiite. On voit que la connexion génère de la mixité comme l’analysent, respectivement, Ingrid Houssaye Michienzi et David Bramoullé. De l’histoire au long cours, donc. Mais il ne s’agit pas pour autant d’une vision uniquement macro-scalaire, dans la mesure où ces chercheurs sont par ailleurs attentifs aux exemples concrets qu’ils repèrent dans leurs sources comme des correspondances privées ou des livres de comptes concernant des acteurs sociaux particuliers.

22L’approche multiscalaire qui caractérise nos études, porte, naturellement, sur les espaces, mais aussi sur les êtres humains et même les animaux : des rats et des poulets du Pacifique, dont on étudie l’ADN (Dominique Barbe) aux poneys mongols (Dan Mureşan), ils sont tous montés sur la scène de l’histoire, et les croisements qui les concernent, non pas culturels, mais biologiques, ont forcément lieu – et l’on pourrait se demander combien de bosses a le chameau croisé avec le dromadaire. Plus sérieusement, les interactions entre les sociétés humaines et le monde animal, qui sont désormais des problématiques que l’on aborde dans maintes disciplines, se font jour aussi chez les médiévistes. Ainsi Dan Ioan Mureşan montre que, là où existe une « prééminence sociale du cheval », l’interaction entre la société des humains et le monde animal est particulièrement prégnante, car le cheval structure l’univers matériel comme les référents symboliques des groupes qui construisent un imaginaire de la steppe dans une dynamique spatiale spécifiquement nomade.

23Les êtres humains, souvent aidés des animaux, sont donc bien évidemment les vecteurs de ces connexions et les premiers concernés par les mutations qu’elles engendrent : les individus et les groupes de différentes tailles sont étudiés, et ce sont eux qui sont interconnectés. Ce qui circule, ce peut être des marchandises, produites par ces individus et ces groupes, mais aussi des idées, des connaissances, des techniques. Ainsi, on a vu avec la communication de Michael Depreter et Christophe Masson, le voyage de l’artillerie à poudre, un bon exemple de ce que des personnes porteuses de compétences peuvent être appelées par des princes pour opérer un transfert de technologie. Ces chercheurs nous ont montré que le développement de l’artillerie vit la mise en œuvre de réseaux d’échanges d’hommes, de matériaux et de techniques. Ils nous font prendre conscience que le commerce d’un produit qu’a priori on aurait pensé beaucoup moins important pour les échanges internationaux que les fameux épices, le salpêtre, ingrédient indispensable à la poudre noire, activait des réseaux commerciaux allant jusqu’en Inde.

24On voit que les transferts culturels portent sur des objets très variés, d’un type d’écriture et de document à des armes novatrices pour l’époque, et Wilfrid Tannous propose que l’apparition des cartes, ainsi que des instruments de navigation dans l’île de Majorque, relève de ce phénomène. Mais ce chercheur a été clair : les cartes, si elles y sont importées, n’y sont pas produites ; elles le sont dans d’autres lieux – à Venise, par exemple. Et Nathalie Bouloux a montré le travail de connexion qui se met en place pour élaborer une connaissance, par la cartographie, du monde de l’autre. Ils sont nombreux : marchands, pèlerins, ambassadeurs, espions, à rapporter des informations de Syrie et d’Égypte. Et la connexion n’est pas neutre, elle est orientée. À Venise, nous explique Nathalie Bouloux, c’est tout juste si l’on a réalisé l’importance de la découverte du Nouveau Monde : en 1506, on est toujours focalisé sur l’Orient, la découverte des routes vers l’Inde, la connaissance de l’océan Indien qui permet, pour la cartographie de cette mer, de sortir du modèle cartographique ptoléméen, mais uniquement pour cet océan.

25Pour sa part, grâce à l’incroyable fonds de la Geniza, David Bramoullé donne les moyens de comprendre le fonctionnement d’un réseau international de grands négociants exerçant entre la péninsule Ibérique et l’Inde. Là aussi, l’espace est immense, mais la focale peut être mise sur des individus ou des groupes, les Banū ‘Uqayl à Tyr et les Banū Jarīr à Aden. La perspective multiscalaire met au jour les connexions entre le gouvernement central fatimide, les gouvernements des cités littorales et les réseaux commerçants. Ici aussi, la pluralité des exemples permet la comparaison.

