Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Histoire monde, jeux d’échelles et espaces connectés

 | 
Société des historiens médiévistes de l’Enseignement supérieur public

Faut-il mondialiser l’histoire médiévale ?

Jérôme Baschet

Texte intégral

1Il nous est quotidiennement fait injonction de nous convaincre que nous vivons dans un monde globalisé. Cette expression reste pourtant à peu près vide de sens tant qu’on s’abstient d’identifier les forces à l’œuvre dans les processus de globalisation, ainsi que les dynamiques contradictoires et les configurations contrastées qui en résultent. Quoi qu’il en soit de cette situation, dont l’analyse approfondie est loin d’être indifférente ici, ses effets se font amplement sentir au sein de la discipline historique, comme dans l’ensemble des sciences sociales, affectées à des degrés divers par un « tournant global », sensible tant par l’internationalisation des pratiques de recherche que par l’élargissement des questionnaires. Dans un tel contexte, il y a quelque raison de se soucier, plus encore qu’auparavant, d’ouvrir les horizons, de décentrer les perspectives, en un mot de voir large.

  • 1 Je fais allusion au titre de la note critique de S. Gruzinski, « Faire de l’histoire dans un monde (...)

2Le programme élaboré par les organisateurs du présent congrès est donc particulièrement bienvenu. Nous voici invités à nous demander ce que l’essor de l’histoire globale – de quelque nom qu’on la désigne, histoire-monde, histoire connectée ou tout autre encore – fait et peut faire à l’histoire du Moyen Âge, c’est-à-dire aussi à repenser ce que signifie faire de l’histoire médiévale dans un monde globalisé1. Cela suppose de se saisir des enjeux pointés par cet ensemble de propositions historiographiques récentes, sans pour autant céder à des effets de mode, ni les assumer entièrement de manière a-critique.

  • 2 J.-P. Genet, « Être médiéviste au xxie siècle », Être historien du Moyen Âge au xxie siècle. Actes (...)

3C’est pourquoi je commencerai par un bilan sommaire de l’essor récent des histoires globales/mondiales/connectées, afin d’en discuter certaines des perspectives, avant de proposer quelques pistes susceptibles de répondre, parmi d’autres, à l’invitation qui nous est faite d’amplifier la prise en compte, dans le champ de l’histoire médiévale, des échelles les plus larges, celles de l’histoire-monde. Pour ce second volet, je me laisserai guider par les propos de Jean-Philippe Genet, lors du XXXVIIIe Congrès de la SHMESP, tenu en 2007. Après avoir noté que « nous sommes de plus en plus nombreux à adhérer, avec plus ou moins de nuances, au long Moyen Âge de Jacques Le Goff », il concluait son analyse de ce que devrait signifier « être médiéviste au xxie siècle » par l’insistance sur deux défis : « le médiéviste a vocation à se transformer au fond en historien de cette longue période qui s’ouvre dans la crise de l’Empire romain et sa christianisation, et se termine à une date variable entre le milieu du xviie siècle et le début du xixe siècle, selon les pays. Le médiéviste sera donc celui qui, centrant son travail sur le cœur chronologique du Moyen Âge (ixe-xive siècle), partagera et donc collaborera avec les antiquisants sur la période iiie-viiie siècle, et avec les modernistes, si tant est qu’ils gardent une identité distincte, sur la période xive -xviiie siècle. Les médiévistes disparaîtraient sans laisser de traces si, par malheur, ils se réfugiaient dans un statut de spécialistes qui ne ferait qu’exposer cruellement leurs déficiences et s’ils refusaient le double défi du comparatisme et du long terme2 ».

World History, histoires connectées, histoire-monde : essor et débats

  • 3 R. Bertrand, « Histoire globale, histoires connectées », Le tournant global des sciences sociales,(...)

4Comme l’ensemble des sciences sociales, « l’histoire vit un tournant global3 ». On pourrait voir là, au moins en partie, l’effet d’un mouvement de balancier, allant désormais à revers des tendances antérieures, marquées depuis les années 1980 par l’impact du paradigme micro-historique et de la fragmentation postmoderne – lesquelles s’opposaient aux approches globalisantes antérieures, dans leurs différentes formes, annalistes, structuralistes ou marxistes. Mais outre qu’une telle schématisation ne pointe que les tendances les plus visibles et ne saurait être comprise comme la succession de périodes homogènes, il faut surtout souligner que la globalité invoquée aujourd’hui se développe dans un contexte spécifique et s’avère d’une nature toute différente de celle qu’il était courant de mobiliser dans les années 1960-1970.

  • 4 Parmi les précurseurs, Pierre Chaunu affirmait qu’il « faut rompre avec les États » et « faire une (...)
  • 5 Voir les articles réunis dans Le Débat, 154 (2009), notamment W. McNeill, « L’histoire mondiale : (...)
  • 6 Voir H. Inglebert, Le monde, l’histoire. Essai sur les histoires universelles, Paris, 2014, p. 948 (...)
  • 7 Éditorial « A New Forum for Global History », Journal of World History, 1 (1990), p. iii-iv.
  • 8 J. Le Goff et P. Toubert, « Une histoire totale du Moyen Âge est-elle possible ? », Actes du 100e (...)

5Une analyse plus détaillée de l’actuelle World History se devrait de faire place à ses précurseurs directs comme William McNeill ou Marshall Hodgson, mais aussi de reconnaître que de nombreux historiens antérieurs – Fernand Braudel notamment, mais bien d’autres aussi4 – avaient déjà su échapper très largement aux cadres nationaux pour préférer des horizons amples, sinon proprement planétaires5. Mais on s’en tiendra ici au fait que les courants de l’actuelle histoire globale ont commencé à s’affirmer à partir des années 1980, dans un contexte spécifique aux États-Unis, notamment avec la création, en 1982, de la World History Association, dont émane, depuis 1990, le Journal of World History6. C’est ensuite à la fin des années 1990 et dans la première décennie du nouveau millénaire que l’essor s’amplifie et s’internationalise, comme l’indiquent la multiplication des revues consacrées à ce domaine (Journal of Global History, New Global Studies), la parution d’importants ouvrages issus de ce courant (parmi lesquels The Great Divergence de Kenneth Pomeranz, en 2000), ou encore le choix du XIXe Congrès international des sciences historiques (Oslo, 2000) d’inscrire la Global History parmi ses thèmes principaux. Notons que, même si certains s’efforcent de distinguer World History et Global History, il paraît raisonnable de considérer que ces deux dénominations sont aujourd’hui pour l’essentiel équivalentes : ainsi, le Journal of World History s’est d’emblée défini comme « une nouvelle tribune pour l’histoire globale7 ». Surtout, on soulignera que, dans le déploiement historiographique actuel, prévaut l’oubli à peu près complet de la signification que la notion d’histoire globale pouvait avoir au temps où, par exemple, Jacques Le Goff et Pierre Toubert s’interrogeaient sur la possibilité d’une histoire totale du Moyen Âge8, désignant par là le souci d’articuler l’ensemble des dimensions du monde social, conçu comme un tout, alors qu’aujourd’hui la globalité vise uniquement l’amplification des échelles spatiales.

  • 9 L’expression figure dans l’introduction de l’Histoire du monde au xve siècle, éd. P. Boucheron, Pa (...)
  • 10 Jeux d’échelles. La micro-analyse à l’expérience, éd. J. Revel, Paris, 1996 et Penser par cas, éd. (...)
  • 11 R. Chartier, « La conscience de la globalité (commentaire) », Annales HSS, 56/1 (2001), p. 119-123

6En France, l’essor de l’histoire globale – au sens actuel du terme – a été plutôt tardif, pour différentes raisons parmi lesquelles on peut mentionner les réticences à l’égard d’une World History anglo-saxonne, volontiers suspecte de produire des « grands récits mal documentés9 », ou encore l’enracinement du paradigme micro-historique qui, tout en développant la notion de « jeux d’échelles », préférait centrer ses efforts sur l’étude de cas faisant l’objet d’analyses intensives, au plus près des expériences et des stratégies des acteurs10. Parmi les signes du changement de tendance, au tournant du millénaire, on peut signaler la tenue d’une table ronde, en 2000, partiellement publiée l’année suivante dans les Annales, sous le titre « Penser le monde xvie-xviiie siècle », renouant ainsi avec une tradition braudelienne quelque peu délaissée dans la période antérieure. Dans le commentaire qu’il apporte à ce dossier, Roger Chartier conclut : « Les historiens ont repris aujourd’hui les routes du grand large11. » En 2004 paraissent deux ouvrages emblématiques de ces approches : Les quatre parties du monde. Histoire d’une globalisation, de Serge Gruzinski, et Les traites négrières. Essai d’histoire globale, d’Olivier Pétré-Grenouilleau. Enfin, une étape significative de cette réception hexagonale est marquée par la mobilisation des revues, avec notamment un dossier de la Revue d’histoire moderne et contemporaine, en 2007, sous la direction de Caroline Douki et de Philippe Minard, avec pour titre « Histoire globale, histoires connectées : un changement d’échelle historiographique ? », puis un autre dans Le Débat, en 2009. Cette année-là est aussi celle de la parution de l’Histoire du monde au xve siècle, sans doute le premier ouvrage d’envergure à se revendiquer de ces courants au sein de l’histoire médiévale française.

  • 12 « Du Tage au Gange au xvie siècle : une conjoncture millénariste à l’échelle eurasiatique », Annal (...)
  • 13 On peut comparer deux de ses articles, « Les mondes mêlés de la monarchie catholique et autres “co (...)

