Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le manuscrit perdu à Strasbourg

 | 
Laurence Moulinier

Chapitre IV : Les métamorphoses du Liber subtilitatum

Texte intégral

1Même les plus anciens manuscrits scientifiques de Hildegarde sont assez éloignés de l'époque de composition de l'œuvre originale pour avoir subi et véhiculé un certain nombre de modifications, volontaires ou non, par rapport au texte primitif : on relève ainsi dans la Physica des répétitions, des distorsions entre l'horizon d'attente du lecteur dessiné par la table des matières et la réalité du texte, et des traces de dispersion ou de déplacement de portions de texte que la confrontation des différentes versions de l'œuvre met en lumière. Autant de phénomènes ponctuels qui, mis bout à bout, contribuent eux aussi à renvoyer de l'état primitif du texte une image parfois lointaine.

1. Examen des livres botaniques

2Un certain nombre de chapitres de la Physica font double emploi, notamment au « livre des plantes » dont le nombre de notices ne correspond pas exactement à celui des éléments recensés. Dans ces doublons, on peut distinguer les deux cas de figure suivants :

  • un même élément apparaît deux fois, sans modification du titre et du contenu du chapitre qui lui est consacré ; c'est le cas des plantes appelées vichbona (lupin : I, 8 bis1 et vigbona I, 189), spica (lavande : I, 25 et I, 202,) stutgras (plante non identifiée, peut-être folle avoine : I, 86 et I, 196), lactuca agrestis (laitue : I, 91 et I, 198) et aloe (aloès : I, 174 et I, 224).
  • un même élément est décrit à deux reprises, une fois sous son nom vernaculaire, l'autre sous son nom latin, en deux chapitres de longueur souvent inégale si l'on excepte les chapitres jumeaux consacrés à la bryone (I, 43, De Stichwurtz et I, 204, De Brionia), et à l'hièble (I, 120, De Hatich, et I, 229, De Ebulo2), dont seul le titre diffère : le millet est ainsi traité un peu moins longuement au chapitre I, 9 (De Hirs) qu'au chapitre I, 193 (De Milio), l’ellébore noir fait l'objet de deux traitements très différents sous l'appellation de Cristiana (I, 28) et de Nyesewurtz (I, 152) ; la balsamite apparaît en deux endroits (I, 37, De Sysemera et I, 195, De Balsamita), de même que le panais (I, 148, De Morkrut et I, 200, De Pastinaca), la joubarbe aux chapitres I, 42 (De Huszwurtz) et I, 203 (De Semperviva), le lierre terrestre (à moins qu'il ne s'agisse de l'asaret : I, 105, Gunderebe et I, 212, Asarum), la pivoine (I, 127, De Beonia et I, 225, De Plionia), la graine de lin (I, 150, De Linsamo et I, 194, De Semine Lini3,) et la ficaire (I, 173, Wichwurtz et I, 207, Ficaria).

3Au livre des arbres, le chapitre 63, De Tribulo constitue un abrégé du chapitre 52 des manuscrits, De Hyffa : ce chapitre doté du numéro 63 par Daremberg ne figure en effet que dans l'édition princeps (III, 33), comme les deux chapitres qui le précèdent dans l'édition Migne, 61 De Palma (E, III, 12) et le chapitre 62, De Picea (E, III, 31). Le chapitre De Palma est sensiblement le même que la notice De Datilboum des manuscrits (III, 17), et le chapitre De Picea est en fait un extrait du chapitre 33 des manuscrits, De Fornhaff.

  • 4 Cette homonymie se dissipe à l'intérieur des livres : le frêne est appelé Asch et l'ombre de riviè (...)
  • 5 Nous ne suivrons donc pas Pierre Monat lorsque sa traduction confond sous un même vocable deux réa (...)

4Enfin, s'il ne s'agit plus de doublons tels que nous les avons caractérisés, il faut signaler un phénomène d'homonymie sur lequel nous reviendrons : une même appellation peut en effet parfois désigner une plante dans le livre premier et un autre élément dans un autre livre de la Physica. Asch est le nom d'un arbre (frêne, III, 27) dans la liste des capitula du livre III, et celui d'un poisson (ombre de rivière, V, 20) dans la liste des capitula du livre V4, et l'on relève d'autre part deux chapitres De Sysemera (I, 37 et III, 59), deux De Meygilana (I, 159 et VI, 71) et deux De Wisela (I, 191 et VII, 38). L'identification des réalités qui se cachent derrière ces noms pose souvent problème : de fait, l'interprétation de la terminologie de Hildegarde, comme celle d'autres auteurs médiévaux, ne va pas sans difficultés et il y a parfois désaccord entre les différents traducteurs et commentateurs de la Physica sur l'identité de tels éléments végétaux, mais aussi minéraux ou animaux, qui y sont recensés5.

5Il est certes tentant d'attribuer ce caractère redondant par endroits de l’œuvre à l'intervention de copistes ou réviseurs ultérieurs ; la prudence s'impose toutefois si l'on se souvient que l’objet d'une telle œuvre la vouait à n'être jamais réellement achevée, ou pour le moins close, et que c'est là non une caractéristique propre à Hildegarde mais toute l'ambiguïté d'un projet de description de la Nature : l'exhaustivité à laquelle on prétend est-elle jamais atteinte ? A-t-on jamais fini de recenser le réel ? A l'évidence non, comme le souligne C. Lévi-Strauss :

  • 6 C. Lévi-Strauss, La Pensée sauvage, p. 185.

Aucun ouvrage de ce genre n'est exhaustif, puisque limité par le temps dont on a disposé pour recueillir les matériaux, le nombre des informateurs et leur compétence, enfin la compétence propre de l'enquêteur, l'étendue de ses connaissances et la variété de ses préoccupations6.

6Il faut rappeler d'autre part que la répétition n'est pas étrangère à Hildegarde, même dans ses écrits les plus construits, les plus élaborés, tel le Livre des oeuvres divines, dont la troisième et la quatrième vision, dans leur long exposé anatomique, procèdent largement par redites. Ces quelques réserves faites, il convient maintenant de voir ce qu'il en est de ces redondances ou ajouts dans le détail. La liste des chapitres du « livre des plantes » du manuscrit P en annonce 213 mais le livre en comprend en réalité 228 : l'un d'eux n'a pas été copié (Basilia, annoncé sous le numéro CXXX), deux autres ont été réunis en un seul (Kurbesa, LXXXVIIIa et Pepones LXXXVIIIb), et dix-sept autres ont été introduits — Agrestis Latich entre Latich et Wilde Latich, Brema et Erperis entre Ertpeffer et Waltpeffer, Milium entre Wichim et Semen lini, ainsi que treize chapitres venus s'intercaler entre Minor Hufflatich et Plionia (Asarum, Hirceswurtz, Scampina, Nymfia, Katzenzagel, Zugelnich, Psaffo, Rifelbere, Merlinsen, Dudelkolbe, Hartenauwe, Thymus et Aloe).

  • 7 Ce terme semble un hapax au Moyen Age si l'on en croit A. Blaise, qui ne le relève que chez Hildeg (...)
  • 8 Hildegarde de Bingen, Les plantes médicinales, p. 27 ; l'auteur considère qu'il reste, après déduc (...)
  • 9 Cf. Epitome ex gravissimis authoribus, totius rei medicae summam complectens, per Otthonem Brunfel (...)

7Le livre des plantes comporte 230 chapitres dans la Patrologie latine, car il s'achève sur deux chapitres tirés de l'édition de 1533, De Ebulo (sensiblement identique au chapitre hatich du manuscrit [I, 120]) et De Basilisca. Le liber de plantis du manuscrit P ne recense pas pour autant 228 plantes. Il faut en effet en retrancher d'une part les quinze doublons que nous avons cités, et d’autre part onze éléments compris entre les chapitres 178 et 188 inclus — où il n'est plus question de plantes mais, dans l'ordre, du miel, du sucre, du lait, du beurre, du sel, du vinaigre, d'une préparation appelée meranda7, des oeufs, de la poix, de la résine et du soufre — que Danielle Delley tient pour des intrus « probablement pas authentiques »8. Or, si intrusion il y a au regard de nos catégories actuelles, il n'est pas rare de voir figurer ces éléments parmi les plantes dans une pharmacopée, au Moyen Age et encore à la Renaissance : au début du XVIe siècle par exemple, le botaniste et médecin Otto Brunfels range le beurre frais, le lait, le miel ou le soufre au même niveau que des plantes telles le giht ou la mandragore9. Notons toutefois que certains de ces chapitres « intrusifs » sont à leur tour des doublons, non plus à l'intérieur du seul livre premier, mais si l'on considère l'ensemble de la Physica : le chapitre De Melle fait intégralement partie du chapitre De Api au liber de avibus (VI, 63) ; le lait et le beurre sont évoqués au liber de animalibus à propos du boeuf (et de la vache), chapitre 14 ; le thème du sel est développé au chapitre 2, De Aqua, du livre II, de elementis ; enfin la question des oeufs est abordée en plusieurs endroits du livre VI, notamment au chapitre 15, De Gallo et Gallina.

  • 10 P. Lieutaghi, « Commentaire Historique, Botanique et Médical », in Platearius, Le Livre des simple (...)

8A l'inverse, il faut tenir compte dans notre calcul des notices qui, sous une « tête d'article » unique, réunissent plusieurs espèces : le chapitre De Lauch (ciboulette) évoque ainsi « toutes les espèces de poireaux qui sont creux » comme le surigo, le prieslauch et le planza, l'article consacré au chou (Kole) fait une place au Weydenkole, Kochkole et Kappus (chou frisé, chou rouge et chou pommé ?) et la notice Distel comprend « le chardon lisse » et « le chardon piquant ». Ce décalage entre nombre des têtes d'article et nombre de substances végétales réellement traitées n'est évidemment pas propre à l'oeuvre de Hildegarde : le Livre des simples médecines de Platearius, par exemple, comprend 425 chapitres sur les plantes ou produits d'origine végétale mais cite en tout quelque 490 drogues végétales10. Au total donc, plus de deux cents plantes sont réellement présentées dans le livre des plantes de Hildegarde.

  • 11 Heilkraft der Natur, Physica, p. 32 : « Man wird daher die Kapitel ab 167 des Kraüterbuches, aber (...)
  • 12 J.-B. Pitra les a rassemblés en un tableau formant l'« herbier de sainte Hildegarde » ; cf. « S. H (...)
  • 13 Cf. Hildegard von Bingen, Wörterbuch der unbekannten Sprache, éd. M.-L. Portmann, A. Odermatt, Bâl (...)
  • 14 Ibidem, p. 1-14 et 1-15.

9Faut-il, dans ces conditions, regarder les doublons, les « corps étrangers » et peut-être même d'autres chapitres comme des interpolations ? Marie-Louise Portmann juge pour sa part que les chapitres 189 à 228 du liber primus ne font que répéter, textuellement ou non, certains chapitres précédents, et remarque en outre que les plantes énumérées à partir du chapitre 167 ne figurent que rarement dans la liste de synonymes de la Lingua ignota de Hildegarde ; elle en conclut que les chapitres 167 à 228 du « livre des plantes » ne doivent être pris en compte, comme quelques autres, qu'avec précaution11. Il est vrai que la majorité des doublons se trouvent dans la quarantaine de chapitres postérieurs au no 189 ; mais il semble difficile de tenir la Lingua ignota pour un indicateur fidèle du contenu du Liber subtilitatum originel : la Lingua ignota contient certes de nombreuses « traductions » de noms de végétaux cités dans le liber de plantis12, mais elle propose aussi des équivalents pour certains éléments du monde végétal qui n'y figurent pas (karinz pour minnewurz — à moins qu'il ne s'agisse de la mystérieuse Menna du chapitre 102 — ou purstaz pour bisanzia13), ou qui y apparaissent après le chapitre 167. Le raisonnement de M.-L. Portmann ne semble donc guère pouvoir s'appliquer aux articles Balsamum (baumier, no 177), Zucker (sucre, no 179), Wichim (vesce, no 192), Kicher (pois chiche, no 190), Huflatich (tussilage ?, no 210), Katzenzagel (prêle, no 216), Dorth (brome, no 227) ou encore Cardo (cardère à foulon, no 228), respectivement traduits par florisca, saxia, circhza, gullox, laufrica, frazinz, sparzun et guriz14.

  • 15 Nous indiquons ci-dessous les références de ces différents éléments, dans l'ordre où nous les avon (...)

10Le problème n'est pas résolu pour autant et il se complique encore si l'on considère à présent que le livre second de l'édition princeps n'embrasse que 181 plantes qui figurent toutes, quoique dans un ordre bouleversé çà et là, dans le manuscrit P, à une exception près, basilisca (mais rappelons que la table des capitula du manuscrit prévoyait Basilia). Si l'on ajoute à ces 180 plantes les huit éléments rangés parmi les arbres dans l'édition de Schott et avec les plantes dans P et dans les autres manuscrits (poivre, cannelle, noix muscade, camphre, aloès, encens, baumier et myrrhe15) on obtient un total de 188 chapitres phytographiques communs à E et aux versions manuscrites du « livre des plantes ». 188 serait-il le plus petit dénominateur commun de nos différentes versions ? Dans le manuscrit F par exemple, le chapitre 188, Vichwurtz (fol. 24r), marque un tournant du texte : au changement de copiste correspond une nouvelle utilisation de l'encre rouge (jusque là le premier mot du chapitre était entièrement écrit en rouge, désormais seule son initiale est rouge) mais surtout l'apparition d'une numérotation en chiffres romains dans le corps du texte et non plus en marge, qui s'arrête au chapitre Cardo (CCXVI), c'est-à-dire avec le dernier chapitre prévu par la table des matières. La numérotation des chapitres en chiffres arabes, qui court pour sa part depuis le début du codex et compte toujours une unité de moins que les chiffres romains, se poursuit jusqu'à Katzenzagel (221, fol. 28r), et les huit derniers chapitres (Zugelnit, Paffo, Herba in qua rifelbere crescunt, Merlinsen, Herba in qua Dudelkolbe, Hartouwe, Thymus, Herba aloen) ne sont plus du tout numérotés. Ces variations suggèrent différentes strates, différentes étapes dans la formation du liber de plantis, sans que l'on puisse en reconstituer la chronologie. De même, quelques indications figurant dans tel ou tel chapitre d'un rang supérieur à 188 montrent que le copiste, — ou le modèle qu'il reproduisait — avait conscience que le sujet avait déjà été abordé plus haut dans le texte : De eo inverties capitulo CLI quod ibi deest hic invenies et quod hic deest ibi invenies lit-on ainsi à propos de Semen lini, déjà traité sous le nom de Linsamo, ou Ficaria dicitur idem Vichwurz de quo invenies CLXXXVIII au chapitre 208.

