Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le manuscrit perdu à Strasbourg

 | 
Laurence Moulinier

Introduction

Texte intégral

  • 1 « La page médicale d'Ici Paris », par J.-L. Andrei, Ici Paris, no 2424, du 18 au 23 décembre 1991, (...)
  • 2 R. Lejeune, extraits de la préface du livre de D. Maurin, Une médecine tombée du ciel, Ed. Saint-P (...)

Ste Hildegarde décrit toutes les maladies de notre époque avec... un millénaire d'avance ! Tout y passe. « Des millions d'heures de recherches auraient été économisées si l'on avait consulté ces parchemins oubliés depuis des siècles », dit un chercheur qui s'est penché sur ces écrits1.
On dit cependant qu'une partie des manuscrits serait détenue par l'Union des Pharmaciens et enfermée dans un coffre-fort. Concerne-t-elle des écrits non encore publiés ? Il y a là un mystère qu'il serait utile d'élucider2.

  • 3 Cf. G. Hertzka, Voilà comment Dieu guérit, Hauteville, 1987 pour la trad. fr., p. 20 : « La maladi (...)
  • 4 Voir par exemple E. Breindl, Das groβe Gesundheitsbuch der hl. Hildegard et Gesund und schmackhaft (...)
  • 5 Cf.. G. Hertzka, W. Strehlow, Manuel de la médecine de sainte Hildegarde, Montsûrs, 1988 pour la t (...)

1Certaines femmes du Moyen Age sont d'actualité et Hildegarde de Bingen (1098-1179), bénédictine allemande passée à la postérité comme sainte visionnaire, a le vent en poupe. Bénéficiant ( ?) d'un air du temps friand de médecines dites naturelles, l'abbesse, qui laissa entre autres écrits une importante œuvre scientifique, s'est vu en effet sacrer depuis quelques années « patronne des médecines douces ». Ce mouvement de redécouverte enthousiaste de la médecine de Hildegarde est bien sûr parti d'Allemagne, où le souvenir de la sainte est resté vivace grâce aux travaux des sœurs de l'abbaye qui porte son nom à Rüdesheim-Eibingen : des praticiens y mettent en application depuis de longues années les préceptes médicaux de Hildegarde (l'un d'eux, le Docteur Hertzka, qui exerce à Constance, affirme avoir trouvé dans les écrits de Hildegarde le moyen de combattre nos maladies dites de civilisation comme l'infarctus ou le cancer3), des ouvrages intitulés Hildegard Medizin Praxis ou Kochen mit der heiligen Hildegard4 y voient périodiquement le jour, et la Fédération des Unions de pharmaciens allemands a créé une médaille de Hildegarde destinée à récompenser les mérites dans le domaine de l'éducation de la santé ; on ne compte d'ailleurs plus, dans les contrées de langue allemande, les pharmacies proposant des remèdes indiqués par la sainte, y compris des chaussures en peau de blaireau5, ou les boulangeries et meuneries fournissant semoule, farine, pain et biscottes d'épeautre, puisque Hildegarde tenait cette céréale un peu marginale aujourd'hui pour une véritable panacée.

  • 6 A titre d'exemple, après Voilà comment Dieu guérit du Dr Hertzka, et Sainte Hildegarde, une médeci (...)

2Cette vogue a gagné d'abord la Suisse, puis d'autres pays, y compris hors d'Europe ; à Bâle, la Basler Hildegard-Gesellschaft publie régulièrement, outre différentes études et traductions des œuvres de sa sainte éponyme, un Hildegard-Zeitschrift à l'intention de ses fidèles, et a ouvert un département de « produits hildegardiens », Hildegard-Mittel und Reformprodukte, confectionnés selon les recettes de l'abbesse. En France, les éditions Résiac, à Montsûrs, ont récemment publié deux œuvres des Docteurs Hertzka et Strehlow (Manuel de médecine de sainte Hildegarde et Médecine des pierres précieuses de sainte Hildegarde), et tiennent à la disposition de leurs clients différents « produits naturels » recommandés par Hildegarde, notamment des pierres précieuses ; un naturopathe, Daniel Maurin, anime pour sa part dans le Sud-Ouest des sessions « Santé, Vitalité, Joie de vivre avec Sainte Hildegarde » et les publications à ce sujet vont bon train, souvent dotées de titres affichant la joie d'avoir trouvé dans une œuvre du XIIe siècle les armes pour combattre les maux du nôtre6.

