Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le manuscrit perdu à Strasbourg

 | 
Laurence Moulinier

Chapitre II : La tradition manuscrite, une histoire de familles

Texte intégral

  • 1 Wiesbaden, Hessische Landesbibliothek, ms. 2 ; ce manuscrit copié entre 1180 et 1190 tire son surn (...)
  • 2 H. Fischer faisait déjà remarquer que la finalité radicalement différente des œuvres scientifiques (...)
  • 3 B. Hauréau pense que le titre de Speculum... fut donné à cette œuvre par des copistes postérieurs (...)
  • 4 Cf. Scivias, « Einleitung », p. lii. Pour B. Newman, Hildegarde aurait eu peu de lecteurs de son v (...)
  • 5 « Problemata Hildegardiana », p. 99.
  • 6 Wiesbaden, Hessische Landsbibliothek, ms. 2 ; Gand, Bibliothèque universitaire, cod. no 241 (1170- (...)
  • 7 Dans la liste de manuscrits qui suit, les quatre premiers auraient tous été copiés au Rupertsberg (...)

1Il est remarquable que les traités de médecine de Hildegarde n'aient pas été conservés avec ses autres écrits, mais toujours à part. Ainsi on ne les trouve pas dans le principal recueil de ses œuvres réalisé au Rupertsberg immédiatement après sa mort, le manuscrit de Wiesbaden connu sous le nom de « Riesenkodex »1 dans lequel des écrits de moindre ampleur comme les Litterae ignotae et la Lingua ignota côtoient pourtant le Scivias, le Liber vitae meritorum, le Liber divinorum operum, la majeure partie de sa correspondance et ses chants. Cette ségrégation n'est pas le privilège de ses traités scientifiques puisque sa correspondance aussi se trouve dispersée entre différents manuscrits ; ne faut-il pas voir malgré tout dans cette mise à l'écart codicologique le signe que, pour les contemporains mêmes de Hildegarde, sa médecine était une œuvre à part2 ? Ou les copistes ont-ils voulu conserver et transmettre à la postérité, avant tout, l'image et l'œuvre de la visionnaire animée du souffle créateur, au détriment de la naturaliste dont les traités ne pouvaient passer pour des livres inspirés ? Il est probable que la femme de science eut à pâtir de l'ombre projetée par la prophétesse dont la figure connut un rayonnement sans précédent à partir des années 1220, grâce à Gebeno d'Eberbach, dont le Pentachronon ou Speculum futurorum temporum3, montage de prophéties de Hildegarde sorties de leur contexte remporta, du XIIIe au XVIIIe siècle selon A. Führkotter, un succès attesté par le grand nombre de manuscrits qui nous en est parvenu4. C'est là un phénomène tout à fait à part et à vrai dire, si l'on excepte le Scivias et les onze manuscrits complets qu'en recense P. Dronke5, les écrits médicaux de Hildegarde n'ont rien à envier, quant au nombre de leurs manuscrits, aux quatre exemplaires que l'on connaît actuellement du Livre des œuvres divines6 ou aux cinq du Livre des mérites de la vie7.

  • 8 L'identité de ces différents « découvreurs » de manuscrits nous est connue grâce au travail de Mar (...)

2On ne disposait, jusqu'au début des années 1980, que d'un manuscrit du Causae et curae (le codex de Copenhague découvert par Jessen au siècle dernier), de trois manuscrits complets de la Physica (un des XIIIe-XIVe siècles à Wolfenbüttel, deux autres du XVe siècle, l'un à Paris, l'autre à Bruxelles), d'un extrait de la Physica contenu dans un manuscrit du XVe siècle à Berne, et d'un court passage du Causae et curae figurant dans un codex de Berlin. Trois découvertes récentes sont venues grossir ce corpus et l'on doit compter désormais avec deux manuscrits complets de la Physica supplémentaires : l'un fut repéré en 1983 par le Père Paulus Becker, de l'abbaye Saint-Matthias de Trèves, parmi les manuscrits de la Biblioteca Medicea Laurenziana de Florence, l'autre en 1985 par Ursula Heierle, dans le fonds Ferraioli de la Bibliothèque vaticane ; plusieurs passages de la Physica figurant dans un manuscrit conservé à l'époque à la Bayerische Staatsbibliothek de Munich et actuellement à Augsbourg, Universitatsbibliothek, furent d'autre part identifiés par Melitta WeissAmer, et le « livre des pierres » reconnu dans un manuscrit de Fribourg-en-Brisgau par Raimund Struck, qui en donna une édition dans sa thèse en 19858 ; enfin, j'ai moi-même découvert quatre nouveaux fragments de la Physica dans trois manuscrits conservés à la Bibliothèque vaticane.

  • 9 F. A. Reuss, De libris physicis s. Hildegardis commentatio historico-medica, Wurtzbourg, 1835, p.  (...)
  • 10 Cf. A. Führkötter, M. Schrader, Die Echtheit des Schrifttums Hildegards von Bingen, p. 56 : « Die (...)
  • 11 Heilkraft der Natur, p. 20.

3Rappelons qu'au début du siècle dernier, lorsque F. A. Reuss ouvrit la série des études de l'œuvre scientifique de Hildegarde en publiant en 1835 son « commentaire historico-médical des livres médicaux de sainte Hildegarde », il ne pouvait s'appuyer, pour rétablir les passages corrompus de l'édition de Strasbourg, que sur le manuscrit de Paris, seul connu à l'époque, et se plaignait de cette pénurie (« le texte de la première édition de la Physica, réalisée en 1533, que j'ai utilisée pour mon commentaire, présente parfois des leçons très corrompues... qu'on ne peut rectifier, en raison de la pénurie de manuscrits »9) ; le corpus actuel apparaît donc comme d'autant plus important, et susceptible de s'accroître encore : les découvertes de ces dernières années donnent l'espoir de nouvelles trouvailles10, notamment dans le fonds des manuscrits médicaux latins de la Bibliothèque nationale de France dont une grande partie, d'après M.-L. Portmann, n'a pas encore été dépouillée11.

4Je présenterai d'abord les différents manuscrits scientifiques de Hildegarde connus à ce jour en un bref catalogue, en indiquant par un astérisque ceux que je n'ai pu consulter et entre parenthèses la forme abrégée sous laquelle il y sera désormais fait référence. Je tenterai ensuite de retracer leur histoire.

1. Catalogue des manuscrits des œuvres scientifiques de Hildegarde

A. Manuscrits complets

a) Causae et curae

  • 12 J'ai pu lire ce manuscrit sur microfilm grâce à l'Institut de Recherche et d'Histoire des Textes ; (...)

5Commençons par Causae et curae, dont n'est connu aujourd'hui qu'un seul manuscrit12.

6Copenhague (Cop) :

7Kongelige Bibliothek, Ny. kgl. saml., 90 b Fol.

8Parchemin, 93 folios de 28,8 x 20,5 cm (28,8 x 14,8 cm selon E. Strübing) numérotés par une main récente de 1 à 185.

9Couverture du XVIe siècle. Rubriques, grandes initiales décorées au début de chaque liber (le titre courant est d'une autre main, et le rang du « livre » est rappelé par un chiffre arabe dans le bord supérieur de chaque page impaire). Dans les marges latérales, numérotation des paragraphes en chiffres arabes (jusqu'à 49 pour le livre premier, 284 pour le second, 38 pour le livre III, 65 pour le livre IV, 27 pour le livre V).

10Première page : annotations de bibliothécaires. Avant-dernière page, après l'explicit, deux vers tirés du Regimen Salernitanum (febris acuta tisi pedicon scabies sacer ignis / cancer lippa lepra frenesis contagia praestant) suivis d'un index des chapitres écrits par une main plus récente.

  • 13 Contrairement à E. Jørgensen que nous suivons ici, L. Thorndike et P. Kibre ne tiennent pas compte (...)
  • 14 Jeu de mots final assez fréquent si l'on en croit W. Wattenbach, qui en donne d'autres exemples da (...)

11Pages 1-184 : Beate Hildegardis causae et curae. Inc. : <Beate Hildegardis cause et cure. De mundi creatione. Deus ante creationem mundi13>. Des. : <cum homo non operatur. Expliciunt prophetie sancte Hildegardis. Explicit iste liber scriptor sit crimine liber14>. Page 184-185 : index des chapitres (registrum selon Kaiser).

12Ce manuscrit date du XIIIe siècle et est originaire d'Allemagne ; il a eu pour possesseurs au Moyen Age le monastère de Saint-Maximin de Trèves et au début du XIXe siècle Georg Franz Burkhard Kloss (1787-1854), médecin de Francfort (exlibris collé à l'intérieur de la couverture : Georgius Kloss M.D. Francofurti ad Moenum).

13Bibliographie : E. Jørgensen, Catalogus codicum latinorum medii aevi bibliothecae regiae Hafniensis, Copenhague, 1926, p. 444 ; P. Kaiser, « Praefatio », Causae et curae, p. iii-v ; E. Strübing, « Nährung und Ernahrung bei Hildegard von Bingen, Äbtissin, Ärztin und Naturforscherin (1098-1179) », Centaurus, no 9, 1963-64, p. 73-124 (reproduction de certains folios).

b) Physica

  • 15 Je n'ai pu lire ce manuscrit que sur le microfilm que je remercie Elisabeth Klein de m'avoir prêté (...)

14Bruxelles (B)15 :

15Bibliothèque royale, Cod. 2551 (anciennement 1494).

16Papier, IV +130 + III folios de 22 x 14 cm. Manuscrit abîmé, feuillets recollés, notamment au début. Couverture 23 x 15,5 cm. Reliure récente (« L. Petit 1973 ») en cuir brun clair, très serrée. Décoration limitée à des initiales rubriquées. Justification à la mine de plomb réduite à deux lignes verticales. Ecriture gothique (cursive).

17Fol. 129v, estampille rouge de la Bibliothèque nationale de France, « R. F. ».

18Au fol. IV figurent le numéro 2551 et cette inscription d'une main du XIXe siècle : « Reuss a publié à Würzburg une dissertation intitulée de libris physicis Hildegardis commentatio historico medica Wircesburgi 1835 ( ?) ».

19Le registre suit une ancienne pagination e-z, aa-az, ba-bz, ca-cz, da-dz, ea-eo, rubriquée en haut à droite, mais nous préférons détailler le contenu du manuscrit selon le foliotage numérique :

20Fol l-2v : Table des matières (incomplète).

21Fol. 2v : Incipit liber sancte Hildegardis prophetisse de diversis infrascriptis materiis quarum registrum ut totius libri sequitur. Primo de fructibus et speciebus et herbis... (incomplet).

22Fol. 3-124 : « Hildegardis de rebus physicis » selon J. Van den Gheyn.

23Fol. 3r-v : Prologus. In creatione hominis alia terra sumpta est... Explicit prologus. Tabula et registrum fructuum et specierum sequitur.

24Fol. 4r-v : Table des fruits.

25Les arbres succèdent sans transition aux plantes au fol. 47, au sein d'une première grosse partie du texte ; viennent ensuite : fol. 55r de lapidibus, fol. 67r de piscibus, fol. 76v de avibus, fol. 90v de animalibus, fol. 107r de immundis et venenosis animalibus, fol. 114v de metallis et erementis, et fol. 118v de aquis.

26Explicit : <De montibus....Item Ziph est mons swalidus et umbrosus in quo latuit David quando fugit a facie Saul et est iuxta Carmelam in monte Carmeli>.

27Fol 124-129v : Recettes médicales (d'une autre main à partir du folio 128v : Ad oculos succum feniculi cum thure tritum in oculos...).

28Fol. 130r : blanc.

29Fol. 130v : Si mulier ulnam leporis et testiculos porci in balneo edat... sed statim educto fetu ponatur ne matrix sequatur.

  • 16 Heilkraft der Natur, p. 21 ; l'auteur cite ce manuscrit sous le titre qui, selon elle, figurerait (...)
  • 17 Cf. A. Sanderus, Bibliotheca belga manuscripta, Insulis, 1641-1644, 2 vol., pars II, p. 217 : Inde (...)
  • 18 J. G. R. Acquoy, Het klooster te Windesheim, Utrecht, 1875, 2e partie, p. 270.

30Le manuscrit date-t-il du XVe siècle (vers 1450 d'après M.-L. Portmann16, vers 1440 pour R. Calcoen) ou du XVIe siècle selon W. Lourdaux et M. Haverals ? Il provient de Louvain et a appartenu à la bibliothèque des chanoines réguliers du Val-Saint-Martin, comme l'attestent Sanders17 pour le XVIIe siècle, et, pour le siècle précédent, la note du folio 130v où apparaît le nom d'un religieux, copiste ou donateur : Sinte Mertens liberarie ad manus domini nicolay Winge. Nicolaas van Winghe était chanoine régulier de Saint-Martin, et mourut le 28 décembre 155218.

31Bibliographie : J. Van den Gheyn, Catalogue des manuscrits de la Bibliothèque royale de Belgique, t. II, Patrologie, Bruxelles, 1902, p. 388 ; R. Calcoen, Inventaire des manuscrits scientifiques de la Bibliothèque royale de Belgique, Bruxelles, 1965, t. 1, p. 52 (pour lui la Physica s'étend du folio 3 au folio 128) ; W. Lourdaux, M. Haverals, Biblioteca vallis sancti Martini in Lovanio. Bijdrage tot de studie van het geestleven in de Nederlanden, Louvain, 1978.

32Florence (F) :

33Biblioteca Medicea Laurenziana, cod. Ashburnham 1323.

34Parchemin, II +104 folios de 26 x 20 cm, numérotés au crayon à papier (sauf le feuillet 104, numéroté à l'encre noire). Anciens plats de reliure de plus petit format (16,5 x 26 cm), très abîmés et illisibles, écrits dans l'autre sens, d'une écriture soignée (initiales rouges, traces de réglure) sur 4 colonnes de 5 cm de large et de 39 lignes environ ; numérotés I et I', ils formaient à l'origine un seul folio de 33 x 26 cm plié en deux. Sur le feuillet Iv, fragment d'une ancienne étiquette et, au crayon à papier comme la numérotation, d'une main récente, les inscriptions suivantes : « Manuscrit latin sur l'histoire naturelle » et « Cor. Jub. 1850 ». Au milieu du feuillet I'r, toujours au crayon à papier : « 104 Blatt. 39 D. »

35Ais de bois recouverts de maroquin brun, avec deux fermoirs. Sur la tranche : « Tractatus » et deux numéros (l'actuelle cote du manuscrit, 1323, et au-dessous l'ancienne cote, 1248). Estampille de la Biblioteca Medicea Laurenziana sur le premier feuillet de garde, ainsi qu'aux fol. 1r et 104. Sur le second feuillet de garde, tampon du relieur : « Cesare Tartagli & F., Legatori di libri, via Cavour 26, Firenze ».

36Texte écrit sur deux colonnes de 7 cm de large en moyenne : environ 42 lignes par page du folio 1v au folio 23v, puis changement de main (33 lignes en moyenne du folio 24 au folio 104). Traces de rajouts et de grattage : tout ce qui est en rouge entre les folios 1 et 24 (initiales et rubriques) n'est pas de la main du premier copiste, et toute espèce de rubrication cesse au folio 35.

  • 19 A. Führkötter le cite en tant que « manuscrit du “Liber simplicis medicinae” (Science naturelle) d (...)

37Ce manuscrit ne me semble pas avoir de titre19, mais c'est bien du Liber subtilitatum qu'il s'agit, du premier folio au folio 98v. Inc. : <In creatione hominis de terra alia terra sumpta est...>. Des. : <cum ignito calibe debilitatum fuerit ut praedictum est>. Fol. 1 de herbis, fol. 29r de quatuor elementis, fol. 31r de arboribus, fol. 48v de lapidibus, fol. 59v de piscibus, fol. 68v de volatilibus, fol. 80v de quadrupedibus, fol. 93v de vermibus venenosis, fol. 97v de metallis.

38Fol. 98v-104 : recettes, index, glossaire.

  • 20 Voir le Cartulaire de l'église Notre-Dame de Paris, éd. Guérard, III, Paris, 1850, p. 32, que cite (...)
  • 21 Cf. le Catalogue des livres, dessins et estampes de la bibliothèque de feu M. J.-B. Huzard, mis en (...)

39Originaire de Rhénanie selon M.-L. Portmann, ce manuscrit porte la marque de trois différents possesseurs : au Moyen Age, l’abbaye Saint-Matthias de Trèves (fol. I v, en surimpression sur un texte très mutilé, notre lecture : Codex monasterii Sancti Mathie Apostoli extra muros Treverenses ad usum pastorie [ ?] Vamaricutis [ ?]) et le cyrurgicus Wydo, qui le vendit en 1384 à Aix-la-Chapelle à un autre cyrurgicus, Wilhelmus (peut-être Guillaume de Ries, docteur en médecine mentionné en 1391 dans le cartulaire de Notre-Dame de Paris20) : Iste liber fuit emptus per me Wilhelmus cyrurgicus de rier/s aquis granis ab... reverendi cyrurgici Wydonis pro VI florenis anno domini 1384, fol. 104v. Plus tard, ce manuscrit appartint au grand vétérinaire Jean-Baptiste Huzard21 (fol. 1r « Huzard de l'Institut »), entré à l'Académie des sciences en 1795 et mort en 1839. Le manuscrit passa ensuite à Guglielmo Libri (1803-1869) qui le vendit à Lord John Ashburnham (1797-1878), puis au gouvernement italien.

