Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'histoire et les nouveaux publics dans l'Europe médiévale (XIIIe-XVe siècle)

 | 
Jean-Philippe Genet

III. Langues et langages

Historiographie latine et vernaculaire : le cas de Pierre Eschenloer de Breslau

Volker Honemann

Texte intégral

1Écrire une chronique ou une autre pièce historiographique au Bas Moyen Age, c'était une tâche difficile. A la différence du Haut Moyen Age, il y avait maintenant un grand nombre de genres historiographiques, développés peu à peu sous l'impulsion de nouvelles données : le programme de notre congrès a énuméré ces données, signalant en même temps quelles étaient les conséquences pour la forme de la pièce historiographique.

2Un des problèmes importants qui se présentait à presque tous ceux qui voulaient écrire une "chronique" aux XIVe et XVe siècles, était le choix de la langue. Pour le Bas Moyen Age européen, c'était le choix entre la langue traditionnelle de l'historiographie, la langue latine, et une langue vulgaire. On peut supposer que les conséquences de ce choix, auquel il fallait se résoudre avant de commencer la rédaction de l'oeuvre, étaient considérables.

  • 1 A. VERNET, "Les traductions latines d'oeuvres en langues vernaculaires au moyen âge", dans G. CONT (...)

3Le but principal de ma contribution, c'est d'en caractériser les conséquences. Comme matériel de démonstration, j'ai choisi l'oeuvre historiographique de Pierre Eschenloer, greffier municipal à Breslau dans la seconde moitié du XVe siècle. Entre 1460 et 1472, il compose une chronique latine, appelée Historia Wratislaviensis. De 1472 jusqu'à l'année de sa mort en 1481, il produit un remaniement allemand de cette chronique. D'un point de vue méthodologique, c'est une situation très intéressante : nous avons le cas d'un auteur qui produit une traduction-remaniement, une "libre transposition"1 de son propre ouvrage latin.

  • 2 S.B. KLOSES, Darstellung der inneren Verhältnisse der Stadt Breslau vont Jahre 1458 bis zum Jahre (...)

4Avant de comparer les deux textes, il me semble nécessaire de donner quelques informations sur la vie de Pierre Eschenloer et sur les circonstances dans lesquelles il a écrit ses chroniques.2

  • 3 H. HERKROMER, "Frauenburg, Johann", Verfasserlexikon, vol. 2, 1980, 861 f. ; G. HAHN, "Johannes vo (...)

5Né à Nuremberg vers 1420 dans une famille de marchands, Eschenloer reçoit une éducation approfondie, y compris par des études à une université (nous ne savons pas laquelle), terminant ses études en recevant le degré de Maître ès Arts. Vers 1450, nous le voyons à Goerlitz comme recteur de l'école latine de la ville. En 1455, il va à Breslau comme greffier municipal, c'est à dire comme chef de l'administration de la ville la plus importante et la plus grande de la Silésie, centre commercial et ecclésiastique (y compris un siège épiscopal), d'environ quarante mille habitants. Le changement de fonction professionnelle (du recteur d'école au greffier municipal) n'a rien d'étonnant : dans les villes du Bas Moyen Age allemand, nous voyons un grand nombre de greffiers, qui en même temps travaillent comme recteurs d'écoles latines. Voici deux exemples seulement : quittant Goerlitz, Pierre Eschenloer est remplacé comme greffier par Jean Frauenburg, recteur d'école ; vers 1400, nous trouvons Jean de Tepl, auteur du fameux dialogue Der Ackermann und der Tod dans la double fonction de recteur d'école et de greffier dans la ville de Saaz en Bohême.3 La base d'une telle combinaison était le bilinguisme profond et professionnel dont non seulement le recteur d'école, mais aussi le greffier avait besoin.

  • 4 Pour une liste des voyages d’ambassade de Eschenloer voir SCHULTZ (note 2), p. 60 sq.
  • 5 SCHULTZ (note 2), p. 59 sq. et MARKGRAF 1865 (note 2), p. 9
  • 6 MARKGRAF 1865 (note 2), p. 15; KLOSE (note 2), p. 341 : "Sabbato ante Jubilate 1481. Obit honestus (...)

6A Breslau, pendant les temps troublés de la seconde moitié du XVe siècle, ce bilinguisme professionnel est une nécessité absolue : C'est Eschenloer qui, sur les ordres du conseil municipal, rédige (en latin) la correspondance diplomatique de Breslau, et c'est lui qui traduit et explique les documents adressés au conseil par le pontife romain, les rois de Bohême, de Pologne et de Hongrie ou envoyés par quelqu'autre autorité hors du territoire de la langue allemande, la vaste majorité des conseillers de Breslau ne comprenant pas le latin. C est Eschenloer qui (sur les ordres du conseil, comme toujours) est chargé d'un grand nombre de missions diplomatiques pour expliquer la position de la ville de Breslau à l'extérieur : nous le voyons, par exemple, à la cour de Prague (où il est présent à la mort de Ladislas le Posthume en 1457).4 Et c'est Eschenloer, qui négocie constamment avec P évêque de Breslau, le bohémien Jost de Rosenberg, qui ne parle que peu d'allemand. En outre, c'est Eschenloer aussi, qui rédige-en allemand-les procès-verbaux des sessions du conseil, des chartes, des testaments et tous les documents officiels dont on avait besoin.5 Evidemment, Eschenloer était un greffier très capable : quelques jours après sa mort, son successeur insère un véritable éloge dans le livre rouge des procès-verbaux de la ville, le louant pour sa habileté en ce qui concerne la rédaction et la traduction des écrits en latin et en langue vulgaire, une louange qui semble bien justifiée.6

