Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Agrandir Paris (1860-1970)

 | 
Annie Fourcaut
, 
Florence Bourillon

Les auteurs

Texte intégral

1Isabelle Backouche est historienne, maître de conférences, habilitée à diriger des recherches, à l’EHESS. Ses travaux abordent l’histoire urbaine (L’Histoire urbaine en France - Moyen Âge-xx e siècle. Guide Bibliographique, 1965-1996, L’Harmattan, 1998) à partir de plusieurs chantiers, localisés principalement à Paris. Après une étude des relations entre la Seine et Paris (La trace du fleuve, Paris et la Seine, 1750-1850, éd. EHESS, 2001), elle a privilégié la question des modalités de la croissance de l’espace parisien au nord de la capitale, puis celle du changement urbain postérieur à la Seconde Guerre mondiale à partir de la protection qui s’exerce aux abords des monuments historiques. Ses travaux actuels portent sur les îlots insalubres parisiens.

2Emmanuel Bellanger est chargé de recherche du CNRS au Centre d’histoire sociale du xxe siècle (UMR 8058 CNRS-Paris 1 Panthéon-Sorbonne). Ses travaux portent sur les politiques publiques du Grand Paris (années 1880-1960). Il est l’auteur d’Assainir l’agglomération parisienne (avec Éléonore Pineau, Éd. de l’Atelier 2010), La mort une affaire publique (Éd. de l’Atelier 2008), Villes de banlieues (avec Jacques Girault, Créaphis 2008) et Paris/Banlieues. Conflits et solidarités (avec Annie Fourcaut et Mathieu Flonneau, Créaphis 2007).

3Martine Berger, géographe, est professeur à l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne et membre du Ladyss (UMR 7533,CNRS-Paris1). Ses recherches portent sur les espaces périurbains en France et dans des métropoles de pays émergents, ainsi que sur l’évolution de la division sociale de l’espace et des mobilités résidentielles et quotidiennes (en particulier les déplacements domicile-travail) dans une grande région parisienne (Île-de-France et Bassin parisien proche).

4Florence Bourillon, professeur à l’université Paris-Est Créteil Val-de-Marne et responsable du Centre de recherche en histoire européenne comparée (CRHEC), a travaillé sur les rénovations urbaines à Paris sous le Second Empire. Elle s’intéresse aujourd’hui aux représentations de la ville à travers la mesure fiscale et le cadastre et dirige avec Nadine Vivier, La mesure fiscale aux xixe et xxe siècles aux PUR (2011). Elle prépare la publication au Comité d’histoire de la ville de Paris, des travaux de la commission Merruau qui, en 1862, a modifié le nom des rues de Paris.

5Catherine Brice est professeur d’histoire contemporaine à l’université de Paris-Est Créteil Val-de-Marne. Elle a été directrice des études en histoire moderne et contemporaine à l’École française de Rome. Spécialiste de l’Italie du xixe siècle, elle est l’auteur d’un ouvrage sur le monument à Victor-Emmanuel II de Rome, d’une monographie sur la capitale italienne aux xixe et xxe siècles. Elle s’est également intéressée au rôle joué par la monarchie dans la construction de la nation italienne. Elle travaille sur la place de la fraternité dans la culture politique du Risorgimento, et sur les transformations du clientélisme politique en Italie aux xixe et xxe siècles

6Nick Bullock est professeur d’architecture au King’s College de l’université de Cambridge. Outre de nombreux articles sur le logement et l’architecture en France au temps des Trente Glorieuses, Nick Bullock a notamment publié The movement for housing reform in Germany and France 1840-1914, Cambridge University Press, 1985, (avec James Read), Building the Post War World, Routledge, 2002 et Désirs de toit. Le logement entre désirs et contraintes depuis la fin du xixe siècle (avec Danièle Voldman et alii) chez Créaphis en 2010.

7Charlotte Butez est ingénieur CNRS et cartographe au LAHRA (Laboratoire de recherche historique Rhône-Alpes UMR 5190).

8Virginie Capizzi, auteur, compositeur, interprète, termine une thèse d’histoire contemporaine à l’EHESS sous la direction de Gilles Postel-Vinay sur les anticipations de l’extension parisienne jusqu’aux fortifications de Thiers à Gentilly, commune divisée par l’enceinte, entre 1840 et 1860. Depuis une dizaine d’années, elle travaille sur l’impact de l’enceinte dans les processus de différentiation spatiale, sur la façon dont les municipalités ont géré et investi leur territoire divisé, sur les politiques locales en particulier en matière de voirie, d’école et de bienfaisance. Le second axe de ses recherches concerne l’analyse du marché foncier à partir des sources cadastrales et de l’enregistrement (cas arcachonnais et gentilléen).

9Pierre Casselle, ancien élève de l’École des Chartes, conservateur général, dirige la bibliothèque de l’Hôtel de Ville de Paris. Il a publié de nombreux articles et plusieurs ouvrages sur l’histoire moderne et contemporaine de Paris et ses sources parmi lesquels Commission des embellissements de Paris. Rapport à l’empereur Napoléon III rédigé par le comte Siméon (2000) et Paris républicain, 1871-1914 (2003).