  • 7 Hildegard von Bingen, Chants de l'extase, Deutsche Harmonia Mundi, BMG, 1994.
  • 8 Cf. l'article d'A. Marti sur Diane Bellego, « Diane, ambassadeur de charme », Le Figaro, 31 octobr (...)
  • 9 R. Pernoud, Hildegarde de Bingen, conscience inspirée du XIIe siècle, Monaco, 1994.

3Un tel succès ne se limite pas à son œuvre médicale, et l'ensemble des écrits de la sainte, y compris sa musique, abondamment jouée et enregistrée, occupe depuis quelque temps le devant de la scène. Le dernier enregistrement de ses chants par le groupe « Sequentia » a fait un véritable malheur7, et la vie et l'œuvre de Hildegarde semblent devenues si familières — la chaîne Arte lui a consacré toute une émission à une heure de grande audience en décembre 1993, et une actrice du petit écran n'hésitait pas à évoquer dans une interview « [s]a copine Hildegarde8 » — qu'on craint parfois d'enfoncer des portes ouvertes lorsqu'il s'agit de les présenter au lecteur. À plus forte raison depuis la toute récente parution d'une biographie de Hildegarde signée Régine Pernoud...9

4Dans ce mouvement de redécouverte enthousiaste, le meilleur côtoie parfois le pire et les aberrations ne manquent pas. Pourtant la curiosité du grand public pour le personnage et son œuvre a partie liée avec les avancées de la recherche à ce sujet. Éditions, traductions et analyses des écrits de Hildegarde se sont multipliées depuis le siècle dernier, et la réussite de cette entreprise de propagation tient notamment à l'activité incessante des sœurs de l'Abtei-St. Hildegard. Des traductions en série de ses œuvres, publiées par l'éditeur Otto Müller à Salzbourg, ont contribué à la faire connaître d'un nombre toujours croissant de lecteurs dans l'aire germanophone, et le 800e anniversaire de la mort de la sainte, en 1979, a donné une nouvelle impulsion aux recherches hildegardiennes, mobilisant et rassemblant de nombreux chercheurs autour de différents aspects de son œuvre.

  • 10 Hildegarde de Bingen, Le Livre des œuvres divines (Visions), prés, et trad. B. Gorceix, Paris, 198 (...)
  • 11 S. Gouguenheim, L'Eschatologie dans la vie et l'œuvre d'Hildegarde de Bingen, thèse dactyl., Unive (...)
  • 12 Viae ad Physicam Sanctae Hildegardis, Présentation et traduction de morceaux choisis, thèse de doc (...)
  • 13 Hildegarde de Bingen, Physica : livres V-VI-VII-VIII, trad. E. Klein, Bâle, 1988.
  • 14 Hildegarde de Bingen, Le Livre des subtilités des créatures divines (Physique), prés. C. Mettra, t (...)

5En France, l'intérêt pour Hildegarde est devenu particulièrement sensible dans les années 80, et la traduction du Livre des œuvres divines par le regretté Bernard Gorceix en 198210 puis la thèse de Sylvain Gouguenheim sur L'Eschatologie dans la vie et l'œuvre de Hildegarde de Bingen en 198911 sont deux étapes importantes de la redécouverte des écrits théologiques de Hildegarde dans notre pays. Mais en ce qui concerne son œuvre scientifique, les résultats de la recherche ont précédé l'entreprise de traduction : Elisabeth Klein soutint en 1984 une thèse de médecine sur la Physica de Hildegarde, qu'elle publia auprès de la « Société Hildegarde » sise à Bâle, la Basler Hildegard-Gesellschaft12, à qui elle confia également le soin d'éditer sa traduction partielle de ladite Physica en 198813 ; la même année paraissait à Grenoble, chez Jérôme Millon, le premier tome de la traduction complète de cette œuvre par Pierre Monat14. Or les textes scientifiques attribués à l'abbesse sont toujours loin d'être établis et l'on ignore encore ce qui y revient au juste à Hildegarde et ce qui au contraire doit être mis au compte de continuateurs anonymes.

