Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Histoire monde, jeux d’échelles et espaces connectés

 | 
Société des historiens médiévistes de l’Enseignement supérieur public

Les horizons du monde

L’océan Indien vers 1300

Le « monde » de ‘Izz al-Dīn al-Ḥalabī al-Kūlamī

The Indian Ocean towards 1300. The “World” of Izz al-Dīn al-Halabīal al-Kūlamī

Éric Vallet

Résumé

En 1303 arriva dans le port d’Aden un marchand richissime, connu sous le nom de ‘Izz al-Dīn al-Kūlamī. Juif d’Alep converti à l’islam, il revenait de Chine avec des navires chargés de biens précieux : soie, musc, porcelaine, étoffes de prix, et fit relâche au sud de l’Arabie avant de gagner l’Égypte où il finit ses jours. Beaucoup de sources, de l’Iraq à l’Égypte en passant par le Yémen, en ont conservé la trace : il était rare, en effet, de voir une telle accumulation de marchandises de valeur entre les mains d’un seul homme. Comment comprendre une telle réussite, et le caractère inhabituel qu’elle eut aux yeux de ses contemporains ? L’enquête historique, menée sur un ensemble de sources arabes, persanes et chinoises particulièrement riches autour de 1300, permet de mieux situer la réussite de ‘Izz al-Dīn par rapport à d’autres acteurs du commerce et des échanges, et de replacer son parcours par rapport aux réseaux qui ont progressivement émergé dans le sillage de la pax mongolica, notamment à partir de la prise de la Chine du Sud par les Yuan en 1279.

In 1303 the port of Aden witnessed the arrival of a fabulously wealthy merchant known by the name of Izz al-Dīn al-Kūlamī. The merchant was an Aleppine Jew who had converted to Islam. He was returning from China with ships laden with precious goods. There was silk, musk, china and costly fabrics. He was putting into port in the South of Arabia before heading for Egypt where his life would draw to a close. We find this man mentioned in a number of sources, from Iraq, Egypt and Yemen. It was, after all, unusual to find a single individual owning such a collection of valuable merchandise. How are we to understand this kind of success and its unusual character for the merchant’s contemporaries? From an historical investigation of Arab, Persian and Chinese sources which were particularly abundant around 1300 there emerges a far clearer picture of Izz al-Dīn and his success in comparison with other merchants involved in trade and commerce. We can further see how his story was an element in the networks that emerged gradually in the wake of the Pax Mongolica, especially after Southern China was occupied by the Yuan in 1279.

Texte intégral

  • 1 Voir, par exemple, la monumentale synthèse de P. Beaujard, Les mondes de l’océan Indien, Paris, 20 (...)

1L’océan Indien a constitué depuis les années 1980 un terrain d’observation privilégié pour l’histoire globale. La dénomination de « monde », qu’elle soit utilisée au singulier ou au pluriel, est aujourd’hui couramment appliquée à cet espace maritime et à ses régions bordières1. Cette notion présente l’intérêt de reconnaître une cohérence historique à cette aire océanique et ses pourtours, sans découper l’espace en fonction de dominations culturelles avérées ou supposées (les grandes « civilisations »). Cet usage n’est toutefois pas sans ambiguïtés. Outre le fait qu’il repose sur une comparaison explicite ou implicite avec le « monde méditerranéen » cher à Fernand Braudel, il renvoie parfois, dans un glissement de l’économique au culturel, à un usage plus systématique et englobant, consistant à isoler certains traits spécifiques communs dans les modes de vie, l’organisation sociale, comme s’il s’agissait d’en faire une aire homogène. Cette approche de l’océan Indien s’appuie volontairement sur une longue durée qui tend à lisser les aspérités de la documentation, ne pouvant se détacher d’une certaine linéarité. Mais pour qui et de quelle façon l’océan Indien constituait-il un « monde » avant le xvie siècle ?

  • 2 J. Le Goff, « L’occident médiéval et l’océan Indien : un horizon onirique », 1970, repris dans Pou (...)
  • 3 Voir E. Vagnon et É. Vallet (dir.), La fabrique de l’océan Indien. Cartes d’Orient et d’Occident ( (...)
  • 4 Selon le titre de J.-M. Sallmann, Le grand désenclavement du monde 1200-1600, Paris, 2011, qui rep (...)

2Tout à la fois « horizon onirique2 », marge/frontière de l’œcoumène et voie d’échange commercial, l’océan Indien est rarement présenté dans les sources antiques et médiévales comme un espace cohérent, pouvant être connu, parcouru et habité3. On a certes, de longue date, noté le basculement qui se serait produit aux xiiie-xive siècles, initiant le « grand désenclavement du monde4 » dont le Devisement du monde de Marco Polo et la Riḥla d’Ibn Baṭṭūṭa seraient emblématiques chacun à leur manière. Mais de quelle(s) expérience(s) du monde ces textes sont-ils représentatifs ? L’ambition totalisante de ces œuvres ne conduit-elle pas à gommer la part d’historicité, d’incertitude, de fragilité dans la construction de cette image d’un monde aux horizons largement communs ?

  • 5 IbnAbd al-Mağīd, Bahğat al-zaman fī ta’rīḫ al-Yaman, éd. ‘A. al-Ḥibšī et M. A. al-Sanabānī, Sana (...)

3Centrée sur une figure moins connue, celle de ‘Izz al-Dīn al-Ḥalabī al-Kūlamī, un grand marchand actif entre la Chine et le Proche-Orient au tournant des xiiie et xive siècles, cette brève étude s’interrogera sur la capacité de sources plus fragmentaires, issues de la matière chronographique du xive-xve siècle arabe, persane et chinoise, à saisir non seulement des traces de connexions à grande échelle, mais aussi certaines des représentations qui permettaient de leur donner sens aux yeux des contemporains. Notre point de départ sera un bref passage inclus dans une chronique composée au Yémen dans les premières décennies du viiie/xive siècle5.

  • 6 Les dates sont données selon le double calendrier hégirien (en premier) et grégorien (en second).
  • 7 Dans la terminologie géographique arabe, al-Ḫiṭā’ désigne la Chine du Nord (Cathay) tandis qu’al-Ṣ (...)
  • 8 Pour l’identification de ces deux villes, voir les notes 38 à 40.
  • 9 Le bahār et le raṭl sont des mesures de poids, variables d’une région à l’autre du Dār al-Islām. L (...)
  • 10 Le terme yašm renvoie ordinairement à la pierre de « jade » (« Yashm », EI², C. E. Bosworth, S. Bl (...)
  • 11 Les deux Sanctuaires, c’est-à-dire la Grande Mosquée de La Mecque et celle de Médine.
  • 12 Terme usuel pour désigner la taxe d’importation à Aden au cours de la période médiévale, dérivé de (...)
  • 13 Sultan rasūlide du Yémen entre 696/1296 et 721/1321.

En cette année-là [703/août 1303-juillet 13046] arriva un marchand du Bilād al-Ḫiṭā’, d’une ville appelée al-Ḫansā’ par la route d’al-Ṣīn7. Il navigua depuis la côte de Zaytūn (Quanzhou) dans des jonques (marākib al-zunk) vers Kūlam (Quilon)8. Le dit marchand était appelé ‘Izz al-Dīn ‘Abd al-’Azīz b. Manṣūr al-Ḥalabī et arriva à Aden avec des biens immenses. Il avait avec lui 300 bahār-s de soie – chaque bahār valant 300 raṭl-s de Bagdad9 – ; 450 raṭl-s de musc en grain (al-mufaġġar) dans des petits récipients en plomb (awānī al-raṣāṣ) ; une quantité impressionnante (ğumla mustakṯira) de porcelaine chinoise (al-faḫḫār al-ṣīnī) ; des récipients en grès vert (yašm)10 incrustés d’or – une bonne quantité de grands plateaux – ; une bonne quantité d’étoffes de couleurs différentes ; un ensemble de mamlouks et de femmes esclaves ; 5 raṭl-s de diamants (fiḍḍat almās). Il prétendit qu’il s’agissait d’une aumône pour les deux Harams11, que des marchands de cette contrée avaient envoyée par son intermédiaire. Les dîmes (‘ušūr12) sur ce qui était arrivé dans le port-frontière (ṯaġr) d’Aden la bien gardée furent fixées à 300 000 dirhams.
Lorsqu’il se fut installé à Aden, il partit pour la Noble Cour. Son Altesse Hizabr [al-Dīn al-Malik al-Mu’ayyad13] l’accueillit en le gratifiant généreusement. Il présenta devant lui des présents choisis et des objets précieux, ce dont [le souverain] fut comblé. Un décret les accepta, le sultan le couvrit d’une robe précieuse et lui donna des montures de choix. Il donna l’ordre par écrit de lui rendre le double de ce qu’il lui avait offert. Le Noble décret fut envoyé aux agents (nuwwāb) du port-frontière bien gardé, ordonnant de l’honorer et de le respecter. Il pouvait choisir de rester ou de partir. Il choisit le voyage en direction du Caire (Miṣr) et de sa province pour renouveler un engagement qu’il avait avec certains de ses habitants.
Il fit de nombreuses aumônes à son arrivée à Aden, alors que les gens connaissaient une famine terrible et une situation difficile. Il dépensa lors de cette disette (azma) des biens considérables. J’ai entendu d’une source digne de foi que cela avait dépassé plus de 100 000 dirhams. Il était très modeste, très affable, d’une mine débonnaire, et prodigue, car il était bon et pieux. J’ai appris qu’il avait construit une madrasa à Alexandrie, qu’il avait dotée de riches waqf-s et où il avait établi deux professeurs, l’un pour les šāfi’ites et l’autre pour les mālikites. J’ai appris aussi que l’on n’avait jamais vu, dans la succession des marchands de tous pays, arriver un tel marchand dans le port-frontière, mais la félicité de ce sultan conduit en son noble royaume des cohortes de bienfaits.

