Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Esclaves et maîtres

 | 
M’hamed Oualdi

Remerciements

Texte intégral

1Ce livre est issu d’une thèse de doctorat d’histoire soutenue le 11 octobre 2008 à l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne. Ce travail a d’abord été rendu possible par la confiance de Daniel Rivet qui m’a suivi depuis la maîtrise et qui m’a sans cesse soutenu tout en respectant mes choix de recherches. J’ai aussi pu bénéficier des conseils généreux et des lectures attentives de Jocelyne Dakhlia. Leurs manières singulières d’appréhender et d’écrire une histoire moderne et contemporaine du Maghreb n’ont cessé de m’influencer. Je voudrais ici leur renouveler mes remerciements et l’expression de ma profonde gratitude. Les approches et les hypothèses qui sont développées dans cette étude se sont aussi transformées à la lecture des recherches de Leïla Blili et Jane Hathaway, auxquelles je suis également largement redevable.

2Je tenais aussi à marquer ma reconnaissance envers un autre de mes « maîtres », Omar Carlier, pour son soutien constant, et aux membres du CEMAF (Centre d’études des mondes africains) de l’université Paris1 Panthéon-Sorbonne, en particulier Pierre Boilley, Bertrand Hirsch, Camille Lefebvre, Estelle Sohier, Liliane Daronian, Pierre Vermeren et Nadine Picaudou qui, au sortir de la soutenance de thèse, eut la générosité de me proposer de publier ce travail au sein de la collection « Bibliothèque historique des pays d’Islam ».

3Ce travail, qui enjambe les périodisations européennes, a aussi pu être nourri par des enseignements d’histoire moderne et contemporaine conçus pour les étudiants de l’université Paris1 durant quatre ans et pour ceux de l’université de Strasbourg durant deux années. J’ai pu, à cette occasion, être accueilli dans les centres de recherches respectivement dirigés par Dominique Kalifa, Alain Cabantous et Dominique Dinet, qu’ils en soient ici remerciés. J’ai alors eu l’occasion de me sensibiliser à quelques-unes des avancées de l’historiographie de l’Europe méditerranéenne et continentale, à l’écoute notamment de Wolfgang Kaiser, Katia Béguin, Vincent Denis, Jean-Pascal Gay, Simone Herry, François Jarrige, Benoît Lenoble, Raphaël Morera, Agnès Ravel-Cordonnier, Françoise Steudler.

4En dehors de ces semestres d’enseignement, lors de mes séjours de recherches à Tunis, j’ai pu bénéficier de l’accueil attentionné des membres de l’Institut de recherche sur le Maghreb contemporain, des conseils toujours avisés de Pierre-Robert Baduel et d’Anne-Marie Planel mais aussi d’échanges amicaux avec Myriam Bacha, Yazid Ben Hounet, Morgan Corriou et Marion Defaut. Dans l’exploration des archives tunisiennes, déterminantes dans la conception de ce travail, je dois beaucoup aux orientations et aux recherches de Sami Bargaoui, Abdelhamid Henia, Mabrouk Jebahi, Mehdi Jrad, Rached Lakhal et Faouzi Mosteghanemi.

5La transformation de la thèse en manuscrit a pu être entamée au sein du Max Weber Programme de l’Institut universitaire européen basé à Florence où j’ai eu la chance de connaître des camarades d’une grande générosité et d’une remarquable ouverture intellectuelle : je pense ici entre autres à Janine, Mathias, Mathieu, Valérie, Emmanuel, Franck, Marion, Luma, Valentina, Raphaël, Nai, Seda, Claudia, Claudius, Richard, Naomi. Le livre a été, enfin, conçu durant ma première année d’enseignement à l’INALCO ; j’en sais gré à Catherine Mayeur-Jaouen, mais également à Bernard Heyberger et Nicolas Michel. La publication de cet ouvrage a d’ailleurs pu bénéficier d’un soutien financier du comité de lecture des publications scientifiques de l’INALCO.

6Dans ce périple, j’ai pu compter sur l’amitié et l’affection de Bourak, Francis, Cécile, Cédric, Haroun, Inès, Jean-Baptiste, Joffrey, Josseline, Maggy, Maha, Maryline, Mohamed-Ali, Nessim, Olivier, Patrick, Régine, Sonia, Soraya, René, Ugo, Véronique, Vincent et les autres…

7Cependant, aucun de ces mamelouks n’aurait été approché ou pour le moins quelque peu compris sans l’expérience incarnée de la migration, de l’exil et sans la connaissance du dialecte tunisien vécus dans l’épreuve, l’étonnement et l’amusement, aux côtés de ma mère Zohra, de mes sœurs Henda et Ouahiba et de mon frère Hossni.

© Éditions de la Sorbonne, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540