11Mais peut-être faut-il réviser à la baisse le chiffre de 188 pour suivre Marie-Louise Portmann, qui s'estime sûre de l'authenticité des seuls 170 premiers chapitres ? En confrontant la liste des capitula et le corps du livre dans les différents manuscrits, on s'aperçoit en effet que c'est à partir du 170ème rang environ que les choses se gâtent et que l'ordre de succession adopté s'écarte résolument de celui qui avait été annoncé. Tout se passe alors comme si le texte s'éloignait de la ligne qui était prévue, soit par infiltration soit par déplacement de chapitres non pas tant isolés que constitués en groupes ; il s'ensuit, plutôt qu'un bouleversement rendant méconnaissable l'ordre initial, un décalage parfois important dans la numérotation. Ainsi, les quinze chapitres compris entre De Fungis et De Sulphure reproduisent bien, dans les manuscrits, l'ordre de succession de la liste des capitula : mais dans P par exemple, ils étaient programmés pour former les chapitres CLXXXIV à CC et se voient affecter, dans la réalité du texte, les numéros CLXXII à CLXXXVIII. Ils prennent ainsi la place qu'aurait dû occuper le groupe de chapitres qui se succèdent de Vichbona à Spica ; ceux-ci subissent donc un déplacement, et on les retrouve dotés des numéros CLXXXIX à CCII, succédant à la série qui va de De Fungis à De Sulphure au lieu de la précéder. Dans F comme dans P, un chapitre De diversitate fungorum vient séparer Walbere et Vicbona prévus pour se succéder et il est significatif que De diversitate fungorum soit précédé de deux chiffres arabes dans la marge, « 173 » et « 186 ». « 173 » était le rang promis à « Vicbona » dans la table des matières, « 186 » devait être celui du chapitre De diversitate fungorum. Notons d'ailleurs que l'intitulé prévu pour ce chapitre est relativement long (dans tous les manuscrits il est annoncé comme De diversitate fungorum moyses) et qu'il occupe deux lignes dans la table des matières ; la main qui a numéroté en chiffres arabes ces capitula (différente de celle qui en a dressé la liste) s'y est d'ailleurs trompée, et l'on peut lire :

186 De diversitate
187 Fungorum moyses.

12De même, la table des matières de P laissait prévoir que le livre se clorait sur la série Minor Hufflatich, Plionia, Rasela, Dorth et Cardo (CCIX à CCXIII) ; or si l'on retrouve bien, à la fin du livre, les quatre dernières plantes dans l'ordre qui avait été annoncé, une série de 13 chapitres les sépare désormais de Minor Hufflatich. Dans F en revanche, ces 13 chapitres imprévus prennent place à la suite de Cardo, sans troubler la séquence Minor Hufflatich-Cardo.

  • 16 Heilkraft der Natur, Physica, p. 12.

13Ce phénomène de glissement, de translation de chapitres par séries explique dans une large mesure les écarts existant entre les différentes versions de ce « livre des plantes » : seul le début du livre dans les manuscrits (les huit premiers chapitres) est exactement le même que dans l'édition de Schott, mais on reconnaît dans l'édition princeps, malgré le décalage de la numérotation, plusieurs séquences des manuscrits du Liber subtilitatum. En revanche la différence du nombre total de leurs chapitres ne peut s'expliquer que si l'on suppose des ajouts que nous ne sommes pas en mesure de repérer ni donc de rejeter comme inauthentiques. La position de M.-L. Portmann, qui propose à la fois de tenir pour douteux les chapitres postérieurs au numéro 167 dans la Physica imprimée par Migne, et de considérer comme authentiques tous les chapitres communs à l'Edition de Schott et aux différents manuscrits, surtout les deux plus anciens16, nous semble en effet aporétique à certains égards : si l'on suit ce raisonnement, que penser de l'authenticité des chapitres 189 à 213 ou 223 à 228 de Migne qui tous figurent dans l'édition princeps et dans les manuscrits, bien qu'à l'extrême fin du texte ?

14Il est donc très difficile de faire la part exacte des ajouts ou remaniements qu'a pu subir le texte original et nous en sommes parfois réduits à les supposer, sans pouvoir en proposer un schéma ou une explication claire. Ainsi, l'apparition, au folio 24r du manuscrit F, d'une numérotation en chiffres romains et d'indications marginales coïncidant avec le changement de main et commençant au numéro CLXXXIX (Vichwurtz), marque-t-elle simplement la nouvelle manière du copiste ou également un tournant du texte ? Certes après le dernier chapitre écrit par le premier (De diversitate fungorum), les chapitres Vichwurtz, Aloe et Thus s'enchaînent sans passage à la ligne, certes les huit derniers chapitres de ce manuscrit (de Zugelnit à Herba aloen fol. 28v, correspondant aux numéros CCXVII à CCXXIV chez Migne) ne sont précédés d'aucun numéro, ni arabe comme la totalité des chapitres, ni romain comme c'est le cas à partir du chapitre 189, et ces observations donnent à penser que tout ce qui suit le chapitre De Fungis n'est qu'ajout étranger à Hildegarde, bien que le manuscrit ne contienne aucune indication explicite à ce sujet.

15Le seul emprunt avéré est en effet signalé par une unique et très précieuse indication qui le met en évidence au folio 52r, où l'on lit dans la marge inférieure : ex alio libro hic descriptus est. Le copiste paraît donc avoir une nette conscience de ce qui fait partie du texte original et de ce qui lui est extérieur, en d'autres termes, des frontières du texte qu'il transcrit et de sa cohésion : il prend soin, par exemple, d'avertir le lecteur que le chapitre apparemment superfétatoire qu'il va lire sur la graine de lin (semen lini, fol. 26r) est en fait complémentaire d'un premier chapitre précédemment consacré à cette plante (fol. 20v) — de eo invenies capitulo CLI quod ibi deest et quod hic deest ibi invenies — ou de le renvoyer à un autre chapitre pour plus d'informations sur un sujet précis, comme à propos de l'eau, fol. 29r, indissociable de la question du sel traitée plus loin, au chapitre 197 (de sale respice capitulum CXCVII). Mais se rendaitil compte pour autant qu'il avait affaire à un texte formé de différentes strates ?

16Les additions que la différence entre table des matières initiale et corps du texte met en lumière font partie intégrante du Liber subtilitatum aux yeux du copiste puisqu'il les incorpore à son index final, qui offre un deuxième type d'entrée possible dans la lecture de l'ouvrage et fait figurer, en face de chaque plante assortie de son numéro, un résumé de ses applications ; on y trouve par exemple les plantes qui portent les numéros CCXXVI à CCXXVIII chez Migne et sont des ajouts par rapport à la liste de chapitres inaugurale :

  • 17 « Crête-de-coq : contre les vers ; brome : contre la gale de la tête ; chardon : contre le poison  (...)

Razzele contra vermes
Dort contra scabiem capitis
Cardo contra venenum17

  • 18 Heilkraft der Natur, p. 13 : « das Kapitel liber die Alraune... ist derart primitiv und entspricht (...)

17S'il est à peu près certain que le « livre des plantes », de par sa matière et sa forme, était susceptible d'être complété, il ne nous est pas possible, dans l'état actuel de la recherche, de déterminer à quelle date intervinrent ces compléments ni même de définir des critères permettant l'identification sûre d'interpolations. A cet égard, ceux que propose M.-L. Portmann ne nous semblent pas sans risque : sont inauthentiques pour elle tous les passages de la Physica dont le contenu ne s'accorde pas avec la « pensée de Hildegarde » ; aussi rejette-t-elle tous les passages à contenu magique, ou le chapitre sur la mandragore, jugé trop « primitif » au nom du « mysticisme » de Hildegarde18.

  • 19 Hildegarde de Bingen, Les plantes médicinales, p. 112. La médecine stercoraire n'a pourtant rien d (...)
  • 20 P. Franche, Sainte Hildegarde, Paris, 1903, p. 109.

18Nous verrons plus tard, lorsqu'il sera question des principes de la médecine de notre auteur, quels rapports entretenaient, au XIIe siècle et dans son oeuvre, médecine et magie, esprit pré-scientifique et pensée magique. Il ne nous paraît en tout cas pas possible, pour l'instant, de nous fonder sur cet a priori, cette idée certes haute, mais préconçue que M.-L. Portmann n'est pas la seule à avoir de notre auteur, et qui amène par exemple Danielle Delley à présenter le chapitre 60 du livre III, « contre les écrouelles », comme une « impayable recette aux excréments humains qui, pour sauver l'honneur d'Hildegarde, n'est heureusement pas authentique »19. Cette volonté de séparer le bon grain de l'ivraie dans les écrits scientifiques de Hildegarde, de faire le départ entre ce qui est digne du personnage et ce qui ne l'est pas, entre le texte supposé-authentique et ce que la sainte ne saurait avoir écrit, semble d'ailleurs une constante de la critique qui s'y est attachée ; D. Delley comme M.-L. Portmann rejoignent en effet l'abbé P. Franche, biographe de Hildegarde qui écrivait au début de ce siècle que « [pour les pauvres] elle se fit herboriste, médecin, je dirais sorcière, s'il fallait prendre au sérieux quelques recettes étranges que des copistes mal inspirés ont intercalées dans ses livres de médecine »20.

  • 21 Les noms de plantes sont parfois si déformés, si mis à mal dans la liste des capitula du manuscrit (...)
  • 22 Le manuscrit de Bruxelles est le seul à comporter, à la suite du chapitre 63, sept autres chapitre (...)
  • 23 Platearius recommandait entre autres « l'ivraie enivrante » cuite dans du vin avec des excréments (...)

19Les interpolations subies par le texte original seraient-elles plus aisées à déceler dans le « livre des arbres », dont le contenu est lui aussi en discordance avec la liste initiale de ses chapitres — discordance manifeste jusque dans la graphie de certains noms, comme au « livre des plantes »21 ? 55 chapitres sont ainsi annoncés à l'orée de ce livre qui en compte 6322 et dont l'avant-dernier et le dernier, on l'a dit, redoublent respectivement, en les abrégeant, les chapitres 33 et 52, tandis que les chapitres 56 à 60 traitent de sujets divers comme la fumée, la mousse ou un remède contre les écrouelles probablement inspiré de Platearius23.

20Plus probant encore que ce décalage numérique est sans doute le chapitre 59, De Sysemera, qui trahit manifestement un ajout : il est clair, en effet, d'une part que l'élément ainsi désigné non seulement n'est pas un arbre mais n'est même rien qui se rapporte au monde des arbres comme la fumée ou la mousse, d'autre part que ce chapitre est né d'un emprunt, dans son titre comme dans son contenu. En voici les termes :

  • 24 PL 197, col. 1246 ; trad. Pierre Monat, vol. 2, p. 77-78 : « Ce qu'on appelle sysémère : quand le (...)

De Sysemera. De eo quod dicitur sysemera. Cum sol in vere ad aestatem surgit et cum ad hyemem inclinatur, aer seyger est, ut vinum, et quamdam albuginem dimittit. De illa ergo sysemera collige quantum potueris, et cui wisza aut herbrado in oculo jam crescit, super eumdem oculum saepe liga, et curabitur. Et ubi vermes carnem hominis comedunt, vel comedere incipiunt, ibi de eadem albugine aeris desuper pone, et vermes ulterius non procedunt, sed moriuntur24.

  • 25 Les plantes médicinales, p. 99.

21P. Monat francise le terme sans réellement le traduire, D. Delley le traduit par « rosée »25 mais le phénomène décrit est apparemment ce qu'on appelle « filandre » ou « fil de la vierge » par allusion à des fils soyeux échappés du fuseau de la Vierge, à savoir un fil blanc et léger produit par diverses araignées voyageuses, que le vent emporte et qui flotte dans l'air dans les beaux jours d'automne. En fait ce thème a déjà été traité dans le Liber subtilitatum, non pas dans le manuscrit de Paris mais dans celui de Florence (fol. 29r), au chapitre De Aere du liber de elementis dont il constitue la deuxième partie, succédant au passage suivant :

  • 26 Avec d'infimes variantes, le texte que nous venons de citer constitue l'intégralité du chapitre «  (...)

Aer spiramen est, quod in rore humorem germinantibus infundit, ita quod omnia virescunt, et quod per flatum flores educit, et quod per calorem omnia ad maturitatem confirmat. Aer qui proximus dispositioni lunae et stellarum est, sidera humectat, velut terrenus aer terram, irrationabilia et sensibilia secundum naturam ipsorum vivificat et movet, nec ideo in se minoratur, sed cum eadem animalia moriuntur, idem aer ad pristinum statum suum revertitur, nec inde se augmentatur, sed manet ut prius fuit. Aer autem terrenus qui terram humectat, arbores et herbas virescere, accrescere ac moveri facit, nec cum in istis est deficit, nec ipsis abscissis, aut evulsis, cum ab eis egreditur in se perstitit sed in statu suo ut ante erat permanent26.

  • 27 L'identité de cet élément jusqu'alors mystérieux ressort à peu près clairement de la confrontation (...)
  • 28 Dans les lignes suivantes, nous indiquons en gras les écarts de l'édition princeps par rapport au (...)

22Un même chapitre originel a donc vraisemblablement donné naissance, par scission, à deux chapitres disjoints, l'un restant à sa place pour devenir le chapitre « de l'air » réduit de moitié, l'autre venant grossir la kyrielle de chapitres du « livre des arbres » pour y évoquer la balsamite27. L'édition de Schott nous donne d'ailleurs confirmation de cette hypothèse puisque, dans le premier chapitre de son Liber primus continens elementorum, fluminum aliquot Germaniae metallorumque naturas et effectus, on reconnaît, avec de très légères variations28, le chapitre De Aere suivi de l'actuel De Sysemera de Migne.

  • 29 Phy, III, 58, « De Unguento Hilarii », col. 1246 : Accipe folia persici, et ad pondus ejus sysemer (...)

23Si le chapitre De Sysemera du « livre des arbres » est bien venu se greffer sur une version antérieure du livre, c'est donc à la suite d'un emprunt que l'on pourrait qualifier d'intrinsèque, et à double titre : la présence de ce chapitre à cet endroit du livre III semble en effet déterminée par le chapitre qui le précède, De Unguento Hilarii, qui contient lui-même une recette à base de sysemera29. Or, dans les manuscrits F et W comme dans l'édition princeps, cette recette d'onguent fait partie du chapitre 5 du livre des arbres, De Persichbaum ; un copiste a dû l'en extraire et la faire précéder d'une phrase d'introduction (Unguentum quod Hilarius Aegyptius ostendit) pour créer le chapitre III, 58. En cet endroit du Liber subtilitatum, l'oeuvre se nourrit donc pour ainsi dire d'elle-même, de sa propre substance, de matière hildegardienne, par remaniement plutôt que par ajout véritable. En témoigne la présence du même thème (les fils de la vierge) dans deux autres écrits de Hildegarde, Causae et curae et Livre des oeuvres divines. Dans le premier de ces ouvrages, on trouve en effet un passage précédé de la rubrique de aeris filis, « des fils de l'air » :

  • 30 CC, p. 9 : « De la même façon, lorsqu'hiver et été se séparent, de sorte que l'été s'éloigne et l' (...)

Similiter cum aestas et hiems separantur, ita ut aestas recedat et hiems veniat, vel cum hiems recedat et aestas veniat, quaedam coagulatio ut quaedam albedo filorum in aere volat, ubi aer se purgat. Quae in terram descendit de collisione illorum temporum hiemis et aestatis, cum se invicem collidunt.30

24Les fils de la vierge apparaissent également dans la quatrième vision du dernier ouvrage de Hildegarde, au service d'un parallèle entre la sueur de la terre et celle que sécrété l'homme :

  • 31 Le Livre des oeuvres divines, trad. B. Gorceix, p. 85.

Au début de la saison froide, lorsqu'approche l'hiver, l'air s'élève, une partie même se coagule sous l'action du soleil, on la voit voleter dans l'air comme des fils qui s'étendent. L'humidité d'en haut amollit alors la terre, qui secrète une bave sordide. De même la chair sécrète une sueur, lorsqu'elle accomplit les oeuvres de la chair31.