  • 7 A. STRNAD, "Die Breslauer Bürgerschaft und das Königtum Georg Podiebrads", Zeitschrift für Ostfors (...)

7Dans les temps difficiles des deux décennies de 1460 à 1480, la tâche de greffier était une responsabilité énorme : la ville de Breslau, défendant une indépendance relative de la couronne de Bohême, s'opposait au nouveau roi, Georges de Podiebrad, regardé comme hérétique. A l'extérieur, ce sont des négociations avec le pontife romain, Pie II, l'humaniste Enea Silvio Piccolomini, et avec tous les pouvoirs importants. A l'intérieur de la ville, un conseil, qui voit clairement le grand danger d'une confrontation avec Georges de Podiebrad, s'oppose à un clergé, qui prêche la croisade contre le roi hussite de Bohême et qui enflamme le sentiment du peuple.7

  • 8 Les deux traductions n'ont pas encore été publiées, voir Menzel (note 2), p. 630.

8Dans une telle situation, le conseil devait agir prudemment, et il devait être très bien informé. De nouveau, c'est Eschenloer qui rend accessible une source importante d'informations au conseil de Breslau : sur la commande du conseil, il traduit en 1464 l'Historia Bohemica d'Enea Silvio, traitant surtout l'expansion du Hussitisme et l'histoire du roi Ladislas le Posthume, grandi à Vienne sous les yeux de Enea Silvio. Deux ans plus tard, Eschenloer traduit une chronique de croisade, l'Historia Hierosolymitana de Robertus Monachus, une chronique qui intéressait le conseil de Breslau dans le contexte de la menace turque et du projet d'une croisade contre les Turcs, si ardemment poursuivi par Enea Silvio, qui mourut à Ancône en 1464 au moment ou la flotte des croisés était en train de quitter le port.8

  • 9 Edition : H. MARKGRAF, Historia Wratislaviensis [...] von Mag. Peter Eschenloer, (Scriptores rerum (...)
  • 10 Edition (insuffisante) : J.G. KUNISCH, Peter Eschenloer's, Stadtschreibers zu Breslau Geschichten (...)

9Si l'on veut, on peut regarder ces traductions comme un travail préparatoire à l'oeuvre historique d'Eschenloer. En réalité, c'est plus compliqué : il semble que c'est la connaissance de l'Historia Bohemica latine qui a poussé Eschenloer à produire une Historia des faits historiques qui s'étaient déroulés à Breslau au temps de Ladislas le Posthume et de Georges de Podiebrad. Le titre choisi par Eschenloer indique cela d'une manière un peu circonstanciée : Historia Wratislaviensis et que post mortem regis Ladislai sub electo Georgio de Podiebrat Bohemorum rege illi acciderant prospera et adversa.9 Suivant étroitement le texte de YHistoria Bohemica jusqu'à la mort de Ladislas le Posthume en 1457, Eschenloer commence son récit en 1438, l'année de la mort d'Albert II, roi des Romains, de Hongrie et de Bohême, le continuant en détail jusqu'à l'année 1472. Le texte allemand, appelé Geschichten der Stadt Breslau,10 suivant en général le texte de la chronique latine de Eschenloer, continue le récit historique jusqu'à l'année 1479.

  • 11 Dans la préface de son édition (p. V-XXIX) MARKGRAF a donné une première comparaison des deux text (...)

10Afin de donner une idée plus précise de l'oeuvre historique de Eschenloer, et pour permettre de comparer le texte latin avec le texte allemand,11 il me semble utile de poser quelques questions à ces textes.

  • 12 Éd. MARKGRAF, p. 1 sq. ; éd. KUNISCH I, p. 3sq.