  • 15 Cf. W. Lauter, « Hinweise auf Hildegard von Bingen in Japan », dans Hildegard von Bingen. Festchri (...)
  • 16 Cf. W. Lauter, Hildegard-Bibliographie. Wegweiser zur Hildegard-Literatur, Alzey, 1970, et Hildega (...)

6Lorsque j'ai commencé à me pencher sur l'œuvre de Hildegarde en 1985, j'étais loin de me douter de l'ampleur qu'allait prendre le phénomène mais Sylvain Gouguenheim avait raison de prophétiser, en vertu peut-être de sa familiarité avec les prédictions de la sainte, que les publications à son sujet allaient faire un bond dans les années à venir. De fait la bibliographie la concernant, tous pays confondus, y compris le Japon15, a atteint aujourd'hui des proportions gigantesques, et a même fait l'objet d'un ouvrage à part entière par Werner Lauter, régulièrement tenu à jour et réédité16 : de gloire nationale intéressant au premier chef les érudits germanophones, Hildegarde est devenue un phénomène international, et un des signes les plus nets en est la création aux États-Unis, il y a dix ans, d'une « International Society for Hildegard of Bingen's Studies ». Sœur de tant d'autres « Hildegard-Gesellschaften » établies en Allemagne, en Suisse ou en Autriche, cette société publie régulièrement un bulletin d'information exclusivement consacré aux avancées de la recherche hildegardienne, Qualelibet, et organise chaque année autour de la sainte un colloque à Kalamazoo, où ses « fans » peuvent se procurer des T-Shirts à son effigie... Notons que c’est aux États-Unis également qu’une sœur du nom de Germaine Fritz, prieure d’un monastère du New Jersey, a lancé en novembre 1994 un disque intitulé Vision (EMI), dans lequel les chants de louange de l’abbesse ont été audacieusement remixés selon le goût du jour, au point de devenir des « tubes » de boîtes de nuit...

7Le sujet auquel je m'attelai ne manquait pas d'envergure, le mariage des lettres et des sciences dans la vie et dans l'œuvre de Hildegarde étant somme toute aussi remarquable que l'alliance de l'artiste et de l'ingénieur, par exemple, en la personne d'un Léonard de Vinci. D'emblée, l'étude de l'œuvre scientifique de l'abbesse se situait au confluent de nombreuses histoires, celle de la sainteté, celle de la médecine et celle de l'environnement : elle s'est en fait avérée relever tout autant de l'histoire des textes, quand j'eus pris mes distances avec la popularité croissante de la sainte, qui s'interposait tel un écran devant son œuvre. La traduction de la Physica en français avait certes marqué un tournant important, mais l'œuvre scientifique de Hildegarde coulait-elle pour autant de source ? Elle posait par exemple toujours des problèmes de terminologie mais les difficultés soulevées encore aujourd'hui par la traduction de certains termes vernaculaires contenus dans cette œuvre n'étaient somme toute que les arbres qui cachent la forêt, car les énigmes de l'histoire du texte demeuraient sans réponse : pourquoi l'édition de la Physica imprimée à la Renaissance ne ressemblait-elle à aucun des manuscrits connus ? Pourquoi disposions-nous de deux œuvres médicales attribuées à Hildegarde, Physica d'une part, Causae et curae d'autre part, alors que les témoignages contemporains de la sainte n'évoquaient qu'un seul écrit scientifique, apparemment intitulé Liber subtilitatum diversarum naturarum creaturarum ? Enfin, pourquoi, quand et par qui Physica et Causae et curae s'étaient-ils vu attribuer les sous-titres respectifs de Liber simplicis medicinae et Liber compositae medicinae ?

