Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Histoire monde, jeux d’échelles et espaces connectés

 | 
Société des historiens médiévistes de l’Enseignement supérieur public

Voir et décrire le monde

« L’intention de monseigneur de Béthencourt est d’ouvrir le chemin du fleuve de l’or »

Autour du rêve africain de Jean de Béthencourt

“Monseigneur de Betancourt’s Intention is to Open the Way to the Golden River.” The African Dream of Jean de Betancourt

Christophe Maneuvrier

Résumé

L’expédition de Jean de Béthencourt et de Gadifer de La Salle vers les Canaries fait encore parfois figure d’histoire « déconnectée », comme s’il s’agissait d’une aventure personnelle sans réel antécédent ni prolongement. Cette contribution consiste à réinterroger les motivations et les horizons mentaux des protagonistes, en cherchant à comprendre quelles représentations ils ont des Canaries et des côtes de l’Afrique. Les deux versions du récit montrent que les navigateurs disposent de connaissances assez étendues sur l’archipel. De la côte de Barbarie, où ils tentent à plusieurs reprises de brèves incursions, leur parviennent également des informations, certes plus limitées. L’objectif final de leur expédition consiste toutefois à atteindre l’Afrique subsaharienne, celle du « fleuve de l’or ».

Jean de Betancourt and Gadifer de La Salle’s expedition to the Canary Islands is often seen as “disconnected” history as if it was a purely personal adventure without anything before or after. This contribution is an examination of the motivations and mental horizons of the protagonists. We would like to understand their representations of the Canary Islands and the coasts of Africa. There are two narrative versions of the journey which show that the navigators possessed a quite extensive knowledge of the archipelago. They also made several attempts at incursions into the Barbary Coast from which they gathered a certain amount of more limited information. And their final objective was to reach the Sub Saharan Africa of the “Golden River”.

Texte intégral

  • 1 Le manuscrit B, dit de « Montruffet » fut longtemps conservé dans des archives familiales avant d’e (...)
  • 2 Le manuscrit G ou « Egerton » fut acquis par le British Museum en 1888 et se trouve aujourd’hui à l (...)

1L’expédition menée par Jean de Béthencourt et Gadifer de La Salle, en 1402, vers les Canaries a fait l’objet de très nombreux commentaires depuis la publication par Pierre Bergeron du manuscrit attribué à Jean V de Béthencourt, en 1630, appelé depuis manuscrit B, ou de « Montruffet1 ». La découverte par Pierre Margry du manuscrit G (ou « Egerton ») et sa publication en 1896 renouvelèrent profondément la vision que l’on avait de cette expédition. Léopold Delisle a très vite démontré l’antériorité du manuscrit Gadifer dont le texte fut repris et transformé par l’auteur du manuscrit B pour mettre en valeur le rôle de Jean de Béthencourt et faire passer celui de Gadifer, au second rang2. Les deux manuscrits offrent donc deux points de vue sur une expédition qui part de La Rochelle en mai 1402 vers les Canaries pour en faire la conquête. Rapidement, cependant, le manque de ressources conduit Béthencourt à chercher de l’aide auprès du roi de Castille, laissant Gadifer seul dans les Canaries pendant plus de dix-huit mois. Durant ce temps, ce dernier explore l’archipel, mais doit faire face à la révolte d’une partie de ses compagnons. Après le retour de Béthencourt aux Canaries, en avril 1404, les deux hommes achèvent la conquête de Lanzarote et de Fuerteventura, mais Gadifer, se sentant trahi par Béthencourt, qui avait obtenu du roi de Castille le titre de seigneur des îles, décide d’abandonner l’expédition et rentre définitivement en France. Peu après, Béthencourt rentre à son tour en Normandie pour y recruter des colons, paysans et artisans, qu’il installe aux Canaries en mai 1405. En décembre 1405, il rentre en Normandie, laissant sur place son neveu, Maciot.

  • 3 J. Favier, Les grandes découvertes d’Alexandre à Magellan, Paris, 1991, p. 410-414 ; A. Sadourny, « (...)
  • 4 E. Serra Rafols et A. Cioranescu, Le Canarien. Cronicas francesas de la conquista de Canarias, Font (...)
  • 5 A. Sadourny, « Les expéditions de Jean de Béthencourt… », loc. cit. n. 3, p. 201-208.
  • 6 E. Aznar, B. Pico, D. Corbella, Le Canarien. Manuscritos, transcripción y traducción, La Laguna, 20 (...)
  • 7 E. Aznar, D. Corbella, B. Pico, M. Privat, A. Tejera, Le livre nommé Le Canarien…, op. cit. n. 2.

2L’historiographie française a longtemps considéré l’expédition entreprise par Béthencourt et Gadifer de La Salle comme une bizarrerie, une aventure personnelle, sorte de « préfiguration des expéditions du début des Temps modernes3 ». En Espagne et aux Canaries, l’histoire de la colonisation de l’archipel a été profondément marquée par les travaux d’Elias Serra Rafols et d’Alejandro Cioranescu, qui réalisèrent entre 1959 et 1965 une nouvelle édition du Canarien4. Rien de surprenant alors que Béthencourt, en pleine période franquiste, ait été élevé au rang de héros national. C’est d’ailleurs à la suite d’une initiative canarienne qu’un minuscule « Musée Jean de Béthencourt » fut créé dans les années 1990 à Grainville-la-Teinturière, où son souvenir avait alors quasi disparu5. Les travaux sur l’histoire des Canaries furent poursuivis dans les années 1980 et 1990 dans les deux universités canariennes et permirent la publication, en 2003, d’une traduction espagnole6, puis d’une publication des deux manuscrits aux éditions du CNRS en 20087.

