Version classiqueVersion mobile

Les campagnes limousines du XIVe au XVIe siècle

 | 
Jean Tricard

Chapitre IV. Les hommes de la reconstruction : démographie et solidarités paysannes

Texte intégral

Des bras pour une reconstruction

1Les artisans de la reconstruction sont, au sens plein du terme, tous ceux qui y concourent à leur façon, les hommes qui la dirigent aussi bien que ceux qui la financent et que ceux qui la mettent en pratique sur le terrain.

2Nous venons d’analyser la politique et les méthodes des premiers dans les chapitres précédents. Nous étudierons le financement de la reconstruction des campagnes dans le suivant. Nous ne nous intéresserons ici qu’aux paysans qui furent les bras de cette remise en valeur du Limousin rural.

  • 1 THOMAS (A.), op. cit., donne seulement le chiffre global de l’imposition « octroyée » par les Etats (...)

3La réussite ou l’échec de celle-ci est très largement tributaire du nombre et de l’organisation des rustres. Les archives – les terriers d’abord – ont gardé trace de cette dernière et de la force des solidarités paysannes. En revanche la médiocrité particulière des sources à vocation para-démographique rend toute étude de la population rurale limousine des plus aléatoires et semée de chausse-trapes. Les sources qui remplacent traditionnellement les recensements inconnus au Moyen Age sont plus rares dans les archives limousines qu’ailleurs : sources fiscales détaillées quasi-inexistantes1, sources foncières et judiciaires rares ou de médiocre qualité. Même en faisant feu de tout bois, il est difficile de vérifier la justesse d’idées reçues qui parent la démographie limousine de tous les prestiges.

Le Limousin, un réservoir d’hommes inépuisable ?

  • 2 L. GUIBERT se place dans la tradition de Frédéric LE PLAY. Il rejoint le Provençal Ch. de RIBBE dan (...)
  • 3 Dans la dernière histoire de Limoges (PEROUAS (L.) dir., Histoire de Limoges, Toulouse, 1990) S. LO (...)

4Une tradition historiographique veut que les « Limousins du Moyen Age » aient été dotés d’une kyrielle d’enfants. Elle s’est particulièrement développée au XIXe siècle au sein d’une école historique limousine, dynamique et conservatrice, animée par Louis Guibert. Cet érudit prônait le retour aux temps anciens et proposait en modèle la « famille d’autrefois », parée de toutes les vertus, riche avant tout du nombre de ses enfants, symboles de réussite et d’harmonie familiales2. Aujourd’hui encore, certains adoptent des conclusions démographiques voisines3.

5Le thème de la famille limousine pléthorique paraît implicitement étayé par les travaux de nombreux historiens consacrés à la reconstruction rurale des régions françaises aux XIVe et XVe siècles : tous constatent l’importance de l’immigration limousine dans leur domaine géographique d’étude. Comment ne pas franchir le pas et imaginer, plus ou moins consciemment, qu’elle s’appuie sur une démographie limousine galopante et une grande densité de population, obligeant même un surplus d’hommes à aller chercher ailleurs des terres, un établissement et des conditions de vie qu’une trop forte concurrence leur refusait sur place ? Le Limousin devient ainsi le poumon démographique pourvoyeur sans problème des régions ravagées par la guerre, souffrant d’un déficit de population mais bien plus riches que lui en terres offertes, en proposition alléchantes, et en potentialités agricoles. Dans cette optique, l’importance de l’émigration limousine constituerait donc le meilleur indice de la bonne santé de la démographie régionale.

La situation démographique du Limousin en 1328

6Le dynamisme démographique du Limousin est-il une légende ou une réalité ? Les limites même de la documentation en la matière entraînent une enquête à dimensions multiples et à conclusions toujours sujettes à caution.

7Le seul document d’envergure sur lequel on peut s’appuyer pour toute la période est le célèbre « Etat des paroisses et des feux » de 1328. Il donne au Limousin 25421 feux pour 234 paroisses. Il ne s’agit, en fait, que de la sénéchaussée de Limoges qui englobe seulement la moitié sud de la province mais déborde sur le Périgord, avec quelques incertitudes sur les dimensions précises de la circonscription.

  • 4 LOT (F.), L’état des paroisses et des feux de 1328, Mémoires de l’Académie des inscriptions, t. XIV (...)

8Le Limousin se situe alors parmi les régions les moins peuplées de France, avec une densité à peine supérieure à six feux au km, quatre fois moins que les zones les plus peuplées du royaume comme les comtés de Senlis et de Valois, deux fois moins que la Normandie ou la région parisienne, à peine plus que les montagnes d’Auvergne la région la moins peuplée du royaume4. L’image d’un Limousin surpeuplé, même si l’on tient compte de la médiocrité des sols et des techniques, s’en trouve sensiblement altérée.

  • 5 Le procès intenté par Charlotte de Montrésor à Alain d'Albret apparaît pour la première fois dans l (...)

9Il n’existe pas de documents qui permettraient de mesurer, ensuite, l’évolution de la population limousine aux XIVe et XVe siècles. Tout au plus, à la fin de celui-ci, les actes d’un procès spectaculaire offrent-ils des indications sur le nombre de feux de la vicomté de Limoges. Il convient de le présenter ici5.

Le « procès de la vicomté » et son exploitation démographique

  • 6 La famille de Bretagne constitue la « deuxième race » des vicomtes de Limoges, après la famille de (...)

10Cet important procès oppose devant le Parlement Alain d’Albret, dit Alain le Grand, à une de ses parentes, madame de Montrésor. Le premier est devenu vicomte de Limoges par son mariage avec Françoise de Bretagne, fille et successeur de son père, Guillaume, vicomte de Limoges de 1452 à 14546. Il avait marié une de ses belles-sœurs, Charlotte de Bretagne, au seigneur de Montrésor. La nouvelle dame de Montrésor avait reçu 15000 écus de la succession de son père. Mécontente de cette somme, elle intenta un procès à Alain d’Albret pour obtenir un supplément d’hoirie, excipant de la valeur des biens ayant appartenu à son père, particulièrement dans le comté de Périgord et la vicomté de Limoges. Ses avocats dressent alors un tableau sommaire des revenus de la vicomté de Limoges, châtellenie par châtellenie. Chacune d’elles est définie par une estimation ronde de revenus et de feux. Les chiffres avancés sont sans nul doute flatteurs, pour les besoins de la cause, comme les commentaires sur la puissance des châteaux vicomtaux et la richesse des campagnes. Cette peinture d’une vicomté idéale se termine souvent par des remarques acerbes sur la médiocrité de l’administration d’Alain le Grand et sur ce que la châtellenie présentée pourrait rapporter « si elle était en main de bon ménagier ». Une note qui, malgré elle, laisse entendre que la situation réelle de la vicomté dans les années 1480-1490 n’est pas des plus brillantes et bien différente de la situation idéale évoquée quelques lignes plus haut.

  • 7 Dans cette hypothèse, comme le montre la note précédente, ces archives pourraient effectivement dat (...)

11Nous ne savons pas à partir de quelles sources le mémoire de madame de Montrésor a été rédigé. Est-il entièrement fantaisiste et n’est-il dicté que par les humeurs et les ambitions de la plaignante ? C’est peu vraisemblable, car il y perdrait en justice toute crédibilité et madame de Montrésor son procès. Le « tableau de madame de Montrésor » se présente plutôt comme un idéal. Les chiffres sont gonflés mais pas extravagants. La description des châteaux évoque des édifices encore intacts, leur évaluation aussi. Les « campagnes de madame de Montrésor » n’ont pas connu la ruine, comptent des feux nombreux, des revenus importants. Le tout ne peut-il être considéré comme le témoignage sur une « vicomté heureuse », dont le modèle se situerait avant la crise, peut-être au début du XIVe siècle et s’appuierait sur des archives anciennes de la maison de Bretagne7 ?