4Dans le port d’Aden, où, selon les dires d’un historien local du xe/xvie siècle, près d’une centaine de navires jetaient l’ancre chaque année, les riches négociants ne manquaient pas. Il fallait donc une situation assez exceptionnelle pour qu’un chroniqueur yéménite consignât avec force détails l’arrivée, dans les toutes premières années du viiie/xive siècle, de l’un de ces hommes d’affaires. ‘Abd al-’Azīz ibn Manṣūr al-Ḥalabī al-Kūlamī, plus connu sous le nom de ‘Izz al-Dīn al-Kūlamī, était originaire de la ville d’Alep. Revenant de Chine avec des navires chargés de biens précieux, il fit sensation en entrant dans ce qui était alors le principal port de la péninsule Arabique, avant de regagner l’Égypte et Alexandrie, où il s’établit jusqu’à sa mort en 713/1313.

  • 14 Sur cet auteur, voir É. Vallet, « L’historiographie rasūlide (Yémen, viie-ixe/xiiie-xve siècle) »,(...)
  • 15 Pour une analyse de cette cérémonie dans le contexte des relations entre les marchands et l’État r (...)

5La mention de son arrivée à Aden et en Égypte apparaît dans plusieurs sources arabes, écrites au Yémen, en Syrie et en Égypte au cours des viiie/xive et ixe/xve siècles, ce qui est rare pour un marchand. Le texte le plus détaillé, cité ci-dessus, qui est aussi le plus ancien, est tiré d’une chronique rédigée dans les années 720/1320 par un secrétaire de chancellerie yéménite, Ibn ‘Abd al-Mağīd (m. 743/1343), qui semble avoir bénéficié de témoignages de première main puisqu’il résidait à l’époque des faits, encore jeune homme, dans la cité marchande14. Au vu de son histoire et de ses fonctions à la cour, il n’est guère étonnant qu’Ibn ‘Abd al-Mağīd insiste particulièrement sur le contenu des cargaisons apportées par ‘Izz al-Dīn et sur la cérémonie qui se déroula à la cour du sultan du Yémen, à quelque 180 km au nord, dans la ville de Ta’izz, qui était alors la capitale du sultanat15.

  • 16 Il n’apparaît pas en dehors de la grande chronique d’al-Ḫazrağī (m. 812/1409), qui reprend mot à m (...)
  • 17 Al-Ḏahabī (m. 1348), Al-’ibar fī ḫabar man ġabar, éd. A. M. al-Sa’īd b. Basayūnī Zaġlūl, Beyrouth, (...)
  • 18 Celui-ci, après ses fonctions à la cour yéménite, exerça dans les années 730-740/1330-1340 en Syri (...)
  • 19 Il est probable que la source première se trouve chez le Damascène al-Ğazarī, bien informé sur les (...)

6Si ‘Izz al-Dīn al-Kūlamī n’attira guère l’attention d’autres auteurs yéménites16, plusieurs auteurs syriens ou égyptiens du viiie-ixe/xive-xve siècle lui consacrèrent une notice dans leurs recueils biographiques ou leurs chroniques17. Même s’il n’est pas exclu qu’ils aient eu connaissance du récit d’Ibn ‘Abd al-Mağīd18, les auteurs insistent ici surtout sur les premiers temps de la carrière de ‘Izz al-Dīn en Syrie et en Iraq, avant son retour et son installation ultime à Alexandrie, suivant ainsi une tradition indépendante de l’historiographie yéménite19. L’une des plus détaillées se trouve chez le célèbre historien et traditionniste Ibn Ḥağar al-’Asqalānī (m. 852/1449), lui-même très lié aux milieux marchands actifs dans la mer Rouge, le seul d’ailleurs à présenter ‘Izz al-Dīn explicitement comme lié au fameux Kārim, cette saison de navigation et de commerce qui reliait annuellement l’Égypte au port d’Aden depuis le xie siècle :

  • 20 Cette nisba a été lue à tort comme al-Kārimī par S. Labib, Handelsgeschichte Ägyptens im Spätmitte (...)
  • 21 Écoles élémentaires, dont le bâtiment était couplé avec une fontaine publique.
  • 22 Ibn ḤAğar al-’Asqalānī, Al-Durar al-kāmina…, op. cit. n. 17, II, p. 383, no 2450.

’Abd al-’Azīz b. Manṣūr al-Kūlamī20 ‘Izz al-Dīn, marchand du Kārim.
L’un des plus connus en raison de l’abondance de ses biens. Son père était un juif d’Alep qui se convertit à la fin du règne d’al-Ẓāhir [Baybars]. Il apprit l’art de la coupe [des étoffes] et gagnait sa vie avec. Il s’attacha à un marchand (tājir) pour cette raison. Ce dernier remarqua son talent et lui confia de l’argent pour quelques-unes de ses affaires (ḥawā’iği-hi). Il voyagea avec lui jusqu’au Bilād al-Ḫiṭā’. Il disparut un temps, puis revint à Alep avec beaucoup de soie. Puis sa fortune augmenta si bien qu’il avait six eunuques (ḫuddām) qui avaient chacun 200 000 dinars pour faire du commerce (li-l-tiğāra). Sa fortune augmenta encore ; il frappait les esprits par l’importance de sa fortune, à tel point qu’on était incapable de la dénombrer. Ainsi la taxe (maks) de ce qu’il présenta en Égypte en une seule année était de 40 000 dinars. Il était généreux dans ses dons, à la différence des habitudes des marchands (‘alā ḫilāf ṭarā’iq al-tuğğār), et prodiguait beaucoup de bienfaits et d’actes de piété. Il versait l’aumône légale (zakāt) sur sa fortune. On venait le trouver depuis les quatre coins du monde et il donnait sans compter. Il avait établi de nombreuses fondations religieuses (waqf) pour des maktab sabīl wabirr21. Il mourut à Alexandrie en 713 [1313-1314]. Karīm al-Dīn prit sur ses biens un coffre rempli de joyaux précieux inestimables22.

  • 23 Chez al-Maqrīzī, par exemple : « En 713, mort de ‘Izz al-Dīn ‘Abd al-’Azīz b. Manṣūr al-tāğir al-K (...)
  • 24 On notera ici l’interprétation donnée par Subhi Labib, reposant sur une série de raccourcis (Hande (...)
  • 25 Voir par exemple l’évocation de Rāmišt de Sīrāf (vie/xiie siècle), « connu pour l’abondance de ses (...)

7Tout comme Ibn Ḥağar, les autres historiens issus de l’Empire mamlouk insistent sur l’importance spectaculaire de sa fortune et de ses aumônes23. Ces notices syro-égyptiennes sont aussi les seules à nous informer sur sa carrière, une véritable success story, qui fit d’un tailleur, fils d’un juif d’Alep converti à l’islam, l’un des hommes les plus riches de son temps24. Il serait aisé de souligner le caractère stéréotypé des caractéristiques énumérées par ces notices. Comme dans nombre d’autres portraits de marchands25, le récit de vie de ‘Izz al-Dīn présente tous les signes d’un succès rendu légitime, approuvé par les hommes de religion, qui voyaient en lui un modèle de générosité et de piété. Toutefois, la lecture des textes concernant ‘Izz al-Dīn fait ressortir deux traits spécifiques qui doivent retenir notre attention : son itinéraire, assez précisément décrit, et la question des taxes qu’il eut à acquitter sur son chemin du retour vers le Proche-Orient.

