Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Histoire monde, jeux d’échelles et espaces connectés

 | 
Société des historiens médiévistes de l’Enseignement supérieur public

Circulation des savoirs et des techniques

L’uniformisation de la culture écrite au xiiie siècle : les rouages de l’« européanisation » de l’Occident médiéval

The Uniformization of Written Culture in the 13th Century: How the “Europeanization” of the Medieval West took place

Paul Bertrand

Résumé

La culture graphique occidentale commence au xiie siècle un processus de transformation qui s’accélère au cours du xiiie siècle : c’est une « révolution documentaire », caractérisée par une massification et une uniformisation du recours à l’écrit. La standardisation à l’œuvre dans les productions d’instruments écrits des grandes institutions va donc stimuler l’uniformisation documentaire qui prévaut alors. Des communautés graphiques institutionnelles autorisées va émerger le cadre uniformisant d’une communauté graphique plus large, plus englobante. Les repères graphiques des grandes autorités sont récupérés par les institutions en devenir, qui s’en emparent pour partager la même communauté graphique large, associée désormais, au fil du basculement xiiie-xive siècle, à une « autorité » largo sensu. L’Europe documentaire se construit graphiquement au cœur d’une tension dialectique entre l’insertion dans un large cadre standardisé et une recherche d’identité et de spécificités.

In the 12th Century graphic culture underwent a process of transformation which accelerated in the course of the 13th Century. This was the “documentary revolution” characterized by a generalization and uniformization of the use of writing. The standardization that the production of the written instruments of the important institutions underwent led to the documentary uniformization that became prevalent. From the authorized institutional graphic communities there emerged the framework for the uniformization of a wider, more inclusive community. Graphic references from the major authorities were adopted by the new developing institutions who thus became part of the wider graphic community now, as the effervescent 13th and 14th centuries ran their course, under the tutelage of an «authority» largo sensu. Thus documentary Europe is the fruit of a dialectical tension between the adoption of a standardized graphic model and the search for an identity and the focus on individuality.

Texte intégral

  • 1 Je renvoie, pour la bibliographie et les grandes lignes, à mon livre : Écritures ordinaires. Socio (...)
  • 2 Une réflexion sur les rythmes et la typologie des mutations que connaît alors l’écrit est en cours (...)

1Avec le xiie siècle, la culture graphique occidentale commence un processus de transformation qui connaît une accélération radicale au cours du xiiie siècle. Nous voici au cœur d’une « révolution documentaire » dont les premiers temps sont encore méconnus : probablement le monde carolingien1. Ce temps de mutation, qui peine encore à trouver ses cadres chronologiques, ses rythmes et son nom, apparaît cependant dans toute sa matérialité, à l’œil nu, lorsque le chercheur se confronte à la réalité des inventaires, des catalogues et des originaux eux-mêmes2. Au-delà d’une impressionnante massification du recours à l’écrit, ce qui marque le plus le chercheur au travail sur les sources de cette époque, c’est son uniformisation. Sur tout l’espace européen actuel, de l’Atlantique au Danube, les modèles documentaires se lissent et prennent un aspect relativement commun. Une uniformité d’écriture, mais aussi de format, de mise en texte et de mise en page, de recours au codex, d’utilisation du parchemin… jusqu’à l’adoption relativement commune des mêmes textes et de formulaires similaires qui deviennent un héritage commun et interchangeable. Désormais, un homme de la fin du Moyen Âge peut être confronté à des documents d’archives et des manuscrits littéraires ou liturgiques écrits en alphabet latin, quelle que soit leur origine en Europe, sans se sentir excessivement « dépaysé ». Certes, les différents modèles communs se développent et se répandent chacun à leur rythme selon les régions, mais ils sont adoptés partout, ou presque, et les spécificités sont ici révélatrices.

  • 3 I. Hajnal, Vergleichende Schriftproben zur Entwicklung und Verbreitung der Schrift im 12.-13. Jahr (...)
  • 4 I. Hajnal, L’enseignement de l’écriture aux universités médiévales, Budapest, 1959 [2e éd].
  • 5 Contre Hajnal : J. Stiennon, L’écriture diplomatique dans le diocèse de Liège du xie au milieu du (...)
  • 6 I. Ceccherini, « Teaching, Function and Social Diffusion of Writing in Thirteenth-and Fourteenth-C (...)
  • 7 E. C. Dijkhof, « The growing Literacy in the Towns of the County of Holland and Zeeland », La dipl (...)
  • 8 F. Menant, É. Anheim, « Mobilité sociale et instruction. Clercs et laïcs du milieu du xiiie au mil (...)
  • 9 Stiennon, L’écriture diplomatique…, op. cit. n. 5, p. 377-378.
  • 10 Ibid., p. 365-366.