7Cependant, l’essor s’est largement réalisé, notamment en France, sous un autre label, celui de l’histoire connectée, dont l’un des principaux promoteurs est l’historien indien Sanjay Subrahmanyam, aujourd’hui titulaire au Collège de France de la chaire d’histoire globale de la première modernité, et dont l’œuvre apparaît comme particulièrement inspirante, qu’il s’agisse de sa relecture de la figure de Vasco de Gama, de ses analyses des millénarismes politiques du Tage au Gange, ou, dernièrement, de ses histoires connectées des cours d’Europe et d’Asie12. Au vu des dénominations utilisées, on comprend que l’histoire connectée est plutôt une manière spécifique d’envisager l’histoire globale ; et on peut du reste noter que Serge Gruzinski est passé, en une décennie, du ralliement à une histoire connectée, définie en opposition à la fois à la World History anglosaxonne et à l’histoire comparée, à une revendication active de l’histoire globale et du comparatisme13.

  • 14 Rompre le privilège indu du « maître-récit » de l’histoire de l’Europe et faire place aux passés s (...)
  • 15 Voir R. Bertrand, « Histoire globale, histoire connectée », Historiographies, I, Concepts et débat (...)

8Des différentes modalités de l’histoire globale ou connectée, on pourra retenir les perspectives suivantes : a) la volonté d’échapper au cadre des histoires nationales et aux cloisonnements géographiques étroits, afin de mieux prendre en compte les circulations – des hommes, des biens, des techniques et des savoirs –, ainsi que toutes formes d’échanges et d’interconnexions entre entités politiques, aires de civilisation et continents ; b) le souci de défaire une vision eurocentrique dont l’une des conditions a longtemps été l’ignorance des sociétés extra-européennes, ce qui invite à un traitement plus équilibré, sinon entièrement symétrique, des univers européens et non européens ; c) l’effort pour déjouer le grand récit de l’occidentalisation de la planète, en lui opposant une insistance sur des tendances mondialisatrices qui ne sont pas le fait de l’Europe et dont les forces vives doivent être situées du côté de l’Islam, des mondes indiens ou encore de la Chine14. En cela, l’histoire connectée (ou globale) s’oppose à la fois aux visions eurocentriques et à certains travers des courants post-coloniaux qui tendent à produire une conception substantialisée et anhistorique de l’Occident et de la colonialité15.

9Je mentionnerai maintenant quatre points de discussion, afin d’attirer l’attention sur certains dangers potentiels, associés aux différentes modalités de l’histoire globale récente.

  • 16 I. Wallerstein, Le système du monde du xve siècle à nos jours. I. Capitalisme et économie-monde (1 (...)
  • 17 Before European Hegemony. The World System A.D. 1250-1350, New York/Oxford, 1989.
  • 18 The World System : Five Hundred Years of Five Thousand ?, Londres, 1993. Voir aussi B. Gills et R.(...)

101) Le plus évident tient à une dérive de l’analyse des systèmes-monde, initialement mise au point par Immanuel Wallerstein pour la période qui s’ouvre avec le xve siècle et ensuite exportée par d’autres chercheurs vers des époques plus anciennes16. Ce n’est pas l’essai de la sociologue nordaméricaine Janet Abu-Lughod qui est en cause ici : au contraire, celui-ci mérite d’être rappelé en tant qu’effort précoce pour approfondir et conceptualiser les configurations eurasiatiques associées à l’unification mongole grâce aux outils fournis par l’analyse des systèmes-mondes17. La critique vise en fait les lectures dites continuationistes des thèses d’Immanuel Wallerstein. Pour celles-ci, il n’y aurait aucune rupture majeure aux xve-xvie siècles, ni dans les deux siècles précédents, car l’existence de systèmesmonde serait susceptible de s’étendre à des périodes sans cesse plus reculées, dès lors que peut y être attestée l’existence d’un commerce au loin, de réseaux interconnectés de villes, d’une circulation monétaire et d’autres pratiques qualifiées sans sourciller d’accumulation de capital. On aboutit ainsi à la question posée par André Gunder Frank et Barry Gills : le système-monde, cinq siècles ou cinq millénaires18 ? Pour ces auteurs, comme pour bien d’autres, la réponse ne fait aucun doute : un système-monde, que l’on peut de surcroît qualifier de capitaliste, existe depuis le troisième millénaire avant notre ère, englobant d’abord les régions allant de l’Égypte à l’Indus avant de s’étendre davantage.

  • 19 Assumer que la démarche historique part du temps présent n’implique pas d’en projeter les catégori (...)

11Toutes guidées qu’elles puissent être par le louable souci d’échapper à l’eurocentrisme, de telles affirmations n’en reposent pas moins sur de redoutables confusions conceptuelles et sur une absence complète de mesure de l’ampleur des phénomènes invoqués et de leur impact effectif au sein de configurations sociales complexes. On atteint ici le comble du présentocentrisme, conduisant à une rétroprojection pure et simple des catégories du présent dans les mondes du passé. Et si on prend la peine de mentionner ces thèses, c’est parce qu’elles irriguent assez largement la World History et, surtout, parce qu’elles permettent de pointer un risque qui s’étend bien au-delà des versions les plus outrancières du biais présentocentrique : de fait, penser l’histoire dans un monde globalisé peut conduire à penser un passé déjà globalisé, ou du moins largement engagé dans une dynamique dont on constaterait aujourd’hui l’aboutissement. Il faut pourtant résister à la tentation de voir partout de la globalité et de dépeindre un passé où tout serait déjà « flux », « connexion » et « réseau », à l’image de notre présent où les circulations intercontinentales ont en effet acquis un rôle déterminant. Ce serait là une piètre manière de mettre en jeu la relation présent/passé, constitutive de la démarche historique19. Par souci de décloisonnement, on risque ici de surestimer l’impact des circulations et des interconnexions. On risque d’oublier que les mondes du passé, tout particulièrement pour la période médiévale, étaient le plus souvent des mondes où le principe de localisation et la force des déterminations sociales fondée sur l’inscription spatiale pesaient d’un poids déterminant. Il ne s’agit certes pas de dénier le rôle des mobilités : il faut prêter aux circulations et interconnexions toute l’attention qu’elles requièrent, mais l’analyse ne saurait perdre de vue leur articulation avec la force des inscriptions locales et des cloisonnements, ou encore, par exemple, avec ces échelles emboîtées d’appartenance si caractéristiques de la chrétienté occidentale.

  • 20 S. Gruzinski, « Les mondes mêlés… », loc. cit. n. 13, p. 87.
  • 21 « L’histoire impériale à l’heure de l’“histoire globale”. Une perspective atlantique », Revue d’hi (...)
  • 22 L’analyse des connexions invite à prêter attention aux vecteurs de celles-ci (routes, rivières, me (...)
  • 23 J.-P. Zuniga, « L’histoire impériale… », loc. cit. n. 21.

122) En second lieu, on peut s’interroger sur le modèle « connexionniste », caractéristique des propositions historiographiques analysées ici. Serge Gruzinski a explicitement revendiqué la métaphore électrique : « L’historien devrait se transformer en une sorte d’électricien capable de rétablir les connexions continentales et intercontinentales que les historiographies nationales se sont longtemps ingéniées à débrancher ou à escamoter en imperméabilisant leurs frontières20. » Mais certains, comme Jean-Pierre Zuniga, ont fait remarquer que la notion de connexion demeurait bien vague21. Sur cette base, le risque est de traiter toutes les connexions de la même manière, alors que les types de liens concernés ne sont sans doute pas équivalents et que leurs natures diverses doivent au contraire être précisées22. En outre, le sens et l’impact des différentes connexions varient en fonction des rapports de force au sein desquels elles se déploient et, plus largement, des relations entre les parties mises en contact. Il paraît donc nécessaire d’analyser des « espaces relationnels précis » permettant de contextualiser les connexions et d’en préciser la densité23. On pourrait ajouter que l’analyse d’espaces connectés implique toujours de mesurer les effets de ces connexions sur la part des espaces qui n’y est pas directement impliquée.

  • 24 L’histoire à parts égales. Récits d’une rencontre Orient-Occident ( xvie-xviie siècle), Paris, 201 (...)
  • 25 Ibid., chap. 3.

13Dans son plaidoyer pour une histoire symétrique, Romain Bertrand a également souligné qu’on ne saurait se contenter d’étudier les connexions en elles-mêmes, car les expériences du contact mobilisent les différentes grammaires sociales dont sont imprégnés ceux qui y prennent part : « La raison sociale des interactions déborde en permanence l’espace physique et documentaire étriqué où elles s’inscrivent24. » Toute connexion met en jeu bien plus que ce qu’elle mobilise ouvertement : son analyse requiert donc une compréhension d’ensemble des espaces ou des entités ainsi connectés. Lorsqu’il s’agit de mondes culturellement diversifiés, ces remarques mènent à la conclusion qu’il ne saurait y avoir de véritable histoire connectée sans une approche comparée des mondes mis en présence. C’est un point d’autant plus important que l’histoire connectée, tout comme l’histoire croisée, s’était pensée initialement en opposition à l’histoire comparée. Dans son Histoire à parts égales, Romain Bertrand s’est attaché à dépasser cette réticence, par exemple en s’attaquant à juste titre au « faux universel du commerce » et en analysant les manières fort diverses d’engager l’activité commerciale, pour les Européens d’une part et pour les Insulindiens de l’autre25.

  • 26 R. Chartier, « La conscience de la globalité… », loc. cit. n. 11.
  • 27 Voir également P. Boucheron, Histoire du monde…, op. cit. n. 9, p. 33 : « Le monde comme objet d’h (...)
  • 28 Jean-Pierre Zuniga rappelle l’importance de cette question et suggère de relativiser quelque peu l (...)
  • 29 Je me permets de renvoyer à J. Baschet, « Un Moyen Âge mondialisé ? Remarques sur les ressorts pré (...)