26Les connexions relèvent de plusieurs registres. Elles sont d’abord, évidemment, spatiales, dans le commerce au long cours. Mais aussi politiques. Les Fatimides arrivent à articuler différents espaces maritimes : l’oriental (océan Indien, mer Rouge), d’où l’on apporte les épices au Caire (Fusṭāṭ) et à Alexandrie, et le méditerranéen, d’où viennent les Européens à la recherche des précieuses épices et de leurs produits stratégiques, le fer et le bois indispensables pour fabriquer armes et navires. Elles sont enfin sociales : les hommes de différents métiers et confessions commerçant dans une communauté d’intérêts. La documentation de cette étude, si elle est produite par un milieu juif, permet néanmoins de prendre conscience de l’interconnexion entre les groupes confessionnels, comme on l’a vu aussi avec les Florentins, qui développent leur commerce vers l’Inde et vers l’Afrique grâce aux intermédiaires juifs qu’a étudiés Ingrid Houssaye Michienzi. L’on voit alors que les connexions interconfessionnelles, se développant au long cours, permettent que ce commerce international passe les frontières, même si l’on y perd des cargaisons de cuivre. Et ce sont les frères ennemis, et non des étrangers lointains, ici le sultan en lutte contre le chah safavide dont il pense que l’islam est dévoyé, qui font péricliter le commerce, ici, celui de la soie échangée contre de la laine.

27Cela dit, le système relationnel peut reposer sur le conflit et, on l’a vu avec la lecture qu’Alain Provost a faite du Devisement, il y a un seuil sociologique, une ligne rouge de l’inacceptable, qui est différenciée selon les personnalités – on voit que Guillaume de Rubrouk a un seuil beaucoup plus bas que Marco Polo – et l’altérité peut sidérer les contemporains des faits étudiés.

28En effet, notre approche prenant en compte les interconnexions ne doit pas nous amener à avoir une position angélique : ces relations peuvent évidemment être conflictuelles et l’angoisse comme la crainte être des moteurs à la croisade ou même à la prise de conscience d’une unité qui serait alors menacée, comme Klaus Oschema l’a développé à propos de la notion d’Europe, émergeant au xiiie siècle parce que l’on ressentait une menace. Par ailleurs, si les juifs ont été des intermédiaires, ou des acteurs centraux dans le négoce international, une vision par trop irénique serait particulièrement mal venue et ce chercheur a remarqué que, dans ce contexte, Israël n’est absolument pas intégré à l’Europe. Si l’on peut faire du profit avec les juifs, il n’est pas question pour autant qu’ils fassent partie du « nous ».

29Car la question des appartenances est prégnante dans le monde médiéval, et les études présentées dans ce congrès rendent compte de ce phénomène. Elles sont confessionnelles, ethniques, ou sociales. Mais être attentif aux connexions met en lumière que, même si chacun peut se définir en termes d’appartenance ethnique et/ou confessionnelle, les interrelations sont permanentes.

Approches historiographiques : comparatisme, histoire mondiale, histoire connectée13

  • 13 On se réfèrera au blog « blogs.histoireglobale.com », fondé par Philippe Norel et administré par Vi (...)

30Histoire comparée, histoire globale, histoire connectée sont autant de postures épistémologiques que nous, historiens médiévistes, prenons à notre compte. Quels en sont les bénéfices et les limites ?

Le comparatisme

  • 14 M. Détienne, Comparer l’incomparable, Paris, 2009 [2000].

31On sait que le comparatisme a fait l’objet de débats. Après une phase où il était supposé avoir une valeur heuristique cardinale – tant il était une solution pour sortir des histoires nationales, voire nationalistes – jusqu’à proposer, comme l’a fait Marcel Détienne, de « comparer l’incomparable », la comparaison de monde à monde a été fortement critiquée14. La formule de Détienne, provocatrice, ne revendiquait pas une posture absurde, mais ironisait à propos de livres comme L’identité de la France où Braudel arguait d’une exception française, sublime, ne permettant pas la comparaison.