2Ce mouvement d’uniformisation reste peu expliqué, en grande partie parce que les chercheurs se sont jusqu’ici cantonnés dans leurs espaces. Seuls quelques chercheurs un peu audacieux mais peu suivis, comme le Hongrois Istvan Hajnal ou le Belge Jacques Stiennon, ont tenté de proposer des explications. Le premier, Istvan Hajnal, universitaire hongrois hors du temps et méconnu, a construit un modèle dans les années trente du xxe siècle. Il publie un petit livre à ce propos, durant la sombre année 1943, dans le premier et unique volume d’une étrange collection appelée « Schriftlichkeit und intellektuelle Schichtung – Beiträge sur Europäischen Entwicklungsgeschiche ». En paléographe, il note l’importance de l’écriture gothique, qui se diffuse et s’impose au cours du xiiie siècle, aussi bien dans le monde des livres que dans celui des archives – chacun des deux s’appropriant l’écriture à sa façon. Le paysage de l’écriture s’uniformise autour de la gothique et de ses déclinaisons : désormais, un lecteur européen peut lire des textes, indépendamment de leur provenance. Istvan Hajnal note cette transformation, aussi bien pour les manuscrits que pour les archives, aux xiie et xiiie siècles, constatant un décalage d’une cinquantaine d’années entre l’Ouest et l’Est, comme si ce temps avait été nécessaire pour que la gothique « européenne » passe le Danube. Hajnal explique cette « européanisation » par l’émergence des universités européennes comme lieu de brassage et de diffusion d’une culture graphique uniformisée, par une hypothétique formation à l’écriture universitaire commune3. Les lieux d’enseignement de l’écriture auraient donc été les écoles cathédrales et les universités, ce qui expliquerait que la même écriture – la gothique et, particulièrement, la cursive – se retrouve partout en Europe à peu près au même moment4. Cette hypothèse séduisante reste, hélas, indémontrable, faute de documents5. Il est probable que les catalyseurs de cette diffusion et de cette uniformisation ont été différents d’une région à l’autre. Ainsi, les hommes qui passent à l’école du notariat italien accèdent à un niveau d’écriture notariale : une écriture apprise dans les écoles notariales, qui s’avère bien peu ligaturée, très posée, assez livresque. C’est ensuite, dans les officines des notaires ou dans les entrepôts des marchands, au cours de leur apprentissage, que les scribes vont développer une écriture propre, peut-être plus formalisée, plus cursive, plus cancelleresca ici, peut-être plus mercantesca6… Les villes des comtés de Hollande et de Zélande entretiennent, elles aussi, des écoles pour les classes supérieures urbaines, mais on ne sait rien du type d’écriture qui y est hypothétiquement enseigné7. Il est probable qu’en Europe occidentale, la formation à certaines écritures spécifiques passe par la mise en œuvre des outils de gestion économique ou de compétences acquises en apprentissage : le contact avec les techniques d’écriture se fait sur le terrain, tandis que l’apprentissage du savoir général passe par les petites écoles8. Jacques Stiennon insistait déjà sur le rôle des comptables et, plus généralement, du développement de l’économie pour expliquer l’expansion de l’écriture9. Dans sa thèse d’agrégation liégeoise consacrée à l’écriture diplomatique du xie au xiiie siècle dans le diocèse de Liège, il a repris une problématique très similaire à celle de Hajnal, mais en recentrant sa réflexion sur l’espace mosan. Tout en reprenant et en nuançant Hajnal, il n’hésite pas à parler d’« internationalisation » des écritures (ou au moins des ductus)10. Mais, malgré cette intuition brillante, le paléographe liégeois reste cantonné à l’espace mosan et ne construit pas de schéma explicatif plus large.

Uniformisation

Figure 1 — Un exemple « d’européanisation » : A.É.L., abbaye de la Paix-Dieu, chartrier, no 27, acte de 1253.

  • 11 A. Derolez, The Palaeography of Gothic Manuscript Books in Europe, Cambridge, 2003 (Cambridge Stud (...)
  • 12 Ibid., p. 72-74.
  • 13 P. Bertrand, « Économie conventuelle, gestion de l’écrit et spiritualité des ordres mendiants. Aut (...)
  • 14 V. Debiais, R. Favreau, C. Treffort, « L’évolution de l’écriture épigraphique en France au Moyen  (...)

3La première caractéristique de cette « européanisation », de cette uniformisation de l’écrit, tient avant tout à l’écriture. Les travaux d’Albert Derolez montrent bien sa naissance au cours du xiie siècle, sous la forme de ce qu’il appelle la textualis11 : une écriture étroite et verticale, insistant sur la hauteur, marquée par des hastes montantes et descendantes bien apparentes, mais surtout composée de traits droits, de courbes angulaires, avec des ombres, des pleins et des déliés, des traits gras et des traits maigres12. L’écriture se neutralise, se dépersonnalise : il devient difficile de distinguer des mains, d’identifier des écritures avec certitude, au cours du xiiie siècle et encore plus au cours du xive siècle, ceci au bénéfice d’une lisibilité plus aisée. L’inventivité des scribes est tempérée, même dans leurs choix ornementaux. Identifier des scribes au xiiie siècle devient donc très complexe, sinon peu réaliste – ceci d’autant plus qu’ils peuvent pratiquer plusieurs écritures13. Ce mouvement d’uniformisation se retrouve aussi dans le monde des inscriptions épigraphiques. La plupart des inscriptions du xiiie siècle abandonnent elles aussi les formes complexes, ornées, pour se concentrer sur le texte même, à l’imitation du manuscrit. Les lettres s’étirent en hauteur, se compriment latéralement. La ponctuation permet de mieux délimiter des phrases dont les mots eux-mêmes sont de plus en plus distincts : c’est la fin de la scriptio continua épigraphique, au profit d’une grammaire de la lisibilité chère à Malcolm Parkes14.

  • 15 B. Sère, Penser l’amitié au Moyen Âge. Étude historique des commentaires sur les livres VIII et IX (...)

4L’uniformisation ne tient pas qu’à l’écriture. Des standards formulaires et graphiques sont adoptés par les institutions. Standardisation, ou plutôt uniformisation : les chartes adoptent toutes le même faciès, les codices de gestion se ressemblent tous fortement. Par imitation des standards utilisés dans les grandes maisons royales et pontificales, mais peut-être aussi parce que, désormais, l’écrit devenant habituel, usuel, commun, « ordinaire », les commanditaires font appel à des scripteurs techniciens de l’écriture, mais surtout techniciens de la composition, de la contraction, de l’abréviation des données, techniciens du droit, qui comprennent les textes qu’ils rédigent et auxquels on demande une intervention forte, à la manière des spécialistes de l’ars dictaminis. L’uniformisation qu’on leur demande est d’autant plus nécessaire qu’il s’agit de publier des chartes et des textes au formulaire simple, clair et compréhensible par tous, condensé et comprimé. Les formules peuvent encore légèrement changer, mais leur ordre sur la feuille se fige. Les scripteurs peuvent ainsi rédiger plus rapidement les documents, les lecteurs – même les moins litterati – peuvent plus aisément les lire, les consulter, les analyser, en prendre connaissance rapidement, grâce à leur air de « déjà vu ». Les notices dans les censiers ou sur les notes dorsales se ressemblent toutes aussi pour les mêmes raisons d’efficacité et de rapidité. À l’instar de la formule dans le monde scolastique, la formule, par sa standardisation, donne de l’autorité au document ; il ne s’agit plus d’être différent, mais bien que le lecteur retrouve un air connu15.

