Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Histoire monde, jeux d’échelles et espaces connectés

 | 
Société des historiens médiévistes de l’Enseignement supérieur public

Échelles, frontières et réseaux

Frontière arabo-byzantine et échelles spatiales

Réseaux d’acteurs et territoires des confins (nord du Bilād al-Šām, ier-ve siècle H./ viie-xie siècle)

The Arab-Byzantine Frontier and Spatial Scales. Networks of Agents and Territories of the Border Regions (North of Bilād al-Sām 1st-5th Centuries AH/7th-11th Centuries)

Éva Collet

Résumé

L’espace étudié est le territoire frontalier arabo-byzantin situé au nord du Bilād al-Šām (nord de la Syrie actuelle) entre les ier et ve siècles de l’Hégire (viie-xie siècles). Partir d’une frontière offre un angle de vue relativement pertinent pour l’étude des échelles spatiales. En effet, c’est très souvent sur un territoire de confins que se croisent de nombreuses influences mêlant intérêts locaux et globaux. Il s’agit ici de comprendre l’imbrication des échelles spatiales sur ces marges nord-syriennes créant un réseau d’acteurs interagissant entre eux par le biais d’alliances ou d’oppositions. Chacun projeta ses intérêts sur cet espace frontalier, modifiant ainsi profondément ses dynamiques spatiales. Trois points de vue sont à distinguer : l’échelle globale des califes et des empereurs, l’échelle régionale des émirs d’Alep et l’échelle locale des communautés frontalières.

The area under consideration is the frontier area between Arabia and Byzantium situated north of Bilād al Sām (in the North of today’s Syria) between the 1st and 5th centuries in the year of the Hijra (7th-11th Centuries). The view from the frontier gives one a relatively pertinent angle for the study of spatial scales, given that border areas witness a mixture of many influences where local and global interests intersect. We need to understand how the different spatial scales work together in these North Syrian Marches, producing a network of agents interacting with each other through alliances and conflicts. Each actor projects his interests on to this frontier, thereby profoundly changing its spatial dynamics. We can discern three distinct points of view : the global scale of the caliphs and the emperors, the regional scale of the emirs of Aleppo and the local scale of the frontier communities.

Texte intégral

  • 1 Voir carte 1.
  • 2 Voir carte 2 ; traité retranscrit dans Ibn al-ʿAdīm, Zubdat al-Ḥalab min Ta’rīẖ Ḥalab, éd. S. al-D (...)
  • 3 La Syrie du Nord et ses frontières ont été abordées dans de nombreuses études : M. Canard, Histoir (...)

1Le contexte des relations arabo-byzantines entre les ier et ve siècles de l’Hégire/ viie-xie siècles de l’ère chrétienne illustre parfaitement les confrontations d’échelles spatiales. Les troupes arabes ont conquis, à la suite de la bataille de Yarmouk en 15/636, ce qui équivaut à la Syrie actuelle et ont atteint le nord de cette province dans les années 20/640. Ce n’est qu’au iie/ viiie siècle qu’apparaît dans les sources une liste de places frontalières (ṯuġūr) tenues par les armées islamiques. Puis le calife abbasside Hārūn al-Rašīd (170-193/786-809) distingua plusieurs villes, qu’il nomma les ʿawāṣim (les Protectrices), visant à soutenir les ṯuġūr1. C’est à partir de ce moment que le front arabo-byzantin se stabilisa jusqu’au ive/xe siècle. Les Byzantins reprirent ensuite une grande partie de ces places frontalières dans les années 348-359/960-970. Au mois de ṣafar 359/décembre 969-janvier 970 fut signé un traité entre les émirs d’Alep et les Byzantins qui plaça l’émirat sous protection byzantine et traça une nouvelle frontière plus au sud2. Au ive/xe siècle, la dynastie hamdanide et son célèbre émir Sayf al-Dawla (m. 356/967) gouvernèrent Alep, où leur succéda au ve/xie siècle la dynastie mirdasside3.

2S’interroger sur les jeux d’échelles lorsqu’on travaille sur un territoire frontalier incite à faire un « pas de côté », à examiner l’espace étudié d’un point de vue différent et à soulever de nouvelles questions. Partir d’une frontière offre un angle de vue relativement pertinent pour l’étude des échelles spatiales et des connexions. En effet, c’est très souvent sur un territoire de confins que se croisent de nombreuses influences mêlant intérêts locaux et impériaux. Il s’agit ici de comprendre l’imbrication des échelles spatiales sur le territoire nord-syrien où sont intervenus des acteurs interagissant entre eux par le biais d’alliances ou d’oppositions. Il est nécessaire d’avoir une approche transcalaire pour ne pas cloisonner les points de vue de ces derniers, qui projetèrent leurs intérêts sur ces marges, modifiant ainsi profondément les dynamiques spatiales. Trois points de vue sont mis en évidence ici : l’échelle impériale des califes et des empereurs, l’échelle régionale des émirs d’Alep et l’échelle locale des communautés frontalières.

L’échelle impériale des califes et des empereurs

Connecter le territoire frontalier nord-syrien aux califats omeyyade et abbasside

  • 4 Ibn Šaddād, Description de la Syrie du Nord, trad. A.-M. Eddé, Damas, 1984, p. 88.
  • 5 Ibid., p. 235.

3Les espaces frontaliers nord-syriens sont connus pour avoir accueilli diverses populations exogènes. L’historien et juriste Ibn Šaddād (539-632/1145-1234) rapporte au sujet de la place frontalière al-Maṣṣīṣa que le calife abbasside al-Manṣūr (136-158/754-775) y installa « des prisonniers de toutes régions4 ». Ainsi, le nord du Bilād al-Šām devint dès le iie/viiie siècle un lieu où furent mises en contact des populations venant d’espaces très différents. La frontière arabo-byzantine fut aussi un territoire de relégation réservé aux populations dissidentes pour les éloigner des capitales califales. L’exemple le plus connu est celui des Zuṭṭ, populations originaires du nord-ouest de l’Inde. Convertis à l’islam, ils migrèrent vers Bassora (al-Baṣra) dans le Bas-Irak. Dès le règne du premier calife omeyyade Muʿāwiya (40-60/661-680) et sous celui de Yazīd Ier (60-64/680-683), ils furent déplacés avec les Sayābiğa (une population d’origine malaise) vers la plaine du ʿAmq, à proximité d’Antioche (Anṭākiyya) et d’al-Maṣṣīṣa5. Les Zuṭṭ, s’étant joints entre 79/699 et 82/702 à d’importantes révoltes dans le Bas-Irak, réussissant même à s’emparer de Kūfa, subirent une répression féroce et de nouvelles déportations sous les Omeyyades. Ces dernières se poursuivirent sous le règne des premiers califes abbassides, notamment celui d’al-Muʿtaṣim (218-227/833-842).