  • 8 M. Mollat, Le commerce maritime normand à la fin du Moyen Âge, Paris, 1952, p. 18.

3L’expédition canarienne de Béthencourt et Gadifer fait donc encore trop souvent figure « d’histoire déconnectée », comme s’il s’agissait d’une simple aventure personnelle, sans antécédent ni prolongement. « Le problème de leurs motifs déterminants reste entier », écrivait Michel Mollat, il y a plus d’un demi-siècle8. C’est donc sur ce point que nous nous proposons de revenir après avoir tenté d’interroger l’horizon mental des deux protagonistes en cherchant à approcher, à partir de leurs manuscrits, l’état de leurs connaissances sur les territoires éloignés que sont les Canaries, la côte de Barbarie (l’actuel littoral du Maroc et de la Mauritanie) et l’Afrique sub-saharienne.

L’archipel des Canaries vu par Gadifer et Béthencourt

  • 9 Le Canarien, G, p. 134.
  • 10 C. Verlinden, « Deux aspects de l’expansion commerciale du Portugal au Moyen Âge (Honfleur au xive  (...)
  • 11 Paris, AnF, J1030, no 51, Layette du trésor des chartes, gouvernement de Normandie. M. Arnoux, « In (...)
  • 12 N. Bouloux, « Une géographie orientée vers la colonisation : les ressources des Canaries (début du (...)

4Béthencourt et Gadifer n’ont, en partant vers les Canaries, qu’une connaissance assez superficielle de l’archipel, mais on mesure à travers les deux récits à quel point ils ont tenté tout au long de leur exploration, d’en apprendre sur la géographie des îles et sur leurs habitants. Ce qu’ils en connaissent au moment de leur départ provient en partie de ces « nafves d’Espaigne et d’ailleurs qui ont acoustumé de frequenter en cestes marches9 ». De fait, les Portugais (depuis 1341) et les Castillans (depuis 1364) disposaient de privilèges commerciaux importants dans l’estuaire de la Seine, notamment à Harfleur, où ils étaient nombreux10. Plusieurs livres de comptes témoignent de la facilité avec laquelle on pouvait alors acheter du sucre, du riz et des épices dans la basse vallée de la Seine. Celui d’un officier royal en déplacement à Caudebec, au tout début du xive siècle, signale par exemple des achats d’amandes, de riz, de sucre, de safran et de cannelle dont l’origine n’est pas précisée, mais qui pourraient provenir d’Espagne ou d’Afrique du Nord11. Le récit mentionne également l’utilisation d’un ouvrage et d’une carte, laquelle constitue la première mention connue d’une carte utilisée pour estimer des distances de navigation. Toutefois, il semble que la consultation de ce document cartographique ait été effectuée par Gadifer après son voyage, et on ignore si les deux navigateurs le connaissaient au moment de leur départ12.

  • 13 Le Canarien, G, p. 100.
  • 14 Ibid., p. 148.
  • 15 Ibid., p. 84.
  • 16 C’est le cas de Anago, qui s’échappe lors de l’attaque de Bertin et de Ache, originaire de la parti (...)

5L’essentiel de ce qu’ils connaissent de l’archipel provient cependant de leurs deux interprètes guanches, Isabelle et Alfonse, d’anciens esclaves achetés en Espagne13. Originaires tous deux de l’île de Lanzarote, Isabelle et Alfonse sont cependant incapables de converser avec les habitants des autres îles. Gadifer et Béthencourt ont donc recours à d’autres truchements originaires de la Grande Canarie et d’El Hierro dont on ignore la provenance14. De la géographie de l’archipel, ils connaissent surtout la toponymie des îles. Certains noms apparaissent même pour la première fois dans une source écrite européenne : si Fuerteventura, Lanzarote, La Palma, Los Lobos ou Graciosa sont déjà indiqués sur le portulan de Dulcert ou sur l’atlas catalan d’Abraham Cresques, Béthencourt et Gadifer utilisent par exemple le nom guanche de la Grande Canarie, désignée sous la forme « Erbanne15 ». Ils sont également capables de désigner plusieurs personnages canariens par leurs noms16.

  • 17 Le Canarien, B, p. 227.
  • 18 Le Canarien, G, p. 100.
  • 19 Le Canarien, G et B, p. 144-145.

6Le récit contient la première mention Lorsque Gadifer et Béthencourt débarquent pour la première fois aux Canaries, l’archipel est déjà fréquenté depuis plusieurs décennies par des marins espagnols. Au sein de leur équipage figurent d’ailleurs plusieurs marins espagnols qui ont probablement été engagés parce qu’ils connaissent la route pour s’y rendre17. Par la suite, peu après le départ de Béthencourt pour l’Espagne, un navire arrive au port de l’île de Lobos. Gadifer croit d’abord reconnaître la « nef Tranchemar » dirigée par un certain Ferrant d’Ordoignes, alors qu’il s’agit en fait de la « nef Morelle » dirigée par Francisque Calve. Originaire de Castille, il est venu comme beaucoup d’autres chercher des Guanches pour les conduire en Espagne et les vendre comme esclaves18. Preuve qu’il dispose d’indications fiables, Gadifer évoque également la mission d’évangélisation entreprise par les treize frères arrivés vers 1382 dans la Grande Canarie et qui furent massacrés quelques années plus tard par les Guanches, affirmant même avoir trouvé dans l’île un testament rédigé par les évangélisateurs19.

