Version classiqueVersion mobile

Les campagnes limousines du XIVe au XVIe siècle

 | 
Jean Tricard

Chapitre V. Le financement de la reconstruction : l’argent et la « ville champestre »1

Texte intégral

Faute d’argent…

  • 1 L'expression « ville champestre » est empruntée à Froissait qui l'emploie couramment, notamment po (...)

1Sans argent, pas de reconstruction des campagnes, quels que soient les méthodes, le nombre des hommes et leur dynamisme – on vient d’ailleurs d’en mesurer les limites. L’argent est, à l’évidence, le moteur essentiel de la restauration rurale. Mais on sait combien tenter d’estimer la masse monétaire alors disponible et chercher à étudier sa circulation tient de la gageure. Les archives seigneuriales limousines – même les archives des seigneuries ecclésiastiques – renseignent davantage sur la gestion des domaines au quotidien que sur les disponibilités financières et les mouvements des capitaux. De plus, les seigneurs ne sont évidemment pas les seuls à être concernés par ces problèmes financiers, même s’ils jouent un rôle majeur dans la reconstruction des campagnes. Plus que « l’argent du seigneur », c’est « l’argent de la société » qui doit faire l’objet de l’enquête.

2Dans cette optique, les livres de raison rédigés par les notables limousins peuvent donner de précieux renseignements dans la mesure où ce sont, d’abord, des livres de comptes. Mais leur nombre est réduit et quelques témoignages ne suffisent pas à révéler une politique.

3En revanche, les registres notariaux peuvent fournir une masse de renseignements sans égale et de première valeur : chacun passe devant notaire pour affaire et tout acte notarial a une dimension financière. Or les archives limousines, sans avoir la richesse des archives du Midi de la France ou de l’Italie – il s’en faut même de beaucoup – ont conservé quelques registres notariaux des XIVe et XVe siècles.

Les Notables et l’argent

L’absence des bourgeois de Limoges

4Restent d’abord quelques registres de notaires de Limoges. Il se révèlent décevants pour notre propos à bien des égards.

  • 2 Les notaires Sudraud et Mingon ont laissé, par exemple, des registres consacrés aux seules affaire (...)

5Au plan technique, d’abord, la majorité d’entre eux concernent un seigneur particulier, le Chapitre cathédral de Limoges par exemple2. Ils permettent d’étudier la politique particulière de ce seigneur – on l’a fait dans les chapitres précédents – non d’analyser les rapports de l’ensemble de la population à l’argent.

  • 3 Registres du notaire Brevis de Limoges, de 1463 à 1483. Certains autres registres, absents des arc (...)
  • 4 TRICARD (J.), « Livres de raison et présence de la bourgeoisie dans les campagnes limousines (XIVe (...)

6Les rares registres qui correspondent à une « clientèle générale » et fournissent un échantillon de la société limougeaude montrent que celle-ci ne se préoccupe pas essentiellement du sort des campagnes3. Les affaires qui sont évoquées dans ces registres intéressent avant tout la ville et ses faubourgs, non la campagne elle-même. Ils confirment ce que nous apprennent les livres de raison de la bourgeoisie de Limoges : celle-ci n’est pas l’animatrice attendue de la renaissance rurale et borne l’essentiel de ses efforts financiers à la conquête de sa ville, de sa banlieue et de ses proches campagnes4. Son absence se fait cruellement sentir au-delà.

Les notables ruraux et l’argent des campagnes : le témoignage des livres de raison

  • 5 Livre de raison de Pierre Espéron, juge de Saint-Junien (29 août 1384-22 octobre 1417 et 24 juille (...)

7Les notables des petites villes limousines se partagent davantage entre la ville et les campagnes si l’on en juge par les livres de raison laissés par Pierre Espéron de Saint-Junien, les Massiot de Saint-Léonard, les Quinhard de Brive ou les Roquet de Beaulieu-sur-Dordogne5.

8Ce ne sont certes pas des hommes assoiffés de grandes conquêtes terriennes : leurs principaux achats fonciers se situent dans leur ville, dans sa banlieue et, au mieux, dans un rayon d’une dizaine de kilomètres alentour. Ils sont d’ailleurs peu nombreux et modestes. Rien qui permettrait de dire que ces notables prennent la place d’une noblesse ruinée, rien qui laisse penser que ces acquisitions modifient profondément la carte de la propriété foncière : Pierre Espéron, juge à Saint-Junien à la fin du XIVe siècle, se contente modestement d’arrondir les domaines familiaux dans la banlieue de sa ville. Il a plus le souci de ses vignes que de l’achat de grands domaines.

9Ces notables jouent en revanche un rôle financier plus considérable. Par le biais de formules diverses allant du placement au prêt à la consommation – affermes, baux à cheptel, rentes constituées, prêts « amicaux » et prêts sur gage essentiellement – ils apportent une aide d’hommes d’affaires et de bailleurs de fonds aux seigneurs et aux paysans de leur région.

  • 6 « Livres de raison et présence de la bourgeoisie... » p. 717.

10Dans trois livres de raison de notables ruraux sur quatre, on trouve trace d’affermage des redevances seigneuriales : Pierre Espéron est fermier de Jean de Cramaud et du seigneur de Corgnac. Jean Massiot a pris à ferme les redevances de Léonet de Royères qui lui rapportent chaque année 100 l.t. et 500 setiers de blé. Les frères Roquet ont affermé les cens de l’abbaye de Beaulieu et du prieuré de Vignannes6.

  • 7 Nouveau recueil... p. 156. Le chiffre de vingt baux est certainement un chiffre minimal puisque l' (...)
  • 8 « Livres de raison et présence de la bourgeoisie... » p. 717-719 : Martial Chauvour, par exemple, (...)

11A cet « argent des services » s’ajoute « l’argent de l’élevage ». Le Limousin, par ses sols et sa pluviosité, est naturellement un pays d’herbage. Les notables ruraux, plus que les notables de Limoges, ont pris conscience que l’élevage constituait une des rares chances de l’économie rurale limousine. C’est du moins ce que leur comportement laisse croire. Ils financent en effet en partie cet élevage et y trouvent leur avantage : le bail à cheptel, bonne formule de placement, camoufle aisément un prêt à intérêt et assujettit le preneur paysan au bailleur de la ville. Pierre Espéron pratiquait déjà le système à la fin du XIVe siècle. Mais c’est au XVe siècle que celui-ci paraît surtout se développer. Les Massiot, d’après leur « registre des comptes ruraux », passent au moins une vingtaine de baux à cheptel7 qui les mettent déjà à la tête d’un troupeau composé de deux taureaux, dix bœufs, seize vaches, cent cinquante moutons – sans compter dix ruches – et évalué à 300 l.t.. Les Massiot se constituent par la même occasion une zone d’influence – autant appuyée sur les baux à cheptel que sur la possession de terres – dans un rayon d’une douzaine de kilomètres autour de Saint-Léonard. Certains paysans apparaissent comme des « paysans des Massiot », non parce qu’ils sont leurs tenanciers, mais parce qu’ils prennent beaucoup de leurs bêtes en garde8.

  • 9 Ibidem, p. 719-720.

12Les prêts purs et simples – appelés ailleurs « prêts amicaux » – sans intérêt avoué, sont assez rares dans les livres de raison. En revanche, on trouve dans le livre d’affaires des frères Roquet deux listes de « prêts de bourse sur gages » – longues et pourtant incomplètes. Elles mettent l’accent sur l’importance de ce genre de prêt à la consommation dans une petite ville et ses environs. La première concerne les débiteurs mineurs. Ce sont de petites gens, habitants de Beaulieu – parfois d’origine rurale d’après leur patronyme – et des paysans, à parts égales. Les prêts, souvent gagés sur d’humbles ustensiles domestiques, ne dépassent presque jamais les 2 l.t.. L’autre liste est constituée par les « gros clients » des Roquet, des notables cette fois. Les prêts sont faits « sobre gagge d’aur ho de argen. » Au total, une trentaine de prêts réalisés entre 1476 et 1507, qui rapportent 750 l.t.. A côté de la bonne société de Beaulieu, marchands et ecclésiastiques mêlés, on y trouve la fine fleur des seigneurs du Bas-Limousin, vassaux de la maison de Turenne ainsi que le seigneur de Turenne lui-même. Les deux seuls prêts supérieurs à 100 l.t. sont d’ailleurs accordés à ce grand personnage et à un de ses vassaux, le seigneur de Montvalent9.

13Les rentes constituées forment enfin le type de placement le plus fréquemment évoqué dans les livres de raison. Pierre Espéron et les autres n’y sont pas toujours en position de force et doivent parfois jongler avec les achats et les ventes : à la fin du XIVe siècle, Pierre Espéron rachète deux rentes qui grevaient un de ses jardins et un de ses domaines ; il en échange d’autres avec un écuyer, avant d’en vendre une de 12 s. 3 d.t. au même et à ses frères pour 7 l.t. : le bourgeois n’est pas toujours l’acheteur de rentes ni le noble le vendeur. Un demi-siècle plus tard, les Quinhard de Brive connaissent, eux aussi, des moments difficiles : Hugues de Quinhard doit vendre à réméré à son cousin, Etienne Vielbans, des rentes qu’il détenait sur des vignes et un bois et devra donc rembourser 69 l.t. avant dix ans s’il veut les récupérer ; une perspective quelque peu angoissante pour lui, on le sent bien. Seul Jean Massiot – une fois encore – se retrouve dans une situation plus confortable : d’après une liste de 1475, il est à la tête d’au moins une quarantaine de rentes constituées sur des vignes, des prés et des vergers de Saint-Léonard et de sa banlieue, quand ce n’est pas sur « tous les biens » des petits vendeurs. Ces rentes ne lui rapportent pourtant chaque année que 20 l.t. et 60 setiers de blé au total. Même ce notable huppé, qui doit faire l’envie de bien d’autres, ne réalise pas ainsi des bénéfices très considérables.

14Les livres de raison des notables ruraux apportent donc un premier témoignage sur l’activité de ceux-ci dans les campagnes limousines. Ils en marquent à la fois l’importance et les bornes. Ils permettent déjà d’évoquer la circulation de l’argent entre gens de la ville et gens de la campagne. Cette « enquête qualitative » qui porte sur des sources rares ne saurait évidemment fournir que des conclusions provisoires. Elle doit être suivie d’une « enquête quantitative » prenant en compte, dans la mesure du possible, quelques milliers d’individus et plus seulement quelques-uns. C’est la possibilité qu’offre l’étude des registres de notaires de campagne.

L’argent et le notaire de campagne : les registres des Bordas et de Jean Fabre

  • 10 A.D. Ηte Vienne 4 E1, 1 – 4 E1, 8 Saint-Léonard est situé à une vingtaine de kilomètres à l'est de (...)
  • 11 A.D. Hte Vienne, D 297-298 (« Terriers de Fabre · I et II). Chalus est situé à une trentaine de ki (...)

15Les archives limousines ont la chance – assez rare pour le centre de la France et la fin du Moyen Age – de posséder quelques registres de notaires ruraux. Il s’agit essentiellement de registres des minutes de notaires de Saint-Léonard, les Bordas10. S’y ajoutent deux registres de minutes d’un notaire de Chalus, Jean Fabre11.

  • 12 PEROUAS (L.), BARRIERE CB.), BOUTTIER (J.), PEYRONNET (JC.), TRICARD (J·), Léonard, Marie, Jean et (...)

16On ne sait que bien peu de choses de ces deux familles. Nos seuls renseignements sur les uns et les autres viennent de leurs propres registres. Jean Fabre n’apparaît jamais dans les siens et la banalité de son patronyme complique encore l’enquête. Nous savons, en revanche, que les Bordas appartiennent à une famille de tanneurs – une des activités dominantes à Saint-Léonard – et de marchands. Ils comptent parmi l’élite urbaine, siègent au consulat, font partie de la confrérie de « Sainte-Marie-sous-les-Arbres » dans laquelle se retrouvent les notables. Un Léonard Bordas est prêtre, un Nicolas Bordas prieur de la collégiale de Saint-Léonard, autres signes de réussite sociale du clan familial. Les notaires se succèdent dans l’étude familiale pendant un siècle et quart, au moins, sans que l’on puisse aisément distinguer quand l’un remplace l’autre. On peut toutefois penser qu’à Maître Jean Bordas, notaire à la fin du XIVe siècle, ont succédé deux Léonard Bordas, sinon trois, au cours du XVe siècle – l’adoption systématique par les Bordas du prénom dominant, Léonard, rend plus difficile encore l’identification des uns et des autres12.

17Il faut cependant avouer que cet état de choses, tout regrettable qu’il soit, ne constitue pas un des handicaps majeurs de l’enquête dans la mesure où celle-ci porte avant tout sur les clients de l’étude et leurs affaires.

L’état des registres : épaves de hasard et problème des lacunes

18Plus grave est en revanche, dans notre optique, le nombre, l’état et le contenu des ces registres et leur répartition dans le temps.

  • 13 Le rôle financier joué par ces petits notaires ruraux du Limousin est différent de celui que tienn (...)
  • 14 A.D. Hte Vienne, 4 E 1, 1 et 4 E 1, 2 II n'est pas sûr que ces mois sont complets.

19Nous ne possédons évidemment plus la série continue et complète des registres notariaux des Bordas mais seulement des épaves de hasard. Ces recueils de minutes sont de taille et de durée variables. Chacun, ou presque, compte en son sein de graves ruptures chronologiques13. Le plus ancien débute en novembre 1370 et court jusqu’en avril 1382, avec de nombreux trous dans le temps : aucun acte pour les mois d’octobre à décembre 1371, d’avril à juin 1372, de juillet et août 1373, de janvier à mars 1374, de mai 1375 à juillet 1376, de mars et avril 1379 et de septembre à décembre de la même année, de novembre et de décembre 1386, de février à août 1386. Au total, ce sont vingt-huit mois sur cent trente-trois qui sont complètement absents du registre. Quelles que soient la modestie de l’activité notariale et les contraintes du calendrier agricole à la belle saison, on ne peut envisager qu’il s’agit d’autant de mois sans passation d’actes. S’agit-il de registres mutilés ou existait-il d’autres registres aujourd’hui disparus ? Cette dernière hypothèse, qui n’exclut d’ailleurs pas la première, est la plus vraisemblable. Elle expliquerait, aussi, que certains mois n’y soient représentés que par de rares actes. Ce registre ne donne donc, à l’évidence, qu’une idée lacunaire et minimale de l’activité de l’étude. Il n’est pas le seul : les autres registres n’offrent pas de bien meilleurs caractères d’exhaustivité : le deuxième registre des Bordas contient 227 actes qui se répartissent entre mai 1389 et janvier 1430, évidemment sans continuité14. Au total, aucun n’offre un an complet de l’activité notariale.

20Dans ces conditions, peut-on prendre la mesure de cette activité ? On a tenté de le faire en rapprochant le nombre des actes du nombre des mois cités : dans le premier registre des Bordas, les 445 actes se repartissent sur 105 mois, ce qui donne une activité de moins de cinq actes par mois. Chiffre dérisoire même si on le sait inférieur à la réalité, certains mois étant vraisemblablement incomplets. Il donne une idée de la léthargie des affaires en cette fin de siècle dans une petite ville du Limousin, donc indirectement des difficultés de la reconstruction.

21Peut-on au moins opposer cette période à d’autres, moins somnolentes ? Rien n’est moins sûr. Les périodes réputées les plus actives sont marquées par un travail notarial qui demeure restreint : l’année 1433 – qui correspond ici à une période de reconstruction – voit le nombre des actes monter de 19 en janvier à un sommet rarement égalé de 43 en avril mais pour redescendre à 27 en mai et surtout à 5 en juin – le travail bat alors sans doute son plein dans les champs. Au total, 165 actes passés en sept mois, soit une moyenne mensuelle de 21 actes seulement. Moyenne pourtant supérieure à celle d’une « bonne année » du milieu du siècle : en 1454, le « meilleur mois », mars, est à 23 actes, la moyenne mensuelle à 12. On n’est pas très loin des chiffres pitoyables de la fin du siècle précédent.

  • 15 A Grasse, la fréquentation du notaire et la demande de crédit sont » plus accentuées durant certai (...)

22Autre indice d’une léthargie permanente : une courbe des activités notariales sans grand contraste d’un bout à l’autre de l’année alors qu’ailleurs – dans les petites villes de Provence par exemple – on distingue bien les périodes pendant lesquelles on a le loisir ou l’obligation d’aller chez le notaire et celles pendant lesquelles on ne les a pas15. Le calcul a été fait pour Chalus et pour Saint-Léonard. Pour la première, le calcul a été réalisé à partir de trois années les mieux représentées : on y note un maximum d’hiver – 23 à 35 actes entre décembre et mars – deux minima d’avril et novembre – 13 actes – une saison intermédiaire – 19 à 21 actes, avec un minimum d’août à 16 actes. On voit surtout que, dans le cadre d’une activité notariale réduite, quelques rédactions d’actes de plus ou de moins suffisent à susciter l’impression trompeuse d’une évolution des affaires. Il s’agit, tout au plus, d’un frémissement de la production notariée sans grande signification économique.

23Si l’on étudie maintenant l’évolution de la fréquentation globale de l’étude Bordas, on distingue un maximum d’hiver et de printemps, avec une pointe particulièrement forte en février qui concentre près de 10 % de la fréquentation totale. Puis une dépression correspondant aux mois d’été – entre 7 % de fréquentation en juin et 5,5 % en septembre, le mois le moins actif du calendrier notarial. Enfin l’année est bouclée avec un second maximum entre octobre et décembre au cours duquel la fréquentation mensuelle représente 7 % de la fréquentation totale.

  • 16 Graphique de la fréquentation de l'étude Bordas p. 226.

24Somme toute, deux périodes : l’une, d’octobre à juin, la moins somnolente ; l’autre, de juin à septembre, qui l’est davantage. Mais il y a à peine cent actes de différence entre le mois le plus actif et celui qui l’est le moins. On passe surtout devant notaire quand les travaux de la terre en laissent le loisir, lorsque s’annoncent les termes de paiement, aux grandes fêtes saintes, la Saint-Michel, la Toussaint ou Noël, lorsque les réserves en nature et en numéraire diminuent. Enfin peut-être le maximum de printemps correspond-il aussi au moment le plus propice pour relancer la reconstruction des champs16.

  • 17 Carte des clients du notaire p. 224-225.
  • 18 « Livres de raison et présence de la bourgeoisie.... » p. 714-722.

25La mesure de l’importance de l’activité notariale se prend enfin par la mesure de son rayon d’action dans l’espace limousin. Le tiers des localités dont sont originaires les clients des Bordas se situent dans un rayon de vingt kilomètres autour de Saint-Léonard, les trois-quarts dans un rayon de quarante kilomètres. On pourrait en conclure que ce notaire de Saint-Léonard a une sphère d’influence plus vaste que celle des notaires de Limoges. Comme s’il y avait dans les campagnes limousines à la fois un besoin et un manque de notaires qui assurent à ceux qui sont en place une zone de clientèle et d’influence étendue. Il faut cependant ne pas être dupe de ce prétendu rayonnement : près de 95 % des clients des Bordas dont on peut connaître les origines locales vivent à Saint-Léonard ou dans un rayons de 10 kilomètres autour de la ville ; 4 % entre 10 et 20 kilomètres, 1 % entre 20 et 30 kilomètres, quelques uns seulement au-delà17. Voilà qui réduit l’essentiel de l’activité des Bordas à leur ville et à ses proches campagnes. L’étude du livre de raison des Massiot, eux aussi notables de Saint-Léonard, avait abouti à des conclusions voisines18.

Les clients : nombre et typologie

  • 19 Quatre cent quatre-vingt-treize exactement.

26C’est dans ce contexte particulier et peu favorable à la prolifération d’une clientèle qu’on doit apprécier l’importance de la masse documentaire offerte par les registres des Bordas et de Fabre. Elle paraît, en effet, assez considérable : 2 545 actes et 3 321 clients ont été comptabilisés dans les premiers, auxquels s’ajoutent quelque 500 clients de Fabre19. Des actes et des clients de hasard, issus des épaves des archives notariales, appartenant à cinq générations différentes, de la fin du XIVe à la fin du XVe siècle. Le caractère aléatoire d’un tel ensemble ne saurait être oublié. Il ne s’agit que d’une sorte de « sondage de hasard » dans la société rurale limousine et ses affaires d’argent.

27Ces quelque quatre mille clients appartiennent en revanche à toutes les strates de la société rurale, depuis les paysans jusqu’aux élites. Pour pouvoir comparer la participation de tous à la vie économique et financière et faciliter le traitement informatique qui va suivre, on a regroupé les clients des Bordas et de Fabre en cinq grandes catégories professionnelles et sociales : les paysans, les artisans et petites gens des villes, les marchands et bourgeois, les hommes et institutions d’Eglise, la noblesse. Ce qui ne doit pas empêcher des enquêtes particulières sur tel groupe professionnel ou social précis ou sur telle famille, tel individu chaque fois que l’intérêt s’en fera sentir.

Les paysans

  • 20 Quinze serfs sur deux mille trente-sept paysans.
  • 21 Le Limousin, comme nous l'avons dit, est un pays d'habitat dispersé : la grande majorité des paysa (...)

28Certains de ces regroupements, immédiats et logiques, n’ont pas posé de gros problèmes. Il en est ainsi du regroupement dans un premier ensemble de tous les paysans, même s’il est bien sûr que tous n’avaient pas la même envergure sociale ni les mêmes ressources financières. On retrouve dans cette catégorie les rares serfs mentionnés dans les actes – moins de 1 % du total – car les non-libres sont rares en Haut-Limousin à la fin du Moyen Age20. Egalement les manouvriers, les quelques hommes dont le nom est suivi de la mention « agricultor », les forestiers. En vérité, la quasi-totalité des paysans est reconnaissable dans les actes au simple fait que leur nom n’est ni précédé ni suivi d’un qualificatif social ou professionnel, d’aucune formule de notoriété mais seulement de la mention de leur paroisse et de leur lieu de résidence21.

29Les paysans constituent la majorité des clients des Bordas, mais une majorité relativement faible – 62 % seulement. On peut donc penser qu’ils sont sous-représentés dans cette « société devant notaire » par rapport à la réalité sociale du temps. Cette remarque vaut encore davantage pour les registres du notaire Fabre de Chalus : les paysans ne comptent que pour la moitié à peine de ses clients. Soit que les paysans passent moins volontiers devant notaire que leurs contemporains, soit que le poids des élites, de la campagne et de la ville, se fasse davantage sentir devant notaire que le poids des rustres – les deux choses étant d’ailleurs vraisemblablement complémentaires.

Artisans et petites gens de la ville

  • 22 On relève parmi les clients des Bordas, trente-cinq bouchers, trente-six forgerons, vingt-six tann (...)
  • 23 Quarante-trois tailleurs, vingt-sept tisserands, liceurs et tondeurs de drap.

30L’ensemble regroupant les artisans et les petites gens des villes est beaucoup plus hétérogène. Il n’englobe pas moins de trente-trois professions, qui n’ont évidemment pas toutes le même calibre social et les mêmes disponibilités financières. Passons sur les fonctions rares comme sonneur de trompette ou les quelques représentants subalternes de l’autorité comme les sergents. Ils ont été classés ici en tenant compte de leur importance sociale réduite. Posent un plus grand problème des hommes dont le métier se situe aux frontières imprécises du monde artisanal et du monde paysan, les vignerons. On les a comptés parmi les artisans et les petites gens de la ville, parce qu’ils exercent parfois aussi le métier de tavernier et résident toujours à la ville. L’autre inconvénient majeur de ce classement vient du regroupement dans le même ensemble d’hommes aussi différents que les bouchers, qui tiennent le haut du pavé à Saint-Léonard et de petites gens comme les nautonniers ou les sabotiers. Mais, même à Saint-Léonard, un boucher pouvait-il être considéré comme un bourgeois ? Il a donc paru bon de ne pas les dissocier d’un « monde de l’élevage »22 qui domine le monde artisanal léonard plus encore que les métiers du drap et du vêtement23. Peu d’autres artisans, à dire vrai, dans cette « société devant notaire » où l’ensemble, toutes professions confondues, ne représente que 9 % des clients des Bordas et 16 % des clients de Fabre – sur un corpus réduit.

Bourgeois et marchands

  • 24 Exemple : le lieutenant du bailli.

31Le groupe des bourgeois constitue près de 12 % des clients du notaire à Saint-Léonard, légèrement plus à Chalus. On y a compté les marchands dans la mesure où, sous la plume du notaire, un même personnage se voit appliquer l’un ou l’autre qualificatif quand ce ne sont pas les deux ensemble. Quelques habitants de la ville, marchands drapiers et orfèvres y ont été joints, leur envergure sociale et leurs disponibilités financières les rapprochant manifestement plus des bourgeois que des artisans. Pour les mêmes raisons, on y a joint les notaires et les consuls de la ville, dont on sait bien qu’ils font partie des familles de notables. Enfin les représentants de l’autorité, qui n’appartiennent ni au petit peuple des sergents ni à la noblesse et se réduisent à quelques individus24, ont été comptés dans ce groupe.

La noblesse

  • 25 Soixante-douze chevaliers contre cent soixante-sept écuyers.

32Les représentants de l’aristocratie laïque forment, en revanche, un ensemble plus homogène qu’on n’aurait pu l’imaginer. Certes – outre quelques très rares représentants de l’autorité publique – on y retrouve deux groupes distincts, une minorité de chevaliers, deux fois plus d’écuyers25. Mais ce que l’on peut savoir de la fortune et du rang social des uns et des autres permet de dire qu’il n’y a pas de si grande distance entre eux. Il ne figure pas dans la clientèle de ces petits notaires ruraux de grande famille de l’aristocratie limousine – à part, peut-être, des seigneurs d’Aubusson. Ces chevaliers et ces écuyers sont de petits seigneurs de la région de Saint-Léonard et de Chalus au patrimoine réduit. Une piétaille nobiliaire qui représente près de 8 % des clients des Bordas, à peine 2 % des clients de Jean Fabre.

Institutions et gens d'Eglise

  • 26 Cent seize personnes sur quatre cent seize membres du clergé. VINCENT (C.), Des charités bien ordo (...)