  • 8 CLEMENT-SIMON (F.), op. cit., p. 4.
  • 9 Dans la châtellenie d’Aixe, les chiffres du receveur enquêteur, indiqués paroisse par paroisse, don (...)

12Le dossier d’Alain d’Albret est plus fourni et plus précis. L’érudit qui l’a étudié au XIXe siècle pensait, avec quelque optimisme, qu’il fixait « la vraie valeur de l’héritage »8. Sans aller jusque là – les chiffres donnés par le vicomte de Limoges sont, à l’évidence, destinés à montrer que l’état de ses domaines justifie le versement de 15000 écus seulement à la plaignante – on doit reconnaître que le dossier présenté par les avocats de la défense paraît plus solide que celui de l’adversaire. Le plaidoyer final s’appuie en effet sur le résultat d’enquêtes préalables réalisées par les receveurs des châtellenies vicomtales. Ces enquêtes locales ont été menées entre 1470 et 1490 et précisent souvent le nombre de feux par paroisse et leur qualité, le revenu des cens et rentes en nature et en argent, des droits de justice, des dîmes, du guet, de la forêt, des péages, des étangs et moulins, des fours banaux. Il est vrai que toutes les enquêtes ne sont pas de même qualité. Tel renseignement donné ici manque là. Le tableau de certaines châtellenies, particulièrement en Haut-Limousin, ne comporte aucun chiffre de feux, sans que l’on puisse dire à coup sûr si une telle absence est due à la ruine du pays ou à la négligence de l’enquêteur, ou, peut-être, aux deux à la fois. En revanche, le chiffre des feux donné ailleurs paroisse par paroisse est parfois supérieur au chiffre global des feux de la châtellenie indiqué dans le mémoire final de « Monsieur d’Albret ». Les avocats de celui-ci ont-ils été gênés par le travail trop consciencieux réalisé sur le terrain par certains agents vicomtaux9 ?

13Ces estimations de feux ont-elles une valeur démographique et fournissent-elles, au moins, des indications sommaires sur la population de la vicomté à la fin du Moyen-Age ? Il s’agit de savoir, avant tout, si ces feux sont des « feux réels », correspondant à des familles d’imposables ou des « feux fiscaux », sans réalité démographique.

14On sait que l’administration fiscale royale, au XVe siècle, a eu tendance à passer des premiers aux seconds. Les autorités seigneuriales en ont-elles fait autant alors qu’un tel redécoupage est toujours délicat et demande des moyens en agents, archives et argent ?

15Tout tourne, dans notre documentation, autour d’un vocabulaire souvent imprécis et différent d’une châtellenie à l’autre, d’une partie à l’autre.

  • 10 A.D. Pyrénées-Atlantiques, E 669 ; Ans, Dordogne, c Archignac, cant. Salignac-Eyvigner, arr. Sarlat (...)
  • 11 Auberoche, Dordogne, c et cant. Thenon, arr. Sarlat-la-Canéda ; Montagnac d'Auberoche, idem.
  • 12 Dans la châtellenie d’Auberoche, seuls les feux de Montagnac d’Auberoche ont fait l’objet de partag (...)
  • 13 Le Brouchaud, Dordogne, c. et cant. Thenon, arr. Sarlat-la-Canéda.
  • 14 Saint-Rabier, Dordogne, c et cant. Thenon, arr. Sarlat-la-Canéda ; Badefol d’Ans, c et cant. Hautef (...)
  • 15 Ajat, Dordogne, c et cant. Thenon, arr. Sarlat-la-Caneda ; Saint-Crépin (d’Auberoux), c et cant. de (...)
  • 16 Ayen, Corrèze, ch.-l – cant., arr. Brive ; Cublac, c. et cant. Larché, arr. Brive ; Saint-Robert, c (...)

16Madame de Montrésor, d’abord, précise toujours que tous les feux sont « sujets et justiciables ». Est-ce le signe que peu de gens échappent à l’impôt ? La formule paraît également s’appliquer davantage à des hommes qu’à des unités fiscales. Dans les enquêtes châtelaines, les agents vicomtaux évoquent assez souvent des « partages » de feux. Dans la châtellenie d’Ans, par exemple, il y avait anciennement au village du Brouchaud six à sept feux. Ils ont été partagés en vingt-trois ; dans le village du Mont-Royal, il y avait « antérieurement deux feux qui, par suite du partage, en avaient formé cinq » ; à Saint-Lazare, « sept à huit feux divisés en avaient fait trente sept » ; à Saint-Pantaly, « quatre feux à la suite des partages en avaient fait quinze »10. On retrouve la même formule dans la châtellenie d’Auberoche : au village de Montagnac d’Auberoche, « six feux partagés en ont fait treize »11. Le mot de « partage « est ambigu. Il peut être interprété comme le signe d’un redécoupage en feux fiscaux, réalisé sous la direction des receveurs vicomtaux. Mais il ne s’agit pas d’un mouvement général : toutes les paroisses d’une même châtellenie ne subissent pas de « partages »12 ; il n’en n’est jamais question dans plus de la moitié des châtellenies. Certaines précisions de vocabulaire qui accompagnent ces « partages » évoquent des différences de fortune entre les divers feux d’une même paroisse. Voilà qui semble contraire à la notion de feux fiscaux, en principe égaux entre eux. Pour reprendre l’exemple de la châtellenie d’Ans, les feux du Brouchaud sont « mal hérités » ou « sans héritage »13 ; à Saint-Lazare, « tous les feux sont pauvres sauf deux ou trois » ; à Saint-Pantaly, tous les feux sont « mal hantés » ; à Saint-Rabier, sur soixante et onze feux, vingt sont « presque sans héritage » ; à Bade-fol d’Ans, trente-trois sur soixante sont « peu hérités » ; à la Boissière, il y a soixante feux dont « cinquante mendient par Dieu » ; à la Grange, soixante feux ou villages »14 « pauvrement hérités ». Chaque châtellenie a son vocabulaire, reflet de celui du receveur mais peut-être aussi de réalités quelque peu différentes : dans la châtellenie d’Auberoche, ou distingue les feux « petits et grands » à Ajat, « bons et mauvais » à Saint-Crépin15. Dans la châtellenie d’Ayen, on trouve à la fois des « pauvres gens » à Cublac et Saint-Robert, des feux « très pauvres » à Louignac et même des feux « pauvres et malotrus » à Saint-Cyprien16. La tradition fiscale distinguait déjà les « feux mendiants » des autres feux réels. Ce riche vocabulaire de la pauvreté rapproche plus d’une réalité sociale que d’une simple subdivision administrative.

  • 17 Château-Chervix, Haute-Vienne, cant. Saint-Germain-les-Belles, arr. Limoges. Une « borderie » est u (...)
  • 18 Ségur-le-Château, Corrèze, cant. Lubersac, arr. Brive. A Saint-Eloy-les-Tuileries, il y a 25 feux d (...)
  • 19 Il est possible que certains de ces receveurs insistent sur la pauvreté des feux pour mieux servir (...)

