Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Histoire monde, jeux d’échelles et espaces connectés

 | 
Société des historiens médiévistes de l’Enseignement supérieur public

Espaces de circulation, lieux de connexion

Un Empire à cheval ?

Aspects de la politique équestre à l’époque de l’expansion mongole (xiiie siècle)

An Empire on Horseback? The Role of the Horse in Politics during the Period of Mongol Expansion (13th Century)

Dan Ioan Mureşan

Résumé

S’intéressant au rôle du cheval dans la connexion des civilisations médiévales, l’article prend pour étude de cas l’époque paradigmatique de la conquête mongole en tant qu’accélérateur de la « globalisation » du xiiie siècle. Partant du rôle du cheval au cœur de l’économie pastorale des steppes eurasiatiques, il s’interroge sur les raisons ayant permis aux Mongols de transformer cette réserve naturelle en source de pouvoir économique, militaire et politique pour créer le plus grand empire terrestre de l’Histoire. La relecture de quelques documents d’époque laisse inférer la présence à ce propos d’une « politique du cheval » dans le code de lois de Gengis-khan. Ce résultat permet de circonscrire la fonction du cheval dans l’idéologie impériale mongole, comme véhicule à la fois d’une incoercible conquête et d’une révélation vouée à faire du Grand Khan et de sa descendance les maîtres du monde.

The article deals with the role played by the horse in connecting various medieval cultures by examining the classical period of Mongol conquest — viewing it as a factor in the acceleration of the «globalization» of the world in the 13th century. Starting with the role of the horse in the pastoral economy of the Eurasian Steppes the article examines the reasons that enabled the Mongols to transform a natural resource into a source of economic, military and political power and create the biggest land empire in history. The examination of several documents from the period allows us infer that there existed in Genghis Kahn’s legal code a “policy with regard to the horse.” Thus we are able to circumscribe the function of the horse in the ideology of the Mongol Empire. It was seen as both the vehicle of unstoppable conquest and the messenger of the ambition of the Great Kahn and his descendants to become the masters of the world.

Texte intégral

Le cheval aux fondements de l’économie pastorale des steppes eurasiatiques

  • 1 J. L. Abu-Lughod, Before European Hegemony : the World System A.D. 1250-1350, New York (N.Y.), 1989
  • 2 Pour le cadre historique que l’espace restreint disponible ne permet pas d’évoquer ici plus en déta (...)
  • 3 A. J. Toynbee, A Study of History. Abridgement of volumes VII-X, New York, 1957, p. 164.
  • 4 B. Cunliffe, By Steppe, Desert, and Ocean : the Birth of Eurasia, Oxford, 2015.
  • 5 A. J. Toynbee, Civilization on Trial, Londres, 1953, p. 67-69.

1Avant la première véritable mondialisation impulsée par la découverte et la conquête des Amériques, le Monde Ancien connaît des tendances globalisantes. Le xiiie siècle en représente certainement la conjoncture la plus importante : pour la première fois, des communautés humaines allant du Pacifique à l’Atlantique à travers l’Eurasie se sont retrouvées connectées de sorte à former un véritable système-monde (World System)1. Au centre de cette agrégation de civilisations connectées se trouvait l’Empire mongol, le plus grand empire terrestre de l’Histoire et, de ce fait, le seul à interagir en même temps avec toutes les autres2. Si l’Empire mongol a su remplir ce rôle historique d’agrégateur transcontinental à l’échelle globale, c’est parce qu’il était la projection étatique paradoxale de la steppe eurasiatique, dont Arnold Toynbee soulignait le fait qu’elle had taken the place, and inherited the conductivity, of a now dessicated ‘second Mediterranean’, whose former presence there was attested by its fragmentary survival in the Caspian Sea, the Sea of Aral, and Lake Balkash3. La steppe eurasiatique peut donc être décrite comme une « Méditerranée verte », caractérisée par sa conductivité, qui a accéléré les mouvements des sociétés humaines et, par sa connectivité qui a permis de relier entre elles les zones les plus éloignées de l’Eurasie4. Comme l’avait rappelé cependant le même Toynbee : Steppe-traversing horses, not ocean-traversing sailing ships, were the sovereign means of locomotion by which the separate civilizations of the world as it was before AD 1500 were linked together… The Steppe ports were put out of action when the ocean-going sailing ships superseded the camel and the horse5. Aucune histoire connectée des temps prémodernes ne saurait par conséquent ignorer le facteur équin comme base matérielle et informationnelle des contacts entre civilisations afférentes aux grandes steppes eurasiatiques.

2La base économique des sociétés pastorales qui habitent celles-ci est assurée jusqu’à nos jours par l’exploitation des grands troupeaux de chevaux, moutons, bovins, chameaux et chèvres, qui forment « le système des cinq animaux » (en mongol tabun ger-ün mal). Mais au cœur de cette configuration se trouvait en effet le cheval, le seul qui remplissait à la fois les fonctions alimentaires, véhiculaires et, surtout, guerrières. Sa prééminence ressort de manière poétique des paroles qu’attribue au xvie siècle la Tārīkh-i Rashīdī de Mirza Muhammad Haidar Dughlat au chef khazak Kasim Khan :

  • 6 B. Vladimirtsov, Le régime social des Mongols : le féodalisme nomade, Paris, 1948, p. 159 ; voir Th (...)

Nous sommes les habitants de la steppe ; nous ne possédons pas d’objets rares ni précieux ; les chevaux sont notre principale richesse ; leur chair et leur peau sont notre meilleure nourriture, notre meilleur vêtement ; et la boisson la plus agréable pour nous – c’est leur lait et ce qu’on prépare avec, c’est-à-dire le qumyz ; notre sol ne connaît ni jardins ni édifices ; admirer le bétail qui paît – voilà le but de nos promenades6.

  • 7 J.-P. Digard, Une histoire du cheval : art, techniques, société, Arles, 2004.
  • 8 Ibid., p. 72-76.

