Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Histoire monde, jeux d’échelles et espaces connectés

 | 
Société des historiens médiévistes de l’Enseignement supérieur public

Circulation des savoirs et des techniques

L’artillerie entre déterminisme technique, structures institutionnelles et échanges transnationaux

La « révolution militaire » à l’aune d’une comparaison italo-bourguignonne (ca 1350-1500)

Artillery between Technical Determinism, Institutional Structures and Transnational Exchanges. The “Military Revolution” seen through a Comparison between Italy and Burgundy (circa 1350-1500)

Michael Depreter et Christophe Masson

Résumé

Parmi les premiers essais d’histoire globale, le concept de révolution militaire appréhende l’emprise de l’Europe sur le monde moderne sous l’angle de mutations, d’abord techniques et tactiques, de la guerre aux Temps modernes. Aux origines de ces mutations, le rôle de l’artillerie doit être réexaminé à l’aune des (réseaux d’) échanges de techniques, de techniciens et d’idées en évitant l’écueil du déterminisme technique, les échanges ne devant pas occulter les résistances ou les adaptations locales de l’arme ni ses différents modes d’organisation. À partir des cas de la péninsule Italienne et des Pays-Bas, cette contribution veut poser les premiers jalons d’une nouvelle géographie de l’artillerie à poudre, en réévaluant par le bas la globalité du phénomène. L’uniformité, illusoire, sera ainsi remplacée par un retour aux hommes et aux structures et, par là, à la capacité réelle de mobilisation et de projection de l’artillerie.

Among the earliest attempts at global history we find the concept of military revolution. This view shows how Europe impacted the modern world through mutations, that were at first technical and tactical, of the art of war. In determining the roots of these mutations we need to re-examine the role of the artillery. In doing this we need to look at networks of exchange of techniques, of technicians and of ideas. Our approach should be wary of technological determinism—the existence of exchanges is only one factor to be taken into consideration; there are the forms of resistance, local adaptations of weapons and specific modes of organization that need to be factored in. Starting with the cases of the Italian Peninsula and of the Netherlands this contribution can prepare the ground for a new geography of gunpowder artillery that re-evaluates the global nature of the phenomenon downwards. Thus, having got rid of an illusory uniformity we would be able to better see the men and the structures in all their diversity and get a much clearer picture of the artillery’s capacity for mobilization and projection.

Texte intégral

  • 1 Voir R. Bertrand, « Histoire globale, histoire connectée », Historiographies, I, Concepts et débat (...)
  • 2 Sans parler de « révolution militaire », l’idée d’avancées technologiques militaires et navales dé (...)
  • 3 Sur la « révolution de l’artillerie », voir en particulier C. J. Rogers, « The Military Revolution (...)
  • 4 P. Contamine, La guerre au Moyen Âge, 6e éd., Paris, 2003 (Nouvelle Clio. L’histoire et ses problè (...)
  • 5 Andrade, « Late Medieval Divergences… », loc. cit. n. 2, p. 247-276.

1Développé pour comprendre les origines de la domination mondiale d’un continent européen que rien ne semblait prédisposer à cette destinée, le concept de révolution militaire est sans doute l’une des premières tentatives d’histoire globale1. Introduit par Michael Roberts, adapté et popularisé par Geoffrey Parker, le terme, aujourd’hui appliqué à de multiples réalités distinctes dans le temps, l’espace et la forme, renvoie systématiquement à l’influence de mutations militaires principalement techniques ou tactiques sur l’évolution politique et sociale d’États européens, voire extra-européens2. Parmi les facteurs techniques, l’artillerie faisant brèche (xve siècle) fait souvent figure d’étincelle dans le récit de la « marche en avant » de l’Europe3. Certes, la poudre, dont l’origine chinoise est attestée par une première recette datant de 1044, semble atteindre l’Europe vers le milieu du xiiie siècle par l’intermédiaire du monde musulman4. Utilisant la substance pyrotechnique à des fins non plus incendiaires mais propulsives, l’arme à feu semble toutefois se développer de manière autonome en Europe et en Orient entre les xiiie et xve siècles5.

  • 6 À titre d’exemple, Ágoston, Guns…, op. cit. n. 2, sauf quelques données relatives à l’approvisionn (...)
  • 7 M. Depreter, « Estoit moult belle et poissant ». Artillerie, artisans et pouvoir princier dans les (...)
  • 8 Contamine, La guerre…, op. cit. n. 4, p. 260-261.
  • 9 M. Depreter, De Gavre à Nancy (1453-1477). L’artillerie bourguignonne sur la voie de la « modernit (...)

2Mais dans quelle mesure l’Europe elle-même était-elle homogène et se distinguait-elle d’autres régions connaissant la poudre noire (Chine, Égypte, Maghreb) ? À ce jour, les comparaisons se concentrent sur l’évolution technique de l’arme6, trop souvent dissociée d’une organisation potentiellement plus importante encore en termes de construction étatique ou impériale7. Assurément, un tel programme de recherche ne pourrait être épuisé par la présente contribution, même écrite en tandem. Dès lors, c’est au sein de deux ensembles géographiques européens distincts, mais connectés par d’intenses relations commerciales, culturelles, voire politiques que nous nous proposons d’aborder les réseaux d’échanges d’hommes, de techniques et d’idées en matière d’artillerie : les États italiens, d’une part, les principautés des Pays-Bas, de l’autre. Quatre facteurs justifient le choix de ces régions : primo, si l’ampleur d’un dépouillement exhaustif et la conservation forcément variable des sources empêchent toute chasse aux origines, un faisceau d’indices y suggère l’adoption précoce de l’arme à feu dès les décennies 1320-13408 ; secundo, toutes deux très urbanisées – et l’artillerie fut d’abord, semble-t-il, une arme communale –, d’intenses contacts commerciaux les connectaient ; tertio, théâtre de guerre quasi permanente, elles sont pour l’historien un laboratoire idéal pour les questions de déterminisme technique et d’échanges entre belligérants ; quarto, le contraste, dans la seconde moitié du xve siècle, entre l’artillerie du duc Charles de Bourgogne, alors à la pointe du progrès, et l’obsolescence des artilleries italiennes d’après les récits contemporains relatifs à la déferlante française de 1494 sur la péninsule, est patent9.

3À l’aune de ces deux espaces, nous réfléchirons aux (réseaux d’) échanges d’hommes et d’idées, aux « connexions » s’établissant entre régions, à leurs conditions et à leur échelle, jalons indispensables pour une étude par le bas d’une Europe de l’artillerie intégrée. Cette approche permettra aussi d’éclairer l’importance relative de l’innovation technique et de son encadrement professionnel et politique.