143) Histoire globale, certes, mais de quelle globalité parle-t-on ? Roger Chartier posait la question, en 2001 : « Penser le monde ? Mais qui le pense, les hommes du passé ou les historiens du présent26 ? » Et de rappeler qu’à l’époque moderne encore, la conscience de la globalité, tout comme l’expérience de réseaux intercontinentaux, n’implique qu’une frange infime de la population27. En même temps, la conscience de la globalité ne peut qu’être relative à la conception même du monde des contemporains, et non jugée à l’aune de notre propre idée de la globalité. De ce point de vue, l’enquête sur les représentations du monde dans les différentes sociétés étudiées s’avère essentielle. On peut ainsi rappeler l’importance de la dimension universelle, inscrite dans la référence évangélique et actualisée de manière vigoureuse par la dynamique ecclésiale du Moyen Âge central, comme en témoignent par exemple les mappae mundi qui assimilent le disque terrestre au corps du Christ, comme dans la carte d’Ebstorf28. Plus largement, on ne saurait trop insister sur la nécessaire prise en compte de l’universalisme chrétien, forme très remarquable de conscience de la globalité, qui peut être tenue pour l’un des moteurs fondamentaux de l’expansion européenne, du xiie au xvie siècle inclus29.

  • 30 Histoire du monde…, op. cit. n. 9, p. 11. L’ouvrage a pour ambition d’analyser un long xve siècle (...)

15Ici s’impose une réflexion plus poussée sur la notion même de « monde ». Comme le souligne Patrick Boucheron pour le xve siècle, « le monde n’est pas la Terre : c’est au sens strict la plus vaste étendue géographique possible dont l’histoire se laisse expliquer par des facteurs qui lui sont immanents », tandis que l’identification du monde à la Terre est ce qui caractérise en propre la mondialisation telle qu’elle s’accomplit de nos jours30. La mise au point est salutaire. Elle autorise plusieurs observations. Il en découle qu’il existe, tout au long du Moyen Âge et encore au xve siècle, plusieurs « mondes », plus ou moins fortement séparés les uns des autres, en même temps que des formes de circulation et certaines dynamiques d’unification relative s’intensifient, notamment à partir du xiiie siècle. Il s’agit donc de penser, pour ces périodes, une histoire non du monde, mais des mondes qui tout à la fois sont partiellement connectés et coexistent selon des logiques spécifiques. On devrait alors invoquer non une histoire-monde, mais une histoire-mondes (au pluriel).

  • 31 Voir note 16.
  • 32 « L’histoire globale peut-elle ignorer les Nambikwara ? Plaidoyer pour l’ethnohistoire », Le Débat (...)

16Dans cette discussion, on invoque volontiers – par exemple dans l’introduction à l’Histoire du monde au xve siècle – la notion de systèmesmonde. Mais on peut se demander si celle-ci ne fait pas parfois l’objet d’un emploi un peu lâche. Qu’il existe des échanges, commerciaux ou autres, entre des ensembles territoriaux distincts ne suffit pas à les unifier en un système-monde, dont on peut rappeler qu’il n’existe, pour Immanuel Wallerstein, que deux espèces, les empires-monde et les économiesmonde31. Les premiers sont, et de très loin, les plus nombreux – de l’Islam à la Chine, par exemple –, tandis que seule l’Europe occidentale parvient, à partir du xve siècle, à se constituer en une économie-monde durable. Il existe donc, pour la période médiévale, autant de mondes qu’on distingue classiquement de civilisations ou d’entités politiques d’importance. C’est bien d’une histoire-mondes (au pluriel) qu’il est alors question, quelle que soit l’importance des phénomènes d’interconnexion et d’unification, dont les plus amples ont été alors l’expansion islamique et la conquête mongole. Or cette histoire-mondes ne saurait assumer comme critère de délimitation de son objet le caractère connecté ou non des espaces concernés. Elle doit donc faire place tout autant aux nœuds d’interactions et d’échanges les plus denses, à ceux qui lancent d’infimes passerelles entre des blocs largement dissociés, comme aussi aux mondes les plus cloisonnés. C’est au total l’ensemble des expériences humaines attestées sur la planète qu’il convient d’embrasser dans ce regard, à l’échelle la plus ample qui soit. Mais, alors, ces mondes multiples ne se limitent nullement aux « grandes civilisations » communément reconnues. Malgré l’extrême difficulté de l’opération, il est tout aussi légitime et nécessaire de faire place, dans une histoire véritablement globale, aux peuples sans État et sans écriture, ce qui suppose de faire fructifier une alliance déjà éprouvée entre histoire et anthropologie, et par exemple d’avoir recours à l’ethnohistoire pour laquelle plaidait Alain Testart32.

  • 33 « Le concept de mondialisation sert-il à quelque chose ? Un point de vue d’historien », Critique i (...)
  • 34 Voir H. Rosa, Accélération. Une critique sociale du temps, Paris, 2010, p. 263, ainsi que le chapi (...)

174) Le lien évident entre le tournant global des sciences sociales et le contexte de la mondialisation actuelle oblige à une grande vigilance, notamment afin de récuser le présupposé selon lequel il existerait quelque chose comme la mondialisation, entendue comme processus unifié et substantiellement identique à travers les siècles. On peut au contraire faire valoir, comme l’historien africaniste Frederick Cooper, que cette notion recouvre, aujourd’hui même, des phénomènes ne pouvant être ramenés à une logique unique et au contraire extrêmement diversifiés selon les domaines considérés (migrations, finances, sciences, culture, médias, etc.)33. Mais cela n’oblige pas pour autant à conclure à l’inutilité du concept, pour autant que l’on veuille bien admettre qu’il désigne non un état achevé et univoque, mais une tendance à l’œuvre, suscitant résistances et contre-tendances, et dont le propre est d’affecter territoires et populations de manière diversifiée. Il y a mondialisation, dans la mesure où les forces caractéristiques de la dynamique actuelle du capitalisme agissent à une échelle de plus en plus globale, mais en aucun cas cela ne saurait impliquer l’émergence d’un monde homogène. Par ailleurs, on ne peut s’en tenir à une définition par trop formelle de la mondialisation comme simple processus d’unification spatiale ou, de manière un peu plus précise, comme phénomène caractérisé par « le degré d’extension, l’intensité, la vitesse et la puissance d’impact des transactions globales » – formulation qui a, notons-le, le mérite d’esquisser un lien entre spatialité et temporalité34. La définition de la mondialisation actuelle ne peut éviter d’identifier les principales forces agissantes au sein des dynamiques du système-monde capitaliste, ainsi qu’on le précisera plus loin.

  • 35 La nécessité de cette critique est soulignée dans P. Bourdieu et L. Wacquant, « Sur les ruses de l (...)

18Il n’y a donc pas, insistons-y, la mondialisation, comme phénomène unifié et continu se déployant à travers les siècles jusqu’à sa pleine réalisation sous nos yeux. Faire des différentes périodes historiques autant d’étapes de ce processus unique reviendrait à naturaliser l’ordre des choses présent, la mondialisation apparaissant alors comme un phénomène ayant existé de tout temps, ou du moins en marche de tout temps35. En particulier, il convient de se prémunir contre l’idée, pourtant assez spontanément admise, selon laquelle les tendances à l’unification spatiale, observables à différentes périodes, seraient autant d’étapes d’un vaste parcours menant vers le monde globalisé d’aujourd’hui. Au contraire, il faut rompre cette illusion continuiste et affirmer la radicale singularité de l’actuelle mondialisation, la seule qui conduise à l’identification entre monde et Terre – phénomène que les logiques des mondes antérieurs étaient incapables de produire. Il y a donc lieu non pas d’étudier le flux continu de la mondialisation, mais de différencier, et donc de périodiser, des mondialisations, diverses dans leurs logiques mêmes.

Deux défis pour une histoire-mondes : le long Moyen Âge et le comparatisme

  • 36 Ou encore le décentrement depuis des points de vue extra-européens ; voir en ce sens la section «  (...)
  • 37 Voir par exemple Construction de l’espace au Moyen Âge : pratiques et représentations. Actes du XX (...)
  • 38 Par exemple, pour l’océan Indien, voir P. Beaujard, Les mondes de l’océan Indien, vol. 2, L’océan (...)
  • 39 J. Richard, La papauté et les missions d’Orient au Moyen Âge ( xiiie-xve siècle), Paris-Rome, 1977 (...)

19J’en viens maintenant à ce que les suggestions, dûment critiquées, des histoires-mondes, globales ou connectées, peuvent ou pourraient faire à l’histoire médiévale. Tout n’est certes pas nouveau dans ces propositions ; et il serait loisible de rappeler de nombreuses dimensions préalablement inscrites dans les pratiques des historiens médiévistes, comme la relativisation des cadres nationaux36 ou l’attention aux modes de structuration spatiale du social, ce qui implique, dans le cas du monde latin, l’articulation de diverses échelles emboîtées, depuis l’inscription forte dans des cadres locaux, tels la paroisse, jusqu’aux différentes formes de matérialisation symbolique et pratique de l’appartenance à la chrétienté, à laquelle la progressive centralisation de l’institution ecclésiale, avec les phénomènes de circulation et d’uniformisation relative qui lui sont associés, donne une consistance croissante37. Cela suppose de prendre en compte tant les circulations pèlerines (en tant qu’elles font éprouver différentes échelles d’appartenance) que les réseaux marchands (là encore en leurs multiples échelles, depuis les échanges ville-campagne locaux jusqu’au commerce au loin engageant les trois civilisations méditerranéennes et, au-delà d’elles, les mondes afro-eurasiatiques et les océans qui les bordent)38. Parmi les autres circulations jouant à cette échelle, on peut faire place également à l’expansivité missionnaire, qui témoigne de la prétention universaliste de la chrétienté latine, mais aussi à l’expérience des voyageurs, navigateurs et explorateurs de toutes sortes dont les récits contribuent à l’amplification et au renouvellement des imaginaires et des savoirs d’un ample monde39.