3Pour rendre compte de cette prééminence sociale du cheval dans les communautés pastorales nomades, l’ethnologie française, qui s’attache actuellement de manière plus systématique à comprendre les interactions entre les sociétés humaines et le monde animal, a opéré une distinction essentielle entre, d’un côté, les peuples cavaliers, pour lesquels la possession des chevaux est à la fois une donnée sociale et un phénomène de masse qui réunit classes, âges et sexes et, de l’autre, les sociétés à écuyers, où l’élevage est plus spécialisé et où le cheval tend à devenir un objet de luxe, un signe de distinction sociale, où l’équitation est l’apanage d’une élite7. Le système équestre des « peuples cavaliers », dont ceux de la steppe eurasiatique avaient un caractère paradigmatique, se caractériserait, selon Jean-Pierre Digard, par quatre traits majeurs8.

  1. Un élevage extensif, en condition de semi-domesticité, de grands troupeaux de chevaux qui, tout au long de l’année, se nourrissent et se multiplient avec l’intervention minimale de l’homme. Ce type d’élevage est possible grâce aux riches pâturages du plateau mongol et à la race de chevaux qui les habitent, apparentée au cheval sauvage (equus Przewalski). Petits, mais extrêmement résistants, les chevaux des steppes mongoles peuvent s’adapter aux grandes variations de température, même si périodiquement les périodes de gel extrême (zud) peuvent les décimer.

    • 9 C. Ferret, Une civilisation du cheval : les usages de l’équidé, de la steppe à la taïga, Paris, 201 (...)
    • 10 C. Ferret (dir.), Le cheval : monture, nourriture et figure (Études mongoles et sibériennes, centra (...)

    La place des chevaux chez les « peuples cavaliers » n’est pas seulement importante, elle est structurante, la symbiose homme-animal donnant ici naissance à de véritables « civilisations du cheval9 ». La centralité du cheval, à la fois « monture, nourriture et figure », fait de lui le principe organisateur même de l’univers socio-économique (alimentation, transport, chasse, guerre) et spirituel (langue, littérature, jeux, religion) de la société10. De ce fait, loin de la réserver à une élite sociale, ces sociétés se caractérisent par la pratique généralisée de l’équitation.

  2. L’équitation a une fonction profondément instrumentale, destinée au travail ou à la guerre, ayant pour but tout d’abord l’efficacité et la rapidité. Le dressage est brutal et tend à obtenir l’obéissance totale de l’animal, au risque de son élimination physique. Il vise à lui inculquer la vitesse et l’endurance, mais l’animal garde son état semi-sauvage.

  3. L’emploi à grande échelle de techniques de combat à cheval inspirées des principes de la chasse (nerge) : les archers à cheval comme pièces constitutives d’une redoutable cavalerie légère, qui se remarque par sa versatilité et son endurance.

  • 11 B.-O. Bold, Mongolian Nomadic Society : a Reconstruction of the Medieval History of Mongolia, Richm (...)

4Partant de l’observation que dans le système des cinq animaux leur proportion s’avère uniforme à travers le temps pour des raisons écologiques, Bat-Ochir Bold a pu quantifier les ressources animalières des Mongols aux temps de Gengis-khan. Sur une quantité totale de bétail de 15 millions en 1220, on pouvait compter environ 1 400 000 chevaux, à savoir 9,27 %. Sur l’ensemble de la population de Mongolie (environ 700 000 habitants au début du xiiie siècle), les 120 000 cavaliers que pouvait mobiliser alors le khan n’utilisaient que les hongres et les étalons de plus de trois ans. Ainsi seulement 30 % environ du cheptel, soit 420 000 animaux, étaient utilisables à des fins guerrières, pour une moyenne de 3,5 chevaux par utilisateur11.

  • 12 S. A. M. Adshead, Central Asia in World History, Londres, 1993, p. 61.

5Si l’on accepte comme ordre de grandeur les chiffres avancés (avec moins de rigueur) par Samuel Adshead, l’Empire mongol, dans sa phase d’expansion absolue, à la fin du xiiie siècle, aurait pu accaparer la moitié de la population totale mondiale de chevaux, qu’il estime pour l’époque à 20 millions12. Même dans ces conditions, cela ne mettait à la disposition des armées mongoles qu’environ 3 millions de hongres et étalons. Force est de conclure que ces ressources, bien qu’extraordinaires, étaient malgré tout limitées, et que par conséquent un « management » du cheval devait faire partie intégrante de la politique impériale mongole mise en place par Gengis-khan.

Tout un monde conquis « sur le dos d’un cheval »

6Un édit de Gengis-khan de 1219 donne un aperçu de l’état d’esprit à la cour mongole avant même le début de la conquête de l’Asie centrale. Le khan y affirme sa conviction profonde d’avoir reçu le Mandat du Ciel en récompense de sa préoccupation d’inculquer à son peuple les vertus propres à la steppe – simplicité de vie et vertu guerrière. Comme résultat,

  • 13 É. Chavannes, « Inscriptions et pièces de Chancellerie chinoises de l’époque mongole », T’oung Pao,(...)

en l’espace de sept années [depuis 1211/1212] j’ai réalisé une grande œuvre et dans les six directions de l’espace tout est soumis à une seule règle ; ce résultat ne provient pas de ce que ma conduite était vertueuse ; mais, parce que le gouvernement des Kin était sans principes fermes, j’ai donc reçu l’appui du Ciel et j’ai obtenu la dignité suprême. Au sud, je touche aux Song dont le nom de famille est Tchao ; au nord je suis limitrophe des Houei-ho [Ouïgours] ; les Hia de l’ouest [Xi Xia] et les barbares de l’est se disent tous mes sujets et mes appuis ; je songe qu’un empire de chan-yu tel que le mien ne s’est pas produit depuis mille années et cent générations jusqu’à maintenant13.

  • 14 Voir l’approche novatrice, sensible aux questions spatiales, de W. Honeychurch, Inner Asia and the (...)