  • 20 Le Canarien, B, p. 139.

7Les deux versions du Canarien témoignent de ce que les Français comme les Castillans avaient également des connaissances sur la botanique des Canaries, notamment sur deux plantes rares à leurs yeux : l’orseille et le dragonnier. L’orseille est un lichen à partir duquel on peut obtenir un produit tinctorial pour la laine dont la première mention figure dans une énumération des ressources de l’île susceptibles d’être exportées vers l’Europe : « Orseille qui vault biaucoup d’argent, qui sert a tainture20. » Plus loin, Béthencourt ordonne que toutes les ventes d’orseille soient placées sous son contrôle :

  • 21 Ibid., p. 255.

Et quant au regart de l’oursolle, nullui ne l’osera vendre sans el congé du roy et seigneur du païs ; c’est une graine qui peult valoir biaucoup au seigneur du païs et qui vient sans main mestre21.

  • 22 Le Canarien, G, p. 144 et B, p. 145.
  • 23 Le Canarien, B, p. 139. Voir également G, p. 198 et B, p. 199.

8Lorsque Gadifer arrive dans l’île de Fortaventura, il est accueilli par un groupe de 500 personnes avec qui il parlemente un long moment. Vient ensuite le temps des opérations commerciales : les Guanches apportent des figues et du sang-dragon – preuve qu’ils savent ce que cherchent les Européens – qu’ils échangent contre des outils en fer : hameçons, couteaux et aiguilles à coudre22. Du côté des Français, ces échanges sont effectués pour une valeur de 2 000 doubles alors que l’investissement n’a été que de deux francs de ferraille, soit un rapport de plus de 1 pour 1 000. Il est donc clair que les deux parties savent précisément ce que l’autre cherche à obtenir. Le sang-dragon, extrait du dragonnier des Canaries (qui ne pousse que dans cet archipel et dans certains lieux de l’Atlas marocain), est donc suffisamment bien connu de Gadifer et de Béthencourt pour faire partie des produits susceptibles d’être exportés vers l’Europe23. Utilisé en pharmacie, son prix est tel en France qu’il peut permettre de réaliser de gros bénéfices.

Les expéditions menées sur la côte de Barbarie

9Plus étonnant, Gadifer et Béthencourt disposent de connaissances relativement précises sur ce qui se passe alors au Maroc. Les deux manuscrits affirment d’abord que Béthencourt construisit une forteresse pour se protéger à la fois des Guanches et du roi de Fès, qu’il soupçonne de vouloir envahir l’île de Lanzarote :

  • 24 Le Canarien, G, p. 188.

Et aprés a commencé monseigneur de Bethebcourt a se fortifier a l’encontre des anemis, affin de mestre le païs en sa subgecion, et auxi pour ce que on leur a donné a entendre que le roy de Feze veult armer contre lui et sa compagnie, et dit que toutez les isles lui doivent appartenie24.

  • 25 Ibid., p. 114. Ce voyage est également signalé dans un autre passage du manuscrit G, p. 88.

10S’agit-il d’une simple rumeur, d’un fantasme, ou d’une information réelle obtenue chez l’ennemi ? Un autre passage révèle d’autres échanges d’informations entre le Maroc et les Français installés aux Canaries : les deux versions du Canarien rapportent trois expéditions conduites par des marins vers les côtes africaines. La première est effectuée peu après la trahison de Bertin de Berneval envers Gadifer, plusieurs de ses soutiens étant abandonnés sur l’île par le même Bertin. La douzaine d’hommes se confie d’abord auprès du chapelain de Gadifer pour tenter d’obtenir le pardon de Gadifer avant de décider de quitter les Canaries, « craignans l’ire et le courroux d’icellui, comme gens desesperez prindrent leur chemin a tout le batel droit en la terre de Mores quar les navefs povoient bien adoncques estre mie voie de la et d’Espaigne, et quant est de leur gouvernement ilz se alerent noier à Vc milles de nous, et de XII que euls estoient, les deux en eschaperent qui furent esclavez bien pres de la cité de Marroc25 ».

  • 26 Ibid., p. 136.

11Comment Gadifer eut-il des nouvelles de l’équipage ? Une partie de la réponse est apportée par la suite du manuscrit, qui relève que « l’un des bateaux de la nef Gadifer que les faulx traistres qui la estoient emmenerent ou mois d’octobre mil CCCC et deux, ouquel ilz sont aventurez en la coste de Barabarie, est revenu sain et entier de plus de V cens mille d’ici, la ou ilz furent noiez ; et arriva a nostre port de l’isle Gracieuse ou mois d’aoust mil CCCC et trois26 ». Après un exil de près de dix mois, certains marins revinrent donc aux Canaries. Sans doute furent-ils témoins du naufrage de leurs compagnons, qu’ils purent raconter à Gadifer ou à son chapelain, mais comment savaient-ils que deux marins étaient devenus esclaves non loin de Marrakech, ville située à plus de 500 km au nord des Canaries ? Il y a plus encore : alors que l’événement se produisit lorsque Béthencourt était en Castille auprès du roi, le manuscrit B ajoute au récit du chapelain de Gadifer un détail surprenant :

  • 27 Le Canarien, B, p. 115.

Et de XII qu’ilz estoient les X furent noyés et les deulx furent esclaves de quoy l’un est depuis mort et l’autre, qui s’appelle Ciot de Laigue, est demouré vif en la main des païens27.