Réseaux d’échanges : hommes et techniques

  • 10 R. Leng, Ars belli. Deutsche taktische und kriegstechnische Bilderhandschriften und Traktate im 15 (...)
  • 11 Pour les armées des ducs de Bourgogne : B. Schnerb, Aspects de l’organisation militaire dans les p (...)
  • 12 À propos des industries de l’artillerie et de leur approvisionnement aux Pays-Bas et en Italie : D (...)
  • 13 Depreter, De Gavre…, op. cit. n. 9, p. 70, 81.
  • 14 À partir, respectivement de 1480 et 1460 : M. Morin, « Ancient Venetian Bronze Cannons Preserved i (...)
  • 15 Explicites, les lettres d’institution du serment des canonniers de Bruxelles de 1477 : A. Wauters,(...)

4Sans doute la circulation des hommes est-elle le meilleur moyen de cerner les (réseaux d’) échanges. Malgré la progression de l’écrit pour consigner l’art de la canonnerie10, les canonniers, par la transmission pratique et orale de leur savoir-faire, restent les principaux vecteurs de techniques et d’idées dont les sources, d’abord comptables, ne révèlent que rarement la circulation de manière explicite. Tant au xive qu’au xve siècle, la majorité des canonniers au service des princes et des communes semblent indigènes11, reflet d’une industrie de l’artillerie précocement développée dans des villes telles Bruges, Mons, Malines, Sienne, Rome ou encore Brescia. Cette industrie bénéficiait d’une demande stimulante et d’un approvisionnement en matières premières : salpêtre, soufre, fer, cuivre, étain12. Le savoir-faire des canonniers, forgerons ou fondeurs se transmettait d’abord localement, souvent au sein d’un atelier, de maître à valet et parfois de père en fils, comme en témoignent des « dynasties » tels les de Lespine et les de Malines aux Pays-Bas13 et les Alberghetti et di Conti à Venise14. Aux Pays-Bas, les serments communaux de canonniers faisaient également figure de passeurs de connaissances, notamment quant à la poudre, dont les recettes devaient être gardées secrètes par les membres initiés15.

  • 16 Voir C. Billot, « Métiers de la métallurgie et migrations en France à la fin du Moyen Âge », Homme (...)
  • 17 Schnerb, Aspects de l’organisation militaire…, op. cit. n. 11, p. 454-456.
  • 18 Beltrami, « Le bombarde… », loc. cit. n. 11, p. 799.
  • 19 Lille, Arch. dép. du Nord [ci-après ADN], B 3518, no 124150 ; B 3519, no 124170 et no 124187 ; Bru (...)

5Au-delà de l’échelle locale, des canonniers se mouvaient d’une principauté à l’autre, se mettant au service du plus offrant. Exerçant un métier rare de tradition itinérante, les canonniers-fondeurs étaient particulièrement mobiles16. Ceci se constate d’abord au niveau régional. Dès avant l’avènement des ducs de Bourgogne dans les différentes principautés des Pays-Bas, Philippe le Hardi, comte de Flandre, embaucha ainsi, au cours des années 1380, Jean de Sombreffe, canonnier et charpentier brabançon, et Colart Joseph, un fondeur de Dinant dans la principauté épiscopale de Liège17. De même, Francesco Sforza, duc de Milan, put compter sur les services de Francesco Bianco, maître des bombardes d’origine génoise18. Sans doute l’intégration des différentes principautés au sein d’un ensemble politique « bourguignon » renforça-t-elle encore cette mobilité. À titre d’exemple, entre juin 1467 et mars 1468, Simon Andrieu, fondeur brugeois, réalisa 117 pièces à l’arsenal ducal de Dijon dans le cadre d’un projet de refonte devant accroître la mobilité de l’artillerie ducale et l’uniformité de ses calibres. On le retrouve en 1472 installé à Lille, à proximité de l’arsenal princier, où il réalisa notamment 204 haquebutes19.

  • 20 Nous répondrions donc par la négative à la question de P. Braunstein, « Les techniciens et le pouv (...)
  • 21 J. Garnier, L’artillerie des ducs de Bourgogne, Paris, 1895, p. 13.
  • 22 Awty, « The Arcana… », loc. cit. n. 12, p. 61 ; R. G. Ridella, « Il Grifone ritrovato. Un cannone (...)
  • 23 V. Schmidtchen, Bombarden, Befestigungen, Büchsenmeister, Düsseldorf, 1977, p. 181 ; Comptes de l’ (...)

6Au-delà de la mobilité régionale, les étrangers semblent minoritaires, tant en Italie que dans les États bourguignons. Ils n’en étaient pas moins très prisés comme l’attestent dons et gages parfois élevés20. Dès 1376, Roland et Jacques de Majorque furent ainsi engagés par Philippe le Hardi en tant que « maîtres des canons21 ». Quelques carrières de techniciens de haut vol louant leurs services à plusieurs princes tout au long d’une carrière frappée au coin du voyage sont désormais bien connues. Citons Patrice de La Motte, fondeur français servant successivement les rois d’Angleterre Richard III et Henri VII, les Aragonais de Naples dans les années 1490, le pape Alexandre VI en 1501-1503 et Louis XII à Marseille de 1507 à au moins 151122. De même, Hans de Nuremberg, canonnier issu d’une cité réputée pour son industrie de l’arme à feu, servit successivement sa ville d’origine, l’archiduc Sigismond d’Autriche – auprès de qui il enseigna en 1458 son art à Hans Seelos, lequel deviendra l’un des fondeurs d’artillerie plus réputés du Tyrol –, et Charles le Hardi, qui le rémunéra « pour plusieurs patrons et autres ouvraiges » réalisés en 146823.

  • 24 Allant plus loin que la recherche des lieux d’émergence, Awty, « The Arcana… », loc. cit. n. 12, p (...)

7La proportion réduite d’étrangers ne signifie donc pas qu’ils n’aient pu être des vecteurs de diffusion. Leur présence même révèle surtout, dans presque tous les centres politiques, un terreau favorable à la réception des techniques de l’artillerie. Si certaines régions furent sans doute des berceaux d’innovation24, elles ne représentaient pas pour autant des îlots technologiques.

  • 25 Lille, ADN, B 2026, fol. 416-v. Sur le passage du fer forgé au bronze en territoire bourguignon : (...)
  • 26 Lille, ADN, B 3534, no 125678, fol. 1 ; ibid., B 20168, no 156086, fol. 4v ; ibid., B 2020, fol. 3 (...)

8À l’occasion, des achats consignés dans la comptabilité révèlent la circulation de techniques. En 1457, alors que le fer forgé avait nettement pris le pas sur le bronze durant la première moitié du xve siècle, celui-ci fit sa réapparition dans l’arsenal ducal bourguignon par l’achat d’une serpentine et de 100 couleuvrines à deux marchands de Cologne. S’agissait-il de pièces coulées selon une technique nouvelle renforçant leur résistance, technique peut-être originaire des terres d’Empire comme le suggèrent Kelly DeVries et Robert D. Smith ? Les couleuvrines semblent par ailleurs disposer d’un nouveau système de mise à feu25. Des dons prestigieux entre princes pouvaient également alimenter le savoir technique : en 1455, par exemple, Philippe le Bon reçut du dauphin Louis une serpentine de cuivre, pièce de type nouveau comme le révèle l’incertitude initiale quant à sa catégorisation comme gros veuglaire ou longue serpentine26.