7Le texte est saisissant par la perception géopolitique de la situation spatiale de la nouvelle réalité politique issue de l’assemblée du quriltai de 1206. Mais il impressionne encore plus par l’affirmation sans ambages d’une reprise de la tradition impériale des Xiongnu. Le Grand Khan n’hésite pas à se placer au-delà même de l’illustre tradition impériale touranienne dont son propre titre faisait état, nouant son entreprise politique au tout premier empire des steppes de l’histoire : celui des Xiongnu, fondé par le chan-yu Maodun (209-174 av. J.-C.), dans l’espace dont il venait de restaurer l’ancienne unité politique14. Ce texte surprend, à l’aube de la grande expansion vers l’Asie centrale, le moment du basculement de l’idée du Mandat du Ciel vers un véritable impérialisme mondial.

  • 15 T. J. Barfield, The Perilous Frontier : Nomadic Empires and China, Cambridge (Mass.), 1989.
  • 16 J. Legrand, « Conceptions de l’espace, division territoriale et divisions politiques chez les Mongo (...)

8Longtemps perçues comme un aboutissement de l’histoire des empires des steppes, les conquêtes mongoles marquent en réalité une double rupture par rapport à ce passé. Elles ont unifié pour la première fois dans l’histoire toutes les steppes : orientale (« mongole »), centrale (« kazakhe ») et occidentale (« coumane », plus tard « russe »), en imposant leur domination, au sommet de leur pouvoir, sur presque toute la longueur des 9 000 kilomètres du vaste « boulevard » eurasiatique. Mais elles ont également marqué une rupture avec la « stratégie de la frontière extérieure » en outrepassant de façon délibérée les cadres écologiques des steppes pour se lancer à la conquête des sociétés agraires et sédentaires qui avaient jusqu’alors été dominées par l’extorsion de tributs15. La transition d’une phase d’expansion à l’autre a été bien conceptualisée dans la typologie de la dynamique spatiale nomade proposée par Jacques Legrand16. Il s’agit dans un premier temps de l’expansion relative, intérieure à l’espace nomade, qui concernait l’unification du monde des steppes par Gengiskhan. Ce qui caractérise en revanche l’époque des conquêtes de ses successeurs, celle de l’expansion absolue de l’espace nomade, est le déferlement du pastoralisme nomade sur plusieurs civilisations sédentaires majeures (la Chine, l’Iran, la Russie).

  • 17 E. Voegelin, « The Mongol Orders of Submission to European Powers, 1245-1255 », Byzantion, 15 (1940 (...)
  • 18 T. T. Allsen, Mongol Imperialism : the Policies of the Grand Qan Möngke in China, Russia, and the I (...)

9L’espace ne permet malheureusement pas de reprendre ici les analyses d’Eric Voegelin et d’Igor de Rachewiltz sur les fondements de l’idéologie impériale mongole, qui se résument néanmoins parfaitement dans ce qu’ils ont appelé de manière inspirée l’imperium mundi in statu nascendi, qui marque l’évolution de la phase d’expansion relative à l’expansion absolue de l’espace nomade17. Si Gengis-khan est vraisemblablement à l’origine de cette nouvelle dynamique impériale ayant son épicentre dans le bassin du Baïkal, ce sont surtout ses successeurs qui ont marqué ce tournant historique, sans véritable précédent, d’un empire des steppes vers un empire mondial18.

  • 19 P. Jackson, « From Ulus to Khanate : The Making of the Mongol States, c. 1220-c. 1290 », The Mongol (...)

10Cette formidable dynamique représente une rupture d’une violence si démesurée qu’elle a aussitôt engendré la division interne de l’immense espace affecté, d’une grande hétérogénéité écologique, socio-économique, historique, ethnique et religieuse. L’explosion mongole fut ainsi le résultat d’une réaction en chaîne déclenchée par la formidable énergie cinétique libérée par la fission nucléaire de la société mongole archaïque. Aussi l’extension de la domination mongole en Eurasie a-t-elle été concomitante avec la transformation des apanages taillés par Gengis-khan pour ses fils en de véritables empires régionaux indépendants (la Chine des Yuan, l’Iran des Ilkhanides, le Khanat de la Horde d’Or et le Khanat des Djagathaï), dont le seul lien était l’appartenance des dynasties régnantes à la Famille d’Or du fondateur19. Après la déflagration initiale, on assiste à une phase de stabilisation qui produit à son terme plutôt un Commonwealth gengiskhanide qu’un Empire mongol mondial.

  • 20 Selon le tableau statistique des empires des steppes compilé par C. Cioffi-Revilla et al., « Comput (...)

11La différence entre les deux phases d’expansion est de taille. Jusqu’en 1219, Gengis-khan avait réussi à unifier, dans ses grandes lignes, l’ancien espace de l’Empire des Xiongnu, à savoir environ 4 millions de km2. La conquête brutale des empires de Khwârezm et des Xi Xia lors des dernières années de son règne, de 1219 à 1227, a pratiquement doublé le territoire du Yeke Mongol Ulus. À partir de cette assise territoriale léguée par le fondateur, les territoires dominés par les branches de la dynastie gengiskhanide quadruplèrent jusqu’à la fin du xiiie siècle, atteignant un total maximum de 29,5 millions de km220.

12Dans la mesure où les Mongols partageaient les traits d’ensemble des autres « peuples cavaliers », quelles évolutions pourraient dès lors expliquer le rôle exceptionnel qu’ils ont joué dans l’histoire globale ? Parmi un large éventail explicatif, trois facteurs nous semblent ici essentiels.

  • 21 D. Sinor, « Horse and Pasture in Inner Asian History », Oriens Extremus, 19 (1972), p. 171-83.
  • 22 N. Pederson et al., « Pluvials, Droughts, the Mongol Empire, and Modern Mongolia », Proceedings of (...)