  • 16 Avec des transformations, quand à partir du xve siècle, la marge de gauche se rétrécit jusqu’à dis (...)
  • 17 Voir Bertrand, Écritures ordinaires…, op. cit. n. 1, p. 151-198.

5Cette proximité de confort qui rapproche les médiévaux de leurs documents se décline aussi sur le terrain de la mise en page et de la mise en texte, par l’adoption de standards graphiques. Ainsi, on la retrouve dans l’uniformisation du format des folios de manuscrits, du format des chartes (de plus en plus carta non transversa – sauf pour les actes notariés, de grande taille) ; la mise en place de marges d’égale largeur ou hauteur16 ; l’augmentation de la densité des textes et, partant, la diminution de l’interligne, couplées à un travail sur l’écriture afin qu’elle reste lisible et que chaque lettre soit bien distincte, mot après mot… Les signes dans les marges, les rubriques, les titres, les pieds-de-mouche, les tables, les alternances de blocs blancs et de blocs d’écriture, les paginations ou foliotations, les numérotations internes… sont autant d’autres outils désormais communs et partagés, qui servent ici aussi à faciliter la consultation et qui contribuent à l’entretien de cette grammaire de la lisibilité. C’est avant tout cette uniformisation graphique qui saute aux yeux des chercheurs, comme si elle devait se fixer dans la rétine des utilisateurs médiévaux – mais elle reste bien complexe à établir et à objectiver17.

Îlots techniques et communautés graphiques

  • 18 Vocabulaire international de la diplomatique. Commission internationale de diplomatique. Comité in (...)

6Ce panorama doit être nuancé, car l’uniformisation, cependant évidente, est contrebalancée, presque tempérée, par des mouvements inverses. D’abord, des îlots techniques qui subsistent, malgré les mouvements d’uniformisation codicologique. Certaines institutions utilisent et favorisent des types documentaires ou diplomatiques particuliers, dans un espace plus ou moins vaste – mais cette solution technique n’a pas connu de succès en dehors de cette zone. C’est une sorte d’isolat, d’outil spécifique qui n’a pas été récupéré par le grand train de l’européanisation de l’écrit. Ainsi les transfixes, forme de « remploi documentaire », devenant importante au xiiie siècle. dans les régions du nord de la France et de la Belgique actuelle. Il s’agit d’un « groupe de documents formé par la superposition de deux (ou plusieurs) actes dont l’un est la justification de l’autre, et qui sont scellés d’un même sceau dont les attaches sont passées à travers les deux pièces18 ».

Figure 2 — Liège, Archives de l’État, couvent des dominicains de Liège, chartrier, 17.

  • 19 Liège, Archives de l’État, couvent des dominicains de Liège, chartrier, 17 : voir fig. 2.
  • 20 L. Solymozi, « La pratique du transfixe dans la Hongrie du xiiie siècle », Bibliothèque de l’École (...)
  • 21 B. Poulle, « Renouvellement et garantie des sceaux privés au xiiie siècle », Bibliothèque de l’Éco (...)
  • 22 Par exemple : Archives de l’État à Liège, Abbaye du Val-Saint-Lambert, chartrier, 340 (actes de 12 (...)

7Les actes liés en transfixe sont très souvent fortement associés les uns aux autres par l’action juridique : ainsi, dans la charte la plus ancienne reproduite ci-dessus, Martin, curé de Tilff et doyen de concile, dispose de ses biens dans son testament, en juillet 1263. Un an plus tard, en août 1264, Martin modifie son testament par codicille. Celui-ci, transcrit sur une petite cédule, est attaché au précédent par ses propres sceaux, passés au travers des deux replis. Martin y justifie les modifications et ratures apportées à son testament. Les deux documents sont ainsi associés très clairement, matériellement19. Ce système se retrouve en Hongrie, dès 1237-123820. Laszlo Solymozi se demande pourquoi on retrouve ce modèle en Hongrie et pose l’hypothèse des origines normandes du transfixe, puisque ce système y est utilisé pour sceller des actes déjà scellés, afin de leur donner un nouveau sceau « plus efficace » ou « plus récent » commun21. L’espace wallon médiéval pourrait aussi avoir exporté ce système : beaucoup de Wallons, et notamment des Liégeois, se trouvaient sur place, à des fonctions importantes, dans les institutions hongroises qui initièrent alors la technique du transfixe22.

  • 23 C’est une charte rédigée en deux exemplaires, sur la même feuille de parchemin. Une fois le texte (...)

8Le chirographe est un autre de ces outils documentaires, particulièrement important au nord de la Loire à partir du xiiie siècle, et pour les échevinages du nord de la France (d’Ypres, de Douai, de Tournai) ou du Brabant (Nivelles), qui en usent comme d’un instrument premier23. Mais ici, l’îlot technique est bien plus vaste et, surtout, l’usage du chirographe, voire son appropriation, répondent à un besoin et une demande consciente de la part du magistrat de ces villes du nord du royaume de France et de la lisière de l’Empire. Ces villes s’emparent d’un instrument déjà bien connu pour l’adapter à leurs besoins : c’est l’outil de juridiction gracieuse par excellence, dont elles usent de manière quasi continue et elles en produisent des dizaines de milliers au cours du bas Moyen Âge, en conservant un des exemplaires dans leur coffre, locus credibilis, en manière d’enregistrement. Le chirographe va devenir la « marque de fabrique » de ces villes de Flandre : une sorte de marqueur identitaire. Il va contribuer à dessiner ce que j’appelle la « communauté graphique » de ces villes.