8Il était de plus en plus clair qu'on ne pouvait s'appuyer, pour analyser l'œuvre scientifique de Hildegarde, ni sur le seul texte édité dans la Patrologie latine de Migne ni, a fortiori, sur ses traductions française ou allemande. Les travaux de Peter Dronke m'invitaient à suivre la voie de l'étude des manuscrits, et je m'y engageai d'autant plus résolument que je venais d'apprendre la récente découverte de deux nouveaux manuscrits complets de la Physica conservés l'un à Florence, l'autre à la Bibliothèque vaticane ; je pus les consulter directement, et les aléas de ma recherche me mirent en outre en présence de deux premiers fragments inédits, puis de deux autres : l'histoire de l'œuvre scientifique de Hildegarde devait retracer sa genèse mais aussi son devenir, et je me suis donc penchée sur l'histoire des différents manuscrits subsistants. Au bruit, sinon à la fureur, déchaîné par la médecine de Hildegarde dans les années 1980-1990 s'opposait un silence des siècles précédents qui n'était tout compte fait qu'une apparence : chaque manuscrit, complet ou fragmentaire, me parlait de l'intérêt suscité par la médecine de Hildegarde à différentes époques, et je me suis alors attachée à connaître ses lecteurs, ceux qui avaient copié son œuvre comme ceux qui l'avaient achetée, mais aussi les bibliophiles modernes qui avaient permis sa survie en l'intégrant dans leurs collections. Une géographie et une sociologie de la réception de l'œuvre s'esquissaient, en même temps qu'une histoire, voire des histoires possibles de sa formation et de sa déformation.

9Bien qu'ayant appris à fuir cette dichotomie, je ne me sentais pas autorisée à commenter le « fond » de l'œuvre scientifique de Hildegarde avant d'en avoir exploré la forme et dessiné les contours. Le témoignage des manuscrits primait sur tout autre critère d'appréciation, quitte à soulever plus de questions qu'il n'apportait de réponses. D'autres, comme Marie-Louise Portmann ou Danielle Delley, nourrissaient également des doutes sur l'homogénéité de cette Physica si largement citée ou commentée, mais leurs critères, souvent empreints d'a priori sur ce que Hildegarde n'aurait jamais pu concevoir, et donc écrire, ne me paraissaient pas satisfaisants. J'ai ainsi passé de longues heures à retranscrire et à analyser des variantes parfois infimes, et mon travail a pris à bien des égards l'allure sinon d'une filature, du moins d'une enquête policière, avec ses lenteurs, ses piétinements et ses impasses. Je donne donc en pâture au lecteur, en guise de pièces à conviction, de longues portions de texte qui constituent autant d'étapes de mon raisonnement, mais au terme de l'enquête, je n'ai à lui livrer que des suspects et leurs mobiles possibles, laissant au principal coupable le bénéfice du doute.

10Ce travail ne prétend pas, en effet, avoir résolu tous les problèmes liés à l'histoire du texte, dont l'édition critique reste à faire, ni même brossé un scénario linéaire et limpide de la destinée de l'œuvre ; souhaitons seulement qu'il ait réussi à mettre en évidence les fluctuations d'une œuvre aux contours mouvants, notamment grâce à l'établissement d'un catalogue des manuscrits scientifiques de l'œuvre de Hildegarde, dont les découvertes les plus récentes rendaient nécessaire la mise à jour. Au moins le silence des cabinets de manuscrits et le ronronnement tranquille des lecteurs de microfilms m'ont-il permis de me concentrer dans un premier temps sur l'œuvre seule et ses différents états, et de me tenir à l’écart d'un certain nombre de discours qui escamotaient sa complexité par leur partialité : la ferveur catholique, la foi dans la naturopathie ou les convictions féministes de différents auteurs d'ouvrages sur Hildegarde me sont apparues de fait bien souvent comme autant de risques de brouillage.

11Quitte à inverser l'ordre chronologique des choses, j'ai donc tenu à interroger longuement les textes avant de faire comparaître l'auteur présumé, et ce n'est qu’après avoir touché du doigt puis exploré l'aspect stratifié, pour ainsi dire feuilleté, de l’œuvre scientifique de Hildegarde (chapitres I à V) que j'ai pu en venir, dans une seconde grande partie, à la question de sa genèse et l'aborder entre autres par le biais de l'histoire biographique. La vie et la personnalité de Hildegarde, désormais abondamment décrites en France et ailleurs, revêtant l'apparence du connu, avec ses charmes et ses dangers, je dois avouer que je me suis méfiée quelque peu de ses hagiographes médiévaux et modernes ; l'histoire des maladies de la sainte, constamment souffrante depuis son plus jeune âge, phénomène souvent invoqué pour expliquer qu'elle se soit intéressée à la médecine, m'a semblé par exemple à la fois un champ trop balisé et un fil trop ténu pour que j'y insiste.