10Manuel Charpy, ancien élève de l’ENS Cachan, agrégé d’arts appliqués, docteur en histoire contemporaine et chargé de recherche au CNRS, travaille sur la production sociale de l’espace, l’histoire de la culture matérielle et visuelle et notamment les formes de production et de consommation des objets quotidiens, du vêtement et des images, dans les centres urbains d’Europe et des États-Unis. Il a par ailleurs publié des ouvrages sur les usages des archives privées. Il a récemment publié «  Patina and the Bourgeoisie : the Appearance of the Pastin Nineteenth-Century Paris  », in Victoria Kelley and Glenn Adamson (dir.), Surface Tensions. Surface, Finish and the Meanings of Objects, Manchester University Press, 2011, et «  Matières et mémoires. Usages des traces de soi et des siens dans une grande famille bourgeoise lilloise de la seconde moitié du xixe siècle  » dans la Revue du Nord en 2011.

11Marie Charvet est maître de conférences en sociologie à l’université de Nantes et membre du CENS (Centre nantais de sociologie, EA 3260). Elle est l’auteur des Fortifications de Paris. De l’hygiénisme à l’urbanisme, 1880-1919, paru aux PUR en 2005. Ses travaux actuels portent sur les politiques urbaines en matière d’hygiène au xixe siècle et, en particulier, sur les bains et lavoirs publics sous le Second empire.

12Christiane Demeulenaere-Douyère est archiviste-paléographe et docteur en histoire de l’université Paris I Panthéon-Sorbonne. Elle est conservateur général du patrimoine aux Archives nationales (Paris) où elle a la responsabilité scientifique des fonds relatifs à l’agriculture, au commerce et à l’industrie et particulièrement de ceux concernant les expositions universelles. Elle a par ailleurs une activité associative au sein de la Société de l’histoire de Paris et de l’Île-de-France et de l’association d’histoire et d’archéologie du 20e arrondissement de Paris. Elle a collaboré à plusieurs ouvrages et publié de nombreux articles relatifs à l’histoire parisienne, particulièrement au xixe siècle.

13Pascal Désabres est agrégé d’histoire et docteur en histoire contemporaine. Sa thèse sur «  Le chantier du métro de Paris de 1898 à 1947  », soutenue en 2007, l’a conduit à s’interroger sur l’organisation, la réception et l’image des grands travaux dans la capitale. Il a dirigé un ouvrage sur L’ingénieur entrepreneur. Les Centraliens et l’industrie (PUPS, 2011). Il enseigne en lycée tout en étant chargé de cours à l’UPEC et à l’université de Paris-Ouest Nanterre-La Défense.

14Annie Fourcaut est professeur d’histoire contemporaine à l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne et membre du Centre d’histoire sociale du xxe siècle (UMR 8058), dont elle dirige le pôle urbain. Spécialiste d’histoire urbaine contemporaine, elle travaille à un projet d’histoire transnationale du logement en Europe depuis 1945 et, avec Loïc Vadelorge, à un manuel d’histoire des villes françaises au xxe siècle chez Belin.

15Stéphane Füzesséry est professeur agrégé d’histoire et architecte dplg. Professeur en classes préparatoires littéraires, il intervient régulièrement dans les filières de formation des architectes et des urbanistes. Ses recherches portent sur le développement des métropoles, la fabrication des images et des imaginaires urbains au xxe siècle, l’expérience vécue de la grande ville et les discours critiques sur la modernité urbaine. Il a notamment dirigé Le choc des métropoles. Simmel, Kracauer, Benjamin (avec Philippe Simay, Éd. de l’Éclat, 2008). Il est également membre du conseil de rédaction de La Vie des Idées et rédacteur en chef de Métropolitiques.

16Adjoint au maire de Paris, chargé des finances, Bernard Gaudillère est un historien qui s’intéresse à l’histoire politique et institutionnelle, notamment à celle du Second empire. Il est l’auteur d’un Atlas historique des circonscriptions électorales françaises (Droz, 1995), d’un «  Que sais-je ?  » sur Le régime politique italien, 1999 et d’une étude sur La publicité des débats parlementaires sous le Second Empire. Il est membre du conseil scientifique du Comité d’histoire politique et parlementaire.

17Habilitée à diriger des recherches en histoire, Nathalie Montel est membre du Laboratoire Techniques Territoires et Sociétés de l’École des Ponts-Paris Tech. Ses travaux portent notamment sur l’histoire de Paris et de sa banlieue au xixe siècle. elle a codirigé, avec Isabelle Backouche, le dossier «  Construire la ville au quotidien  », dans Histoire urbaine, n° 19, août 2007. Elle achève la préparation d’un livre Faire le Grand Paris, avis des habitants consultés en 1859 (PUR/Comité d’histoire de la Ville de Paris).

