Desktop versionMobile Version

Les campagnes limousines du XIVe au XVIe siècle

 | 
Jean Tricard

Conclusion

Volltext

1La reconstruction rurale du Limousin se situe à grande distance des reconstructions réussies de régions comme le Bordelais, la région parisienne ou le Lyonnais. Ici pas d'alternance spectaculaire entre grandes périodes de dévastation et grands moments de reconstruction mais de perpétuelles amorces de restauration, sans mouvement d'ensemble, sans envergure, sans résultats vraiment satisfaisants.

2Du côté des régions riches, la mise en jeu de moyens considérables, des efforts couronnés de succès, une fin de siècle qui annonce une belle reprise économique. Du côté du Limousin, qui appartient à une France pauvre, des efforts sélectifs et limités, des choix nés du découragement et de la constatation de l'inutilité des sacrifices, au moins dans les cantons défavorisés par la nature – ils sont nombreux en Limousin. Une fin de siècle annonciatrice de nouvelles tensions comme en Auvergne ou dans l'ouest angevin.

3Le beau temps de la reconstruction a été relatif et bien court – à peine une génération après le tournant du XVe siècle. Il ne débouche que sur une remise en valeur partielle des campagnes et s'accompagne d'une réaction seigneuriale, dernier expédient d'un monde seigneurial en difficulté. Il s'agit de demander davantage à ceux qui exploitent les « bons pays » pour compenser la perte des « mauvais ». C'est un sort voisin de celui des régions du Massif Central où l'emprise seigneuriale ne s'est pas relâchée.

4Pouvait-il en être autrement dans un environnement naturel hostile, une conjoncture monétaire houleuse, une insécurité permanente et des calamités à répétition ? Les seigneurs limousins, proches de leurs terres et de leurs paysans, ont su proposer des solutions parfois bien adaptées à une situation de crise, comme la réduction des cens ou le recours au métayage. Ils ont manqué parfois d'audace et de persévérance mais plus encore de moyens pour les appliquer.

5Moyens en hommes d'abord, car le Limousin n'a pas les richesses démographiques qu'on lui prête et a d'abord fourni des bras à la reconstruction de régions potentiellement plus riches que lui. Bien des paysans, surtout dans les zones montagneuses et particulièrement infertiles, ont choisi d'aller chercher fortune ailleurs, persuadés d'expérience qu'ils avaient peu à perdre. Ceux qui restent – pas toujours les plus entreprenants – ne peuvent compter que sur leurs propres forces, non sur des appuis extérieurs. Eux aussi doivent choisir la partie du terroir qui mérite d'être sauvée. Les communautés paysannes qui, par leur nombre et leurs solidarités, représentent un des rares atouts de la société paysanne limousine, ne s'acharnent pas toujours dans des efforts aux résultats incertains. Leur départ sonne le glas de la reconstruction du terroir.

6L'argent manque aussi. Ceux qui ont encore des réserves qui comptent hésitent souvent à les investir dans l'achat de terres à rebâtir. Les uns, comme les grandes institutions ecclésiastiques, parce qu'ils ont d'autres priorités et font d'autres choix. Les autres, comme les bourgeois, parce qu'ils ne possèdent pas, sauf exception, de bien gros capitaux et qu'ils font preuve d'une prudence proche de la frilosité. Coloniser la banlieue de leur ville passe avant la conquête des campagnes. S'ils interviennent malgré tout dans la vie de ces dernières c'est plus comme prêteurs et usuriers que comme propriétaires terriens. L'exemple d'une petite noblesse rurale qui s'échine à défendre ses terres et à aider ses paysans et y perd peu à peu de l'argent n'est pas fait pour encourager leur engagement.

7C'est seulement lorsque les jeux sont faits et le « Limousin utile » reconstruit que les bourgeois limousins partent vraiment à la conquête des campagnes, en devenant les maîtres des métayers plus qu'en achetant des fiefs.

8Si bien que pendant la crise même, les paysans sont souvent livrés à eux-mêmes. La reconstruction limousine est affaire de paysans entre eux, de gré ou de force. Or, il ne se dégage de cette paysannerie limousine que bien peu de fortes personnalités ou de coqs de village. Les solidarités villageoises, quelle que soit leur force, ne compensent pas la médiocrité des moyens.

9Exemple des difficultés à remettre en valeur un « pays pauvre », sans beaucoup d'argent, de dynamisme et d'acteurs, la reconstruction limousine fut tout au plus une reconstruction sélective, abandonnant une partie du pays pour sauver l'autre, avec des résultats limités. Les « fleurs de pays » s'en tirèrent, tant bien que mal. Les « pauvres pays » furent condamnés à attendre des jours meilleurs. A tant de reconstructions réussies, le Limousin oppose l'originalité d'une reconstruction en partie manquée.

© Éditions de la Sorbonne, 1996

Nutzungsbedingungen http://www.openedition.org/6540

Diese digitale Publikation wurde durch automatische optische Zeichenerkennung erstellt.
Suche in OpenEdition Search

Sie werden weitergeleitet zur OpenEdition Search