Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Famille et pouvoir dans le monde franc (VIIe-Xe siècle)

 | 
Régine Le Jan

Deuxième partie. Anatomie de la famille

Chapitre IX. La stratégie matrimoniale

Texte intégral

1L'échange des femmes constitue le pivot autour duquel s’organise le système de l’échange social, la femme étant à la fois un gage de paix, une force créatrice de liens et le creuset par où se perpétuent les lignées.

  • 1 S. Wemple affirme qu’il fallut attendre le ixe siècle pour que les mariages des fils en soient ven (...)

2Il ne fallut donc pas attendre l’époque carolingienne et la mise en place de normes matrimoniales contraignantes pour que le mariage devînt affaire sérieuse et délicate. De tous temps, les familles avaient contrôlé de près le mariage des fils autant que celui des filles1.

3Les alliances matrimoniales et les pactes d’amicitia garantissaient l’équilibre entre les groupes de parenté, sans toutefois que les uns et les autres fussent mis sur le même plan. Les pactes d'amitié ne reposaient que sur la volonté commune des deux contractants, tandis que les liens matrimoniaux s’inscrivaient dans l'environnement relationnel et dans la durée : la formation d'une nouvelle cellule conjugale n’était pas seulement l’affaire des deux époux, elle engageait deux parentèles qui se trouvaient ensuite indissolublement liées, lorsqu’elles se prolongeaient dans une descendance commune. Il n’était donc pas rare qu’un mariage vînt renforcer un pacte d’amicitia. Il s’ensuit que le choix d’une épouse fut toujours mûrement réfléchi, pour tenir compte à la fois des impératifs familiaux – il engageait l’avenir de la lignée et celui du groupe –, et des contraintes liées aux normes sociales.

Pourquoi l’épouser ?

  • 2 Isidore de Séville, Étymologies IX, 7,29, op. cit., p. 23-239.
  • 3 Jonas d'Orléans, D.I.L., c. XII, PL 106, col. 189 : Quatuor quippe sunt, quibus feminae viris appe (...)
  • 4 Isidore de Séville, Étymologies IX, 28, p. 236-238.
  • 5 Hucbald, Vita Rictrudis, op. cit., p. 941 : « Sed ea conveniunt in utrisque quae spectari soient i (...)

4Lorsque les évêques et moralistes carolingiens s’intéressèrent au mariage et aux raisons qui déterminaient normalement le choix d’une épouse, ils se fondèrent sur les écrits d’Isidore de Séville : chez une femme, l'homme recherchait la beauté, la naissance, les richesses et les bonnes mœurs2. Vers 830, Jonas d’Orléans intervertit d’ailleurs l'ordre des qualités, plaçant la naissance en tête, suivie par la sagesse, les richesses et enfin la beauté3. Hucbald de Saint-Amand resta plus près du texte d’Isidore, expliquant en outre, comme l’évêque espagnol4, que l’épouse devait choisir son mari pour son courage, sa naissance, sa beauté et son intelligence5. Les futurs époux se déterminaient donc pour un mariage consensuel, un honorabile connubium.

5Il va de soi que l’on se trouve ici dans le domaine de l’idéologie et qu’à l’époque carolingienne, celle-ci a certainement grandement contribué à la promotion de la femme et à celle du couple conjugal.

  • 6 Hugues, fils de Lothaire II, fit assassiner un de ses fidèles, pour épouser sa veuve, « pulchritud (...)
  • 7 Hincmar accusa Waldrade d’avoir ensorcellé Lothaire II, atteint d’amour fou : « Hlotharius Vualdra (...)
  • 8 Vita Geretrudis, op.cit., p. 454 : « propter terrenam ambitionem et mutuam amicitiam ».

6Cependant, s’il n’est pas inutile de rappeler combien la beauté de certaines femmes pouvait ensorceller les hommes6, les rendre fous au point de paraître relever de la magie7, un passage de la Vita Geretrudis8 résume d’une façon concise les motivations profondes qui déterminaient les familles dans le choix de leurs alliances : propter terrenam ambitionem et mutuam amicitiam, par ambition et pour renforcer les « amitiés ». Les mariages constituaient le meilleur support des alliances, en même temps qu’ils étaient un moyen de consolider et d’accroître la puissance individuelle et familiale.

Pactes de sécurité et alliances politiques

  • 9 Gesta episcoporum Gameracensium, III, 10, op.cit., p.469 : His ita gestis, Rainerus ad integrandam (...)

7Les mobiles politiques paraissent avoir été déterminants, pour conforter les amicitiae9, pour faire cesser les vieilles inimitiés qui avaient déchiré les familles. C'est ainsi que le neveu de la reine Theutberge (fils de son frère Hucbert) finit par épouser la petite-fille de Waldrade et de Lothaire II !

  • 10 H. Wolfram, History of the Goths, U.C.P 1987, pp. 306-327 et tableau généalogique p. 374-375.
  • 11 Basine, épouse de Childéric, Radegonde, épouse de Clotaire Ier.
  • 12 Clotilde, épouse de Clovis ; Suavegothe, épouse de Thierri Ier.
  • 13 Brunehaut, épouse de Sigebert Ier et Galswinthe, épouse de Chilpéric Ier.
  • 14 Wisigarde, fille du roi Wacho, épouse Théodebert. Sa soeur Walderalde épouse Théodebald, fils de T (...)
  • 15 Audollède, sœur de Clovis, épouse Théodoric.
  • 16 Clotechilde, fille de Clovis, épouse Amalaric ; Ingonde, fille de Clotaire Ier, épouse Hermenegild (...)
  • 17 Théodechilde, fille de Thierri Ier, épouse Hermegisèle.
  • 18 Clodeswinde, fille de Clothaire Ier, épouse Alboin.
  • 19 Berte, fille de Charibert Ier, épouse Ethelbert de Kent.
  • 20 Epistulae Austrasicae, 8, M.G.H. Script, rer. Germ. Epistolae III, Hanovre 1892, p. 119.
  • 21 G. Jenal, « Gregor der Grosse und die Anfange der Angelsachsenmission (596-604) », Angli e Sassoni (...)

8Le mariage renforçait la sécurité de la famille, voire celle de ses possessions, en garantissant la neutralité des autres groupes. Les exemples les mieux connus sont ceux des familles royales des ve et vie siècles, puisque l’échange des femmes visait alors à assurer au plus haut niveau l’équilibre entre les divers Stämme. Ainsi, l’hégémonie politique de Théodoric fut-elle complétée par un système d’alliances matrimoniales qui s’étendait à toute l’Europe barbare10. De même, les mariages mérovingiens du vie siècle répondirent le plus souvent au souci de multiplier les alliances avec les dynasties régnant en Europe. Les rois prirent pour épouses des princesses thuringiennes11, burgondes12, wisigothes13, lombardes14. Ils marièrent leurs sœurs ou leurs filles à des rois ostrogoths15, wisigoths16, warnes17, lombards18 ou anglo-saxons19. L’évêque Nizier de Trèves s’adressa à la reine lombarde Clodoswinde parce qu’elle était la fille du roi Sigebert Ier20. L’évêque Augustin trouva auprès de la reine Berte une oreille d’autant plus favorable qu’il lui était recommandé par sa famille mérovingienne21. Au viie siècle, le champ matrimonial des Mérovingiens se restreignit, lorsque prévalut chez les Wisigoths et chez les Lombards le système de l’élection : chez ces peuples, les mariages avec la veuve ou la fille du roi défunt assuraient alors une forme de continuité dynastique de nature cognatique qui limitait les échanges matrimoniaux avec l’étranger.

  • 22 A.M.P., p. 16.
  • 23 Sur ce groupe de familles, voir P. Geary, Aristocracy in Provence, op. cit., p. 135. et I. Heidric (...)
  • 24 Sur l’importance politique de ce mariage, voir J. Semmler, « Zur pippinischen-karolingischen Sukze (...)

9Les mariages aristocratiques répondaient au même souci de sécurité. La présence de noms agilolfides comme Garibald ou Vulfetrude chez les Pippinides montre que ces derniers s’étaient alliés à des membres de cette gens. Après Tertry, le mariage de Drogon, fils de Pépin II, avec la fille de l'ancien maire du palais de Neustrie Berchaire22 facilita le ralliement des familles neustriennes alliées aux Waratton-Ghislemar-Berchaire23 et il en assura la fidélité24.

10Au ixe siècle, les alliances croisées entre les Welf et les Étichonides, les Étichonides et les Robertiens, les Carolingiens et les familles aristocratiques constituèrent des pactes de sécurité garantissant la paix sociale et la fidélité des grands.

  • 25 Celui du comte Gozlin épousant Uda, fille d’Uda de Saxe, celui du comte Adalbert de Vermandois se (...)

11Au xe siècle, les alliances avec la famille ottonienne étaient un gage de prestige et de sécurité : Hugues le Grand et Louis IV épousèrent des princesses ottoniennes à une année d’intervalle (le premier épousa Hadwige en 938 et le second Gerberge en 939). Les alliances ottoniennes relèvent d’ailleurs d’une stratégie lignagère mûrement réfléchie, en même temps qu’elles traduisent le prestige de la famille ottonienne au xe siècle25.

  • 26 Les Milonides de Trèves, les Lambertides et les Rupertiens forment un groupe de familles qui ne s’ (...)
  • 27 Sur ce problème de la parenté entre Pépin et Bertrade, voir le débat entre E. Hlawitschka et M. We (...)
  • 28 Sur les relations entre l'aristocratie du Rhin Moyen et la Thuringe, voir M. Gockel, Karolingische (...)
  • 29 Infra chapitre XI.
  • 30 K. F. Werner, « Die Nachkommen... », art. cit., p. 458.

12Les mariages confortaient aussi de véritables alliances politiques. Chez les Pippinides, celui de Begga et d’Anségisèle, tout comme celui de Pépin II et de Plectrude, renforcèrent des amicitiae. Chez les Uulfoald-Gunduin, l'union de Uuolfgunde, fille du maire du palais Uulfoald, avec le duc Gunduin, s’explique largement par le souci de renforcer l’amicitia entre les deux hommes. Le mariage de Charles Martel avec Rotrude, apparentée aux Widonides et aux Rupertiens, sanctionna le ralliement définitif d’une famille austrasienne jusqu’alors peu favorable aux Pippinides26. Quoique Pépin le Bref et Bertrade eussent été parents (au quatrième ou au cinquième degré27) leur mariage visait à lier plus étroitement aux Pippinides une famille puissamment implantée dans tout l’espace neustro-rhénan. Dans le deuxième quart du viiie siècle, le mariage de Rupert Ier, comte de l'Oberrheingau et du Wormsgau, avec Willisuuinde, fille du comte Adelhelm, allia les Rupertiens à une famille implantée dans la région de Mayence et liée à l’aristocratie thuringienne28. Dans le deuxième quart du ixe siècle, le mariage d’Eudes d’Orléans, fils du géroldide Adrian, avec Ingeltrude, petite-fille du comte Gérard de Paris, fut à l’origine du parti des Eudes-Adalhard29. En 907, Herbert II de Vermandois épousa la robertienne Adèle pour conforter son alliance politique avec les Robertiens30 et le pacte ainsi scellé se prolongea plusieurs années. On pourrait ainsi multiplier les exemples...

Accroître la fortune et la puissance

  • 31 S. Konecny, Die Frauen..., op. cit., p. 48.

13Cependant, le souci d’assurer la sécurité du groupe ou celui de renforcer des alliances politiques n’étaient pas les seuls mobiles qui déterminaient le choix d'une épouse. Dans sa corbeille de mariée, la jeune épousée apportait aussi des droits économiques dont il ne faut ni sous-estimer ni surestimer l’importance au haut Moyen Age. Le mariage d'Anségisèle avec Begga n’a pas eu pour but, comme on le croit souvent à tort31, de réunir les patrimoines arnoulfide et pippinide, puisque l'héritier de Pépin devait être son fils Grimoald. Ce furent les aléas de l’histoire austrasienne qui firent que le fils de Begga et d'Anségisèle recueillit seul l’héritage familial.

  • 32 Ibid. p. 48.
  • 33 E. Hlawitschka, « Zur landschaftlichen Herkunft der Karolinger », Rheinische Vierteljahrsblatter 2 (...)
  • 34 D. Owen Hughes, « From brideprice... », art. cit.. p. 272 et supra chapitre VIII.
  • 35 P. Grierson, « The identity of the unmaded fiscs in the « brevium exempla ad describendas res eccl (...)
  • 36 Chronicon s. Michaelis in pago Virdunensi, c.7, M.G.H. SS.IV, p. 81.

14Néanmoins, les droits des filles entraient certainement en ligne de compte dans la stratégie matrimoniale. Les mobiles économiques pesèrent sans doute dans le mariage de Pépin II avec Plectrude32 : elle apporta dans le consortium conjugal des domaines trévirois qui confortèrent la puissance pippinide dans cette région33. En outre, il n’était pas rare que le père dotât sa fille34 lors du mariage : vers 836, Gisèle apporta en dot d’importants domaines fiscaux qui renforcèrent la position des Hunrochides dans le nord de la Francie35. En épousant Frédéric de Lorraine en 954, Béatrix reçut de son père Hugues le Grand des domaines de Saint-Denis36. Les perspectives économiques n’étaient donc pas absentes de la stratégie matrimoniale, mais elles s’intégraient alors dans le mouvement général de circulation des biens caractérisant la période.

  • 37 Bernardus cornes Pictavinus (Ademar de Chabannes, Chron. III, 17, éd. Chavanon, p. 133).
  • 38 L’identification a été établie par O. G. Oexle, « Bischof Ebroin... », art. cit., p. 184.
  • 39 Ademar de Chabannes, Chron. III, 16, op. cit., p. 132 ; K. F. Werner, Die Nachkommen..., art. cit. (...)
  • 40 Ils plongeaient leurs racines dans une vaste Sippe des Gauz/Wald-ChagnCheim/Helm-Chrod-Garius. Voi (...)

15Dès lors qu’au ixe siècle, les familles aristocratiques menèrent une véritable politique territoriale, la stratégie matrimoniale devint une arme au service de celle-ci. L’évêque Ébroin de Poitiers utilisa les filles de son consanguineus Rorgon pour contrôler le Poitou : Bilechilde fut mariée à Bernard qui devint comte de Poitiers après la destitution en 839 de son frère Émenon37 ; Bernard mourut en 844 dans un combat contre les Normands. La seconde, nommée Adeltrude comme sa grand-mère38, épousa Ramnulf, fils de Gérard d’Auvergne39, qui devint à son tour comte de Poitiers suivant un mode de succession cognatique40.

  • 41 E. Hlawitschka, « Die Herkunft der Bischöfe... », art. cit., p. 71-78.

16De même, la famille comtale de Metz prit pied à Verdun par suite du mariage de Matfrid IV avec Lantsinde : Matfrid IV, dont le frère Richer était évêque de Liège, avait succédé à son frère Gérard comme comte de Metz. Lantsinde appartenait à la « famille épiscopale » de Verdun : Berhard, son oncle maternel, avait été évêque de Verdun de 870 à 879. Son frère Dadon succéda à Berhard de 880 à 923. Tandis qu'Adelbert, fils aîné de Matfrid IV et de Lantsinde, succédait à son père, le fils cadet, nommé Bernoin, succéda à son oncle Berhard en 92541.

  • 42 Supra chapitre VII.

17Enfin, lorsque l’hérédité des fonctions en ligne directe se fut imposée, la chasse aux héritières put commencer, puisqu’en l’absence de fils, elles héritaient42.

  • 43 Flodoard a. 934, p. 59 : « Arnulfus de Flandris filiam Heriberti, olim sibi juramentis alterutro d (...)
  • 44 Après la mort d’Adaloul en 933, Arnoul mit la main sur le Boulonnais et le Ternois, privant ainsi (...)

18À cette époque, bien des mariages s’expliquaient aussi en termes de sécurité territoriale : celui d’Adèle de Vermandois avec Arnoul de Flandre, prévu de longue date mais retardé par la rivalité entre Herbert II et les comtes Arnoul et Adaloul, finit par avoir lieu en 93443, parce qu’Herbert II, alors en lutte contre le roi Raoul et contre Hugues le Grand, cherchait des appuis sur ses marges septentrionales, où la position d'Arnoul s’était considérablement renforcée depuis qu’il avait mis la main sur le Boulonnais et le Ternois44.

19Sécurité, amicitiae et puissance, tels étaient donc les principes premiers qui déterminaient le choix d’une épouse au haut Moyen Age.

L’unité de filiation

20En fait, la stratégie matrimoniale, souvent déterminée par le père, concernait tout le groupe des germains, frères et sœurs. L’oublier serait une erreur, car on ne comprendrait pas pourquoi les motivations changeaient d’un enfant à l’autre, d’une génération à l'autre. Certes, on tenait compte des circonstances, des occasions, de l’évolution des patrimoines, mais il y avait aussi une réflexion plus générale sur l’intérêt global de la famille, en d’autres termes de l’unité de filiation.

  • 45 Infra chapitre XI.