12La deuxième expédition mentionnée dans le Canarien peut être perçue comme une mission d’exploration : après avoir entrepris la reconnaissance des différentes îles de l’archipel, et alors que Béthencourt est encore en Espagne, Gadifer envoie un bateau en reconnaissance sur les côtes africaines :

  • 28 Le Canarien, G, p. 174.

Et mesment se partit-il la saison avant que nous venissons par dessa un bateau avecques XV compaignons dedans d’une de noz isles nommee Erbane, et s’en alerent au cap de Bugeder, qui siet ou royaume de la Guynoye a XII lieues prez de nous, et la prinstrent des gens du païs et s’en retournerent a la Grant Canare, la ou ilz trouverent leurs compaignons et leur navire qui la les attendoient28.

  • 29 C’était déjà l’identification proposée par R. Mauny, « Les navigations médiévales sur les côtes sah (...)
  • 30 Le Canarien, B, p. 201.
  • 31 Ibid., p. 211.

13Sans doute y a t-il de la part de Gadifer une confusion sur la localisation du cap Bojador, puisque l’on comprend que l’équipage fit la traversée au plus court, ce qui doit l’avoir conduit dans les environs du cap Juby, près de l’actuelle ville de Tarfaya29, à 270 km environ au nord de Boujdour. Toutefois, la localisation de ce lieu nommé « Bugeder » semble bien définie, tant pour Gadifer que pour Béthencourt qui, à plusieurs reprises, localisent des îles de l’archipel des Canaries par rapport à ce cap. Ainsi, l’île de Palme est située à 100 lieues françaises de Bugeder30, tandis que celle de Fortaventura n’est placée qu’à 12 lieues françaises31.

14La troisième expédition fut conduite par Béthencourt, et elle est formellement datée dans le manuscrit B du 6 octobre 1405 :

  • 32 Le Canarien, B, p. 251.

Fortune vint dessus la mer que les barges furent departies et vindrent toulz trois pres des terres sarrasines, bien près du port de Bugeder. Et la dessendit monseigneur de Bethencourt et ces gens et furent bien huit lieus dedens le pais et prindrent hommes et femmes qu’ilz amenerent avec eulx et plus de trois mille chamyaulx, mais ilz ne les purent recueillir au navire et en tuerent et jarerent. Et puis s’en retournerent a la Grant Canare32.

15Quelques lignes plus loin, l’auteur poursuit son récit :

  • 33 Ibid.

Et la [dans l’île de la Grande Canarie] arriva une des barges qui avoit esté a la coste de Begeder en laquelle estoit des gens de mondit seigneur de Bethencourt […]. Quant ilz furent arrivés ilz furent ung pou orgeulleus de ce qu’ilz estoient si avant entrés en terre ferme au païs des Sarrazins33 ».

16Si l’indication de la présence de 3 000 chameaux peut faire douter de la sincérité de l’auteur, Béthencourt se vante ensuite auprès du roi de Castille, puis du pape d’avoir été sur la terre des infidèles, ce qui ne permet guère de douter de la réalité de l’entreprise :

  • 34 Ibid., p. 267.

Le roy d’Espaigne ycy me rescrit que vous avés conquis sertaines isles, lesquelles sont de present a la foy Jhesuscrist, et les avez fait tous batizer, pour quoy je vous veulx tenir mon enffant et enfant de l’Esglize. Et serés cause et commencement qu’il ly ara d’autres enfans qui conquerront apprés plus grant chose, car, ainssi que j’entens, le païs de terre ferme n’est pas loing d’y la : le païs de Guynée et le païs de Barbarie ne sont pas a plus de XII lieues. Encore me rescrip le roy d’Espaigne que vous avés esté dedens ledit païs de Guynee bien X lieues et que vous avés tué et amené des Sarazins d’icellui païs34.

17Sans doute ne faut-il pas prendre au pied de la lettre l’indication faite ici selon laquelle Béthencourt serait allé jusqu’en Guinée, la « côte de Barbarie » et l’Afrique subsaharienne étant ici confondues en un seul espace considéré comme inaccessible. Pourtant, c’est bien cette région d’Afrique, celle du « fleuve de l’or », que rêvent d’atteindre, pour des raisons assez différentes, Gadifer et Béthencourt.

Ouvrir la route de l’or vers la Guinée

  • 35 Sur Gadifer : E. Serra Rafols et A. Cioranescu, Le Canarien. Cronicas francesas de la conquista…, o (...)
  • 36 El Libro del conoscimiento de todos los reinos (The Book of Knowledge of All Kingdoms), Edition, Tr (...)
  • 37 E. Vagnon, « Comment localiser l’Éthiopie ? La confrontation des sources antiques et des témoignage (...)