  • 26 Anonyme, Irtifā’al-dawla al-mu’ayyadiyya, éd. M. Ğāzim, Sanaa, 2008, p. 119. Voir Vallet, L’Arabie (...)

8L’évocation des taxes se retrouve dans deux sources indépendantes, aussi bien à propos de son arrivée au Yémen qu’en Égypte. Relevons tout d’abord l’évaluation qu’Ibn ‘ Abd al-Mağīd donne de la taxe (dîme, ‘ushūr) qu’il paya à Aden : 300 000 dirhams, soit 75 000 dinars de compte selon l’équivalence usuelle dans le port. Le chiffre est tout à fait plausible. Selon le livre des revenus du sultan rasūlide al-Mu’ayyad, désormais connu sous le titre Irtifā’ al-dawla al-mu’ayyadiyya, un atlas fiscal et administratif rédigé aux alentours de 1300, le montant annuel de la taxe prélevée sur les importations de l’Inde dans le principal port de l’Arabie s’élevait à près de 215 000 dinars de compte26. Représentant 35 % de ce montant annuel, le chiffre donné par Ibn ‘Abd al-Mağīd reste dans l’ordre du vraisemblable, tout en soulignant le caractère exceptionnel de ces cargaisons appartenant à un seul homme.

  • 27 La date diverge ici avec celle donnée par Ibn ‘Abd al-Mağīd. Sans pouvoir exclure totalement que ‘ (...)
  • 28 Al-Šarīf al-Ḥusaynī, Mulaḫḫaṣ al-fiṭan wa-l-albāb wa-miṣbāḥ al-hudā li-l-kuttāb, Milan, H 130, fol (...)

9Une autre source yéménite, décrivant le fonctionnement de l’administration rasūlide dans la seconde moitié du xive siècle, confirme que l’arrivée de ‘Izz al-Dīn al-Kūlamī à Aden laissa également des traces au sein de la douane. Le sultan aurait, en effet, ordonné à cette occasion une modification du régime douanier pour un produit rare, la « rhubarbe de Chine » (rāwand ṣīnī), en passant à un système de prélèvement en nature, sans doute plus avantageux pour la cour rasūlide : « On s’est mis à prélever [la taxe] en nature (muqāsam) par décret (ḫaṭṭ) du sultan défunt al-Malik al-Mu’ayyad Dāwūd lors de l’arrivée de ‘Izz al-Dīn al-Ḥalabī de Kūlam en 701 [1301-1302]27 », alors que la taxe était jusque-là prélevée selon un taux fixe (10,5 dinars et 1 fils pour 10 mann-s de rhubarbe)28.

  • 29 Al-Qalqašandī, Ṣubḥ al-a’šā fī ṣinā’at al-inšā’, éd. M. ’A. Ibrāhīm, Le Caire, 1913-1920, VI, p. 4 (...)
  • 30 Voir ibid., p. 656-658 et, pour un aperçu synthétique, É. Vallet, « 1424. Les navires de Calicut s (...)

10La focalisation des sources yéménites sur cette question fiscale n’est pas étonnante, car la lourde taxation imposée à ‘Izz al-Dīn fut, semble-t-il, à l’origine d’une crise diplomatique entre Rasūlides et Mamelouks. Une lettre envoyée par le calife abbasside du Caire en 707/1307-1308 évoque en effet l’aumône d’un important négociant destinée aux Lieux saints, qui aurait été « détournée » par le souverain rasūlide29 : ne faut-il pas y voir une allusion directe à l’épisode relaté par les sources sur l’arrivée de ‘Izz al-Dīn à Aden, et, par là même, la raison justifiant le soin pris par Ibn ‘Abd al-Mağīd à souligner, a contrario, le bon traitement qu’avait reçu le marchand lors de son passage au Yémen ? Au-delà de cet aspect circonstanciel, l’imposition des taxes à la cargaison de ‘Izz al-Dīn posait également une question sous-jacente : celle du contrôle de la grande route du commerce maritime reliant l’Extrême-Orient à l’Égypte. Était-il entre les mains des puissances riveraines – au premier rang desquels les Rasūlides – ou de grands marchands libres d’affecter leurs biens à une cause pieuse supérieure ? Cette tension, rendue incidemment apparente au début du viiie/xive siècle, ressurgit de façon beaucoup plus nette dans les premières années du ixe/xve siècle, amenant une partie des grands armateurs marchands de l’Inde (nāḫūdhā) à finalement boycotter Aden pour le port de Jedda30.

  • 31 Les autres occurrences se rapportent aux grandes expéditions conduites par l’amiral Zheng He au dé (...)
  • 32 Voir « Ma’bar », EI², vol. V, p. 940-942 (A. D. W. Forbes).
  • 33 Voir India Traders of the Middle Ages : Documents from the Geniza of Cairo, éd. M. Friedman et S. (...)
  • 34 ENA 2739, fol. 16 (India Book 176), cité par S. D. Goitein, Letters of Medieval Jewish Traders, Pr (...)
  • 35 R. E. Margariti met bien en lumière cette segmentation pour le vie/xiie siècle à partir d’autres p (...)

11Tout aussi intrigant est le soin mis par le chroniqueur à évoquer l’itinéraire de ‘Izz al-Dīn (carte 1). Rares sont, en effet, les mentions de la Chine dans les sources yéménites, plus rares encore celles des jonques31. L’horizon oriental ordinaire des auteurs de la péninsule Arabique se bornait généralement aux ports de la côte occidentale et méridionale de l’Inde, allant du Gujarat au Malabar. Cette conception était au demeurant largement partagée dans le reste du Proche-Orient. Au-delà de la pointe sud du subcontinent indien, on basculait dans un autre monde, moins bien connu. Nul hasard si la région du Coromandel (Tamil-Nadu) était appelée couramment en arabe Ma’bar, littéralement « le passage32 ». Dans les lettres de la Geniza, qui furent rédigées sur le pourtour de l’océan Indien occidental au vie/xiie siècle, la Chine n’est ainsi jamais évoquée en tant que telle33. Plus encore, lorsque au début du viie/xiiie siècle, un marchand juif ayant longuement résidé en Inde veut relater ses voyages vers l’Asie du Sud-Est dans une lettre qu’il destinait à sa femme restée au Caire, il ne peut exprimer les choses autrement qu’en disant s’être rendu dans « les contrées situées au-delà du Ma’bar34 ». Si elle n’était plus tout à fait un « horizon onirique » pour les hommes du Proche-Orient, l’Inde demeurait bel et bien une frontière imaginaire, que l’on pouvait dépasser pour se rendre vers un « au-delà », à la fois inquiétant et riche de promesses. Une telle représentation mentale de l’espace n’a rien d’étonnant, tant elle recoupait la segmentation des itinéraires de navigation entre les bassins de l’océan Indien occidental et oriental, nettement visible pour la période du ve-viie/xie-xiiie siècle35. Il faut donc saisir toute la part de relative nouveauté qu’il y avait dans la mention d’un marchand arrivant en Arabie explicitement depuis le pays de Cathay (Bilād al-Ḫiṭā’). Certes, les circulations entre ces deux régions étaient loin d’être inexistantes auparavant, mais le fait même que l’une d’entre elles ait les honneurs de la chronique indique bien un écart par rapport aux perceptions ordinaires.

Carte 1. — L’océan Indien occidental au xiiie siècle

  • 36 Voir A. Rougeulle, « Medieval Trade Networks in the Western Indian Ocean (8th-14th Centuries). Som (...)

12Faut-il y voir un changement dans la nature et la perception de la route du Cathay depuis l’Arabie du Sud ? L’effet d’un rétrécissement des espaces perçus et vécus, qui semblait établir une connexion désormais directe entre la Chine et le Yémen ? Il est difficile de tirer d’un fait isolé l’interprétation d’un bouleversement de grande ampleur. Relevons simplement que l’étonnement du chroniqueur yéménite venait de la masse apparemment inédite des cargaisons de marchandises chinoises. Porcelaines et céladons, soieries et muscs étaient bien présents auparavant en Arabie36, mais dans des quantités relativement réduites, et arrivaient d’ordinaire mêlés aux produits venant de l’Inde, de l’Asie du Sud-Est voire du Golfe : tel n’était pas le cas de ‘Izz al-Dīn, qui apparut avec des cargaisons exclusivement composées de « chinoiseries ». Changement exceptionnel et sans lendemain immédiat peut-être, mais qui inscrivait cette proximité nouvelle avec la Chine comme source possible d’un bouleversement plus large des marchés proche-orientaux par l’arrivée d’un flux massif de produits extrême-orientaux.

