Versione classicaVersione mobile
OpenEdition Books

Esclaves et maîtres

 | 
M’hamed Oualdi

Première partie. Les mamelouks définitions et variations d’usage (xviie-xixe siècle)

Chapitre 2. Des siècles entre parenté et pouvoir (xviie-xviiie siècle)

Testo integrale

1L’attention portée aux liens de dépendance entre les beys et les mamelouks permet certes de percevoir sur un temps long une série d’adaptations. Mais une telle lecture doit plus précisément nous permettre de dépasser un lourd spectre historiographique agité en temps colonial et repoussé au lendemain des indépendances : le sous-entendu d’une domination permanente par des renégats étrangers – ou réputés tels – et son corollaire, le supposé faible degré de participation des autochtones et assimilés à l’administration de leurs terres.

  • 1 B. Slama, 1967, 18 ; J. Ganiage, 1969, 87 ; M. Smida, 1971, 25.
  • 2 Entre autres, R. A. Abū El-Haj, 1974, 438-447 ; E. R. Toledano, 1997, 145-162. Pour le beylik de T (...)

2D’un côté, des historiens des périodes coloniale et postcoloniale ont perçu dans les anciens dignitaires mamelouks une « caste » d’aristocrates étrangers préparant le terrain à la domination occidentale, flouant l’intérêt national, écrasant les sujets dans leur période de pleine prépondérance, dans les années 18601. D’un autre côté, après l’indépendance, d’autres historiens des jeunes États-nations se sont attelés à une archéologie de l’enracinement des pouvoirs : ils ont mis au jour un âge des a‘yān, un âge des notables locaux à l’échelle de l’empire au xviiie siècle, avant que des « élites » n’émergent entre le central et le local2.

3Tisser les deux fils, d’une permanence du mameloukat et d’une oscillation dans son usage, c’est donc se donner les moyens de détricoter la maille grossière du soi-disant âge d’or des renégats ou à l’inverse d’un âge sombre des mamelouks à Tunis dans les années 1860. C’est plus généralement une façon de saisir ce que le mameloukat a permis d’adaptations dans les configurations dynastiques, dans les relations entre les gens de la province et les tenants de l’autorité. Le premier chapitre exposait la malléabilité des figures mameloukes. Ce deuxième chapitre sera conçu autour des variations d’usage de ces mamelouks au cours des xviie et xviiie siècles.

LE PREMIER xviie SIÈCLE, DES TEMPS RENÉGATS À L’INSTAURATION D’UNE DYNASTIE

Casernes et maisonnées au cœur de relations de dépendance

  • 3 R. Brunschvig, 1940, t. I, 440-449.
  • 4 Ibid., 80.
  • 5 Ibid., 449-451.
  • 6 Dans un récit du conflit dynastique qui opposa Ḥusayn b. ‘Alī à son neveu ‘Alī Bāšā, le chroniqueu (...)

4À l’arrivée des troupes turques, Tunis n’est pas une terra incognita de la servitude et de la dépendance. Durant l’ère hafside, en plus des mercenaires chrétiens3, les sultans avaient déjà eu recours à des « mamelouks turcs d’Égypte4 » et surtout à des renégats aux carrières brillantes, « à la cour, dans l’armée » et « dans les divers services de l’État5 ». En outre, de l’autorité hafside à la tutelle ottomane, de grandes maisons, pouvant employer ce type de serviteurs, ont survécu aux invasions militaires du xvie siècle6. Mais le degré de continuité étant difficile à évaluer entre les deux pouvoirs hafside et ottoman, il nous semble plus intéressant de rechercher les premiers usages de mamelouks placés au service de dignitaires ottomans ailleurs que dans les palais hafsides, d’abord à partir des casernes et des maisonnées fondées par des janissaires turcs.

  • 7 P. Grandchamp, 1920, t. 1 : 63, « Morat Corssou », « odobachi », corse, renégat, nommé autrefois A (...)
  • 8 P. Grandchamp, 1920, t. 1 : 9, « Quara Amat », 45, « Morat Dacorra », 63, « Mamy de Patti », renég (...)
  • 9 P. Grandchamp, 1920, t. 1 : 63, 4 août 1594, en italien : « Morat Corssou Odabassi, nommé dans sa (...)
  • 10 Ḍiyāf, 1989, vol. ii, 71.
  • 11 J. Hathaway, 1998a, 26-27 ; 1998b, 109-110.

5À Tunis, comme en d’autres provinces ottomanes, les casernes ont en effet constitué des nœuds de relations entre des jeunes recrues issues du centre de l’Empire, de vieux miliciens acclimatés à l’air africain et des serviteurs convertis7. Le lien des renégats à cette institution militaire n’était pas toujours évident. Certains apparaissaient sans attache, sans qualité autre que celle de convertis8, mêlés au négoce des captifs et de leurs rançons9. Mais ces cas singuliers mis à part, les casernes parurent être des lieux de fraternisation entre des hommes venus de différents horizons : un milicien ne pouvait exécuter un de ces égaux condamné à mort car il ne pouvait verser le sang de « son frère10 ». Ces lieux furent aussi et surtout le cadre de relations de protection tendant parfois à des mises en dépendance. Dans Le Caire des xviie et xviiie siècles, Jane Hathaway a bien éclairé le rôle des regroupements militaires dans la formation des hiérarchies et des patronages : un modeste officier ne quittait le foyer de sa garnison et ne fondait sa maison qu’après s’être enrichi et s’être assuré, en tant que chef de clan, des soutiens indéfectibles de compagnons d’armes devenus partisans11. Dans cette logique, c’est à partir de l’accumulation d’une puissance matérielle et de l’établissement de relations de patronage que le recrutement de mamelouks et de clients pouvait se comprendre.

  • 12 Ce cadre déterminant de la maisonnée ou de la household a fait ses preuves dans l’historiographie (...)
  • 13 B. Ben Sassi, 1999, 58.
  • 14 Une histoire des révolutions du royaume de Tunis au xviie siècle (…), 2003, 52. Paul Sebag note qu (...)
  • 15 Dīnār, 1967, 227.

6Dans la capitale des beys de Tunis, la caserne a aussi donné naissance aux maisonnées de dignitaires12. Les principaux personnages qui ont rassemblé les janissaires et les mamelouks furent les deys et les beys, étroitement liés à la milice turque. Au début du xviie siècle, deux grandes maisonnées regroupaient mamelouks, reniés et captifs : celle de ‘Utmān Dey et celle de Ramaḍān Bey. La première rassemblait entre dix convertis13 et au moins « quarante officiers domestiques dont les principaux étaient le kiaia et le khasandar : l’un est [le] grand maître et l’autre le trésorier de sa maison14 ». Quant à l’entourage de Ramaḍān Bey, il était constitué a minima de son frère, Rajab, et surtout de mamelouks, dont les trois plus renommés furent les beys Murād, Ramaḍān et Ḥusayn15.

7Au début des années 1610, après les décès des deux maîtres de maison à trois ans d’intervalle, les circonstances et les rapports de force entre héritiers potentiels aboutirent à des configurations comparables : dans les successions, ce sont dans un premier temps des serviteurs intimes, apparentés par la soumission, qui s’imposèrent aux parents naturels, liés par le sang. Ce sont ces hommes qui contribuèrent à transmettre des ensembles patrimoniaux et à les consolider.

8Dans la maisonnée des deys, c’est Yūsuf Dey qui succéda à ‘Utmān Dey. Dans son ascension, ce milicien venu de Tripoli bénéficia de sa proximité avec ‘Utmān

  • 16 Al-Wazīr al-Sarrāj, 1985, vol. ii, 351.
  • 17 Dīnār, 1967, 205.

9Dey. Chaque nuit, dans les tortueuses rues de la médina, Yūsuf plaçait ses pas dans ceux de ‘Utmān, si bien que, chemin faisant, ce dernier, intrigué, intima à sa fidèle ombre de décliner son identité : ʿAbdu-ka, « Ta créature », s’empressa de répondre Yūsuf16. Après cet obscur épisode, la confiance se serait à ce point nouée entre les deux hommes que, dans un second temps, ‘Utmān n’hésita pas à unir sa fille à son nouveau protégé sans que le mariage soit apparemment consommé. Enfin, faveur des faveurs, en ces dernières heures, le patron alla jusqu’à émettre une dernière recommandation aux miliciens afin de désigner son gendre à sa fonction17.

  • 18 Ibid., 1967, 227-228 : al-najāba, ou noblesse, a été rendue par l’« excellence » afin d’éviter tou (...)
  • 19 Ibid., 1967, 228.

10La préférence accordée aux dépendants au détriment des descendants fut aussi déterminante dans la demeure de Ramaḍān Bey. Ici, ce n’est pas la créature qui poursuivit le créateur mais le patron qui, par l’art de la physiognomonie (al-firāsa), parvint à cerner l’excellence (al-najāba) sur le visage d’un de ses mamelouks, Murād Bey. Ces heureuses prémonitions ne cessèrent de se confirmer dans les talents de gestionnaire de Murād et dans la fortune qu’il accumula à ses multiples fonctions18. Indice de liens entre chefs des deux grandes maisons, c’est Yūsuf Dey qui fut appelé à trancher les querelles de succession entre Murād et le frère de Ramaḍān Bey, Rajab. Pris à témoin par ce dernier, en sa demeure, le dey présagea que le prochain bey verrait venir à sa porte un secrétaire descendant des b. Sandal. Le mamelouk eut non seulement l’heureuse surprise de sa visite, mais il eut surtout l’intelligence de le recruter à son service. Sûr de sa fortune, il parvint, en outre, à attirer à ses côtés les mamelouks de Rajab, le frère défait19.

11Ainsi, Yūsuf Dey et le mamelouk Murād Bey ont facilité des transmissions selon des modalités similaires. Après cette transmission, ils ont pris la tête de maisons dont les destinées n’ont cessé d’être parallèles pour finalement se croiser. Après la disparition de Yūsuf Dey en 1637, les rôles des mamelouks se sont transformés dans l’entourage des deys. Une brève, quoique violente, lutte de succession a opposé deux proches du défunt, Usṭā Murād et Māmī, révélant la complexité des transmissions de charges et de clientèles dans l’ensemble deylical.

  • 20 Ibid., 1967, 209 ; Al-Wazīr al-Sarrāj, 1985, vol. ii, 375.
  • 21 Al-Wazīr al-Sarrāj, 1985, vol. ii, 376.
  • 22 Ibid., 375.
  • 23 Ibid., 375, et Dīnār, 1967, 209.
  • 24 Al-Wazīr al-Sarrāj, 1985, vol. ii, 375.
  • 25 Ibid., 376.

12Nous l’avons vu dans le chapitre précédent, le conflit eut ceci de notable qu’il mit aux prises deux convertis aux statuts parfois différenciés : Māmī fut dûment recensé comme un des grands mamelouks de feu Yūsuf Dey par un lettré proche du pouvoir beylical, le chroniqueur de l’époque, Ibn Abī Dīnār, et Usṭā Murād fut rattaché au cercle des reniés, des a‘lāj20. La nuance, loin d’être infime, eut un impact notable sur la compétition. C’est parce que son nouveau patron, son jeune mawlā Aḥmad b. Yūsuf, n’avait pas l’âge requis pour espérer succéder à son père que Māmī aspirait à la fonction de dey21. Mais redoutant que « l’armée ne parvienne à s’accorder sur son nom car il était mamelouk d’origine » et qu’en connaissance de cause « les Turcs auraient refusé sa promotion22 », le converti d’origine ferraraise aurait alors eu l’idée de mettre en avant un être moins marqué par des relations de dépendance, le Génois Usṭā Murād, afin d’évaluer la capacité de ce renié à se faire accepter par les miliciens23. « Il procédait de la sorte, à la manière de ceux qui goûte la saveur d’un poison par la langue d’un autre24. » Une fois la manœuvre réussie, Māmī pensait pouvoir disposer à sa guise de son éclaireur pour s’imposer à son tour. Mais sentant le contrecoup venir, Usṭā Murād déjoua les plans de son rival : le nouveau dey fit exécuter le mamelouk hors de la capitale, à Zaghouan. Il exila Aḥmad, le fils du dey Yūsuf, vers Alger25.

  • 26 P. Grandchamp, 1937, 318 : relation du drogman vénitien Jean-Baptiste Salvago.
  • 27 P. Grandchamp, 1927, t. 5, 113 : acte en italien, 18 juin 1637 : « Sidi Mamet, fils de Mami Farare (...)

13Le fils, le renié et le mamelouk : si les mamelouks et les descendants de deys sont écartés de la fonction deylicale, un converti tel qu’Usṭā Murād y accède entre 1637 et 1640. De surcroît, rien ne semblait empêcher un fils de dey de succéder à son père, si ce n’était son trop jeune âge. Les deys ont pu transmettre des biens considérables à leurs descendants : « Les fils de Cara Othman, Sidi Soliman et Sidi Mehemet », ignoraient ainsi « le montant de l’argent et le nombre de joyaux » qu’ils avaient reçus en héritage26. Des mamelouks de dey ont pu eux aussi jouir d’une postérité : l’année de l’échec et de l’exécution de Māmī, des actes consulaires mentionnaient les noms d’esclave de son fils « Sidi Mamet27 ». Aucun scénario n’était donc écrit à l’avance.

14Seulement, dans les familles des deys, les pères n’ont pas réussi ou pas voulu maintenir leur dignité dans la famille. Les fils n’ont pas consolidé la primauté de leurs maisons. À la fin des années 1720, le descendant d’un dey en exercice en 1672-1673 implorait en ces termes un de ses parents qui voulait s’engager aux côtés du neveu du bey Ḥusayn b. ‘Alī :

  • 28 Al-Saġīr b. Yūsuf, 1978, 107.