2. Les préfaces

25Un autre exemple de scissiparité du texte nous est fourni par la praefatio de ce même « livre des arbres » dont la forme passée à la postérité dans le manuscrit P est sans doute aussi le résultat d'une coupe. La forme que prend cette « préface » dans l'édition de Schott concorde avec celle du manuscrit de Florence (fol. 31r) et ces deux ouvrages nous proposent un texte légèrement plus long que celui de l'édition Migne ; dans les lignes qui suivent nous soulignons ce qui ne figure pas dans la Patrologie latine :

Omnes arbores aut calorem aut frigus in se habent, quemadmodum herbae ; sed tamen quaedam arbores calidiores sunt aliis, quaedam autem frigidiores, quia quaedam arbores majorem calorem quam aliae calidae in se habent, quaedam autem plus frigoris quam aliae frigidae in se tenent. Nam domestice arbores que fertiles sunt et que rectos fructos proferunt magis calide quam frigide sunt. Quae autem rectos fructos non proferunt ut silvestres magis frigide quam calide sunt. Sed silvestres arbores que grandiores et plures fructus proferunt quam alie faciant calidiores aliis silvestribus arboribus sunt. Quae autem minutos et paucos fructus proferunt, frigidiores aliis silvestribus arboribus sunt. Arbores autem et ligna de medulla sua virescunt et crescunt, sic et homo de medulla sua viget, et si medulla arboris lesa fuerit eadem arbor detrimentum suum sentiet. (« Tous les arbres ont de la chaleur ou du froid en eux, comme les herbes ; pourtant, certains arbres sont plus chauds, et certains plus froids que d'autres, car certains arbres ont en eux une chaleur supérieure à celle d'autres arbres chauds, et certains, un froid plus grand que d'autres arbres froids. En effet les arbres domestiques, qui sont fertiles et portent de vrais fuits, sont plus chauds que froids. En revanche, ceux qui ne portent pas de vrais fruits, comme ceux de la forêt, sont plus froids que chauds. Mais les arbres de la forêt qui portent des fruits plus gros et plus nombreux que d’autres sont plus chauds que les autres arbres de la forêt, tandis que ceux qui portent des fruits de petite taille et en petit nombre sont plus froids que les autres arbres de la forêt. Les arbres et les bois tirent leur verdeur et leur croissance de leur moelle, de même que l'homme tient sa vigueur de sa moelle, et si la moelle d'un arbre a été blessée, l'arbre tout entier en ressentira le préjudice. »)

  • 32 H. Fischer a comparé le ms. de Wolfenbüttel et le texte de la Patrologie latine dans son article, (...)
  • 33 Heilmittel, 1. Lieferung, Buch 3 von den Baümen, Bâle, p. 5 : « add. B. »

26Le premier complément que nous avons mis en évidence dans le texte latin modifie d'abord grandement le sens général de cette préface : au lieu d'y lire que « tous les arbres sont fertiles » et que « les arbres de la forêt portent de vrais fruits » il faut y rétablir le distinguo opéré par Hildegarde entre arbres cultivés, fertiles et porteurs de fruits dignes de ce nom, et arbres sauvages, dont les fruits n'en sont pas vraiment. Ce départ fait par notre auteur entre arbres sauvages et arbres cultivés figure apparemment dans les mêmes termes dans le manuscrit de Wolfenbüttel d'après H. Fischer32, et dans celui de Bruxelles, d'après M.-L. Portmann33. On se rend compte ensuite que le dernier passage manquant chez Migne se trouve en fait dans le « livre des arbres », mais ailleurs, à la fin d'un des chapitres ajoutés par rapport à la liste initiale, De Gichtbaum, dont il constitue une conclusion sans grand rapport avec ce qui précède, comme on en jugera ci-dessous :

  • 34 Physica, III, 55, col. 1245 ; nous verrons plus loin quel arbre se cache derrière « gichtbaum », q (...)

Gichtbaum valde calida est, et viriditas et succus ejus per se non valet, nisi aut aliis herbis aut aliis condimentis addatur, quia si aliis herbis aut aliis condimentis additur, tanto utiliores ad medicamenta valent et erunt. Arbores de medulla sua virescunt, sicut homo de medulla sua, et si medulla arboris lesa fuerit, arbor detrimentum suum sentiet (« Le gichtbaum est tout à fait chaud, et sa verdeur et sa sève n'ont pas grande valeur, sauf si on l'ajoute à d'autres plantes ou à d'autres condiments ; car si on l'ajoute à d'autres plantes ou à d'autres condiments, ceux-ci auront une plus grande valeur et une plus grande utilité en médecine. Les arbres verdissent grâce à leur moelle, comme l'homme, et si la moelle d'un arbre a été blessée, il en est affaibli34. »)

27La « préface » d'origine a donc été manifestement tronquée, et le passage soustrait, déplacé à l'intérieur du même livre, est venu étoffer un de ses chapitres pour des raisons qui ne nous apparaissent pas clairement. Si l'on se tourne à présent vers une autre praefatio, celle du liber de avibus, on est frappé par la grande dissemblance qui oppose la préface du « livre des oiseaux » telle qu'elle est reproduite chez Migne, au texte ouvrant la deuxième partie (Pars II. Volatilium natura et varietas) du livre IV (De naturis et effectibus piscium, volatilium et animantium terrae) de l'édition Schott : P. Monat qualifie ce dernier texte d'« autre préface », marquant ainsi qu'il n'y voit aucun rapport avec l'autre, et il paraît légitime de se demander si deux textes aussi différents peuvent réellement être issus d'un même original ; on peut néanmoins leur trouver un bref passage commun, que nous mettons en relief dans chacune des « préfaces » que nous citons ci-dessous, en commençant par celle que l'on peut lire dans l'édition Migne :

  • 35 Le manuscrit de Paris dit en fait « aereus » (fol. 48v) ; celui de Florence propose « Cum anima in (...)
  • 36 F, fol. 68r : in humano corpore cum sensibilitate, intelligibilitate, et scibilitate...
  • 37 F, fol. 68v : sentire, intelligere et scire debet...
  • 38 F, fol. 68v : in corporalitate terre...
  • 39 Comme le fait remarquer E. Klein (Physica : livres V, VI, VII, VIII, p. 80) « le manuscrit de Pari (...)
  • 40 PL 197, Physica, VI, col. 1285-86 ; trad. P. Monat, vol. 2, p. 125-126 : « Comme l'âme est de natu (...)

Cum anima in corpore hominis aerea est35, quamdiu in corpore manet, ita quod aere attollitur et sustentatur, alioquin in corpore suffocaretur : et in humano corpore cum sensibili intelligibilitate et stabilitate versatur36, et ad haec volatilia creata sunt et posita, cum quibus ipsa sentire37 et scire debet, quae sibi scienda sunt, quoniam volatilia in aere pennis suis attolluntur et ubique in aere versantur ; et sic anima, dum in corpore est, cogitationibus suis elevatur et ubique se dilatat. Et in humiditate terrae perfectio illa ostenditur, quod homo in formatione sua perfectus est atque in corporabilitate38 discernitur, quod homo se corporalem esse in arboribus cognoscit ; et his duobus, scilicet in humiditate, in corporabilitate intelligere debet, quod accrescere39 non poterit, quamdiu anima in ipso est40.

28Voici à présent ce qui tient lieu de préface au chapitre « Nature et variété des animaux qui volent » de l'édition princeps :

Volatilia frigidiora sunt animalibus quae in terra versantur, quoniam tanto calore libidinis non generantur, et etiam mundiores carnes terrenis animalibus habent, quia non nuda de matre procedunt sed testa cooperta. Quaedam etiam ab igneo aere vivunt et ideo velut ignis sursum tendunt. Sed illa quae altitudinem in volatu suo petunt, plus de igneo aere in se habent, quam illa quae circa terram versantur. Haec autem, qui et in aquis et in terra et in aere versantur, erectam altitudinem aeris non petunt, sed quo aer terrae, et aer aquae se extendit. Illa quoque quae plurimis pennis abundant, calidiora illis sunt quae penuriam pennarum patiuntur. Et quoniam volatilia de aere vivunt, in aliquo casu, de quo aer tangitur, motum aliquando naturaliter sentiunt, et quia etiam aereae sunt, mutationem aeris multotiens in se sentiunt, et secundum eandem voces suas saepissime producunt, quemadmodum gallus horas diei et noctis vocibus suis distinguit, et ut etiam aliquando cantare incipit cum aura se ipsam in alium modum mutare videtur. Volatilia quoque virtutem hanc designant, qua homo cogitando dictat et qua in semetipso praemeditando multa deputat antequam in fulgens opus procedant. Et ut volatilia in aerem pennis attolluntur, et ubique in aere versantur : sic etiam anima, dum in corpore hominis est, cogitationibus suis elevatur et ubique se dilatat. (« Les animaux qui volent sont plus froids que les animaux qui restent sur la terre, parce qu'ils ne sont pas engendrés par une si grande chaleur de volupté ; leur chair est plus saine que celle des animaux terrestres parce qu'ils ne sortent pas nus de leur mère, mais couverts d'une coquille. Certains vivent de l'air igné et, pour cette raison, ils tendent vers le haut comme le feu. Ceux qui, dans leur vol, recherchent l'altitude, ont en eux plus d'air igné que ceux qui se tiennent près de la terre. Ceux qui vivent dans l'eau, sur terre et dans les airs ne cherchent pas une altitude élevée mais l'endroit où s'étend l'air de la terre, ainsi que l’air de l'eau. Ceux qui ont beaucoup de plumes sont plus chauds que ceux qui manquent de plumes. Et comme les animaux ailés vivent de l'air, si l'air est agité, ils en ressentent naturellement le mouvement ; et puisqu'ils sont aériens, ils ressentent fréquemment les modifications qui affectent l'air, et font très souvent entendre leur voix en fonction de ces changements, comme le coq qui distingue par ses cris les heures du jour et de la nuit et commence même parfois à chanter quand l'air semble changer de nature. Les animaux ailés représentent aussi cette faculté que l'homme affirme par sa pensée, et grâce à laquelle il peut peser en lui-même et à l'avance de nombreuses choses, avant qu'elles ne se réalisent dans l'éclat d'une oeuvre. Et de même que les animaux ailés s'élèvent et se répandent partout dans les airs grâce à leurs plumes, de même l'âme, tant qu’elle est dans le corps de l'homme, est élevée par ses pensées et se répand partout. »)

29En fait, outre le passage que nous y avons souligné, le lien de parenté entre le texte de Migne et celui de Schott est confirmé par la présence d'un court extrait de ce dernier au début de la praefatio du livre VII, de animalibus dans la Patrologie latine :

  • 41 Phy, PL 197, col. 1311, traduit comme suit par P. Monat (vol. 2, p. 183) : « Les oiseaux qui viven (...)

Volatilia quae in aere versantur designant virtutem hanc quam homo cogitando dictat et quae in semetipso praemeditando deputat multa, antequam in fulgens opus procedant. Animalia autem quae in terra discurrunt et in terra habitant, cogitationes et praemeditationes, quas homo opere perficit, designant41.

30Nous pouvons donc supposer que les textes cités ci-dessus, loin d'être imperméables l'un à l'autre, eurent sans doute à l'origine un même texte pour matrice commune ; il ne nous est malheureusement pas plus loisible de nous faire une idée précise de ce texte originel que de déterminer sa place dans le Liber subtilitatum : tenait-il lieu de prologue à l'ensemble des livres zoologiques ou au seul livre consacré aux oiseaux ? Nous l'ignorons et ne pouvons tenir pour acquise qu'une certitude négative : les praefationes des différents livres de la Physica, comme la forme générale et l'appellation d'origine de l'œuvre, n'ont pas été épargnées par des remaniements dont l'importance varie et dont le « livre des poissons » fournit une dernière illustration. La longueur de la préface de ce livre V l'emporte de loin sur toutes les autres et couvre près de quatre colonnes dans la Patrologie latine. Nous ne la citerons donc pas intégralement mais nous nous intéresserons à sa fin, qui semble avoir été à son tour le lieu d'une transformation du texte original.

  • 42 CC, p. 47 : Caro et cutis Adae fortior et durior fuit quam hominum nunc sit, quia Adam de terra fo (...)

31Après avoir évoqué certaines herbes connues des seuls poissons à qui elles permettent de passer de longs mois sans prendre de nourriture, le texte publié par Migne nous dit que si l'homme avait la connaissance de ces herbes, il pourrait lui aussi se passer de nourriture pendant 4 ou 5 mois, mais au risque de voir sa chair devenir plus dure et plus noueuse (un passage du Causae et curae explique effectivement que la peau et la chair d’Adam étaient plus dures que celles de ses descendants car il avait été formé à partir de la terre42). Adam connaissait ces herbes, poursuit le texte, mais il cessa d'y recourir dès qu'il put se procurer d'autres nourritures.

32Or un passage sur le mutisme des poissons sépare, au folio 60r du manuscrit F, les phrases sed caro ejus exinde induresceret et tortuosa fieret nec tam lenis esset ut nunc est et Adam enim, cum de paradiso expulsus est, eas cognovit et eas in aquis quaesivit qui figurent col. 1269A dans l'édition Migne. Voici ces lignes sur les « voix des poissons », qui se trouvent mot pour mot à la fin du texte liminaire de la Pars I. Piscium varia discretio et natura dans l'édition de Schott :

  • 43 Traduction E. Klein, Physica..., p. 17 : « Le texte de l'Edition se finit ainsi : bien que les poi (...)

Quod autem pisces clamosas voces non habent quemadmodum cetera animalia ideo est quod alio modo quam cetera animalia concipiuntur ; et etiam prae clamore vocis, quam ipsi in alvo non habent, aqua in qua conversantur sonum in cursu suo tenet. Reptantia autem, quae interdum in aqua, interdum super terram sunt velut quamdam cognationem cum animalibus habent et ideo linguas ad sibilos et ad sonos vocum habent43.

33Ici encore la concordance, sur un passage donné du texte, entre manuscrit de Florence et édition princeps nous invite à considérer le texte de F comme une version sans doute assez proche de l'original ou, en tout cas, moins éloignée de ce qu'écrivit Hildegarde que P et l'édition de Migne, ou même que celle de Schott qui reflète également des manques, bien que minimes, par rapport à F. Nous venons de reproduire un passage commun à F et E, absent du manuscrit P ; voici maintenant les lignes sur lesquelles s'achèvent F et P, et que n'a pas retenues l'édition princeps :

  • 44 Phy, col. 1270 ; traduction E. Klein, Physica..., p. 16 : « Car Adam, quand il a été chassé du par (...)

Adam enim, cum de paradiso expulsus est, eas cognovit ac eas in aquis quaesivit et interdum comedit cum alios cibos non habuit, sed postquam deinde alios cibos habere potuit, eas devitabat. Nam eaedem herbae faciliter nec arescunt nec pereunt et ideo cum aut pisces aut bestiae modicum de eis gustaverint, diu in ventre eorum indigeste jacent, quia difficiliter digeruntur, et idcirco animalia quae eas comedunt per longum tempus esurire non patiuntur, sed cum aliis cibis quos postea comedunt digeruntur44.

3. Les livres zoologiques

34Si l'on se penche à présent, non plus sur les « préfaces » des livres zoologiques de la Physica, mais sur les rapports qu'y entretiennent liste des chapitres initiale et corps du texte, on constate çà et là une distorsion dont les livres « botaniques » nous avaient donné un premier exemple.

35Dans le « livre des poissons », le décalage entre le nombre des chapitres annoncé (37) et leur nombre réel (36) est pour ainsi dire nul, et tient non pas à la présence, dans le corps du texte, d'un chapitre non prévu, mais au redoublement du même chapitre barbo au dixième et au vingt-troisième rang dans la liste des capitula. L'ordre de succession annoncé cesse certes d'être respecté dès le troisième chapitre, où l'on attend salmo et où l'on lit merswin mais il ne s'agit là que d’un bouleversement mineur, puisque le peloton de tête comprend jusqu'au chapitre 10, bien que dans un ordre différent, les chapitres que l'on pouvait y attendre. En revanche, à partir de barbo on voit se suivre, en une stricte alternance, les chapitres compris initialement entre 10 et 22 et 23 et 37, c'est-à-dire les deux séries faisant suite à barbo dans la liste initiale. Ce cas de disposition alterne due à une répétition dans la liste initiale ne se retrouve pas aux livres VI, VII et VIII qui semblent avoir subi pour leur part des compléments plutôt qu'une modification de leur économie.

  • 45 Ce chapitre « de parice » figure dans E, F et W, mais pas dans P ou V, ce qui peut expliquer que l (...)