  • 37 Voir D. Chen et L. Kalus, Corpus d’inscriptions arabes et persanes en Chine, 1. Province du Fu-Jia (...)
  • 38 Outre les références de la note précédente, voir D. Chen et D. Lombard, « Le rôle des étrangers da (...)

13Deux étapes essentielles du parcours de ‘Izz al-Dīn sont mentionnées dans le texte d’Ibn ‘Abd al-Mağīd. La première, Zaytūn, forme arabisée de Quanzhou, correspond au principal port de la Chine du Sud à la fin du viie/xiiie siècle37. Apparu au ve/xie siècle, le port avait bénéficié de l’impulsion donnée au commerce maritime par les Song du Sud, qui en avaient fait l’une des principales villes de leur État. Livré sans résistance aux Mongols en 676/1277, Quanzhou avait été conforté dans son rôle de principal débouché maritime du nouvel État, point de départ des ambassades et expéditions montées en direction de l’Asie du Sud-Est. À partir de la fin du viie/xiiie siècle, la ville avait connu une croissance rapide de la présence musulmane, manifestée par la construction de plusieurs mosquées. Les grands marchands venus du Proche et du Moyen-Orient y occupaient des positions en vue38.

  • 39 « Kūlam », EI², vol. V, p. 361-362 (C. E. Bosworth). Un témoignage particulièrement ancien et inté (...)
  • 40 Voir J. Richard, « Les navigations des Occidentaux sur l’océan Indien et la mer Caspienne (xiie-xv(...)
  • 41 Exemple de liaison maritime entre Aden et Kūlam en 728/1328 : al-Ğanadī, Al-sulūk fī ṭabaqāt al-’u (...)
  • 42 T. Sen, « The Yuan Khanate and India : Cross-Cultural Diplomacy in the Thirteenth and Fourteenth C (...)

14Un autre port, Kūlam (le Quilon des Latins, Julan pour les Chinois), revient avec insistance dans plusieurs des textes relatifs à ‘Izz al-Dīn. Cette cité de la côte du Kerala, à l’extrême sud de l’Inde, servait de relais entre les bassins oriental et occidental de l’océan Indien depuis une période reculée. Attestée par plusieurs sources arabes dès la seconde moitié du iiie/ixe siècle39, la cité est bien connue également des voyageurs latins, marchands et missionnaires, à partir de la seconde moitié du viie/xiiie siècle, de Marco Polo à Jordan Catala40. Tous les ans, des navires reliaient Kūlam à Aden : l’arrivée de navires depuis ce port était un fait banal41, mais l’insistance sur le lien direct qui unissait Kūlam et Quanzhou en une route continue avait, au-delà de son évidence maritime, un sens politique fort. À partir du début des années 680/1280, Kūlam s’était en effet retrouvée en ligne de mire d’une politique active menée par le pouvoir mongol des Yuan en Chine. Loin de s’arrêter aux rivages de la mer de Chine avec la chute définitive des Song en 678/1279, l’expansionnisme mongol s’était répandu dès la fin des années 670/1270 en direction de l’Asie du Sud et du Sud-Est. Alors que plusieurs expéditions militaires étaient montées contre le Japon (673/1274 et 680/1281), contre Burma (676/1277) et le Champa (678/1279), les annales chinoises officielles notent ainsi qu’arrivèrent à la cour yuan dans la seconde moitié de l’année 680/1280 plusieurs ambassades des différents États de l’Asie du Sud-Est, avec des missives et des présents tributaires signant reconnaissance de leur « vassalité » (chengchen). Kūlam, placée sous l’autorité d’un prince indépendant, est le point le plus occidental à avoir été concerné par cette diplomatie tributaire. Une première mission chinoise, envoyée en 678/1280, avait débouché sur la promesse du maître de Julan/Kūlam de manifester en retour sa soumission, sans que cela paraisse suivi d’effet. Lors d’une mission ultérieure, en ṣafar-rabī’I 681/mai-juin 1282, les chefs des communautés chrétienne syriaque et musulmane de Kūlam, qui représentaient les principaux marchands étrangers provenant de l’Asie occidentale, auraient demandé l’autorisation d’envoyer des missions tributaires annuelles à la cour de Chine, dont plusieurs mentions sont par la suite avérées42. Si, en termes militaires, l’expansionnisme mongol se solda dans la région par un échec, il semble avoir favorisé une exploitation plus intensive des flux du commerce, encadrés par une diplomatie active, au profit de groupes ou d’individus proches du pouvoir mongol.

  • 43 J. Chaffee, « Cultural Transmission by Sea. Maritime Trade Routes in Yuan China », Eurasian Influe (...)
  • 44 Voir notamment H. F. Schurmann, Economic Structure of the Yüan Dynasty. Translation of Chapters 93 (...)
  • 45 Yuan Shih, 94, p. 2401, cité par Chaffee, « Cultural Transmission by Sea… », loc. cit. n. 43, p. 4 (...)
  • 46 Sur Pu Shougeng et sa famille, l’étude de référence demeure à ce jour celle de J. Kuwabara, « On P (...)

15Comme l’a souligné John Chaffee, certaines figures de grands marchands sont particulièrement bien documentées au tournant du viie/xiiie et du viiie/xive siècle, tant dans la documentation chinoise qu’arabo-persane, signe du poids nouveau que ces personnages avaient acquis43. La forte polarisation de l’activité marchande entre les mains d’un petit nombre de familles musulmanes, qui parvinrent à cumuler de hautes charges administratives et la maîtrise de réseaux de commerce à longue distance, bénéficiant d’un accès privilégié aux capitaux de l’élite par le système des ūrtāq, a de longue date été notée44. Figure emblématique de ce petit milieu, l’administrateur d’origine arabe Pu Shougeng avait dû à son ralliement aux Mongols de conserver sa charge de surintendant du commerce maritime à Quanzhou. En 678/1279, il avait présenté, en compagnie du général Sögetü, un rapport destiné à « encourager les peuples barbares des mers du Sud à venir dans les ports chinois45 ». Bien que les mesures qu’il y réclamait ne fussent pas mises en œuvre, Pu Shougeng resta en place, à de hautes charges, jusqu’à sa mort en 696/1296, permettant à sa famille de détenir durablement une position éminente dans le négoce et l’administration financière du Fujian pendant près d’un siècle. Son gendre Fo Lian, également musulman, aurait possédé à la fin du viie/xiiie siècle une flotte de près de 80 navires46.

  • 47 Les études pionnières sur les Ṭībī de Jean Aubin (« Les princes d’Ormuz du xiiie au xve siècle », (...)
  • 48 Voir notamment pour une étude détaillée, Y. Qiu, « Background and Aftermath of Fakhr al-Dīn Ṭībī’s (...)
  • 49 Sur les stèles du sultan de Samudra, voir D. Lombard, Le carrefour javanais. Essai d’histoire glob (...)

16L’activité de la famille de Pu Shougeng n’est pas sans rappeler, à l’autre bout de l’Empire mongol, celle d’une autre grande famille de marchands-financiers-administrateurs, les Ṭībī, maîtres de l’île de Qays et d’une grande partie du Golfe, sous l’égide des Mongols Ilkhānides à la fin du viie/xiiie siècle. Sous la conduite de Ğamāl al-Dīn Ibrāhīm b. Muḥammad al-Ṭībī al-Sawāmilī (m. 706/1306), cette famille avait constitué un vaste réseau marchand reposant sur le contrôle de la navigation maritime depuis le golfe Persique en direction de l’océan Indien et de la mer de Chine, et sur une série de privilèges fiscaux à Qays même et en d’autres points de la grande route des mers du Sud47. La mainmise sur l’administration du Ma’bar/Coromandel, par l’intermédiaire de membres de la famille Ṭībī qui exercèrent la charge de vizir au service de la dynastie tamoule des Pāndyas entre les années 680/1280 et 720/1320, constituait en effet l’un des piliers essentiels du système Ṭībī. Nul hasard donc, si Faḫr al-Dīn al-Ṭībī, fils de Ğamāl al-Dīn, fut choisi pour mener une importante ambassade envoyée à la cour des Yuan par l’Ilḫān mongol entre 697/1297-1298 et 704/1305. Ce convoi fastueux manifestait de façon éclatante le rôle joué par un petit milieu de grands marchands dans l’établissement de réseaux d’échanges de longue distance entre les cours mongoles à la fin du viie/xiiie siècle48. De façon concomitante, l’apparition de principautés musulmanes marchandes autour de quelques étapes maritimes clés en Asie du Sud-Est, dont témoignent les stèles funéraires du premier sultan de Samudra (nord-ouest de Sumatra, m. 696/1296-1297) et de celui de Brunei (début viiie/xive siècle ?), paraît confirmer ce mouvement de densification et de hiérarchisation spectaculaire des réseaux entre le Ma’bar et la Chine, mené en apparence sous l’égide de l’islam49.