« Pourquoi vous occupez-vous de ces affaires qui ne vous regardent pas et ne vous intéressent en rien ? Nos parents, qui descendent comme nous des anciens deys, se tiennent en dehors de la politique [sic] ; nous devons faire comme eux, et considérer que nous devons obéissance à celui qui est au pouvoir. Vous faites tout ce qu’il faut pour amener une catastrophe non seulement sur vous, mais aussi sur moi […]28. »

15C’est un des facteurs essentiels de différenciation entre maisons deylicales et maisons beylicales qui jaillit là. Alors que l’usage des mamelouks est commun aux deux ensembles, tout au long du xviie siècle, ce sont les positions de ces mamelouks dans des stratégies et des contraintes de transmission qui se sont différenciées dans ces deux types de maisonnées. Il n’y eut pas d’usage uniforme des mamelouks et, partant, on ne peut parler d’une domination des renégats. Auprès des deys, le champ des usages et des ambitions fut peu à peu borné : par une intervention constante des casernes et des miliciens dans la désignation des deys, par une montée en puissance des beys dans l’ensemble de la province et sa capitale, les transmissions de charges militaires et financières ne cessaient d’être disjointes au sein des maisonnées deylicales. Dans ces foyers, puissance militaire et puissance financière ne parvenaient pas à s’alimenter mutuellement sur plusieurs générations ou par la promotion de créatures sur une longue période.

  • 29 Dīnār, 1845, 354 ; 1967, 210 ; Al-Wazīr al-Sarrāj, 1985, vol. ii, 396.
  • 30 J. Pignon, 1955, 340.
  • 31 P. Grandchamp, 1927, t. 5, 174.
  • 32 J. Pignon, 1955, 355. Une histoire des révolutions du royaume de Tunis au xviie siècle (…), éditée (...)
  • 33 Parmi les nombreux exemples, ceux de Murād Bey II (Khūjā, 1975, 94) et de Muḥammad Bey (Al-Wazīr a (...)

16À cet égard, le court règne d’Usṭā Murād sur près de trois ans constitua le dernier effort de transmission de la fonction de dey par patronage au sein d’une même maisonnée. Usṭā Murād ne parvint pas à influer sur sa succession. Les janissaires reprirent en main l’élection avant que les interventions des beys sur cette désignation ne complexifient davantage les aléas des nominations. En 1640, ce sont des miliciens unanimes qui, par leurs suffrages, élèvent à leur tête un certain Aḥmad Khūjā, originaire de Sinope, loué pour ses bonnes œuvres29. L’ancien protégé de Yūsuf Dey ne manquait pourtant pas d’atouts pour faire valoir ses préférences : il disposait d’une clientèle depuis une trentaine d’années. Il s’appuyait sur un compatriote génois, également renié, Usṭā Ḥusayn, qu’il avait promu lieutenant et choisi comme gendre30. À sa mort, le dey Usṭā Murād légua sa fortune à trois fils31 mais l’un d’entre eux décida de s’engager en mer32. Malgré cet échec d’Usṭā Murād, les maisons deylicales ne disparaissaient pourtant pas corps et âme. La transmission s’opérait par les alliances matrimoniales, par les femmes qui rejoignaient les entourages beylicaux33.

  • 34 Ḍiyāf, 1989, vol. ii, 41 et 42.
  • 35 T. Bachrouch, 1977, 164.
  • 36 P. Grandchamp, 1926, t. iv, 240, 20 mai 1627.
  • 37 Ibid., 44 : 21 novembre 1622, Ali Corso, Turc de Morato Bey ; 406, Morat, renégat de Morato Bey (e (...)
  • 38 M. H. Cherif, 1984, 86-87.
  • 39 Dīnār, 1845, 383 ; 1967, 228.
  • 40 M. H. Cherif, 1984, 91. Ibn Abī al-Ḍiyāf (1989, vol. ii, 42) date la fondation de la maison mourad (...)
  • 41 M. H. Cherif, 1984, 91 : Dīnār, 1967, 211, chapitre sur le dey Aḥmad Khujā.

17Les mamelouks eurent potentiellement un plus grand rôle à jouer dans des lignages beylicaux. Dans l’entourage des beys où patrimoines et charges étaient contrôlés en vue d’être accumulés et légués des aînés aux puînés, un grand nombre de fonctions de « substituts » familiaux ou de délégués administratifs pouvaient être confiées aux mamelouks. Le contraste avec les maisons deylicales s’accrut sous l’influence de Murād Bey. Venu de Corse dans l’enfance et parti de rien, il fonda la maison des Mouradites34. Loin de la pure trahison ou du plein affranchissement à l’égard de ses maîtres, Murād Bey s’inspira de sa maison d’adoption : il épousa la fille de son mawlā (Ramaḍān Bey), qui se révéla stérile, avant de s’unir à une captive35. À l’instar d’autres dignitaires, il disposa d’un palais à Tunis où des actes administratifs étaient signés36. Il mit lui aussi en valeur des fidèles mamelouks37. Mais il ne reproduisit pas un modèle, il le dépassa en instituant une dynastie. À la réception de son titre de pacha en 163138, il concéda celui de bey à son fils Muḥammad, plus connu sous le nom de Ḥammūda, avant de s’éteindre dans les mois qui suivent39. À son tour, « peu après 164040 », Ḥammūda Bey, par l’affranchissement de sa demeure à la mort de Sulaymān Bey, libéra son lignage d’une pesante relation de walā’ et s’empara d’une partie des richesses du fils de Ramaḍān41.

  • 42 Une histoire des révolutions du royaume de Tunis au xviie siècle (…), 2003, 62. Il est d’abord éle (...)
  • 43 P. Grandchamp, 1927, t. V, 131 : 4 mai 1638, un Maltais « doit à Jafer, kahia de Mamet bey de Tuni (...)
  • 44 Dīnār, 1845, 383-384 ; 1967, 229 : Dīnār, 1845, 397 ; 1967, 238.
  • 45 P. Grandchamp, 1928, t. VII, 44 : 30 décembre 1652, en italien, un esclave corse de Sidi Aly, fils (...)

18Placé quatre ans « sous la tutelle » de trois « renégats provençaux » répondant aux ism de « Djafer », « Yussuf » et « Redjeb42 », Ḥammūda s’entoura de mamelouks également pourvus d’une titulature beylicale pour des missions de délégation : on retrouvait là les Ja’far43 et Rajab cités, auxquels Ibn Abī Dīnār ajoutait Ḥusayn et Muṣṭafā. Ces quatre lieutenants étaient chargés d’instruire de nombreux hommes aux commandements militaires et aux recouvrements fiscaux44. En une première extension réussie, la maison affranchie des Mouradites s’emplit alors de successeurs potentiels et de serviteurs qui partageaient pour partie l’origine corse du fondateur45.

  • 46 Ibn Abī al-Ḍiyāf, 1989, vol. ii, 42. T. Bachrouch, 1977, 91. André Raymond (2006, 32) perçoit à ce (...)
  • 47 Dīnār, 1845, 359 ; 1967, 213-214.

19À Tunis, le bey s’imposa aux deys. Contrôlant collectes et circuits fiscaux de la province46, Ḥammūda Bey disposait des moyens de ses larges ambitions. En 1653, il ne se contenta pas d’appuyer la nomination comme dey de Muṣṭafā Lāz, il attendit que le nouveau dey soit confirmé dans son autorité pour l’unir à une de ses captives richement dotée, et signe d’une entrée en dépendance de Muṣṭafā Lāz, le bey n’hésita pas à offrir à son protégé une demeure47. Au terme de ces larges efforts de consolidation d’une maison dynastique, le bey se retira en 16621663, cinq ans après avoir reçu d’Istanbul le titre de pacha.

20Les usages des mamelouks n’avaient donc cessé de varier. La première mise en valeur des mamelouks dans cette province ottomane, au cours d’un long premier xviie, des années 1590 aux années 1650, avait inauguré des temps d’expérimentation, d’adaptation entre pays à dompter, lignage à ancrer et divisions internes à maîtriser. Les maisons deylicales et beylicales avaient d’abord été transmises par des intimes. Puis l’hérédité de fonction fut appliquée parmi les Mouradites secondés par les mamelouks, alors que les deys étaient eux désignés par des forces militaires turques. En ces premiers temps de fondation, l’usage des mamelouks devait permettre des délégations de tâches, des représentations et des médiations entre le dedans et le dehors, entre le groupe domestique et un extérieur conçu à différentes échelles : la médina, le pays, les interlocuteurs chrétiens ou le centre impérial. Le mamelouk devint un instrument qui, en certaines occasions, s’affranchissait partiellement de la volonté du maître, des attentes de sa maison de rattachement pour défendre ses intérêts ou tenter de les concilier avec le service rendu au patron.

Les domaines d’action des mamelouks

Entre le foyer d’origine et le pays d’adoption

  • 48 S. Boubaker, 2003, 38-39.

21Les mamelouks aidaient non seulement des dignitaires de la milice turque à édifier des maisonnées puis à les transmettre. Ils permirent aussi de constituer des liens avec les rives nord de la Méditerranée et avec l’intérieur de la province de Tunis. Ces intrications si précieuses à renouer, voire la symbiose d’intérêts perçaient dans la reconstitution d’un itinéraire parmi d’autres, celui du converti français Rivier de La Ciotat, éclairé par S. Boubaker48.

  • 49 Selon S. Boubaker (2003, 38), Rivier arrive à Tunis dans les années 1630.
  • 50 P. Grandchamp, 1927, t. V, 5-6, 14 mai 1631.
  • 51 P. Grandchamp, 1927, t. V, 202, 6 juin 1643.
  • 52 P. Grandchamp, 1927, t. V, 214, 19 juin 1644.

22Le parcours de ce Rivier est au départ bien incertain. Un Ambroise Rivier, patron de navire, apparaît bien dans deux actes consulaires du 14 mai 163149 afin de faire reconnaître les prêts qu’il a accordés pour les rachats de deux captifs, l’un originaire tout comme lui de La Ciotat, et l’autre de Marseille50. Mais c’est surtout à partir de 1643 que de nouveaux documents distinguent un « Ragep, renié de La Ciotat » ayant pour neveu « Anbroize Beausie51 » et pour frère « Augustin Rivier52 ». À suivre à la trace l’index établi par Pierre Grandchamp pour la publication de ces actes de chancellerie, un silence de douze ans séparerait donc deux apparitions fugaces d’un même individu ou de deux parents. Qu’a-t-il pu se passer entre-temps ? Si Ambroise et Rajab sont un seul et même homme, le passage d’une identité à l’autre fut très lent. L’absence de contact avec la chancellerie française à Tunis est intriguant : faut-il conclure à une nécessaire rupture des liens afin d’être éprouvé en sa nouvelle fidélité ?

  • 53 P. Grandchamp, 1927, t. V, 238, 4 juillet 1646 et 15 juillet 1646.
  • 54 P. Grandchamp, 1927, t. V, 214, 19 juin 1644 ; 230, 7 novembre 1645 ; 238, 6 juillet 1646.
  • 55 P. Grandchamp, 1927, t. V, 230, 6 novembre 1645 ; 233, 4 avril 1646 ;238, 4 juillet 1646. 1928, t. (...)
  • 56 P. Grandchamp, 1927, t. V, 1927, 230, 7 novembre 1645 ; 238, 6 juillet 1646 ; 240, 15 octobre 1646 (...)
  • 57 P. Grandchamp, 1927, t. V, 270, 17 juin 1649. Selon S. Boubaker (2003, 38), Rajab est nommé à cett (...)
  • 58 P. Grandchamp, 1927, t. V, 202, 6 juin 1643 ; 236-237, 6-7 juin 1646.

23Lorsque, à partir de 1643, Rivier est devenu une fois pour toutes Rajab, il ne cesse de tisser des liens financiers de manière secondaire avec sa mère53 et en priorité avec son frère Augustin à qui il remet à Tunis des procurations afin de recouvrer des créances de rachat54. Rajab devient un interlocuteur privilégié pour des compatriotes de La Ciotat55 et affiche en parallèle son entrée au service de Muḥammad Bey par une signature explicite, répétée à plusieurs reprises à partir de 164556. C’est un protecteur qui devient protégé, c’est un converti qui, par son reniement, peut maintenir des liens avec le pays et la famille. Qualifié de caïd dès 1644, il lui faut pourtant attendre cinq années avant de se présenter comme « Seigneur » et « caïd de la douane des cuirs de Tunis57 ». Aux sommes qu’il peut tirer de ces charges fort lucratives, Rajab ajoute, par ces activités en chancellerie, des bénéfices qui n’ont cessé de croître : 250 piastres pour une créance de rachat en 1643 et 1 400 piastres pour la vente d’une barque en 164658.

  • 59 P. Grandchamp, 1928, t. VI, XVIII-XIX et 33-36 : les frères prennent en concession le comptoir de (...)
  • 60 P. Grandchamp, 1928, t. VI, 138, 10 mai 1656. Ce titre était porté par les gentilshommes des derni (...)
  • 61 P. Grandchamp, 1928, t. VI, 175, 11 juin 1657, association avec « Stamameto, renégat maltais ».
  • 62 P. Grandchamp, 1928, t. VI, 118, 26 août 1655, trace d’un « Joseph Israel Moreno » ; p. 175, 11 ju (...)
  • 63 P. Grandchamp, 1928, t. VI, 2, 15 janvier 1651 ; 14, 27 juillet 1651 ; 20, 29 septembre 1651 ; 72, (...)
  • 64 P. Grandchamp, 1928, t. VI, XI et 199, 15 juin 1658. S. Boubaker (2003, 38) préfère dater sa déché (...)

24Fidélité familiale et service rendu au maître ne se contredisent pas. En 1652, Rajab et son frère Augustin Rivier tirent grand profit d’un accord commercial entre les « Excellences de Tunis » et la famille génoise des Lomellini contrôlant Tabarka59. Épilogue de vies disjointes faites de petites économies et de grosses mises sur les aléas des navigations et des circulations en Méditerranée, Augustin s’agrège à la noblesse française en arborant dès 1656 le modeste titre d’écuyer60 ; Rajab conclut quelques associations dans les dernières années sa vie avec quelques convertis, autochtones61, Juifs de Livourne62 et Maltais63. Il tient à son titre de « caïd de la douane » jusqu’à sa mort en 165864.