17D’autres distinctions, que l’on ne retrouve pas dans toutes les châtellenies, plaident en faveur d’une lecture « réaliste » des documents : dans la châtellenie de Château-Chervix, le receveur oppose quatre « feux bordiers » et « vingt villages », un mot synonyme en Limousin de hameau et d’écart17. Il y a donc ici une distinction dans la localisation des imposables. Il en est de même dans la châtellenie de Ségur18. Avec des mots et des notions différentes, tous les receveurs d’Alain d’Albret disent les possibilités financières des foyers contribuables de leur châtellenie19.

18Somme toute, un faisceau d’indices qui vont dans le sens d’une persistance des feux réels dans la vicomté de Limoges et amènent à prendre le risque de considérer ces derniers comme des indicateurs démographiques potentiels.

  • 20 On peut toutefois croire que dans ces paroisses rurales cette évasion fiscale – et par voie de cons (...)
  • 21 Saint-Yrieix, Haute-Vienne, ch.-l.-cant., arr. Limoges ; Courbefy, c. Saint-Nicolas-de-Courbefy, ca (...)

19Il ne saurait s’agir, en tout état de cause, de « démographie fine ». On sait qu’une partie de la population échappe à l’impôt, par le haut et par le bas20. On a déjà souligné que chaque adversaire a intérêt à mettre en avant des chiffres gonflés pour l’un, minorés pour l’autre, témoignant de la richesse ou de la ruine supposée de la vicomté. Les chiffres globaux de madame de Montrésor sont particulièrement suspects. Les chiffres fournis paroisse par paroisse par les receveurs de « Monsieur d’Albret » sont, a priori, plus fiables. Mais il manque toujours les chiffres des feux d’une ou deux paroisses citées, au moins. Plus grave, font défaut les renseignements sur les châtellenies du Haut-Limousin : aucune indication de feux pour celles de Saint-Yrieix, Courbefy et Chalucet21, des précisions très fragmentaires sur celles de Chalus et de Château-Chervix.

  • 22 Dictionnaire des Postes, Paris, 1876,· Dictionnaire national des communes de France, Paris 1984. 2
  • 23 Ces calculs de densité ont été réalisés en feux/km2. On évite d’accroître encore la marge d’erreur (...)

20Pour avoir une idée vraisemblable de la densité de la population à la fin du XVe siècle, il faut prendre un risque supplémentaire : considérer que la superficie des paroisses médiévales et celle des communes modernes22 sont voisines. On peut alors calculer cette densité par paroisse, par châtellenie et pour la vicomté, compte tenu d’une marge d’erreur inévitable23.

21On découvre d’abord que les chiffres de feux globaux avancés par madame de Montrésor ne sont pas invraisemblables. Ils se situent, grosso modo, entre 5 et 12 feux au kilomètre carré, les plus fortes densités se localisant dans les châtellenies méridionales de la vicomté. La moyenne globale est légèrement supérieure à 8 feux par km. Elle est donc plus élevée d’un quart que la moyenne des feux de 1328, pour une zone voisine. On peut y voir le témoignage sur un gonflement systématique et prudent du nombre des feux par les avocats de la plaignante. On ne peut cependant éliminer l’hypothèse que cette hausse correspond à un accroissement réel de la population limousine avant le début de la crise, dans la première moitié du XIVe siècle. Cependant, même dans ce cas, le Limousin n’apparaît pas comme une des régions les plus peuplées du royaume.

  • 24 Les « partages » sont faits dans des châtellenies aujourd’hui situées en Dordogne.

22Rien ne permet vraiment de mesurer l’évolution de la population du Limousin entre la première moitié du XIVe siècle et la fin du XVe. Tout au plus, pourrait-on interpréter, avec prudence, les « partages de feux anciens » comme les indices d’un redressement démographique mais qui se serait produit à une date inconnue et seulement dans quelques paroisses de l’extrême sud de la vicomté de Limoges24. Même là, il ne compenserait pas les pertes.

  • 25 Carte des pertes de feux p. 242.

23C’est avant tout à un spectaculaire recul général de la population qu’il faut conclure, si l’on compare le nombre de feux indiqués par madame de Montrésor et le nombre donné par les receveurs d’Alain d’Albret25. Il y a, en outre, contraste entre une situation particulièrement médiocre en Haut-Limousin et une autre un peu meilleure en Bas-Limousin et dans la partie « périgourdine » de la vicomté.

  • 26 Lors de son procès, Mérigot Marchès avait rappelé les ravages qui avaient frappé la région dans la (...)
  • 27 Il y a 300 feux à Aixe – chiffre rond un peu suspect – 208 autres dans les paroisses voisines.
  • 28 Non seulement Aixe a pu profiter de l’activité économique de Limoges mais aussi de sa ruine, en 137 (...)

24La partie la moins peuplée est le Haut-Limousin : les châtellenies de Courbefy et Château-Chervix ont sans doute une population inférieure à un feu au kilomètre carré. On peut cependant penser que les châtellenies voisines sont, au moins, en aussi mauvais état : aucun chiffre n’a été fourni pour les châtellenies de Saint-Yrieix et Chalucet. On sait que ce furent pendant longtemps des lieux privilégiés de combat et de passage des armées. Leur démographie en porte-t-elle encore les traces à la fin du siècle ? Dans la châtellenie de Chalus, le bourg a été estimé à cent-vingt feux, soit une densité de l’ordre de six feux par kilomètre carré. Un îlot et un refuge dans un terroir durement touché par les « malheurs des temps »26 ? Seule, en Haut-Limousin, la châtellenie d’Aixe garde un taux plus élevé de population, plus de cinq cents feux, à peu près également répartis entre le bourg et ses campagnes27. La densité de la population y est de l’ordre de 3,3 feux/km, une des plus fortes de la vicomté. La proximité de Limoges28, la présence de l’axe de circulation de la Vienne, les terres plus fertiles de la vallée ont, peut-être plus qu’ailleurs, retenu la population et la reconstruction ramené d’autres habitants ? On verra en effet plus loin qu’il ne faut pas confondre densité plus élevée et absence de pertes humaines.

25Une situation intermédiaire entre celle du Haut-Limousin et celle du Bas-Limousin est représentée par la seule châtellenie de Masseret, voisine des châtellenies vidées d’hommes de Courbefy et de Château-Chervix. La densité de cette châtellenie des plateaux de l’est est d’1,42 feu au km, d’après l’estimation globale du seigneur d’Albret.

  • 29 Cf. carte des densités des feux de la vicomté p. 243.

26Les densités du Bas-Limousin et de la partie périgourdine de la vicomté se situent toutes, en revanche, entre 2 et 6 feux/km. Les châtellenies d’Ans, Auberoche, Ségur, Excideuil ont entre 2 et 3 feux/km229. La châtellenie d’Ayen atteint enfin les 6 feux/km, conséquence d’une situation historique et géographique plus favorable : protégée à l’ouest et au nord par les châteaux vicomtaux, celle-ci s’ouvre sur l’Aquitaine avec laquelle elle a des communications aisées et dont elle possède les sols riches. Si, politiquement, elle fait partie de la vicomté de Limoges, ses campagnes sont plus proches de celles du Midi que de celles du Limousin, comme d’ailleurs les campagnes des châtellenies voisines d’Auberoche, Ans et Excideuil.

27Ces chiffres montrent, avec des nuances régionales, que le Limousin qui n’avait déjà pas une très forte densité de population au début du XIVe siècle est encore dans un plus piètre état démographique à la fin du siècle suivant.