  • 24 B. Stock, The Implications of Literacy : Written Language and Models of Interpretation in the Elev (...)
  • 25 C. F. Briggs, « Literacy, Reading and Writing in the Medieval West », Journal of Medieval History,(...)

9Ce concept trouve ses racines dans la « communauté textuelle » telle que définie par Brian Stock, afin de définir les rapports entre un groupe aux besoins identitaires forts et un écrit structurant. Ce ou ces écrits ne construisent pas directement le cadre qui organise ou détermine le groupe social, mais ce dernier se structure autour de la perception que le groupe en a, directement ou par l’intermédiaire des autorités qui s’appuient sur lui24. Ces communautés textuelles sont souvent décalées, en contre-point par rapport à la société : ce sont des groupes réformateurs, des mouvements hérétiques. Spirituels franciscains, Vaudois ou Hussites se définissent de la sorte en communautés textuelles25.

  • 26 Sur la « culture graphique », voir R. Chartier, Inscrire et effacer. Culture écrite et littérature(...)

10Dans la ligne de ce concept, on peut parler de « communauté graphique », empruntant aussi à la « culture graphique » définie par Roger Chartier26. Une communauté graphique se reconnaît aux outils d’écriture et aux attributs graphiques qu’elle maîtrise, développe et exhibe : ils lui sont souvent spécifiques. Ainsi la communauté graphique du magistrat urbain, liée aux règlements communaux et à la panoplie d’écrits qu’il produit, jusqu’aux actes d’échevinage bien spécifiques, comme les chirographes à Douai ou à Nivelles. Les bureaux d’écriture du comte d’Artois (et de Thierry d’Hireçon, le lieutenant de la comtesse Mahaut) préfèrent utiliser les rouleaux que les codices pour leur comptabilité – comme ceux du comte de Hainaut d’ailleurs, à la différence des usages communs artésiens et hennuyers, qui préfèrent le codex pour ce faire.

  • 27 Quelques exemples de ces documents : Lille, Archives départementales du Nord, 7 G 2, 29 ; 7 G 006, (...)
  • 28 P. Bertrand, « Diplomatie et diplomatique. Le dossier Hugues de Saint-Cher, légat en terre d’Empir (...)

11La communauté graphique se caractérise par la production et la démonstration graphique, mais aussi par la reconnaissance de cette identité forte : ainsi Hugues de Saint-Cher, dominicain, exégète, théologien, cardinal, endosse les attributs du légat pontifical en terre d’Empire, entre 1251 et 1253. On conserve plusieurs dizaines de chartes de sa légation. Une des raisons essentielles de cette production/conservation : il jalonne son parcours hyperactif d’actions juridiques traduites en privilèges ou lettres de légats. Ces actions juridiques, souvent d’importance car fondatrices, sont conservées à l’instar des bulles. Avec Hugues de Saint-Cher, en particulier, les actes écrits des légats prennent une importance institutionnelle insoupçonnée. Ils témoignent tous d’actions politiques, juridiques ou de réforme religieuse. La décoration de ses lettres est moindre, leur écriture moins soignée (mais toujours de chancellerie). Le formulaire en est fruste aussi. Mais, surtout, les caractères allongés de la première ligne sont remplacés par des lettres ornées composant le nom du légat27 : le frater initial fait ainsi l’objet d’une décoration à l’encre, parfois accompagné du nom du légat, « Hugo ». Loin de l’humilité dominicaine, cette mise en avant de l’identité du légat, tout à fait extraordinaire, sert sa cause. C’est bien une décision individuelle qui préside à cette démonstration, mais elle est reconnue de tous : en ce sens, nous sommes bien face à une communauté graphique28.

12Entre l’uniformisation documentaire et la tentation de la promotion d’une identité graphique, la contradiction n’est qu’apparente. Au contraire, cette dernière tentation est bien le signe qu’individus comme groupes avaient noté ce nivellement graphique et textuel, cette mise en conformité visuelle et documentaire. Mus par des objectifs complexes qu’il est bien difficile de découvrir, individus et groupes ont choisi alors de se distinguer par un trait particulier les démarquant au sein de cette uniformisation. Les relations entre uniformisation et affirmation d’une identité graphique communément reconnue relèvent d’un mouvement dialectique. Tout est question d’échelle, somme toute : les communautés graphiques locales s’intègrent et se distinguent d’autres communautés graphiques, globales, elles.

Figure 3 — Liège, Archives de l’État, collégiale Saint-Martin, chartrier, 58.

Les moteurs de l’uniformisation

  • 29 M. Smith, « L’écriture de la chancellerie de France au xive siècle. Observations sur ses origines (...)
  • 30 Voir M. Smith, « L’écriture de la chancellerie… », ibid., p. 286-289 et surtout J. Théry, « A Here (...)
  • 31 M. Smith, « L’écriture de la chancellerie… », loc. cit. n. 29, p. 289-290 et 294-295.
  • 32 P. Bertrand, Écritures ordinaires…, op. cit. n. 1, p. 141-149 et 335-352.