  • 65 P. Grandchamp, 1930, t. VIII, 53, 3 octobre 1685.
  • 66 P. Grandchamp, 1926, t. IV, 15.
  • 67 P. Grandchamp, 1921, t. II, 176-177, signatures en 1607, d’Osta Morato Genovese, et en 1610, d’Ass (...)

25Les signatures et sceaux apposés au bas des actes consulaires sont tout aussi symptomatiques de ces médiations entre différents intérêts. Mis à part les analphabètes qui entérinent parfois une déclaration par un cachet quasi impersonnel65, d’autres, qui semblent quelque peu maîtriser l’écrit, s’inscrivent dans un large spectre, entre caractères latins et cursives arabes. En italien le plus souvent, ils déclinent de brèves présentations de soi. Une ancienne identité d’avant conversion, celle d’Agostino Bianco alias Morato rais Genovese, émerge à la surface et maintient le souvenir des ascendances, dans les années 162066. Des « prénoms » transcrits de l’arabe sont combinés à des noms distinguant les localités occidentales d’origine ou une communauté de nations à Tunis67.

  • 68 P. Grandchamp, 1927, t. V, 48-49, Ragep, « caïd de la Douane des cuirs de Tunis », et 1928, t. VI, (...)
  • 69 P. Grandchamp, 1927, t. V, 18, 11 octobre 1631.
  • 70 P. Grandchamp, 1927, t. V, 69, 12 octobre 1634.
  • 71 P. Grandchamp, 1927, t. V, 230, 7 novembre 1645, acte en français, le caid Ragep, renégat de La Ci (...)
  • 72 P. Grandchamp, 1928, t. VI, 263, 31 août 1660, « Isouf, renégat corse, kahia de Mahamet pacha », v (...)

26Les ism sont aussi accolés à des noms de fonctions exposant l’éminence des dignités acquises de Caïto de la Diona, de « caïd de la douane des cuirs68 ». Un nom est jeté seul sur le papier par Ḥusayn le Génois, gendre d’Ustā Murād, avant une reconnaissance de vente en 1631 (Io Osaino chonfeso chomo il supra ditto, « Moi, Ossain, j’approuve ce qui est dit plus haut »), comme s’il n’était plus nécessaire de rappeler une appartenance quelconque à des services consulaires arpentés de semaine en semaine par des habitués69. L’année précédente, une graphie, Io Saino dostamami affermo qto di sopra tracée par un autre Ḥusayn, mamelouk de Māmī le Ferrarais, éclaire à la fois une perception abrégée de soi et une marque incontournable de lien au patron70. Cette présence du maître, dans la dédicace finale, est tout aussi forte dans la prière que le caïd Rajab de La Ciotat adresse à Dieu en 1645 pour le bien de son seigneur Ḥammūda Bey : Iou Regeb Reneghato dil Sigr Mahamed Bey che lo Sigr Dios guarde de malle71. Enfin, il faut réserver un sort particulier à l’usage manuscrit de l’arabe sous les doigts d’un renié corse de Ḥammūda Bāšā, Yūsuf Kāhiya, qui signe par son ism, sa fonction de lieutenance et se repère, à une reprise au moins, par la date hégirienne72 : la plongée achevée en une identité et surtout une temporalité ottomanes entérine alors un enracinement au regard du personnel consulaire, une inscription démonstrative ou sereine dans la terre d’accueil.

  • 73 P. Grandchamp, 1927, t. V, 45, 17 août 1633.
  • 74 J. Pignon, 1955, 340.

27En s’installant puis en s’ancrant dans cette terre d’accueil, les convertis transportaient avec eux des pratiques et des formulations de fidélité, acclimatées aux hiérarchies locales. Ces circulations transparaissaient dans quelques gestes de charité en faveur de l’Église : en 1633, la Valencienne, Maria Martinez, veuve devenue « renégate d’Isuf dey, roi du royaume de Tunis, et femme de Osta Braim Napolitano, renégat du même Isuf dey », fit donation de « ses biens présents et futurs », « mobiliers et immobiliers » à un père rédempteur73. De manière plus restreinte, Usṭā Murād accorda à l’abbé Ascanio de Massa un modeste prêt pour le rachat d’esclaves siciliens74. Souvent interprétés comme d’hypothétiques indices de crypto-christianisme, ces actes pouvaient tout aussi bien être resitués dans la sphère plus large de coutumes partagées, d’une bienfaisance plus ou moins discrète qui assurait le salut des âmes et accessoirement la réputation vertueuse de figures urbaines auprès d’autorités morales et de déshérités chrétiens ou musulmans.

  • 75 T. d’Arcos, 1889, 6-7.

28Une navigation similaire entre terres européennes et terres africaines permettait d’adapter des conceptions du patronage et des relations de clientèle, et de les retraduire, le cas échéant, dans des correspondances et des narrations occidentales. Protagoniste exemplaire de ces circulations de sens, Thomas d’Arcos, né en 1568 à La Ciotat, devenu secrétaire de l’érudit et conseiller au parlement de Provence, Nicolas-Claude Fabri de Pereisc, puis pris en mer par des corsaires en 1628, est parvenu, après avoir échoué à Tunis, à se trouver un protecteur tout en espérant cultiver des relations de clientèle en France, par voie épistolaire75.

  • 76 T. d’Arcos, 1889, 11, deuxième lettre du recueil de Fauris de St-Vincent adressée à Aycard, écrite (...)

29En 1630, bien que racheté et « franc », il se dit contraint à tenir compagnie à son « patron » « non comme esclave, mais comme ami ». Conscient d’être attiré par une autre relation de fidélité, il jure être « forcé » à de « grandes courtoisies pendant cinq ou six mois ». Durant ce laps de temps, son correspondant ne pourra ni lui écrire ni même l’« employer » à son « service76 ». Trois ans plus tard, toujours présent dans la cité barbaresque sans y être contraint, Thomas d’Arcos voit s’éloigner les mannes de ses interlocuteurs français non sans inquiétude et grands regrets :

  • 77 T. d’Arcos, 1889, 20, lettre d’Arcos à Aycard, mi-avril 1633.

« J’attends avec impatience de voz nouvelles et de sçavoir comment je suis en la bonne grace de Monsieur Peiresc, duquel je suis fort affectionné serviteur. Je crai[n]s qu’il ne m’aye escarté pour quelque valet de trefle, et seray très marry d’avoir perdu l’amitié et bienveillance d’un si insigne personnage. La jalousie me fait dire cecy, et la suspicion m’en est accrue par son long silence. Je ne laisseray pour cela d’estimer sa vertu et son merite, et si je ne mangeray à sa table, je me contente des miettes qui tomberont d’icelle77 […]. »

  • 78 T. d’Arcos, 1889, 45, lettre d’Arcos à monsieur de Gastines, marchand à Marseille, 15 mars 1633.
  • 79 T. d’Arcos, 1889, 23, lettre d’Arcos à Peiresc, « conseiller du Roy en son parlement de Provence, (...)
  • 80 T. d’Arcos, 1889, 39, lettre d’Arcos à Peiresc, Tunis, 16 février 1636.

30Cette année, le serviteur, qui ne trompe plus personne, signe ses lettres d’un « Osman de Arcos78 », le plaçant à la croisée de ses anciens et nouveaux parrainages. Il tire alors les conséquences de son demi-aveu et tient à s’excuser de sa transformation physique : en juin 1633, il jure à Pereisc que l’« excision n’a encores rien gagné sur moy, et le premier caractère de salut que l’Église m’a donné ne s’effacera jamais de mon ame bien que l’habit soit transformé, et vous peut avoir donné quelque scandale79 ». En 1636, il cherche à compenser auprès du même magistrat sa perte irréparable par un regain d’attention : « La nécessité où je retrouve de recouvrer par artifice ce que j’ay perdu par nature m’a fait prendre la hardiesse de recherche [sic] ceste grâce et courtoisie de vos mains80. » Captif, Thomas d’Arcos semblait compter sur une mansuétude sans failles de ses bienfaiteurs. À la révélation de sa conversion, le charme est rompu ; Osman de Arcos doit justifier de ses attachements.

31D’un bout à l’autre de son aventure, le client parvient tout de même à trouver place au côté d’un patron tunisois et à se faire entendre de bienfaiteurs, dans un champ commun d’expressions qui empruntent aux lexiques de l’amitié, du service et de la modestie feinte ou sincère. Il était alors possible de se donner ici et là à un maître, d’évoluer dans un monde partagé du service et du patronage. Véhiculant des modes de médiation et de hiérarchie, conciliant des intérêts divergents sur deux rives, une partie de ces clients furent aussi envoyés vers l’intérieur du pays, cette fois pour lier des hommes de la province à la maison de leurs maîtres.

À l’intérieur du pays

  • 81 Dīnār, 1845, 380 ; 1967, 227.
  • 82 B. Roy, 1917, 184 en français et 189 en italien, il signore Morato bey renegato Corso caito e affi (...)

32Au sein de la province, les mamelouks et ‘ulūj furent dépêchés pour récolter des contributions en nature ou en argent, mater une turbulente tribu ou s’opposer à des troupes venues de territoires voisins. Le premier bey de la province, Ramaḍān Bey, ‘ilj pour certains, Turc pour d’autres, occupait déjà sa fonction à Alger avant de venir à Tunis, où, parmi les lettrés historiens, il est aussi reconnu au xviie siècle sous la titulature hafside de caïd81. Son « successeur », Murād Bey, sera, pour sa part, également présenté comme un caïd et comme un « fermier général du kharaj » dans une relation italienne des années 162082.

  • 83 J. Pignon, 1956, 305.
  • 84 Dīnār, 1967, 227.
  • 85 Dīnār, 1845, 381 ; 1967, 227.
  • 86 Dīnār, 1845, 382 ; 1967, 228.
  • 87 M. H. Cherif, 1984, 86-87.
  • 88 Dīnār, 1845, 383-384 ; 1967, 229.
  • 89 Dīnār, 1845, 385-386 ; 1967, 230.

33Dotés de charges variées, les beys furent démultipliés, durant une bonne partie du xviie siècle : selon Jean Pignon, le titre était au départ concédé « à des officiers chargés d’une mission temporaire déterminée83 ». Ramaḍān Bey, loin d’accaparer ce titre, le partage avec ses grands mamelouks, son frère Rajab et son fils Sulaymān tout en conservant une certaine prééminence84. À la mort de Ramaḍān, le plus ambitieux de ses beys mamelouks, Murād qui avait déjà été distingué comme khalīfa85 ne monopolise toujours pas la fonction : il doit compter avec les parents de son ancien maître. Néanmoins, il démontre sa prépondérance en élevant un pair, Ḥusayn Bey, au rang de khalīfa86. Enfin, après que Murād a transmis sa fonction à son fils en 1631, l’équilibre varie peu87 : Ḥammūda est entouré dans sa jeunesse de beys mamelouks88, il coexiste un temps avec Sulaymān Bey89.

  • 90 F. Lanfreducci et J. O. Bosio, 1925, 515, les autres notent « Maometta » pour Hammamet.
  • 91 Al-Wazīr al-Sarrāj, 1985, vol. ii, 371 ; Ibn Abī al-Ḍiyāf, 1989, vol. ii, 42 ; Ibn Abī Dīnār, 1845 (...)

34À des échelles inférieures, au niveau des territoires à contrôler, ce modèle subit des inflexions. Les beys de Ramaḍān Bey, de Murād Bey puis de Ḥammudā n’ont pas à résider dans les lieux qu’ils avaient à contrôler. Ils partaient de Tunis pour des expéditions dans le pays. En revanche, d’autres convertis furent installés dans des cités sous contrôle militaire avec le titre à coloration hafside de caïd. À la fin du xvie siècle, des missionnaires de l’ordre de Malte témoignent qu’à Hammamet, tous les habitants « sont Maures » et qu’il « n’y a qu’un Turc renégat appelé le Caid90 ». En 1631, le titulaire de cette fonction à Kairouan, ‘Alī al-Hannāšī, est un mamelouk des Mouradites, ancien proche de Rajab Bey91.

  • 92 M. H. Cherif, 1984, t. I, 89, et Dīnār, 1845, 393 ; 1967, 236.
  • 93 M. H. Cherif, 1984, t. I, 91.
  • 94 M. H. Cherif, 1984, t. I, 226, l’auteur se réfère au reg. 2958 non paginé conservé aux Ant.
  • 95 M. H. Cherif, 1984, t. I, 226.
  • 96 A. Moalla, 2003, 25, référence à Dīnār, 1967, 237.

35Le rôle des mamelouks dans l’administration intérieure de la province semble se transformer sous Ḥammūda Bāšā, en lien avec l’établissement de la dynastie des Mouradites. Dans les zones tribales, ces serviteurs aident à étendre l’autorité du bey. Ḥammūda Bāšā place des « fidèles clients » mamelouks ou autochtones à la tête des zamāla, « groupes de cavaliers recrutés parmi les tribus […] sans doute à titre permanent, et installés dans certaines régions agitées92 ». Dans cette logique, à un stade plus avancé, le dynaste installe certains de ses mamelouks au sein des tribus. Selon M. H. Chérif, ces hommes « s’intégraient aux populations locales, “se bédouinisaient” et y faisaient souche […] sans rompre les liens avec leurs anciens maîtres93 ». Ce fut probablement le sort des ‘Utmān, Farḥāt et Ja‘far, placés à la tête de « tribus makhzen94 ». Ce fut, de manière plus certaine encore, la principale source de postérité du mamelouk Ḥasan qui fut l’ancêtre des Awlād Ḥasan et dont les « descendants commandèrent les contingents » de la grande tribu makhzen des Drīd « de père en fils, trois quarts de siècle durant » jusqu’au milieu du xviiie siècle95. Cette « mameloukisation » affecte aussi des échelons plus modestes de l’administration locale. Des notables, déjà bien implantés et reconnus par leurs pairs, tiennent à dépendre de l’homme fort. D’après Ibn Abī Dīnār, sous le règne de Ḥammūda Bāšā, « chaque šaykh voulait devenir le mamelouk du pacha96 ».