20Il s’agit donc à la fois d’amplifier la prise en compte de ces horizons familiers pour les médiévistes et de tirer parti, tout en les reformulant, des suggestions des histoires globales/connectées. Comment repenser l’histoire du Moyen Âge dans la perspective d’une histoire-mondes, tout en échappant au double risque consistant, d’un côté, à se concentrer sur les connexions au risque d’en exagérer l’importance et, de l’autre, à en revenir à un tableau juxtaposant des civilisations simultanées sans être contemporaines ? On voudrait suggérer ici combien il pourrait être bénéfique, pour avancer, de s’atteler aux deux défis indiqués par Jean-Philippe Genet et rappelés en introduction : le long Moyen Âge et le comparatisme. À cela, on pourrait ajouter un troisième enjeu : si la dissociation entre histoire humaine et histoire naturelle a connu de notables remises en cause dans les dernières décennies, la perspective d’une histoire globale devrait permettre d’éliminer plus complètement une telle division, tant cette échelle semble propice pour intégrer à l’analyse historique des questions telles que les effets des variations climatiques ou les interrelations entre les espèces composant le vivant.

  • 40 J. Le Goff, « Pour un long Moyen Âge » (1983), repris dans L’imaginaire médiéval, Paris, 1985, p.  (...)
  • 41 J. Baschet, La civilisation féodale. De l’an mil à la colonisation de l’Amérique, Paris, 3e éditio (...)

211) On le sait : Jacques Le Goff a défendu, au moins depuis 1983 et jusqu’à son dernier livre, que l’intelligence des phénomènes historiques serait mieux servie par une refonte des périodisations convenues et par la saisie d’un long Moyen Âge dont les structures les plus fondamentales ont perduré, malgré des remaniements considérables, de l’Antiquité tardive jusqu’à la révolution industrielle40. Sans qu’il soit nécessaire ici de reprendre en détail l’argumentaire ni d’indiquer les précautions que le recours à cette notion appelle (en tout premier lieu le fait qu’il ne s’agit en aucune manière de faire de ce plus-que-millénaire un bloc stable et homogène), je me limiterai à suggérer que la pertinence du long Moyen Âge pourrait se trouver renforcée encore dans la perspective d’une histoire-mondes. On me pardonnera, je l’espère, de faire référence à la thèse selon laquelle la colonisation ibérique de l’Amérique peut être considérée comme une extension du Moyen Âge occidental, à la fois dans le temps et dans l’espace – une forme de « mondialisation » des dynamiques médiévales, et en particulier de l’expérience séculaire de l’institution ecclésiale en matière de structuration socio-territoriale et d’encadrement des populations41. Je n’ignore pas les débats que cette proposition a pu susciter, ce qui oblige à rappeler qu’il ne s’agit nullement d’occulter les singularités des sociétés coloniales, pas plus que le long Moyen Âge ne postule une époque figée ni n’omet de prendre en compte les transformations majeures qui s’y déploient.

  • 42 Le grand désenclavement du monde. 1200-1600, Paris, 2011. La thèse du livre conduit à postuler, pa (...)

22Dans une perspective d’histoire véritablement globale, le long Moyen Âge récuse la sacro-sainte coupure de 1492 et des « Grandes Découvertes », dont les relectures critiques raillent volontiers le nom mais vont rarement jusqu’à leur retirer leur statut de seuil de la modernité. Il n’est évidemment pas question de minorer l’importance de la conquête de l’Amérique par les Européens, ni d’ignorer que prennent fin alors plus de dix mille ans de séparation presque complète entre les deux principaux blocs continentaux du globe terrestre. Mais ce phénomène, pour extraordinaire qu’il soit, ne fait pas basculer d’un monde qu’on croit cloisonné à un autre enfin connecté. Il convient de rappeler ce que les pratiques et la conscience de la globalité conservent de partielles au-delà de cet événement, mais aussi ce qui se joue auparavant dans les circulations afro-eurasiatiques et leur intensification, notamment sous l’effet de l’expansion islamique, puis de l’unification mongole. À cet égard, on pourrait opter afin de mettre en relief l’importance de la séquence xiiie-xvie siècles, pour celle du « grand désenclavement du monde », pour reprendre l’expression de Jean-Michel Sallmann42. Un désenclavement dont les Européens sont loin d’être les seuls agents, et dont la compréhension implique de récuser, une fois encore, la chronologie habituelle du Moyen Âge.

  • 43 « La Chine et non l’Europe était le centre du monde à l’époque des Ming », affirme ainsi T. Brook,(...)
  • 44 K. Pomeranz, Une grande divergence. L’Europe, la Chine et la construction de l’économie mondiale, (...)
  • 45 La naissance du monde moderne (1780-1914), Paris, 2007.

23Toutefois, à l’échelle la plus ample, celle des rapports de force planétaires, rien ne change encore. La captation d’un continent entier est certes un fait inédit et tout à fait considérable, mais elle ne suffit pas à donner l’avantage décisif à l’Europe, du moins immédiatement. Les richesses tirées de l’exploitation du monde américain et de ses populations aident certes à résister à la pression turque, mais cela n’empêche pas l’Empire ottoman de se maintenir comme un rival redoutable pour les puissances européennes. Surtout, il est évident que le centre de gravité mondial reste situé, durant toute cette période et jusqu’au-delà du xviie siècle, en Asie et singulièrement en Chine43. À cet égard, on ne saurait trop insister sur l’apport majeur de l’un des ouvrages les plus remarquables de la World History : Une grande divergence, de Kenneth Pomeranz44. Le sinologue nord-américain y établit, grâce à un véritable travail comparatiste mené à une ample échelle, que les niveaux de développement, en termes démographiques, techniques, productifs et commerciaux, de la Chine et de l’Europe occidentale demeurent largement similaires jusque vers 1750, et que c’est dans la seconde moitié du xviiie siècle que se joue la « grande divergence » qui va donner l’avantage à l’Europe et notamment à l’Angleterre (on n’aborde pas ici les facteurs proposés pour rendre compte de cette divergence, notamment la possibilité de tirer parti des terres des colonies, pour surmonter le stress écologique sur les superficies cultivées et boisées de l’Angleterre). Comme l’a souligné Christopher Bayly, c’est seulement dans la période 1780-1914 que se met en place un monde véritablement eurocentré, dans lequel l’écart entre l’Europe et le reste du monde se creuse radicalement45.

24Ainsi, alors que, vu d’Europe, on serait volontiers enclin à suivre Jean-Philippe Genet, lorsqu’il propose de situer la fin du long Moyen Âge dans une fourchette allant du milieu du xviie au début du xixe siècle, selon les pays (ou peut-être aussi selon les domaines pris en compte), une chronologie pensée à l’échelle d’une histoire-mondes pourrait avoir intérêt à privilégier la rupture de la seconde moitié du xviiie siècle. En effet, c’est alors que les équilibres planétaires basculent radicalement, en même temps que s’affirme dans toute son ampleur le capitalisme comme système productif et comme forme sociale générale. Même si les grandes ruptures ne s’accomplissent jamais dans tous les domaines ni partout de manière synchrone – ce qui invite à prendre en compte décalages et déphasages –, il pourrait y avoir là un point de perspective fort utile pour penser, par sa fin, un long Moyen Âge effectivement articulé à une histoire-mondes.

  • 46 Voir notamment Grataloup, Géohistoire…, op. cit. n. 30, p. 11-13 et 39-48.
  • 47 Pour une analyse générale, inspirée par Ibn Khaldûn, de la forme-empire, voir G. Martinez-Gros, Br (...)
  • 48 Une chronologie globale a (éventuellement) des vertus, mais aussi (nécessairement) des limites. On (...)
  • 49 Une autre option consisterait à amorcer cette période aux viie -viiie siècles, afin d’y intégrer l (...)
  • 50 Voir J.-N. Biraben, « L’évolution du nombre des hommes », Population et sociétés, 394 (2003), p. 1 (...)
  • 51 B. Campbell, The Great Transition. Climate, Disease and Society in the Late-Medieval World, Cambri (...)
  • 52 Au total, au cours de la période identifiée ici comme mondialisation archaïque, la population mond (...)

