Desktop versionMobile Version
OpenEdition Books

Esclaves et maîtres

 | 
M’hamed Oualdi

Deuxième partie. Adaptations et dissolution du corps mamelouk au temps des réformes (des années 1830 aux années 1880)

Chapitre 9. 1864, le printemps des « Bédouins », l’automne des mamelouks

Volltext

1En 1860, les mamelouks s’imposent dans les ministères, au Conseil suprême et dans les caïdats. À partir de 1882, ils sont à peine mentionnés par les résidents français qui prennent leurs fonctions à Tunis. Comment un ensemble jadis puissant est-il passé dans l’oubli, voire dans le rejet en moins de deux décennies ? La lente extinction des traites à partir des années 1810, la promotion croissante d’enfants du pays dès les années 1840, la redéfinition des relations entres princes et sujets à la fin des années 1850 nous ont déjà permis d’éclairer des phénomènes de dissolution du corps mamelouk, mais ces divers mouvements ne sauraient expliquer un rejet plus profond : la progressive condamnation des mamelouks dans des mémoires individuelles et dans une historiographie surtout modelée autour du basculement de la Tunisie dans la dépendance française.

  • 1 E. Franceschini, 1956, 991.

2Pour comprendre ce rejet, il faut, dans cet avant-dernier chapitre, s’arrêter un instant en 1864, au temps de la grande révolte qui embrase la province ottomane de Tunis. Nous avons commencé à le percevoir en abordant la mise en place de la Constitution, la perception négative des mamelouks, qui est commune à des pans entiers de l’historiographie de la Tunisie, toutes tendances confondues, de Jean Ganiage aux marxisants de l’après-indépendance, se cristallise durant cette décennie des années 1860. Le consul de France, de Beauval, et surtout le lieutenant-colonel Campenon, un instructeur militaire qui deviendra ministre de la Guerre entre 1882 et 18851, appliquent aux troubles qui agitent leur terre de mission une fiévreuse et obsédante grille d’interprétation : 1864 annonce une révolution des « Arabes » contre les mamelouks.

3Ce « printemps des Bédouins » (rabī‘ al-‘urbān), tel que l’a mis en valeur l’historien Taoufik Bachrouch dans une édition d’archives en arabe, fut-il pour autant uniquement dirigé contre les « esclaves » du bey ? Par ces interrogations, il s’agit moins de s’enferrer dans un débat polémique et factuel que de saisir de manière plus large ce qu’a signifié « se révolter contre » dans le beylik des années 1860. « Se révolter » et non plus seulement contester, en livrant cette fois des batailles rangées, en démultipliant les revendications écrites, en recherchant l’appui, la médiation, les relais cruciaux des puissances européennes. Contre les mamelouks ou contre le bey, contre les réformes ou pour le rétablissement d’un ordre perdu, les événements de 1864 disent d’autres relations à l’autorité, d’autres conceptions de l’obéissance et du service qui sont profondément liées à la fin du mameloukat à Tunis.

UN SOULÈVEMENT CONTRE LES MAMELOUKS ?

  • 2 L. Blili (2004, 51) repère ce premier « discours anti-mamelouk » relayé « dans l’opinion », mais e (...)
  • 3 B. Slama, 1967, 155, 178.
  • 4 J. Ganiage, 1969, 87 ; M. Bey, 1968, 1465 ; A. Martel, 1967, 94. D’une autre manière, K. Chater, 1 (...)

4Plus que les paroles des grands chefs tribaux2, ce sont les écrits hostiles à la domination mamelouke du lieutenant-colonel Campenon, du consul de Beau-val et de vice-consuls qui ont imprégné diverses études historiques à partir des années 1950. Les grilles d’analyse peuvent varier : premier mouvement national contre une occupation étrangère3 ; révolte sociale des opprimés contre les possédants… Le plus souvent, lorsque l’épisode est traité, le militaire et les représentants diplomatiques français sont appelés en renfort4. Il faut alors en passer par d’autres sources, par les rapports britanniques, les pétitions des révoltés et les mots des administrateurs du beylik pour rétablir les positions des mamelouks à de plus justes proportions, pour démêler ce qui est rejeté de ce qui est encore accepté parmi les représentants de l’autorité husaynide. C’est en fonction de ces distinctions que se dessinent les motifs et l’éclosion d’une révolte, l’ampleur de la répression beylicale et les effets de ces épisodes sur l’utilisation des mamelouks par des beys de Tunis.

L’officier, le consul et la tyrannie servile

  • 5 Mae, CP, Tunis, vol. 22, lieutenant-colonel Campenon au ministre de la Guerre, 31 mai 1862, f. 35 (...)

5Que dit au juste le lieutenant-colonel Campenon qui ait tant frappé ses lecteurs ? La force de sa parole réside tout d’abord dans la logique de son discours. L’ancien instructeur, qui a tant côtoyé de mamelouks à l’école militaire du Bardo, élabore une de ces visions si cohérentes qu’elles en viennent à fonder la renommée d’un mouvement de rébellion. Dans un rapport rédigé à Tunis, le 31 mai 1862, à l’adresse du ministre français de la Guerre, l’officier voit dans la promulgation de la Constitution la naissance d’un régime illégitime. La loi fondamentale, juge-t-il, a mis fin à l’autorité du bey. Privé de son pouvoir de justice confié à des tribunaux, le souverain a cessé « d’être en rapport avec le pays », il s’est coupé de ses sujets. Ses mamelouks en ont alors profité pour concentrer entre leurs mains tous les pouvoirs. Ils ont su protéger leur « tête » par l’article premier de la Constitution. Le nouveau cadre législatif n’a réjoui au final ni les sujets ni les protégés des beys. Un profond « malaise » a saisi le pays. L’« indigène » qui ne réclamait que le maintien des choses en l’état « n’est plus mangé par le cadi et le caïd » mais par « tous les membres [des] tribunaux5 ». Infidèles à leurs maîtres, hostiles aux Français, les mamelouks doivent être sermonnés puis combattus avant qu’il ne soit trop tard :

  • 6 Mae, CP, Tunis, vol. 22, lieutenant-colonel Campenon au ministre de la Guerre, 15 décembre 1863, f (...)

« […] Il est temps de résoudre en France la question suivante : est-il de notre intérêt de remplacer la famille des Beys, qui a dans le pays des racines séculaires, par un divan composé de Grecs, de Géorgiens et de renégats ? […] Il est prudent […] de les rendre enfin personnellement responsables du désordre que feront éclater nécessairement un jour leurs habitudes invétérées d’injustice et de rapacité6. »

6Le consul de Beauval partage, à la même époque, toutes ces opinions et plus encore. Dans sa correspondance avec Hortense Cornu – la filleule de Napoléon III à qui il devait sa nomination –, le représentant français ne cachait pas son mépris pour l’entourage du bey :

  • 7 M. Emerit, 1939, 225-226, lettre du 25 novembre 1863.

« Cinquante personnages au plus, élevés de l’état d’esclaves à la plus haute fortune, gouvernent le pays. […] Ils ont réussi à le lier par une Constitution qui les défend seuls7. »

7En pleine révolte, il affiche un soutien actif aux rebelles :

  • 8 M. Emerit, 1939, 221, lettre du 23 mai 1864.

« Je fais tout au monde pour bien faire savoir aux Arabes que nous sommes avec eux […]. Je viens de recevoir de bonnes nouvelles. Béja est pris ou va être pris par les rebelles8. »

  • 9 Mae, CP, Tunis, vol. 1, Lesseps, 15 janvier 1831, f. 164.
  • 10 Mae, CP, Tunis, vol., f. 352.
  • 11 O. Gay, 1861, 23. J. Ganiage, 1959, 431 ; A.-M. Planel, 2000, 158 : Français de la régence, favora (...)

8Aussi déterminés qu’ils puissent paraître, le consul et le militaire n’inventent pas une vision critique. En 1862-1863, ils ne font que durcir une des principales lectures du phénomène mamelouk, conçues par les observateurs européens de la province à partir des années 1780. Ils se situent dans le sillage des diplomates français qui se méfiaient des courtisans et du gouvernement par la faveur9. Ils amplifient les craintes d’un Deval qui redoutait dès 1833 une domination des mamelouks sur le pays10, ou les réserves d’un ancien fonctionnaire au Quai d’Orsay né à Tunis, Oscar Gay, qui déplorait en 1861 un « triste temps pour la Tunisie » sous tutelle mamelouke après avoir eu « à subir l’étreinte fatale de la domination turque11 ».

  • 12 A.-M. Planel, 2000, 106, le père du lieutenant-colonel Campenon était un colonel royaliste émigré (...)
  • 13 Mae, CP, Tunis, vol. 22, Beauval, 19 mars 1864, f. 117, vol. 22, 31 mai 1862, f. 39 v.
  • 14 E. Franceschini, 1956, 991.
  • 15 Mae, CP, Tunis, vol. 22, lieutenant-colonel Campenon au ministre de la Guerre, 31 mai 1862, f. 39 (...)

9Dans leurs radicalisations, Campenon et Beauval conjuguent des trajectoires politiques divergentes depuis la Révolution française : monarchisme12, républicanisme, bonapartisme de caserne et de salon, tentation de l’autoritarisme et refus de la tyrannie étrangère. Par fidélité à l’épopée napoléonienne, de Beauval adapte le message principal de la proclamation du général Bonaparte aux habitants du Caire en 1798 : tout comme en Égypte, les mamelouks de Tunis ont fait de belles contrées des terres de désolation qu’il faut libérer de la tyrannie servile13. Dans une évocation de sa première opposition au Second Empire14, Cam-penon reproche aux mamelouks d’avoir formé un « Conseil des Dix », analogue à la commission inventée par l’« Assemblée française en 184915 ».

  • 16 A.-M. Planel, 2000, 109.
  • 17 Mae, ADP (Affaires diverses politiques), 1850-1859, Tunis, Béclard, 16 septembre 1854, f. 255 v.
  • 18 P. Marty, 1935, 325-329 ; J. Ganiage, 1959, 126.
  • 19 B. Slama, 1967, 60.
  • 20 A. Temimi, 1970, 176. Mae, CP, Tunis, vol. 24, de Beauval, traduction du mémorandum anglais, 25 dé (...)

10Les continuités de l’engagement politique n’expliquent pas tout. La rancœur, la déception personnelle nourrissent la haine de Campenon à l’égard d’un pouvoir de second rang qui n’a pas su reconnaître ses talents. Son premier passage à la tête de l’école militaire du Bardo de 1852 à 1854 n’a pas convaincu Aḥmad Bey qui aurait préféré à sa place un ingénieur militaire16 ou un officier d’état-major17. Son retour à la même fonction à partir de 1862 a été suivi d’une série de déconvenues : l’officier a tenté d’améliorer la discipline, mais il a dû composer avec une « administration » et un « équipement » dans un état « lamentable ». Laissé sans solde durant un an, il a désiré mettre fin à sa mission, au plus vite. Démis de ses fonctions, il quitte le pays le 20 juillet 186418. Pour Campenon comme pour de Beauval, la lutte contre les grands mamelouks relevait surtout d’une question d’honneur patriotique. La Constitution défendue par les proches du bey et le consul britannique avait, pensait-il, réduit le prestige de la France impériale19. Le représentant anglais, Richard Wood, avait obtenu pour ses concitoyens une convention leur accordant le droit de posséder des biens immeubles dans la régence20.

  • 21 Ḍiyāf, 1989, vol. v, 172.
  • 22 Ḍiyāf, 1989, vol. v, 174 ; Pro, FO, 102/71, Santillana, Tunis, 30 avril 1864.
  • 23 Pro, FO, 102/71, Santillana, Tunis, 30 avril 1864 ; Mae, CP, Tunis, vol. 22, Campenon au maréchal (...)

11Campenon et de Beauval se concertaient dans leur assaut contre les grands mamelouks. Les deux hommes manquèrent à toutes les règles de la bienséance diplomatique lors d’une visite au bey, le 29 avril 186421. Accompagnés d’un amiral, du drogman Monge et d’autres agents du consulat, ils furent à l’origine d’une vive altercation avec le souverain et son Premier ministre. À son arrivée au Bardo, de Beauval n’annonça pas sa visite. Il entra sans prévenir dans la chambre d’audience beylicale. Après avoir pris place, il demanda à ce que le Premier ministre, Muṣṭafā Khaznadār, n’assiste pas à la conversation. Ce que le bey refusa. De Beauval réclama ensuite l’abrogation de la Constitution et le remplacement des ministres par des officiers français. Le souverain accéda à la première requête, mais refusa de se séparer d’hommes de confiance et d’expérience en situation de troubles. Mécontent, le consul attaqua de front le khaznadār. Il déplora l’enrichissement des ministres alors que le pays était plongé dans la misère22. À sa suite, le lieutenant-colonel Campenon ne put supporter de voir le khaznadār s’exprimer en arabe. Contre tous les usages, l’ancien instructeur du Bardo interrompit le grand vizir. Au « grand étonnement de l’amiral et de l’aide de camp » du consul, Campenon s’anima dans de violentes « gesticulations » et lança en arabe au chef du gouvernement : « Puisque vous quittez les affaires, tout est fini et le pays est en paix. » Le khaznadār, courroucé, coupa la parole à de Beauval et le bey avoua avoir été blessé à un grand degré23.