  • 27 R. Filangieri, « Rassegna critica delle fonti per la storia di Castel Nuovo », Archivio storico pe (...)
  • 28 Lille, ADN, B 3517, no 124041 ; ibid., B 3518, no 124144. Sur les prises bourguignonnes à Montlhér (...)

9Enfin, l’assimilation de techniques reçues de l’extérieur put passer par les prises de guerre – encore fallait-il s’approprier la nouveauté. Prenant Naples en 1443, les Aragonais firent main basse sur les spingarde ou couleuvrines apportées par les Valois d’Anjou en 1439, type ensuite adopté et reproduit27. À Montlhéry, l’artillerie royale et plusieurs de ses éminents canonniers tombèrent aux mains des Bourguignons. Utilisé à Dinant dès 1466, le « courtau du Roy gaigné à la journée de Montlehery » semble la première pièce de ce type rencontrée en terres bourguignonnes. Toutefois, les courtauds bourguignons furent confectionnés d’un calibre légèrement supérieur par un fondeur indigène : Jean de Malines28.

  • 29 Gaier, L’industrie…, op. cit. n. 12, p. 170 ; G. Van Doorslaer, « L’ancienne industrie du cuivre à (...)
  • 30 Bruxelles, AGR, chambres des comptes, 2421/1, fol. 67v-68 ; J.-P. Leguay, « Un aspect du travail d (...)
  • 31 E. de Crouy-Chanel, « Précision, création et circulation du vocabulaire de l’artillerie à la Renai (...)

10Si la littérature et les sources dépouillées, avant tout des comptabilités internes, témoignent d’abord de la réception des techniques au sein des régions étudiées, des indices révèlent aussi combien celles-ci pouvaient jouer un rôle dans leur exportation. Dès le xive siècle, les rois d’Angleterre instaurent une tradition de recrutement de canonniers dans les Pays-Bas, voire s’y approvisionnent directement en pièces29. D’autres territoires bénéficièrent également de liens politiques ou commerciaux soutenus avec les Pays-Bas. Ainsi, le duc de Bretagne put recruter en 1464 Jacquemin de Lespine, canonnier-fondeur d’origine peut-être italienne, congédié en août 1463 par Philippe le Bon malgré des compétences hors du commun à en juger par des gages deux à trois fois supérieurs à ceux de ses collègues et par les fontes de pièces parfois expérimentales auxquelles il présida pour l’artillerie ducale. L’un de ses fils, Jacot, fut canonnier ordinaire du duc de Bretagne, alors qu’un autre, Emery, revint aux Pays-Bas pour occuper la position de maître des fontes de l’artillerie de Charles le Hardi30. Autre exemple d’exportation de technique, le basilic – il se signalait, comme son nom le laisse entendre, par sa grande longueur et sa relative finesse –, adopté par Venise au lendemain de la campagne de Charles VIII de 1494-1495, se diffusa rapidement parmi les autres puissances de la Péninsule puis de la Méditerranée : en 1502-1503, on voit apparaître sur les galères ottomanes un baciliska, translittération on ne peut plus claire, les observateurs portugais et allemands assimilant d’ailleurs cette arme aux basilics occidentaux31.

Organiser l’arme : influences et divergences

11Au-delà des échanges techniques, il faut interroger la diffusion d’idées portant sur l’organisation de l’arme, sa production et son utilisation.

  • 32 Scordato, Le artiglierie…, op. cit. n. 12, p. 67.
  • 33 W. Caferro, John Hawkwood. An English Mercenary in Fourteenth-Century Italy, Baltimore, 2006, p. 8 (...)
  • 34 Paris, Archives nationales (= AN), KK 315, fol. 97 et 98.
  • 35 À titre d’exemples : Bruxelles, AGR, Chambres des comptes, no 32462, fol. 42v (Janne Foret, maître (...)
  • 36 Depreter, « Aux origines… », loc. cit. n. 11, p. 177-196.
  • 37 Depreter, De Gavre…, op. cit. n. 9, p. 63-73, ici p. 70 ; É. Perroy, « L’artillerie de Louis XI da (...)
  • 38 Voir par exemple M. Montù, Storia della artiglieria italiana, Rome, 1934, t. 1, p. 314-316 ; Filan (...)

12Constituant peut-être le premier impératif organisationnel, les pouvoirs durent s’attacher durablement des artisans canonniers compétents, rares et recherchés. Dès lors, ceux-ci gagnèrent une identité particulière traduite dans les sources. Dès 1370, deux bombardiers se signalent parmi un corps de sept spécialistes d’engins poliorcétiques servant la papauté à Rome. Leur dénomination particulière traduit la conscience grandissante d’une maîtrise des savoirs particuliers, même s’ils n’en sont pas pour autant considérés comme indépendants des arbalétriers, par exemple. Et en 1423 apparaît pour la première fois dans les registres de la Chambre apostolique un magister bombardorum32. À Florence, en 1391, les maîtres des bombardes étaient gagés huit florins par mois, soit autant que les maîtres des trébuchets, preuve du rôle capital déjà reconnu aux armes à feu33. Peut-être l’urgence de la situation ou l’importance particulière d’une place amenait-elle les gages à augmenter. Ainsi, le canonnier du fort du Sperone à Savone, alors au pouvoir du duc Louis d’Orléans et base d’opérations dirigées contre Gênes, reçut en 1395 un gage mensuel non négligeable de dix florins34. Si les villes des Pays-Bas engagèrent également un, voire plusieurs maîtres des canons, pour gérer leur parc d’artillerie35, elles virent aussi l’émergence d’un type d’organisation aux allures originales, à savoir les serments de canonniers communaux. En Hainaut, Mons et Valenciennes, respectivement en 1382 et en 1417, instituèrent de manière très précoce de tels serments entraînés au maniement de l’arme. La diffusion de ce type de serment fut toutefois lente, les pouvoirs princiers préférant s’attacher immédiatement des hommes aux compétences prisées36. Cette politique donna naissance à un corps de canonniers ordinaires. Vers 1470, le duc de Bourgogne voulut ainsi s’assurer le service permanent d’au moins 30 spécialistes. Le roi de France disposant alors d’une quarantaine de canonniers ordinaires, une concurrence émulatrice n’était pas étrangère à l’entreprise37. Dans la péninsule italienne, par contre, il semble qu’une organisation de ce type n’atteignit jamais un tel degré de permanence, un responsable de l’arme, éventuellement plusieurs, organisant sous leurs ordres un ou des groupes de canonniers38.

  • 39 Depreter, « Estoit moult belle… », op. cit. n. 7, t. 1, p. 98-120, 168-169. Voir Contamine, « Les (...)