  • 6 Ibid., p. 90.

4Toutefois, les populations locales nord-syriennes ne restèrent pas indifférentes à cet apport extérieur qui ne fit pas que modeler l’espace frontalier dans un seul sens. Ainsi, à l’époque du calife Marwān b. Muḥammad (127-133/744-750), les habitants d’Antioche et de Qinnasrīn enlevèrent et s’approprièrent les buffles que les Zuṭṭ avaient amenés avec eux, destinés initialement à combattre les nombreux lions présents dans la région, car ces derniers s’attaquaient fréquemment aux voyageurs6.

5Dès le ier/viie siècle, les populations locales nord-syriennes durent donc cohabiter avec ces nouvelles populations exogènes auxquelles s’ajoutèrent au iie/viiie siècle les Ḫurāsāniens, originaires du nord-est de l’Iran, qui avaient soutenu la prise de pouvoir des Abbassides en 133/750. Ils furent souvent réquisitionnés au nord du Bilād al-Šām pour se mettre au service des califes et des émirs locaux et garnir en troupes les ṯuġūr. Comment ces populations étrangères Ḫurāsāniennes s’approprièrent-elles leur nouvel espace ? Développèrent-elles un attachement particulier ou ont-elles conservé une relation avec leur territoire d’origine sans pouvoir tisser de lien avec l’espace local ?

  • 7 Al-Balāḏurī, The Origins of the Islamic State (Kitāb Futūḥ al-Buldān), trad. P.K. Hitti, Beyrouth, (...)

6Les Abbassides se servirent à plusieurs reprises des Ḫurāsāniens pour reconstruire et défendre les ṯuġūr : cette répétition de l’implantation de ces troupes montre-t-elle une difficulté à ancrer localement ces populations exogènes ? C’est notamment à Aḏana, ʿAyn Zarba et Ṭarsūs en Cilicie que plusieurs unités de Ḫurāsāniens furent installées à plusieurs reprises entre les années 142-183/760-800 en échange de concessions foncières7. Les califes mirent du temps à stabiliser la démographie des ṯuġūr, fréquemment fragilisées par les raids byzantins et les installations non pérennes des armées islamiques.

  • 8 Yaḥyā al-Anṭākī, Ta’rīẖ al-Anṭākī al-maʿrūf bi Ṣilat Ta’rīẖ Ūtīẖā, éd. ʿU.ʿA.S. Tadmurī, Ṭrābulus (...)

7En effet, les califes abbassides durent régulièrement envoyer des troupes sur les frontières car elles ne séjournaient pas en permanence sur ces territoires. Malgré ces politiques d’implantation de ces troupes exogènes, celles-ci ont conservé leurs liens avec leurs territoires d’origine. Par exemple, les Ḫurāsāniens participèrent, au milieu du ive/xe siècle, à une razzia contre l’Empire byzantin au service de l’émir hamdanide d’Alep, Sayf al-Dawla, mais se dispersèrent après la bataille pour retourner à Bagdad ou dans le Ḫurāsān8.

8Le juriste hanafite du iie/viiie siècle al-Šaybānī (131-189/749-805), et son commentateur al-Saraẖsī (m. v. 499/1106), ont tenté de trouver une solution à ce problème d’ancrage démographique sur les confins de l’Islam :

  • 9 La traduction par « devoir pieux » de M. Hamidullah est discutable, nous proposons la suivante : « (...)
  • 10 Al-Šaybānī, Le grand livre de la conduite de l’État (Kitāb al-Siyar al-Kabīr) commenté par al-Sara (...)

Il n’y a pas de grief pour que les musulmans, qui occupent les postes frontaliers, aient avec eux épouses et enfants. Cela même lorsqu’il n’y a pas de terre islamique entre ces postes frontaliers (ṯuġūr) et le territoire belligérant. Car, c’est par un devoir pieux (yundabūna)9 que ces volontaires habitent sur la frontière. Or, ils ne peuvent vivre qu’en compagnie d’épouses et d’enfants ; car les femmes constituent un repos (sakan) pour les hommes10.

9Le terme arabe traduit par « devoir pieux » est tiré de la racine n.d. b. Dans l’extrait ci-dessus, ce verbe s’oppose au « repos » dont la racine s.k. n. exprime l’idée de tranquillité, d’apaisement et de calme, notamment dans un refuge ou un havre de paix.

10La racine arabe utilisée pour désigner le cantonnement de ces troupes dans les places-frontières est caractéristique : n.d. b. peut signifier le fait d’envoyer des troupes contre quelqu’un mais aussi se jeter à corps perdu dans un péril, être couvert de cicatrices, s’exposer à un danger ou pleurer un mort. Le terme souligne en filigrane la présence difficile et irrégulière de ces soldats ẖurāsāniens au nord du Bilād al-Šām. Il ne fait en tout cas pas référence à un habitat permanent et sécurisé. L’idée d’al-Šaybānī était sans doute de convaincre les soldats de rester définitivement sur ces territoires frontaliers grâce à la possibilité de venir avec leur famille.

Connecter l’émirat d’Alep à l’Empire byzantin

  • 11 Ibn Al-ʿAdīm, Zubdat…, op. ci t. n. 2, t. 1, p. 163-168.
  • 12 Sur les relations entre les Byzantins et les émirs d’Alep : A. D. Beihammer, « Muslim Rulers Visit (...)