21Jusqu’à la fin du ixe siècle, l’enchevêtrement des droits fut trop grand pour avoir joué un rôle déterminant dans la politique matrimoniale. Le souci de multiplier les pactes de sécurité et les amicitiae prévalaient alors, parce que les réseaux de parenté étaient encore extrêmement diffus et que chaque famille nucléaire, chaque groupement fraternel cherchaient d’abord à s’insérer dans un réseau de parenté efficace. Au demeurant, lorsqu’au ixe siècle, la hiérarchisation sociale eut conduit à l’individualisation des grandes familles aristocratiques45, la stratégie matrimoniale était encore nettement déterminée par le souci de diversifier les alliances, de les croiser, tout en multipliant les liens avec la famille royale. Chez les Welf par exemple, Emma, sœur de Judith, épousa Louis le Germanique ; son frère Conrad prit pour femme l’étichonide Adélaïde, fille d'Hugues de Tours. Adélaïde épousa en secondes noces Robert le Fort. Sa sœur Ermengarde épousa Lothaire Ier. Enfin Berthe, une autre sœur, épousa Gérard de Roussillon, fils de Leuthard. Le tableau no 28 montre qu’à l’époque de Louis le Pieux, les croisements d’alliance étaient une règle et que la famille royale tendait à devenir le pivot des relations matrimoniales.

  • 46 Supra chapitre VII.
  • 47 Rotrude était sans doute une widonide. Or, dans le Rhin Moyen, à la fin du viiie siècle, les Grimb (...)
  • 48 K. F. Werner, « Untersuchungen... V », art. cit., p. 87-119.

22Tant que la succession aux honores se fit selon un mode large et cognatique46, à la discrétion du roi, l’enchevêtrement des droits rendit les calculs difficiles, et les partages des années 830-870 compliquèrent encore les choses. Bien que l’on tînt certainement compte des droits des filles dans la stratégie matrimoniale, il est probable que ce n’était pas le critère principal pour le choix de l’épouse. Les droits servaient après le mariage, pour justifier des prétentions lorsque l’occasion se présentait : l’épouse du comte Gérard de Paris était probablement apparentée à l’ancien comte du palais de Paris, Grimbert47. Dans les années 830, Pépin, fils de Bernard d’Italie, obtint de Louis le Pieux un comté dans la région parisienne où était implantée la famille de son épouse, une fille du groupe des Heribert-Thierri48. Hucbald devint comte d’Ostrevent à la suite de son mariage avec Heilwich, fille d’Évrard de Frioul et de Gisèle... En définitive, lorsque le système carolingien eut atteint son point d’équilibre, la famille royale, organisée en un lignage strictement patriliénaire, était devenue l’axe d’une vaste stirps regia cognatique, le roi l'arbitre et le dispensateur suprême des honores par la transmission cognatique des droits.

Tableau no 28. CROISEMENTS D’ALLIANCE AUX IXe SIÈCLE

Tableau no 28. CROISEMENTS D’ALLIANCE AUX IXe SIÈCLE

23Le système commença à se dérégler au milieu du ixe siècle, lorsque le lignage royal se ferma. En restreignant le mariage de ses filles, la famille royale cessa d'irriguer de son sang la haute aristocratie carolingienne, elle cessa du même coup d’être le pivot des alliances. La stratégie matrimoniale s’adapta aussi à l’affaiblissement du pouvoir royal, à l’évolution du mode de transmission des honores et à la constitution d'ensembles régionaux : au xe siècle, les préoccupations territoriales se conjuguaient avec la nécessité de conclure des alliances prestigieuses et sécurisantes, selon des modalités propres à chaque lignage.

  • 49 Voir infra Annexes, tableau no 73.
  • 50 Uda était, par sa mère, une cousine d’Otton Ier.
  • 51 On ne connaît pas exactement l’origine de ces femmes mais leurs noms suggèrent une origine ottonie (...)
  • 52 R. E. Barth, Der Herzog in Lotharingien im 10. Jahrhundert, Sigmaringen 1990.

24Ainsi, les mariages des enfants de Wigeric et de Cunégonde relevèrent d’une stratégie orientée dans deux directions : une direction messine et une direction ottonienne49 bis. L’union du comte Gozlin avec Uda, fille du comte de Metz Gérard, celle de Liutgarde avec le comte Adalbert de Metz, cousin d’Uda, eurent pour but d'allier la famille aux comtes de Metz. Le mariage de Gozlin avec Uda50, sans doute celui de Gislebert avec Hadwige et celui de Sigefroid avec Hadwige51 s’inscrivaient dans la perspective ottonienne. Enfin, le mariage du duc Frédéric Ier de Haute-Lotharingie avec Béatrix, fille d’Hugues le Grand et d’Hadwige de Germanie, avait uni la famille aux Robertiens tout en l’insérant encore un peu plus dans la parenté ottonienne : Frédéric conforta ainsi sa position en Lotharingie où il obtint en 959 le titre ducal52. Le fils de Frédéric et de Béatrix fut d’ailleurs nommé Henri, comme son arrière-grand-père maternel.

  • 53 Si l'on suit M. Bur, La formation..., op. cit., p. 508 qui le fait naître vers 915. Voir infra Ann (...)
  • 54 Flodoard, a. 939-940, p. 71-78.
  • 55 Ibid. p. 96.

25Le mariage d’Herbert II de Vermandois et d’Adèle avait renforcé l’alliance politique entre Herbertiens et Robertiens. Les mariages de leurs enfants ressortirent d'une stratégie diversifiée, mûrement réfléchie. Eudes, l'aîné, mourut vers 31 ans53, sans avoir trouvé l’épouse idéale. Herbert III fit un mariage de prestige en épousant Ogive, fille du roi de Wessex, veuve du roi Charles III le Simple et mère du roi Louis IV. On a vu que Robert avait épousé Adelaïde/Werra, fille du duc Gilbert de Bourgogne, pour agrandir ses possessions du côté du Troiesien. Son frère Adalbert, comte de Vermandois, se maria avec Gerberge, belle-fille du roi Louis IV. Les mobiles politiques d’Adalbert sont indéniables. Bien que Gerberge n’apportât ni honores ni terres, elle était la nièce d’Otton Ier et cette union entrait dans la politique lotharingienne de la famille vermandisienne. Le mariage d’Adèle de Vermandois, fille d’Herbert II, avec Arnoul de Flandre, s’expliquait en terme de stratégie territoriale. Enfin, celui de Ledgarde, deuxième fille d’Herbert II, avec Guillaume de Normandie, s’inscrivait dans le cadre de l’alliance politique qui unissait alors Hugues le Grand, Herbert II et Guillaume Longue-Epée contre le roi Louis IV54. Après la mort d’Herbert II et celle de Guillaume, le remariage de Ledgarde avec le comte Thibaud de Chartres, en 945/946, favorisa les entreprises de Thibaud en Picardie ; il conforta la politique commune d’Herbert III, de son cousin Bernard de Senlis et de Thibaud dans cette région55, en même temps qu’il assura la sécurité des possessions vermandisiennes sur leur flanc méridional.

  • 56 L’une d’entre elles dut épouser Hilduin, un fidèle du comte. Voir infra Annexes, tableau no 63.

26De son côté, Arnoul Ier de Flandre avait épousé Adèle de Vermandois pour renforcer les marges méridionales de ses possessions. Les mariages des enfants d'Arnoul furent orientés vers le Nord. L’héritier, Baudoin III, épousa Mathilde, fille du comte saxon Herman Billung. Hildegarde épousa le comte Thierri de Westfrise et Liutgarde le comte Wicman du Hamaland qui devint comte de Gand, tandis que les autres filles d’Arnoul faisaient des mariages locaux et hypogamiques qui renforçaient les liens hiérarchiques entre le marquis et ses fidèles56. Après la mort de Baudoin III, sa veuve Mathilde, mère d’Arnoul II, se remaria avec Godefroid le Captif, comte de Verdun. Arnoul II fit un mariage de prestige en épousant Rosala-Suzanna, fille du roi d’Italie Bérenger II.

  • 57 Voir à ce sujet A. Lewis, Le sang royal, op. cit. et infra Annexes, tableau no 00, p. 37-39.
  • 58 A. Lewis (Ibid., p. 37-38) considère ce retard de l’âge au mariage comme exceptionnel. Il s’agit l (...)

27Les mariages robertiens répondirent à une stratégie nettement lignagère57. Hugues Capet, l’aîné, fut marié tard, car la recherche d'une épouse était devenue délicate58. Il fit un mariage de prestige autant que de sécurité en épousant vers 970 Adélaïde, fille du comte Guillaume de Poitou et d'Adèle, sœur du comte Guillaume IV Fier-à-Bras. Otton, le deuxième fils, épousa l'héritière de la Bourgogne franque et, à la mort de son frère, Eudes, le troisième fils, interrompit sa carrière ecclésiastique pour épouser Gerberge, veuve du roi d’Italie.

Carte no 4. LES ALLIANCES MATRIMONIALES FLAMANDES AU Xe SIÈCLE

Carte no 4. LES ALLIANCES MATRIMONIALES FLAMANDES AU Xe SIÈCLE

28Le système matrimonial s’était donc progressivement modifié en fonction de l’évolution des structures du pouvoir. Au xe siècle, alors que le pouvoir royal s’était affaibli, que les familles s’organisaient autour de la transmission directe de leurs honores, les alliances matrimoniales venaient conforter le patrimoine tout en légitimant le pouvoir familial. D’où le célibat des cadets, la chasse aux héritières, la recherche d’alliances apportant la sécurité et enfin la nécessité pour les fils de trouver une épouse au moins aussi noble qu’eux. De ce point de vue, la stirps regia carolingienne ne jouait plus le rôle fédérateur qui avait été le sien au siècle précédent, mais la pluralité des familles royales permettait aussi que se constituât une nouvelle stirps regia, cette fois sous l’hégide du genus saxon.

Le connubium

  • 59 Vita Sadalbergae, op. cit., p. 53 : « Interea cum ad perfectae aetatis annos, parentes eius cum vi (...)
  • 60 Supra chapitre VII.

29« Pendant ce temps, lorsqu’elle fut arrivée à l’âge requis, ses parents qui la voyait grandir et parfaite de mœurs,... songeant à la succession des enfants, la donnèrent en mariage... à un certain Richramn, un homme qui était estimé pour sa noblesse »59. Le mariage avait aussi pour but de perpétuer la lignée, il fallait donc que les nobles pratiquassent le connubium, afin que l’épouse transmît à ses enfants la noblesse du sang conjoint60.

  • 61 F. Geissler, article « Brautwerbung », R.L.G.A III, p. 422-425.
  • 62 Lex salica XIV, 10, op. cit., p. 54
  • 63 P.L.S. c. XV, 4, p. 63. Lex salica, op. cit., p. 52-56, 208-209. Capitula legi salicae addita (819 (...)
  • 64 Supra chapitre VIII.

30L’homogamie juridique était imposée par la loi61 qui réprimait sévèrement les mariages inégaux : l’homme libre qui épousait une non-libre sans l’avoir auparavant affranchie62, ou la femme libre qui épousait un non-libre63, perdaient leur liberté. Le problème des mariages inégaux se posait néanmoins, car les amours ancillaires débouchaient parfois sur le mariage, après que la femme eut été affranchie. Cependant, on peut douter qu’avant le ixe siècle, il se fût agi de Muntehe. À la fin du ixe siècle en effet, alors que le mariage public et dotal était devenu la seule forme de noces légitimes, les nobles considéraient encore qu’il s’agissait d’unions secondaires, que l’on pouvait rompre facilement, parce que l’épouse n’était pas bene nata, c’est-à-dire née libre, de parents libres64. Le reste était question d’appréciation et de stratégie.

  • 65 Ce point a été souligné par L. Theis, « Saints sans famille », R.H. (1976), p. 12.
  • 66 Vita Wandregiseli, op. cit., p. 14.
  • 67 Vita Sadalbergae, op. cit., p. 55 : « vir quidam strenuus, consiliis regis gratus, inter suos fama (...)
  • 68 Vita Waldetrudis, éd. et trad. A. Noirfalise, p. 50.

31L’homogamie sociale était en fait imposée par les règles de l’échange matrimonial. Les Vitae mérovingiennes montrent que le jeune noble épousait normalement une jeune fille de condition noble65 : Wandrille fut pressé par ses parents de se fiancer à une jeune fille bien née66. Salaberge, une fois veuve de son premier mari Richramn, épousa en secondes noces Blandin/Bason, un autre noble67 Waudru épousa Madelgaire, un noble68

32Cependant, la noblesse était un prisme aux reflets changeants selon l’angle d’où on l’observait, brillant au sommet, terne à la base. Bien que les familles aristocratiques eussent toujours été soucieuses de respecter les principes homogamiques, les mariages dissymétriques étaient possibles, dès lors que les parents étaient d'accord et que chacun des conjoints était reconnu comme noble, en fonction du marché de l'offre et de la demande.

Du contrôle des filles...

  • 69 P.L.S. t. LX, p. 235, repris dans toutes les versions de la loi salique.
  • 70 Concile de Losne (673-675), c.12 et 13, J. Gaudemet et B. Basdevant éd., Les canons des conciles m (...)
  • 71 S. Hellmann, « Die Heiraten der Karolinger », Fest. für K. Th. von Hergel, 1896.
  • 72 S. Konecny, Die Frauen..., op. cit., passim.

33Jusqu'au ixe siècle, les mariages dissymétriques furent des unions hypogamiques. La pratique consistant à marier tous les fils aurait dû équilibrer le marché des épouses, si la mortalité maternelle, le célibat des nonnes ou les restrictions au remariage des veuves n’avaient contribué à diminuer le nombre des femmes à marier. Les femmes en âge de procréer étaient suffisamment précieuses pour qu'elles aient été protégées par un triple wergeld69 et pour qu’on ait même tenté de leur interdire de prononcer des vœux monastiques, sauf en cas de veuvage70. Le mode de transmission de la noblesse compensait ce déséquilibre relatif, puisqu’il permettait qu’un fils de nobles épousât moins noble que lui : par le mariage, l’épouse devenait le vecteur de la noblesse conjointe. Les Carolingiens des viiie et ixe siècles purent ainsi choisir leurs épouses au sein de la noblesse71, ce qui était une forme d’hypogamie. Il est vrai que leur champ matrimonial se limitait à la haute aristocratie des proceres72. Dans l’aristocratie, le déséquilibre entre l’offre et la demande de filles à marier conduisait aussi à tolérer les unions hypogamiques, à l’intérieur du groupe des nobiles, voire à l’intérieur de celui des libres.

  • 73 G. Duby, Le chevalier..., op. cit., p. 44-45.
  • 74 R. Köstler, « Raub-, Kauf-und Friedelehe... », art. cit., p. 92-136 et S. Kalifa, « Singularités m (...)

34Le respect général des principes homogamiques générait des tensions que le rapt permettait de résoudre par la violence. Georges Duby a souligné à juste titre combien la fréquence des rapts dans la société haut-médiévale participait de la violence ambiante et des rites sociaux par lesquels les jeunes mâles s’opposaient à leurs aînés73. Il n'empêche que le rapt des jeunes filles nobles, et plus encore peut-être celui des veuves, était d’abord une forme de mariage hypergamique, le moyen pour les jeunes hommes de contourner les contraintes sociales et démographiques pour obtenir une épouse qui leur apporterait un surcroît de noblesse, de richesse et de pouvoir74.

  • 75 Lex Salica, c. XIV. 1, op. cit., p. 52, 53 : « Si quis tres hominis puella de casa aut de screona (...)
  • 76 Lex salica, c. XIV, 6, op. cit., p. 55 : « Si quis puellam disponsatam dructe ducentem ad maritum (...)
  • 77 Le Pactus legis Salicae punissait le ravisseur d’une amende, mais il n’imposait pas le retour de l (...)

35Jeunes filles et veuves nobles n’étaient à l’abri ni dans leur maison, ni dans les ateliers où elles filaient75, ni même dans le cortège nuptial qui les conduisait à leur futur mari76 ni surtout dans les monastères où elles se retiraient. Toutes les lois germaniques contiennent donc des articles condamnant le rapt et autorisant la famille de la victime à se venger. Cependant, comme la loi n'obligeait pas le ravisseur à rendre la femme enlevée, le rapt était un mode condamné, mais reconnu, d’acquisition d’une épouse77.

  • 78 Lex Salica, c. XIV, 9, (version D de Pépin, 763-764), op. cit., p. 55 : « Si quis cum ingenua puel (...)
  • 79 Marc. II, no 16, p. 85-86.

36À partir du viie siècle, on fit d’ailleurs la différence entre le rapt et la seductio, c’est-à-dire l’enlèvement d’une jeune fille avec son consentement78 : le mariage qui en résultait était valide si le ravisseur obtenait l’accord des parents en payant une amende, la jeune fille conservait ses droits à l’héritage si son mari la dotait légalement79.

  • 80 Il conviendrait de constituer un corpus des rapts, ce que je compte entreprendre.

37Le rapt fut toujours un moyen marginal, mais non négligeable, de contourner les contraintes homogamiques. Il contribuait en outre à l’échange entre les différentes strates de la pyramide aristocratique et d’une certaine manière, à l’ouverture de la noblesse aux non-nobles80.

  • 81 Allocutio missi cuiusdam divionensis (857), M.G.H. Capit. II, p. 292. Capitula post confluentinum (...)
  • 82 Hincmar, De coercendo et exstirpando rapta viduarum, puellarum et sanctimonialium, PL 125, col. 10 (...)

38À partir du milieu du ixe siècle, il semble être devenu un véritable fléau social, puisque capitulaires et canons conciliaires s’en préoccupèrent sans relâche81 et qu’Hincmar de Reims écrivit même un véritable traité sur le sujet82. Il se pourrait que ce mode d’acquisition d’une épouse fût devenu plus intolérable dans le contexte de la mise en ordre de la société carolingienne. Tout porte cependant à croire qu’il y eut bien une recrudescence des rapts dans la seconde moitié du ixe siècle et qu’elle ne s’explique pas seulement par les troubles qui accompagnèrent les guerres civiles des années 830-840, les changements de frontière ou les invasions de la fin du siècle : elle tient aussi à des raisons plus profondes qui sont liées à l’évolution des structures internes de la société aristocratique, c’est-à-dire au renforcement des tendances patrilinéaires conjugué avec une rigidité plus grande de la stratification sociale.