13Les vecteurs de l’uniformisation et de la construction de ces modèles graphiques unifiés ou tendant à l’unification sont, eux aussi, complexes. Le premier d’entre eux est évidemment lié à la diffusion des modèles. Le modèle par excellence est royal, puisque chaque individu confronté aux écrits, de manière bien ordinaire, doit rencontrer tout naturellement de temps à autre les documents des grands princes, ecclésiastiques ou laïcs – et parmi eux, les lettres royales ont un poids tout particulier, avec leur énorme sceau, leurs lacs de couleur, leur parchemin bien traité, leur mise en page soignée et cette écriture toute particulière qu’est la mixte de chancellerie royale. Au tournant du xiiie et du xive siècle apparaît en effet une écriture très spécifique, née au sein de la chancellerie royale française : créée par des clercs de Philippe le Bel au cours du passage du xiiie au xive siècle, la « mixte » témoigne d’une affirmation identitaire. Pour dire les choses à la manière d’un paléographe, le poids des lettres se porte sur le haut du corps, tout ce qui se trouve sous la ligne devient plus filiforme, plus léger, le ductus s’incline clairement vers la droite, le trait montant se généralise, les larges boucles des hastes du xiiie siècle sont remplacées par des allers-retours rectilignes épurés. Cette écriture, appelée « mixte » par les paléographes29, serait-elle née d’une volonté de récupération et d’appropriation d’attributs pontificaux – et donc, ici, de caractéristiques d’écriture pontificale – dans le cadre de la grande confrontation entre Philippe le Bel et Boniface VIII et de la « pontificalisation » du roi30 ? Ou bien est-elle issue de l’influence des marchands et banquiers italiens dans l’espace français ? Dans tous les cas, la mixte s’impose dans l’écriture courante vers 1320, se diffusant, probablement via les clercs, officiers et notaires du roi, dans tout le royaume. Les mains qui tiennent les comptes à Saint-Denis basculent à la mixte en 1326. La Flandre adopte la mixte dans la seconde moitié du xive siècle31. La structure de cette écriture aura une véritable influence, comme le montre, dans le graphique suivant, l’évolution de l’inclinaison des hastes hautes et des hastes basses d’un échantillon de quittances du nord de la France et de Flandre analysé par ailleurs32. Les hastes hautes et les hastes basses changent de sens d’inclinaison, de manière évidente : les lettres penchent nettement vers la droite. Désormais, les quittances comtales flamandes ont adopté une écriture qui ressemble furieusement à la mixte royale française. Ce n’est probablement pas le fruit du hasard…

Figure 4 — Évolution de l’inclinaison des hastes hautes et des hastes basses (selon l’ordre chronologique et suivant une échelle de 82° à 96°), à partir d’un échantillonnage de quittances conservées par le comte de Flandre.

  • 33 C’est ainsi que la « mixte » chère à Marc Smith et à Emmanuel Poulle s’impose dans le royaume de F (...)
  • 34 Une influence encore difficile à estimer, mais bien réelle. Voir D. Kusman, Usuriers publics et ba (...)
  • 35 A. Stuckens, Les hommes de l’écrit. Agents princiers, pratiques documentaires et développement adm (...)

14Mais on aurait tort d’imaginer que seuls les milieux princiers puissent fournir des documents modèles venant d’horizons différents. Ainsi, les chartes de juridiction gracieuse produites par les clercs du Châtelet de Paris, investi par Philippe le Bel dans sa fonction « nationale », inondent le territoire du royaume de France33. De même, on néglige trop souvent l’influence des marchands et des banquiers italiens à cette époque : ceux-ci ont fortement irrigué les structures du droit économique et notamment de l’assurance, évidemment ; mais leur production documentaire locale ou importée dut fortement impressionner leurs clients et partenaires nordiques, tandis qu’ils s’insinuent dans tous les circuits de gestion et de pilotage de l’économie urbaine ou princière34. Ainsi le notaire pontifical Isembard de Plaisance, écartelé entre Plaisance, Rome et le nord de la France, joue-t-il un rôle particulier auprès de la comtesse de Flandre au cours de la seconde moitié du xiiie siècle : son réseau de techniciens de l’écrit et du droit permet des relations fortes entre l’Italie et la Flandre35.

  • 36 P. Bertrand, Écritures ordinaires…, op. cit. n. 1, p. 313.
  • 37 J.-F. Nieus, « Les quatre travaux de maître Quentin (…1250-1276…) : cartulaires de Picquigny et d’ (...)
  • 38 Ibid., p. 114-115.
  • 39 Ibid., p. 117-118.
  • 40 A. Stuckens, Les hommes de l’écrit…, op. cit. n. 35, passim.
  • 41 P. Bertrand, Écritures ordinaires…, op. cit. n. 1, notamment p. 166, 301-302.
  • 42 Ibid., p. 360-365.

15Le brassage des modèles et des idées est dû aussi, sans aucune hésitation, à la circulation des scripteurs et des techniciens. Les spécialistes du droit, de la gestion (et donc de l’écrit) sont ces clercs des chancelleries, des bureaux, des offices, que l’on situe entre les clercs des artes liberales et dictaminis et les « clercs mécaniques », sans hésitation : rédacteurs, secrétaires, receveurs, comptables… Mais aussi plus largement les scribes36. Ces clercs sont parfois de véritables « stars » dans le métier, à l’instar de maître Quentin, magnifiquement pisté et mis en lumière par Jean-François Nieus : un spécialiste que des petits seigneurs locaux se recommandent, de maison en maison. Maître Quentin apparaît d’abord comme « secrétaire particulier » de Mathilde de Creques, à la tête de la seigneurie de Picquigny au beau milieu du xiiie siècle : il compile le cartulaire de la seigneurie de Picquigny, puis le cartulaire d’Audenarde, à la suite du remariage de Mathilde avec Jean Ier de Pamele-Audenarde37. Il rédige des chartes à Audenarde, de 1258 à 1274, puis confectionne le célèbre censier décoré connu comme « le Vieil rentier d’Audenarde », vers 1275-1276. Il semble même être le concepteur de son programme iconographique. D’Audenarde, Quentin passe à Cambrai, où il compose le « Terrier l’évêque », au début de l’épiscopat d’Enguerran II de Créquy (1273-1285), dont Mathilde était la tante maternelle. Réalisations « remarquables », « cas unique », ressortissant à un « genre confidentiel » alors, sans « aucun équivalent direct à une échelle régionale », les cartulaires de Quentin sont eux aussi mixtes, faisant une part à l’enregistrement et contenant des copies de pièces sortantes38. C’est un de ces « esprits pionniers qui, dans le dernier tiers du xiiie siècle, ont introduit les techniques de l’inventaire foncier au cœur de la seigneurie39 ». Des maîtres Quentin, il y en a bien d’autres : Pierre de Béthune, Jacques Mulet ou encore Jean Makiel auprès du comte de Flandre40, Michel de Paris, André de Monchy auprès de la comtesse d’Artois41. Beaucoup attendent leur biographe, tandis que la grande majorité restera sinon insaisissable, du moins fantomatique. La fonction ultime – et donc le moteur premier – de cette uniformisation en une large communauté graphique européenne se niche dans cette recherche d’un instrument reconnaissable, commun, facile à utiliser, à classer, à analyser, à décrypter tout simplement. Mais la commodité d’usage ne peut s’envisager sans une reconnaissance d’autorité. Or, de toute évidence, le document écrit, au xiiie siècle, tire son autorité de celle, plus vaste, visible et incontestable, des institutions qui le produisent42.

