Version classiqueVersion mobile

Famille et pouvoir dans le monde franc (VIIe-Xe siècle)

 | 
Régine Le Jan

Deuxième partie. Anatomie de la famille

Anatomie de la famille

Texte intégral

  • 1 Quoique dans certaines sociétés, il n’y ait pas de non-parents.
  • 2 M. Godelier, « L’Occident, miroir brisé. Une évaluation partielle de l’anthropologie sociale assor (...)
  • 3 R. Fox, Anthropologie de la parenté : une analyse de la consanguinité et de l’alliance, Paris 1972

1Toute société humaine délimite un domaine de la parenté qui définit des catégories de parents, par rapport aux non-parents1. Ceci posé, on peut admettre que la parenté est l’ensemble des règles qui caractérisent les unions légitimes (règles de mariage ou d’alliance) et qui déterminent l’identité des enfants, leur appartenance au groupe et leurs droits (règles de filiation)2. Ces règles se combinent ensuite avec le mode de résidence pour établir des systèmes de parenté et pour donner forme aux groupements3.

2Les anthropologues distinguent des systèmes de filiation patrilinéaire, matrilinéaire, bilinéaire et indifférencié. Dans les deux premiers cas, l’individu ne se rattache qu’à une seule ligne, celle de son père ou celle de sa mère : ce sont des systèmes unilinéaires. Dans le modèle patrilinéaire, les droits se transmettent en ligne masculine, de père en fils. L’homme exerce le pouvoir en tant que père et mari. Dans le système matrilinéaire, la transmission se fait par les femmes, de l’oncle maternel au fils de la sœur, les hommes exerçant le pouvoir en tant que frère de la mère ou frère de la sœur.

  • 4 Ils ne relèvent pas des structures élémentaires de la parenté (C. Lévi-Strauss, Les structures élé (...)
  • 5 R. Fox, Anthropologie..., op. cit., p. 115-146.

3Les deux autres systèmes4 font intervenir les deux lignes de la parenté5. Dans le mode de filiation bilinéaire, chaque lignée se voit attribuer un rôle spécifique tel que, si certaines qualités se transmettent dans une ligne, d’autres se transmettent dans l’autre, et exclusivement dans celle-ci. Enfin, dans le système indifférencié ou cognatique, l’individu reçoit indifféremment ses qualités et ses droits de son père ou de sa mère, il se rattache donc à autant de groupes de filiation qu’il se reconnaît d’ancêtres.

4L’analyse des groupements qui constituera la dernière partie de cet ouvrage, montrera qu’au haut Moyen Age, ceux-ci combinaient les principes de la filiation et de l’alliance. En attendant, pour démonter les mécanismes de la parenté, je partirai de ce qui en est le signe le plus extérieur, mais aussi le plus significatif, c’est-à-dire la terminologie de parenté : elle permet en effet de classer les parents, afin de déterminer le cercle au sein duquel se transmettent les droits et les devoirs, afin de distinguer les épousables des non-épousables, afin d’adapter les types de comportement à la position de chacun des parents, consanguins et alliés, ainsi reconnus et désignés par Ego. Je poursuivrai par l’étude des éléments propres à la filiation, à savoir le mode de transmission du nom, celui de la qualité noble, enfin celui des biens et des fonctions. L’analyse des modes et des formes de mariage ainsi que de la stratégie matrimoniale viendra compléter cette étude des principes constitutifs de la parenté au haut Moyen Age.

Notes

1 Quoique dans certaines sociétés, il n’y ait pas de non-parents.

2 M. Godelier, « L’Occident, miroir brisé. Une évaluation partielle de l’anthropologie sociale assortie de quelques perspectives », A.E.S.C. 48 (1993), p. 1191-1192.

3 R. Fox, Anthropologie de la parenté : une analyse de la consanguinité et de l’alliance, Paris 1972.

4 Ils ne relèvent pas des structures élémentaires de la parenté (C. Lévi-Strauss, Les structures élémentaires de la parenté, Paris 1967, p. 122).

5 R. Fox, Anthropologie..., op. cit., p. 115-146.

© Éditions de la Sorbonne, 2003

Licence OpenEdition Books

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search