Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le manuscrit perdu à Strasbourg

 | 
Laurence Moulinier

Conclusion

Texte intégral

1Au terme de ce parcours, la question de l'œuvre scientifique de Hildegarde de Bingen ne saurait être considérée comme close mais on peut tâcher de dresser un rapide bilan.

2Incontestablement, Hildegarde est un auteur scientifique mais il est tout aussi indéniable que l'aspect sous lequel l'œuvre se présente de nos jours n'a qu'un lointain rapport avec la rédaction primitive. Le Liber subtilitatum n'est pas d'un seul tenant, mais bien plutôt un texte stratifié, dans lequel plusieurs mains sont intervenues ; il ne saurait donc être étudié comme un écrit homogène et la question de sa genèse doit être encore creusée, bien que les sources de la Physica, par exemple, ne soient plus tout à fait terra incognita.

3Les transformations qui l'affectèrent au cours des siècles sont de divers ordres : complétée dans une première période de son histoire, sans doute dès après la mort de son auteur, l'œuvre fut aussi réduite et fragmentée. Après une phase d'expansion, elle connut en effet au XVe siècle une contraction dont les manuscrits, fragmentaires ou complets, portent témoignage, et que l'édition princeps traduit à sa manière : les amputations manifestes dans l'édition Migne montrent bien que la version "complète" du XVe siècle est non pas la version primitive du Liber subtilitatum mais déjà au moins un troisième état du texte, postérieur à celui des manuscrits des XIIIe-XIVe siècles qui reflètent déjà une amplification de l'œuvre originale. Le lieu privilégié de ces ajouts fut probablement le liber de plantis, qui grossit au point de pouvoir faire figure d'herbier autonome.

4Ces différents compléments aboutirent à un ouvrage si volumineux qu'on put y prélever assez tôt la matière d'un second écrit, à la fois distinct et complémentaire du premier, voire d'un troisième, dont l'unique représentant connu à ce jour serait l'édition de Jean Schott : l'imprimeur strasbourgeois n'est pas sorti lavé de tout soupçon de notre enquête, et il faut croire qu'il imprima sa marque, dans tous les sens du terme, à l'ouvrage sorti de ses presses.

5La première scission quant à elle, sans doute due à de pieuses intentions, se doubla d'un nouveau baptême et, à partir du XIIIe siècle, deux œuvres médicales circulant sous le nom de Hildegarde vécurent des destins indépendants. Le « rejeton » du Liber subtilitatum que constitue à plusieurs égards le Causae et curae est loin d'avoir livré tous ses secrets et son destin est encore mal connu, mais il est certain qu'il subit lui aussi fragmentation et amplification, comme le montrent d'une part le Fragment de Berlin, d'autre part la mention d'une Summa Hildegardis légèrement différente du traité que nous connaissons à Heidelberg au début du XVe siècle. Une édition critique de ces écrits scientifiques fait donc figure de nécessité : ce n'est qu'à ce prix que nous parviendrons à nous faire une idée plus précise des états de l'œuvre selon les époques. Dans cette perspective, le codex Ashbumham 1323 de Florence, que je compte éditer, apparaît un manuscrit-clé.

6L'œuvre médicale de Hildegarde connut une circulation assez précoce hors du cloître où elle avait vu le jour : le Rhin paraît constituer un axe important de sa diffusion, mais elle est également connue rapidement en Angleterre, que la réputation de l'abbesse avait déjà atteinte de son vivant. Différents médecins — dont certains sont désormais nommément connus — s'intéressèrent à ses écrits scientifiques ; et c'est vraisemblablement un besoin de la pratique qui commanda la fragmentation mais aussi la traduction en langue vernaculaire dont ils firent l'objet au cours des siècles : ce domaine, aussi passionnant qu'encore inexploré, est gros d'enseignements, entre autres, sur la réception et la postérité de cette œuvre. Tout nouveau fragment de cette œuvre en allemand peut en outre apporter ses solutions aux énigmes qui demeurent à propos de certains termes : l'approche philologique est à remettre sur le métier, et l'énorme dossier du vocabulaire de la Nature et de son histoire, sur lequel je me suis penchée pour établir la nomenclature de la Physica, est loin d'être refermé. L'étude de ces termes dialectaux m'a en tout cas convaincue que la question du langage chez l'abbesse devait être elle aussi reposée. Hildegarde est certes l'auteur d'une Lingua ignota riche en termes botaniques, qui mérite encore toute l'attention ; il serait pourtant erroné de persister à croire que la présence de noms germaniques dans la Physica traduit une nostalgie de la langue originelle ou un désir d'émancipation comparable à celui d'autres femmes mystiques ayant choisi d'écrire, souvent à leurs risques et périls, en langue vulgaire : malgré ses dires, Hildegarde avait une connaissance du latin qui n'a fait que croître au cours de sa longue carrière littéraire et le recours aux termes vernaculaires dans ses écrits relève d'une logique propre à la littérature scientifique.

7Qui s'est intéressé à sa « science naturelle », à quelle époque et dans quelles conditions ? Le Liber subtilitatum a subi des influences et en a exercé à son tour mais l'histoire des utilisateurs de cette œuvre n'est qu'à l'état d'ébauche ; or il est somme toute fort possible que Hildegarde, qui cachait bien ses sources, se soit vu « rendre la monnaie de sa pièce » par des auteurs postérieurs, et la question de ses lecteurs inavoués est largement ouverte. La popularité sans précédent dont elle jouit actuellement ne doit pas nous tromper et force est de reconnaître que son œuvre scientifique recèle aujourd'hui encore bien des subtilités.

© Éditions de la Sorbonne, 1995

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540