18Gadifer de La Salle et Jean de Béthencourt apparaissent comme des personnalités différentes, réunies dans un même but, celui d’atteindre « le fleuve de l’or ». Toutefois, leurs motivations semblent bien avoir été assez distinctes. Le premier est pétri de culture courtoise, et son œuvre, probablement composée pour le duc de Bourgogne, apparaît comme un récit d’aventures chevaleresques bien plus que comme un récit de voyage35. Homme de lettres, il a nommé son fils Hannibal et choisi le nom de Rubicon pour désigner le fort qu’il construit dans l’île de Lanzarote. Cette culture antique et littéraire est, au moins pour partie, un héritage familial puisque son propre nom lui vient du Roman d’Alexandre. C’est aussi un chevalier épris de croisades : en 1378, il trouve auprès du duc de Berry un soutien financier pour sa participation à la croisade des chevaliers Teutoniques. Il sert également les Hospitaliers à Rhodes, puis participe, sous le commandement du duc de Bourbon, au siège d’Al-Mahdiya en Tunisie. Pour Gadifer, l’expédition aux Canaries est conçue comme une aventure au service de la foi et de l’Église, et on mesure à travers la traduction du Libro del conocimiento de todos los reinos, insérée dans son ouvrage, combien il rêve d’être celui qui découvrira le prêtre Jean. Cet ouvrage, composé peu après 1378 (l’auteur, qui affirme être né en 1305, signale que le pape réside en Avignon), est assez étrange puisqu’il contient une description des pays que l’auteur est censé avoir traversés, mais aussi de très nombreuses représentations héraldiques, réalistes ou non, comme celles du « roi de Guinée » ou du prêtre Jean36. Probablement s’agit-il, comme l’a montré Emmanuelle Vagnon, de la description d’une carte proche de l’Atlas catalan37. Incontestablement, le choix fait par Gadifer d’insérer ce volume dans son manuscrit traduit une connaissance surtout livresque de l’Afrique autant qu’une représentation très idéalisée.

  • 38 Sur ce personnage : E. Serra Rafols et A. Cioranescu, Le Canarien…, op. cit. n. 4, vol. I, Introduc (...)
  • 39 C’est notamment l’interprétation de J. Favier, Les grandes découvertes…, op. cit. n. 3, p. 411, et (...)

19La personnalité de Jean de Béthencourt apparaît fort différente, même s’il possède plusieurs points communs avec Gadifer38 : comme lui, il a été (vers 1377) au service du duc d’Anjou et a participé à la croisade de 1390. Peu avant de partir pour les Canaries, Béthencourt a hypothéqué ses biens. Il a également été poursuivi pour avoir attaqué en temps de paix un navire anglais, ce en quoi plusieurs auteurs ont vu la cause de son départ, comme si, traqué par la justice, il ne lui restait comme solution que de s’exiler loin du royaume pour tenter de se faire oublier de la justice royale39. Cette hypothèse me semble pourtant peu plausible, puisque Béthencourt ne paraît pas avoir été poursuivi lorsqu’il revint en Normandie. Au contraire, je suis plutôt d’avis de voir en cette guerre de course un moyen de financer son expédition : attaquer des navires anglais en temps de paix était certes interdit, mais à partir de l’arrivée sur le trône de Henri IV, en 1399, les tensions entre la France et l’Angleterre reprennent et les actes de piraterie, des deux côtés de la Manche, redeviennent monnaie courante.

  • 40 A. Sadourny, « Les expéditions de Jean de Béthencourt… », loc. cit. n. 3.
  • 41 G. Bois, La crise du féodalisme, Paris, 1976. Voir également D. Angers, Le terrier de Philippe d’Ha (...)

20Alain Sadourny a récemment écrit que l’objectif final de Béthencourt pourrait avoir été la colonisation de l’archipel40. L’époque semble pourtant difficile pour une telle entreprise, car même si les campagnes du pays de Caux connaissent un répit depuis les années 1380-1390, il reste encore beaucoup à faire tant la croissance démographique demeure faible, et de très nombreuses terres sont disponibles pour qui les veut41. La colonisation de l’archipel pourrait plutôt avoir été conçue par Béthencourt comme une étape nécessaire pour parvenir à un objectif plus lointain.

21L’hypothèse selon laquelle la conquête des Canaries ne serait pas l’objectif final de l’entreprise, mais une étape nécessaire pour aller plus loin n’a jamais été explorée jusqu’à présent. Pourtant, les deux versions du récit concordent sur un point : l’objectif affirmé est bien d’atteindre le fleuve de l’or. La réécriture du passage concerné dans la version B montre toutefois que les finalités du voyage sont différentes pour Gadifer et Béthencourt. N’ayant qu’une connaissance livresque de l’Afrique, Gadifer rêve de découvrir l’île de Gadez, qu’il croit proche du fleuve de l’or, dans l’espoir qu’elle puisse lui ouvrir la porte du royaume du prêtre Jean :

  • 42 Il est clair que cette localité ne peut être confondue dans l’esprit de Gadifer avec Cadix, qu’il c (...)
  • 43 E. Aznar, D. Corbella, B. Pico, M. Privat, A. Tejera, Le livre nommé Le Canarien…, op. cit. n. 2, p (...)
  • 44 Le Canarien, G, p. 176.

L’entencion de Gadifer est d’essaier d’ouvrir le chemin et, s’il puet conquerir l’isle de Gadez42, qui est bien près du fluv43 de l’or, ce ly seroit un grant commencement pour le chemin ouvrir. Et sont gens qui oncques ne virent guerrez, si est son entencion d’y aler ou d’y envoier une barge ou aultre navire en manière de marchans pour aviser les pors et les contreez et le gouvernement des pais afin d’estre plus certain de son fait ; et selon ce qu’il trouvera, il mettra paine et diligence à l’exécution du fait, car s’il en vient à bonne fin, ce sera grandement l’onneur et le proufit du royaume de France et de tous les Royaumes chrétiens qui sont devers Ponant44.

22Dans le manuscrit B, l’auteur s’inspire du début du passage du manuscrit G tout en le transformant assez librement :

  • 45 Le Canarien, B, p. 177.

L’entencion de monseigneur de Bethencourt est d’ouvrir le chemin du fluve de l’Or, car s’il en venoit à bonne fin, ce seroit grandement l’onneur et le proufit du royaulme de France et de tous les royaulmes crestiens, veu que l’en approcheroit les marches de prestre Jehan, dont tant de biens et de richesses viennent45.