11La connexion vers l’extérieur de l’espace frontalier nord-syrien s’est renforcée à partir de la reconquête byzantine du nord du Bilād al-Šām dans les années 350/960. La frontière syro-byzantine est alors devenue l’enjeu d’une confrontation internationale entre les Byzantins, les Fatimides et les Abbassides, notamment lorsque l’émirat hamdanide d’Alep fut mis sous protectorat byzantin lors du traité de 359/969-970 et échappa ainsi en grande partie au contrôle des Abbassides et des Fatimides. Ce traité accentua le localisme nord-syrien que les Omeyyades et les Abbassides avaient tenté d’endiguer en y déplaçant des populations exogènes. Le texte du traité est rapporté par l’historien et cadi alépin Kamāl al-Dīn Ibn al- ʿAdīm (588-660/1192-1262)11. En effet, par ce pacte, les Byzantins ne reconnaissaient que les émirs issus de la région alépine comme légitimes pour gouverner la province12. On y trouve notamment deux clauses qui imposèrent aux populations frontalières de ne désigner que des Alépins pour les gouverner :

  • 13 Ibn al-ʿAdīm, Zubdat…, op. ci t. n. 2, t. 1, p. 165.
  • 14 Ibid., p. 167.

[3] Ils établirent que le pouvoir sur les musulmans devait revenir à Qarġūyah, et après lui à Bakğūr. Après eux deux, le roi (mālik) des Rūm-s désignerait un émir choisi parmi les habitants d’Alep ; quant aux musulmans, ils n’avaient pas le droit de désigner quiconque d’autre13. […] [17] Les musulmans ne devront pas accepter un émir musulman, et ils ne devront adresser leurs requêtes qu’au chambellan (Qarġūyah) (ḥāğib) ou à Bakğūr. Lorsque ces deux derniers mourront, ils ne devront accepter aucun émir venant des pays de l’Islam, comme ils ne devront demander aucune aide aux musulmans. Par contre, ils devront choisir un émir parmi les habitants des régions en trêve, après la mort du chambellan et de Bakğūr. Aussi, le roi des Rūm-s nommera un juge parmi eux pour édicter des jugements selon leurs règles14.

12En outre, l’étude des itinéraires commerciaux montre à quel point cette politique byzantine privilégiant le régionalisme modela l’espace frontalier alépin et le connecta à l’Empire byzantin.

13Le règne du calife fatimide al-Ḥākim (386-411/996-1021) fut marqué par de nombreuses exactions commises contre les chrétiens : les ḏimmī-s durent porter des signes distinctifs, les biens de mainmorte (waqf) des monastères et églises furent confisqués et l’église du Saint-Sépulcre de Jérusalem fut détruite en 399/1009.

  • 15 Yaḥyā Al-Anṭākī, Histoire de Yaḥyā ibn Saʿīd d’Antioche, éd. I. Kratchkovsky, trad. Fr. Micheau, G (...)

14En réponse à cela, un blocus commercial fut imposé aux Fatimides par l’empereur byzantin Basile II (365-416/976-1025) dès l’année 405/1015 à l’exception de l’émirat d’Alep. C’est aussi en voyant l’influence fatimide grandir sur la ville d’Alep que « l’empereur interdit tout voyage et tout commerce entre l’ensemble de son pays et un point quelconque des régions du Šām (Levant) et de Miṣr (Égypte)15 ». Ce blocus dura plusieurs années car, en 415/1024, la tante du calife fatimide al-Ẓāhir (411-427/1021-1036), al-Sayyida, envoya à Constantinople Nicéphore, le Patriarche de Jérusalem, pour informer l’empereur que les églises du Šām (Levant) et de Miṣr (Égypte) seraient restaurées et que la situation des chrétiens s’améliorerait si l’Empire levait son blocus commercial :

  • 16 Ibid., p. 469.

[En conséquence, il demanderait à l’empereur] d’autoriser le commerce des Rūm-s avec le pays des musulmans, d’accueillir [les marchands] arrivant du pays de l’Islam dans les provinces des Rūm-s et de commencer ainsi à assurer la paix et la concorde16.

  • 17 Ibid., p. 471.

15Cependant ces négociations n’aboutirent pas, du fait de la mort d’al-Sayyida au mois de ṣafar 415/avril-mai 102417.

  • 18 Voir carte 2.

16Le but était de connecter économiquement l’émirat d’Alep à l’Empire byzantin et au contraire de marginaliser la zone frontalière avec Tripoli (Ṭrābulus) et le califat fatimide en bloquant la route commerciale littorale. L’objectif était aussi pour les Byzantins de contourner des territoires instables situés au sud, d’Antioche et de faire converger leurs flux commerciaux sur l’émirat d’Alep sur lequel les taxes douanières de l’Islam ne s’appliquaient plus aux Byzantins grâce au traité de ṣafar 359/décembre 969-janvier 97018.

Connecter l’émirat d’Alep au califat fatimide

  • 19 Yaḥyā al-Anṭākī, Histoire…, op. ci t. n. 15, p. 403.
  • 20 Ibn al-Aalānisī, Ḏayl Ta’rīẖ Dimašq, éd. H. F. Amedroz, Leyde, 1908, p. 33-34.

17Au contraire des Byzantins, les Fatimides cherchèrent plutôt à briser ce localisme des émirs alépins pour les remplacer par leurs fidèles lieutenants. Leur but était de reconnecter Alep aux territoires islamiques. Diverses stratégies diplomatiques furent expérimentées. En 405/1015, le calife fatimide al-Ḥākim conféra des titres honorifiques aux nouveaux émirs d’Alep, Ṣāliḥ b. Mirdās, chef de la tribu des Kilābites, et Fatḥ, gouverneur fatimide d’Alep, qui avaient repris la ville au bénéfice du Caire. Pour éviter que ces deux personnages ne prennent trop de pouvoir sur Alep, al-Ḥākim proposa à Fatḥ de l’échanger contre des concessions foncières situées à Tyr, Sidon et Beyrouth. Or, Ṣāliḥ b. Mirdās demanda à Fatḥ de refuser l’offre et lui proposa de chasser les Fatimides d’Alep19. Durant tout le ve/xie siècle, les califes fatimides tentèren, en vain de reprendre l’émirat d’Alep, car cette zone constituait pour eux, selon l’historien damascène Ibn al-Qalānisī (465-555/1073-1160), le vestibule de l’Irak, dont la possession leur assurerait celle de tous les pays au-delà20, c’est-à-dire l’espace irakien abbasside.