  • 17 Par commodité, et pour éviter lourdeurs et problèmes d'accord, je manierai ce titre comme un singu (...)

12Plus fructueuse m'a paru en revanche une réflexion sur les rapports entre sa condition de femme et son entreprise scientifique, sans pour autant sacrifier à la mode : la rencontre du sexe dit faible et de la science est en effet remarquable, surtout au Moyen Age, et de récentes et très sérieuses études sur les « femmes auteurs » de cette période m'ont fourni de solides points d'appui. J'ai donc pu tenter une évaluation de l’originalité de l’œuvre de Hildegarde, en comparant son apport à celui d’autres rares figures féminines « scientifiques » du Moyen Age mais aussi en m'interrogeant sur sa réception à travers les siècles ou en cherchant dans la biographie et dans les autres écrits de l'abbesse de quoi éclairer la singularité de ses vues (chapitre VI). « Femme savante », elle l'était assurément mais l'origine de ses connaissances gardait une large part de son mystère : je me suis donc lancée, à son corps défendant, à la recherche de ses sources, et j'ai tâché d'autre part de resituer la Physica et le Causae et curae17 par rapport à la littérature scientifique qui les avait précédés comme par rapport à celle qui devait leur succéder (chapitre VII).

13L'œuvre scientifique de Hildegarde nous parle des hommes du Moyen Age, de leurs maux et de leurs espoirs, mais aussi du rapport qu'ils entretenaient avec la Nature environnante : on comprendra que toute appréciation de cet aspect de l'œuvre ne pouvait venir qu'en dernier, comme l'aboutissement de ce travail. L'étude minutieuse des manuscrits en était le préalable impératif, sous peine de commettre des anachronismes de taille, et de s'extasier par exemple mal à propos sur le caractère radicalement novateur au XIIe siècle, de chapitres écrits probablement plus tard et par d'autres, dans un contexte culturel tout à fait différent.

14Ce travail s'est développé au fur et à mesure que grandissait en moi la conviction que la circonspection s'imposait plus que jamais à propos de l'œuvre scientifique de Hildegarde, et qu'il était nécessaire avant tout de la remettre en perspective, « entre le cristal et la fumée » pour reprendre une formule d'Henri Atlan ; aussi paradoxal que cela puisse paraître, si le lecteur referme cette étude avec plus de soupçons que de certitudes, j'estimerai qu'elle a atteint son but.

15L'histoire qu'on lira ici n'est pas le fruit d'une recherche entièrement solitaire et je tiens à remercier l'École française de Rome, dont les bourses d'étude m'ont permis un contact direct et décisif avec certains textes, ainsi que la Basler Hildegard-Gesellschaft, qui m'a aimablement fourni différentes parutions introuvables en France. Mais outre les longs tête à tête avec les documents, ce livre doit beaucoup aux échanges et aux contacts que j'ai eus avec différents amis et chercheurs : Martin Aurell, Corinne Beck, Charles Burnett, Jean-Luc Chassel, Danielle Jacquart, Robert Delort, Peter Dronke, André-Georges Haudricourt, Lada Hordynsky-Caillat, Gundolf Keil, Elisabeth Klein, Bruno Laurioux, Frédéric Maurin, Philippe Morel, Nigel Palmer, Michel Parisse, François Poplin, Odile Redon, Charles Roux. Qu'ils m'aient prodigué encouragements et conseils ou qu'ils aient accepté la tâche ingrate de me relire, leur aide et leurs lumières ont facilité mon travail et je leur dis ici toute ma gratitude.

Notes

1 « La page médicale d'Ici Paris », par J.-L. Andrei, Ici Paris, no 2424, du 18 au 23 décembre 1991, p. 12.

