Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'histoire et les nouveaux publics dans l'Europe médiévale (XIIIe-XVe siècle)

 | 
Jean-Philippe Genet

Avant-propos

Jean-Philippe Genet

Texte intégral

  • 1 J.Ph. GENET, éd., L'Historiographie Médiévale en Europe, Paris, 1991.
  • 2 B. GUENÉE, Histoire et Culture Historique dans l'Occident Médiéval, Paris, 1980.
  • 3 A. GRANSDEN, Historical Writing in England, Londres, 2 vol., 1974 et 1982.
  • 4 J'évoquerai notamment celles de Janet Coleman, Anna-Imelde Galletti, Georges Martin et Gabriela Sev (...)

1Cette table ronde se situe dans la ligne du colloque L'Historiographie Médiévale en Europe.1 Ce colloque, dont l'initiative revient en premier lieu à Robert B. Tate, avait été consacré à l'examen de trois des thèmes clés de l'historiographie médiévale ; une forme, la chronique universelle ; un concept, "histoire et pouvoir" ; une méthode, la compilation. Il avait pour objectif de faire le point sur un domaine profondément renouvelé depuis quelques années, notamment par la parution de la grande synthèse de Bernard Guenée2 et par des entreprises monumentales comme celles d'Antonia Gransden3 en confrontant les expériences d'une quarantaine de spécialistes venus de l'Europe entière. Au fil des communications4 et des discussions, il nous était cependant apparu qu'aujourd’hui, la collaboration entre historiens et spécialistes des littératures médiévales permettait d'envisager des recherches neuves et originales sur un problème dans lequel l'historiographie occupe une position stratégique, à savoir le bouleversement complet du système communicationnel médiéval.

2En outre, pour des raisons circonstancielles, les spécialistes ibériques étaient restés à l'écart de cette première rencontre, alors même que les problématiques historiographiques de l'Espagne médiévale ont été, grâce notamment aux travaux de Diego Catalan, rénovées. C'est pourquoi la Fondation Européenne de la Science, au moment d'organiser un deuxième colloque sur l'historiographie médiévale, a souhaité qu'il se tienne à Madrid, de façon à rendre plus facile la participation de nos collègues espagnols. C'est la Casa de Velasquez qui a accueilli la rencontre, et je tiens tout d'abord à remercier son directeur, Joseph Perez, et son secrétaire général, Jean-Gérard Gorges, grâce auxquels nos travaux ont pu se dérouler dans une atmosphère chaleureuse et amicale.

3La conférence avait été préparé par un comité de programme qui avait réuni à Paris autour de Max Sparreboom Anna-Imelde Galletti, Christiane Marchello-Nizia, Georges Martin, et Jean-Marie Moeglin, Michael Clanchy et Peter Johanek n'ayant pu venir. Le présent volume réunit les communications présentées lors de ces journées madrilènes ; pour des raisons indépendantes de notre volonté, il a été impossible à notre grand regret d'y inclure les textes de Peter Johannek ("La documentation et le roman") et de Leslie Johnson ("La3amon's Brut : national/nationalistic historiography in English in the thirteenth century") ; de même, nous regrettons que des raisons de santé aient empêché Dieter Mertens de présenter sa communication sur "Wimpfeling and national histories of the XlVth and XVth centuries". A Madrid même, nous avons bénéficié de la présence et de la participation du Professeur Diego Catalan, qui a bien voulu présider une séance vespérale consacrée à la présentation de la thèse de Georges Martin, Les Juges de Castille, Mentalités et discours historique dans l'Espagne médiévale, publiée à Paris en 1992 (Paris XIII-Klincksieck), et de celle de Jean-Marie Moeglin ; Miguel Angel Ladero Quesada, Adeline Rucquoi et Isabel Beceiro Pita ont aussi participé à nos discussions. Je dois enfin souligner la part très importante qu'ont prise George Martin et Robert Tate à la conception, à l'orientation et au déroulement de la conférence, et je tiens à leur exprimer personnellement toute ma gratitude pour leur concours.

4Nous devons tous remercier pour leur appui constant et la compétence hors-pair dont ils ont fait une fois de plus preuve dans l'organisation dans des délais particulièrement brefs de cette conférence internationale le secrétaire du Comité permanent pour les Humanités de la Fondation Européenne de la Science, Max Sparreboom, et son assistante, Geneviève Schauinger.

5Enfin, les Publications de la Sorbonne et leur directeur, Michel Christol, ont bien voulu accepter d’accueillir les actes de la conférence dans leurs collections ; nous les en remercions chaleureusement.

Notes

1 J.Ph. GENET, éd., L'Historiographie Médiévale en Europe, Paris, 1991.

2 B. GUENÉE, Histoire et Culture Historique dans l'Occident Médiéval, Paris, 1980.

3 A. GRANSDEN, Historical Writing in England, Londres, 2 vol., 1974 et 1982.

4 J'évoquerai notamment celles de Janet Coleman, Anna-Imelde Galletti, Georges Martin et Gabriela Severino -qui n'a malheuresement pas pu être publiée- qui, toutes et à des titres divers, ont permis de s'engager dans cette direction.

© Éditions de la Sorbonne, 1997

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540