18Dès la fin du ive/xe siècle, le territoire frontalier alépin se retrouva donc au cœur d’un système de rivalités impériales. Briser le localisme, ou au contraire l’accentuer, au service d’intérêts impériaux, fermer ou ouvrir le territoire : telles furent les stratégies spatiales utilisées par les empereurs et les califes pour s’assurer la maîtrise de ce territoire frontalier. Cependant nous ne pouvons pas voir les acteurs locaux comme de simples pions aux mains des intérêts étrangers : ils étaient capables de se positionner dans le jeu impérial des alliances en fonction de leur échelle d’action.

L’échelle régionale des émirs d’Alep

Détourner les flux commerciaux en fonction des intérêts alépins

  • 21 Yaḥyā al-Anṭākī, Histoire…, op. ci t. n. 15, p. 401.
  • 22 Ibid., p. 405.

19Les émirs d’Alep ont utilisé le traité de 359/969-970 à leur avantage pour profiter du fait que les Byzantins voulaient justement accentuer l’échelle régionale et mettre à l’écart le califat fatimide. Ainsi, les émirs d’Alep, Ṣāliḥ b. Mirdās21 puis ‘Azīz al-Dawla22, n’hésitèrent pas à imposer une concurrence commerciale aux califes fatimides en demandant eux-mêmes l’exemption du blocus imposé en 405/1015 par l’empereur byzantin aux territoires islamiques.

  • 23 Yaḥyā al-Anṭākī, Histoire…, op. ci t. n. 15, p. 401.
  • 24 Ibid., p. 405.

20En ṣafar 407/juillet 1016, alors qu’il venait de destituer Manṣūr b. Lu’lu’ du trône d’Alep, Ṣāliḥ b. Mirdās profita d’une lettre de soumission à l’empereur pour lui demander un permis de commerce réservé à l’émirat d’Alep : « Ṣāliḥ Ibn Mirdās lui demanda d’autoriser ses compagnons à faire du commerce, et l’empereur les autorisa à l’exclusion de tous les autres23. » Bien que Ṣāliḥ b. Mirdās ne fût pas encore au pouvoir à Alep, il obtint ce privilège, ce qui montre qu’il était bien reconnu par l’empereur Basile II. Une seconde fois en 407/1017, un privilège commercial fut sollicité par ‘Azīz al-Dawla, même s’il était officiellement un gouverneur fatimide. Il utilisa comme Ṣāliḥ b. Mirdās la situation stratégique d’Alep conférée par le traité de 359/969-970 et le blocus byzantin pour désobéir à la puissance égyptienne : « Il obtint de l’empereur la permission de commercer avec les pays des Rūm-s qui lui étaient contigus et il en tira avantage auprès d’al-Ḥākim24. » Les émirs alépins profitèrent donc de la position commerciale stratégique d’Alep pour faire jouer la concurrence afin de se distinguer du reste de l’Islam et d’accéder à une autonomie commerciale importante.

  • 25 Voir carte 2.

21Ces initiatives régionales eurent pour conséquence de transformer l’émirat et de le connecter aux flux commerciaux de longue distance. Alep devint un pôle d’importation et de redistribution des marchandises, car elle était la seule place où pouvaient converger les flux byzantins et fatimides en raison de ce blocus25. Cette situation commerciale inédite renforça la clause 19 du traité signé en 359/969-970. Cette dernière encourageait l’exportation des produits byzantins vers l’émirat d’Alep puis leur redistribution dans le reste des territoires de l’Islam :

  • 26 Ibn al-ʿAdīm, Zubdat…, op. ci t. n. 2, t. 1, p. 167.

[19] D’autre part, la dîme (al-’ušr) sur ce qui provient du pays des Rūm-s devra être prélevée par un percepteur envoyé par le roi (des Rūm-s), qui siègera à côté de celui de Qarġūyah et Bakğūr. Les percepteurs du roi prélèveront cette taxe sur toutes les marchandises en or, argent, brocart grec, soie grège, pierres précieuses, joyaux, perles et étoffes de soie fine (sundus). Sur les étoffes (ordinaires), les étoffes de lin, les étoffes de soie à fleurs de diverses couleurs (buzyūn), les bestiaux et autres marchandises, ce seront les percepteurs du chambellan et de Bakğūr qui prélèveront la dîme. Après eux, tous ces droits seront perçus par les douaniers grecs26.

22Le blocus commercial et le privilège accordé aux émirs fut une stratégie byzantine pour renforcer son accaparement du marché économique alépin au détriment des Fatimides. Cela renforça sans doute la spécialisation dont bénéficiait Alep depuis le traité de 359/969-970 dans la redistribution des marchandises importées depuis l’Empire byzantin et le reste de l’Islam.

  • 27 Ḥudūd al-’Ālam. The Regions of the World, A Persian Geography, trad. V. Minorsky, Londres, 1937, § (...)
  • 28 Nāṣir-ī Ḫusraw, Sefer Nameh, éd. et trad. C. Schefer, Paris, 1881, p. 32.

23L’auteur anonyme de l’ouvrage Ḥudūd al-’Ālam, rédigé vers 371/982, insiste déjà sur cette spécialité commerciale de la cité alépine : « Ce pays est florissant, prospère, peuplé, avec de grandes richesses, et de nombreuses villes. Tout ce qui est produit au Maghreb, à Miṣr (Égypte), à Byzance et en Andalousie est amené là27. » Le voyageur persan Nāṣir-i Ḫusraw (394-480/1004-1088) rappelle aussi la particularité d’Alep dans le traitement des marchandises importées lorsqu’il y voyagea en rağab 438/janvier 1047 : « On y acquitte les droits sur les marchandises apportées de Syrie, du pays de Rūm, du Diyār Bakr, de Miṣr (Égypte) et de l’Irak. Alep est fréquentée par les négociants et les marchands de ces différentes contrées28. » Alep est ainsi devenue un lieu connecté à de multiples espaces sous l’impact des décisions émirales du ve/xie siècle.