40Bibliographie : L. Delisle, « Les très anciens manuscrits du fonds Libri », Le Temps, 25 février 1883 ; Id., Notices et extraits des manuscrits de la Bibliothèque nationale, vol. XXXII, 1ère partie, Paris, 1886 ; Id., Sui manoscritti del fondo Libri ceduti dal conte Ashburnham all'Italia, Roma, 1886 (Estratto dal fascicolo del mese di novembre 1886 del Bollettino dell'Istruzione, Ministero della Pubblica Istruzione) ; Id., « Traités divers sur les propriétés des choses », Histoire littéraire de la France, vol. XXX, Paris, 1888.

41Paris (P) :

42Bibliothèque nationale de France, ms. lat. 6952.

43Papier, III +250 + I folios de 22 x 31 cm (les bords semblent avoir été coupés). Blancs : 56, 128, 155. Plats en bois, avec trace de deux fermoirs. Traces d'écriture à l'encre noire indiquant le contenu du codex, visibles sur sa tranche supérieure quand il est fermé.

44Sur le premier feuillet paginé, deux mentions de possesseurs, deux numéros (5403 en haut à droite, 6952 au milieu à droite également) et l'estampille rouge de la Bibliothèque nationale, que l'on retrouve fol. 250v. Un certain Nicolaus Gugler a inscrit son nom au-dessous de celui du précédent possesseur, fol. lr. Une première main avait écrit : « sum cosme Tir ( ?) brelii ar. et me. doctoris » ; une seconde a corrigé « Sum » en « Fui » et écrit au-dessous, à l'encre brune : « Nunc sum doctoris Nicolai Gugleri ».

  • 22 Allusion au chapitre XIII du livre premier du Liber ruralium commodorum de Piero de'Crescenzii, ch (...)

45Des trois feuillets de garde non numérotés, le premier est vierge, et le troisième ne comporte que deux lignes en son verso : « Petrus de Crescentiis civis bononiensis in Comodum ruralium libri 12 dicit lib. I quod Patrem Familias Vendacem non emacem esse oporteat »22 ; le second est constitué pour sa part de deux feuilles collées, son recto est blanc et son verso comporte un index, d'une main du XVIe siècle, sans doute celle de « Cosma Tirbrelius » :

461. Sinonima Aurea. 2. Passionarius Gal. (« Quattuor » barré) Librorum Septem. 3. Rota Pitagore. 4. Compendiolum pulsium. 5. Liber Beate Hilkardis de Rerum Naturis. 6. Arbor Biblice Hystorie.

47Le contenu est détaillé différemment dans le Catalogue des manuscrits de la Bibliothèque royale de 1744 : 1° Garioponti de aegritudinibus a capite ad pedes libri septem : praemittuntur synonyma medicinae et taxa Pharmacopolarum Spirae. 2° Beate Hildegardis liber subtilitatum diversarum naturarum. 3° Recepta varia germanico idiomate. 4° Arbor biblicae historiae.

48Ce recueil du XVIe siècle est de plusieurs mains. Une main du XVe siècle (cursiva bastarda ?) a copié les folios 156 à 238 ; le Liber beate Hildegardis de rerum naturis occupe les folios 156-232 : texte sur une seule colonne, de 13,5 x 19,5 cm, de 43 lignes environ. Deux lettrines bleu et rouge fol. 156r et fol. 158r, initiales rouges, rubriques. Inc. : <Incipit liber beate Hildegardis subtilitatum diversarum naturarum creaturarum et sic de aliis quammultis bonis>. Des. : <Explicit liber beate Hiltegardis (sic) subtilitatum diversarum naturarum creaturarum>.

49Fol. 156v de plantis, fol. 184v de elementis, fol. 186v de arboribus, fol. 196v de lapidibus, fol. 204r de piscibus, fol. 210v de avibus, fol. 219v de animalibus, fol. 228r de reptilibus, fol. 231r de metallis.

50Fol. 232-238 : les recepta varia germanico idiomate ne sont autres que la traduction allemande de différentes recettes extraites du Liber subtilitatum. Le texte du folio 238v s'arrête brutalement, au milieu d'une phrase (« dem die naselochen stincken der ») : manifestement différents cahiers ont été perdus après ce folio.

  • 23 C. M. Briquet, Les Filigranes. Dictionnaire historique des marques du papier, Paris, 1907, 4 vol.

51Copiés au XVe siècle (1425-1450 selon M.-L. Portmann), les folios 158-238 ont un filigrane assez peu visible : une silhouette de femme debout, le bras levé, brandissant une croix (6,5 cm de haut, fol. 157 par exemple) ; Briquet en connaît des exemples à Berne (1427-1428), Lucerne (1425), Zurich (1429), Saint-Gall (1449-1451)23 · Ces folios constituaient à l'origine le début d'un codex : en témoigne une première numérotation en chiffres romains de I à LXXXI, qui laisse curieusement de côté les folios 156 et 157, contenant l'actuelle praefatio du liber de plantis et la table des capitula de ce livre premier. Le premier mot du premier chapitre du liber de plantis (« Triticum », fol. 158r) est d'ailleurs orné d'une lettrine semblable à celle du fol. 156r (« In creatione », incipit du Liber subtilitatum), comme si le fol. 158r marquait le début de l'œuvre de Hildegarde.

52Les folios 156-238 ont été ensuite insérés dans un nouveau recueil, et (re)numérotés (nouvelle pagination en chiffres arabes, à côté de l'ancienne I-LXXV pour les folios 158-232). La foliotation du codex est due à deux mains différentes : une première main a numéroté les folios 1 à 157 à l'encre marron, une deuxième main, à l'encre noire, de 158 à 250. le Liber subtilitatum a été incorporé à l'ensemble du recueil au début, ou en tout cas avant le milieu du XVIe siècle, comme le prouvent l'index de Cosme Tirbrelius ( ?), fol. IIIv, et les annotations marginales de la main de Nicolaus Gugler dans l'œuvre de Hildegarde (par exemple fol. 206v, 207r, 207v, 208v, 209r, 209v, 210r, 210v, 227v).

53Il y a dans ce volume autant de textes que de copistes. Une main du XVIe siècle a copié les 50 premiers folios, c'est-à-dire les Sinonima — colophon à l'encre rouge, fol. 51r : Ad calcem deducte sunt... medicinalium synonyma tercio nonas Iulii millesimi quingentesimi decimi sex. Une autre main du XVIe siècle a copié la Taxa pharmacopolarum, fol. 51v-56, sur un papier de même origine que les 50 premiers folios — le filigrane est une couronne surmontée d'une croix (3 cm de large, 11 cm de haut) — où des traces de réglure sont nettes (deux colonnes de 6,5 et 7 cm) ; la même main a sans doute écrit, au verso du deuxième folio de garde, la recette de la « Pomada Venetiana » ; c'est probablement celle de Nicolaus Gugler, qui a inscrit son nom fol. 1.

54Deux mains du XVe siècle ( ?) ont copié le Passionarius Galieni, fol. 57-152 et la Rota Pitagore fol. 153-154 (écriture peu soignée, texte sur une seule colonne de 15,5 cm de large sur 24,5 de haut, filigrane tête de bœuf ornée d'une étoile au bout d'un bâton, marginalia contemporains de la copie, mais aucune annotation du XVIe siècle). L'œuvre de Hildegarde vient après un folio blanc (155) si l'on excepte une indication presqu'illisible en son bord supérieur droit (« non fuerit intellectum » ?), à l'encre marron, manifestement de la même main que l'indication dans le bord supérieur droit du fol. IIIv : « Vide synonyma et repertoria alia Albukasis ( ?) fol. 259 ». C'est encore une autre main qui a copié, sur un papier différent (filigrane très visible de 239 à 244) l'Arbor Biblice Historie, à lire transversalement, fol. 239-250.

55Le manuscrit est vraisemblablement originaire d'Allemagne, plus précisément de Spire pour sa première partie (cf. la Taxa pharmacopolarum Spirae, de simplicibus et transmarinis qui occupe les folios 51v à 56).

56Possesseurs : Cosme Tirbrelius ( ?) ; Nicolas Gugler ; Jules Mazarin (1602-1661) — le Catalogue des manuscrits de la Bibliothèque royale établi en 1744 décrit le manuscrit comme un codex chartaceus, olim mazarinaeus.

57Nicolas Gugler nous est connu par d'autres manuscrits de la Bibliothèque nationale de France, notamment le ms. lat. 7417. Ce manuscrit du XVIe siècle (la date de 1491, au fol. 221, est celle de l'œuvre) contient différents traités (prognostica, problèmes d'astronomie, uroscopie). Deux « traités des urines » sont en allemand (fol. 351r : « Die endet sich das anndere Theil des Tractats von der Urteil des Harns Anno 1540 », fol. 354r « Ein hübscher Tractat von dem Urteyl des Harns durch Maister Ortolff im Bayerland »), un traité d'astronomie a pour auteur N. Gugler luimême : « Compositiones instrumentorum astronomicorum una cum quorundam usum ac utilitates authoris D. Nicolao Guglero Astronomo 1539 », fol. 2r. Il aurait copié de sa main certaines parties du recueil : « Descripsit Nic. Gugler Norinus ex manu sua anno 1540 », fol. 261v. Une illustration le représente fol. 274r : debout, de profd, il est en train d'observer des urines. Il se présente, fol. 9 lr comme « Nicolaus Gugler, Omnium facultatum Doctor Imperialis Camerae Antiquus Advocatus Canonicus et Custos Maior Ecclesiae Weissenpurgensis ( ?) ». Il présente également ses parents — sa mère, née en 1500 et morte le 24 septembre 1545 (fol. 128r), son père, Hans Gugler, né en 1480 et décédé le 3 août 1560 (fol. 128v) —, ce qui nous permet d'apprendre qu'il vivait encore après 1560.

  • 24 Cf. C. Samaran, R. Marichal, Catalogue des manuscrits en écriture latine portant des indications d (...)

58Le ms. lat. 7395, un recueil d'astronomie de 371 folios, a été copié par ses soins à Wittenberg ( ?) en 1536 : fol. 1r, « Per me Nicolaum Gugler Astronomiae et medicinae studiosum 1536 » et dernier feuillet, collé à l'intérieur de la couverture : « Est scriptum iste liber Witaeberge per me Nicolaum Gugler anno salutis 1536 ». Il posséda également le ms. lat. 7443C, qui fut par la suite, comme le ms lat. 6952, la propriété de Mazarin (numérotation fol. 1r, « 6399 », puis au-dessous « 7431 » barré et « 7443C »). Il s'y désigne comme « Nicolaus Gugler Norimpergen [sis]... iudex ordinarius, utriusque juris doctor, officialis Spirensis, medicus et mathematicus, omnia haec scribi curavit [1562] », fol. 335r24, et, au folio lr, « Nicolaus Gugler NVI Doctor Imperialis Camerae Iudicii Avocatus Serenissimi Regis Daniae ( ?) Consiliarus ».

59Bibliographie : Catalogus codicum manuscriptorum bibliothecae regiae, pars tertia, tomus quartus, Paris, 1744, p. 296 ; F. A. Reuss, Physica, « Prolegomena et adnotationes », PL 197, col. 1123-24.

60Vatican (V) :

61Biblioteca Vaticana, cod. Ferraioli 921.

62Papier, 163 folios de 28,5 x 21 cm, numérotés, sauf de 91 à 99. Les folios 85-90 sont plus petits : 21,2 x 12,5 cm environ. Blancs : fol. 76r-84v (filigrane en grappe de raisin), 90, 117v-123v, 138v et 160r-163v. Couverture du XIXe siècle, en carton, avec dos et angles en parchemin. Deuxième de couverture et dos : 882, écrit à la mine de plomb. Sur la page de garde, un bout de papier agrafé porte ces mots : Miscellanea di 4 lib. in chart. 168. Scritto fine sec. XIV o incipio XV. De la même main un « Indice » dont voici le contenu :

631. S. Hildegardes (sic) Phisica seu subtilitatum diversarum creaturarum (<mancante ?> in principio) (fol. 1-68r) ; 2. quaedam medica excerpta in Hyppocrate, Johanne episcopo frisingensi, Johanne Ecstein, et Alexandro (fol. 68r-75v) ; 3. quaedam de arte memoriae (fol. 85r-89v, inséré comme un cahier de plus petite dimension) ; 4. ars memoriae (fol. 91r-117r) ; 5. S. Aurelius Augustinus liber de anima et spiritu (fol. 124r-138r) ; 6. Expositio canonis missae (fol. 139r-159v).

64Marge supérieure du premier folio, d'une main du XVe siècle : Vereor ne sit [suppo] sititius hic liber, uti Alberto Magno [supponimus ?] scripta ac pauca

65Il y a dans ce recueil presque autant de mains que d'œuvres ; un premier copiste a écrit avec soin au XVe siècle les folios 1 à 71 (initiales en rouge), c'est-à-dire l'œuvre de Hildegarde — le folio 1 a été inséré à l'envers.

66Inc. : <Incipit liber beatae Hildegardis subtilitatum diversarum naturarum creaturarum et sic de aliis quammultis bonis>. Des. : <Explicit liber beate Hildegardis subtilitatum diversarum naturarum>. Le colophon précise : « anno domini MCCCCXLIX° ».

67Fol. 1 de plantis, fol. 24r de elementis, fol. 25v de arboribus, fol. 35v de lapidibus, fol. 42v de piscibus, fol. 48v de avibus, fol. 56r de animalibus, fol. 64r de reptilibus, fol. 67r de metallis.

68D'origine inconnue, ce recueil était la propriété du Collège de la Société de Jésus de Cologne en 1648 (premier folio, après l'incipit du Liber subtilitatum : « Collegii Societ. Iesu Coloniae 1648 »). Il vint ensuite grossir la collection commencée par le marquis Joseph Ferraioli et continuée par ses fils Alessandro († 1925) et Gaetano († 1890), donnée à la Biblioteca Apostolica Vaticana en 1926 par le marquis Filippo Ferraioli.

69Bibliographie : Codices Ferraioli, t. III, « Codices 737-977 », recensuit Franciscus Aloisius Berra, Città del Vaticano, 1960.

70Wolfenbüttel (W)* :

71Herzog August Bibliothek, Cod. 56, 2. Aug. 4° (3591).

72Parchemin, 199 folios de 18,7 x 13 cm. Rubriques et initiales en rouge. Couverture en bois, habillée de cuir pressé rouge et de boucles de métal. Fermoirs arrachés. Fragments d'un manuscrit du XIVe s., en parchemin, de contenu liturgique, collés à l'intérieur de la couverture. Traces d'une chaîne.

73Index d'une main du XIXe siècle :

74Insunt 1) S. Hildegardis « Physica » seu Liber subtilitatum (fol. 1-174 v)

752) Recepta varia contra varios morbos (fol. 176-199v).

76Fol. 1 : Incipit liber subtilitatum de diversis creaturis. Fol. 2 de herbis, fol. 62 de fluminibus, fol. 67 de arboribus, fol. 90 de lapidibus preciosis, fol. 106v de piscibus, fol. 120 de volatilibus, fol. 141 de animalibus, fol. 162 de vermibus, fol. 168 de metallis.

77Fol.173-174 : glossaire latin-allemand (« Incipiunt nomina herbarum »).

  • 25 P. Riethe, Naturkunde, p. 171.

78Fol. l76-199v : recettes contre différentes maladies, notamment sur l'art de soigner les dents d'après P. Riethe25, d'une autre main.

79Date : vers 1300, d'origine inconnue.

80Bibliographie : O. von Heinemann, Die Handschriften der herzoglichen Bibliothek zu Wolfenbüttel, 2. Abtheilung, Die Augusteischen Handschriften, I, Wolfenbüttel, 1890.

B. Fragments

81L'œuvre scientifique de Hildegarde nous est également parvenue sous forme de fragments, dont le plus célèbre est connu sous l'appellation de « Fragment de Berlin ».

82Augsbourg (Aug)* :

83Universitätsbibliothek, Cod. III, 1, fol. 43, auparavant Schlossbibliothek Oettingen-Wallerstein de Harbourg, puis Munich, Bayerische Staatsbibliothek.

84Papier, 84 folios de 31 x 22 cm, numérotation moderne. Blancs : fol. 1v, fol. 70v-72v. Filigranes : tête de bœuf (Nüremberg, Tübingen, Tyrol, 1479-81 d'après Piccard) ; fol. 1 seulement, trois pics (« Dreiberg ») dont celui du milieu est surmonté d'une étoile au bout d'un bâton. Le premier folio a été rajouté. Un folio a été perdu entre 59 et 60.

85Texte sur une colonne ; nombre de lignes variable, 35/40 lignes en moyenne pour les pages remplies. Une seule main (bastarda), soignée, titres à l'encre rouge. Ajouts dans les marges par une main plus récente (début XVIe s.) : fol. 23r, 35r, 73r-79r.

86Titre fol. 2r : « Hienach volgt vonn dem kochen und hat gemacht meyster Eberhart ein koch herczog Heinrichs zu Landshut ».

  • 26 M.-L. Portmann fait état de cette découverte et évoque les 18 chapitres du livre des poissons, 4 d (...)

87Recueil de textes médicaux et culinaires, que le compilateur a empruntés à différentes sources, dans lequel Melitta Weiss-Amer a découvert des fragments de la Physica26 ; elle a eu la gentillesse de me communiquer ses résultats, avant parution de son article dans la revue Sudhoffs Archiv (cf. ci-dessous, Bibliographie).