25C’est en ce sens, et non par goût pour les découpages rigidifiés en artifices scolaires, que l’on se risquera à proposer la chronologie suivante. Je m’en tiendrai aux périodes qui nous concernent ici, laissant ouverte la question d’une chronologie complète, incluant les phases les plus anciennes, depuis l’apparition de l’espèce homo et sa dispersion sur les divers continents – une histoire étroitement entrelacée à celle des variations du climat global46. On devrait certes commencer par évoquer, sans se risquer à en fixer les limites chronologiques, une longue phase historique marquée par des épisodes d’unification impériale47. Mais on concentrera surtout l’attention sur la période s’étendant du xie au xviiie siècle : à l’échelle du monde, on la qualifiera de mondialisation archaïque (c’est l’expression que Christopher Bayly emploie pour caractériser les trois siècles de l’époque moderne) et polycentrique (car plusieurs ensembles civilisationnels en sont les acteurs principaux, l’Islam, les mondes mongols, indiens et chinois, l’Europe occidentale)48. S’il a le grand mérite de marquer un écart net par rapport à la mondialisation postérieure, constitutive de notre propre monde, le terme « archaïque » pourra être jugé trop imprécis et essentiellement négatif. Une caractérisation plus positive serait sans doute souhaitable, mais la nature du phénomène, polycentrique et animé de logiques diverses, rend improbable une dénomination unifiée. S’agissant de l’expansion dont l’Europe occidentale est le foyer, on pourra parler de mondialisation féodo-ecclésiale et reconnaître dans l’universalisme chrétien, potentialisé par la configuration ecclésiale de la société, l’un de ses moteurs principaux49. Du point de vue de l’intensification des échanges et des circulations intercontinentales, on serait tenté de privilégier le xiiie siècle, avec les effets de l’unification mongole, qui aboutit à la mise en place du système-monde conceptualisé par Janet Abu-Lughod ; mais il serait regrettable de séparer cette configuration de la dynamique démographique, agricole, commerciale et urbaine des siècles centraux du Moyen Âge, raison pour laquelle on aura intérêt à situer l’amorce de cette période au xie siècle. Ce choix se justifie du reste à l’échelle globale, si l’on considère le doublement de la population mondiale qui intervient entre 1000 et 1300, notamment en Europe et en Asie, en contraste avec la stabilité démographique du millénaire précédent50. Et on peut admettre, sans verser dans les excès du déterminisme climatique, que cette phase d’expansion bénéficie d’un facteur global positif, l’« anomalie climatique médiévale » provoquée par une augmentation du rayonnement solaire dont le maximum peut être situé entre 1070 et 126051. Et s’il est clair que la transition climatique qui se manifeste de manière aiguë dans la première moitié du xive siècle a des effets négatifs qui se combinent bientôt avec la diffusion de la peste à travers l’Asie, puis l’Europe et l’Afrique – diffusion dont la rapidité est du reste un indicateur de la densité des circulations qui caractérise alors l’Ancien Monde –, il faut aussi relever, a contrario d’une insistance sur le rôle des facteurs climatiques, que le second moment d’intensification des échanges planétaires, englobant cette fois l’hémisphère américain, se déroule malgré le petit âge glaciaire dont l’apogée se situe aux xvie et xviie siècles52.

  • 53 Ce point est souligné par I. Wallerstein, « Les économies-monde et leur histoire. Entretien », Le (...)

26La période suivante s’étend de la fin du xviiie siècle jusqu’à la Seconde Guerre mondiale. Les différentes modalités de mondialisation sont cette fois portées par les logiques d’expansion du capitalisme (production et circulation de marchandises, mais aussi configuration des territoires et des entités politiques) et elle est désormais unicentrée. L’affirmation de la domination européenne, étendue désormais à l’ensemble de la planète, en est le seul vecteur important, en même temps que se manifeste l’affrontement des puissances impérialistes concurrentes. Un phénomène inédit à l’échelle de l’histoire humaine caractérise cette période, au moins à partir de la seconde moitié du xixe siècle : il n’existe plus désormais qu’un seul système historique, couvrant l’ensemble de la planète (sans zone extérieure autre que marginale et en voie de résorption rapide)53.

  • 54 Impossible de proposer, en quelques lignes, une caractérisation adéquate de l’actuelle mondialisat (...)

27Enfin, on peut identifier, après 1945, une troisième mondialisation, marquée par la fin des empires coloniaux et l’hyper-impérialisme nord-américain, tandis qu’à partir des années 1970 s’engage une profonde réorganisation, dite néolibérale, du système capitaliste. La configuration antérieure, centrée sur les marchés nationaux et leurs extensions impériales respectives, fait place à un englobement des systèmes nationaux (et parfois multi-nationaux) dans un marché mondial tendanciellement unique dont les logiques acquièrent une force déterminante, à quoi sont associés, entre autres phénomènes, l’essor spectaculaire des échanges (découplé de celui de la production), la mobilité planétaire du capital et la financiarisation de l’économie, ou encore la modification radicale des rapports entre les sphères économiques et politiques54.

28Un tel cadre chronologique pourrait avoir le double avantage de relier l’analyse des phénomènes historiques aux préoccupations suscitées par les transformations présentes, à l’œuvre dans un monde « globalisé », et en même temps de marquer la spécificité des phénomènes actuels, par rapport à ceux que l’on peut observer dans le passé.

  • 55 M. Bloch, « Pour une histoire comparée des sociétés européennes » et « Comparaison », repris dans (...)
  • 56 Marcel Détienne a grandement contribué à attiser cette querelle (Comparer l’incomparable, Paris, 2 (...)
  • 57 Par exemple, B. Grévin, Le parchemin des cieux. Essai sur le Moyen Âge du langage, Paris, 2012, me (...)
  • 58 De la comparaison à l’histoire croisée, dir. M. Werner et B. Zimmermann, Paris, 2004.

292) J’en viens au comparatisme, considéré comme ressource pour surmonter à la fois les limites du connexionisme et la juxtaposition d’ensembles étrangers les uns aux autres. On le sait : le vigoureux plaidoyer de Marc Bloch en faveur de l’histoire comparée est longtemps resté sans effet, y compris dans la tradition des Annales, malgré quelques exceptions notables et bien des incantations55. Une réelle difficulté à mettre en œuvre un comparatisme exigeant peut expliquer de persistantes réticences, mais quelques querelles stériles lui ont fait tort inutilement. Ainsi en va-t-il de la tendance à opposer un comparatisme proche et un comparatisme lointain (avec parfois une option intermédiaire), à revendiquer l’un contre l’autre, alors même que le comparatisme peut, selon les configurations de recherche, être pertinent à toutes les échelles possibles, y compris la plus générale56. On a également opposé un comparatisme soucieux des similitudes, volontiers inspiré par la recherche d’invariants anthropologiques, à un autre plus enclin à privilégier les différences, ce qui du moins préserve des analogies forcées ; mais la vertu du comparatisme est tout autant de produire des rapprochements là où prévaut habituellement la perception des différences (par exemple entre mondes chrétiens et musulmans57) que de faire apparaître des différences jusqu’alors inobservées. Il conviendrait du reste de récuser la conception triviale de la comparaison comme somme de similitudes et de différences, afin de penser le comparatisme comme un art de différencier les différences, c’est-à-dire de faire la part entre des écarts faibles et des écarts plus marqués, au sein d’un espace réglé de distribution des variations observables. Enfin, on a parfois opposé les histoires connectées (ou croisées) à l’approche comparatiste, au motif que la comparaison ne serait légitime qu’entre des ensembles saisis hors de toute diachronie et dépourvus d’interférences entre eux58 ; mais de nombreux travaux ont démontré que des ensembles dynamiques et en interaction mutuelle pouvaient être constitués en objets d’une approche comparatiste (ainsi, Kenneth Pomeranz confronte les trajectoires européennes et chinoises). Et rien n’oblige non plus à postuler que les ensembles comparés doivent être homogènes ; au contraire, il est souhaitable qu’ils soient analysés avec leurs différences internes. Reste qu’une véritable démarche comparatiste, qui ne se contenterait pas d’un saupoudrage de généralités décontextualisées, est particulièrement difficile à mettre en œuvre. Cela requiert assurément un effort tenace dans la maîtrise des connaissances relatives à des univers sociaux avec lesquels l’historien ne saurait avoir une égale familiarité, mais aussi une haute rigueur et une grande inventivité dans la construction de l’objet et la mise au point de procédures spécifiquement adaptées à chaque situation comparative. En particulier, il est indispensable d’élaborer des outils notionnels permettant d’éviter de projeter de manière ethnocentrique des concepts qui conviendraient à la compréhension de l’un des ensembles comparés mais non aux autres.

  • 59 Bloch, « Pour une histoire… », loc. cit. n. 55, p. 97.
  • 60 Édité dans M. Wessel, « Réflexions pour un historien curieux de méthode. Marc Bloch et l’ébauche o (...)
  • 61 « De la méthode comparative en histoire », Compte rendu du Ve Congrès international des sciences h (...)

30On assiste aujourd’hui à un essor remarquable des pratiques comparatistes, dans l’ensemble des domaines de l’histoire ; et il est permis de considérer que c’est là une dimension tout à fait nécessaire des histoires-mondes qui se cherchent. Pourquoi ? On peut d’abord, sans trop s’y attarder, rappeler la vertu générale de la comparaison qui aiguise le regard historique (la différence permet de voir mieux) et constitue même « la condition indispensable de toute saine intelligence du passé59 » ; elle peut, en cela, offrir un très utile levier de problématisation, y compris pour des recherches dont le déploiement ne serait que faiblement comparatiste. On peut aussi souligner une vertu moins remarquée du comparatisme, pourtant également mise en évidence par Marc Bloch, en 1939 cette fois, dans ses « Réflexions pour l’historien curieux de méthode », introduction au projet, jamais mené à bien, d’une Histoire de la société française dans le cadre de la civilisation européenne60. Il y souligne qu’on ne peut étudier un phénomène sans prendre en compte les proportions de l’ensemble dont il fait partie : car comment savoir, sinon, s’il s’agit d’un trait véritablement singulier ou d’une simple variante d’une réalité beaucoup plus large ? Ainsi, c’est grâce à la dimension comparatiste du savoir historique que parfois, comme l’indiquait déjà Henri Pirenne dans son combat véhément contre les histoires nationales, « ce qu’on pensait être une montagne se réduit à la dimension d’un monticule formé par une taupe61 ». Il convient en outre de faire jouer ce que l’on pourrait appeler la nécessaire prise en compte d’échelles emboîtées, particulièrement importante dans l’approche comparatiste : l’analyse d’un phénomène spécifique doit toujours être référée à l’échelle supérieure à la sienne, afin de prendre en compte des ensembles, à la fois spatiaux et structuraux, au sein desquels il s’inscrit et qui permettent d’en considérer les limites effectives.