Utiliser les intérêts impériaux pour gérer des conflits locaux

  • 29 Ibn al-Aalānisī, Ḏayl…, op. ci t. n. 20, p. 33-34.
  • 30 Ibid., p. 43.

24L’objectif des émirs était de conserver ce statut intermédiaire frontalier sans choisir de ralliement politique définitif, ce que leur garantissait le traité de 359/969-970. Ils utilisèrent donc les atouts militaires et diplomatiques byzantins ou fatimides en fonction de leurs besoins internes. En 380/991, Bakğūr, ancien serviteur de l’émir d’Alep Sayf al-Dawla, écrivit au calife fatimide al-ʿAzīz (364-386/975-996) pour lui demander un soutien diplomatique contre son rival, le Hamdanide Saʿīd al-Dawla, en lui rappelant l’importance géopolitique et économique d’Alep29. Saʿīd al-Dawla, émir d’Alep et petit-fils de Sayf al-Dawla, réagit de la même façon en 383/994 lorsque Banğūtakīn venait de reprendre Alep pour les Fatimides. Il fit appel cette fois-ci à l’empereur byzantin, Basile II, lui rappelant l’intérêt qu’il avait à protéger Alep pour conserver Antioche, siège du patriarcat chrétien melkite30.

  • 31 Yaḥyā al-Anṭākī, Histoire…, op. ci t. n. 12, p. 399.
  • 32 Ibn al-ʿAdīm, Zubdat…, op. ci t. n. 2, t. 1, p. 238.

25Les armées impériales et califales étaient aussi fréquemment utilisées par les émirs alépins pour gérer les conflits dynastiques. En 404/1014, Manṣūr Ibn Lu’lu’, émir d’Alep issu d’une branche secondaire des Hamdanides, demanda à l’empereur de lui apporter des fantassins qu’il utiliserait contre Ṣāliḥ b. Mirdās et son clan, celui des Kilābites. Mille Arméniens furent envoyés et il remporta la bataille contre son ennemi31. En 406/1016, Aḥmad al-Ḍayf, gouverneur fatimide à Alep, fit appel à l’armée du calife fatimide al-Ḥākim pour lutter contre son rival, le Mirdasside Ṣāliḥ b. Mirdās. À nouveau, en 419/1029, pour lutter contre son frère Ṯimāl b. Ṣāliḥ, l’émir mirdasside d’Alep, Naṣr b. Ṣāliḥ, fit appel à l’empereur Romain III (419-425/1028-1034) qui accepta de lui envoyer une partie de ses troupes32.

Transformation des dynamiques spatiales frontalières

  • 33 Voir carte 2.

26Ainsi, les acteurs régionaux surent eux aussi instrumentaliser les intérêts impériaux pour s’approprier le territoire frontalier. Ce processus fut mené à un degré supérieur sous les Mirdassides à Alep et avec Naṣr b. Mušarraf, émir d’origine arabe, dans les montagnes littorales du Rawādīf. Ces initiatives locales menèrent à une dissociation de l’espace frontalier en deux parties qui se connectèrent différemment au monde extérieur : d’une part, la zone montagnarde au sud d’Antioche ; d’autre part, l’émirat d’Alep33.

  • 34 J.-C. Cheynet, C. Morrisson et W. Seibt, Sceaux byzantins de la collection Henri Seyrig. Catalogue (...)
  • 35 Voir carte 2.

27Naṣr b. Mušarraf al-Rawādīfī était un notable musulman vivant dans le Ğabal al-Rawādīf. Suite à la conquête de cette zone par les Byzantins dans les années 360/970, il bénéficia de nombreux privilèges de la part des Byzantins, notamment du titre de patrice, comme en témoigne un sceau retrouvé à son nom34. Mais il fut emprisonné par les Byzantins car son pouvoir avait pris beaucoup d’importance sur cette zone au sud d’Antioche. En effet, il fit construire avec plusieurs tribus locales des forteresses comme al-Manīqa, Bikisrā’īl et Balāṭunus35. Naṣr b. Mušarraf prit la décision de donner toutes ces forteresses au calife fatimide et de connecter ainsi au Caire cette partie du territoire frontalier byzantin. En récompense, Naṣr b. Mušarraf fut honoré par le calife fatimide al-Ẓāhir. À défaut de pouvoir reprendre Alep à cause de la désobéissance des émirs mirdassides, ce dernier lança un raid pour reprendre Maraqiyya, située entre Lattaquié (al-Lāḏiqiyya) et Tripoli. Ce territoire côtier était très important à reprendre pour les Fatimides, car c’était là que passait la route commerciale littorale qui permettait de détourner l’émirat d’Alep allié aux Byzantins. Ce passage était donc le seul endroit où les Fatimides pouvaient encore bénéficier des taxes douanières frontalières jusqu’au blocus imposé entre 405/1015 et les années 410/1020. Cependant, Nicétas, catépan d’Antioche, entreprit ensuite la reconquête de toutes ces forteresses qu’il acheva en 423/1032.

  • 36 Yaḥyā al-Anṭākī, Histoire…, op. ci t. n. 15, p. 501.
  • 37 Ibid., p. 509.
  • 38 Jean Skylitzès, Empereurs de Constantinople, trad. B. Flusin, p. 319 ; Ioannis Scylitzae Synopsis (...)
  • 39 Yaḥyā al-Anṭākī, Histoire…, op. ci t. n. 15, p. 501.
  • 40 Ibid., p. 531-533.