13Premièrement, une conjoncture particulière leur aurait octroyé plus de ressources animales que d’habitude. Les analyses de Denis Sinor ont mis en lumière la corrélation structurelle existant entre les populations équines et la richesse (ou la pauvreté) des pâturages des milieux steppiques21. La reconstitution de l’histoire climatique de la Mongolie durant le dernier millénaire a de plus permis de mettre en évidence une période sans précédent entre 1210 et 1229, caractérisée par une humidité accentuée et une température modérée. Succédant à une série d’épisodes de forte aridité, ce changement climatique positif a vraisemblablement stimulé l’extension et la densité des pâturages et permis une augmentation des troupeaux, ce qui aurait également favorisé une croissance démographique22. Il n’est pas étonnant que cela ait coïncidé chronologiquement avec le tournant de l’expansion mongole.

  • 23 G. Martinez-gros, Brève histoire des empires. Comment ils surgissent, comment ils s’effondrent, Par (...)
  • 24 W. J. Fischel, « Ibn Khaldūn’s Sources for the History of Jenghiz Khān and the Tatars », Journal of (...)

14Le deuxième facteur consisterait en une meilleure gestion des ressources humaines. À la différence du mécanisme classique khaldunien qui sert pour comprendre la genèse des empires prémodernes23, la nouvelle ʿaṣabiyya des Mongols n’a pas simplement remplacé les ʿaṣabiyyât anciennes tombées en déliquescence du fait des forces corrosives de la civilisation. À l’exception certes des adversaires qu’ils ont éliminés avec une implacable brutalité pour terrasser et surtout prévenir toute opposition, les Mongols ont, au contraire, additionné les « esprits de corps » qu’ils ont assujettis et qui avaient accepté, bon gré mal gré, de se mettre au service de l’idée politique de Gengis-khan24.

  • 25 M.-L. Beffa, « Le concept de tänggäri, “ciel” dans l’Histoire secrète des Mongols », Études mongole (...)
  • 26 D. Aigle, « Le “grand yasa” de Gengis-khan, l’empire, la culture mongole et la sharī’a », Journal o (...)
  • 27 A. M. Khazanov, « Muhammad and Jenghiz Khan Compared : The Religious Factor in World Empire Buildin (...)

15Une idée politique s’il en est, mais plus exactement une véritable da’wa (message religieux), pour rester dans un registre khaldunien, car les manifestes des khans qui articulent l’impérialisme universel des descendants de Gengis-khan se fondent sur une vision religieuse radicale propre à la religion native des peuples turco-mongols, le tengrisme25. L’idée du mandat divin qui aurait été confié par le Dieu du Ciel Bleu (Tänggäri, Tengri) à Temüjin pour dominer le monde l’assimilait expressis verbis au statut de « Fils de Dieu » et de prophète, ce qui n’était pas sans étonner les théologiens chrétiens et musulmans les plus chevronnés. Dans cette perspective, le Jasaγ – le grand code des lois promulguées par Gengis-khan – faisait figure de loi révélée pour le nouveau peuple élu qu’étaient les Mongols26. La dynamique expansionniste mongole revêtit ainsi dès le début les traits spécifiques d’une guerre religieuse menée pour l’imposition d’un monde unifié politiquement comme la mise en œuvre d’un mandat céleste révélé27. Il s’agit donc, en troisième lieu, d’une excellente utilisation des ressources symboliques de l’univers spirituel classique des steppes.

Le pouvoir social dans l’Empire mongol et ses ressources équines

  • 28 E. Blochet, « Deux résidents mongols en Chine et en Asie Centrale, de Tchinkkiz Khaghan à Khoubilai (...)
  • 29 H. Kung-Chuan, History of Chinese Political Thought, vol. 1, From the Beginnings to the Sixth Centu (...)
  • 30 H. L. Chan, « Liu Ping-chung », In the Service of the Khan…, op. cit. n. 28, p. 248-250.

16Les nouveaux défis posés par cette transition furent bien synthétisés par le précepte que Yeh-lü Ch’u-ts’ai, le proche conseiller de Gengis-khan et d’Ögödai Qa’an, rappela à ce dernier : « Certes, il faut bien se dire que le monde, si l’on peut s’en emparer sur le dos d’un cheval, il est impossible de le gouverner en restant sur sa selle28. » Il rappelait ainsi un principe millénaire se trouvant au cœur de la conception chinoise du gouvernement. S’adressant au fondateur de la dynastie Han, Gaozu (202-195 av. J.-C.), le savant Lu Chia avait déjà formulé la même idée avec presque les mêmes mots29. Le conseiller de Qubilai-khan, Liu Ping-chung, devait reprendre un peu plus tard le même dicton pour en faire le fondement de son projet de réforme de l’État qui allait influencer de façon décisive la mise en place du nouveau régime de la dynastie Yuan30. À cheval ou pas : les moyens militaires de la conquête reposaient sur les activités « pédestres » de la gouvernance.

  • 31 I. de Rachewiltz, « Some Reflections on Chinggis Qan’s Jasaγ », East Asian History, 6 (1993), p. 91 (...)
  • 32 Al-Juvaynī, Tārīkh-i jahāngushā : The History of the World Conqueror, trad. J. A. Boyle, Manchester (...)

17L’importance de la da’wa gengiskhanide comme facteur galvanisant et structurant la création de l’Empire mongol nous ramène ainsi à la question épineuse de la codification du Jasaγ de Gengis-khan. Sans entrer dans les arcanes du débat récent sur la question, il nous semble qu’en fin de compte les conclusions d’Igor de Rachewiltz s’imposent. Selon lui, le corpus gengiskhanide s’est constitué progressivement entre 1202 et 1227, par l’addition de décisions de nature pratique, édictées de manière conjoncturelle par Gengis-khan. Son succès politique a validé leur cohérence d’ensemble, amenant ses scribes à les mettre par écrit. Ce corpus préexistant a été repromulgué (et légèrement restructuré) comme un tout par son successeur Ögödaï dans le quriltai de son avènement (1229), comme une manière d’affirmer sa légitimité par la continuation de la politique de son prédécesseur31. Ces conclusions invitent à relire les extraits du Jasaγ transmis, de manière paraphrasée, par Al-Juvaynī, une source incontournable qui, en tant que gouverneur mongol de Bagdad, avait eu accès aux volumes de la codification gengiskhanide, aujourd’hui perdus32. Ils nous permettent de mieux comprendre la présence implicite dans cette législation d’une « politique du cheval » élaborée par Gengis-khan lui-même.