  • 46 Ibid., p. 121. La phrase se termine par « et anssi fit-il quant il fut vestu et saisi paisiblement (...)

23Le fleuve de l’or est donc bien l’objectif à atteindre pour Béthencourt, et l’auteur du manuscrit B insiste surtout sur les richesses que l’on espère tirer de cette région. Pour s’en convaincre, il suffit de regarder les avantages qu’il obtient du roi de Castille : Henri III lui accorde tout d’abord un privilège commercial exclusif lui permettant de prélever pour son compte le cinquième denier de toutes les marchandises qui arriveraient des Canaries, ce qui révèle l’espoir qu’avait Béthencourt de développer des relations commerciales entre ces deux espaces. À quelles marchandises pouvait-il penser ? Sans doute à l’orseille et au sang-dragon, mais aussi à l’or africain. D’où le second privilège considérable accordé à Béthencourt : « le roy lui donna congé de faire monnoie au païs de Canare46 ». L’absence de cuivre ou d’argent dans les îles indique bien que Béthencourt espère être un jour en mesure de transformer la poudre d’or africaine en monnaies sonnantes et trébuchantes.

  • 47 Il s’agit ici du Libro del Conoscimiento dont Gadifer attribue la rédaction à un frère mineur espag (...)
  • 48 Le Canarien, G, p. 176.
  • 49 E. Vagnon, « Comment localiser l’Éthiopie ?… », loc. cit. n. 36.
  • 50 N. Villault de Bellefonds, Relations des costes d’Afrique appelées Guinée avec la description du pa (...)
  • 51 Ce texte fut publié par P. Margry, Les Navigations françaises et la révolution maritime du xive au (...)

24Si le manuscrit G (écrit pour Gadifer) témoigne d’une connaissance avant tout livresque et très idéalisée de l’Afrique, le manuscrit B écrit pour Béthencourt contient, lui, des éléments qui témoignent de contacts avec le Maroc. Tous deux semblent surtout indiquer qu’au-delà des Canaries, l’objectif de l’expédition vise à contourner la côte de Barbarie pour atteindre « le fleuve de l’or », là où le premier espère trouver la voie vers le royaume du prêtre Jean, mais où le second situe la source du métal jaune. Sans doute ne saura-t-on jamais ce que Béthencourt savait ou croyait savoir de cette Afrique qu’il désigne d’une manière très générale sous le nom de « Royaume de Guinée », mais il n’est guère envisageable d’imaginer qu’il s’était lancé dans une aventure aussi coûteuse et risquée sans rien en connaître. Une phrase du Canarien laisse à penser que Gadifer et Béthencourt ont pu recueillir des témoignages de la part de marins ayant fréquenté les régions du fleuve de l’or : « Et se les chouses de par dessa sont tellez que le livre du fraire espaigneul47 devise et auxi que ceulx qui ont frequenté en cestez marchez dient et racontent48… » Comme il est impossible qu’il puisse s’agir de témoignages provenant de l’expédition des frères Vivaldi, qui tentèrent en 1291 de rejoindre l’Inde en contournant l’Afrique, ou de celle de Jaume Ferrer, qui s’élança en 1346 depuis les Canaries vers le fleuve de l’or, puisqu’elles furent toutes deux des échecs49, on doit considérer que d’autres expériences, non attestées par des sources écrites, ont pu être menées dans la seconde moitié du xive siècle. Peut-être faudrait-il également tenir compte d’un dossier rejeté depuis un siècle et demi par l’historiographie européenne, celui des expéditions qui auraient été menées par des marins de Rouen et de Dieppe jusque vers les côtes du Sénégal à la fin du règne de Charles V. Le dossier en question ne compte que deux textes : le premier est un récit publié par Villault de Bellefond en 1669 dans une langue du xviie siècle et que l’on croit généralement avoir été inventé pour apporter du crédit à la politique colbertiste en direction du Sénégal50. Le second texte, intitulé Briev estoire del navigaige moun sire Jehan Prunaut, Roenois, en la tiere des noirs homes et isles a nous incogneus avec les estranges façons de vivre des dits noirs et une colloque en lor language, est, lui, considéré depuis sa publication comme une forgerie51. Toutefois, la présence dans ce texte de nombreux détails troublants pour un lecteur du xxie siècle, nous invite à en reprendre l’étude. Quoi qu’il en soit de l’authenticité ou non de ces expéditions dieppoises de la fin du xive siècle le livre du Canarien témoigne bien de l’intérêt nouveau pour la côte africaine, porté par l’ensemble des Européens – et pas seulement ceux de la péninsule Ibérique – bien avant l’expédition menée vers 1426 par Gonçalo Velho jusqu’au cap Juby et celle de Gil Eanes, qui le conduisit au-delà du cap Bojador en 1434.

Notes

1 Le manuscrit B, dit de « Montruffet » fut longtemps conservé dans des archives familiales avant d’entrer dans les collections de la bibliothèque municipale de Rouen, en 1938. Il porte aujourd’hui la cote no 1399 (ancien ms. Mm 129). Publié par P. Bergeron, Histoire de la première découverte et conquête des Canaries, faite dès l’an 1402, par messire Jean de Béthencourt, chambellan du roi Charles VI, Paris, 1650 ; il a été réédité par G. Gravier, Livre de la conquête et conversion des Canaries (1402-1422) par Jean de Béthencourt, Rouen, 1874, peu après avoir fait l’objet d’une traduction en anglais : R. H. Major, The Canarian, Or, Book of the Conquest and Conversion of the Canarians in the Year 1402 Composed by Pierre Bonthier and Jean Le Verrier, translated and edited with notes and an introduction, Londres, 1872.