88Fol. 59r-60v (recettes de cuisine d'après Meister Eberhard) : 1-23, 24 « de ansere » en allemand, chapitre 10 du livre VI « de avibus » de la Physica.

89Fol. 64r-65r « De piscibus » (Hildegarde de Bingen). Dans l'ordre : chapitres 9 à 12, 15, 17, 20-22, 24-25, 27-28, 30-34 et 36 du livre V de la Physica.

90Fol. 65v-66v « De plantis » (Hildegarde de Bingen). Chapitres 1 à 9 et 11 du livre premier de la Physica.

91Le reste du recueil se décompose comme suit d'après Karin Schneider :

92Fol. 2r : Recepta et notae : Ein purgatt zu der zeyt des herbstes fur allenn gebrechenn...

93Fol. 2r-v : Extraits du Secretum secretorum en allemand.

94Fol. 2v-3r : Prescriptions médicales (fol. 3r, 6 vers en latin).

95Fol. 3r-4v : Monatsregimen.

96Fol. 4v-32v : Recueil de recettes, allemand et latin.

97Fol. 33v-34v : Eaux médicinales.

98Fol. 34v : Six plantes médicinales, latin et allemand.

99Fol. 35r-36v : Recettes médicales contre la pierre.

100Fol. 36v-37v : « Branntweintraktat ».

101Fol. 37v : Vertus du calmus viridis.

102Fol. 38r-47v : Extraits d'Ortolf von Bayerland.

103Fol. 48r-55v : Plantes médicinales, latin et allemand.

104Fol. 56r-58v : Extraits des Problemata physica du Pseudo-Aristote.

  • 27 Je remercie Bruno Laurioux de m'avoir communiqué la photocopie de cette thèse.

105Fol. 59r-60v : Le livre de cuisine de « Meister Eberhard » (Eberhard de Landsucht, qui vécut dans la première moitié du XVe siècle) étudié par A. Feyl dans sa thèse27.

106Fol. 60v-69r : Diététique, allemand et latin.

107Fol. 69r-70r : Von den Ölen.

  • 28 Maître des écuries à la cour de Frédéric II à Naples, Albrant est l'auteur du premier traité d'hip (...)

108Fol. 73r-79r : Un traité d'hippiatrie attribué à « Meister Albrant »28.

109Fol. 79v-83v : « Livre d'onguents » (Salbenbuch) en allemand.

110Le manuscrit est d'origine inconnue et date du XVe siècle. Fol. 1r : ancienne marque de possesseur illisible. Il fut acquis en 1813 par le prince Ludwig zu Öttingen-Wallerstein (f. 1r « X ( ?) F », armes des Öttingen et année d'acquisition).

111Bibliographie : A. Feyl, Das Kochbuch Meister Eberhards, Dissert., Fribourg-en-Brisgau, 1963 ; K. Schneider, Deutsche mittelalterliche Handschriften der Universitatsbibliothek Augsburg, Die Signaturgruppen Cod.I.3 und Cod.III.l, Wiesbaden, 1988 ; M. Weiss-Amer, « Die “Physica” Hidegards von Bingen als Quelle fur das “Kochbuch Meister Eberhards” », Sudhoffs Archiv, Bd. 76, Heft 1, 1992, p. 87-96.

112Berlin (Bi)* :

113Staatsbibliothek Preussischer KulturBesitz, Lat. Qu. 674.

114Parchemin, 116 folios de 28,6 x 20,8 cm. Reliure en cuir brun d'origine française, du XVIIIe siècle. Titre : S. Hyldegar... vita et oper... (inscription fol. 1r, d'après Elias Steinmeyer et Eduard Sievers).

115Contient de nombreux écrits de et sur Hildegarde : Vita (fol. 1ra-24vb) ; Epistolae beatae virginis Hildegardis (fol. 25ra-54ra) ; l'alphabet et la langue inconnue de Hildegarde (fol. 58r-62r) ; Gebenonis prioris speculum futurorum temporum (fol. 63r-99vb) ; Quindecim signa quae evenient ante diem judicii et autres révélations attribuées à Hildegarde (fol. 99vb-102va).

116Première main : fol.1-62 et 103-116. Seconde main, un peu plus récente, fol. 63-102. Explicit fol. 102v : <Explicit prophetia hyldegardis hiis omnibus completis petit actor [sic] grates de benedictis et veniam de obmissis. Et quia difficile est invenire supra illud quod inventum est et difficilis invenire quod non est. Guillelmus de Valle scripsit>.

  • 29 H. Schipperges, « Ein unveröffentlichtes Hildegard-Fragment », Sudhoffs Archiv für Geschichte der (...)
  • 30 Hildegard von Bingen, Berliner Fragmente, übers. M.-L. Portmann, Bâle, 1987.
  • 31 P. Dronke, « Problemata Hildegardiana », p. 109.

117Initiales rouges, et même de plusieurs couleurs entre fol. 63 et 102, mais aucune rubrication fol. 103-116, c'est-à-dire dans la partie qui nous intéresse. Le texte compris entre ces folios, écrit sur deux colonnes de 34 et 35 lignes, constitue le « Fragment de Berlin » ; il s'agit d'une série hétérogène de fragments d'écrits scientifiques attribués à Hildegarde, édités par H. Schipperges en 195629 et récemment traduits en allemand30. Certaines « absurdités » qu'on peut y lire (Adam et Eve auraient parlé allemand, les anges n'auraient pas été créés) ont conduit Peter Dronke à douter de l'authenticité de ce texte et à y voir un recueil de sententiae ou d'extraits de Hildegarde contaminés par des écrits apocalyptiques31. On y reconnaît en tout cas, fol. 103ra-103va, un court passage du traité Causae et curae (p. 25-26 dans l'édition de P. Kaiser) ; la suite du fragment n'a pu être identifiée avec autant de certitude, bien que de nombreuses ressemblances avec le Causae et curae ou Le livre des œuvres divines aient été relevées.

118Le seul véritable extrait repéré comme tel commence pour sa part au milieu d'un mot et il est certain, pour E. Steinmeyer et E. Sievers comme pour H. Degering, que trois feuillets manquent entre les folios 102 et 103, c'est-à-dire après les textes copiés par un certain « Guillelmus de Valle » à la fin du XIIIe siècle (fol. 63-102) ; des traces de colle font d'autre part supposer à Degering que les feuillets 103 à 116, copiés comme les folios 1 à 62 au début du XIIIe siècle, formaient auparavant un tout relié à part ou qu'ils constituaient le début d'un autre volume.

  • 32 Cf. A. N. L. Munby, Phillipps Studies number 3, The formation of the Phillipps Library up to the Y (...)
  • 33 Cf. S. de Ricci, English Collectors of Books and Manuscripts (1530-1930) and Their Marks of Owners (...)

119Ce manuscrit, à la charnière des XIIIe et XIVe siècles, appartint à un monastère du diocèse de Trèves, d'après une inscription fol. 1r : « Liber monasterii Sancte Marie de palatolis ». Il s'agit du monastère de Pfalzel, ayant abrité des bénédictines du début du VIIIe siècle à l'an 1037, puis des chanoines réguliers jusqu'à sa destruction en 1676 par les Français. Le manuscrit se retrouva alors au Collège de Jésuites d'Agen, comme on le lit sur le même folio : « Collegii Aginn [ensis] Societ [atis] Jesu Catalogo Inscript [us] ». Il figura plus tard, sous le numéro 528 (revers de la couverture), dans le catalogue du libraire londonien Thomas Thorpe (1791-185l)32, puis passa à Sir Thomas Phillipps (1792-1872), le grand collectionneur qui l'acheta à Thorpe, au milieu d'un lot de 1600 manuscrits33, en 1836. Devenu le manuscrit « Cheltenham 9303 », il fut acheté par Sir Max Wàchter en 1895, puis offert au Kaiser Guillaume II qui en fit don à son tour à la Bibliothèque royale de Berlin en 1912.

120Bibliographie : E. Steinmeyer, E. Sievers, Die althochdeutschen Glossen, 4. Band, « Alphabetisch geordnete Glossare », Berlin, 1898, p. 413 ; H. Degering, Mitteilungen aus der königlichen Bibliothek Berlin, Heft 3, Berlin, 1917, p. 12-18.

  • 34 Ce manuscrit était encore inédit. Or, alors que je venais d'achever ce travail, j'ai appris, grâce (...)

121On n'est pas toujours aussi bien renseigné sur les fragments contenus dans d'autres manuscrits. Le premier est une traduction en allemand d'un bref fragment de la Physica figurant dans un herbier du XVe siècle dont j'ai trouvé la trace dans un catalogue des manuscrits allemands de Berlin, et auquel Carl Jessen faisait déjà allusion en 186434 :

122Berlin (Germ)* :

123Berlin, Preussische Staatsbibliothek, ms. germ. fol. 817.

124Papier, in fol., 88 folios.

  • 35 G. Pritzel, C. Jessen, Die deutschen Volksnamen der Pflanzen, Hanovre, 1882, p. 689.

125Contenu : « Herbarius » (herbier et recueil de recettes). En tête de l'ouvrage : la praefatio du « livre des plantes » de Hildegarde, traduite en allemand — « version allemande d'un manuscrit abrégé, selon Pritzel et Jessen »35 —, et un avant-propos rimé.

  • 36 Wien, Altd. 139 (2913) ; cf. H. von Fallersleben, Verzeichnis der altdeutschen Handschriflen der k (...)
  • 37 Cf. Bénédictins du Bouveret, Colophons des manuscrits occidentaux des origines au XVe siècle, Frib (...)

126Copiste : « Wilhelm Gralap » de Spire, 1456 (fol. 87v, « Explicit herbarius per manus Wilhelmi Gralap in vigilia Jacobi apostoli anno XIIII C lvi° yn Spirensis »). Le nom de ce personnage apparaît également dans l'explicit d'un manuscrit allemand conservé à Vienne36, contenant la Vie de l'Empereur Sigismond (Sigismond de Luxembourg, empereur germanique en 1411, mort en 1437) composée par Eberhard von Windeck, mort aux alentours de 1440 ; ce manuscrit aussi fut copié en 1456 par Wilhelm Gralap, à « Brochmont » (Bruchsal près de Spire ?) : « Explicit librum totum Ta michi Wilhelme de Argentinensis potum und wart ufsgeschrieben von mir Wilhelme Gralap uff Santt Kilianen tag im Brochmont Anno etc. (14) 56 »37.

  • 38 K. F.W. Jessen, Botanik der Gegenwart und Vorzeit in culturlicher Entwicklung, Ein Beitrag zur Ges (...)

127Au XIXe siècle, ce manuscrit de provenance inconnue faisait partie de l'héritage laissé par le botaniste Ernest Meyer ; sur la demande de Carl Jessen, il fut acquis par Pertz pour la Konigliche Bibliothek de Berlin38.

128Bibliographie : H. Degering, Kurzes Verzeichnis der Germanischen Handschriften der preussischen Staatsbibliothek, (Mitteilungen aus der preussischen Staatsbibliothek, VII), Leipzig, 1925, p. 114.

129Berne (Be)* :

130Burger Bibliothek, Cod. 525.

131Papier, 334 folios in-8°.

132Compilation de textes médicaux : fol. 1r-17v Liber fiducie Algafiky ; fol. 18r-23r Hyldegardis de simplicibus medicinis ; fol. 23v-27v Praecepta medica varia ; fol. 28a-188v Tractatus medicus de plantarum vi ; fol. 134r-166v Macer de herbis ; fol. 166r-170b Plantarum enumeratio cum interpretatione germanica ; fol. 171 Praecepta medica ; fol. 172r-181 v Herbarius ; fol. 181v-185v Excerpta ex Sexto philosopho de medicina animalium ; fol. 186r-205v Praecepta medica ; fol. 205 v-206v Tractatus de quattuor principalibus corporis partibus ; fol. 206v-210r Praecepta medica et excerpta varia ; fol. 210r-334v De viribus herbarum (Serapionis).

133Fol. 18r-23r = quelques chapitres de la Physica.

  • 39 Cf. A. Führkötter, M. Schrader, Die Echtheit des Schrifttums..., p. 56 : « Doctor Barbatus, der Au (...)

134Le manuscrit date du XVe siècle ; de provenance inconnue, il a appartenu à un certain « Doctor Barbatus » (intérieur de la couverture : Doctori Barbato pertinet) ; privé de ses droits de citoyenneté de Berne selon A. Führkötter et M. Schrader39, ce personnage possédait également, en 1472, l'actuel manuscrit 227 de la même bibliothèque (« grand codex in 4° du XVe siècle » selon L. Thorndike).

135Bibliographie : H. Hagen, Catalogus codicum Bernensium, Berne, 1875 ; L. Thorndike, « Some Later Medieval Medical Manuscripts at Bern and Prag », Annals of Medical History, 1936, New Series, vol. 8, p. 428.

136Fribourg-en-Brisgau (Fr)* : Universitätsbibliothek, ms. 178a.

137Papier, 15 folios de 26,5 x 19 cm. Le manuscrit a été coupé, une partie du texte perdue et la surface de l'écriture réduite à 20/20,5 x 16 cm, sur deux colonnes de 36/37 lignes.

138Fol. 1a-15ra : Hildegardis sancta : de lapidibus. Inc. : <Lapidarius Ysydori. Omnis lapis ignem et humiditatem...> Des. : <cerebrum confortat quia de effluente sa(n)guine debilitatum est>. Sont reproduits ici les chapitres 1 à 23 du livre des pierres, qui occupent les colonnes 1247 à 1265 de la Physica dans la Patrologie latine.

139L'ensemble a été copié vers 1390-1400 par une même main, d'origine germanique si l'on en croit la dernière phrase du fol. 15v, dont le début a été coupé : « und ich weiss nit wie sy mich lie ».

140Bibliographie : W. Hagenmeier, Kataloge der Universitätsbibliothek Freiburg im Breisgau, Band 1, Teil 1, « Die lateinischen mittelalterlichen Handschriften der Universitâtsbibliothek », Wiesbaden, 1974, p. 169.

  • 40 Cf. L. Moulinier, « Fragments inédits de la Physica : contribution à l'étude de la transmission de (...)

141Enfin, les bourses d'études de l'Ecole française de Rome m'ont permis d'effectuer des recherches en Italie et d'identifier des extraits de la Physica dans trois manuscrits actuellement conservés dans le fonds palatin de la Bibliothèque vaticane, que nous appellerons Pal 1, Pal 2 et Pal 3. Deux d'entre eux ont été édités par mes soins dans les Mélanges de l'Ecole Française de Rome40, et les deux autres sont transcrits ici en annexe.

142Vatican (Pal 1) :

143Biblioteca Apostolica Vaticana, Pal. lat. 1207.

  • 41 Né vers 1382, Gérard Hohenkirchen fut bachelier ès arts à Erfurt et étudia à Prague ; recteur de l (...)

144Papier, 148 + II folios de 21 x 15 cm. Cursive courante, rubrication peu abondante. Copiste : Gerhard von Hohenkirchen (autographe fol. 2v), maître ès arts et docteur en médecine (fol. 8v : « 1418 Gherardus de Hohenkirchen magister arcium et doctor medicine »41). Fol. 1r : cote et notice du XVIIe siècle, « statuta medicina colunum » (sic).

145Recueil contenant : les statuts de la faculté de médecine de Heildelberg, fol.2v-7r ; la liste des recteurs de l'université de Cologne (1389-1418), fol. 7v-8r ; des « notata et excerpta », fol. 11r-13v ; « le médecin et l'art de la médecine d'après le canon », fol. 14 ; « de leprosis examinandis », fol. 15r-16v ; « Gerardus de Hohenkirchen, metrum de accidenti et morbo Galeni », fol. 18r-59r.

146La suite du manuscrit est un recueil de très nombreux extraits d'œuvres médicales dues à différentes autorités (Galien, Hippocrate, Avicenne, Albertus, Petrus Hispanus, Platearius, Rasis, Gariopontus Salernitanus, etc.), dont Hildegarde.

147Fol. 65v : « Hildegardis » d'après L. Schuba. En fait c'est elle aussi qui se cache derrière la rubrique « Empirica » du fol. 64r : de courts extraits de treize chapitres du livre des plantes, trois du livre des arbres, cinq du livre des pierres et deux du livre des animaux, en tout vingt-trois recettes nommément attribuées à Hildegarde s'y succèdent.

148Originaire de Heidelberg, ce volume date du XVe siècle, au moins dans sa première partie ; on lit ainsi, fol. 59r : « Explicit... metrum factum anno 1447 die 28 aprilis per G(herardum) de H(onkirchen) ».

149Bibliographie : Bibliotheca Palatina, Katalog zur Ausstellung vom 8. Juli bis 2. November 1986, Heiliggeistkirche Heidelberg, Textband herausgegeben von E. Mittler in Zusammenarbeit mit W. Berschin, J. Miethke, G. Seebaß, V. Trost, W. Werner, Heidelberg, s. d., p. 63 ; L. Schuba, Die medizinischen Handschriften der Codices Palatini Latini in der Vatikanischen Bibliothek, Wiesbaden, 1981, p. 192 (Katalog der Universität Heidelberg, Band I).

150Vatican (Pal 2) :

151Biblioteca Apostolica Vaticana, Pal. lat. 1216.

152Papier, 21x15 cm, 268 + II folios. Blancs : fol. 261-268.