28À l’inverse, la connexion de l’émirat d’Alep à l’Empire byzantin a été accentuée au ve/xie siècle sous les Mirdassides. En 422/1031, l’émir mirdasside d’Alep, Naṣr b. Ṣāliḥ, prêta allégeance à l’empereur byzantin Romain III dans une lettre36. Il signa alors un nouveau traité de paix : une hudna mu’abbada, que l’on pourrait traduire par « trêve perpétuelle », ce qui est inhabituel car la tradition islamique n’accepte, en théorie, que des trêves de dix ans37. Le chroniqueur byzantin Jean Skylitzès (431-494/1040-1101) fait écho également de cette volonté de renouvellement lorsque le fils de Naṣr b. Ṣāliḥ, Maḥmūd b. Naṣr, demanda en ramaḍān 422/septembre 1031 « à ce que le traité de paix fût renouvelé, proposant de payer le même tribut qu’autrefois38 ». Ces reconductions et ces actes diplomatiques montrent une réelle volonté chez les Mirdassides de se démarquer des Fatimides et de rattacher Alep à l’Empire byzantin. En 422/1031, en plus de l’allégeance et de la soumission proposée à l’empereur, Naṣr b. Ṣāliḥ demanda de rendre publique son obéissance à l’empereur et mentionna qu’il souhaitait être comme son gouverneur39. Enfin, au cours d’une autre ambassade en 423/1032, Naṣr b. Ṣāliḥ demanda même à l’empereur de lire en public sa lettre d’allégeance face aux envoyés du calife fatimide al-Ẓāhir40.

  • 41 Voir carte 2.
  • 42 Yaḥyā al-Anṭākī, Histoire…, op. ci t. n. 15, p. 515.

29Cependant, l’émirat d’Alep ne fut jamais totalement rattaché à l’Empire byzantin. Les échelles d’intervention émirale et impériale ne fusionnèrent pas totalement, car les Byzantins laissaient les émirs d’Alep gérer les menaces qui germaient en territoire alépin. À la demande des Byzantins, Naṣr b. Ṣāliḥ s’empara du village de Ğarīrīn (dans les environs d’Apamée, nouvelle ville frontalière depuis le traité de 359/969-970)41 où se réunissaient les soutiens de Naṣr b. Mušarraf pour faire leurs incursions dans le territoire byzantin42, ce qui atteste par ailleurs un réseau de rébellion local transfrontalier entre les montagnes du Rawādīf et la plaine du Nahr al-ʿĀṣī. Se mit donc en place à ce moment-là une situation tout à fait originale de collaboration transfrontalière de la répression, en accord avec le traité signé en 359/969-970, qui délimitait très clairement l’espace d’application de la souveraineté de chacun :

  • 43 Ibn al-ʿAdīm, Zubdat…, op. ci t. n. 2, t. 1, p. 166.

[8] L’émir devra se mettre au service des troupes grecques jusqu’à la frontière (ilā l-ḥadd), mais dès qu’il la franchirait (ḫarağat min al-ḥadd), l’émir reviendra dans son territoire (ʻamaluhu)43.

30Cela montre une ferme conscience de la frontière perçue ici comme une ligne de démarcation nette impliquant une répartition précise des échelles d’action de chaque acteur qui intervenait en fonction de sa situation géographique. Ainsi, analyser cette situation avec les méthodes de l’histoire connectée ne mène pas à faire disparaître l’échelon local, mais à faire interagir les différents angles de vue et à montrer les possibles collaborations entre ces derniers.

  • 44 Voir carte 2.

31Spatialement, ces mouvements de connexion et de fermeture ont ainsi modelé le territoire frontalier nord-syrien au ve/xie siècle, différenciant deux espaces44 : celui de la côte du Bilād al-Šām plutôt tourné vers le califat fatimide et fermé à Byzance, et celui de l’émirat d’Alep, tourné vers l’Empire byzantin et fermé au califat fatimide, malgré les accords frontaliers de 359/969-970 qui attribuaient, à Byzance, les territoires au sud d’Antioche, et, aux territoires islamiques, l’émirat d’Alep.

32L’échelle régionale des émirs d’Alep est ainsi particulièrement intéressante à étudier, car elle permet de voir à quel point la position d’entredeux de cette région fut utilisée pour faire dialoguer et interagir le point de vue émiral, califal et impérial. Malgré un traité de 359/969-970 qui était censé diminuer la puissance alépine, les émirs furent capables d’arrêter les flux, de les redistribuer et de conclure leurs alliances en fonction de leur intérêt.

L’échelle locale des communautés frontalières

Des communautés urbaines frontalières autonomes

33On voit progressivement se développer au ive/xe siècle dans les villes frontalières soumises en théorie au califat abbasside de Bagdad, des communautés urbaines de plus en plus autonomes. Ces dernières ont progressivement acquis une capacité d’action située parfois en dehors de toute considération califale ou impériale. Elles furent capables d’élaborer des réseaux frontaliers d’entraide militaire, profitant notamment de la fragmentation du califat abbasside du ive/xesiècle pour prendre leur autonomie.

  • 45 Ibn Ḥawqal, La Configuration de la terre (Kitāb ṣūrat al-arḍ), éd. G. Wiet, trad. J. H. Kramers, P (...)
  • 46 Al-Balāḏurī, The Origins…, op. ci t. n. 7, p. 264.
  • 47 Ibn Šaddād, Description…, op. ci t. n. 4, p. 187.
  • 48 Ibid., p. 112, 187.

34L’organisation spatiale des ṯuġūr fonctionnait de manière à assurer l’indépendance de chaque place frontalière. D’après le géographe Ibn Ḥawqal (m. fin ive/xe siècle), les ṯuġūr étaient indépendantes des ʿawāṣim et chacune fonctionnait de manière autonome45. En 179/796, alors que Kanīsat al-Sawdā’fut dévastée par les Byzantins, et sans ordre extérieur explicite, les coupables furent poursuivis par des volontaires d’al-Maṣṣīṣa, qui récupérèrent le butin volé et tuèrent un grand nombre de Grecs46. Autre exemple, en 309/922, des habitants de Ṭarsūs passèrent par Malaṭiyya pour attaquer le territoire byzantin, ce qui pourrait témoigner de l’existence d’un réseau d’entraide autonome organisé en dehors des directives alépines et bagdadiennes47. En 313/926, les Byzantins dévastèrent la cité de Malaṭiyya et reprirent le contrôle de la ville. Les habitants de cette dernière s’en allèrent eux-mêmes vers Bagdad pour demander du secours, mais ils ne furent pas assistés48. Cet événement brisa en quelque sorte le lien entre les califes abbassides et les ṯuġūr.

Émergence d’un localisme frontalier

  • 49 Ibn Šaddād, Description…, op. ci t. n. 4, p. 192.
  • 50 Ibid., p. 193.