  • 15 M. Bloch, « Pour une histoire comparée des sociétés européennes », Mélanges historiques, I, Paris, (...)

32Reprenons la genèse de ce débat. Lucien Febvre et Marc Bloch avaient, sur ce point comme sur d’autres, exprimé une divergence de points de vue. Si le premier considérait que comparer était s’éloigner d’un objet d’étude dûment constitué, le second proposa au contraire une épistémologie de la comparaison des sociétés médiévales européennes. Il s’agissait de comparer des sociétés de même époque et d’un même ensemble culturel, ici l’Europe, pour dégager l’originalité de chacune de ces sociétés, ainsi que pour éviter de considérer qu’un trait culturel d’une société donnée était extraordinaire et éviter de trouver des modèles d’explication erronés, « d’attribuer une valeur explicative exagérée à certains faits, en réalité de médiocre portée. Retrouvant dans un système voisin, un développement semblable, mais sans la présence des causes d’abord supposées, il éliminera plus aisément les fausses relations causales pour ne retenir que les véritables15 ».

  • 16 S. Denoix, « Des culs-de-sac heuristiques aux garde-fous épistémologiques ou comment aborder l’aire (...)

33Mais si le comparatisme a permis des avancées, il a aussi été critiqué, particulièrement par les tenants de la Connected History. En effet, la comparaison a pu être faite en partant d’un centre, souvent européen, auquel était comparé une contrée, souvent du Sud, laquelle devait donner des gages de ressemblance ou de différence d’avec ce centre qui avait valeur de référent. Par exemple, comparant les institutions des villes occidentales et islamiques, on s’est demandé pourquoi diantre il n’y eut pas d’élites locales pour prendre en main leur destin institutionnel comme ce fut le cas dans les communes de France où la bourgeoisie obtint le droit de s’administrer, sortant ainsi de la féodalité. On pourrait répondre qu’il n’y avait pas de seigneurs féodaux, pas de fiefs dans les contrées islamiques, donc que la question ne se posait pas de cette manière, mais on peut répondre aussi que ce questionnement ne se pose pas, parce que parti d’Occident, et qu’en Orient musulman, si l’on n’a pas de municipalités, on a d’autres institutions pour administrer les cités, comme la gestion des marchés, la ḥisba, la judicature des cadis, les biens de mainmorte que sont les waqfs et les habous16… Le comparatisme peut donc relever d’une démarche ethnocentrique.

34Néanmoins, est-ce que la contemporanéité de phénomènes et la communauté de pratiques, comme celle des trois groupes nomades de trois mondes culturels différents, les Turcs Oghuz, les Berbères Sanhāğa et les Arabes Banū Hilāl, nomadisant dans des espaces éloignés les uns des autres du monde musulman, décrits par Yassir Benhima dans sa communication, nous autorisent à les considérer dans une même réflexion ? Cette concomitance et cette communauté nous donnent-elles l’occasion de regarder les choses de plus haut ? Dans son observation en parallèle ce chercheur a réalisé un comparatisme implicite. Il est difficile de dire si la concomitance de l’apparition de ces trois groupes ethniques aux modes de vie comparables est fortuite ou si des facteurs politiques, économiques ou écologiques ont, dans un même temps, généré leur émergence. Mais cette étude donne l’occasion de rendre compte de la construction des identités collectives où les recompositions généalogiques et les changements des emblèmes onomastiques qui accompagnent généralement les migrations sont des marqueurs des mutations sociales affectant les groupes en question. Toujours est-il que les observer dans le même mouvement et le faire à l’aide d’une démarche pluriscalaire permet d’appréhender l’extrême diversité des réalités les concernant et de sortir du modèle figé qui est en général donné de ces populations, réifiées par les historiographies, arabe médiévale comme occidentale moderne. On a ici une remise en question de l’analyse traditionnelle qui a vu en ces groupes tribaux la cause du déclin des lieux où ils se sont déployés. La comparaison porte alors aussi sur les historiographies dans lesquelles l’image prédatrice des nomades, exacerbée par le grand récit, est partout présente.