  • 97 Dīnār, 1845, 397-398 ; 1967, 238-239. Al-Wazīr al-Sarrāj (1985, vol. ii, 428) attribue au premier (...)

36Dans l’entourage du bey, à Tunis, l’évolution est en revanche toute différente. À l’échelle du pays, le pacha ne favorise pas les mamelouks. Il fragmente son imperium entre ses trois fils : l’aîné Murād Bey II reçoit le commandement de l’armée, le cadet Muḥammad Bey II contrôle le sanjak, le commandement de Kairouan, Sousse, Monastir et Sfax ; enfin, le benjamin Ḥasan est pourvu d’un sanjak d’Ifrīqiya97. Ce partage aboutit alors à une mutation notable : l’exercice de l’autorité prend une tournure patrimoniale. Les beys ne sont plus des parents et des mamelouks, mais uniquement des descendants. Dès cette époque, l’extension de la reconnaissance d’une autorité à de plus larges segments de la société se conjugue à un ancrage territorial des serviteurs (des beys aux caïds sédentaires) et à la valorisation de la descendance naturelle aux premières charges du pouvoir.

37Les cartes sont alors rebattues, les positions des héritiers, mamelouks et sujets, redistribuées. Les mamelouks ou renégats, qui avaient aidé les fondateurs à édifier leurs maisons, à étendre les espaces sociaux de l’autorité en tirant profit de réseaux intérieurs et extérieurs, en portant le conflit et le compromis au loin, en guerroyant tout en apaisant, doivent obéir à des fils de la dynastie menacés de rivalités intestines. Les dépendants doivent, en outre, composer avec les fils du pays qui trouveraient quelque intérêt à servir le pouvoir et se situeraient dans le sillon que les mamelouks ont contribué à tracer, dans une volonté d’obéissance et de soumission.

38Dès lors, leur corps est-il si utile à une maison dont la descendance s’élargit et dont la légitimité, contrainte ou négociée, s’est accrue ? Le déclin du nombre de reniés constaté à partir du milieu du xviie siècle ne s’expliquerait-il que de manière mécanique, par l’essoufflement d’une course entravée par les traités diplomatiques et la dissuasion des canons européens ? Les souverains barbaresques seraient-ils à ce point dominés et passifs qu’ils n’auraient plus eu leur mot à dire sur la composition pour partie européenne de leur entourage ? Vu de la maison beylicale, vu parmi les mamelouks, le brouillage de la présence des renégats, de l’usage des mamelouks dans la seconde moitié du siècle semble être un phénomène bien plus complexe qu’il n’y paraît au premier abord.

LE RETRAIT DES MAMELOUKS DES ANNÉES 1640 AUX ANNÉES 1760

  • 98 Dīnār, 1845, 403 ; 1967, 243 ; N. Béranger, 1993, 64.
  • 99 T. Bachrouch (1977, 187-191) se réfère à E. Plantet, t. 1, 382 ; N. Béranger (1684, 36 et 48) le p (...)
  • 100 Les actes de la chancellerie française (P. Grandchamp, 1928, t. VI) mentionnent : « Braim » : 19, (...)
  • 101 L. d’Arvieux, 1994, 38.
  • 102 Dīnār, 1845, 357 ; 1967, 213.
  • 103 L. d’Arvieux, 1994, 39.
  • 104 P. Grandchamp, 1930, t. VIII, 65, 27 août 1686.

39Mieux vaut parler d’une dilatation que d’une disparition, d’une mise à l’arrière-plan que d’une absence. Les mamelouks ne s’évaporent pas. Ils se maintiennent auprès des descendants de Ḥammūda Bāšā, aux côtés des fils et petits-fils d’une fugace dynastie qui ne se ramifia qu’en l’espace de quatre générations98. Ils assistent des princes engagés dans d’interminables luttes fratricides à partir de 1675, après la mort de Murād Bey II. Ils continuent, par ailleurs, à être mis en valeur par les deys ou leurs proches : Aḥmad Šalabī, dey à partir de 1683, profite de la guerre intestine parmi les Mouradites, pour tenter d’imposer son « mamelouk et khaznadār » Muḥammad Manyūṭ à la fonction de bey avant d’être destitué à l’été 168699. À l’inverse, Muḥammad Lāz, dey en exercice de 1647 à 1653 et maître d’au moins cinq reniés100, doit faire face à un redoutable concurrent encouragé par l’un de ses propres mamelouks, le converti portugais101 Kušuk Murād qui emportait pourtant sa confiance102, jusqu’à épouser sa veuve103 et parvenir à la plus haute richesse par le commerce des captifs et le contrôle d’un bagne à Tunis104. Instigateurs ou instruments des conflits, les mamelouks répondent donc encore présents à l’appel du service mais, semble-t-il, en moins grand nombre et par une extranéité moins affirmée que dans les premières décennies du xviie siècle.

Après 1640, une dispersion, pas une disparition

Retrait sur mer, gain sur terre

  • 105 B. Ben Sassi, 1999, 14-15.
  • 106 A. Raymond (2006, 135) cite T. Bachrouch (1975, 148-155) et P. Sebag (1989, 141-143).
  • 107 A. Raymond (2006, 169) cite S. Bono, « Genovesi islamizzati in Tunisia nei secoli xviie-xviiie », (...)

40La première tendance d’un déclin numérique est perceptible dans des sources en lien avec les phénomènes de course et de captivité. C’est en se fondant sur les actes consulaires français publiés par Pierre Grandchamp que Bochra Ben Sassi a repéré une nette réduction des effectifs de reniés se présentant en chancellerie ou mentionnés par cette administration à partir des années 1640105. Le nombre de reniés italiens se réduit dès les années 1620, cependant que la baisse ne se généralise et ne s’intensifie qu’à la période suivante pour l’ensemble des nations. En partant de ce même corpus, mais à partir des rachats, André Raymond confirmait une même pente descendante selon des moments de rupture comparables. Alors que, « de 1606 à 1640, la moyenne annuelle des libérations d’esclaves enregistrées » était de 56, entre 1641 et 1670, elle tombait à 26, puis à 19 entre 1671 et 1700106. Sorti des papiers français, c’est, pour sa part, en observant le groupe des Génois que Salvatore Bono aboutissait à la conclusion d’une raréfaction des conversions, passé la première moitié du xviie siècle107.

  • 108 A. Raymond, 2006, 169.
  • 109 D. Panzac, 1999, 26-29.

41Cette régression dans l’afflux des captifs fut souvent interprétée comme la conséquence d’un premier déclin de la course : les flottes des provinces maghrébines, déjà sollicitées par le sultan dans sa campagne de Crète à partir de 1645, durent s’incliner face aux vaisseaux européens. Les maîtres de Tunis devaient entériner un rapport de force défavorable dans une série de traités esquissés dans les années 1620 et renouvelés avec les Provinces-Unies et l’Angleterre en 1662, puis avec la France trois ans plus tard108. Les entraves dressées sur les chemins des corsaires barbaresques ne pouvaient pourtant tout expliquer : conclus plus de vingt ans après l’essoufflement des circulations de captifs, les traités restèrent lettre morte au motif que les captifs musulmans n’étaient « jamais rendus109 ».

  • 110 S. Boubaker, 2003, 47.
  • 111 T. Bachrouch, 1977, 91.

42Pour comprendre cette réduction du nombre de renégats, il fallait donc porter son regard d’une rive à l’autre, non seulement vers les foyers chrétiens de la captivité, mais aussi sur les terres d’accueil. Après tout, n’est-ce pas aussi la demande en dépendants qui suscitait l’offre ? Dans cette perspective, la perte d’élan sur mer doit être mise en relation avec un gain d’autorité sur terre, dans l’arrière-pays. Comme à Malte, la course parut d’un moindre rapport. Selon Sadok Boubaker, les périodes d’activité corsaire parurent trop « courtes et trop espacées dans le temps pour constituer un fondement économique durable ». Les investissements et « personnel qualifié » manquaient à Tunis pour rentabiliser cette activité110. Il semble que les pertes subies par reflux de la course furent certainement plus que compensées par des activités commerciales et des ponctions fiscales111.

  • 112 A. Raymond, 2006, 114.

43Dans ce contexte de retrait maritime et de plus grande exploitation des ressources territoriales, il est tout à fait troublant que les années 1640 aient à la fois constitué un temps d’affirmation de la maison mouradite autour d’une stratégie familiale territorialisée et l’amorce d’un fléchissement dans la présence et le recours aux captifs. Le second mouvement a pu être lu, dans une longue perspective d’édification du pays, comme la marque d’une « tunisification progressive du pouvoir et la fermeture graduelle de la Tunisie à des apports extérieurs112 ». Selon un autre regard, à l’aune des groupes de serviteurs mamelouks, cet entrecroisement de deux mutations peut être inscrit dans un processus d’extension des réseaux et des pratiques de dépendance à des hommes qui n’ont plus seulement le profil du captif converti venu d’Europe. Dans cette perception, ce n’est pas un intérieur qui s’imposerait à l’extérieur, mais des cercles de dignitaires qui, afin d’asseoir et d’étendre les positions de leurs groupes, allongeraient leurs chaînes de commandement, nouant des fidélités, attirant des associés parmi les notables… Les mamelouks ne disparaissent donc pas. Le lien de dépendance qui les unit à leurs maîtres se dilate et se recompose dans le corps social de la régence de Tunis.

Une extension des dépendances

  • 113 Al-Wazīr al-Sarrāj, 1985, vol. ii, 461 ; Ḍiyāf, 1989, vol. II, 66.
  • 114 P. Grandchamp, 1928, t. vi, 151, 157, 239.
  • 115 P. Grandchamp, 1929, t. vii, 74 : 16 novembre 1663.

44Des hommes sont détachés des troupes pour former des gardes personnelles : le dey Muḥammad Ṭābāq obtient de pouvoir constituer, à sa nomination en 1677, une milice de quatre cents soldats qu’il dénomme hawānib et qu’il installe près de lui dans des maisons de la casbah113. Concurrencés par des corps armés plus formels, les mamelouks ont, en outre, des origines variables. Ce ne sont pas seulement des Latins. Des Grecs, issus des terres conquises de l’Empire, affluent aussi à Tunis. Au milieu du xviie siècle, deux d’entre eux sont perceptibles dans l’entourage de Ḥājj Muṣṭafā Dey : au début des années 1650, alors que Ḥājj Muṣṭafā est en passe de devenir dey, « Regeppe Grego », passé par Constantinople, négocie avec un compatriote la vente d’une « arrabona114 » ; en 1663, « Ussain », renégat grec, fait à la fois office de janissaire et de khaznadār ou trésorier d’un dey qui disparaît deux ans plus tard115. Le phénomène ne saurait être résumé à un simple appoint. Car, à défaut d’avoir suffisamment lié la régence de Tunis au bassin oriental de la Méditerranée, au contrôle des sultans sur le pays des Rūm, à s’en être tenu à des sources occidentales et arabes, cette présence grecque a certainement été minorée.

  • 116 Dīnār, 1845, 403 ; 1967, 243.
  • 117 N. Béranger, 1993, 55 ; Ḍiyāf, 1989, vol. ii, 78. Al-Bājī al-Mas‘ūdī, 1905, 109. Anf, AE BI 1125, (...)
  • 118 N. Béranger (1993, 74) évoque un retour vers Alger. Selon Ibn Abī al-Ḍiyāf (1989, vol. ii, 78-81), (...)

45Ouverts vers le nord et l’est, les rangs mamelouks s’élargissent surtout aux enfants du pays nés dans la province, à ceux dont la première paternité n’est pas masquée, dont le nom n’est pas camouflé par un anonyme Ibn ‘Abd Allāh. Ainsi, Aḥmad ibn al-Qā’id Ja‘far, le fils d’un caïd renié, est présenté, par Ibn Abī Dīnār, comme l’un des mamelouk de Murād Bey II, régnant de 1663 à 1675116. Muḥammad b. Šukr occupe une position comparable aux côtés du bey Mḥammad qui accapara le pouvoir de 1686 à 1696. Sans être qualifié de mamelouk, Ibn Šukr fut à la fois le beau-frère et l’intendant (kāhiya) de ce prince117 avant de chercher à renverser son patron et de s’exiler en 1695118.

  • 119 Anf, AE BI 1125, Tunis, vol. 1, Sr Michel, 19 avril 1689 : « Il s’était embarqué sur le même vaiss (...)
  • 120 Ḍiyāf, 1989, vol. ii, 98 ; S. Bargaoui, 2005, 217.
  • 121 N. Béranger, 1993, 88, 112, 113.

46Dans les dernières années du xviie siècle, sous le règne de Murād III, entre 1699 et 1702, alors que la maison des Mouradites s’effondre, les charges de lieutenant et de khaznadār dévolues d’usage aux mamelouks sont plus souvent confiées à des autochtones ou pour le moins des enfants de musulmans installés dans le pays. « Sidy Amurat » aurait ainsi fait de « Sidy Aly Ben Mamed » son kāhiya, sur intervention de son épouse, répondant, elle-même, selon les versions, à la prière de sa sœur119 ou d’une amie qui n’était autre que la femme de l’heureux élu. À cette charge, le prince est ensuite assisté par « Sidy Ahmed Cherif », avant d’être remplacé dès le 1er janvier 1701 par le « fils d’un renié », « Agy Amed Ben Aly ». Enfin, le dernier des beys mouradites utilise aussi un converti et un musulman de naissance à la fonction de khaznadār. En cette même année 1701, attristé par la fuite de son jeune trésorier d’origine napolitaine, « Mamed Cheliby », il doit se résoudre à promouvoir un intime « tout-puissant sur son esprit120 », Abū al-Qāsim b. Aḥmad al-Ḥanafī, dont la dernière nisba témoignait d’une inscription dans un groupe turquisant121.

  • 122 Ibid., 98.
  • 123 N. Béranger, 1993, 129.
  • 124 Ibid., 141.