35C’est entre 332/944 et 336/948 que l’émir hamdanide Sayf al-Dawla imposa son pouvoir sur Alep et les places frontalières. Les liens entre ces deux espaces n’avaient alors rien d’évident et pouvaient se détériorer. En 338/950 eut lieu une bataille surnommée la « campagne du désastre » au nord d’al-Ḥadaṯ. Pressentant une embuscade byzantine lors de la razzia suivante, les habitants des ṯuġūr conseillèrent à l’émir Sayf al-Dawla d’emprunter un itinéraire plus sûr que celui qu’il voulait prendre49. Cependant, l’émir n’apprécia pas que les habitants des places-frontières émissent un avis sur la guerre. Il ne les écouta pas et prit l’itinéraire déconseillé. Or, ceux qui écoutèrent les conseils des populations locales furent sauvés ; les autres furent tués, et Sayf al-Dawla échappa de justesse à la mort50. Cette anecdote témoigne de la difficulté éprouvée par les communautés frontalières à faire valoir leur point de vue à l’échelle micro-locale, étant désormais soumises à un pouvoir régional et non plus seulement local.

  • 51 Ibid., p. 169-170.

36Parfois, les élites locales n’hésitaient pas à se passer du pouvoir public califal dans ses fonctions régaliennes comme le paiement des troupes. Le fils du calife abbasside al-Mutawakkil (232-247/847-861), al-Muwaffaq (m. 277/891), nomma gouverneur des ṯuġūr un certain Urḥūz al-Turkī. Cependant, celui-ci ne paya pas les troupes d’Antioche. Ces dernières demandèrent alors de l’aide aux notables de Ṭarsūs, qui envoyèrent 15 000 dinars au gouverneur pour qu’il les verse aux soldats. Mais Urḥūz les garda pour lui51. Ainsi, les notables locaux pouvaient être les relais de la puissance califale défaillante dont l’échelle d’action globalisante était devenue inopérante à l’échelon local.

Négociations entre acteurs locaux et acteurs régionaux et impériaux

  • 52 Ibid., p. 177.
  • 53 Ibid.

37Ces communautés urbaines avaient donc la capacité d’agir localement sans en référer au pouvoir central, tout en négociant, s’il le fallait, avec les autorités régionales ou califales. À de nombreuses reprises, les chroniqueurs font état de la capacité de concertation et de négociation dont pouvaient faire preuve les communautés frontalières pour choisir leurs gouvernants et gérer les conflits notamment lorsqu’un de leurs chefs ne remplissait pas ses fonctions. Ainsi, en 286/900, suite à la demande des populations locales, le calife abbasside al-Muʿtaḍid (278-289/892-902) confia le gouvernement des places-frontières à un nouvel émir52. La même année, à Ṭarsūs, les notables de la ville se réunirent pour choisir eux-mêmes leur propre émir contre celui qui avait été nommé par le pouvoir abbasside. Les notables parvinrent à faire accepter la situation aux autorités califales53.

  • 54 Ibid., p. 197-198.

38Les communautés urbaines frontalières pouvaient aussi choisir de s’allier à l’émir d’Alep en cas de défaillance de leurs émirs locaux. En 343/955, l’émir de Ṭarsūs, Ibn al-Zayyāt, se rebella contre Sayf al-Dawla. Mais, en 344/956, l’émir rebelle perdit une importante bataille contre les Byzantins. Apprenant cela, les habitants se concertèrent et décidèrent de reprendre le trône pour Sayf al-Dawla et destituèrent Ibn al-Zayyāt, qui se suicida54. Cela montre à quel point les types de connexions de l’espace frontalier avec l’extérieur variaient en fonction des réseaux d’alliances et des initiatives des acteurs locaux.

39Les espaces frontaliers semblent donc être des objets d’étude efficaces pour étudier les interactions entre les échelles locale, régionale et impériale. Pour ce faire, il est nécessaire d’effectuer un va-et-vient permanent entre ces dernières afin de comprendre comment un espace frontalier médiéval se connectait vers l’extérieur. Ainsi, ce qu’écrivait Jacques Revel pourrait très bien s’appliquer à la frontière nord du Bilād al-Šām du ier/viie au ve/xie siècle :

  • 55 Jeux d’échelles, la micro-analyse à l’expérience, éd. J. Revel, Paris, 1996, introduction du livre

Le travail de contextualisation multiple pratiqué par les micro-historiens part de prémisses très différentes. Il pose, en premier lieu, que chaque acteur historique participe, de façon proche ou lointaine, à des processus – et donc s’inscrit dans des contextes – de dimensions et de niveaux variables, du plan local au plus global. Il n’existe donc pas d’hiatus, moins encore d’opposition entre histoire locale et histoire globale. Ce que l’expérience d’un individu, d’un groupe, d’un espace permet de saisir, c’est une modulation particulière de l’histoire globale55.

Carte 1 — La répartition des ṯuġūr et ʿawāṣim avant le traité arabo-byzantin de 359 H./969-970

Carte 2 — Recomposition de l’espace frontalier au nord du Bilād al-Šām après 359 H./969-970

Notes

1 Voir carte 1.

2 Voir carte 2 ; traité retranscrit dans Ibn al-ʿAdīm, Zubdat al-Ḥalab min Ta’rīẖ Ḥalab, éd. S. al-Dahhān, Damas, 1951-1968, t. 1, p. 163-168 ; comm. et trad. dans W. A. Farağ, The Truce of Safar AH 359, December-January 969-970, Birmingham, 1977.

3 La Syrie du Nord et ses frontières ont été abordées dans de nombreuses études : M. Canard, Histoire de la dynastie des H’amdanides de Jazîra et de Syrie, Paris, 1953 ; T. Bianquis, Damas et la Syrie sous domination fatimide (369-468/969-1076) : essai d’interprétation des chroniques arabes médiévales, Damas, 1986, 2 vol. ; id., « Les frontières de la Syrie au xie siècle », Castrum 4. Frontière et peuplement dans le monde méditerranéen au Moyen Âge. Actes du colloque d’Erice-Trapani (Italie, 18-25 septembre 1988), éd. J.-M. Poisson, Rome/Madrid, 1992, p. 135-150 ; M. Bonner, Aristocratic Violence and Holy War : Studies in the Jihad and the Arab-Byzantine Frontier, New Haven, 1996.