153Recueil latin-allemand de médecine (inscription du XVIe siècle, fol. ar, « Experimenta ad varios morbos collecta ex diversis authoribus ») contenant des extraits de Vindicianus, Cophon, du Pseudo-Hippocrate, de Jean de Parme, Bernard de Gordon, Arnaud de Villeneuve, etc. Copistes : Nicolaus Hasel, curé de Pfiffligheim près de Worms (fol. 97r, finitum anno domini 1445° in die Nazarii per manum Nicolai Hasel plebani in Peffelkeim  ; fol. 252v,... anno domini 1480 pridie Margarethe virginis Nicolaus Hasel subscripsit) ; Johannes Ceci :...qui scripsi expertus sum LXXXIIII (1484) Johannes Ceci, fol. 78r.

154Au sein de ce recueil, les folios 91 à 95 se présentent comme un ensemble cohérent et isolé, où deux mains se succèdent : le folio 90v est vierge, le folio 95v ne porte que des traces d'essais de plumes (In nomine domini Amen...) et l'on a trace d'un feuillet coupé entre les folios 90 et 91. Une première main a copié huit recettes à base de vin, peut-être d'après Arnaud de Villeneuve, au recto du fol. 91 (Inc. : Vinum gramineum fit de radicibus... Des. : Vinum nobilissimum quod stringit fluxum et confortat fit de suco aconitorum et depurato cum vino et aqua rosata) ; mais c'est une autre main, inconnue par ailleurs dans le reste du recueil, qui a copié aux folios 91v-95 (à l'encre marron et sur une seule colonne également mais d'une écriture plus grosse), 42 recettes médicales sans nom d'auteur, dont 10 de médecine vétérinaire. Ces 42 recettes ne sont autres que des extraits de 37 chapitres de la Physica. Inc. : Si boves aut oves aliquid mali comederint. Des. : et hoc oculos velut optimum colirium clarificat et conservat. L'identité du copiste, l'origine et la date d'exécution de ce fragment sont malheureusement inconnues.

155La première partie du recueil (fol.1-107) daterait de la fin du XIVe siècle (fol. 51v, conscriptus in Schafhusen die Agnetis anno 1389°) avec des ajouts du XVe siècle dus notamment à N. Hasel et J. Ceci ; la seconde (fol. 108-260) daterait pour sa part de la deuxième moitié du XVe siècle et proviendrait de la région de Worms (fol. 224r : ...datum per magistrum montani de Wormacia qui habuit illo a domicello de Lutzenburg).

  • 42 L'actuel ms. Pal. lat. 311 (XIIe siècle).

156Le manuscrit fut la propriété de Nicolaus Hasel entre 1445 et 1480, puis de Johannes Ceci à partir des années 1480 ; il eut ensuite pour possesseur le comte palatin Ottheinrich (1502-1559), qui possédait également un manuscrit du Scivias de Hildegarde42, et qui fit relier l'actuel ms. Pal. lat. 1216 en 1556 : une gravure le représente sur la reliure, avec les initiales O[tt] H[einrich] C[omes] P[alatinus].

157Bibliographie : L. Schuba, Die medizinischen Handschriften der Codices Palatini Latini in der Vatikanischen Bibliothek, p. 210-218.

158Vatican (Pal 3) :

159Biblioteca Apostolica Vaticana, cod. Pal. lat. 1144.

160297 + 20 + XIV folios de 20,5 x 15,5 cm : papier fol. 1-296, parchemin fol. 297-316.

161Ce recueil emprunte à de nombreux auteurs scientifiques (Isidore, Arnaud de Villeneuve, le Pseudo-Albert, Thomas de Cantimpré, Rhazès, etc.). La première partie (fol. 1-296) rassemble des cahiers d'origines variées, copiés par différentes mains ; elle est originaire de Heidelberg, et daterait de la deuxième moitié du XVe siècle ; la seconde partie en revanche, constituée de deux quinions de parchemin, remonte au XIVe siècle et est due à une seule main, qui y a copié des textes philosophiques.

  • 43 Pour plus de détails sur la riche biographie de ce personnage, on consultera l'article de C. Jeudy(...)

162Un des copistes de ce manuscrit est bien connu : il s'agit d'Erhard Knab (Zwiefalten, 1420-Heidelberg, 1480), médecin et professeur de médecine à l'université de Heidelberg, ville dans laquelle il s'était établi dès la fin des années 1430 pour entamer d'abord un cursus à la faculté des arts43. On connaît aujourd'hui une vingtaine de manuscrits lui ayant appartenu, qu'il légua à l'université après sa mort : la plus grande partie se compose de manuscrits de médecine écrits en partie par ses soins, le reste consiste en manuscrits copiés pour lui. Le ms. Pal. lat. 1144 contient ainsi des textes que Knab a dû acheter non reliés, pour les faire relier plus tard avec les textes de sa main, qui figurent par exemple aux folios 166r-188r, 190r-200v, 201v-215v ou 240r-244r.

163Il a copié également les folios 128v-129r, qui suivent dans le recueil les Tabulae salernitanane sive compendium magistri Salerni cum apparatu Johannis de Sancto Paulo (fol. 86r-127v). Le folio 128r est vierge, comme les folios 129v-132, et le texte dû à Knab est écrit sur une seule colonne, comprenant 31 lignes au fol. 128v et 20 au fol. 129r. Inc. : Filix calida et sicca valde hominem preservat... Des. : ... iterum in felle intingat. Il s'agit en fait d'extraits anonymes de six chapitres du livre premier, « des plantes », de la Physica de Hildegarde, à savoir, dans l'ordre, les chapitres 47 (« De Farn »), 57 (« De Winda »), 114 (« De Agrimonia »), 121 (« De Nachtschade »), 122 (« De Ringula ») et 172 (« De Fungis »).

164Bibliographie : L. Schuba, Die medizinischen Handschriften der Codices Palatini Latini in der Vatikanischen Bibliothek, p. 95-100.

2. Données et inconnues

  • 44 Hildegard von Bingen, Heilmittel, 1. Lieferung, Buch 3 von den Baümen, Bâle, 1984, p. i : « Die Ed (...)

165Outre les fragments que nous venons d'énumérer, nous disposons donc d'un corpus constitué d'un manuscrit du Causae et curae que, faute de point de comparaison, nous ne saurions qualifier de complet, de cinq manuscrits de la Physica et d'une édition princeps de ce texte si différente des manuscrits subsistants que M.-L. Portmann suppose qu'elle fut établie d'après un manuscrit X aujourd'hui disparu44. Le problème se complique encore si l'on suppose avec elle l'existence d'un manuscrit Y, d'où proviendraient en grande partie à la fois le traité Causae et curae et l'édition de la Physica établie par Schott (que, par la suite, nous appellerons E par commodité). Pour tâcher d'y voir un peu plus clair, un bref retour en arrière s'impose.

  • 45 P. Riethe, Naturkunde, p. 170 : « Er zeigte, dass die Mehrzahl der bisher als Zusatze von fremder (...)
  • 46 Cf. Hildegard von Bingen, Heilmittel, 1. Lieferung, p. i : « Entgegen dem was man bisher annahm, h (...)

166Lorsque Paul Kaiser édita le Causae et curae, il remarqua plusieurs passages communs à cet ouvrage et à la Physica de Migne, signala ces similitudes par des notes en bas de page et en conclut que le manuscrit de Paris contenait nombre de recettes empruntées au manuscrit de Copenhague et à d'autres sources. A sa suite, M. Schrader et A. Führkotter affirment que le manuscrit P rassemble des textes dispersés dans le manuscrit Cop, et P. Riethe rappelle que l'on doit à Kaiser d'avoir montré que la plupart des passages du « Livre de simple médecine » considérés jusqu'alors comme « des ajouts étrangers à Hildegarde », « confirmaient en fait son autorité » dans la mesure où ils s'avéraient autant d'emprunts au « Livre de médecine composée »45. A y mieux regarder, selon M.-L. Portmann, de longs passages du texte édité par Kaiser ne figurent que dans l'édition de 1533 : la moitié des livres 3 et 4 du Causae et curae s'y retrouve ainsi à l'identique ou peu s'en faut. Ces parallèles s'expliqueraient si l'on suppose que les passages du Causae et curae contenus dans E sont tirés d'un manuscrit différent de celui de Copenhague. On aurait par conséquent, contrairement à ce que l'on imaginait jusqu'alors, deux sources manuscrites différentes pour le traité Causae et curae : Cop d'une part et Y d'autre part, disparu ou inconnu de nos jours, mais partiellement reproduit par E46. Autant d'hypothèses qui nous invitent à nous pencher de plus près sur l'histoire ou les histoires du manuscrit Cop, qui est au cœur du problème du destin des manuscrits scientifiques de Hildegarde.

  • 47 Catalogus codicum latinorum medii aevi Bibliothecae regiae Hafniensis, p. 444.
  • 48 Un premier catalogue du XIIe siècle en énumérait 150, dont 68 se retrouvent dans la liste de 1393, (...)
  • 49 Cf. Keuffer, « Bücherei und Bücherwesen von S. Maximin im Mittelalter », Jahresbericht der Gesells (...)
  • 50 H. Schipperges, Heilkunde, p. 41.
  • 51 Cf. J. Montebaur, « Studien zur Geschichte der Bibliothek der Abtei St. EuchariusMatthias zu Trier (...)
  • 52 Cf. E. Wickersheimer, Dictionnaire biographique des médecins en France au Moyen Age, t. II, p. 694 (...)
  • 53 Son style clair, dénué de toute lourdeur scolastique et l'absence de sources arabes parlent en fav (...)
  • 54 K. Sudhoff, « Salerno, Montpellier und Paris um 1200 », Archiv für Geschichte der Medizin, 20, 192 (...)
  • 55 E. Wickersheimer reproduit l'introduction figurant au folio 37 de ce manuscrit : Continet igitur p (...)

167Ce manuscrit fut, on l'a dit, la propriété du monastère Saint-Maximin de Trèves, d'après deux inscriptions sur le premier folio : en haut « R. 5. Codex monasterii sancti Maximini prope Treverim siti » d'une main du XIVe siècle et, dans la marge inférieure, « Ex libris imperialis monasterii sancti Maximini », datant vraisemblablement du XVIe siècle selon E. Jørgensen47. L'inventaire de la bibliothèque de cette abbaye établi en 1393 du temps de l'abbé Rorich mentionne effectivement, en seizième position sur une liste de 158 volumes48 : « Item de medicina sancte Hildegardis in uno volumine », sans indication de titre49. A vrai dire, cette absence n'a rien de très étonnant si l'on se rappelle, avec H. Schipperges, que « Beate Hildegardis cause et cure » n'est pas réellement le titre de l'œuvre, mais l'abréviation de la formule par laquelle le copiste en avait dans un premier temps indiqué le contenu, de causis, signis atque curis aegritudinum50 ; or on trouve un ouvrage de causis, signis et curis frequentium et curabilium morborum, rangé dans la catégorie des medicinalia dans une liste de livres contemporaine de l'inventaire dressé à Saint-Maximin en 1393, celle de l'abbaye voisine Saint-Matthias de Trèves51 ; mais c'est à un certain « Richardus Anglicus » et non à Hildegarde, qu'il est associé. On sait peu de choses sur l'identité de ce « Richardus Anglicus » ; on a proposé d'y voir Richard de Wendover, médecin du pape Grégoire IX, mort en 125252, mais il semble préférable de le tenir pour un auteur du XIIe siècle ayant vécu en France53. Il a apparemment commenté des œuvres du médecin Gilles de Corbeil54, et composé lui-même un Micrologus, rédigé à la requête d'un Français. Cette œuvre se divisait en cinq traités qui nous sont tous parvenus séparément : d'après E. Wickersheimer, le premier traité, de causis et signis et curis passionum dit aussi Practica, est conservé dans le ms. lat. 6957 de la Bibliothèque nationale de France, fol. 37-5155. Peut-être y a-t-il un lien à faire entre la structure de cette œuvre et l'appellation sous laquelle elle est citée à Saint-Matthias d'une part, et le Causae et curae de Saint-Maximin et sa division en cinq livres d'autre part.

  • 56 Cf Keuffer, p. 59
  • 57 Cf. Kl. Löffler, Deutsche Klosterbibliotheken, p. 194 : « Die Ausnutzung der Bibliothek für gelehr (...)
  • 58 Cf. L. Schuba, Die medizinischen Handschriften der Codices Palatini latini in der Vatikanischen Bi (...)
  • 59 L. Schuba, p. XXVI.
  • 60 Cf. supra, chap. I, note 13.
  • 61 L. Schuba, Die medizinischen Handschriften der Codices Palatini in der Vatikanischen Bibliothek, p (...)

168Mais revenons au manuscrit de Copenhague dont la trace se perd à première vue jusqu'au XIXe siècle. De fait, rien, à part l'inscription du premier folio dont la datation est imprécise, n'atteste la présence de notre manuscrit au XVIe siècle dans la bibliothèque de Saint-Maximin : nous n'en avons aucun catalogue pour cette époque et deux incendies, en 1522 et en 1552, la détruisirent ou l'endommagèrent en grande partie56 ; on sait toutefois qu'à partir du XVe siècle, elle fut exploitée par des savants désireux de promouvoir la publication de sources et les recherches érudites tels Nicolas de Cuse (1401-1464) ou Trithemius, et qu'en 1593 elle fut réorganisée par le moine Nikolaus Petreius, qui dota les manuscrits d'ex-libris et de numéros prouvant, d'après Klaus Loffler, que la bibliothèque en comptait au moins 239 à cette époque57. Mais nul document ne vient nous garantir que la « médecine » de Hildegarde en faisait encore partie. Il semble en revanche qu'un de ses manuscrits se trouvait à Heidelberg au XVe siècle. Le 18 décembre 1438 en effet, le recteur de l'université de Heidelberg, Johannes Rybeisen von Bruchsal, accuse bonne réception des livres légués à la bibliothèque de l'église du Saint-Esprit (reliée à l'université comme le sera celle du Collegium Dionysanum, fondé en 1452 en lieu et place de l'ancienne Domus pauperum58) par le Prince Electeur Ludwig III, mort en 1436. Dans la liste qu'il établit des 55 livres reçus figure, sous le numéro 37, Item summa Hildegardis de infirmitatum causis et curis in uno volumine cuius primum folium incipit >Deus ante creationem mundi< penultimum vero incipit>qui et quarta<.59 L'incipit en est le même que notre manuscrit Cop, mais l'explicit en diffère. A ce stade de notre enquête, il serait tentant de reconnaître dans l'item no 37 de la liste de Heidelberg l'unique manuscrit actuellement subsistant du Causae et curae : la différence d'explicit ne suffirait en effet pas à elle seule à prouver qu'il s'agit de deux manuscrits différents puisque la Summa de Heidelberg aurait pu représenter une version antérieure à celle dont nous disposons, avant, par exemple, l'ajout du « livre 6 » que suppose H. Schipperges60. Un même manuscrit aurait-il fait en quelque sorte l'aller-retour entre Trèves et Heidelberg entre la fin du XIVe siècle et le XVIe siècle, époques auxquelles remontent respectivement sa mention dans le catalogue de la bibliothèque de l'abbaye et l'ex-libris de la marge inférieure du premier folio ? La trace de la Summa Hildegardis ayant appartenu à Ludwig III et attestée en 1438 se perd en effet presqu'aussitôt : d'après L. Schuba, cette « somme » médicale connut le même sort qu'un grand nombre des 55 volumes recensés en 1438 par Johannes Rybeisen von Bruchsal sous la rubrique « in medicina », et tenus aujourd'hui pour perdus : en 1466 l'œuvre médicale de Hildegarde ne fait déjà plus partie, ainsi que dix-huit autres volumes, des livres de la bibliothèque de l'église du Saint-Esprit dont l'université de Heidelberg établit alors un registre et au total, 23 des manuscrits de la liste de 1438, parmi lesquels la Summa Hildegardis, ont aujourd'hui disparu de la circulation, sans qu'on puisse s'expliquer pourquoi61.

  • 62 Ibidem, p. XXVIII.
  • 63 M. Manitius, Geschichte der lateinischen Literatur des Mittelalters, p. 234 (Richer de Senones en (...)

169On voit mal toutefois comment et pourquoi un même manuscrit aurait quitté Saint-Maximin pour rejoindre la bibliothèque du Prince Electeur après 1393 et avant 1436, puis quitter la bibliothèque de l'université de Heidelberg entre 1438 et 1466 pour se retrouver dans son monastère d'origine au XVIe siècle, sans garder une trace, en l'espace de deux siècles, d'autres possesseurs que l'abbaye de Trèves. Affaiblie par le manque de vraisemblance de cet aller-retour imaginaire, l'hypothèse d'une identité à établir entre Summa Hildegardis et manuscrit de Copenhague achève de se briser si l'on reconsidère la question de leur explicit : la lecture du microfilm du Causae et curae ne m'ayant pas permis de repérer la formule « qui et quarta » au début d'un de ses folios, il faut tenir l'actuel codex de Copenhague et celui qui se trouva à Heidelberg en 1438 pour deux manuscrits distincts dont seul le premier a survécu, et déplorer avec L. Schuba la perte de la Summa Hildegardis62. Ce qui porte selon toute apparence à trois, outre l'original vu par Trithemius au Rupertsberg, le nombre d'exemplaires du Causae et curae dont l'existence est attestée au Moyen Age, si l'on considère, avec Max Manitius, que l'ouvrage vu à Strasbourg par Richer de Senones au XIIIe siècle était bien un « livre de médecine composée », différent de celui qui se trouvait à Saint-Maximin en 139363.