28On peut tenter de mieux mesurer ces pertes en rapprochant les chiffres donnés par Alain d’Albret pour le dernier quart du XVe siècle des estimations fournies par Charlotte de Montrésor si on accepte d’y voir des indications, même idéalisées, sur la situation démographique de la vicomté au début du XIVe siècle. Pour tenir compte, cependant, du caractère polémique de ces évaluations de feux, on a appliqué aux écarts bruts une minoration du tiers correspondant à une sorte de « coefficient d’exagération des parties ». Le choix de ce coefficient s’explique, pour l’essentiel, par le gonflement vraisemblable des chiffres ronds avancés par madame de Montrésor et la constatation qu’il y a 25 % d’écart entre la densité limousine calculée à partir de ces chiffres et la densité moyenne obtenue à partir des chiffres de « l’état des paroisses et des feux » de 1328. On a encore ajouté 8 %, arbitrairement, pour tenir également compte des estimations légèrement catastrophistes parfois du seigneur d’Albret. On a donc retenu les 2/3 seulement de la valeur de cet écart, qui intègre les outrances opposées des deux parties. Des outrances qui ne paraissaient ni invraisemblables ni choquantes devant parlement.

  • 30 On retient l’hypothèse selon laquelle les chiffres de madame de Montrésor correspondent à une visio (...)
  • 31 Cf. carte des pertes de feux p. 242.
  • 32 BOUTRUCHE (R.), « Les courants de peuplement dans l’Entre-Deux-Mers, étude sur le brassage de la po (...)

29Les résultats de ces calculs – dont on ne se cache pas la fragilité – mettent l’accent sur une baisse importante des feux et, sans doute, de la population en un siècle et demi environ30. Trois châtellenies de la vicomté accuseraient des pertes supérieures à 55 %. La plus touchée est celle de Château-Chervix, symbole d’un Haut-Limousin particulièrement mal en point31. A l’ouest, la châtellenie de Nontron, aux frontières du Périgord et du Limousin, a pu souffrir de la proximité d’une Guyenne hostile puis d’une Aquitaine grosse consommatrice de bras et de migrants32. A l’est, la châtellenie de Masseret correspond à une zone montagneuse rude et particulièrement infertile qui encourage le départ vers des régions moins inhospitalières.

30La châtellenie d’Aixe connaît des pertes à peine moins sévères avec la disparition d’une moitié de sa population. Son taux de densité, plus fort qu’ailleurs en Haut-Limousin comme on l’a vu, est très loin d’être synonyme de retour à la normale.

  • 33 Une « guerre de Ségur » déborde le cadre de la région mais y a son centre.
  • 34 La châtellenie d’Auberoche aurait perdu 40 % environ de sa population ; celles d’Excideuil et de Gé (...)
  • 35 Peyzac perd 27 % de sa population, la châtellenie d’Ans 28 %.

31L’évolution démographique a été, par comparaison, sans doute moins dramatique dans la partie méridionale de la vicomté. Elle est néanmoins partout négative. La baisse de la population s’y situe entre 25 et 50 %. La châtellenie de Ségur est la plus touchée, peut-être parce qu’elle a été le principal théâtre d’une guerre seigneuriale dans la deuxième moitié du XVe siècle33. Les châtellenies d’Auberoche, d’Excideuil et de Génis-Moruscle ont perdu entre 30 et 40 % de leur population34. Enfin, les châtellenies de Peyzac et d’Ans gardent encore les trois quarts de leurs habitants35. La situation démographique du Bas-Limousin n’est tout juste passable que dans la mesure où on la compare avec l’état catastrophique du peuplement du Haut-Limousin vers 1490.

32Au total, la vicomté de Limoges aurait perdu bien plus du tiers de sa population rurale du début du XIVe à la fin du XVe siècle. C’est déjà mettre l’accent sur les conditions démographiques déplorables dans lesquelles s’est faite la reconstruction des campagnes limousines, c’est déjà souligner une des raisons de son échec. Moins nombreuse qu’on ne le dit traditionnellement avant la crise, la population limousine rurale en a supporté les ravages.

33L’explication d’une telle évolution est à chercher dans les « malheurs des temps », les migrations, la démographie familiale.

34On ne reviendra pas en détail sur les malheurs des temps ». On n’imagine que trop bien les conséquences démographiques de leur multiplicité et de leur caractère permanent. La multiplication des famines et des épidémies, l’imbroglio des guerres, le ravage des campagnes ont sans doute entraîné la mort de nombreux Limousins, ont poussé beaucoup d’autres au départ.

Des migrations à sens unique

  • 36 Un des rares non-Provencaux à fréquenter l’Université d’Aix est un Limousin (COULET (N.), Aix-en-Pr (...)
  • 37 BILLOT (C.), « Les migrants limousins à la fin du Moyen Age, essai de typologie », B.S.A.H.L T. CXI (...)

35L’émigration limousine ne date pas de la guerre de Cent Ans. Elle ne touche pas seulement les paysans. Des lettrés allant à l’Université, des transporteurs, des changeurs, des marchands avaient déjà quitté auparavant le Limousin pour s’installer ailleurs, pour un moment ou pour toujours36. Des itinéraires de migration s’étaient créés, des réseaux de connaissances et de solidarités s’étaient déjà mis en place, sur lesquels ont pu s’appuyer parfois les nouveaux migrants de la fin du Moyen Age37.

  • 38 « Confiscation et connaissance d’une seigneurie... » p. 132. N’imaginons cependant pas des « serfs (...)

36Les paysans limousins quittent le pays dès la fin du XIVe siècle alors que s’amorcent, ailleurs, les premières tentatives de reconstruction. C’est ainsi que peut s’expliquer, au moins en partie, la disparition de nombreux paysans de la seigneurie de Veyrac dès 1378 alors que les paysans qui peuplent les domaines du même seigneur en Berry, des serfs, sont toujours là38.

  • 39 CHARBONNIER (P), Une autre France, la seigneurie rurale en Basse Auvergne du XIVe au XVIe siècle, C (...)
  • 40 LARTIGAUT (J·), Les campagnes du Quercy après la guerre de Cent Ans, Toulouse, 1978, p. 88.
  • 41 HIGOUNET-NADAL (A.), op. cit. p. 227-228.
  • 42 BOUTRUCHE (R.), op. cit, p. 188-189.
  • 43 FOURQUIN (F.), op. cit., p. 426 et 428.

37Le mouvement s’accélère cependant au XVe siècle, comme les événements eux-mêmes. La succession de vagues de départ, qui caractérise le rythme de cette émigration, peut correspondre aux lendemains de dévastation dans une zone du Limousin, comme à un moment de la reconstruction d’une autre région, voire à la fin définitive des hostilités dans une troisième et à la remise en valeur de ses terres, une fois pour toutes : les Limousins émigrent vers l’Auvergne dans les années 1410-142039, en Quercy entre 1438 et 1480 surtout40, en Périgord dans les années 1450-147241, dans l’Entre-Deux-Mers à partir des années 1470 et jusqu’aux années 1490, essentiellement42, dans les campagnes parisiennes pendant la seconde moitié du XVe siècle surtout et jusqu’au début du siècle suivant43. On voit donc que loin de s’arrêter à la fin de la guerre de Cent Ans ou même une génération après, l’émigration limousine prend plus d’ampleur encore à la fin du XVe siècle et au début du XVIe siècle. Comme si les paysans s’étaient tardivement persuadés à la fois de la difficulté de reconstruire leurs propres campagnes et des séduisantes perspectives qui s’offraient ailleurs.

38Parmi ces mouvements migratoires, on peut distinguer les migrations de voisinage et les migrations à longue distance.