  • 43 P. Schulte, « ’Fides publica’ : die Dekonstruktion eines Forschungsbegriffes », Strategies of Writ (...)
  • 44 U. Kleine, « Litterae, cartae, codices, petentes und notarii : Aspekte der Vertrauenswürdigkeit vo (...)

16À partir du début du xiiie siècle, l’autorité de la charte se confond avec celle de l’institution-auteur. L’autorité institutionnelle s’impose face à la fides. La loi, la parole autorisée des institutions, se matérialise en écritures. La rédaction de ces dernières doit être publique ; elles doivent être dotées des dates de lieu et de temps, des témoins, des signatures, des sceaux, sous forme originale. Les signes de validation ne donnent pas davantage d’autorité au document : ils permettent d’identifier, d’associer plus clairement le document et son auteur, par cette forme publique43. Ces signes de validation sont adoptés par les institutions comme des « marqueurs » d’identité graphique, les constituant en « communautés graphiques » plus ou moins spécifiques. Ainsi, des formes de standardisation documentaire naissent ou se développent du côté des grandes institutions. On abandonne ou réduit l’usage des signes performatifs comme l’écriture autographe, la signature, le chrismon, l’invocation verbale, la croix. S’imposent des formes plus généralisables, comme l’écriture « mixte » et les sceaux sur lacs de la chancellerie royale française, la littera elongata, l’intitulatio et les systèmes de datation abrégés des grands privilèges pontificaux… Des caractères intrinsèques et extrinsèques généralisables non à tel ou tel prince de la dynastie ou à tel pape, mais associés désormais à l’institution elle-même44. Ces formes donnent confiance, naturellement : le lecteur y retrouve un « air connu ». Rien d’étonnant que les scripteurs et auteurs d’actes des autres petits seigneurs, princes de second rang, évêques ou abbés, tentent de s’en rapprocher – et puis ce seront les petites maisons religieuses, les autres laïques, les marchands, les artisans, les bourgeois ou les clercs de basse extraction. La force tranquille des chartes royales et des privilèges pontificaux se diffuse dans la forme et le formulaire des documents de leurs sujets. La standardisation à l’œuvre dans les productions d’instruments écrits des grandes institutions va donc stimuler l’uniformisation documentaire qui prévaut alors en Europe, dans la seconde moitié du xiiie siècle. Des communautés graphiques institutionnelles autorisées va sortir le cadre d’une communauté graphique plus large, plus englobante : c’est le cadre de cette uniformisation. Celle-ci va permettre la reconnaissance institutionnelle (ou « institutionnalisation ») d’une poussière de producteurs de documents, participant ainsi d’un mouvement plus global au sein duquel ils trouvent place, diplomatiquement et graphiquement, s’autorisant et devenant autorités à leur niveau. En d’autres termes, les repères graphiques des grandes autorités sont récupérés par les institutions en devenir, qui s’en emparent pour partager la même communauté graphique large, associée désormais, au fil du basculement xiiie-xive siècle, à une « autorité » largo sensu.

17Le moment sera venu alors pour certaines institutions naissantes, une fois adopté ce modèle documentaire unifié, d’y ajouter des spécificités graphiques afin de marquer leur identité tout en participant au mouvement d’ensemble. L’Europe documentaire se construit au cœur d’une tension dialectique entre l’insertion dans un large cadre confortable et une recherche d’identité et de spécificités, dans les champs diplomatiques ou, plus largement, graphiques.

Notes

1 Je renvoie, pour la bibliographie et les grandes lignes, à mon livre : Écritures ordinaires. Sociologie d’un temps de révolution documentaire (entre royaume de France et Empire, 1250-1350), Paris, 2015 (Histoire ancienne et médiévale) et à la dernière édition du livre qui a tout lancé : M. T. Clanchy, From Memory to Written Record. England 1066-1307, Chichester/Malden, 2013 [3e éd].

2 Une réflexion sur les rythmes et la typologie des mutations que connaît alors l’écrit est en cours : elle se concrétisera dans un article que Pierre Chastang et moi allons publier dans le recueil de travaux, Écritures Grises. Les instruments de travail administratifs en Europe méridionale ( xiie-xviie siècle), coordonné par Clémence Revest, Johann Petitjean et Arnaud Fossier.

3 I. Hajnal, Vergleichende Schriftproben zur Entwicklung und Verbreitung der Schrift im 12.-13. Jahrhundert, Budapest/Leipzig/Milan, 1943 (Schriftlichkeit und Intellektuelle Schichtung. Beiträge zur Europäischen Entwicklungsgeschichte, 1). Sur Hajnal : A. Kisery, « Literacy, Culture, and History in the Work of Thienemann and Hajnal », Comparative Hungarian Cultural Studies, éd. S. Tötösi de Zepetnek et L. O. Vasvari, West-Lafayette (IN), 2011, p. 34-46.

4 I. Hajnal, L’enseignement de l’écriture aux universités médiévales, Budapest, 1959 [2e éd].

5 Contre Hajnal : J. Stiennon, L’écriture diplomatique dans le diocèse de Liège du xie au milieu du xiiie siècle. Reflet d’une civilisation, Paris, 1960 (Bibliothèque de la Faculté de Philosophie et Lettres de l’université de Liège, grand in-8o, 5), p. 377-378 et L. I. Kiseleva, Goticeskij kursiv xiii-xv vekov [La cursive gothique des xiiie-xve siècles], Leningrad, 1974, [recension par W. Vodoff dans le Journal des Savants, 3 (1975), p. 290-292].