  • 64 Analecta sacra, éd. J.-B. Pitra, t. VIII, « Prooemium », p. xxi.
  • 65 Cf. L. Traube, « Bibliotheca Goerresiana », Neues Archiv der Gesellschaft für ältere deutsche Gesc (...)
  • 66 E. Jørgensen renvoie, à ce propos, à une liste des manuscrits de Görres établie par Fr. Schillmann (...)
  • 67 J. von Görres, Die christliche Mystik, 4 Bde, Ratisbonne/Landshut, 1836-1842, t. 2 (1837), p. 151- (...)
  • 68 Cf. supra, note 3.
  • 69 Cf. Catalogue of the Library of Doctor Kloss of Franckfort, which will be sold by auction by Mr So (...)
  • 70 Cf. Physica, PL 197, « Prolegomena et adnotationes », col. 1121-1122 (Ces livres intitulés « de la (...)
  • 71 Cf. supra, chap. I, note 6.

170Si ce manuscrit est pour sa part celui qu'édita Kaiser en 1903, on peut dès lors retracer son histoire comme suit : on est sûr qu'il se trouvait à Saint-Maximin aux XIIIe, XIVe et XVIe siècles, et vraisemblablement aussi au XVe, époque à laquelle, d'après le cardinal Pitra64, une main y ajouta des chiffres arabes et un index. On ignore tout de lui au XVIIe et au XVIIIe siècle et il est probable qu'il ne quitta son monastère d'origine qu'après la sécularisation de 1802 — à moins que ce ne fût entre 1794 et 1802, comme le pense L. Traube65. Il vint en effet ensuite grossir, avec d'autres manuscrits du même monastère, la collection du publiciste Johann Joseph von Görres (1776-1848)66, qui consacra quelques pages de sa Christliche Mystik à Hildegarde67. Puis le manuscrit fut la propriété du docteur Georg Kloss, de Francfort, dont l'ex-libris orne l'intérieur de la couverture. Kloss possédait également, sous le nom de Hildegardis Pentachronon seu Speculum quinque futurorum temporum collectore ex scriptis Hildegardis Gebeno priore in Suerbach (sic) un exemplaire de la compilation des écrits théologiques de Hildegarde réalisée au XIIIe siècle par Gebeno68. Ces deux ouvrages furent vendus à Londres chez Sotheby en 1835, le premier au prix de 3 livres et 3 shillings : le manuscrit du Causae et curae qui nous intéresse portait, dans le catalogue de la bibliothèque de Kloss, le no 4597 et le titre erroné de Hildegardis (Beate) Cause et Curiae69. Lorsqu'en 1855 Daremberg et Reuss éditèrent le manuscrit BNF lat. 6952, l'existence de l'ancien manuscrit de SaintMaximin leur était encore inconnue, et ils présentèrent le manuscrit de Paris comme contenant à la fois la médecine simple et la médecine composée de Hildegarde70. Quatre ans plus tard, c'est à Carl Jessen qu'il échut de reconnaître le liber compositae medicinae de Hildegarde parmi les manuscrits de la Bibliothèque royale de Copenhague, et de le sauver de l'oubli en publiant les résultats de ses recherches en 186271.

  • 72 Références chez Migne des chapitres dont des extraits se suivent dans le ms. Pal. lat. 1207 (le ch (...)

171Ce détour par les siècles et par Heidelberg nous aura fourni trois informations : il semble tout d'abord qu'au moins quatre exemplaires du « Livre de médecine composée » aient existé au Moyen Age et d'autre part que la forme sous laquelle il nous est parvenu diffère de sa forme initiale ; enfin les deux pans de l'œuvre scientifique de Hildegarde se trouvaient apparemment à Heidelberg au XVe siècle. En effet, aucune des recettes que j'ai pu identifier dans le manuscrit Pal 1 qui y fut copié ne figure dans le Causae et curae ; le texte de Pal 1 n'a donc probablement pas été puisé dans la Summa Hildegardis attestée à Heidelberg à la même époque, mais bien plutôt dans une version de la Physica sans doute proche de celle que publia Migne, puisque les extraits de la médecine de Hildegarde qui se succèdent dans le ms. Pal. lat. 1207 reproduisent (à deux exceptions près) l'ordre des livres et, à l'intérieur de chaque livre, la succession des chapitres que nous connaissons d'après la Patrologie latine72.

  • 73 Voir par exemple A. Führkötter, M. Schrader, Die Echtheit des Schrifttums..., p. 57 : « bemerkenwe (...)

172Deux brèves recettes de ce manuscrit (l'une à base de sardoine, l'autre à base de souris, fol. 65 v) manquent dans les trois textes édités dont nous disposons mais se trouvent en revanche dans un des manuscrits que j'ai eu l'occasion d'examiner, celui de Florence. A ce stade de notre recherche sur les rapports liant Physica, Causae et curae et édition de 1533, ces deux courts extraits apparemment anodins nous fournissent l'occasion de donner une nouvelle impulsion et peut-être une nouvelle orientation à notre recherche. On admet aujourd'hui que Physica et Causae et curae entretiennent des rapports non de stricte complémentarité comme le laissait entendre l'opposition de la médecine simple et de la médecine composée dans certains de leurs titres, mais d'inclusion, et on a considéré jusqu'ici que la Physica se serait nourrie d'emprunts au Causae et curae : de fait si les deux œuvres sont vues comme perméables l'une à l'autre par la plupart des chercheurs qui se sont penchés sur l'œuvre scientifique de Hildegarde et la question des interpolations qu'elle a pu subir, c'est toujours la première qui fait figure d'emprunteuse à leurs yeux73. Or il s'agit là bien souvent d'une simple pétition de principe.

173Je ne rejette certes pas l'idée selon laquelle la Physica aurait été augmentée et modifiée par des ajouts sur lesquels je me propose de revenir ultérieurement. Il faut bien voir toutefois que le Causae et curae forme une œuvre beaucoup moins homogène, assez décousue et certainement pas d'un seul tenant, elle non plus : un rapide coup d'oeil, dans l'édition de Kaiser, sur les passages signalés par une croix (†) comme des ajouts postérieurs suffit pour s'en rendre compte. Le traité Causae et curae a-t-il eu le bénéfice de l'unicité et de l'ancienneté de son manuscrit, pour que la relation emprunteur/emprunté ait toujours été envisagée dans un sens défavorable à la Physica ? Toujours est-il qu'un manuscrit de cette dernière permet de concevoir un renversement de situation. Le manuscrit F, légèrement postérieur à Cop mais assez ancien si on le compare à la triade du XVe siècle formée par B, P, et V, — la fiabilité d'un manuscrit n'étant pas de toute façon proportionnelle à son ancienneté — pourrait en effet, d'après l'étude que j'en ai menée, être une source commune au Causae et curae et à l'édition de Schott, c'est-à-dire correspondre au manuscrit Y de M.-L. Portmann, tout en étant un manuscrit de la Physica à part entière. Certes cette hypothèse, qui prend le contrepied du raisonnement communément admis, pourrait être renversée à son tour ; on pourrait ainsi objecter que là où je vois un seul texte se retrouvant intégralement ou partiellement dans trois éditions, il pourrait s'agir d'une compilation assemblant les trois écrits d'origine différente que sont Liber subtilitatum, Causae et curae et Physica de Schott. Jeu circulaire du pro et contra auquel seule une preuve de l'antériorité d'un texte par rapport à un autre pourrait mettre fin ; or nous n'avons aucun manuscrit du XIIe siècle... La leçon du manuscrit Ashb. 1323 d'une part, ainsi que les nombreux parallèles que, poursuivant et élargissant la comparaison de Physica et Causae et curae entreprise par Kaiser, j'ai pu d'autre part repérer entre ces deux textes, l'édition princeps et le manuscrit F, me semblent toutefois susceptibles d'apporter ce début de preuve et d'orienter différemment ce débat qui ressemble au problème de la poule et de l'œuf.

3. Liens de parenté

  • 74 Cf. Relazione alla camera dei deputati e disegno di legge per l'acquisto dei codici appartenenti a (...)
  • 75 L. Delisle, « Notices sur les manuscrits du fonds Libri conservés à la Laurentienne à Florence », (...)
  • 76 L. Delisle, « Traités divers sur les propriétés des choses ». Histoire littéraire de la France, vo (...)

174L'attribution à Hildegarde du manuscrit F remonte à quelques années seulement : lorsqu'en 1884 le gouvernement italien se porta acquéreur de la collection de Lord John Ashburnham (1797-1878), une liste en fut établie, où notre manuscrit figure sous le no 1248 avec ces simples mots : Tractatus de natura rerum. Cod. membr. in fol. XIV sec.74. Deux ans plus tard, Léopold Delisle s'y intéressa et en donna une description détaillée, sans pour autant pouvoir en reconnaître l'auteur ; sous le numéro 1323, c'est bien notre manuscrit qu'il présente comme un « volume in folio en parchemin du commencement du XIVe siècle venu de Saint-Matthias de Trèves et ayant appartenu à Huzard », « traité de philosophie naturelle dans laquelle se trouvent beaucoup de mots allemands »75. Un peu plus tard il ajoute que c'est la présence de ces nombreux termes allemands qui le décide à attribuer à l'Allemagne, sans l'identifier, cette « compilation qui nous a été conservée dans le ms. 1323 de Libri »76, dont il cite scrupuleusement l'incipit et les subdivisions.

  • 77 Cf. Catalogue des livres, dessins et estampes de la bibliothèque de feu M. J.B. Huzard, 1ère parti (...)
  • 78 Cf. The Libri manuscripts, Catalogue of the extraordinary collection of splendid manuscripts forme (...)

175Né en 1755 d'une famille exerçant la maréchalerie depuis plusieurs générations, Jean-Baptiste Huzard avait commencé à l'âge de seize ans à acheter des livres ayant trait à l'étude des animaux ; à sa mort, le 30 novembre 1839, il laissait une bibliothèque de plus de 40 000 volumes. Lorsque cette immense collection fut dispersée en 1843, l'aventurier et bibliophile très particulier qu'était Guglielmo Libri Carrucci Dalla Sommaia (1803-1869) devait recueillir au moins trois de ses manuscrits et leur assigner de nouveaux numéros : ainsi le volume cité sous le numéro 1517 dans la première partie du catalogue de Huzard (consacrée à l'« histoire naturelle » et aux « sciences accessoires ») était-il devenu le manuscrit Libri 132377. On sait que Lord Ashburnham avait acheté une partie importante de sa collection de manuscrits (1923 volumes) à Libri en 1847. Néanmoins l'actuel manuscrit de Florence ne faisait pas partie de ce lot important et fut manifestement acheté plus tard par Lord Ashburnham, entre 1859 et 1878. En effet lorsque la collection de Libri fut vendue chez Sotheby en 1859, il figurait parmi les volumes mis en vente ; rebaptisé De natura animalium, il attira l'attention des auteurs du catalogue par sa bigarrure linguistique : « On trouve dans l'œuvre de natura animalium, écrivent-ils, de très curieuses descriptions : de unicorno, de onagro, de castore, etc. Mais la partie la plus intéressante de ce volume est sans doute les varia vocabularia latino-germanica qui y sont contenus. »78

  • 79 Le Père Paulus Becker (cf. supra note 8) ; Danielle Delley rapporte ainsi l'événement : « Tout réc (...)
  • 80 Liste reproduite par J. Montebaur, « Studien zur Geschichte der Bibliothek der Abtei St.Eucharius- (...)
  • 81 Fondé au début du VIIIe siècle, le monastère Saint-Euchaire de Trèves changea de nom au XIIe siècl (...)
  • 82 Aujourd'hui à Gand, Bibl. de l'université, ms. 241, sous le titre original de « de operatione Dei  (...)
  • 83 Bernkastel-Cues, cod. 63.

176Ironie de l'histoire ? C'est grâce à un religieux de l'abbaye SaintMatthias de Trèves79, où ce codex se trouvait cinq ou six siècles plus tôt, qu'il est sorti de l'anonymat et que nous pouvons y reconnaître la Physica et plus encore. Nous ignorons en revanche largement son histoire : il semble qu'il ait quitté son monastère d'origine assez tôt, si l'on en croit l'inscription attestant la transaction entre les « chirurgiens » Guido et Guillelmus en 1384. Sort d'autant plus singulier que les trois autres « grandes œuvres » de Hildegarde, Scivias, Livre des mérites de la vie et Livre des œuvres divines comptaient bel et bien, d'après une liste établie au XIVe siècle80, parmi les livres de Saint-Matthias-Saint-Euchaire à cette époque81 : le Livre des œuvres divines qui s'y trouvait n'était autre que l'original écrit au Rupertsberg entre 1163 et 117482 et le Scivias actuellement conservé à Cues83 avait été copié à Saint-Matthias en 1210 par le moine Otto à la demande de l'abbé Gottfried — que nous avons déjà rencontré —, comme son explicit le donne à lire.

177Reprenons, pour donner un aperçu de la richesse du manuscrit F, les deux remèdes à base de sardoine et de souris qui se présentent ainsi au folio 65 v du manuscrit Pal 1 :

Contra fortes febres bibe urinam... in qua jacuit sardius lapis et hoc fac per III dies (contre de fortes fièvres bois l'urine dans laquelle a trempé une sardoine et fais cela pendant trois jours).

178Et :

Et si abhorret murem tunc eum impone in aliquam pelliculam et constringe ut sic moriatur. Tunc muri abiecto claudi pelliculam ne aer vel ventus eam tangat et ita repente locum quem mus moriendo tetigit applica. (Et si la souris lui fait horreur, mets-la dans une peau et serre jusqu'à ce qu'elle meure. Puis, après avoir jeté la souris, ferme cette peau afin que ni l'air ni le vent ne la touchent, et applique tout de suite l'endroit que la souris a touché en mourant).

  • 84 Le Livre des subtilités des créatures divines, vol. 1, p. 245-246.

179Le chapitre 7 du livre des pierres (IV) et le chapitre 39 du livre des animaux (VII) ne mentionnent rien de tel chez Migne, et donc dans le manuscrit de Paris. Pourtant la trace d'un manque dans le texte est manifeste dans le chapitre « de la sardoine », comme on en jugera par le passage que je souligne dans les lignes qui suivent, où force m'est, pour la validité de la démonstration, de citer ce chapitre depuis son début, dans la traduction de Pierre Monat84.

  • 85 Texte latin dans PL 197, col. 1254 D-1255 A : Sardius post meridiem crescit inundatione pluviarum, (...)

La sardoine se développe après midi, à la montée des eaux, lorsque, à l'automne, les feuilles des arbres sont tombées, c'est-à-dire quand le soleil est bien chaud et l'air bien froid, et que le soleil le réchauffe de son rougeoiement. Et c'est pourquoi, faite d'air et d'eau, elle est toute pure, et détourne, par sa vertu, toutes les attaques des maladies. Si on souffre, dans sa tête, de plusieurs maladies et faiblesses, au point de devenir comme fou, il faut mettre une sardoine sur sa nuque, dans son bonnet, avec un linge ou une bourse de cuir ; puis il faut dire : « De même que Dieu a rejeté le premier ange dans l'abîme, que de même il écarte de toi, N..., cette folie, et qu'il te redonne une bonne connaissance ». Et on sera guéri. Si on a l'ouïe gênée par quelque maladie, il faut tremper cette pierre (la sardoine) dans du vin pur, puis la recouvrir, encore humide, d'un linge léger, l'introduire dans l'oreille qui est sourde et placer, par-dessus le linge, à l'intérieur, une étoupe très légère. La chaleur de la pierre entrera dans l'oreille. On fera cela très souvent et on retrouvera l'ouïe. Si quelqu'un souffre de la jaunisse, il lui faut, pendant la nuit, procéder de la même façon que j'ai dit plus haut, avec une sardoine et de l'urine ; qu'il prononce également les paroles susdites et cela pendant trois nuits et il guérira85.

180Comment comprendre à quoi se réfèrent les formules « comme j'ai dit plus haut » et « les paroles susdites », sinon en imaginant que le texte du manuscrit de Paris présente une lacune par rapport à un texte antérieur ? Le manuscrit F permet de combler cette lacune puisqu'on y lit, fol. 52r :

  • 86 Mot dont il n'existe pas de traduction littérale et qui, également sous la forme ridde ou ridden d (...)
  • 87 Mot par lequel Hildegarde désigne la jaunisse, « Gelbsucht » en allemand.

Et si quis fortissimas febres in se habet, de quibus acuta et riddo86, ac omne malum in homine facile crescit ita quod etiam cutis eius exterius incalescere incipit, post primum sompnum urinam primum emittit. Mox sardium in ipsam urinam mittat et dicat : « Ego proicio te in urinam istam in splendore illo qui per voluntatem Dei in primo angelo fulsit et iterum in Deum refulsit, ut fiber ab homine isto cedas et recedas sicut etiam splendor lapidis huius a primo angelo propter superbiam cecidit », et sic per tres noctes faciat quia mox post primum sompnum urina hominis fortissima est. Sed et qui gelsucht87 habet, simili modo in nocte cum urina et sardio, ut praefatum est, faciat, et praedicta verba dicat... (Et si quelqu'un est sujet à de très fortes fièvres, et que la fièvre aiguë, le riddo et le mal tout entier se développent facilement en lui, au point que même son épiderme commence à être chaud, qu'il urine au réveil. Qu'on recueille cette urine et qu'on y dépose une sardoine en disant : « Je te jette dans cette urine, dans cet éclat qui, par la volonté de Dieu, a resplendi dans le premier ange puis à nouveau en Dieu, pour que toi, fièvre, tu quittes cet homme et t'en éloignes, de même que l'éclat de cette pierre a quitté le premier ange à cause de son orgueil. » Qu'il fasse ainsi trois nuits de suite, car l'urine d'un homme au sortir du sommeil contient de grandes forces. De même, si un homme souffre de jaunisse, qu'il procède de la manière qui a été dite, la nuit, avec son urine et une sardoine, et qu'il prononce les paroles susdites.)