2 Le manuscrit G ou « Egerton » fut acquis par le British Museum en 1888 et se trouve aujourd’hui à la British Library (Codex 2709). P. Margry, La conquête et les conquérants des Iles Canaries, nouvelles recherches sur Jean IV de Béthencourt et Gadifer de La Salle, le vrai manuscrit du Canarien, Paris, 1896. L. Delisle, compte rendu publié dans le Journal des savants, novembre 1896, p. 644-659. Les deux manuscrits ont été rassemblés et publiés dans E. Aznar, D. Corbella, B. Pico, M. Privat, A. Tejera, Le livre nommé Le Canarien. Textes français de la conquête des Canaries au xve siècle, Paris, 2008 (Sources d’histoire médiévale, 38). C’est désormais cette édition qui sera citée sous la forme : Le Canarien, B/G.

3 J. Favier, Les grandes découvertes d’Alexandre à Magellan, Paris, 1991, p. 410-414 ; A. Sadourny, « Les expéditions de Jean de Béthencourt aux Canaries : une préfiguration des expéditions du début des Temps modernes ? », La Normandie dans l’économie européenne (xiie-xviie siècle), éd. M. Arnoux et A. M. Flambard Héricher, Caen, 2010, p. 200-208.

4 E. Serra Rafols et A. Cioranescu, Le Canarien. Cronicas francesas de la conquista de Canarias, Fontes Rerum Canarirum VIII, Instituto de Estudios Canarios, La Laguna-Las Palmas, vol. I, Introduccion, 1959 ; vol. II, Texto de Juan de Bethencourt, 1960 ; vol. III, Texto de Gadifer de la Salle, Apendices e indices, 1965.

5 A. Sadourny, « Les expéditions de Jean de Béthencourt… », loc. cit. n. 3, p. 201-208.

6 E. Aznar, B. Pico, D. Corbella, Le Canarien. Manuscritos, transcripción y traducción, La Laguna, 2003.

7 E. Aznar, D. Corbella, B. Pico, M. Privat, A. Tejera, Le livre nommé Le Canarien…, op. cit. n. 2.

8 M. Mollat, Le commerce maritime normand à la fin du Moyen Âge, Paris, 1952, p. 18.

9 Le Canarien, G, p. 134.

10 C. Verlinden, « Deux aspects de l’expansion commerciale du Portugal au Moyen Âge (Honfleur au xive siècle. Middelbourg au xive et au xve) », Revista Portuguesa de História, 4 (1949), p. 169-209.

11 Paris, AnF, J1030, no 51, Layette du trésor des chartes, gouvernement de Normandie. M. Arnoux, « Introduction », La Normandie…, op. cit. n. 3, p. 6. Un compte de l’abbaye de Montivilliers de 1433-1434 signale, quant à lui, des achats de sucre, de « dragié perlet », de gingembre, de clous de girofle, de cannelle, de safran et de confitures, mais aussi de figues achetées à plusieurs reprises à Harfleur à « un marchant de Portugal » (Rouen, Arch. dép. de Seine-Maritime, 54H95, fol. 81v-82r). Je remercie vivement Mathieu Arnoux et Fabien Paquet, qui m’ont signalé ces textes.

12 N. Bouloux, « Une géographie orientée vers la colonisation : les ressources des Canaries (début du xve siècle) », La Terre. Connaissance, représentations, mesure au Moyen Âge, éd. P. Gautier Dalché, Turnhout, 2013 (L’Atelier du médiéviste, 13), p. 573-575 ; P. Gautier Dalché, « Maps, Travel and Exploration in the Middle Ages : Some Reflections about Anachronism », The Historical Review/La revue historique, 12 (2015), p. 143-162. Mes remerciements vont à Emmanuelle Vagnon pour m’avoir signalé ces travaux.

13 Le Canarien, G, p. 100.

14 Ibid., p. 148.

15 Ibid., p. 84.

16 C’est le cas de Anago, qui s’échappe lors de l’attaque de Bertin et de Ache, originaire de la partie sud de Lanzarote. Le Canarien, G, p. 100.

17 Le Canarien, B, p. 227.

18 Le Canarien, G, p. 100.

19 Le Canarien, G et B, p. 144-145.

20 Le Canarien, B, p. 139.

21 Ibid., p. 255.

22 Le Canarien, G, p. 144 et B, p. 145.

23 Le Canarien, B, p. 139. Voir également G, p. 198 et B, p. 199.

24 Le Canarien, G, p. 188.

25 Ibid., p. 114. Ce voyage est également signalé dans un autre passage du manuscrit G, p. 88.

26 Ibid., p. 136.

27 Le Canarien, B, p. 115.

28 Le Canarien, G, p. 174.

29 C’était déjà l’identification proposée par R. Mauny, « Les navigations médiévales sur les côtes sahariennes antérieures à la découverte portugaise (1434) », Lisbonne Centro de estudos historicos ultramarinos, 1960, p. 85-91.