36Le « livre des oiseaux », censé énumérer 68 chapitres, en contient ainsi 72 dans l'édition de Migne : aneta, prévu en douzième position, se dédouble en De aneta domestica et De aneta silvestri, comme dans l'édition de Schott où ce couple forme les chapitres 9 et 10 de la deuxième partie du livre IV ; alkreya et wespa, qui n'étaient pas attendus alors qu'on trouve wespa chez Schott (IV, 2, 52), se glissent aux vingt-huitième et soixante-neuvième rangs et parix (qui ne figure que dans l'édition de Schott, au numéro 33) vient constituer le chapitre 72. Ce dernier chapitre redouble en fait le chapitre 42 des manuscrits, meysa, dont il donne une version un peu plus longue ; les chapitres 42 et 72 tels qu'ils se donnent à lire dans l'édition Migne sont en effet fondus dans une même unité textuelle au chapitre parix (41) du manuscrit F (fol. 76v), que nous citons intégralement en signalant en gras tout ce qui ne figure pas chez Migne45 :

  • 46 « Bouillon » : le mot est attesté sous sa forme juscellum chez Théodore Priscien, médecin du IVe s (...)
  • 47 [ ] = Physica, VI, 42, De Meysa, col. 1303 ; { } = Physica, VI, 72, De parice, col. 1312.
  • 48 « La mésange est chaude et vole pratiquement au milieu des airs. Sa chair est saine, et bonne à ma (...)

[Parix calida est] et fere in medietate aeris volat [ac sanas carnes habet atque sanis et infirmis hominibus bona ad comedendum est. Et homo qui paraliticus est meisam in aqua coquat et cum butiro jussal46 de eo faciat] vel si butyrum non habuerit tunc {sagimen et acetum et modicum vini addat}47 et ex hiis jussal faciat [et hoc saepe comedat et curabitur]. Calor autem avis huius calori qui de lapide procedit assimilatur et frigus non abhorret et munda est, unde caro ejus aliquantulum arida est et ideo cum suavitate aque cocta butiro carne addito et calore sagiminis et aceti et vini guttam paralisis que aut de letitia aut de ira ( ?)aut de diversis cibis nascitur compescit. {Sed et qui gelewesucht habet meisam accipiat et ei pennas auferat atque ita mortuam et integram super stomachum suum panno liget et gelewesucht qui in ipso homine est in eadem meisa transit ita quod gelefar erit} et tunc illam auferat et aliam stomacho suo superponat et sic sepe faciat et sanabitur. Penne autem avicule istius auferende sunt quia quoddam livor (is ?) in eis est et quia caro naturaliter sicca est calorem et humiditatem gelewesucht in se trahit et eadem pestis in eam transit ( ?) et sic homo ille liberabitur48.

  • 49 Heilkraft der Natur, p. 437 : « Es ist anzunehmen, dass das Originalrezept mit der Pflanze hergest (...)

37Enfin, s'il ne s'agit pas à proprement parler d'un ajout par rapport à la liste initiale, signalons que le chapitre 71, De Meygelana, que P. Monat et E. Klein traduisent par « hanneton », emprunte apparemment son intitulé au numéro 159 du « livre des plantes », où il est sans doute question du muguet. D'après M.-L. Portmann le chapitre consacré à l'insecte au no 71 du « livre des oiseaux » serait un ajout : seule une recette faisant intervenir une plante nommée meygilana aurait existé à l'origine, et plus tard un rédacteur aurait ajouté, à cause de la ressemblance de leurs noms, un remède dans la composition duquel entre un insecte appelé meygelana49. Quelle que soit la validité de cette hypothèse, il existe entre les chapitres I, 159 et VI, 71 un rapport qui va au-delà de la simple homonymie et empêche de les tenir pour interchangeables, puisque le remède contre les scrofules du chapitre 71 du liber de avibus fait clairement référence à deux éléments différents, bien que dotés du même nom, l’un appartenant au règne animal, l'autre au monde végétal :

Si autem scrofulae in homine sunt, ille vermiculum hunc tollat, et venenum quod in eo est exprimat, et huic minus de pulvere Meygelanae addat, et aut in vino aut in aqua illud modice bibat, et statim velut sagitta putredinem scrofularum invadit et eas consumit.

38La construction de la phrase et les lois régissant l'emploi des pronoms, même dans un latin assez fruste, interdisent que l'on voie dans meygelana un synonyme du vermiculus de la ligne précédente ; ce que confirme la leçon de l’édition (megilanae herbae), de B (meyglane herbe) et de W (meiglane herbe), textes auxquels s'est reportée Elisabeth Klein avant de choisir de traduire par :

  • 50 Physica : livres V, VI, VII, VIII, p. 181 ; P. Monat (vol. 2, p. 179) opte également pour ce sens (...)

Mais s'il y a des écrouelles chez un homme, qu’il prenne ce petit ver et qu’il exprime le poison qui est en lui, et qu’il y ajoute moins de poudre de muguet, et qu’il en boive modérément soit dans du vin, soit dans de l’eau, et comme une flèche cela attaque aussitôt la pourriture des écrouelles et cela les consume50.

39Voilà pour les ajouts qu’a pu subir le liber de avibus. Le « livre des animaux » s’en tient pour sa part aux 43 chapitres annoncés dans le manuscrit P, à la suite desquels l’édition de Migne fait figurer les chapitres helim (44) et dromeda (45) empruntés à l’édition princeps (IV, 3, 8 et IV, 3, 9). De Dromeda ne figure que dans le manuscrit de Bruxelles (7, 14) mais De Helim se trouve à la fois dans ce dernier manuscrit (7, 8 helim aut elve), dans celui de Wolfenbüttel (7, 10 helho), dans l’édition de Schott et dans le manuscrit F (fol. 84r), où il forme un assez long chapitre huitième, dont on reconnaît l’extrait suivant dans le Causae et curae :

  • 51 Le manuscrit B dit vi, o deus au lieu de vi omnipotentis dei et te coniuro au lieu de te benedico.
  • 52 « Que celui qui est tourmenté par des illusions diaboliques, le jour à l'état de veille ou la nuit (...)

Homo autem qui a dyabolico fantasmate in die aut in nocte vigilando aut dormiendo fatigatur, accipiat cingulum de pelle helim et cingulum de pelle capreolae factum et hos duos cum quatuor minutis clavis de calybe factis simul confirmet, scilicet clavo uno ad ventrem, uno ad dorsum et ad utrumque latus uno. Et cum clavum illum qui ad ventrem erit infigit, dicat : « In fortissimo vi omnipotentis dei ad tutamentum meum te adjuro ». Et cum illum qui ad dorsum erit imponit, dicat : « In fortissima vi omnipotentis dei ad tutamentum meum te benedico51 ». Et cum ilium, qui ad dextrum latus erit, imponit, dicat : « In fortissima vi omnipotentis dei ad tutamentum meum te constituo ». Et cum ilium, qui ad sinistrum latus erit, infigit, dicat : « In fortissima vi omnipotentis dei ad tutamentum meum te confirmo. » Et hoc cingulo accinctus sit homo omni tempore tam in die quam in nocte, et diabolica fantasmata eum abhorrebunt ac magica verba eum minus laedent, cum praedicta benedictione ex omni parte corporis sui per ista munitur et circumcingitur. Nam calybs est firmamentum et ornamentum aliarum rerum et est quasi quaedam adjunctio ad vires hominis, quemadmodum homo fortis est. Sed in helim quaedam fortitudo est, et capreola mundum animal est, et ideo dyabolici spiritus ista dedignantur et ea abhorrent52.

40La première partie de la version de ce chapitre dans le manuscrit F, absente du traité Causae et curae, est devenue pour sa part le chapitre De Helim de l’Edition, après avoir été allégée du passage suivant, que l'on peut lire entre inutilis est et jecur ejus pulverizatur au folio 84r du manuscrit F comme dans W :

et quia helo fortis et audax est si quis cor ejus exsiccat et ita super cor suum ponat fortitudo illius timorem ab eo aufert et audacem eum facit. Nam sic homo naturam suam sequitur, ita et unumquodque animal suam, per quod fortitudo animalis huiusmodi homini fortitudinem et audaciam praebet ut praedictum est. (« Et puisque l'élan est fort et courageux, si quelqu'un fait sécher son coeur et le pose sur le sien, sa force chasse la peur de l'homme et le rend audacieux. Car de même que l'homme suit sa nature, tout animal suit la sienne, et c'est pour cela que la force d'un animal de cette espèce donne à l'homme force et courage, comme nous l'avons dit. »)

41Enfin, on relève, selon les sources, un certain nombre de chapitres qui ne figurent pas dans le manuscrit P mais sont comptés au nombre de ceux du « livre des animaux » dans les différentes versions de la Physica :

  • 53 Chapitre reproduit par Migne, Physica, PL 197, col. 1319D-1320D.

42 pardus apparaît dans les manuscrits W (7, 4) et B (7, 5) et dans l'édition de Schott (IV, 3, 4) ; leopardus, dans les manuscrits W (7, 5) et F (fol. 82v) et l'on y reconnaît les termes du chapitre De pardo de l'Edition53 que nous soulignons ci-dessous :

  • 54 « Le léopard est chaud, joyeux, rapide et fort et il aime particulièrement le charme des montagnes (...)

Leopardus calidus est et iocundus et velox et fortis atque amenitatem montium et vallium ac florum ac graminum et pulchritudinem aurarum diligit. Sed et leonem non abhorret nec leo ipsum propter iocunditatem suam. Homo autem qui debilis in pectore et in stomacho est et qui defectum in corde suo sepius sentit cor pardi ad solem vel ad fornacis ignem exsiccet et deinde ut durare possit in pulverem redigat et eumdem pulverem in pannum ponat et servet. Et cum defectum in pectore aut in stomacho aut in corde sentit ipsum pulverem eis superponat et calore et virtute illius melius habebit. Sed et homo ungulam cum pelle pedis accipiat et apud se habeat et ubi fuerint magica ibi ad plenum fieri non possunt quod aerei spiritus qui magicis adherent ( ?) velocitatem et virtutem quam pardus in pedibus habet dedignantur et recedunt. Cetera quae in eo sunt medicamentis non bene conveniunt54.

43 mulus est mentionné brièvement dans les manuscrits W (7, 23) et B (7, 13).

44 cunegelem est un chapitre commun à W (7, 43) et F (fol. 91v) :

  • 55 « Le cunengelin est correctement équilibré... il a en lui une chaleur tempérée et il est d'une nat (...)

Cunengelin (m ?) recti temperamenti... est ita quod temperatum calorem habet et... in se habet levisque nature est et mundis pascuis utitur nec fames eum interdum ad immunda compellit. Sed nec cor eius nec caro nec iecor ad medicamenta convenit. Homo qui a gutta paralisis fatigatur pelle eiusdem animalis cum crinibus pro veste frequenter utatur ita ut caro ipsius sepius inde incalescat et quia eadem pellis recti temperamenti et levis nature est, paralysim in eo compescit55.

45 bestiola que vech est fait suite à ce chapitre, comme dans W (7, 43 bestiola que vach est) :

Bestiola que vech est calida et acer in natura sua est. Cor autem eius et iecor ac alia caro corporis ipsius ad medicamenta non multum valent. Pellis vero eius sanum hominem non multum ledit, illum autem qui febris aut aliam infirmitatem in corpore suo habet, dolere facit si ex eadem pelle veste utitur, quia calor et acerbitas nature eiusdem bestiole febres et pestes in homine excitant. (« La petite bête appelée vech a une nature chaude et vive. Mais son coeur, son estomac et le reste de son corps n'ont pas grande valeur pour la médecine. Sa peau ne fait pas grand mal à l'homme sain, mais fait souffrir celui qui est atteint de fièvre ou d'une autre maladie, s'il utilise cette peau pour son vêtement, car la chaleur et l'âpreté de la nature de cette petite bête excitent les fièvres et les maladies en l'homme. »)

46 damula ne figure que dans le manuscrit de Bruxelles (7, 19), de même que porcus silvestris (7, 26), migale vel melo (7, 45) et pediculus (7, 53).

  • 56 Heilkraft der Natur, p. 378.
  • 57 Ibidem, p. 443. D’ailleurs, dans un écrit très légèrement postérieur à celui de Hildegarde, l'Hort (...)
  • 58 Ibidem, p. 497.

47Ce dernier manuscrit est le plus récent de tous ceux que nous connaissons aujourd'hui de la Physica, et il est aussi celui qui comporte le plus d'ajouts ; faut-il pour autant considérer, avec M.-L. Portmann, que les livres animaliers de la Physica contiennent plus d'additifs encore que le livre des plantes ou celui des arbres ? Elle estime pour sa part que des chapitres entiers ont pu y être ajoutés, et d'autres complétés, selon que le copiste était animé de bonnes ou de mauvaises intentions, et qu’il voulait soit pallier un manque, soit transformer ce qui paraissait faux ou dépassé56. Ainsi rejette-t-elle par exemple comme inauthentique le chapitre consacré au lynx, De Luchs (VII, 27), qui évoque la pierre née de l'urine du lynx, la rubellite (ou tourmaline ? lyncurium en latin classique et ligurius dans notre texte désignent une sorte d'ambre) dont faisait également état Pline l'Ancien (Historia naturalis, 8, 137) ; M.-L. Portmann en déduit que ce passage ne saurait être qu'un ajout postérieur, puisqu'il n'y a selon elle aucun autre point commun entre la science naturelle de Hildegarde et celle de Pline57. Elle émet de même l'hypothèse que les chapitres traitant d’animaux fabuleux (le griffon au livre VI, la licorne au livre VII, le dragon et le basilic au livre VIII) pourraient avoir été insérés dans la Physica par des copistes ultérieurs, et se fonde à ce propos sur le raisonnement suivant : la présence de ces créatures mythiques dans la Physica a jusqu'à présent plaidé contre l'origine visionnaire de cet écrit, puisque « ce qui est absurde ne peut être le fruit d'une vision ». Or tant qu'on ne connaîtra pas le manuscrit original de cette oeuvre, et qu'on ignore si les chapitres incriminés en faisaient ou non partie, on ne peut rien affimer de tel. Mieux vaut donc y voir des ajouts, pour sauvegarder l'hypothèse d'un écrit scientifique visionnaire58.

  • 59 Ibidem, p. 457 : « Vom Einhorn [...] andere Stellen LVM 2.60, LVM 6.5 » ; p. 503 : « Vom Drachen [ (...)

48Nous aborderons bientôt la question des sources de l'oeuvre scientifique de Hildegarde et ne nous y arrêtons donc pas ici. Nous avons néanmoins tenu, à titre d'information, à exposer le point de vue de M.-L. Portmann en raison de sa grande connaissance de la Physica mais nous ne l'adopterons pas car il ne nous semble exempt ni d'apriorisme ni de contradiction : n'est-il pas en effet quelque peu paradoxal d'exclure licorne, dragon ou basilic de la version originale du Liber subtilitatum tout en renvoyant le lecteur, comme elle le fait, à leurs occurrences dans certains écrits visionnaires de Hildegarde comme le Livre des mérites de la vie pour la licorne et le basilic ou le Livre des oeuvres divines pour le dragon, c'est-àdire en reconnaissant implicitement qu'ils font partie du bestiaire, au moins symbolique, de notre auteur59 ?

  • 60 Heilmittel, 6. Lieferung, Bâle, 1984, p. 214. On y reconnaît pourtant une formule finale très proc (...)