  • 83 Fred. Cont. c.26, op. cit., p. 180, A.M.P., a. 742, p. 33.
  • 84 Gisèle, sœur de Charlemagne devint abbesse de Chelles. Rotrude, fille aînée de Charlemagne et d’Hi (...)

39Remarquons tout d’abord que la famille royale elle-même ne fut pas épargnée, puisqu'en moins de quinze ans, deux princesses carolingiennes furent enlevées : une fille de Lothaire Ier fut ravie en 846 par Giselbert, et Judith, fille de Charles le Chauve, le fut par le comte Baudoin en 862. Obtenir une Carolingienne en mariage représentait en effet l’hypergamie la plus réussie qui fût, puisque cette union conduisait à entrer dans la stirps regia. Or, les Carolingiens limitèrent les mariages de leurs filles, sans doute afin d’éviter que des descendants en ligne féminine ne viennent un jour revendiquer la regalis potestas. Carloman et Pépin s’opposèrent, en vain d’ailleurs, au mariage de leur sœur Hiltrude avec le duc des Bavarois Odilon dont ils se méfiaient à juste titre83. Pépin le Bref et Charlemagne ne marièrent pas leurs filles84 : Gisèle, sœur de Charlemagne, fut envoyée au monastère tandis que l’empereur refusait à ses filles le droit de conclure des Muntehen.

  • 85 Astronome, Vita Hludowici, 61, op. cit., p. 372 : Gerardus... cornes et gener quondam Pippini, nec (...)

40Alors qu’il était roi d'Aquitaine, Louis le Pieux maria sa fille aînée Alpais à son ami le comte Bégon et sa fille Gisèle, née de Judith, épousa vers 836 le marquis Evrard de Frioul. Rotrude et Hildegarde, filles de Pépin Ier d’Aquitaine, épousèrent les comtes Rathier de Limoges et Gérard d’Auvergne85.

  • 86 11. avec Rothilde que Charles le Chauve eut de Richilde. Mais cette dernière épousa Roger du Maine (...)
  • 87 Il s’agit d’Hiltrude, mariée par Lothaire Ier au comte Bérenger, et de Judith, mariée par Charles (...)
  • 88 Sur les mariages de Judith, voir C. R. Bruhl, « Karolingische Miszellen », DA. (1988), p. 355-389.
  • 89 Louis II, Lothaire II, fils de Lothaire Ier ; Carloman, Louis III et Charles III le Gros, fils de (...)
  • 90 Carloman et Lothaire, fils de Charles le Chauve.

41Cette phase d'ouverture n’était que relative. Sur les dix filles de Lothaire Ier, Louis le Germanique et Charles le Chauve86, deux seulement furent mariées par leurs pères87, sept devinrent abbesses et deux furent enlevées. Finalement, Hiltrude fut la seule des princesses carolingiennes de cette génération à épouser un aristocrate franc, puisque Judith fut mariée à l'étranger88. Sur les neuf fils de ces mêmes rois ayant atteint l’âge de se marier, sept prirent femme89 et deux devinrent abbés90 : tandis qu'on mariait les fils, on restreignait le mariage des filles pour éviter que la stirps regia ne s’étendît largement en ligne cognatique.

42La fermeture du lignage carolingien sous Pépin et Charlemagne, puis à l’époque des fils de Louis le Pieux, s’explique par le mode de succession patrilinéaire du regnum qui, dans un système globalement cognatique et bilatéral, risquait d’entraîner des revendications de la part des descendants en ligne féminine. L’ouverture du lignage royal sous Louis le Pieux est sans doute le signe de la solidité de la position royale à ce moment précis ou d’un manque de clairvoyance politique.

  • 91 Annales de Saint-Bertin, op. cit. p. 88 : Balduinum comitem et R. Hennebicque-Le Jan, « Structures (...)

43Dans la seconde moitié du ixe siècle, l’aristocratie réussit à faire accepter un mode de transmission patrilinéaire des honores, dont on sait qu’il était pratiquement acquis à Quierzy en 877. En même temps, la hiérarchisation du groupe des nobiles rendit plus contraignants les principes homogamiques, tandis que l’application de ces mêmes principes renforçait la rigidité de la stratification sociale. Lothaire et Charles le Chauve ne reprochaient pas à Giselbert et à Baudoin leur condition,-car tous deux appartenaient à la noblesse et pour le second au moins à l’aristocratie comtale91 -, mais ils ne pouvaient admettre pour gendres des nobiles qui se situaient loin des sommets de la Reichsaristokratie.

44En même temps que se renforçaient les tendances à l’hérédité directe des honores, l’épouse devenait le gage de légitimité de la puissance, ce qui contribuait à accroître les tensions sur le marché matrimonial. Par voie de conséquence, la rigidité de ces principes bloquait le renouvellement du groupe des proceres, alors même que la société était agitée de tourbillons offrant aux plus hardis des chances de promotion. La recrudescence des rapts dans la seconde moitié du ixe siècle me semble donc avoir été l’expression d’une société en crise qui se crispait sur des principes qu’elle sentait menacés par les mutations sociales, politiques et mentales.

  • 92 Cette ambiguité a été montrée par R Corbet, « Le mariage en Germanie ottonienne d'après Thietmar d (...)
  • 93 Concilium romanum 743, M.G.H. Concilia I, p. 32.
  • 94 Annales Saint-Bertin, a. 862, op. cit., p. 95.
  • 95 Ibid., a. 863, p. 87-88.
  • 96 R. Parisot, Le royaume de Lorraine..., op. cit.. p. 419.

45L’Église eut une attitude ambiguë à l’égard des rapts92. Tout en condamnant une pratique qui violait l’autorité paternelle et qui sapait l’ordre social, tout en frappant le ravisseur d’excommunication93, elle voyait aussi dans ce mode d’acquisition d’une épouse une forme de mariage consensuel échappant aux contraintes familiales. Les prélats poussaient donc les parents à accepter l'inacceptable. L’exemple de l’enlèvement de Judith par Baudoin est bien connu et à cet égard exemplaire. Mariée jeune par son père, mais deux fois veuve de rois anglo-saxons, Judith avait vendu ses biens Outre-Manche pour rentrer chez son père, en attendant qu’il décidât de son sort. Baudoin vint à passer... Il plut à la jeune veuve qui se laissa enlever avec l’aide de son frère Louis, déchaînant la colère paternelle. Le roi fit excommunier les fugitifs94, mais ceux-ci reçurent le soutien de l’archevêque de Reims Hincmar : en 863, un an après l’enlèvement, Charles dut reconnaître le mariage de sa fille, avant d’assurer la fortune de son gendre95. En 849, l'empereur Lothaire avait également dû accepter le mariage d’une de ses filles, enlevée par Giselbert trois ans plus tôt96.

46L’attitude des évêques contribua donc certainement à assouplir les contraintes homogamiques, mais d’autres facteurs y concoururent également. La crise sociale de la fin du ixe siècle déboucha au siècle suivant sur de nouveaux comportements qui entraînèrent à leur tour une diminution de la fréquence des rapts. Au xe siècle en effet, alors que l’ordre ne régnait pas davantage et que les rapports de force s’exacerbaient, les rapts paraissent avoir été moins fréquents.

…au contrôle des fils

47Les règles matrimoniales s’adaptèrent en effet aux transformations de la société. La mise en place des lignages organisés autour de la transmission patrilinéaire de l'honor familial, le développement des relations hiérarchiques par le canal de la fidélité, la promotion de la femme au rang de vecteur principal de la noblesse, conduisirent les familles de la haute aristocratie à modifier leur regard sur le mariage.

48Les contraintes homogamiques se firent plus sévères pour les fils, détenteurs de la puissance familiale et obligés désormais de trouver des épouses au moins aussi nobles qu’eux, pour légitimer leur position autant que pour garantir la noblesse de leurs descendants.

49Les principes homogamiques conduisirent d’abord les rois à épouser des filles de rois. Louis III, roi d’Italie, se maria avec la fille de l’empereur byzantin Léon, puis avec Adelaïde, fille du roi Rodolphe de Bourgogne. Le roi de Francie occidentale Charles le Simple épousa Ogive, fille du roi d’Angleterre Edouard, leur fils Louis IV d'Outremer épousant Gerberge, fille du roi Henri Ier de Germanie. Lothaire prit pour femme Emma, une fille du roi Lothaire d'Italie.

50Les fils de la haute aristocratie respectèrent aussi une stricte homogamie sociale : Arnoul de Flandre épousa Adèle de Vermandois, le duc Frédéric de Lotharingie épousa Béatrix, fille d’Hugues le Grand, qui cousinait avec les Carolingiens et les Ottoniens... Ils s’efforçaient de réaliser des unions hypergamiques : Baudoin II, petit-fils de Charles le Chauve par sa mère Judith, épousa en 884 Aelfstrude, une princesse anglo-saxonne ; Hugues le Grand épousa Eadhilde, une sœur de la reine Odgive, puis Hadwige, une fille d’Henri Ier. Les fils de la haute noblesse devaient désormais trouver une épouse de leur rang ou se vouer à Dieu.

  • 97 Richer, op. cit., p. 160 et Van Winter J. M., « Uxorem de militari ordine sibi impaimparem » dans (...)
  • 98 R Lot, Les derniers Carolingiens, op. cit., p. 209.

51À la fin du xe siècle, lors de la compétition pour le trône de Francie occidentale qui opposa le Carolingien Charles au duc des Francs Hugues Capet, l’argument du mariage hypogamique de Charles fut invoqué contre lui par l’archevêque Adalbéron de Reims. Selon Richer, Adalbéron aurait reproché à Charles de « s’être mésallié en épousant une femme de l'ordre militaire (uxorem de militari ordini sibi imparem duxerit) »97, ce qui l'aurait privé de toute autorité sur ces mêmes milites. Adelaïde appartenait à une famille honorable, bien que n'étant pas de sang royal ni même ducal98. Deux siècles plus tôt, une telle union eut sans doute été admise, elle était maintenant considérée comme une mésalliance. La reconnaissance sociale passait par le choix de l’épouse, celle-ci étant désormais le gage de noblesse dont les puissants avaient besoin, comme s’il fallait qu’à chaque génération, la mère vînt légitimer la puissance du père. La noblesse était devenue plus relative, plus changeante, plus contrastée aussi, parce que plus sociale. Un fils de roi ne pouvait épouser une fille de miles, fût-elle d’origine noble, sans ternir sa propre noblesse. Tout se passait donc comme si, au sein de l'échange matrimonial d’où naissaient les enfants, le rôle de la mère était devenu plus important, comme si elle devenait le vrai gage de légitimité d'une puissance présente et à venir.

52Tandis que les contraintes se faisaient plus grandes pour les fils, les familles nobles assouplissaient leur position à l’égard de leurs filles, au fur et à mesure que s’imposait le modèle lignager de transmission du pouvoir. Le célibat des cadets, destiné à maintenir l’intégrité du patrimoine, déséquilibra l’offre et la demande de filles à marier, à un moment où les familles étaient obligées de marier toutes leurs filles pour répondre à la nécessité toujours aussi forte d’enserrer le lignage dans un réseau de parenté cognatique.

  • 99 Parce que les fils et petit-fils de Richilde devinrent archevêques de Bourges, J. Depoin faisait d (...)
  • 100 Beyer no 158, 164. 166, 170.
  • 101 Le comte Bivin semble être un frère de Boson, comte puis roi de Bourgogne, de Richard le Justicier (...)
  • 102 Thibaud de Vienne était fils d'Hubert, marquis de Transjurane. Berte était fille de Lothaire II et (...)
  • 103 Elle épousa en secondes noces le roi Louis IV d’Outre-Mer.
  • 104 Flodoard, a. 944, p. 91. Le roi lui donna alors le château de Montigny qui dépendait de l’abbaye d (...)
  • 105 Celle-ci est née aux environs de 930, le mariage de ses parents ayant eu lieu en 929.
  • 106 Flodoard, a. 947, p. 106 ; a. 948, p. 117 ; a. 949, p. 123 ; a. 950, p. 128 ; a. 952, p. 133, 134  (...)
  • 107 L’une de ses filles épousa Fromont, comte de Sens ; une autre, nommée Ermentrude, épousa successiv (...)
  • 108 Hariulf, Chronicon Centulense, éd. Lot, p. 12 et 205.
  • 109 Selon l’auteur de L’Art de vérifier les dates t. XII, p. 323, Hugues aurait été fils d’un comte Hi (...)
  • 110 Hariulf, op. cit., p. 230.
  • 111 Bruel, Recueil des actes des comtes de Ponthieu (1026-1279), p. III-IV.

53Cela suffit-il à expliquer certains mariages hypogamiques des filles de la haute aristocratie au xe siècle ? Un fidèle des Robertiens, le vicomte Thibaud, sans doute noble mais certainement pas fils de comte, put épouser au début du xe siècle Richilde, qui appartenait à la puissante famille des Richardides99. À la même époque, Folmar, vassal de l’Église de Trèves et avoué de Saint-Maximin100, se mariait avec une autre Richilde, fille du comte lotharingien Bivin101 ; Garnier, vicomte de Sens, épousait Theutberge, fille du comte de Vienne Thibaud et de la carolingienne Berthe102 : il devint ensuite comte de Troyes. Des deux filles que Gerberge de Saxe103 avait eues du duc Giselbert de Lorraine, l’une fut mariée à un descendant de Charlemagne, le comte Adalbert de Vermandois, un noble parmi les nobles. Mais l'aînée, nommée Alberade, comme sa grand-mère paternelle, épousa un certain Renaud (Ragenold), un guerrier valeureux et turbulent, sans doute apparenté aux Gui-Renaud du Soissonnais mais qui n’appartenait pas à la très haute aristocratie. En 944, il ne portait encore aucun titre104, il gardait un château pour le compte du roi. Entre 945 et 947, il épousa Alberade105, belle-fille du roi, et à partir de 947, Flodoard le qualifia de comes106. Les enfants de Renaud et d’Alberade firent partie de la haute noblesse107. Cet exemple n’est pas isolé. Les comtes de Flandre marièrent leurs filles dans l’aristocratie locale, avec des comtes ou même avec de simples avoués. D’ailleurs, selon Hariulf, le duc Hugues Capet aurait donné sa fille Gisla en mariage à un certain Hugues qui n’était qu'advocatus de l’abbaye de Saint-Riquier108. Qu’il ait été noble ou non, et sans doute l'était-il109, sa condition était bien inférieure à celle de son épouse qui cousinait avec tous les rois de l’Occident. Après son mariage, l’avoué étendit sa puissance territoriale, tout en refusant de prendre le titre de comte110. Son fils Enguerrand fut le premier à le porter111, tandis qu’un autre de ses fils devenait abbé de Forest-Moutiers : tous deux avaient hérité à la fois la puissance de leur père et la haute nobilitas de leur mère.

  • 112 Cartulaire de Marmoutier pour le Dunois no 5 (1048-1061). Foucher, fils de Nivelon, est propinquus(...)

54Ces mariages dissymétriques permettaient en fait de doubler des liens de fidélité préexistants. Ils montrent qu’au xe siècle, les familles de proceres, les plus soucieuses sans aucun doute d’accroître et de diffuser leur nobilitas, cherchaient non seulement à enserrer leurs lignages dans un réseau de parenté horizontal mais qu’elles voulaient aussi renforcer par des mariages dissymétriques les relations verticales, hiérarchiques, qui les unissaient à leurs fidèles. La haute aristocratie s'ouvrait ainsi à des lignées dont les fondateurs n’étaient généralement pas des hommes nouveaux, mais qui n’appartenaient pas au milieu de l’aristocratie comtale. C’est à la faveur des troubles de la fin du ixe siècle et de la redistribution du pouvoir au plan local que les plus hardis d’entre eux obtinrent des charges de vicomtes ou d’avoués et qu'ils légitimèrent leur puissance en épousant plus noble qu’eux. Plus tard, des castellani parvinrent à leur tour à fonder la noblesse de leur lignage en s'agrégeant par mariage à des familles de domini : le comte Eudes II plaça comme gardien du château de Fréteval un certain Nivelon dont le fils du même nom fut qualifié de nobilis vir en 1040 dans un acte de Saint-Père de Chartres. Son fils Foucher était alors allié à la famille du vicomte de Chartres Gilduin de Breteuil112.

55Les contraintes du connubium furent donc constantes, mais le déséquilibre du marché des épouses, dans un sens puis dans l’autre, permit un certain brassage de la noblesse. On toléra d'abord les unions hypogamiques, puis, à l’époque carolingienne, la hiérarchisation de la société aristocratique, conjuguée avec le développement des tendances patrilinéaires et l’application du modèle monogame et indissoluble du mariage, renforcèrent les contraintes, au point que, dans la seconde moitié du ixe siècle, la rigidité des principes homogamiques jointe aux troubles ambiants, mais aussi à la redistribution des rôles entre les hommes et les femmes conduisirent à une augmentation des rapts.

56Dans cette perspective, la mise en place aux xe et xie siècles de pratiques lignagères consistant à renforcer les contraintes homogamiques pour les fils, tout en les assouplissant pour les filles, ne fut pas seulement liée à une stratégie de l'héritage et de l’alliance, elle fut aussi la réponse qu’une société en plein renouvellement apportait au désordre social, afin que l’ordre régnât à nouveau, que noblesse et puissance tendissent de nouveau à se superposer.

