Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Histoire monde, jeux d’échelles et espaces connectés

 | 
Société des historiens médiévistes de l’Enseignement supérieur public

Voir et décrire le monde

Comment penser les découvertes à la charnière des xve-xvie siècles : le monde vu par les Vénitiens

How to think about the Discoveries that Took Place at the Turn of the 15th and 16th Centuries: How the Venetians Saw the World

Nathalie Bouloux

Résumé

À la charnière des xve-xvie siècles, les découvertes géographiques commencent à modifier l’imago mundi héritée des Anciens. Venise, qui ne participe pas directement aux découvertes, est menacée par l’ouverture de la route de l’océan Indien par Vasco de Gama. Les informations relatives aux nouvelles routes arrivent à Venise par des canaux divers (relations orales, lettres, récits de voyage) et sont diversement interprétées. Certains sont incrédules et stupéfaits face à ces nouveautés (notamment l’ouverture d’une route africaine vers l’océan Indien), tant le modèle ptoléméen, qui dessine un océan Indien fermé, est fort dans certains milieux, tandis que d’autres en prennent acte et s’emploient à dessiner une nouvelle image du monde, toujours conjecturale, en vue d’adapter et de moderniser l’imago mundi des Anciens aux réalités modernes.

The geographical discoveries that took place at the turn of the 15th and 16th centuries began to modify the imago mundi that had prevailed since the Classical World. Venice did not play a role in these discoveries, and was threatened by the opening of the sea route to India by Vasco da Gama. Information about the new routes came to Venice through various channels (by word of mouth, letters. travelogues) and were subject to diverse interpretations. Some people had trouble believing this unprecedented news and were particularly skeptical about a route through the Indian Ocean and around Africa, for in certain milieux the Ptolmaic Model, with its enclosed Indian Ocean, was still predominant. Other people, on the other hand, accepted that these new discoveries were true and began the task of creating a new image of the world that, while still conjectural, would enable them to adapt and to modernize the Classical imago mundi.

Texte intégral

  • 1 Sur la conscience de la crise à Venise, voir B. Doumerc, « Les chroniqueurs vénitiens face à la gr (...)
  • 2 L’impatto della scoperta dell’America nella cultura veneziana, éd. A. Caracciolo Aricò, Rome, 1990 (...)

1À la charnière des xve-xvie siècles, les découvertes géographiques commencent à produire leurs premiers effets, notamment à partir du voyage de Vasco de Gama dans l’océan Indien en 1498-1499. Venise, cité dominant le contrôle des échanges avec l’Asie, ne joue pas un rôle déterminant dans ces événements. Elle est d’ailleurs dans une période de crise, où la menace de l’Empire ottoman, la conservation des territoires de Terre-Ferme, la lutte d’influence pour l’hégémonie en Italie du Nord, et plus globalement les guerres d’Italie qui culminent avec la formation de la ligue de Cambrai en 1508 et la défaite vénitienne d’Agnadel en 1509, sont des réalités immédiates qui réclament toute son attention1. Pourtant, Venise et les Vénitiens se sont constamment tenus informés des navigations portugaises dans l’océan Indien et de la découverte de terres nouvelles à la suite des voyages atlantiques inaugurés par Christophe Colomb. L’attitude des Vénitiens, marchands et patriciens, savants et humanistes, face aux enjeux que représente ce changement d’échelle dans les relations géopolitiques et économiques, a déjà fait l’objet d’assez nombreuses enquêtes, qui ont en particulier mis en évidence les inquiétudes de Venise, liées à l’ouverture de la nouvelle route vers l’océan Indien, et un intérêt plus tardif pour les découvertes atlantiques2.

  • 3 M. Milanesi, « Cartographia per un principe senza corte. Venezia nel Quattrocento », Micrologus, I (...)
  • 4 Voir A. Hiatt, Terra incognita. Mapping the Antipodes before 1600, Londres, 2008 ; Ch. R. Johnson,(...)
  • 5 Deux analyses éclairantes : M. Milanesi, « Le regard de la postérité. L’âge des découvertes vu au (...)

2L’angle d’approche choisi consistera à examiner les moyens et les conditions par lesquels les représentations spatiales ont permis de penser les découvertes et de les situer dans l’imago mundi, dans une cité où la culture géo-cartographique était très diffusée3. Il est nécessaire tout d’abord de se défaire de l’idée simple mais en réalité peu opératoire selon laquelle la découverte de terres nouvelles entraînerait une remise en cause totale de l’image « médiévale » du monde et ferait advenir une géographie moderne et plus exacte. D’assez nombreux travaux récents ont montré au contraire que c’est en s’appuyant sur les représentations spatiales héritées de l’Antiquité et du Moyen Âge que les savants de touts horizons ont été en mesure de penser les « découvertes géographiques4 ». Autrement dit, la découverte d’une « quatrième partie » du monde n’a pas en quelques années envoyé aux oubliettes les modalités « anciennes » de le penser. Il n’y pas de « mutation épistémologique rapide ». Du point de vue des représentations de l’espace, notre conception moderne du « nouveau monde », héritée en partie de l’historiographie du xixe siècle, ne correspond pas nécessairement aux représentations des savants et des moins savants à la charnière des xve-xvie siècles5.