  • 24 Ḍiyāf, 1989, vol. v, 186.
  • 25 Pro, FO 339/92, Stevens à Wood, Sousse, 29 décembre 1864.
  • 26 Ḍiyāf, 1989, vol. v, 180.
  • 27 Mae, CP, Tunis, vol. 22, de Beauval, 14 juin 1864, f. 86.
  • 28 Mae, CP, Tunis, vol. 22, de Beauval, 25 juillet 1864, f. 225.

12Cet épisode n’était guère isolé. Durant cette année d’instabilité, les agents français ne cessaient d’outrepasser leur domaine de compétence. Ils s’ingéraient en sous-main dans les moindres affaires de la province. Le lieutenant-colonel Campenon et d’autres personnages « en relation avec le consul » engageaient des entretiens secrets avec des dignitaires du makhzen24. Parti de Tunis depuis l’été 1864, le lieutenant-colonel se serait ensuite acquitté à la fin de l’année d’une « mission incendiaire parmi les Arabes25 ». Le consul allait plus loin. Il diffusait de fausses lettres ou pour le moins des écrits d’origine indéterminée. Ibn Abī al-Ḍiyāf faisait état de missives attribuées au consul et à destination de ‘Alī b. Ġḏāhim, figure majeure de la révolte de 186426. De Beauval, lui-même, faisait part de ces écrits obscurs. Dans sa correspondance avec son ministère, il reproduisait la traduction d’une lettre dont il admettait ne pouvoir « établir ou contester [l’]autorité ». Et pour cause, nombre des formules protocolaires employées étaient inadaptées ou fort peu fréquentes27. La transcription d’un courrier regorgeait d’exagérations : un soi-disant « chef des insurgés » jurait qu’il avait renoncé à « hacher et broyer » en « bouchée de viande », le chef du camp, Ismā‘īl al-Sunnī ; il n’exigeait plus la « mort du Khaznadar et de ses adhérents », mais leur retour « sur la terre des chrétiens28 ». La violence de ces paroles était inédite. Elle tranchait avec le style plus modéré et parfois respectueux de ‘Alī b. Ġḏāhim, dans sa correspondance avec le pouvoir beylical.

  • 29 Mae, CP, Tunis, vol. 23, correspondances annexées à la lettre de de Beauval, 5 juin 1864.
  • 30 J. Ganiage, 1959, 224-225 : Jean-Henri Mattei fut l’agent consulaire de la France à Sfax à partir (...)
  • 31 A. Martel, 1967, 129.
  • 32 B. Slama, 1967, 62.
  • 33 T. Bachrouch, 202, lettre de l’amīr al-umarā’, Salīm Āġā al-A‘rāḍ, à Muṣṭafā Khaznadār, 1er mai 18 (...)
  • 34 A. Martel, 1967, 78. P. Grandchamp, 1935, vol. ii, 470.

13De Beauval, enfin, ne prenait pas en compte la majorité des témoignages de ses vice-consuls. Installés sur le littoral du beylik, la plupart de ses subordonnés à Mahdia, Monastir, Gabès ou Bizerte relevaient peu d’expressions de mécontentement contre les mamelouks29. Seul l’agent en poste à Sfax, Jean-Henri Mattei, y fut particulièrement sensible. Ce vice-consul fit preuve d’un grand zèle dans sa fonction de représentation30. D’après André Martel, il ne cessa « d’intriguer avec Léon Roches et de Beauval pour asseoir l’influence française et combattre le “parti anglo-turc” en 1857 et en 1864 ». « Ce Corse […] courtier en laines et en éponges », passé par le beylik voisin de Tripoli, maniait l’arabe et entretenait d’étroites relations « avec les tribus de l’intérieur31 », notamment « avec les Methelith32 ». Début mai 1864, le général Salīm Āġā de la région de l’A‘rāḍ révélait à Muṣṭafā Khaznadār « qu’un chrétien du pays de Sfax appelé le fils de Thomas (wald Ṭūmāṣ) avait écrit à quatre tribus », les incitant à la duplicité33. Jean-Henri Mattei pouvait en vouloir au Premier ministre : l’un de ses parents, le doyen des mamelouks « Selim Corso », avait été marginalisé par Muṣṭafā Khaznadār, relégué à la charge secondaire de caïd des Nefzaoua34.

  • 35 A.-M. Planel (2000, 498) relève que Nonce Rocca, maître d’école à Tunis et précepteur des enfants (...)

14Ingérences, exagérations, usages de faux, actions clandestines, tous ces débordements rendaient fort problématique le recours aux écrits de Campenon, Mattei et de Beauval : comment se fier à la parole d’hommes si obnubilés par leur haine des mamelouks35 ? Afin de se détacher d’une légende noire de la révolte – qui a contribué à son retentissement historiographique –, afin de déterminer à quel point les mamelouks furent la cible des mécontentements en 1864, il faut aussi s’ouvrir à d’autres regards, compléter ces premières perceptions par d’autres points de vue.

Le refus de réformes perturbatrices

  • 36 A. Chenoufi, 1990, 200 : lettre du consul général du Danemark à Tunis, Ch. Cubisol, au ministre d’ (...)
  • 37 Ch. Monchicourt, 1917, 3 ; A. Chahed, 2000, 52.
  • 38 Pro, FO 102/71, Wood à Russell, Sousse, 21 avril 1864.
  • 39 Pro, FO 339/92, le vice-consul à Sousse, Stevens à Wood, 21 avril 1864 ; le vice-consul à Sfax, Ca (...)

15Mis bout à bout, les fragments d’écrits de 1864 ne donnent pas à voir une révolte uniquement dirigée contre une « caste mamelouke ». Ces extraits retracent la trame plus étendue d’émotions d’« Ancien Régime ». Les rébellions y étaient surtout animées par le refus d’un alourdissement de la pression fiscale, l’insatisfaction devant les nouveautés réformatrices et la nostalgie pour un ancien ordre36. La majorité des pétitions et revendications dont rendent compte les autorités consulaires britanniques insistent tout d’abord sur le refus d’un doublement de la mejba. Cet impôt de capitation, établi en 1857, devait passer dès fin de l’année 1863 de 36 à 72 piastres par an et par adulte ayant dépassé l’âge de la puberté37. C’est après avoir refusé de payer la mejba que, en avril 1864, la tribu des « Ouled Abou Ghanem » rejoint la rébellion dans le caïdat du Kef38. C’est, de la même manière, « avec la ferme intention de résister à toute tentative de taxation personnelle » ou d’« abolir cette imposition » que les « Arabes » des régions de Sousse et de Sfax se soulèvent durant cette période39.

  • 40 T. Bachrouch, 1991, 274 : lettre de ‘Alī b. ‘Azzūz à Ibrāhim b. ‘Abbās, mai-début juin 1280 (ḥijja (...)
  • 41 Ant, SH, C. 184, d. 1029, arch. 18, les noms du šaykh Muṣṭafā b. ‘Azūz ou de ‘Aḥmad b. ‘Abd al-Mal (...)
  • 42 Ant, SH, C. 184, d. 1029, arch. 35.
  • 43 Ḍiyāf, 1989, vol. v, 150 ; trad. H. Karoui, La révolte de b. Ghadim, 23.

16Les révoltés de 1864 établissaient un lien entre l’aggravation de la pression fiscale et les transformations du makhzen. Les remises en ordre des réformes ne signifiaient que dévaluations, perturbations et contraintes pour des esprits fidèles aux temps des ancêtres. Dans un désir de restauration, des hommes des tribus des Majeur et Frāšīš, comme tant de sujets de la province, ne réclamaient rien d’autre que le retour aux « habitudes de leurs pères40 ». Près de deux décennies après l’abolition de 1846, des notables des tribus en étaient encore à solliciter le « retour à la vente des esclaves noirs telle qu’elle était pratiquée41 ». D’autres voulaient que la possession de ces ‘abīd soit de nouveau permise42. Ibn Abī al-Ḍiyāf assurait qu’au bout du compte les Bédouins étaient revenus à la raison lorsqu’il leur fut « répondu que cette abolition était universelle et que son abrogation entraînerait des troubles43 ». Cependant, la simple mention de ce désir démontrait la difficile acceptation d’une mesure perçue comme autoritaire.

  • 44 Mae, CP, Tunis, vol. 20, Rousseau, 6 octobre 1861, f. 222 r. M. Bey, 1968, 1461-1463 : assemblés l (...)
  • 45 Ant, SH, C. 184, d. 1029, arch. 18, 35, 37. Pro, FO 339/92, le vice-consul à Sousse, Stevens à Woo (...)
  • 46 K. Chater, 1978, 45.

17Par référence à ces temps immémoriaux plus « équitables », la justice des tribunaux était tout autant rejetée. La prétendue inefficacité de ces conseils avait suscité une manifestation de Tunisois devant le Bardo dès 186144. C’était la šarī‘a et « notre maître » le bey qui devaient trancher les affaires terrestres45. Ces mécontentements traduisaient le refus de relations indirectes avec le prince, dispensateur de justice. S’en remettre à des inconnus dans les tribunaux suscitait l’inquiétude ou la défiance. Dans le même ordre d’idées, l’instauration des troupes régulières avait dénaturé les liens de protection que les ra‘āyā, sujets de l’autorité, étaient en droit d’attendre des gens d’armes ou ‘askarī. Trente ans après l’instauration du niẓām al-jadīd, les militaires, enfants du pays, ne voulaient ou ne pouvaient y trouver leur place. Ils préféraient désobéir. Dans le Sahel, ils désertaient leurs casernes et regagnaient leurs foyers d’origine46. Début juillet 1864, à Msaken, les soldats refusaient « de se laisser enrôler » tant que durerait le gouvernement de Muṣṭafā Khaznadār. Ils ne voulaient pas « souffrir la faim et la misère pendant trente ans » :

  • 47 Mae (Nantes), Tunis, Consulat, Poste consulaire, Sousse, carton 9, du vice-consul Espina à de Beau (...)

« Maintenant qu’il a besoin de nous, le Bey nous rappelle sous les drapeaux, en nous promettant une bonne solde, mais nous savons que lorsqu’ils auront obtenu, lui et son ministre, ce qu’ils désirent, ils nous traiteront comme des chiens et ils nous donneront de l’huile rance et […] [de l’]orge moisie47. »

18Les serviteurs du bey participaient donc à ce mécontentement. En 1864, le makhzen fut paralysé par ses contradictions. La révolte dirigée par des chefs des tribus et des hommes parfois liés à l’État contre la fiscalité et contre les nouvelles institutions de la dawla ne visait pas les seuls mamelouks. Elle affectait l’ensemble des représentants et des symboles d’une administration en recomposition.

  • 48 Ḍiyāf, 1989, vol. v, 140-142 ; trad. H. Karoui, La révolte de b. Ghadim, 12-15.
  • 49 Ḍiyāf, 1989, vol. v, 164 ; trad. H. Karoui, La révolte de b. Ghadim, 37.
  • 50 Mae, CP, Tunis, vol. 22, de Beauval, 1er avril 1864, f. 147 r.
  • 51 Ant, SH, C. 180, d. 991, arch. 94, Rustum à Muṣṭafā Khaznadār, 29 octobre 1864 (28 jumādā I 1281).

19À Kairouan, des particuliers, dont un notable de la tribu des Riyāḥ, furent désignés aux fonctions de police (mašaykh al-šurtiyya). Ils se répandirent dans la région afin d’ôter aux caïds leurs cachets et leur pouvoir. Dans cette vénérable ville, les foules assemblées et composées, là encore, de Riyāḥ, s’en prenaient aux cavaliers du makhzen. Les sujets les menaçaient de s’emparer de leurs biens, « d’incendier leurs tentes et de déshonorer leurs femmes s’ils se rendaient au Bardo pour prêter main forte au gouvernement48 ». Les « Bédouins qui entouraient [un des chefs de la révolte] ‘Alī b. Ġḏāhim » se saisissaient, de leur côté, des cavaliers « chargés du courrier » de l’État. Ils les dépouillaient de leurs précieuses lettres, de leurs armes et de leurs montures49. Les bâtiments du beylik, les foyers de ses serviteurs n’étaient pas épargnés. Fin mars, « une ferme du khaznadar et le palais d’un général appelé à prendre l’initiative de la répression » étaient dévastés dans les « environs immédiats de Tunis50 ». À l’automne 1864, les maisons de soldats originaires du Sahel avaient été pillées alors que ces hommes accompagnaient le camp fiscal de l’État51.