11Première question : pourquoi Eschenloer écrit-il, pourquoi produit-il, malgré une charge de travail énorme dans son office de greffier, deux textes d'une longueur considérable, c'est-à-dire plus de 800 pages dans les éditions ? S'agissait-il, comme auparavant, d'une commande du conseil municipal de Breslau qui, comme les conseils de beaucoup d'autres villes à la fin du Moyen Age, voulait avoir une idée de ce qui s'était passé ? Malheureusement, Eschenloer ne s'explique pas clairement. Le seul indice se trouve dans la préface de sa chronique dont la version allemande est identique à la version latine.12 Les idées exprimées ici par Eschenloer sont des stéréotypes : la description des choses qui se sont passées peut servir comme exemple instructif pour les contemporains de 1'auteur, le sort de Troie et de Rome nous montre que la concorde est absolument nécessaire pour la prospérité d'une ville. "C'est pourquoi", s'exclame Eschenloer, "je m'adresse à toi, Breslau, afin que tu gardes la concorde intérieure, que le bien commun soit ce que tous tes habitants veulent - c'est le seul moyen pour vaincre l'hérésie des Bohêmiens. Il y a trois motifs pour lesquels j'ai écrit ce petit livre : l'amour envers toi, mon devoir, et le désir de propager la vérité sur ce que tu as accompli dans des temps si difficiles (texte latin 1 sq.-texte allemand 1,4). Si l'on veut, on peut interpréter le "devoir" (en latin : jurata fides, en allemand : meine pflicht heischt es) comme un indice qu'il y avait un genre de 'commande' par le conseil de Breslau d'écrire une chronique - mais l'expression n'est pas claire et nous n'avons pas d'autres données.

12Deuxième question : quelle intention avait Eschenloer ? Sa préface nous en informe : il veut donner à ses contemporains et à la postérité dans la ville de Breslau et dans d'"autres villes" une image claire et vraie des grands faits de sa ville pendant le temps où elle avait à combattre les hérétiques. Cette préface du texte latin se trouve inchangée, comme je l'ai dit, en tête de la chronique allemande : chose surprenante, parce que - comme vous le verrez - la chronique allemande diffère considérablement du texte latin. La conclusion qu'on peut en tirer, c'est que du point de vue d'Eschenloer, la transmission d’une intention unique et identique permettait (ou même exigeait) des moyens littéraires très différents si on se servait de différentes langues. Abstraction faite de cela, Eschenloer ne nous dit rien sur son intention. Dans ses textes ne se trouve aucune réflexion sur le genre historiographique de son oeuvre : est-ce une "chronique", un journal (il faut se souvenir que pour la plus grande partie du texte, ce sont des faits de l'histoire contemporaine qu'Eschenloer décrit), une "documentation" ou un aide-mémoire ? La notion dont il s'est servi dans les titres de ses ouvrages, Historia, remplacée par Geschichten (en pluriel) dans la version allemande est aussi générale que possible : elle n'a aucune signification précise.

  • 13 Éd. KUNISCH II, pp. 270-403.
  • 14 Dans son édition du texte latin, MARKGRAF a laissé de côté ces documents, voir p. 100 et ci-dessus (...)
  • 15 Voir, par exemple, la Responsio civitatis legatis data super proposicione eorum predicta (éd. MARK (...)

13Troisième question : quelles sont les concordances et quelles sont les différences entre l'Historia latine et les Geschichten allemands ? Une différence considérable, que j'ai mentionnée auparavant, est que l'Historia se termine sur les faits de l'année 1472 et que les Geschichten allemands finissent par l'année 1479. Pour conséquence, cette partie - longue et très intéressante - du texte allemand ne peut pas être utilisée pour une comparaison.13 En dehors de cela, les différences entre les textes parallèles sont considérables : le texte latin n'offre un récit continu que jusqu'aux événements de l'année 1460 seulement, c'est à dire jusqu'à la conclusion de la paix provisoire entre Georges de Podiebrad et la ville de Breslau (éd. Markgraf p. 100 = f°100 du manuscrit utilisé par l'éditeur). Ce qui suit pour les années 1461 à 1467, c'est une énorme masse de matériel : transcriptions des chartes, de la correspondance avec la cour de Rome et les princes de l'Europe centrale etc. Cette masse, comprenant plus de 200 folios dans le manuscrit, contient seulement les textes des diplômes, sans aucune note explicative de la part d'Eschenloer.14 C'est seulement avec l'année 1467 qu'il reprend son récit, insérant, comme toujours, un grand nombre de documents officiels. Pour le texte allemand, c'est tout différent : comme dans le texte latin, Eschenloer insère un grand nombre de documents, mais ici, tous les documents sont bien "classés" ; dans une introduction, Eschenloer explique la situation, dans laquelle une lettre a été écrite ou un discours a été prononcé ; à la fin, il décrit la réaction de l'audience ou du destinataire.15 Si l'on considère le nombre énorme des documents insérés (ils comprennent un tiers du texte total ; pour le texte latin c'est presque la moitié), il y a là une différence très importante entre le texte allemand et le texte latin. Ce que l'on peut voir ici, c'est l'intention d'Eschenloer : offrir au lecteur du texte allemand un conte ininterrompu, logique et concluant. De temps en temps, cela entraîne une contraction ou même une omission de détails où le danger de falsifier les faits n'est pas loin. Un exemple : dans le texte latin (p. 60), Eschenloer décrit comment l'évêque de Breslau, Jost de Rosenberg, a fait lire au conseil de Breslau une lettre du pape Pie II adressée au roi de Bohême, Georges de Podiebrad. Eschenloer a traduit et interprété cette lettre aux conseillers. Dans son interprétation, il démontre que la lettre contient des détails qui déplaisent beaucoup à l'évêque (contrairement à ce qu'il attendait), notamment à savoir que le pape explique que c'est lui qui est le juge du roi de Bohême et en même temps de la ville de Breslau. Le texte latin explique tout cela (y compris la réaction des conseillers et de l'évêque) avec une clarté admirable ; par contre le texte allemand (I, p. 113sq.) donne une version raccourcie et superficielle. Ce qui manque au texte allemand - de temps en temps-, c'est la précision intellectuelle - et cela est vrai aussi pour la question de la chronologie : celle du texte latin est plus précise et plus exacte.