35Des groupes fort éloignés les uns des autres peuvent donc être comparés. Dominique Barthélemy trouve salutaire, après avoir passé une vie de chercheur sur les chevaliers de la société féodale française, de pratiquer ce comparatisme au long cours. Des groupes militaires combattent et ont tous un code militaire. Mais les différences semblent l’emporter sur les ressemblances et le chercheur en est ébranlé : « comment peut-il se faire que deux élites guerrières, qui, à première vue, se ressemblent tellement par leur organisation vassalique et leur idéal d’héroïsme, se distinguent tellement par une série de traits ? » – les Japonais doivent être pleins de bravoure, les Occidentaux d’élégance. Et comme, lorsque l’on compare, on aime aussi les ressemblances : à ne pas les voir dans le Japon médiéval, Dominique Barthélemy a cherché et trouvé des émirs chevaleresques dans le monde arabe, Usāma b. Munqidh venant à point nommé apporter l’esprit chevaleresque qui manquait au Japon. Il y a tout de même une ressemblance entre les chevaliers européens et les samouraïs, c’est qu’ils sont tous à la recherche d’un idéal : la bravoure et sa reconnaissance chez les Japonais, et la chevalerie « élégante » en Occident. L’exposé de ces différences amène à la prise de conscience de ce que l’on n’a pas, et amène ainsi à affiner notre perception de ce monde que l’on croit si bien connaître : on ne coupe pas la tête de l’ennemi en Europe, et cette étude comparée est l’occasion de nous en faire prendre conscience.

36L’histoire comparée a donc, on s’en doutait, aussi ses vertus.

37On les remarque dans l’étude de Vannina Marchi Van Cauwelaert qui, en l’absence de documentation pour étudier la Corse, a proposé une approche comparative par le biais de l’étude des autres îles : la Sicile, si connectée dans le système global, et la Sardaigne, tellement moins. Cette approche permet de décloisonner les recherches menées sur la Corse médiévale, qui se font le plus souvent dans un cadre micro-régional et dans une perspective d’érudition locale. En adoptant une analyse multi-insulaire, cette chercheuse se situe entre l’échelle des approches régionalistes corses et les études méditerranéennes. Ici, ce n’est pas tant le côté multiscalaire de la démarche de l’historienne qui est porteuse de résultats, mais bien la comparaison avec des sites plus riches en documentation, ce qui lui permet une extrapolation pondérée par la mesure des connexions de ces trois mondes insulaires.

38Les échelles comme les objets du comparatisme sont variés, on le voit. Mais la grande question qui a agité maints esprits est celle du décollage différencié des différentes zones du monde. Pourquoi l’Europe a-t-elle émergé à la fin du Moyen Âge, et pas les autres contrées qui n’avaient rien à lui envier en termes de développement économique, démographique ou intellectuel ?

  • 17 Présentées dans X. de La Vega, « Réflexions au sujet de “Une grande divergence” », Histoire global, (...)
  • 18 K. Pomeranz, Une grande divergence, Paris, 2010.

39Trois théories s’affrontent17 : celle de Kenneth Pomeranz qui, dans Une grande divergence, compare une région de Chine, le Bas-Yangzi, et une d’Europe, l’Angleterre18 ; il montre que tous les éléments qui peuvent être mis au bénéfice du décollage de l’Angleterre existaient aussi en Chine. Il faut donc en trouver d’autres et il pense que la cause de cette divergence est dans l’écologie : les ressources naturelles des deux régions étaient surexploitées, mais l’Angleterre disposait, à proximité de ses sites industriels, de gisements de charbon, et le système-monde que l’Angleterre constituait avec le Nouveau Monde, ainsi que ses réserves de terres, lui permirent de vêtir (cultures de coton et de chanvre) les populations et de développer l’industrie textile, deux éléments dont ne disposait pas la Chine. Le Japonais Kaoru Sujihara pense pour sa part que, dès le xve siècle, l’Asie de l’Est avait développé un modèle intensif de travail, et l’Europe des technologies intensives en capital. L’Italo-Américain Giovanni Arrighi, quant à lui, estime que les Anglais étaient capitalistes, dans la mesure où ils contournaient les cadres institutionnels et sociaux qui bloquaient l’accumulation du capital, ce que les Chinois ne faisaient pas. Cela a fait la différence.