6 I. Ceccherini, « Teaching, Function and Social Diffusion of Writing in Thirteenth-and Fourteenth-Century Florence », Teaching Writing, Learning to Write. Proceedings of the XVIth Colloquium of the Comité international de paléographie latine, held at The Institute of English Studies, University of London, 2-5 September 2008, éd. P. R. Robinson, Londres, 2010, p. 177-192, ici p. 118-119.

7 E. C. Dijkhof, « The growing Literacy in the Towns of the County of Holland and Zeeland », La diplomatique urbaine en Europe au Moyen Âge. Actes du congrès de la Commission internationale de diplomatique, Gand, 25-29 août 1998, éd. W. Prevenier, T. de Hemptinne, Louvain, 2000, p. 133-142.

8 F. Menant, É. Anheim, « Mobilité sociale et instruction. Clercs et laïcs du milieu du xiiie au milieu du xive siècle », La mobilità sociale nel medioevo : rappresentazioni, canali, protagonisti, metodi d’indagine (Atti del convegno, Roma, 28-31 maggio 2008), éd. S. Carocci, Rome, 2010, p. 335-373, ici p. 348-352.

9 Stiennon, L’écriture diplomatique…, op. cit. n. 5, p. 377-378.

10 Ibid., p. 365-366.

11 A. Derolez, The Palaeography of Gothic Manuscript Books in Europe, Cambridge, 2003 (Cambridge Studies in Palaeography and Codicology).

12 Ibid., p. 72-74.

13 P. Bertrand, « Économie conventuelle, gestion de l’écrit et spiritualité des ordres mendiants. Autour de l’exemple liégeois (xiiie-xve siècle) », Économie et religion. L’expérience des ordres mendiants ( xiiie-xve siècle), éd. J. Chiffoleau, N. Bériou, Lyon, 2009 (Collection d’histoire et d’archéologie médiévales, 21), p. 101-128, p. 117-127.

14 V. Debiais, R. Favreau, C. Treffort, « L’évolution de l’écriture épigraphique en France au Moyen Âge et ses enjeux historiques », Bibliothèque de l’École des chartes, 165 (2007), p. 101-137, ici p. 123-135. Sur la grammaire de la lisibilité, ou grammar of legibility, voir M.B. Parkes, « The Contribution of Insular Scribes of the Seventh and Eighth Centuries to the ‘Grammar of Legibility’ », Scribes, Scripts and Readers. Studies in the Communication, Presentation and Dissemination of Medieval Texts, éd. id., Londres, 1991, 2, p. 1-19, ici p. 2 : The decorum – the rules governing the relationships between this complex of graphic conventions and the message of a text conveyed in the written medium – may be described as “the grammar of legibility”.

15 B. Sère, Penser l’amitié au Moyen Âge. Étude historique des commentaires sur les livres VIII et IX de l’Éthique à Nicomaque ( xiiie-xve siècle), Turnhout, 2007 (Bibliothèque d’histoire culturelle du Moyen Âge, 4), p. 60-61.

16 Avec des transformations, quand à partir du xve siècle, la marge de gauche se rétrécit jusqu’à disparaître tandis que la marge inférieure et la marge de droite croissent, sur des documents qui privilégient de plus en plus le papier.

17 Voir Bertrand, Écritures ordinaires…, op. cit. n. 1, p. 151-198.

18 Vocabulaire international de la diplomatique. Commission internationale de diplomatique. Comité international des sciences historiques, éd. M. Cárcel Ortí, Valence, 1994 (Collecció oberta, 28), p. 35, no 71.

19 Liège, Archives de l’État, couvent des dominicains de Liège, chartrier, 17 : voir fig. 2.

20 L. Solymozi, « La pratique du transfixe dans la Hongrie du xiiie siècle », Bibliothèque de l’École des chartes, 162 (2004), p. 533-551, ici p. 540-551.

21 B. Poulle, « Renouvellement et garantie des sceaux privés au xiiie siècle », Bibliothèque de l’École des chartes, 146 (1988), p. 369-380.

22 Par exemple : Archives de l’État à Liège, Abbaye du Val-Saint-Lambert, chartrier, 340 (actes de 1278) ; 354 (actes de 1284) ; 374 (actes de 1295) ; 441 (actes de 1331 et 1336) ; 444 (actes de 1331)…

23 C’est une charte rédigée en deux exemplaires, sur la même feuille de parchemin. Une fois le texte copié, une « devise », constituée de un ou plusieurs mots est transcrite entre les exemplaires, puis le parchemin est découpé au travers de cette devise, séparant les différentes pièces. Chacune des parties conserve un des morceaux, que l’on peut rapprocher en cas de contestation afin de confirmer leur validité : le genre documentaire du chirographe est né bien plus tôt, dès le xie siècle. (M. Parisse, « Remarques sur les chirographes et les chartes-parties antérieures à 1120 et conservées en France », Archiv für Diplomatik, Schriftgeschichte, Siegel-und Wappenkunde, 32 (1986), p. 546-567 ; J.-L. Chassel, « Chirographes, sceaux et notaires. Remarques sur l’usage des formes mixtes dans les actes des xiie et xiiie siècles », Marques d’authenticité et sigillographie. Recueil d’articles publié en hommage à René Laurent, éd. C. de Moreau de Gerbehaye, A. Vanrie, Bruxelles, 2006, p. 59-66). On attend la publication des travaux sur le chirographe préparés par Laurent Morelle et une série de chercheurs auditeurs à ses conférences ainsi que celle de l’excellente thèse de Thomas Brunner, Douai, une ville dans la révolution de l’écrit au xiiie siècle, université de Strasbourg, 2014, 3 vol.

24 B. Stock, The Implications of Literacy : Written Language and Models of Interpretation in the Eleventh and Twelfth Centuries, Princeton, 1983, p. 88-92.

25 C. F. Briggs, « Literacy, Reading and Writing in the Medieval West », Journal of Medieval History, 26 (2000), p. 397-420, ici p. 417-418.