33La catégorie des gens d’Eglise n’offre pas une aussi grande cohésion que l’ensemble aristocratique. Le Haut Clergé y est bien représenté par l’évêque de Limoges, le prieur et les chanoines de la collégiale de Saint-Léonard, les abbés et les moines des abbayes et prieurés voisins. S’y ajoutent les prêtres et les clercs dont certains sont licenciés en droit ou maîtres ès arts. Y figurent enfin les confréries, particulièrement la confrérie de Sainte-Marie-sous-les-Arbres dans laquelle se retrouvent tous les grands notables léonards. Composées de laïcs, les confréries n’en sont pas moins des institutions ecclésiastiques, encadrées par des gens d’Eglise, agissant dans un cadre charitable26. Elles ont donc paru avoir leur place ici. Au total, gens et institutions d’Eglise représentent près de 16 % des clients des Bordas, près de 17 % des clients de Fabre.

  • 27 Les deux clientèles n'ont pas tout à fait la même composition. Le nombre réduit d'actes passés dev (...)

34Somme toute, les registres des Bordas – accessoirement ceux de Fabre – permettent d’analyser le comportement financier d’une « société complète » qui n’est pas pour autant – pour bien des raisons relevées au passage – une « société parfaite »27.

Typologie des actes

35Ces hommes passent devant notaire des actes d’une surprenante diversité. On a trouvé trace en effet d’une quarantaine de types d’actes différents. Avec, il est vrai, le souci de bien distinguer les uns des autres, pour la précision de l’enquête et du traitement informatique, les types d’actes voisins ou apparentés : actes d’accensement « aux cens anciens » et actes d’accensement avec réduction des cens, par exemple, reconnaissances et remboursement des dettes, ventes de marchandises et ventes d’animaux, etc.

  • 28 A.D. Hte Vienne, 4 E 1, 4 f. 30.
  • 29 Exemple : – composition et accord. entre la collégiale de Saint-Léonard et Antoine Chaussade sur u (...)
  • 30 Le · compte final · entre les frèves Valles et un bourgeois de Saint-Léonard, par exemple, est de (...)

36On a prêté une attention particulière aux types d’actes évoquant des opérations financières, ouvertement ou non. Le vocabulaire, en effet, n’est pas toujours clair, peut-être à dessein. Un certain nombre de formules masquent les prêts à intérêt et leur règlement subreptice. Les actes de « composition et accords », par exemple, touchant tout différend réglé à l’amiable. Dans certains cas, ils mettent fin à une querelle authentique, règlement du prix de vente d’une vache ou de la reconstruction d’un four28. Mais ces cas sont rares. Dans la grande majorité des textes, le notaire et les parties contractantes se gardent bien de préciser sur quelle affaire porte la « composition et accord » et se contentent d’indiquer quelle somme a été versée par l’une des parties à l’autre29. Comment ne pas imaginer que cette discrétion dissimule le règlement, controversé un temps, de quelque prêt à intérêt ? Formule voisine avec le « compte final », qui entraîne le versement d’une somme par un des contractants à l’autre. Cette dernière formule est plus complexe, cependant, car elle évoque une succession d’opérations financières réalisées entre deux mêmes parties. Le détail de ces opérations n’est jamais précisé et l’on ne peut donc savoir ce que représente exactement la somme versée. Une discrétion, acceptée par tous, qui évoque des opérations dont les modalités ne s’avouent pas30.

37A côté de ces formules qui gardent une part de mystère, les actes de reconnaissance ou de remboursement de dettes, apparaissent comme des actes d’une plus grande clarté, même s’ils présentent toujours les prêts comme des gestes amicaux n’appelant pas intérêt – ce qui n’est certainement pas le cas. Autre formule de placement et d’emprunt souvent utilisée, la rente constituée fondée, on le sait, sur un bien du vendeur ou l’ensemble de son patrimoine. Elle peut se compliquer, comme certaines ventes foncières, d’une clause de réméré : dans ce cas, il est prévu le remboursement dans un certain laps de temps de la somme versée, qui annule la vente.

  • 31 Louis Guibert écrivait déjà à la fin du XIXe siècle que « ce contrat équivaut, en somme, à un prêt (...)

38Réduire cependant ce marché de l’argent aux actes qui enregistrent réglementairement un placement ou un prêt à la consommation serait négliger un nombre considérable d’actes qui peuvent procurer des capitaux ou permettent de les placer – que ce soit leur vocation première ou non. Depuis les baux à cheptel31, les achats et les ventes foncières ou immobilières jusqu’aux dots, aux donations entre vifs, aux testaments, pour n’en citer que quelques-uns, tout est bon pour gagner gros ou quelques sous en une chasse ingénieuse et difficile aux capitaux indispensables à la vie quotidienne et à la reconstruction des campagnes.

39La documentation notariale offre donc la possibilité de mesurer le poids d’une multitude d’opérations qui apparaissent comme autant d’occasions offertes à qui cherche de l’argent, à qui peut en avancer. Elles ont été regroupées – d’après leurs origines – en quelques grandes rubriques :

  • « l’argent de la terre » (accensements et reconnaissances de tenures, afferme des redevances, échange et vente des biens fonciers et immobiliers).
  • « l’argent de la famille » (donations entre vifs, aumônes, dots et testaments).
  • « l’argent du commerce et de l’élevage » (ventes et achats de marchandises et d’animaux, baux à cheptel).
  • « l’argent de l’emprunt » (compositions et accords, comptes finaux, rentes constituées, ventes à réméré, reconnaissances de dettes et remboursements des prêts).
  • 32 On a également utilisé les indications données sur les crises monétaires et l'évolution des monnai (...)

40Pour faciliter les calculs, on a systématiquement converti les monnaies – écus et réaux dominent – en livres, sous et deniers tournois. Des conversions facilitées par les indications portées dans les actes eux-mêmes sur la valeur de telle ou telle monnaie au moment où ceux-ci sont passés : une précaution indispensable pendant les turbulences monétaires du XIVe siècle et d’une partie du XVe32.

41Si l’orientation de l’enquête amène à privilégier ainsi les affaires d’argent dans la documentation notariale, on n’en néglige pas pour autant les autres renseignements qu’elle nous fournit : sur le parcellaire et les paysages ruraux, par exemple, étudiés grâce aux confronts indiqués chaque fois qu’il y a accensement, reconnaissance ou vente foncière ; sur l’élevage grâce aux indications données dans les baux à cheptel ou lors de la vente d’animaux ; sur la démographie rurale, comme on l’a vu dans un chapitre précédent. En fait, c’est la société d’une petite ville et de ses campagnes avec son cadre de vie, ses comportements et ses problèmes que ressuscitent les archives notariales.

Le recours à l’informatique

42Pour exploiter cette documentation notariale, on a fait appel à l’informatique. Non sans hésitation ni débat. Quelque trois mille actes et quatre mille clients représentaient une masse de renseignements considérable pour l’historien, non pour l’informaticien. Il paraissait difficile d’en maîtriser et d’en exploiter la richesse par les méthodes traditionnelles et manuelles. Le recours à l’ordinateur entraînait une rigueur obligatoire dans la lecture et le traitement des actes. Il facilitait le repérage et la prise en compte des individus non des occurrences. Il permettait de multiplier les enquêtes, les comptages, les classements, les comparaisons et les liaisons.

43Restait à ne pas perdre trop de substance en passant de l’acte à la fiche. Sur celle-ci ont donc été enregistrés :

  • l’indication de la source
  • la date de l’acte
  • le patronyme, le prénom, le surnom des diverses parties
  • les liens de parenté
  • l’état et la profession
  • la paroisse et le lieu de résidence
  • la nature de l’acte
  • la nature des biens cités dans l’acte, leur localisation, éventuellement leurs confronts
  • les conditions financières de l’opération
  • les redevances en nature
  • les échéances indiquées dans le contrat
  • les indications sur les « malheurs des temps »33.

44A partir de ces données, ont été constitués deux fichiers fondamentaux, « fichier des actes » et « fichier des clients ». Par des tris croisés, on a établi les rapports existant entre les divers groupes sociaux et les divers types d’actes.

45On a ainsi pu observer – compte tenu des lacunes et des limites de la documentation – comment circulait l’argent, entre qui et qui, par le biais de quelles opérations, avec quelle fréquence et quelle abondance, pour quelle durée, avec quels résultats. Mesure à la fois d’un dynamisme social et d’un dynamisme financier, des disponibilités de chacun et de leur emploi, des systèmes de prêt et d’emprunt et de leurs imperfections, des rapports entre quelques « gros clients » – qui ne méritent peut-être pas ce titre – et la piétaille minutière, de l’évolution et des permanences d’une société, de sa résistance à la crise et de ses démissions.

« L’argent de la terre »

46Dans une société rurale comme la société limousine, le recours à « l’argent de la terre » apparaît comme un premier réflexe et un geste naturel. D’autant que les solutions ne manquent pas, du produit des redevances seigneuriales, des fermages et du métayage jusqu’à la vente de biens fonciers en cas de besoin. L’analyse des registres notariaux montre cependant que ce recours est souvent décevant.

Des cens dérisoires

47On sait depuis longtemps que les cens n’ont plus, en cette fin de Moyen Age, qu’une valeur symbolique et guère économique. Ils ne rapportent plus, ici comme ailleurs, que des sommes dérisoires, particulièrement en période de crise. Ce ne sont pas quelques sous et quelques setiers de seigle qui peuvent résoudre les difficultés financières des seigneurs limousins et les registres notariaux n’évoquent jamais leurs revenus banaux. Les totaux des redevances sont donc des plus médiocres : 136 accensements ne rapportent que 22 l.t. aux aristocrates locaux, les premiers concernés pourtant. Quelques livres seulement aux seigneurs ecclésiastiques qui passent 56 accensements, encore moins aux seigneurs bourgeois qui n’en passent qu’une vingtaine. Il faut y ajouter 500 setiers de seigle, quelques setiers de froment, quelques « raz avoine ». Soit des revenus moyens minimes pour les uns et les autres, moins de 5 s.t., à peine un setier de seigle par contrat. Il y a, de plus, recul du revenu de ces cens de la fin du XIVe siècle à la seconde moitié du siècle suivant : les accensements de la décennie 1370-1380 rapportaient encore 17 l.t., les accensements de la génération 1430-1470, moins de 10. Les cens traditionnels les plus bas trouvent seuls encore preneur, au grand dam des propriétaires.

48Encore ce sont là toutes les redevances qui ont gardé leur niveau traditionnel : les réductions de cens, si elles soulagent un peu les tenanciers, entraînent évidemment une perte de revenu pour les seigneurs.

Fermages et métayages : des revenus réduits34

  • 34 Graphiques sur « l'argent de la terre » p. 227-231. Est-il besoin de souligner que la distinction (...)
  • 35 A.D. Hte Vienne, 4E 1, 4, fo 190 vo (afferme du 8 décembre 1454).
  • 36 Les plus anciens contrats passés par les bourgeois datent de 1455, 1458 et 1459 (« Le métayage en (...)

49On pourrait imaginer que les nouvelles formes de prises des terres à bail rapportent davantage aux seigneurs. La réponse des registres léonards et chalusiens n’est guère rassurante. Les baux à métayage y sont rares et tardifs : un écuyer, Imbert Beau passe le plus ancien, en 1454 seulement, avec Guillaume Terrade « à la moitié des blés » et à la paisson des porcs sur le » lieu » de la Noaille35. Son exemple n’est suivi que par quelques bourgeois. L’adaptation de la formule à une situation de crise, que l’on a relevée ailleurs, semble avoir échappé aux seigneurs de la région, particulièrement à la bourgeoisie36.

  • 37 A.D. Hte Vienne, 4 E 1, 3, fo 48.
  • 38 Proposés dès les années 1370, et peut-être avant, par les élites traditionnelles, seigneurs laïcs (...)
  • 39 Les bourgeois ne passent leurs premiers contrats de fermage qu’à partir des années 1450.

50Les baux à ferme, plus nombreux – on en a noté trente trois exemples – rapportent au total 158 l.t. aux bailleurs, une moyenne de 5 l.t. et quelques setiers par contrat. Un revenu qui n’est pas si faible si on le compare à celui des baux à cens perpétuel, vingt fois inférieur. En revanche, la sécurité n’est pas la même pour le preneur, la durée du bail réduite, neuf ans seulement en moyenne. Les contrats les plus longs atteignent 18 ans, les plus brefs 3 ans seulement. Le fermage peut être une simple solution d’attente : en 1442, un écuyer, Léonard de Pennevayres, baille à ferme les prés, jardins, pâtis, bois du Grand Billat, dans la banlieue de Saint-Léonard, mais précise que s’il trouve à accenser ses biens, le fermier devra déguerpir37. Brièveté de la location et montant plus élevé du bail peuvent expliquer pourquoi ce nouveau type de contrat ne s’est pas développé davantage pendant la période de reconstruction – au moins dans la mesure où les paysans avaient leur mot à dire dans le choix de la formule de location de la terre38. Solution plus séduisante pour le propriétaire que pour le fermier, le fermage ne connaît qu’un succès mitigé avant la fin du XVe siècle39.

51Au total, métayage et fermage se heurtent à l’atonie des uns, à la discrète résistance des autres, peut-être aussi à une méfiance générale de tous à l'égard de la nouveauté. Du coup, ils ne fournissent qu’un modeste complément financier à quelques propriétaires.

L’afferme des redevances, une bonne affaire

52On pourrait dire que la bourgeoisie léonarde et chalusienne s’est plus intéressée aux seigneuries des autres qu’aux siennes propres par le biais de l’afferme des redevances. Elle n’est d’ailleurs pas la seule.

  • 40 Six contrats d'afferme seulement, pour un total inférieur à 80 l.t.
  • 41 Seize baux contre douze. Les fermiers d'origine paysanne sont tour à tour au service de nobles, d' (...)

53Cet « argent des services » ne rapporte pas moins d’un millier de livres tournois, ce qui est beaucoup d’argent dans le cadre de nos campagnes, avec une moyenne d’une trentaine par contrat. Mais le chiffre moyen dissimule une opposition entre affermes d’envergure et affermes de gagne-petit. Aux bourgeois les premières, passées avec des seigneurs laïcs ou ecclésiastiques de haut niveau. Ils rapportent 60 l.t. en moyenne mais il n’y en a trace que d’une douzaine. Si bien que l’on peut surtout être sensible soit à l’importance de l’opération soit à leur nombre réduit. Ce dernier s’explique-t-il par une relative timidité des fermiers ou leur manque de fonds ? Quelques hommes d’Eglise servent aussi de fermiers à des institutions ecclésiastiques dès les années 1370. Mais ces cas sont rares et faibles les sommes avancées40. En revanche, il existe des affermes paysannes, plus nombreuses même que les affermes bourgeoises41. Comme on l’a dit, ce sont de petites fermes, d’une quinzaine de livres seulement en règle générale. Il faut, il est vrai, y ajouter une part en nature qui fait l’originalité de ces contrats paysans et en accroît la valeur. Ces affermes paysannes, si elles montrent que certains rustres ont de l’argent et le désir de le faire fructifier, ne suffisent pas à attester, seules, la présence de « coqs de village » et de capitalistes paysans : aucun de ces fermiers n’apparaît deux fois dans les registres notariaux. La rente seigneuriale n’enrichit beaucoup, en définitive, ni les maîtres du sol ni leurs fermiers – à quelques rares exceptions près.

Le marché des biens fonciers : vendre un « lieu – ou une parcelle ?

54Lorsqu’un propriétaire terrien a de gros besoins d’argent, reste la possibilité de vendre un élément de son patrimoine foncier ou de son patrimoine immobilier – les deux étant souvent liés dans les registres notariaux.

55Les ventes de biens fonciers constituent un des éléments les plus significatifs de mutation en temps de crise. Les besoins accrus des uns peuvent s’accorder au désir des autres de profiter de la situation pour arrondir leur fortune foncière. Les affaires ne se concluent plus alors en sous mais en livres.

56Il n’y a pas moins de cent soixante treize actes de vente ou d’achat d’un bien foncier dans les registres des Bordas ou de Fabre, ce qui représente près de 9 % du total des actes dépouillés. Toutes les opérations foncières n’ont évidemment pas la même envergure ni des protagonistes du même monde.

  • 42 « La tenure en Limousin et Marche » p. 32-33.

57Les plus importantes concernent la vente ou l’achat des « lieux, mas ou villages », selon le vocabulaire notarial du temps. Ces « lieux » sont, comme on l’a vu, des domaines, des « exploitations-blocs », qui regroupent en leur sein tous les éléments du paysage agricole ainsi que les bâtiments d’exploitation : les actes notariés énumèrent parfois leurs maisons, granges, jardins, vergers, prés et prairies, terres cultivées ou incultes et leurs bois. Le nom d’un lieu-dit et des confronts extérieurs à l’ensemble suffisent, on l’a dit, à les définir aux yeux et à la mémoire de tous42.

58C’est la grande affaire du marché foncier léonard : cinquante « lieux », au moins, ont été vendus dans l’étude Bordas de la fin du XIVe à la fin du XVe siècle. Le chiffre peut paraître faible et porter témoignage de la stabilité des choses et des gens. A l’aune de Saint-Léonard et de nos sources lacunaires, il représente beaucoup, pas moins de 29 % des opérations foncières et immobilières réalisées dans cette étude.

59L’opération financière est toujours de poids. Un « lieu » s’achète entre 7 et 100 l.t., une soixantaine de livres en moyenne. Aucune autre opération foncière ne rapporte autant. Elle peut témoigner de mutations sociales et économiques d’une certaine ampleur.

60Or si la noblesse de Saint-Léonard et de sa région joue un rôle essentiel sur ce marché, c’est à la fois comme acheteur et comme vendeur. Il y a presque autant d’achats d’origine noble que d’achats d’origine bourgeoise, alors que la clientèle des Bordas compte plus de bourgeois que d’aristocrates.

  • 43 A.D. Hte Vienne, 4 E 1, 3 fo 89, 4 E 1, 5 fo 102 (10 mars 1469 n.s.) 4 E 1, 6 fo 55 (2 avril 1467)
  • 44 Ibid, 4 E 1, 3 fo 12, f 110 νo (1er août 1461), 4 E 1, 4 fo 48 vo (2 avril 1457 n.s.).
  • 45 Ibid, 4 E 1, 4 fo 46 vo (3 novembre 1457).

61C’est essentiellement la petite noblesse des écuyers qui est amenée à se séparer d’éléments de son patrimoine foncier, particulièrement à partir du milieu du XVe siècle. La famille Jornet vend entre 1461 et 1467 des « lieux » à des marchands et à un paysan pour un total de 110 l.t. Ils avaient déjà sauvé de justesse en 1456 un autre « lieu », en remboursant à temps à un marchand de la Souterraine les 96 l.t. d’une vente à réméré43. Les choses ne vont guère mieux pour un autre écuyer, Jean Joubert qui doit céder à Jean Massiot deux « lieux » en 1457 pour 206 l.t. et deux autres à un autre marchand de Saint-Léonard, Jean Dalesme, en 146144. En 1467, Jean d’Agremont vend à son tour trois « lieux » contre 167 l.t., à Jean Massiot encore45. Au total, ces petits nobles vendent vingt-quatre « lieux » pour 2024 l.t., une centaine de livres par « lieu » en moyenne – le montant de trois ventes étant inconnu.

  • 46 Les vicomtes d'Aubusson comptent parmi les premiers seigneurs de la Marche et du Limousin et sont (...)
  • 47 A.D. Hte Vienne, 4 E 1, f 40 (28 août 1456).
  • 48 Ibid, 4 E 1, 5 fo 72, « repaire » de Chalivrat.
  • 49 Ibid, D 297 fo 65.

62Tous les nobles, cependant, ne sont pas vendeurs, contrairement à l’image d’une noblesse ruinée et obligée de vendre tout son patrimoine. Certains, même, sont de gros acheteurs. Aux dépens, d’abord, d’autres nobles qui connaissent effectivement des problèmes financiers : des « lieux » passent ainsi des mains de petits écuyers aux mains de grands seigneurs : Jean d’Aubusson – qui appartient à une des premières dynasties de la Marche46 – achète à Guillaume Daniel, un chevalier de la région de Saint-Léonard, trois « lieux » pour 275 l.t.47. Jean et Léonard Bailh achètent à Jean de Beauvoir un « repaire » pour 237 l.t.48. En 1450, Isabelle de Lastours, membre d’une très ancienne famille de l’aristocratie limousine, achète à un chevalier, Jean de Beaupoil, la châtellenie de Masseret pour 450 écus et réalise la plus grosse opération en la matière49.

  • 50 Jean Robot achète à un bourgeois de Chalus les « lieux » de la Peytantie et de la Jaffardie (Ibid,(...)

63Les autres achats aristocratiques sont faits à des paysans, dans la grande majorité des cas. Parfois aussi à un bourgeois : en 1461, un noble, Jean Robot, achète deux « lieux » à un bourgeois de Chalus pour 165 l.t.50

64Au total, les nobles dépensent près de 1200 l.t. pour acheter une dizaine de lieux. Cette somme n’est inférieure que de quelques dizaines de livres à la somme totale des ventes effectuées par des hommes du même groupe social. Voilà qui relativise l’importance des pertes foncières subies par l’aristocratie et, partant, ses difficultés financières. Sans nier ces dernières, on doit reconnaître que le phénomène n’est pas général. Certains nobles sont en état d’arrondir encore leur patrimoine foncier au moment où d’autres traversent des moments pénibles. Les mutations foncières, sans grande ampleur, se font plus à l’intérieur de la société nobiliaire que vers l’extérieur.

  • 51 Ibid, 4 E 1, 5 fo 93, 27 juin 1468.

65Le clergé, qui a ses propres notaires, est quasi absent du marché foncier étudié ici : six actes d’achat de « lieux » seulement, dont deux concernent l’achat en deux temps du « lieu » de Pallet51. Les quatre autres correspondent à des achats assez médiocres, toujours inférieurs à 100 l.t. en tout cas, aux dépens d’un écuyer et de paysans. Les ecclésiastiques dépensent dans l’affaire trois fois moins d’argent que les nobles.

  • 52 Vente de notaire à notaire d'un tènement en 1404 (A.D. Hte Vienne, 4 E 1, 2 fo 108).
  • 53 191 l.t. seulement.
  • 54 Exactement 946 l.t.

66Les bourgeois, eux, sont, bien présents sur le marché. Mais ils ne l’écrasent pas. Ce sont, sans surprise, des acheteurs avant tout. Il arrive, on l’a vu, qu’un bourgeois vende un « lieu » à un noble ; ou encore qu’un bourgeois en vende un à un autre bourgeois – opération interne traditionnelle52. Mais de tels cas sont rares, les sommes récupérées assez faibles, quelque deux cents livres en tout53. En revanche, des bourgeois achètent des « lieux » en nombre, à des nobles et à des paysans essentiellement. Les sommes déboursées pour ces achats sont toutefois moins fortes qu’on pourrait l’imaginer. Un seul achat dépasse les 150 l.t., pour l’acquisition de deux « lieux ». Le total des sommes engagées par des bourgeois dans ces opérations n’atteint pas les 1000 l.t.54. Il est donc nettement inférieur à celui des achats réalisés par les nobles. Timidité, indifférence, manque de capitaux peuvent expliquer les limites de la participation des bourgeois à l’achat des domaines.

67La position de la paysannerie est différente et traduit le plus souvent une situation financière délicate.

  • 55 A.D. Hte Vienne, 4 E 1, 7 fo 10 (30 juillet 1479).
  • 56 Ibid, 4 E 1, 7 fo 26 (3 août 1479).
  • 57 Ibid., D 298, fo 96 vo (2 janvier 1462 n.s.).
  • 58 Ibid., 4 E 1, 7 fo 50 (9 février 1480).
  • 59 Ibid., 4 E 1, 7 fo 50 vo (9 février 1480).
  • 60 Pour les seize « lieux » achetés par les paysans dont nous connaissons le prix de vente.
  • 61 A.D. Hte Vienne, 4 E 1, 3 fo 96 (25 avril 1461). Les Dupuy ont-ils épuisé dans cette opération tou (...)

68Les paysans vendent souvent et beaucoup. A qui le veut et le peut, à des nobles, à des bourgeois – on vient de le voir – parfois même à des artisans. Mais surtout à d’autres paysans, dans plus de la moitié des cas. Il est vrai que dans 20 % des cas, il s’agit de ventes familiales, qui permettent de reconstituer l’unité de propriété et d’exploitation du « lieu » familial au profit de l’acheteur : Léonard Ouliac rachète à sa belle-mère devenue veuve le lieu des Ouliac55 ; Jean Mollard en fait de même auprès de son frère Léonard et lui rachète 1/5 du lieu des Moulards56 ; Etienne Fayolaud et sa femme, Hélide Puyragonde reconstituent en deux temps et deux achats l’unité du lieu du Dognon57. Marguerite Péloneix en fait autant pour le lieu du même nom58 ; en 1467, les frères Jean et Léonard Dauriat rachètent à leur troisième frère, dit « Miroux », sa part des « lieux » de la Planche et du Maine59. Des arrangements familiaux qui correspondent à l’achat de fragments de « lieux » et non à des « lieux » complets. Du coup, le montant de l’achat est moins élevé, en règle générale, que celui des achats effectués par des acheteurs plus huppés – 25 l.t. en moyenne60. Le seul achat spectaculaire est fait en 1461 par Pierre Dupuy et sa sœur Jeanne qui achètent à d’autres paysans, les Laucournet, les lieux du Picq, de Peyri et la moitié du lieu du Villard. Opération d’envergure réussie par une famille de paysans aisés au détriment d’une autre qui ne l’est plus. Mais opération apparemment unique et sans lendemain61. Opération moins onéreuse qu’on aurait pu l’imaginer : les Dupuy n’ont eu que 67 l.t. à débourser pour la réaliser. Les trois lieux qu’ils ont acquis se situent en effet sur les plateaux marchois aux sols pauvres et au climat rude, où la concurrence a, probablement, très peu joué. Des conditions particulières qui donnent à des paysans une chance, qu’ils n’ont pas ailleurs, de gagner des terres à moindre frais. Il y a manifestement « lieux » et « lieux » et les paysans, tout en participant au marché, sont des acheteurs de bas de gamme, qui peuvent tout au plus profiter de l’occasion négligée par les autres et juste bonne pour des rustres.

  • 62 « La tenure en Limousin... » p. 32.