40Que la comparaison soit une méthode ou un objet d’étude, les travaux qui en font cas sont nombreux et variés. Si le point de départ n’est pas sa propre contrée, dominante, à laquelle sont comparées de pauvres périphéries, cette posture a une indéniable valeur heuristique.

L’histoire globale

  • 19 Dans le blog Histoire globale, Ph. Norel lui a consacré un article dont je me suis servie pour écri (...)

41L’eurocentrisme, que j’ai analysé en présentant les méthodes comparatistes, a été dénoncé par maints collègues dont le plus féroce détracteur, et le plus célèbre dans le monde anglo-saxon, est probablement Marshall Hodgson (1922-1968)19. Ce professeur d’histoire islamique de l’université de Chicago, chairman de l’interdisciplinaire Committee on Social Thought, quaker pratiquant, a apporté un souffle critique salutaire, faisant prendre conscience que les études historiques étaient européo-centrées et que le centre du monde musulman n’était pas le monde arabe, mais beaucoup plus à l’est, enfin que la modernité aurait pu surgir ailleurs qu’en Europe, en Chine ou dans le monde islamique.

  • 20 M. Hodgson, The Venture of Islam : Essays on Europe, Islam and World History, University of Chicago (...)

Dans toute image ethnocentrique du monde, l’essentiel est de diviser le monde en deux moitiés, nous et les autres, nous étant la plus importante des deux […]. On peut bien admettre que l’Europe soit petite géographiquement, mais on s’arrange pour que toute l’histoire s’y concentre20.

42La vision désabusée que Hodgson a de l’image de la planète que les historiens occidentaux ont donnée revient à

  • 21 Ibid., p. 23.

construire une histoire du monde dans laquelle presque toute l’attention est concentrée sur nos propres ancêtres culturels. Toutes les autres civilisations de l’hémisphère oriental sont réunies en bloc sous le titre « Orient ». Ce concept est en histoire l’équivalent du concept « Asie » en géographie. Il nous permet de maintenir notre Occident comme conceptuellement équivalent à toutes les autres régions civilisées prises ensemble : « l’Asie »21.

  • 22 Ibid., p. 36.
  • 23 Ibid., p. 40.

43Hogdson considère que « les autres » sont non seulement minorés, mais aussi traités comme des ensembles clos. Ici aussi le jeu d’échelle est considéré, mais de manière négative : trop de hauteur de vue oblitère les champs d’intelligibilité du monde. Travers que l’on peut retrouver chez cet auteur lorsqu’il écrit « une solidarité sociale sans égale régnait parmi les musulmans du Maroc à Java et de Kazan au Zanzibar22 ». Ou, plus loin : « il est clair maintenant que la vie historique, depuis les premiers temps jusqu’à il y a au moins deux ou trois siècles, était continue dans toute la zone de civilisation afro-eurasienne23 ». On voit que, parlant de l’Islam en général, Hodgson se situe à une échelle de généralisation telle qu’il en gomme et les différences sociales, les variétés régionales et les processus historiques. Dans le chapitre intitulé « Le rôle de l’Islam dans l’histoire mondiale », il expose que les raisons qui ont permis à cette civilisation de durer des siècles sont « … un ordre social inhabituellement souple qui donnait à quiconque devenait musulman la possibilité de développer ses talents de manière relativement libre d’après les critère pré-modernes ». L’Islam aurait, selon Hodgson, omis d’élaborer des hiérarchies et la loi religieuse égalitariste aurait alors gommé les anciennes inégalités issues des vieilles aristocraties agraires (sassanide et byzantine). La société musulmane, dans la vision de Hodgson, n’était pas stratifiée. Pour lui, la sharī’a, supposant l’égalité des musulmans (on ne parle pas ici ni des dhimmis, ni des esclaves, ni des fellāḥ-s, fussent-ils musulmans), aurait mis fin à un modèle aristocratique et ainsi favorisé la classe marchande. Mais, si les aristocraties byzantine et sassanide ont naturellement été délégitimées, elles ont été remplacées par d’autres, les successeurs du Prophète (les ashrāf) en premier lieu. Et s’il est vrai que l’Islam a permis l’expression d’autres religions, contrairement à ce qui a pu se passer en Occident à la même époque, il n’en reste pas moins que les dhimmis étaient acceptés, mais dans le cadre d’un rapport de domination où le pouvoir politique était forcément musulman. Si l’Islam a favorisé le monde marchand, ce n’est pas tant par « ses idéaux religieux puis par son influence sur les modèles sociaux » que parce qu’en développant un empire, il a aboli les frontières entre les mondes byzantin et sassanide, ce qui favorisa les communications par la route de la soie et par l’océan Indien.