3Il conviendra dans un premier temps d’évaluer la capacité des Vénitiens à détenir des informations fiables, puis d’analyser la manière dont ces informations ont été reçues, en examinant deux modes de réaction opposés : la stupeur face à ces nouvelles inouïes entraîne des formes de réticence dans la prise en compte de la nouveauté, tandis qu’à l’inverse, certains cherchent à comprendre la signification des découvertes et à modifier l’image du monde en conséquence.

Les conditions de la réception des découvertes

  • 6 Voir P. Sardella, Nouvelles et spéculations à Venise au début du xvie siècle, Paris, 1948 ; B. Dou (...)
  • 7 Marino Sanudo, Diarii, 1496-1533, éd. R. Fulin, F. Stefani, N. Bonazzi et al., Venise, 1880, t. IC (...)

4Les données relatives « aux découvertes » étaient bien connues à Venise, par les canaux les plus divers. Les marchands vénitiens, comme tous les marchands italiens, ont un réseau d’informateurs fiables, répartis dans toutes les grandes places méditerranéennes, en particulier en Syrie et en Égypte, où arrivent, avec les épices, les informations relatives aux événements de l’océan Indien. Il en va de même dans la péninsule Ibérique, où la présence des marchands italiens est ancienne6. Ainsi, Marino Sanudo insère dans son journal de nombreux documents relatifs aux découvertes, par exemple une lettre du marchand florentin Leonardo Nardi, actif à Lisbonne, où il collabore avec Bartolomeo Marchioni au sujet du convoi conduit par João Da Nova, rentré d’Inde en 15027.

  • 8 D. Weinstein, Ambassador from Venice. Pietro Pasqualigo in Lisbon, 1501, Minneapolis, 1960.
  • 9 Burke, « Early Modern Venice… », loc. cit. n. 6, p. 392 ; G. Lanciani, « Lunardo da Ca’ Masser, le (...)

5D’autre part, l’État vénitien a établi un réseau d’ambassadeurs, dont une fonction essentielle est de fournir des informations fiables. Domenico Pisani est ainsi envoyé en 1500 en Espagne, d’où il doit rejoindre Lisbonne, où il arrive en janvier 1501, accompagné de deux secrétaires, Matteo dit Il Cretico et Angelo Trevisan. La même année, Pietro Pasqualigo est à son tour envoyé à Lisbonne8. Les dirigeants vénitiens, inquiets de la situation au Portugal, dépêchent même dans les années suivantes un espion, Leonardo Da Ca’ Messer, avec pour mission d’évaluer les effets des découvertes portugaises pour Venise, ce qu’il fit dans un rapport adressé au Sénat9.

  • 10 Domenico Malipiero, Annali veneti dell’anno 1457 al 1500, éd. A. Sagredo, F. Longo, Archivio Stori (...)
  • 11 Paesi novamente retrovati et novo mondo da Alberico Vesputio Florentino intitulato, Vicenze, 1507.
  • 12 Pour une vue d’ensemble des textes italiens relatifs aux découvertes, voir le recueil G. Airaldi, (...)

6À Venise comme ailleurs, les récits de voyage relatifs aux « Grandes Découvertes » circulent. La lettre sur son premier voyage que Christophe Colomb envoie à Luis de Santángel a été publiée dès 1493. Dès cette année-là, le chroniqueur Domenico Malipiero insère un compte rendu précis de ce premier voyage dans ses Annali veneti10. Ces données sont aussi connues à Venise par un autre biais : en 1501, Angelo Trevisan, secrétaire de l’ambassadeur Domenico Pisani, envoie au même Domenico Malipiero quatre lettres au sujet du premier voyage de Colomb. Bien que s’étant entretenu directement avec Christophe Colomb, il tient surtout ses informations de la première décade du De orbe novo, écrite mais non encore publiée par l’humaniste milanais Pierre Martyr d’Anghiera, entré au service de la reine Isabelle de Castille. Enfin, dès les années 1506-1507 paraissent les premiers recueils qui diffusent les divers écrits relatifs aux découvertes. En particulier, l’édition procurée par Francanzio Da Montalboddo, parue à Vicence en 1507, rassemble des récits de voyages et des lettres de marchands italiens relatifs aux découvertes espagnoles et portugaises entre 1454 et 150411. La question est donc moins celle de la disponibilité des informations de toute nature (relations orales, lettres, récits de voyage) que la manière dont elles sont reçues, analysées et comprises12.

Comment penser les découvertes : stupeur, déni et sous-évaluation

  • 13 Sur les diarii, voir Chr. Neerfeld, Historia per forma di diaria. La cronachistica veneziana conte (...)
  • 14 On trouvera les notices relatives à la route des Indes ouverte par les Portugais dans R. Fulin, «  (...)
  • 15 Ne forono lettere de Alexandria de Zugno, che scriveno come per lettere dal Chaiero per homeni ven (...)