  • 44 C. BILLOT et A. HIGOUNET-NADAL considèrent qu’il y a migration authentique lorsqu’il y a déplacemen (...)
  • 45 CHARBONNIER (P.) ; op. cit, p. 529 ; la Rochette, Creuse, c Saint-Médard-de-la-Rochette, cant. Chén (...)
  • 46 Olby, Puy-de-Dôme, cant. Rochefort-Montagne, arr. Clermont-Ferrand. Il y a 70 kms entre la Rochette (...)
  • 47 Ibid. ; Dontreix, Creuse, cant. Auzances, ar. Aubusson ; Quaire, c Murat-le-Quaire, Puy-de-Dôme, ca (...)
  • 48 Tortebesse, Puy-de-Dôme, cant. Herment, arr. Clermont-Ferrand, Entre Dontreix et Tourtebesse, 40 km (...)

39Les migrations de voisinage dépeuplent avant tout les régions frontalières du Limousin proches des terroirs à remettre en valeur. C’est le cas des migrants marchois en Auvergne au début du XVe siècle : des paysans d’Aubusson s’installent dans des paroisses de la Basse Auvergne, à un jour ou deux de marche de chez eux44. Une région guère plus riche que la leur mais où des terres les attendent : en 1407, Jean Greuf quitte la Rochette pour Gioux dans la paroisse de Rochefort-Montagne45. En 1414, c’est le tour de Pierre de Malaret de s’installer à Bravant, dans la paroisse d’Olby : il n’est pas le seul et ce terroir réclame des bras venus d’ailleurs46. En 1420, G. Brunet et D. Rogiquant quittent leur hameau du Chard et d’Auteresse, dans la paroisse du Dontreix pour s’établir dans le même village d’Auvergne47. Sont-ils partis ensemble ou l’un a-t-il incité l’autre à le rejoindre ? La même année, un troisième paysan du Dontreix s’installe à Tortebesse48. Lieu et date de départ voisins, installation dans des villages d’accueil communs. On voit un peu mieux même si l’on ignore les mobiles précis du départ – comment fonctionne cette émigration à courte distance et comment se crée un mouvement d’entraînement.

  • 49 Lartigaut (J.) op. cit, p. 108 ; Chamberet, Corrèze, cant. Treignac, arr. Tuile ; Carvès (?), Dordo (...)
  • 50 Ussac, Corrèze, cant. et arr. Brive ; Lougratte, Lot-et-Garonne, ar. Villeneuve-sur-Lot, cant. Cast (...)
  • 51 Orliac de Bar, Corrèze, cant. Corrèze, arr. Tulle ; Marminiac, Lot, c. et cant. Cazals, arr. Cahors (...)
  • 52 Réjade, Corrèze, c Nespouls, cant. Brive-sud, arr. Brive, Veyrac (?), Dordogne, cant. et arr. Sarla (...)
  • 53 Ladignac-sur-Rondelles, Corrèze, cant. et arr. Tulle ; Chanac-les-Mines, Corrèze, cant. et arr. Tul (...)

40On retrouve ce même type d’émigration de l’autre côté de la frontière entre le Limousin, le Quercy et le Périgord. Cette fois, ce sont les paysans du Bas-Limousin qui fournissent les gros bataillons de l’émigration : Martial Baunat de Chamberet émigre à Carvès49 ; des Corréziens repeuplent Lougratte50 ; les trois frères Sereysol, Jean Faure et son neveu Etienne, tous originaires d’Orliac de Bar reprennent à cens le village de Lautar à Marminiac51, cinq migrants de Reygade, celui de Meyzel à Veyrac52. Le « lieu » de Maslafon à Cazillac est colonisé par des paysans venus de paroisses voisines du Bas-Limousin, Ladignac-sur-Rondelles, Chanac-les-Mines ou Espagnac53. Au hasard des sources et des travaux, on mesure mieux l’importance de cette migration de frontière.

  • 54 BILLOT (C.), art. cit, p. 73.
  • 55 Amac, Hte Vienne, cant. Saint-Sulpice les Feuilles, arr. Bellac ; Martel, Lot, ch.-l.-cant., arr. G (...)
  • 56 Bessac, Mauzac, Hte Garonne, cant. Carbonne, arr. Muret. Les migrants ont parcouru plus de 300 kms. (...)

41Elle n’est pas la seule : toutes les paroisses du Limousin, ou presque, ont fourni leur participation à la reconstruction des provinces voisines54. Certains paysans ont traversé tout le Limousin pour exploiter de nouvelles terres, comme les trois frères Beynat d’Arnac, au Nord du Limousin, qui prennent une « borie » dans la région de Martel55. Ou encore Etienne Mazet et son fils Jean qui quittent leurs plateaux marchois pour Mauzac en Périgord56.

42Ce ne sont déjà plus là des migrations de voisinage. Elles demandent plusieurs jours de marche et annoncent déjà les migrations limousines à longue distance.

  • 57 BOUTRUCHE (R.), art. cit., p. 134 ; BILLOT (C.) art. cit. p. 74 ; Leyrat, Creuse, cant. Boussac, ar (...)
  • 58 Idem, op. cit. p. 189.
  • 59 CORBIN (A.), Archaïsme et modernité en Limousin au XIXe siècle, Paris, 1975 ; NADAUD (M.), Mémoires (...)
  • 60 FOURQUIN (G.), op. cit. p. 426 et 428 note 207.
  • 61 GUENEE (B), Tribunaux et gens de Justice dans le bailliage de Senlis à la fin du Moyen Age (vers 13 (...)
  • 62 BILLOT (C.), Chartres à la fin du Moyen Age, Paris, 1987.

43Ces migrations lointaines sont les plus connues : tout historien qui étudie la reconstruction rurale d’une région française découvre, peu ou prou, des migrants venus du Limousin pour y participer. Les distances parcourues par ces hommes ne se mesurent plus en dizaines mais en centaines de kilomètres. Des paysans de Leyrat en ont couvert trois cents pour s’installer à Cussac, dans l’Entre-Deux-Mers, grande région d’accueil des Limousins57. D’autres couvrent autant de chemin pour trouver de nouvelles terres dans la banlieue de Bordeaux58. D’autres encore montent vers la région parisienne. Un voyage de près de quatre cents kilomètres qui évoque déjà l’exode – il est vrai provisoire – des « maçons de la Creuse » et du Limousin au XIXe siècle59. Ces hommes sont, parfois, paysans et maçons, comme leurs lointains descendants. On en retrouve à Saint-Ouen en 1472, Bas-Mesnil en Beauce en 1475, Issy, Cachan et Paris en 1488. Ils représentent la moitié des émigrants connus, originaires du Massif Central et de ses abords. Employés, par exemple, par le receveur de Saint-Germain-des-Prés à Issy, Cachan et Paray, ils participent notamment à la reconstruction de l’hôtel seigneurial à Issy en 1505 et 150660. Un autre migrant limousin habite Senlis dès 1468, un maçon encore. Il y est un des immigrants qui a fait la plus longue route61. Un peu plus à l’ouest, les Limousins fournissent le plus gros contingent de migrants connus dans les campagnes de Chartres. Il y sont deux fois plus nombreux, par exemple, que les Bretons, grands migrants eux-mêmes et plus proches du pays chartrain62. La distance n’effraye pas de tels hommes.

44On aimerait mieux connaître les mobiles des partants, simple fuite devant la misère, séduction des régions lointaines, inconnues et prestigieuses ou départ bien informé, voire sollicité ? Autant de destins que d’aventures ?