  • 24 W. H. Mcneill, The Rise of the West. A History of the Human Community, Chicago, 1963.

44Hodgson est mort fort jeune, laissant une œuvre en grande partie posthume, qui aurait probablement souffert de moins de défauts s’il avait pu l’amender. Son collègue à l’université de Chicago, William McNeill (1917-2016), disparu récemment, presque centenaire, a, dans son Rise of the West, fait porter ses travaux sur une très longue durée et de larges espaces, soit l’histoire de l’ensemble de l’humanité déclinée sur cinq millénaires24. Pourquoi Arnold Toynbee a-t-il été aussi décrié et McNeill encensé (records de ventes, critiques laudatives, prix divers dont un de la main d’Obama…) ? La vision essentialiste de Toynbee, arc-boutée sur la supériorité de la « civilisation gréco-romaine », correspondant à une vision transcendante de l’histoire, perçue comme cyclique et, de fait, téléologique, a prêté le flanc à la critique. En revanche, McNeill assume les héritages non européens, les circulations, les influences, les croisements. C’est là la clef. Longue durée et large espace ne sont épistémologiquement corrects que si l’on conçoit que les connexions sont aussi importantes que les appartenances.

L’histoire connectée

45Le monde est connecté, et les connexions se font par des intermédiaires dont l’étude nous montre que les interactions sont bien souvent plus fortes que les cloisonnements. Conscients de cela, désormais, les historiens sont moins attirés par l’élaboration des histoires nationales coupées du reste du monde et, de ce fait, ils prennent en compte la richesse du tissu relationnel international et interreligieux, y compris aux moments les plus conflictuels comme durant les croisades.

  • 25 T. Brook, Le chapeau de Vermeer. Le xviie siècle à l’aube de la mondialisation, 2009.

46Intuitivement, on pourrait penser que la globalisation (impossible de ne pas le dire en anglais si l’on parle du monde contemporain) est un phénomène récent. Ce qui est nouveau, c’est l’ampleur des échanges, mais, de tous temps, les êtres humains ont migré, échangé, se sont inter-influencés. L’analyse d’un tableau de Vermeer25 dépeignant l’intérieur de marchands de Delft le montre : dans cette maison bourgeoise des Pays-Bas, on a importé des céramiques chinoises et l’on voit des monnaies en argent provenant des mines du Potosi – les mondes extrême-oriental comme américain et leurs produits sont accessibles, et leurs richesses peuvent être importées en Europe. La mondialisation des échanges n’est donc pas un phénomène récent.

47Ces interconnexions existant depuis toujours sont le gage d’évolutions, car les importations d’idées, de modèles, de techniques font bouger les habitudes et les traditions. Michael Depreter et Christophe Masson démontrent, par des exemples pris aux Pays-Bas et dans la péninsule Italique, que les importations des technologies de l’artillerie (les nouveaux types de canons) et des artilleurs ont fait évoluer l’art de la guerre. Ces derniers sont importants : lorsque les objets deviennent des machines complexes, la compétence des techniciens est décisive. Ce sont donc des systèmes réticulaires qui sont mis au jour et nos études nous amènent à considérer que même la frontière est un phénomène qui permet d’appréhender des espaces, certes particuliers mais insérés dans un système relationnel : lieu d’oppositions, d’interactions, de cloisonnements et de traversées. Éva Collet a montré que les réseaux transfrontaliers syro-byzantins bénéficiaient des produits venant d’Europe du Nord et de la route de la soie. Ainsi, les marchés et les foires, situés de part et d’autre du front militaire, créaient un système spatial économique auto-suffisant.