Endogamie ou exogamie ?

  • 113 Voir E. Esmein, Le mariage en droit canonique, Paris 1929, J. Gaudemet, Le mariage..., op. cit., p (...)
  • 114 J. Chélini, L’aube du Moyen Age..., op. cit., p. 184.
  • 115 J. Goody, L’évolution..., op. cit., p. 61-110.

57Le choix d’une épouse ne se déterminait pas seulement en fonction de l'avenir, il tenait également compte du poids du passé. Il n’est pas dans mon propos d’étudier ici l’évolution de la réflexion de l’Église en matière d'empêchement de mariage113. On a longtemps considéré qu'en multipliant les interdits à l'époque carolingienne, l’Église avait réagi contre d’anciennes pratiques qu’elle jugeait contraires à la morale chrétienne114. Peut-être faudrait-il se demander si l'évolution des pratiques n’a pas conduit les clercs carolingiens à durcir les normes, pour des raisons que nous ne saisissons pas encore très bien, quoique Jack Goody ait avancé d'intéressantes hypothèses à ce sujet115. Entre normes et pratiques, l'interaction a sans doute joué dans les deux sens.

Aux origines

  • 116 G. Murdock, De la structure sociale, op. cit., p. 224-225.

58Les sociétés haut-médiévales étaient indifférenciées et organisées autour de parentèles bilatérales. Si l’on suit G. Murdock, des sociétés de ce type sont exogames, c’est-à-dire que, par peur de l’inceste, elles n’énoncent aucune règle obligeant à choisir une épouse à l’intérieur même de la parenté consanguine. En revanche, certaines d’entre elles pratiquent la polyginie116. Enfin, lorsque l'échange est généralisé, comme dans nos sociétés modernes, il ne peut y avoir de groupe de parenté étendu. C’est donc à la lumière des travaux des anthropologues, et non de ceux des canonistes, qu’il convient d’étudier ces sociétés, afin de déterminer selon quelles règles on pratiquait l’échange des femmes.

  • 117 Voir sur ce dernier point L. Theis, « Saints sans famille », art.cit. p. 12.

59L’examen des divers types de sources, qu’il s’agisse des mythes fondateurs, des légendes ou des récits historiques, de l’anthroponymie ou des généalogies, des vies de saints enfin117, montre que les Germains étaient effectivement fondamentalement exogames et qu’ils n’hésitaient pas à choisir leurs épouses en dehors de la parenté consanguine, y compris dans des groupes étrangers. En un mot, ils pratiquaient l’échange généralisé.

  • 118 Sur ces problèmes, voir par exemple R. Wenskus, Stammesbildung und Verfassung. Das Werden derfrühm (...)
  • 119 Les Franci n’apparurent qu’au iiie siècle. Voir la bonne mise au point récente de E. James, The Fr (...)
  • 120 Fred. IV, p. 93-95.
  • 121 Les travaux de L. Buchet sur le matériel de Frénouville montrent une « micro-évolution » des carac (...)

60L’exogamie et la guerre ont été à la base de l’ethnogenèse des peuples germaniques. La formation d’un Stamm résultait de la fusion progressive de plusieurs ethnies, successivement vaincues, assimilées par mariage, soudées ensuite par les victoires et par la croyance en une même origine, l'origo, ainsi qu’en une patrie commune118. Comme le peuple franc s’est formé tardivement119, la fusion entre les différentes ethnies n’était sans doute pas encore complètement réalisée au ve siècle, le mythe de l’origine troyenne des Francs n’apparaissant d’ailleurs qu’au viie siècle, chez Frédégaire120. L’ethnogenèse se poursuivit donc aux vie et viie siècles, alors même que les Francs étendaient leur domination sur une grande partie de l'Europe barbare. Leur réussite ne s’explique sans doute pas seulement par la valeur de leurs armées, elle vient aussi de leur capacité à se fondre dans les populations soumises auxquelles ils imposaient leur modèle culturel121.

  • 122 Vita Sudalbergae, op. cit., p. 53. Il s’agit peut-être de Gunzo, premier duc d’Alsace (H. Keller, (...)
  • 123 Voir par exemple les liens de parenté entre le duc Gunduin et saint Agil, fils du faronide Chagnoa (...)
  • 124 Grégoire de Tours, Histoires III, 22-27.
  • 125 E. Ewig, « Das Trierer Land im Merowinger-und Karolingerreich », R. Laufner éd., Geschichte des Tr (...)
  • 126 D’après la Vita Rictrudis d’Hucbald, AASS Mai III, p. 81-89.
  • 127 Vita Corbiniani par Arbeon de Freising, c. 1, M.G.H. SSRM.4, p. 189.

61En Gaule du Nord, la fusion avec les aristocraties locales se réalisa très vite : l’abondance des noms en Gund dans les familles franques implantées aux marges de la Burgondie, de l’Austrasie et de la Neustrie prouve à elle seule que les mariages entre Francs et Burgondes n’ont pas seulement concerné la famille royale. Le duc Gunduin, père de Salaberge122, était un Franc, comme Tétaient les Gunduin-Uuulfoald d'Austrasie, mais leur ascendance burgonde ne fait pas de doute123. Les aristocrates francs ou franco-burgondes n’hésitèrent pas davantage à épouser des Gallo-romaines. Le roi Théodebert avait épousé Deoteria, une Gallo-romaine124, sans doute de rang sénatorial125. Sous le règne de Dagobert, le noble neustrien Adalbald ramena de Gascogne une épouse aquitaine, Rictrude, leur fils Mauront et leur fille Eusébie portèrent des noms romains tandis que leurs deux autres filles portaient des noms germaniques126. Corbinian, un des évangélisateurs de la Bavière, avait pour père Waltkise, un noble de la région de Melun et pour mère Corbiniana qui portait un nom romain127.

  • 128 Sur cette famille, voir U. Nonn, « Eine frankische Adelssippe um 600..., art. cit., p. 186-201 et (...)
  • 129 Sur l’origine thuringienne de ces noms, voir supra chapitre VI. On retrouve cette même association(...)
  • 130 Une parente de Berthram du Mans était veuve d’un Avit, fils de Felix (M. Weidemann, Das Testament (...)

62La famille de l’évêque Berthram du Mans illustre parfaitement la diversité des alliances et des ascendances d’une « famille franque » de la fin du vie-début du viie siècle : elle était alliée à la famille mérovingienne128 par Ingitrude, grand-mère maternelle de Berthram qui devait être une sœur des reines Ingonde et Arégonde. Berthram cousinait ainsi avec les fils de Clotaire Ier. Il choisit le parti de Chilpéric et sa fidélité à Frédégonde et à son fils Clotaire II ne se relâcha pas. Cette famille « neustrienne » avait pourtant d'importantes attaches burgondes que trahissent les noms d’Ingonde (tante paternelle de l’évêque) et de Berthegonde (sœur de l’évêque). Une ascendance thuringienne transparaît également à travers les noms d’Ermenulf et de Thoring129, fils et petit-fils de Berthegonde. La famille était également liée à l’aristocratie gallo-romaine du Bordelais130.

  • 131 Par exemple Heden, époux de Bilihilde, une parente du comte Adelhelm. On retrouve cette même racin (...)
  • 132 Sur les relations des Rupertiens et des Adelhelmiens avec la Thuringe, voir W. Metz, Austrasische. (...)
  • 133 D. Geuenich et H. Keller, « Alamannen, Alamannien, alamannisch im frühen Mittelalter. Möglichkeite (...)
  • 134 Clotaire Ier maria Walderade à Garibald qui était « l'un des siens », unus ex suis (Grégoire de To (...)
  • 135 Fred. IV, 77, p. 159 et E. Ewig, « Die frankische Teilreiche im 7. Jahrhundert (613-(613-714)», Tr (...)
  • 136 W. Metz, « Austrasische... », art.cit., p. 277-290.
  • 137 Ibid. et F. Staab, Untersuchungen..., op. cit., p. 300.
  • 138 W. Störmer, « Bayerische-ostfränkische..., art. cit., p. 221-315.
  • 139 Voir par exemple, H. Wolfram, « Der heilige Rupert... », art.cit., p. 4-31. En outre, un nom comme (...)
  • 140 P. Geary, Aristocracy..., op. cit., p. 111-115.

63L’exogamie révélée par la transmission bilatérale des noms a soutenu l'avance des Francs à Test du Rhin. En Rhénanie, en Thuringe et en Bavière, ils s’allièrent aux familles locales. On retrouve parmi les familles franques du Rhin Moyen des noms burgondes en Ger (Gerold), en Hild (Billihilde, Hildegarde), en Chagn/Hagen (Hagen), en Willi (Willisuuinde, Willihar...) qui tirent peut-être leur origine du royaume burgonde de Worms131. Willisuuinde, fille du comte Adelhelm, un Franc de la région de Mayence, avait aussi des attaches thuringiennes132. On s’accorde maintenant à penser que les premiers ducs d’Alémanie, Leuthari et Buccelen, étaient des Francs133, tout comme le premier duc bavarois Garibald134, le duc Radulf de Thuringe135, ou encore le duc Heden de Wurzboug136. C’est-à-dire qu'on les considérait comme des Francs parce qu’il y avait des Francs parmi leurs ancêtres, qu’ils avaient fréquenté la cour royale et qu’ils étaient des chargés de mission des rois francs... Une fois en place, ils tissèrent des liens à travers tout l’espace oriental du royaume : la famille ducale de Wurzbourg (les Heden-Gozbert) s’allia aux familles rhénanes, thuringiennes et bavaroises137. Les Agilolfides bavarois étaient alliés à la famille ducale alémanique138 et à des familles franques du Rhin Moyen139. Gerold, un Franc du Rhin Moyen épousa l’Alamane Imma dont il eut Hildegarde... De telles pratiques se rencontraient ailleurs. L’étude de Patrick Geary sur l'aristocratie burgondo-provençale a montré que des phénomènes semblables s’étaient produits dans les régions romanisées du midi140.

  • 141 Fred. IV, 34, op. cit., p. 134.
  • 142 Jonas de Bobbio, Vita Colombani II, 12, op. cit., p. 259.
  • 143 Vita Agili, op. cit., p. 316 : « cujus conjux ex praeclara Burgundionum orta prosapia ».

64Cette forte exogamie rend donc vaine toute tentative qui consisterait à chercher l’« origine » ethnique d’une famille ou celle d’un groupe familial du haut Moyen Age. Frédégaire écrit que Théodelinde, fille du bavarois Garibald et de la lombarde Walderade, était issue d’une famille franque (ex genere Francorum)141 ; Jonas de Bobbio fait de la Burgonde Burgundofara une noble franque (ex genere Francorum nobilis)142. Deoteria, l'épouse de Chagnoald, était « issue d’une illustre famille burgonde »143, alors qu’elle portait un nom romain...

  • 144 Infra chapitre XI.
  • 145 Pancarte noire de Saint-Martin de Tours (790) noLXXXVII.
  • 146 Felibien LXXX.

65La dilatatio regni carolingienne accentua encore le brassage des populations. Les Carolingiens utilisèrent leurs amis et leurs fidèles pour contrôler les régions nouvellement soumises, de la Frise à l’Italie en passant par la Neustrie et l’Aquitaine144. En Neustrie par exemple, la fusion avec les aristocraties locales fut rapide, comme le montre l’exemple de Drogon, épousant la neustrienne Adaltrude, ou encore celui des Helmgaud-Gauzhelm, installés par Charles Martel à Meaux, qui prirent femme au sein de l'aristocratie locale : la grand-mère paternelle du comte palatin Helmgaud, se nommait Declana et sa mère Hagasinda, des noms qui ne sont pas austrasiens145. La famille rhénane de Nordebert, préfet militaire de Pépin II pour la Neustrie, fit souche dans la région parisienne où les fils de Nordebert exercèrent de hautes fonctions et finalement, en 840, un Nortbert fut témoin de la donation de Leutfred/Lantfred et Teutgilde à Saint-Denis, en compagnie d’un Ragemfred146.

  • 147 L. Weinrich, Wala.., op. cit., p. 12-15 qui montre que ce mariage, probablement conclu en 772, ava (...)

66Partout, le ralliement des aristocraties à la cause carolingienne passa par des mariages : après la mort de son épouse franque, Bernard, fils de Charles Martel, épousa une noble saxonne dont il eut quatre enfants147. Du vie au ixe siècle, des pratiques exogamiques soutinrent donc l’avance des Francs, puis la dilatatio regni carolingienne.

  • 148 M. Rouche, Histoire de la vie privée, Paris 1985, p. 454-460, J. Chelini, L’aube du Moyen Age, op. (...)
  • 149 L’idée selon laquelle l’endogamie était un phénomène lié à la résidence commune est rejetée par le (...)
  • 150 Voir par exemple Réginon, De ecclesiasticis..., op. cit., col. 327-334.

67Cependant, il ne faudrait pas conclure à l’exogamie des populations haut-médiévales en se fondant uniquement sur des pratiques liées aux conditions spécifiques d’une politique d’expansion territoriale, car l’exogamie fondamentale des Germains se conjuguait avec des pratiques destinées à resserrer les solidarités familiales. Il n’est pourtant pas possible de suivre les historiens qui ont dressé un tableau effrayant des mœurs des populations du haut Moyen Age148 : l’endogamie et l’inceste, favorisés par le souci d’empêcher que le patrimoine sortît de la parentèle, y auraient été pratique courante, jusqu’à ce que l’Église réussisse à imposer une morale plus conforme aux vertus chrétiennes149. Or, l’inceste (entendu au sens étroit du terme, c’est-à-dire les relations sexuelles entre parents unis aux premier et deuxième degrés d’ancestralité – parents et grands-parents –, ainsi qu’au premier degré de collatéralité – frères et sœurs –), est un tabou que presque toutes les sociétés humaines répriment, quoique certains individus l’aient toujours transgressé, y compris dans nos sociétés développées. Les Germains ne faisaient pas exception à la règle comme nous l’apprennent les pénitentiels150, mais rien ne prouve qu’ils aient été plus incestueux que d’autres. L'exogamie résultait au contraire du tabou sexuel de l’inceste qui est un mécanisme régulateur de la société, obligeant à prendre femme hors du champ de la proche parenté.

  • 151 R. Fox, Anthropologie..., op. cit., p. 56-77.
  • 152 Voir à ce sujet P. Toubert, « La théorie du mariage... », art. cit., p. 233-283.

68D’ailleurs, il faut distinguer entre l’inceste, qui concerne les pratiques sexuelles, et l’endogamie, qui concerne les pratiques matrimoniales151. Or, il est vrai que les mécanismes sociaux régulateurs tendaient à insérer profondément la famille nucléaire aristocratique dans un réseau de parenté indifférencié, alors que l’Église cherchait au contraire à promouvoir et à individualiser le couple conjugal152. On peut donc penser que les interdits de mariage qui furent progressivement imposés au cours de la période répondirent au souhait de rompre les solidarités familiales traditionnelles et à la nécessité d’adapter les normes à l’évolution des pratiques.

Endogamie clanique et renouvellements d’alliance

  • 153 P.L.S. t. XIII, 11, p. 61 : « Si quis sororis autfratrisfiliam aut certe ulterius gradus consobrin (...)

69La plus ancienne version de la loi salique, le Pactus legis salicae, interdisait le mariage avec la fille de la sœur ou celle du frère, avec la cousine germaine, l’épouse du frère ou celle de l'oncle153. La nièce était assimilée à la fille, la cousine et la belle-sœur à la sœur, la femme de l’oncle à la tante.

  • 154 Cod. Théod. III, 12, 2.

70Bien que l’influence romaine ait déjà été sensible dans cette première version de la loi franque, cette codification n'était pas un simple décalque de la législation romaine en la matière. Traditionnellement, les lois romaines interdisaient les mariages avec l’épouse du père (noverca), avec la veuve du frère et la sœur de l’épouse. À la fin du IVe siècle, sous l’influence de l’Église, on avait étendu ces prohibitions à la cousine (consobrina)154. Il n’était question ni de la nièce ni de la veuve de l’oncle. On peut donc penser que les interdits du Pactus se référaient à la tradition germanique.

  • 155 Concile d’Epaone (517) c.30, Concile d’Auvergne (535) c. 12, Concile d’Orléans (538) c.ll, Concile (...)
  • 156 Decretio Childeberti c. 2, M.G.H. LL. IV, 2, p. 174 : Decrevimus, ut nullus incestum usum sibi soc (...)
  • 157 Dum usque se generatio cognoverit (Concile romain de 743, M.G.H. Concilia I, p. 20).
  • 158 Sur ce problème voir E. Champeaux, « Jus sanguinis... », art. cit., p. 241-290.

71Les conciles du vie siècle reprirent, quant à eux, les interdits romains en les élargissant à la sobrina (6e degré romain, 3e degré canonique), à la veuve de l’oncle et à la belle-fille155. En 596, l’édit de Childebert II (valable pour l’Austrasie et la Bourgogne) défendit sous peine d’excommunication d’épouser la femme (sous-entendu la veuve) du frère, la sœur de l’épouse, l’épouse de l’oncle paternel ou toute parente consanguine. Epouser la veuve du père (la belle-mère) était puni de mort156, mais il n’était pas question de la belle-fille. L'imprécision de la formule « toute parente consanguine » répondait à la mention consobrina vel sobrina des canons conciliaires. Se fondant sur la lex matrimonii d’Isidore de Séville et sur les décrétales du pape Grégoire le Grand, l'Église considérait certainement que l’interdit s’étendait à toute la parenté légale, en tout cas à toute la parenté reconnue157. Les incertitudes sur le mode de calcul de la parenté158 permettaient en fait toutes sortes d’infléchissements, puisque la parenté légale germanique s’étendait beaucoup plus loin que la parenté légale romaine.