69La médiocrité de leurs ressources financières interdit en tous cas aux paysans de pratiquer une politique suivie d’acquisition des domaines. Elle les oriente plutôt vers le marché, moins dispendieux, de la « parcelle volante »62, terres de labour, jardins, vergers, vignes et bois ou ces parcelles mixtes associant, par exemple, terre et vigne, terre et jardin, vigne et jardin... Les paysans font porter l’essentiel de leurs efforts et de leurs disponibilités financières sur l’achat de ces parcelles. Elles représentent les 2/3 de leurs acquisitions foncières.

  • 63 Proportionnellement à leur surface, une vigne ou un pré coûtent cependant plus cher qu'un « lieu »

70S’ils comptent davantage dans ce second marché foncier, les paysans sont loin d’en avoir l’exclusivité : ils y entrent en concurrence – souvent à leurs dépens – avec nobles, bourgeois, clercs et artisans. Par suite de ses plus faibles coûts63 et de ses offres plus nombreuses, le marché de la parcelle attire acheteurs et vendeurs appartenant à toute la société limousine.

71Les opérations les plus fréquentes portent sur la vente de terres ou de vignes, une vingtaine dans les deux cas.

  • 64 CHARBONNIER (P.) dir., Les anciennes mesures locales du Massif Central d'après les tables de conve (...)
  • 65 A.D. Hte Vienne, 4 E 1, 4 fo 58,4 E 1, 5 fo 7, 4 E 1, 8 fo 63, D 297 fo 8.

72La superficie des terres est rarement indiquée avant le milieu du XVe siècle. Elle se situe alors entre trois séterées et une demi quartelée, avec une moyenne de l’ordre de deux séterées, un demi hectare64. Les prix s’échelonnent entre une et dix livres, avec une moyenne de 4 l.t. environ. Il est évident que ce prix de la terre varie non seulement avec la taille de la parcelle mais aussi avec la qualité des sols, la situation géographique, la date de la vente, la conjoncture monétaire et économique : une terre d’une séterée est vendue 2 l.t. près de Saint-Léonard en 1457, une autre d’une demi quartelée 3 l.t. en 1462, une troisième de deux séterées 5 l.t. en 1486. A Chalus, en 1467, une terre d’une séterée et demie atteint 8 l.t.65.

  • 66 Qui sait si l'on ne s'empare pas de la terre du voisin avec quelque satisfaction ? Il y a des rapp (...)

73La modicité du prix de ces parcelles, comparé à celui des « lieux », explique que le marché est celui des paysans, souvent même une affaire entre paysans. En cas de besoin, c’est la terre que l’on vend ; si l’on a quelques sous en réserve, c’est la terre de voisin que l’on guigne66. Parmi les vendeurs, il y a dix-huit paysans contre un seul écuyer. Parmi les acheteurs, onze paysans contre deux nobles – un chevalier et un écuyer – deux artisans, un clerc, deux bourgeois seulement et qui n’apparaissent que sur le tard.

74Les vignes sont aussi recherchées que les terres de labour. Elles constituent l’autre objet de convoitise des petites gens. Chacun veut avoir sa vigne, boire et faire boire de son vin. Un achat économique qui se double d’un achat de prestige. Les paysans constituent 60 % des acheteurs. En revanche un seul est vigneron. Les autres acheteurs sont des bouchers, quelques clercs – on ne retrouve que partiellement ici le goût du clergé pour la vigne. On est également frappé par le petit nombre des acheteurs appartenant à la noblesse et à la bourgeoisie.

  • 67 La moitié des vendeurs sont des paysans.
  • 68 Il ne faut cependant pas oublier que l'on ne voit ici que les vignes qui changent de main. Il exis (...)

75Parmi les vendeurs, encore une majorité de paysans67 mais moins forte que chez les acheteurs. Puis des bouchers, un tisserand, un carreleur : comme les paysans, les artisans vendent leur vigne de banlieue en cas de nécessité. Enfin deux bourgeois, un chevalier, un clerc. Au total ce marché de la vigne est, dans une certaine mesure, aux mains des petites gens de la campagne et de la ville68 Objet de leurs convoitises, la vigne est aussi pour eux un moyen de se faire de l’argent.

  • 69 A.D. Hte Vienne, 4 E 1, 8 fo 57 ; l'acheteur est un vigneron, Léonard Noaille, qui possédait déjà (...)
  • 70 Il n'est pas impossible, cependant, que les auteurs aient été plus sensibles au saccage des vignes (...)
  • 71 Robert Boutruche avait déjà signalé ce handicap (op. cit., p. 428-429).
  • 72 La formule « terre autrefois vigne » apparaît, par exemple, dans un acte d'investiture passé par L (...)

76Car le prix des vignes est élevé, beaucoup plus que celui des terres de labour : il en coûte 6 l.t. pour une vigne de deux journaux, dix ares environ69. Les prix de vente s’échelonnent entre une et 56 l.t. avec un prix moyen de 121.t. 1/2 – trois fois plus que le prix moyen des terres. Acheter une vigne constitue un lourd sacrifice financier, en vendre une rapporte gros. Le marché est enfin soumis, encore plus que d’autres, à la conjoncture économique et politique. On note une interruption des achats et des ventes entre 1389 et 1439, qui ne saurait s’interpréter seulement comme une lacune de la documentation. On y voit aussi le signe d’une situation particulièrement défavorable tant sur le plan économique que politique qui décourage un temps les acheteurs potentiels ou les fait disparaître : la vigne est la victime toute désignée des saccages guerriers70, chacun sait que sa remise en valeur est longue, chère, délicate, le redémarrage de la production lent71. Il est d’ailleurs probable que les « malheurs des temps », s’ajoutant à la médiocrité des sols ont entraîné, alors, un petit recul de la vigne en Limousin. Les registres des Bordas ont gardé trace, comme ailleurs, de « terres autrefois vignes »72.

  • 73 Dix-huit actes de vente contre dix-neuf.
  • 74 Sept ares environ.
  • 75 Jean Vouraille dit Felletin achète à Jean Guillot un jardin situé dans la ceinture horticole de Sa (...)

77La vente des jardins constitue un troisième élément non négligeable de ce marché de la parcelle. A peine moins convoités que les terres et les vignes73, les jardins le sont par tous. On sait quelle place privilégiée ils tenaient dans l’économie domestique et de quels soins attentifs ils bénéficiaient. Parmi les acheteurs, on trouve aussi bien un chevalier que trois bourgeois et cinq clercs – on s’étonnerait presque de les voir aussi présents – deux artisans et cinq paysans. Si bien que les prix sont hauts pour des superficies souvent très réduites. Un jardin d’une quartelée74 est vendu 35 s.t. par un paysan à un autre75 et la moyenne des prix s’établit à 6 l.t. 1/2, entre le prix moyen d’une terre et le prix moyen d’une vigne.

78Semblable mosaïque sociale chez les vendeurs, même si deux sur trois sont des paysans. Outre leur nombre, leurs besoins financiers expliquent sans doute la chose. Pour les mêmes raisons, les artisans sont bien représentés, les élites beaucoup moins. Un marché de petites gens, avant tout, qui trouvent dans la vente du jardin – qui n’en possède pas un ? – la solution simple à leurs problèmes d’argent.

  • 76 Douze actes de vente seulement.
  • 77 Six ventes pour un achat.
  • 78 La superficie du « journal » n'est jamais indiquée dans les tables de conversion des mesures ancie (...)
  • 79 ) A.D. Hte Vienne, D 297 fo 97 vo.

79Le marché des prés montre une certaine originalité par rapport aux précédents. D’abord par le nombre encore plus réduit des transactions76, signe d’une pénurie de prés, du souci de les conserver coûte que coûte. Ensuite par la place qu’y tiennent les paysans, nombreux parmi les vendeurs, très rares parmi le acheteurs77. C’est qu’ils se heurtent ici à la concurrence d’un « monde de la viande, des cuirs et des peaux » qui tient le haut du pavé à Saint-Léonard et a besoin d’herbages pour nourrir ses bêtes : bouchers, mais aussi tanneurs, corroyeurs, cordonniers, marchands et bourgeois engagés dans l’élevage. Tous cherchent à acheter des prés, toujours trop rares. Dans ces conditions, ces prés valent cher, sans doute trop cher pour beaucoup de paysans. Il faut en effet débourser entre 2 l.t. et 19 l.t. pour acquérir des prés même de petite taille, entre un demi-journal et trois journaux78. En 1458, un bourgeois de Chalus verse 9 l.t. à un paysan pour l’achat de deux prés, l’un d’un journal, l’autre d’un demi79. C’est d’ailleurs aussi le prix moyen d’un pré, plus élevé que le prix d’une terre et même d’un jardin. Vendre un pré est, au moins, une bonne affaire financière pour un paysan. Pas pour l’équilibre de son exploitation et de son élevage. Aussi peut-on penser qu’il ne la réalise qu’en désespoir de cause.

  • 80 La châtaigne tient une place importante dans les « fruits » laissés aux métayers dans les baux à m (...)
  • 81 Le bois n'est même pas défini par le nombre de porcs qu'il peut nourrir alors qu'il y a, dans les (...)

80Les bois, enfin, vendus devant Bordas ou Fabre – surtout à la fin du XVe siècle – sont dans la plupart des cas des châtaigneraies. On sait quelle place tiennent celles-ci dans le paysage rural limousin auquel elles donnent une part de son originalité. La châtaigne assure une partie de l’alimentation des rustres et de leurs animaux et sans doute leur survie en temps de crise frumentaire80. La vente et l’achat des châtaigneraies est affaire de paysans entre eux et seuls deux écuyers qui vendent, un bourgeois qui achète, s’en mêlent occasionnellement. Jamais la superficie des bois n’est précisée dans les registres notariaux mais elle est sans doute assez grande81. Ces considérations suffisent peut-être à expliquer le prix élevé des châtaigneraies, entre 14 et 18 l.t. contre 4 l.t. pour les autres bois. Une châtaigneraie vaut bien une vigne.

  • 82 A.D. Hte Vienne, D 298 fo 9, 4 E 1, 1 fo 36 et f 79 V, 4 E 1, 7 fo 34.

81Enfin, les éléments mixtes associant terres, vignes, prés et jardins se vendent cher. La présence dans ces ensembles d’éléments agricoles qui font envie et besoin ainsi que la localisation urbaine ou suburbaine de ces parcelles le justifient. Le nombre réduit des ventes de ce type et le caractère hétéroclite de leur composition rendraient discutable tout calcul de prix moyen. Notons seulement qu’une « terre et pré » – dont nous ignorons la superficie – est vendue 2 l.t. en 1376, une « terre et vigne » 7 l.t. en 1372, une autre 15 l.t. en 1480. Une « terre et jardin » est payée 27 l.t. en 1547 par un bourgeois82. En règle générale, cependant, ce sont les paysans qui se portent acquéreurs de ces parcelles mixtes ou les vendent.

Les échanges de terres, échanges inégaux

82L’étude du marché foncier demeurerait incomplète si l’on n’y analysait pas un dernier type d’opération, l’échange de terres. L’échange ne se limite jamais à un simple troc. Il s’accompagne du versement d’une composition financière à la partie qui perd dans l’affaire une terre de bonne valeur contre une terre qui en a moins. L’échange se double d’une compensation en argent. En acceptant l’opération, l’un peut espérer une petite rentrée d’argent et ne pas trop écorner son patrimoine terrien, au moins en apparence, l’autre profiter des difficultés du voisin pour acquérir une bonne terre sans dépenser trop d’argent. Encore une affaire de gagne-petit, dans laquelle l’argent ne joue qu’un rôle limité. Les paysans sont donc les premiers à pratiquer le jeu, entre eux le plus souvent, avec des artisans parfois.

  • 83 Ibid., 4 E 1, 5 fo 118 (1er juillet 1470).

83Une trentaine seulement d’opérations de ce genre sont réalisées ce qui plaide, une fois encore, en faveur de la stabilité de la propriété foncière et de la somnolence du marché. Les échanges ne portent d’ailleurs jamais sur des éléments fonciers d’envergure, seulement sur une parcelle volante ou deux. Traduisant avant tout les possibilités et les convoitises des humbles, ils visent essentiellement les vignes, les terres de labour, plus rarement un pré, à l’occasion un jardin ou une maison. Jamais une « exploitation bloc » : on n’échange pas un « lieu » contre un autre. Il est donc exceptionnel qu’un échange mette en jeu de fortes sommes d’argent : lorsque Pierre Dufour dit Dartou échange des terres avec Pierre Champeix, il lui verse 60 s.t. pour équilibrer les choses. Lorsque Pierre Valière traverse une passe financière délicate, il échange le même jour avec Pierre Jaunay une « terre et vigne » contre une simple terre puis une maison contre une terre et retire de l’affaire 10 l.t.83. En moyenne, un échange se solde par un gain de 2 l.t. et l’ensemble des opérations ne rapporte qu’une soixantaine de livres.

84Au total, l’étude du marché foncier léonard et chalusien met déjà en valeur certaines dominantes du monde rural limousin pendant un siècle et demi : ce monde évolue sans doute avec la crise mais de façon peu spectaculaire. Le nombre réduit et le montant modeste des transactions plaident davantage en faveur de la stabilité que du changement.

85Vendeurs et acheteurs ne sont pas toujours ceux auxquels on pense spontanément : les nobles ne font pas toujours figure de propriétaires en perpétuelle difficulté. Certains sont amenés à vendre quelques éléments de leur patrimoine dès les années 1370 et plus encore dans la deuxième partie du XVe siècle – on pense notamment à la piétaille nobiliaire des écuyers. Sont-ils dépouillés pour autant de toute leur fortune terrienne ? D’autres achètent encore, à ces nobles besogneux, à des paysans, à des bourgeois aussi. Si bien que le montant des achats aristocratiques contrebalance à peu près le total de leurs ventes autour de 1 200 l.t.. Des chiffres médiocres, des mouvements de vente et d’achat sans ampleur qui peuvent aussi bien traduire une résistance de la propriété nobiliaire qu’un certain manque de capitaux ou d’esprit d’entreprise.

  • 84 Les bourgeois achètent pour 300 l.t. de biens fonciers à des nobles. Ils leur en vendent pour 136 (...)

86Les bourgeois sont encore moins actifs. Le total de leurs achats est inférieur d’un tiers à celui des nobles. La somme globale de leurs acquisitions ne dépasse pas le millier de livres. Bien mieux, ils achètent à peine davantage de terres aux nobles qu’ils ne leur en vendent84. On est loin de l’image d’une bourgeoisie triomphante s’emparant des terres d’une noblesse ruinée. C’est sur le tard seulement – à la fin du XVe siècle – que la bourgeoisie limousine fait l’essentiel de ses achats fonciers. Les capitaux mis alors sur le marché sont arrivés après la bataille de la reconstruction et n’ont pu y jouer qu’un rôle mineur. Ils ont permis en revanche à leurs détenteurs de s’emparer d’une partie de ce qui était déjà reconstruit.

87Membres du clergé, institutions ecclésiastiques et monde artisanal ne participent ici aux opérations foncières que de façon épisodique.

88Les artisans vendent une trentaine de parcelles volantes, terres, jardins, vignes, vergers, situées à Saint-léonard ou sa banlieue. Ils en achètent encore plus rarement, à d’autres artisans et à des paysans. Si leurs ventes excèdent leurs achats en nombre et en valeur, leurs chiffres d’affaires n’atteignent jamais un fort total, 315 l.t.. Ces petites gens sont en petit nombre et recherchent plus d’argent qu’ils n’ont les moyens d’en convertir en biens au soleil.

  • 85 Le clergé peut passer d'autres actes devant ses propres notaires.

89La passivité du clergé, peut-être plus apparente que réelle85, demande d’autres explications. Le petit nombre des actes de vente – six seulement – surprend moins que le nombre très faible des achats, vingt-huit qui engagent à peine plus de 400 l.t.. Les grands seigneurs ecclésiastiques de la région de Saint-Léonard et de Chalus gardent, malgré les pertes dues à la crise et aux « malheurs des temps », les moyens d’acheter des terres. Ils n’en manifestent guère la volonté, devant Bordas et Fabre au moins. Peut-être ont-ils d’autres priorités, la reconstruction des églises ou les œuvres, par exemple.

90Si bien que le monde paysan – qui a pour lui le nombre – apparaît le moins léthargique, s’il n’est pas le plus riche. Les paysans ont besoin d’argent et trouvent dans les ventes foncières un moyen d’en obtenir : ils passent une centaine de contrats de vente contre soixante-dix contrats d’achats. Ils réalisent leurs plus grosses ventes – au-dessus de 20 l.t. – avec des nobles, des bourgeois voire quelques monastères. Mais les plus petites et les plus nombreuses avec d’autres paysans. Une activité de vente continue, attestée dans les années 1370 déjà, sans véritable rupture dans le temps ensuite, sinon documentaire. Sans véritable période de pointe non plus, même s’il y a un léger progrès des ventes dans les années 1450, quand la reconstruction s’accélère quelque peu. La balance des comptes porte témoignage de cette recherche sans fin d’argent et de son poids : les paysans vendent pour 1766 l.t. de bien fonciers, n’en achètent que pour 954 l.t.. Parmi les acheteurs paysans, guère de coqs de village, capables de multiplier les acquisitions ni de s’offrir, sauf exception, des achats d’envergure. Les paysans limousins manquent tragiquement d’argent et épuisent vite leurs maigres réserves. Sans trouver grande aide auprès du reste de la société.

Actes de fidéjussion et solidarités en berne

  • 86 Six cas seulement pour les paysans.
  • 87 A.D. Hte Vienne, 4 E 1, 1 fo 5 (5décembre 1370).
  • 88 Ibid., fo 52 (5 février 1374).

91L’étude des actes de fidéjussion confirme, d’une certaine façon, la solitude de ces humbles en cas de grave problème financier. Pourtant la formule paraît séduisante, au nom des solidarités sociales. Elle permet, dans les faits, d’en marquer les bornes. Si elle est connue, elle n’est employée qu’en de rares occasions et seulement par les artisans et des paysans86 : Pierre Morcheval se porte garant de Jean Braud pour les 8 s. 4 d.t. de cens que doit celui-ci87. Jean Goubert se porte fidéjusseur de Pierre Fabre de Masléon pour les trois francs que ce dernier devait à un boucher de Saint-Léonard ; en échange, Pierre Fabre lui remet une vache88 On ne trouve dans les minutes Bordas qu’une demi-douzaine d’autres actes de ce type. Ils n’engagent les garants que pour une quinzaine de livres seulement. Aucun noble, bourgeois ou ecclésiastique ne se porte fidéjusseur. Les humbles doivent compter avant tout sur eux-mêmes.

Le marché immobilier : vendre ou reconstruire sa maison ?

  • 89 Il serait invraisemblable d'interpréter la faiblesse des chiffres comme l'indice de besoins d'arge (...)
  • 90 A.D. Hte Vienne, 4 E 1, 1 fo 34 (ventes du 2 et du 7 septembre 1372).
  • 91 Ibid., 4 E 1, 8 fo 38, 45 vo, 46 (ventes du 26 juillet, du 3 et 11 décembre 1491).

92La solution aux difficultés d’argent se trouve-t-elle dans le marché immobilier ? Vaut-il mieux vendre une maison qu’une terre ? Le marché immobilier existe mais n’est pas d’une grande activité. On a relevé trente-sept ventes de maisons qui rapportent 525 l.t.89. Les prix sont inégaux et une maison vaut entre une et quarante livres. Reflet de la diversité des maisons vendues depuis la « masure » et le « solier » jusqu’à la maison « haute, moyenne et basse ». Les prix ont dû évoluer aussi avec le temps, mais sans excès : une maison a été vendue par un boucher à un paysan 15 l.t. en 1372, une autre 20 l.t.90. Ces prix ne sont pas très éloignés des prix pratiqués dans les mêmes milieux en 1491, 36 l.t. 1/2 pour une maison vendue par un paysan à un autre, 25 l.t. pour une maison achetée par un vigneron, 35 l.t. pour une troisième91. A côté de ces maisons qui valent cher, il y a, tout au long du siècle, des maisons qui ne coûtent qu’entre une et cinq livres. La moyenne générale des prix est de 15 l.t., les plus gros vendeurs les paysans.

  • 92 Ibid, 4 E 1, 5 fo 13, 4 E 1, 6 fo 12.

93En revanche, les contrats de construction ou de reconstruction de maisons sont rares et se réduisent à des gestes individuels : deux nobles font reconstruire une maison dans les années 1430-1450, pour 15 et 25 l.t. respectivement ; un bourgeois y consacre 7 l.t., en 1460, un clerc 11 l.t.92. Presque aucune trace dans nos registres de la construction ou de la reconstruction d’une maison de paysan. On peut certes imaginer que ces derniers ne passaient pas obligatoirement devant notaire en pareil cas, surtout lorsqu’ils se chargeaient du travail avec les leurs. Il n’en reste pas moins que la médiocrité du marché immobilier et la quasi-absence d’un marché du bâtiment ne plaident pas non plus en faveur d’une reconstruction rondement menée et de l’existence de capitaux abondants et disponibles.

« L’argent de la famille »93

  • 93 Graphiques p. 232-233.

94Le recours à la famille, on l’a souvent souligné, est un des réflexes majeurs de la société médiévale. Le domaine financier ne saurait échapper à cette règle. A travers actes de donation, contrats de mariage et testaments apparaît le souci de léguer aux siens l’argent nécessaire à la sauvegarde et à l’accroissement du patrimoine familial, voire à sa reconstruction lorsque besoin s’en fait sentir.

Les actes de donation entre vifs : une solution suspecte

  • 94 A.D. Hte Vienne, 4 E 1, 8 fo 29 et f 47.
  • 95 La formule rappelle les formules testamentaires traditionnelles.
  • 96 A.D. Hte Vienne, 4 E 1, 2 fo 58 (6 novembre 1395).
  • 97 On peut rapprocher cette attitude de celle d'Etienne Benoist déplorant, dans son livre de raison, (...)

95Les donations entre vifs apparaissent à l’observateur comme une excellente façon d’améliorer sans retard la situation financière des nouvelles générations et de leur éviter également les frais de mutation. Or, si la formule est connue, elle est assez peu mise en pratique. Seuls une trentaine d’actes de donation entre vifs figurent dans les registres qui sont parvenus jusqu’à nous. Deux sont passés par des nobles, huit par des bourgeois, six au profit d’ecclésiastiques, cinq par des artisans, quinze par des paysans, des proportions qui rappellent la composition de la « société devant notaire » elle-même. Presque toutes ces donations, surtout, sont de petite valeur. Elles n’atteignent en moyenne que 4 l.t. ou concernent seulement quelques sétérées de terre, un pré, un petit jardin94. Peu suivent l’exemple de ce Bernard Frey et de sa femme qui, se disant « vieux et malades »95, donnent tous leurs biens à leurs trois fils tout en gardant l’usufruit leur vie durant96. Seul se singularise davantage encore ce boucher de Saint-Léonard qui dote de son vivant ses trois filles de 30 l.t. chacune. Geste original et qui vient tard dans le temps – nous sommes en 1492. Il ne fait que mieux ressortir le manque d’audace général. L’opération éveillait-elle chez beaucoup des méfiances familiales et la peur de l’ingratitude des héritiers97 ?

Les legs testamentaires

  • 98 A.D. Hte Vienne, 4 E 1, 3 fo 137. l'acte date de 1492.
  • 99 Ibid., 4 E 1, 2 fo75 v-76 (1er septembre 1430). Un consul de Saint-Léonard est nommément désigné p (...)
  • 100 Ibid, 4 E 1, 6 fo 12-13 (6 mai 1466).
  • 101 Ibid, 4 E 1, 4 fo 55 (23 avril 1457).

96Les legs testamentaires constituent une solution plus classique et sans danger pour le testateur. Mais le Limousin rural étant une région de droit romain, les testaments ne renseignent pas sur la valeur des biens et les sommes d’argent légués aux héritiers naturels. C’est une part importante de la fortune de chacun qui échappe à l’enquête. Seuls les legs particuliers font l’objet de clauses testamentaires. Ainsi en est-il des aumônes qui amputent la fortune familiale si elles représentent une source d’enrichissement pour les institutions ecclésiastiques. Un enrichissement tout relatif d’ailleurs car les aumônes faites par les clients des Bordas ou de Fabre sont, en général, aussi faibles que peu nombreuses. Les testateurs n’ont ni le goût ni peut-être les moyens de ce faste mortuaire si souvent relevé ailleurs à la fin du Moyen Age. Une aumône, à elle seule, écrase toutes les autres : c’est une aumône de soixante quinze écus faite par un bourgeois de Saint-Léonard, Léonard Doynes en faveur de l’Artige, dont un de ses frères est prieur98. Un seul autre bourgeois verse une aumône de quelque poids : Jean Ruaud offre 5 l.t. et une rente de 40 s.t. assise sur tous ses biens aux pauvres de Saint-Léonard ; elle doit leur être servie par les consuls de la ville99. Quelques nobles fondent des messes : Marguerite de Laron, membre d’une famille chevaleresque, y consacre une somme de 22 l.t. et une rente de 100 s.t.100. Louis de Pierre-Buffière, qui appartient pourtant à une bonne famille aristocratique du Limousin, se contente de faire l’aumône de 40 s.t. de rente à la collégiale de Saint-Léonard101. Au total, une vingtaine d’aumônes – la moitié d’origine paysanne – ne rapportent à leurs bénéficiaires que 5 l.t. en moyenne.

Les dots : l’instant du prestige et de la générosité

  • 102 Ibid, 4 E 1, 1 fo 75 v (1467).

97Les familles se montrent plus généreuses lorsqu’il s’agit de doter leurs filles. Le mariage reste un des moyens les plus sûrs de se procurer de l’argent : cent dix-sept contrats de mariage sont passés dans les registres notariaux que nous possédons encore et ils rapportent aux époux plus de 4 000 l.t. – un chiffre peu courant dans nos comptes. S’y ajoutent encore une douzaine de dots établies par testament : Jean Fayol, marchand de Chalus, lègue par exemple en dot 117 l.t. à ses filles Guillauma et Marguerite ainsi qu’à sa nièce Isabelle, 69 l.t. seulement à sa fille Marie sans préciser les raisons de cette différence de traitement102.

  • 103 Ibid, 4 E 1, 1 fo 60. Notons que ce mariage se situe à la fin du XIVe siècle : la mésalliance – si (...)
  • 104 Ibid, 4 E 1, 3 fo 100.

98En règle générale, les futurs époux appartiennent au même milieu social : seul un bourgeois épouse une aristocrate qui lui apporte une dot de 100 l.t.103. Un « bourgeois et marchand » de Saint-Léonard donne sa fille en mariage à un vigneron, Léonard Crozille, avec une dot de 25 écus104. Quelques paysannes épousent des artisans dont le niveau de vie n’est pas obligatoirement supérieur au leur.