  • 16 Voir MARKGRAF 1865 (note 2), pp. 20 sq.

14Quand il s'agit de la description des circonstances intérieures de Breslau, la situation est inverse : ici, le texte allemand offre beaucoup plus de détail. Eschenloer réussit à caractériser la vie intérieure de la ville d'une manière très attrayante. Nous voyons en action les différentes groupes dominants de la ville : les conseillers, pressés toujours par tous les autres, les corporations, les prédicateurs des ordres mendiants (blâmés sévèrement par Eschenloer), le clergé de la cathédrale, le peuple.16 Souvent, la manière de raconter d'Eschenloer est très amusante : s'armant contre une attaque imprévue des Bohémiens, les bourgeois de Breslau veulent transporter un tonneau de poudre aux murailles. Quand ils soulèvent le tonneau, le sol manque et toute le poudre tombe dans la boue (I, 109 ; cette anecdote manque dans le texte latin). Pierre Wartenberg, docteur en théologie, craignant que ses mots violents contre les Bohémiens ne soient dangereux au cas où ils prendraient la ville, tente de s'enfuir : il loue un chariot, le charge de ses meubles et se cache sous ses plumeaux et ses livres : découvert à la porte de la ville, il s'enfuit à la cathédrale (I, 99) ; tout ce que le texte latin dit (p.54), c'est : dominus doctor Petrus Wartemberg a summo recessit fugiens.

  • 17 Il semble que le même est vrai pour le discours prononcé par l'évêque d'Olmütz au conseil de la vi (...)

15De temps en temps, il semble que Eschenloer va jusqu'à l'invention. Le texte allemand nous donne en grand détail (I, 214-220) tous les plaidoyers prononcés à la diète de Brünn, tenue en 1462. Ces discours (très vifs !), prononcés par Georges de Podiebrad et l'un de ses partisans d'un côté, et les évêques d'Olmütz et de Breslau de l'autre, manquent dans le texte latin ; ils manquent dans tous les autres rapports sur la diète de Brünn - et Eschenloer ne dit pas mot qu'il était présent. Il semble donc bien qu'il les à inventés.17

  • 18 Voir, par exemple, la critique contre les sermons politiques, texte latin, p. 224, texte allemand (...)
  • 19 MARKGRAF, éd., préface p. XXII.
  • 20 Voir, par exemple p. 207 du texte latin : "O quam incredibilis insolencia in communitate preterito (...)
  • 21 Voir la préface de l'édition de MARKGRAF, p. XXIIsq.

16Tout cela, veut-il dire que le texte allemand d'Eschenloer est - plus ou moins - une collection d'anecdotes comparée au texte latin, sobre et "objectif", qui en général donne l'impression d'une documentation ? A mon avis, c'est seulement une part de la vérité. Les anecdotes, la concentration d'Eschenloer sur la vie intérieure de Breslau et le comportement de la ville en général n'ont pas de fin en soi ; elles lui servent comme substrat pour mettre en oeuvre l'intention centrale de son texte allemand : l'instruction de ses concitoyens sur la manière correcte de se comporter dans une ville qui se trouve dans une situation difficile - à l'extérieur comme à l'intérieur. Pour Eschenloer, l'élément le plus important de ce comportement correct consiste en cela que chacun doit faire son métier et rester à sa place. Les prédicateurs des ordres mendiants et Nicolas Tempelfelt, docteur en théologie, qui s'occupent continuellement dans leurs sermons de la situation politique de la ville et, en particulier, du comportement du conseil, enflammant la populace, sont, par dessus tout, les concitoyens mauvais et irresponsables. En beaucoup de lieux du texte allemand (beaucoup plus que dans le texte latin), Eschenloer prononce une critique sévère du clergé parlant politique.18 Pour lui, ce sont les prédicateurs des ordres mendiants qui sèment constamment la méfiance entre les citoyens de Breslau, surtout entre la populace et le conseil : au cas où Breslau devrait périr, s'exclame Eschenloer, cela serait le résultat des actions des prédicateurs. "Je suis d'avis", continue notre auteur, "qu'il n y'a pas de ville dans tout le monde ou il y a plus de sermons par jour qu'à Breslau. Malheureusement, la parole de Dieu n'est pas prononcée d'une manière sobre. Chaque prédicateur veut surpasser ses collègues : et celui qui raconte les nouveautés les plus émouvantes, celui-là est le plus aimé." (II,74). A la fin du texte allemand, la critique d'Eschenloer contre les prédicateurs parvient à des extrêmes : si un jour les prédicateurs de Breslau étaient mis à mort, il ne serait pas surpris !19 En dehors des prédicateurs et du clergé en général qui sont au centre de la critique d’Eschenloer, ce sont les maîtres des corps de métier et, finalement, la populace qui font l'objet de sa critique : mal informés, très irritables et excités, toujours prêts à faire un tumulte.20 Le seul groupe jugé positivement par Eschenloer, ce sont les membres du conseil de Breslau, ce qui n'est pas une grande surprise ; Eschenloer se regarde lui-même comme un serviteur loyal de ce groupe, qu'il décrit comme modéré, se comportant en général dans une manière raisonnable, toujours orienté vers le salut et le bien commun de la ville.21