  • 159 Lex Baiuwariorum, op. cit., c. VII, I, 2, p. 346 : « Nuptias prohibemus incestas. Itaque uxorem ha (...)
  • 160 Réponse du pape Grégoire II à Boniface, The letters of St Boniface, éd. Lindsay no 18, p. 53.
  • 161 Decretum Compendiense c. 1, M.G.H. Capit. I., p. 38.

72En réalité, il semble bien qu'avant les conciles du milieu du viiie siècle, on se contentait d'interdire le troisième genou germanique, qui correspondait au sixième degré romain. La loi des Bavarois et celle des Alamans interdisaient d’épouser la belle-mère (socrus et noverca), la belle-fille (nurus et privigna), la nièce (fille du frère et fille de la sœur), l'épouse du frère et la sœur de l'épouse, ainsi que la cousine germaine159 : dans la Germanie du début du viiie siècle, il n’était donc pas défendu d’épouser une cousine au troisième degré et Boniface fut d'ailleurs conduit à interroger le pape Grégoire II sur le problème. Le pape rappela que les interdits s'étendaient aussi loin que la parenté, mais que la rudesse des populations germaniques autorisait les mariages au quatrième degré160. D’ailleurs, le décret de Compiègne de 757 n’imposait toujours pas la séparation des époux unis au quatrième degré161.

73Durant les premiers siècles du Moyen Âge, les interdits isolaient donc les consanguins des trois premiers degrés, ainsi que les affins du premier degré. Les normes imposées, posèrent certainement problème à des populations qui considéraient que le champ matrimonial n’excluait que les consanguins les plus proches et qu’il incluait tous les affins. Comme le système de parenté haut-médiéval était bilatéral et la parentèle centrée sur Ego, il était en effet nécessaire de renouveler les alliances en les renchaînant, comme disent les ethnologues, ou de les consolider en les doublant, si l’on voulait ancrer cette parentèle dans la durée.

  • 162 Grégoire de Tours, Histoires, IV, 3.
  • 163 Ibid, IV, 9.
  • 164 Fred. IV, 54, p. 147.

74Les Germains devaient avoir pratiqué la polyginie sororale : au vie siècle, Clotaire Ier n’avait pas hésité pas à épouser Arégonde, sœur de son épouse Ingonde162. Comme les remariages étaient fréquents entre personnes de génération différente, il était tentant de renchaîner l’alliance en épousant l’épouse du père, l’épouse de l’oncle ou la fille de l'épouse. Clotaire Ier dut pourtant renoncer à épouser Walderade, veuve de son petit-neveu Théodebald163 et Clotaire II ordonna la mise à mort de Godin, fils du maire du palais Warnachaire, parce qu’il avait épousé sa belle-mère Berte164. Pour justifier ces interdits, les clercs déclarèrent que l’union conjugale créait entre les époux une véritable consanguinité qui faisait de l’épouse du père une véritable mère, de la sœur de l’épouse une sœur, etc...

  • 165 Ibid., p. 147.
  • 166 Vita Bertae, op. cit., p. 49.

75Le tabou incluait donc le premier degré d’affinité. On s’en accomoda parce qu’au-delà de ce cercle, il était possible de renchaîner librement les alliances. Ainsi, à défaut de pouvoir épouser la belle-mère, on épousait la sœur de cette dernière ou toute autre parente de l’épouse d’un consanguin : Dagobert Ier se maria avec Gomatrude, sœur de sa belle-mère Sichilde165 et Sigefrid, consanguineus du roi Clovis II, épousa la nièce de la reine Bathilde, elle-même femme de Clovis II166

  • 167 Infra chapitre XI.

76Aux vie et viie siècles, l’onomastique révèle que des pratiques endogamiques se superposaient aussi aux croisements d’alliance à l’intérieur de la parentèle. Bertichilde, fille de Leutram, épousa Sigechelm, petit-fils de Berthegonde et neveu de Berthram. Les éléments Bert et Chramn, communs aux deux familles, trahissent l'endogamie. Les éléments Chagn, Gund, Uulf, Agil/Aigl, oald/bald se trouvent dans le patrimoine onomastique d’un groupe comprenant des Faronides de Meaux, des Autcar et des Uuulfoald/Gunduin167 : Chagneric, sans doute fils de Gundovald, épousa une Leudegunde, Uuolfgunde, fille de Uuulfoald, était mariée à Gunduin... A l’évidence, ces pratiques endogamiques avaient pour but de resserrer les liens à l’intérieur des groupes cognatiques. Reste à savoir quels étaient, dans la pratique sociale, les degrés réellement prohibés, où se situait la limite entre la parenté épousable et la parenté non-épousable.

  • 168 Passio I Leudegarii, c. 4, M.G.H. SSRM.5, p. 286.
  • 169 Decretum Compendiense (757) c. 2, Decretum Vermeriense (758-768 ?) c. 1.
  • 170 Supra chapitre V.

77À Rome, on autorisait les mariages entre cousins germains, mais les conciles prohibèrent ces mariages au deuxième degré (canonique) dès le ive siècle. Au viie siècle, le tabou de l’inceste incluait donc certainement le deuxième degré : saint Léger tenta d'empêcher Childéric II d’épouser sa cousine germaine168. Le troisième degré était également interdit, mais tout porte à croire que cette règle n’était pas respectée. On a vu que les mariages entre cousins issus de germains étaient courants en Germanie à l’époque de Boniface et les capitulaires du viiie siècle réprimant l’inceste durent réitérer l’interdiction et imposer la séparation des époux unis à ce degré169. Il faut également noter que, chez les Anglo-Saxons comme chez les Francs, la terminologie classificatoire commençait, en règle générale, au troisième degré de consanguinité et au deuxième degré d'affinité170. Il me semble donc que la terminologie classificatoire commençait avec la parenté épousable.

78Dans ce système de parenté indifférencié, parentèles et groupements ne pouvaient s’ancrer dans la durée qu’en renouvelant les alliances avec les cellules affines et en resserrant les liens de consanguinité par des pratiques endogamiques. En pratique, les prohibitions isolaient donc, à l’intérieur de la parentèle, un cercle de parents non-épousables correspondant aux premier et deuxième degrés de consanguinité, ainsi qu’au premier degré d’affinité. Au-delà s’étendait le champ matrimonial accessible, en gros le domaine de la parenté classificatoire : tous les renchaînements y étaient pratiqués, tant avec des consanguins qu’avec des affins et des amis. L’amplitude de l’endogamie était limitée par la profondeur généalogique mais, jusqu’à l’époque carolingienne, celle-ci ne dépassa que rarement quatre degrés, aussi bien en ligne verticale qu’en ligne collatérale. Au-delà, on entrait dans le domaine des alliances exogamiques.

L’impact de la législation carolingienne

  • 171 Decretum Vermeriense (758-768), op. cit. p. 40 : « In quarta autem coniunctione si inventi fuerint (...)
  • 172 Concile romain de 743, op. cit., p. 14.
  • 173 M.G.H. Capit. I, p. 30.
  • 174 Concile de Mayence (813) c. LIIII, LV et LVI, M.G.H. Concilia II, 2, 1, p. 273.

79L’époque carolingienne marqua une rupture en matière normative. A Vermerie, en 758-768, la quatrième génération fut interdite sans pouvoir donner lieu à dispense, même si elle n’entraînait pas la séparation des époux171. Le concile romain de 743 avait déjà interdit d’épouser la veuve de n’importe quel parent consanguin (quant cognatus habuit)172, ce qui allait à l’encontre de toutes les pratiques en vigueur. En 754-755, Pépin se contenta de rappeler les interdictions précédentes (défense d’épouser la mère et la fille, deux soeurs, la nièce, la consobrina vel sobrina, la tante) en les étendant aux parentes spirituelles (commuter, mère naturelle d’un filleul et matrina, marraine)173. En 813 cependant, au concile de Mayence, tous les interdits furent réitérés, en particulier le quatrième degré, les parents spirituels mais aussi les affins174.

  • 175 Jonas d’Orléans, D.I.L., PL 106 col. 183-184. Concile de Paris (829), M.G.H. Concilia I, 2, p. 623
  • 176 Concile de Douzy (874), Mansi t. 17, col.282-286 repris par Hincmar de Reims, Lettre synodale II ( (...)

80On alla beaucoup plus loin sous Louis le Pieux, en faisant coïncider les degrés prohibés avec la parentèle légale : les interdits s’étendirent d’abord jusqu’au sixième degré175, puis en 874, au concile de Douzy, les évêques englobèrent le septième degré dans la zone prohibée176. Toute union était donc en principe interdite à l’intérieur d’un cercle de parenté démesurément étendu à toute la consanguinité, l’affinité et la parenté spirituelle.

  • 177 Réginon de Prüm, De ecclesiasticis..., c. CCXXVI, op. cit., col. 328.
  • 178 Id., c. CCLXII, col.334.
  • 179 Concile bavarois (740-750) c. 12, concile de Mayence (813) c.LVI, concile de Tribur (895) c.49,(...)

81Cette position dure adoptée par Hincmar de Reims, ne put cependant être tenue. Réginon de Prüm rassembla un dossier de textes sur le sujet, d’où il ressortait que le quatrième degré était formellement interdit177 ainsi que les mariages avec les alliées proches et les parentes spirituelles mais qu’au-delà, les interdits s’étendaient usque dum generatio recordatur178. Comme les interdictions étaient liées à la profondeur généalogique, il fallait enquêter auprès des voisins et des anciens pour tracer publiquement et sous serment les lignes de parenté179.

  • 180 Infra chapitre XI.

82L’extension des interdits était sans doute une réponse aux transformations des structures de parenté qui s’adaptaient elles-mêmes à l’évolution des structures sociales et politiques. Les groupes de parenté larges et peu profonds cédaient progressivement la place à des groupements plus diversifiés au sein desquels les relations verticales et la parenté artificielle, de nature hiérarchique (baptême et fidélité), tenaient une place grandissante180.

  • 181 Supra chapitre V.

83Cette évolution s’exprima dans le système onomastique par la disparition progressive de la dénomination par éléments et par l’adoption de la transmission des noms entiers. Elle se marqua aussi par un changement dans la terminologie de parenté, puisque se diffusa par exemple un vocable comme nepos qui indiquait une relation plus hiérarchique entre certaines catégories de parents. Cette organisation plus verticale de la parenté se distingua par une extension de la profondeur généalogique et par voie de conséquence de la parenté collatérale. La terminologie non-classificatoire s'étendit au troisième degré (au xe siècle, les cousins au troisième degré furent fréquemment désignés par les termes nepos ou consobrinus181) et le quatrième degré fut intégré dans le cercle de la parenté reconnue et classée comme telle.

  • 182 Sur l’absence de fondements scripturaires, voir G. Duby, Le chevalier..., op. cit., p. 41, J. Good (...)

84On s’explique donc le renforcement des prohibitions et l’accent porté sur les troisième et quatrième degrés. Cependant, la parentèle sociale ne correspondait toujours pas à la parentèle légale qui s’étendait jusqu’au sixième degré. Dans ces conditions, on peut se demander ce que cherchaient les clercs carolingiens en étendant démesurément les interdits à toute la consanguinité et l’affinité légales. Sauf à penser qu'ils agissaient en théoriciens plus qu’en praticiens et en canonistes182, il faut peut-être y voir une adaptation de la législation aux pratiques.

  • 183 M. Gockel, Karolingische Konigshofe am Mittelrhein, Gottingen 1970.
  • 184 Adalhard (CL 340), Bicco (CL 373, 413, 506, 507, 639, 640), Engiltrude, fille d’Eberhard et d’Adel (...)
  • 185 CL 1223.
  • 186 CL 1224.
  • 187 CL 1130.
  • 188 K. F. Werner, « Bedeutende... », art. cit., p. 133-135.
  • 189 Sur cette famille, voir M. Gockel, Karolingische..., op. cit., p. 394. Une de ses filles se nommai (...)
  • 190 Outre la finale suuinda commune aux deux noms, Willisuuinde portait le nom de la fondatrice de Lor (...)
  • 191 A Battenheim par exemple, à la fin du viiie siècle, on rencontre un Meingot (nom géroldien) (CL 13 (...)
  • 192 Infra chapitre XI.

85Même si de nombreuses unions contrevenaient à la législation ecclésiastique sur l’inceste, les groupements hiérarchisés n’étaient plus sous-tendus par des pratiques endogamiques, mais par de multiples croisements et renchaînements d’alliance entre des familles mieux individualisées. Le mariage d’Eudes d'Orléans, petit-fils de Gérold par son père Adrian, avec Ingeltrude, petite-fille de Gérard de Paris par son père Leuthard, s’inscrit dans une série d’alliances renouvelées sur plusieurs générations à l’intérieur d’un même réseau de parenté. Ce groupe familial comprenait des Géroldides, des Rupertiens-étroitement liés aux premiers comme Ta montré M. Gockel183 – ainsi que des Girardides. Dans les villages du Lobdengau et du Wormsgau où ces familles étaient implantées sous Charlemagne184, les liens étaient multiples : une Engiltrude donna à Lorsch des biens situés à Agmarsheim en Wormsgau entre 767 et 783185 et un Gérard y donna des biens pour l’âme de Gérold186. En 783, Bernher et Adalhard offrirent à Lorsch des biens pour le repos de Gerolf187. D'autre part, Uto, fils de Gérold et d’Imma et oncle d’Eudes d’Orléans, avait épousé Geila/Geilsuuinde, fille d’Odacer. Odacer et ses frères Eburachar et Norbert se rattachaient à la famille large des Girardides188. En outre Hruodsuuinde, épouse d’Odacar, était une rupertienne189, sans doute parente de Willisuuinde, épouse de Nordbert190 et peut-être d’Hiltisuuinde, épouse d’Eburachar. En définitive, le mariage d’Eudes d’Orléans et d’Ingeltrude apparaît bel et bien comme un renchaînement d’alliance destiné aussi à assurer la stabilité des groupements locaux191. Les structures étaient d’ailleurs assez souples pour permettre des renchaînements dans d’autres directions192.

86Il va de soi qu’en pratiquant de la sorte, on ne cherchait nullement à resserrer des liens de consanguinité bien que Ton finît toujours par épouser une lointaine parente consanguine ou plus souvent encore une parente par alliance.

87Si l'on admet que l’Église luttait contre toutes les pratiques qui sous-tendaient les solidarités familiales afin de mieux isoler et promouvoir le couple conjugal, monogame et indissoluble, on comprend l’extension progressive des interdits aux viiie et ixe siècles. L’autorité ecclésiastique prohiba les mariages avec les parentes spirituelles parce que ces unions étaient un excellent moyen de doubler les amicitiae ; elle interdit ensuite également les mariages avec la veuve d’un parent pour empêcher de renouveler immédiatement une précédente alliance. Elle fit coïncider le champ des interdits avec la parentèle légale, étendue aux sixième et septième degrés de consanguinité, donc d'affinité, ce qui empêchait en principe que les groupes familiaux ne s'ancrassent dans la durée.

  • 193 Gesta episcoporum Cameracensium I, 73, op. cit., p. 427 : « Alter itidem cornes ex pago Hainou, Am (...)

88Il est certain que ces interdictions perturbaient les mécanismes d’échanges matrimoniaux. Lorsqu’au milieu du xe siècle, l'évêque de Cambrai Fulbert ordonna la séparation du comte Amulric d’avec son épouse, pour cause de trop proche parenté, les parentes et amici du couple cherchèrent en vain à acheter la modification de la sentence193

  • 194 Sur la limitation des remariages, voir J. Goody, L’évolution..., op. cit., p. 70-76, B. Kötting, « (...)
  • 195 Annales de Saint-Bertin a. 858, op. cit., p. 76. Sur ce mariage, voir P. Stafford, « Charles the B (...)

89Aux ixe et xe siècles, les interdits furent appliqués autant qu’ils ne gênaient pas la stratégie matrimoniale et les familles aristocratiques continuèrent à consolider leurs amicitiae en doublant leurs alliances. On jouait en particulier sur les demi-parentés, ce qui explique sans doute pourquoi l'Église chercha aussi à limiter les remariages194 : Charles le Chauve n’hésita cependant pas à remarier sa fille Judith, veuve du roi de Wessex Aethelwulf, à Aethelbald, fils de ce dernier195. L’alliance entre les Welf et Louis le Pieux, scellée par le mariage de l’empereur avec Judith, fut doublée quelques années plus tard par le mariage de Louis le Germanique, fils du premier mariage de Louis le Pieux avec Emma, sœur de Judith (tableau no 29).

  • 196 Annales de Saint-Bertin a. 878, op. cit., p. 229.

90Huit ans après que Charles le Chauve eut épousé Richilde, sœur de Boson, son petit-fils Carloman épousait la fille de ce même Boson196 (tableau no 30).

  • 197 K. F. Werner, Die Nachkommen..., art. cit., p. 458.

91Vers 897, Robert de Neustrie, fils de Robert le Fort, épousa en secondes noces Béatrix, soeur d’Herbert II de Vermandois. En 907, Adèle, qu’il avait eue d’un premier mariage, épousait Herbert II, le propre frère de sa belle-mère197 (tableau no 31).

92De tels renchaînements renforçaient l'amicitia en lui donnant une certaine durée.