  • 105 Ibid., f 25 V.
  • 106 Ibid., D 298, fo 80.
  • 107 Ibid., 4 E 1, 5 fo 58 ; Janailhac, Hte Vienne, cant. Nexon, ar. Limoges. On retrouve la même attit (...)
  • 108 Ibid., 4 E 1, 7 fo45 (25 février 1480 n.s.).
  • 109 Ibid., 4 E 1, 1 fo 43 0370).
  • 110 Il peut aussi y avoir le souci de ne pas trop se démunir d'argent, particulièrement en période de (...)

99L’argent de la dot circule donc, pour l’essentiel, à l’intérieur d’un même groupe social. Son montant est souvent un compromis, révélateur des possibilités financières de la famille de la mariée et des exigences de l’autre. Les dots les plus modestes sont celles des paysannes, avec une moyenne à peine supérieure à 20 l.t.. Certaines évoquent des disponibilités financières réduites et une volonté farouche de bien doter pourtant la mariée : Jean Combeau offre à sa fille une dot de 7 l.t., mais précise que la somme représente la moitié de sa fortune ; il s’est manifestement saigné aux quatre veines pour faire faire, à son niveau, un « beau mariage » à sa fille, quelles que soient les suites économiques de son geste105. Pétronille Peyregonde, une veuve, dote dans son testament sa fille Marie de 6 l.t. et deux charges de châtaignes, la richesse des plus pauvres106. Comme elle, beaucoup de paysans tentent de compenser la modicité de la somme allouée en dot par un don complémentaire en nature. Souvent en animaux : Jean Ruet de Salas, dans la paroisse de Janailhac, constitue la dot de ses quatre filles de 10 l.t., une vache et cinq moutons107. Jean Tortas offre à sa fille une dot de six écus, mais avoue qu’il ne peut verser toute la somme et propose de compléter les deux écus dont il dispose par le don d’une vache108. D’autres paysans offrent des terres au lieu d’argent : Pierre Anglareille dote sa fille d’une vigne et de deux terres qu’il estime à 10 l.t.109. Des solutions « naturelles », à tous égards, qui évoquent des situations embarrassantes, des comportements archaïques, des moyens parfois ingénieux et un inquiétant manque de disponibilités monétaires110.

100Les artisans, beaucoup moins bien représentés dans ces registres ruraux que les paysans, n’y passent que vingt-cinq contrats de mariage. L’éventail des dots de leurs filles est plus ouvert – de quelques livres à soixante – reflet de l’hétérogénéité de ce groupe. Les plus gros ne réussissent pas, sauf exception, à s’allier à des familles bourgeoises.

  • 111 Exactement 77 l.t. et 86 l.t..

101A ces dots réduites, s’opposent les dots des filles de la bourgeoisie et de la noblesse. Elles sont de trois à quatre fois supérieures aux précédentes. Les dots aristocratiques sont cependant, en règle générale, légèrement inférieures aux dots des filles de la bourgeoisie. Les premières approchent une moyenne de 80 l.t., les secondes de 90 l.t.111.

  • 112 A.D. Hte Vienne, 4 E 1, 7 fo140. Les Massiot dotent richent leurs filles.
  • 113 Soit entre 17 et 43 l.t.
  • 114 BIGET (J.L.) et TRICARD (J.), art. cit. p. 322 n. 8
  • 115 LAFONT (J.), Régimes matrimoniaux et mutations sociales, les époux bordelais (1450-1550), Bordeaux (...)

102Il est rare que les dots bourgeoises dépassent les 100 l.t.. La famille Massiot, encore elle, réussit une opération unique lorsqu’un marchand d’Aubusson offre à sa fille une dot de quatre cents écus pour son mariage avec Jean Massiot112. Jean Fayol est beaucoup plus dans les normes de sa petite ville lorsqu’il offre, comme on l’a vu, des dots de 117 et 69 l.t. à ses filles et à sa nièce. Un autre bourgeois, Raymond Blanchet, se contente de donner à ses filles entre douze et trente et un écus113. Il est vrai qu’il doit en doter six. On est assez loin des prestigieuses dots offertes aux filles des Benoist, ces grands notables de Limoges : la première dot de Valérie Benoist, la nièce du rédacteur du livre de raison familial, se monte à 375 l.t. en 1406 ; la seconde, lorsqu’elle se remarie en 1427, à la même somme. Les dots de Bartholomée et de Marie Benoist à 170 l.t.. Lorsque Psaumet Pécomet épouse une fille de la famille et réussit un beau mariage, la dot de son épouse est de 130 l.t.114. A la même époque, les dots s’élèvent à 150 l.t. en moyenne dans la bourgeoisie bordelaise115.

  • 116 A.D.Ηte Vienne, 4 E 1, 1 fo 31.
  • 117 Ibid, fo 50.

103Le handicap dotal est encore plus fort pour l’aristocratie de la région de Saint-Léonard et de Chalus. Ces petits nobles doivent se contenter de proposer des dots de l’ordre de 80 l.t.. Pourtant certains s’estiment capables d’un effort financier exceptionnel lorsqu’ils marient leur fille. Particulièrement encore à la fin du XIVe siècle : en 1380, Guillaume Daniel, un chevalier de Saint-Léonard, offre à sa fille Françoise une dot de 450 l.t. lorsqu’elle épouse un écuyer Drouin Joubert116. Mais d’autres ont vu trop grand : Ramnulphe Journet avait promis une dot de 300 l.t. à sa fille ; il ne peut en verser que vingt117.

  • 118 Ibid, 4 E 1, 8 fo 66 vo.
  • 119 Ibid, 4 E 1, 2 fo64vo.
  • 120 Ibid, fo 11.

104Il y a souvent, en effet, décalage entre dot promise et dot effectivement versée. Rares sont les pères qui peuvent rappeler avec fierté que la dot de leur fille a été entièrement réglée, comme le fait le boucher Jean Clerc lors du mariage de sa fille Colaude118. Aristocrates et paysans n’ont pas les moyens de le faire en bloc et la plupart des contrats de mariage contiennent des calendriers de versement et la date des échéances. Un paysan, Clément Billat, qui donne à sa fille une dot de 20 l.t. en avril 1386, s’engage à payer la somme en deux fois, à la Saint-Michel 1397 et 1398119. Pierre Gouraud promet une dot de 18 l.t., en verse 6 puis règle le solde en versant 40 s.t. pendant six ans à la Saint-Léonard120. Encore les promesses ne sont-elles pas toujours tenues, les versements ultérieurs trop souvent oubliés après un premier acompte réglé au moment du mariage. Les registres notariaux enregistrent de nombreux témoignages d’époux qui ont les pires difficultés à se faire régler le reliquat de la dot de leur femme. Une situation lourde de conséquences économiques, de conflits familiaux et de querelles d’intérêt, source de nouvelles déceptions financières.

105Somme toute, l’apport constitué par « l’argent de la famille » n’est ni négligeable ni entièrement satisfaisant. Les testaments étant muets sur l’état des fortunes familiales et leur transmission, nous ignorons presque tout de cet aspect majeur de « l’argent de la famille ». En revanche, la documentation notariale permet d’apprécier l’importance et les limites de la dot. Chacun à leur manière, les puissants et les humbles font un effort particulier, eu égard à leurs ressources, pour doter au mieux les leurs. A la fois élément de prestige familial et condition indispensable à la conclusion du mariage, la dot fournit un complément de ressources appréciable à la famille d’accueil de l’épousée. Elle est pourtant ici d’un montant généralement moins élevé qu’ailleurs et n’engendre pas moins des conflits ultérieurs. Sacrifice indispensable, limité et cependant insupportable parfois, la dot rurale constitue à la fois un élément majeur et décevant pourtant du marché des capitaux campagnards.

« L’argent du commerce »121

La vente des marchandises : un petit marché

106La vente des marchandises ne représente certainement pas l’activité dominante dans l’économie rurale limousine. Les registres des notaires ruraux n’en donnent, de toute façon, qu’un faible reflet : vendeur et acheteur ne passent pas systématiquement devant notaire pour la moindre opération commerciale. Seules les plus grosses qui impliquent prise de risques et vente à crédit y ont droit, de même que le remboursement de ces dettes commerciales. La mesure de l’activité commerciale et des capitaux qu’elle engage ne peut être ici que minimale.

  • 122 Un seul contrat évoque la vente de fourrure, trois de sel et de vin.

107Ce sont évidemment « les bourgeois et marchands » qui réalisent l’essentiel des grosses ventes justifiant passage devant notaire : ils encaissent une centaine de livres en dix opérations seulement, alors que les paysans ne touchent que 75 l.t. pour vingt-trois ventes et les nobles 44 – pour quelques grosses affaires seulement concernant surtout des produits du terroir : « denrées alimentaires » pour un tiers, « ventes de blé » pour un autre. Le dernier tiers est composé de marchandises diverses allant de la cire à la fourrure en passant par le vin et le sel122. Image d’un marché rural qui est avant tout un marché local, peu ouvert sur l’extérieur, ignorant – à quelques exceptions près – des produits lointains qui rapportent gros. Ce que confirme l’étude des dettes commerciales.

  • 123 Sur les 715 l.t., 369 l.t. doivent revenir à des « marchands et bourgeois » (51 %), 142 l.t. à des (...)
  • 124 Cette situation traduit-elle un climat de méfiance à l'égard de la vente à crédit ?

108Les mêmes hommes dominent ce marché et sont avant tout les maîtres du commerce du cuir – Saint-Léonard est un centre de tannerie réputé – du commerce du drap et du commerce du vin. Des marchés sur lesquels ils ont reçu d’autres bourgeois des reconnaissances de dette pour 129 1.t., de nobles pour 76 l.t., de paysans pour 67 l.t., d’artisans pour 5 l.t. seulement. Si la vente à crédit se pratique donc essentiellement entre marchands et bourgeois, les sommes engagées sont faibles, le marché peu actif. Les marchands ne peuvent espérer que des rentrées totales de moins de 300 l.t., les artisans et les paysans d’une soixantaine, les nobles encore moins – 34 l.t.. Le marché de la dette commerciale ne dépasse pas les 500 l.t.. Si on y ajoute le produit des ventes enregistrées devant notaire, « l’argent du commerce » ne dégage qu’à peine plus de 700 l.t.123. Si le chiffre sous-estime l’importance réelle des échanges commerciaux, il met au moins l’accent sur la rareté des opérations d’envergure et la méfiance à l’égard du crédit commercial. Des échanges aussi peu actifs ne peuvent qu’imparfaitement répondre aux besoins d’argent du temps124.

Commerce et élevage, la chance des Limousins

  • 125 On peut notamment mesurer la place tenue par l'élevage dans l'économie rurale limousine à travers (...)

109Dans une région comme le Limousin où bien des indices ont déjà montré l’importance de l’élevage dans l’économie rurale125, on peut croire que le dynamisme du marché du bétail compensera en partie la faiblesse du marché de la marchandise.

110On trouve des traces de ce commerce dans les registres notariaux, mais qui ne sont pas toujours suffisantes pour en apporter une connaissance vraiment satisfaisante. Il est vraisemblable qu’une bonne part de son activité et de ses revenus échappe au contrôle notarial. Bien des participants à ce commerce souhaitent l’éviter par souci de discrétion en affaires. Les paysans entre eux d’abord. Les bouchers ensuite, moins bien représentés dans les registres notariaux que le laisserait penser leur situation de premier plan dans la société léonarde, traitent une grande partie de leurs marchés avec les paysans verbalement sur le foirail ou dans le secret de l’étable – une tradition qui s’est perpétrée jusqu’au XXe siècle. Les archives notariales, qui privilégient les grosses affaires, les gros marchands et les gros clients quand ce ne sont pas les transactions les plus complexes, n’apportent qu’un témoignage incomplet sur le commerce du bétail et ses dimensions pécuniaires.

  • 126 Le « marché officiel » de l'élevage, qui se passe devant notaire, ne s'intéresse-t-il qu'au gros b (...)
  • 127 Le pourcentage des paysans qui passent devant notaire est cependant certainement inférieur au pour (...)

111Les notaires ont enregistré, dans les registres qui nous sont connus, une quarantaine de ventes, d’une valeur moyenne de 6 l.t.. Elles portent presque exclusivement sur le marché du gros bétail – bovins surtout et chevaux – rarement sur le marché des ovins et des porcins126. Ces ventes d’animaux rapportent autant que la vente des marchandises – un indice de la faiblesse de celle-ci autant que de l’importance de celles-là. On rencontre sur le marché une majorité de paysans, reflet de leur nombre et de leurs activités : ils représentent 58 % des vendeurs, mais ne réalisent que 42 % du total des ventes. Ils constituent 72 % des acheteurs pour 53 % seulement du total des achats. Image d’un petit marché entre paysans aux disponibilités financières vite épuisées127.

  • 128 Aucun bourgeois ni même aucun boucher n'apparaît comme un gros acheteur, ou un gros vendeur.

112Bouchers et bourgeois sont les autres grands acteurs du marché du bétail. Tout en ne représentant que le cinquième à peine de ses participants, les bourgeois n’en réalisent pas moins le quart de son chiffre d’affaires, notamment 45 % des ventes. Les bouchers – et quelques autres artisans – qui représentent 10 % seulement des acheteurs et des vendeurs, n’en font pas moins, en valeur, le tiers des achats128. Aucun d’entre eux ne multiplie pourtant les opérations devant notaire et ne paraît capable de tirer vers le haut un marché que l’on aurait pu croire plus animé, plus producteur de capitaux.

Les baux à cheptel : un succès et ses limites

  • 129 Cet aspect du bail à cheptel a déjà été évoqué dans l'article, « Livres de raison et présence de l (...)

113Le marché de l’élevage ne se confond pas cependant avec les seuls ventes et achats de bétail. Il inclut aussi des baux à cheptel. On a vu qu’il s’agissait là d’une opération qui tenait de la location d’animaux, du placement et du prêt à intérêt129 et appartenait à la fois à « l’argent du commerce », à « l’argent de la terre » et à « l’argent de l’emprunt ».

  • 130 Les bourgeois passent au moins huit baux à cheptel entre 1370 et 1380, pour 72 l.t. au total, soit (...)
  • 131 A.D. Hte Vienne, 4 E 1, 1 fo 39 vo, fo 63, fo 96 vo. Jean Puyfaucher vit dans la paroisse de Saint (...)
  • 132 Ibid., fo 93, fo 96 vo, fo 111. Pierre Duteil vit à Saint-Léonard.
  • 133 Ibid., 4 E 1, 2 fo 44, fo 45 (25 mai et 30 septembre 1405).
  • 134 Ibid., fo 52 et 53. Les actes ont été passés les 2 mai, 2 et 7 juillet 1403, 22 et 23 août 1405. L (...)

114Les baux à cheptel constituent une des catégories les mieux représentées dans les registres notariaux, une des seules majeures même : 5 % du total des actes, deux fois plus que les actes de vente d’animaux, par exemple. Ils ne mobilisent pourtant que des capitaux restreints, 680 l.t. au total, moins de 7 l.t. par bail en moyenne. Une petite opération financière ouverte à tous, ou presque. Si tous les preneurs sont des paysans, toute la société se retrouve parmi les bailleurs. Vingt-huit sont des bourgeois et marchands, cinq des ecclésiastiques, neuf des nobles, quarante et un des paysans. Dans ce marché capital pour l’économie rurale limousine, le haut du pavé est tenu par les bourgeois et les bouchers – proches économiquement les uns des autres dans la société léonarde. Ils avancent dans l’affaire 225 l.t., soit près de 40 % des capitaux. Pour une fois, leur intervention en force se situe dès les années 1370130 et se poursuit sans désemparer au long du XVe siècle. Il serait pourtant exagéré de crier au dynamisme enfin trouvé d’un groupe social ou d’une profession tout entière. Notre documentation montre que c’est avant tout le fait de quelques individus plus entreprenants que les autres. L’exemple le plus fameux est fourni par le boucher de Saint-Léonard, Jean Clément dit Bregolh : il ne passe pas moins de treize contrats à cheptel de 1370 à 1380 pour quelque 85 l.t. au total, réparties en des baux allant d’une à 30 livres. Ce dernier chiffre correspond d’ailleurs au bail à cheptel le plus élevé enregistré dans les archives notariales. Jean Clément a baillé à cheptel en dix ans un taureau, un taurillon, cinq bœufs, seize vaches et quinze veaux ou génisses, auxquels s’ajoutent des ruches. Il travaille de préférence avec certains paysans habitant les campagnes proches de la ville : il passe son plus gros bail avec Jean Puyfaucher auquel il confie en garde deux bœufs, trois vaches et trois veaux, onze ruches, avant de le retrouver pour un autre contrat et un autre cheptel composé d’un bœuf, deux vaches et deux veaux, d’une valeur estimée à 7 l.t.131. Il fait affaire à trois reprises avec Pierre Duteil, d’abord pour un troupeau valant 6 1. 9 s.t., un autre de 3 l.t., des ruches pour 1 l.t.132. Peut-être l’amorce d’un réseau d’élevage, même si tous les autres contrats sont passés avec des paysans différents. Mais l’activité de ce boucher n’a pas d’égale ensuite parmi ses confrères. Chez les marchands, on ne peut relever que les efforts de quelques-uns : Jean Duclos place en trois ans trente-deux bovins en huit contrats pour une valeur totale de 84 l.t., presque autant que « Bregolh ». Il les confie à des preneurs différents – s’ils sont tous proches de Saint-Léonard – sauf pour deux petits troupeaux donnés en garde à Pierre Lacort133. Un ecclésiastique se distingue enfin, Louis André prêtre de Saint-Léonard – un des rares hommes d’Eglise à s’intéresser au système : il conclut une dizaine de baux à cheptel entre 1400 et 1410, généralement de moins grande envergure que les baux passés par les bouchers et les bourgeois. Car, autre originalité, il place autant de porcs que de gros bétail et le prix moyen de leurs baux ne se situe plus qu’aux alentours de 2 l.t. 1/2. Lui aussi a quelques preneurs privilégiés en ville ou à sa périphérie, Pierre Jeantaud, Jean Broussaud, Pierre Not134.

115Les autres bailleurs appartenant à l’élite de la société léonarde font figure d’acteurs occasionnels sur ce marché et leur nom n’apparaît que deux fois, au plus, dans les registres des Bordas ou de Fabre. Un marché trop tributaire de l’apparition ou de disparition d’un animateur pour brasser d’importantes sommes d’argent.

116Si l’on veut trouver au moins un comportement d’ensemble, il faut plutôt chercher du côté des paysans eux-mêmes. Les baux à cheptel sont, à bien des égards, une affaire entre rustres.

  • 135 A travers les archives Bordas, ont été confiés à cheptel onze taureaux, douze taurillons, trente-q (...)

117La chose s’explique à la fois par l'importance de l’élevage dans l’économie paysanne limousine et par le prix des bêtes qui ne les met pas hors de portée d’achat des paysans. A travers les actes de vente d’animaux et les baux à cheptel, on peut s’en faire une idée vraisemblable – même si le prix varie, à l’évidence, avec l’âge et la qualité de la bête, l’état du marché et l’évolution des monnaies, l’intérêt inclus dans l’opération135.

  • 136 Dans beaucoup de contrats qui associent plusieurs types d'animaux, il n'est donné qu'une estimatio (...)

118On peut estimer qu’un taureau vaut entre 1 l.t. 1/2 et 5 l.t., un taurillon 2 l.t. environ. Mais ils sont assez rares dans les contrats et leur prix sujet à caution. En revanche, bœufs, vaches, veaux et génisses font l’objet de l’essentiel du commerce et permettent d’établir des fourchettes de prix et des évaluations moyennes plus sûres : bœufs entre 3 et 4 l.t. avec une moyenne de 3 l.t. 1/2, vaches entre 2 et 4 l.t. et une moyenne de 2 l.t. 1/2, veaux à 1 l.t. 1/2, génisses entre 1 et 4 l.t. 1/2, avec une moyenne de 3 l.t. 1/2136. Le prix moyen du mouton est inférieur à 7 s.t., le prix du porc à peine supérieur, 9 s.t.. Les ruches, qui jouent un rôle important dans l’économie domestique, valent environ 8 s.t. l’unité, un peu plus qu’un mouton.

119Le fossé qui existe entre les prix des bovins et le prix du petit bétail laisse imaginer qu’à côté d’un marché du bétail pour les plus riches, il en existe un autre accessible aux plus pauvres : qui ne peut louer ou acheter un bœuf trouvera quelques sous pour acheter ou louer des moutons. Ces dernières acquisitions, moins que toute autre, ne se feront généralement pas devant notaire, procédure impressionnante, lourde et chère par rapport au capital investi. Le marché des animaux, tel qu’il apparaît à travers les registres notariaux, amène à sous-estimer le marché du petit bétail et la participation des humbles.

  • 137 41 bailleurs paysans.
  • 138 On ne sait quelle allure avaient les bovins estimés dans ces baux à cheptel : rien évidemment sur (...)
  • 139 A.D. Hte Vienne, D 298 fo 109 et f 117 vo (29 septembre 1453 et 5 janvier 1454 n.s.). Lors de la p (...)

120Ces réserves faites, la participation des paysans au système du bail à cheptel est encore considérable : ils représentent le tiers des bailleurs137. Aucun coq de village cependant parmi eux, capable de multiplier les opérations, de mettre en place un réseau d’élevage : pas un seul bailleur paysan n’apparaît plus de deux fois – dans une documentation lacunaire, il est vrai. Le cas des frères Roche est, à cet égard, marginal et caractéristique à la fois : ces deux paysans passent en 1453 un des plus gros baux à cheptel connus. Il est d’un montant de 26 l.t. – seuls Jean Clément et un marchand de Chalus ont fait mieux – pour un troupeau composé de quatre vaches, trois génisses et deux taurillons138. Cette grosse opération n’est suivie que d’une seule autre connue : l’an suivant, l’un des deux frères passe un nouveau bail avec un autre paysan du même lieu ; il est moins considérable que le précédent puisqu’il ne porte que sur le bail de deux vaches et un veau pour 7 l.t.. S’ils n’ont pas passé d’autres baux ailleurs, les frères Roche n’ont été que des bailleurs épisodiques, aux initiatives et aux possibilités financières restreintes139.

121Les baux à cheptel tiennent en définitive dans l’économie rurale limousine une place à la fois capitale et limitée. Capitale dans la mesure où ils offrent des possibilités nouvelles de développement au marché de l’élevage et au marché des capitaux et les ouvrent à l’ensemble de la société, ou presque. Limitée parce que cette double possibilité n’est que médiocrement exploitée : pas de marché d’un grand dynamisme agricole ou financier, pas de bailleurs entreprenants, à quelques individus près, pas de mise en place de véritables réseaux d’élevage et de prêt. Les lacunes documentaires ne sauraient tout justifier. On est là, une fois encore, en présence d’un système de gagne-petit dans lequel le nombre des opérations compte plus que leur montant. Le monde paysan, aux ressources réduites, doit compter sur lui-même, autant et plus que sur l’aide des élites sociales. Pour trouver plus d’argent, il faut trouver d’autres solutions.

« L’argent de l’emprunt »140

  • 140 Graphiques p. 236-240.

122A côté du bail à cheptel, bien d’autres formules d’emprunt sont connues de l’ensemble de la société rurale. Leur simplicité s’adapte à un monde peu porté aux subtilités financières. Leur nombre atteste à la fois de la chasse perpétuelle que l’on doit y faire à un argent toujours trop rare, et des limites de leur efficacité.

« Compositions et accords », en toute discrétion

123Les actes de « compositions et accords » gardent, volontairement sans doute, une part de mystère sur les opérations ainsi réglées. Ils témoignent de la difficulté qu’ont les prêteurs à rentrer dans leurs fonds, des concessions qu’ils doivent faire, de gré ou de force, à des débiteurs mauvais payeurs.

124Le nombre des actes de « composition et accords » montre la gravité du phénomène ; il y en a une centaine, autant que de baux à cheptel. Il traduit aussi l’esprit chicanier de cette société. Chicanes de peu d’envergure puisqu’elles ne portent généralement que sur de petites sommes de l’ordre de 5 l.t.. Mais chicanes perpétuelles car on en trouve tout au long de la période. Avec toutefois une poussée dans les années 1460, années actives de la reconstruction, moment privilégié de besoins financiers accrus pour les uns, d’exigences renforcées pour les autres.

125Ces « compositions et accords » touchent avant tout le monde paysan, plus précisément les paysans entre eux. Ils débattent autour de petites sommes, de l’ordre de 4 l.t. en moyenne. Les autres créanciers de la paysannerie se recrutent, par ordre d’importance décroissante, parmi les nobles, les clercs et les bourgeois. Si ces derniers ne souscrivent que rarement des compositions avec les paysans, ils en consentent de nombreuses aux nobles – ce sont apparemment leurs débiteurs les plus réticents – et à d’autres bourgeois. Les sommes en débat sont plus fortes, 30 l.t. en moyenne. Il y a là, côte à côte, un marché des humbles et un marché des élites qui ne se confondent pas.

« Compte final », pour apurer une situation

  • 141 Les paysans reçoivent 40 l.t. au total, en déboursent 275. STOUFF (L.), Arles à la fin du Moyen Ag (...)
  • 142 Ces paysans remboursent 155 l.t. à des bourgeois, 40 l.t. à d'autres paysans.

126On arrive à des conclusions voisines en étudiant les actes portant « compte final », autre façon discrète de rembourser une suite d’emprunts, d’apurer des comptes. Ils confirment l’endettement paysan : sur les soixante-dix « comptes » analysés, soixante-deux concernent des débiteurs paysans. Ils doivent une vingtaine de fois de l’argent à d’autres paysans ou à des bourgeois, une dizaine de fois à des ecclésiastiques, plus rarement à des nobles141. Le phénomène existe déjà dans les années 1370-1400 mais prend toute son ampleur dans les années 1430-1460. Les sommes empruntées aux uns et aux autres ne sont pas de même poids. Les paysans endettés doivent rembourser quatre fois plus d’argent à des bourgeois qu’à leurs créanciers paysans, alors que le nombre d’opérations est le même142. En cas de plus gros besoin d’argent c’est cependant d’abord vers le noble que se tourne le rustre : les « comptes » avec les nobles, s’ils sont moins nombreux, portent sur des sommes supérieures en moyenne à 10 l.t. ; elles ne sont que de 7 l.t. 1/2 dans les « comptes » avec les bourgeois, 5 l.t. avec les artisans – le cas est rare – 3 l.t. seulement avec le clergé, moins encore – 2 l.t. 1/2 – avec les paysans. Si la modestie des avances paysannes ne peut surprendre, la réserve observée par le clergé est inquiétante. Elle prive le marché d’un gros bailleur potentiel. Son niveau s’en ressent : soixante-dix opérations de faible volée ne produisent que 343 l.t..