  • 33 Al-Juvaynī, The History…, op. cit. n. 32, p. 27.
  • 34 T. T. Allsen, The Royal Hunt in Eurasian History, Philadelphie, 2006.

18Tout d’abord le Jasaγ consacrait l’attitude prédatrice des guerriers mongols dans leurs rapports avec le monde animal. « Quand ils ne sont pas engagés dans la guerre, ils sont toujours désireux de chasser et ils encouragent leurs armées à passer ainsi leur temps33. » Occupation essentielle de l’économie des sociétés pastorales à l’origine, la chasse souffre dans la conception de Gengis-khan d’une transformation radicale. Effectuée à cheval, elle est conçue en analogie avec la guerre (ou inversement), se déroulant en formation complète par la ordu du khan, disposée comme une armée (centre, aile droite, aile gauche) menant de front (nerge) la chasse contre les animaux. On pourrait estimer, pour paraphraser Clausewitz, que pour les Mongols la guerre était la continuation de la chasse, qui plus est par les mêmes moyens34.

  • 35 Al-Juvaynī, The History…, op. cit. n. 32, p. 30.
  • 36 J. M. Smith Jr., « Mongol Manpower and Persian Population », Journal of the Economic and Social His (...)

19Deuxièmement, la mise en place de l’organisation décimale (unités de 10, 100, 1 000 et tümen de 10 000) de l’armée mongole figure comme une partie centrale du Jasaγ : l’armée mongole était populaire (« comme une paysannerie »), désormais structurée par une hiérarchie rigoureuse, soutenue par une discipline de fer et devant une obéissance absolue au khan. Aucune exemption ne privilégiait les soldats mongols, qui devaient comme les autres sujets de l’Empire fournir leurs propres montures et leurs armes, tout en étant soumis aux impositions sur le bétail (qupchur), au maintien des stations postales (yam) et à l’approvisionnement de l’État en chevaux de poste (ulagh)35. Cette dimension militaire du Jasaγ a constitué le mécanisme le plus efficace permettant l’élargissement de l’ʿaṣabiyya dans l’Empire mongol. La mise en place à travers l’Empire du système du tümen marque dans l’histoire mondiale de la cavalerie un tournant similaire à celui de l’apparition des légions romaines dans l’histoire de l’infanterie. Le système décimal décuplait ainsi littéralement l’efficacité guerrière habituelle d’une armée nomade. Mais, au-delà de sa signification militaire, il a profondément transformé le tribalisme pré-étatique en permettant son intégration dans les structures du nouvel Empire, en l’alimentant ainsi d’énergies humaines continuellement renouvelées, bien au-delà du cadre fruste de la Mongolie36.

20Troisièmement, le Jasaγ instaura le système postal pour répondre aux défis spatiaux posés par l’expansion en Asie intérieure. Selon le texte :

  • 37 Al-Juvaynī, The History…, op. cit. n. 32, p. 33.

Lorsque l’étendue de leurs territoires devint large et vaste et quand des événements importants se produisirent, il devenait indispensable de connaître les activités de leurs ennemis ; il était aussi nécessaire de transporter des marchandises de l’ouest à l’est et de l’Extrême-Orient à l’ouest. C’est pourquoi, sur toute la longueur et la largeur de la terre, ils établirent des yams et prirent des dispositions pour l’entretien et les dépenses de chaque yam, en leur attribuant un nombre fixe d’hommes et de bêtes ainsi que de la nourriture, des boissons et autres nécessités. Ils ont partagé cette tâche entre les tümen, chaque deux tümen devant fournir un yam37 [nous soulignons].

  • 38 P. Olbricht, Das Postwesen in China unter der Mongolenherrschaft im 13. und 14. Jahrhundert, Wiesba (...)

21Le service postal mongol – élaboré sans doute par Gengis-khan et élargi aux dimensions eurasiatiques de l’Empire par ses successeurs – devint un des facteurs majeurs de l’unité politique, comme ont pu le mettre en lumière plusieurs contributions sur la question38. La mise en place d’un formidable réseau de relais postaux, s’étalant à son apogée sur 50 000-60 000 km, employant 200 000 chevaux et possédant les revenus et le personnel nécessaires, fut un formidable accomplissement qui permit le contrôle effectif de l’ensemble du territoire eurasiatique dominé par les Mongols. Toutefois il nous semble nécessaire de relever la connexion directe entre le service postal et l’organisation militaire, dans la mesure où la mise en place initiale des relais de poste fut de la compétence des tümen de l’armée mongole, tout comme la construction des routes romaines relevait des légions. Issu de la double nécessité du contrôle du territoire et de l’information, avec leurs implications militaires évidentes, le réseau postal a aussi représenté une projection du pouvoir militaire sur l’espace dominé.

  • 39 M. Mann, The Sources of Social Power. 1, A History of Power from the Beginning to A.D. 1760, 2e éd. (...)

22Cette série de remarques mérite d’être intégrée dans une analyse de l’Empire mongol à la lumière du « modèle IEMP » du pouvoir social élaboré par Michael Mann39. Rejetant la conception des sociétés humaines comme systèmes fermés, le sociologue britannique a proposé une perspective ouverte des communautés comme interactions fluctuantes entre quatre sources fondamentales de pouvoir social : idéologique, économique, militaire et politique. En effet, la relecture attentive du Jasaγ, tel que transmis par Al-Juvaynī, permet de saisir comment, dans la conception de Gengiskhan, l’utilisation administrative (politique) du cheval tirait son origine de l’échelon supérieur de la cavalerie mongole, qui à son tour était lié socialement aux pratiques économiques fondamentales de l’élevage et de la chasse de la société mongole. Ramener ces trois aspects à l’activité législative de Gengis-khan permet de comprendre leur unité de conception et de saisir sur le vif comment les structures impériales émergentes ont procédé à la diversification de l’utilisation du cheval, en subordonnant les ressources naturelles de l’élevage équin au service des pouvoirs économique, militaire et politique de l’Empire mongol.