  • 198 Sur ce mariage, voir G. Duby, Le chevalier..., op. cit., p. 83-92.
  • 199 .Robert II, fils d’Hugues Capet ; Hugues Capet, fils d’Hadwige de Germanie ; Hadwige de Germanie, f (...)

93En même temps, l’émergence de structures verticales, groupes de filiation bilatéraux, puis lignages organisés autour de la transmission héréditaire d’un pouvoir, renforçait les tendances exogamiques. À partir du ixe siècle, il n'y eut plus de mariages au troisième degré et au xie siècle, la condamnation du mariage de Robert II et de Berthe de Bourgogne198, cousins au troisième degré199, sanctionna en fait un type d’union considéré comme scandaleux depuis près de deux siècles. L’intégration du troisième degré dans la zone de la parenté non-épousable suivit certainement la structuration des familles en groupes de filiation plus cohérents. Au-delà du troisième degré, on entrait dans une zone interdite, mais tolérée.

Tableau no 29. WELFS ET CAROLINGIENS

Tableau no 29. WELFS ET CAROLINGIENS

Tableau no 30. BOSONIDES ET CAROLINGIENS

Tableau no 30. BOSONIDES ET CAROLINGIENS

Tableau no 31. ROBERTIENS ET VERMANDISIENS

Tableau no 31. ROBERTIENS ET VERMANDISIENS
  • 200 Decretum Compendiense (757), c. 3, op. cit., p. 38.
  • 201 M. Gockel (Karolingische, op. cit., p. 243-246) a identifié Adrian, époux de Waldrade et père de E (...)

94Les clercs carolingiens avaient interdit les mariages dissymétriques aux troisième et quatrième degrés, les époux « incestueux » devant se séparer200. On continua néanmoins à pratiquer de telles unions, certainement comptées comme des mariages au quatrième degré. Charles le Chauve et Ermentrude étaient cousins aux 3e et 4e degrés201 :

Tableau no 32. PARENTÉ ENTRE CHARLES LE CHAUVE ET SON ÉPOUSE ERMENTRUDE

Tableau no 32. PARENTÉ ENTRE CHARLES LE CHAUVE ET SON ÉPOUSE ERMENTRUDE

95Au début du xe siècle, le comte Boson, fils de Richard le Justicier, et Berthe, fille de Boson d’Arles, l’étaient également :

Tableau no 33. PARENTÉ ENTRE BOSON ET SON ÉPOUSE BERTHE

Tableau no 33. PARENTÉ ENTRE BOSON ET SON ÉPOUSE BERTHE

96Tout comme Bérenger de Lomme et la fille de Régnier Ier au long col :

Tableau no 34. PARENTÉ ENTRE LE COMTE BÉRENGER ET SON ÉPOUSE

Tableau no 34. PARENTÉ ENTRE LE COMTE BÉRENGER ET SON ÉPOUSE

97Bérenger et son épouse pouvaient alléguer des demi-parentés, mais, dans bien d’autres cas, cet alibi ne pouvait même pas être invoqué. Les mariages au quatrième degré étaient largement tolérés et pratiqués, y compris dans la stirps regia. Le roi Louis le Bègue et son épouse Adélaïde étaient unis de cette manière :

Tableau no 35. PARENTÉ ENTRE LOUIS LE BEGUE ET SON ÉPOUSE ADELAÏDE

Tableau no 35. PARENTÉ ENTRE LOUIS LE BEGUE ET SON ÉPOUSE ADELAÏDE
  • 202 Ils étaient également liés par leurs ancêtres bosonides car le comte Bivin. Arrière-grand-père pat (...)

98Tout comme Charles Constantin, petit-fils de Boson de Provence et d'Ermengarde par son père Louis III, et Theutberge, fille de Garnier de Sens202 :

Tableau no 36. PARENTÉ ENTRE CHARLES-CONSTANTIN ET SON ÉPOUSE THEUTBERGE

Tableau no 36. PARENTÉ ENTRE CHARLES-CONSTANTIN ET SON ÉPOUSE THEUTBERGE

99Au début du xie siècle, on cassa le mariage de Robert II et de Berthe de Bourgogne, unis au troisième degré ainsi que celui du duc Conrad, fils d’Otton de Carinthie avec Mathilde, fille de Gerberge et Hermann de Souabe, sa cousine au quatrième degré202. Mais Godefroid le Barbu et Mathilde de Toscane, quoique cousins au quatrième degré, purent se marier :

Tableau no 37. PARENTÉ ENTRE GODEFROID LE BARBU ET MATHILDE DE TOSCANE

Tableau no 37. PARENTÉ ENTRE GODEFROID LE BARBU ET MATHILDE DE TOSCANE
  • 203 Notons d’ailleurs que l’auteur se fonde sur des généalogies inexactes. Ainsi, Hugues, fils d’Henri (...)
  • 204 Voir les exemples de renchaînements d’alliance aux xie et xiie siècles cités par A. Guerreau-Jalab (...)

100Il n’est donc pas possible d’affirmer, comme l’a fait Constance B. Bouchard, que les familles aristocratiques des xe et xie siècles respectaient la règle du sixième degré203. Les exemples de mariages aux quatrième et cinquième degrés ainsi qu’aux quatrième et sixième degrés abondent204. On autorisa le mariage du roi Henri Ier, fils de Robert II, avec Mathilde, fille de Gerberge de Souabe, les époux étant cousins aux quatrième et cinquième degrés :

Tableau no 38. PARENTÉ ENTRE HENRI Ier DE FRANCE ET MATHILDE

Tableau no 38. PARENTÉ ENTRE HENRI Ier DE FRANCE ET MATHILDE

101ainsi que ceux de Godefroid, comte palatin, avec Ermentrude (4 :5), d’Adalbert de Metz et de Liutgarde (4 : 6) :

Tableau no 39. PARENTÉ ENTRE LE COMTE PALATIN GODEFROID ET ERMENTRUDE

Tableau no 39. PARENTÉ ENTRE LE COMTE PALATIN GODEFROID ET ERMENTRUDE

102Les époux invoquaient souvent leur ignorance, puisque toutes les familles n’avaient pas établi les lignes de leur ascendance, mais on peut penser que les grandes familles aristocratiques obtenaient facilement les dispenses nécessaires : au début du xie siècle, l'évêque de Cambrai Gérard chercha à empêcher le mariage de Régnier V, comte de Hainaut, avec la fille du comte Hermann, parce que les futurs époux étaient unis au cinquième degré.

Tableau no 40. PARENTÉ ENTRE LE COMTE RÉGNIER ET LA FILLE D’HERMANN

Tableau no 40. PARENTÉ ENTRE LE COMTE RÉGNIER ET LA FILLE D’HERMANN
  • 205 Gesta episcoporum Cameracensium, III, 10, op. cit., p. 469 :...Sed hoc, pro consanguinitate quae d (...)

103Sur les conseils des autres évêques qui se fondaient sur la réponse du pape Grégoire à Augustin autorisant les mariages au quatrième ou au cinquième degré, l’évêque Gérard s’inclina à regret205.

104La stratégie lignagère contribuait néanmoins à un plus grand respect des interdits : la transformation progressive des groupes de filiation bilatéraux en lignages organisés autour de la transmission patrilinéaire d'un pouvoir se traduisit par un resserrement vertical autour de la parenté agnatique. Paradoxalement, le couple conjugal s’inséra plus fermement dans une parentèle mieux structurée, plus consciente d’elle-même et de ses intérêts : l’exogamie fut plus que jamais nécessaire pour assurer la sécurité du patrimoine et les alliances avec les autres lignages.

105Les renchaînements d’alliance sur plusieurs générations ne présentaient donc plus les mêmes intérêts. Le mariage du roi Louis IV avec Gerberge de Saxe ne peut être considéré comme un renchaînement, bien que Giselbert, premier mari de Gerberge, et Louis IV, eussent été cousins au quatrième degré. Le lignage royal menait alors sa propre politique matrimoniale, indépendamment de toute considération de parentèle. La mort de Giselbert permit au roi Louis IV de contrebalancer le récent mariage d’Hugues le Grand avec Hadwige de Germanie en épousant à son tour une sœur d’Otton Ier. De même, le mariage d’Adalbert de Vermandois et de Gerberge, fille de Giselbert de Lorraine et de Gerberge de Saxe, ne visait pas à consolider de l’intérieur un groupe familial, mais à renforcer les bases du lignage vermandisien en Lotharingie et à obtenir l'appui de Louis IV, beau-père de Gerberge :

Tableau no 41. PARENTÉ ENTRE ADALBERT DE VERMANDOIS ET SON ÉPOUSE GERBERGE

Tableau no 41. PARENTÉ ENTRE ADALBERT DE VERMANDOIS ET SON ÉPOUSE GERBERGE

106La stratégie matrimoniale du lignage flamand s'explique par des motivations politiques et non par le souci de prendre femme au sein de la parenté, même si Arnoul Ier et Arnoul II choisirent comme épouses de lointaines cousines (voir tableau no 42).

107Même s'ils étaient souvent contournés, les interdits rendaient donc plus difficile la quête d'une épouse convenable pour les fils de la haute aristocratie, mais à l’inverse, ils facilitaient les mariages hypogamiques des filles. L'extension démesurée des degrés prohibés a donc finalement aidé à la mise en place des pratiques lignagères en même temps qu’elle a facilité l’ouverture de la haute noblesse aux couches supérieures de la militia.

Tableau no 42. LES ÉPOUSES D’ARNOUL Ier ET D’ARNOUL II DE FLANDRE

Tableau no 42. LES ÉPOUSES D’ARNOUL Ier ET D’ARNOUL II DE FLANDRE

Conclusion

108En définitive, la stratégie matrimoniale était l’expression des mécanismes familiaux qui sous-tendaient l’exercice du pouvoir et l’équilibre des groupements de parenté.

109Les rois mérovingiens intervenaient dans le champ des régulations matrimoniales, parce que les implications publiques des alliances matrimoniales étaient d'autant plus grandes que les mécanismes de régulation sociale y étaient largement du ressort des groupements privés. La cellule conjugale et ses prolongements immédiats s’inséraient alors dans de vastes ensembles qui pratiquaient une endogamie diffuse et de nombreux renchaînements d'alliance, tout en s'ouvrant largement sur l’extérieur par l'exogamie.

110La mise en ordre carolingienne contribua à l’affermissement de nouveaux groupements plus hiérarchiques et plus diversifiés, soutenus par des croisements et par des renouvellements d’alliance. Les normes imposées par les autorités religieuses en matière de mariage répondaient sans doute en partie à la volonté d’affaiblir les solidarités familiales.

111À partir du milieu du ixe siècle, les turbulences qui agitèrent le milieu aristocratique accrurent les contraintes homogamiques, bloquant ainsi le renouvellement de la noblesse, au moment même où le pouvoir royal s’affaiblissait, où les auxiliaires des potentes tendaient à former un groupe qui se définissait par son métier militaire, où l’aristocratie luttait pour imposer un mode de transmission des honores en ligne directe et patrilinéaire. La crise se dénoua par la mise en place d’un système plus nettement bilinéaire : les honores se transmirent suivant une ligne fortement patrilinéaire tandis que la noblesse de la mère venait conforter ou légitimer le pouvoir du père. Pour répondre au souci d'assurer la sécurité du patrimoine, de l'accroître et de justifier ce pouvoir, les règles matrimoniales s’infléchirent dans une direction plus nettement exogamique, même si les normes idéales qu’avait définies l’Église n'étaient toujours pas appliquées.

112À la fin du xe siècle, l’Église n'était pas encore parvenue à rompre les solidarités familiales. Au moment où s'installait l’ordre seigneurial dans un cadre strictement local, où les pouvoirs centraux subissaient une des crises les plus graves de leur histoire, elles étaient plus que jamais nécessaires pour assurer l'ordre social.

Notes

1 S. Wemple affirme qu’il fallut attendre le ixe siècle pour que les mariages des fils en soient venus à servir les intérêts familiaux (S. Wemple, Women..., op.cit., p. 89). Tout prouve le contraire, même s’il est vrai que les contraintes homogamiques se renforcèrent à la fin du ixe siècle.

2 Isidore de Séville, Étymologies IX, 7,29, op. cit., p. 23-239.

3 Jonas d'Orléans, D.I.L., c. XII, PL 106, col. 189 : Quatuor quippe sunt, quibus feminae viris appetabiles fiunt, genus, prudentia, divitiae, et pulchritudo... » Dans un autre passage du D.I.L., Jonas fait référence à la prudentia, à la pulchritudo et aux divitiae (D.I.L., II c.XII, col. 189).

4 Isidore de Séville, Étymologies IX, 28, p. 236-238.

5 Hucbald, Vita Rictrudis, op. cit., p. 941 : « Sed ea conveniunt in utrisque quae spectari soient in eligendo marito vel uxore. In viro enim virtus, genus, pulchritudo, et sapientia, quae ex his ad arnoris affectum potior est, inerat. In uxore autem pulchritudo, genus, divitiae, et mores, qui magis quam cetera quaerendi sunt, habebantur. Et ne multis immoremur, secundum Apostolum erat illis honorabile connubium, et thorus immaculatus ».

6 Hugues, fils de Lothaire II, fit assassiner un de ses fidèles, pour épouser sa veuve, « pulchritudine illius captus uxoris » (Réginon, a.883, p. 121).

7 Hincmar accusa Waldrade d’avoir ensorcellé Lothaire II, atteint d’amour fou : « Hlotharius Vualdradam concubinam, maleficis, ut ferebatur, artibus dementatus et ipsius pellicis pro qua uxorem suam Theotbergam abiecerat caeco amore inlectus.... » (Annales de St-Bertin, a.862, op. cit., p. 93) et cette accusation passa dans la mémoire collective puisque dans la Vita Deicoli de la fin du xe siècle, il est dit de Waldrade : « Quae quia praestidigitatrix erat opinatissima, ita maleficiis multigenis animum fascinavit, ut omnia quae ab illo peteret facile impetraret. » (Vita Deicoli, M.G.H. SS XV, 2 p. 678).

8 Vita Geretrudis, op.cit., p. 454 : « propter terrenam ambitionem et mutuam amicitiam ».

9 Gesta episcoporum Gameracensium, III, 10, op.cit., p.469 : His ita gestis, Rainerus ad integrandam amicitiam filiam Herimanni comitis sibi quaesivit matrimonio copulari. »

10 H. Wolfram, History of the Goths, U.C.P 1987, pp. 306-327 et tableau généalogique p. 374-375.

11 Basine, épouse de Childéric, Radegonde, épouse de Clotaire Ier.

12 Clotilde, épouse de Clovis ; Suavegothe, épouse de Thierri Ier.

13 Brunehaut, épouse de Sigebert Ier et Galswinthe, épouse de Chilpéric Ier.

14 Wisigarde, fille du roi Wacho, épouse Théodebert. Sa soeur Walderalde épouse Théodebald, fils de Théodebert et de Deoteria.

15 Audollède, sœur de Clovis, épouse Théodoric.

16 Clotechilde, fille de Clovis, épouse Amalaric ; Ingonde, fille de Clotaire Ier, épouse Hermenegilde.

17 Théodechilde, fille de Thierri Ier, épouse Hermegisèle.

18 Clodeswinde, fille de Clothaire Ier, épouse Alboin.

19 Berte, fille de Charibert Ier, épouse Ethelbert de Kent.

20 Epistulae Austrasicae, 8, M.G.H. Script, rer. Germ. Epistolae III, Hanovre 1892, p. 119.

21 G. Jenal, « Gregor der Grosse und die Anfange der Angelsachsenmission (596-604) », Angli e Sassoni al di qua e al di là del mare, XXXIIe Settimana, Spolète 1986. p. 796 et F. Prinz, « Von der Bekehrung der Angelsachsen bis zur ihrer Missionstätigkeit im Frankenreich », Ibid., p. 706-707.

22 A.M.P., p. 16.

23 Sur ce groupe de familles, voir P. Geary, Aristocracy in Provence, op. cit., p. 135. et I. Heidrich, « Les maires du palais... », art. cit., p. 222-224.

24 Sur l’importance politique de ce mariage, voir J. Semmler, « Zur pippinischen-karolingischen Sukzessionskrise (714-723) », DA. 33 (1977), p. 1-36.

25 Celui du comte Gozlin épousant Uda, fille d’Uda de Saxe, celui du comte Adalbert de Vermandois se mariant avec Gerberge, petite-fille d’Henri Ier de Germanie par sa mère Gerberge ou encore celui de Frédéric Ier épousant en 954 Béatrix, fille d’Hugues le Grand et d’Hadwige de Germanie. Voir supra tableau no 22.

26 Les Milonides de Trèves, les Lambertides et les Rupertiens forment un groupe de familles qui ne s’est rallié que progressivement aux Pippinides. Sur leurs liens, voir W. Metz, « Austrasische Adelsherrschaft des 8. Jahrhunderts. Mittelrheinsiche Grundherren in Ostfranken, Thüringen und Hessen », Hist. Jahr. 87 (1967), p. 257-304. L’évêque Lambert de Liège se rallia en 682/683. Le ralliement des Milonides dut se situer à la fin du viie siècle, celui des Rupertiens sous Charles Martel. Sur ce point voir H. Wolfram, « Der heilige Rupert..., art. cit., p. 4-31.

27 Sur ce problème de la parenté entre Pépin et Bertrade, voir le débat entre E. Hlawitschka et M. Werner : E. Hlawitschka, « Die Vorfahren... » dans Karl der Grosse t. 1, p. 81, Id., « Zu den Grundlagen des Aufstiegs der Karolinger. Beschaftigung mit zwei Büchern von Matthias Werner », Rheinische Vierteljahrsblätter 49 (1985), p. 1-61. M. Werner, Adelsfamilien im Umkreis der frühen Karolinger », Sigmaringen 1982.