  • 50 Endicott-West, « Merchants Associations… », loc. cit. n. 44, p. 139-140.
  • 51 Voir par exemple, parmi les notices biographiques consacrées à Ğamāl al-Dīn al-Ṭībī, celle d’al-Ṣa (...)

17De Qays à Quanzhou, les liens qui unissaient entre eux les membres de cette oligarchie maritime nous échappent presque totalement, mais on notera que les sources insistent fortement sur l’identité musulmane de tous ces personnages. Qu’ils soient loués pour leur habileté dans les affaires marchandes, dénoncés pour leur cupidité dans certaines sources chinoises contemporaines50, ou encore magnifiés dans les sources arabes et persanes pour leur piété et leur générosité51, les grands marchands musulmans de la fin du viie/xiiie siècle se voient attribuer des traits idéal-typiques qui lient, chez tous, appartenance religieuse et capacité à l’accumulation (et à la redistribution) spectaculaire de richesses. Si cette association n’était pas une nouveauté, force est de constater sa prégnance à cette période : la fièvre mercantile de la fin du viie/xiiie siècle semble s’être accompagnée d’un discours très construit qui, pour certains, faisait de cette situation favorable dont bénéficiaient les musulmans sur la grande route maritime des épices le signe d’une bénédiction divine, prenant tout son sens au sein d’une économie religieuse circulaire du don et de l’aumône.

  • 52 T. T. Allsen, Commodity and Exchange in the Mongol Empire : A Cultural History of Islamic Textiles (...)

18Comment situer ‘Izz al-Dīn al-Ḥalabī al-Kūlamī dans cet univers où s’entremêlaient piété et recherche intensive du profit ? Les textes que nous avons rassemblés ne comportent pas d’indications suffisamment développées pour pouvoir reconstituer son parcours et ses attaches avec précision. Rien ne permet de dire qu’il ait été lié d’une manière ou d’une autre aux grandes figures que nous venons d’évoquer, même s’il ne fait aucun doute qu’il dut son succès à la protection mongole : comme l’a bien montré T. T. Allsen, le commerce des étoffes de prix, brodées au fil d’or et d’argent (nasīğ) – par lequel ‘Izz al-Dīn s’était, rappelons-le, tout d’abord illustré –, était particulièrement prisé des nouvelles élites dominantes de l’Empire mongol52. Mais, à Aden, ‘Izz al-Dīn ne s’était apparemment pas présenté comme marchand protégé du Grand Ḫān, mais plutôt comme porteur d’une « aumône pour les deux Harams que des marchands de cette contrée [la Chine ou bien al-Ḫansā’ ?] avaient envoyée par son intermédiaire ». S’agissait-il d’une façon habile de réclamer un traitement privilégié de la part des Rasūlides, justifiant par la cause pieuse la revendication d’une exemption douanière ? Ou doit-on y voir plutôt la manifestation de pratiques nouvelles qui accompagnèrent la structuration accrue des communautés musulmanes dans la Chine des Yuan ? Dans quelle mesure ‘Izz al-Dīn avait-il bénéficié de la protection des autorités mongoles, ou de sauf-conduits tout au long de la route, au moins jusqu’à Kūlam, garantissant le transport sans encombre de ses lourdes cargaisons ? L’ensemble de ces questions ne peuvent trouver de réponses à ce jour, même si la reconstitution de ce paysage mercantile des années 700/1300 laisse entrevoir des résonances particulières aux récits qui entourèrent la carrière de ‘Izz al-Dīn al-Kūlamī, et pose au grand jour la question de la répartition des richesses que générait la grande route des épices de la Chine à l’Égypte : revenaient-elles en définitive aux États qui la « protégeaient » ou aux marchands qui la faisaient vivre ?

  • 53 Voir F. Menant, M. Bourin, S. Carocci et L. T. Figueras, « Les campagnes de la Méditerranée occide (...)

19L’examen de quelques-unes des pièces les plus significatives du dossier ‘Izz al-Dīn, replacées dans un contexte politique plus large, a ainsi permis de faire apparaître quelques traits de ce que j’appellerais volontiers, pour faire écho à de suggestifs travaux récents et moins récents, la « conjoncture 130053 », en l’appliquant à l’espace que parcourt ce personnage. Ce territoire était à la fois un vaste monde – de la Chine au Proche-Orient – et un petit monde, celui d’une ancienne route maritime qui connut une nouvelle vigueur à la fin du viie/xiiie siècle, accompagnée d’une évolution de sa représentation non seulement dans l’espace, mais aussi dans le temps. Loin de se limiter à un simple phénomène de « décloisonnement » géographique, la globalisation fragile qui accompagna la pax mongolica semble s’être caractérisée par une intensification et une densification des contacts, conduisant à l’émergence de nouvelles formes d’identités collectives tout au long de la route maritime de la soie et des épices.

20Ce sont non seulement des discours, mais aussi des pratiques et des gestes (l’aumône spectaculaire de marchands, le prélèvement d’une taxe, la délivrance d’un sauf-conduit) qui donnaient sens à ces transformations, signifiant clairement que la route du grand commerce est-ouest n’était pas qu’affaire de marchands, mais qu’elle était aussi devenue un enjeu essentiel pour des puissances à vocation impériale, animées par des projets politiques concurrents, qu’il s’agisse de la « pacification » mongole menée par les Yuan ou de la conquête des « nouvelles frontières » du Dār al-Islām, de l’Inde des sultans de Delhi à l’Asie du Sud-Est des maîtres de Samudra Pasai. Dans l’Occident latin même, si la maîtrise du commerce des épices par les marchands musulmans était un fait connu et discuté par certains auteurs latins (notamment ecclésiastiques) dès la fin du xiie siècle, il est frappant de constater que c’est également à la fin du xiiie siècle que ce discours en vint à s’accentuer et se concrétisa par des actions réelles, comme la tentative des Génois d’acheminer en 689/1290 une flotte à travers la Mésopotamie pour tenter de prendre à revers les maîtres musulmans de la mer Rouge. Dans des contextes et des cadres différents, la question de la maîtrise de ce grand commerce asiatique semble être devenue pleinement un enjeu politique à la fin du viie/xiiie siècle, faisant de ‘Izz al-Dīn al-Kūlamī l’un des témoins de ce moment singulier de cristallisation de rapports de force et de domination sur ce fragile axe maritime. Mais si la somme de ces discours et de ces gestes était à même de construire un « monde » aux vastes horizons, elle était loin d’épuiser la multiplicité des sens que cet espace était encore susceptible de prendre.

Notes

1 Voir, par exemple, la monumentale synthèse de P. Beaujard, Les mondes de l’océan Indien, Paris, 2012, 2 vol., ou dans la production anglophone récente Trade, Circulation and Flow in the Indian Ocean World, éd. M. N. Pearson, Londres, 2015 (Palgrave Series in Indian Ocean World Studies). Sur la place de l’océan Indien et l’affirmation de la « thalassologie » dans le cadre de l’histoire globale anglophone, voir la mise au point récente de M. N. Pearson, « Oceanic History », A Companion to Global Historical Thought, éd. P. Duara, V. Murthy et A. Sartori, Malden (Mass.), 2014, p. 337-348, renvoyant à la bibliographie antérieure.

2 J. Le Goff, « L’occident médiéval et l’océan Indien : un horizon onirique », 1970, repris dans Pour un autre Moyen Âge : temps, travail et culture en Occident, Paris, 1977, p. 280-298.

3 Voir E. Vagnon et É. Vallet (dir.), La fabrique de l’océan Indien. Cartes d’Orient et d’Occident (Antiquité- xvie siècle), Paris, 2016.

4 Selon le titre de J.-M. Sallmann, Le grand désenclavement du monde 1200-1600, Paris, 2011, qui reprend néanmoins une analyse en termes de grands blocs civilisationnels.

5 IbnAbd al-Mağīd, Bahğat al-zaman fī ta’rīḫ al-Yaman, éd. ‘A. al-Ḥibšī et M. A. al-Sanabānī, Sanaa, 2008, p. 231-232. Toutes les traductions sont de l’auteur du présent article. Une paraphrase de ce texte a été donnée par G. Wiet, « Les marchands d’épices sous les sultans mamlouks », Cahiers d’histoire égyptienne, 7 (1955), p. 107-108.