30 Le Canarien, B, p. 201.

31 Ibid., p. 211.

32 Le Canarien, B, p. 251.

33 Ibid.

34 Ibid., p. 267.

35 Sur Gadifer : E. Serra Rafols et A. Cioranescu, Le Canarien. Cronicas francesas de la conquista…, op. cit. n. 4, vol. I, p. 164-196 ; E. Aznar, D. Corbella, B. Pico, M. Privat, A. Tejera, Le livre nommé Le Canarien…, op. cit. n. 2, p. 36-37 ; M. Keen, Gadifer de La Salle : A Late Medieval Knight, The Ideals and Practice of Medieval Knighthood, éd. C. Harper-Bill et R. Harvey, Woodbridge, 1986, p. 74-85 ; J. R. Goodman, Gadifer de La Salle : Native Kings and Traitor Knights, Chivalry and Exploration, 1298-1630, Woodbridge-Rochester, 1998, p. 104.

36 El Libro del conoscimiento de todos los reinos (The Book of Knowledge of All Kingdoms), Edition, Translation and Study, éd. N. F. Marino, Tempe Arizona, 1999. Cette édition ne révèle que partiellement la nature de cet ouvrage que l’on comprend mieux en consultant la numérisation de l’une des quatre copies connues conservée à la Biblioteca national de Espana et disponible dans la bibliothèque digitale de cette institution : http://bdh.bne.es/bnesearch/detalle/bdh0000043289

37 E. Vagnon, « Comment localiser l’Éthiopie ? La confrontation des sources antiques et des témoignages modernes au xve siècle », Annales d’Éthiopie, 27 (2012), p. 21-48.

38 Sur ce personnage : E. Serra Rafols et A. Cioranescu, Le Canarien…, op. cit. n. 4, vol. I, Introduccion, p. 1-163 ; A. Sadourny, « Les expéditions de Jean de Béthencourt… », loc. cit. n. 3.

39 C’est notamment l’interprétation de J. Favier, Les grandes découvertes…, op. cit. n. 3, p. 411, et de A. Sadourny, « Les expéditions de Jean de Béthencourt… », loc. cit. n. 3, p. 203, qui reprennent là une idée déjà avancée par Cioranescu.

40 A. Sadourny, « Les expéditions de Jean de Béthencourt… », loc. cit. n. 3.

41 G. Bois, La crise du féodalisme, Paris, 1976. Voir également D. Angers, Le terrier de Philippe d’Harcourt et Jeanne de Tilly, seigneurs de Tilly-sur-Seulles (1375-1415). Édition et commentaire, Caen, 2010 ; C. Maneuvrier, « Le cueilloir de la terre de Montgommery et Vignats, outil d’une réorganisation seigneuriale à la fin du xive siècle », Autour de Camembert. De l’an mil à l’an 2000, quatre années de recherches pluridisciplinaires, Caen, 1999, p. 21-29.

42 Il est clair que cette localité ne peut être confondue dans l’esprit de Gadifer avec Cadix, qu’il connaît bien.

43 E. Aznar, D. Corbella, B. Pico, M. Privat, A. Tejera, Le livre nommé Le Canarien…, op. cit. n. 2, p. 176, ont lu « flune de l’or », mais les deux jambages du manuscrit doivent plutôt former un « u » qu’un « n ».

44 Le Canarien, G, p. 176.

45 Le Canarien, B, p. 177.

46 Ibid., p. 121. La phrase se termine par « et anssi fit-il quant il fut vestu et saisi paisiblement desdites îles ». Ce droit de battre monnaie fut confirmé par Catherine de Lancastre durant la régence de Jean II, mais on ne connaît aucune monnaie frappée par Béthencourt. H.-C. Pérez Almeida, « Moneda y medios de pago en las Islas Canarias durante los siglos xvi y xvii », Estudios de Historia Monetaria, Ab initio, éd. M.-T. Muñoz Serrulla, Núm. Extraord. 1, 2011, p. 69-91, disponible sur www.ab-initio.es.

47 Il s’agit ici du Libro del Conoscimiento dont Gadifer attribue la rédaction à un frère mineur espagnol.

48 Le Canarien, G, p. 176.

49 E. Vagnon, « Comment localiser l’Éthiopie ?… », loc. cit. n. 36.

50 N. Villault de Bellefonds, Relations des costes d’Afrique appelées Guinée avec la description du pays, mœurs & façons de vivre des habitans, des productions de la terre, & des marchandises qu’on y apporte, avec les remarques historiques sur ces costes, Paris, 1669, p. 409-425.

51 Ce texte fut publié par P. Margry, Les Navigations françaises et la révolution maritime du xive au xvie siècle, Paris, 1867, p. 56-61, avant d’être attaqué l’année suivante par R. H. Major, The Life of Prince Henry of Portugal, Surnamed The Navigateur, and its Results, Londres, 1868, qui déclara qu’il s’agissait d’un faux. Lucien de Rosny, l’érudit qui avait signalé ce texte à Pierre Margry, affirma cependant dans une lettre adressée à Henry Major avoir bel et bien copié ce texte en 1852 ou 1853 sur une copie en écriture cursive qu’il date du xviie siècle, laquelle était contenue dans un volume de miscellanées conservé alors en mains privées à Londres, mais rien n’y fit : le texte fut déclaré faux et laissé de côté par tous les historiens du xixe et du xxe siècle. Sur les débats occasionnés par ce dossier passionnant, on ne peut que renvoyer à R. Mauny, « Les prétendues navigations dieppoises à la Côte occidentale d’Afrique au xive siècle, » Bulletin de l’IFAN, 12/1 (1950), p. 122-134. Pour une vision un peu plus nuancée : T. Monod, « Un vieux problème : les navigations dieppoises sur la côte occidentale d’Afrique au xive », Bulletin de l’Institut français d’Afrique noire, série B, Sciences humaines, 25/3-4 (1963), p. 427-434.

© Éditions de la Sorbonne, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540