Autour de la fonction idéologique impériale du cheval mongol

  • 40 Al-Juvaynī, The History…, op. cit. n. 32, p. 42-43.

23Nous revenons en guise de conclusion sur les usages idéologiques du cheval par le pouvoir impérial. L’expansion accélérée qui caractérise la dernière décennie du règne de Gengis-khan obligea le souverain à régler la question de la passation du pouvoir et du contrôle effectif de l’Empire, par la distribution équitable d’apanages aux princes impériaux. En définissant les limites du yurt accordé à son fils Jöci, le texte d’Al-Juvaynī utilise une métaphore saisissante : « il octroya le territoire s’étendant des régions de Qayaligh et de Khorazm jusqu’aux contrées les plus éloignées de Saqsin et de Bulghar et aussi loin dans cette direction que les sabots des chevaux tatars auraient pénétré40 ». Ce qui interpelle dans cette formulation, c’est le caractère indéterminé de l’apanage occidental taillé pour son aîné, frontière ouverte dont la référence chevaline ne fait qu’accentuer le caractère dynamique, alors en pleine expansion.

24Dès lors, les chevaux mongols se métaphorisent, à partir de l’image puissante que devait dégager le passage d’une cavalerie forte de quelques dizaines, voire de centaines de milliers de chevaux, qui devaient terrasser tout le paysage durant leur passage. Par exemple, juste après son couronnement dans le quriltai de 1229, Ögödaï Qa’an décida d’achever la conquête de la Chine du Nord dominée par la dynastie Jin. Il fut assisté dans cette entreprise

  • 41 Al-Juvaynī, The History…, op. cit. n. 32, p. 191.

[…] d’une si grande multitude de guerriers semblables à des dragons, que le désert, par l’éclat de leurs armes et le mouvement rapproché de leurs chevaux, apparaissait comme une mer ondulante et tourmentée, dont la longueur et la largeur étaient insaisissables et dont le centre et les marges étaient indiscernables. La plaine, par la présence (majestueuse) de la cavalerie, rivalisait avec les montagnes, alors que les collines étaient foulées sous les pas des chevaux41.

25La conquête, pénible et laborieuse, de la Chine aura duré plus d’un demi-siècle. À la fin de ce remarquable effort militaire, on retrouve le thème des chevaux victorieux dans la poésie composée, à ses heures perdues, par le grand général Bayan, le légendaire conquérant de la Chine de Song. Selon ses paroles :

  • 42 C. C. Hsiao, « Bayan », In the Service of the Khan…, op. cit. n. 28, p. 603.

Les épées pointent vers les montagnes bleues / Et les montagnes sont sur le point de s’effondrer. / Les chevaux s’abreuvent dans le fleuve (Yangtsé) / Et le fleuve est presque asséché. / Un million de soldats d’élite occupent Chang-nan / Et leurs armes ne sont pas salies de sang d’homme42.

26Sur la frontière orientale de l’expansion mongole au Proche-Orient, le général mongol Ketbuqa, conquérant de Damas, mais prisonnier après la défaite de Ayn Jalut face aux mamelouks (1260), défia ouvertement le sultan Qutuz avec la menace d’une riposte impitoyable de Hülagü :

  • 43 Rashiduddin Fazlullah, Jamiʿuʾt-tawarikh = Compendium of Chronicles : A history of the Mongols, tra (...)

Depuis l’Azerbaïdjan jusqu’aux portes de l’Égypte, tout le pays sera foulé aux pieds des coursiers mongols, et nos soldats emporteront dans les sacs de leurs chevaux le sable de l’Égypte. Hülagü-khan a, parmi ses serviteurs, trois cent mille cavaliers comparables à Ketbuqa43.

27Selon cette conception affirmée par les membres de l’élite mongole, sur tous les fronts de leur progression foudroyante, les chevaux mongols ne limitaient pas leur action à l’espace steppique, car ils pouvaient tout aussi bien s’attaquer aux zones désertiques de l’Égypte ou aux régions humides de la Chine du Sud. Cette confiance dans les capacités presque surnaturelles des chevaux servant le Mandat du Ciel confié aux Mongols prit en 1235, dans le discours de Yeh-lü Ch’u-ts’ai face à l’envoyé de la dynastie Song, la forme d’une assertion de principe sur la capacité pratiquement sans limites des chevaux mongols :

  • 44 I. de Rachewiltz, « Yeh-lü Ch’u-ts’ai », In the Service of the Khan, op. cit. n. 28, p. 165.

Vous vous fondez [pour votre protection] uniquement sur le Grand Fleuve [Yangtsé], mais les sabots de nos chevaux peuvent accéder partout : ils peuvent monter jusqu’au ciel ou bien plonger dans la mer44.

  • 45 Al-Juvaynī, The History…, op. cit. n. 32, p. 103-104 ; voir aussi Rashiduddin Fazlullah, Compendium (...)

28Pour saisir toute la charge symbolique de cette image évocatrice du tumulte des steppes, il faut s’attarder sur la véritable démonstration politique que Gengis-khan avait faite lors de son entrée triomphante dans la cité de Boukhara. Après un bref siège, les habitants de la ville, dirigés par les imams et les notables, accueillirent le khan, qui pénétra à cheval dans la mosquée du Vendredi, et ordonna : « L’arrière-pays manque complètement de fourrage : remplissez les ventres de nos chevaux ! » Les réserves furent servies directement dans les grands coffres utilisés pour garder les corans, vidés de leur contenu et transformés en mangeoires pour l’occasion. Dans la mosquée réduite à une étable, les chevaux mongols furent servis par les imams, les cheikhs, les seyyeds et autres oulémas, reconvertis en écuyers ad hoc des nouveaux maîtres. Après le festin, Gengis-khan retourna dans son camp avec les siens, laissant derrière lui l’image désolante des corans déchirés et piétinés dans la boue par les Mongols « sous les sabots de leurs chevaux ». Pour le savant Imamzadè, témoin épouvanté de la scène, l’effet avait été imparable : « Ce fut le vent de l’omnipotence de Dieu qui avait soufflé – dit-il – et nous restons sans parole45. » Les chevaux mongols se manifestaient comme le véhicule du déploiement de la raison divine de Tengri dans l’histoire.