49Venons-en maintenant, pour achever notre survol des livres zoologiques, au de reptilibus, dernier de ces livres, où l'ordre de succession escompté pour les 18 chapitres qui le constituent est globalement respecté, si l'on excepte tyriaca et scherzbedra, prévus derniers, et que l'on retrouve quinzième et seizième, précédant ulwurm et testudo. Là encore, il nous faut noter que le manuscrit B est le seul à mentionner en outre, comme nous y avons fait allusion, les chapitres sanguissuga, botrax rubeta, syrena et eruca (B, VIII, 19, 20, 21 et 22), tandis que dans l'édition princeps le monde des reptiles se résume à sept chapitres, dans l'ordre, De dracone, De rubeta, De lacerta, De aranea, De ulwirm, De testudine in testa et De testudine sine testa (IV, 3, chap. 38 à 44) — ces deux derniers n'en formant qu'un, de testudine, dans l'ensemble des manuscrits. En revanche, la très grande similitude existant entre les manuscrits W et F se confirme et ils sont les seuls à offrir certains développements ; ainsi une recette contre les méfaits de la grêle signalée comme « add. W. » par M.-L. Portmann60 figure en toutes lettres au chapitre draco du manuscrit de Florence (fol. 94r), où elle succède immédiatement à la phrase si quis homo faceret, statim moreretur sur laquelle prend fin le texte reproduit par Migne, col. 1339C :

si quis autem fossam in terra facit et cor draconis in fossa illa abscondit, grando ibi minus terram et fruges ledit, quia per malum multotiens malum fugatur (« Si quelqu'un creuse un trou dans la terre et y cache un coeur de dragon, la grêle fera moins de mal à la terre et à ses fruits à cet endroit, car très souvent le mal chasse le mal. »)

50Mais c'est surtout à propos des chapitres quoddam genus serpentis, basiliscus et ulwurm (2, 12 et 15 dans l'édition Migne) que l'on rencontre des éléments, principalement narratifs, dont la Physica des XVe et XVIe siècles semble avoir été allégée ; en voici quelques exemples, sur lesquels nous reviendrons dans notre commentaire car nous ne voyons pas de raison de les rejeter comme inauthentiques ou incompatibles avec la pensée et l'oeuvre de Hildegarde. On y lit ainsi tout d'abord que le serpent connaît une « racine de santé » inconnue des hommes :

  • 61 Cf. l'allemand « schmieden », « forger, façonner, travailler ».
  • 62 « Erysipelas » d’après P. Kaiser, CC, « Index verborum germanicorum  », p. 252.
  • 63 Cf. l'allemand « bestreichen », « frotter ».
  • 64 Manuscrit Ashb. 1323, fol. 94r-94v : « Et lorsqu'au printemps les jours commencent à rallonger et (...)

Et cum in verno tempore dies prolongari ceperint et cum sol ardorem suum extendit, serpens iste maximam profunditatem per rimas terre intrat et in profundissimis cavernulis quamdam albam radicem querit, que se in miram longitudinem extendere solet et que de succo paradysi tangitur et crescit, et ideo magnam sanitatem in natura sua et in gustu suo habet. Sed radicem istam homo nescit nec invenire poterit, quia deus eam homini celavit, quia si homo eam sciret et haberet, fere quasi immortalis fieret et tantas fortitudines per eandem radicem faceret, quod etiam culturam dei oblivisceretur. Hanc ergo radicem serpens iste novit, quoniam de illo genere est, qui hominem in paradyso seduxit et ipsam radicem querit, et postquam ipsam invenerit sufficienter ex ea comedit atque ex hoc usque ad mensem augustum sanus permanet. Sed cum augustus supervenerit, fluentem aquam querit et in eam venenum suum evomit et se purgat. Et si homo tunc de aqua illa biberet, aut intumesceret aut moreretur. Et idem serpens postea per hyemem periculosus et nocivus in veneno suo est, usque illud tempus, quo predictam radicem comederit. Sed si quis homo eum in estate repererit postquam prefatam radicem comederit, eum occidat et oculos ipsius tollat, et in tenui argento besmide61 et apud se assidue portet et interim a periculosa gicht non fatigabitur nec ab ulla periculosa peste interim ledetur. Idem enim serpens de radice ista magnam fortitudinem habet ita quod etiam oculi eius quasi lucentes sint clarescunt, et ideo cum eo tempore in argentum ponuntur quod pure nature est, noxios humores qui hominem ledunt hac virtute sua fugant. Et si ulcus illud quod freislich62 dicitur in aliquo homine nascitur, cum eodem argento in quo oculi ejus conservantur ulcus illud bestriche63 et tunc ultra non procedet et levis solvetur et suavius sanabitur. Sed postquam in estate idem serpens radicem istam comederit, si tunc usque ad mensem augustum hominem tetigerit, homo ex eo potius sanitatem quam infirmitatem consequitur, et si etiam per idem tempus in aliquo orto aut in agro manserit, fruges et holera tanto abundantius ibi crescunt. Cetera autem que in eo sunt ad medicamenta non valent64.

  • 65 Alberti Magni Opera, éd. A. Borgnet, Paris, 1896-99, vol. 12, De animalibus, p. 560 : « Le ver “ti (...)

51On apprend également, dans deux chapitres différents, pourquoi le serpent appelé lintwurm est si grand : le manuscrit W en fait état au chapitre quoddam genus serpentis, tandis que F l'évoque sous le patronage du draco. Cette différence est certes le signe d'une légère transformation subie par le texte original (si ce passage figurait dans le Liber subtilitatum de Hildegarde, dans quel chapitre s'inscrivait-il ?) mais peut s'expliquer par l'identité du reptile en question, dont le nom, Lindwurm en allemand, c'està-dire « dragon », signifie étymologiquement « ver du tilleul », comme le rappelle Albert le Grand († 1280) dans son De animalibus65.

52Si l'on se fonde sur cette explication du docteur universel, le passage suivant est sans doute à sa juste place dans le manuscrit F, au folio 94r :

  • 66 Dans ce passage qu'elle retranscrit comme un ajout de W (Heilmittel, 6. Lieferung, p. 217), M.-L. (...)
  • 67 « Puisque l’homme s’attribue l'honneur qui revient à Dieu, et puisqu'aussi c'est par le serpent qu (...)

Cum autem homo divinum honorem sibi et non deo attribuit, et quia homo per serpentem deceptus erat, serpens, qui lintwurm dicitur, divina permissione in ultionem repugnantis deo hominis de parvo66 serpente in maximam multitudinem vel magnitudinem corporis molis excrevit, quatinus homo in illo maximam potestatem dei et maximam penam gehenne intelligeret. Et quoniam idem serpens horribilis est, et quia totus plenus mortifero veneno est, nec aliquid utilitatis ad homines in eo existit, in multitudinem generis sui non est multiplicatus, sed huius modi serpentes pauci sunt, quia si plurimi essent, homo pre horrore eorum et pre mortifero veneno ipsorum vivere non posset, quoniam omne genus veneni omnium venenosorum animalium serpentium et reptantium, que venena in se habent, in prefato serpente habundat, unde medicina in eo non est67.

53Le chapitre traitant du basilic tel qu'on le lit dans les manuscrits W, F et même B nous enseigne pour sa part comment le terrible animal peut mourir ou être tué, alors que le texte reproduit par Migne (col. 1343D) nous fait passer sans transition du portrait du tueur en action (dont le souffle fait périr toute créature en un éclair) à l'image de son cadavre en décomposition dans un champ ou une vigne qu'il rend stériles, sans nous donner la clé de sa mort :

  • 68 « Quand il voit quelque chose qui vit, il se met en colère et envoie devant lui son froid et son s (...)

Cum autem aliquid viderit quod vivit, statim indignando praemittit frigus et deinde flatus sui, et sic creaturam illam necat quam afflat, ita quod statim cadit velut fulgure et tonitruo percussa sit. * Si autem basiliscus in quolibet agro et vinea mortuus fuerit et ibi cadaver suum computruerit locus ille infoecundus et sterilis efficitur68.

54La leçon des manuscrits permet de rétablir cette transition à l'endroit que nous avons marqué d'un astérisque :

  • 69 « Mais après avoir tué un être vivant de son souffle, il est si fatigué qu'il reste couché et faib (...)

Sed postquam aliquem viventem flatu suo necaverit ex hoc tali modo fatigatur, quod deinde per longas moras debile iacet, unde aliqui basylisci ex eadem fatigatione moriuntur, aliqui vero pristinas vires recipiunt. Sed interim dum in tali fatigatione est, facillime occidi posset, si aliquis ei pre morte appropinquare auderet. Attamen aliquando quoddam de minoribus animalibus illum ita in debilitatione fatigationis iacere videns, ipsum in dentibus mordet, ita quod moritur. Sed et idem animal quod illum mordet de flatu et de veneno illius moritur nec diutius vivere non potest69.

  • 70 PL 197, Physica, VIII, 12, col. 1343 B : Nam cum aliquando rubeta gravida est, et cum impraegnata (...)

55Remarquons en outre que les trois manuscrits F, W et B comportent le bref passage suivant où est reprise la distinction, mentionnée seulement en début de chapitre, dans le récit étiologique, chez Migne70, entre basilic né d'un oeuf de serpent et basilic né d'un oeuf de poule :

  • 71 Telle est la version que propose F, fol. 95v, qui nous semble plus complète que celle de W transcr (...)

Sed basiliscus, qui de ovo galline nascitur, aliquantulum lenior est in flatu et in veneno suo quam ille qui de ovo serpentis egreditur, quamvis uterque mors omnium viventium animalium sit. (« Mais le basilic qui naît d'un oeuf de poule est un peu plus doux, dans son souffle et dans son venin, que celui qui sort d'un oeuf de serpent, bien que tous deux soient porteurs de mort pour tous les animaux71. »)

56Des nuances de détail distinguent les différents manuscrits en fin de chapitre : P dit vel si in aliqua turre vel in aliqua domo moritur, W simplement in domo, F propose in aliqua curte à la place de in aliqua turre et B Si in aliqua domo seu curia seu cellario moritur. En revanche, ce dernier manuscrit est le seul à s'achever sur une explication du nom de l'animal empruntée à une autre source, manifestement issue de la tradition du Physiologus (littéralement « le naturaliste », titre par lequel est qualifié l'auteur anonyme de cet ouvrage), compilation alexandrine du IIe siècle répertoriant un certain nombre de plantes, pierres, et animaux, dont fut très tôt extrait un bestiaire qui se diversifia au cours des siècles au gré de traductions et compilations successives :

  • 72 Ce mot désigne le basilic chez saint Jérôme, Commentarius in Isaiam prophetam, 16, 59, 6 et A. Bia (...)
  • 73 « Le basilic est appelé “roi” en grec, car il est le roi des serpents et à sa vue, tous ont peur e (...)

Basiliscus grece dicitur rex licentie, eo quod sit rex serpentum, ipsum enim videntes fugiunt et timent. Olfactum etiam ipsos necat flatu et etiam aspectum interimit omne vivum. A noistelis [pour « mustelis »] tantum vincitur, quas homines ad cavernas deferunt, in quibus reguli72 delitescunt vel enim sine illo ille perens omnium dereliquit, est enim in longitudine semipedalis, albis maculis lineatus73.

57Un dernier exemple de la concordance des manuscrits F, W et B dans le « livre des reptiles » nous est donné par le chapitre 17, Ulwurm qui s'ouvre par la description des lombrics sortant de terre à l'approche de la pluie qu'ils sentent venir ; à cette évocation succède directement chez Migne une prescription contre les scrofules :

  • 74 Phy, VIII, 17, col. 1344D-1345A [notons que l'édition Migne dit germinare là où P (fol. 230r) et V (...)

Ulwurm valde calidus est, et in viriditate illa crescit qua gramina germinare incipiunt, et in strepitu ejusdem viriditatis crescit et propter mandant naturam suam nulla ossa habet atque velut aliae utiles, velut cynamomum, bonus et utilis est. Terra enim quamdam humiditatem in se habet, per quam velut per venas continetur, ne diffluat, et cum pluvia de aere descensura, eadem humiditas terrae pluviam venturam sentit, de qua venae terrae impleantur, et hoc ulwurm per naturam suam intelligentes procedant propter repletionem venarum terrae. * Homo autem, qui orfimas habet, illa hora cum ad descensionem pluviae Ulwurm procedunt, sufficienter de eis accipiat et in testam aut in ollam ponat atque eos cum hordaceis straminibus modice subfumiget, ut moriantur74.

58Là où j'ai fait figurer un astérique, on peut lire dans les manuscrits une prescription en cas de retard ou d'absence de règles :

  • 75 Il faut rejeter comme une faute de lecture le in album stercum du manuscrit W transcrit par M.-L. (...)
  • 76 « Si une femme n’est pas purgée par ses règles, qu'elle prenne des lombrics lorsqu'il se met à ple (...)

Si aliqua femina purgationem menstruorum non habet, ulwurme cum ad descensum pluviae procedunt accipiat et in testeo vase de ordaceo fumo suffocatos modice comminuat, et tunc eos in lineum subtilem pannum ponat et pannum illum in succo metre modice contrite intingat quatenus succus metre illius humorem vermium illorum contineat ne pannum pertranseat et tunc eumdem pannum in album sericum75 aut in veterem et subtilem lineum pannum ponat et ita paret, ut fossule umbilici sui infigat ac etiam umbilico modice circumponat et tunc forti canabinea zona circa se liget ne diffluat, et ita per V dies circa se habeat, atque in eisdem quinque diebus feces vini aut cervisie cum modico vino aut cum sagimine calefacto in mane diei pransa et ad noctem, cum se in lectum collocat, bibat et suavissime habebit76.

59A ce texte s'enchaînent, dans F comme dans W, une recette contre les plaies et une autre contre les douleurs à la rate, qui figurent également dans l'Edition (IV, 3, 42) :

  • 77 Livor, qui signifie en latin classique « couleur bleue plombée, bleu provenant d'un coup » et dans (...)

Sed et si qui vulneratus est aut valde ulcerosus est, ulwurme in testeo vase cum ordaceo fumo suffocatos comminuat et ita super locum ulceris aut vulneris ponat et livorem77 et tabem eorum velut emplastrum predictis viribus suis extrahit et sanat. (« Si quelqu'un a reçu une blessure ou est couvert de plaies, qu'il broie dans un vase d'argile des lombrics préalablement tués par étouffement avec de la fumée d'orge et qu'il les dispose sur la partie du corps blessée ou ulcéreuse ; et cela résoud l'ecchymose et fait sortir la putréfaction, grâce aux forces dont nous avons parlé, comme le ferait un emplâtre. »)

60La leçon de B est très semblable, mais on n'y trouve pas le remède suivant, propre à soulager la rate, présent dans F et W comme dans l'édition de Schott :

Et qui in splene dolet, ulwurme ordaceo fumo suffocatos in testeo vase comminuat, et tunc eos in subtilem lineum pannum positos ita super splen ponat, et super pannum triticeos furfures cum aceto distemperatos et calefactos extrinsecus ponat, et cum alio panno illas desuper constringat, et ita per noctem et diem circa se constrictos habeat, et dolor splenis cessabit. (« Que celui qui souffre de la rate tue les lombrics en les asphyxiant avec de la fumée d'orge, puis les broie dans un vase d'argile ; qu'il les place ensuite dans un mince linge de lin, sur sa rate, et qu'il dépose sur le linge, à l'extérieur, du son de froment détrempé dans du vinaigre, recouvert d'un linge qu'il serrera sur le précédent. Qu'il garde le tout ainsi serré autour de lui pendant une nuit et un jour et la douleur à la rate passera. »)

61A l'inverse, le remède ci-dessous (1) contre l'excès de pilosité se lit dans F, W et B mais pas dans E, alors que les deux qui suivent, respectivement destinés à lutter contre les vers et les écrouelles (2), et contre l'inflammation des ganglions (3), se trouvent dans nos trois manuscrits et dans la Physica de Schott (nous avons numéroté ces trois textes pour plus de clarté) :

1. Quod si etiam in carne hominis crines recenter procedunt et crescunt de quibus ille molestiam in ipso loco tenet ulwurme cum ordaceo fumo in testeo vase suffocet et carnem suam ubi crines recenter crescunt illiniat et tunc cum simile farine et aqua tenuem liquorem velut claretum faciat et eumdem liquorem cum penna super eosdem vermes et super ipsam carnem striche et ita saepe faciat et carnem illam infecundam et sterilem in crinibus faciet ita ne amplius procedant. (« Si des poils se mettent depuis peu à naître et à pousser sur la peau d’un homme et qu'il en éprouve de la gêne, qu'il fasse mourir des lombrics par asphyxie avec de la fumée d'orge, dans un récipient d'argile, et qu'il les applique à l'endroit où les poils se sont mis à pousser ; puis qu'il prépare un breuvage clair avec de l'eau et de la fleur de farine, ou un vin clairet et qu'il applique ce liquide avec une plume sur les vers de terre et sur sa peau ; et qu'il le fasse souvent, car cela rendra sa peau stérile et inféconde en poils, de sorte qu'ils ne pousseront plus. »)

2. Sed et ulwurme accipe et eos cum ordaceo fumo suffoca et in testeo vase cum ligno de quercu comminue et tunc ipsis ejusdem mensure malvam adde et deinde velut tertiam partem eorum hircinum sepum commisce atque etiam plus butiri adde quam omnium istorum sit et tunc ea omnia simul in patella coque et sic fac unguentum et cum eo inunge sive integras sive ruptas scrofulas et carnem illam quam vermes comedunt atque magna et fortia ulcera corporis tui et sanaberis. (« Mais prends des lombrics, fais-les mourir en les étouffant avec de la fumée d’orge, puis broie-les dans un récipient d'argile avec du bois de chêne, puis ajoutes-y une égale quantité de mauve, un tiers de graisse de bouc et mélange ; ajoute ensuite une quantité de beurre supérieure à celle des autres ingrédients et fais cuire le tout dans une poêle. Avec l'onguent ainsi obtenu, enduis les écrouelles, qu'elles soient entières ou non, ainsi que l'endroit de la peau que les vers dévorent, et les plaies importantes de ton corps, et tu guériras. »)

  • 78 « Glande » se dit « Drüse » en allemand et « Halsdrüsen », que l'on trouve sous la forme « haseldr (...)