47La conjugaison des talents à de telles fonctions ne disparut pas avec l’extinction de la dynastie mouradite. L’homme qui réduisit à néant cette maison en 1702, Ibrāhīm al-Šarīf, maintint Abū al-Qāsim à sa tâche de khaznadār122 et n’hésita pas à destituer un autochtone, « Mamed Carrouy », de sa charge de « grand écrivain du bey » pour la confier à « Cayd Soliman, renié vénitien123 ». Trois ans plus tard, peu avant sa chute, il confisquait les biens d’un nouveau financier, « Agy Mamed Nacqueby », et ceux de son frère, « Sidy Salem124 ». La distribution du travail entre lettrés autochtones ou turcs et lieutenants ou trésoriers convertis se brouillait.

  • 125 Entre autres, Ch. Monchicourt, 1929, 9.
  • 126 M. Bey, 1968, vol. i, 6 ; M. H. Chérif, 1984, 119. Ibn Abī al-Ḍiyāf (1989, vol. ii, 105) et Ḥusayn (...)
  • 127 Ḍiyāf, 1989, vol. ii, 105.
  • 128 Ḍiyāf, 1989, vol. ii, 106 ; M. H. Chérif, 1984, 119.
  • 129 Ḍiyāf, 1989, vol. ii, 106 ; A. Moalla (2003, 39) établit d’autres graphies et précise leurs région (...)
  • 130 Ḍiyāf, 1989, vol. ii, 105.
  • 131 Ibid., 106.
  • 132 M. H. Chérif, 1984, 119.

48L’ascension chaotique de Ḥusayn b. ‘Alī, fondateur de la dynastie husaynide, ne démentait pas plus cette tendance à impliquer les fils d’autochtones, de protégés et de Turcs dans le service. La pluralité des origines, des statuts et des alliances prêtés à son père par une kyrielle de récits le situent à l’intersection de plusieurs champs de fidélité. Les premiers liens noués à Tunis le rapprochaient de l’ensemble restreint des convertis : son père ‘Alī, réputé venir de Corse125 ou plus certainement de Candie126, était le plus souvent présenté comme un renégat et selon une source tardive comme un mawlā, un protégé, voire un affranchi127, tandis que, pour sa part, Ḥusayn entra de manière précoce au service du bey Mḥammad qui lui confia la gestion de son trésor peu avant 1694128. Les alliances matrimoniales de son géniteur le liaient aussi au monde des tribus puisqu’il était le fils d’une Šārin et que son frère aîné Muḥammad descendait d’une Šanāfa129. Enfin, le métier des armes dans lequel il se distingua plus que son père l’amena à s’imposer parmi les officiers. Alors que ‘Alī s’engagea au sein de la milice dans l’enfance de la maison mouradite130, Ḥusayn s’affirma d’abord comme le lieutenant de Muḥammad b. Šukr, lui-même kāhiya du bey Mḥammad. Il fut ensuite confirmé āġā des spahis turcs par son successeur131, avant de servir par intermittence de kāhiya du dernier mouradite en 1701, puis d’Ibrāhīm al-Šarīf132.

49Des casernes à la maison mouradite, les mouvements de mise en valeur des mamelouks, puis leur relatif retrait à partir des années 1640 peuvent donc être analysés en mettant en avant des pratiques et stratégies de patrons et serviteurs de maisons, en se départissant de la lecture abstraite et plus qu’orientée de l’« édification de la nation » pour ne pas dire de la « tunisification ». Dans notre perspective, l’alliance par la parenté ou la dépendance l’emporte sur l’origine. Le service d’un maître pouvait inclure un spectre élargi de profils parfois regroupés par solidarités ethniques, confessionnelles, mais toujours unis au sceau de l’obéissance.

50L’hypothèse d’un basculement de la primauté des liens de dépendance à une prépondérance du sentiment territorial pourrait procéder d’une progressive abstraction de ces fidélités, par élargissement contraint ou concédé des cercles de serviteurs. Dans ces processus d’élargissement, les règnes des premiers beys husaynides nous apparaissent s’inscrire davantage dans une continuité avec les Mouradites. Malgré la persistance de luttes fratricides à partir des années 1720, ces souverains maintiennent une stratégie patrimoniale. Ils mettent en valeur les descendants plus que les serviteurs jusqu’aux années 1750.

Le premier xviiie siècle, la permanence d’une politique patrimoniale

  • 133 Al-Bājī al-Mas‘ūdī, 1905, 113 ; b. ‘Abd al-‘Azīz, 1970, 327 ; Al-Saġīr b. Yūsuf, 1978, 68.
  • 134 Al-Bājī al-Mas‘ūdī, 1905, 113 : iltaqāt ‘alay-hi al-‘Arab ; al-Wazīr al-Sarrāj (1985, vol. ii, 676 (...)
  • 135 P. Lucas, 1804, t. ii, 107.
  • 136 J.-A. Peyssonnel, 1987, 56.

51À première vue, la fin de l’ère mouradite devrait revêtir toutes les apparences de ces ruptures qui aident à achever un chapitre. Ruptures, voire régressions. Entre 1702 et 1705, le bourreau de la dynastie, Ibrāhīm al-Šarīf, donne la curieuse impression de vouloir renouer avec les premiers temps de la milice. Au palais du Bardo, il préfère la casbah. Au détriment des sujets, il favorise une proximité avec les Turcs133. Se défiant des reniés, il élimine ‘Alī Ṣūfī, un mamelouk de ses prédécesseurs qui fut rejoint, dans sa révolte, par des autochtones134. À son tour, aux dires de témoins occidentaux, le fondateur de la nouvelle dynastie, Ḥusayn b. ‘Alī, revient à un âge d’or des renégats : il préfère, « pour ses Esclaves, les Chrétiens renégats à ceux de son païs ». Il en compose « ordinairement sa principale garde135 » car « sa confiance » leur serait acquise « préalablement aux Maures et aux Turcs136 ».

  • 137 Ḍiyāf, 1989, vol. ii, 98.
  • 138 Ḍiyāf, 1989, vol. ii, 95.
  • 139 Ḍiyāf, 1989, vol. ii, 96 : munāṣaḥa makhdūmi-ka, conseil et ici dévouement au « patron ».
  • 140 M. H. Chérif, 1984, 191.
  • 141 Al-Saġīr b. Yūsuf, 1978, 58.

52Mais cette rupture n’est qu’apparente. La maison des Mouradites ne s’est pas effondrée. Elle fut mise en pièces pour servir de soubassement à d’autres édifices. Les serviteurs passaient d’un maître à l’autre. Ibrāhīm al-Šarīf a maintenu, à quelques exceptions près, les grands de l’ancien gouvernement137. Il a pardonné et promu un khādim de Murād Bey, Sa‘d b. Kītār, qui l’avait pourtant attaqué et blessé138. Il s’est félicité de la fuite, puis du retour de Ḥusayn b. ‘Alī en ces termes : « Tu as fait ce qui était en ton devoir par dévouement à ton patron ; je souhaite que tu agisses de la sorte avec moi139. » Le vœu ne fut qu’à moitié accompli, Ḥusayn b. ‘Alī décapita le chef et s’appuya sur les affidés des uns et des autres. Sulaymān Kāhiya, mamelouk de Muḥammad Bey, devint l’un de ses fidèles lieutenants jusqu’au début des années 1730140. Le « kāhiya des kāhiya », Mubārak al-Ūrāsī, continua à surveiller les « mamelouks de la chambre du prince » « parmi lesquels il comptait141 ».

53Au-delà de cet usage constant des fidèles serviteurs, Ḥusayn b. ‘Alī et son neveu ‘Alī Bāšā ont surtout maintenu et renforcé des pratiques patrimoniales, un partage familial du pouvoir qui nécessitait certes de s’appuyer sur les mamelouks, mais en les reléguant au second rang derrière les princes et fils de la maison.

  • 142 M. H. Chérif, 1984, 184.
  • 143 Anf, AE B I 1134, Tunis, vol. 10, Gautier, 18 février 1739.
  • 144 Al-Saġīr b. Yūsuf, 1978, 151.
  • 145 M. H. Chérif, 1984, 154.
  • 146 Ḍiyāf, 1989, vol. ii, 167.

54Comme sous les Banū Murād, les fondateurs ont pleinement rempli leur rôle de chefs de maison. Ḥusayn b. ‘Alī conduisit en mains propres les camps militaires jusqu’au soir de sa vie142. ‘Alī Bāšā, pour sa part, « se méfi[ait] de tout le monde », il « n’a[vait] aucun ministre ni favori » et de fait, « il n’y a[vait] point de puissance qui os[ait] lui parler d’une affaire143 ». L’oncle et le neveu se fiaient surtout à leurs descendants. Le premier confia la gestion des affaires courantes à son « dauphin » Muḥammad lorsqu’il prit la tête de son armée contre des troupes algéroises arrivées à Constantine144. Le second chargea aussi son fils aîné Yūnis de la lieutenance après un assaut lancé sur le même flanc145. Les maḥalla furent parfois conduites de façon collective : durant l’hiver 1749, trois camps fiscaux étaient lancés sur les routes du pays, l’un commandé par ‘Alī Bāšā en personne, les deux autres menés par Yūnis Bey et Mḥammad Bey146.

  • 147 Ḍiyāf, 1989, vol. ii, 142.
  • 148 Ḍiyāf, 1989, vol. ii, 140.

55L’exercice de l’autorité était à ce point guidé par l’esprit de famille que les chroniques de l’époque regorgeaient d’épisodes tragiques restitués par des formules fortes sur la défection, la trahison ou la nécessaire reconstitution d’un lien de parenté. Ainsi, en passe d’être exécuté par le fils de son neveu, Ḥusayn b. ‘Alī implorait la grâce en vertu des liens physiques anciens : « Ô Yūnis, penses-tu salir ces cheveux blancs de mon sang alors que j’ai circoncis ton propre père sur mes genoux147 ? » Et dans le présage de ce décès, le fils de Ḥusayn, ‘Alī Bey, invitait son frère à adopter chacun de ses héritiers : « Si notre père Ḥusayn meurt, tu seras notre père après lui148. »

  • 149 Al-Saġīr b. Yūsuf, 1978, 339.

56Si les mamelouks étaient admis, au même titre que d’autres fidèles serviteurs, dans cette famille recomposée et élargie, ils ne pouvaient outrepasser leurs positions, ils ne pouvaient espérer accéder au rang de fils du prince. Le converti d’origine espagnole ‘Utmān, āġā de l’ūjaq des spahis de Béja, était considéré par ‘Alī Bāšā comme son quatrième fils mais il ne pouvait pas rivaliser avec les descendants du souverain. Yūnis Bey, qui l’admit un temps dans la fratrie princière, se ravisa. Lorsque cet héritier prit conscience de la popularité de son alter ego, ‘Utmān fut disgracié par son premier protecteur, déshabillé et frappé. Il ne put que se désoler devant les décombres de sa demeure. Tout était à reconstruire en des dimensions plus modestes car, selon l’instructif épilogue livré par le chroniqueur Muḥammad al-Saġīr b. Yūsuf, « la plupart des gens qui s’étaient mis jusque-là à son service s’éloignèrent de lui. Depuis cet événement il ne se méprit plus sur sa véritable valeur et se tint sur ses gardes149 ».

  • 150 L. Blili, 2004, 225 : « La tradition d’alliance des deux premiers beys fait suite à celle des Mour (...)
  • 151 L. Blili, 2004, 197 : Turkiyya b. Sulaymān Bey, la Corse Yasmīn, la troisième aurait pu être la fi (...)
  • 152 M. Tayyeb, 1990, 23 ; L. Blili, 2004, 214 : la première est issue de la tribu des Ġazzālī ; la deu (...)
  • 153 L. Blili, 2004, 199 ; Une histoire des révolutions du royaume de Tunis au xviie siècle (…), 2003, (...)
  • 154 M. H. Chérif, 1984, 184 ; Al-Saġīr b. Yūsuf, 1978, 306.
  • 155 Anf, AE BI 1128, Tunis, vol. 4, Michel, 1er mai 1714 : « Le Bey a marié une de ses filles d’enviro (...)
  • 156 M. Tayyeb, 1990, 33 ; L. Blili, 2004, 223-225 : la première, mère de ses enfants, Kabīra Mamiyya, (...)

57Enclins à des délégations de charges entre parents au risque de la dispersion et de la fragmentation, à l’instar des Mouradites, les deux premiers Husaynides ont de surcroît ouvert leurs maisons à tout type d’alliance matrimoniale. Sans indiquer de nettes préférences pour tel ou tel groupe social ou ethnique, ces chefs de maison ont conclu, pour eux-mêmes et leurs parents, des mariages avec des odalisques et mamelouks, avec des descendants de lignages turcs et arabes, avec des sujets des villes et des pays150. Le fondateur de la dynastie mouradite eut trois épouses, dont la petite-fille de son maître et une captive corse151. L’ancêtre des Husaynides contracta aussi mariage avec la veuve de son ancien maître Ramaḍān Bey, petite-fille d’Utmān Dey, et avec une captive génoise, sans compter une femme des tribus et la fille d’un pacha152. À la génération suivante, le fils de Murād, Ḥammūda, s’allia à une « esclave », à la fille d’un renégat corse et à une Andalouse153, alors que ‘Alī Bāšā, le neveu de Ḥusayn, accusé d’usurpation, se rapprocha des Darġūṭ hanéfites154, préféra la compagnie de la fille d’un kāhiya à celle de sa cousine155 et répudia une épouse de la tribu des Ḥnānša donnée en mariage à un renié156.

  • 157 M. H. Chérif, 1984, 262 ; Al-Saġīr b. Yūsuf, 1978, 147.
  • 158 M. H. Chérif, 1984, 81, 260 ; M. Tayyeb, 1990, 29, 61 ; Ḍiyāf, 1989, vol. ii, 112 ; Al-Saġīr b. Yū (...)
  • 159 M. Tayyeb, 1990, 26, 59 ; M. H. Chérif, 1984, 40.
  • 160 M. A. Ben Achour, 1989, 226.