26 Sur la « culture graphique », voir R. Chartier, Inscrire et effacer. Culture écrite et littérature ( xie- xviiie siècle), Paris, 2005 (Hautes Études), p. 8.

27 Quelques exemples de ces documents : Lille, Archives départementales du Nord, 7 G 2, 29 ; 7 G 006, 107 quater ; 7 G 15, 247 ; 7 G 26, 364 ; 7 G 71, 1005 ; 7 G 71, 1006 ; 7 G 71, 1006 bis ; Liège, Archives de l’État, Abbaye, Val-Saint-Lambert, chartrier, 187 (ILL2) ; chartrier (1252) ; Liège, Archives de l’État, Abbaye, Flone, chartrier, 52…

28 P. Bertrand, « Diplomatie et diplomatique. Le dossier Hugues de Saint-Cher, légat en terre d’Empire (1251-1253) », Actes du colloque « Légats pontificaux », éd. P. Montaubin, sous presse.

29 M. Smith, « L’écriture de la chancellerie de France au xive siècle. Observations sur ses origines et sa diffusion en Europe », Régionalisme et internationalisme. Problèmes de paléographie et de codicologie du Moyen Âge. Actes du XVe colloque du CIPL, Vienne 13-17 septembre 2005, éd. O. Kresten, F. Lackner, Vienne, 2008 (Österreichische Akademie der Wissenschaften, Phil.-hist. Klasse. Denkschriften, 364), p. 279-298 ; E. Poulle, « Aux origines de l’écriture liée : les avatars de la mixte (xive-xve siècles) », Bibliothèque de l’École des chartes, 165 (2007), p. 187-200.

30 Voir M. Smith, « L’écriture de la chancellerie… », ibid., p. 286-289 et surtout J. Théry, « A Heresy of State : Philip the Fair, the Trial of the “Perfidious Templars”, and the Pontificalization of the French Monarchy », Journal of Medieval Religious Cultures, 39 (2013), p. 117-148.

31 M. Smith, « L’écriture de la chancellerie… », loc. cit. n. 29, p. 289-290 et 294-295.

32 P. Bertrand, Écritures ordinaires…, op. cit. n. 1, p. 141-149 et 335-352.

33 C’est ainsi que la « mixte » chère à Marc Smith et à Emmanuel Poulle s’impose dans le royaume de France : M. Smith, « L’écriture de la chancellerie… », loc. cit. n. 29, et R.-H. Bautier, « L’authentification des actes privés dans la France médiévale. Notariat public et juridiction gracieuse », Chartes, sceaux et chancelleries. Études de diplomatique et de sigillographie médiévales, éd. R.-H. Bautier, Paris, 1990, 2 vol. (Mémoires et documents de l’École des chartes, 34), t. 1, p. 269-340, ici p. 323-328.

34 Une influence encore difficile à estimer, mais bien réelle. Voir D. Kusman, Usuriers publics et banquiers du Prince. Le rôle économique des financiers piémontais dans les villes du duché de Brabant ( xiiie-xive siècle), Turnhout, 2013 (Studies in European Urban History, 28). Une série impressionnante d’actes produits par des notaires ou des banquiers italiens sont conservés dans les archives du nord de la France ou de Belgique : Arras, Archives départementales du Pas-de-Calais, A 45, 27-28-29-30 ; Lille, Archives départementales du Nord, B 4034, 145001 ; B 4036, 145024 ; B 4062, 145535 ; B 4063, 145544… Voir aussi les travaux de Sébastien de Valeriola, sous ma direction, autour du droit de l’assurance en Flandre.

35 A. Stuckens, Les hommes de l’écrit. Agents princiers, pratiques documentaires et développement administratif dans le comté de Flandre (1244-1305), thèse soutenue à Namur, 2016, I, p. 186-212.

36 P. Bertrand, Écritures ordinaires…, op. cit. n. 1, p. 313.

37 J.-F. Nieus, « Les quatre travaux de maître Quentin (…1250-1276…) : cartulaires de Picquigny et d’Audenarde, Vieil rentier d’Audenarde et Terrier l’évêque de Cambrai. Des écrits d’exception pour un clerc seigneurial hors normes ? », Journal des savants, 2012, p. 69-119.

38 Ibid., p. 114-115.

39 Ibid., p. 117-118.

40 A. Stuckens, Les hommes de l’écrit…, op. cit. n. 35, passim.

41 P. Bertrand, Écritures ordinaires…, op. cit. n. 1, notamment p. 166, 301-302.

42 Ibid., p. 360-365.

43 P. Schulte, « ’Fides publica’ : die Dekonstruktion eines Forschungsbegriffes », Strategies of Writing. Studies on Text and Trust in the Middle Ages. Papers from “Trust in Writing in the Middle Ages” (Utrecht, 28-29 november 2002), éd. P. Schulte, M. Mostert, I. Van Renswoude, Turnhout, 2008 (Utrecht Studies in Medieval Literacy, 13), p. 15-36.

44 U. Kleine, « Litterae, cartae, codices, petentes und notarii : Aspekte der Vertrauenswürdigkeit von Papsturkunden im Pontifikat Innozenz’ III. (1198-1216) », ibid., p. 191-194.

Table des illustrations

Légende Figure 1 — Un exemple « d’européanisation » : A.É.L., abbaye de la Paix-Dieu, chartrier, no 27, acte de 1253.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/24828/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
Légende Figure 2 — Liège, Archives de l’État, couvent des dominicains de Liège, chartrier, 17.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/24828/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 335k
Légende Figure 3 — Liège, Archives de l’État, collégiale Saint-Martin, chartrier, 58.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/24828/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 186k
Légende Figure 4 — Évolution de l’inclinaison des hastes hautes et des hastes basses (selon l’ordre chronologique et suivant une échelle de 82° à 96°), à partir d’un échantillonnage de quittances conservées par le comte de Flandre.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/24828/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 69k

© Éditions de la Sorbonne, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540