13Au cours de la seconde moitié du xve siècle, ne laissant plus l’initiative aux seuls secteurs artisans et marchands, les différents pouvoirs royaux, princiers, communaux voire seigneuriaux prirent progressivement en main la production de l’artillerie. Parallèlement à la naissance de corps d’armée permanents se mirent en place des ateliers chargés d’assurer le ravitaillement en canons, munitions et poudre. Dans les États bourguignons, la construction en 1461, au château comtal de Lille, du premier arsenal d’artillerie d’Europe occidentale, à savoir une infrastructure fonctionnelle spécifiquement conçue et construite pour la production, l’entretien et le stockage de l’arme, devait permettre la centralisation de la puissance de feu et sa gestion rationnelle, facilitant des entreprises de standardisation typologique, d’uniformisation des calibres et de mobilisation de l’arme. Elle fut complétée par une poudrerie et une installation de raffinage de salpêtre. Ainsi, la production d’artillerie donna progressivement naissance à une première industrie princière intégrant fonderies, poudreries, ateliers de confection de matériel auxiliaire, etc., à l’organigramme de l’artillerie39.

  • 40 M. Mallett, « I condottieri nelle guerre d’Italia », Condottieri e uomini d’arme nell’Italia del R (...)
  • 41 C. Gaier, « Le commerce des armes en Europe au xve siècle », Armi e cultura nel Bresciano. 1420-18 (...)
  • 42 Merlo, « Armamenti… », loc. cit. n. 11, p. 71-72.
  • 43 Baraldi, Calegari, « Pratica… », loc. cit. n. 12, p. 93, 97.

14Dans la même veine, et sans qu’il faille toujours déceler une influence directe entre protagonistes, signalons, en Italie, les fonderies de l’arsenal de Venise ainsi que celles de Milan40. Venise semble en outre manifester une tendance à monopoliser la production des bouches à feu réalisées sur son territoire plutôt qu’à laisser les artisans y exerçant exporter leur production, mais cet objectif ne fut jamais véritablement atteint41. À Sienne, vers le milieu du xve siècle, la Camera del Comune s’assura le contrôle exclusif du travail des artisans et, par voie de conséquence, de la production de pièces d’artillerie dans la république, ce qui la plaçait en position de l’interdire ponctuellement42. Selon la même logique, le duc Ercole Ier fit bâtir à Ferrare, en 1497, un forno ducal dans la haute vallée du Turrite di Gallicano, non loin de Fornovolasco, afin de remplacer les boulets de pierre utilisés jusqu’alors par des boulets de fer43.

  • 44 Contamine, « Les industries… », loc. cit. n. 7, p. 264-265 ; Depreter, « Estoit moult belle… », op (...)
  • 45 Hall, Weapons…, op. cit. n. 25, p. 58 ; Merlo, « Armamenti… », loc. cit. n. 11, p. 81-82.

15Si imitation, émulation et développements parallèles se rencontrent, l’organisation de l’arme au sein d’entités politiques différentes, même voisines, n’était toutefois pas entièrement perméable et dépendait aussi de facteurs internes spécifiques à chaque entité. Alors que le roi de France organisa dès 1477-1478 la cueillette systématique de salpêtre dans le royaume, nommant des salpêtriers à la tête de circonscriptions nouvellement créées pour mieux quadriller le territoire, une telle organisation ne vit le jour ni dans les États bourguignons ni en Italie. Sans doute les ducs se rendirent-ils compte des résistances que susciterait une pratique très intrusive de réquisition auprès de la population des Pays-Bas et préférèrent-ils dès lors s’appuyer sur un approvisionnement en salpêtre étranger par voie commerciale44. Dans la péninsule, si le salpêtre provenait en partie du commerce oriental, en particulier par Venise, il était également produit localement45.

  • 46 AN, KK 40, fol. 28v, 31v-32, 33v-34.
  • 47 Beltrami, « Le bombarde… », loc. cit. n. 11, p. 798-801, 803.
  • 48 À titre d’exemple : Lille, ADN, B 3519, no 124191, édité dans M. Depreter, « L’artillerie de Charl (...)
  • 49 C. Visconti, « Ordine dell’esercito ducale Sforzesco, 1472-1474 », Archivio storico Lombardo, 3 (1 (...)

16Venons-en, enfin, à l’engagement de l’arme sur le terrain. En Italie, en cas de siège, les bombardes étaient souvent amenées devant la forteresse à prendre après que le siège avait été établi. En 1409, le comte de Piémont fit ainsi conduire plusieurs pièces d’artillerie – certaines manifestement de petit calibre et anti-personnelles, d’autres sans doute prévues pour faire brèche – en secours au gouverneur français de Gênes, en campagne contre les rebelles ligures46. En 1464, dans une Gênes qui s’était ouverte aux Milanais, le Castelletto, place la plus forte de la ville, était encore tenu par le parti de Bartolomeo Fregoso. Afin de subjuguer définitivement la ville ligure, Donato Del Conte, condottiere servant les Sforza, fut contraint de faire venir des bombardes supplémentaires, à savoir trois grosses pièces appelées Corona, Liona et Bissona, vieilles de moins de dix ans, pour lesquelles, d’ailleurs, on réalisa sur place les mantelets et autres supports nécessaires à leur utilisation47. Dès le milieu des années 1460, Charles le Hardi, quant à lui, fit élaborer des états prévisionnels pour estimer la puissance de feu nécessaire à chaque campagne, la dotation de chaque pièce, et les coûts que le service et le transport engendreraient : le temps de l’improvisation et des ajustements in situ était ici révolu48. Sans atteindre ce degré d’élaboration, cet esprit d’anticipation se diffuse aussi dans certaines principautés italiennes. En 1473, le duc de Milan, préparant une offensive contre Venise, prévoyait ainsi 1 000 hommes en charge du transport et de l’utilisation de son artillerie49.

  • 50 Beltrami, « Le bombarde… », loc. cit. n. 11, p. 798-801, 803.
  • 51 Lille, ADN, B 3517, no 124041.

17Si la mobilisation des pièces différait, leur mise en œuvre tactique semble partagée. En 1464, à Gênes, les grosses pièces battaient en brèche les fortifications, alors que les armes de plus petit calibre, dans ce cas des spingarde, faisaient feu contre les créneaux et chemins de ronde et empêchaient les sorties des assiégés50. Cette utilisation différenciée de l’artillerie d’après les calibres disponibles correspond exactement à celle des Bourguignons devant Dinant en 146651.

  • 52 Caferro, John Hawkwood…, op. cit. n. 33, p. 262, 265, 267.
  • 53 M. Mallett, Mercenaries and their Masters. Warfare in Renaissance Italy, Londres, 1974, p. 160-161 (...)
  • 54 Schnerb, Aspects de l’organisation militaire…, op. cit. n. 11, p. 522-524 ; Lille, ADN, B 3516, no(...)
  • 55 H.-R. Kurz, « Grandson – 2 mars 1476 – le déroulement de la bataille », Grandson – 1476. Essai d’a (...)