31Plus spécifiquement, le comparatisme, objet de la méfiance initiale des histoires connectées, s’avère en réalité indispensable à celles-ci. Dès lors que les connexions mettent en contact des mondes véritablement distincts, on ne peut en comprendre ni le sens ni les effets sans prendre la mesure des différentiels de tension qui les séparent, c’est-à-dire sans s’efforcer de cerner en quoi consistent, qualitativement, leurs différences. Mais, inversement, comment articuler la coexistence de mondes faiblement ou pas du tout connectés, si ce n’est par leur comparaison ? Une histoire-mondes pourrait alors avoir pour souci d’élaborer une cartographie comparatiste des possibles socio-humains à une époque donnée, laquelle contribuerait à éclairer le sens et à donner leur juste dimension aux différentes options observables, en même temps qu’elle permettrait d’enrichir les questionnaires adressés aux diverses sociétés concernées. Répétons que, malgré la difficulté de l’entreprise, une telle démarche se devrait de faire place à l’ensemble des expériences socio-humaines, y compris celles qui répondent le moins aux critères des « grandes civilisations ».

32Le comparatisme est également indispensable pour comprendre les trajectoires, parallèles ou au contraire divergentes, des mondes dont se soucie une histoire pensée à cette échelle. L’apport de Kenneth Pomeranz et de quelques autres est ici considérable. Mais ces acquis ont aussi leurs limites. Trop étroitement économique, l’approche de la World History s’en tient souvent à la mesure quantitative des performances, indépendamment de toute considération relative aux systèmes sociaux au sein desquelles elles sont réalisées et prennent sens. Les dimensions sociales, techniques et culturelles qui rendent possibles, voire participent pleinement à l’évolution des pratiques productives, commerciales ou financières sont largement ignorées. Dans ces domaines, le comparatisme Orient/Occident, longtemps marqué d’une empreinte weberienne, doit se libérer de cette formulation binaire et être repris sur des bases documentaires et théoriques renouvelées.

  • 62 Pour les renouvellements associés à la problématique de « l’analogisme médiéval », voir F. Coste, (...)

33En ce point, on peut faire place à un ouvrage qui contribue à renouveler la pratique du comparatisme anthropologique, tout en étant doté d’un notable potentiel d’impact sur les questionnements historiques : Par-delà nature et culture, de Philippe Descola (Paris, 2005). Soucieuse à la fois de dépasser l’éparpillement ethnographique et d’échapper aux universalisations indues (en premier lieu, celle de la distinction entre Nature et Culture, que postulait Claude Levi-Strauss), l’enquête répartit l’ensemble des sociétés humaines en quatre grands ensembles qualifiés de « modes d’identification » (ou « ontologies »), dont le critère est la modalité de différenciation, ou non-différentiation, entre l’humain et le non-humain. Sans pouvoir exposer ici la complexité de cette typologie, il suffira de dire que l’Europe médiévale figure parmi les sociétés relevant de l’analogisme, tout comme la Chine, l’Inde ou l’Islam : autant dire qu’on retrouve là toutes ces « grandes civilisations » qu’une histoire-mondes médiévale se doit de considérer, au côté des sociétés relevant de ce que Philippe Descola nomme l’animisme et le totémisme, qui trouveraient ainsi une place dans une approche globale. Mais c’est seulement en Europe qu’un univers analogique va opérer le basculement qui conduit, à partir de la première moitié du xviie siècle, à la constitution d’une ontologie inédite, qualifiée de « naturaliste », dans la mesure où elle est associée au Grand Partage entre l’homme et la nature. L’enjeu – qui n’est pas sans rapport avec celui de la « grande divergence » – consisterait alors à éclairer les processus par lesquels la transition d’une ontologie à l’autre se produit – et se produit en Europe occidentale seulement. Il serait assurément de courte vue d’y voir l’effet des seuls bouleversements traditionnellement associés aux temps dit « modernes » et il y a tout lieu de se demander en quoi l’étude des siècles médiévaux peut contribuer à la compréhension de ce phénomène. Il s’agit, en fait, de tenter de rendre compte de la singularité de la trajectoire occidentale, dans la durée ample du long Moyen Âge. Cela suppose notamment une démarche comparatiste, capable d’identifier des différences significatives entre les multiples formes de l’analogisme, afin de mieux cerner les failles qui travaillent au sein de cet ensemble immense et, notamment, de repérer les éventuelles particularités de l’analogisme propre à l’Occident médiéval62. Permettre une véritable compréhension du basculement européen de l’analogisme vers le naturalisme, par différence avec les trajectoires des autres blocs civilisationnels : voilà bien, parmi d’autres approches possibles des conditions de possibilités de la grande divergence, un champ de questionnement susceptible de conférer un intérêt considérable à une histoire médiévale appelée à se penser dans le cadre élargi de l’histoire-mondes d’un long Moyen Âge.

*

  • 63 Artisans d’une histoire connectée, mais à rebours des enthousiasmes « connexionnistes », Jean-Loui (...)

34Il s’agit donc à la fois d’élargir les perspectives chronologiques et d’ouvrir les horizons géographiques. Mais il ne peut y avoir d’histoire-mondes, entendue dans toute son ampleur, sans comparatisme, ni d’histoire connectée sans analyse d’ensemble des logiques de spatialisation. Analyser des espaces ou des mondes connectés implique de prêter attention aux modes de fonctionnement spécifiques des circulations et des liens concernés, et cela sans en exagérer la portée, ce qui implique d’en mesurer l’ampleur et l’impact effectif, de les articuler aux logiques d’inscription locale et à l’emboîtement des échelles d’appartenance63. En tout état de cause, on ne peut analyser ce qui circule et s’échange sans analyser en même temps ce qui ne circule pas et ne s’échange pas (ou très peu). Même si elle fait toute leur place à ce que les préoccupations d’une histoire connectée ont de légitime, une histoire-mondes médiévale n’a pas à décrire une réalité où tout serait flux et réseaux. Jusqu’à preuve du contraire, d’autres logiques ont alors plus d’importance encore et s’avèrent décisives pour comprendre le sens qu’échanges, circulations et interactions spatiales peuvent revêtir dans les divers mondes du Moyen Âge. Mondialisation, anti-mondialisation et a-mondialisation doivent être pensées dans leurs relations constitutives et leurs équilibres spécifiques.

35On peut alors, tout en s’appuyant sur la pertinence des jeux d’échelles, aller un peu plus loin et plaider, non seulement pour une approche multiscalaire, mais aussi pour une compréhension omniscalaire, dès lors que les différentes échelles ne peuvent être véritablement analysées qu’en relation les unes avec les autres. C’est dans ce contexte qu’une histoire-mondes se doit de faire place au comparatisme, lui-même susceptible d’être pratiqué à toutes les échelles, notamment la plus générale. C’est par là qu’on pourrait mieux situer les mondes européens et méditerranéens à leur juste place et comprendre dans toute son ampleur une période qui est celle des mondialisations archaïques et polycentriques.

36Saisi à cette échelle, l’un des enjeux majeurs n’est rien moins que l’exploration de la constitution historique de la singularité de la trajectoire occidentale, laquelle conduit au basculement vers le naturalisme, puis à la grande divergence d’avec la Chine et à l’émergence d’une forme radicalement différente de mondialisation, marquée par la domination planétaire de l’Europe, puis de l’Occident. Analyser dans la longue durée médiévale les ressorts, progressivement combinés, du processus qui mène à la mise en place d’un monde occidentocentré – lequel n’avait certes rien de fatal, mais n’en est pas moins devenu écrasant – est dès lors la condition d’une histoire-mondes dont les principes d’analyse se doivent d’échapper aux cadres de pensée occidentocentriques.

Notes

1 Je fais allusion au titre de la note critique de S. Gruzinski, « Faire de l’histoire dans un monde globalisé », Annales HSS, 66/4 (2011), p. 1079-1091.

2 J.-P. Genet, « Être médiéviste au xxie siècle », Être historien du Moyen Âge au xxie siècle. Actes du XXXVIIIe Congrès de la SHMESP, Paris, 2008, p. 9-33 (citations p. 9 et 32-33).

3 R. Bertrand, « Histoire globale, histoires connectées », Le tournant global des sciences sociales, éd. A. Caillé et S. Dufoix, Paris, 2013, p. 44-66, auquel on renvoie pour un tableau plus détaillé.

4 Parmi les précurseurs, Pierre Chaunu affirmait qu’il « faut rompre avec les États » et « faire une histoire du désenclavement planétaire des civilisations et des cultures », centrée sur le « problème fondamental des contacts entre les civilisations et les cultures » (L’expansion européenne du xiiie au xve siècle et Conquête et exploitation des nouveaux mondes ( xvie siècle), Paris, 1969 [Nouvelle Clio 26 et 26 bis], citations dans le premier volume, p. 322 et 365).

5 Voir les articles réunis dans Le Débat, 154 (2009), notamment W. McNeill, « L’histoire mondiale : l’essor et le déclin de l’Occident », p. 90-108 (qui revient sur son ouvrage classique The Rise of the West, Chicago, 1963) et E. Burke III, « Marshall G. S. Hodgson et l’histoire mondiale », p. 78-89.