7Pour certains, la stupeur, voire l’incrédulité, domine. Girolamo Priuli (1475-1547), qui tient un journal des années 1494 à 1512, est un témoin de ce scepticisme. Écrit avec une grande liberté de ton et représentatif du genre nouveau des diarii, son journal est construit comme un témoignage personnel visant à établir la « vérité » sur les événements qui agitent la vie vénitienne13. Les nombreuses notations relatives à l’« opinion publique » sont précises et d’un grand intérêt. La première mention relative à la nouvelle route des Indes est précoce et date d’août 1499 (avant donc le retour de Vasco de Gama à Lisbonne en septembre)14 : selon lui, des lettres venues d’Alexandrie rapportent l’arrivée de trois caravelles armées par le roi du Portugal à Cholocut et à Adem, pour chercher le ixole disperse sous la direction de Colombo15. La confusion entre Vasco de Gama, car il s’agit ici de l’expédition de Vasco de Gama de 1498-1499, et Christophe Colomb a été notée depuis longtemps : il est difficile de dire si c’est le fait de Priuli lui-même ou si elle a pour origine les informations qu’il a reçues. Mais elle atteste en tout cas une sorte de confusion « spatiale » entre les deux grandes voies maritimes, celle de l’Afrique atlantique et celle de la traversée de l’Atlantique. Dans la suite du journal, les noms des capitaines n’apparaissent plus : ce sont les voyages et les réussites des Portugais qui sont une menace pour l’économie vénitienne et les découvertes atlantiques de terres nouvelles n’ont aucune importance à ses yeux, tant qu’elles ne constituent pas un risque pour le commerce vénitien.

  • 16 Ibid., p. 155. Plus loin : … molte cosse di grande maraviglia a li tempi nostri, et quaxi incredib (...)
  • 17 Et fo tenuoto questa nova, per li sapienti, che la fusse la pegior nova che mai la Republica venet (...)
  • 18 En juillet 1501, à la suite du retour d’un convoi qui a perdu sept navires sur treize : Multi judi (...)

8Cette première nouvelle est associée à une réaction de stupeur et de déni, sans doute partagée par beaucoup en 1499 : Questa nova et effecto mi par grandissimo, se è vero. Tamen io non li presto autenticha fede16. Puis le retour périodique des caravelles chargées d’épices à Lisbonne persuade dès 1501 Girolamo Priuli de la réalité de cette nouvelle route. Il analyse en marchand les effets de l’arrivée quasi annuelle des épices à Lisbonne : d’après lui, les commerçants européens, en particulier allemands, vont désormais s’approvisionner à Lisbonne, délaissant Venise, où les prix chutent, tandis que les marchands vénitiens constatent que la route habituelle par la Syrie et Alexandrie n’est plus aussi rentable. Aux yeux de Girolamo Priuli, ces nouveautés commerciales et géopolitiques sont plus graves et plus menaçantes pour la Sérénissime que la guerre contre les Turcs17. Il a une conscience aiguë des réalités du « nouveau monde » qui se met en place durant ces années, mais son journal témoigne aussi constamment des résistances de l’« opinion publique » à accepter ces mêmes réalités : d’après Girolamo Priuli, longtemps nombreux sont ceux qui minorent l’importance de cette nouvelle route en espérant que les dangers dus à sa longueur et aux difficultés de navigation la rendent trop incertaine pour être rentable18.

  • 19 Gautier Dalche, La Géographie…, op. cit. n. 4, p. 203-207.
  • 20 Sur la carte de Fra Mauro, voir l’édition procurée par P. Falchetta, Fra Mauro’s World Map, Turnho (...)

9Les modes d’appréhension des découvertes s’appuient certainement aussi sur des représentations spatiales influencées par une culture géo-cartographique forgée notamment sur la mappemonde ptoléméenne. S’il est impossible, et sans doute faux, de postuler l’existence d’une « seule » représentation du monde dans la Venise des dernières décennies du xve siècle, dans la mesure où, à Venise comme ailleurs, il n’existe pas une image du monde commune partagée par tous et qui ferait autorité, il n’en reste pas moins que la mappemonde ptoléméenne y est devenue d’une grande banalité. La réception de la Géographie de Ptolémée, plus précoce à Venise qu’on ne l’a longtemps cru, y a pris d’ailleurs très tôt des traits spécifiques, où dominent l’association/confrontation entre plusieurs types cartographiques19. Or, un problème posé par la réception de l’image du monde ptoléméenne, essentiel pour la question qui nous occupe, est celle du caractère ouvert ou fermé de l’océan Indien. Dans les grandes mappemondes antérieures au xve siècle et encore dans celle de Fra Mauro (vers 1450), l’océan Indien est dessiné le plus souvent comme ouvert, dans un monde entièrement circumnavigable20. Sur les cartes de Ptolémée, au contraire, l’océan Indien est fermé et ce sont les terres qui entourent les mers.

  • 21 Elle est décrite et reproduite par E. Woldan, « A Circular, Copper-Engraved, Medieval World Map »,(...)

10Une carte gravée sur une plaque de cuivre, connue sous le nom de « mappemonde de Wieder/Woldan », dessinée vraisemblablement à Venise dans les années 1485-1490, est une parfaite illustration des questions relatives à la conformation de l’orbis terrarum, avant que Bartolomé Dias franchisse le cap de Bonne-Espérance en 1480 et que Vasco de Gama accède à l’océan Indien. Elle offre un bel exemple de conciliation entre divers types cartographiques21. L’océan Indien est représenté sous la forme d’une mer fermée, de dimension similaire à celle de la Méditerranée. Le golfe Persique conserve des traits ptoléméens, dans le dessin et l’alignement avec la mer Caspienne. La côte atlantique de l’Afrique intègre les découvertes récentes des Portugais, en particulier dans le dessin du golfe de Guinée. Un océan circulaire entoure l’ensemble de l’œcumène, ce qui rend l’Afrique circumnavigable sans pour autant permettre de pénétrer dans l’océan Indien. La carte concilie aussi représentation ptoléméenne et chrétienne. Le paradis terrestre, associé à ses quatre fleuves selon la Genèse (2, 10-14), est représenté. Un fleuve, identifié implicitement avec le Geon, un des quatre fleuves du paradis généralement assimilé au Nil, y prend sa source, coule dans la vaste terra incognita du sud de l’œcumène et rejoint en Afrique un Nil au tracé ptoléméen.