18Sur le champ de bataille, enfin, la réussite des canons fut loin d’être immédiate. À Castagnaro (1387), Vérone engagea trois chariots chargés de 144 canons contre Padoue. Mais ces canons ne donnèrent jamais. Peut-être fut-ce la difficulté de les utiliser qui fit que la bataille ne commença effectivement qu’une heure avant le coucher du soleil, et que Padoue l’emporta52. Sans aucun doute, la mobilité de la guerre pratiquée par les condottieri se conjuguait mal au recours à des armes lentes et encombrantes. Il fallut attendre le milieu du Quattrocento pour rencontrer de grands capitaines faisant un usage plus régulier de l’arme, à l’image de Bartolomeo Colleoni qui gagna, erronément, la réputation d’avoir été le premier à faire donner du canon sur un champ de bataille italien. C’est alors que les tourillons et les affûts mobiles se diffusent sur le sol italien, rencontrant les usages militaires des compagnies d’aventure. Mais, malgré cela, si les condottieri dirigeaient les armes à poudre en campagne, ce furent bien les principautés et les communes qu’ils servaient qui se révélaient à même de créer et de mobiliser un parc d’artillerie d’importance53. Aux Pays-Bas, une artillerie de campagne fut développée dès le début du xve siècle, composée de veuglaires placés sur des chariots, les fameux ribaudequins adoptés d’abord par les villes flamandes, puis par le prince et encore employés à Montlhéry en 146554. Si la mobilité fut encore accrue sous Charles de Bourgogne en dotant l’ensemble du parc léger d’affûts roués et, sans doute, de tourillons, les succès sur le champ de bataille ne suivirent pas nécessairement, notamment en raison de cadences de tir encore faibles : Grandson, surtout, semble l’attester55.

  • 56 Notons que, sans doute, la mobilité des techniciens dut s’accompagner d’un moment plus ou moins lo (...)

19Au bout d’un aperçu certes plus impressionniste qu’exhaustif, quelles conclusions provisoires pouvons-nous dégager ? Dans quelle mesure les cas italiens et bourguignon contribuent-ils à éclairer l’« Europe de l’artillerie » ? À quelques rares exceptions près, la mobilité des spécialistes et la diffusion de leur production semblent se limiter à des aires géographiques voisines. Les canonniers étrangers ne prennent presque jamais le pas sur leurs homologues indigènes. Impossibilité de tracer un portrait « par le bas », donc ? Voire. La limitation des déplacements des techniciens n’entraîne pas celle des transferts de techniques. Dans l’état actuel de nos connaissances, il faut se résoudre à ne pas suivre à la trace les individus, mais à prêter attention aux ensembles que, eux aussi de manière impressionniste, ils dessinent. L’Europe de l’artillerie apparaît ainsi à la fois ouverte aux échanges – d’hommes, de techniques, de modèles – et sévèrement cadenassée par des institutions – communales, princières, corporatives – qui entendent (en vain ?) garder le contrôle sur la réalisation des bouches à feu. À l’instar de l’internationale chevaleresque médiévale, il nous semble qu’on peut parler, au bas Moyen Âge, d’une internationale des canonniers. Tous ne se connaissaient ni même ne se fréquentaient pas, mais ils partageaient, en tout ou en partie, une habileté à appréhender l’arme nouvelle, ses secrets, ses recettes. C’est par celle-ci que les techniques se diffusèrent. Toutefois, les échanges n’entraînèrent pas une homogénéisation des pratiques de production. Celles-ci gardent en effet des traits particuliers à telle ou telle entité politique ou géographique56.

20Favorisés par des contacts politiques directs amicaux (dons, envoi de canonniers à un allié) ou belliqueux (course à l’armement, butin), les échanges, sans qu’on puisse toujours en déterminer les vecteurs, connaissent des rythmes variables, passant de la vitesse de croisière à certaines accélérations, illustrées, par exemple, par la diffusion du basilic ou des tourillons. En quelques années, l’Europe les découvre et les adopte, parfois pour les abandonner presque aussitôt dans le cas du basilic. Mais qu’importe leur rythme, les innovations sont comme autant de taches d’huile, franchissant les frontières de l’Europe occidentale et percolant au Maghreb, dans les Balkans ou dans l’Empire ottoman.

21Ces observations, toutefois, peuvent tromper. Envisager un phénomène global comme celui de l’artillerie, ce n’est pas uniquement collectionner les mentions de nature technique. L’arme à feu, comme tout instrument, pacifique ou martial, peut aisément être inutile et inefficace, si elle est mal manœuvrée, ce que l’historien, aveuglé par l’illusion techniciste, oublie trop souvent. Rappelons la bataille de Castagnaro (1387) ou celle de Grandson (1476). Ce qui donne sa véritable puissance à l’artillerie et qui lui permettra de réaliser son potentiel d’arme « révolutionnaire » mondiale, c’est son organisation, déterminée non seulement par des facteurs techniques, mais aussi par l’initiative politique dans le cadre de rapports de pouvoir changeants dans le temps et dans l’espace. C’est Charles de Bourgogne qui tente de rationaliser les calibres bourguignons, ce sont les républiques italiennes qui s’assurent la possession d’une arme stratégique. Sans doute les cadeaux diplomatiques mettent-ils aussi en exergue cette puissance nouvelle, tout en contribuant à la diffusion d’un modèle, d’une excellence « régionale ».

  • 57 Braunstein, « Les techniciens… », loc. cit. n. 20, p. 228.

22Si Philippe Braunstein, en 1984, posait la question de la nature des liens entre techniciens, entreprise et décision politique57, cette nature nous semble intimement interdépendante, chacun évoluant en même temps qu’il faisait changer l’autre. Le choix du prince, les relations de pouvoir au sein de chaque entité politique, le poids des artisans donnèrent lieu à des formes d’organisation bien différentes, d’Oslo à Byzance, de Naples à Londres ou de Madrid au Caire. Tous, pourtant, avaient des objectifs similaires : disposer de l’arme qui arrêterait ou soumettrait ses rivaux. Mais l’uniformité n’est que superficielle. Si les techniques voyagent, tout aussi loin et parfois plus rapidement que les techniciens, les résultats locaux ne sont que rarement semblables. Le visage de l’Europe de l’artillerie semble ainsi contrasté. Celle de la réception, des techniques et des techniciens semble uniforme. On le voit dans les voyages, on le voit dans les adaptations locales de réalités étrangères, la réception se signalant par sa plasticité et sa capacité d’adaptation. Celle des cadres, qui en dirigent la vigueur, est hétérogène. Faire de l’artillerie l’un des vecteurs d’une révolution militaire globale est trop simpliste. Son usage local n’a besoin que des techniciens. Son poids global, mondial, dépend, quant à lui, des cadres d’organisation que lui donnera le monde politique. Et c’est là qu’il se révèle le plus hétérogène, le plus dépendant des contingences historiques.