181C'est bien de ce remède que s'inspire le court extrait du manuscrit Pall, en le modifiant : on y retrouve les deux principaux « ingrédients » et l'indication de durée du traitement, mais seul ce manuscrit en fait un breuvage, sans rapporter les paroles devant accompagner la médication, peut-être par souci de faire court puisque les remèdes qui y figurent se caractérisent par leur brièveté.

  • 88 Heilkraft der Natur, Physica, p. 491.

182Le remède à base de souris figurant quelques lignes plus loin au folio 65v de Pal 1 provient lui aussi du manuscrit de Florence, ou d'un manuscrit de la même famille. Le chapitre de la souris prend fin, chez Migne, sur un moyen de combattre le riddo, que Pierre Monat traduit par « douleurs avec des élancements » et Marie-Louise Portmann par « Schüttelfrost », c'est-à-dire « fièvre accompagnée de frissons »88 :

  • 89 Le Livre des subtilités des créatures divines, vol. 2, p. 234. Texte latin PL 197, col. 1335 D-133 (...)

Si quelqu'un a des douleurs avec des élancements, il faut prendre une souris et la frapper légèrement pour qu'elle ne puisse pas (se) sauver ; puis, avant qu'elle ne meure, l'attacher dans le dos de cet homme, entre ses épaules, quand il souffre d'élancements, et la laisser mourir là. L'homme sera guéri et les douleurs ne reviendront pas89.

183Nous avons montré tout à l'heure que F nous permettait de rétablir une sorte d'avant-texte nécessaire à la compréhension d'un passage du chapitre « de la sardoine ». Ici en revanche, le remède est intelligible tel quel, mais le manuscrit F y apporte un complément, un prolongement qui prend en considération le cas d'un homme sujet au riddo et ne supportant ni les souris, ni, partant, un contact avec cet animal. En ce cas comment lui appliquer ce remède ? C'est ce qu'expose, à la suite du passage que nous venons de lire, la fin du chapitre « de la souris » au folio 92v du manuscrit F, en des termes que l'on retrouve dans Pal 1 :

[...] nec amplius eum invadet. Quod si homo ille qui redden habet murem abhorret, accipe pelliculam aliquam et murem in eam pone et sic constringe ut in ea moriatur, et mure abjecto in pannum pelliculam claude ita ne aer aut ventus eam tangat et ita repente locum ille pellicule ubi predictus mus moriebatur inter scapulas illius pone ut praedictum est et curabitur (« ... et les douleurs ne reviendront pas. Mais si l'homme qui en souffre a horreur des souris, prends une peau, mets la souris dedans et serre jusqu'à ce qu'elle meure. Puis jette la souris dans un linge et ferme la peau pour la préserver du contact de l'air et du vent, et applique aussitôt entre les épaules de cet homme, comme il a été dit, la portion de peau où la souris est morte. Et il sera guéri. »)

  • 90 Hildegard von Bingen, Heilmittel, 4. Lieferung, Buch 2/4/5 : Elemente, Edelsteine, Fische, Bâle, 1 (...)

184Nous avons vu qu'un manuscrit copié à Heidelberg au XVe siècle citait, sous le nom de Hildegarde, deux remèdes contenus dans le seul manuscrit de Florence. En fait, le passage sur la sardoine que nous avons reproduit d'après le manuscrit F se trouve également dans celui de Wolfenbüttel (le plus ancien à ce jour) que Marie-Louise Portmann a étudié, en le comparant avec les autres manuscrits alors connus. Elle signale donc comme un ajout de W par rapport à P, son manuscrit de référence, l'exact jumeau de notre passage90, cité à sa suite par G. Hertzka et W. Strehlow dans un ouvrage sur la lithothérapie de Hildegarde récemment traduit en français. Voici comment s'y présente notre passage, après avoir été transposé du latin en allemand par ces auteurs et de l'allemand en français par le traducteur de leur ouvrage :

  • 91 Médecine des pierres précieuses de sainte Hildegarde, Montsûrs, 1990, p. 91 (trad. de Die Edelstei (...)

Lorsqu'une personne a cette forte température qui très souvent accompagne les maladies humaines, de telle sorte que sa peau devient brûlante, alors elle doit mettre une sardoine dans la première urine du matin, en disant en même temps : « Avec toi, je jette dans cette urine toute la splendeur divine qui brillait dans le premier Ange pour que tu quittes cette personne ». La personne doit procéder ainsi parce que l'urine humaine est plus forte après le sommeil91.

185Quittons à présent le manuscrit Pal 1, pour tenter de montrer, à partir d'autres exemples, d'une part que le texte édité chez Migne porte des traces d'amputations qui le rendent difficilement intelligible si l'on n'y rétablit pas la leçon du manuscrit de Florence, d'autre part que F et W appartiennent sans doute à la même famille de manuscrits, dépositaires d'une autre version de la Physica que B, P et V. Retour au livre des pierres, mais cette fois au chapitre « de l'escarboucle » où l'on lit :

  • 92 Physica (désormais abrégé en Phy), PL 197, col. 1259.

Carbunculus in eclipsi lunae crescit. Nam eum jam in taedio est, velut deficere velit, quia interdum se deficere ostendit, cum divina jussione aut famem, aut pestilentiam aut mutationes regnorum fieri ostendat, et tunc sol omnes vires suas in firmamentum mergit et lunam calore suo fovet et eam igne suo suscitat et erigit et eam iterum splendere facit, quae linguam suam in os alterius ponit, ut illam a morte exsuscitet que jam mortua est  ; et tunc in illa hora carbunculus nascitur92.

186Je souligne le passage problématique, de même que dans sa traduction en français, où l'obstacle à la compréhension est passé sous silence :

  • 93 Le Livre des subtilités des créatures divines, vol. 1, p. 256-257.

L'escarboucle se développe pendant les éclipses de lune. En effet lorsque celle-ci est en période de fatigue, comme si elle allait manquer de forces — car parfois elle montre qu'elle manque de forces, lorsque, sur l'ordre divin, elle annonce que vont se produire famine, pestes ou changements de royaume — alors le soleil verse toutes ses forces dans le firmament, la réchauffe de sa chaleur et, par ses feux, la réconforte, lui redonne vigueur et la fait à nouveau briller : il met en quelque sorte sa langue sur le visage de l'autre, pour la sauver de la mort, elle qui est déjà morte. C'est à ce moment-là que naît l'escarboucle.93

187Tel quel, ce texte est abscons, et l'on voit mal ce que viennent faire ici la langue du soleil et la mort de la lune. On se rend compte en effet, à la lecture du codex Ashburnham 1323, qu'il s'agit de tout autre chose et qu'un membre de phrase a disparu à la copie dans le manuscrit de Paris. Voici ce qu'on lit au folio 55v :

[...] et iterum splendere facit velut gallina pullos suos fovet et velut bestia facit quae lingua sua in os alterius ponit, quae jam moritura est [...] (« ... et il la fait briller à nouveau, comme une poule qui réchauffe ses petits ou comme une bête qui met sa langue dans la bouche d'une de ses congénères à l'article de la mort... »)

  • 94 Naturkunde, p. 86 (L'escarboucle guérit « sucht », « riddo », « fiber » et « gicht », préserve de (...)
  • 95 Heilkraft der Natur, p. 319 (... il la fait à nouveau briller, qui met sa langue dans la bouche d' (...)

188Notons ici la chaîne des erreurs ayant abouti à un brouillage complet du sens initial du texe : le copiste du manuscrit de Paris, ou, avant lui, celui de l'exemplaire qu'il reproduisait, oublie un membre de phrase ; les éditeurs de ce manuscrit lisent mortua au lieu de moritura (fol. 40r) et l'impriment ; le traducteur français est obligé d'interpréter, là où le sens fait défaut. Peter Riethe évite franchement, pour sa part, de traduire non seulement ce passage mais tout le chapitre et se contente d'en donner un résumé94, tandis que Marie-Louise Portmann tente de concilier traduction littérale et restitution d'un sens95.

189Toujours dans le livre des pierres, le chapitre « du cristal » apparaît comme mutilé. Une des deux lacunes que j'y ai identifiées n'a d'ailleurs pas échappé aux éditeurs qui signalent en note qu'il « manque quelque chose » (Deest aliquid) dans la première phrase que voici :

  • 96 Phy, IV, 20, PL 197, col. 1263.

Crystallus de quibusdam frigidis aquis nascitur, quae subnigri coloris (1), ex aere veniens aquam illam tetigerit, ipsa aqua in aliquo loco, velut quaedam massa, per frigus coagulatur, et cum deinde calor aeris aut solis eamdem tetigerit, eidem massae spissam albedinem quam tunc habet, ardore suo aufert, ita quod aliquantum pura fit, sed tamen per calorem illum dissolvi non poterit [...]96.

190Ce qui donne, mis en français :

  • 97 Le Livre des subtilités des créatures divines, vol. 1, p. 266-267.

Le cristal naît de certaines eaux froides, qui sont d'une couleur presque noire [...] venant de l'air, il a touché cette eau. Cette même eau se trouve coagulée par le froid en une sorte de masse : c'est pour ainsi dire le cœur de l'eau qui se trouve fortement coagulé. Lorsque plus tard la chaleur de l'air ou du soleil vient à la toucher, elle enlève, par son ardeur, une épaisse couche blanchâtre, si bien que l'ensemble devient un peu plus pur, mais ne peut être complètement dissout par la chaleur97.

191Le manuscrit F permet dans un premier temps de pallier le manque signalé chez Migne, puisqu'on y lit, au folio 58r :

Cristallus de quibusdam frigidis aquis nascitur, quae subnigri coloris sunt et calidus et humidus est et tanti frigoris quam ignem a se expellat. Nam cum interdum magnum frigus_ex aere veniens aquam illam tetigerit, eidem massae spissam albedinem quam tunc habet, ardore suo aufert [...] (Le cristal naît de certaines eaux froides d'une couleur noirâtre, et il est à la fois chaud, humide et d'un tel froid qu'il repousse le feu. Car lorsque parfois un grand froid venu de l'air touche cette eau, cette même eau, coagulée par le froid en un lieu, forme alors une sorte de masse, etc.).

192Voici la suite du texte de Migne :

  • 98 Phy, PL 197, col. 1263 C-D ; trad. P. Monat, vol. 1, p. 267.

[...] dissolvi non poterit ; sed deinde frigus iterum superveniens eamdem massant magis et magis coagulare facit, et purius ; et illud tantae fortitudinis est quod per calorem ipsum non potest solvi, quamvis tota circumposita glacies dissolvatur, et sic cristallus exsurgit, et cristallus est. [...] (« Le froid qui revient ensuite fait encore coaguler plus fortement cette masse qui est ainsi plus pure ; elle devient alors si résistante qu'elle ne peut plus être dissoute par la chaleur, même si toute la glace qui se trouve (autour) est dissoute ; ce qui reste alors, c'est le cristal98. »)

193Là encore, le passage souligné par mes soins dans le texte latin gagne en cohérence dans le manuscrit F :

congelari facit et puriorem facit atque tantam fortitudinem infert ei quod dissolvi non valet. (Le froid... fait congeler cette masse, la rend plus pure et lui donne une telle force qu'elle ne peut être dissoute.)

  • 99 Heilmittel, 4. Lieferung, p. 85 : « W ergänzt in den P fehlenden Text : sunt, et calidus et humidu (...)

194Ces deux compléments au livre des pierres du manuscrit P figurent également dans celui de Wolfenbüttel, toujours d'après l'étude qu'en a menée M.-L. Portmann99, de même que le complément au chapitre 33 du livre des poissons, consacré à l'anguille, dont nous allons parler maintenant. Auparavant un premier exemple, tiré lui aussi du livre des poissons, nous montrera que certaines lacunes sont à peine perceptibles. Le chapitre XVIII, de Meysisch, se présente ainsi chez Migne :

  • 100 Phy, PL 197, col. 1279 B.

Meysisch de frigido aere est, et humidus magis, et comestus nec sanos nec infirmos multum laedit, sed saepius comestus, livorem in stomacho hominis aliquantum parat100.

195Apparemment, nulle difficulté dans ce passage, que le traducteur rend ainsi :

  • 101 Trad. P. Monat, vol. 2, p. 109.

L'alose relève plutôt de l'air froid et elle est de nature plutôt humide ; si on la mange, elle ne fait pas de mal, que l'on soit malade ou bien portant ; mais si on en mange souvent, elle provoque un peu d'humeur dans l'estomac de l'homme101.

196Pourtant la formule humidus magis n'est pas un simple attribut interchangeable avec magis humidus, mais la version résiduelle et mutilée d'une phrase que l'on peut lire dans le manuscrit F, fol. 65v :

Methevics de frigido aere est et humidus, et magis diem quam noctem diligit et circa fundum aquarum et in turbida aqua libenter moratur, etc.

197Il s'agit certes ici d'un manque discret que la confrontation avec le manuscrit rend rétrospectivement tout à fait perceptible. Le texte du chapitre De anguilla du manuscrit BNF lat. 6952 est en revanche mutilé en son début d'une manière plus évidente. Il commence assez abruptement, par une question sur l'origine du poisson considéré :

  • 102 Phy, PL 197, col. 1283A-B.

Unde anguilla fit ? In postero autem tempore, ut nunc est, anguilla quodam alio modo fit. Nam cum hyems supervenerit, aquatilis anguis, qui femina est, separat se a masculo, et aut super lapides, aut super harenam se confricat, et ita cutem suam amittit et sic per hyemem in fossa quiescit. Sed cum deinde tempus aestatis institerit, quemdam lapident quaerit, et super ilium flatus suos ex ore sua emittit, et tiunc etiam super eumdem lapidem quaedam grana ex ore suo scilicet ad magnitudinem fabarum exspuit102

198La formule postero tempore, de même que l'expression alio modo renvoient manifestement à un avant-texte auquel elles s'opposent, nuance qui s'est perdue dans la traduction de Pierre Monat, qui écrit :

  • 103 Le Livre des subtilités des créatures divines, vol. 2, p. 118.

D'où vient l'anguille ? Tard, dans la saison, comme maintenant, l'anguille naît d'une manière particulière que voici. Quand arrive l'hiver, un serpent d'eau femelle se sépare du mâle et se frotte sur les pierres ou sur le sable ; cette femelle perd ainsi sa peau et se repose pendant l'hiver dans un trou. Mais quand vient la saison d'été, elle recherche une pierre sur laquelle elle envoie le souffle de sa bouche, et ainsi elle crache sur cette pierre des grains qui sortent de sa bouche, à peu près de la grosseur des fèves103.

199Or le manuscrit F présente le prius tempus sous-entendu par postero tempore et nous propose le début suivant, au fol. 67r :

Cum aquatilis anguis ova sua olim in antiquitate temporum in aqua exposuit lucius ea vidit antequam anguille essent et anguem illam de ovis suis repulit et super illa lac suum fudit et prope illa permansit ac ea custodivit et anguis lucium extimuit, nec propius ad ova sua accedere audebat et sic ex ovis aquatilis anguis et ex lacte lucii anguilla prius facta est. In postero autem tempore ut nunc est, etc. (« Autrefois, aux temps anciens, lorsque le serpent d'eau exposa ses œufs dans l'eau, le brochet les vit avant qu'ils ne soient devenus des anguilles et écarta le serpent d'eau de ses propres œufs. Le brochet répandit alors sa laitance sur les œufs, resta près d'eux et monta la garde. Le serpent, qui redoutait le brochet, n'osa pas s'approcher de ses œufs et l'anguille naquit ainsi jadis d'œufs de serpent d'eau fécondés par un brochet. Par la suite, comme maintenant encore, elle naquit d'une autre manière ». Etc.)

  • 104 J'utilise ce terme, au sens de « récit d'origine », à la suite de C. Lévi-Strauss ou de M. Albert- (...)

200Ce récit étiologique104, indispensable à la bonne compréhension du chapitre de l'anguille, ne figure pas seulement dans le manuscrit F : on le trouve à l'identique dans W, de même que de nombreuses variantes qui seules assurent la cohérence de certains chapitres. Nous en voulons pour dernière preuve les passages consacrés à l'aigle au livre des oiseaux, et à l'ours au livre des animaux. L'édition Migne signale en effet en note — « (10) Locus corruptus » — un manque dans le corps de la notice traitant du roi des oiseaux, rendu visible par des points de suspension entre crochets dans la traduction française que nous faisons figurer à la suite du texte latin :

  • 105 Texte latin Phy, VI, 8, PL 197, col. 1292 ; trad. P. Monat, vol. 2, p. 139.

et tam mirabilis natura in corde ejus et ita apud se haberet (10), et tanta scientia super omnem modicum in eo claresceret, quod cor hominis eam sufferre non posset. (« ... cet homme aurait alors un cœur d'une nature si étonnante, et on verrait briller en lui une science telle qu'aucun cœur d'homme n'en peut contenir105. »)

  • 106 Cité par M.-L. Portmann, Heilmittel, 5. Lieferung, Buch 6/7 Vögel, Tiere, Bâle, 1984, p. 33.