6 Voir H. Inglebert, Le monde, l’histoire. Essai sur les histoires universelles, Paris, 2014, p. 948-970.

7 Éditorial « A New Forum for Global History », Journal of World History, 1 (1990), p. iii-iv.

8 J. Le Goff et P. Toubert, « Une histoire totale du Moyen Âge est-elle possible ? », Actes du 100e Colloque national des sociétés savantes, Paris, 1977, p. 31-44. Pour la tension entre les notions voisines d’histoire globale et d’histoire totale, voir É. Anheim, « Le rêve de l’histoire totale », Une autre histoire. Jacques Le Goff (1924-2014), éd. J. Revel et J.-C. Schmitt, Paris, 2016, p. 79-85.

9 L’expression figure dans l’introduction de l’Histoire du monde au xve siècle, éd. P. Boucheron, Paris, 2009 (rééd. Poche, 2012).

10 Jeux d’échelles. La micro-analyse à l’expérience, éd. J. Revel, Paris, 1996 et Penser par cas, éd. J.-C. Passeron et J. Revel, Paris, 2005 (Enquête, 4).

11 R. Chartier, « La conscience de la globalité (commentaire) », Annales HSS, 56/1 (2001), p. 119-123.

12 « Du Tage au Gange au xvie siècle : une conjoncture millénariste à l’échelle eurasiatique », Annales HSS, 56/1 (2001), p. 51-84 ; Vasco de Gama. Légende et tribulations du vice-roi des Indes, Paris, 2012 ; L’éléphant, le canon et le pinceau. Histoires connectées des cours d’Europe et d’Asie. 1500-1700, Paris, 2016. Dans sa Leçon inaugurale (Aux origines de l’histoire globale, Paris, 2014), il trace la généalogie lointaine d’une pensée historique du monde, entre Antiquité et xviie siècle.

13 On peut comparer deux de ses articles, « Les mondes mêlés de la monarchie catholique et autres “connected histories” », Annales HSS, 56/1 (2001), p. 85-117 et, en 2011, « Faire de l’histoire… », loc. cit. n. 1, où il déclare : « L’histoire globale n’est pas une mode […], c’est l’irrésistible élargissement de nos horizons de chercheur et de citoyen dans un dialogue avec d’autres disciplines. »

14 Rompre le privilège indu du « maître-récit » de l’histoire de l’Europe et faire place aux passés subalternes déniés, tel est précisément le sens de l’expression qui donne son titre à D. Chakrabarty, Provincialiser l’Europe. La pensée postcoloniale et la différence historique, Paris, 2009.

15 Voir R. Bertrand, « Histoire globale, histoire connectée », Historiographies, I, Concepts et débats, éd. C. Delacroix, F. Dossé, P. Garcia et N. Offenstadt, Paris, 2010, p. 374.

16 I. Wallerstein, Le système du monde du xve siècle à nos jours. I. Capitalisme et économie-monde (1450-1640), Paris, 1980 (t. II, 1984) et Comprendre le monde : introduction à l’analyse des systèmes-monde, Paris, 2004.

17 Before European Hegemony. The World System A.D. 1250-1350, New York/Oxford, 1989.

18 The World System : Five Hundred Years of Five Thousand ?, Londres, 1993. Voir aussi B. Gills et R. Denemark, « L’hypothèse de la continuité historique du système-monde », Histoire globale, mondialisations et capitalisme, éd. P. Beaujard, L. Berger et P. Norel, Paris, 2009, p. 203-226.

19 Assumer que la démarche historique part du temps présent n’implique pas d’en projeter les catégories constitutives sur le passé, mais au contraire de soumettre celles-ci à la critique, grâce au détour par le passé.

20 S. Gruzinski, « Les mondes mêlés… », loc. cit. n. 13, p. 87.

21 « L’histoire impériale à l’heure de l’“histoire globale”. Une perspective atlantique », Revue d’histoire moderne et contemporaine, 54/4 bis (supplément 2007), p. 54-68.

22 L’analyse des connexions invite à prêter attention aux vecteurs de celles-ci (routes, rivières, mers navigables, embarcations et navires, animaux, etc., sans oublier, inversement, les obstacles à la mobilité), à leurs agents (réseaux marchands, institutions, etc.), à ce qui circule (hommes, animaux, biens, techniques, savoirs, représentations, etc.), à la nature des contacts établis (commerciaux, diplomatiques, militaires, etc.) ou encore aux configurations spatio-temporelles ainsi dessinées (extension géographique et temporalité des circulations). Il n’est pas moins nécessaire de caractériser autant que possible la nature des processus qui résultent de ces connexions. À cet égard, on pourrait distinguer deux grands types de connexions, les unes qui permettent des échanges entre des ensembles constitués (avec des effets dont l’importance doit être évaluée avec soin), les autres qui contribuent à la constitution même de ces ensembles (et ce, de différentes manières : en renforçant leur unité, en activant la conscience de cette unité ou encore en favorisant une uniformisation au moins relative des pratiques ou des représentations).

23 J.-P. Zuniga, « L’histoire impériale… », loc. cit. n. 21.

24 L’histoire à parts égales. Récits d’une rencontre Orient-Occident ( xvie-xviie siècle), Paris, 2012, p. 15 : à l’analyse des connexions invoquée par Serge Gruzinski, il faut donc ajouter celle de ces « puissants alternateurs, capables de raccorder l’un à l’autre des courants obéissant à des systèmes de “phases” dissemblables ».

25 Ibid., chap. 3.

26 R. Chartier, « La conscience de la globalité… », loc. cit. n. 11.

27 Voir également P. Boucheron, Histoire du monde…, op. cit. n. 9, p. 33 : « Le monde comme objet d’histoire peut être bien plus restreint qu’on ne l’imagine : pour l’immense majorité des hommes habitant la surface de la Terre au xve siècle, le fait que le monde existe ou qu’il n’existe pas n’a pratiquement aucune incidence sur la vie qu’ils y mènent. »

28 Jean-Pierre Zuniga rappelle l’importance de cette question et suggère de relativiser quelque peu la rupture du xvie siècle (« L’histoire impériale… », loc. cit. n. 21).

29 Je me permets de renvoyer à J. Baschet, « Un Moyen Âge mondialisé ? Remarques sur les ressorts précoces de la dynamique occidentale », Faire des sciences sociales, 2, Comparer, éd. O. Remaud, J.-F. Schaub et I. Thireau, Paris, 2012, p. 23-59.

30 Histoire du monde…, op. cit. n. 9, p. 11. L’ouvrage a pour ambition d’analyser un long xve siècle en tant qu’« étape décisive » dans la constitution d’un monde globalisé (ibid., p. 12). En même temps, il souligne que ce processus n’a, alors, encore rien de fatal et manifeste le souci de faire place aux « antimondialisations » qui caractérisent tout autant l’histoire de l’humanité. Voir aussi C. Grataloup, Géohistoire de la mondialisation. Le temps long du Monde, Paris, 2007.

31 Voir note 16.

32 « L’histoire globale peut-elle ignorer les Nambikwara ? Plaidoyer pour l’ethnohistoire », Le Débat, 154/2 (2009), p. 109-118.

33 « Le concept de mondialisation sert-il à quelque chose ? Un point de vue d’historien », Critique internationale, 10/1 (2001), p. 101-124. Une véritable mondialisation devant impliquer à ses yeux « un système unique de connexions », les critiques de Frederick Cooper tiennent à l’incomplétude du phénomène (la part du non-mondialisé) et à l’extrême hétérogénéité du monde actuel (inégale répartition des interconnexions, tantôt lâches, tantôt concentrées en épais « grumeaux »). Toutefois, si l’on comprend les phénomènes de la mondialisation comme effets de la dynamique du capitalisme néolibéral transnationalisé (avec ses limites, ses contre-tendances et ses effets spatialement diversifiés), on est conduit à préciser l’usage courant de la notion, mais pas nécessairement à l’abandonner.

34 Voir H. Rosa, Accélération. Une critique sociale du temps, Paris, 2010, p. 263, ainsi que le chapitre 10, où l’auteur examine diverses conceptions de la mondialisation, notamment celle de David Harvey, qui met l’accent sur la « compression de l’espace-temps » (p. 264).

35 La nécessité de cette critique est soulignée dans P. Bourdieu et L. Wacquant, « Sur les ruses de la raison impérialiste », Actes de la recherche en sciences sociales, 121-122 (1998), p. 109-118.

36 Ou encore le décentrement depuis des points de vue extra-européens ; voir en ce sens la section « L’histoire médiévale à l’échelle du monde », Être historien du Moyen Âge…, op. cit. n. 2.

37 Voir par exemple Construction de l’espace au Moyen Âge : pratiques et représentations. Actes du XXXVIIe Congrès de la SHMESP, Paris, 2007 (notamment D. Méhu, « Locus, transitus, peregrinatio. Remarques sur la spatialité des rapports sociaux dans l’Occident médiéval [xie-xiiie siècle] », p. 275-293).

38 Par exemple, pour l’océan Indien, voir P. Beaujard, Les mondes de l’océan Indien, vol. 2, L’océan Indien au cœur des globalisations de l’Ancien Monde (7e-15e siècle), Paris, 2012 et, pour la connexion avec le monde musulman, É. Vallet, L’Arabie marchande. État et commerce sous les sultans rasūlides du Yémen, Paris, 2010. De manière générale, l’analyse des circulations marchandes appelle une réflexion préalable sur la différence de sens et de statut des échanges dans les sociétés capitalistes et pré-capitalistes : outre les remarques de Romain Bertrand (supra, n. 24), voir à ce sujet A. Guerreau, « Avant le Marché, les marchés : en Europe, xiiie-xviiie siècle (note critique) », Annales HSS, 56/6 (2001), p. 1129-1175.