Notes

1 Voir R. Bertrand, « Histoire globale, histoire connectée », Historiographies, I, Concepts et débats, éd. C. Delacroix, F. Dosse, P. Garcia, N. Offenstadt, Paris, 2010, p. 369.

2 Sans parler de « révolution militaire », l’idée d’avancées technologiques militaires et navales déterminantes pour la domination mondiale de l’Europe est déjà présente chez C.M. Cipolla, Guns and Sails in the Early Phase of European Expansion, 1400-1700, Londres, 1965. Pour le concept lui-même, fort débattu, voir G. Parker, The Military Revolution : Military Innovation and the Rise of the West, 1500-1800, Cambridge, 1988, trad. J. Joba, La Révolution militaire : la guerre et l’essor de l’Occident, 1500-1800, Paris, 1993 (Bibliothèque des histoires), ainsi que The Military Revolution Debate. Readings on the Military Transformation of Early Modern Europe, éd. C. J. Rogers, Boulder/Oxford, 1995 (incluant notamment la contribution originelle de M. Roberts [1956]). Aux marges et en dehors de l’espace européen, voir notamment : W. F. Cook, The Hundred Years War for Morocco. Gunpowder and the Military Revolution in the Early Modern Muslim World, Boulder/San Francisco/Oxford, 1994 (History of Warfare) ; G. Ágoston, Guns for the Sultan. Military Power and the Weapons Industry in the Ottoman Empire, Cambridge, 2005 ; T. Andrade, « Late Medieval Divergences : Comparative Perspectives on Early Gunpowder Warfare in Europe and China », Journal of Medieval Military History, 13 (2015), p. 247-276.

3 Sur la « révolution de l’artillerie », voir en particulier C. J. Rogers, « The Military Revolutions of the Hundred Years War », The Military Revolution Debate…, op. cit. n. 2, p. 64-76.

4 P. Contamine, La guerre au Moyen Âge, 6e éd., Paris, 2003 (Nouvelle Clio. L’histoire et ses problèmes), p. 259-260.

5 Andrade, « Late Medieval Divergences… », loc. cit. n. 2, p. 247-276.

6 À titre d’exemple, Ágoston, Guns…, op. cit. n. 2, sauf quelques données relatives à l’approvisionnement en matières stratégiques ou à la localisation d’arsenaux et de fonderies, données d’ailleurs assez pauvres pour les xive-xve siècles, se focalise d’abord sur les données techniques ; Andrade, « Late Medieval Divergences… », loc. cit. n. 2, p. 247-276, se concentre également sur l’évolution technique, ne s’intéressant guère à l’organisation de l’artillerie en Chine aux xive-xve siècles, sauf du point de vue de l’échelonnage tactique de l’arme à feu portative.

7 M. Depreter, « Estoit moult belle et poissant ». Artillerie, artisans et pouvoir princier dans les pays bourguignons (v. 1450-1493), 2 t., thèse de doctorat, dir. M. de Waha, J.-M. Cauchies, Bruxelles, Université libre de Bruxelles, 2014. Voir P. Contamine, « L’artillerie royale française à la veille des guerres d’Italie », Annales de Bretagne, 71 (1964), p. 221-261 ; id., « Les industries de guerre dans la France de la Renaissance : l’exemple de l’artillerie », Revue historique, 550 (1984), p. 249-280.

8 Contamine, La guerre…, op. cit. n. 4, p. 260-261.

9 M. Depreter, De Gavre à Nancy (1453-1477). L’artillerie bourguignonne sur la voie de la « modernité », Turnhout, 2011 (Burgundica, 18) ; Contamine, « L’artillerie royale… », loc. cit. n. 7, p. 221-223.

10 R. Leng, Ars belli. Deutsche taktische und kriegstechnische Bilderhandschriften und Traktate im 15. und 16. Jahrhundert, Wiesbaden, 2002 (Imagines medii aevi. Interdisziplinäre Beiträge zur Mittelalterforschung, 12), 2 vol., p. 92-108.

11 Pour les armées des ducs de Bourgogne : B. Schnerb, Aspects de l’organisation militaire dans les principautés bourguignonnes (v. 1315-v. 1420), thèse de doctorat, dir. H. Dubois, Paris, université Paris Sorbonne (Paris IV), 1988, vol. 2, p. 453-464 ; Depreter, De Gavre…, op. cit. n. 9, p. 83 ; id., « Estoit moult belle… », op. cit. n. 7, t. 1, p. 282. Pour un exemple de canonniers communaux : id., « Aux origines des serments de canonniers de Valenciennes (1382) et de Mons (1417). Technique et politique autour de deux institutions hainuyères très précoces », Trulla et cartae. De la culture matérielle aux sources écrites. Liber discipulorum et amicorum in honorem Michel de Waha, éd. F. Chantinne, P. Charruadas, P. Sosnowska, Bruxelles, 2014, p. 177-196. Pour les États italiens : L. Beltrami, « Le bombarde milanesi a Genova nel 1464 », Archivio storico Lombardo, 14 (1887), p. 795-807, p. 801 ; A. da Mosto, « Ordinamenti militari delle soldatesche dello Stato Romano dal 1430 al 1470 », Quellen und Forschungen aus Italienischen Archiven und Bibliotheken, 5 (1903), p. 1934, p. 23 ; M. Merlo, « Armamenti e gestione dell’esercito a Siena nell’età dei Petrucci. Le armi », Rivista di Studi Militari, 5 (2016), p. 65-93, ici p. 71-72. Remarquons des périodes où les proportions indigènes/étrangers se rapprochent, comme à Rome dans les années 1480 : A. Pasquali-Lasagni, E. Stefanelli, « Note di storia dell’artiglieria dello Stato della Chiesa nei secoli xiv e xv », Archivio della Società Romana di Storia Patria, 60 (1937), p. 165.

12 À propos des industries de l’artillerie et de leur approvisionnement aux Pays-Bas et en Italie : Depreter, « Estoit moult belle… », op. cit. n. 7, p. 64-70, 75-79 ; C. Gaier, L’industrie et le commerce des armes dans les anciennes principautés belges du xiiie à la fin du xve siècle, Paris, 1973 (Bibliothèque de la Faculté de Philosophie et Lettres de l’Université de Liège, 102), p. 116-148, 181-187, 194-199, 202-206 ; M. Bottazzi, « Aspetti della metallurgia bresciana del primo Quattrocento. Fusione di campane e bombarde », Nell’età di Pandolfo Malatesta. Signore a Bergamo, Brescia e Fano agli inizi del Quattrocento, éd. G. Chittolini, E. Conti, M. N. Covini, Brescia, 2012, p. 409-428 ; R. Scordato, Le artiglierie dello Stato Pontificio tra xiv e xvi sec., mémoire de master en archéologie, Università degli Studi della Tuscia, 2009-2010 ; Merlo, « Armamenti… », op. cit. n. 11, p. 65-93 ; B. G. Awty, « The Arcana Family of Cesena as Gunfounders and Military Engineers », The Newcomen Society for the Studies of the History of engineering and technology Transactions, 59 (1987-1988), p. 61-80, ici p. 67 ; E. Baraldi, M. Calegari, « Pratica e diffusione della siderurgia “indiretta” in area italiana (secc. xiii-xvi) », La sidérurgie alpine en Italie ( xiie-xviie siècle), éd. P. Braunstein, Rome, 2001, p. 93-162, ici p. 97.