  • 46 Rashiduddin Fazlullah, Compendium…, op. cit. n. 43, p. 89-90 ; L. Hambis, « Un épisode mal connu de (...)
  • 47 Al-Juvaynī, The History…, op. cit. n. 32, p. 39.

29On comprendra ainsi mieux l’allusion de Yeh-lü Ch’u-ts’ai aux chevaux mongols qui montent jusqu’au ciel, et qui avait intrinsèquement une forte connotation impériale. Le chamane Kököču, fils de Mönglik et demifrère de Temüjin, était un personnage peu commun. « Il avait coutume d’annoncer les secrets cachés et les événements à venir, disant que Dieu disait telle ou telle parole et qu’il visitait le Ciel. À chaque instant, il allait trouver Gengis-khan et lui disait : “Dieu a ordonné que tu sois un souverain universel.” Il lui donna le surnom de Cinggis-qan et dit : “Par ordre de Dieu ton nom sera tel !”46 » Selon Al-Juvaynī, son message était encore plus clair : « “Dieu m’a parlé et m’a dit : J’ai donné toute la face de la terre à Temüjin et à ses enfants et l’ai nommé Gengis-Khan.”47 » Pour son intimité avec les desseins cachés du Ciel, Kököču était surnommé par le peuple Teb-tengri (« le très céleste »). Or la révélation qu’il avait apportée et qui se trouvait au cœur même de la da’wa gengiskhanide avait son véhicule privilégié : « Le peuple et les anciens des Mongols disent qu’il [Teb Tengri] visitait le Ciel sur un cheval blanc. »

Notes

1 J. L. Abu-Lughod, Before European Hegemony : the World System A.D. 1250-1350, New York (N.Y.), 1989.

2 Pour le cadre historique que l’espace restreint disponible ne permet pas d’évoquer ici plus en détail, voir la plus récente synthèse : The Cambridge History of Inner Asia, II : the Chinggisid Age, éd. N. Di Cosmo, A. J. Frank et P. B. Golden, Cambridge/New York, 2009.

3 A. J. Toynbee, A Study of History. Abridgement of volumes VII-X, New York, 1957, p. 164.

4 B. Cunliffe, By Steppe, Desert, and Ocean : the Birth of Eurasia, Oxford, 2015.

5 A. J. Toynbee, Civilization on Trial, Londres, 1953, p. 67-69.

6 B. Vladimirtsov, Le régime social des Mongols : le féodalisme nomade, Paris, 1948, p. 159 ; voir The Tarikh-i-Rashidi of Mirza Muhammad Haidar, Dughlát : A History of the Moghuls of Central Asia, éd. N. Elias, E. D. Ross, Londres, 1895, p. 276.

7 J.-P. Digard, Une histoire du cheval : art, techniques, société, Arles, 2004.

8 Ibid., p. 72-76.

9 C. Ferret, Une civilisation du cheval : les usages de l’équidé, de la steppe à la taïga, Paris, 2010.

10 C. Ferret (dir.), Le cheval : monture, nourriture et figure (Études mongoles et sibériennes, centrasiatiques et tibétaines, 41 [2010]), mis en ligne le 15 avril 2010, consulté le 20 février 2017, http://emscat.revues.org/1722

11 B.-O. Bold, Mongolian Nomadic Society : a Reconstruction of the Medieval History of Mongolia, Richmond, 2001, p. 39-41 ; id., « The Quantity of Livestock Owned by the Mongols in the 13th Century », Journal of the Royal Asiatic Society, 3e s., 8 (1998), p. 237-246. Voir aussi L. Krader, « Ecology of Central Asian Pastoralism », Southwestern Journal of Anthropology, 11 (1955), p. 301-326, ici p. 309, qui distingue plusieurs variations dans la composition des troupeaux entre les diverses steppes.

12 S. A. M. Adshead, Central Asia in World History, Londres, 1993, p. 61.

13 É. Chavannes, « Inscriptions et pièces de Chancellerie chinoises de l’époque mongole », T’oung Pao, 2e s., 9 (1908), p. 297-428, ici p. 299-302.

14 Voir l’approche novatrice, sensible aux questions spatiales, de W. Honeychurch, Inner Asia and the Spatial Politics of Empire : Archaeology, Mobility, and Culture Contact, New York, 2015.

15 T. J. Barfield, The Perilous Frontier : Nomadic Empires and China, Cambridge (Mass.), 1989.

16 J. Legrand, « Conceptions de l’espace, division territoriale et divisions politiques chez les Mongols de l’époque post-impériale (xive-xviie siècles) », Mongols et Nomades : société, histoire, culture. Textes, communications, articles (1973-2011), Oulan-Bator, 2011, p. 122-142.

17 E. Voegelin, « The Mongol Orders of Submission to European Powers, 1245-1255 », Byzantion, 15 (1940/1941), p. 378-413 ; I. de Rachewiltz, « Some Remarks on the Ideological Foundations of Chingis Khan’s Empire », Papers on Far Eastern History, 7 (1973), p. 21-36.

18 T. T. Allsen, Mongol Imperialism : the Policies of the Grand Qan Möngke in China, Russia, and the Islamic Lands, 1251-1259, Berkeley, 1987 ; M. Biran, « The Mongol Transformation : From the Steppe to Eurasian Empire », Medieval Encounters, 10 (2004), p. 338-361.

19 P. Jackson, « From Ulus to Khanate : The Making of the Mongol States, c. 1220-c. 1290 », The Mongol Empire and Its Legacy, éd. R. Amitai-Preiss et D. Morgan, Leyde, 1999, p. 12-38.