17Parmi les exhortations de Eschenloer adressés à ses concitoyens, la vertu centrale qu'ils doivent garder aussi fort que possible, c'est la concorde, l'unanimité, valeur centrale de la préface des textes d'Eschenloer : continuellement il exhorte ses lecteurs à l'unanimité et les fait voir les conséquences mauvaises de la discorde.

  • 22 Ibidem, p. XII.
  • 23 Texte allemand II, p. 82.
  • 24 Texte latin p. 236, texte allemand II, p. 213.

18En général, on pourrait dire que le texte allemand nous montre une position idéologique beaucoup plus claire, formulée avec beaucoup plus d'intensité que le texte latin : d'un côté, les adversaires, à l'intérieur les prédicateurs et le clergé, y compris l'évêque, à l'extérieur, les Bohêmiens hérétiques avec Georges de Podiebrad, qui est presque 1'Antéchrist. Toutes les remarques positives concernant ce roi de Bohême qui se trouvent dans le texte latin (partiellement dérivé de l'Historia Bohemica d'Enea Silvio) sont effacées dans le texte allemand.22 Et de l'autre côté, les "amis" : le conseil de Breslau, faible de temps en temps, mais de bonne volonté, poursuivant le salut de la ville et en même temps luttant aussi fort que possible contre les hérétiques. Au milieu, le peuple de Breslau : pas mauvais en général, mais trop facile à séduire, guidé par ses passions, pas par la raison, enclin à des rassemblements et à des tumultes ; Eschenloer le compare à un enfant qui ne sait pas ce qui est bon pour lui et qui ne peut distinguer entre les choses importantes et celles qui ne sont que secondaires.23 Un seul exemple : quand au cours des adversités la bière favorite des habitants de Breslau, celle de Schweidnitz, n'arrive plus dans les celliers de la ville parce que toutes les routes sont barrées, le peuple se plaint vivement au conseil, oubliant complètement la situation politique.24

19Finalement, il faut se demander quelle est la position d'Eschenloer lui-même dans l’Historia et dans les Geschichten. Dans tous les deux textes, il s'attribue une place remarquable. Souvent nous le voyons agir comme traducteur des lettres et chartes en langue latine ou des discours prononcés par les envoyés de la cour de Rome ou de quelqu'autre autorité ; en même temps, il se montre à ses lecteurs comme le sage greffier de la ville qui est capable d'expliquer des textes juridiques très compliqués aux conseillers. En dehors de cela, il donne à ses lecteurs une idée sur sa propre disposition : pour l'année de 1467, Eschenloer nous explique dans tous les deux textes, qu'en ces jours, a cause de la multitude des adversités, ses cheveux commençaient à blanchir, "la joie que j'avais avec les femmes s'éteignait complètement" (p. 139 = II,82). Néanmois, de nouveau c'est le texte allemand qui est plus explicite. Ici, Eschenloer fait remarquer sa présence (et ses fonctions) beaucoup plus souvent, par exemple comme témoin oculaire. Si on compare ce qui est écrit dans ses textes sur sa présence à la mort de Ladislas le Posthume à Prague en 1457, la différence est claire : le texte latin, rendant presque littéralement celui de 1 Historia Bohemica d Enea Silvio, y ajoute quelques détails concernant l'opinion des médecins sur cette mort imprévue, mais il n'indique pas la propre opinion de Eschenloer (p. 14). Il y reste l'envoyé circonspect de la ville de Breslau. Dans le texte allemand, qui est plus court ici, supprimant beaucoup de particularités, Eschenloer nous explique franchement : "Moi, j'ai espéré que les habitants de Prague vengeraient cette mort innocente." (I,38).

  • 25 Le texte latin contient aussi des documents en langue allemande, voir par exemple p. 129 sq.; Esch (...)
  • 26 Voir, par exemple les explications sur l’office du capitaine de Breslau, manquant dans le texte la (...)
  • 27 Voir MARKGRAF 1865 (note 2), p. 24. Grâce à une lettre du directeur de la Bibliothèque Universitai (...)