28 Sur les relations entre l'aristocratie du Rhin Moyen et la Thuringe, voir M. Gockel, Karolingische..., op. cit., W. Metz, « Austrasische Adelsherrschaft... », op. cit., p. 266-267 et W. Störmer, « Bayerisch-ostfränkische Beziehungen vom 7. bis zum frühen 9. Jahrhundert », Die Bayern und ihre Nachbarn, op. cit., p. 248.

29 Infra chapitre XI.

30 K. F. Werner, « Die Nachkommen... », art. cit., p. 458.

31 S. Konecny, Die Frauen..., op. cit., p. 48.

32 Ibid. p. 48.

33 E. Hlawitschka, « Zur landschaftlichen Herkunft der Karolinger », Rheinische Vierteljahrsblatter 27 (1962), p. 1-17.

34 D. Owen Hughes, « From brideprice... », art. cit.. p. 272 et supra chapitre VIII.

35 P. Grierson, « The identity of the unmaded fiscs in the « brevium exempla ad describendas res ecclesiasticas et fiscales », R.B.P.H. 1937, p. 437-459.

36 Chronicon s. Michaelis in pago Virdunensi, c.7, M.G.H. SS.IV, p. 81.

37 Bernardus cornes Pictavinus (Ademar de Chabannes, Chron. III, 17, éd. Chavanon, p. 133).

38 L’identification a été établie par O. G. Oexle, « Bischof Ebroin... », art. cit., p. 184.

39 Ademar de Chabannes, Chron. III, 16, op. cit., p. 132 ; K. F. Werner, Die Nachkommen..., art. cit.. p. 450 ; O. G. Oexle, « Bischof Ebroin... », art. cit., p. 182.

40 Ils plongeaient leurs racines dans une vaste Sippe des Gauz/Wald-ChagnCheim/Helm-Chrod-Garius. Voir à ce sujet K.F. Werner, « Bedeutende... », art. cit., p. 83-142.

41 E. Hlawitschka, « Die Herkunft der Bischöfe... », art. cit., p. 71-78.

42 Supra chapitre VII.

43 Flodoard a. 934, p. 59 : « Arnulfus de Flandris filiam Heriberti, olim sibi juramentis alterutro datis depactam, sumit uxorem. »

44 Après la mort d’Adaloul en 933, Arnoul mit la main sur le Boulonnais et le Ternois, privant ainsi ses neveux de leur héritage. Voir à ce sujet J. Dhondt, Les origines de la Flandre et de l’Artois, Arras 1944, p. 39-42.

45 Infra chapitre XI.

46 Supra chapitre VII.

47 Rotrude était sans doute une widonide. Or, dans le Rhin Moyen, à la fin du viiie siècle, les Grimbert sont constamment associés aux Widonides et aux Gérardides (par exemple en 773, donation à Fulda de Hrodolt, frère du comte Wernharius, avec pour témoins Grimbertus, Eberhartus et Gerhardus, Droncke no 38).

48 K. F. Werner, « Untersuchungen... V », art. cit., p. 87-119.

49 Voir infra Annexes, tableau no 73.

50 Uda était, par sa mère, une cousine d’Otton Ier.

51 On ne connaît pas exactement l’origine de ces femmes mais leurs noms suggèrent une origine ottonienne. Sigefroid et Hadwige nommèrent d’ailleurs leur fils aîné Henri, ce qui renforce la probabilité de tels liens.

52 R. E. Barth, Der Herzog in Lotharingien im 10. Jahrhundert, Sigmaringen 1990.

53 Si l'on suit M. Bur, La formation..., op. cit., p. 508 qui le fait naître vers 915. Voir infra Annexes, tableau no 64.

54 Flodoard, a. 939-940, p. 71-78.

55 Ibid. p. 96.

56 L’une d’entre elles dut épouser Hilduin, un fidèle du comte. Voir infra Annexes, tableau no 63.

57 Voir à ce sujet A. Lewis, Le sang royal, op. cit. et infra Annexes, tableau no 00, p. 37-39.

58 A. Lewis (Ibid., p. 37-38) considère ce retard de l’âge au mariage comme exceptionnel. Il s’agit là d’une pratique normale au xe siècle dans les milieux de la haute aristocratie.

59 Vita Sadalbergae, op. cit., p. 53 : « Interea cum ad perfectae aetatis annos, parentes eius cum vidissent puellam gliscentem moribusque ornatam,...de liberorum successione cogitantes, contra puellae voluntatem eam cuidam viro generositate pollenti Richramno nomine in matrimonio tradiderunt ».

60 Supra chapitre VII.

61 F. Geissler, article « Brautwerbung », R.L.G.A III, p. 422-425.

62 Lex salica XIV, 10, op. cit., p. 54

63 P.L.S. c. XV, 4, p. 63. Lex salica, op. cit., p. 52-56, 208-209. Capitula legi salicae addita (819), M.G.H. Capit. I, p. 292.

64 Supra chapitre VIII.

65 Ce point a été souligné par L. Theis, « Saints sans famille », R.H. (1976), p. 12.

66 Vita Wandregiseli, op. cit., p. 14.

67 Vita Sadalbergae, op. cit., p. 55 : « vir quidam strenuus, consiliis regis gratus, inter suos fama celeber, nomine Blandinus, qui cognomentum Baso acceperat, qui utpote ex Sicambrorum prosapia ortus expectabili... »

68 Vita Waldetrudis, éd. et trad. A. Noirfalise, p. 50.

69 P.L.S. t. LX, p. 235, repris dans toutes les versions de la loi salique.

70 Concile de Losne (673-675), c.12 et 13, J. Gaudemet et B. Basdevant éd., Les canons des conciles mérovingiens, t. 2, p. 581. Ce n’est pas la seule raison, mais c’en est une.

71 S. Hellmann, « Die Heiraten der Karolinger », Fest. für K. Th. von Hergel, 1896.

72 S. Konecny, Die Frauen..., op. cit., passim.

73 G. Duby, Le chevalier..., op. cit., p. 44-45.

74 R. Köstler, « Raub-, Kauf-und Friedelehe... », art. cit., p. 92-136 et S. Kalifa, « Singularités matrimoniales chez les anciens Germains : le rapt et le droit de la femme à disposer d’elle-même », R.H.D.F.E. (1970), p. 199-225.

75 Lex Salica, c. XIV. 1, op. cit., p. 52, 53 : « Si quis tres hominis puella de casa aut de screona rapuerint, mallobergo antonio, <sunt dinarii MCC qui faciunt> solidus XXX culpabilis iudicetur. »

76 Lex salica, c. XIV, 6, op. cit., p. 55 : « Si quis puellam disponsatam dructe ducentem ad maritum <et> eam in uia adsallierit et ipsam uiolenter moechatus fuerit, soledos CC culpabilis iudicetur ».

77 Le Pactus legis Salicae punissait le ravisseur d’une amende, mais il n’imposait pas le retour de la jeune fille chez ses parents. Seule la faide pouvait l’imposer.

78 Lex Salica, c. XIV, 9, (version D de Pépin, 763-764), op. cit., p. 55 : « Si quis cum ingenua puella per uirtutem moecluitus fuerit, soledos LXII semis culpabilis iudicetur ».

79 Marc. II, no 16, p. 85-86.

80 Il conviendrait de constituer un corpus des rapts, ce que je compte entreprendre.

81 Allocutio missi cuiusdam divionensis (857), M.G.H. Capit. II, p. 292. Capitula post confluentinum missis tradita (860), M.G.H. Capit. II, 299. Edictum Pictense (864), M.G.H. Capit. II, p. 312...Concile d’Aix (836) c.24, M.G.H. Concilia aevi karolini 1, pars II, p. 723. Pénitentiel d’Halitgaire de Cambrai, c.17, PL. 105, col.684.

82 Hincmar, De coercendo et exstirpando rapta viduarum, puellarum et sanctimonialium, PL 125, col. 1017-1036 et sur ce traité, J. Devisse, Hincmar... t. 2, p. 843 et les remarques de J. Nelson, « Commentary on the papers of J. Verdon, S. F. Wemple and M. Parisse », Frauen..., op. cit., p. 325-332.

83 Fred. Cont. c.26, op. cit., p. 180, A.M.P., a. 742, p. 33.

84 Gisèle, sœur de Charlemagne devint abbesse de Chelles. Rotrude, fille aînée de Charlemagne et d’Hildegarde, fut fiancée à l’empereur Constantin VI, ce qui ne présentait pas de risque pour la succession royale. Le mariage ne se fit pas et Rotrude devint la concubine du comte Rorgon. Sa soeur Berte fut la concubine du comte Angilbert. Théodrade. fille de Charlemagne et de Fastrade, devint abbesse d’Argenteuil.

85 Astronome, Vita Hludowici, 61, op. cit., p. 372 : Gerardus... cornes et gener quondam Pippini, necnon Ratharius, similiter cornes, Pippini gener. Après avoir suivi K. F. Werner qui donnait à gener le sens de beau-frère et faisait de Rotrude et d’Hildegarde des filles de Louis le Pieux, je me range à l’avis de J. Nelson (Public histories..., art. cit., p. 290), suivie par C. Settipani, La Préhistoire..., op. cit., p. 278-281. Gener signifie gendre au ixe siècle, Gérard et Rathier sont donc bien les gendres de Pépin Ier. Les mariages aquitains des princesses carolingiennes s'expliquent certainement par la situation politique troublée de ce regnum et la nécessité pour les rois de s’assurer par des mariages la fidélité de certaines grandes familles aristocratiques..

86 11. avec Rothilde que Charles le Chauve eut de Richilde. Mais cette dernière épousa Roger du Maine sous le règne d’Eudes.

87 Il s’agit d’Hiltrude, mariée par Lothaire Ier au comte Bérenger, et de Judith, mariée par Charles le chauve aux rois anglo-saxons Aethelwulf et Aethelbald.

88 Sur les mariages de Judith, voir C. R. Bruhl, « Karolingische Miszellen », DA. (1988), p. 355-389.

89 Louis II, Lothaire II, fils de Lothaire Ier ; Carloman, Louis III et Charles III le Gros, fils de Louis le Germanique ; Louis le Bègue et Carloman, fils de Charles le Chauve : Louis se maria sans le consentement de son père et ce dernier fit rompre le mariage. Charles, fils de Charles le Chauve, mourut vers 19 ans avant d’atteindre l’âge au mariage en vigueur à l’époque.

90 Carloman et Lothaire, fils de Charles le Chauve.

91 Annales de Saint-Bertin, op. cit. p. 88 : Balduinum comitem et R. Hennebicque-Le Jan, « Structures familiales... », art. cit., p. 330.

92 Cette ambiguité a été montrée par R Corbet, « Le mariage en Germanie ottonienne d'après Thietmar de Mersebourg », La femme au Moyen Age, op. cit., p. 193-197.

93 Concilium romanum 743, M.G.H. Concilia I, p. 32.

94 Annales Saint-Bertin, a. 862, op. cit., p. 95.

95 Ibid., a. 863, p. 87-88.

96 R. Parisot, Le royaume de Lorraine..., op. cit.. p. 419.

97 Richer, op. cit., p. 160 et Van Winter J. M., « Uxorem de militari ordine sibi impaimparem » dans Miscellanea...J. F. Niermeyer 1967, p. 113-124.

98 R Lot, Les derniers Carolingiens, op. cit., p. 209.

99 Parce que les fils et petit-fils de Richilde devinrent archevêques de Bourges, J. Depoin faisait de l’épouse de Thibaud le Vieux une fille d’Hugues de Bourges et de Rothilde, en qui il voyait une fille de Charles le Chauve et de Richilde (« Études préparatoires à l'histoire des familles palatines. III Thibaud le Tricheur fut-il bâtard et mourut-il presque centenaire ? », Revue des Études historiques (1908), p. 556-602). Comme l'a démontré K. F. Werner (Untersuchungen, 1959. op. cit.), la fille de Charles le Chauve a épousé Roger, comte du Maine. G. Devailly (Le Berry... p. 128) a montré par ailleurs qu'il n’y a aucune raison de penser que Richilde était une fille d'Hugues de Bourges. Cependant, l’association Richilde-Richard prouve que l’épouse de Thibaud le Vieux se rattachait aux Richardides et qu’elle était donc de la plus haute noblesse.

100 Beyer no 158, 164. 166, 170.

101 Le comte Bivin semble être un frère de Boson, comte puis roi de Bourgogne, de Richard le Justicier et de l'impératrice Richilde. Voir à ce sujet, E. Hlawitschka, « Eine bislang unbekannte Adelsfamilien des lothringischen Raumes », Die Anfänge..., op. cit. p. 21-24 et infra Annexes, tableau no 72.

102 Thibaud de Vienne était fils d'Hubert, marquis de Transjurane. Berte était fille de Lothaire II et de Waldrade.

103 Elle épousa en secondes noces le roi Louis IV d’Outre-Mer.

104 Flodoard, a. 944, p. 91. Le roi lui donna alors le château de Montigny qui dépendait de l’abbaye de Saint-Crépin de Soissons.

105 Celle-ci est née aux environs de 930, le mariage de ses parents ayant eu lieu en 929.

106 Flodoard, a. 947, p. 106 ; a. 948, p. 117 ; a. 949, p. 123 ; a. 950, p. 128 ; a. 952, p. 133, 134 ; a. 953, p. 136.

107 L’une de ses filles épousa Fromont, comte de Sens ; une autre, nommée Ermentrude, épousa successivement Albéric, comte de Mâcon et Otte-Guillaume, comte de Bourgogne. Son fils Gilbert lui succéda dans le comté de Roucy et Brunon, le cadet, devint évêque de Langres.

108 Hariulf, Chronicon Centulense, éd. Lot, p. 12 et 205.

109 Selon l’auteur de L’Art de vérifier les dates t. XII, p. 323, Hugues aurait été fils d’un comte Hilduin mais il n’apporte aucune preuve de cette filiation. Il pourrait s’apparenter à la famille des Enguerand dont un des membres était abbé de Saint-Riquier au début du xie siècle.

110 Hariulf, op. cit., p. 230.

111 Bruel, Recueil des actes des comtes de Ponthieu (1026-1279), p. III-IV.

112 Cartulaire de Marmoutier pour le Dunois no 5 (1048-1061). Foucher, fils de Nivelon, est propinquus de Gilduin (Marmoutier pour le Dunois no2). Sur la maison de Fréteval au xie siècle, voir C. METAIS, Cartulaire blésois de Marmoutier, Introduction, p. XVIII-XXI et D. Barthélemy, La société..., op. cit., p. 574-578.

113 Voir E. Esmein, Le mariage en droit canonique, Paris 1929, J. Gaudemet, Le mariage..., op. cit., passim., P. Legendre, Le dossier occidental de la parenté, Paris 1988 et J. Chélini, L’aube du Moyen Age. Naissance de la Chrétienté occidentale, Paris 1991, p. 185-189.

114 J. Chélini, L’aube du Moyen Age..., op. cit., p. 184.

115 J. Goody, L’évolution..., op. cit., p. 61-110.

116 G. Murdock, De la structure sociale, op. cit., p. 224-225.

117 Voir sur ce dernier point L. Theis, « Saints sans famille », art.cit. p. 12.

118 Sur ces problèmes, voir par exemple R. Wenskus, Stammesbildung und Verfassung. Das Werden derfrühmittelalterlichen gentes, 1961 ; J. Jarnut, Geschichte der Langobarden, Stuttgart 1982, p. 9-32. A. Schwarcz, Die Bayern und ihre Nachbarn, 2 vol., Vienne 1985.

119 Les Franci n’apparurent qu’au iiie siècle. Voir la bonne mise au point récente de E. James, The Franks, Basil Blackwell 1988, rééd. 1991, p. 34-58..

120 Fred. IV, p. 93-95.

121 Les travaux de L. Buchet sur le matériel de Frénouville montrent une « micro-évolution » des caractéristiques anatomiques, sans doute due à l’arrivée d’une famille franque vers 500. Au vie siècle, le cimetière avait toutes les caractéristiques d’un cimetière franc. Analyse dans E. James, The Franks, op. cit., p. 110-111.

122 Vita Sudalbergae, op. cit., p. 53. Il s’agit peut-être de Gunzo, premier duc d’Alsace (H. Keller, « Fränkische Herrschaft und alemannisches Herzogtum im 6. und 7. Jahrhundert », Z.G.O. 124 (1976), p. 14.).

123 Voir par exemple les liens de parenté entre le duc Gunduin et saint Agil, fils du faronide Chagnoald (Vita Agili, op. cit., p. 318).

124 Grégoire de Tours, Histoires III, 22-27.

125 E. Ewig, « Das Trierer Land im Merowinger-und Karolingerreich », R. Laufner éd., Geschichte des Trierer Landes I (1964), p. 228 ; F. Irsigler, Untersuchungen..., op. cit., p. 105 et 240, J. Jarnut, Agilolfingerstudien V, op. cit., p. 30.

126 D’après la Vita Rictrudis d’Hucbald, AASS Mai III, p. 81-89.

127 Vita Corbiniani par Arbeon de Freising, c. 1, M.G.H. SSRM.4, p. 189.

128 Sur cette famille, voir U. Nonn, « Eine frankische Adelssippe um 600..., art. cit., p. 186-201 et M. Weidemann, « Adelsfamilien im Chlotharreich... », art. cit., p. 829-851.