  • 52 Pro, FO 339/92, le vice-consul à Sousse, Stevens à Wood, 18 juin 1864.
  • 53 A. Temimi, 2003, 115.
  • 54 K. Chater, 1978, 47.

20Quelles que fussent leurs origines, des conseillers et intimes du bey étaient honnis. Le vice-consul britannique en poste à Sousse rapportait que, d’un commun accord, les habitants de Msaken, la Qal‘a et des « Arabes » avaient réclamé en premier lieu « la chute de Si Mustapha, du Kaïd [juif] Nyssim et de Tahr Ben Ashour52 ». Dans ces petits pays, les origines étrangères et les confessions minoritaires ne commençaient à susciter le rejet que lorsque des Juifs, des chrétiens ou des convertis en venaient non plus à obéir à des musulmans, mais à les régenter. Les doléances, les mouvements de foule de l’époque dénonçaient l’ascension de certains juifs du Sahel, leur tendance à subvertir la hiérarchie établie. À Sfax, des Sebag furent dépouillés par des Arabes qui voulaient se venger des « spoliations et cruautés qu’ils avaient supportées » de cette famille de négociants-financiers53. À Sousse, des injures et des coups pleuvaient sur des « Israélites » qui osaient se coiffer de la chéchia54.

21Non loin des Juifs du bey, les mamelouks, représentants par excellence de la maison husaynide, étaient aussi dénoncés mais pas en bloc, du moins pas uniquement selon les grilles de lecture de Campenon, Mattei et de Beauval. Dans un contexte de contestation des réformes, des mamelouks étaient conspués parce que, accaparant les fonctions de gouverneurs, ils exerçaient une forme de tyrannie sur les sujets.

Le rejet de « caïds mamelouks »

  • 55 Mae (Nantes), Tunis, Consulat, Sfax, carton 13, du vice-consul Mattei à de Beauval, 24 mai 1864.
  • 56 P. Grandchamp, 1935, vol. ii, 207 : Mattei à Moulin, Sfax, 20 juillet 1865.
  • 57 Mae (Nantes), Tunis, Consulat, Bizerte, carton 3, du vice-consul Monge à de Beauval, 20 juin 1864.
  • 58 Pro, FO 339/92, Stevens à Wood, Sousse, 13 mai 1864 : They said, they did not wish to be governed (...)

22Si les mamelouks ne constituaient qu’un des segments de l’autorité visée par la révolte, malgré tout, les allégations du consul de Beauval et du lieutenant-colonel Campenon n’étaient pas dénuées de fondements. Des témoins venus d’horizons divers confirmaient avoir entendu des autochtones maudire et contester des mamelouks au nord du pays et sur le littoral oriental. Les vice-consuls de France peu cités par leur supérieur hiérarchique rapportaient çà et là l’hostilité populaire. En plus d’un Mattei qui a pu entendre, dans la grande mosquée de Sfax, un tonitruant « à bas les mamelouks » après la lecture d’un ordre du bey55 et qui certifiait qu’à « Djerba, on déteste le Bardo, les mamelouks et la dynastie56 », il fallait ajouter la courte mention d’un jour de souk à Mateur qui, selon le vice-consul de Bizerte, était encore et toujours animé par « du tapage afin de prouver une fois de plus que la quiétude n’aura lieu que quand les 36 piastres et les mamelouks auront été enlevés57 ». Les rapports français pouvaient surtout être recoupés par les observations d’homologues britanniques moins enclins à critiquer la Constitution et la légitimité des hommes du Bardo. À partir de Sousse, Stevens était entré en contact avec huit chefs de tribu qui lui avaient tous spécifié qu’ils « ne souhaitaient plus être gouvernés par des caïds mamelouks58 ».

  • 59 Ant, SH, C. 179, d. 979, arch. 1, amīr al-liwā Salīm à Muṣṭafā Khaznadār, 20 octobre 1864.

23Bien sûr, les dignitaires mamelouks se refusaient à relayer ces propos injurieux. Ils faisaient entendre des voix plus respectueuses. Dans un récit de son expédition vers Sousse, autour du 20 octobre 1864, le général Salīm certifiait que les habitants de Mahdia ne désiraient rien d’autre que la « victoire du bey59 ». Le Journal officiel, dirigé par le général Ḥusayn, se voulait fidèle à la ligne étatique. Au début du mois de mai, al-Rā’id al-Tūnisī niait toute réalité de rébellion :

  • 60 Pro, FO 102/71, traduction d’un article du 6 mai 1864 (29 al-qa‘da 1280) ; Ant, al-Rā’id al-Tūnisī(...)

« Il est certain que les nouvelles qui arrivent de l’intérieur de la régence relativement aux troubles qui ont eu lieu chez les Arabes et dans quelques villes, […] ne doivent pas inquiéter les habitants de notre capitale, car nous savons que ces nouvelles […] ont été inventées par les oisifs qui passent leur temps dans les cafés et dans les mauvaises réunions, pour donner des craintes aux […] pacifiques citoyens, à ceux dont l’intelligence est bornée et aux enfants60. »

  • 61 Ant, al-Rā’id al-Tūnisī, 28 décembre 1864 (29 rajab 1281), n° 21, 1-2.

24Le « président du conseil municipal » ne jugeait pas nécessaire de démentir les journaux étrangers car « ceux qui entendent leurs paroles sont des moins que rien ». Il se félicitait de ce qui « chagrinait l’ennemi » : la valeur des camps menés par ‘Alī Bey, Rustum et Aḥmad Zarrūq ; la faiblesse du « scélérat » ‘Alī b. Ġḏāhim et de « ceux qui l’ont suivi parmi les faibles d’esprit61 ».

  • 62 Pro, FO 339/92, Cashton à Wood, Sfax, 28 mai 1864.

25Exagérée par les représentants français, masquée par les autorités du beylik, pour partie confirmée par les rapports britanniques, la mise en cause des mamelouks était secondairement alimentée par leur origine étrangère. À Gabès, le vice-consul britannique Cashton avait bien entendu le général Salīm se faire qualifier de giara, sans que ce terme soit explicité62. Lors de l’assassinat de Farḥāt Āġā, à la mi-avril, « au pont romain », près du Kef, un employé français de bureau télégraphique estimait que « le mot de Chrétien aurait été prononcé hier », mais sans préciser à qui le terme était destiné. Ibn Abī al-Ḍiyāf se refusait à y voir une condamnation des mamelouks en tant qu’étrangers au pays :

  • 63 Ḍiyāf, 1989, vol. v, 148 ; trad. H. Karoui, La révolte de b. Ghadim, 20.

« On dit qu’ils ont demandé que ces clients de mamelouks ne soient plus préposés à les administrer. Si cela était avéré, ce n’est pas parce qu’ils ne sont pas nés dans le pays. Ils lui appartiennent, de toute façon, par allégeance car celui qui est investi du gouvernement d’un peuple, en fait partie63. »

  • 64 T. Bachrouch, 1991, 328 : lettre de ‘Alī b. Ġḏāhim à Muṣṭafā Khaznadār, 21 mai 1864 (14 ḥijja 1280 (...)
  • 65 Ant, SH, C. 179, d. 988, arch. 68 : les notables des Drīd, des Awlād ‘Ayār à Ismā‘īl Ṣāḥib al-Ṭābi (...)
  • 66 T. Bachrouch, 1991, 328 : lettre de Aḥmad al-‘Azūzī b. ‘Abd al-Malak à Muṣṭafā Khaznadār, 22 mai 1 (...)
  • 67 T. Bachrouch, 1991, 379 : revendications suivant la lettre de Muḥammad al-‘Abīdī à Sa‘d b. ‘Abīd, (...)
  • 68 Pro, FO 339/92, Stevens à Wood, Sousse, 13 mai 1864 : They added that the Kaids under whose rule t (...)

26Plus que leurs provenances incertaines, les mamelouks se voyaient surtout reprocher un accaparement des commandements locaux. Implicites ou explicites, les multiples avis et les réclamations allaient tous dans le sens d’une contestation du pouvoir accru des caïds mamelouks. La figure de proue de la rébellion, ‘Alī b. Ġḏāhim, dénonçait la tyrannie (jawr) des gouverneurs. Notre « maître », affirmait-il, a nommé, à la tête de « ses sujets, ceux qui n’ont aucune miséricorde et aucune compassion pour nous64 ». Des lettres regrettaient l’injustice de ces ‘ummāl65, appelaient au limogeage (‘azl) des caïds iniques66, à leur remplacement par des hommes des tribus67. Les huit chefs arabes que le vice-consul britannique de Sousse avait rencontrés expliquaient que leurs caïds « leur avaient extorqué des sommes considérables » ces dernières années et qu’ils souhaitaient leur faire rendre des comptes auprès du bey68.

  • 69 Ḍiyāf, 1989, vol. v, 178 ; trad. H. Karoui, La révolte de b. Ghadim, 51.

27Muḥammad al-Ṣādiq Bāšā Bey était lui-même convaincu que les « habitants du royaume et les Bédouins » sollicitaient moins un renvoi de son principal ministre que « la révocation des caïds et l’examen de leur comptabilité69 ». Ibn Abī al-Ḍiyāf jugeait, pour sa part, légitimes ces deux dernières revendications « afin de déterminer ce qu’ils ont extorqué et ce qui a été versé à l’État ». D’après le chroniqueur, ce que les sujets condamnaient, c’était la propension et la soif des mamelouks à dominer, à s’enrichir sur la misère d’autrui :

  • 70 Ḍiyāf, 1989, vol. v, 148 ; trad. H. Karoui, La révolte de b. Ghadim, 20-21.

« En vérité, ils ont exigé cela parce que la plupart de ces mamelouks, élevés dans le sérail, se comportent avec eux comme un maître avec ses esclaves : estimant que ce qu’ils leur prennent est un dû et que ce n’est que par pure sollicitude, qu’ils leur abandonnent quelque chose. Les mamelouks se font aider dans leur tâche par les notables qu’ils gagnent tantôt par l’intimidation, tantôt en éveillant leur convoitise. Et ils leur donnent, comme aux chiens, des miettes. En effet, selon un de leurs dictons, “l’arbre est brûlé par une de ses branches”70. »

  • 71 H. Karoui, 1973, 108.

28Des caïds mamelouks étaient donc dénoncés non du fait de leur statut servile mais en raison de leur abus aux charges de gouverneurs. Hachmi Karoui, dans son étude de la régence entre 1857 et 1877, avait bien restitué cette nuance : « La haine des Bédouins, des villageois et des faubouriens ne visait pas forcément les mamelouks en tant que tels. Elle visait un pouvoir arbitraire, despotique et spoliateur71. »

  • 72 T. Bachrouch, 1991, 328, ‘Alī b. Ġḏāhim à Muṣṭafā Khaznadār, 21 mai 1864 (14 ḥijja 1280).
  • 73 T. Bachrouch, 1991, 410-411, ‘Alī b. Ġḏāhim à Ismā‘īl Ṣāḥib al-Ṭābi‘, 25 juin 1864 (20 muḥarram 12 (...)

29D’ailleurs, des rebelles endossaient la qualité de mamelouk. Dans une lettre qu’il adressa à Muṣṭafā Khaznadār, le 21 mai 1864, ‘Alī b. Ġḏāhim ne se contentait pas de voir dans le principal ministre le « plus instruit de l’état des sujets de notre maître », il concluait sa correspondance en transmettant le « salut de vos serviteurs et de vos mamelouks », parmi lesquels il s’incluait72. Dans une autre lettre destinée un mois plus tard à Ismā‘īl Ṣāḥib al-Ṭābi‘, en route pour négocier avec les tribus rebelles, ‘Alī b. Ġḏāhim rejetait cette fois les vices du Khaznadār, mais voulait voir dans le Ṣāḥib al-Ṭābi‘ un père73 nourricier.

30Les sujets de la province ne confondaient pas tous les caïds mamelouks dans une même réprobation. Dans un rapport commandé par de Beauval, le vice-consul Mattei assurait que certains mamelouks étaient plus appréciés que d’autres auprès des autochtones :

  • 74 Mae, CP, Tunis, vol. 22, f. 232 r. : rapport du vice-consul à Sfax, Mattei à de Beauval, 22 juille (...)

« Les indigènes voient d’assez bon œil Si Selim, Si Rechid, Si Mohammed caïd de Sousse, Si Moustafa l’Aga, si Ismaïl Sounni, et ils voudraient bien les voir occuper les premières places auprès du Bey. Par contre, ils ne veulent point entendre parler des amis ou gendres du Khaznadar tels que Roustan, Khaireddin, et Ahsin, “ce sont tous des Grecs, disent-ils, et nous avons été assez longtemps la dupe de ces infidèles”74. »

  • 75 M. Gandolphe, 1918, 145.
  • 76 Mae (Nantes), Tunis, Consulat, Poste consulaire, Sfax, carton 13, de Beauval à Mattei, 27 mai 1864
  • 77 Mae (Nantes), Tunis, Consulat, Poste consulaire, Sousse, carton 9, Espina à de Beauval, 11 août 18 (...)