20A la fin de ma contribution, il faut répondre à une quatrième question : quelle est la position de Pierre Eschenloer comme auteur, c'est-à-dire, quelles sont les procédés littéraires dont il se sert dans ses textes, et quelles sont ses intentions ? En général, les textes d'Eschenloer donnent l’impression qu'il n'est pas un auteur très attentif ; il me semble qu'il commençait a écrire sans calculer d'un point de vue littéraire les conséquences de son entreprise. Dans les deux textes, l’organisation du matériel est très simple : il est arrangé chronologiquement, dans la manière des annales, par année. Dans le texte latin, l'ordre chronologique est observé d’une manière plus stricte. Abstraction faite de cela, Eschenloer a construit ses textes comme une combinaison de petites scènes et de documents (transcriptions de chartes, plaidoyers etc.). Un certain nombre de ces scènes obtient la valeur des exempta. Dans ces cas, Eschenloer fait suivre un commentaire didactique qui indique sa propre opinion. La grande différence entre le texte latin et le texte allemand est que le nombre des 'scènes', y compris les exempta, est beaucoup plus grand dans le texte allemand, et qu'ici les documents insérés dans le texte (tous en langue ou traduction allemande)25 sont classés, c'est-à-dire que leur position et leur importance dans le contexte historique sont expliquées aux lecteurs. Par contre, le texte latin renonce à une telle localisation. C'est pourquoi, le texte allemand seule possède une structure narrative complète. Cette structure consiste en l'addition des 'scènes' et des documents, arrangés chronologiquement. Du point de vue littéraire, les 'scènes' sont beaucoup plus 'développées' ici : plus souvent que dans le texte latin, on trouve 1'utilisation du parler direct (jusqu'à l'invention des discours complets), on trouve des répétitions conscientes et des renvois. D'un autre côté, le texte allemand n'a pas l'exactitude du texte latin en ce qui concerne la restitution des faits historiques. De temps en temps, il simplifie ; quelques fois, il va jusqu'à l'invention - mais en même temps, il donne un grand nombre d'explications.26 Par contre, le texte latin pourrait être désigné comme une documentation plus ou moins exacte des faits historiques, enrichie par des éléments de chronique (les commentaires du conteur Eschenloer, par exemple), une chronique in statu nascendi, un texte qui manque d'une rédaction finale. Tout cela nous mène à la conclusion suivante : l'Historia Wratislaviensis latine d'Eschenloer était un travail privée, entrepris sans commande et sans intention de publication. La chronique allemande, par contre, était une entreprise officielle, adressée aux bourgeois de Breslau et, avant tout, au conseil de la ville. L'existence d'un manuscrit de luxe de la chronique allemande, commandé par le conseil de Breslau pour la bibliothèque du conseil,27 en est une preuve convaincante.

Notes

1 A. VERNET, "Les traductions latines d'oeuvres en langues vernaculaires au moyen âge", dans G. CONTAMINE, éd., Traduction et traducteurs au moyen âge, Paris, 1989, 225-241, p. 228. Le terme de 'libre transposition' décrit précisement le procédé de Eschenloer : dans sa chronique allemande, nous trouvons de traductions littérales de phrases ou de paragraphes, mais aussi - et plus souvent - des paraphrases du texte latin et des paragraphes nouveaux. Une étude sur le procédé litéraire de Eschenloer serait très souhaitable. Pour l'historiographie bilingue en Allemagne, voir R. SPRANDEL, éd., Zweisprachige Geschichtsschreibung im spätmittelalterlichen Deutschland, (Wissensliteratur im Mittelalter, vol. 14) Wiesbaden, 1993 ; à consulter avant tout l'introduction de R. SPRANDEL, p. 1-6.

2 S.B. KLOSES, Darstellung der inneren Verhältnisse der Stadt Breslau vont Jahre 1458 bis zum Jahre 1526, éd. par G.A. STENZEL, Scriptores rerum Silesiacarum 3, Breslau, 1847, pp. 98s., 230, 277, 279, 291, 338-344 ; A. SCHULTZ, "Einige biographische Nachrichten über den Breslauer Stadtschreiber Peter Eschenloer", Zeitschrift des Vereins für Geschichte und Alterthum Schlesiens, 5, 1863, p. 57-62 ; G. KORN, "Das Testament Peter Eschenloers und der Streit um den NachlaB seiner Ehefrau”, ibidem, p. 354-360 ; H. MARKGRAF, Magister Peter Eschenloer, Verfasser der Geschiçhten der Stadt Breslau vom Jahre 1440-1479, (Programm des Königlichen Friedrichs-Gymnasiums zu Breslau) Breslau, 1865 ; Repertorium Fontium Historiae Medii Aevi IV, Rome 1976, p. 381 ; J.J. MENZEL, "Eschenloer, Peter", Die deutsche Literatur des Mittelalters. Verfasserlexikon, 2e éd., vol. 2, Berlin-New York, 1980, p. 630-632.

3 H. HERKROMER, "Frauenburg, Johann", Verfasserlexikon, vol. 2, 1980, 861 f. ; G. HAHN, "Johannes von Tepl", Verfasserlexikon, vol. 4, 1982, 763-774.