6 Les dates sont données selon le double calendrier hégirien (en premier) et grégorien (en second).

7 Dans la terminologie géographique arabe, al-Ḫiṭā’ désigne la Chine du Nord (Cathay) tandis qu’al-Ṣīn correspond à la Chine du Sud. Al-Ḫansā’ est la forme arabisée de Hangzhou, ancienne capitale des Song du Sud, sans doute la ville la plus peuplée de Chine à l’époque. Marco Polo l’évoque dans le Devisement du monde sous le nom de « Quinsai ». Voir la notice « Khansā ou Khinsā », Encyclopédie de l’Islam, 2e éd. (abrégé ci-après EI²), IV, p. 1058-1059 (L. Hambis).

8 Pour l’identification de ces deux villes, voir les notes 38 à 40.

9 Le bahār et le raṭl sont des mesures de poids, variables d’une région à l’autre du Dār al-Islām. Le raṭl de Bagdad, en vigueur dans le port d’Aden, valait environ 400 grammes ; et le bahār (300 raṭl-s) environ 120 kg (voir W. Hinz, Islamische Masse und Gewichte, Leyde, 1965, p. 8-10).

10 Le terme yašm renvoie ordinairement à la pierre de « jade » (« Yashm », EI², C. E. Bosworth, S. Blair et J. M. Bloom), mais la suggestion a été faite qu’il s’agissait plutôt de grès vert de Longquan (anciennement désigné sous le nom de céladon) : voir A. Lane et R. B. Serjeant, « Pottery and Glass Fragments from Littoral, with Historical Notes », The Journal of the Royal Asiatic Society of Great Britain and Ireland, 2 (1948), p. 108-133, ici p. 115. Dans un autre passage de la chronique d’Ibn ‘Abd al-Mağīd évoquant la liste des présents envoyés lors d’une ambassade auprès du sultan d’Égypte en 704/1304 (op. cit., p. 235), l’auteur associe également « céramique en porcelaine chinoise et en yašm » (faḫḫār al-ṣīnī wa-l-yašm), comprenant « notamment des plats (ṣuḥūn), des bols (zubādī) et des plateaux (sakārij), d’une beauté indescriptible ». Les récipients en jade de grande taille étaient très rares, à la différence des plats en grès à couverte vert clair issus des fours de Longquan (autrefois appelés céladons) et exportés vers le Proche-Orient au viie/xiiie siècle (je remercie Axelle Rougeulle pour cette information).

11 Les deux Sanctuaires, c’est-à-dire la Grande Mosquée de La Mecque et celle de Médine.

12 Terme usuel pour désigner la taxe d’importation à Aden au cours de la période médiévale, dérivé de l’arabe ‘ushr (1/10e).

13 Sultan rasūlide du Yémen entre 696/1296 et 721/1321.

14 Sur cet auteur, voir É. Vallet, « L’historiographie rasūlide (Yémen, viie-ixe/xiiie-xve siècle) », Studia Islamica, 102-103 (2006), p. 46-49.

15 Pour une analyse de cette cérémonie dans le contexte des relations entre les marchands et l’État rasūlide, voir É. Vallet, L’Arabie marchande. État et commerce sous les sultans rasūlides du Yémen (626-858/1229-1454), Paris, 2010, p. 280-282.

16 Il n’apparaît pas en dehors de la grande chronique d’al-Ḫazrağī (m. 812/1409), qui reprend mot à mot Ibn ’Abd al-Mağīd sur cet épisode (Al-’Uqūd al-lu’lu’iyya fī ta’rīḫ al-dawla al-rasūliyya, éd. B. ’Asil, revue par M. al-Akwa’, Sanaa, 1983, I, p. 290 ; éd. ‘A. al-Ḥibšī, Sanaa, 2008, I, p. 405-406).

17 Al-Ḏahabī (m. 1348), Al-’ibar fī ḫabar man ġabar, éd. A. M. al-Sa’īd b. Basayūnī Zaġlūl, Beyrouth, 1985, III, p. 37 ; Al-I’lām bi-wafayāt al-a’lām, éd. M. ’A. ’Awaḍ et R. A. ’Abd al-Bāqī, Beyrouth, 1993, p. 489 ; al-Ṣafadī (m. 764/1363), A’yān al-’aṣr wa-a’wān al-naṣr, éd. ’A. Abū Zayd, N. Abū Rawša, M. Maw’id et M. S. Muḥammad, Damas/Beyrouth, 1998, II, p. 351 (‘Izz al-Dīn al-Kūlamī) ; III, p. 106-107, no 996 (‘Abd al-’Azīz b. Manṣūr al-Ṣadr ‘Izz al-Dīn al-Kūlamī al-Tājir) ; IV, p. 372-373, no 1535 (‘Izz al-Dīn ‘Abd al-’Azīz b. Manṣūr al-Ḥalabī al-Kuwaykī [sic]) ; al-Ṣafadī, Al-Wāfī bi-l-wafayāt, éd. A. F. Sayyid, Stuttgart, 1991, XVIII, p. 563, no 559 (‘Abd al-’Azīz b. Manṣūr al-Ṣadr ‘Izz al-Dīn al-Kūlamī al-Tāğir) ; Ibn ḥAğar al-’Asqalānī (m. 852/1449), Al-Durar al-kāmina fī a’yān al-mi’a al-ṯāmina, Haydarabad, 1348-1350, II, p. 383, no 2450 ; al-Maqrīzī (m. 845/1442), Al-Sulūk li-ma’rifat duwal al-mulūk, éd. M. M. Ziyāda et S.’A. ‘ĀšūR, Le Caire, 1973, II, 1, p. 132-133 ; Ibn Taġrībirdī (m. 875/1470), Al-Manhal al-ṣāfī wa-l-mustawfī ba’d al-wāfī, éd. M. M. Amīn et N. M. ‘Abd al-’Azīz, Le Caire, 1993, VII, p. 292, no 442 (‘Abd al-’Azīz b. Qayṣūr [sic]al-Ḫawāğā al-Tāğir al-Kārimī [sic] al-Ḥalabī al-aṣl al-Miṣrī al-dār al-Iskandarī) ; Al-Nuğūm al-zāhira fī mulūk Miṣr wa-l-Qāhira, Le Caire, IX, p. 229 (‘Izz al-Dīn ‘Abd al-’Azīz b. Manṣūr al-Ḥalabī al-Kūlamī).

18 Celui-ci, après ses fonctions à la cour yéménite, exerça dans les années 730-740/1330-1340 en Syrie. Sa chronique servit de base au récit de l’histoire du Yémen fait par al-Nuwayrī dans sa Nihāyat al-arab et elle est citée à plusieurs reprises par al-Ṣafadī. Il apparaît très probable que la phrase consacrée à ‘Izz al-Dīn (« On dit que ‘Izz al-Dīn al-Kūlamī est arrivé jusqu’à lui [= le sultan al-Mu’ayyad Dāwūd] avec de la soie, du musc et de la porcelaine, qui furent taxés [mā addā ‘ an-hu] 300 000 dirhams ») soit tirée d’Ibn ‘Abd al-Mağīd (Al-Ṣafadī, A’yān al-’aṣr…, op. cit. n. 17, II, p. 351).

19 Il est probable que la source première se trouve chez le Damascène al-Ğazarī, bien informé sur les mouvements des marchands syriens (son père avait longtemps commercé dans l’océan Indien), mais la partie des Hawādiṯ al-zaman couvrant les premières années du viiie/xive siècle n’a malheureusement pas été conservée. On ne trouve en tout cas aucune trace de ‘Izz al-Dīn chez son contemporain al-Yūnīnī, dont l’édition de la chronique a été récemment achevée pour les années 697-711 (Al-Yūnīnī, Ḏayl mir’āt al-zamān fī tārīḫal-a’yān, 697-711, éd. H. A. ’Abbās, Abou Dhabi, Hay’at Abū Ẓabī lil-ṯaqāfa wa-l-turāṯ, 2007).

20 Cette nisba a été lue à tort comme al-Kārimī par S. Labib, Handelsgeschichte Ägyptens im Spätmittelalter (1171-1517), Wiesbaden, p. 113.

21 Écoles élémentaires, dont le bâtiment était couplé avec une fontaine publique.

22 Ibn ḤAğar al-’Asqalānī, Al-Durar al-kāmina…, op. cit. n. 17, II, p. 383, no 2450.

23 Chez al-Maqrīzī, par exemple : « En 713, mort de ‘Izz al-Dīn ‘Abd al-’Azīz b. Manṣūr al-tāğir al-Kūlamī à Alexandrie pendant ramaḍān. Son père était un juif d’Alep connu comme al-Ḥamawī. Il se convertit et il envoya en voyage son fils ‘ Abd al-’Azīz avec ses biens, 500 000 dirhams [dans un autre manuscrit 50 000 dirhams], vers Bagdad et vers l’Inde. Il arriva en Égypte en 704 [1304-1305] avec des produits d’une valeur de 400 000 dinars. Il avait de la piété et il fit des aumônes » (Al-Maqrīzī, Al-sulūk, op. cit. n. 17, II, 1, p. 132-133).