58D’entre toutes les alliances nouées au Bardo, au début du xviiie siècle, la préférence pour les mamelouks ne se marqua clairement que pour deux des trois filles de Ḥusayn b. ‘Alī : l’une fut unie à Sulaymān Kāhiya, serviteur affranchi de Muḥammad Bey157, la deuxième à Aḥmad Šalbī, créature d’un dey puis lieutenant du camp chargé d’éduquer les enfants de Ḥusayn158, alors qu’une troisième était placée sous la tutelle d’Aḥmad b. Mtīšā, un chef autochtone de zouaves au sulfureux passé de brigand159. Pour sa part, ‘Alī Bāšā opta pour des unions avec les secrétaires de langue turque160.

  • 161 M. F. Al-Mustġānimī, 2000, 54.

59La préférence fut donc accordée aux fils naturels en dépit des déchirements familiaux, malgré la déliquescence des Mouradites achevée en 1702 après des décennies de luttes fratricides, malgré l’embrasement de la province en 17281729 puis entre 1735 et 1740 dans la guerre de Ḥusayn b. ‘Alī avec son neveu, ‘Alī Bāšā, et enfin, malgré la contestation du pacha par son fils aîné en 1752. À chaque grande prise d’armes, les vainqueurs ont certes procédé à quelques aménagements dans leurs relations et leurs rapports de force avec les sujets et serviteurs, mais ils n’ont guère remis en cause les logiques familiales de transmission de l’autorité. Le basculement dans l’usage des mamelouks fut progressif. Il fut beaucoup plus perceptible après le retour des fils de Ḥusayn en 1756161.

Après 1756, la défiance et le pardon

  • 162 Al-Bājī al-Mas‘ūdī, 1905, 6 ; Ibn Abī al-Ḍiyāf (1989, vol. ii, 192) en tire une conclusion fort in (...)
  • 163 Al-Saġīr b. Yūsuf, 1978, 388.

60Durant le court passage au pouvoir de Muḥammad Bey de 1756 à 1759, la conduite des principales affaires fut maintenue dans une sphère familiale : Muḥammad chargea son frère ‘Alī de conduire les camps162. Il sut distinguer la dignité d’un prince et le rang du mamelouk. Ne dressa-t-il pas cet amer et lucide constat lorsque l’une des veuves de son prédécesseur ‘Alī Bāšā abreuva de trésors le bey de Constantine dans le but de protéger son fils : « Pauvre royaume de Tunis, qui est obligé d’enrichir ce valet ! Pour le même prix, il traiterait un simple mamelouk comme les fils de Mohammed et de Younès163 ! »

  • 164 Anf, AE B I 1138, Tunis, vol. 14, Sulauze, 18 octobre 1756.
  • 165 J. M. Venture de Paradis, 1983, 163, 58.

61Tout comme ‘Alī Bāšā au temps de sa victoire définitive contre leur père en 1735, les descendants de Ḥusayn ont, de surcroît, dans un premier temps, choisi d’éloigner les serviteurs du pouvoir défait. Le consul Sulauze le perçut en 1756 : le palais du « Barde est un monde nouveau, il n’y a plus une seule personne même un esclave de l’ancien gouvernement », « tous les officiers du Divant [sic] et de la ville ont également été changés mais il n’y a point eu dans ce changement de sang répandu164 ». Les « Algériens » se payèrent sur la bête et conduisirent avec eux sur le chemin du retour « environ 2 000 Tabarcains qui venaient d’être enlevés de l’île où ils étaient établis ». Seul un petit nombre de ceux qui avaient échappé aux fers s’émancipèrent à Tunis165.

  • 166 Ḍiyāf, 1989, vol. ii, 178.
  • 167 Dynastie turque au sommet de son pouvoir aux xie-xiie siècles. Niẓām fut ministre de sultans de ce (...)
  • 168 Ibn ‘Abd al-‘Azīz, 1970, 276-277.

62La revanche n’alla pourtant pas plus loin. En retrouvant leurs foyers, les fils prodigues formulèrent et pratiquèrent une politique du pardon. Leur louable renonciation confirmait une inflexion dans le gouvernement des hommes, déjà esquissée à Alger. En exil, les déshérités s’étaient lamentés sur la vanité et la fragilité du pouvoir. Muḥammad Bey rassemblait des proches, de nuit, en son « jardin ». Le jour venu, ces khawāṣṣ se dispersaient, pour œuvrer, qui à la diffusion des savoirs, qui à l’artisanat ou à d’autres métiers. En leur absence et durant les veillées, le maître lisait et relisait pour se consoler166. Dès cette période, les références à une sagesse formulée s’accumulaient : les histoires, surtout celles des Seldjoukides167, servaient de guide pour comprendre les choix de ‘Alī Bey dans la chronique de Ḥammūda b. ‘Abd al-Azīz. La destruction par le vizir seldjoukide Niẓām al-Mulk de documents impliquant une série de conspirateurs était rapprochée d’un geste similaire du bey ‘Alī qui débouchait, dans un cas comme dans l’autre, sur une mise en confiance des serviteurs dorénavant mieux disposés à satisfaire leurs princes168.

  • 169 Al-Saġīr b. Yūsuf, 1978, 382.
  • 170 Ibn ‘Abd al-‘Azīz, 1970, 70.
  • 171 Anf, AE B1 1141, Tunis, 21 novembre 1766, f. 263 : sur une tout autre affaire, le consul de Saizie (...)
  • 172 Ant, reg. 101, f. 131, après jumādā II 1172, soit après le début de l’année 1759, et f. 139.
  • 173 Bnt, ms. 1794, b. ‘Abd al-‘Azīz, f. 429.
  • 174 Ibn ‘Abd al-‘Azīz, 1970, 340, 338.
  • 175 I. al-Sa‘dawi, 1999, 161.
  • 176 Al-Saġīr b. Yūsuf, 1978, 180.

63Cette politique du pardon fut aussi appliquée aux serviteurs du Bardo. Dès la campagne de reconquête, un « des mamelouks qui se trouvaient avec le fils du pacha au moment de sa fuite et qui l’avaient abandonné en le voyant tomber à terre » se joignit aux créatures de ‘Alī Bey169. Par la suite, le succès assuré, d’autres mamelouks des descendants de ‘Alī Bāšā retrouvèrent une place au Bardo : Muḥammad Bey reprit à son service Ismā‘īl Āġā170, tandis que ‘Alī Bey faisait rechercher dans les souks Muṣṭafā Khūjā qui sut, peu à peu, acquérir la position du vizir très écouté171. En 1759, le nombre de mamelouks recevant des gratifications à l’occasion des camps fiscaux atteignait au bas mot celui de 99 pour la distribution d’été, et de 140 pour celle d’hiver172. Dernier indice qui ne trompait pas sur ce retour en grâce d’hommes du sérail, le chroniqueur Ḥammūda b. ‘Abd al-‘Azīz tenait, lui-même, quelques-unes de ces informations de mamelouks des précédents règnes173. La clémence des beys, sans se limiter à cet entourage, s’étendait aussi aux administrateurs de la province. Les descendants de Ḥusayn ont parfois sévi, notamment contre Rajab b. Māmī avant que son fils ne soit versé au corps des mamelouks174. Mais le plus souvent, ils ont maintenu des caïds175 : à Djerba, ils sont allés jusqu’à redonner une prépondérance aux « Bel Djouloud » avant de se résoudre, devant l’afflux de plaintes émises par les administrés, à les remplacer par un mamelouk176.

  • 177 Ibn ‘Abd al-‘Azīz, 1970, 44-46 ; Ḍiyāf, 1989, vol. ii, 193.
  • 178 Ibn ‘Abd al-‘Azīz, 1970, 227.
  • 179 Ibid., 228 (mamlūk saġīr).
  • 180 Ibid., 228-230.
  • 181 Al-Saġīr b. Yūsuf, 1978, 426.
  • 182 Ḍiyāf, 1989, vol. ii, 197-198 ; b. ‘Abd al-‘Azīz, 1970, 55, 68, 70.

64Dans cette volonté d’apaisement, lors de sa cérémonie d’allégeance, le 12 février 1759, le bey ‘Alī a accordé une position privilégiée à l’un des anciens proches de Muḥammad Bey, le šaykh-muftī Ḥusayn b. Ibrāhīm al-Bārūdī ; il a confirmé aussi bien les ministres que les représentants de son frère dans la province177. Au fil de son règne, le souverain composait autant avec les autochtones qu’avec les éléments mamelouks de son entourage. Il entamait ses journées de la même manière, par des prières, en compagnie de fuqahā’, mamelouks et muezzins178 ; il était salué par les « principaux de ses ministres » lors de séances de justice qu’il rythmait d’aumônes inaugurées par un jeune mamelouk179. Ces séances levées, le chef de la famille husaynide visitait les maisons de ses proches, consultait, dans un de ses lieux de quiétude, ses secrétaires les plus distingués et son garde des Sceaux. À sa table, dans l’après-midi, les mêmes étaient conviés aux côtés de serviteurs, de notables arabes. Il pouvait se retrouver, après un somme, en compagnie d’intimes et de dépendants, de muftis et de cadis le vendredi venu. Enfin, à la suite de nouvelles visites dans les demeures princières et d’autres prières rendues à Dieu, la journée s’achevait sur des veillées et des lectures avec des imām et fuqahā180. Hors du palais et de ces temps ordinaires, dès 1759, face à la révolte d’Ismā‘īl b. Yūnis, petit-fils de ‘Alī Bāšā, ‘Alī Bey sut à la fois mobiliser « son mamelouk » et « agha des spahis », Ismā‘īl181, « son ministre et homme de confiance », al-Ḥājj ‘Alī b. ‘Abd al-‘Azīz al-‘Awādī, et « son gendre et ministre », Rajab Khaznadār, qu’il installa dans la capitale lorsqu’il prit la tête d’une campagne dans le pays182.

  • 183 Ibn ‘Abd al-‘Azīz, 1970, 50, 52-53.

65Dans ses volontés de conciliation et dans sa politique du pardon, ‘Alī Bey n’était pourtant pas dupe. Les soutiens restaient fragiles. Après avoir été rejoint à Tripoli par le ḥānba turc, Muḥammad al-Turkī, Ismā‘īl b. Yūnis n’avait-il pas réussi à soulever des hommes du pays, de Ḥāmma et de Jammāl, du Jabal Waslāt, des hommes des tribus, des Maṯālīt, des Swāsī ou des Awlād Sa‘īd183 ? Le bey, philosophe, se serait résigné à la méfiance aussi bien à l’égard de ses troupes que de sa propre famille :

  • 184 Al-Saġīr b. Yūsuf, 1978, 415.

« Si je possède le royaume de l’Ifrikia, c’est à la chance que je le dois et non pas à l’armée ; si je [ne] devais m’appuyer que sur les combattants de ce pays, je ne passerais pas une nuit au Bardo. Ce que je connais de ces soldats diminue pour moi la valeur du royaume, car je n’ai pas trouvé, même chez mes parents et ceux de mon sang, un ami qui tienne ses promesses, et l’on eût dit que tous étaient d’accord pour trahir ; dès qu’un nouveau bey se présente, ils accourent vers lui en foule184. »

66Les compagnons d’épreuve ne pouvaient trouver grâce aux yeux suspicieux de leurs maîtres. Ils n’avaient que trop longtemps et trop chèrement monnayé leur soutien. Ḥammūda b. ‘Abd al-Azīz rappelait ce conseil de gouvernement :

  • 185 M. F. Al-Mustġānimī, 2007, 429-430.

« Si tu promeus les notables […] et l’élite des sujets, ils feront connaître leurs positions […] et la division s’accroîtra en ton temps. Il semble donc préférable d’acquérir un mamelouk par des dirhams que d’acheter des gens libres par des bienfaits185. »

  • 186 Ḍiyāf, 1989, vol. iii, 138.

67Le vizir Yūsuf Sāhib al-Ṭābi‘ rappela le prix fort douloureux de son allégeance à la mémoire du bey Maḥmūd en 1814 : « Tu fus témoin de ce qu’endura ton oncle par ceux qui avait migré avec lui. Lorsque [l’un de ses compagnons d’exil] le chef des secrétaires Abū al-‘Abbās Aḥmad al-Aṣram disparut, il en vint même à dire : “Dorénavant, je puis me considérer comme le souverain’’186 . » Vingt ans après être revenu à Tunis, ‘Alī Bey n’aurait plus concédé qu’une place restreinte aux « naturels », selon l’exposé schématique d’un observateur français :

  • 187 Anf, AE B I 1148, Tunis, vol. 24, Chênier, 7 juillet 1776, f. 82 r.

« Ce prince n’a dans sa famille que des vieillards et des enfants ; et dans sa cour comme dans toutes les grandes places que des Renégats ou des esclaves qu’il a élevés. Les naturels du pays [sont] sans considération et sans employs quoique riches et d’anciennes familles. Ils ne sauroient être chargés d’une commission aussi honorable qu’ils remplissent pourtant à Tripoly. C’étoit icy aux gens du Divan qu’on la confioit lors que leur corps étoit moins avili et qu’il s’y trouvoit quelque officier instruit et opulent ; mais un choix parmi eux serait actuellement le dernier de tous187. »

  • 188 Anf, AE B1 1143, Tunis, de Saizieu, 21 février 1769, f. 45 ; de Saizieu, À bord de la frégate du R (...)
  • 189 L. Blili, 2004, 91, À Alger, Muḥammad Bey s’unit à la Géorgienne Faṭūma et à une esclave circassie (...)

68Les gendres n’étaient plus issus de différents horizons comme sous les deux premiers beys husaynides : c’étaient avant tout des mamelouks188. Les maîtres de maison distinguaient dans leur harem des Géorgiennes qu’ils ont parfois épousées à Alger189. De fait, peut-être plus que le pardon davantage prononcé qu’au lendemain de la guerre de l’oncle et du neveu, plus que l’appui sur des autochtones et des mamelouks déjà perceptible dans les règnes précédents, quelque chose d’autre a changé dans le royaume de Tunis : une désillusion quant à la fidélité des uns ou l’attachement des autres, une réflexivité plus affirmée dans l’exercice de l’autorité nourrie de lectures, de souvenirs d’exil et de divisions.