127« Compositions et accords » et « comptes finaux » ne représentent sans doute que les éléments mineurs du « monde de l’emprunt ». Ils attestent pourtant déjà qu’entre les ressources réduites des paysans voire des artisans, la présence au coup par coup de la noblesse, la réserve des bourgeois et la quasi-absence des seigneurs ecclésiastiques, ce marché est mal parti. Les grandes formules d’emprunt, rente constituée et « prêt amical », peuvent-elles modifier la situation ?

Les rentes constituées, un système de poids

128La rente constituée est la seule véritable opération de technique financière d’envergure qui est entrée dans les esprits et les mœurs. Mécanisme simple, procurant immédiatement une grosse somme d’argent à l’emprunteur, des garanties foncières au prêteur, masquant bien le prêt à intérêt, le système apparaît comme le seul moyen d’éviter le recours systématique à l’emprunt pur et simple et à la multiplication des dettes, même s’il est loin de les faire disparaître : 7 % de nos actes sont des constitutions de rente contre 15 % d’actes de reconnaissance de dette, 6 % d’actes enregistrant un remboursement. La somme totale prêtée par le biais des rentes constituées est de 3247 l.t. contre 6063 l.t. de dettes reconnues ou remboursées.

129Le taux moyen de la rente en argent n’est pas constant et varie entre 2 % et 8 % avec un taux moyen de l’ordre de 5 %. Le taux est généralement plus élevé lorsqu’il s’agit d’une opération de prêt important et peut alors atteindre 7 à 8 % comme si les risques financiers majeurs pris par le prêteur justifiaient une rentabilité plus forte. Le taux est plus bas pour les petites rentes constituées : en 1370, Jean Jaubert emprunte 50 s.t. à Jean Gaulcet contre 1 s.t. de rente, soit un taux de 2 % seulement.

130En majorité, cependant, les rentes sont mixtes, en argent et en grain. Le froment, plus prestigieux et plus cher, est la céréale de la rente par excellence. En moyenne, les rentes en froment sont de l’ordre de deux setiers, les rentes en seigle – plus irrégulières – de l’ordre de huit. Elles sont généralement associées à des rentes en argent de 2 à 3 %.

131Le marché des rentes constituées, grâce à une solide base documentaire, permet de se faire une meilleure idée de la composition sociale du groupe des débiteurs et du groupe des créanciers.

132Parmi les premiers, une grosse majorité d’hommes de la campagne, des puissants et des humbles, des seigneurs et des paysans – même si tous n’ont ni les mêmes besoins ni les mêmes exigences.

  • 143 1 457 l.t. sur 1962.
  • 144 A.D. Hte Vienne, 4 E 1, 2 fo 54 (20 octobre 1390).
  • 145 Ibid., 4 E 1, 4 fo 36 et 56 (6 juin et 24 novembre 1454).
  • 146 Ibid., 4 E 1, 3 fo 62 vo (28 janvier 1439 n.s.).
  • 147 Ibid., 4 E 1, 1 fo 51 et 95 ; 4 E 1, 2 fo 49 vo. Il existe à Saint-Léonard dans la clientèle des B (...)

133Si tous les nobles ne sont pas en permanence à la recherche de capitaux, beaucoup manquent d’argent, trois sur quatre sont vendeurs de rentes. Des bourgeois sont leurs premiers acheteurs, dans la moitié des cas et pour près des trois quarts des sommes prêtées143. Les ventes se multiplient lorsque les temps sont particulièrement difficiles : la famille Joubert, des écuyers de Saint-Léonard, passe plusieurs contrats à la fin du XIVe siècle, notamment avec un marchand, Nicolas Prévost144. Les frères Jornet, d’autres écuyers, vendent des rentes à deux autres marchands pour 25 écus assis sur leur « lieu » de la Roche145. C’est encore sur son « lieu » de Bellabre – ce type de gage inspire manifestement confiance – que l’écuyer Jean de la Gorse constitue des rentes au profit de Pierre Ruben, un autre bourgeois de Saint-Léonard146. C’est naturellement à de tels acheteurs, qui ont de quoi, que s’adressent les nobles en mal de très gros crédits : en 1480 Guillaume et Jean Daniel, encore de petits nobles léonards, obtiennent 420 écus de Léonard Chaussade et Jean Daniel, des marchands et bourgeois de leur ville contre une rente de 31 écus, de loin l’opération financière la plus spectaculaire que l’on retrouve dans les registres notariaux, tant par l’importance de la somme investie que par le taux de la rente, 13 %. Des chiffres étonnants sur le pauvre marché léonard, des chiffres écrasants puisque cette seule constitution de rente représente la moitié des ventes nobiliaires de rentes constituées à des bourgeois. Cette opération est d’autant plus remarquable qu’elle peut traduire un spectaculaire retournement de fortune de la famille Daniel : dans les dernières années du XIVe siècle, c’était Guillaume Daniel le Vieux qui achetait des rentes à Etienne Bernard un clerc, à Pierre Dardau un fourreur, à Antoine Chauveron, un chevalier147. Difficultés passagères, déclin d’une famille aristocratique ou d’un groupe social ? La suite de l’enquête tentera de répondre à la question.

  • 148 Ibid., 4 E 1, 1 fo 33 (21 septembre 1372).

134Les nobles trouvent encore une aide épisodique auprès de quelques ecclésiastiques, comme ce prêtre de Saint-Léonard, Léonard Barraud, bien engagé sur le marché des rentes à la fin du XIVe siècle : Jean de Burgnac, un écuyer, lui vend une rente de quinze setiers de seigle assis sur touts ses biens pour 80 l.t.148.

  • 149 Ibid., 4 E 1, 2 fo 602 (28 décembre 1395).
  • 150 Ibid., fo 117 (5 novembre 1384).

135Il n’existe en revanche dans nos registres qu’un seul exemple d’un noble vendant une rente à un autre noble. Mais c’est une vente de grande envergure, qui n’est pas sans rappeler la vente faite à Léonard Chaussade et Jacques Daniel : en 1395, un écuyer, Drouin Jaubert vend une rente à un autre, Guillaume Monceu, pour 240 l.t.149. Deux hommes d’un même monde dont l’un a de gros besoins d’argent que l’autre est capable de satisfaire. Un cas particulier dont on aimerait connaître le contexte, les solidarités de voisinage ou de milieu. Guillaume Monceu s’est-il imprudemment démuni d’une trop grosse part de ses réserves financières ? Dans nos registres, son coup d’éclat est sans lendemain. Il y paraît, en revanche, quelques années plus tard, comme débiteur d’un bourgeois qui lui a prêté 22 l.t. : il lui en rembourse dix et reconnaît lui en devoir encore douze150. Bailleur un jour, débiteur le lendemain, cet écuyer n’est qu’un capitaliste d’occasion et peut-être téméraire.

136On ne quitte pas le camp de ceux qui vendent des rentes pour obtenir des crédits avec les artisans et les paysans – même s’ils proposent des rentes plus modestes et moins chères.

137Les artisans, comme toujours, ne comptent guère sur le marché de la rente : ils passent trente-deux actes de vente contre douze seulement d’achat, recueillent 349 l.t., n’en prêtent que 140. Des rentes souscrites avant tout auprès des bourgeois, près de deux sur trois, puis des clercs, rarement des paysans. Aucun emprunt à un noble si ceux-ci ont, de leur côté, quelquefois vendu une rente à un artisan. Ce sont toujours de petits emprunts, de petits prêts, à l’image de ceux qui les font.

  • 151 6 % des sommes seulement du total emprunté l'ont été à des nobles, moins de 20 % à des hommes d'Eg (...)

138Les paysans ont le nombre pour eux, pas l’argent : ils passent près de la moitié des contrats de rente, mais ce sont des contrats n’engageant que de faibles capitaux, qui ne représentent en tout que 7 % des sommes proposées. Ils se font acheteurs de rentes vendues par quelques artisans et surtout d’autres paysans, dans une quinzaine de cas et pour de petites sommes, à peine supérieures à la dizaine de livres. Ils vendent dix fois plus de rentes qu’ils n’en achètent. A des bourgeois d’abord, pour plus de 300 l.t.. Ensuite à d’autres paysans, comme on vient de le voir, pour 140 l.t. et à des membres du clergé pour 120 l.t.. Aucun paysan ne se distingue par des achats multiples et il est déjà bien difficile de trouver un paysan qui achète une rente à plus de deux reprises. Bien plus souvent, le bailleur de la veille devient l’emprunteur du lendemain. Les paysans pratiquent une chasse à l’acheteur constante et décevante. S’ils peuvent compter, jusqu’à un certain point, sur les acheteurs bourgeois et même paysans, la réserve des gens d’Eglise et surtout des nobles aggrave sérieusement leur situation151.

  • 152 Exactement 1457 l.t.. Si on considère que l'énorme rente achetée par Léonard Chaussade et Jacques (...)
  • 153 A.D. Hte Vienne, 4 E 1, 1 fo 8, f 90, f 94. Jean Clément passe quatre actes d'achat de rentes entr (...)
  • 154 Ces conclusions confirment celles qui ont été tirées de l'étude des livres de raison (« Livres de (...)

139Dans le camp des acheteurs, les bourgeois sont les maîtres, comme on vient de le voir. D’abord parce qu’ils passent le plus grand nombre d’actes, une centaine contre moins de quarante pour les nobles et le clergé, une soixantaine pour les paysans. Surtout, ils prêtent beaucoup et empruntent peu : 2172 l.t. contre 215. Ils prêtent surtout à des paysans et à des artisans – dans les 2/3 des cas. A d’autres bourgeois également : les seuls acheteurs de rentes bourgeoises, ou presque, sont d’autres notables de la ville. A des nobles enfin. Ce sont, on l’a vu, leurs meilleurs clients par le chiffre d’affaires qu’ils réalisent ensemble, près de 1500 l.t., soit 74 % des prêts faits par les bourgeois sous cette forme, compte tenu, il est vrai, de l’énorme rente constituée achetée par Léonard Chaussade et Jacques Daniel152. Curieusement, ces derniers n’apparaissent que rarement sur le marché des rentes, comme si cette opération exceptionnelle avait mobilisé une trop grande part de leurs capitaux – une réaction qui rappelle celle de Jean Monceu. La remarque vaut aussi pour d’autres familles bourgeoises, bons clients pourtant des Bordas, qui passent seulement trois ou quatre contrats de rentes153. Seul Jean Massiot paraît capable de mener une authentique politique d’achat de rentes constituées, comme son livre de comptes le laissait déjà penser. Entre 1461 et 1467, il passe douze contrats de rente, toujours comme acheteur. Sa clientèle se compose de quatre vendeurs seulement – témoignage des bornes de son réseau d’affaires. Le plus important est un autre notable de Saint-Léonard, Gérard Valière, avec lequel il passe trois contrats en 1461, trois autres en 1462, les deux derniers en 1466 pour un total de l’ordre de 50 l.t.. Il achète aussi des rentes à une famille de paysans d’Eyboubeuf, les Masbaret, qui reçoivent 40 l.t. de lui en deux ans et trois contrats. Les deux autres vendeurs n’apparaissent que dans un seul contrat chacun, mais plus important que les précédents, le notaire Léonard Doynes pour 35 l.t., un écuyer de Saint-Denis-des-Murs pour 14 l.t. Au total, Jean Massiot investit, au moins, 129 l.t. en six ans, une moyenne de 12 l.t. par contrat. Investissement dans les rentes unique en son genre et pourtant d’une ampleur réduite. Il concerne les notables et Saint-Léonard autant que les campagnes154. La contribution apportée par la rente constituée bourgeoise à la reconstruction rurale ne doit être ni sous-estimée ni surestimée.

140La participation, enfin, d’hommes d’Eglise au marché de la rente est beaucoup plus secondaire : ils ne prêtent que 435 l.t. réparties en trente-cinq actes et n’empruntent que 108 l.t.. Des chiffres dérisoires qui dénoncent surtout une absence.

141Le camp des acheteurs potentiels de rentes est, en définitive, peu fourni. Si les bourgeois le dominent, ils pratiquent surtout une politique du coup par coup, certains de ces coups étant d’ailleurs d’une envergure peu commune à Saint-Léonard. Le montant de certaines opérations paraît cependant décourager les mêmes à se jeter dans d’autres entreprises – manque de dynamisme ou manque de capitaux. Les campagnes, enfin, n’en sont pas les premières bénéficiaires, plutôt la ville et sa banlieue. Or les achats limités de la bourgeoisie ne sont pas relayés par d’autres. Les gens d’Eglise réduisent les leurs à presque rien par respect éthique, frilosité ou souci prioritaire d’autres entreprises. La noblesse du terroir est, tour à tour, dans le camp des acheteurs et dans le camp des vendeurs au gré de ses disponibilités, qu’il ne faut pas minimiser, ou de ses difficultés de trésorerie, qu’il ne faut pas exagérer. Un tel marché de la rente ne peut que médiocrement aider les efforts des ruraux pour reconstruire leurs campagnes.

Ventes à réméré, un espoir entretenu

142Pour animer le marché et tenter de vaincre les réticences des vendeurs potentiels, existent pourtant des formules d’achat conditionnel, les ventes à réméré de rentes ou de biens fonciers : le créancier a un certain nombre d’années, précisées par contrat, pour racheter le bien ou la rente qu’il vient de vendre. La formule paraît, à priori, bien adaptée aux temps de crise. Elle permet de se procurer de l’argent dans les moments graves sans aliéner définitivement un bien, avec l’espoir de le récupérer dans des jours meilleurs. D’autres diront qu’il s’agit d’un espoir fallacieux, entretenu par des acheteurs habiles, soucieux de réaliser une opération juteuse et persuadés qu’un tel rachat est impossible dans les faits.

  • 155 A.D. Hte Vienne, 4 E 1, 1 fo 72 vo (le 8 janvier 1376 n.s.) ; deux autres actes seulement de vente (...)
  • 156 A.D. Hte Vienne, 4 E 1, 4 fo 19 vo (1452).
  • 157 Ibid., 4 E 1, 8 fo 50 (29 décembre 1491). La formule « pour un certain temps » peut être rapproché (...)

143La formule est connue en Limousin dès le XIVe siècle au moins : en 1376, un artisan passe un contrat de rente à réméré avec un clerc pour 4 l.t.155. Il faut cependant attendre les années de reconstruction du siècle suivant pour que ces actes se fassent moins rares. Ce sont alors des nobles qui empruntent de grosses sommes à des bourgeois : en 1452, Lionet Journet et sa femme Jeanne du Terrail font vente à réméré de leur « lieu » de Chambourtière en Marche à un marchand de la Souterraine pour 96 l.t., avec une clause de rachat de neuf ans. A la même époque, Guillaume de Laron vend à Mathieu Chaussade le « lieu » de Grateboube pour 60 l.t. et une échéance de neuf ans. Deux autres nobles empruntent à des bourgeois 55 l.t. contre une rente de 2 l.t. et dix huit setiers de blé, rachetable dans le même laps de temps156 A la fin du siècle (1491), l’écuyer Jean de Comborn passe un contrat de vente à reméré plus important que les autres et aux conditions particulièrement draconiennes pour lui : Jean Chaussade – la famille est décidément intéressée par la formule – lui achète les « lieux » des Mazeaux, Fantouiller et Chauvour pour 148 l.t., avec possibilité de rachat « pour un certain temps ». Formule nouvelle dans les ventes à reméré si elle était courante dans les actes de reconnaissance de dettes, inquiétante pour le vendeur qu’elle met à la merci des exigences et du bon vouloir de l’acheteur157.

  • 158 A.D. Hte Vienne, 4 E 1, 1 fo 82 vo (30 avril 1377).
  • 159 Ibid., 4 E 1, 5 fo 3 vo (1461).
  • 160 Ibid., 4 E 1, 3 fo 120 (24 mars 1461), fo 139 v (11 février 1462 n.s.).
  • 161 C'est le cas, par exemple, des paysans du Nouhaud, près de Saint-Léonard, qui avaient vendu une «  (...)

144Sauf dans ce dernier cas, les ventes à réméré donnent un répit de trois à neuf ans au vendeur pour rembourser sa dette et récupérer le bien mis en gage. Espoir illusoire ? Nos registres ne font pas verser dans un optimisme exagéré mais fournissent des exemples de rachat de biens ou de rentes – du moins si l’on considère qu’un acte cancellé est synonyme d’annulation de vente à défaut d’un acte l’authentifiant : en 1377, un boucher de Saint-Léonard, Noël Valière, rachète au marchand Pierre Fabre une rente de 15 l.t. vendue quelques mois plus tôt158. Le mouvement s’accélère au milieu du XVe siècle et touche toutes les catégories de vendeurs : le noble Jean de Pierre-Buffière avait vendu à un marchand de Saint-Léonard, Jean Boudet, une rente de deux setiers de froment et quatre setiers de seigle assise sur un moulin pour vingt écus, rachetable dans les sept ans. Acte cancellé, rente rachetée à temps159. Des paysans réussissent la même chose : Martial Bagnard rachète une rente d’un setier et demi de froment qu’il avait vendue à la confrérie de Sainte-Marie-sous-les-Arbres pour six écus. André Masbaret avait vendu à Jean Massiot une rente de 10 s.t. et un setier de seigle en 1461 ; l’acte est cancellé en 1462. Il est vrai que Jean Marbaret souscrit ensuite deux nouvelles rentes dont une a été cancellée160. Tous n’ont évidemment pas cette chance161.

  • 162 On constate que les paysans pratiquent peu le système : une dizaine de contrats seulement, toujour (...)

145Du coup cette formule peut faire peur aux uns et aux autres, les vendeurs craignant de ne pouvoir reprendre leurs biens, les acheteurs de ne pouvoir les conserver. On constate au moins qu’elle a eu peu de succès162.

La reconnaissance de dette : le triomphe de la simplicité

  • 163 Rien ne permet de connaître les taux d'intérêt effectivement pratiqués. On n'a pas trouvé trace, n (...)
  • 164 A.D. Hte Vienne, 4 E 1, 3 fo 112 (3 août 1461).
  • 165 Ibid., fo 113 (1er mai 1462).

146Si ces formes d’emprunt, pourtant élémentaires, ne connaissent dans les campagnes limousines qu’une médiocre réussite n’est-ce pas parce que, dans l’esprit de beaucoup, le recours au prêt pur et simple demeure la solution la plus naturelle ? Le nombre d’actes portant reconnaissance ou remboursement de dettes le laisserait penser : rien ne vaut apparemment pour les créanciers et les débiteurs léonards ou chalusiens, ce prêt avoué, sans intérêt apparent, fait par « pur amour »163. Il n’y a pas cependant d’opposition stricte entre des formules plus élaborées comme la rente constituée et le « prêt amical ». Il arrive que l’on passe de l’un à l’autre lorsque le prêteur y trouve son compte : une rente peut être greffée sur une créance impayée. Pierre Ouros, par exemple, « vend » une rente à Pierre Doynes auprès duquel il s’est endetté deux ans auparavant ; en fait, il ne touche rien en échange164. De même Jean Massiot impose à Jean Valière une rente de 18 s.t. sur une dette de 18 l.t.165.

  • 166 On ne rencontre pas deux actes concernant la même affaire, portant reconnaissance d'une dette puis (...)

147Le recours à l’emprunt pur et simple constitue donc le geste financier le plus fréquent, au témoignage de nos registres. Il y apparaît sous deux formes d’actes : la reconnaissance ou le remboursement de dettes166.

148On a d’abord relevé trois cent vingt et un actes de reconnaissance de dettes portant sur une somme globale de plus de 6 000 l.t.. La moyenne est de près de 13 l.t. par prêt mais elle cache de grands disparités.

149L’importance des emprunts et des dettes varie avec chaque groupe social. Mais opposer systématiquement « groupes prêteurs » et « groupes emprunteurs » serait méconnaître la complexité du marché et de ses mouvements.

  • 167 Vingt-quatre actes d'emprunt contre trente-huit de prêt. Le nombre d'actes est réduit, la valeur d (...)
  • 168 Emprunts de 83 l.t. à Léonard Chaussade en 1463 et de 16 l.t. à un tonnelier, Audouin Lebloy, en 1 (...)

150Le groupe le plus présent sur le marché n’est pas le groupe des bourgeois et marchands, mais celui des nobles, si l’on tient compte de la valeur additionnée des capitaux prêtés ou empruntés. Les nobles avancent ou empruntent 2 700 l.t. environ, qui représentent 65 % des sommes indiquées dans les reconnaissances de dette : ils prêtent presque autant que les bourgeois – 1 384 l.t. contre 1 690. Ils empruntent presque autant que les paysans – 1 344 l.t. contre 1 487. En valeur globale, leurs prêts et leurs emprunts s’équilibrent pratiquement, même si les premiers sont plus nombreux d’un tiers que les seconds167. Les sommes mises en jeu sont, sauf exception, plus fortes que celles qui sont engagées par le reste de la société – bourgeois compris. Certains éprouvent le besoin de multiplier les emprunts en des moments de gêne financière, telle la famille Jornet au milieu du XVe siècle168. Mais c’est dans leurs propres rangs, aussi, que les nobles nécessiteux trouvent à souscrire les plus gros emprunts : des nobles avancent à d’autres nobles pour 800 l.t. au total, avec une moyenne, exceptionnellement élevée pour le marché léonard, de 130 l.t.. Les emprunts faits à des bourgeois sont plus nombreux, mais moins importants. Ils n’atteignent que 410 l.t. et une moyenne de 41 l.t. seulement. Les nobles sollicitent rarement les hommes d’Eglise, du moins si on en juge par la centaine de livres qu’ils leur empruntent en quelques contrats.

151Les prêts nobles, de leur côté, sont destinés, comme on vient de le voir, à d’autres nobles mais aussi à des paysans : ces derniers prêts, d’un style très différent des précédents, sont constitués par de petites sommes – de l’ordre de 12 l.t. – mais tirent leur importance de leur répétition. Ils constituent en effet la moitié du nombre des prêts d’origine aristocratique mais le cinquième seulement en valeur.

152La petite noblesse léonarde fait donc preuve d’initiative, n’hésite pas à emprunter et à prêter, apporte une aide non négligeable aux hommes des campagnes, seigneurs comme paysans.

153Il n’est pas sûr que la bourgeoisie en fasse autant. On ne peut, certes se contenter de mesurer son activité en chiffres globaux qui la placent derrière la noblesse. Ses opérations se caractérisent aussi par la prédominance des prêts sur les emprunts : les premiers sont trois fois plus nombreux que les seconds et représentent le double de leur valeur.

  • 169 Les prêts sont notamment faits à des notaires de Saint-Léonard comme Nicolas Hugonnaud, Léonard Be (...)
  • 170 Il est de 41 l.t. pour les bourgeois en moyenne.

154Les bourgeois prêtent certes à d’autres bourgeois169, mais aussi à des paysans – des prêts modestes, généralement inférieurs à 10 l.t. et qui représentent le tiers des prêts d’origine bourgeoise. Les prêts à des nobles sont rares, mais d’un montant élevé, de l’ordre de 40 l.t., comme les prêts aux autres notables170.

155On doit donc être à la fois sensible à la présence de la bourgeoisie sur le marché des prêts et aux limites de ses interventions dans les campagnes.

  • 171 Les affaires des Chaussade seront étudiées plus systématiquement dans la partie du chapitre consac (...)

156Il est difficile de trouver, dans ces conditions, quelques prêteurs entreprenants parmi ces notables. Peut-être les Chaussade en ont-ils les apparences, à l’étalon de leur petite ville : ils prêtent près de 350 l.t. en une vingtaine de prêts connus, répartis sur une quinzaine d’années, pour une moyenne de 18 l.t. par affaire. Est-ce suffisant pour en faire de véritables animateurs financiers de la reconstruction rurale171 ?

  • 172 Il serait tentant d'opposer, à partir de ces remarques, une « reconstruction du XIVe siècle » s'ap (...)

157La chose est d’autant moins certaine que l’étude du calendrier des opérations de prêt menées par les bourgeois montre que celles-ci prennent de l’importance à la fin du XVe siècle seulement. Alors que l’effort financier des nobles connaît une modeste apogée à la fin du XIVe siècle, se poursuit sans grand contraste tout au long du XVe siècle pour décliner quelque peu sur la fin, le crédit bourgeois ne prend quelque ampleur que dans les années 1460-1480172.

  • 173 A.D. Hte Vienne, 4 E1, 1 fo 59, 73, 75, 94 ; 4 E 1, 2 fo 43, 59, 111.
  • 174 Ibid., 4 E 1, 3 fo 9, 4 E 1, 6 fo 47.
  • 175 Ibid., D 297 fo 46, 88.
  • 176 Ibid., D 298, f 1336, 141, 170, 171, 184, 188.

158Enfin l’exemple donné par les Chaussade n’est pas suivi par d’autres. Si Jean Clément passe sept actes de prêt c’est seulement pour 46 l.t.173. Jean Massiot, lui-même, n’enregistre devant Bordas que deux reconnaissances de dette174. Pierre Fabre trois, Léonard Doynes autant175. Jean Expert, marchand de Chalus, reçoit de six paysans des reconnaissances pour 25 l.t. de dettes176.

  • 177 La collégiale de Saint-Léonard, le prieuré de l'Artige et le prieuré d'Aureil sont parmi les premi (...)
  • 178 Le cas de ce prêtre a déjà été évoqué à propos des rentes constituées. Son activité financière ser (...)

159Le clergé léonard, faut-il s’en étonner, ne participe que très peu au jeu du prêt et de l’emprunt. Il emprunte six fois moins que les nobles, quatre fois moins que les bourgeois. Il se contente de faire une soixantaine de prêts, plus modestes en moyenne que ceux qui ont été consentis par des nobles ou des bourgeois – 5 l.t. 1/2 contre 37 l.t. et 18 l.t. Dans 60 % des cas, ils sont destinés à des paysans ; les autres sont internes au clergé, quelques-uns enfin pour des bourgeois. Les grandes institutions ecclésiastiques de la région – qui sont des clients des Bordas – ne s’en mêlent guère177. Ce sont plutôt des individus tels que Léonard Barraud qui s’en préoccupent à titre privé. Ce dernier a notamment avancé une cinquantaine de livres à la fin du XIVe siècle. Mais son exemple, lui non plus, ne fut pas suivi178.