24 On notera ici l’interprétation donnée par Subhi Labib, reposant sur une série de raccourcis (Handelsgeschichte…, op. cit. n. 20, p. 62) lorsqu’il fait du cas de ‘Izz al-Dīn la preuve d’une obligation de conversion à l’islam pour les Kārimis à partir du viie/xiiie siècle. Outre la compréhension faussée de ce qui « fait » un Kārimī, rien ne prouve que la conversion de ‘Izz al-Dīn ait été entraînée par sa participation au commerce.

25 Voir par exemple l’évocation de Rāmišt de Sīrāf (vie/xiie siècle), « connu pour l’abondance de ses richesses et son immense fortune » tout autant que pour ses somptueux présents à La Mecque (Ibn Ḥawqal, La configuration de la Terre, trad. fr. J. H. Kramers et G. Wiet, Paris, 1964, I, p. 277-278 [interpolation du vie/xiie siècle]), ou celle de Musallam al-Bālisī (viiie/xive siècle), « prodige de son temps pour ce qui est de la fortune », faisant des « aumônes en cachette » et à l’origine de la fondation d’une madrasa au Caire (Ibn ḤAğar Al- ’Asqalānī, Inbā’ al-ġumr bi-abnā’al-’umr, éd. Ḥ. Ḥibšī, Le Caire, 1969, I, p. 146-147).

26 Anonyme, Irtifā’al-dawla al-mu’ayyadiyya, éd. M. Ğāzim, Sanaa, 2008, p. 119. Voir Vallet, L’Arabie marchande…, op. cit. n. 15, p. 166, 197-202.

27 La date diverge ici avec celle donnée par Ibn ‘Abd al-Mağīd. Sans pouvoir exclure totalement que ‘Izz al-Dīn ait fait plusieurs passages à Aden, cette date ne remet pas en cause celle d’Ibn ‘Abd al-Mağīd, qui est corroborée par les sources syro-égyptiennes.

28 Al-Šarīf al-Ḥusaynī, Mulaḫḫaṣ al-fiṭan wa-l-albāb wa-miṣbāḥ al-hudā li-l-kuttāb, Milan, H 130, fol. 20v. Ce passage est traduit de façon vague par G. Rex Smith (A Medieval Administrative and Fiscal Treatise from the Yemen. The Rasulid Mulakhkhaṣ al-Fiṭan of al-Ḥasan b. ‘Alī al-Ḥusaynī, Oxford/New York, 2006, p. 47), qui comprend ainsi le terme muqāsam : Different proportions are taken on it [in kind]. Dans la note 465, G. Rex Smith fait allusion à un débat entre R. B. Serjeant et Cl. Cahen sur la signification de ce terme lors de leur étude commune du manuscrit. L’hypothèse de Cahen (« Ces expressions veulent dire que certains produits, taxés jusqu’alors ou ordinairement en monnaie à une somme fixe, sont retournés au régime originel de la dîme proportionnelle en nature »), écartée par G. Rex Smith, est toutefois confirmée par d’autres passages des archives rasūlides du port d’Aden (Voir Vallet, L’Arabie marchande…, op. cit. n. 15, p. 172-176).

29 Al-Qalqašandī, Ṣubḥ al-a’šā fī ṣinā’at al-inšā’, éd. M. ’A. Ibrāhīm, Le Caire, 1913-1920, VI, p. 422-425. Sur cette lettre, voir U. Vermeulen, « Une lettre du calife al-Mustakfī à Dāwud b. Yūsuf b. Rasūl (707 A. H.) », Egypt and Syria in the Fatimid, Ayyubid and Mamluk Eras, éd. U. Vermeulen et D. de Smet, Louvain, p. 363-371 ; et sur la crise de 705-707/1306-1308, Vallet, L’Arabie marchande…, op. cit. n. 15, p. 498-501.

30 Voir ibid., p. 656-658 et, pour un aperçu synthétique, É. Vallet, « 1424. Les navires de Calicut se détournent d’Aden au profit de Djedda », Histoire du monde au xve siècle, éd. P. Boucheron, Paris, 2009, p. 325-328. Sur les enjeux des relations entre pouvoir et marchands de l’aire indo-océanique, voir notamment les réflexions de S. Subrahmanyam, « Of Imârat and Tijârat : Asian Merchants and State Power in the Western Indian Ocean, 1400 to 1750 », Comparative Studies in Society and History, 37 (1995), p. 750-780.

31 Les autres occurrences se rapportent aux grandes expéditions conduites par l’amiral Zheng He au début du xve siècle et arrivées à Aden sur des zunk (jonques). Voir al-Ḥāsib, Al-Kitāb al-ẓāhirī fī ta’rīḫ al-dawla al-rasūliyya bi-l-Yaman, éd. ’A. al-Ḥibšī, Beyrouth, 2010, p. 198 (dhū al-ḥiğğa 821/janvier 1419), p. 210-211 (ṣafar 826/janvier-février 1423), p. 252 (ğumādā II 835/février 1432). Sur l’usage du terme dans les sources arabes et persanes, voir D. A. Agius, Classical Ships of Islam, from Mesopotamia to the Indian Ocean, Leyde/Boston, 2008, p. 67, 101, 106-107, 219-226, 261 et Y. Qiu, « A Note on the Etymology of Jūng », Newsletter for International China Studies, 5 (2012), p. 329-338.

32 Voir « Ma’bar », EI², vol. V, p. 940-942 (A. D. W. Forbes).

33 Voir India Traders of the Middle Ages : Documents from the Geniza of Cairo, éd. M. Friedman et S. D. Goitein, Leyde, 2008, p. 6.

34 ENA 2739, fol. 16 (India Book 176), cité par S. D. Goitein, Letters of Medieval Jewish Traders, Princeton, 1973, p. 223.

35 R. E. Margariti met bien en lumière cette segmentation pour le vie/xiie siècle à partir d’autres passages de la documentation de la Geniza : Aden and the Indian Ocean Trade. 150 Years in the Life of a Medieval Arabian Port, Chapel Hill, 2007, p. 150-154.

36 Voir A. Rougeulle, « Medieval Trade Networks in the Western Indian Ocean (8th-14th Centuries). Some Reflexions from the Distribution Pattern of Chinese Imports in the Islamic World », Tradition and Archaeology. Early Maritime Contacts in the Indian Ocean, éd. H. P. Ray et J.-F. Salles, New Delhi, 1996, p. 159-180. La présence de céramique chinoise en Arabie du Sud est bien attestée à partir du viiie siècle dans le port d’al-Shiḥr (Cl. Hardy-Guilbert et G. Ducatez, « Al-Šiḥr, porte du Ḥaḍramawt sur l’océan Indien », Annales Islamologiques, 38 [2004], p. 95-157) et le site de Sharma (Ḥaḍramawt) a révélé une concentration importante de matériel extrême-oriental pour les xe-xiie siècles (voir A. Rougeulle [dir.], Sharma. Un entrepôt de commerce médiéval sur la côte du Ḥaḍramawt [Yémen ca 980-1180], Oxford, 2015, en part. p. 277-321). Les premières données archéologiques et textuelles sur la présence de céramique chinoise en Arabie du Sud ont été rassemblées par Lane et Serjeant, « Pottery and Glass Fragments… », loc. cit. n. 10, p. 108-133.

37 Voir D. Chen et L. Kalus, Corpus d’inscriptions arabes et persanes en Chine, 1. Province du Fu-Jian (Quan-zhou, Fu-zhou, Xia-men), Paris, 1991, en particulier l’introduction historique, p. 15-57 ; B. K. L. So, Prosperity, Region, and Institutions in Maritime China : The South Fukien Pattern, 946-1368, Cambridge/Londres, 2000, p. 161-185 ; The Emporium of the World. Maritime Quanzhou 1000-1400, éd. A. Schottenhammer, Leyde, 2000 ; J. Chaffee, « At the Intersection of Empire and World Trade : The Chinese Port City of Quanzhou (Zaitun), Eleventh-Fifteenth Centuries », Secondary Cities and Urban Networking in the Indian Ocean Realm, c. 1400-1800, éd. K. R. Hall, Plymouth, 2008, p. 99-122.