11Ce serait un non-sens d’interpréter l’image du monde dessinée par cette carte comme un recul par rapport à celle de Fra Mauro, par exemple, pour qui l’océan est entièrement navigable, notamment l’océan Indien, tant la cartographie des Grandes Découvertes est en réalité conjecturale et problématique. Chaque carte est un exposé de la vision du monde du cartographe, des problèmes qu’il a rencontrés pour la dessiner et de sa manière de les résoudre. Ici, le cartographe propose une solution originale à la confrontation entre océan Indien ptoléméen et réalités modernes, qui concilie l’image du monde ptoléméenne et la notion de circumnavigabilité de l’Afrique. Mais il ne fait aucun doute qu’à ses yeux, l’océan Indien est fermé, ce qui rend la route des Indes par le contournement africain absolument impossible.

  • 22 Milanesi, « Cartographia per un principe… », loc. cit. n. 3, p. 204, n. 58.

12Marica Milanesi émet prudemment l’hypothèse que cette carte pourrait être liée au cartographe ptoléméen et humaniste Antonio Leonardi22. Or, celui-ci est aussi l’auteur d’une carte du monde dessinée dans le palais des doges en 1476, avec grand art d’après ses contemporains, qui a disparu dans l’incendie de 1483. Nous ne savons pas quel était l’aspect de cette carte, mais il n’est pas tout à fait impossible que les dirigeants vénitiens aient eu sous les yeux une carte de type ptoléméen qui représentait un océan Indien fermé, ce qui pourrait expliquer la stupéfaction de certains Vénitiens en apprenant l’arrivée de la flotte de Vasco de Gama dans l’océan Indien.

  • 23 Sur Sebastiano Compagni : R. Almagia, « Uno sconosciuto geografo umanista : Sebastiano Compagni »,(...)
  • 24 Sur ce point, voir mon mémoire d’habilitation, ibid., p. 169-170.

13Un indice renforçant cette hypothèse me paraît être l’attitude du neveu d’Antonio Leonardi, Sebastiano Compagni, formé par son oncle à l’art de la cartographie, ptoléméen et humaniste comme lui, auteur d’une vaste description du monde, dont la version finale est achevée en 150923. Le travail de Sebastiano Compagni consiste essentiellement à mettre en texte le monde moderne sur la base du monde ancien décrit par Ptolémée, qu’il considère comme le plus grand des géographes. Il cherche par conséquent constamment à montrer la crédibilité de Ptolémée et à expliquer ses erreurs en les justifiant. Ainsi, il transforme les découvertes océaniques de Christophe Colomb en un simple prolongement de l’archipel des Fortunées (c’est-à-dire des îles Canaries). Il défend Ptolémée en suggérant que l’absence de ces îles nouvelles dans la Géographie provient moins d’un défaut d’information du grand géographe antique que d’une contrainte cartographique. Le choix ptoléméen est de représenter l’œcumène sur une étendue de 180 degrés. Or les îles abordées par Colomb, qui appartiennent à l’archipel des Canaries, se trouvent au-delà, ce qui a contraint Ptolémée à ne pas les dessiner, Sebastiano Compagni sous-entendant par là que cela ne signifie nullement que le grand cartographe en ignorât l’existence24.

  • 25 Biblioteca Apostolica Vaticana, Vat. lat. 3844, fol. 258v.

14De cette façon, il minimise considérablement les découvertes de Christophe Colomb, mais il ne peut en revanche nier le contournement de l’Afrique par les Portugais. Ces faits contraignent Sebastiano Compagni à reconnaître l’erreur ptoléméenne : « À notre époque, les Portugais ont navigué pour des raisons commerciales sur la mer atlantique de Lisbonne vers les Indes, et ont découvert sans aucun doute que c’était un océan et une mer ouverte ; je ne peux assez m’étonner que Ptolémée se soit trompé sur ce point, lui qui veut que son pourtour soit entièrement encerclé par les terres, à la manière d’un lac dans la terre25. »

15Pour autant, il serait exagéré de penser qu’à Venise, tous tenaient l’océan Indien pour fermé. Il faut plutôt supposer des discussions relatives à l’ouverture ou à la fermeture de l’océan Indien. Quoi qu’il en soit, comme pour Sebastiano Compagni, la prise de conscience, après 1488, et plus sûrement encore à partir de 1499, non seulement de la possibilité de contourner l’Afrique pour atteindre l’océan Indien mais de la réalité de cette route, conduisait inéluctablement à abandonner la conception ptoléméenne de l’océan Indien, sans pour autant abandonner Ptolémée.

Comment penser le monde moderne : intégrer les découvertes dans le modèle ptoléméen

16Dans les premières années du xvie siècle, c’est bien encore le cadre ptoléméen qui permet de comprendre et de représenter les nouvelles routes océaniques.

  • 26 Girolamo Priuli, éd. citée n. 14, p. 156-158.