3. Qui etiam in hageldruse78 aut in aliis glandulis dolet stercus ulwurme quod in terra invenitur accipiat et in testeo vase ad ignem calefaciat et tunc in lineum pannum ponat et ita calidum super hageldruse ponat aut super alias glandulas et hoc sepe faciat et dolor cessabit et glandule evanescent. (« Que celui qui a mal aux glandes du cou ou à d'autres glandes recueille les excréments des lombrics qu’on trouve par terre, qu'il les fasse chauffer dans un vase d'argile sur le feu, puis qu'il les dépose dans un linge de lin et les applique, chauds, sur les ganglions, du cou ou autres ; qu'il fasse cela souvent, la douleur cessera et les bubons s'évanouiront. »)

62En fait la recette 2 n'est autre qu'une version plus concise du remède contre les orfimae que comportent l'Edition de Schott et les manuscrits P et V ; on reconnaîtra notamment le « bois de chêne » dans l'extrait suivant du texte de Migne, où d'autres éléments sont en revanche nouveaux ou transformés :

  • 79 Phy, col. 1345 ; trad. E. Klein, p. 289 : « Mais l'homme qui a des écrouelles, à l'heure où les lo (...)

Homo autem qui orfimas habet, illa hora cum ad descensionem pluviae Ulwurm procedunt, sufficienter de eis accipiat, et in testam aut in ollam ponat atque eos cum hordaceis straminibus modice ponat atque eos cum hordaceis straminibus modice subfumiget ut moriantur, et tunc eis farinam de tritico addat, et cum ligno de quercu simul fortiter commisceat et tunc etiam modicum vini et aceti aequali mensura addat, et sic iterum commisceat [je supprime une répétition], quasi pastam id est deick faciendo ; et deinde de isto deick super orfimas, antequam rumpantur, per tres dies ponat et munditia istorum mundorum vermium immunditiam carnis illius minuit, nec ibi diutius durare poterit. Quod si scrofulae et orfimae ruptae surit, praefatam pastam, id est deick, eodem modo paratam ut praedictum est insuper in rensc eminentiam acerbae lixiviae intinge, et ita fractae orfimae impone, et putredinem illarum aufert et sanat79.

63La recette qui vient ensuite contre le mal d'estomac est propre à l'édition Migne, mais on y reconnaît le principal ingrédient du remède no 3 contre les hageldruse, à savoir les excréments de lombric :

  • 80 Schott imprime « praecordium » au lieu du terme vernaculaire dans lequel on reconnaît l'allemand « (...)
  • 81 Phy, col. 1345 ; trad. E. Klein, p. 290 : « Et celui qui souffre dans l'estomac, (qu'il mette) des (...)

Et qui in stomacho dolet idem stercus ulwurmes in testeo vase, ut praediximus calefacto super broscleffel80, et super stomachum suum ponat et hoc saepe faciat, et stomachus ejus purgabitur et levis erit81.

64Là encore, si le mot stercus est précédé de idem, c'est qu'il a déjà été introduit, ce qui nous porte à croire que la recette contre les hageldruse dont P fait l'économie, figurait bel et bien dans la ou les versions du texte antérieures à ce manuscrit.

65Nous voici arrivés au terme de notre survol des livres zoologiques de la Physica, considérés du point de vue des interpolations ayant pu s'y glisser ; il en ressort que le seul manuscrit connu et édité, loin d'être le meilleur, demande souvent à être complété par la leçon d'autres manuscrits, plus anciens mais néanmoins trop postérieurs à la date de composition du texte original pour pouvoir servir de modèle incontestable. On ne saurait donc apporter de réponse définitive à la question de ces ajouts et nous devrons tenir compte des variantes des différents manuscrits dans notre commentaire, sans rien exclure a priori. Nous avons tenu pour cette raison à citer ces variantes, parfois longuement, comme autant de facettes encore inédites et donc méconnues d'une même oeuvre. Nous avons eu également à coeur de nous intéresser, au risque de la monotonie, aux listes de capitula dont la présence systématique au début de chaque livre fait ressortir par contraste le cas du livre second, « des éléments », auquel nous voulons maintenant nous attacher : ce livre est en effet le seul de la Physica à manquer d'une liste des chapitres qui le composent comme d'une praefatio.

Notes

1 Ce chapitre est le no 9 du livre II de l'édition princeps ; l'autre n'apparaît que dans les manuscrits. Ce doublon n'en est donc un que dans l'édition Migne.

2 Les responsables de l'édition Migne se trompent en écrivant que ce chapitre ne figure que dans l'édition princeps (II, 128) et qu'il manque dans le manuscrit, Deest in cod. ms. ; au titre près, ce chapitre est l'exacte réplique du chapitre 120 du manuscrit, De Hatich.

3 Signalons toutefois que dans un texte contemporain du Liber subtilitatum, le Summarium Heinrici, linsamo est la glose germanique de ptisana, « orge mondé » chez Celse (2, 12) ; cf. Summarium Heinrici, éd. R. Hildebrandt, Berlin/New York, 1982, 2 vol., Bd. 2, p. 55.

4 Cette homonymie se dissipe à l'intérieur des livres : le frêne est appelé Asch et l'ombre de rivière Ascha.

5 Nous ne suivrons donc pas Pierre Monat lorsque sa traduction confond sous un même vocable deux réalités reconnues comme différentes par l'ensemble de la critique (par exemple « raifort » pour retich I, 89 et merrich I, 119 ou « asaret » pour haselwurtz I, 48 et asarus I, 212).

6 C. Lévi-Strauss, La Pensée sauvage, p. 185.

7 Ce terme semble un hapax au Moyen Age si l'on en croit A. Blaise, qui ne le relève que chez Hildegarde, Phy, I, 184 (Lexicon latinitatis medii aevi, p. 581). Est-ce une déformation de merenda, « collation », par exemple chez Isidore de Séville, Orig. 20, 2, 12 ? A l'époque de Hildegarde, le Summarium Heinrici (Bd. 2, p. 90) glose ainsi merenda : « underimbiz cibus qui meridie sumitur » ; on peut penser également à une déformation de merata , glose germanique de suppa dans le Summarium Heinrici (ibidem, p. 91).

8 Hildegarde de Bingen, Les plantes médicinales, p. 27 ; l'auteur considère qu'il reste, après déduction des « chapitres traitant de sujets étrangers et des doublets », une nomenclature de 215 plantes.

9 Cf. Epitome ex gravissimis authoribus, totius rei medicae summam complectens, per Otthonem Brunfelsium congesta : nuper vero emendata et locupletata, Paris, 1552, « Alia differentia de fructificatione arborum », « butyrum recens » fol. 19v, « lac » fol. 22v, « Mel » fol. 23r, « Sulphur » fol. 25v.

10 P. Lieutaghi, « Commentaire Historique, Botanique et Médical », in Platearius, Le Livre des simples médecines, p. 295.

11 Heilkraft der Natur, Physica, p. 32 : « Man wird daher die Kapitel ab 167 des Kraüterbuches, aber auch gewisse andere, nur mit Vorsicht betrachten können ». Voici la liste de quinze doublons qu’elle établit :« 9b hirse 193 milium ; 25 spica 202 spica ; 34 hirzeswan (A 1)172 fungi (davon Teil) ; 37 sysimera 195 balsamite ; 42 huswurz 203 semperviva ; 43 scitwirz 204 brionia ; 58 boberella 201 borich ; 86 stutgras 196 stutgras ; 91 agrestes lactuce 198 agrestis lactuca ; 99 distel (davon Teil) 206 vehedistel ; 105 gunderebe 212 asarum ; 120 atich 229 ebulus ; 173 sichwurz, wichwurz 207 ficaria ; 174 aloe 224 herba aloen ; 211 hufflata minor 224 herba aloen. »

12 J.-B. Pitra les a rassemblés en un tableau formant l'« herbier de sainte Hildegarde » ; cf. « S. Hildegardis herbarium », Analecta sacra, VIII, p. 498-502.

13 Cf. Hildegard von Bingen, Wörterbuch der unbekannten Sprache, éd. M.-L. Portmann, A. Odermatt, Bâle, 1986, p. 1-13 et 1-14.

14 Ibidem, p. 1-14 et 1-15.

15 Nous indiquons ci-dessous les références de ces différents éléments, dans l'ordre où nous les avons cités, dans le premier livre de P, dans le livre III (de naturis et effectibus arborum, etc.) de l'Edition de 1533 ensuite :« piper » I, 16 et III, 4 ; « cynamomum » I, 20 et III, 3 ; « nux muscata » I, 21 et III, 2 ; « gamphora » I, 40 et III, 9 ; « aloe » I, 124 et III, 6 ; « thus » I, 175 et III, 8 ; « balsamon » I, 177 et III, 5 ; « mirra » I, 176 et III, 7.

16 Heilkraft der Natur, Physica, p. 12.

17 « Crête-de-coq : contre les vers ; brome : contre la gale de la tête ; chardon : contre le poison ».

18 Heilkraft der Natur, p. 13 : « das Kapitel liber die Alraune... ist derart primitiv und entspricht in keiner Weise der Denkweise des medizinischen Werkes der heiligen Hildegard, dass diese Stelle sicher nicht echt ist. [...] Unecht sind sicher auch alle Stellen mit magischem Inhalt [...] Hildegard ist eine grosse Mystikerin, verabscheut aber die Magie ! ».

19 Hildegarde de Bingen, Les plantes médicinales, p. 112. La médecine stercoraire n'a pourtant rien de rarissime ni de risible au Moyen Age, et les déjections humaines ouvrent même la liste « de stercoribus » qui figure au folio 95 d'un manuscrit latin du XIVe siècle, le ms. 6114 de la Bibliothèque nationale de France : « De stercoribus. Stercorum aliud : humanum ad rumpendum attinens ; bovinum contra passionem splenis et lentigines faciei ; columbinum, caprinum communiter contra idropisim, etc. » (cité par E. Wickersheimer, « Faits cliniques observés à Strasbourg et à Haslach en 1362 et suivis de formules de remèdes », Bulletin de la société française d'histoire de la médecine, t. XXXIII, 1939, p. 69-92, p. 84). P. Monat semble refuser lui aussi l'idée d'une médecine stercoraire et traduit stercoris gallinarum par... « foie de volailles » ! (Cf. Le Livre des subtilités des créatures divines, vol. 1, p. 135).

20 P. Franche, Sainte Hildegarde, Paris, 1903, p. 109.

21 Les noms de plantes sont parfois si déformés, si mis à mal dans la liste des capitula du manuscrit de Paris que M.-L. Portmann se demande si le copiste n'était pas « dur d'oreille », ce qui expliquerait qu'il n'ait pas compris les mots qu'on lui dictait ; il écrit ainsi « Balgon » pour « Galanga », « Beria » pour « Gerla » ou « Pasonata » pour « Pastinaca » (Heilkraft der Natur, p. 31).

22 Le manuscrit de Bruxelles est le seul à comporter, à la suite du chapitre 63, sept autres chapitres manifestement inauthentiques selon M.-L. Portmann : « 64 vom Maulbeerbaum, 65 vom Rampnus, 66 von den Sechim Hölzern, 67 von den Laquearia, 68 von den Tyna, 69 vom Thirsus, 70 vom Kapernstrauch » (Heilkraft der Natur, p. 289).

23 Platearius recommandait entre autres « l'ivraie enivrante » cuite dans du vin avec des excréments d'âne et de la semence de lin, appliquée en emplâtre sur les apostumes dures et les écrouelles ; la Physica conseille pour sa part de prendre des excréments humains secs et de les disposer sur un linge de lin, à garder attaché pendant trois jours ou pendant deux jours et trois nuits.

24 PL 197, col. 1246 ; trad. Pierre Monat, vol. 2, p. 77-78 : « Ce qu'on appelle sysémère : quand le soleil, au printemps, monte vers l'été, ou quand il descend vers l'hiver, l'air est trouble comme le vin et il émet une sorte de fils blancs. Recueilles-en autant que tu pourras : et lorsqu'un orgelet pousse sur l'oeil de quelqu'un, mets cette sysémère sur son oeil et il sera guéri. Lorsque des vers dévorent la chair de l'homme ou commencent à la manger, pose par-dessus cette blancheur de l'air. Les vers n'iront pas plus loin et mourront. »

25 Les plantes médicinales, p. 99.

26 Avec d'infimes variantes, le texte que nous venons de citer constitue l'intégralité du chapitre « de aere » dans le manuscrit P, tel qu'il est reproduit par Migne, Physica, II, 1, col. 1209D-1211A. En voici la traduction par Pierre Monat, vol. 1, p. 211 (nous indiquons entre crochets les rectifications que nous y introduisons) : « L'air est un souffle qui s'insinue dans la sève de tout ce qui pousse, si bien que tout cela verdit ; par sa pression, il fait sortir les fleurs, et par sa chaleur il conduit tout à maturité. L'air qui est le plus rapproché [proche] de la lune et des étoiles apporte aux astres de l'humidité, tout comme l'air proche de la terre apporte vie et mouvement à la terre et aux animaux sans raison [doués de sensation et non de raison], à chacun selon sa nature : et ils le compriment en eux. Mais quand ces mêmes animaux meurent, cet air revient à son état antérieur ; il n'en augmente pas pour autant mais redevient tel qu'il était. L'air terrestre qui féconde la terre, qui fait verdir et croître arbres et plantes ne diminue pas quand il est en eux et n'augmente pas lorsqu'il s'échappe d'eux lorsqu'ils se déchirent ou sont détruits [quand on les coupe ou qu’on les arrache], mais demeure dans son état, tel qu'il était auparavant. »

27 L'identité de cet élément jusqu'alors mystérieux ressort à peu près clairement de la confrontation entre le ms. Ashb. 1323 et d'autres sources, dont le Summarium Heinrici. Dans le manuscrit F, on lit ainsi au chapitre « Balsamita » : « Balsamita id est sesimera idem de sisemera invenies XXXVII et quod hic deest ibi invenies ». Le Summarium Heinrici (Bd. 2, p. 474) indique pour sa part : « sisimbria herba > id est menta nigra < > sisimbra / sisemera < » et, dans le chapitre consacré aux plantes odorantes, « de odoratis holeribus » : « sisimbrium sisimra vel terralis vel menta veneria vel balsamita ». Au XVe siècle, le « sisimbrium » (dont on trouvait la première occurrence dans le Capitulaire de Villis), est toujours synonyme de balsamite, malgré les déformations que son nom a pu subir ; en témoigne par exemple le ms. Vat. lat. 4482 (anno 1448), fol. 68v : sinsibrium vel sistinbruom id est balsamita.