69Ce retour perceptible des mamelouks à partir de ces années 1750 aussi bien que leur relatif effacement à partir du milieu du xviie siècle ne peuvent s’expliquer par un processus de « tunisification » ou par un ralentissement des activités corsaires sous pression des puissances chrétiennes en Méditerranée. Si l’on s’en tient simplement à la thèse d’un déclin de la course ou à un âge d’or des renégats, comment comprendre le « retour » des mamelouks à de hautes positions à partir du milieu du xviiie siècle ? Si l’on s’en tient seulement à un mouvement inéluctable de « tunisification », on ne peut interpréter le recours croissant aux mamelouks d’origine étrangère à partir de ‘Alī Bey que comme une contradiction à ce processus de tunisification. Les mamelouks de la fin du xviiie siècle et du xixe siècle ne furent donc pas dépêchés hors du sérail pour « tunisifier ».

70Les usages de ces mamelouks n’ont cessé de varier. Les mamelouks ont d’abord contribué à fonder et consolider des maisonnées tout en établissant des liens avec l’extérieur de la province. Puis, ils ont cédé les premiers rangs quand les beys ont mis en valeur leurs descendants. Et vice versa. Ces variations se comprennent surtout par l’observation de pratiques dans l’entourage de leurs maîtres : par une volonté plus ou moins forte de promouvoir des serviteurs intimes. Et c’est à partir de la volonté des maîtres qu’il nous faut à présent suivre la montée en puissance du corps mamelouk à partir du règne de ‘Alī Bey, à la lumière de leurs variations d’effectifs et de traitements.

Note

1 B. Slama, 1967, 18 ; J. Ganiage, 1969, 87 ; M. Smida, 1971, 25.

2 Entre autres, R. A. Abū El-Haj, 1974, 438-447 ; E. R. Toledano, 1997, 145-162. Pour le beylik de Tunis, Mohammed Hedi Chérif (1984) a souligné l’émergence de figures autochtones au temps de Ḥusayn b. ‘Alī.

3 R. Brunschvig, 1940, t. I, 440-449.

4 Ibid., 80.

5 Ibid., 449-451.

6 Dans un récit du conflit dynastique qui opposa Ḥusayn b. ‘Alī à son neveu ‘Alī Bāšā, le chroniqueur Muḥammad al-Saġīr b. Yūsuf (1978, 109-110) évoque l’attitude d’un descendant des illustres « Rasaâ ». À cette occasion, il met en exergue les alliances entre deux filles de la famille et deux descendants hafsides.

7 P. Grandchamp, 1920, t. 1 : 63, « Morat Corssou », « odobachi », corse, renégat, nommé autrefois Antonio Orsatone, 69, « Mourat Albichino », « yoldach ». 1921, t. 2 : 37, 26 mai 1604, Morato Corso, et 29 mai, Morato Maltese ; 61, 27 septembre 1605, Osta Hasan Genovese.

8 P. Grandchamp, 1920, t. 1 : 9, « Quara Amat », 45, « Morat Dacorra », 63, « Mamy de Patti », renégat sicilien, 72 et 79, « Ragep Corso », 98, « Josuppo des Pouilles ». 1921, t. 2 : 6, « Morato », renégat français, 8, « Isuf », renégat corse, 12 et 19, « Cuchiuc Ossalimo » ou Salīm, d’origine florentine, et bien d’autres encore.

9 P. Grandchamp, 1920, t. 1 : 63, 4 août 1594, en italien : « Morat Corssou Odabassi, nommé dans sa jeunesse Antonio Orssatone, originaire de la province de La Rocca en Corse, donne une procuration à son frère Guilhelmo pour recouvrer 80 écus d’or que lui, Morat, a prêtés à Gio Giacomo, corse, pour se racheter à Agi Bali Raïs. »

10 Ḍiyāf, 1989, vol. ii, 71.

11 J. Hathaway, 1998a, 26-27 ; 1998b, 109-110.

12 Ce cadre déterminant de la maisonnée ou de la household a fait ses preuves dans l’historiographie anglophone de la société ottomane. Conçue à partir de la figure d’un ancêtre-patriarche, comme l’ensemble de ses descendants et des bénéficiaires de leur patronage renouvelé (J. Hathaway, 1998a, 17), la household fut mobilisée en tant qu’unité « fondamentale de l’organisation politique et sociale » facilitant la « rencontre des intérêts locaux et impériaux » (J. Hathaway, 1998b, 110), comme « matrice d’un réseau complexe de relations transcendant le public et le privé, le personnel et l’institutionnel », combinant les « intérêts des hommes et des femmes » « pour créer une variété de factions qui croisent la dichotomie du genre » (L. Peirce, 1993, 285).

13 B. Ben Sassi, 1999, 58.

14 Une histoire des révolutions du royaume de Tunis au xviie siècle (…), 2003, 52. Paul Sebag note que ces précisions furent empruntées aux Mémoires du sieur de La Croix.

15 Dīnār, 1967, 227.

16 Al-Wazīr al-Sarrāj, 1985, vol. ii, 351.

17 Dīnār, 1967, 205.

18 Ibid., 1967, 227-228 : al-najāba, ou noblesse, a été rendue par l’« excellence » afin d’éviter toute confusion avec le corps social occidental.

19 Ibid., 1967, 228.

20 Ibid., 1967, 209 ; Al-Wazīr al-Sarrāj, 1985, vol. ii, 375.

21 Al-Wazīr al-Sarrāj, 1985, vol. ii, 376.

22 Ibid., 375.

23 Ibid., 375, et Dīnār, 1967, 209.

24 Al-Wazīr al-Sarrāj, 1985, vol. ii, 375.

25 Ibid., 376.

26 P. Grandchamp, 1937, 318 : relation du drogman vénitien Jean-Baptiste Salvago.

27 P. Grandchamp, 1927, t. 5, 113 : acte en italien, 18 juin 1637 : « Sidi Mamet, fils de Mami Farares, vend au patron Minico di Ginaro une tartane de 200 cantars » ; l’acte est passé « dans la maison de Sidi Mamet qui a apposé au bas un petit sceau en arabe en forme de croissant » ; t. 5, 139 : acte en italien, 2 octobre 1637 : « Mamet, fils de Sidi Mamy vend à Teodori Vari, Grec de Coron, une tartane catalane de 800 cantars. »

28 Al-Saġīr b. Yūsuf, 1978, 107.

29 Dīnār, 1845, 354 ; 1967, 210 ; Al-Wazīr al-Sarrāj, 1985, vol. ii, 396.

30 J. Pignon, 1955, 340.

31 P. Grandchamp, 1927, t. 5, 174.

32 J. Pignon, 1955, 355. Une histoire des révolutions du royaume de Tunis au xviie siècle (…), éditée par Paul Sebag (Paris, L’Harmattan, 2003) et publiée à Paris en 1689, mentionne « un fils qui vit encore et qui possède tous les biens que son père avait acquis » (53-54).

33 Parmi les nombreux exemples, ceux de Murād Bey II (Khūjā, 1975, 94) et de Muḥammad Bey (Al-Wazīr al-Sarrāj, 1985, vol. ii, 425), qui épousent des descendantes de Yūsuf Dey. Leïla Blili (2004, 5) en tire une relecture historiographique notable : « La détermination des épouses permet de proposer une autre chronologie que celle habituellement avancée entre les différentes périodes turques, mettant à nu une sorte d’épine dorsale turque qui court à travers les trois époques turques. »

34 Ḍiyāf, 1989, vol. ii, 41 et 42.

35 T. Bachrouch, 1977, 164.

36 P. Grandchamp, 1926, t. iv, 240, 20 mai 1627.

37 Ibid., 44 : 21 novembre 1622, Ali Corso, Turc de Morato Bey ; 406, Morat, renégat de Morato Bey (et 366, il est précisé que son oncle est ragusais). 1929, t. VII, 147 : « Cazas Mostapha », « renégat français de Morat Bey ».

38 M. H. Cherif, 1984, 86-87.

39 Dīnār, 1845, 383 ; 1967, 228.

40 M. H. Cherif, 1984, 91. Ibn Abī al-Ḍiyāf (1989, vol. ii, 42) date la fondation de la maison mouradite par Murād après la mort du frère et du fils de Ramaḍān Bey, Rajab et Sulaymān. Mais, selon Ibn Abī Dīnār (1845, 385 ; 1967, 230), Muḥammad Bey n’a détenu le plein pouvoir qu’après la mort des deux rivaux.

41 M. H. Cherif, 1984, 91 : Dīnār, 1967, 211, chapitre sur le dey Aḥmad Khujā.

42 Une histoire des révolutions du royaume de Tunis au xviie siècle (…), 2003, 62. Il est d’abord élevé dans la maison d’un notable autochtone : « Sāsī al-Dabbāb » (M. H. Cherif, 1984, 87).

43 P. Grandchamp, 1927, t. V, 131 : 4 mai 1638, un Maltais « doit à Jafer, kahia de Mamet bey de Tunis, 100 pièces de 8 réaux ».

44 Dīnār, 1845, 383-384 ; 1967, 229 : Dīnār, 1845, 397 ; 1967, 238.

45 P. Grandchamp, 1928, t. VII, 44 : 30 décembre 1652, en italien, un esclave corse de Sidi Aly, fils de Stamurato, reçoit un prêt de « Mustafa Corso, renégat de Amout Bey, gardien-bachi du bagne de San Leonardo » ; t. VII, 93 : 15 septembre 1654, en italien : « Isouf, renégat corse, grand kahia de Amoud Bey, vend au patron Panaioti Nicopoliti, grec de Sta-Maura », et t. VII, 94, au bas de l’acte, de la main de ce renégat : Io Iusuf Corsso Chiaia dell Sigre Mamet Beÿ Confirmo.

46 Ibn Abī al-Ḍiyāf, 1989, vol. ii, 42. T. Bachrouch, 1977, 91. André Raymond (2006, 32) perçoit à cet égard l’année 1640 comme un tournant dans l’équilibre politique et financier de la province.

47 Dīnār, 1845, 359 ; 1967, 213-214.

48 S. Boubaker, 2003, 38-39.

49 Selon S. Boubaker (2003, 38), Rivier arrive à Tunis dans les années 1630.

50 P. Grandchamp, 1927, t. V, 5-6, 14 mai 1631.

51 P. Grandchamp, 1927, t. V, 202, 6 juin 1643.

52 P. Grandchamp, 1927, t. V, 214, 19 juin 1644.

53 P. Grandchamp, 1927, t. V, 238, 4 juillet 1646 et 15 juillet 1646.

54 P. Grandchamp, 1927, t. V, 214, 19 juin 1644 ; 230, 7 novembre 1645 ; 238, 6 juillet 1646.

55 P. Grandchamp, 1927, t. V, 230, 6 novembre 1645 ; 233, 4 avril 1646 ;238, 4 juillet 1646. 1928, t. VI, 79, 7 février 1654 ; 93, 15 janvier 1654 ; 102, 13 janvier 1655 ; 111, 5 mai 1655 ; 179, 14 août 1657.

56 P. Grandchamp, 1927, t. V, 1927, 230, 7 novembre 1645 ; 238, 6 juillet 1646 ; 240, 15 octobre 1646 : Iou Regeb Reneghato dil Sigr Mahamed Bey che lo Sigr Dios guarde de malle.

57 P. Grandchamp, 1927, t. V, 270, 17 juin 1649. Selon S. Boubaker (2003, 38), Rajab est nommé à cette fonction dès 1643, puis fermier général contrôlant les douanes du pays.

58 P. Grandchamp, 1927, t. V, 202, 6 juin 1643 ; 236-237, 6-7 juin 1646.

59 P. Grandchamp, 1928, t. VI, XVIII-XIX et 33-36 : les frères prennent en concession le comptoir de Cap Nègre, principal port d’exportation de céréales de la province qui leur rapporte 300 000 livres tournois de bénéfices, soit 100 000 piastres (S. Boubaker, 2003, 38).

60 P. Grandchamp, 1928, t. VI, 138, 10 mai 1656. Ce titre était porté par les gentilshommes des derniers rangs.

61 P. Grandchamp, 1928, t. VI, 175, 11 juin 1657, association avec « Stamameto, renégat maltais ».

62 P. Grandchamp, 1928, t. VI, 118, 26 août 1655, trace d’un « Joseph Israel Moreno » ; p. 175, 11 juin 1657, vente d’un vaisseau à Isaac Alcalain et David Uziel.

63 P. Grandchamp, 1928, t. VI, 2, 15 janvier 1651 ; 14, 27 juillet 1651 ; 20, 29 septembre 1651 ; 72, 24 décembre 1653 ; 76, 4 février 1654 ; 152, 4 septembre 1656 ; 191, 26 février 1658.

64 P. Grandchamp, 1928, t. VI, XI et 199, 15 juin 1658. S. Boubaker (2003, 38) préfère dater sa déchéance de 1653 au motif qu’il disparaîtrait des « documents d’archives au moment même où une crise politique d’envergure provoque un important renouvellement du personnel d’État ».

65 P. Grandchamp, 1930, t. VIII, 53, 3 octobre 1685.

66 P. Grandchamp, 1926, t. IV, 15.

67 P. Grandchamp, 1921, t. II, 176-177, signatures en 1607, d’Osta Morato Genovese, et en 1610, d’Assan Frances.

68 P. Grandchamp, 1927, t. V, 48-49, Ragep, « caïd de la Douane des cuirs de Tunis », et 1928, t. VI, 39-40, 11 septembre 1652, Iou Regb Caito de la Diona.

69 P. Grandchamp, 1927, t. V, 18, 11 octobre 1631.

70 P. Grandchamp, 1927, t. V, 69, 12 octobre 1634.

71 P. Grandchamp, 1927, t. V, 230, 7 novembre 1645, acte en français, le caid Ragep, renégat de La Ciotat, donne une procuration à Austin Rivier.