4 Ibn Šaddād, Description de la Syrie du Nord, trad. A.-M. Eddé, Damas, 1984, p. 88.

5 Ibid., p. 235.

6 Ibid., p. 90.

7 Al-Balāḏurī, The Origins of the Islamic State (Kitāb Futūḥ al-Buldān), trad. P.K. Hitti, Beyrouth, 1966, p. 260-264.

8 Yaḥyā al-Anṭākī, Ta’rīẖ al-Anṭākī al-maʿrūf bi Ṣilat Ta’rīẖ Ūtīẖā, éd. ʿU.ʿA.S. Tadmurī, Ṭrābulus (Liban), 1990, p. 105.

9 La traduction par « devoir pieux » de M. Hamidullah est discutable, nous proposons la suivante : « car [ces combattants] ont été exposés au danger en séjournant sur les frontières ».

10 Al-Šaybānī, Le grand livre de la conduite de l’État (Kitāb al-Siyar al-Kabīr) commenté par al-Saraẖsī, trad. M. Hamidullah, Ankara, 1989-1991, t. 1, p. 144 ; éd. Le Caire, 1971, t. 1, p. 210.

11 Ibn Al-ʿAdīm, Zubdat…, op. ci t. n. 2, t. 1, p. 163-168.

12 Sur les relations entre les Byzantins et les émirs d’Alep : A. D. Beihammer, « Muslim Rulers Visiting the Imperial City : Building Alliances and Personal Networks between Constantinople and the Eastern Borderlands », Al-Masaq, 24/2 (2012), p. 157-177 ; id., « Strategies of Diplomacy and Ambassadors in Byzantine-Muslim Relations on the Tenth and Eleventh Centuries », Ambassadeurs et ambassades au cœur des relations diplomatiques, éd. A.Becker et N. Drocourt, Metz, 2012, p. 371-400.

13 Ibn al-ʿAdīm, Zubdat…, op. ci t. n. 2, t. 1, p. 165.

14 Ibid., p. 167.

15 Yaḥyā Al-Anṭākī, Histoire de Yaḥyā ibn Saʿīd d’Antioche, éd. I. Kratchkovsky, trad. Fr. Micheau, G. Troupeau, Patrologie orientale, 47, Turnhout, 1997, p. 401.

16 Ibid., p. 469.

17 Ibid., p. 471.

18 Voir carte 2.

19 Yaḥyā al-Anṭākī, Histoire…, op. ci t. n. 15, p. 403.

20 Ibn al-Aalānisī, Ḏayl Ta’rīẖ Dimašq, éd. H. F. Amedroz, Leyde, 1908, p. 33-34.

21 Yaḥyā al-Anṭākī, Histoire…, op. ci t. n. 15, p. 401.

22 Ibid., p. 405.

23 Yaḥyā al-Anṭākī, Histoire…, op. ci t. n. 15, p. 401.

24 Ibid., p. 405.

25 Voir carte 2.

26 Ibn al-ʿAdīm, Zubdat…, op. ci t. n. 2, t. 1, p. 167.

27 Ḥudūd al-’Ālam. The Regions of the World, A Persian Geography, trad. V. Minorsky, Londres, 1937, § 38, p. 148.

28 Nāṣir-ī Ḫusraw, Sefer Nameh, éd. et trad. C. Schefer, Paris, 1881, p. 32.

29 Ibn al-Aalānisī, Ḏayl…, op. ci t. n. 20, p. 33-34.

30 Ibid., p. 43.

31 Yaḥyā al-Anṭākī, Histoire…, op. ci t. n. 12, p. 399.

32 Ibn al-ʿAdīm, Zubdat…, op. ci t. n. 2, t. 1, p. 238.

33 Voir carte 2.

34 J.-C. Cheynet, C. Morrisson et W. Seibt, Sceaux byzantins de la collection Henri Seyrig. Catalogue raisonné, Paris, 1991, no 251-252, pl. XXVII : l’inscription sur ce sceau indique : « al-Baṭrīq (le Patrice) Naṣr Ibn Mušarraf ».

35 Voir carte 2.

36 Yaḥyā al-Anṭākī, Histoire…, op. ci t. n. 15, p. 501.

37 Ibid., p. 509.

38 Jean Skylitzès, Empereurs de Constantinople, trad. B. Flusin, p. 319 ; Ioannis Scylitzae Synopsis historiarum, éd. H. Thurn, Berlin, 1973, § 384, p. 32.

39 Yaḥyā al-Anṭākī, Histoire…, op. ci t. n. 15, p. 501.

40 Ibid., p. 531-533.

41 Voir carte 2.

42 Yaḥyā al-Anṭākī, Histoire…, op. ci t. n. 15, p. 515.

43 Ibn al-ʿAdīm, Zubdat…, op. ci t. n. 2, t. 1, p. 166.

44 Voir carte 2.

45 Ibn Ḥawqal, La Configuration de la terre (Kitāb ṣūrat al-arḍ), éd. G. Wiet, trad. J. H. Kramers, Paris, t. 1, § 187-188, p. 185.

46 Al-Balāḏurī, The Origins…, op. ci t. n. 7, p. 264.

47 Ibn Šaddād, Description…, op. ci t. n. 4, p. 187.

48 Ibid., p. 112, 187.

49 Ibn Šaddād, Description…, op. ci t. n. 4, p. 192.

50 Ibid., p. 193.

51 Ibid., p. 169-170.

52 Ibid., p. 177.

53 Ibid.

54 Ibid., p. 197-198.

55 Jeux d’échelles, la micro-analyse à l’expérience, éd. J. Revel, Paris, 1996, introduction du livre.

Table des illustrations

Légende Carte 1 — La répartition des ṯuġūr et ʿawāṣim avant le traité arabo-byzantin de 359 H./969-970
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/24807/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 366k
Légende Carte 2 — Recomposition de l’espace frontalier au nord du Bilād al-Šām après 359 H./969-970
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/24807/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 312k

Auteur

© Éditions de la Sorbonne, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540