28 Dans les lignes suivantes, nous indiquons en gras les écarts de l'édition princeps par rapport au chapitre De sysemera de Migne : Cum in vere ad aestatem surgit, et cum etiam ad hyemem inclinatur, aer tunc est quasi torpescat, velut vinum quod in viribus suis deficit, et tunc idem aer quandam albuginem emittit, quae quasi volutando super terram cadit. Homo autem de ea albugine accipiat quantum potuerit, et si alicui homini aut albugo seu hebetudo in oculo jam crescit, predictam albuginem aeris super eumdem oculum saepe liget et curabitur. Quod si vermis carnem hominis comedit vel iam comedere incipit ibi de eadem albugine aeris desuper ponatur et vermis ulterius non procedet, sed morietur, quia praedicta despumatio aeris vermem ex despumatione humorum hominis procedentem et de malis humoribus natum mortificat.

29 Phy, III, 58, « De Unguento Hilarii », col. 1246 : Accipe folia persici, et ad pondus ejus sysemeram, et ad tertiam partent sysemerae accipe basiliam...

30 CC, p. 9 : « De la même façon, lorsqu'hiver et été se séparent, de sorte que l'été s'éloigne et l'hiver approche, ou que l'hiver s'éloigne et que l’été approche, une sorte de coagulation, comme des fils blancs, vole dans l'air, là où l'air se purge. Et cette blancheur descend sur la terre suite à la collision de deux saisons, lorsqu'hiver et été se heurtent. »

31 Le Livre des oeuvres divines, trad. B. Gorceix, p. 85.

32 H. Fischer a comparé le ms. de Wolfenbüttel et le texte de la Patrologie latine dans son article, « Die heilige Hildegard von Bingen, die erste deustche Naturforscherin und Àrztin », Münchener Beiträge zur Geschichte und Literatur der Naturwissenschaften und Medizin, 1929, 7/8. E. Klein cite et traduit « une partie du texte de la préface du manuscrit » reproduite par Fischer p. 501 : « En effet les arbres domestiques, qui sont fertiles et portent de vrais fruits, comme ceux de la forêt sont plus froids que chauds. Les arbres et le bois se développent à partir de leur coeur (medulla) de même que l'homme tient sa vigueur de sa moelle (medulla). » (Viae ad Physicam sanctae Hildegardis, p. 89).

33 Heilmittel, 1. Lieferung, Buch 3 von den Baümen, Bâle, p. 5 : « add. B. »

34 Physica, III, 55, col. 1245 ; nous verrons plus loin quel arbre se cache derrière « gichtbaum », que P. Monat traduit par « arbre aux goutteux » et « cassis » (vol. 2, p. 75).

35 Le manuscrit de Paris dit en fait « aereus » (fol. 48v) ; celui de Florence propose « Cum anima in corpore hominis est aer eius est » (fol. 68v), ce qui nous semble très acceptable dans la mesure où l'on a ensuite alioquin... suffocaretur où est exprimée, par la négative cette fois, la nécessité de l'air pour le corps humain.

36 F, fol. 68r : in humano corpore cum sensibilitate, intelligibilitate, et scibilitate...

37 F, fol. 68v : sentire, intelligere et scire debet...

38 F, fol. 68v : in corporalitate terre...

39 Comme le fait remarquer E. Klein (Physica : livres V, VI, VII, VIII, p. 80) « le manuscrit de Paris dit accrescere, grandir, ce qui rend ce passage très obscur ; mais le manuscrit de Wolfenbüttel dit arescere, dessécher, ce qui lui donne un sens nettement plus intelligible. » C'est également la leçon de F, fol. 68r.

40 PL 197, Physica, VI, col. 1285-86 ; trad. P. Monat, vol. 2, p. 125-126 : « Comme l'âme est de nature aérienne aussi longtemps qu'elle se trouve dans le corps de l'homme, si bien que c'est l'air qui l'élève et qui la soutient, sans quoi elle étoufferait dans ce corps, elle se trouve solidement installée dans le corps humain, avec lequel elle vit en bonne intelligence. Et si les oiseaux, avec lesquels elle doit sentir et connaître ce qu'elle connaît, ont été créés et mis dans le monde, c'est parce que les oiseaux s'élèvent dans l'air à l'aide de leurs plumes et s'y répandent partout : ainsi l'âme, tant qu'elle est dans le corps, s'élève par ses pensées et s'étend partout. C'est dans l'humidité de la terre que se manifeste cette perfection, car l'homme est achevé dans sa formation et discernable dans sa corporalité, puisqu'il se connaît comme corporel dans les arbres ; pour ces deux raisons, l'humidité et la corporalité, il lui faut comprendre qu'il ne pourra continuer à croître aussi longtemps que l'âme est en lui. »

41 Phy, PL 197, col. 1311, traduit comme suit par P. Monat (vol. 2, p. 183) : « Les oiseaux qui vivent dans les airs sont l'image de la force de ce que l'homme émet quand il pense, et de toutes les nombreuses choses auxquelles il pense en lui-même avant que celles-ci ne procèdent en une action éclatante. D'autre part les animaux qui courent sur la terre et habitent sur la terre représentent les pensées et les prévisions que l'homme mène à bonne fin par son action. » Le traducteur ne semble pas avoir reconnu le début du texte, dont il donne une version différente de celle qui figure dans sa traduction de la préface au « livre des oiseaux », de même qu'Elisabeth Klein qui, à propos des oiseaux, écrit : « Les animaux ailés désignent aussi cette faculté que l'homme affirme en réfléchissant, et par laquelle en se préparant en lui même par la réflexion, il évalue beaucoup de choses, avant qu'elles ne se présentent dans l'éclat de l'action » et, à propos des animaux : « Les animaux qui se trouvent dans l’air représentent cette force que l'homme prépare en pensant, préméditant en lui même, il évalue beaucoup de choses avant qu'elles ne se manifestent dans l'éclat de l'action. » (Physica : livres V, VI, VII, VIII, p. 81 et 185).

42 CC, p. 47 : Caro et cutis Adae fortior et durior fuit quam hominum nunc sit, quia Adam de terra formatus fuit et Eva de ipso.

43 Traduction E. Klein, Physica..., p. 17 : « Le texte de l'Edition se finit ainsi : bien que les poissons n'aient pas de voix criantes, ils perçoivent de la façon des autres animaux ; et aussi en présence du bruit de la voix qu'ils n'ont pas eux-mêmes dans leurs entrailles, ils comprennent le son dans son voyage à travers l'eau dans laquelle ils séjournent. Mais les animaux rampants qui sont tantôt dans l'eau tantôt sur la terre, ont quelque connaissance avec les animaux et de ce fait, ils ont des langues pour produire des sifflements et des sons de voix. » Il me semble toutefois que la phrase alio modo quam cetera animalia concipiuntur fait clairement référence, non à la perception, mais au mode de reproduction très particulier des poissons.

44 Phy, col. 1270 ; traduction E. Klein, Physica..., p. 16 : « Car Adam, quand il a été chassé du paradis, les connaissait et les cherchait dans l'eau, et les mangeait de temps en temps quand il n'avait pas d'autres nourritures, mais ensuite quand il pouvait avoir d'autres nourritures, il les évitait. Car ces plantes ne poussent ni ne pourrissent facilement, et si les poissons ou les bêtes en mangent un peu, elles restent longtemps non digérées dans le ventre, parce qu'elles sont difficilement digérées ; et c'est pour cela que les animaux qui les mangent, pendant longtemps ne souffrent pas de la faim, mais elles sont digérées avec les aliments qu'ils mangent par la suite. » Le manuscrit de Florence dit non arescunt, « ne se dessèchent pas », ce qui nous semble plus plausible que nec crescunt, « ne poussent pas ».

45 Ce chapitre « de parice » figure dans E, F et W, mais pas dans P ou V, ce qui peut expliquer que les éditeurs de la Physica dans la Patrologie latine ne l'aient pas reconnu comme un doublon du chapitre 42.

46 « Bouillon » : le mot est attesté sous sa forme juscellum chez Théodore Priscien, médecin du IVe siècle ap. J.-C. (cité par F. Gaffiot, Dictionnaire illustré latin-français, p. 874) et au Moyen Age dans la continuation de la Chronique de l'abbaye de Saint-Trond, commencée au XIIe siècle par Rodulphe de Saint-Trond (Gesta abbatum Trudonensium cont., 1, 13, 5, cité par A. Blaise qui signale également la forme jussellum ; cf. Lexicon Latinitatis medii aevi, p. 516).

47 [ ] = Physica, VI, 42, De Meysa, col. 1303 ; { } = Physica, VI, 72, De parice, col. 1312.

48 « La mésange est chaude et vole pratiquement au milieu des airs. Sa chair est saine, et bonne à manger pour les malades comme pour les bien portants. Celui qui est atteint de paralysie fera cuire une mésange dans l'eau et il en fera un bouillon avec du beurre, ou, s’il n'a pas de beurre, avec de la graisse, et il ajoutera du vinaigre et un peu de vin ; il en fera un bouillon et s'il en mange souvent il guérira. La chaleur de cet oiseau ressemble en effet à la chaleur qui vient de la pierre, elle ne fuit pas le froid et elle est pure : sa chair est donc un peu sèche, et quand on la fait cuire, grâce à la douceur de l'eau et à la chaleur du beurre, de la graisse et du vin que l'on y ajoute, elle chasse la goutte paralytique qui naît de la joie, de la colère ou de différentes nourritures. Celui qui a la jaunisse prendra une mésange, enlèvera ses plumes et l'attachera ainsi, morte et entière, sur son estomac, avec un linge ; la jaunisse qui est en l'homme passe ainsi dans la mésange, qui deviendra jaune. Il faut alors l'enlever et en mettre une autre sur son estomac, et faire cela souvent jusqu'à ce que l'on soit guéri. Il faut en effet enlever les plumes cet oiseau, car elles contiennent de l'impureté ; et, comme sa chair est naturellement sèche, elle attire à elle la chaleur et l'humidité de la jaunisse ; ainsi la maladie passe en elle et l'homme sera libéré ». Il nous a semblé impossible de donner à livor le sens d « ecchymose » que lui donnent Du Cange (vulnus inflictum ex quo livor apparet, invidia vel nigredo que remanet ex percussione baculi vel virgae, Glossarium mediae et infimae latinitatis, t. V, 1885, p. 130) ou le Thesaurus linguae latinae (color lividus vel res hoc colore infecta) qui en cite deux occurrences chez Celse et chez Serenus Sammonicus : « livor aut nigra cicatrix » (Ser. Samm. 152r) et « si facie contusa livor subcruentus est » (Cels. 5.18.24) ; « impureté » ne nous contente pourtant guère et n'a à nos yeux que le mérite de sa grande extension. Cf. infra, note 78.

49 Heilkraft der Natur, p. 437 : « Es ist anzunehmen, dass das Originalrezept mit der Pflanze hergestellt wurde und dann später durch einen Bearbeiter wegen des ähnlichen Namens ein Rezept mit dem Maiwurm angeführt wurde. » Un semblable phénomène d'analogie entre nom d'une plante et nom d'un animal à employer dans un même remède se trouve chez Arnaud de Villeneuve, d'après Piero Camporesi : « Prendre des testicules de renard — l'animal — et la racine de l’herbe que l'on nomme testicule de renard » (cité par P. Camporesi, La Chair impassible, p. 245).

50 Physica : livres V, VI, VII, VIII, p. 181 ; P. Monat (vol. 2, p. 179) opte également pour ce sens alors que M.-L. Portmann parle de « hanneton pulvérisé » (Heilkraft der Natur, p. 437).

51 Le manuscrit B dit vi, o deus au lieu de vi omnipotentis dei et te coniuro au lieu de te benedico.

52 « Que celui qui est tourmenté par des illusions diaboliques, le jour à l'état de veille ou la nuit dans son sommeil, prenne une ceinture en peau d'élan et une autre en peau de chevrette et qu'il les lie l'une à l'autre au moyen de quatre petits clous d'acier, un sur le ventre, un sur le dos, et un sur chaque flanc. Puis, lorsqu'il enfonce celui qui sera sur le ventre, qu’il dise ces mots : “Par la très grande force du Dieu tout puissant, je t'adjure de me protéger”. Lorsqu'il fixe le clou du dos, qu'il dise : “Par la très grande force du Dieu tout puissant, je te bénis pour que tu me protèges” Avec celui du côté droit, qu'il dise : “Par la très grande force du Dieu tout puissant, je t'établis pour ma protection.” Et, avec celui du côté gauche : “Par la très grande force du Dieu tout puissant, je te consolide pour que tu me protèges.” Et si cet homme se ceint de cette ceinture jour et nuit, les illusions diaboliques le fuiront et les paroles magiques lui feront moins de mal car la bénédiction que nous venons de citer entoure tout son corps de sa protection. L'acier est en effet le soutien et la parure des autres objets et il est pour ainsi dire un surcroît de force pour l'homme auquel il ajoute ses propres forces. Il y a d'autre part dans l'élan une certaine force, et la chevrette est un animal pur, d’où il s'ensuit que les esprits diaboliques les dédaignent et les évitent. » Cf. CC, p. 194-195, où l'on trouve helun au lieu de helim et où il faut sans doute lire laedent au lieu de laedunt, comme le signalait P. von Winterfeld, p. 295.

53 Chapitre reproduit par Migne, Physica, PL 197, col. 1319D-1320D.

54 « Le léopard est chaud, joyeux, rapide et fort et il aime particulièrement le charme des montagnes et des vallées, des fleurs et des herbes et la beauté des brises. Il ne déteste pas le lion, et le lion non plus, à cause de sa gaîté. Si un homme est faible dans la poitrine et dans l'estomac et qu'il sent souvent une faiblesse dans son coeur, qu'il fasse sécher un coeur de léopard au soleil ou à la chaleur d'un four ; puis qu'il le réduise en poudre pour le conserver longtemps et qu'il dépose et garde cette poudre dans un linge. Et lorsqu'il sent une faiblesse dans sa poitrine, dans son estomac ou dans son coeur, qu'il y applique cette poudre et grâce à sa vertu et à sa chaleur, il ira mieux. Si un homme se procure un de ses ongles avec la peau du pied et qu’il la porte sur lui, la magie ne pourra pas agir pleinement car les esprits aériens qui font corps avec la magie fuient la rapidité et la vertu que le léopard a dans les pieds et battent en retraite. Le reste de ce qui est en lui ne convient pas bien à la médecine. »

55 « Le cunengelin est correctement équilibré... il a en lui une chaleur tempérée et il est d'une nature légère ; sa nourriture est pure et même la faim ne le pousse jamais à se nourrir d'immondices. Mais ni son coeur ni sa chair ni son foie ne sont utiles pour la médecine. Si un homme souffre de goutte, qu'il utilise fréquemment pour se vêtir la peau de cet animal avec ses poils ; ainsi sa chair en sera réchauffée et comme cette peau est bien équilibrée et de nature légère, elle réprime la paralysie en l’homme. » Rappelons qu'un chapitre De Cungelm figure au livre des oiseaux (VI, 60), sans rapport apparent avec l'animal décrit ici.