31Pour intéressant qu’il fût, ce classement était douteux. Ḥusayn (ou Ḥsīn à l’oral), Khayr al-Dīn et Rustum n’étaient pas grecs mais circassiens. Ils s’étaient retrouvés du mauvais côté parce qu’ils avaient été les protégés de Muṣṭafā Khaznadār. Néanmoins, les simples critères d’approbation et de réprobation qui déterminaient cette courte typologie guidaient des pratiques de révolte. Certains mamelouks étaient moins bien traités que d’autres : le général Murād fut enfermé dans la casbah de Sfax, attendant fin mai l’intervention de secours du général « Osman75 », et ce dernier ne cessa de recevoir un accueil hostile dans de nombreuses villes de la côte sahélienne. Le « peuple » sfaxien menaça de le tuer, fin mai, lorsqu’il apprit que le général était là pour « prendre possession des forteresses de la ville76 ». En plein mois d’août, les habitants de Sousse voulaient à leur tour « suivre l’exemple de Monastir, c’est-à-dire chasser de ses murs le général Si Osman77 ».

  • 78 Ḍiyāf, 1989, vol. v, 166-167. Par la suite, des « tribus insurgées menacent de faire rendre aux Ar (...)
  • 79 Pro, FO 102/71, Stevens à Wood, Sousse, 4 juin 1864. M. Gandolphe, 1918, 143.
  • 80 Ḍiyāf, 1989, vol. v, 168 ; trad. H. Karoui, La révolte de b. Ghadim, 40.
  • 81 Pro, FO 339/92, Stevens à Wood, Sousse, 29 mai 1864. M. Gandolphe, 1918, 143.

32À l’inverse, d’autres mamelouks suscitaient l’adhésion ou, pour le moins, une faible défiance. Dans un premier temps, le général Salīm n’eut pas à subir de manifestation dans l’A‘rāḍ. Il est vrai qu’il n’avait pas mis en pratique de majoration fiscale. Alors que, ailleurs, des caïds étaient désavoués, en cette région méridionale, les habitants craignaient pour leur intendant. Mieux, lorsque le général dut regagner le Bardo, ses administrés lui promirent de veiller à la sécurité des revenus collectés78. Plus au nord, à Sousse, Muḥammad Khaznadār fut tout aussi bien accueilli. Le ministre de la Guerre reçut la soumission d’habitants qui réclamaient le pardon et se pliaient à la génuflexion79. Muḥammad Khaznadār bénéficiait, selon Ibn Abī al-Ḍiyāf, de la sympathie du commun comme de l’illustre. À ceux qui étaient venus lui réclamer les clés de la ville, il répondit « avec assurance : La ville appartient à tout le monde. Je suis l’un d’entre vous et je ne saurais choisir meilleurs que vous pour la préserver80 ». Muḥammad Khaznadār prétendait ressouder l’unité de la ville en mettant en garde ses habitants contre les dangers de l’étranger : « Nous avons, lança-t-il un jour, plus à craindre de la mer que des Bédouins81. »

  • 82 Ḍiyāf, 1989, vol. viii, 150.
  • 83 Ḍiyāf, 1989, vol. v, 162 ; trad. H. Karoui, La révolte de b. Ghadim, 33.

33Par leurs réactions, les dignitaires mamelouks ou leurs fils brouillaient plus encore les schémas établis d’une caste étrangère assoiffée de domination sur les Arabes. Certains prenaient tout bonnement leurs distances avec leur maître. Le général Rašīd ne put mobiliser les militaires de Sousse. Il prit en considération leur gêne devant un doublement d’une mejba qui pénalisait « leurs pères, leurs frères, leurs proches ». Il « ferma les yeux » afin de ne pas forcer ses hommes « à la répression de la rébellion82 ». D’autres n’étaient présentés que comme simples émissaires. Un imam de la Grande Mosquée réduisait Abū Muḥammad Rašīd, fils de Muṣṭafā Ṣāḥib al-Ṭābi‘, au rôle de « messager de son maître ». Aux Jlaṣ qui voulaient assassiner ce caïd, l’imam rappelait que « tuer un messager est le plus ignoble des actes blâmables83 ». Les mamelouks n’étaient donc pas la cible principale des révoltés. Avant de rejeter les caïds recrutés dans le corps des sérails, les rebelles s’emportaient contre la pression fiscale et les réformes que les gouverneurs étaient censés superviser. Mieux, tous les caïds n’étaient pas condamnés à l’unisson. Quelques-uns parvenaient encore à susciter sinon une adhésion, du moins un reliquat d’obéissance.

34Cependant, ce « printemps des Bédouins » intensifia des gestes chroniques de protestation. En pleine ébullition, les mouvements de rébellion ont forgé des mots d’ordre plus radicaux qui ont commencé à révéler des motifs de rejet des serviteurs de beys, contestés parfois pour leurs ascendances et le plus souvent pour leur prépondérance. La répression de cette révolte eut des effets plus significatifs : d’une part, le pouvoir d’hommes qui commençaient à être ouvertement contestés fut paradoxalement mais provisoirement renforcé ; d’autre part, cette répression éloigna la maison husaynide des sujets du beylik de Tunis.

LES LEÇONS D’UNE RÉPRESSION

L’inversion d’un ordre

35Avant de réprimer les sujets, le principal vizir, Muṣṭafā Khaznadār, fluctua entre la négociation et la tentation des armes. Son apparente indétermination troubla les agents de l’État français. Le consul de Beauval ressentait son inquiétude à la mi-avril 1864 :

  • 84 M. Bey, 1968, 1464 : Mae, Paris, CP, vol. 22, de Beauval, 16 avril 1864, f. 147-149.

« Un jour, parlant de se rendre à Paris auprès de ses enfants ; le lendemain, reprenant courage et ne désespérant ni de la ruse, ni du succès de la force que semble favoriser, en ce moment, l’état des récoltes qui sont sur pied84. »

36Mais Ibn Abī al-Ḍiyāf insistait davantage sur la volonté de maîtrise d’un temps qui jouait au détriment des révoltés. Lorsque le bey convoqua ses conseillers, le vizir fit entendre la voix de la prudence en des termes très calculés :

  • 85 Ḍiyāf, 1989, vol. v, 189 ; trad. H. Karoui, La révolte de b. Ghadim, 61.

« Moi, je ne conseillerai pas à votre Altesse d’utiliser la force dans une pareille situation, ni de verser une seule goutte de sang […]. L’alliance des tribus est de fraîche date, encore vite et bien soudée. […]Le mieux serait de gagner du temps en recourant à des moyens politiques […] jusqu’à ce que, par lassitude, leur alliance […] se désagrège […]85. »

  • 86 T. Bachrouch, 1991, 308 : lettre de Salīm b. ‘Alī b. Naṣr au général Rašīd, 17 mai 1864.
  • 87 Pro, FO, 102/71, Wood au comte Russell, Tunis, 20 mai 1864.
  • 88 Mae (Nantes), Tunis, Consulat, Poste consulaire, Sousse, carton 9, du vice-consul Espina à de Beau (...)
  • 89 P. Grandchamp, 1935, vol. ii, 89 : Espina à de Beauval, Sousse, 3 novembre 1864.

37L’intrication des intérêts dans les pays de la province, la variation des sensibilités parmi les serviteurs du makhzen empêchaient de trancher au plus tôt. Parmi les forces de l’ordre beylical, des généraux délégués par le Bardo se trouvèrent très vite dans l’impossibilité d’agir : à la mi-mai 1864, un khalīfa des Awlād Zīd retrouva l’amīr al-liwā Murād, terré dans sa maison, le visage défait par la peur86. D’autres hauts gradés mamelouks entraînaient la majorité de leurs troupes dans des rivalités personnelles destructrices. Le général « Osman » s’en prit aux officiers du général Rašīd à qui il avait succédé à partir du mois de mai 186487. En réaction, les « créatures de Si Rechid » destituées dans la hâte, dirigèrent « l’opposition faite à Si Osman, le nouveau commandant en chef des troupes de la Côte88 ». À son tour, l’hiver venu, ce dernier procéda à des arrestations quotidiennes dans le Sahel parmi tous ceux qui restaient « dévoués à l’ancien gouverneur militaire de Sousse89 ».

  • 90 B. Slama, 1967, 112.
  • 91 P. Grandchamp, 1935, vol. i, 214, de Beauval, 3 juillet 1864.
  • 92 Ant, SH, C. 179, d. 989, arch. 27, Ismā‘īl Ṣāḥib al-Ṭābi‘ à Muṣṭafā Khaznadār ; arch. 28, Muṣṭafā (...)

38D’autres difficultés s’ajoutaient à cette désorganisation du makhzen. Une fois engagées, les négociations avec les rebelles ne manquaient pas de mettre en péril les représentants des beys. Les procédures semblaient complexes. Ismā‘īl Ṣāḥib al-Ṭābi‘, qui fut désigné à la tête du premier camp beylical le 29 juin 1864, commença par faire distribuer des dons et des costumes aux « tribus montagnardes des environs de Béja ». Leurs cadeaux reçus, les notables promirent « de se joindre à la colonne », mais restèrent sous leurs tentes90. De Beauval prétendait que le général avait reçu « pour traiter avec les rebelles, un blanc-seing qui l’autoris[ait] à tout concéder, moins la chute du Khaznadar91 ». Pourtant, Ismā‘īl Ṣāḥib al-Ṭābi‘ ne pouvait tout négocier. Le vizir et le bey encadraient chacun de ses mouvements. Ismā‘īl Ṣāḥib al-Ṭābi‘ s’enquérait auprès d’eux des étapes à suivre. Le Premier ministre lui rappelait qu’il ne pouvait procéder à une arrestation sans en informer le Bardo, qu’il ne pouvait se hasarder dans les montagnes de la région de Béja sans l’autorisation de son souverain92.

  • 93 K. Chater, 1978, 58.

39À la fin de l’été 1864, par contraste, loin d’assurer une position de force, l’ampleur de la répression conduite dans le Sahel entre autres par Aḥmad Zarrūq constitua l’aveu d’une incapacité à dialoguer, à établir un compromis. Au bout du compte, cet épisode entérinait un divorce du souverain avec ses sujets. La protection qu’impliquait la dépendance à la dynastie husaynide n’était plus octroyée. L’expédition de Zarrūq résumait les contradictions qu’accumulait alors la monarchie « constitutionnelle » et « autoritaire » de Muḥammad al-Ṣādiq Bāšā Bey. Un décret du 8 septembre 1861 avait institué « “un conseil de la maḥalla” présidé par le bey du camp et formé par son état-major ». Les pouvoirs du chef de camp devaient être encadrés par les « lois en vigueur » et le « respect des décisions des nouveaux tribunaux ». Les « confiscations de biens » et les « arrestations sans jugements » ne devaient plus être pratiquées93. Mais le camp de Zarrūq fut affranchi de toutes ces règles. La colonne fut ordonnée pour châtier et effrayer par l’exemple.

  • 94 Ḍiyāf, 1989, vol. v, 202 ; trad. H. Karoui, La révolte de b. Ghadim, 73.
  • 95 Ḍiyāf, 1989, vol. v, 205 ; trad. H. Karoui, La révolte de b. Ghadim, 75.
  • 96 Pro, FO 339/92, Stevens à Wood, Sousse, 11 octobre 1864.

40À son départ, fin août, devant les troupes assemblées, le bey avait insisté pour que son général « ne se lance dans les batailles que contraint ». Muḥammad al-Ṣādiq Bāšā Bey savait Aḥmad Zarrūq, « inflexible, comme tous les généraux, quant à la discipline militaire et tout ce qui a trait à l’obéissance94 ». Cependant, par la suite, le souverain ordonna au commandant du camp entre autres de « faire pendre des rebelles et d’en fusiller d’autres », dans les troubles entre Qal‘a al-Kabīra et Qal‘a al-Ṣaġīra95. Après la bataille entre ces deux communes, la Qal‘a al-Ṣaġīra fut abandonnée de ses habitants. Aḥmad Zarrūq offrait à ses hommes, selon le vice-consul d’Angleterre, 10 piastres pour chaque tête ramenée au camp et 20 piastres par prisonnier96.

  • 97 J. Ganiage, 1959, 268 ; M. Kraïem, 1973, 312 : « Les témoignages de ben Dhiaf sur les atrocités co (...)
  • 98 Pro, FO 339/92, Stevens à Wood, Sousse, 11 octobre 1864.
  • 99 Ḍiyāf, 1989, vol. v, 209 ; trad. H. Karoui, La révolte de b. Ghadim, 79-80.