38 Outre les références de la note précédente, voir D. Chen et D. Lombard, « Le rôle des étrangers dans le commerce maritime de Quanzhou (Zaitūn) aux 13e et 14e siècles », Marchands et hommes d’affaires asiatiques, éd. J. Aubin et D. Lombard, Paris, 1988, p. 21-29 ; J. Chaffee, « Muslim Merchants and Quanzhou in the Late Yuan-Early Ming », The East Asian ‘ Mediterranean’ : Maritime Crossroads of Culture, Commerce and Human Migration, éd. A. Schottenhammer, Wiesbaden, 2008, p. 115-132.

39 « Kūlam », EI², vol. V, p. 361-362 (C. E. Bosworth). Un témoignage particulièrement ancien et intéressant est livré par plusieurs plaques entérinant des donations faites à une église de rite syriaque oriental, contresignées par des marchands en arabe, judéo-persan et pehlvi (voir le travail en cours sous la direction d’E. Lambourn, comprenant une nouvelle édition des plaques), contemporain de la description des Aḫbār al-Ṣīn wa-l-Hind (849) (voir J. Sauvaget, Relation de l’Inde et de la Chine, rédigée en 851, Paris, 1948, p. 8, § 14).

40 Voir J. Richard, « Les navigations des Occidentaux sur l’océan Indien et la mer Caspienne (xiie-xve siècle) », Sociétés et compagnies de commerce en Orient et dans l’océan Indien. Actes du huitième colloque international d’histoire maritime, Beyrouth (1966), éd. M. Mollat, Paris, 1970, p. 354-363 et id., « Les missionnaires latins dans l’Inde au xive siècle », Studi Veneziani, 12 (1970), p. 231-242 ; Marco Polo, Le Devisement du monde, éd. R. Kappler, Paris, 2004, p. 192-193 ; Ch. Gadrat, Une image de l’Orient au xive siècle : les Mirabilia Descripta de Jordan Catala de Sévérac, Paris, 2005.

41 Exemple de liaison maritime entre Aden et Kūlam en 728/1328 : al-Ğanadī, Al-sulūk fī ṭabaqāt al-’ulamā’wa-l-mulūk, éd. M. Al-Akwa’, Sanaa, 1988, II, p. 610. Mention de produits de Kūlam taxés dans la douane d’Aden : Mulaḫḫaṣ al-fiṭan, ms. cité, fol. 19v-8.

42 T. Sen, « The Yuan Khanate and India : Cross-Cultural Diplomacy in the Thirteenth and Fourteenth Centuries », Asia Major, Third Series, 19/1-2 (2006), p. 299-326, plus particulièrement p. 306-308.

43 J. Chaffee, « Cultural Transmission by Sea. Maritime Trade Routes in Yuan China », Eurasian Influences on Yuan China, éd. M. Rossabi, Singapour, 2013, p. 41-59, p. 45. Pour un autre exemple de grand marchand, contemporain d’al-Kūlamī, d’origine bagdadienne, allé jusqu’en Chine et évoqué dans les sources mameloukes (Ibn al-Ṣayqal), voir al-Yūnīnī, Ḏayl mir’āt al-zamān fī ta’rīḫ al-a’yān, 697-711, op. cit. n. 19, I, p. 668-669, étudié par Y. Qiu, « A Short Report on Qaraqorum in al-Yunini’s Dhail mir’at al-zaman : on the Contemporary Arabic Maritime Merchants of Marco Polo », Marco Polo, Yangzhou and Silk Road, éd. X. Rong, Beijing, 2016, p. 327-342 (en chinois).

44 Voir notamment H. F. Schurmann, Economic Structure of the Yüan Dynasty. Translation of Chapters 93 and 94 of the Yüan-shih, Cambrige, 1956, p. 213-236 ; M. Rossabi, « The Muslims in the Early Yüan Dynasty », China under Mongol Rule, éd. J. D. Langlois, Princeton, 1981, p. 257-295 ; E. Endicott-West, « Merchants Associations in Yüan China : the Ortoy », Asia Major, 2/2 (1989), p. 127-154 ; Y. Yasuhiro, « Chinese and Muslim Diasporas and the Indian Ocean Trade Network under Mongol Hegemony », The East Asian ‘Mediterranean’…, op. cit. n. 38, p. 74-89.

45 Yuan Shih, 94, p. 2401, cité par Chaffee, « Cultural Transmission by Sea… », loc. cit. n. 43, p. 43.

46 Sur Pu Shougeng et sa famille, l’étude de référence demeure à ce jour celle de J. Kuwabara, « On P’u Shou-kêng », Memoirs of the Research Department of the Toyo Bunko (the Oriental Library), 2 (1928), p. 1-79 ; 7 (1935), p. 1-104.

47 Les études pionnières sur les Ṭībī de Jean Aubin (« Les princes d’Ormuz du xiiie au xve siècle », Journal asiatique, 1953, p. 77-137), Bertold Spuler (Die Mongolen in Iran : Politik, Verwaltung und Kultur der Ilchanzeit 1220-1350, Berlin, 1985, p. 123-127) et Ann K. S. Lambton (Continuity and Change in Medieval Persia : Aspects of Administrative, Economic and Social History, 11th-14th Century, Albany, 1988, p. 335-343) ont été depuis affinées et complétées par les travaux de Hikoichi Yajima (« Kish and the Indian Ocean Trade in the Mongol Period », Toyogakuho [Reports of the Oriental Society], 57 [1976]), Denise Aigle (Le Fārs sous la domination mongole. Politique et fiscalité xiiie- xve siècle, Peeters, 2005), V. F. Piacentini (« The Mercantile Empire of the Tîbîs : Economic Predominance, Political Power, Military Subordination », Proceedings of the Seminar for Arabian Studies, 34 [2004], p. 251-260) et Ralph Kauz (« The Maritime Trade of Kīsh during the Mongol Period », Beyond the Legacy of Gengis Khan, éd. L. Komaroff, Leyde, 2006, p. 51-67).

48 Voir notamment pour une étude détaillée, Y. Qiu, « Background and Aftermath of Fakhr al-Dīn Ṭībī’s Voyage : A Resurvey of the Interaction between the Ilkhanate and the Yuan around 1298 AD », Bulletin of Sinonica, Taibei, 2016 [version chinoise]. Je remercie très vivement l’auteur de m’avoir permis de consulter la version anglaise inédite de son article.

49 Sur les stèles du sultan de Samudra, voir D. Lombard, Le carrefour javanais. Essai d’histoire globale, Paris, 1990, II, p. 34 et Cl. Guillot et L. Kalus, Les monuments funéraires et l’histoire du sultanat de Pasai, Paris, 2008. Elizabeth Lambourn suggère que les stèles actuellement visibles sont de fabrication tardive (fin xve-début xvie siècle), venant peut-être remplacer des stèles plus anciennes (« Tombstones, Texts and Typologies : Seeing Sources for the Early History of Islam in Southeast Asia », Journal of the Economic and Social History of the Orient, 51 [2008], p. 252-286). Marco Polo évoque bien un « royaume de Samatra » (Devisement du monde, op. cit. n. 40, p. 172), mais peuplé « d’idolâtres sauvages » qui ont un « roi riche et grand » et « se réclament eux aussi du Grand Can ». Sur la stèle du sultan de Brunei : Ch. Da-Sheng, « A Brunei Sultan of the Early Fourteenth Century. A Study of an Arabic Gravestone », The Silk Roads. Highways of Culture and Commerce, éd. V. Elisseeff, New York/Oxford, 2000, p. 145-157.

50 Endicott-West, « Merchants Associations… », loc. cit. n. 44, p. 139-140.

51 Voir par exemple, parmi les notices biographiques consacrées à Ğamāl al-Dīn al-Ṭībī, celle d’al-Ṣafadī (A’yān al-’aṣr…, op. cit. n. 17, 1998, I, p. 119) qui exalte ses bienfaits (iḥsān) à l’adresse de la population, ou celle d’al-’Aynī (‘Iqd al-ğumān fī ta’rīḫ ahl al-zaman, éd. M. M. Amīn, Le Caire, 2010, IV, p. 439) qui souligne son inclination « pour la religion, la générosité, la charité, l’aumône et son fervent respect pour les dévots ».

52 T. T. Allsen, Commodity and Exchange in the Mongol Empire : A Cultural History of Islamic Textiles, Cambridge, 2002.

53 Voir F. Menant, M. Bourin, S. Carocci et L. T. Figueras, « Les campagnes de la Méditerranée occidentale autour de 1300 : tensions destructrices, tensions novatrices », Annales HSS, 66/3, 2011, p. 663-704.

Table des illustrations

Légende Carte 1. — L’océan Indien occidental au xiiie siècle
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/24888/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 135k

© Éditions de la Sorbonne, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540