56 Heilkraft der Natur, p. 378.

57 Ibidem, p. 443. D’ailleurs, dans un écrit très légèrement postérieur à celui de Hildegarde, l'Hortus deliciarum, une miniature représentant la création des animaux fait figurer parmi eux un dragon ailé, une licorne et une espèce de griffon (cf. Herrade de Landsberg, Hortus deliciarum, éd. A. Straub, G. Keller, Strasbourg, 1879-1899, pl. IV).

58 Ibidem, p. 497.

59 Ibidem, p. 457 : « Vom Einhorn [...] andere Stellen LVM 2.60, LVM 6.5 » ; p. 503 : « Vom Drachen [...] andere Stellen LDO 5.8, 5.16, 6.6, 6.8 » et p. 510 : « Vom Basilisken [...] zahlreiche Stellen in LVM, siehe dortiges Sachregister. »

60 Heilmittel, 6. Lieferung, Bâle, 1984, p. 214. On y reconnaît pourtant une formule finale très proche de celle sur laquelle s'achève le chapitre « du crapaud » (De Credda, VIII, 4) dont M.-L. Portmann ne met pas l’authenticité en doute : quia quod malum est, multotiens malum depellit. (Phy, col. 1341).

61 Cf. l'allemand « schmieden », « forger, façonner, travailler ».

62 « Erysipelas » d’après P. Kaiser, CC, « Index verborum germanicorum  », p. 252.

63 Cf. l'allemand « bestreichen », « frotter ».

64 Manuscrit Ashb. 1323, fol. 94r-94v : « Et lorsqu'au printemps les jours commencent à rallonger et le soleil à déployer son ardeur, ce serpent s'enfonce très profondément dans la terre par ses fissures et se met en quête, dans des orifices très reculés, d'une racine blanche si merveilleusement longue qu'elle est en contact avec le suc du paradis qui la fait croître, et est donc très saine tant dans son goût que dans sa nature. Mais l'homme ne connaît pas cette racine et ne saurait la trouver, car Dieu l'a cachée à l'homme ; en effet, si l'homme la connaissait et la détenait, il serait presque immortel et en tirerait de telles forces qu’il en oublierait d’honorer Dieu. Ce serpent, en revanche, la connaît, car il est de l’espèce qui séduisit l'homme au Paradis ; il recherche donc cette racine, et quand il l'a trouvée, il en mange suffisamment pour rester sain jusqu'au mois d'août. Mais quand le mois d'août survient, il part à la recherche d'une source d'eau, y crache son venin et se purge. Et si l'homme buvait de cette eau, elle le ferait enfler ou mourir. Et ce même serpent est ensuite dangereux et nocif par son venin pendant l'hiver, jusqu'à ce qu'il mange cette racine. Mais si un homme tue un de ces serpents pendant l'été, prélève ses yeux et les sertit dans de l'argent fin, et les porte toujours sur lui, il sera à l'abri de violentes attaques de gich (goutte ?) et de maladies dangereuses. En effet ce serpent tire une grande force de cette racine, de sorte que ses yeux deviennent brillants à force d'éclaircir, et donc, si on les monte dans de l'argent à l'époque où le serpent a une nature pure, ils repoussent, par la vertu qui est alors celle du serpent, les humeurs nocives qui blessent l'homme. Et si une plaie que l’on appelle freislich se développe en l'homme, il faut passer ce même argent dessus et elle guérira et s'en ira en douceur. Et en été, une fois que le serpent a mangé ladite racine, s'il lui arrive de toucher un homme, il s'ensuivra pour l’homme, jusqu'au mois d’août, plus de santé que de mal et de même, si un tel serpent séjourne dans un jardin ou dans un champ, les légumes et autres produits de la terre y seront plus abondants. »

65 Alberti Magni Opera, éd. A. Borgnet, Paris, 1896-99, vol. 12, De animalibus, p. 560 : « Le ver “tiliaque”, comme on dit, est un serpent du genre du dragon et son nom vient de tilia, “le tilleul” : on dit en effet qu'il naît d'abord dans la moelle du tilleul. »

66 Dans ce passage qu'elle retranscrit comme un ajout de W (Heilmittel, 6. Lieferung, p. 217), M.-L. Portmann écrit « pravo » mais la suite du texte impose la lecture « parvo » du manuscrit de Florence.

67 « Puisque l’homme s’attribue l'honneur qui revient à Dieu, et puisqu'aussi c'est par le serpent que l'homme a été trompé, Dieu a permis au serpent appelé lintwurm de se transformer de petit serpent en serpent énorme par la masse de son corps, pour se venger de l'homme rebellé contre son dieu, et pour que l'homme reconnaisse dans le lintwurm la toute-puissance de Dieu et le très grand châtiment de l'Enfer. Et comme ce serpent est tout à fait horrible, plein d'un venin mortel, et sans rien de bon en lui pour les hommes, il ne prolifère pas, et il y a même peu de serpents de cette espèce ; en effet s’il pullulait, l'homme ne pourrait pas vivre, en raison de l’horreur qu'il inspire et de son venin mortel, car ce serpent contient en abondance tous les venins des serpents et autres reptiles venimeux et il n'y a donc rien en lui d'utile à la médecine. »

68 « Quand il voit quelque chose qui vit, il se met en colère et envoie devant lui son froid et son souffle, tuant la créature sur laquelle il souffle : celle-ci tombe aussitôt, comme si elle était frappée par le tonnerre et la foudre. Si un basilic est mort dans un champ ou une vigne, et que son cadavre y a pourri, ce lieu devient infécond et stérile. » (trad. P. Monat, Le Livre des subtilités des créatures divines, vol. 2, p. 252).

69 « Mais après avoir tué un être vivant de son souffle, il est si fatigué qu'il reste couché et faible pendant longtemps ; certains basilics meurent ainsi d'épuisement, d’autres au contraire récupèrent leurs forces. Mais pendant qu'il est dans un tel état d'abattement, il pourrait être tué très facilement, si quelqu'un avait le courage de l'approcher dans ce but. Et parfois c’est un animal plus petit qui, le voyant dans un tel état de faiblesse et de fatigue, parvient à le tuer en le mordant. Mais ce même animal qui l'a mordu meurt à son tour et ne réchappe ni du souffle ni du venin du basilic. » Le manuscrit W comporte une version moins complète dans la transcription de M.-L. Portmann, où le membre de phrase ita quod moritur appelé par facillime occidi posset a manifestement été omis : Attamen aliquando de minoribus animalibus in debilitate ipsum videntibus mordet, quo facto idem animal diutius vivere non potest. (Heilmittel, 6. Lieferung, p. 228). Le manuscrit B comprend également un passage semblable, « ahnliche Ergänzung » selon notre auteur.

70 PL 197, Physica, VIII, 12, col. 1343 B : Nam cum aliquando rubeta gravida est, et cum impraegnata est [le manuscrit F dit in proximo est, fol. 95v] quod pullos suos gignat, si tunc ovum serpentis aut gallinae viderit, illud amat et super se extendit et fovet, usque dum foetus suos quos naturaliter conciperat, gignit. (« Quand la femelle du crapaud est gravide et prête à mettre bas, si elle voit alors un oeuf de serpent ou de poule, elle s'en éprend, s'étend sur lui et le couve jusqu'à ce qu'elle mette bas les petits qu’elle avait normalement conçus », trad. P. Monat, vol. 2, p. 251).

71 Telle est la version que propose F, fol. 95v, qui nous semble plus complète que celle de W transcrite par M.-L. Portmann : « Sed basyliscum, qui de ovo galline progreditur, aliquantulum lenior est quam de ovo serpentis, quamvis uterque mors viventium animalium sit. » (Heilmittel, 6. Lieferung, p. 228).

72 Ce mot désigne le basilic chez saint Jérôme, Commentarius in Isaiam prophetam, 16, 59, 6 et A. Biaise atteste l'existence, au Moyen Age, de l'adjectif regulosus signifiant « venimeux » (Lexicon Latinitatis medii aevi, p. 783).

73 « Le basilic est appelé “roi” en grec, car il est le roi des serpents et à sa vue, tous ont peur et prennent la fuite. Il tue tout ce qui vit par son odeur et son souffle, et même par son seul aspect. Il ne peut être vaincu que grâce à des belettes, que des hommes apportent près des cavernes où se cachent les basilics. Il est long d'un demi-pied et est marqué de taches blanches. » A comparer avec les éléments narratifs suivants, dans le récit que consacre au basilic, dans son Livre du Trésor, le Florentin Brunetto Latini († 1294) dont le « livre des animaux » emprunte à une des versions du Physiologus : « Le basilic est le roi des serpents (...) même sa vue et l'odeur qu’il exhale sont chargées de venin qui se répand aussi bien loin que près ; (...) et le basilic est tel que de son odeur, il tue les oiseaux dans leur vol et que de sa vue il tue les hommes quand il les regarde (...). Sa taille est d'un demi-pied, son corps porte des taches blanches (...). Et si féroce que soit le basilic il est tué par les belettes, bêtes un peu plus grandes qu'une souris et au ventre blanc. » (Cf. Bestiaires du Moyen Age, trad. et prés. G. Bianciotto, Paris, 1980, p. 183). Pour Pline et Isidore comme pour Barthélémy l'Anglais, l'ennemi acharné du basilic est en effet la « belette ou mutoile » selon F. L. R. Levointurier, Les Animaux fantastiques au Moyen Age, Toulouse, 1958, p. 16.

74 Phy, VIII, 17, col. 1344D-1345A [notons que l'édition Migne dit germinare là où P (fol. 230r) et V (fol. 66r) donnent minare] : « Le lombric est très chaud et il naît dans la viridité par laquelle les graines commencent à germer, et il croît dans le tumulte de cette verdeur, et à cause de sa nature pure, il n'a aucun os, et comme la cannelle et les autres herbes utiles, il est bon et utile. En effet, la terre a une certaine humidité en elle, par laquelle elle est retenue, comme par des veines, afin qu'elle ne se répande pas, et lorsque la pluie est sur le point de tomber de l'air, cette humidité de la terre sent la pluie à venir par laquelle les veines de la terre seront remplies, et sentant cela grâce à leur nature, les lombrics sortent, à cause de la réplétion des veines de la terre. Mais que l'homme qui a des écrouelles prenne une quantité suffisante de lombrics, à l'heure où ils sortent, à la tombée de la pluie, qu'il les mette dans une poterie ou une marmite et qu'il les enfume un peu avec de la paille d’orge, afin qu'ils meurent. » (traduction E. Klein, p. 289, à laquelle j'ajoute quelques éléments fournis par le manuscrit F au tout début du texte (fol. 96v) : in viriditate illa crescit... atque velut mustus et velut cynamomum et velut alie utiles herbe bonus est et utilis... W comporte pour sa part et velut mucus et velut cunamomum et velut aliae utiles herbe, et B et velud muscus... ; la traduction de Pierre Monat, vol. 2, p. 254, est fautive en deux endroits : « il se développe dans la partie vive de la terre » et « il est bon et utile comme le laurier »).

75 Il faut rejeter comme une faute de lecture le in album stercum du manuscrit W transcrit par M.-L. Portmann, Heilmittel, p. 235. On trouve certes mention de stercus un peu plus loin, comme nous le verrons, mais sans indication de couleur telle qu'on peut la trouver par exemple chez Oribase : « Les excréments blancs du chien, séchés et réduits en poudre, passés au crible, délayés dans du miel et dont on fait des onctions, ont un effet merveilleux contre l'angine. » (Euporista, IV, 72, cité par E. Wickersheimer, « Faits cliniques observés à Strasbourg et à Haslach en 1362 et suivis de formules de remèdes », p. 84).

76 « Si une femme n’est pas purgée par ses règles, qu'elle prenne des lombrics lorsqu'il se met à pleuvoir et qu'ils sortent et qu'elle les broie légèrement dans un vase d’argile après les avoir fait mourir avec de la fumée d'orge ; puis qu'elle les dépose dans un fin linge de lin, qu'elle trempe légèrement ce linge dans du suc de camomille broyée afin que ce suc contienne l'humeur de ces vers et l'empêche de traverser le linge ; qu'elle place ensuite ce même linge dans un tissu de soie blanc ou dans un linge en lin, vieux et fin, et qu'elle le dispose dans le creux de son nombril et autour de ce nombril ; qu'elle se ceigne ensuite d'une solide ceinture de chanvre, afin que la préparation ne se répande pas au-dehors, et qu’elle la garde ainsi pendant cinq jours ; qu'elle boive en outre pendant ces cinq jours de la lie de vin ou de cervoise avec un peu de vin ou de graisse tiède fondue, le matin après avoir mangé et le soir quand elle va se coucher. Et elle s'en trouvera bien mieux. » (F, fol. 96v ; W, 8, 17 ; B, 8, 18).

77 Livor, qui signifie en latin classique « couleur bleue plombée, bleu provenant d'un coup » et dans un sens figuré « envie, jalousie », est un mot cher à Hildegarde et souvent difficile à traduire : comment par exemple garder le sens d'« ecchymose » ou de « purpura » dans le passage suivant, où est stigmatisée la nocivité des averses : Pluvia, quae repente et magna effusione super terram cadit, noxia est et terram et fructus terrae laedit, quia quosdam livores in se habet « (CC, p. 32-33) ? Livor, qu'Elisabeth Klein traduit par « lividités » (Viae ad Physicam sanctae Hildegardis, p. 40), évoque en effet souvent bien plus que la simple diffusion du sang dans le tissu sous-cutané, et mêle le champ sémantique des couleurs et celui des humeurs : nous verrons plus loin que ce mot sert à désigner dans le Causae et curae les deux humeurs « secondaires » par opposition aux deux humeurs principales de l’homme appelées « flegmata » (p. 50-51). P. Dronke remarque pour sa part que l'adjectif « livosus », assez fréquent dans les écrits scientifiques de Hildegarde et que l'on ne trouve dans aucun dictionnaire, pourrait être une formation de notre auteur (Women Writers of the Middle Ages, p. 180).

78 « Glande » se dit « Drüse » en allemand et « Halsdrüsen », que l'on trouve sous la forme « haseldrusen » dans les écrits de Hildegarde, signifie pour sa part « amygdales » ; je pense toutefois, d'après le mode d'application externe du remède, que le mal ici incriminé est l'inflammation des ganglions lymphatiques ou adénopathie.

79 Phy, col. 1345 ; trad. E. Klein, p. 289 : « Mais l'homme qui a des écrouelles, à l'heure où les lombrics sortent, à la tombée de la pluie, qu'il en prenne suffisamment, et qu'il les mette dans une poterie ou une marmite, et qu'il les enfume un peu avec de la paille d'orge afin qu'ils meurent, et alors qu'il leur ajoute de la farine de blé, et qu'il mélange ensemble fortement, avec du bois de chêne, et alors qu'il ajoute aussi un peu de vin et de vinaigre à mesures égales, et qu'il mélange ensuite de nouveau, faisant presqu'une pâte ; et ensuite qu'il mette de cette pâte sur les écrouelles avant qu'elles ne soient rompues, pendant trois jours, et la pureté de ces vers purs diminuera l’impureté de ses chairs et (cette impureté) ne pourra pas durer plus longtemps. Mais si les écrouelles sont rompues, la pâte ainsi faite, préparée de la manière qui est dite plus haut, plonge-la dans une lessive excessivement âcre et pose ainsi sur les écrouelles rompues et cela tire leur putréfaction et guérit. »

80 Schott imprime « praecordium » au lieu du terme vernaculaire dans lequel on reconnaît l'allemand « Brust », « poitrine ».

81 Phy, col. 1345 ; trad. E. Klein, p. 290 : « Et celui qui souffre dans l'estomac, (qu'il mette) des excréments de lombric dans un vase de terre, réchauffé comme nous l'avons dit précédemment, et qu'il le pose sur sa poitrine et sur son estomac et qu'il le fasse souvent, et son estomac sera purgé et sera léger. » P. Monat (vol. 2, p. 255) évite d'affronter la réalité du mot stercus et traduit par « cet amas de vers ».

© Éditions de la Sorbonne, 1995

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540