41Par de telles pratiques, la colonne de Zarrūq, puis celle dirigée par Rustum vers l’ouest97, conçues initialement pour ramener l’ordre, finirent par renverser les normes et les hiérarchies sociales. Le 9 octobre, Aḥmad Zarrūq honora certes un šarīf venu intercéder en faveur de gens de Msaken mais, dans le même temps, il ordonna que les officiers de cette ville soient dépouillés de leurs uniformes, de leurs armes et de leurs décorations avant d’être incarcérés98. À Monastir, ne dérogeant pas à ses habitudes, le chef de camp reçut avec grande agressivité des ulémas et des habitants. « Il leur fit mettre le carcan autour du cou et les chaînes aux pieds. Le premier [à être mis aux fers] fut le président du conseil charaïque. » Il fut châtié avec sévérité et décoiffé de son turban au beau milieu de l’assemblée. À Sfax, Aḥmad Zarrūq fut moins dur avec la délégation qui le reçut, mais il injuria un cadi et il « donna ensuite libre cours au pillage des richesses qu’il s’ingénia à extorquer » selon de multiples prétextes, allant jusqu’à s’emparer des récoltes de ce pays99.

  • 100 K. Chater, 1978, 168.
  • 101 M. Bey, 1968, 1553. Mae, Paris, CP, vol. 24, Espina à de Beauval, 16 novembre 1864, f. 152.

42Courant novembre, le général alla plus loin. Il ordonna de surveiller les routes et d’empêcher tout départ de sujets sans son autorisation. Selon Khelifa Chater, il « les privait ainsi de ce “droit de doléances” que les beys leur avaient accordé100 ». Les contribuables s’acquittèrent de leur « dû » en contractant des emprunts à 6  % le mois auprès des « principales maisons israélites », en déposant « leurs titres de propriété entre les mains du prêteur » ou en bradant leur récolte d’huile101. À la fin du mois, les mašaykh et les « principales notabilités » du Sahel furent sommés « de payer sans délai » le tribut de guerre qui les frappait :

  • 102 M. Bey, 1968, 1555. Mae, Paris, CP, vol. 24, Espina à de Beauval, 30 novembre 1864, f. 160.

« Tous ceux qui ont déclaré leur impuissance à l’épuisement des ressources de leurs contribuables ont été mis aux fers et devront passer la nuit à la belle étoile, malgré la rigueur de la saison. Depuis plusieurs jours, fatigué d’attendre, le général a fait donner la torture, dans le camp, à ceux de ses prisonniers qui, réputés ayant de la fortune ou du crédit, n’ont encore pu ou voulu trouver l’argent qu’ils sont condamnés à payer102. »

  • 103 J. Ganiage, 1959, 269.
  • 104 Pro, FO 339/92, Stevens à Wood, Sousse, 11 octobre 1864.
  • 105 K. Chater, 1978, 165.
  • 106 Ḍiyāf, 1989, vol. v, 212.
  • 107 Ant, SH, C. 179, d. 987, arch. 19, Ḥusayn al-Jallūlī à Aḥmad Zarrūq, 19 décembre 1864 (20 rajab 12 (...)

43Le vice-consul Espina, qui témoignait de viols sous l’œil des « pères ou des maris enchaînés », évalua « à 23 millions de piastres les sommes tirées par le gouvernement du Sahel d’octobre 1864 à janvier 1865 » et à 5 millions de piastres l’argent extorqué « par les employés pour leurs comptes103 ». Les soldats de l’armée régulière que le makhzen avait instaurée furent tout autant humiliés. Tous les conscrits des villes et villages du Sahel défilèrent à Sousse autour du 19 octobre, deux par deux devant la tente d’Aḥmad Zarrūq104. Le général transféra 5 000 militaires105 vers Tunis, le 23 octobre 1864. Tels des « prisonniers », ils furent escortés par des hommes armés106. À la fin de l’année, des rescapés de cette purge s’embarquaient dans le port de Sfax, sur un bateau anglais à destination de Malte107.

  • 108 K. Chater, 1978, 78.

44À partir de ces épisodes sanglants, Ibn Abī al-Ḍiyāf se mit à voir dans la dawla de Muḥammad al-Ṣādiq Bāšā Bey une tyrannie sans fin. La révolte de 1864 n’avait donc pas été déclenchée en premier lieu contre les mamelouks mais sa répression confirma les sentiments de rancœur à l’égard des plus puissants d’entre eux. Le camp ne comptait qu’un faible nombre de mamelouks dans ses rangs : une quinzaine pour 1 623 zouaves, 1 415 hommes des contingents tribaux et 1 359 soldats de l’armée régulière début septembre108. Seulement, dans les mémoires, ses exactions restèrent associées à une créature du sérail, à Aḥmad Zarrūq et à son protecteur, le vizir Muṣṭafā Khaznadār.

Une autorité affranchie des lois et des coutumes

  • 109 Ant, al-Rā’id al-Tūnisī, 6 mai 1864 (29 qa‘da 1280), n° 36, 1.
  • 110 Ḍiyāf, 1989, vol. v, 205-206 ; trad. H. Karoui, La révolte de b. Ghadim, 76.

45À ce point de répression, 1864 constitua une rupture dans le mouvement des réformes engagées depuis la fin des années 1830. Les Conseils de justice et de gouvernement établis dans le sillage du Pacte fondamental puis de la Constitution furent suspendus. Le Conseil suprême aussi bien que le tribunal correctionnel ou le tribunal de cassation étaient invités à cesser leurs activités109. Des ministres du bey, s’en tenant à ces simples suspensions, en déduisaient que « les principes du Pacte fondamental […] conservaient toujours leur vigueur juridique et politique110 ». Et pourtant l’engagement beylical à protéger les sujets de la province avait été purement et simplement bafoué.

  • 111 K. Chater, 1978, 89.
  • 112 M. Gandolphe, 1918, 138, 153.
  • 113 M. A. Ben Achour, 1989, 124.

46Un contre-État, doté de son propre camp armé111, avait émergé avant d’être réprimé. Le châtiment infligé par Aḥmad Zarrūq avait beaucoup plus traumatisé les sujets, semble-t-il, que le traitement subi par Kairouan, trois décennies plus tôt sous le ministère de Šākīr Ṣāḥib al-Ṭābi‘. Les habitants de Monastir se retrouvèrent à payer une contribution plus importante que celle fixée avant l’insurrection. Ils durent solliciter un prêt de Pistirotti, agent d’origine vénitienne représentant les intérêts de l’Espagne et de l’Autriche112. Les Tunisois, déjà frappés par des endettements ou des faillites, virent affluer des « centaines de malheureux », « traînant leur misère dans les rues de la Médina, mourant de faim et de froid ». Ils murmuraient à l’oreille des réfugiés : « Que Dieu dépouille celui qui vous a dépouillé113. »

  • 114 P. Ducroquet, 1908, 380 ; 1909, 24.
  • 115 Ch. Monchicourt, 1917, 10.
  • 116 K. Chater, 1978, 192.
  • 117 L. Anderson, 1986, 69, note 2.

47En 1897, le Sahel souffrait encore de ces événements. Un directeur français des Finances retrouva sur place des réflexes de protection face à la crise économique : un šaykh de Msaken lui avoua que ses compatriotes avaient « refusé de se cautionner », redoutant les mêmes déboires qu’au temps de Zarrūq114. Depuis, le nom de ce mamelouk fut synonyme de malédiction : quand, « dans le Sahel, on veut du mal à quelqu’un, on lui souhaite de voir Ahmed Zarroug dans sa maison (ira Ahmed Zarroug fi darou)115 ». A posteriori, Khalifa Chater vit dans le passage de ce camp un facteur de « déclin de cette riche région », une volonté d’asphyxie d’une bourgeoisie émergente116. L’épisode devint un passage obligé d’une mémoire nationale du martyr, puis de la résistance. Habib Bourguiba y allait lui aussi son témoignage : l’« expédition punitive » avait « ruiné sa famille », son « père n’avait trouvé rien de mieux que de s’engager dans l’armée117 ».

  • 118 Ḍiyāf, 1989, vol. v, 218 ; trad. H. Karoui, La révolte de b. Ghadim, 88. M. H. Chérif (1992, 40) é (...)
  • 119 Ḍiyāf, 1989, vol. vi, 40.

48Ibn Abī al-Ḍiyāf dit mieux qu’aucun autre ce durcissement des temps, ce moment où le pays se clivait entre un souverain entouré de ses fidèles exécutants et « l’ensemble des habitants, masse populaire et notables, tenus à l’écart », regardés « avec haine, fureur et animosité118 ». La dureté des répressions engagées par les différents camps armés affligea les cœurs, et le chroniqueur opposait ce manque d’humanité au pardon que Napoléon III avait su accorder aux « Bédouins (‘urbān) d’Alger et d’Oran119 ». Une puissance chrétienne parvenait à une miséricorde qu’un prince musulman ne savait plus dispenser.

  • 120 Ḍiyāf, 1989, vol. v, 190 ; trad. H. Karoui, La révolte de b. Ghadim, 62.
  • 121 J. Ganiage, 1959, 429.
  • 122 Mae, CP, Tunis, vol. 27, Duchesne de Bellecourt, 24 août 1866, f. 248 v.

49L’attachement au bien public parut se détériorer. Justifiant, à l’été 1864, le départ du receveur général des Finances, Nisim Bīšī, Ibn Abī al-Ḍiyāf constatait qu’en ce temps-là une « certaine lassitude s’était emparée des lignées qui furent prises du désir de ramasser les fruits mûrs de ce qu’elles avaient cultivé120 ». D’autres serviteurs du bey en venaient à saisir et accaparer des propriétés et « biens habous121 ». Ils déployaient leurs fortunes dans un pays à genoux. En 1866, Duchesne de Bellecourt observait qu’« un certain nombre de riches palais s’élèvent dans les villes, attestant que si la multitude souffre, il est des élus dont l’opulence oppose un frappant contraste à la misère générale122. »

  • 123 L. Blili, 2004, 435.
  • 124 A. Larguèche, 1999, 122, 158. Le bey et son entourage ne renoncèrent pas à s’illustrer par des don (...)
  • 125 R. Lakhal, 2004, 471.

50La charité des princes changeait de nature. Les « quantités d’aliments » préparées au Bardo n’étaient plus destinées aux seuls nécessiteux ; désormais les « femmes européennes » qui rendaient « visite aux princesses » ne devaient plus « rentrer les mains vides123 ». Selon la démonstration d’Abdelhamid Larguèche, l’« aumône au profit des pauvres » répondant à des considérations symboliques resta « constante » tandis que l’iḥsān « répondant à des besoins politiques et sociaux [fut] appelé à [s’étendre] en rapport avec l’accroissement des besoins et des moyens qui soutenaient cette politique ». Les souverains semblaient se détourner de la pauvreté pour étendre leur générosité au profit de leur proche clientèle. De façon plus générale, l’État formait une administration intervenant dans le « champ social » et « agissait aussi en véritable “machine” » à paupériser124. Signe des temps : l’office du blé, la « Rabta », perdait de son « caractère social » et devenait une « institution au service de l’armée et des appareils de police125 ».

  • 126 Ḍiyāf, 1989, vol. vi, 121-123 : autour de 1867, le « bey » ne voulait pas entendre les plaintes fi (...)

51La suspension des institutions de droit, les inflexions d’une administration qui tendait à dominer et oubliait de protéger ont conduit à un durcissement des pratiques d’autorité. Le bey et son vizir sont parvenus à reconquérir un pouvoir personnel, libérés d’une récente armature constitutionnelle et surtout des coutumes de mesure ou de compromis attachées depuis le xviie siècle aux gouverneurs de la régence, dispensateurs de justice126. Si bien que, à l’inverse de ce que réclamaient les rebelles, les gouverneurs et leurs lieutenants ont continué à être choisis parmi les serviteurs du sérail et leurs fidèles. Qu’ils fussent ou non mamelouks, ces hommes de confiance du bey devaient perpétuer coûte que coûte l’autorité d’un makhzen qui s’était éloigné d’anciens principes de bon gouvernement et qui, dans le même temps, n’avait su se maintenir dans un nouvel édifice régulé par la loi.

  • 127 A. Chenoufi, 1990, 37.
  • 128 Pro, FO 102/71, Wood à Charles Carleton, agent consulaire à Sfax, 9 juin 1864 ; Djerba, 2 juin 186 (...)
  • 129 P. Grandchamp, 1935, vol. i, 168, Mattei à de Beauval, Sfax, 10 juin 1864. D’après l’agent consula (...)
  • 130 J. Ganiage, 1959, 140.
  • 131 P. Grandchamp, 1935, vol. ii, 123, Pistoritti, Sousse, 29 décembre 1864 ; M. Gandolphe, 1918, 152- (...)
  • 132 P. Grandchamp, 1935, vol. ii, 1, Mattei à de Beauval, Tunis, 18 août 1864.