4 Pour une liste des voyages d’ambassade de Eschenloer voir SCHULTZ (note 2), p. 60 sq.

5 SCHULTZ (note 2), p. 59 sq. et MARKGRAF 1865 (note 2), p. 9

6 MARKGRAF 1865 (note 2), p. 15; KLOSE (note 2), p. 341 : "Sabbato ante Jubilate 1481. Obit honestus ac scientificus Petrus Eschenloer de Nuremberga, Artium Magister, inclite Ciuitatis huius Protonotarius, totus conuersatiuus et familiaris, in multis expertus negotiis, latini et teotonici ydeomatum dictator et interpres promtus et egregius, et in hoc ciuitati longo tempore ac aliis similiter perutilis. Cuius anima fruatur requie sempiterna."

7 A. STRNAD, "Die Breslauer Bürgerschaft und das Königtum Georg Podiebrads", Zeitschrift für Ostforschung, 14, 1965, p. 401-435, 601-640 ; pour les relations de la Silésie à la Bohême et à la Hongrie voir M. WEBER, Das Verhältnis Schlesiens zum alten Reich in der frühen Neuzeit, (Neue Forschungen zur schlesischen Geschichte 1) Cologne-Weimar-Vienne,1992, p. 24-32.

8 Les deux traductions n'ont pas encore été publiées, voir Menzel (note 2), p. 630.

9 Edition : H. MARKGRAF, Historia Wratislaviensis [...] von Mag. Peter Eschenloer, (Scriptores rerum Silesiacarum 7) Breslau 1872. L'édition ne donne pas le texte complet de Eschenloer : MARKGRAF a laissé de côté la plupart des documents insérés et tous les chapitres de l'Historia Bohemica de Enea Silvio ne se référant pas à l'histoire de Breslau intégrés dans sa chronique par Eschenloer : "Ich habe den fertig ausgearbeiteten Text bis zum Vertrage vom 13. Januar 1460 vôllig abgedruckt, wobei im Anfang das aus Eneas Silvius Entlehnte durch kleineren Druck von Eschenloers eigenen Nachrichten unterschieden wird, so indess, dass wenn ganze Capitel ausgeschrieben sind, die mit der Geschichte Breslaus nicht im Zusammenhang stehen, diese fortfallen. Im zweiten Theile [éd. MARKGRAF p. 101 sq., pour les années 1463ss.] sind alle Dokumente, die nicht in den Zusammenhang hineingewebt sind, ausgelassen worden, und sie werden chronologisch geordnet einen zweiten Band bilden, der im nächsten Jahr erscheinen soll." (MARKGRAF, éd., préface p. XXV, voir aussi p. XIV). Édition de ces documents : H. MARKGRAF, éd., Politische Correspondenz Breslaus im Zeitalter Georgs von Podiebrad. Zugleich als urkundliche Belege zu Eschenloers Historia Wratislaviensis. Erste Abteilung. 1454-1463, (Scriptores rerum Silesiacarum 8) Breslau, 1873 et Zweite Abteilung. 1463-1469, ibidem 9, Breslau, 1874 ; B. KRONTHAL et H. WENDT, éds., Politische Correspondenz Breslaus im Zeitalter des Königs Matthias Corvinus. Erste Abteilung. 1469-1479, (Scriptores rerum Silesiacarum 13) Breslau, 1893 (voir p. VI) et Zweite Abteilung. 1479-1490, ibidem 14, Breslau, 1894, p. 2-4.

10 Edition (insuffisante) : J.G. KUNISCH, Peter Eschenloer's, Stadtschreibers zu Breslau Geschichten der Stadt Breslau, oder Denkwürdigkeiten seiner Zeit vom Jahre 1440-1479, 2 vols., Breslau, 1827-1828. Un des manuscrits de la chronique allemande se trouve aujour d'hui dans les fonds du Archiwum Panstwowe a Wroclaw. Le titre original de la version allemande est peut-être Diese Historie saget, wie es der Stat Breslau ergangen hat unter dem ketzerischen König Girsik von Podiebrad, éd. KUNISCH I, 4 : "Cette chronique raconte comment la ville de Breslau se trouvait au temps du roi hérétique Georges de Podiebrad".

11 Dans la préface de son édition (p. V-XXIX) MARKGRAF a donné une première comparaison des deux textes.

12 Éd. MARKGRAF, p. 1 sq. ; éd. KUNISCH I, p. 3sq.

13 Éd. KUNISCH II, pp. 270-403.

14 Dans son édition du texte latin, MARKGRAF a laissé de côté ces documents, voir p. 100 et ci-dessus, note 9.

15 Voir, par exemple, la Responsio civitatis legatis data super proposicione eorum predicta (éd. MARKGRAF, pp. 71-76 ; il s'agit d'une réponse de la ville aux envoyés du pape concernant la légitimation de Georges de Podiebrad comme souverain), suivie immédiatement par le Responsum legatorum ad istos jam dictes articules Wratislaviensium (pp. 76-86). Le texte allemand lie les deux documents (pp. 128-134 et 135-148) par une note explicative (p. 134, 1.22-41) qui donne des détails sur les négociations entre les conseillers de Breslau et les envoyés, sur le problème de la lecture publique de la réponse des envoyés et sur le rôle (important !) de Eschenloer lui même. A comparer aussi p.71 du texte latin à I, pp. 125-127 du texte allemand.