160Avec les artisans et les paysans, on entre dans le monde des débiteurs. Mais seuls les seconds y jouent un rôle majeur.

  • 179 Dans le monde des humbles, les petits prêts entre voisins ne justifient sans doute pas le passage (...)
  • 180 Leur participation au marché de la dette se monte à 405 l.t. autant que le clergé. Les mobiles div (...)

161Même le montant de leurs dettes dit l’insignifiance des artisans, moins de 250 l.t. réparties en vingt-six actes seulement : ils empruntent surtout à des bourgeois, puis à des clercs, quelquefois à un paysan. Il n’y a guère de trace dans les registres notariaux de prêts entre artisans179. Il leur arrive aussi parfois de consentir de petits prêts à des paysans, pour moins de 100 l.t. au total180.

162Les paysans, en revanche, forment les gros bataillons des débiteurs. Leurs besoins financiers et leur nombre expliquent aisément la chose. Ils sont partie prenante dans 226 reconnaissances de dettes sur 321, pour près de 2 000 l.t. sur les 4 000 qui ont été avancées. Il s’agit donc de prêts plus considérables par le nombre que par la valeur – 8 l.t. en moyenne. Dans leur bilan, les emprunts l’emportent largement sur les prêts – même si ce prêt paysan existe – à raison de trois contre un.

163Pour les plus gros emprunts, les paysans se tournent d’abord vers les nobles : ils leur empruntent 12 l.t. par contrat en moyenne ; mais ils s’adressent plus souvent à des bourgeois pour des emprunts de l’ordre de 10 l.t.. Enfin pour les petits emprunts, inférieurs à 8 l.t. et les plus nombreux, ils s’adressent à des hommes d’Eglise, à quelques artisans et surtout à d’autres paysans.

164C’est là un point remarquable : plus de 40 % des prêts faits à des paysans l’ont été par d’autres, multiplication de petites dettes de l’ordre de 5 l.t. en moyenne. Le prêt paysan est avant tout un phénomène interne à la paysannerie. Les paysans cherchent à régler leurs problèmes financiers quotidiens en faisant appel à leurs voisins plutôt que de recourir à des prêteurs plus huppés. Peut-être parce qu’ils ont pu mesurer le manque de dynamisme et de réserves financières de ceux-ci, peut-être simplement parce qu’il leur paraît naturel de s’adresser d’abord à des gens de leur milieu, au nom des solidarités villageoises.

  • 181 Il s'agit peut-être d'une régularisation par écrit, devant notaire et en bloc de prêts faits, en r (...)
  • 182 A.D. Hte Vienne, 4 E 1, 3 fo 22 et 22 vo.

165Au plan financier, cette situation n’est pas sans inconvénient : les paysans qui empruntent se heurtent vite aux bornes des possibilités financières des autres. Les coqs de villages sont rares, qui sont capables de multiplier les avances et ils y épuisent rapidement leurs réserves. C’est le cas de Jean Roche : ce paysan, dans les années noires du début du XVe siècle, reçoit le même jour les reconnaissances de dettes de trois débiteurs différents181. Il a prêté trois réaux et demi à Jean Gastau, Jean Daudanes et Pierre Peyraud associé à Jean Valière. Ces modestes avances ont-elles épuisé ses disponibilités ? On ne trouve plus trace de prêts effectués par lui ensuite182.

  • 183 Ibid., fo 26 (10 mai 1433).
  • 184 Ibid., fo 38 vo. Cet acte date de 1433, un des moments de crise majeure dans les campagnes limousi (...)

166Plus souvent, les mêmes paysans se retrouvent tour à tour créanciers et débiteurs. Jean Valière qui empruntait un réal à Jean Roche au début de 1433 en prête deux à Jean Rabille deux mois plus tard183. Certains emprunts permettent seulement de rembourser de vieilles dettes. Enfin, faute d’argent, il est parfois prévu un remboursement en journées de travail : Jean Launay, qui reconnaît devoir 13 s.t. à Bernard Michel s’engage à effectuer quatre jours de fauche au profit de son créancier faute de pouvoir rembourser la somme184. La moindre dette peut poser des problèmes de remboursement quasi insolubles.

  • 185 C'est aussi le délai le plus fréquent pour rembourser une dette chez les notaires des villes prove (...)

167C’est qu’entre en compte la durée du prêt. Celle-ci n’est pas toujours mentionnée dans l’acte de reconnaissance de dette, ce qui place en conséquence le débiteur à la merci permanente de son créancier. D’autant plus qu’en revanche, dans plus de la moitié des cas, figure la formule indiquant que le remboursement se fera « à la volonté » du bailleur de fonds. Lorsque la durée du prêt est précisée, le délai de remboursement est court, entre huit jours et six ans, avec une majorité d’échéances à un an185. La situation de l’emprunteur s’aggrave avec le développement de la crise. Si quelques prêts « à la volonté » du bailleur figurent déjà dans les registres des années 1370, leur nombre s’accroît de façon spectaculaire à partir des années 1430 – avant de disparaître à partir des années 1470. Méfiance et puissance accrues des créanciers en temps de marasme. Des conditions aussi draconiennes ne disent-elles pas également la difficulté de trouver de l’argent ? Ne contribuent-elles pas, à leur manière, à un blocage du crédit ? Si d’après ces sources notariales, la société rurale limousine n’est pas complètement écrasée sous les dettes, c’est d’abord par carence des prêteurs et de leurs ressources financières.

Les remboursements de dettes, un moment délicat

  • 186 Cent vingt-quatre actes de remboursement contre trois cent vingt et un actes de reconnaissance de (...)

168Les limites du marché de l’emprunt s’expliquent encore par les difficulté qu’éprouvent les créanciers à rentrer dans leurs fonds. Le nombre des actes de remboursement d’une dette montre qu’il s’agit d’une question grave : les actes de remboursement sont trois fois moins nombreux que les actes de reconnaissance de dettes186.

  • 187 A.D. Hte Vienne, 4 E 1, fo 42, 42 vo, 454, 88 vo, 108 νo, 4 E 1, 2 fo 44 vo, 111 vo, 4 E 1, 7 fo 8 (...)

169Ces actes sont aussi d’une exploitation moins fiable que les précédents : 40 % d’entre eux ne mentionnent pas le montant chiffré du remboursement mais indiquent seulement « toutes dettes et obligations réglées », « remboursé tout ce qui était dû », évoquent « toute satisfaction » du créancier187. Des formules qui entretiennent l’idée que, dans l’esprit de beaucoup, le monde de l’emprunt demeure le monde du secret, pour ne pas dire de la fraude et du péché.

170Cette réserve faite, le tableau des remboursements reproduit à l’évidence, dans une grande mesure, le tableau des reconnaissances de dettes.

  • 188 Les remboursements de dettes au profit de bourgeois représentent 55 % du total des sommes rembours (...)

171Ce sont les nobles qui remboursent les plus grosses sommes, ce qui ne fait pas d’eux de si mauvais payeurs, près de 900 l.t., réparties en une trentaine d’opérations. Si, à la fin du XIVe siècle, leurs remboursements se font avant tout en faveur d’autres nobles et de membres du clergé, ils vont de plus en plus ensuite à des bourgeois, particulièrement à partir des années 1450188. Pourtant, même durant cette période, des nobles continuent à prêter, quitte à emprunter le lendemain – ils prêtent cependant trois fois moins qu’ils n’empruntent. Ces prêts sont accordés en priorité à d’autres nobles, lorsqu’il s’agit d’assez grosses affaires – de l’ordre de 20 l.t. en moyenne. A des paysans, lorsque les prêts sont plus modestes – 10 l.t. en moyenne.

  • 189 A.D. Hte Vienne, 4 E 1, fo 93 (25 janvier 1378 n.s.)

172Les bourgeois ont moins à rembourser et encaissent davantage, 1042 l.t. contre 413. Il leur arrive de rembourser une dette à des nobles, même si la chose est peu fréquente : en 1378, Pierre Fabre rembourse 60 l.t. à Guillaume d’Arfeuille ; en 1467, Léonard Doynes rembourse à un autre écuyer une quinzaine de livres « qu’il lui devait encore »189. Ce sont de petites sommes au regard des créances dues à d’autres bourgeois. Celles-ci représentent quatre fois plus que les remboursements faits aux nobles.

173Ces derniers sont, en revanche, leurs principaux débiteurs – pour la moitié de la dette due aux bourgeois. Si les paysans sont très souvent les débiteurs des notables (45 % des cas), ils ne remboursent que pour 7 % du montant total des créances bourgeoises.

  • 190 Prêt de 60 l.t. à un écuyer Michel Jornet en 1465 et trois autres écuyers.

174A partir de l’étude de ces remboursements, se dessinent deux types de prêt bourgeois : les prêts d’envergure, au coup par coup, faits à des nobles et à d’autres bourgeois, des petits prêts consentis en grand nombre à des paysans. Si, une fois encore, aucun bourgeois ne fait figure d’authentique animateur du marché, certains apparaissent comme des créanciers majeurs : les Chaussade confirment leur présence sur le marché de l’emprunt, en recevant des remboursements de dettes paysannes, nobiliaires aussi à l’occasion190. Léonard Doynes fait preuve de quelque activité et reçoit en trois ans 23 l.t. – une somme modeste – en remboursement d’avances faites à un marchand, un paysan, un écuyer et un de ses confrères de Sainte-Marie-sous-les-Arbres. Jean Massiot, dont la discrétion sur le marché des reconnaissances de dettes étonnait, reprend ici la première place des créanciers. Il semble s’être fait une spécialité des prêts à la petite noblesse léonarde et Pierre d’Aigremont, Jean Joubert et Pierre Sauvegrain lui remboursent 200 l.t. en tout, entre 1457 et 1467. Rares témoignages sur des opérations de bonne taille.

175Le reste de la société est soit passive soit en position délicate. On retrouve ici la grande réserve des institutions ecclésiastiques. Les gens d’Eglise prêtent un peu plus qu’ils n’empruntent – 210 l.t. contre 174 – mais le chiffre d’affaires global est faible. Ce sont avant tout des prêts à des paysans, à des clercs aussi, vingt-cinq opérations seulement au total. S’y ajoutent quelques grosses affaires de prêt à des nobles qui représentent à elles seules la moitié de l’argent remboursé aux gens d’Eglise. Ces opérations ponctuelles ne font que mieux ressortir la prudence habituelle du clergé.

176Les artisans n’ont mené que quelques opérations mineures, empruntant et prêtant tour à tour à d’autres artisans et à des paysans, remboursant de petites sommes à des bourgeois, quelquefois à des clercs, jamais à un noble.

177Les paysans sont, à la fois, plus présents et plus endettés. Très présents, de gré ou de force, sur le marché des remboursements, ils apparaissent dans 43 % des actes pour 14 % seulement des sommes remboursées – signes de la nécessité et de la médiocrité de l’emprunt paysan. On y retrouve les caractéristiques déjà évoquées à propos des reconnaissances de dette : les plus forts remboursements sont pour les nobles, les plus nombreux pour les bourgeois et surtout d’autres paysans – les sommes remboursées à ceux-ci n’étant guère inférieures aux sommes remboursées à ceux-là, 3 l.t. environ par affaire en moyenne contre 10 l.t. pour les remboursements destinés à l’aristocratie.

178Au total, les sommes remboursées par les paysans sont plus de cinq fois inférieures aux sommes empruntées. Même si l’on tient compte des éléments qui minimisent le poids de ces remboursements dans la documentation, il y a là indice d’une situation inquiétante qui n’incite pas des prêteurs déjà réticents à s’engager davantage dans les campagnes.

Bilan des prêts : les paysans livrés à eux-mêmes ?

179Pour mesure les poids réel des prêts, il faut enfin additionner actes de reconnaissance et actes de remboursement de dettes, après avoir vérifié qu’il ne s’agit pas de la même opération.

  • 191 12 098 l.t. pour les prêts, 9 266 l.t. pour les rentes constituées.

180En valeur comme en nombre, le prêt pur et simple demeure l’opération majeure de crédit : près de mille actes lui sont consacrés dans les registres des Bordas et de Fabre et ils portent sur près de 12 000 l.t.. Si on compare avec le produit d’une autre opération financière connue, la rente constituée, le nombre des prêts est sept fois supérieur mais les sommes dégagées par le biais des deux opérations sont beaucoup plus voisines191. Le prêt est donc la solution de facilité, connue de tous, s’adaptant avec souplesse aux disponibilités des uns, aux demandes des autres et plus particulièrement des humbles.

181Le marché est dominé par la bourgeoisie des petites villes : elle prête beaucoup, 30 l.t. en moyenne, emprunte moins – ce qui est un signe de frilosité autant que de lucidité.

  • 192 Les nobles empruntent 2 208 l.t., en prêtent 1 804.
  • 193 Les nobles empruntent une moyenne de 44 l.t. par opération contre 42 l.t. les bourgeois ; leurs pr (...)

182Sa supériorité n’est d’ailleurs pas écrasante : la noblesse est plus présente que la bourgeoisie sur le marché : le total de ses prêts et de ses emprunts est plus élevé que celui des bourgeois. Ce chiffre global ne doit pourtant pas faire illusion : contrairement aux bourgeois, les nobles empruntent davantage qu’ils ne prêtent, même si les deux types d’opération s’équilibrent presque192. Il serait donc simpliste et inexact d’opposer une « bourgeoisie de prêteurs » et une « noblesse d’emprunteurs ». Les petits nobles de la région de Saint-Léonard et de Chalus sont, tour à tour et famille par famille, créanciers et débiteurs, prêteurs et endettés. Peut-être moins circonspects que les bourgeois, ils se lancent dans des affaires de plus grande envergure, quitte à les payer d’un endettement progressif193.

  • 194 Les hommes d'Eglise empruntent 355 l.t., les artisans 365. Les premiers n'éprouvent pas la nécessi (...)
  • 195 La participation financière des clercs au marché de l'emprunt ne s'élève qu'à 877 l.t. contre 577 (...)

183Hommes d’Eglise et artisans ne font ici figure que de comparses, pour des raisons différentes. Il est déjà grave que les acteurs de la reconstruction des campagnes ne puissent se fonder sur des prêts émanant de l’élite de l’artisanat, on pense notamment aux métiers de la boucherie ou du cuir. Il est bien plus inquiétant encore qu’ils ne puissent que bien peu compter sur l’aide financière du clergé. Peut-être nos sources notariales ne nous en révèlent-elles qu’une partie. Mais les grands seigneurs ecclésiastiques de la région sont clients des Bordas, et ils n’y font pas bonne figure. Ils empruntent que très peu, encore moins que les artisans194. Ils ne prêtent guère plus, si bien que leur participation au marché des prêts est inférieur à 1000 l.t. – ce qui les rapproche, encore une fois, plus des artisans que des paysans eux-mêmes195.

184Ces derniers se trouvent ainsi livrés à leur sort, dans une large mesure. Par le nombre et la nécessité, ils fréquentent assidûment le marché de la dette. Sans trouver tout ce qu’ils y cherchent. Ils multiplient d’abord les contrats : ils en souscrivent quatre fois plus que les nobles, deux fois plus que les bourgeois. Des contrats à leur taille, inférieurs à 7 l.t. en moyenne. Des contrats d’emprunt essentiellement : le montant de la dette paysanne est trois fois supérieur au montant des prêts paysans. La présence de ces derniers indique qu’il existe, bon gré mal gré, un crédit d’origine paysanne. Avec ses petits moyens, il tente de pallier en partie les insuffisances du financement de la reconstruction rurale par les élites.

Profils de « gros clients »

185L’enquête menée à travers les registres des notaires Bordas et Fabre laisse peu d’espoir d’y découvrir encore de véritables animateurs financiers de la reconstruction rurale même s’il y a d’autres notaires à Saint-Léonard. On a pourtant relevé au fil des dépouillements et des analyses des noms qui revenaient plus souvent que d’autres. Il a paru intéressant de voir plus précisément quel rôle avaient joué ces hommes dans la vie des campagnes léonardes et chalusiennes au moment où celles-ci traversaient périodes de dévastation et de restauration.

186On a donc constitué un fichier de « gros clients », cette formule étant adoptée sous bénéfice d’inventaire. Y ont été enregistrés tous les actes passés par le même individu, la même famille ou la même institution en tenant compte de leur chronologie, en n’oubliant pas que, par suite des lacunes documentaires, il ne saurait s’agir que de témoignages sur une activité minimale des uns et des autres.

187Compte tenu de ces éléments négatifs, ont été sélectionnés les clients qui faisaient au moins dix passages devant notaire : il y en a une vingtaine chez les notaires Bordas, quatre chez le notaire Fabre. C’est déjà dire combien, quelles que soient les lacunes, la fréquentation du notaire est épisodique, l’activité languissante, le dynamisme financier restreint.

Des marchands frileux ou dynamiques ?

188Parmi ces « gros clients » il y a, dans l’étude Bordas, dix marchands et bourgeois, six nobles, quatre représentants du clergé, un boulanger, aucun paysan. Le prieuré d’Altavaux est le premier client de Jean Fabre, devant deux marchands de Chalus et un écuyer.

  • 196 Ces « années de fréquentation » ne sont pas obligatoirement des années complètes.

189Les principaux clients des Bordas sont apparemment, tant par le nombre d’actes que par le chiffre d’affaires, Léonard Chaussade père et fils. Ils fréquentent l’étude entre 1433 et 1491, mais on ne trouve trace d’activité de ces hommes que pendant quatorze ans196. Durant ce laps de temps, ils passent soixante-dix-sept actes, soit près de six par an et réalisent un chiffre d’affaires de près de 1 800 l.t..

190Les Chaussade se partagent entre la conclusion de prêts et le service d’un grand seigneur marchois, Jean d’Aubusson.

191Ils récupèrent d’abord 900 l.t. environ par le biais d’opérations de prêt et de remboursement, de « comptes » et de « compositions et accords ». Leurs principaux débiteurs sont des paysans de Saint-Léonard, de sa banlieue et de ses proches campagnes. Mais ils sont aussi les créanciers d’autres notables de la ville, notamment de notaires – auxquels ils empruntent parfois. S’ils ont peu de rapports financiers avec la noblesse en général, ils en ont de privilégiés avec une famille d’écuyers en difficulté, les Jornet. Ils lui accordent un prêt particulièrement élevé et lui achètent des rentes. Leurs problèmes financiers ont-ils fait de cette famille de petits nobles les dépendants des Chaussade ?

  • 197 Vingt-trois reconnaissances foncières passées en 1466 au nom du seigneur d'Aubusson pour 35 l.t. 1 (...)
  • 198 Faute de connaître le prix du setier de blé à Saint-Léonard, on a pris, arbitrairement, le prix du (...)

192L’autre grande activité des Chaussade est constituée par l’afferme des redevances seigneuriales d’un petit seigneur ecclésiastique et d’un grand noble marchois, Jean d’Aubusson197. Léonard Chaussade engage alors d’assez fortes sommes, 69 l.t. pour la première ferme, 82 l.t. pour la seconde. En trois ans, il récupère 106 l.t. sur les domaines de Jean d’Aubusson, plus 423 seterées de seigle. Si l’on admet que le setier de seigle vaut alors au moins 2 s.t. 1/2 – comme l’indiquent les forléaux de Limoges pour 1466 et 1467 – ces redevances en nature rapportent 53 l.t. à Chaussade. Au total, le bénéfice est de l’ordre de 90 l.t. pour une mise de 82198. « L’argent des services » rapporte gros.

  • 199 Ambazac, Hte Vienne, ch.-l.-cant., ar. Limoges.
  • 200 « Métayage... » p. 10 ; Blanzac, Hte Vienne, cant. et ar. Bellac.
  • 201 136 l.t. 1/2 pour les emprunts contre 10 l.t. 1/2 pour les ventes de bétail et 4 l.t. 1/2 pour le (...)

193C’est par les prêts et l’afferme des redevances seigneuriales que les Chaussade participent essentiellement à la vie rurale. Car tous leurs autres postes sont secondaires. Ce ne sont pas de grands seigneurs et propriétaires fonciers : ils prêtent seulement hommage à Jean d’Aubusson pour une châtellenie dont ils sont co-seigneurs ; ils bénéficient d’une réduction de rente pour une terre qu’ils tiennent du seigneur de Montleu, un écuyer d’Ambazac199. Ils achètent peu de terres, il est vrai bien choisies, pour lesquelles ils n’hésitent pas à mettre le prix : en 1439, une vigne de Saint-Léonard, payée 18 l.t. à Simon Lacros, un consul ; en 1462 cinq prés à un notaire pour 50 l.t. ; en 1481, surtout, un « lieu » acheté à deux paysans auxquels ils le confient en métayage, selon une méthode fréquente à l’époque200. Ils ne renouvellent cependant pas ce type d’opération. S’intéressent-ils davantage à l’élevage, comme le laisserait croire l’achat des cinq prés évoqués plus haut ? Ils passent un bail à cheptel, vendent des animaux à un paysan et à un boucher. Ils n’en tirent pourtant qu’une quinzaine de livres201.

194Somme toute, les Chaussade font ici figure de financiers avisés plutôt que de maîtres du sol, ne brassant d’assez fortes sommes qu’à l’aune de Saint-Léonard et des soucis pécuniaires des autres. Plus des bénéficiaires de la crise que de véritables responsables du réveil des campagnes.

  • 202 Cf. leur activité révélée par leur livre de comptes (« Livres de raison et présence de la bourgeoi (...)

195Les Massiot, autres gros clients des Bordas, sont-ils plus aptes à tenir ce rôle ? On pourrait l’imaginer202. Ils passent moins d’actes que les Chaussade mais font preuve de davantage d’activité : en cinq ans, leur chiffre d’affaires – proche de 1 800 l.t. – est sensiblement aussi élevé que celui des Chaussade en quinze.

  • 203 « Les Massiot et leur livre de comptes : une famille bourgeoise de Saint-Léonard au XVe siècle...  (...)
  • 204 Les dots des filles Benoist se situent entre 130 et 375 l.t. (« Livres de raison et démographie fa (...)

196Le profil de leurs affaires et de leur clientèle est différent. Ils prêtent moins souvent mais davantage, 214 l.t. au total, à des nobles, à un bourgeois mais pas à des paysans. Il mènent une politique d’achat de rentes constituées, douze en quatre ans pour 130 l.t., auprès de la même clientèle, d’autres bourgeois, un écuyer de Saint-Denis-des-Murs. S’y ajoute pourtant une famille de paysans d’Eybouleuf qui les sollicite en 1461 et 1462. Ainsi se crée un noyau de dépendants où se retrouvent des écuyers comme Antoine Sauvegrain, des marchands comme Jean Valière, un paysan, Jean Masbaret. Par le biais de ventes foncières et de ventes à réméré, ils rachètent des terres à des nobles, à des paysans et même à d’autres bourgeois qui sont en dette avec eux pour un total de 470 l.t.. Aux yeux de la société de Saint-Léonard, ils prennent des allures de « bourgeois conquérants »203. Lorsque Jean Massiot marie ses filles, il les dote aussi bien que les héritières d’un grand notable de Limoges204 : il donne 363 l.t. à sa fille qui se marie avec un marchand de Saint-Léonard. C’est le signe de la réussite sociale et financière.

197Ce qui la fait ressortir encore plus, c’est la modestie des affaires de autres « gros clients » des Bordas : Jean Clément, qui fréquente, il faut le noter, l’étude à la fin du XIVe siècle, n’y fait un chiffre d’affaires que de 316 l.t.. Son comportement est à mi-chemin entre celui des Chaussade et celui des Massiot. Il touche à tout mais n’amasse que peu. Il achète des rentes constituées pour 80 l.t., est fermier d’un chevalier, Jean Joubert, passe six baux à cheptel entre 1374 et 1378, vend et achète tour à tour des bestiaux et des marchandises. Image d’un besogneux plutôt que d’un véritable homme d’affaires. C’est un profil voisin qu’offre, cinquante ans plus tard, Léonard Doynes dont le chiffre d’affaires devant notaire se monte, sur une douzaine d’années, à une centaine de livres tirées d’une dizaine de prêts, quelques rentes constituées, quelques « comptes » et quelques « compositions et accords ».

198Encore la situation de certains prétendus « gros clients » est-elle encore moins confortable : Jean Sochut, un autre bourgeois de Saint-Léonard, qui prête indifféremment à des nobles, des marchands et des paysans n’en retire qu’une cinquantaine de livres. Doter sa fille lui pose des problèmes de trésorerie : il ne peut verser que 47 l.t. à son gendre, y ajoute une rente de cinq setiers de froment et doit vendre une terre à un chanoine pour compléter la somme. Jean Sochut est un marchand qui s’endette devant notaire et dépense plus d’argent qu’il n’en gagne apparemment.

  • 205 46 l.t. de prêts, 20 l.t. de rentes constituées.

199A Chalus, les premiers clients bourgeois de l’étude Fabre sont peut-être plus proches des besoins des ruraux mais ont des moyens financiers réduits : Jean Expert réalise un chiffre d’affaires de 200 l.t. en quelques années, entre les « prêts amicaux », les rentes constituées et les baux à cheptel passés avec des paysans et des nobles205. Un autre marchand agit sensiblement de même, pour un chiffre d’affaires voisin. Images de petits marchands ruraux, plus dynamiques que d’autres, dont une partie des ressources peut animer, au plan local au moins, la reconstruction des campagnes.

Les familles nobles : du temps des initiatives au temps des difficultés

200Le cours de l’histoire des gros clients aristocratiques des Bordas est sensiblement autre.

  • 206 On ne trouve cependant trace dans nos registres des Bordas que d'actes passés pendant une dizaine (...)

201La famille des Daniel, des chevaliers de Saint-Léonard, est la mieux représentée et fréquente l’étude des années 1370 aux années 1480206. Ils y passent, à parts à peu près égales, des contrats de prêt et d’emprunt et des actes de gestion de leurs domaines.

  • 207 En revanche, dès 1374, Guillaume Daniel reconnaît devoir de l'argent à un autre écuyer Jean Bardèc (...)
  • 208 Le dernier acte connu dans lequel apparaît Guillaume Daniel, le Jeune, est la vente d'une importan (...)