17En juin 1501, un nouvel ambassadeur vénitien, Pietro Pasqualigo, arrive à Lisbonne, assiste à l’arrivée des navires venus de l’océan Indien et fait un rapport aux sénateurs vénitiens. Girolamo Priuli s’en fait l’écho dans son journal et donne la teneur du rapport de Pietro Pasqualigo26. La route suivie par les navires portugais est décrite sur la base d’une identification des noms rapportés par les Portugais avec des noms savants antiques : le cap Vert est identifié à un cap dit Esperueras où sont les îles Experide, nom par lequel il désigne vraisemblablement les îles du Cap-Vert. Le nom Experueras correspond au nom ptoléméen déformé (Esperu Ceras) d’un promontoire où, d’après Pasqualigo, commence l’Éthiopie. Seule une carte ptoléméenne permet de comprendre ce passage : l’Éthiopie inférieure s’y étend, en effet, sur toute la largeur de l’Afrique méridionale.

18La suite du texte confirme que Pasqualigo décrit ou, plus vraisemblablement, a à l’esprit une carte de nature ptoléméenne modernisée. À partir du cap Vert s’étendent des terres inconnues des Anciens (ce qui correspond à la terra incognita de Ptolémée). La côte court ensuite vers le Levant (donc vers l’est), à 5 ou 6 degrés de la ligne équinoctiale (équateur). Ensuite se trouve le cap de Bonne-Espérance, au large de la Barbaria ; une fois le cap contourné, la route arrive au cap de Prassim, chiamato de li antiqui : c’est encore un toponyme ptoléméen (Prassum promontorium). On entre ensuite dans la mer Barbaricho (toujours Ptolémée) et la mer de l’Inde.

  • 27 Londres, British Library, Maps C2 cc. 4. Reproduction dans : A Map of the World Designed by Giovan (...)

19Les nouvelles recueillies auprès des « gens de mer » sont donc souvent comprises et interprétées par les savants et les humanistes en fonction de l’image du monde ptoléméenne, ce que confirme encore une carte conçue par le patricien vénitien Giovanni Matteo Contarini, désigné comme un « excellent connaisseur de Ptolémée », et dessinée en 1506 par le Florentin Francesco Rosselli, qui séjournait alors à Venise (1504-1508). Cette carte est l’une des premières à représenter les terres océaniques nouvelles, ce qui contredit d’ailleurs l’idée que les Vénitiens seraient surtout préoccupés par la route africaine27. La mappemonde dessine l’ensemble du monde connu, intégrant les nouvelles découvertes relatives à un orbis recens par l’extension de l’œcumène ptoléméen de 180 à 360 degrés. Le méridien d’origine passe par les Fortunées, divisant le monde en deux parties. La première représente le monde connu de Ptolémée, sur une extension de 180 degrés, présentant un prolongement de l’Afrique vers le sud, et un océan Indien ouvert. La seconde partie dessine les nouvelles terres : une masse australe, la Terra Sancta Crucis, nom donné au Brésil par le navigateur portugais Cabral lors de sa découverte en 1500, au nord de laquelle se trouve l’archipel découvert par Colomb où deux îles sont de taille importante, Hespaniola et Terra de Cuba. La carte représente l’Asie extrême-orientale sous la forme d’une péninsule s’avançant aux mêmes longitudes que les îles de Cuba et d’Hispaniola et que la Terra Sancta Crucis. Les îles découvertes par Colomb et la terre découverte par Cabral sont d’incontestables nouveautés. Mais le continent qui est représenté au-delà, qu’ont aussi abordé les navigations du Vénitien Cabot, entré au service de l’Angleterre, dans l’Atlantique nord (1497) est interprété comme l’Asie extrême-orientale. À l’est de l’Asie sont d’ailleurs dessinées l’île de Cipangu (le Japon de Marco Polo) et l’île de Java. Les concepteurs de la carte proposent d’identifier ces découvertes avec l’Asie, ce qui correspond à l’une des interprétations courantes au début du xvie siècle (et celle de Colomb lui-même).

  • 28 Elle est en partie effacée par la rognure de la carte : Nostrum quidem mare cum sinibus sibi iunct (...)
  • 29 Geographia, Rome, 1508, fol. 117v ; Gautier Dalché, La Géographie…, op. cit. n. 3, p. 298-299.

20Un détail confirme la vigueur des discussions sur l’ouverture ou la fermeture de l’océan Indien à Venise. Un cartouche extérieur à la carte, situé dans le coin inférieur gauche, décrit la Méditerranée, insiste sur son ouverture sur l’océan Atlantique par le détroit de Gibraltar28 et rappelle le caractère fermé de la Caspienne. Il est rogné dans sa partie inférieure : c’est ici que devait se trouver une mention relative à la fermeture de l’océan Indien selon Ptolémée (on distingue le mot Indicum), que l’on connaît par l’édition de la Géographie parue à Rome en 1508, procurée par Marco Beneventano en association avec le cartographe Jean Ruysch. L’édition romaine se signale, entre autres, par l’insertion d’une mappemonde présentant les terres nouvelles, précédée d’une longue explication de Marco Beneventano. Cette mappemonde est très proche de celle de Contarini-Rosselli, que connaît Marco Beneventano. Il la critique sévèrement, précisément en raison de l’insertion d’une légende rappelant le caractère fermé de l’océan Indien d’après Ptolémée, ce qui est en contradiction avec les acquis des navigations portugaises, et montre que le cartographe est un demi-savant29. Le détail n’est pas anodin : il confirme à mon avis les réticences de certains à Venise à admettre l’ouverture de l’océan Indien et l’attachement de certains humanistes vénitiens à l’imago mundi ptoléméenne.