52Des caïds autochtones furent certes nommés127 : « Hassouna Gellouli » à Sfax et « Aly Ben Ayet » à Djerba début juin 1864128. Mais ils étaient liés de longue date au Bardo et parfois rejetés. Ainsi de « Ahsouna Djellouli » qui, d’après le vice-consul Jean-Henri Mattei, était contesté par ses administrés129. Ce nombre d’administrateurs nés dans le pays, restait, en outre, minoritaire dans un corps de gouverneurs encore et toujours constitué de mamelouks130. Enfin, ces gouverneurs continuaient à s’appuyer sur des hommes liges dans les caïdats. Fin décembre 1864, Aḥmad Zarrūq avait investi ‘Alī b. ‘Abdallāh à la fonction de khalīfa de Msaken. Cette bourgade n’avait auparavant jamais connu une telle charge131. Durant l’été, à Sfax, le caïd « Ahsouna Djellouli » ramena à l’obéissance dix des chefs rebelles de sa ville qu’il prit à son service. Soixante autres anciens insurgés furent employés pour maintenir le bon ordre, en accord avec le cadi132.

  • 133 Ant, SH, C. 180, d. 991, arch. 59, Rustum à Muṣṭafā Khaznadār, 14 septembre 1864 (12 rabī‘ II 1281 (...)
  • 134 Ant, SH, C. 179, d. 984, arch. 176, dépêche télégraphique, Aḥmad Zarrūq à Muṣṭafā Khaznadār, 4 jui (...)
  • 135 K. Chater, 1978, 180.

53Le principal ministre, Muṣṭafā Khaznadār, se maintenait à la tête de ses réseaux d’obéissance. Sa capacité d’influence dans les nominations de khalīfa et autres notables n’avait pas été remise en cause. À la mi-septembre 1864, le général Rustum en passait par le vizir pour louer les qualités du caïd des Awlād Bū Ġanīm et demander au bey son maintien en fonction133. Cinq ans plus tard, le général Aḥmad Zarrūq informait Muṣṭafā Khaznadār d’une visite des Banī Zīd : les grands de cette tribu étaient venus le voir et ils avaient choisi un khalīfa qu’ilss’étaient empressés d’approuver134. La dawla entière respirait alors au rythme de Muṣṭafā Khaznadār135. Selon la formule conçue par le consul de Botmiliau en 1868 :

  • 136 Mae, CP, Tunis, vol. 31, de Botmiliau, 3 octobre 1868, f. 181.

« Quand le Khaznadar est malade, tout ici est arrêté. Le Bey cesse même de rendre la justice, les affaires les plus importantes sont suspendues et bientôt une complète anarchie peut menacer136. »

  • 137 P. Grandchamp, 1935, vol. ii, 141, Mattei à Duchesne de Bellecourt, Sfax, 5 février 1865.

54La révolte de 1864 s’était-elle pour autant conclue sur une victoire complète des mamelouks, « solidaires entre eux » et « plus forts que jamais », parvenant à diviser les tribus et à s’associer « aux Anglais pour animer les indigènes contre » les Français137 ? L’ensemble des dignitaires n’étaient déjà pas unanimes au début des années 1860. Les contestations de 1864, les politiques de répression achevèrent de diviser les hauts rangs de la dawla. Le bey, pour sa part, ne voulait pleinement se fier ni aux mamelouks ni à l’armée régulière des sujets : il tenta de ranimer les esprits de corps turc et zouave. À terme, malgré tout, les interprétations hostiles aux mamelouks, forgées par Campenon et de Beauval, finirent par se répandre et se généraliser dans l’historiographie et les mémoires de la régence.

La défiance au sommet de la dawla

  • 138 Ḍiyāf, 1989, vol. viii, 150.
  • 139 Mae, CP, Tunis, vol. 26, Moulin, 2 septembre 1865, f. 19 r.
  • 140 Ḍiyāf, 1989, vol. v, 206 ; trad. H. Karoui, La révolte de b. Ghadim, 77.

55La révolte et sa répression ne consolidèrent pas l’autorité de l’ensemble des dignitaires mamelouks. Muḥammad al-Ṣādiq Bāšā Bey en voulut aux généraux Rašīd et Ismā‘īl Ṣāḥib al-Ṭābi‘ qui n’avaient pas su faire preuve de fermeté face aux insurgés. Rašīd, qui avait pourtant mené les troupes beylicales en Crimée avec vaillance, « fut l’un des a‘yān dont le bey empêcha l’accès au palais138 ». Dès l’automne 1865, le souverain « ne désirait plus voir [son] visage » ni celui de « Si Ismaïl Sunni l’ancien garde des Sceaux » ou bien encore « Mrad139 ». L’ordre rétabli, le prince décidait de s’isoler, de ne plus s’en tenir qu’à la consultation de ces hommes d’État. Les conseils suspendus, des membres du majlis khāṣṣ, des ministres parfois « sans portefeuille », furent réunis pour être consultés, « le samedi et le lundi de chaque semaine ». Lorsque le bey comprit que ces conseillers « risquaient de s’opposer à la réalisation de ses desseins », les réunions s’espacèrent et se résumèrent à de simples défilés de « baisemain » avant l’ouverture de séances de justice140.

56Le bey refusait les critiques. Au ministre de l’Intérieur (wazīr al-‘amāla), Rustum, qui s’essayait à un début de résistance, le pacha rétorquait : « Je t’ai donné l’ordre d’exécuter et non de me donner des conseils. » Au général Ḥusayn qui avait plaidé pour la clémence en faveur des habitants de Msaken et du Sahel, le maître du Bardo fulminait :

  • 141 Ḍiyāf, 1989, vol. v, 206 ; trad. H. Karoui, La révolte de b. Ghadim, 76.

« Ces gens-là n’ont d’autre objectif que ma ruine et celle de ma famille ainsi que notre éparpillement, dans l’état le plus défavorable, à travers les villes. Et si notre vie n’est pas précieuse à vos yeux, elle l’est aux miens141. »

  • 142 Mae, CP, Tunis, vol. 26, Moulin, 2 septembre 1865, f. 20 r.

57Le pardon qui avait consolidé la légitimité des Ḥusaynides, à partir du règne de ‘Alī Bey, était assimilé à un aveu de faiblesse. Le général Ḥusayn et d’autres qui ne voulaient plus trouver leur place dans un tel makhzen se détachèrent de leurs maîtres. Début septembre 1865, l’élève-consul Moulin rapportait que Ḥusayn avait « démissionné de ses fonctions de président de la municipalité » : il « était tenu loin des affaires par le Premier ministre dont il critiquait très hautement l’administration142 ».

  • 143 Ḍiyāf, 1989, vol. vi, 35, 81.

58Cette suspicion n’affecta pas les seuls rijāl al-dawla, Muḥammad al-Ṣādiq Bāšā Bey se défia de l’armée régulière tenue entre autres par des généraux mamelouks. Aux lendemains de la révolte, il renoua avec d’anciennes pratiques militaires et ressuscita les troupes zouaves et turques qui avaient parfois rivalisé avec les troupes de sérail et dont les rangs avaient surtout pâti de l’institution du niẓām al-jadīd. Dans le registre de ces apparentes « réactions », l’un de ces gestes consista à revêtir les réguliers (ou niẓāmī) des « tenues plus proches du style musulman ». La mesure fut prise en novembre 1864. Les haut gradés ne l’appliquèrent qu’à compter de la mi-février 1866. Ibn Abī al-Ḍiyāf, qui rapporte ce décalage dans le temps, ne voulait voir dans ce choix qu’un caprice princier beaucoup trop dispendieux pour la province143. Or ces vêtements n’avaient pas qu’un coût, ils matérialisaient une réinvention ambiguë de la tradition. L’armée régulière et la Constitution avaient été pour partie l’œuvre de dignitaires mamelouks. Leur institution à une vingtaine d’années d’intervalle leur avait été bénéfique jusqu’à un certain point. Leur altération concomitante n’était pas de bon augure.

59Sur cette lancée, enfin, le bey voulut rétablir autour d’avril 1865 un semblant de force turque. Après une dissolution sous le règne précédent, les « enfants de Turcs » furent rassemblés au Bardo, puis installés dans un fondouk du faubourg de Halfaouine. Début septembre 1865, ces éléments que le consul de France estimait à huit ou dix mille trouvèrent place dans la maḥalla sous le nom d’« armée des Hanéfites ». Ils furent aussi affectés « à la garde de Tunis, des environs de La Goulette et du palais du Bey ». « Les gens s’étonnèrent » de la multiplication des enrôlements en des temps si difficiles. D’autant que les soldats avaient atteint une maturité certaine, qu’ils ne savaient plus ce que le métier exigeait. La reconstitution frisa le ridicule. Certains éléments se firent mal avec leurs armes. La finalité de ce corps semblait incertaine.

  • 144 Ḍiyāf, 1989, vol. vi, 49-50, 63, 76 ; Mae, CP, Tunis, vol. 25, Duchesne de Bellecourt, 21 avril 18 (...)
  • 145 Mae, CP, Tunis, vol. 29, de Botmiliau, 20 octobre 1867, f. 184.
  • 146 M. A. Ben Achour, 1989, 367.

60Ces « fils de Turcs » ne menaçaient pas la prépondérance mamelouke : l’« armée des Hanéfites » fut commandée par Bahrām, un des serviteurs du père du bey. En revanche, cette reconstitution remettait en vigueur la pratique de corps ethniques au moment où les rangs mamelouks commençaient à s’étioler. Le bey, selon le consul Duchesne de Bellecourt, en revenait à isoler « tous les fils de Turcs dits Kourougli, que [ses] prédécesseurs avaient eu soin de mélanger avec la population de manière à étouffer l’influence particulière que les troupes dévouées à la Turquie exerçaient autrefois sur le pays144 ». Le recrutement autorisait, en outre, la perpétuation d’un bataillon par descendance turque alors même que, depuis 1860, le corps mamelouk n’était prolongé qu’à une génération de fils. L’« armée des Hanéfites » et surtout l’ensemble de zouaves survécurent à ces circonstances incertaines. Ils perdirent malgré tout leur lustre d’antan. Dès 1867, le consul Adolphe-François vicomte de Botmiliau jugeait que les premiers avaient « dégénéré de la vertu de leurs pères » et que les seconds n’avaient plus la « réputation de solidité et de courage » attachée aux Kabyles145. Le corps des zouaves fut dissous en 1883146, en douceur, sans susciter la passion et le rejet qui entourèrent, par la suite, le souvenir des mamelouks.

61Ce fut le dernier effet de la révolte de 1864, un effet à plus long terme : les schémas élaborés par Campenon et de Beauval sur l’illégitimité d’une domination mamelouke ne cessèrent d’être repris, quelques fois nuancés et le plus souvent amplifiés, en premier lieu par les successeurs du consul. En juillet 1865, le représentant français à Tunis, Paulin Duchesne de Bellecourt dépeignait un État aux mains d’étrangers dénués du moindre sentiment d’intérêt national :

  • 147 Mae, CP, Tunis, vol. 25, « Note sur les tendances du gouvernement tunisien », 1re annexe à la dépê (...)

« Quant au Gouvernement tunisien, il est […] composé d’hommes étrangers au pays et partant, désireux de profiter de la position qu’ils se sont créée soit pour s’enrichir, ils savent entretenir les hésitations politiques de leurs maîtres au gré du plus offrant […]147. »

62Deux ans plus tard, le consul de Botmiliau ne voulait conserver aucune illusion sur l’« aristocratie » au pouvoir à Tunis :

  • 148 Mae, CP, Tunis, vol. 28, de Botmiliau, 16 juillet 1867, f. 281.

« Le Khaznadar ne croit pas à l’avenir de la Régence ; il la sacrifie à ses intérêts personnels. Tous les hauts employés du Bey, petite aristocratie de mamelouks, étrangers eux aussi à Tunis par la naissance n’y ayant jamais tenu que par la fortune qu’y ont faite et dont ils sont toujours prêts à aller jouir ailleurs, pensent comme lui et agissent comme lui148. »

  • 149 Mae, CP, Tunis, vol. 40, de Vallat, 27 octobre 1873, f. 263 v.

63À la chute du khaznadār enfin, le consul Vallat allait jusqu’à percevoir un « antagonisme de race » entre le nouveau vizir « le général Khérédine [qui] est mamelouk », et le favori du bey, Muṣṭafā b. Ismā‘īl, qui « est arabe149 ».

64Passant par les consulats, une voyageuse, Octavie Lagrange, décrivait les ministres du bey comme :

  • 150 O. Lagrange, 1868, 340-341 cité par H. Karoui, 1973, 102 et M. Bey, 1968, 1316.