202L’étude des opérations financières des Daniel fournit quelques indices d’une dégradation progressive de la fortune familiale. A la fin du XIVe siècle, Guillaume Daniel prête une trentaine de livres, par le biais de rentes constituées, à des habitants de Saint-Léonard, notamment à un chevalier Audouin Chauveron, à un écuyer, Jean Bardèche ; il reçoit également le remboursement de 110 l.t. de dettes contractées par des bourgeois207. C’est le temps des prêts. Au XVe siècle vient le temps des emprunts : Guillaume Daniel, descendant du précédent, fait des dettes et vend des rentes aux bourgeois de sa ville. Il doit vendre une maison et une terre à un chanoine de Saint-Léonard208. Rien qui permet de crier à la ruine mais des signes de déclin.

203Les Daniel consacrent l’autre moitié de leurs actes notariaux à l’administration de leurs terres : accensements, parfois avec réduction des redevances, reconnaissances de tenanciers, baux à cheptel. Activité seigneuriale traditionnelle qui, au plan financier, ne rapporte que quelques livres et quelques setiers de blé. La fortune foncière des Daniel paraît peu entamée. Mais elle ne peut leur fournir d’importants revenus.

204L’histoire de la famille Daniel n’est pas originale : d’autres familles aristocratiques, qui comptent parmi les premiers clients des Bordas, en connaissent une semblable.

  • 209 Champnetery, Hte Vienne, cant. Saint-Léonard-de-Noblat, ar. Limoges.

205La famille Jaubert, des écuyers de Champnetery, est représentée dans nos registres par Drouin Jaubert à la fin du XIVe siècle, par Jean Jaubert au siècle suivant. Drouin prête, entre 1392 et 1405, une centaine de livres à une autre famille d’écuyers, les Jourgnac, à des paysans et à un artisan. Lui-même vend une rente constituée à un autre noble. La balance des affaires semble positive. Cinquante ans plus tard, les choses ont évolué dans le mauvais sens. Jean Jaubert, descendant de Drouin, prête encore à l’occasion à un autre écuyer ; il doit cependant reconnaître surtout des dettes aux Sochut, Massiot ou Villefranc, autre marchand de Saint-Léonard et les rembourser ; il vend des rentes constituées à un quatrième notable, un bien à réméré à un cinquième, une terre à un ecclésiastique de la ville209.

  • 210 Les seigneurs de Laron accordent un accensement avec réduction de rentes à Pierre Chazeur en 1438, (...)

206Mêmes indices de soucis financiers dans les affaires de Nicolas et de Guillaume de Laron au XVe siècle. Si la moitié des actes qu’ils passent alors est constituée par des accensements avec réduction des redevances – déjà un sacrifice210 – presque toute l’autre l’est par des reconnaissances ou des remboursements de dettes, des ventes de rentes constituées ou de biens à réméré. Les dettes sont lourdes, entre 60 et 200 l.t. et placent à la fin du siècle les Laron en position de dépendance financière à l’égard de bourgeois comme les Chaussade.

  • 211 Nicolas de Laron avance 25 l.t. à Jean Villesabert pour reconstruire sa maison. Le geste est rare (...)

207Ainsi ces familles aristocratiques passent-elles insensiblement, au fil du XVe siècle, du camp des prêteurs au camp des emprunteurs, sans compromettre pourtant gravement leur fortune foncière. Certains indices, réduction des accensements, prêts aux paysans, aide à la reconstruction des bâtiment parfois, laissent penser que leurs efforts pour reconstruire leurs domaines n’y sont pas pour rien211.

208A contrario, un registre de Jean Fabre offre l’exemple – unique, il est vrai – d’un petit noble de la région de Chalus, Martin Davenne, qui garde tout son dynamisme financier au milieu du XVe siècle. En deux ans (1455 et 1456), au moment où les tentatives de reconstruction des campagnes chalusiennes battent leur plein, il passe quatorze actes devant notaire. Il reçoit cinq reconnaissances de dettes de paysans de la région de Chalus pour 6 l.t. ; il établit trois « comptes » avec d’autres paysans qui lui versent 5 l.t. ; il donne à cheptel un troupeau évalué à 30 l.t. environ, vend des bestiaux pour 7 l.t.. Il reçoit enfin une reconnaissance de cens de 3 Ι-t.. Tour à tour prêteur, bailleur et seigneur mais jamais débiteur, ce petit écuyer inconnu joue, à sa façon et avec ses moyens, un rôle d’animateur local de la reconstruction auprès de ses paysans. La faiblesse des sommes engagées, une cinquantaine de livres au total, permet cependant de mesurer la modestie de cette aide.

209Il existe dans les campagnes limousines des nobles qui s’efforcent, avec plus ou moins de bonheur, de participer financièrement à la renaissance rurale. Cette participation ne saurait suffire car les moyens manquent.

L’Eglise à l’écart

210Les principaux clients ecclésiastiques des Bordas et de Fabre ne sont pas prêts à combler cette lacune, autant par choix que faute de fonds peut-être.

  • 212 Dont un accensement, en 1434 et deux reconnaissances avec réduction des cens.
  • 213 Une aumône de 10 l.t..

211Le prieuré collégial de Saint-Léonard n’a laissé que vingt-deux actes dans nos registres. Ils portent pour la moitié sur la gestion du temporel, accensements, actes de reconnaissance ou d’investiture212. Le reste est constitué par de petites opérations financières : un prêt de moins de 5 l.t., quelques remboursements de broutilles de dettes, l’achat de rentes constituées pour 14 l.t.. La simple aumône d’un bourgeois, Nicolas Alesme, en faveur de la collégiale, est presque aussi importante213. Ou le chapitre fait l’essentiel de ses affaires devant un autre notaire ou il se tient à l’écart du marché financier léonard.

  • 214 En 1378,1e prieur accense trois tenures à un même paysan d'Aureil, Pierre Fouret, peut-être un de (...)

212Le prieuré d’Aureil agit de même. Il ne traite qu’une dizaine de contrats qui ne lui rapportent que 82 l.t.. Les plus nombreux sont des actes d’accensement ou de reconnaissance de tenures, avec ou sans réduction de redevances214, des affermes qui rapportent à elles seules 60 l.t., des aumônes pour 10 l.t.. Le seul prêt connu va à un écuyer, Jean de Royères, et se monte à 10 l.t. aussi.

  • 215 Le prieur d'Altavaux passe dix-neuf actes en huit ans pour un chiffre d'affaires de 145 l.t..
  • 216 Arnac-Pompadour, Corrèze, cant. Lubersac, ar. Brive.

213Dans la clientèle du notaire de Chalus, le prieuré d’Altavaux occupe la première place par le nombre d’actes enregistrés215. Lui aussi se comporte avant tout en seigneur terrien : accensements et reconnaissances foncières, dont la moitié avec « modération des rentes » au milieu du XVe siècle ; achat de terres à des paysans et à un chevalier pour 76 l.t. en tout. En revanche, le prieur ne consent qu’un prêt à Jean de Pompadour, un chevalier d’Arnac-Pompadour, pour 8 l.t. seulement216 Si ce seigneur ecclésiastique se montre un peu plus actif que ses confrères léonards, s’il consent des sacrifices auprès de ses paysans ou profite de la crise pour arrondir un peu ses domaines, il n’entre que peu dans le jeu du crédit.

  • 217 Léonard Barraud prête successivement à un écuyer, Jean de Burgnac, à un bourgeois de Saint-Léonard (...)

214Ce sont plutôt quelques hommes d’Eglise qui s’y risquent, à titre individuel. Comme Léonard Barraud, prêtre à Saint-Léonard dans les années 1380 : en sept ans, il avance plus de 100 l.t. à des écuyers surtout, des bourgeois et quelques artisans de sa ville, rarement à un paysan par le biais de prêts et d’achats de rentes constituées à parts égales217.

215Lorsqu’il disparaît dans les années 1390, peu d’ecclésiastiques prennent sa suite. Sinon peut-être un chanoine de la collégiale, Pierre André. En deux ans, 1404 et 1405, il passe quatorze actes devant Bordas. A des reconnaissances foncières qui ne lui rapportent presque rien, s’ajoutent quelques reconnaissances de dettes paysannes, quelques rentes, quelques « comptes », quelques actes de « composition et accords ». Le tout dépasse à peine les 30 l.t.. Après lui, plus personne. Au plus fort de la crise, les capitaux d’Eglise manquent cruellement.

Des finances et des financiers insuffisants

  • 218 Pour vérifier, de façon satisfaisante, ce que représente la masse monétaire en circulation à Saint (...)

216Cette sorte de prosopographie élémentaire de « gros clients », qui ne le sont guère, confirme les conclusions tirées de l’étude des livres de raison ruraux et de l’analyse des divers types d’actes établis devant notaire. A Saint-Léonard et encore plus à Chalus, l’activité financière est réduite. La masse des capitaux disponibles est trop restreinte pour appuyer efficacement l’effort de reconstruction des campagnes218 ou s’investit ailleurs. Les formules de prêt, pourtant, ne manquent pas. Leur nombre même montre qu’il y a grand besoin d’argent, à satisfaire par tous les moyens. Ces formules existent, elles sont mal exploitées par ceux qui ont de l’argent. Ils ne manifestent qu’un intérêt limité pour les jeux du crédit.

217Le clergé n’engage apparemment qu’une faible partie de ses disponibilités financières : c’est un handicap majeur au relèvement des campagnes. La bourgeoisie de Saint-Léonard, plus encore de Chalus, n’est qu’une élite restreinte, aux ressources pécuniaires modestes, au dynamisme limité. Sans doute tient-elle le haut du pavé sur le marché financier de sa ville mais c’est par faiblesse des autres détenteurs de capitaux. Les opérations menées par les bourgeois léonards sont de petite envergure. Elles mettent en jeu des sommes restreintes, dans un espace réduit. Loin d’entreprendre la conquête des campagnes en profitant des difficultés des autres, les notables réduisent la majorité de leurs interventions à leur ville et à ses habitants, à sa banlieue, à ses proches campagnes. Peu conquérants, sauf exception, ils manquent à la fois de moyens et d’ambition.

218La petite noblesse locale ferait presque meilleure figure, à certains égards. Elle est souvent plus présente et plus active sur le terrain. Elle y prête main-forte, dans la mesure de ses moyens, au seigneur et au paysan en mauvaise posture. Ce n’est pas sans risque. Si elle ne connaît pas, dans l’ensemble, un déclin spectaculaire, ses moyens – jamais très considérables – diminuent au fil des années et du siècle. Elle glisse insensiblement du camp des prêteurs au camp des débiteurs.

219Si bien que les paysans se trouvent, dans une large mesure, livrés à eux-mêmes et à leurs propres ressources. Faute de pouvoir faire appel autant qu’ils en auraient besoin au seigneur ou au bourgeois, ils en sont réduits à compter sur leur voisin. Ils ont vite fait le tour de ses disponibilités financières. Dans une région où les coqs de village n’existent guère, qui prête un jour doit emprunter le lendemain. La responsabilité du financement des entreprises rurales retombe trop sur les paysans. Elle les écrase.

220Ni « l’argent de la terre », ni « l’argent du commerce », ni « l’argent de la famille » – on ne fait pas tous les jours un beau mariage – ne sauraient compenser cette pénurie du crédit. Faute d’argent, aussi, la reconstruction des campagnes limousines est mal partie.

Notes

1 L'expression « ville champestre » est empruntée à Froissait qui l'emploie couramment, notamment pour évoquer le pillage des campagnes et des villages. Elle a été choisie ici pour son ambiguïté même. Elle a paru convenir à l'objet de l'enquête qui s'attache à analyser les rapports financiers entre une ville des champs et ses campagnes. Saint-Léonard est en effet une « ville ·, au sens médiéval du terme. Elle est une – ville à consulat – et cette organisation administrative fait d'elle une ville authentique. Il faut cependant avouer que par le nombre de ses habitants, c'est une bien petite ville qui a des allures de gros bourg rural : une étude sur Saint-Léonard aux XIVe et XVe siècles avance le chiffre de 1800 habitants (MARCELLAUD (A.M.), Le prieuré de Saint-Léonard à la fin du Moyen Age, Maîtrise, Paris I, 1971, p. 18), chiffre difficile à vérifier mais pas invraisemblable. Chalus, pôle secondaire de l'enquête ne possède pas d'organisation politique autonome et ne compte sans doute que quelques centaines d'habitants. Il s'agit donc d'un bourg avec, selon le témoignage des registres du notaire Jean Fabre, une petite population de marchands, artisans et paysans. Enfin les clients des notaires Bordas à Saint-Léonard et de Fabre à Chalus se recrutent en grande partie parmi les gens des campagnes vivant dans des villages – c'est sans doute le sens exact de « ville champestre » sous la plume de Froissait, influencé par l'antique villa – et surtout dans les hameaux et les écarts. Le Limousin est en effet une région d'habitat dispersé dans laquelle le village même ne joue qu'un rôle mineur, chef-lieu de paroisse avant tout. La très grande majorité des actes passés par les ruraux, seigneurs et paysans, précise à la fois le lieu dit où habite le client et la paroisse dont il dépend (Ex : Martial Balassat, dit Chassagnac, habitant du lieu de Chassagnac, paroisse de Saint-Léonard ; 4 E 1, 4 fo 46).
La formule « l'argent de la ville champestre » prétend donc, à la fois, évoquer les échanges entre une petite ville, un bourg et leur plat pays et les échanges entre les habitants des villages, des hameaux et des écarts. Il s'agit d'étudier ainsi les circuits ruraux de financement de la reconstruction des campagnes.

2 Les notaires Sudraud et Mingon ont laissé, par exemple, des registres consacrés aux seules affaires du Chapitre cathédral de Limoges de 1453 à 1496 (A.D. Vienne, 4 E 1, 29).

3 Registres du notaire Brevis de Limoges, de 1463 à 1483. Certains autres registres, absents des archives départementales, n'ont pu être consultés.

4 TRICARD (J.), « Livres de raison et présence de la bourgeoisie dans les campagnes limousines (XIVe-XVe siècles) », Campagnes médiévales, l'homme et son espace, Mélanges offerts à Robert Fossier, p. 710-713 ; GUIBERT (L.) éd., Le livre de raison d'Etienne Benoist (1426), Limoges, 1885 ; idem avec le concours de LEROUX (A.), CUSSAC (de) (J. et P.) et LECLERCQ (abbé) éds., Livres de raison, registres de famille et journaux individuels limousins et marchois, Paris-Limoges, 1888 p. 175-186.

5 Livre de raison de Pierre Espéron, juge de Saint-Junien (29 août 1384-22 octobre 1417 et 24 juillet 1443), Guibert (L.) ed. avec le concours de LEROUX (A.), CHAMPEVAL (JB), LECLERCQ (abbé) et MOUFLE (L.), Nouveau recueil des registres domestiques limousins et marchois, t. 1, Paris-Limoges, 1895, p. 25-81 ; le registre des comptes ruraux, contrats et notes diverses des Massiot (1431-1490), Livres de raison... p. 105-174 ; le registre domestique de Guillaume et Hugues de Quinhard, bourgeois de Brive (12 juin 1455-12 mars 1509), Nouveau recueil..., p. 91-108 ; le mémorial de Jean et Pierre Roquet, bourgeois de Beaulieu, (2 janvier 1478-9 mai 1525), ibid., p. 118-153·

6 « Livres de raison et présence de la bourgeoisie... » p. 717.

7 Nouveau recueil... p. 156. Le chiffre de vingt baux est certainement un chiffre minimal puisque l'éditeur du livre des Massiot, Louis GUIBERT, n'en n'a publié que des extraits et a souhaité éviter la publication d'actes de même type – trop répétitifs ».

8 « Livres de raison et présence de la bourgeoisie... » p. 717-719 : Martial Chauvour, par exemple, a passé de 1475 à 1480 une dizaine de contrats à cheptel avec les Massiot, d'après un compte de leur livre (Livres de raison... p. 137-139). Il s'agit d'un paysan vivant dans la zone d'influence des Massiot, près de Saint-Denis-des-Murs (Chauvour, Hte Vienne, c. St Denis-des-Murs, cant. Saint-Léonard-de-Noblat, ar. Limoges).

9 Ibidem, p. 719-720.

10 A.D. Ηte Vienne 4 E1, 1 – 4 E1, 8 Saint-Léonard est situé à une vingtaine de kilomètres à l'est de Limoges ; cf. carte p. 224-225..

11 A.D. Hte Vienne, D 297-298 (« Terriers de Fabre · I et II). Chalus est situé à une trentaine de kilomètres au sud de Limoges, aux frontières du Limousin et du Périgord, à cinquante kilomètres environ au sud-ouest de Saint-Léonard) ; cf. carte p. 224-225.

12 PEROUAS (L.), BARRIERE CB.), BOUTTIER (J.), PEYRONNET (JC.), TRICARD (J·), Léonard, Marie, Jean et les autres, les prénoms en Limousin depuis un millénaire, Paris, 1984, p, 56-60 ; TRICARD (J.), De Guillaume à Jean et Léonard : le temps des consolidations (XIIIe-XVIe siècle) ?, rapport initial p. 5-10.

13 Le rôle financier joué par ces petits notaires ruraux du Limousin est différent de celui que tiennent ailleurs d'autres notaires pourtant d’une autre envergure ; on pense notamment aux notaires ruraux italiens. Dans une communication faite en mars 1994 à un séminaire de Monique Bourin sur le “notaire au village », à l'Université de Paris I, Odile Redon a montré que les ruraux du contado de Sienne allaient traiter l’essentiel de leurs problèmes d'argent devant les notaires de Sienne même, réduisant à peu de choses le rôle financier des notaires de campagne. On a déjà vu que les gens de la campagne limousine n'avaient que peu de chances d'en faire autant auprès des notaires de Limoges. D'où l'importance, un peu inattendue, du rôle financier joué par les notaires des petites villes comme Saint-Léonard et même Chalus. On n'en déduira pas, on le verra par la suite, qu'ils brassent des capitaux considérables.

14 A.D. Hte Vienne, 4 E 1, 1 et 4 E 1, 2 II n'est pas sûr que ces mois sont complets.

15 A Grasse, la fréquentation du notaire et la demande de crédit sont » plus accentuées durant certaines saisons : au printemps et surtout aux mois d'avril et mai et à la fin de l'automne, en novembre et décembre » (MALAUSSENA (P.L.), La vie en Provence orientale aux XIVe et XVe siècles. Un exemple : Grasse à travers les actes notariés, Paris, 1969, p. 230-231). Ce calendrier de la fréquentation des notaires grassois est assez proche de celui des Bordas. En revanche, D. POPPE en évoque un autre pour Reillannes au XIVe siècle, avec un maximum principal entre octobre et décembre, un maximum secondaire entre mars et mai (POPPE (D.), Economie et société dans un bourg provençal au XIVe siècle, Reillannes en Haute Provence, Prague, 1980, p. 162-164).

16 Graphique de la fréquentation de l'étude Bordas p. 226.

17 Carte des clients du notaire p. 224-225.

18 « Livres de raison et présence de la bourgeoisie.... » p. 714-722.

19 Quatre cent quatre-vingt-treize exactement.

20 Quinze serfs sur deux mille trente-sept paysans.

21 Le Limousin, comme nous l'avons dit, est un pays d'habitat dispersé : la grande majorité des paysans vit dans un « mansus sive locus », qui correspond à un lieu-dit, hameau ou écart. Le village n'a pas un rôle majeur, sinon paroissial. C'est peut-être pourquoi on n'a pas trouvé trace d'une communauté villageoise. En revanche, les communautés paysannes plus réduites comme la comparsonnerie correspondent souvent à des hameaux, comme on l'a vu au chapitre consacré aux communautés paysannes p. 108-115.

22 On relève parmi les clients des Bordas, trente-cinq bouchers, trente-six forgerons, vingt-six tanneurs et cordonniers.

23 Quarante-trois tailleurs, vingt-sept tisserands, liceurs et tondeurs de drap.

24 Exemple : le lieutenant du bailli.

25 Soixante-douze chevaliers contre cent soixante-sept écuyers.

26 Cent seize personnes sur quatre cent seize membres du clergé. VINCENT (C.), Des charités bien ordonnées. Les confréries normandes de la fin du XIIIe siècle au début du XVe siècle, Paris, 1988 p. 83-109.

27 Les deux clientèles n'ont pas tout à fait la même composition. Le nombre réduit d'actes passés devant le notaire Fabre a conduit à prendre essentiellement en compte le « modèle Bordas ».

28 A.D. Hte Vienne, 4 E 1, 4 f. 30.

29 Exemple : – composition et accord. entre la collégiale de Saint-Léonard et Antoine Chaussade sur une somme de 12 l.t. (Ibid, 4 E 1, 5 fo 101 (2 octobre 1468).

30 Le · compte final · entre les frèves Valles et un bourgeois de Saint-Léonard, par exemple, est de 7 l.t. (4 E 1, 1 fo 89). Il y en a de plus modestes, 78 s.t. entre Etienne Mortaux et Léonard Michel, deux paysans.

31 Louis Guibert écrivait déjà à la fin du XIXe siècle que « ce contrat équivaut, en somme, à un prêt hypothécaire dont le bétail est la garantie et dont les intérêts sont représentés par la part du créancier dans le produit des ventes (Nouveau recueil... p. 30-31).

32 On a également utilisé les indications données sur les crises monétaires et l'évolution des monnaies par FOURNIAL (E.), Histoire monétaire de l'Occident médiéval, Paris, 1970, p. 97-138.

33 Une rubrique « cas particuliers » a permis de ne pas perdre des indications originales, n'entrant pas dans les catégories précédentes mais susceptibles de fournir un complément d'information.

34 Graphiques sur « l'argent de la terre » p. 227-231. Est-il besoin de souligner que la distinction que faisaient naguère les historiens entre « régions de fermage » et « régions de métayage » ne vaut pas, pour le Limousin comme pour d'autres. Le Limousin est réputé « terre de métayage ». Or on trouve dans les registres des Bordas et de Fabre contrats de fermage et contrats de métayage.

35 A.D. Hte Vienne, 4E 1, 4, fo 190 vo (afferme du 8 décembre 1454).

36 Les plus anciens contrats passés par les bourgeois datent de 1455, 1458 et 1459 (« Le métayage en Limousin... » p. 8). Mais c'est seulement à la fin du siècle et au début du suivant que la bourgeoisie léonarde multiplie ces contrats et domine le marché du métayage : Léonard Chaussade, un des premiers clients des Bordas, passe un bail à métayage, aux trois blés et pour dix-neuf ans, sur les lieux de Blanzac et Ramassort avec les frères Mathieu et Martial de Blanzac. Opération d'envergure mais tardive, le 12 juin 1481. Elle se place après la principale phase de reconstruction rurale. Elle annonce plutôt la prise en mains des campagnes après la crise par des bourgeois de Saint-Léonard.

37 A.D. Hte Vienne, 4 E 1, 3, fo 48.

38 Proposés dès les années 1370, et peut-être avant, par les élites traditionnelles, seigneurs laïcs et ecclésiastiques, les premiers contrats de fermage sont assez favorables aux paysans : un contrat de fermage de 1404 propose un bail de dix ans et la possibilité pour le fermier de déguerpir sans frais.

39 Les bourgeois ne passent leurs premiers contrats de fermage qu’à partir des années 1450.

40 Six contrats d'afferme seulement, pour un total inférieur à 80 l.t.

41 Seize baux contre douze. Les fermiers d'origine paysanne sont tour à tour au service de nobles, d'institutions ecclésiastiques et de bourgeois.

42 « La tenure en Limousin et Marche » p. 32-33.

43 A.D. Hte Vienne, 4 E 1, 3 fo 89, 4 E 1, 5 fo 102 (10 mars 1469 n.s.) 4 E 1, 6 fo 55 (2 avril 1467).

44 Ibid, 4 E 1, 3 fo 12, f 110 νo (1er août 1461), 4 E 1, 4 fo 48 vo (2 avril 1457 n.s.).

45 Ibid, 4 E 1, 4 fo 46 vo (3 novembre 1457).

46 Les vicomtes d'Aubusson comptent parmi les premiers seigneurs de la Marche et du Limousin et sont réputés de très ancienne origine. Au XIVe siècle, Guy d'Aubusson se distingue dans le parti français au moment de la reconquête de la province par Charles V ; plusieurs seigneurs d'Aubusson furent chambellans de Charles VII (LECLER (A.), Nobiliaire du diocèse et de la généralité de Limoges, Paris, nouvelle éd. 1974, t. 1, p. 44-58).

47 A.D. Hte Vienne, 4 E 1, f 40 (28 août 1456).

48 Ibid, 4 E 1, 5 fo 72, « repaire » de Chalivrat.

49 Ibid, D 297 fo 65.

50 Jean Robot achète à un bourgeois de Chalus les « lieux » de la Peytantie et de la Jaffardie (Ibid, D 298 fo 24).

51 Ibid, 4 E 1, 5 fo 93, 27 juin 1468.

52 Vente de notaire à notaire d'un tènement en 1404 (A.D. Hte Vienne, 4 E 1, 2 fo 108).

53 191 l.t. seulement.

54 Exactement 946 l.t.

55 A.D. Hte Vienne, 4 E 1, 7 fo 10 (30 juillet 1479).

56 Ibid, 4 E 1, 7 fo 26 (3 août 1479).

57 Ibid., D 298, fo 96 vo (2 janvier 1462 n.s.).

58 Ibid., 4 E 1, 7 fo 50 (9 février 1480).

59 Ibid., 4 E 1, 7 fo 50 vo (9 février 1480).

60 Pour les seize « lieux » achetés par les paysans dont nous connaissons le prix de vente.

61 A.D. Hte Vienne, 4 E 1, 3 fo 96 (25 avril 1461). Les Dupuy ont-ils épuisé dans cette opération toutes leurs réserves financières ou satisfait toutes leurs ambitions ? A campagnes pauvres, coqs de village modestes ?

62 « La tenure en Limousin... » p. 32.