2 R. Lejeune, extraits de la préface du livre de D. Maurin, Une médecine tombée du ciel, Ed. Saint-Paul, 1991, rassemblés dans l'article « Une fleur du jardin médiéval », Dieu est amour, no 151, Sainte Hildegarde de Bingen, mai 1993, p. 8-9.

3 Cf. G. Hertzka, Voilà comment Dieu guérit, Hauteville, 1987 pour la trad. fr., p. 20 : « La maladie du cancer est tellement bien décrite, dans sa genèse et dans ses corrélations, que cela m'a procuré un véritable plaisir d'observer, depuis 25 ans, comment les cancérologues ont, dans leurs résultats acquis pour certains, confirmé trait pour trait ce que Hildegarde décrit. » Cf. aussi p. 22 : « Il y a trente ans que je m'occupe de la médecine d'Hildegarde. Dans tous les cas où j'ai observé ou pu observer exactement ses prescriptions, les résultats ne se sont pas fait attendre. »

4 Voir par exemple E. Breindl, Das groβe Gesundheitsbuch der hl. Hildegard et Gesund und schmackhaft kochen, parus à Augsbourg en 1988, et R. Schiller, Hildegard Medizin Praxis. Rezepte für ein gesundes Leben. Heilmittel im Einklang mit der Umwelt. Wahrung der ursprünglichen Lebenskraft, Augsbourg, 1990.

5 Cf.. G. Hertzka, W. Strehlow, Manuel de la médecine de sainte Hildegarde, Montsûrs, 1988 pour la trad. fr., p. 364 : « De la peau de blaireau, une ceinture de blaireau, des bandages de peau de blaireau, voire des sommiers de la même peau sont un des meilleurs moyens d’assurer l'irrigation sanguine des jambes. »

6 A titre d'exemple, après Voilà comment Dieu guérit du Dr Hertzka, et Sainte Hildegarde, une médecine tombée du ciel de D. Maurin, ont paru Les Recettes de la joie avec sainte Hildegarde, nées de sa collaboration avec le « cordon-bleu » J. FournierRosset et précédant de peu la publication des Secrets de cuisine de sainte Hildegarde par les éditions Résiac.

7 Hildegard von Bingen, Chants de l'extase, Deutsche Harmonia Mundi, BMG, 1994.

8 Cf. l'article d'A. Marti sur Diane Bellego, « Diane, ambassadeur de charme », Le Figaro, 31 octobre 1990 : « Elle rêve des grandes aventurières, Cassandre et, comme elle l'appelle, “ma copine” Hildegarde de Bingen, une abbesse du XIe siècle (sic) ».

9 R. Pernoud, Hildegarde de Bingen, conscience inspirée du XIIe siècle, Monaco, 1994.

10 Hildegarde de Bingen, Le Livre des œuvres divines (Visions), prés, et trad. B. Gorceix, Paris, 1982.

11 S. Gouguenheim, L'Eschatologie dans la vie et l'œuvre d'Hildegarde de Bingen, thèse dactyl., Université de Paris X, 1989, 2 vol.

12 Viae ad Physicam Sanctae Hildegardis, Présentation et traduction de morceaux choisis, thèse de doctorat en médecine, Strasbourg, Université Louis Pasteur, 1984.

13 Hildegarde de Bingen, Physica : livres V-VI-VII-VIII, trad. E. Klein, Bâle, 1988.

14 Hildegarde de Bingen, Le Livre des subtilités des créatures divines (Physique), prés. C. Mettra, trad. P. Monat, Grenoble, 2 vol., 1988-1989.

15 Cf. W. Lauter, « Hinweise auf Hildegard von Bingen in Japan », dans Hildegard von Bingen. Festchrift zum 800. Todestag, éd. Anton Ph. Brück, Mayence, 1979, p. 433-438.

16 Cf. W. Lauter, Hildegard-Bibliographie. Wegweiser zur Hildegard-Literatur, Alzey, 1970, et Hildegard-Bibliographie. Wegweiser zur Hildegard-Literatur, Alzey, 1984 (pour les parutions concernant Hildegarde de 1970 à 1982).

17 Par commodité, et pour éviter lourdeurs et problèmes d'accord, je manierai ce titre comme un singulier.

© Éditions de la Sorbonne, 1995

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540