21Ce cartouche est pourtant d’un grand intérêt, dans la mesure où il révèle une manière de penser le monde. En particulier, les références à la Méditerranée et à la Caspienne montrent une réflexion d’ensemble sur la répartition des mers à la surface du globe et, par voie de conséquence, sur la place de l’espace maritime réellement dominé par Venise. « Notre mer », pour désigner la Méditerranée, est bien sûr une appellation antique, mais c’est aussi la mer de Venise. La carte de Contarini-Rosselli fournit une vision vénitienne des implications des Grandes Découvertes. Elle permet de penser les nouvelles routes maritimes, non seulement celle assurée par le contournement africain, mais aussi celles qui se dessinent par la voie maritime occidentale. L’Asie est bien aux portes de l’Europe et Venise, située dans le monde ancien comme un pont entre l’Orient et l’Occident, est désormais éloignée de nouveaux circuits commerciaux potentiels.

  • 30 Sur Marcantonio Sabellico, voir F. Tateo, « Coccio, Marcantonio, detto Marcantonio Sabellico », DB (...)
  • 31 Caeterum quia extremi fines non sunt reperti, continens terra credita est (ibid., p. 222).
  • 32 Processit Petrus cognomento Alonsus in Curtanam terram, quam idcirco continentem arbitrati sunt, q (...)
  • 33 Ibid.

22Un dernier exemple d’une réflexion globale sur le sens donné aux découvertes se trouve dans une vaste histoire universelle de type humaniste parue en 1504, les Rapsodiae historiarum enneadum ab orbe condito ad annum salutatis humanae 1504, dues à Marcantonio Sabellico, humaniste d’origine romaine entré au service de Venise30. Ce ne sont pas ses intérêts géographiques qui l’amènent à décrire les nouvelles îles, mais son objectif, qui est de signaler, dans la partie contemporaine de son histoire universelle, les faits qui lui paraissent les plus significatifs. Les découvertes atlantiques illustrent la puissance nouvelle de l’Espagne, sous l’égide de Ferdinand d’Aragon et d’Isabelle de Castille. L’entreprise de Christophe Colomb, évoquée après la prise de Grenade de 1492, glorifie la capacité des souverains aragonais et castillans à ramener l’unité hispanique et à conduire l’expansion hispanique. Les îles sont présentées comme des archipels dans le prolongement des Fortunées, constituant un espace essentiellement insulaire, même si une île, au-delà de Cuba, appelée par les indigènes Iamaican, est peut-être un « continent31 ». Sabellico mentionne aussi le voyage du navigateur portugais Pedro Álvares Cabral vers l’Inde, et sa découverte possible d’une terre ferme32. En tant qu’historien, il s’intéresse aux populations indigènes et aux ressources naturelles, deux traits caractéristiques des récits de voyage. Son exposé se conclut sur le rappel des navigations africaines. Après avoir dépassé le cap de Bonne-Espérance, les navigateurs (les Hispani) pénètrent dans l’océan Indien, désigné par ses noms ptoléméens, où ils affrontent les marchands égyptiens et leur infligent une sévère défaite. Sabellico mentionne le retour des navires « hispaniques » chargés d’épices dix-huit mois après leur départ33. Ces nouveautés inouïes sont interprétées comme un événement historique majeur, dû à la prouesse des navigateurs hispaniques – sans distinction entre portugais et « espagnols » – qui poursuivent principalement un objectif commercial. Aux yeux de Sabellico, la grande nouveauté réside aussi dans la route océanique qui relie les Hispani à l’océan Indien. Elle constitue une menace pour Venise, par la concurrence commerciale directe qu’elle instaure et l’attitude agressive des nouveaux arrivants à l’égard des intermédiaires traditionnels des marchands vénitiens.

23Les modes de réception des Grandes Découvertes à Venise sont divers. On peut cependant opposer deux milieux : les marchands, patriciens pour la plupart, comme Marino Sanudo et Girolamo Priuli, et l’État vénitien sont surtout préoccupés par les effets immédiats des découvertes portugaises, le détournement de la route habituelle des épices, qui font peser un risque majeur sur la cité vénitienne ; de l’autre côté, les humanistes et les savants, tels Antonio Marco Sabellico et Matteo Giovanni Contarini, intègrent les découvertes, dans une large perspective historique pour le premier et dans une image du monde totale pour le second. Ils témoignent donc que la route atlantique vers les Indes est aussi prise en considération. Ils tâchent d’intégrer et de penser la totalité de la nouvelle image du monde dessinée par les navigations, toujours dans le cadre fourni par les géographes anciens, principalement Ptolémée. Mais ce ne sont là que deux grandes tendances, tant les milieux sont en fait poreux : Marc Antonio Sabellico se fait aussi l’écho des inquiétudes de l’État vénitien, qu’il sert, relatives à la route empruntée par les Portugais, tandis que c’est bien la mappemonde de Ptolémée qui permet au marchand Girolamo Priuli, par le biais de Pietro Pasqualigo, d’inscrire dans l’espace la route découverte par les Portugais.

  • 34 Analyse par Johnson, « Renaissance German Cosmographers… », loc. cit. n. 4.