  • 63 Idem, art. cit. p. 72.
  • 64 Ibid p. 73.

45Peu nombreux, sans doute, ont connu le sort de ces jeunes limousins qui ont réussi leur migration en réussissant un beau mariage : les frères Boscheros épousent en 1433 deux sœurs de Saint-Michel-Loubejour et héritent des biens meubles et immeubles de leur beau-père63 ; Guillaume Lator venu de Perpezac-le-Blanc se marie à Montcuq avec Marie Grégoire qui lui apporte en dot dix francs, deux pièces de vigne, une terre, une chenevière, un jardin, un pré et une maison64.

  • 65 Ibid p. 72 note 10.

46Plus souvent, les migrants trouvent en route une terre inoccupée que leur confie son propriétaire : c’est le cas des frères Beyssenc devenus tenanciers d’une « borie » appartenant à un bourgeois de Martel et de beaucoup d’autres65.

  • 66 BOUTRUCHE (R.), art. cit, p. 130.

47Les paysans peuvent enfin répondre à l’appel de seigneurs qui font connaître, peut-être par le biais des autorités paroissiales, leurs besoins en hommes et leurs disponibilités en terres : les abbés Bernard de Maranzac puis Pierre de Gaing ont multiplié les efforts, dans les années 1460 à 1500, pour attirer de nouveaux tenanciers sur le temporel de l’Abbaye Nouvelle et de Cadouin. Bernard de Maranzac a établi à Dégagnac une douzaine de laboureurs dont certains étaient originaires de Cognac-le-Froid. Pierre de Gaing a fait appel à des paysans limousins pour repeupler le lieu de Lougratte66.

  • 67 Martial Baunat, Jean Daumone et Etienne Mazet ont tous les trois reçu deux mas contigus (Billot (C. (...)

48La migration dans un pays dépeuplé et en ruine est une aventure qui peut rapporter gros : des mas et villages contigus du Quercy et du Périgord sont proposés à Martial Baunat, à Jean Daumone, à Etienne Mazet et certainement à d’autres67. Ces migrants limousins sont payés de leur déplacement puisqu’ils se retrouvent à la tête de « lieux » et de domaines. Ils n’ont pas émigré pour quelques parcelles. Le bruit de leur réussite, même si ce n’est pas le sort de tous, n’a-t-il pas éveillé de nouvelles vocations au départ ?

  • 68 Ibid. p. 73. Juillac, Corrèze, ch.-l.-cant., arr. Brive.
  • 69 Le terme « en absine », sans indication de tenancier, se retrouve dans les textes de la fin du XIVe (...)

49Ces migrations provoquent une saignée d’autant plus forte dans la population limousine qu’il s’agit rarement de départs isolés : le village de Lautar a été restauré par une communauté familiale, celui de Degagnac a été confié en partie à la communauté villageoise de Cognac-le-Froid, on l’a vu. Les terroirs de Brouchaud et de Sainte-Ourse sont remis en valeur par une société paysanne de Juillac en Bas-Limousin68. Les solidarités familiales et villageoises jouent souvent en faveur de l’émigration. Parents, alliés, voisins partent ensemble et laissent des vides considérables dans les campagnes limousines69.

Les Limousins seuls responsables de la reconstruction de leurs campagnes

  • 70 A.D. Haute-Vienne H 75 provisoire, terrier de Grandmont. Certains Limousins émigrent dans la baronn (...)
  • 71 Ibid, f. 138 v, f. 140.
  • 72 Ibid, f. 50 et D 997.
  • 73 « Les limites d’une reconstruction... » p. 20-21. et tableau p. 33-39.

50Or si les Limousins émigrent en nombre, leur région n’attire que de très rares migrants. Nature hostile, « malheurs des temps » et concurrence de régions aux potentialités agricoles bien supérieures expliquent aisément la chose. Seuls quelques Berrichons s’installent dans la région qui jouxte leur province d’origine, migration de pauvres chez d’autres pauvres, où des terres abandonnées attendent preneur : à l’extrême fin du XVe siècle, l’abbaye de Grandmont offre encore à Jean, François et Etienne Berry habitants de la basse-cour de Grandmont des « tenures » en « absine » sur les plateaux de l’est70. Jean Berry prend l’engagement de transformer une terre en pré71. On trouve, là aussi, un des rares Bretons venus tenter l’aventure de l’émigration en Limousin alors que les migrants d’origine bretonne sont bien représentés partout ailleurs dans le royaume. La présence dans les campagnes de Chalus, à l’autre bout de la province, d’un certain « Jean le Breton dit d’Amboise » tient, elle aussi, de l’aventure individuelle. On ne sait si son étrange patronyme témoigne d’une parfaite méconnaissance de la géographie ou évoque les migrations successives de l’homme72. La reconstruction rurale ne peut donc compter que sur les forces des paysans limousins : 88 % des tenanciers du Chapitre cathédral de Limoges qui passent des actes d’accensement, de reconnaissance ou d’investiture entre 1360 et 1500 sont, à coup sûr, d’origine limousine ; pour les 12 % restant, le rédacteur n’a pas précisé la paroisse, par ignorance ou négligence. Ce ne sont pas obligatoirement des gens venus d’ailleurs. Lorsque le même seigneur accorde des réductions de rentes, c’est à d’anciens tenanciers dans 60 % des cas ; 15 % sont d’anciens habitants de la paroisse, si ce sont de nouveaux tenanciers ; 10 % sont venus d’autres paroisses limousines. Parmi les autres, des paysans aux origines locales inconnues, aucun étranger avéré au Limousin73.

  • 74 « Crise et renaissance rurale... » p. 271-281.

51A cet égard, la situation est différente de celle que connaît le Poitou voisin. Dans la seigneurie de Vaussais et Montjean, qui appartient aussi au Chapitre cathédral de Limoges, il y a participation plus active de gens venus d’ailleurs ; en 1402, il y avait trente-trois tenanciers, cent un en 1476. Le renouvellement est d’autant plus spectaculaire que plus des 3/4 des familles de 1402 ont disparu soixante-quinze ans plus tard. En 1501, la population a encore augmenté. Ce sont les nouveaux venus – dont on ne connaît malheureusement pas les origines géographiques précises – qui ont été les animateurs d’une reconstruction réussie dans les années 1470-1480. Ils ont marqué la région d’une empreinte définitive : trois toponymes du terroir évoquent le monde des familles de 1402 – dont une a disparu en 1476. Six rappellent des familles de 1476. Un brassage et un apport de population nouvelle que le Limousin n’a pas connus74.

Familles prolifiques ou familles nombreuses ?

52Livrés à leurs propres ressources, les Limousins pouvaient-ils être assez nombreux pour reconstruire leurs campagnes en même temps que celles des autres, aux quatre coins de la France ?

53La réponse tient dans la fécondité des familles et le nombre de leurs enfants survivants. On a tenté de les mesurer à travers les témoignages laissés par les livres de raison, les registres notariaux et les terriers, seules sources capables d’offrir, tant bien que mal, des informations sur la démographie familiale limousine.

  • 75 Les renseignements démographiques essentiels sont donnés dans les livres de raison des Benoist – su (...)