« Géorgiens, Circassiens, Turcs, Grecs, tout ce que vous voudrez […]. Une fois sur le pinacle, ils n’ont qu’un souci, mettre à profit les précieux instants d’une puissance éphémère : amasser de grands biens et les placer en lieu sûr150 ».

  • 151 H. Karoui, 1973, 104.

65La diffusion de ces images se faisait de proche en proche, puis dans la profusion d’imprimés consacrés à la question tunisienne. Elle finit par rejaillir sur des perceptions plus contemporaines. Selon Hachmi Karoui, l’« analyse des événements que se faisaient entre eux les Européens installés dans la Régence et transmettaient qui à un parent et qui à un supérieur était parvenue, jusqu’à nous fixant la connaissance de la société à l’image que nous ont transmise les Européens151 ».

66Approchée par le biais des mamelouks, la révolte de 1864 tranche avec les rébellions du xviiie siècle ou avec celle à venir en 1867. En 1864, aucun prince de la famille beylicale ne s’est retrouvé à la tête d’un mouvement de contestation. Durant ce « printemps bédouin », les meneurs se sont imposés dans de multiples communautés, parmi des notables ou les lettrés des villes et des tribus. Leurs slogans publics, leurs revendications écrites se sont parfois affranchis de toute prudence, visant sans ménagement les représentants du makhzen. Une parole de contestation des caïds mamelouks a, cette fois, bel et bien percé.

67Les révoltés de 1864 ont aussi innové en trouvant auprès des représentants européens (français et britanniques) des appuis, des interlocuteurs ou de simples médiateurs afin de porter leurs voix et leurs volontés. Consuls et vice-consuls ont de fait contribué à donner à un bouillonnement soudain un écho international. Au sein de la représentation française, ils ont parfois fourni une grille d’interprétation exagérée, fondée sur un long rejet du courtisan et le parti pris de distinguer les sujets « arabes » de mamelouks « étrangers ». Face à cette puissante caisse de résonance, les autorités de la régence ont aussi, pour la première fois, répondu par un premier usage plus ou moins habile de la propagande, de la censure et du démenti dans un Journal officiel.

68Dans leur dénégation, les serviteurs du bey, tel que le général Ḥusayn, n’avaient pas tort sur un point : les troubles que connaissait la province de Tunis pouvaient-ils être assimilés à une révolte ? Ibn Abī al-Ḍiyāf niait toute idée de subversion et légitimait à l’occasion un mouvement de restauration, fidèle à l’autorité du bey :

  • 152 Ḍiyāf, 1989, vol. v, 214 ; trad. H. Karoui, La révolte de b. Ghadim, 85.

« La définition du peuple rebelle, groupe s’opposant au Prince (al-imām) pour soit le déposer, soit se refuser à un devoir, ne les concerne pas. Car contre quel droit se sont-ils dressés ? Et quel Prince, autre que le leur ont-ils reconnu pour légitime152 ? »

69Selon cette autre perspective, les hommes des tribus et des bonnes villes se voulaient à la fois fidèles à un ordre ancestral et défenseurs d’une certaine équité. Ils refusaient les réformes perturbatrices, la désincarnation du pouvoir et réclamaient une autorité au plus proche. Une figure comme celle de ‘Alī b. Ġḏāhim, incarnant l’insoumission au regard du Bardo, recherchait l’assentiment, voire la protection de Muṣṭafā Khaznadār ou d’un Ismā‘īl Ṣāḥib al-Ṭābi‘. Des militaires qui avaient déserté formaient un contre-camp. À l’inverse, les maḥalla officiels d’Aḥmad Zarrūq ou de Rustum, chargés de rétablir l’ordre, bousculaient normes et préséances.

  • 153 Wilfrid J. Rollman (2004, 2005) souligne cette ambivalence des États issus de la réforme en ce qu’ (...)

70Là réside peut-être toute l’ambivalence de ce « printemps », en ce qu’il affecte, de façon paradoxale, des conceptions et usages du service beylical pour partie incarnés par les mamelouks. Le plus souvent, ces derniers ne furent pas dénoncés en tant que tels, en tant que dépendants du bey, mais pour leur gouvernement des caïdats. Dans le même temps, certains ont par la suite personnifié l’injustice de la répression. Ils ont, dès lors, cristallisé sur leurs personnes et sur leurs pairs une profonde rancœur. Rejetés sous les huées à la belle saison, puis victorieux par la force des armes dès l’automne, les généraux et les agents de second rang ont facilité l’instauration d’une forme d’obéissance moins fondée sur un usage du compromis et moins encadrée par des conseils de justice que le souverain avait suspendus153. Ce fut une des dernières victoires de quelques dignitaires issus du corps mamelouk avant disparition de ce corps.

Anmerkungen

1 E. Franceschini, 1956, 991.

2 L. Blili (2004, 51) repère ce premier « discours anti-mamelouk » relayé « dans l’opinion », mais elle l’attribue de façon plus directe aux « chefs du grand soulèvement de 1864 ».

3 B. Slama, 1967, 155, 178.

4 J. Ganiage, 1969, 87 ; M. Bey, 1968, 1465 ; A. Martel, 1967, 94. D’une autre manière, K. Chater, 1994, 13 : « La manifestation d’une ambition autochtone, incarnée par la société tunisienne, remet en cause la prééminence des mamelouks et exprime des velléités de tunisification du régime. »

5 Mae, CP, Tunis, vol. 22, lieutenant-colonel Campenon au ministre de la Guerre, 31 mai 1862, f. 35 r.-f. 42 v.

6 Mae, CP, Tunis, vol. 22, lieutenant-colonel Campenon au ministre de la Guerre, 15 décembre 1863, f. 16 r.-f. 20 v.

7 M. Emerit, 1939, 225-226, lettre du 25 novembre 1863.

8 M. Emerit, 1939, 221, lettre du 23 mai 1864.

9 Mae, CP, Tunis, vol. 1, Lesseps, 15 janvier 1831, f. 164.

10 Mae, CP, Tunis, vol., f. 352.

11 O. Gay, 1861, 23. J. Ganiage, 1959, 431 ; A.-M. Planel, 2000, 158 : Français de la régence, favorable aux « constitutionnalistes » de la régence, Oscar Gay a démissionné de ces fonctions de sous-directeur du contentieux aux Affaires étrangères pour fonder un cabinet d’affaires dans l’hôtel de la mission tunisienne.

12 A.-M. Planel, 2000, 106, le père du lieutenant-colonel Campenon était un colonel royaliste émigré de 1791 à 1804.

13 Mae, CP, Tunis, vol. 22, Beauval, 19 mars 1864, f. 117, vol. 22, 31 mai 1862, f. 39 v.

14 E. Franceschini, 1956, 991.

15 Mae, CP, Tunis, vol. 22, lieutenant-colonel Campenon au ministre de la Guerre, 31 mai 1862, f. 39 v.

16 A.-M. Planel, 2000, 109.

17 Mae, ADP (Affaires diverses politiques), 1850-1859, Tunis, Béclard, 16 septembre 1854, f. 255 v.

18 P. Marty, 1935, 325-329 ; J. Ganiage, 1959, 126.

19 B. Slama, 1967, 60.

20 A. Temimi, 1970, 176. Mae, CP, Tunis, vol. 24, de Beauval, traduction du mémorandum anglais, 25 décembre 1863, f. 185 r. : le consul demande l’annulation de cette convention.

21 Ḍiyāf, 1989, vol. v, 172.

22 Ḍiyāf, 1989, vol. v, 174 ; Pro, FO, 102/71, Santillana, Tunis, 30 avril 1864.

23 Pro, FO, 102/71, Santillana, Tunis, 30 avril 1864 ; Mae, CP, Tunis, vol. 22, Campenon au maréchal Landon, 30 avril 1864, 224 v.

24 Ḍiyāf, 1989, vol. v, 186.

25 Pro, FO 339/92, Stevens à Wood, Sousse, 29 décembre 1864.

26 Ḍiyāf, 1989, vol. v, 180.

27 Mae, CP, Tunis, vol. 22, de Beauval, 14 juin 1864, f. 86.

28 Mae, CP, Tunis, vol. 22, de Beauval, 25 juillet 1864, f. 225.

29 Mae, CP, Tunis, vol. 23, correspondances annexées à la lettre de de Beauval, 5 juin 1864.

30 J. Ganiage, 1959, 224-225 : Jean-Henri Mattei fut l’agent consulaire de la France à Sfax à partir de 1858 à 1927. Son père, Thomas, avait été maréchal des logis sous le Premier Empire et capitaine de la marine marchande.

31 A. Martel, 1967, 129.

32 B. Slama, 1967, 62.

33 T. Bachrouch, 202, lettre de l’amīr al-umarā’, Salīm Āġā al-A‘rāḍ, à Muṣṭafā Khaznadār, 1er mai 1864.

34 A. Martel, 1967, 78. P. Grandchamp, 1935, vol. ii, 470.

35 A.-M. Planel (2000, 498) relève que Nonce Rocca, maître d’école à Tunis et précepteur des enfants de Khayr al-Dīn, dénonçait « l’incompréhension de la situation, analysée de l’extérieur par un publiciste parisien ».

36 A. Chenoufi, 1990, 200 : lettre du consul général du Danemark à Tunis, Ch. Cubisol, au ministre d’État, chef du département royal des Affaires étrangères, Tunis, 20 avril 1864.

37 Ch. Monchicourt, 1917, 3 ; A. Chahed, 2000, 52.

38 Pro, FO 102/71, Wood à Russell, Sousse, 21 avril 1864.

39 Pro, FO 339/92, le vice-consul à Sousse, Stevens à Wood, 21 avril 1864 ; le vice-consul à Sfax, Cahston à Wood, 22 avril 1864 ; lettre de Monastir, 6 mai 1864.

40 T. Bachrouch, 1991, 274 : lettre de ‘Alī b. ‘Azzūz à Ibrāhim b. ‘Abbās, mai-début juin 1280 (ḥijja 1280).

41 Ant, SH, C. 184, d. 1029, arch. 18, les noms du šaykh Muṣṭafā b. ‘Azūz ou de ‘Aḥmad b. ‘Abd al-Malak apparaissent en lien avec une série de revendications datées du 3 août 1864 (29 ṣafar 1281). Ce même type de revendication était formulée dans l’archive 37 par des Tripolitains, des Riyāḥ, des Ḥamāma.

42 Ant, SH, C. 184, d. 1029, arch. 35.

43 Ḍiyāf, 1989, vol. v, 150 ; trad. H. Karoui, La révolte de b. Ghadim, 23.

44 Mae, CP, Tunis, vol. 20, Rousseau, 6 octobre 1861, f. 222 r. M. Bey, 1968, 1461-1463 : assemblés le 30 septembre 1861 à Tunis, les émeutiers font serment de se réunir le 1er octobre devant la cité beylicale afin de protester « contre la lenteur et l’injustice des tribunaux » et « demander au souverain le retour à l’état des choses ». Ḍiyāf (1989, vol. v, 101) situe le déclenchement des événements au 23 septembre 1861.

45 Ant, SH, C. 184, d. 1029, arch. 18, 35, 37. Pro, FO 339/92, le vice-consul à Sousse, Stevens à Wood, 24 avril 1864.

46 K. Chater, 1978, 45.

47 Mae (Nantes), Tunis, Consulat, Poste consulaire, Sousse, carton 9, du vice-consul Espina à de Beauval, 8 juillet 1864.

48 Ḍiyāf, 1989, vol. v, 140-142 ; trad. H. Karoui, La révolte de b. Ghadim, 12-15.

49 Ḍiyāf, 1989, vol. v, 164 ; trad. H. Karoui, La révolte de b. Ghadim, 37.

50 Mae, CP, Tunis, vol. 22, de Beauval, 1er avril 1864, f. 147 r.

51 Ant, SH, C. 180, d. 991, arch. 94, Rustum à Muṣṭafā Khaznadār, 29 octobre 1864 (28 jumādā I 1281).

52 Pro, FO 339/92, le vice-consul à Sousse, Stevens à Wood, 18 juin 1864.

53 A. Temimi, 2003, 115.

54 K. Chater, 1978, 47.

55 Mae (Nantes), Tunis, Consulat, Sfax, carton 13, du vice-consul Mattei à de Beauval, 24 mai 1864.

56 P. Grandchamp, 1935, vol. ii, 207 : Mattei à Moulin, Sfax, 20 juillet 1865.

57 Mae (Nantes), Tunis, Consulat, Bizerte, carton 3, du vice-consul Monge à de Beauval, 20 juin 1864.

58 Pro, FO 339/92, Stevens à Wood, Sousse, 13 mai 1864 : They said, they did not wish to be governed by Mamluk Kaids but their Kaids should be selected out of their own tribes.