24Du point de vue des connaissances savantes, l’arrivée des navires portugais en provenance de l’océan Indien met fin aux discussions cosmographiques entre les tenants d’une géographie ptoléméenne, où l’océan Indien est fermé, et d’une géographie « moderne », où l’océan Indien est ouvert. Les faits donnent raison à ceux qui pensaient l’océan Indien ouvert. Ce n’est cependant pas la victoire des « Modernes » sur les « Anciens », car, comme le rappelle Sebastiano Compagni, Ptolémée était le seul des géographes antiques à tenir que les mers étaient entourées de terres : son erreur se comprend moins en relation avec les découvertes modernes que dans le cadre de la géographie « savante » antique, où il tient la première place. Enfin, le monde de ce début du xvie siècle est tout entier conjectural : car si, à Venise, l’interprétation donnée aux découvertes atlantiques est majoritairement fondée sur l’idée que Christophe Colomb a atteint l’Asie extrêmeorientale, pour d’autres, notamment les cartographes humanistes de Saint-Dié dans les Vosges, en se fondant sur des documents de même nature, supposent que les terres découvertes à l’ouest, baptisées « Amérique », forment une vaste terre ferme faisant obstacle entre l’Europe et l’Asie34.

Notes

1 Sur la conscience de la crise à Venise, voir B. Doumerc, « Les chroniqueurs vénitiens face à la grande mutation de la fin du Moyen Âge : Marino Sanudo et Girolamo Priuli dans la tourmente », Monde(s) en mouvement. Mutations et innovations en Europe à la fin du Moyen Âge et au début de la Renaissance, éd. M. Cunin et M. Yvernault, Limoges, 2012, p. 67-77.

2 L’impatto della scoperta dell’America nella cultura veneziana, éd. A. Caracciolo Aricò, Rome, 1990. Pour une synthèse récente, au cadre chronologique large : D. Scruzzi, Eine Stadt denkt sich die Welt. Wahrnehmung geographischer Räume und Globalisierung in Venedig von 1490 bis um 1600, Berlin, 2010 ; sur les conséquences de la circumnavigation de l’Afrique par les Portugais, Cl. Judde de Larivière, Naviguer, commercer, gouverner : économie maritime et pouvoir à Venise ( xve-xvie siècles), Leyde/Boston, 2008, en part. p. 96 et suiv.

3 M. Milanesi, « Cartographia per un principe senza corte. Venezia nel Quattrocento », Micrologus, I saperi nelle corti, 16 (2008), p. 189-216 ; Venezia e la nuova oikoumene, éd. I. Baumgärtner, P. Falchetta, Rome, 2016.

4 Voir A. Hiatt, Terra incognita. Mapping the Antipodes before 1600, Londres, 2008 ; Ch. R. Johnson, « Renaissance German Cosmographers and the Naming of America », Past and Present, 191 (2006), p. 3-43 ; P. Gautier Dalché, La Géographie de Ptolémée en Occident ( ive-xvie siècle), Turnhout, 2009.

5 Deux analyses éclairantes : M. Milanesi, « Le regard de la postérité. L’âge des découvertes vu au xviie et au xviiie siècle », Médiévales, 58 (2010), p. 11-26 ; J. M. Mandosio, « Ange Politien et les “autres mondes” : l’attitude d’un humaniste florentin du xve siècle face aux explorations portugaises, ibid., p. 27-42.

6 Voir P. Sardella, Nouvelles et spéculations à Venise au début du xvie siècle, Paris, 1948 ; B. Doumerc, « Par Dieu écrivez plus souvent ! La lettre d’affaires à Venise à la fin du Moyen Âge », La circulation des nouvelles au Moyen Âge, Paris, 1993, p. 99-109 ; É. Crouzet-Pavan, « Les mots de Venise : sur le contrôle du langage dans une cité italienne », ibid., p 205-218 ; P. Burke, « Early Modern Venice as a Center of Information and Communication », Venice Reconsidered. The History and Civilization of an Italian City-State, 1297-1797, éd. J. Martin et D. Romano, Baltimore, 2000, p. 389-419.

7 Marino Sanudo, Diarii, 1496-1533, éd. R. Fulin, F. Stefani, N. Bonazzi et al., Venise, 1880, t. IC, col. 547 ; sur Leonardo Nardi, voir F. Guidi Bruscoli, « Fiorentini nelle Indie Orientali », Amerigo Vespucci e i mercanti viaggiatori fiorentini del Cinquecento, éd. M. Azzari, L. Rombai, Florence, 2013, p. 157-178, ici p. 163.

8 D. Weinstein, Ambassador from Venice. Pietro Pasqualigo in Lisbon, 1501, Minneapolis, 1960.

9 Burke, « Early Modern Venice… », loc. cit. n. 6, p. 392 ; G. Lanciani, « Lunardo da Ca’ Masser, legato e informatore della serenissima a Lisbona », Il letterato tra mit e realtà del Nuovo Mondo : Venezia, il mondo iberico e l’Italia, éd. A. Caracciolo Aricò, Rome, 1994, p. 307-314, ne traite de Leonardo Da Ca’ Masser que dans les dernières pages de l’article ; Scruzzi, Eine Stadt…, op. cit. n. 2, p. 78 ; U. Tucci, s. v. « Leonardo da Ca’Masser », Dizionario Biografico degli Italiani, 17, 1974, p. 84-86.

10 Domenico Malipiero, Annali veneti dell’anno 1457 al 1500, éd. A. Sagredo, F. Longo, Archivio Storico Italiano, 1843, VII, p. 313-314.