  • 26 Th. Tanase, « Les envoyés pontificaux en Orient : ambassadeurs ou missionnaires (xiiie-xive siècles (...)
  • 27 Th. Tanase, Marco Polo, Paris, 2016.

48La frontière entre nous et l’autre qu’explore Alain Provost est plus métaphorique. Dans sa lecture du Devisement du monde à travers l’étude des frontières et des seuils, il atteint les procédés de nomination et de classification, l’élaboration de catégories et de systèmes d’opposition, les modalités d’une mise en ordre du monde, ainsi que les formes d’une « rhétorique de l’altérité ». Cet Autre, l’Occident en a eu besoin pour se construire. Les travaux de Thomas Tanase en font la démonstration : délaissant le paradigme de l’expansionnisme occidental de type « grandes découvertes », ce chercheur se propose d’explorer « la formation d’une mentalité de conquête et d’appropriation du monde, bien au-delà de la seule question de l’évangélisation, mentalité unissant les différents pouvoirs de l’Occident latin, qu’ils fussent royaux, aristocratiques, marchands26 ». Il estime en effet que « réfléchir sur l’Occident médiéval impose de ne plus en rester à la seule étude de ses structures internes, ou des causes de son dynamisme, mais d’inscrire la réflexion dans une histoire beaucoup plus large de la circulation des personnes, des idées, des mythes mêmes, au-delà des frontières de l’Occident latin », lequel s’organise dans le cadre d’un « ordre normatif cherchant à régenter le monde tout entier27 ». N’avons-nous pas là un élément de réponse à la question que nous nous posons dans ce congrès ?

49Le cheminement historiographique est considérable. On peut repérer trois systèmes de compréhension du monde, que l’on présente dans un ordre progressif, pour la commodité de l’exposé, mais, évidemment, ils ne se sont pas succédé de manière linéaire :

  • une représentation univoque : le monde est mon monde, c’est l’histoire du village, l’histoire nationale, qui ne considère ses voisins que s’ils sont dominés, au mieux – c’est une histoire binaire : moi et l’Autre (les Grecs et les Barbares). Pour sortir de ce mode de représentation, il est nécessaire de déplacer le regard et de cesser de mettre l’Occident au centre du monde. Ainsi l’ont fait les post colonial studies ;

  • une histoire mondiale, souvent dite « globale », par prégnance de l’anglais, portant sur un large espace, souvent sur la très longue durée, critiquant l’histoire traditionnelle, européocentrée, ayant parfois délimité de grands blocs dans une vision trop essentialiste ;

  • une histoire connectée, pratiquant une xénologie : l’étude des diverses modalités par lesquelles notre propre monde, en interconnexion avec les autres dans leur pluralité, rend compte de la complexité des interactions des différentes cultures.

Bibliographie

Bibliographie complémentaire hors notes

P. Boucheron (dir.), Histoire du monde au xve siècle, Paris, 2009.

C. Ghorra-Gobin (dir.), Dictionnaire critique des mondialisations, 2e éd., Paris, 2012.

M. Hallbwachs, Les cadres sociaux de la mémoire, rééd., Paris, 1994.

F. Hartog, Le miroir d’Hérodote. Essai sur la représentation de l’autre, Paris, 1980.

F. Jullien, Entrer dans une pensée, Paris, 2012.

Notes

1 S. Subrahmanyam, Aux origines de l’histoire globale, leçon inaugurale au Collège de France pour la chaire d’histoire globale de la première modernité, Paris, 2016.

2 P. Boucheron, Histoire mondiale de la France, Paris, 2017.

3 J. Revel, Jeux d’échelles. La micro-analyse à l’expérience, Paris, 1996, p. 10.

4 E. Renan, Qu’est-ce qu’une nation. Conférence faite en Sorbonne le 11 mars 1882, Paris, 1887.

5 C. Grataloup, Penser le monde en géographe, Paris, 2015 ; id., Géohistoire de la mondialisation, le temps long du Monde, Paris, 2007.