129 Sur l’origine thuringienne de ces noms, voir supra chapitre VI. On retrouve cette même association Ermen/Irmin-Thurinc chez les Rupertiens au viiie siècle.

130 Une parente de Berthram du Mans était veuve d’un Avit, fils de Felix (M. Weidemann, Das Testament des Bischofs Berthramm von Le Mans vom 27. März 616, Mayence 1986).

131 Par exemple Heden, époux de Bilihilde, une parente du comte Adelhelm. On retrouve cette même racine chez les Faronides : Chagneric, Chagnoald, Chagnetrude. Gérold vient de Ger/Gari qu’on trouve dans Gernot, deuxième roi de Worms, et Gere, margrave et parent des rois burgondes.

132 Sur les relations des Rupertiens et des Adelhelmiens avec la Thuringe, voir W. Metz, Austrasische..., art. cit., p. 267 et F. Staab, Untersuchungen..., op. cit., p. 308.

133 D. Geuenich et H. Keller, « Alamannen, Alamannien, alamannisch im frühen Mittelalter. Möglichkeiten und Schwierigkeiten des Historikers beim Versuch der Eingrenzung », Die Bayern und ihre Nachbarn I, op. cit., p. 148-152.

134 Clotaire Ier maria Walderade à Garibald qui était « l'un des siens », unus ex suis (Grégoire de Tours, Histoires IV, 9).

135 Fred. IV, 77, p. 159 et E. Ewig, « Die frankische Teilreiche im 7. Jahrhundert (613-(613-714)», Triererzeitschrift für Geschichte und Kunst des Triererlandes und seine Nachbargebiete 22/23 (1954), p. 113.

136 W. Metz, « Austrasische... », art.cit., p. 277-290.

137 Ibid. et F. Staab, Untersuchungen..., op. cit., p. 300.

138 W. Störmer, « Bayerische-ostfränkische..., art. cit., p. 221-315.

139 Voir par exemple, H. Wolfram, « Der heilige Rupert... », art.cit., p. 4-31. En outre, un nom comme Grimoald, dans lequel on retrouve la racine Krim/Garim de Krimhild, apparaît chez les Agilolfides bavarois et lombards aussi bien que chez les Pippinides. Le sénéchal franc Hugobert et ses filles Plectrude (= Pilitrude) et Regentrude portaient des noms que l’on retrouve dans la famille ducale bavaroise.

140 P. Geary, Aristocracy..., op. cit., p. 111-115.

141 Fred. IV, 34, op. cit., p. 134.

142 Jonas de Bobbio, Vita Colombani II, 12, op. cit., p. 259.

143 Vita Agili, op. cit., p. 316 : « cujus conjux ex praeclara Burgundionum orta prosapia ».

144 Infra chapitre XI.

145 Pancarte noire de Saint-Martin de Tours (790) noLXXXVII.

146 Felibien LXXX.

147 L. Weinrich, Wala.., op. cit., p. 12-15 qui montre que ce mariage, probablement conclu en 772, avait un but politique.

148 M. Rouche, Histoire de la vie privée, Paris 1985, p. 454-460, J. Chelini, L’aube du Moyen Age, op. cit., p. 133-134.

149 L’idée selon laquelle l’endogamie était un phénomène lié à la résidence commune est rejetée par les anthropologues, car le mode de résidence était dans l’ensemble virilocal. L'exogamie s’impose au contraire à tous ceux qui vivent sous le même toit. Ce point avait déjà été souligné par Westermark, Histoire du mariage humain t. 3, p. 199.

150 Voir par exemple Réginon, De ecclesiasticis..., op. cit., col. 327-334.

151 R. Fox, Anthropologie..., op. cit., p. 56-77.

152 Voir à ce sujet P. Toubert, « La théorie du mariage... », art. cit., p. 233-283.

153 P.L.S. t. XIII, 11, p. 61 : « Si quis sororis autfratrisfiliam aut certe ulterius gradus consobrinam aut certe fratris uxorem aut avunculi sceleratis nuptiis sibi iunxerit, hanc poenam subiaceant, ut de tale consortio separentur ; atque etiam, si filios habuerint, non habeantur legitimi heredes, sed infamia sint notati. »

154 Cod. Théod. III, 12, 2.

155 Concile d’Epaone (517) c.30, Concile d’Auvergne (535) c. 12, Concile d’Orléans (538) c.ll, Concile d’Orléans (541) c.27. Concile de Tours (585) c.18, Concile de Mâcon (585) c.18.

156 Decretio Childeberti c. 2, M.G.H. LL. IV, 2, p. 174 : Decrevimus, ut nullus incestum usum sibi sociare (in) coniugium, hoc est nec fratris sui uxorem nec uxoris sui sororem nec uxorem patruo aut parenti consanguinis. Uxorem patris si quis acceperit, mortis periculum incurrat. Et de preteritis coniunccionibus, qui inceste esse videntur, per predicationem episcoporwn iussimus emendare. Qui vero episcopo suo noluerit audire (et) excommunicatus fuerit, perenni condicione apud Deum susteniat et de palacio nostro sit omnino extraneus, et omîtes res suas parentibus legitimis admittat, qui noluit sacerdotis sui médicamenta sustinere. »

157 Dum usque se generatio cognoverit (Concile romain de 743, M.G.H. Concilia I, p. 20).

158 Sur ce problème voir E. Champeaux, « Jus sanguinis... », art. cit., p. 241-290.

159 Lex Baiuwariorum, op. cit., c. VII, I, 2, p. 346 : « Nuptias prohibemus incestas. Itaque uxorem habere non liceat socrum, nurum, privignam, novercam, filiam fratris, ftliam sororis, fratris uxorem, uxoris sororem. Filii fratrum, filii sororum inter se nulla praesumptione iungantur. » Cf. Lex Alamannorum t. XXXIX, p. 98-99..

160 Réponse du pape Grégoire II à Boniface, The letters of St Boniface, éd. Lindsay no 18, p. 53.

161 Decretum Compendiense c. 1, M.G.H. Capit. I., p. 38.

162 Grégoire de Tours, Histoires, IV, 3.

163 Ibid, IV, 9.

164 Fred. IV, 54, p. 147.

165 Ibid., p. 147.

166 Vita Bertae, op. cit., p. 49.

167 Infra chapitre XI.

168 Passio I Leudegarii, c. 4, M.G.H. SSRM.5, p. 286.

169 Decretum Compendiense (757) c. 2, Decretum Vermeriense (758-768 ?) c. 1.

170 Supra chapitre V.

171 Decretum Vermeriense (758-768), op. cit. p. 40 : « In quarta autem coniunctione si inventi fuerint, eos non separamus, sed poenitentiam eis iudicamus. Attamen si factum non fuerit, nullam facultatem coniungendi in quarta generatione damus. »

172 Concile romain de 743, op. cit., p. 14.

173 M.G.H. Capit. I, p. 30.

174 Concile de Mayence (813) c. LIIII, LV et LVI, M.G.H. Concilia II, 2, 1, p. 273.

175 Jonas d’Orléans, D.I.L., PL 106 col. 183-184. Concile de Paris (829), M.G.H. Concilia I, 2, p. 623.

176 Concile de Douzy (874), Mansi t. 17, col.282-286 repris par Hincmar de Reims, Lettre synodale II (879), Mansi t. 17, col. 534.

177 Réginon de Prüm, De ecclesiasticis..., c. CCXXVI, op. cit., col. 328.

178 Id., c. CCLXII, col.334.

179 Concile bavarois (740-750) c. 12, concile de Mayence (813) c.LVI, concile de Tribur (895) c.49, Réginon de Prüm, De ecclesiasticis.., c. CCXXX, CCXXXI, CCXXXII, op. cit., col. 328. Le système ne pouvait évidemment fonctionner qu’avec des noces publiques.

180 Infra chapitre XI.

181 Supra chapitre V.

182 Sur l’absence de fondements scripturaires, voir G. Duby, Le chevalier..., op. cit., p. 41, J. Goody, L’évolution..., op. cit., p. 87-109.

183 M. Gockel, Karolingische Konigshofe am Mittelrhein, Gottingen 1970.

184 Adalhard (CL 340), Bicco (CL 373, 413, 506, 507, 639, 640), Engiltrude, fille d’Eberhard et d’Adeltrude (CL 370), Gérard (CL 1224...), des Géroldides (CL 455, 493, 518...) et leurs alliés les Rupertiens.

185 CL 1223.

186 CL 1224.

187 CL 1130.

188 K. F. Werner, « Bedeutende... », art. cit., p. 133-135.

189 Sur cette famille, voir M. Gockel, Karolingische..., op. cit., p. 394. Une de ses filles se nommait Landsuuinde. L’association des racines Hruod et Land est une caractéristique rupertienne.

190 Outre la finale suuinda commune aux deux noms, Willisuuinde portait le nom de la fondatrice de Lorsch, épouse du comte Rupert Ier. Voir M. Gockel, op. cit., p. 247.

191 A Battenheim par exemple, à la fin du viiie siècle, on rencontre un Meingot (nom géroldien) (CL 1327), un Heimeric (CL 1328, 1340), un Ermbert (nom rupertien) (CL 1341), une Crutberte (CL 1346), un Adelhelm (CL 1330, 1332, 1343), une Helsuuinde (CL 1335).

192 Infra chapitre XI.

193 Gesta episcoporum Cameracensium I, 73, op. cit., p. 427 : « Alter itidem cornes ex pago Hainou, Amulricus nomine, vir genere nobilissimus et iuxta secularis gloriae pompam fortunatissus, filiam Isaac aeque comitis prefati duxit uxorem. Multis autem internoscentibus atque deferentibus conperiens Fulbertus episcopus, eos, sponsum videlicet et sponsam, proximae cognitionis consanguinitate propinquos et ideo contra legem copulatos, facto consilio canonice ab invicem seiunxit, datoque poenitentiae modo, hoc tantum scelus admission expiari precepit. Quod parentes atque amici moleste sed et dolenter ferentes, modo minarum asperitate episcopum perterrefaciunt, modo tamen precibus et preciosis muneribus conveniunt ; quin etiam uberrimas hereditates sanctae Dei aecclesiae promittunt, ut, sive scilicet eorum minis coactus, sive promissorum munerum affectatione in aliam sententiam flexus, disiunctos fartasse reconiungeret, inconvulsosque amodo manere permitteret.... »

194 Sur la limitation des remariages, voir J. Goody, L’évolution..., op. cit., p. 70-76, B. Kötting, « Die Beurteilung der zweiten Ehe in der Spatantike und im frühen Mittelalter » Tradition als historische Kraft, hg. N. Kamp et J. Wollash, Berlin 1982 p. 42-52, et J. Chélini, L’aube du Moyen Age, op. cit., p. 167-170.

195 Annales de Saint-Bertin a. 858, op. cit., p. 76. Sur ce mariage, voir P. Stafford, « Charles the Bald, Judith and England », Charles The Bald, 2. éd. M. Gibson et J. Nelson, Oxford 1990, p. 139-153.

196 Annales de Saint-Bertin a. 878, op. cit., p. 229.

197 K. F. Werner, Die Nachkommen..., art. cit., p. 458.

198 Sur ce mariage, voir G. Duby, Le chevalier..., op. cit., p. 83-92.

199 .Robert II, fils d’Hugues Capet ; Hugues Capet, fils d’Hadwige de Germanie ; Hadwige de Germanie, fille d’Henri Ier. Berthe, fille de Mathilde ; Mathilde, fille de Gerberge ; Gerberge, fille d’Henri Ier.

200 Decretum Compendiense (757), c. 3, op. cit., p. 38.

201 M. Gockel (Karolingische, op. cit., p. 243-246) a identifié Adrian, époux de Waldrade et père de Eudes, comme étant un frère ou un neveu de la reine Hildegarde. Dans la première hypothèse, le mariage de Charles et d’Ermentrude (3/3) n’aurait pas été possible. On suivra donc M. Mitterrauer (Karolingische Markgrafen in Südosten, Vienne 1963, p. 11-13) qui en fait un neveu, ce que suggèrent la chronologie, le nom du pape Hadrien sans doute donné au neveu de la reine lors du baptême qui eut peut-être lieu à Rome en 774 à l’occasion du voyage de Charlemagne et de Gerold II et ce qui rend possible le mariage de Charles et d’Ermentrude.

202 Ils étaient également liés par leurs ancêtres bosonides car le comte Bivin. Arrière-grand-père paternel de Charles-Constantin avait probablement épousé une sœur d’Hubert, arrière-grand-père maternel de Theutberge. On ignore la date du mariage de Charles-Constantin et de Theutberge. Leurs deux fils, Richard et Hubert, sont mentionnés dans une charte de 960 et 962. Ils disparaissent ensuite. Le mariage dut avoir lieu au plus tard vers 940. Sur Charles-Constantin, voir R. Poupardin, Le royaume de Provence sous les Carolingiens, Paris 1901.

203 Notons d’ailleurs que l’auteur se fonde sur des généalogies inexactes. Ainsi, Hugues, fils d’Henri Ier, et son épouse Adelaïde, fille Herbert IV de Vermandois ne sont pas cousins au 6e degré mais aux5e et6e degrés. Le premier ancêtre commun n’est pas Herbert Ier mais Robert Ier dont la fille Adèle épousa Herbert II (K. F. WERNER (Die Nachkommen...). Les lignes de parenté s’établissent donc ainsi ; Hugues , fils d’Henri Ier ; Henri Ier, fils de Robert II ; Robert II, fils d’Hugues Capet ; Hugues Capet, fils d’Hugues le Grand ; Hugues le Grand, fils de Robert Ier. Adelaïde , fille d’Herbert IV ; Herbert IV, fils d’Otton ; Otton, fils d’Herbert III ; Herbert III. fils d’Adalbert de Vermandois ; Adalbert, fils d’Adèle ; Adèle, fille de Robert Ier. Dans son article sur les Bosonides (art. cit., p. 423), l’auteur affirme également qu’aucune des unions conclues entre des Bosonides et des Carolingiens ne violait la règle du 5o degré. Or, Carloman, fils de Charles le Chauve, et la fille de Boson de Provence était parents aux 3o et 4o degrés, mais on avait encore joué sur une demi-parenté : Louis le Pieux = Ermengarde-1 Lothaire I – 2 Louis II – 3 Ermengarde – 4 fille Louis le Pieux = Judith – 1 Charles – 2 Louis II le Bègue - 3 Carloman

204 Voir les exemples de renchaînements d’alliance aux xie et xiie siècles cités par A. Guerreau-Jalabert, « Prohibitions canoniques et stratégies matrimoniales dans l’aristocratie médiévale de la France du Nord », Épouser au plus proche. Inceste, prohibitions et stratégies matrimoniales autour de la Méditerranée, 1994, p. 293-321, en particulier p 305-312.

205 Gesta episcoporum Cameracensium, III, 10, op. cit., p. 469 :...Sed hoc, pro consanguinitate quae dicebatur, esse illicitum Gerardo episcopo estimandi omnino displicuit. Et postea consilio coepiscoporum usus, invitus siluit, quippe proponentium beati Gregorii monitus suo discipulo Augustino collatos. Cui, cum Anglos predicatione dominici verbi erudiens ad fidem christianae religionis excoleret, si virum ac mulierem seu quartae seu quintae propaginis iunctos inveniret, iunctos etiam si nollent pateretur, ammonuit, gratia videlicet propagandae novae christianitatis...

Table des illustrations

Titre Tableau no 28. CROISEMENTS D’ALLIANCE AUX IXe SIÈCLE
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/24621/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 140k
Titre Carte no 4. LES ALLIANCES MATRIMONIALES FLAMANDES AU Xe SIÈCLE
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/24621/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 155k
Titre Tableau no 29. WELFS ET CAROLINGIENS
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/24621/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Titre Tableau no 30. BOSONIDES ET CAROLINGIENS
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/24621/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 59k
Titre Tableau no 31. ROBERTIENS ET VERMANDISIENS
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/24621/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Titre Tableau no 32. PARENTÉ ENTRE CHARLES LE CHAUVE ET SON ÉPOUSE ERMENTRUDE
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/24621/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Titre Tableau no 33. PARENTÉ ENTRE BOSON ET SON ÉPOUSE BERTHE
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/24621/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 51k
Titre Tableau no 34. PARENTÉ ENTRE LE COMTE BÉRENGER ET SON ÉPOUSE
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/24621/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 54k
Titre Tableau no 35. PARENTÉ ENTRE LOUIS LE BEGUE ET SON ÉPOUSE ADELAÏDE
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/24621/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Titre Tableau no 36. PARENTÉ ENTRE CHARLES-CONSTANTIN ET SON ÉPOUSE THEUTBERGE
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/24621/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Titre Tableau no 37. PARENTÉ ENTRE GODEFROID LE BARBU ET MATHILDE DE TOSCANE
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/24621/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 75k
Titre Tableau no 38. PARENTÉ ENTRE HENRI Ier DE FRANCE ET MATHILDE
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/24621/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 70k
Titre Tableau no 39. PARENTÉ ENTRE LE COMTE PALATIN GODEFROID ET ERMENTRUDE
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/24621/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 99k
Titre Tableau no 40. PARENTÉ ENTRE LE COMTE RÉGNIER ET LA FILLE D’HERMANN
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/24621/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 57k
Titre Tableau no 41. PARENTÉ ENTRE ADALBERT DE VERMANDOIS ET SON ÉPOUSE GERBERGE
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/24621/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 75k
Titre Tableau no 42. LES ÉPOUSES D’ARNOUL Ier ET D’ARNOUL II DE FLANDRE
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/24621/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 138k

© Éditions de la Sorbonne, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540