54Les livres de raison fournissent des renseignements sur la démographie du monde des notables d’une grande ville ou de » villes champestres »75. Ils ne permettent d’étudier l’évolution que de quelques familles, pendant trois générations au maximum. L’échantillon est donc numériquement restreint, les statistiques que l’on peut en tirer d’autant plus aléatoires. En revanche, ils donnent systématiquement la date des mariages et des décès. Ils offrent donc la chance rare de pouvoir calculer l’âge au mariage, la longueur des périodes intergénésiques, la fécondité et la durée des unions conjugales, les causes et le rythme de la mortalité familiale. Leur étude a pour mérite de montrer que des familles prolifiques ne sont pas obligatoirement toujours, pour autant, des familles nombreuses. Une confusion souvent entretenue, source de conclusions discutables.

  • 76 BIGET (J L.) et TRICARD (J.), « Livres de raison et démographie familiale en Limousin au XVe siècle (...)

55La prolificité de ces familles est impressionnante : Etienne Benoist a eu quatorze enfants, son fils Guillaume dix-sept, Psaumet Péconnet et Gérald Tarneau huit chacun. Les femmes de ces notables font preuve d’une fécondité exceptionnelle : un enfant naît tous les deux ans en moyenne durant la période de fécondité de sa mère et le taux de fécondité moyen s’élève à 0,58 alors que les historiens de la démographie moderne considèrent que le taux de 0,50 est déjà très élevé. Le nombre moyen d’enfants nés par ménage est de 6,88 et monte à 9,6 pour les familles « complètes », dont la durée excède la quinzaine d’années de vie commune76.

56Cette situation s’explique d’abord par l’âge au mariage. Pour les femmes, il est de l’ordre de vingt ans, l’âge idéal à la procréation. Le mariage à un âge plus tendre affaiblit la fécondité de la toute jeune épouse et multiplie les risques de mort précoce, de même qu’il élargit les intervalles intergénésiques. A contrario, il est évident que le retard des femmes au mariage est une des façons naturelles de contrôler les naissances.

57L’âge des hommes au mariage dépend étroitement de leur rang dans la famille. Le fils aîné prend le relais du père lorsque celui-ci n’assume plus la charge de la descendance. Son mariage assure la pérennité de la famille. En revanche, les cadets sont condamnés au célibat pour éviter la prolifération des enfants et la division du patrimoine – quitte à se marier vite si leur aîné disparaît. Etienne Benoist, le rédacteur du livre de raison familial, avait un frère aîné Othon, marié à dix-huit ans. Lorsque celui-ci meurt, Etienne épouse Peyronne Bonnebourse. Il a vingt ans. Veuf pour la seconde fois en 1426, à cinquante-trois ans, remarié en 1428 avec une veuve d’âge canonique, Jeanne Colombe, il marie alors son fils aîné Guillaume, âgé de vingt-trois ans, en 1427. Etienne, son fils cadet, n’épouse Catherine Arnaud qu’à trente-trois ans.

58Ces mariages des aînés à vingt ans avec une femme sensiblement du même âge assurent de nombreux enfants au couple : Peyronne Boutin donne deux enfants à Othon Benoist le Vieux en quatre ans de mariage, Catherine Moulin sept en quinze ans. Si Peyronne Bonnebourse, la première femme d’Etienne Benoist, meurt à la naissance de leur premier enfant, Valérie Dinematin, sa deuxième épouse, lui donne treize enfants en vingt-quatre ans de vie commune. Guillaume Benoist a douze enfants de Catherine Boutin en dix-sept ans de mariage puis cinq autres de Catherine Grégoire en sept ans. « La Mathive Beynech » donne huit enfants à Psaumet Péconnet en une quinzaine d’années, Mariote Bondusson, huit en seize ans à Gérald Tarneau.

59La mort d’un des conjoints avant la fin de la période de fécondité – particulièrement celle des femmes épuisées par les grossesses multiples – est compensée par un remariage systématique. Dans le livre de raison des Benoist, on trouve trace de cinq mariages doubles, d’un triple. Il n’y a apparemment, pas grande différence d’âge entre veufs et veuves remariés.

  • 77 On sait que les Benoist engagent des nourrices : l’une d’elles est à l’origine d’une des nombreuses (...)

60Si la première naissance intervient en moyenne quinze mois après le mariage, les intervalles intergénésiques proprement dits sont courts, de l’ordre de vingt et un mois. Cette brièveté est à mettre en rapport avec une forte mortalité infantile et le recours à l’allaitement par une nourrice, dans les familles les plus huppées au moins. Le couple est ainsi privé d’un des seuls moyens de retarder la conception de l’enfant suivant77. Il respecte en revanche les temps de pénitence et d’abstinence, Avent et Carême – un doute subsiste dans six cas seulement sur soixante deux étudiés. Les procréations se multiplient au sortir de ces « temps clos ».

61Cependant, si beaucoup d’enfants naissent, beaucoup meurent aussi, et vite : deux enfants sur trois disparaissent avant d’atteindre l’âge adulte. La mortalité néonatale et de la première année est particulièrement forte, de l’ordre de 30 %. Des quatorze enfants d’Etienne Benoist, cinq meurent avant un an, deux entre un et trois ans, deux autres entre trois et cinq, deux autres entre dix et quinze ; trois seulement atteignent l’âge adulte.

62Les mauvaises conditions d’accouchement, les négligences dans l’allaitement mercenaire et les soins aux enfants, l’attention moindre portée aux cadets et aux filles, peut-être même des stratégies plus ou moins conscientes de conservation du patrimoine familial, se partagent les responsabilités d’une spectaculaire mortalité familiale. S’y ajoutent les conditions de vie difficiles à la ville, l’entassement et le manque d’hygiène, la multiplication des épidémies et la contagion facile : on a déjà dit que la famille Benoist avait perdu entre 1389 et 1434 quinze de ses membres, adultes comme enfants, en huit « pestes », une tous les six ans.

  • 78 A Périgueux, les familles ont deux enfants survivants, en moyenne (HIGOUNET-NADAL (A.) op. cit, p.  (...)

63Au sortir de ces calamités habituelles, il n’y a plus d’enfants en surnombre qui auraient l’obligation d’aller chercher fortune ailleurs. Ces familles prolifiques méritent à peine encore le titre de familles nombreuses. Avec environ trois enfants survivants en moyenne, le remplacement des générations est tout juste assuré78, les disponibilités démographiques réduites.

64Cette démographie de notables est-elle très différente de la démographie rurale dont la connaissance reste l’objectif essentiel de l’enquête ?

  • 79 Gérald Tarneau, le notaire de Pierre-Buffière signale dans son – journal » que son fils aîné a été (...)
  • 80 Sur les huit enfants de Gérald Tarneau et sa femme, deux meurent à la naissance, un à moins de troi (...)

65On peut d’abord penser que la démographie familiale d’un petit notable rural, comme le notaire de Pierre-Buffière Gérald Tarneau, tient de l’une et de l’autre. Or son ménage, pourtant fidèle à l’allaitement maternel79, se caractérise par un taux de fécondité élevé, de l’ordre de 0,50 et une forte mortalité néonatale et infantile80. La moitié de ses enfants ont disparu avant l’âge de dix ans. Le « journal » de Gérald Tarneau ne permet pas de connaître à coup sûr le sort des autres mais la famille ne compte que quatre enfants survivants au maximum. La situation rappelle beaucoup celle des notables de grande ville comme les Benoist.

L’impossible démographie paysanne

66La démographie paysanne proprement dite ne peut être approchée que par comparaison et très médiocrement analysée à travers les quelques renseignements sur la composition des familles donnés par les registres des notaires de campagne et les terriers seigneuriaux.