201Le sens en devient plus clair à la lecture du manuscrit F (fol. 71r) où figure, comme dans le manuscrit W106, le passage suivant :

Et si quis cor ejus tante fortitudinis habere posset, ut in ea est, tanta scientia supra humanum modum in eo claresceret quod cor hominis sufferre non posset eam.

202Un autre passage corrompu est signalé par la note « (5) Deest aliquid » dans le quatrième chapitre du livre des animaux, où il est question de l'ours :

  • 107 Phy, col. 1316, P. Monat, vol. 2, p. 192.

Et postquam homo pomum comedit, et in angustia sudavit, sanguis ejus in naturam hominis ut nunc est versus est atque omnia caetera animalia in naturas suas versa sunt*. Et ideo ursus dilectionem ad libidinem cum dilectione (5). (« Après que l'homme eut mangé la pomme et qu'il dut transpirer dans les travaux pénibles, son sang a pris sa nature humaine, comme c'est le cas maintenant, et tous les animaux ont alors pris leur nature. Et c'est pourquoi l'ours [...] un choix pour la débauche107. »)

  • 108 Cf. M.-L. Portmann, Heilmittel, 5. Lieferung, p. 137.

203A l'endroit que nous avons signalé par un astérisque figure, au folio 82v du manuscrit F comme dans W108, ce membre de phrase :

Et diversa officia in eisdem naturis, quemadmodum et nunc est, exercent, et ideo ursus dilectionem ad libidinem habet.

204Mais il y a plus : la leçon de F fournit en effet une version du début de ce même chapitre, plus satisfaisante quant au sens que celle de Migne, qui frappe par son caractère abrupt sans que les éditeurs y aient pour autant soupçonné un manque ; on verra d'ailleurs ci-dessous que la traduction française de ce chapitre « de l'ours », rend imperceptible l'état lacunaire de ses premières lignes :

  • 109 Phy, col. 1316 et P. Monat, vol. 2, p. 191-192.

Ursus calorem fere habet ut homo, ita quod interdum frigidus. Etiam cum calidus est, altam vocem habet et blandus est. Sed cum frigidus est, suppressam vocem tenet, et iracundus est, quia in libidine blandos mores habet nec faciliter irascitur ; qui autem a libidine continentes existunt, iracundi sunt (« L'ours a presque la même chaleur que l'homme, à cela près que, de temps en temps, il est froid. Quand il est chaud, il a une voix élevée et il est caressant. Mais, quand il est froid, il a une voix sourde et il est irritable ; en amour, il a un comportement affectueux et ne se met pas facilement en colère. Mais ceux qui restent à l'écart des jeux de l'amour sont irritables109. »)

205Là encore, le manuscrit de Florence concorde avec celui de Wolfenbüttel et tous deux offrent au lecteur les compléments que nous soulignons ci-dessous, à première vue de l'ordre du détail mais qui infléchissent nettement le sens du texte et, partant, ses commentaires potentiels :

Ursus calorem fere habet ut homo, ita quod interdum ardet et interdum frigidus est. Et cum calidus est, altam vocem habet et blandus est, quia qui in libidine sunt blandos mores habent nec faciliter irascuntur. Sed cum frigidus est, suppressam vocem tenet et iracundus est, quia qui autem a libidine continentes existunt, iracundi sunt.

  • 110 Kaiser 1901, p. 6, cité par P. Riethe, Naturkunde, p. 172 : « Die Brüsseler Handschrift ist nach K (...)

206Nos sondages dans l'ensemble des chapitres de la Physica confirment la concordance entre W et F, qui présentent des variantes inconnues de B, P et V, que seule une édition critique mettra en évidence dans leur totalité. Nous espérons néanmoins que nos échantillons auront permis au lecteur de se faire une idée de ces différences sur lesquelles nous aurons l'occasion de revenir au fil de notre commentaire, et qui nous invitent à regrouper comme suit les différents manuscrits complets de la Physica connus à ce jour : W et F, tous les deux à la charnière des XIIIe et XIVe siècles, forment une première famille : tous les passages signalés comme « Add. W » par M.-L. Portmann figurent dans F et ces manuscrits comportent tous les deux un glossaire final latin-allemand ; V et P appartiennent à une seconde famille et présentent de telles similitudes qu'il faut qu'ils aient été copiés d'après un original commun, ou même que l'un soit une copie de l'autre. J'ai pu en effet les comparer, confronter chacun d'entre eux avec le texte imprimé par Migne et m'apercevoir que là où l'édition diffère du manuscrit P, soit que les éditeurs aient mal lu soit qu'ils aient voulu rétablir un texte plus correct que le manuscrit, la leçon de V est identique à celle de P. Il s'avère donc d'une part que les responsables de l'édition Migne ont certes amendé çà et là le manuscrit P mais l'ont aussi parfois mal lu, d'autre part que les manuscrits V et P non seulement appartiennent à la même famille, mais sont sans doute des jumeaux. Le manuscrit B, en revanche, dans lequel Kaiser voyait une compilation du « livre de simple médecine » et du « livre de médecine composée »110, diffère de ces deux précédentes familles tant par son organisation en huit livres — comme dans le manuscrit vu par Matthieu de Westminster — que par l'ordre de succession de ces livres et la présence de certains chapitres inconnus des autres manuscrits, qui peut résulter d'ajouts : il est ainsi le seul représentant connu à ce jour d'une famille où les métaux et les gisements précèdent les eaux et leurs poissons (fol. 114v, registrum metallorum et erementorum ; fol. 118v, registrum de aquis et eorum piscibus), où sanguissuga, botrax rubeta, syrena et eruca figurent au nombre des reptiles, et où le livre consacré aux fleuves ne se contente pas d'énumérer certains fleuves d'Allemagne comme le Rhin ou le Danube mais mentionne des fleuves ou des lieux bibliques : quinze chapitres intitulés dans l'ordre, Nil, Tigris, Eufrates, Dorix, Albana et Pharphar, Sazon, Paradisus, Galilea, Gulat, Fenicis, Ydermena, Judea, Ararath, Syon et Synai font ainsi leur apparition entre les folios 120 et 124.

207Y a-t-il eu une quatrième famille de manuscrits dont aucun n'aurait subsisté, si ce n'est à travers l'édition publiée par J. Schott en 1533, ou les trois familles actuellement en présence suffisent-elles à expliquer les avatars de l'œuvre scientifique de Hildegarde ? C'est ce que nous allons tâcher de démêler.

Notes

1 Wiesbaden, Hessische Landesbibliothek, ms. 2 ; ce manuscrit copié entre 1180 et 1190 tire son surnom allemand (« géant ») de ses dimensions : 481 folios de 46 x 30 cm.

2 H. Fischer faisait déjà remarquer que la finalité radicalement différente des œuvres scientifiques de Hildegarde avait pu pousser les copistes du grand codex de Wiesbaden à les laisser de côté, tout comme, d'ailleurs, certaines de ses lettres (Mittelalterliche Pflanzenkunde, p. 28).

3 B. Hauréau pense que le titre de Speculum... fut donné à cette œuvre par des copistes postérieurs (cf. « Manuscrits de la Bibliothèque Mazarine », Journal des savants, mars 1887, p. 181) ; pourtant, Gebeno s'explique lui-même, dans l'épître dédicatoire du ms. lat. 3322 de la Bibliothèque nationale, quant au titre qu'il a choisi : « Ce livre s'appelle, s'il vous agrée, “Miroir des temps futurs” ou encore “Pentacronon de sainte Hildegarde”, c'est-à-dire “Les cinq temps” car ses prophéties concernent cinq époques ; penta en effet signifie “cinq” et cronos, “temps” » (Unde si placet vobis vocetur ipse liber Speculum futurorum temporum sive Pentacronon sancte Hildegardis, hoc est de quinque temporibus quia in eo de quinque prophetat temporibus penta enim quinque sonat, cronos vero tempus, fol. 2r).

4 Cf. Scivias, « Einleitung », p. lii. Pour B. Newman, Hildegarde aurait eu peu de lecteurs de son vivant, en raison de l'obscurité de son style à laquelle nous avons déjà fait allusion ; ainsi s'expliquerait le fort contraste entre le grand nombre de manuscrits de Gebeno (plus d'une centaine) et le petit nombre d'exemplaires du Scivias et du Livre des œuvres divines (cf. Sister of Wisdom, St Hildegard's Theology of the Feminine, p. 22).

5 « Problemata Hildegardiana », p. 99.

6 Wiesbaden, Hessische Landsbibliothek, ms. 2 ; Gand, Bibliothèque universitaire, cod. no 241 (1170-1174) ; Lucques, Biblioteca governativa, cod. no 1942 (vers 1220) ; Troyes, Bibliothèque municipale, ms. no 683 (XIIe s.).

7 Dans la liste de manuscrits qui suit, les quatre premiers auraient tous été copiés au Rupertsberg au XIIe siècle, d'après C. Meier (Die deutsche Literatur des Mittelalters Verfasserlexikon, Berlin/New York, 1981, Bd. 3, col. 1264) : Wiesbaden, Hessische Landesbibliothek, ms. 2 ; Termonde (Belgique), Abbaye Saint-Pierre-et-Saint-Paul, ms. no 9 (XIIe s.) ; Trèves, Priesterseminar, ms. no 68 (XIIe s.) ; Berlin, Staats Bibliothek Preussischer Kulturbesitz, cod. lat. 727 ; Wolfenbüttel, Herzog August Bibliothek, cod. Helmstr. 951. Le dernier de ces manuscrits correspond à une copie évoquée par L. Thorndike (A History of Magic and Experimental Science, vol. II, p. 125, η. 1), réalisée au XIIIe siècle, et décrite en 1886 par Heinemann dans son catalogue des manuscrits de Wolfenbüttel alors qu'il ignorait l'existence de l'édition de J.-B. Pitra : « Heinemann, in describing a thirteenth century copy of it (MS 1053, S. Hildegardis liber meritorum vite) in 1886 in his Catalogue of Wolfenbüttel Mss, was therefore mistaken in speaking of it as <unprinted>. »

8 L'identité de ces différents « découvreurs » de manuscrits nous est connue grâce au travail de Marie-Louise Portmann, auteur d'une récente traduction allemande de la Physica qui a pris en compte les différents manuscrits subsistants (Heilkraft der Natur « Physica ». Das Buch von dem inneren Wesen der verschiedenen Naturen der Geschöpfe, übers. M.-L. Portmann, Augsbourg, 1991, p. 20-21).

9 F. A. Reuss, De libris physicis s. Hildegardis commentatio historico-medica, Wurtzbourg, 1835, p. XIX.

10 Cf. A. Führkötter, M. Schrader, Die Echtheit des Schrifttums Hildegards von Bingen, p. 56 : « Die spärliche handschriftliche Überlieferung des Liber subtilitatum legt den Gedanken nahe, daß in mittelalterlichen medizinischen Handschriften, die weithin unerforscht sind, Hildegard-Material zu entdecken wäre ».

11 Heilkraft der Natur, p. 20.

12 J'ai pu lire ce manuscrit sur microfilm grâce à l'Institut de Recherche et d'Histoire des Textes ; je remercie notamment Mesdames Contamine et Lesage, qui ont facilité ma demande de prêt entre bibliothèques.

13 Contrairement à E. Jørgensen que nous suivons ici, L. Thorndike et P. Kibre ne tiennent pas compte de la première rubrique lorsqu'ils recensent ce manuscrit dans leur catalogue d'incipits d'écrits scientifiques du Moyen Age latin : pourtant c'est bien sur la grande initiale de « Deus » que s'ouvre le texte à proprement parler (cf. L. Thorndike, P. Kibre, A Catalogue of Incipits of Mediaeval Scientific Writings in Latin, Londres, 1963, p. 406).

14 Jeu de mots final assez fréquent si l'on en croit W. Wattenbach, qui en donne d'autres exemples dans son ouvrage : Das Schriftwesen des Mittelalters, Leipzig, 1875, 2. Auflage, p. 428.

15 Je n'ai pu lire ce manuscrit que sur le microfilm que je remercie Elisabeth Klein de m'avoir prêté et suis redevable à Bruno Laurioux de plusieurs vérifications sur le manuscrit.

16 Heilkraft der Natur, p. 21 ; l'auteur cite ce manuscrit sous le titre qui, selon elle, figurerait en doré sur la reliure : « Beate Hildegardis prophetissae de fructibus terrae, de saxis, de metallis, etc. » C'est ainsi en effet que le décrivait J. Van den Gheyn au début du siècle (p. 388) : « dos en maroquin rouge avec le titre doré [...]. En dessous le chiffre couronné de Léopold 1er ». Or d'après B. Laurioux, qui a examiné récemment ce manuscrit, rien de tel n'est plus lisible sur la reliure.

17 Cf. A. Sanderus, Bibliotheca belga manuscripta, Insulis, 1641-1644, 2 vol., pars II, p. 217 : Index codicum ms adhuc exstantium in bibl. Canonicorum regularium s. Augustini in valle s. Martini, Lovanii, anno 1639 : « Hildegardis prophetissa, de diversis materiis ».

18 J. G. R. Acquoy, Het klooster te Windesheim, Utrecht, 1875, 2e partie, p. 270.

19 A. Führkötter le cite en tant que « manuscrit du “Liber simplicis medicinae” (Science naturelle) de Hildegarde » (« Hildegard von Bingen und ihre Beziehungen zu Trier », p. 62). M.-L. Portmann le présente en revanche comme un manuscrit complet [de la Physica] ayant pour titre « Liber subtilitatum diversarum rerum naturarum » (Heilkraft der Natur, p. 20).

20 Voir le Cartulaire de l'église Notre-Dame de Paris, éd. Guérard, III, Paris, 1850, p. 32, que cite Ernest Wickersheimer (Dictionnaire biographique des médecins en France au Moyen Age, rééd. Paris, 1979, t. 1, p. 262) : ce personnage aurait été, « par ordonnance du Parlement », « rendu tout prisonnier à l'évêque de Paris », « pour procéder à l'encontre de luy, ainsi que de raison et sans despens », en 1391.

21 Cf. le Catalogue des livres, dessins et estampes de la bibliothèque de feu M. J.-B. Huzard, mis en ordre et rédigé par P. Leblanc, Paris, 1842, 3 vol., Ière partie « Histoire naturelle et sciences accessoires », p. 137 : « no 1517. Codex monasterii Sancti Mathiae... Ms. du XIVe sur vélin composé de 104 feuillets. »

22 Allusion au chapitre XIII du livre premier du Liber ruralium commodorum de Piero de'Crescenzii, chapitre intitulé, dans sa traduction italienne, « Dell'uficio del padre della famiglia, e in che modo dee il campo comperare, e dell'opera della villa, e regime addomandare » (Trattato della agricoltura de Piero de' Crescenzii, translato nella favella fiorentina, rivisto dallo 'Nferigno accademico della Crusca, vol. I, Bologne, 1784, rééd. Bologne, 1987, p. 40).

23 C. M. Briquet, Les Filigranes. Dictionnaire historique des marques du papier, Paris, 1907, 4 vol.

24 Cf. C. Samaran, R. Marichal, Catalogue des manuscrits en écriture latine portant des indications de date, de lieu ou de copiste, t. II, Bibliothèque nationale, fonds latin, M.-T. d'Alverny dir., Paris, 1962, p. 542 et 516.

25 P. Riethe, Naturkunde, p. 171.

26 M.-L. Portmann fait état de cette découverte et évoque les 18 chapitres du livre des poissons, 4 du livre des oiseaux, et les chapitres 1 à 9 et 11 du livre des plantes de Hildegarde contenus dans ce manuscrit, sans indiquer à quels folios ils se trouvent ; cf. Heilkraft der Natur, p. 21.

27 Je remercie Bruno Laurioux de m'avoir communiqué la photocopie de cette thèse.

28 Maître des écuries à la cour de Frédéric II à Naples, Albrant est l'auteur du premier traité d'hippiatrie en allemand, dont le grand nombre de manuscrits conservés — plus de deux cents — atteste le succès. Cf. V. Zimmermann, « Die Heilkunde in spätmittelalterlichen Handschriften Enzyklopädien », Sudhoffs Archiv, 67, Heft 1, 1983, p. 42.

29 H. Schipperges, « Ein unveröffentlichtes Hildegard-Fragment », Sudhoffs Archiv für Geschichte der Medizin, no 40, 1956, p. 41-77.

30 Hildegard von Bingen, Berliner Fragmente, übers. M.-L. Portmann, Bâle, 1987.

31 P. Dronke, « Problemata Hildegardiana », p. 109.

32 Cf. A. N. L. Munby, Phillipps Studies number 3, The formation of the Phillipps Library up to the Year 1840, Cambridge, 1954.

33 Cf. S. de Ricci, English Collectors of Books and Manuscripts (1530-1930) and Their Marks of Ownership, Cambridge, 1930, p. 123.