13 Depreter, De Gavre…, op. cit. n. 9, p. 70, 81.

14 À partir, respectivement de 1480 et 1460 : M. Morin, « Ancient Venetian Bronze Cannons Preserved in Istanbul : Some Preliminary Considerations », Seapower, Technology and Trade. Studies in Turkish Maritime History, éd. D. Couto, F. Gunergun, M. Pia Pedani, Istanbul, 2014, p. 421-429, ici p. 424.

15 Explicites, les lettres d’institution du serment des canonniers de Bruxelles de 1477 : A. Wauters, Notice historique sur les anciens sermens ou gildes d’arbalétriers, d’archers, d’arquebusiers et d’escrimeurs de Bruxelles, Bruxelles, 1848, p. 31-32. Voir Depreter, « Aux origines des serments… », loc. cit. n. 11, p. 190.

16 Voir C. Billot, « Métiers de la métallurgie et migrations en France à la fin du Moyen Âge », Hommes et travail du métal dans les villes médiévales, éd. P. Benoît, D. Cailleaux, Paris, 1988, p. 227-239 ; P. Benoît, « Artisans ou combattants ? Les canonniers dans le royaume de France à la fin du Moyen Âge », Le combattant au Moyen Âge, 2e éd., Paris, 1995 (Histoire ancienne et médiévale, 36), p. 287-296.

17 Schnerb, Aspects de l’organisation militaire…, op. cit. n. 11, p. 454-456.

18 Beltrami, « Le bombarde… », loc. cit. n. 11, p. 799.

19 Lille, Arch. dép. du Nord [ci-après ADN], B 3518, no 124150 ; B 3519, no 124170 et no 124187 ; Bruxelles, Arch. générales du royaume [ci-après AGR], chambres des comptes, 26164, fol. 4v-5.

20 Nous répondrions donc par la négative à la question de P. Braunstein, « Les techniciens et le pouvoir à la fin du Moyen Âge : une direction de recherche », Prosopographie et genèse de l’État moderne, éd. F. Autrand, Paris, 1986, p. 221-229, ici p. 228, de savoir si l’engagement d’étrangers était conditionné par l’épuisement des ressources locales. Les exemples suivants suggèrent plutôt l’engagement d’hommes aux compétences jugées exceptionnelles, en tout cas là où les artisans qualifiés ne manquaient pas.

21 J. Garnier, L’artillerie des ducs de Bourgogne, Paris, 1895, p. 13.

22 Awty, « The Arcana… », loc. cit. n. 12, p. 61 ; R. G. Ridella, « Il Grifone ritrovato. Un cannone cinquecentesco della Repubblica di Genova nel Royal Artillery Museum a Woolwich (GB) », Ligures. Rivista di Archeologia, Storia, Arte e Cultura Ligure, 4 (2006), p. 158-188, ici p. 167 ; Scordato, Le artiglierie…, op. cit. n. 12, p. 57, 63.

23 V. Schmidtchen, Bombarden, Befestigungen, Büchsenmeister, Düsseldorf, 1977, p. 181 ; Comptes de l’argentier de Charles le Téméraire, duc de Bourgogne, t. 1 : année 1468, éd. A. Greve, E. Lebailly, Paris, 2001 (Recueil des historiens de la France publié par l’Académie des inscriptions et belles-lettres. Documents financiers et administratifs, 10), art. 451. Pour Nuremberg : C. Gaier, « Le commerce des armes en Europe au xve siècle », id., Armes et combats dans l’univers médiéval, Bruxelles, 1995 (Bibliothèque du Moyen Âge, 5), p. 247-248 et n. 12.

24 Allant plus loin que la recherche des lieux d’émergence, Awty, « The Arcana… », loc. cit. n. 12, p. 67, considère qu’il existe deux « écoles » pour la réalisation des armes à feu, l’une en Europe centrale, à proximité des mines de cuivre du Tyrol et des Carpates, l’autre rencontrée à la fois dans le nord de l’Italie et aux Pays-Bas, où l’étain était acheté en Angleterre et le cuivre venait de Saxe ou de plus loin encore. Le lien n’est toutefois pas clairement établi entre le canal d’approvisionnement et le mode de production.

25 Lille, ADN, B 2026, fol. 416-v. Sur le passage du fer forgé au bronze en territoire bourguignon : Depreter, « Estoit moult belle… », op. cit. n. 7, p. 79-86. Voir B. S. Hall, Weapons and Warfare in Renaissance Europe. Gunpowder, Technology, and Tactics, Baltimore/Londres, 1997, p. 93 ; K. DeVries, R. D. Smith, Medieval Military Technology, 2e éd., Toronto, 2012, p. 154.

26 Lille, ADN, B 3534, no 125678, fol. 1 ; ibid., B 20168, no 156086, fol. 4v ; ibid., B 2020, fol. 329v.

27 R. Filangieri, « Rassegna critica delle fonti per la storia di Castel Nuovo », Archivio storico per le Province Napoletane, 63 (1938), p. 323.

28 Lille, ADN, B 3517, no 124041 ; ibid., B 3518, no 124144. Sur les prises bourguignonnes à Montlhéry, voir aussi : É. Perroy, « L’artillerie royale à la bataille de Montlhéry (10 juillet 1465) », Revue historique, 149 (1925), p. 187-189.

29 Gaier, L’industrie…, op. cit. n. 12, p. 170 ; G. Van Doorslaer, « L’ancienne industrie du cuivre à Malines. II. L’industrie de la fonderie de canons », Handelingen van de Koninklijke Kring voor Oudheidkunde, Letteren en Kunst van Mechelen, 20 (1910), p. 316.

30 Bruxelles, AGR, chambres des comptes, 2421/1, fol. 67v-68 ; J.-P. Leguay, « Un aspect du travail du métal dans les villes armoricaines au Moyen Âge. La fabrication des canons et des armes blanches. Aspects techniques, économiques et sociaux », Hommes et travail…, op. cit. n. 16, p. 185-226, ici p. 204 ; Lille, ADN, B 20168, no 156086 ; ibid., B 2064, fol. 423 ; ibid., B 17717 (De Lespine, 1475).

31 E. de Crouy-Chanel, « Précision, création et circulation du vocabulaire de l’artillerie à la Renaissance : qu’est-ce que le “basilic” de Rabelais ? », Les mots de la guerre dans l’Europe de la Renaissance, éd. M. M. Fontaine, J.-L. Fournel, Genève, 2015, p. 29-51. Autre cas de figure, le retour avec Charles VIII des pièces aragonaises prises à Naples en 1494 : Filangieri, « Rassegna… », loc. cit. n. 27, p. 329.