6 Voir les deux numéros d’Hérodote consacrés à Élisée Reclus en 1981 et 2005 : Hérodote, revue de géographie et de géopolitique, 22 (1981) (« Élisée Reclus, géographe libertaire ») et 117 (2005/2). É. Reclus, L’Homme et la Terre, livre posthume actualisé par Paul Reclus, Paris, 1905-1908, 6 vol., 3 648 p. distribuées en 51 chapitres répartis en 4 livres de géohistoire : Livre I, Les Ancêtres, préhistoire et anthropologie (6 chapitres, t. I, 1905) ; Livre II, Histoire ancienne, l’Antiquité (13 chapitres, t. I à III, 1905-1906) ; Livre III, Histoire moderne, de la fin de l’Antiquité à 1900 (20 chapitres, t. III à V, 1906-1907) ; Livre IV, Histoire contemporaine, le monde au début du xxe siècle (12 chapitres, t. V et VI, 1907-1908). Texte intégral sur Gallica : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k615166.

7 Revel, Jeux d’échelles…, op. cit. n. 3, p. 17.

8 É. Vallet, L’Arabie marchande. État et commerce sous les sultans rasūlides du Yémen (626-858/1229-1454), Paris, 2010.

9 On consultera avec profit le numéro 127 des Archives en sciences sociales des religions, particulièrement l’introduction de Michael Löwy et Heinz Wismann, « Max Weber. La religion et la construction du social », Archives de sciences sociales des religions, 127 (2004), p. 5-8 ; et l’article de François-André Isambert, « L’éthique des grandes religions et L’esprit de Max Weber », ibid., p. 9-32.

10 Revel, Jeux d’échelles…, op. cit. n. 3, p. 18.

11 Revel, Jeux d’échelles…, op. cit. n. 3, p. 19.

12 La communication de Yassir Benhima, « Pour une approche globale des migrations nomades dans l’Islam médiéval : processus migratoires et recompositions sociales », n’a pas pu être publiée dans ce volume.

13 On se réfèrera au blog « blogs.histoireglobale.com », fondé par Philippe Norel et administré par Vincent Capdepuy et Laurent Testot, lequel est une vraie mine pour documenter ces trois sujets. L. Testot, La naissance d’une histoire-monde, Sciences humaines, 2000 (2009) ; éd. id., Histoire globale, un nouveau regard sur le monde, Paris, 2008.

14 M. Détienne, Comparer l’incomparable, Paris, 2009 [2000].

15 M. Bloch, « Pour une histoire comparée des sociétés européennes », Mélanges historiques, I, Paris, 1928, p. 16-40.

16 S. Denoix, « Des culs-de-sac heuristiques aux garde-fous épistémologiques ou comment aborder l’aire culturelle du “monde musulman” », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée, 103-104 (2004), p. 7-26.

17 Présentées dans X. de La Vega, « Réflexions au sujet de “Une grande divergence” », Histoire global, le blog, publié le 10 mai 2010 : http://blogs.histoireglobale.com/une-grande-divergence_359.

18 K. Pomeranz, Une grande divergence, Paris, 2010.

19 Dans le blog Histoire globale, Ph. Norel lui a consacré un article dont je me suis servie pour écrire ce paragraphe : http://blogs.histoireglobale.com/marshall-hodgson-le-livre-des-fondations_3880.

20 M. Hodgson, The Venture of Islam : Essays on Europe, Islam and World History, University of Chicago, 1993, 3 vol. ; trad. A. Cheddadi, L’Islam dans l’histoire mondiale, Arles, 1998, p. 18.

21 Ibid., p. 23.

22 Ibid., p. 36.

23 Ibid., p. 40.

24 W. H. Mcneill, The Rise of the West. A History of the Human Community, Chicago, 1963.

25 T. Brook, Le chapeau de Vermeer. Le xviie siècle à l’aube de la mondialisation, 2009.

26 Th. Tanase, « Les envoyés pontificaux en Orient : ambassadeurs ou missionnaires (xiiie-xive siècles) », La figure de l’ambassadeur entre mondes éloignés (Orient islamique, Occident latin et Orient chrétien, xie-xvie siècles), éd. N. Drocourt, Rennes, 2015, p. 19-32.

27 Th. Tanase, Marco Polo, Paris, 2016.

© Éditions de la Sorbonne, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540