18Frédéric Moret est professeur d’histoire contemporaine à l’université Paris-Est Marne-la-Vallée et chercheur au Laboratoire Analyse Comparée des Pouvoirs (EA 3350). Ses recherches, depuis sa thèse consacrée aux «  Socialistes et la ville 1820-1850  », interrogent les relations entre les pouvoirs et les territoires urbains dans la première moitié du xixe siècle à la fois en France (notamment à travers la définition de l’espace parisien liée à la construction des fortifications) et en Grande-Bretagne. Il a publié en 2009 : «  Définir la ville par ses marges : la construction des Fortifications de Paris  », dans Histoire urbaine, n° 24, et va faire paraître L’Utilité de la Ville. Formes, fonctions et représentations des institutions municipales en Angleterre et au Pays de Galles à l’Âge de Réforme.

19Jean-Luc Pinol, professeur d’histoire contemporaine à l’ENS Lyon, a dirigé au Seuil en 2003 L’Histoire de l’Europe urbaine de l’Antiquité à nos jours (2 vol.) en cours de réédition dans la collection «  Points Seuil  », 2011-2012. Il a également publié en 2009 avec Maurice Garden l’Atlas des Parisiens de la Révolution à nos jours, chez Parigramme. Il s’intéresse aux conséquences que le numérique et, en particulier, les systèmes d’information géographique peuvent avoir sur les manières de faire de l’histoire urbaine.

20Emmanuelle Regagnon est cartographe à l’UMR 5133 (Archéorient, environnement et sociétés de l’Orient ancien).

21Frédéric Saly-Giocanti est PRAG à l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne. Il enseigne notamment les méthodes quantitatives et informatiques pour historiens et l’histoire urbaine. Il a soutenu une thèse sur « Les mobilités géographiques et sociales à Mannheim et Fribourg-en-Breisgau de 1871 à 1933 » et a publié en 2005 chez Armand Colin Utiliser les statistiques en histoire. Il poursuit actuellement des recherches sur l’histoire sociale des villes allemandes.

22Architecte-historienne, Géraldine Texier-Rideau est maître-assistante à l’École nationale supérieure d’architecture de Clermont-Ferrand. Elle mène des recherches sur l’histoire de la ville et des formes urbaines contemporaines, auxquelles elle a consacré expositions, articles et ouvrages parmi lesquels Places de Paris, xixe-xxe siècles (AAVP, 2003), Autour de la ville de Napoléon (PUR, 2006), République, histoire d’une place (DU/ Ville de Paris, 2009).

23Loïc Vadelorge est professeur d’histoire contemporaine à l’université Paris 13. Il est membre du conseil scientifique du Comité d’histoire du MEEDDM et du Centre de recherches Économies, Sociétés, Cultures (CRESC,EA 2356). Ses travaux portent sur l’histoire des politiques publiques d’aménagement et d’urbanisme. Il a consacré son mémoire d’habilitation, préparé sous la direction d’Annie Fourcaut (2008) à l’histoire des villes nouvelles (en cours de publication chez Créaphis) et anime avec Thibault Tellier, depuis 2009, un séminaire de recherches consacré à l’histoire croisée de l’aménagement et de la décentralisation. Il a notamment dirigé Gouverner les villes nouvelles (Manuscrit.com, 2005) et Jean-Roullier : un pionnier des politiques de l’espace urbain (La Documentation française, 2011).

24Directrice de recherche au CNRS et membre du Centre d’histoire sociale du xxe siècle (UMR 8058), Danièle Voldman est spécialiste de l’histoire des villes au xxe siècle. Outre des travaux sur le genre, ses recherches actuelles portent principalement sur l’évolution du logement à l’époque contemporaine. Elle a récemment dirigé un ouvrage collectif sur cette question (Désirs de toit. Le logement entre désirs et contraintes depuis la fin du xixe siècle, Créaphis, 2010).

25Charlotte Vorms est maître de conférences en histoire contemporaine à l’université paris 1 panthéon-Sorbonne, membre du Centre d’histoire sociale du xxe siècle (UMR 8058). Ses recherches portent sur l’histoire des marchés immobiliers et du logement, celle des pratiques administratives et des relations entre administration et administrés dans ces domaines, ainsi que celle de la socialisation de voisinage. Elle a notamment travaillé sur les faubourgs autoconstruits de Madrid (Bâtisseurs de banlieue. Madrid : le quartier de la Prosperidad (1860-1936), à paraître en 2012 chez Créaphis). Elle est membre des rédactions d’Histoire urbaine, de Vingtième siècle. Revue d’histoire et de http://www.metropolitiques.eu

26Benedikte Zitouni, sociologue urbaine, est visiting scholar à UC Berkeley et membre du GECo-Groupe d’études constructivistes à l’université Libre de Bruxelles. Elle vient de publier Agglomérer. Une anatomie de l’extension bruxelloise (1828-1915) (ASP/VUB Brussels University Press, 2010) et, dans le cadre de la Biennale d’Architecture de Venise, Usus/usures (Coll. «  Éd. de la Communauté française  », 2010).

© Éditions de la Sorbonne, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540