72 P. Grandchamp, 1928, t. VI, 263, 31 août 1660, « Isouf, renégat corse, kahia de Mahamet pacha », vend une barque à un patron maltais ; 266, 1er octobre 1660. C’est dans le tome VII (1929, 31), à la date du 21 novembre 1661, que la date hégirienne apparaît (fī sana 1072).

73 P. Grandchamp, 1927, t. V, 45, 17 août 1633.

74 J. Pignon, 1955, 340.

75 T. d’Arcos, 1889, 6-7.

76 T. d’Arcos, 1889, 11, deuxième lettre du recueil de Fauris de St-Vincent adressée à Aycard, écrite de Tunis, le 26 juin 1630.

77 T. d’Arcos, 1889, 20, lettre d’Arcos à Aycard, mi-avril 1633.

78 T. d’Arcos, 1889, 45, lettre d’Arcos à monsieur de Gastines, marchand à Marseille, 15 mars 1633.

79 T. d’Arcos, 1889, 23, lettre d’Arcos à Peiresc, « conseiller du Roy en son parlement de Provence, à Aix », fin juin 1633.

80 T. d’Arcos, 1889, 39, lettre d’Arcos à Peiresc, Tunis, 16 février 1636.

81 Dīnār, 1845, 380 ; 1967, 227.

82 B. Roy, 1917, 184 en français et 189 en italien, il signore Morato bey renegato Corso caito e affitatore generale delle charace del Regno di Tunisi.

83 J. Pignon, 1956, 305.

84 Dīnār, 1967, 227.

85 Dīnār, 1845, 381 ; 1967, 227.

86 Dīnār, 1845, 382 ; 1967, 228.

87 M. H. Cherif, 1984, 86-87.

88 Dīnār, 1845, 383-384 ; 1967, 229.

89 Dīnār, 1845, 385-386 ; 1967, 230.

90 F. Lanfreducci et J. O. Bosio, 1925, 515, les autres notent « Maometta » pour Hammamet.

91 Al-Wazīr al-Sarrāj, 1985, vol. ii, 371 ; Ibn Abī al-Ḍiyāf, 1989, vol. ii, 42 ; Ibn Abī Dīnār, 1845, 386.

92 M. H. Cherif, 1984, t. I, 89, et Dīnār, 1845, 393 ; 1967, 236.

93 M. H. Cherif, 1984, t. I, 91.

94 M. H. Cherif, 1984, t. I, 226, l’auteur se réfère au reg. 2958 non paginé conservé aux Ant.

95 M. H. Cherif, 1984, t. I, 226.

96 A. Moalla, 2003, 25, référence à Dīnār, 1967, 237.

97 Dīnār, 1845, 397-398 ; 1967, 238-239. Al-Wazīr al-Sarrāj (1985, vol. ii, 428) attribue au premier la direction des maḥall et du kharāj.

98 Dīnār, 1845, 403 ; 1967, 243 ; N. Béranger, 1993, 64.

99 T. Bachrouch (1977, 187-191) se réfère à E. Plantet, t. 1, 382 ; N. Béranger (1684, 36 et 48) le prénomme Aḥmad comme son maître ; al-Wazīr al-Sarrāj, 1985, vol. ii, 516 et 540 ; Ḍiyāf, 1989, vol. ii, 74, le qualifie tour à tour de mawlā et de mamlūk.

100 Les actes de la chancellerie française (P. Grandchamp, 1928, t. VI) mentionnent : « Braim » : 19, 30 septembre 1651, à cette date, « Agi Mamet » est qualifié d’« Ille défunt » ; « Murato » : 46, 14 janvier 1653, et 66, 12 octobre 1653 ; « Ibrahim di Ancona » : 101, 4 janvier 1655 ; « Beiran » (1929, t. VII 45, 142), devenu « oukil de Sidi Morato », auxquels il faut ajouter Kušuk Murād.

101 L. d’Arvieux, 1994, 38.

102 Dīnār, 1845, 357 ; 1967, 213.

103 L. d’Arvieux, 1994, 39.

104 P. Grandchamp, 1930, t. VIII, 65, 27 août 1686.

105 B. Ben Sassi, 1999, 14-15.

106 A. Raymond (2006, 135) cite T. Bachrouch (1975, 148-155) et P. Sebag (1989, 141-143).

107 A. Raymond (2006, 169) cite S. Bono, « Genovesi islamizzati in Tunisia nei secoli xviie-xviiie », Rapporti Genova-Mediterraneo-Atlantico nell’ eta moderna, Gênes, 1989, p. 333-351.

108 A. Raymond, 2006, 169.

109 D. Panzac, 1999, 26-29.

110 S. Boubaker, 2003, 47.

111 T. Bachrouch, 1977, 91.

112 A. Raymond, 2006, 114.

113 Al-Wazīr al-Sarrāj, 1985, vol. ii, 461 ; Ḍiyāf, 1989, vol. II, 66.

114 P. Grandchamp, 1928, t. vi, 151, 157, 239.

115 P. Grandchamp, 1929, t. vii, 74 : 16 novembre 1663.

116 Dīnār, 1845, 403 ; 1967, 243.

117 N. Béranger, 1993, 55 ; Ḍiyāf, 1989, vol. ii, 78. Al-Bājī al-Mas‘ūdī, 1905, 109. Anf, AE BI 1125, Tunis, vol. 1, du Sr Michel, Tunis, 19 avril 1689.

118 N. Béranger (1993, 74) évoque un retour vers Alger. Selon Ibn Abī al-Ḍiyāf (1989, vol. ii, 78-81), après sa défaite du 3 ramaḍān 1106, 16 avril 1695, b. Šukr fuit vers Fez.

119 Anf, AE BI 1125, Tunis, vol. 1, Sr Michel, 19 avril 1689 : « Il s’était embarqué sur le même vaisseau le nommé Sidi Mamet Benchoucri qui a pour femme une sœur du Bey. »

120 Ḍiyāf, 1989, vol. ii, 98 ; S. Bargaoui, 2005, 217.

121 N. Béranger, 1993, 88, 112, 113.

122 Ibid., 98.

123 N. Béranger, 1993, 129.

124 Ibid., 141.

125 Entre autres, Ch. Monchicourt, 1929, 9.

126 M. Bey, 1968, vol. i, 6 ; M. H. Chérif, 1984, 119. Ibn Abī al-Ḍiyāf (1989, vol. ii, 105) et Ḥusayn Khūjā (1975, 112) rappellent ses origines crétoises. R. Pococke (1733, 266) le qualifie de Greek renegado.

127 Ḍiyāf, 1989, vol. ii, 105.

128 Ḍiyāf, 1989, vol. ii, 106 ; M. H. Chérif, 1984, 119.

129 Ḍiyāf, 1989, vol. ii, 106 ; A. Moalla (2003, 39) établit d’autres graphies et précise leurs régions d’ancrage : tribu des Šannūfī (région du Kef) ; tribu berbère des Šarnī (région de Kairouan).

130 Ḍiyāf, 1989, vol. ii, 105.

131 Ibid., 106.

132 M. H. Chérif, 1984, 119.

133 Al-Bājī al-Mas‘ūdī, 1905, 113 ; b. ‘Abd al-‘Azīz, 1970, 327 ; Al-Saġīr b. Yūsuf, 1978, 68.

134 Al-Bājī al-Mas‘ūdī, 1905, 113 : iltaqāt ‘alay-hi al-‘Arab ; al-Wazīr al-Sarrāj (1985, vol. ii, 676) use des sévères qualificatifs d’awbāš et de ahl al-fasād.

135 P. Lucas, 1804, t. ii, 107.

136 J.-A. Peyssonnel, 1987, 56.

137 Ḍiyāf, 1989, vol. ii, 98.

138 Ḍiyāf, 1989, vol. ii, 95.

139 Ḍiyāf, 1989, vol. ii, 96 : munāṣaḥa makhdūmi-ka, conseil et ici dévouement au « patron ».

140 M. H. Chérif, 1984, 191.

141 Al-Saġīr b. Yūsuf, 1978, 58.

142 M. H. Chérif, 1984, 184.

143 Anf, AE B I 1134, Tunis, vol. 10, Gautier, 18 février 1739.

144 Al-Saġīr b. Yūsuf, 1978, 151.

145 M. H. Chérif, 1984, 154.

146 Ḍiyāf, 1989, vol. ii, 167.

147 Ḍiyāf, 1989, vol. ii, 142.

148 Ḍiyāf, 1989, vol. ii, 140.

149 Al-Saġīr b. Yūsuf, 1978, 339.

150 L. Blili, 2004, 225 : « La tradition d’alliance des deux premiers beys fait suite à celle des Mouradîtes, privilégiant trois milieux, tribal, deylical et captifs de la course. »

151 L. Blili, 2004, 197 : Turkiyya b. Sulaymān Bey, la Corse Yasmīn, la troisième aurait pu être la fille de Uṣmān Dey.

152 M. Tayyeb, 1990, 23 ; L. Blili, 2004, 214 : la première est issue de la tribu des Ġazzālī ; la deuxième fut la veuve de Ramaḍān Bey ; la troisième, la Génoise, fut réputée pour ses capacités de reproduction (M. H. Chérif, 1984, 260). Le père de la quatrième fut un ancien dey (Anf, AE BI 1129, Tunis, vol. 5, Michel, 21 avril 1717 : « Le Bacha beau-père dudit Bey mourût samedi dernier c’estoit un homme de 94 ans qui avoit esté Dey et commandant des vaisseaux de la République »).

153 L. Blili, 2004, 199 ; Une histoire des révolutions du royaume de Tunis au xviie siècle (…), 2003, 68.

154 M. H. Chérif, 1984, 184 ; Al-Saġīr b. Yūsuf, 1978, 306.

155 Anf, AE BI 1128, Tunis, vol. 4, Michel, 1er mai 1714 : « Le Bey a marié une de ses filles d’environ douze ans, avec Aly Bey son neveu. »

156 M. Tayyeb, 1990, 33 ; L. Blili, 2004, 223-225 : la première, mère de ses enfants, Kabīra Mamiyya, était la fille du kāhiya ‘Alī b. Māmī (al-Bājī al-Mas‘ūdī, 1905, 3). Il la préféra à la fille de son oncle qui semblait être revenue dans le giron paternel après une dispute conjugale (Al-Saġīr b. Yūsuf, 1978, 36). On ajoutera enfin qu’il convia au palais une citadine de Béja.

157 M. H. Chérif, 1984, 262 ; Al-Saġīr b. Yūsuf, 1978, 147.

158 M. H. Chérif, 1984, 81, 260 ; M. Tayyeb, 1990, 29, 61 ; Ḍiyāf, 1989, vol. ii, 112 ; Al-Saġīr b. Yūsuf, 1978, 142.

159 M. Tayyeb, 1990, 26, 59 ; M. H. Chérif, 1984, 40.

160 M. A. Ben Achour, 1989, 226.

161 M. F. Al-Mustġānimī, 2000, 54.

162 Al-Bājī al-Mas‘ūdī, 1905, 6 ; Ibn Abī al-Ḍiyāf (1989, vol. ii, 192) en tire une conclusion fort intéressante : « Il abaissa par le fait sa position à celle de l’esclave envers son frère. »

163 Al-Saġīr b. Yūsuf, 1978, 388.

164 Anf, AE B I 1138, Tunis, vol. 14, Sulauze, 18 octobre 1756.

165 J. M. Venture de Paradis, 1983, 163, 58.

166 Ḍiyāf, 1989, vol. ii, 178.

167 Dynastie turque au sommet de son pouvoir aux xie-xiie siècles. Niẓām fut ministre de sultans de cette dynastie au xie siècle.

168 Ibn ‘Abd al-‘Azīz, 1970, 276-277.

169 Al-Saġīr b. Yūsuf, 1978, 382.

170 Ibn ‘Abd al-‘Azīz, 1970, 70.

171 Anf, AE B1 1141, Tunis, 21 novembre 1766, f. 263 : sur une tout autre affaire, le consul de Saizieu reçoit les aveux d’un prince quant à un « abus de confiance tout récent, dont il accuse un de ses principaux officiers qui avait servi et qu’il croit encore attaché à la famille du précédent pacha ».

172 Ant, reg. 101, f. 131, après jumādā II 1172, soit après le début de l’année 1759, et f. 139.

173 Bnt, ms. 1794, b. ‘Abd al-‘Azīz, f. 429.

174 Ibn ‘Abd al-‘Azīz, 1970, 340, 338.

175 I. al-Sa‘dawi, 1999, 161.

176 Al-Saġīr b. Yūsuf, 1978, 180.

177 Ibn ‘Abd al-‘Azīz, 1970, 44-46 ; Ḍiyāf, 1989, vol. ii, 193.

178 Ibn ‘Abd al-‘Azīz, 1970, 227.

179 Ibid., 228 (mamlūk saġīr).

180 Ibid., 228-230.

181 Al-Saġīr b. Yūsuf, 1978, 426.

182 Ḍiyāf, 1989, vol. ii, 197-198 ; b. ‘Abd al-‘Azīz, 1970, 55, 68, 70.

183 Ibn ‘Abd al-‘Azīz, 1970, 50, 52-53.

184 Al-Saġīr b. Yūsuf, 1978, 415.

185 M. F. Al-Mustġānimī, 2007, 429-430.

186 Ḍiyāf, 1989, vol. iii, 138.

187 Anf, AE B I 1148, Tunis, vol. 24, Chênier, 7 juillet 1776, f. 82 r.

188 Anf, AE B1 1143, Tunis, de Saizieu, 21 février 1769, f. 45 ; de Saizieu, À bord de la frégate du Roy, l’Atalante, mouillée dans la rade de Tunis, le 6 juin 1770, f. 331 v.

189 L. Blili, 2004, 91, À Alger, Muḥammad Bey s’unit à la Géorgienne Faṭūma et à une esclave circassienne ; Alī Bey épouse, pour sa part, trois Géorgiennes : Maḥbūba, ‘Aīša, « Khdija ».

© Éditions de la Sorbonne, 2011

Condizioni di utilizzo http://www.openedition.org/6540