39 J. Richard, La papauté et les missions d’Orient au Moyen Âge ( xiiie-xve siècle), Paris-Rome, 1977, ainsi que A. Vauchez, « L’évolution de l’idée de mission et de la pratique missionnaire en Occident à l’époque médiévale », Église et histoire de l’Église en Afrique, dir. G. Ruggieri, Paris, 1990, p. 13-27. Outre P. Chaunu, L’expansion…, op. cit n. 4, on peut citer, au sein d’une ample bibliographie, M. Mollat, Les explorateurs du xiiie au xve siècle, Paris, 2005 et A. Garcia Espada, Marco Polo y la Cruzada. Historia de la literatura de viajes a las Indias en el siglo xiv , Madrid, 2009. Cette expansion des savoirs du monde ne concerne évidemment pas le seul monde chrétien, mais aussi, tout particulièrement, l’Islam : concernant le Livre de l’Inde d’Al-Biruni ou la Somme des Histoires de Rashid al-Din, voir Subrahmanyam, Aux origines…, op. cit. n. 12, p. 31-39.

40 J. Le Goff, « Pour un long Moyen Âge » (1983), repris dans L’imaginaire médiéval, Paris, 1985, p. 7-13 et Faut-il vraiment découper l’histoire en tranches ?, Paris, 2014.

41 J. Baschet, La civilisation féodale. De l’an mil à la colonisation de l’Amérique, Paris, 3e édition revue et corrigée, 2006 et, pour un exemple de discussion, C. Lima Almeida, C. de Oliveira Amaralde et M. Santiago Berriel, « Le Moyen Âge est-il arrivé aux Amériques ? », Éditions Papiers, mis en ligne le 16/08/2013, http://www.editionspapiers.org/laboratoire/le-moyen-%C3%A2geestil-arriv%C3%A9-aux-am%C3%A9riques, ainsi que ma réponse, « Ce monde qui n’était pas encore le nôtre et qui s’est emparé des Amériques », mis en ligne le 20/08/2013, http://www.editionspapiers.org/laboratoire/ce-monde-qui-n-est-pas-encore-le-nôtre-et-qui-s-est-emparé-des-amériques.

42 Le grand désenclavement du monde. 1200-1600, Paris, 2011. La thèse du livre conduit à postuler, par contraste, un monde morcelé en 1200, avec des « îlots de civilisation qui vivaient en vase clos » – ce qui est tout relatif, puisque l’un de ces « îlots » englobait Eurasie et Afrique du Nord.

43 « La Chine et non l’Europe était le centre du monde à l’époque des Ming », affirme ainsi T. Brook, The Confusion of Pleasure : Commerce and Culture in Ming China, Berkeley, 1988, p. 16 (cité dans Gruzinski, « Faire de l’histoire… », loc. cit. n. 1). Du même auteur, Le chapeau de Vermeer. Le xviie siècle à l’aube de la mondialisation, Paris, 2010, est un bel exemple d’histoire connectée, centrée sur la circulation des objets.

44 K. Pomeranz, Une grande divergence. L’Europe, la Chine et la construction de l’économie mondiale, Paris, 2010.

45 La naissance du monde moderne (1780-1914), Paris, 2007.

46 Voir notamment Grataloup, Géohistoire…, op. cit. n. 30, p. 11-13 et 39-48.

47 Pour une analyse générale, inspirée par Ibn Khaldûn, de la forme-empire, voir G. Martinez-Gros, Brève histoire des empires. Comment ils surgissent, comment ils s’effondrent, Paris, 2014. Selon les critères retenus, l’âge des cycles impériaux s’étend du vie siècle avant notre ère jusqu’à la fin du xviiie siècle.

48 Une chronologie globale a (éventuellement) des vertus, mais aussi (nécessairement) des limites. On peut lui apporter des adaptations en fonction des différentes sociétés concernées, afin de rétablir la continuité des processus propres à chacune d’elles. Ainsi, la chronologie esquissée ici ne saurait conduire à dissocier entièrement l’étude du Moyen Âge central de celle des siècles précédents. Elle ne signifie pas davantage que le monde d’avant l’an mil serait entièrement cloisonné et dépourvu de toute connexion.

49 Une autre option consisterait à amorcer cette période aux viie -viiie siècles, afin d’y intégrer l’expansion de l’Islam, volontiers perçue, dans l’esprit de Marshall Hodson, comme la première civilisation mondiale (voir supra, n. 5). La différenciation par rapport aux modalités antérieures d’unification impériale pourrait tenir au rôle de la composante religieuse et, en particulier, du monothéisme comme vecteur d’universalisme (manifesté à divers degrés d’intensité, dans le cas de l’Islam, de l’aventure mongole et, de manière plus affirmée, de l’Occident chrétien). Une telle césure n’émerge cependant pas de l’analyse des logiques impériales par Martinez-Gros, Brève histoire…, op. cit. n. 47, qui n’accorde qu’une place limitée aux facteurs « religieux ». En revanche, l’ouvrage permet, par contraste, de confirmer et d’affiner la thèse de la singularité non impériale de l’histoire européenne (déjà formulée par Immanuel Wallerstein) : à partir du xie siècle, l’essor et l’expansion de l’Europe ont ceci d’inédit qu’ils s’accomplissent hors de la forme-empire (ibid., p. 23, 80 et 187).

50 Voir J.-N. Biraben, « L’évolution du nombre des hommes », Population et sociétés, 394 (2003), p. 1-4. Le recul démographique est général au xive siècle, tout comme l’est la récupération au siècle suivant, qui ramène au niveau de 1300.

51 B. Campbell, The Great Transition. Climate, Disease and Society in the Late-Medieval World, Cambridge, 2016 (et ses Ellen McArthur Lectures à l’université de Cambridge, en 2013 ; http://sms.cam.ac.uk/collection/1456791).

52 Au total, au cours de la période identifiée ici comme mondialisation archaïque, la population mondiale est presque multipliée par 5 (de 200 à 970 millions d’habitants), soit une des phases d’augmentation soutenue les plus remarquables de l’histoire de l’humanité.

53 Ce point est souligné par I. Wallerstein, « Les économies-monde et leur histoire. Entretien », Le Débat, 154/2 (2009), p. 166.

54 Impossible de proposer, en quelques lignes, une caractérisation adéquate de l’actuelle mondialisation constitutive du capitalisme néolibéral. Pour une première approche, voir P. Dardot et C. Laval, La nouvelle raison du monde. Essai sur la société néolibérale, Paris, 2009, ainsi que Rosa, Accélération, op. cit. n. 34.

55 M. Bloch, « Pour une histoire comparée des sociétés européennes » et « Comparaison », repris dans Histoire et historiens, Paris, 1995, p. 87-123. Il est significatif que Jacques Le Goff ait regretté de n’avoir guère pratiqué le comparatisme, tout en étant convaincu de son importance : « il faudra beaucoup travailler pour l’affermir. Je resterai sans doute en deçà de la terre promise, mais j’espère que les jeunes historiens pourront y aborder » (« L’appétit de l’histoire », Essais d’ego-histoire, Paris, 1986, p. 221).

56 Marcel Détienne a grandement contribué à attiser cette querelle (Comparer l’incomparable, Paris, 2000). Pour un exemple classique de comparatisme lointain et ses renouvellements récents, voir P.-F. Souyri, Histoire du Japon médiéval. Le monde à l’envers, Paris, 2013, chap. 13, « De la comparaison entre les sociétés médiévales d’Occident et du Japon ».

57 Par exemple, B. Grévin, Le parchemin des cieux. Essai sur le Moyen Âge du langage, Paris, 2012, met l’accent sur un comparatisme des similitudes, particulièrement pertinent dans la configuration de recherche adoptée. Reste que l’opposition entre comparatisme des différences et comparatisme des similitudes demande à être dépassée plutôt qu’accentuée.

58 De la comparaison à l’histoire croisée, dir. M. Werner et B. Zimmermann, Paris, 2004.

59 Bloch, « Pour une histoire… », loc. cit. n. 55, p. 97.

60 Édité dans M. Wessel, « Réflexions pour un historien curieux de méthode. Marc Bloch et l’ébauche originelle du Métier d’historien », Genèses, 3 (1991), p. 154-161.

61 « De la méthode comparative en histoire », Compte rendu du Ve Congrès international des sciences historiques, Bruxelles, 1923, p. 19-32.

62 Pour les renouvellements associés à la problématique de « l’analogisme médiéval », voir F. Coste, « Descola en Brocéliande », L’atelier du Centre de recherches historiques, 6 (2010), https://acrh.revues.org/1969. À titre d’essai en ce sens, je me permets de signaler Corps et âmes. Une histoire de la personne au Moyen Âge, Paris, 2016. Par ailleurs, les particularités de l’analogisme occidental devraient pouvoir être articulées à la singularité de la trajectoire non impériale de l’Europe (voir supra, n. 49).

63 Artisans d’une histoire connectée, mais à rebours des enthousiasmes « connexionnistes », Jean-Louis Margolin et Claude Markovits se soucient d’une telle évaluation et concluent que « la connexion entre Europe et Asie demeura donc qualitativement limitée et discontinue, dans l’espace comme dans le temps – ce jusque dans la période de colonisation à grande échelle », à partir de la seconde moitié du xviiie siècle ; Les Indes et l’Europe. Histoires connectées xve-xxie siècle, Paris, 2015, p. 741. Un argument supplémentaire en faveur de la chronologie proposée ici.

© Éditions de la Sorbonne, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540