20 Selon le tableau statistique des empires des steppes compilé par C. Cioffi-Revilla et al., « Computing the Steppes : Data Analysis for Agent-Based Modeling of Polities in Inner Asia », Xiongnu Archaeology : Multidisciplinary Perspectives of the First Steppe Empire in Inner Asia, éd. U. Brosseder, B. K. Miller, Bonn, 2011, p. 97-110, ici p. 103.

21 D. Sinor, « Horse and Pasture in Inner Asian History », Oriens Extremus, 19 (1972), p. 171-83.

22 N. Pederson et al., « Pluvials, Droughts, the Mongol Empire, and Modern Mongolia », Proceedings of the National Academy of Sciences, 111 (2014), p. 4375-4379.

23 G. Martinez-gros, Brève histoire des empires. Comment ils surgissent, comment ils s’effondrent, Paris, 2014, p. 119-128.

24 W. J. Fischel, « Ibn Khaldūn’s Sources for the History of Jenghiz Khān and the Tatars », Journal of the American Oriental Society, 76 (1956), p. 91-99 ; J. Van den Bent, « “None of the Kings on Earth is Their Equal in ʿaṣabiyya” : The Mongols in Ibn Khaldūn’s Works », Al-Masāq, 28 (2016), p. 171-186.

25 M.-L. Beffa, « Le concept de tänggäri, “ciel” dans l’Histoire secrète des Mongols », Études mongoles et sibériennes, 24 (1993), p. 215-236.

26 D. Aigle, « Le “grand yasa” de Gengis-khan, l’empire, la culture mongole et la sharī’a », Journal of the Economic and Social History of the Orient, 47 (2004), p. 31-79.

27 A. M. Khazanov, « Muhammad and Jenghiz Khan Compared : The Religious Factor in World Empire Building », Comparative Studies in Society and History, 35 (1993), p. 461-480 ; B. Baumann, « By the Power of Eternal Heaven : The Meaning of Tenggeri to the Government of the Pre-Buddhist Mongols », Extrême-Orient/Extrême-Occident, 35 (2013), p. 233-284 ; R. Amitaipreiss, « Holy War : Mamluk Jihad versus the Mongol Mandate from Heaven », Holy War and Rapprochement : Studies in the Relations between the Mamluk Sultanate and the Mongol Ilkhanate (1260-1335), Turnhout, 2013, p. 37-62.

28 E. Blochet, « Deux résidents mongols en Chine et en Asie Centrale, de Tchinkkiz Khaghan à Khoubilai », Bulletin of the School of Oriental Studies, 4 (1926), p. 257-268, ici p. 257 ; I. de Rachewiltz, « Yeh-lü Ch’u-ts’ai », In the Service of the Khan : Eminent Personalities of the Early Mongol-Yüan Period (1200-1300), éd. I. de Rachewiltz et al., Wiesbaden, 1993, p. 171.

29 H. Kung-Chuan, History of Chinese Political Thought, vol. 1, From the Beginnings to the Sixth Century, A.D., Princeton, 2015, p. 483-484, n. 41.

30 H. L. Chan, « Liu Ping-chung », In the Service of the Khan…, op. cit. n. 28, p. 248-250.

31 I. de Rachewiltz, « Some Reflections on Chinggis Qan’s Jasaγ », East Asian History, 6 (1993), p. 91-104, surtout p. 102-103.

32 Al-Juvaynī, Tārīkh-i jahāngushā : The History of the World Conqueror, trad. J. A. Boyle, Manchester, 1958, t. 1, p. 23-34.

33 Al-Juvaynī, The History…, op. cit. n. 32, p. 27.

34 T. T. Allsen, The Royal Hunt in Eurasian History, Philadelphie, 2006.

35 Al-Juvaynī, The History…, op. cit. n. 32, p. 30.

36 J. M. Smith Jr., « Mongol Manpower and Persian Population », Journal of the Economic and Social History of the Orient, 18 (1975), p. 271-299.

37 Al-Juvaynī, The History…, op. cit. n. 32, p. 33.

38 P. Olbricht, Das Postwesen in China unter der Mongolenherrschaft im 13. und 14. Jahrhundert, Wiesbaden, 1954 ; D. Gazagnadou, La poste à relais en Eurasie : la diffusion d’une technique d’information et de pouvoir (Chine, Iran, Syrie, Italie), 2e éd., Paris, 2013, p. 48-69 ; A. J. Silverstein, Postal Systems in the Pre-modern Islamic World, Cambridge, 2007, p. 141-164.

39 M. Mann, The Sources of Social Power. 1, A History of Power from the Beginning to A.D. 1760, 2e éd., Londres, 2013.

40 Al-Juvaynī, The History…, op. cit. n. 32, p. 42-43.

41 Al-Juvaynī, The History…, op. cit. n. 32, p. 191.

42 C. C. Hsiao, « Bayan », In the Service of the Khan…, op. cit. n. 28, p. 603.

43 Rashiduddin Fazlullah, Jamiʿuʾt-tawarikh = Compendium of Chronicles : A history of the Mongols, trad. W. M. Thackston, Cambridge (Mass.), 1998, t. 2, p. 505-506 ; Histoire des Mongols de la Perse écrite en persan par Raschid-Eldin, trad. É. Quatremère, Paris, 1836, p. 351.

44 I. de Rachewiltz, « Yeh-lü Ch’u-ts’ai », In the Service of the Khan, op. cit. n. 28, p. 165.

45 Al-Juvaynī, The History…, op. cit. n. 32, p. 103-104 ; voir aussi Rashiduddin Fazlullah, Compendium…, op. cit. n. 43, p. 241-242.

46 Rashiduddin Fazlullah, Compendium…, op. cit. n. 43, p. 89-90 ; L. Hambis, « Un épisode mal connu de l’histoire de Gengis-khan », Journal des savants, 1975, p. 3-46, ici p. 28-29.

47 Al-Juvaynī, The History…, op. cit. n. 32, p. 39.

© Éditions de la Sorbonne, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540