16 Voir MARKGRAF 1865 (note 2), pp. 20 sq.

17 Il semble que le même est vrai pour le discours prononcé par l'évêque d'Olmütz au conseil de la ville en 1466, qui manque complètement au texte latin (p. 111), il se trouve au texte allemand seulement (I, 304-306).

18 Voir, par exemple, la critique contre les sermons politiques, texte latin, p. 224, texte allemand II, p. 197. La version allemande est beaucoup plus détaillée ; voir aussi p. 86 sq. (texte latin, pas de critique) = texte allemand I, p. 149 : "O gütiger Gott, von den Alten und die dem Volke furgesetzt sein, ist zu Babilonia ausgangen die Bosheit. O ir BreBler, wollet ir hiraus nit zum andernmal Warnunge nemen, wie euch nach euren Predigern zu halten gebüret. Sehet an, in was Not ir aber waret komen durch die Prediger, und da es an das Treffen kame, waren ferre ire Werke von iren Worten."

19 MARKGRAF, éd., préface p. XXII.

20 Voir, par exemple p. 207 du texte latin : "O quam incredibilis insolencia in communitate preterito tempore [avant juin 1469] : nullus ordo, nulla obediencia ; quot homines, tot civitatis rectores ; [...] sepius conventicula habita sunt, quomodo consules sunt occidendi ; multa conclusio facta, ut in stuba pretorii eorum corpora in frusta deberent secari [...]." Le passage n'a pas d équivalent dans le texte allemand. Néanmois, le nombre de remarques critiques sur le peuple de Breslau est là plus grand, voir par ex. II, pp. 38, 47, 48, 51, 78, 80, 82, 195.

21 Voir la préface de l'édition de MARKGRAF, p. XXIIsq.

22 Ibidem, p. XII.

23 Texte allemand II, p. 82.

24 Texte latin p. 236, texte allemand II, p. 213.

25 Le texte latin contient aussi des documents en langue allemande, voir par exemple p. 129 sq.; Eschenloer ne les a pas traduits.

26 Voir, par exemple les explications sur l’office du capitaine de Breslau, manquant dans le texte latin, et un grand nombre d'informations d'arrière-plan. Voir aussi l'édition de MARKGRAF, préface p. ΧΧΙΙΙ : "Am meisten aber wird der Werth des deutschen Textes zur Feststellung des wirklichen historischen Sachverhaltes durch die veranderte Art der Erzahlung beeintrachtigt, welche einmal den pragmatischen Zusammenhang der Erzahlung herstellen will, zweitens sie als Substrat für Rasonnements betrachtet."

27 Voir MARKGRAF 1865 (note 2), p. 24. Grâce à une lettre du directeur de la Bibliothèque Universitaire de Wroclaw, le Dr. Andrzej Ladomirski, je suis à même de donner quelques informations concernant la tradition manuscrite de l’oeuvre littéraire de Pierre Eschenloer : l’original de la chronique latine, R 591 (olim S V 3b 12) ne semble plus exister. Pour la chronique allemande, elle se trouve dans les manuscrits IV F 116 et IV F 151a (c’est l’original de la chronique allemande). A consulter en outre : R 59la (Copiae Litterarum quas Civitas Vratislaviensis sub Girsico de Podiebrat Rege ad Sanctam Sedem Apostolicam contra eundem scripsit ab A D. MCCCCLVIII vsque ad Annum Domini MCCCCLXXl scriptae et conceptae per Petrum Eschenloer [...] Johanne Czaff disponente) ; R 592 (Peter Eschenloeri (Norinbergensis) Civitatis Vratislavinesis Notarii Vratislaviense Chronicon De rebus memorabilibus ab 1440 ad 1478)’, B 1684 (Historia Wratislaviensis et quae post mortem regis Ladisli sub electo Géorgie de Podiebrat Bohemorum Rege illi acciderant prospera et adversa (auctore Eschenloero)) ; IV F 151b (Vratislaviense Chronicon de rebus memorabilibus ab 1440 ad 1478. Martin Henke cura descriptum anno MDCLXXX)·, IV F 151e (Diese Historia sagt wie es der Stadt Breslau ergangen sey under dem ketzerischen Konig Girsiken von Podiebrat).Les traductions de Eschenloer (Eneo Silvio, Robertus Monachus) sont conservées dans le manuscrit IV F 105. Le manuscrit de la chronique allemande (cf. n.10) de l’Archiwum Panstwowe à Wroclaw porte la cote E 14.

Auteur

Université de Münster

© Éditions de la Sorbonne, 1997

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540