63 Proportionnellement à leur surface, une vigne ou un pré coûtent cependant plus cher qu'un « lieu ».

64 CHARBONNIER (P.) dir., Les anciennes mesures locales du Massif Central d'après les tables de conversion, Clermont Ferrand, 1990 ; TRICARD (J.), « Les anciennes mesures locales du Limousin (Haute-Vienne) » p. 10 : la séterée de Saint-Léonard est égale à 28 ares 49 d'après le « tarif à l'usage des notaires » et le – tableau de comparaison entre les anciennes mesures en usage dans le département de la Haute-Vienne et les nouvelles mesures métriques ». Elle vaut 30 ares 77 d'après le « tableau de l'An VII », 28 ares 49 d'après la « notice sur les mesures agraires en usage dans le département de la Haute-Vienne ». En s'appuyant sur le » tarif des notaires », le plus fiable, on obtient une moyenne de 56 ares 98. Il est plus prudent – limite de la fiabilité des tables de conversion aidant, surtout pour les mesures médiévales – de considérer que ces calculs ne peuvent fournir que des ordres de grandeur.

65 A.D. Hte Vienne, 4 E 1, 4 fo 58,4 E 1, 5 fo 7, 4 E 1, 8 fo 63, D 297 fo 8.

66 Qui sait si l'on ne s'empare pas de la terre du voisin avec quelque satisfaction ? Il y a des rapports de force au village qui restent inconnus à l'historien et qui ne sont peut-être pas toujours sans relation avec le prix de la terre.

67 La moitié des vendeurs sont des paysans.

68 Il ne faut cependant pas oublier que l'on ne voit ici que les vignes qui changent de main. Il existe aussi tout un vignoble, sans doute plus important, qui reste à ses anciens propriétaires. On peut imaginer que les seigneurs ecclésiastiques (« Les limites... » p. 26) et laïcs, voire les bourgeois dans la banlieue de leur ville, (« Livres de raison et présence de la bourgeoisie – p. 714-717) y sont nombreux.

69 A.D. Hte Vienne, 4 E 1, 8 fo 57 ; l'acheteur est un vigneron, Léonard Noaille, qui possédait déjà la vigne voisine. Des éléments qui ont pu avoir une influence sur le prix.

70 Il n'est pas impossible, cependant, que les auteurs aient été plus sensibles au saccage des vignes qu'au saccage des champs. Réaction de propriétaires ? Héritage culturel ?

71 Robert Boutruche avait déjà signalé ce handicap (op. cit., p. 428-429).

72 La formule « terre autrefois vigne » apparaît, par exemple, dans un acte d'investiture passé par Léonard Chaussade le 10 octobre 1471 (4 E 1, 3 fo 93) et dans un autre acte du 16 octobre 1471 (4 E 1, 3 fo 93 vo). Mais elle est, au total, peu fréquente et, si recul de la vigne il y a, ce recul n'est pas spectaculaire. Il n'y a pas de profondes transformations du paysage rural alors.

73 Dix-huit actes de vente contre dix-neuf.

74 Sept ares environ.

75 Jean Vouraille dit Felletin achète à Jean Guillot un jardin situé dans la ceinture horticole de Saint-Léonard, si l'on en juge par les confronts constitués par d'autres jardins (A.D. Hte Vienne, 4 E 1, 6 fo 25 vo).

76 Douze actes de vente seulement.

77 Six ventes pour un achat.

78 La superficie du « journal » n'est jamais indiquée dans les tables de conversion des mesures anciennes en mesures modernes du Limousin. Cette notion s'est-elle perdue entre le Moyen Age et la Révolution ? Rien n'est moins sûr. Quelques indications relevées dans les archives permettent d'estimer le journal de pré à quelque 30 ares en Haut-Limousin (La tenure... p. 24). Les prés évoqués dans les actes notariaux peuvent donc avoir des superficies entre 15 ares et un hectare.

79 ) A.D. Hte Vienne, D 297 fo 97 vo.

80 La châtaigne tient une place importante dans les « fruits » laissés aux métayers dans les baux à métayage, qui donnent de bonnes indications sur les productions agricoles en Limousin (« Le métayage... » p. 12 et 18). La châtaigne a été considérée comme « le pain du pauvre » en Limousin jusqu'au XXe siècle.

81 Le bois n'est même pas défini par le nombre de porcs qu'il peut nourrir alors qu'il y a, dans les actes, des exemples de paisson.

82 A.D. Hte Vienne, D 298 fo 9, 4 E 1, 1 fo 36 et f 79 V, 4 E 1, 7 fo 34.

83 Ibid., 4 E 1, 5 fo 118 (1er juillet 1470).

84 Les bourgeois achètent pour 300 l.t. de biens fonciers à des nobles. Ils leur en vendent pour 136 l.t..

85 Le clergé peut passer d'autres actes devant ses propres notaires.

86 Six cas seulement pour les paysans.

87 A.D. Hte Vienne, 4 E 1, 1 fo 5 (5décembre 1370).

88 Ibid., fo 52 (5 février 1374).

89 Il serait invraisemblable d'interpréter la faiblesse des chiffres comme l'indice de besoins d'argent limités. En revanche, elle peut s'expliquer, aussi, par la faiblesse de la demande sur le marché immobilier.

90 A.D. Hte Vienne, 4 E 1, 1 fo 34 (ventes du 2 et du 7 septembre 1372).

91 Ibid., 4 E 1, 8 fo 38, 45 vo, 46 (ventes du 26 juillet, du 3 et 11 décembre 1491).

92 Ibid, 4 E 1, 5 fo 13, 4 E 1, 6 fo 12.

93 Graphiques p. 232-233.

94 A.D. Hte Vienne, 4 E 1, 8 fo 29 et f 47.

95 La formule rappelle les formules testamentaires traditionnelles.

96 A.D. Hte Vienne, 4 E 1, 2 fo 58 (6 novembre 1395).

97 On peut rapprocher cette attitude de celle d'Etienne Benoist déplorant, dans son livre de raison, l'ingratitude des enfants et leur impatience à hériter (« La mémoire des Benoist... » p. 135).

98 A.D. Hte Vienne, 4 E 1, 3 fo 137. l'acte date de 1492.

99 Ibid., 4 E 1, 2 fo75 v-76 (1er septembre 1430). Un consul de Saint-Léonard est nommément désigné pour distribuer cette aumône. Il s'agit de Léonard Doynes.

100 Ibid, 4 E 1, 6 fo 12-13 (6 mai 1466).

101 Ibid, 4 E 1, 4 fo 55 (23 avril 1457).

102 Ibid, 4 E 1, 1 fo 75 v (1467).

103 Ibid, 4 E 1, 1 fo 60. Notons que ce mariage se situe à la fin du XIVe siècle : la mésalliance – si elle existe – ne peut s'expliquer encore par une « crise de la noblesse ».

104 Ibid, 4 E 1, 3 fo 100.

105 Ibid., f 25 V.

106 Ibid., D 298, fo 80.

107 Ibid., 4 E 1, 5 fo 58 ; Janailhac, Hte Vienne, cant. Nexon, ar. Limoges. On retrouve la même attitude chez des artisans : Jean Conchie, tisserand de Saint-Léonard, dote ses trois filles de 10 l.t., une vache et six moutons.

108 Ibid., 4 E 1, 7 fo45 (25 février 1480 n.s.).

109 Ibid., 4 E 1, 1 fo 43 0370).

110 Il peut aussi y avoir le souci de ne pas trop se démunir d'argent, particulièrement en période de reconstruction des campagnes. La « peur de manquer » peut expliquer une telle attitude.

111 Exactement 77 l.t. et 86 l.t..

112 A.D. Hte Vienne, 4 E 1, 7 fo140. Les Massiot dotent richent leurs filles.

113 Soit entre 17 et 43 l.t.

114 BIGET (J.L.) et TRICARD (J.), art. cit. p. 322 n. 8

115 LAFONT (J.), Régimes matrimoniaux et mutations sociales, les époux bordelais (1450-1550), Bordeaux, 1972.

116 A.D.Ηte Vienne, 4 E 1, 1 fo 31.

117 Ibid, fo 50.

118 Ibid, 4 E 1, 8 fo 66 vo.

119 Ibid, 4 E 1, 2 fo64vo.

120 Ibid, fo 11.

121 Graphiques p. 233-235.

122 Un seul contrat évoque la vente de fourrure, trois de sel et de vin.

123 Sur les 715 l.t., 369 l.t. doivent revenir à des « marchands et bourgeois » (51 %), 142 l.t. à des paysans (20 %), 75 l.t. à des nobles ou à des artisans (10,5 %), 57 l.t. à des membres du clergé (8 %).

124 Cette situation traduit-elle un climat de méfiance à l'égard de la vente à crédit ?

125 On peut notamment mesurer la place tenue par l'élevage dans l'économie rurale limousine à travers l'étude des baux à cheptel et des contrats de métayage (« Le métayage... » p. 11-18).

126 Le « marché officiel » de l'élevage, qui se passe devant notaire, ne s'intéresse-t-il qu'au gros bétail et laisse-t-il à un « marché officieux », fait de contrats oraux, et ouvert aux humbles, l'essentiel du « marché des ovins et des porcins » ? A contrario, certaines ventes et baux à cheptel concernent des ruches. Le marché des abeilles et du miel est-il plus important que le marché des ovins et des porcins ?

127 Le pourcentage des paysans qui passent devant notaire est cependant certainement inférieur au pourcentage réel des paysans dans cette société rurale.

128 Aucun bourgeois ni même aucun boucher n'apparaît comme un gros acheteur, ou un gros vendeur.

129 Cet aspect du bail à cheptel a déjà été évoqué dans l'article, « Livres de raison et présence de la bourgeoisie... » p. 717-719 et au début de ce chapitre.

130 Les bourgeois passent au moins huit baux à cheptel entre 1370 et 1380, pour 72 l.t. au total, soit une moyenne de 9 l.t. par contrat.

131 A.D. Hte Vienne, 4 E 1, 1 fo 39 vo, fo 63, fo 96 vo. Jean Puyfaucher vit dans la paroisse de Saint-Etienne de Noblat, dans la banlieue de Saint-Léonard.

132 Ibid., fo 93, fo 96 vo, fo 111. Pierre Duteil vit à Saint-Léonard.

133 Ibid., 4 E 1, 2 fo 44, fo 45 (25 mai et 30 septembre 1405).

134 Ibid., fo 52 et 53. Les actes ont été passés les 2 mai, 2 et 7 juillet 1403, 22 et 23 août 1405. Le chanoine a-t-il régularisé ses affaires avec Pierre Jeantaud, Jean Broussot et Piere Nat en deux ou trois passages devant notaire ?

135 A travers les archives Bordas, ont été confiés à cheptel onze taureaux, douze taurillons, trente-quatre bœufs, quatre-vingt-deux vaches, quarante-sept veaux, cinquante et une génisses, soit deux cent trente-sept bovins. Il faut y ajouter une centaine de moutons, soixante et onze porcs, sept chèvres et quarante-six ruches pour cent neuf baux à cheptel.

136 Dans beaucoup de contrats qui associent plusieurs types d'animaux, il n'est donné qu'une estimation financière globale du troupeau. On est ainsi privé de la connaissance du prix de chaque bête. Une telle estimation globale facilite les estimations frauduleuses : le bailleur impose ses chiffres et son prix sans les justifier bête par bête. Ce prix global camoufle plus facilement encore l'intérêt.

137 41 bailleurs paysans.

138 On ne sait quelle allure avaient les bovins estimés dans ces baux à cheptel : rien évidemment sur leur poids, qui grossit avec les années d'embouche, rien sur leur modèle. Seulement des précisions sur leur pelage qui est mentionné dans l'acte pour éviter des substitutions : plus de 90 % de ces bovins ont une couleur qui tourne autour de toutes les nuances du rouge. Du rouge même au roux, en passant par le fauve, le vermeil, le chamois, le châtain. Des tons qui évoquent la couleur des bovins de race limousine d'aujourd'hui.

139 A.D. Hte Vienne, D 298 fo 109 et f 117 vo (29 septembre 1453 et 5 janvier 1454 n.s.). Lors de la première prise à bail, les frères Roche agissent ensemble, en frèrèche, ce qui leur donne peut-être davantage de possibilités financières. Mais la seconde est menée par un seul, signe de rupture ou de souplesse de l'association. Les deux paysans qui prennent les bêtes à bail habitent tous les deux le « lieu » de Vachaumard (Dordogne, c. Saint-Saud-Lac oussière, cant. Saint-Paroloux-la Rivière, arr. Nontron).

140 Graphiques p. 236-240.

141 Les paysans reçoivent 40 l.t. au total, en déboursent 275. STOUFF (L.), Arles à la fin du Moyen Age, Aix-en-Provence, 1986, p. 133, insiste sur le fait que le débiteur peut ainsi demander de nouveau de l'argent à son créancier sans avoir réglé ses dettes précédentes.

142 Ces paysans remboursent 155 l.t. à des bourgeois, 40 l.t. à d'autres paysans.

143 1 457 l.t. sur 1962.

144 A.D. Hte Vienne, 4 E 1, 2 fo 54 (20 octobre 1390).

145 Ibid., 4 E 1, 4 fo 36 et 56 (6 juin et 24 novembre 1454).

146 Ibid., 4 E 1, 3 fo 62 vo (28 janvier 1439 n.s.).

147 Ibid., 4 E 1, 1 fo 51 et 95 ; 4 E 1, 2 fo 49 vo. Il existe à Saint-Léonard dans la clientèle des Bordas deux familles portant le nom de Daniel, l'une noble et l'autre bourgeoise.

148 Ibid., 4 E 1, 1 fo 33 (21 septembre 1372).

149 Ibid., 4 E 1, 2 fo 602 (28 décembre 1395).

150 Ibid., fo 117 (5 novembre 1384).

151 6 % des sommes seulement du total emprunté l'ont été à des nobles, moins de 20 % à des hommes d'Eglise.

152 Exactement 1457 l.t.. Si on considère que l'énorme rente achetée par Léonard Chaussade et Jacques Daniel fausse les calculs et qu'on l'en exclut, le prêt moyen consenti par les bourgeois aux nobles est encore de 55 l.t..

153 A.D. Hte Vienne, 4 E 1, 1 fo 8, f 90, f 94. Jean Clément passe quatre actes d'achat de rentes entre 1375 et 1378, Guillaume Doynes quatre.

154 Ces conclusions confirment celles qui ont été tirées de l'étude des livres de raison (« Livres de raison et présence de la bourgeoisie... » p. 720-721). Eybouleuf et Saint-Denis-des-Murs se trouvent précisément dans cette « zone d'influence » des Massiot définie dans cet article.

155 A.D. Hte Vienne, 4 E 1, 1 fo 72 vo (le 8 janvier 1376 n.s.) ; deux autres actes seulement de vente à réméré ont été passés avant la fin du XIVe siècle, un le 11 mars 1394 (n.s.) (4E1, 2 fo 11 vo) l'autre le 25 avril 1395 (fo 116).

156 A.D. Hte Vienne, 4 E 1, 4 fo 19 vo (1452).

157 Ibid., 4 E 1, 8 fo 50 (29 décembre 1491). La formule « pour un certain temps » peut être rapprochée de la formule utilisée dans les reconnaissances de dettes, remboursement « à la volonté » du prêteur. Elle témoigne d'une dépendance accrue des débiteurs à l'égard de leurs créanciers à la fin du XVe siècle. Elle peut aussi être mise en parallèle avec les conditions beaucoup plus rigoureuses imposées par les propriétaires à leurs métayers à la même époque (« Le métayage... » p. 12-18).

158 A.D. Hte Vienne, 4 E 1, 1 fo 82 vo (30 avril 1377).

159 Ibid., 4 E 1, 5 fo 3 vo (1461).

160 Ibid., 4 E 1, 3 fo 120 (24 mars 1461), fo 139 v (11 février 1462 n.s.).

161 C'est le cas, par exemple, des paysans du Nouhaud, près de Saint-Léonard, qui avaient vendu une « terre et pré », avec une échéance de rachat à cinq ans, à un marchand, Jean Fraisseix dit le Jay (Ibid., 4 E 1, 7 fo 152 vo (3 mars 1481 n.s.).

162 On constate que les paysans pratiquent peu le système : une dizaine de contrats seulement, toujours comme vendeurs, pour de petites sommes (10 l.t. environ) qui ne mettent en jeu que des éléments volants, terres, vignes ou prés.

163 Rien ne permet de connaître les taux d'intérêt effectivement pratiqués. On n'a pas trouvé trace, non plus, de prêts sur gage dans les registres notariaux. On sait pourtant qu'ils sont pratiqués en Limousin puisque les livres de raison, particulièrement celui des frères Roquet, en parlent (« Livres de raison et présence de la bourgeoisie... » p. 719-720).

164 A.D. Hte Vienne, 4 E 1, 3 fo 112 (3 août 1461).

165 Ibid., fo 113 (1er mai 1462).

166 On ne rencontre pas deux actes concernant la même affaire, portant reconnaissance d'une dette puis de son remboursement. C'est la cancellation d'un acte de reconnaissance de dette qui indique que le prêt a été remboursé.

167 Vingt-quatre actes d'emprunt contre trente-huit de prêt. Le nombre d'actes est réduit, la valeur de chacun élevée.

168 Emprunts de 83 l.t. à Léonard Chaussade en 1463 et de 16 l.t. à un tonnelier, Audouin Lebloy, en 1467 (A.D. Hte Vienne, 4 E 1, 6 fo 83

169 Les prêts sont notamment faits à des notaires de Saint-Léonard comme Nicolas Hugonnaud, Léonard Benet ou Jean Valière. On ne peut savoir si ces notaires empruntent pour eux ou pour leurs clients. Il serait pourtant fort utile de connaître si les notaires léonards jouent le rôle d'animateurs du crédit.

170 Il est de 41 l.t. pour les bourgeois en moyenne.

171 Les affaires des Chaussade seront étudiées plus systématiquement dans la partie du chapitre consacrée aux « gros clients » des Bordas.

172 Il serait tentant d'opposer, à partir de ces remarques, une « reconstruction du XIVe siècle » s'appuyant essentiellement sur des crédits d'origine aristocratique et une – reconstruction du XVe siècle – avant tout fondée sur des crédits bourgeois. Mais ces derniers arrivent bien tard et le crédit aristocratique n'a pas disparu après 1400. N'oublions pas non plus la faiblesse de ces crédits. Leurs moindres évolutions font apparaître des oppositions plus apparentes que réelles.

173 A.D. Hte Vienne, 4 E1, 1 fo 59, 73, 75, 94 ; 4 E 1, 2 fo 43, 59, 111.

174 Ibid., 4 E 1, 3 fo 9, 4 E 1, 6 fo 47.

175 Ibid., D 297 fo 46, 88.

176 Ibid., D 298, f 1336, 141, 170, 171, 184, 188.

177 La collégiale de Saint-Léonard, le prieuré de l'Artige et le prieuré d'Aureil sont parmi les premiers clients des Bordas.

178 Le cas de ce prêtre a déjà été évoqué à propos des rentes constituées. Son activité financière sera analysée systématiquement dans la partie du chapitre consacrée aux « gros clients ».

179 Dans le monde des humbles, les petits prêts entre voisins ne justifient sans doute pas le passage devant notaire et l'acte écrit. Que représente ce « prêt oral » ?

180 Leur participation au marché de la dette se monte à 405 l.t. autant que le clergé. Les mobiles divergent, insignifiance pour les uns, réserve pour les autres.

181 Il s'agit peut-être d'une régularisation par écrit, devant notaire et en bloc de prêts faits, en réalité, à diverses dates.

182 A.D. Hte Vienne, 4 E 1, 3 fo 22 et 22 vo.

183 Ibid., fo 26 (10 mai 1433).

184 Ibid., fo 38 vo. Cet acte date de 1433, un des moments de crise majeure dans les campagnes limousines. On fait alors feu de tout bois.

185 C'est aussi le délai le plus fréquent pour rembourser une dette chez les notaires des villes provençales (MALAUSSENA (P.L.), op. cit. p. 280, POPPE (D.), op. cit., p. 186, STOUFF (L.), op. cit., p. 306).

186 Cent vingt-quatre actes de remboursement contre trois cent vingt et un actes de reconnaissance de dette. Le total des sommes remboursées est de 18 261.t. contre 4 237.

187 A.D. Hte Vienne, 4 E 1, fo 42, 42 vo, 454, 88 vo, 108 νo, 4 E 1, 2 fo 44 vo, 111 vo, 4 E 1, 7 fo 895. Ce genre de formule devient de plus en plus rare au XVe siècle.

188 Les remboursements de dettes au profit de bourgeois représentent 55 % du total des sommes remboursées des années 1370 à 1450 ; 76 % des années 1450 à 1490.

189 A.D. Hte Vienne, 4 E 1, fo 93 (25 janvier 1378 n.s.)

190 Prêt de 60 l.t. à un écuyer Michel Jornet en 1465 et trois autres écuyers.

191 12 098 l.t. pour les prêts, 9 266 l.t. pour les rentes constituées.

192 Les nobles empruntent 2 208 l.t., en prêtent 1 804.

193 Les nobles empruntent une moyenne de 44 l.t. par opération contre 42 l.t. les bourgeois ; leurs prêts sont de 32 l.t. en moyenne contre 19 l.t. aux bourgeois.

194 Les hommes d'Eglise empruntent 355 l.t., les artisans 365. Les premiers n'éprouvent pas la nécessité de recourir au crédit, les autres n'en ont guère la possibilité.

195 La participation financière des clercs au marché de l'emprunt ne s'élève qu'à 877 l.t. contre 577 l.t. aux artisans et 2646 l.t. aux paysans ; le montant moyen de leurs opérations 7 l.t. 1/2 n'est guère plus élevé que celui des paysans, 6 l.t. 1/2.

196 Ces « années de fréquentation » ne sont pas obligatoirement des années complètes.

197 Vingt-trois reconnaissances foncières passées en 1466 au nom du seigneur d'Aubusson pour 35 l.t. 1/4 et quatorze setiers de blé.

198 Faute de connaître le prix du setier de blé à Saint-Léonard, on a pris, arbitrairement, le prix du setier de seigle indiqué dans les forléaux de Limoges en 1466 et 1467, 2 s.t. 1/2. Il est vraisemblable que le prix réel du blé est supérieur à ce cours officiel, destiné à combattre la vie chère. Les bénéfices des Chaussade sont encore plus forts, selon toute vraisemblance, que ceux qui ont été calculés.

199 Ambazac, Hte Vienne, ch.-l.-cant., ar. Limoges.

200 « Métayage... » p. 10 ; Blanzac, Hte Vienne, cant. et ar. Bellac.

201 136 l.t. 1/2 pour les emprunts contre 10 l.t. 1/2 pour les ventes de bétail et 4 l.t. 1/2 pour le bail à cheptel.

202 Cf. leur activité révélée par leur livre de comptes (« Livres de raison et présence de la bourgeoisie... » p. 7-8, 10-11).

203 « Les Massiot et leur livre de comptes : une famille bourgeoise de Saint-Léonard au XVe siècle... » p. 17-18.

204 Les dots des filles Benoist se situent entre 130 et 375 l.t. (« Livres de raison et démographie familiale... » p. 322, note 8).

205 46 l.t. de prêts, 20 l.t. de rentes constituées.

206 On ne trouve cependant trace dans nos registres des Bordas que d'actes passés pendant une dizaine d'années.

207 En revanche, dès 1374, Guillaume Daniel reconnaît devoir de l'argent à un autre écuyer Jean Bardèche ; en 1379, il rembourse une dette à un autre encore, Jean Aramitz. Ce sont de petites sommes et leur remboursement ne compromet pas la fortune des Daniel.

208 Le dernier acte connu dans lequel apparaît Guillaume Daniel, le Jeune, est la vente d'une importante rente constituée à Léonard Chaussade et Jean Doynes.

209 Champnetery, Hte Vienne, cant. Saint-Léonard-de-Noblat, ar. Limoges.

210 Les seigneurs de Laron accordent un accensement avec réduction de rentes à Pierre Chazeur en 1438, à Guillaume Moranges en 1440, à Martin Boire en 1442, à Jean Fabre en 1444 ; ils passent des actes de reconnaissance foncière avec Pierre Laren de Saint-Julien-le-Petit, avec réduction de cens, en 1444 et 1446. Cette dernière année, ils accordent à ce paysan un prêt de 3 l.t.. (Saint-Julien-le-Petit, Hte Vienne, cant. Eymoutiers, ar. Limoges).

211 Nicolas de Laron avance 25 l.t. à Jean Villesabert pour reconstruire sa maison. Le geste est rare et représente un gros sacrifice pour un petit noble.

212 Dont un accensement, en 1434 et deux reconnaissances avec réduction des cens.

213 Une aumône de 10 l.t..

214 En 1378,1e prieur accense trois tenures à un même paysan d'Aureil, Pierre Fouret, peut-être un de ses anciens tenanciers. Un modeste bénéficiaire de la crise commençante.

215 Le prieur d'Altavaux passe dix-neuf actes en huit ans pour un chiffre d'affaires de 145 l.t..

216 Arnac-Pompadour, Corrèze, cant. Lubersac, ar. Brive.

217 Léonard Barraud prête successivement à un écuyer, Jean de Burgnac, à un bourgeois de Saint-Léonard, Jean Bragon et à un autre bourgeois, de Chatelus-le-Marcheix (Creuse, cant. Bénévent-l'Abbaye, ar. Guéret), à un barbier et à un forgeron de Saint-Léonard. Jean Guillot, auquel Léonard Barraud prête 5 l.t., est bien un paysan mais il habite Saint-Léonard, lui aussi.

218 Pour vérifier, de façon satisfaisante, ce que représente la masse monétaire en circulation à Saint-Léonard, à Chalus et dans leurs campagnes, il faudrait pouvoir la comparer avec celle qui circule dans d'autres petites villes et leur plat pays à la même époque. L'entreprise est difficile car le problème a peu retenu l'attention des historiens. Même les travaux portant sur les petites villes de Provence à la fin du Moyen Age n'ont pas toujours abordé franchement la question. P.L. Malaussena indique qu'à Grasse le montant des prêts est généralement « bien minime » : « deux à trois florins, au maximum une dizaine, tels sont les chiffres les plus fréquents dans les contrats » (P.L. MALAUSSENA, op. cit., p. 230). L'étude sur Reillannes porte sur le XIVe siècle seul. La somme des prêts connus accordés dans la seconde moitié du siècle atteint 5 146 sous avec une moyenne de 125,6 sous (D. POPPE, op. cit., p. 166). A Arles, ville d'une autre taille il est vrai, entre 1436 et 1441, les prêteurs juifs ont avancé 5 471 florins en deux cent cinquante-sept prêts, les prêteurs chrétiens 1 894 florins en quatre-vingt-six (STOUFF (L.), op. cit., t. II, p. 751).

© Éditions de la Sorbonne, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search