59 Ant, SH, C. 179, d. 979, arch. 1, amīr al-liwā Salīm à Muṣṭafā Khaznadār, 20 octobre 1864.

60 Pro, FO 102/71, traduction d’un article du 6 mai 1864 (29 al-qa‘da 1280) ; Ant, al-Rā’id al-Tūnisī, n° 26, 1.

61 Ant, al-Rā’id al-Tūnisī, 28 décembre 1864 (29 rajab 1281), n° 21, 1-2.

62 Pro, FO 339/92, Cashton à Wood, Sfax, 28 mai 1864.

63 Ḍiyāf, 1989, vol. v, 148 ; trad. H. Karoui, La révolte de b. Ghadim, 20.

64 T. Bachrouch, 1991, 328 : lettre de ‘Alī b. Ġḏāhim à Muṣṭafā Khaznadār, 21 mai 1864 (14 ḥijja 1280).

65 Ant, SH, C. 179, d. 988, arch. 68 : les notables des Drīd, des Awlād ‘Ayār à Ismā‘īl Ṣāḥib al-Ṭābi‘, 12 août 1863 (26 ṣafar 1280).

66 T. Bachrouch, 1991, 328 : lettre de Aḥmad al-‘Azūzī b. ‘Abd al-Malak à Muṣṭafā Khaznadār, 22 mai 1864.

67 T. Bachrouch, 1991, 379 : revendications suivant la lettre de Muḥammad al-‘Abīdī à Sa‘d b. ‘Abīd, 8 mai-5 juin 1864 (ḥijja 1280).

68 Pro, FO 339/92, Stevens à Wood, Sousse, 13 mai 1864 : They added that the Kaids under whose rule they had been placed of late years, have extorted from then enormous sums of money and that they wanted them to render an account to the Bey, of the riches they have accumulated.

69 Ḍiyāf, 1989, vol. v, 178 ; trad. H. Karoui, La révolte de b. Ghadim, 51.

70 Ḍiyāf, 1989, vol. v, 148 ; trad. H. Karoui, La révolte de b. Ghadim, 20-21.

71 H. Karoui, 1973, 108.

72 T. Bachrouch, 1991, 328, ‘Alī b. Ġḏāhim à Muṣṭafā Khaznadār, 21 mai 1864 (14 ḥijja 1280).

73 T. Bachrouch, 1991, 410-411, ‘Alī b. Ġḏāhim à Ismā‘īl Ṣāḥib al-Ṭābi‘, 25 juin 1864 (20 muḥarram 1281) : « Nous nous sommes réjouis de votre action car vous être notre père. »

74 Mae, CP, Tunis, vol. 22, f. 232 r. : rapport du vice-consul à Sfax, Mattei à de Beauval, 22 juillet 1864.

75 M. Gandolphe, 1918, 145.

76 Mae (Nantes), Tunis, Consulat, Poste consulaire, Sfax, carton 13, de Beauval à Mattei, 27 mai 1864.

77 Mae (Nantes), Tunis, Consulat, Poste consulaire, Sousse, carton 9, Espina à de Beauval, 11 août 1864.

78 Ḍiyāf, 1989, vol. v, 166-167. Par la suite, des « tribus insurgées menacent de faire rendre aux Arabes de “l‘Arad l’argent que l’autorité a déjà perçu” ». Sous les menaces, le général est poussé à ne pas partir avec l’argent (B. Slama, 1967, 30).

79 Pro, FO 102/71, Stevens à Wood, Sousse, 4 juin 1864. M. Gandolphe, 1918, 143.

80 Ḍiyāf, 1989, vol. v, 168 ; trad. H. Karoui, La révolte de b. Ghadim, 40.

81 Pro, FO 339/92, Stevens à Wood, Sousse, 29 mai 1864. M. Gandolphe, 1918, 143.

82 Ḍiyāf, 1989, vol. viii, 150.

83 Ḍiyāf, 1989, vol. v, 162 ; trad. H. Karoui, La révolte de b. Ghadim, 33.

84 M. Bey, 1968, 1464 : Mae, Paris, CP, vol. 22, de Beauval, 16 avril 1864, f. 147-149.

85 Ḍiyāf, 1989, vol. v, 189 ; trad. H. Karoui, La révolte de b. Ghadim, 61.

86 T. Bachrouch, 1991, 308 : lettre de Salīm b. ‘Alī b. Naṣr au général Rašīd, 17 mai 1864.

87 Pro, FO, 102/71, Wood au comte Russell, Tunis, 20 mai 1864.

88 Mae (Nantes), Tunis, Consulat, Poste consulaire, Sousse, carton 9, du vice-consul Espina à de Beauval, 17 juillet 1864.

89 P. Grandchamp, 1935, vol. ii, 89 : Espina à de Beauval, Sousse, 3 novembre 1864.

90 B. Slama, 1967, 112.

91 P. Grandchamp, 1935, vol. i, 214, de Beauval, 3 juillet 1864.

92 Ant, SH, C. 179, d. 989, arch. 27, Ismā‘īl Ṣāḥib al-Ṭābi‘ à Muṣṭafā Khaznadār ; arch. 28, Muṣṭafā Khaznadār à Ismā‘īl Ṣāḥib al-Ṭābi‘, 8 juillet 1864 (3 ṣafar 1281) ; arch. 35, 10 juillet 1864 (5 ṣafar 1281).

93 K. Chater, 1978, 58.

94 Ḍiyāf, 1989, vol. v, 202 ; trad. H. Karoui, La révolte de b. Ghadim, 73.

95 Ḍiyāf, 1989, vol. v, 205 ; trad. H. Karoui, La révolte de b. Ghadim, 75.

96 Pro, FO 339/92, Stevens à Wood, Sousse, 11 octobre 1864.

97 J. Ganiage, 1959, 268 ; M. Kraïem, 1973, 312 : « Les témoignages de ben Dhiaf sur les atrocités commises par Ahmed Zarrouk dans le Sahel ne cèdent en rien aux horreurs perpétrées par les camps de pillage commandés par le frère du souverain Ali Bey et le général Rostom à partir de 1865. »

98 Pro, FO 339/92, Stevens à Wood, Sousse, 11 octobre 1864.

99 Ḍiyāf, 1989, vol. v, 209 ; trad. H. Karoui, La révolte de b. Ghadim, 79-80.

100 K. Chater, 1978, 168.

101 M. Bey, 1968, 1553. Mae, Paris, CP, vol. 24, Espina à de Beauval, 16 novembre 1864, f. 152.

102 M. Bey, 1968, 1555. Mae, Paris, CP, vol. 24, Espina à de Beauval, 30 novembre 1864, f. 160.

103 J. Ganiage, 1959, 269.

104 Pro, FO 339/92, Stevens à Wood, Sousse, 11 octobre 1864.

105 K. Chater, 1978, 165.

106 Ḍiyāf, 1989, vol. v, 212.

107 Ant, SH, C. 179, d. 987, arch. 19, Ḥusayn al-Jallūlī à Aḥmad Zarrūq, 19 décembre 1864 (20 rajab 1281).

108 K. Chater, 1978, 78.

109 Ant, al-Rā’id al-Tūnisī, 6 mai 1864 (29 qa‘da 1280), n° 36, 1.

110 Ḍiyāf, 1989, vol. v, 205-206 ; trad. H. Karoui, La révolte de b. Ghadim, 76.

111 K. Chater, 1978, 89.

112 M. Gandolphe, 1918, 138, 153.

113 M. A. Ben Achour, 1989, 124.

114 P. Ducroquet, 1908, 380 ; 1909, 24.

115 Ch. Monchicourt, 1917, 10.

116 K. Chater, 1978, 192.

117 L. Anderson, 1986, 69, note 2.

118 Ḍiyāf, 1989, vol. v, 218 ; trad. H. Karoui, La révolte de b. Ghadim, 88. M. H. Chérif (1992, 40) évoque aussi une crise de société « réelle, profonde au xixe siècle » qui « eut pour effet de provoquer un certain divorce entre la société et l’État beylical ».

119 Ḍiyāf, 1989, vol. vi, 40.

120 Ḍiyāf, 1989, vol. v, 190 ; trad. H. Karoui, La révolte de b. Ghadim, 62.

121 J. Ganiage, 1959, 429.

122 Mae, CP, Tunis, vol. 27, Duchesne de Bellecourt, 24 août 1866, f. 248 v.

123 L. Blili, 2004, 435.

124 A. Larguèche, 1999, 122, 158. Le bey et son entourage ne renoncèrent pas à s’illustrer par des dons individuels : Muḥammad al-Ṣādiq Bāšā Bey, Muṣṭafā Khaznadār versèrent respectivement 15 000 et 7 000 piastres à des Bédouins ruinés qui s’étaient réfugiés dans la capitale en octobre-novembre 1867 (rajab 1284). Nisim Bīšī envoya de Paris 25 000 piastres en aumône destinée aux Juifs (Ḍiyāf, 1989, vol. vi, 118-120).

125 R. Lakhal, 2004, 471.

126 Ḍiyāf, 1989, vol. vi, 121-123 : autour de 1867, le « bey » ne voulait pas entendre les plaintes fiscales de gens du cap Bon. Venu à la Kasbah, durant le mois de ramadan, le souverain ne marqua aucune émotion au sort des pauvres de la capitale qui mouraient de faim et de froid.

127 A. Chenoufi, 1990, 37.

128 Pro, FO 102/71, Wood à Charles Carleton, agent consulaire à Sfax, 9 juin 1864 ; Djerba, 2 juin 1864.

129 P. Grandchamp, 1935, vol. i, 168, Mattei à de Beauval, Sfax, 10 juin 1864. D’après l’agent consulaire Charles Carleton, il avait au contraire été plutôt bien accueilli (Pro, FO 102/72, Charles Carleton à Wood, 15 juillet 1864).

130 J. Ganiage, 1959, 140.

131 P. Grandchamp, 1935, vol. ii, 123, Pistoritti, Sousse, 29 décembre 1864 ; M. Gandolphe, 1918, 152-153.

132 P. Grandchamp, 1935, vol. ii, 1, Mattei à de Beauval, Tunis, 18 août 1864.

133 Ant, SH, C. 180, d. 991, arch. 59, Rustum à Muṣṭafā Khaznadār, 14 septembre 1864 (12 rabī‘ II 1281).

134 Ant, SH, C. 179, d. 984, arch. 176, dépêche télégraphique, Aḥmad Zarrūq à Muṣṭafā Khaznadār, 4 juillet 1869 (24 rabī‘ I 1286).

135 K. Chater, 1978, 180.

136 Mae, CP, Tunis, vol. 31, de Botmiliau, 3 octobre 1868, f. 181.

137 P. Grandchamp, 1935, vol. ii, 141, Mattei à Duchesne de Bellecourt, Sfax, 5 février 1865.

138 Ḍiyāf, 1989, vol. viii, 150.

139 Mae, CP, Tunis, vol. 26, Moulin, 2 septembre 1865, f. 19 r.

140 Ḍiyāf, 1989, vol. v, 206 ; trad. H. Karoui, La révolte de b. Ghadim, 77.

141 Ḍiyāf, 1989, vol. v, 206 ; trad. H. Karoui, La révolte de b. Ghadim, 76.

142 Mae, CP, Tunis, vol. 26, Moulin, 2 septembre 1865, f. 20 r.

143 Ḍiyāf, 1989, vol. vi, 35, 81.

144 Ḍiyāf, 1989, vol. vi, 49-50, 63, 76 ; Mae, CP, Tunis, vol. 25, Duchesne de Bellecourt, 21 avril 1865, f. 110-111, 25 avril 1865, f. 132 r. : « Ils sont destinés, dit-on, à agir en cas de besoin, avec plus d’efficacité contre les Arabes, si ces derniers tentaient encore quelque soulèvement. »

145 Mae, CP, Tunis, vol. 29, de Botmiliau, 20 octobre 1867, f. 184.

146 M. A. Ben Achour, 1989, 367.

147 Mae, CP, Tunis, vol. 25, « Note sur les tendances du gouvernement tunisien », 1re annexe à la dépêche de Duchesne de Bellecourt, 31 juillet 1865, f. 312 v.

148 Mae, CP, Tunis, vol. 28, de Botmiliau, 16 juillet 1867, f. 281.

149 Mae, CP, Tunis, vol. 40, de Vallat, 27 octobre 1873, f. 263 v.

150 O. Lagrange, 1868, 340-341 cité par H. Karoui, 1973, 102 et M. Bey, 1968, 1316.

151 H. Karoui, 1973, 104.

152 Ḍiyāf, 1989, vol. v, 214 ; trad. H. Karoui, La révolte de b. Ghadim, 85.

153 Wilfrid J. Rollman (2004, 2005) souligne cette ambivalence des États issus de la réforme en ce qu’ils réussissent à maîtriser leurs domaines intérieurs mais ne parviennent qu’à de très rares exceptions à des conquêtes extérieures.

© Éditions de la Sorbonne, 2011

Nutzungsbedingungen http://www.openedition.org/6540