34 Ce manuscrit était encore inédit. Or, alors que je venais d'achever ce travail, j'ai appris, grâce au Prof. Nigel Palmer que je tiens à remercier ici, que ce fragment avait fait l'objet d'une dissertation de Barbara Fehringer à Würzburg, et qu'il était en cours de publication. Je remercie également le Prof. Gundolf Keil de m'avoir, par la suite, fait parvenir l'étude de B. Fehringer, à laquelle on pourra désormais se reporter pour toutes les questions relatives à ce manuscrit : B. Fehringer, Das « Speyerer Kräuterbuch » mit den Heilpflanzen Hildegards von Bingen, Eine Studie zur mittelhochdeutschen « Physica » - Rezeption mit kritischer Ausgabe des Textes, Wurtzbourg, 1994.

35 G. Pritzel, C. Jessen, Die deutschen Volksnamen der Pflanzen, Hanovre, 1882, p. 689.

36 Wien, Altd. 139 (2913) ; cf. H. von Fallersleben, Verzeichnis der altdeutschen Handschriflen der k. k. Hofbibliothek zu Wien, Leipzig, 1841, p. 218.

37 Cf. Bénédictins du Bouveret, Colophons des manuscrits occidentaux des origines au XVe siècle, Fribourg, 1965, t. 2, p. 218.

38 K. F.W. Jessen, Botanik der Gegenwart und Vorzeit in culturlicher Entwicklung, Ein Beitrag zur Geschichte der abendländischer Völker, Leipzig, 1964, p. 123.

39 Cf. A. Führkötter, M. Schrader, Die Echtheit des Schrifttums..., p. 56 : « Doctor Barbatus, der Ausburger von Bern war ».

40 Cf. L. Moulinier, « Fragments inédits de la Physica : contribution à l'étude de la transmission des manuscrits scientifiques de Hildegarde de Bingen », MEFRM, 1993, 105, 2, p. 629-650.

41 Né vers 1382, Gérard Hohenkirchen fut bachelier ès arts à Erfurt et étudia à Prague ; recteur de l'université de Cologne en 1418 il devint recteur de celle de Heidelberg en 1429 ; cf. G. Keil, Die deutsche Literatur des Mittelalters Verfasser Lexikon, Bd. 4, « Lieferung 1 », neu arbeitete Auflage, Berlin/New York, 1982, col. 99. Il mourut en 1448, léguant au « Collegium Dionysianum » de l'université de Heidelberg son importante bibliothèque personnelle, d'après B. Lorenz, « Notizen zu Privatbibliotheken deutscher Àrzte des 15.-17. Jahrhunderts », Sudhoffs Archiv, 67, 1983, Heft 2, p. 190-198.

42 L'actuel ms. Pal. lat. 311 (XIIe siècle).

43 Pour plus de détails sur la riche biographie de ce personnage, on consultera l'article de C. Jeudy et L. Schuba, « Erhard Knab und die Heidelberger Universität im Spiegel von Handschriften und Akteintragen », Quellen und Forschungen aus italienischen Archiven und Bibliotheken, 61, 1981, p. 60-108.

44 Hildegard von Bingen, Heilmittel, 1. Lieferung, Buch 3 von den Baümen, Bâle, 1984, p. i : « Die Edition dürfte nicht aus der Handschrift P entstanden sein, sondern aus einer nicht mehr vorhandenen Handschrift X ».

45 P. Riethe, Naturkunde, p. 170 : « Er zeigte, dass die Mehrzahl der bisher als Zusatze von fremder Hand angesehenen Stellen des LSM Hildegard als Verfasserin bestätigte und eine Entlehnung aus dem LCM darstellte. »

46 Cf. Hildegard von Bingen, Heilmittel, 1. Lieferung, p. i : « Entgegen dem was man bisher annahm, haben wir somit für CC zwei Quellen : die Handschrift C und die durch E teilweise überlieferte Handschrift Y. »

47 Catalogus codicum latinorum medii aevi Bibliothecae regiae Hafniensis, p. 444.

48 Un premier catalogue du XIIe siècle en énumérait 150, dont 68 se retrouvent dans la liste de 1393, qui comporte 160 titres mais 158 volumes ; cf. Kl. Löffler, Deutsche Klosterbibliotheken, Bonn/Leipzig, 1922, p. 192.

49 Cf. Keuffer, « Bücherei und Bücherwesen von S. Maximin im Mittelalter », Jahresbericht der Gesellschaft für nützliche Forschungen zu Trier von 1894 bis 1899, Trèves, 1899, p. 54.

50 H. Schipperges, Heilkunde, p. 41.

51 Cf. J. Montebaur, « Studien zur Geschichte der Bibliothek der Abtei St. EuchariusMatthias zu Trier », Römische Quartalschrift für christliche Altertumskunde und für Kirchengeschichte, Friburg en Brisgau, 1931, p. 19.

52 Cf. E. Wickersheimer, Dictionnaire biographique des médecins en France au Moyen Age, t. II, p. 694-696.

53 Son style clair, dénué de toute lourdeur scolastique et l'absence de sources arabes parlent en faveur du XIIe plutôt que du XIIIe siècle (D. Jacquart, Supplément au dictionnaire... de Wickersheimer, Genève, 1979, p. 256).

54 K. Sudhoff, « Salerno, Montpellier und Paris um 1200 », Archiv für Geschichte der Medizin, 20, 1928, p. 51-62, p. 61.

55 E. Wickersheimer reproduit l'introduction figurant au folio 37 de ce manuscrit : Continet igitur presens iste Micrologus de causis et signis et curis earum de quibus hic agitur passionum quicquid est utilis... ; sont ensuite énumérées les quatre autres parties de ce Micrologus, « Regule de urinis », « Anatomia », « De repressivis » et « Signa pronostica infirmitatum » alias « De signis » (Dictionnaire biographique..., p. 694).

56 Cf Keuffer, p. 59

57 Cf. Kl. Löffler, Deutsche Klosterbibliotheken, p. 194 : « Die Ausnutzung der Bibliothek für gelehrte Forschungen und Quellenpublikationen hatte im XV. Jahrhundert durch Nikolaus von Kues und Trithemius begonnen. »

58 Cf. L. Schuba, Die medizinischen Handschriften der Codices Palatini latini in der Vatikanischen Bibliothek, p. XIX.

59 L. Schuba, p. XXVI.

60 Cf. supra, chap. I, note 13.

61 L. Schuba, Die medizinischen Handschriften der Codices Palatini in der Vatikanischen Bibliothek, p. XXVII : « Von den 55 in dem vorausgehenden Abschnitt von 1438 verzeichneten Hs >... in medicina< [... ] 23 sind nicht mehr vorhanden. 19 der verlorenen Hs fehlen schon im Register der Bücherei des Heiligen Geiststiftes, das die Universitat im Jahre 1466 (Heid. Hs. 47, fol. 56r - 59r) hatte anlegen lassen. »

62 Ibidem, p. XXVIII.

63 M. Manitius, Geschichte der lateinischen Literatur des Mittelalters, p. 234 (Richer de Senones en vit un exemplaire à Strasbourg, un second se trouvait à Saint-Maximin de Trèves en 1393).

64 Analecta sacra, éd. J.-B. Pitra, t. VIII, « Prooemium », p. xxi.

65 Cf. L. Traube, « Bibliotheca Goerresiana », Neues Archiv der Gesellschaft für ältere deutsche Geschichtskunde, Bd. XXVII, 1901, p. 737-739.

66 E. Jørgensen renvoie, à ce propos, à une liste des manuscrits de Görres établie par Fr. Schillmann in Verzeichnis der lateinischen Handschriften zu Berlin, III, « Die Görreshandschriften » (Catalogus codicum latinorum medii aevi Bibliothecae regiae Hafniensis, p. 444).

67 J. von Görres, Die christliche Mystik, 4 Bde, Ratisbonne/Landshut, 1836-1842, t. 2 (1837), p. 151-159.

68 Cf. supra, note 3.

69 Cf. Catalogue of the Library of Doctor Kloss of Franckfort, which will be sold by auction by Mr Sotheby and son, London, 1835, p. 327 : « Libri manuscripti. Twentieth day's sale ».

70 Cf. Physica, PL 197, « Prolegomena et adnotationes », col. 1121-1122 (Ces livres intitulés « de la nature de l'homme, des éléments et des différentes créatures » ou encore « de médecine simple et composée »).

71 Cf. supra, chap. I, note 6.

72 Références chez Migne des chapitres dont des extraits se suivent dans le ms. Pal. lat. 1207 (le chiffre romain indique le rang du livre dans la Physica, le chiffre arabe celui du chapitre) :
fol. 64r = I, 13 (1134 A) ; 1,24 (1140 B) ; I, 28 (1141 C) ; I, 31 (1142 C) ; I, 36 (1143 D) ; I, 49 (1149 A) ; I, 68 (1159 B) ; I, 230 (1210 C) ; I, 135 (1185 A) ; I, 141 (1187 B) ; I, 146 (la recette ne se trouve ni chez Migne, ni chez Schott, ni dans le Causae et curae) ; I, 174 (1196 B) - deux recettes tirées du même chapitre ; fol. 65v = I, 175 (1196 D) ; III, 22 (1232 D) ; III, 30 (1237 B) ; III, 26 (1235 C) ; IV, 3 (1252 B) ; IV, 7 (1255 A) ; IV, 9 (1256 C) ; IV, 10 (1257 D) ; IV, 21 (1264 B) ; VII, 22 (1329 B) ; VII, 39 (1336 A).

73 Voir par exemple A. Führkötter, M. Schrader, Die Echtheit des Schrifttums..., p. 57 : « bemerkenwerts is, daß die Pariser Handschrift Texte übernommen hat, die verstreut im LCM von Kopenhagen anzutreffen sind ».

74 Cf. Relazione alla camera dei deputati e disegno di legge per l'acquisto dei codici appartenenti alla biblioteca Ashburnham, Rome, 1884.

75 L. Delisle, « Notices sur les manuscrits du fonds Libri conservés à la Laurentienne à Florence », Notices et extraits des manuscrits de la Bibliothèque nationale, Paris, 1886, vol. XXXII, 1ère partie, p. 63.

76 L. Delisle, « Traités divers sur les propriétés des choses ». Histoire littéraire de la France, vol. XXX, 1888, p. 387.

77 Cf. Catalogue des livres, dessins et estampes de la bibliothèque de feu M. J.B. Huzard, 1ère partie, « Histoire naturelle et sciences accessoires », p. 137 : « no 1517. Codex monasterii Sancti Mathiae... Ms du XIVe sur vélin composé de 104 feuillets. » Les numéros 1117 et 1727 de la collection de Libri correspondaient aux articles no 1498 (1ère partie) et 2145 (3ème partie) du catalogue des livres de Huzard.

78 Cf. The Libri manuscripts, Catalogue of the extraordinary collection of splendid manuscripts formed by M. Guglielmo Libri, which be sold by auction by Messrs. S. Leigh Sotheby and John Wilkinson, Monday 28th of mardi 1859 and seven following days, p. 226.

79 Le Père Paulus Becker (cf. supra note 8) ; Danielle Delley rapporte ainsi l'événement : « Tout récemment en 1983 un nouveau manuscrit datant du XIVe s. en provenance d'un fond privé a été découvert en Allemagne » (Hildegarde de Bingen, Les plantes médicinales, Bâle, 1988, p. 17-18).

80 Liste reproduite par J. Montebaur, « Studien zur Geschichte der Bibliothek der Abtei St.Eucharius-Matthias zu Trier », Römische Quartalschrift für christliche Altertumskunde und für Kirchengeschichte, 26. Supplementheft, 1931, p. 18 : « Ascetica : [...] Hildegardis : de operatione Dei - liber scivias - [...] liber vitae meritorum per simplicem hominem comparatus annuente luce revelationum -. »

81 Fondé au début du VIIIe siècle, le monastère Saint-Euchaire de Trèves changea de nom au XIIe siècle, époque à laquelle fut découverte la dépouille de saint Matthias ; Eugène III, accompagné de saint Bernard, consacra l'église de Saint-Matthias en 1147 et l'abbaye devint un but de pélerinages. Cf. P. V. Redlich, « Zur Bibliothek und Geistesgeschichte der Trierer Abtei St-Mathias », Studien und Mitteilungen zur Geschichte des Benediktinerordens und seiner Zweige, Bd. 19, 1931, p. 448-464.

82 Aujourd'hui à Gand, Bibl. de l'université, ms. 241, sous le titre original de « de operatione Dei ».

83 Bernkastel-Cues, cod. 63.

84 Le Livre des subtilités des créatures divines, vol. 1, p. 245-246.

85 Texte latin dans PL 197, col. 1254 D-1255 A : Sardius post meridiem crescit inundatione pluviarum, cum folia laubrorum arborum in autumpnali tempore destruuntur, scilicet dum sol valde calidus est et aer frigidus, et sol illum in rubedine sua fovet. Et ideo ipse de aere et de aqua purus est et in bona temperie caloris bene temperatus, et virtute sua adversitates pestilentiae avertit. Quod si homo de pluribus pestibus et infirmitatibus in capite dolet ita quod inde velut amens efficitur, sardium aut in pilleo aut in panno aut in corio super verticem ejus liget et dicat : « Sicut Deus primum angelum in abissum dejecit, ita insaniam hanc de te N. abscidat et bonam scientiam mihi reddat » et curabitur. Et cui auditus aliqua infirmitate obduratus est, ipsum lapidem puro vino intingat, et madidum gracili lineo panno imponat, et surdae auri infigat, et gracillimum werck exterius super panno illo imponat et calor ejus in ipsam aurem intret et hoc saepe facial et auditum recipiet. Sed et qui gelsucht habet, simili modo in nocte cum urina et sardio, ut praefatum est, faciat et praedicta verba dicat et hoc per tres noctes faciat et curabitur.

86 Mot dont il n'existe pas de traduction littérale et qui, également sous la forme ridde ou ridden dans la Physica, désigne les accès de fièvres périodiques et leurs symptômes, comme les frissons ou les tremblements.

87 Mot par lequel Hildegarde désigne la jaunisse, « Gelbsucht » en allemand.

88 Heilkraft der Natur, Physica, p. 491.

89 Le Livre des subtilités des créatures divines, vol. 2, p. 234. Texte latin PL 197, col. 1335 D-1336 A : Sed et si quis homo ridden habet, accipe murem et eum modice percute, ne effugere possit, et antequam moriatur, dorsum ejusdem muris inter scapulas hominis eius liga, cum riddo jam eum fatigat, et ubi inter scapulas illius moriatur, et homo ille curabitur, nec amplius eum invadit.

90 Hildegard von Bingen, Heilmittel, 4. Lieferung, Buch 2/4/5 : Elemente, Edelsteine, Fische, Bâle, 1983, p. 50.

91 Médecine des pierres précieuses de sainte Hildegarde, Montsûrs, 1990, p. 91 (trad. de Die Edelsteinmedizin der heiligen Hildegard, paru à Fribourg-en-Brisgau en 1985).

92 Physica (désormais abrégé en Phy), PL 197, col. 1259.

93 Le Livre des subtilités des créatures divines, vol. 1, p. 256-257.

94 Naturkunde, p. 86 (L'escarboucle guérit « sucht », « riddo », « fiber » et « gicht », préserve de la corruption les choses facilement putrescibles et met en fuite les mauvais esprits aériens.)

95 Heilkraft der Natur, p. 319 (... il la fait à nouveau briller, qui met sa langue dans la bouche d'un autre, pour qu'ainsi [le soleil] ressuscite [la lune], qui était déjà morte...).

96 Phy, IV, 20, PL 197, col. 1263.

97 Le Livre des subtilités des créatures divines, vol. 1, p. 266-267.

98 Phy, PL 197, col. 1263 C-D ; trad. P. Monat, vol. 1, p. 267.

99 Heilmittel, 4. Lieferung, p. 85 : « W ergänzt in den P fehlenden Text : sunt, et calidus et humidus est et tanti frigoris quod ignem a se expellant (sic). Nam cum interdum magnum frigus. »

100 Phy, PL 197, col. 1279 B.

101 Trad. P. Monat, vol. 2, p. 109.

102 Phy, PL 197, col. 1283A-B.

103 Le Livre des subtilités des créatures divines, vol. 2, p. 118.

104 J'utilise ce terme, au sens de « récit d'origine », à la suite de C. Lévi-Strauss ou de M. Albert-Llorca, qui a consacré un ouvrage à ce type de récit : cf. L'Ordre des choses, Paris, 1991. L'anguille passe pour être en relation avec les reptiles dans le folklore étudié par Paul Sébillot (cf. La Faune et la Flore, Le Folklore de France, t. III, Paris, 1906, p. 339) et il est vrai que par sa forme allongée et sa reptation à terre ce poisson rappelle fortement le serpent.

105 Texte latin Phy, VI, 8, PL 197, col. 1292 ; trad. P. Monat, vol. 2, p. 139.

106 Cité par M.-L. Portmann, Heilmittel, 5. Lieferung, Buch 6/7 Vögel, Tiere, Bâle, 1984, p. 33.

107 Phy, col. 1316, P. Monat, vol. 2, p. 192.

108 Cf. M.-L. Portmann, Heilmittel, 5. Lieferung, p. 137.

109 Phy, col. 1316 et P. Monat, vol. 2, p. 191-192.

110 Kaiser 1901, p. 6, cité par P. Riethe, Naturkunde, p. 172 : « Die Brüsseler Handschrift ist nach Kaiser (1901, s. 6) eine Kompilation aus dem LSM und LCM. »

© Éditions de la Sorbonne, 1995

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540