11 Paesi novamente retrovati et novo mondo da Alberico Vesputio Florentino intitulato, Vicenze, 1507.

12 Pour une vue d’ensemble des textes italiens relatifs aux découvertes, voir le recueil G. Airaldi, L. Formisano, La scoperta nelle relazioni sincrone degli italiani, Rome, 1996 (Nuova Raccolta Colombiana).

13 Sur les diarii, voir Chr. Neerfeld, Historia per forma di diaria. La cronachistica veneziana contemporeana a cavallo tra il Quattro e il Cinquecento, Venise, 2006.

14 On trouvera les notices relatives à la route des Indes ouverte par les Portugais dans R. Fulin, « Girolamo Priuli e i suoi diari », Archivio veneto, 22 (1881), p. 137-248.

15 Ne forono lettere de Alexandria de Zugno, che scriveno come per lettere dal Chaiero per homeni venuti de India intendevanno come a Choluchut et a Adem, in la India, citade principale, erano capitate tre charavelle del red di Portogallo, el qual le haveano mandate ad inquirir de le ixole disperse ; et che di quelle era patron il Colombo (ibid., p. 155).

16 Ibid., p. 155. Plus loin : … molte cosse di grande maraviglia a li tempi nostri, et quaxi incredibile… (ibid., p. 158).

17 Et fo tenuoto questa nova, per li sapienti, che la fusse la pegior nova che mai la Republica veneta potesse havere habuto, dal perdere la libertade in fuori. Et le guerre et li travagli che a hora et per alchuno tempo potesseno havere, erano di pocchissimo momento a rispetto di questo nova (ibid., p. 159).

18 En juillet 1501, à la suite du retour d’un convoi qui a perdu sept navires sur treize : Multi judichavano anchora questa nova non dovesse esser vera ; altri dicevano che il Re di Portogallo non potria continuar questa navigatione di Cholocut (ibid., p. 160).

19 Gautier Dalche, La Géographie…, op. cit. n. 4, p. 203-207.

20 Sur la carte de Fra Mauro, voir l’édition procurée par P. Falchetta, Fra Mauro’s World Map, Turnhout, 2006 (Terrarum Orbis, 5) et A. Cattaneo, Fra Mauro’s Mappa Mundi and Fifteenth-Century Venice, Turnhout, 2011 (Terrarum Orbis, 8).

21 Elle est décrite et reproduite par E. Woldan, « A Circular, Copper-Engraved, Medieval World Map », Imago mundi, 11 (1954), p. 13-16. Une autre reproduction se trouve dans Milanesi, « Cartographia per un principe… », loc. cit. n. 3, fig. 6.

22 Milanesi, « Cartographia per un principe… », loc. cit. n. 3, p. 204, n. 58.

23 Sur Sebastiano Compagni : R. Almagia, « Uno sconosciuto geografo umanista : Sebastiano Compagni », Miscellanea Giovanni Mercati, Cité du Vatican, 1946, vol. 4, p. 442-473 ; N. Bouloux, Ancien et moderne. La géographie de Sebastiano Compagni (1509), HDR, mémoire inédit.

24 Sur ce point, voir mon mémoire d’habilitation, ibid., p. 169-170.

25 Biblioteca Apostolica Vaticana, Vat. lat. 3844, fol. 258v.

26 Girolamo Priuli, éd. citée n. 14, p. 156-158.

27 Londres, British Library, Maps C2 cc. 4. Reproduction dans : A Map of the World Designed by Giovanni Matteo Contarini, Engraved by Francesco Roselli, 1506, Londres, 1926, 2nde éd. rev. E. Heawood, « A Hitherto Unknown World Map of A. D. 1506 », The Geographical Journal, 62/4 (1923), p. 279-293.

28 Elle est en partie effacée par la rognure de la carte : Nostrum quidem mare cum sinibus sibi iunctis in Adriaticum pelagus, in Propontidem, in Pontum paludemque Meotim exit in Occeanum per fretum tantum [ ?] Herculis, similitudine Chersonesis. Haec angusta pelagi ferme ischmium. Hyrcanum uero mare [ ?] dictum ab omni parte ambitur a terra Insule […] Indicum […].

29 Geographia, Rome, 1508, fol. 117v ; Gautier Dalché, La Géographie…, op. cit. n. 3, p. 298-299.

30 Sur Marcantonio Sabellico, voir F. Tateo, « Coccio, Marcantonio, detto Marcantonio Sabellico », DBI, 26 (1982), p. 510-515 ; R. Mazzacane, « La scoperta di un alter orbis in Marcantonio Sabellico », Columbeis IV, éd. A. Bognolo, E. Sarmati, G. Solimano, Gênes, 1990, p. 121-150. Le texte est édité dans G. Airaldi, L. Formisano, La scoperta…, op. cit. n. 12, p. 213-223.

31 Caeterum quia extremi fines non sunt reperti, continens terra credita est (ibid., p. 222).

32 Processit Petrus cognomento Alonsus in Curtanam terram, quam idcirco continentem arbitrati sunt, quia ad quadragies centum millia passuum per oram eremigata, tota lustrari non potuit (ibid.). Cabral accoste par hasard au Brésil lors d’un voyage affrété par la couronne portugaise en 1500, alors qu’il effectue la « volta » de l’Atlantique sud qui permettait aux navigateurs de trouver les vents portants.

33 Ibid.

34 Analyse par Johnson, « Renaissance German Cosmographers… », loc. cit. n. 4.

© Éditions de la Sorbonne, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540