32 Scordato, Le artiglierie…, op. cit. n. 12, p. 67.

33 W. Caferro, John Hawkwood. An English Mercenary in Fourteenth-Century Italy, Baltimore, 2006, p. 85.

34 Paris, Archives nationales (= AN), KK 315, fol. 97 et 98.

35 À titre d’exemples : Bruxelles, AGR, Chambres des comptes, no 32462, fol. 42v (Janne Foret, maître des canons de la ville de Bruges, 1407-1408) ; Mons, Archives de l’État, ville de Mons, section ancienne, no 1497, fol. 20v (Jehan Loste, ouvrier de canons à Mons, 1408-1409) ; Louvain, Stadsarchief, Oud Archief, Stadsrekeningen, no 5014, fol. 70v (Henric Smit Van Haecht, canonnier, 1412-1413).

36 Depreter, « Aux origines… », loc. cit. n. 11, p. 177-196.

37 Depreter, De Gavre…, op. cit. n. 9, p. 63-73, ici p. 70 ; É. Perroy, « L’artillerie de Louis XI dans la campagne d’Artois (1477) », Revue du Nord, 26 (1943), p. 171-196, ici p. 191, n. 92 ; Contamine, « L’artillerie royale… », loc. cit. n. 7, p. 227.

38 Voir par exemple M. Montù, Storia della artiglieria italiana, Rome, 1934, t. 1, p. 314-316 ; Filangieri, « Rassegna… », loc. cit. n. 27, p. 325-326 ; C. Quarenghi, « Tecno-cronografia delle armi da fuoco italiane con aggiunta di notizie intorno agli scrittori d’artiglierie e di fortificazioni », Atti del R. Istituto d’incoraggiamento alle scienze naturali, economiche e technologiche di Napoli, 2e sér., 17.1 (1880), p. 144.

39 Depreter, « Estoit moult belle… », op. cit. n. 7, t. 1, p. 98-120, 168-169. Voir Contamine, « Les industries… », loc. cit. n. 7, p. 280.

40 M. Mallett, « I condottieri nelle guerre d’Italia », Condottieri e uomini d’arme nell’Italia del Rinascimento, éd. M. Del Treppo, Naples, 2001, p. 347-360, ici p. 349 ; id., « Condottieri and Captains in Renaissance Italy », The Chivalric Ethos and the Development of Military Professionalism, éd. D. J. B. Trim, Leyde/Boston, 2003, p. 67-88, ici p. 81-82, place ces fonderies dans la seconde moitié du xve siècle, sans toutefois dater ni référencer plus précisément son affirmation.

41 C. Gaier, « Le commerce des armes en Europe au xve siècle », Armi e cultura nel Bresciano. 1420-1870, Brescia, 1981, p. 155-168, ici p. 157 ; R. G. Ridella, F. Laratta, « Un cannone veneziano fuso nel 1518 per gli Ospedalieri di San Giovanni a Rodi, dal mare della Calabria (loc. Porticciolo, Isolo di Capo Rizzuto – KR) », Archeologia postmedievale, 28 (2014), p. 63-81, ici p. 78. Les membres des familles Di Conti et Albergheti avaient ainsi besoin d’une autorisation de la République pour en quitter le territoire : Morin, « Ancient… », loc. cit. n. 14, p. 424. Cette tentative de verrouillage dans l’espace d’un savoir technologique de pointe par les autorités vénitiennes peut également être décelée en d’autres domaines, notamment celui de la production du verre (voir É. Crouzet-Pavan, « Le verre vénitien : les savoirs au travail », La trasmissione dei saperi nel Medioevo (seccoli xii-xv). Diciannovesimo convegno internazionale di studi. Pistoia, 16-19 maggio 2003, Pistoia, 2005, p. 289-320, ici p. 306-308, 311, 313-315). Nous tenons à remercier en particulier Élodie Lecuppre-Desjardin de nous avoir suggéré ce rapprochement.

42 Merlo, « Armamenti… », loc. cit. n. 11, p. 71-72.

43 Baraldi, Calegari, « Pratica… », loc. cit. n. 12, p. 93, 97.

44 Contamine, « Les industries… », loc. cit. n. 7, p. 264-265 ; Depreter, « Estoit moult belle… », op. cit. n. 7, p. 64-69.

45 Hall, Weapons…, op. cit. n. 25, p. 58 ; Merlo, « Armamenti… », loc. cit. n. 11, p. 81-82.

46 AN, KK 40, fol. 28v, 31v-32, 33v-34.

47 Beltrami, « Le bombarde… », loc. cit. n. 11, p. 798-801, 803.

48 À titre d’exemple : Lille, ADN, B 3519, no 124191, édité dans M. Depreter, « L’artillerie de Charles le Hardi, duc de Bourgogne (1467-1477). Reflets des réformes d’un prince », Bulletin de la Commission royale d’Histoire, 177 (2011), p. 105-110.

49 C. Visconti, « Ordine dell’esercito ducale Sforzesco, 1472-1474 », Archivio storico Lombardo, 3 (1876), p. 442-513, ici p. 508.

50 Beltrami, « Le bombarde… », loc. cit. n. 11, p. 798-801, 803.

51 Lille, ADN, B 3517, no 124041.

52 Caferro, John Hawkwood…, op. cit. n. 33, p. 262, 265, 267.

53 M. Mallett, Mercenaries and their Masters. Warfare in Renaissance Italy, Londres, 1974, p. 160-161, 163 ; P. Pieri, Il Rinascimento e la crisi militare italiana, Turin, 1952, p. 279 ; A. A. Settia, « Facino Cane e la guerra del suo tempo : rapine, assedi, battaglie », Facino Cane. Predone, condottiero e politico, éd. B. Del Bo, A. A. Settia, Milan, 2014, p. 148-168, ici p. 160. Voir aussi, pour l’absence d’un parc d’artillerie propre aux condottieri, les contributions au collectif Condottieri…, op. cit. n. 40.

54 Schnerb, Aspects de l’organisation militaire…, op. cit. n. 11, p. 522-524 ; Lille, ADN, B 3516, no 124040.

55 H.-R. Kurz, « Grandson – 2 mars 1476 – le déroulement de la bataille », Grandson – 1476. Essai d’approche pluridisciplinaire d’une action militaire du xve siècle, éd. D. Reichel, Lausanne, 1976 (Centre d’histoire et de prospective militaires. Série Recherches de Sciences Comparées, 2), p. 201-213.

56 Notons que, sans doute, la mobilité des techniciens dut s’accompagner d’un moment plus ou moins long d’adaptation à des réalités différentes, celles de leur lieu d’accueil.

57 Braunstein, « Les techniciens… », loc. cit. n. 20, p. 228.

© Éditions de la Sorbonne, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540