67Il n’y a pas de raison déterminante pour imaginer que la fécondité paysanne soit très différente de la fécondité des notables, même si le recours à l’allaitement maternel est sans doute pratiqué partout et peut ralentir la venue de l’enfant suivant. L’âge au mariage des garçon et des filles reste inconnu, n’étant pratiquement jamais indiqué dans les contrats de mariage paysans.

  • 81 Recevoir et loger le bourgeois propriétaire de la métairie en temps de – peste – est une des clause (...)
  • 82 Les paysans intègrent plutôt l’enfant dans l’association familiale, frérèche élargie ou comparsonne (...)

68On sait, en revanche, que les conditions de vie ne sont pas les mêmes à la ville et à la campagne. Il n’y a pas ici cet entassement des hommes propice au développement des « pestes ». Les bourgeois savent bien que l’air de la campagne est plus sain, puisqu’ils fuient dans leur métairie en temps d’épidémie81. Il n’existe pas non plus obligatoirement dans les familles paysannes de stratégie de « retard au mariage » destinée à préserver l’unité du patrimoine familial82. L’arrivée d’un nouvel enfant est, à terme, la promesse d’un travailleur de plus et il est nourri sur la production agricole familiale.

  • 83 Cette image paraît annoncer le célèbre tableau de La Bruyère sur la misère paysanne.

69Il serait cependant dangereux d’idéaliser la situation de la paysannerie : les épidémies frappent aussi les campagnes, même si c’est avec moins de virulence que la ville. Lorsque la récolte est mauvaise – le cas est fréquent en Limousin – tous les paysans ont-ils les réserves nécessaires pour passer sans dommage le temps de pénurie et de famine ? Ils ont sans doute beaucoup plus de difficulté à nourrir leur progéniture que les bourgeois. On a vu que le notaire de Pierre-Buffière évoquait précisément dans son « journal » le temps de la cherté des blés et les rustres réduits à manger de l’herbe aux champs alors que lui-même a de quoi nourrir les siens83. Surtout, les ravages de la guerre frappent d’abord les hommes qui vivent sur le plat pays, dans leurs biens et leur vie : les Miracula Sancti Martialis ont laissé un témoignage sur ces rustres menacés de mort en permanence par les bandes, sur ces enfants abandonnés dans les villages par des parents en fuite, en danger dans l’incendie de leur maison, à la merci des mauvais coups des « Anglais ». Cet abandon ne dit-il pas, aussi, que l’attention à l’enfant n’est pas toujours le fort des comportements familiaux paysans ? Les habitants des campagnes, enfants comme adultes, connaissent un parcours du risque qui diffère sans doute de celui des habitants des villes, mais n’en est pas moins meurtrier et susceptible de réduire très sérieusement leur nombre.

  • 84 A.D. Hte Vienne, 4 E1, 1 à 4 E1, 8

70Si l’on tente de préciser les chiffres, les testaments paysans contenus dans les registres de notaires de campagnes apportent les indications les plus sûres. Mais leur nombre est réduit, une cinquantaine dans les registres des notaires Bordas de Saint-Léonard84. Impossible d’étudier l’évolution d’une population à travers si peu de cas. Le traitement global d’un stock aussi réduit est, lui-même, sujet à caution. On l’a donc comparé avec un autre plus important constitué à partir des frérèches détaillées dans les mêmes registres :

71Les deux échantillons ont des limites et des défauts évidents : le nombre restreint des testaments nuit à leur fiabilité statistique. L’exploitation démographique des frérèches présente des inconvénients beaucoup plus sérieux encore. Par définition, pas d’information sur le nombre des couples sans enfant ou à enfant unique. On a tenté de pallier, dans la mesure du possible, cette seconde lacune en comptabilisant dans la rubrique « famille avec un enfant » tous les cas où le notaire a enregistré « un père avec son fils » ou un fils héritier unique de ses parents. La méthode minimise, à peu près sûrement, le nombre de ces cas. Dans l’autre sens, on ne peut être certain que la frérèche englobe tous les frères vivants, même si son but avoué est d’empêcher les partages successoraux et le départ de l’un ou de l’autre. Les enfants mineurs sont, en principe, cités dans le texte par les aînés qui prennent des engagements en leur nom. Le sont-ils tous et toujours ? Enfin, les filles peuvent être sous-représentées dans les listes familiales. Au total, le corpus des frérèches a pour lui, le nombre, avant tout. Il n’est qu’un élément de comparaison avec les chiffres donnés dans les testaments.

72L’ensemble testamentaire indique une moyenne de 3,74 enfants vivants par famille rurale, au moment où le chef de famille « fait ses affaires ». Le chiffre moyen est sans doute un peu alourdi – étant donné le petit nombre de cas – par la présence de quelques familles comptant entre sept et dix enfants. La famille paysanne pourrait donc avoir entre trois et quatre enfants survivants en moyenne. Des chiffres très proches de ceux des familles de notables. Les calculs tirés du corpus des frérèches donnent un chiffre moyen de 2,70. Etant donné la médiocrité de la source, on peut estimer que ce chiffre ne dément pas le précédent. D’autant plus que le tableau met l’accent sur le grand nombre de frérèches à deux et trois composants.

  • 85 Ibid, 3 G 3
  • 86 B.N., fonds latin 9200.
  • 87 A.D. Hte Vienne, fonds des Cars, no 9729 provisoire.
  • 88 Ibid., H 75 provisoire.

73Des terriers offrent enfin la possibilité de vérifier, ailleurs, la composition d’autres frérèches. Le terrier général du Chapitre Cathédral de Limoges fournit vingt et une frérèches, comptant entre deux et cinq participants, soit une moyenne de 2,3 enfants par famille85. Les résultats sont légèrement plus élevés dans le terrier de Pompadour : entre 1460 et 1480, trente-sept frérèches, composées de deux à six frères, donnent une moyenne de 2,81 frères par famille86. Le terrier des Cars de 146787 compte vingt-neuf frérèches, chacune de deux à onze membres, pour une moyenne de 3,41. En 1496, enfin, le terrier de Grandmont fournit un ensemble de quatre-vingt quatorze frérèches regroupant entre deux et sept personnes pour une moyenne de 2,84 enfants par famille88.

  • 89 Nombreuses terres en absine, surtout dans le terrier de Grandmont (Ibid.).

74Frérèches comme testaments ruraux donnent donc l’image d’une famille paysanne pouvant compter sur trois à quatre enfants en moyenne et dont la démographie rappelle celle des notables. Comme pour celles-ci, le renouvellement des générations est assuré, sans plus. Cette famille de taille moyenne ne ressemble que de loin à une famille très nombreuse, capable de se partager entre diverses missions, certains de ses membres restant au pays pour remettre en état la tenure familiale alors que les autres vont, de gré ou de force, chercher fortune ailleurs. S’ils partent, c’est par choix et souvent tous ensemble. Mais dans ce cas, il y a peu de chance que la place laissée vide soit occupée par de nouveaux arrivants, particulièrement sur les plateaux et la montagne de l’est89. Les Limousins ne peuvent compter que sur eux-mêmes. Il n’est pas sûr que les gens restés au pays aient été toujours et partout assez nombreux pour redresser la situation.

75L’efficacité au travail n’est pas seulement une question de nombre. Elle est aussi affaire d’âge et d’organisation.

  • 90 Le taux de mortalité est légèrement plus fort entre vingt et trente ans (« Livres de raison et démo (...)

76Seuls les livres de raison donnent quelques indications sur l’âge moyen des notables et leur espérance de vie. Sur un échantillon numérique très faible, on voit que l’espérance de vie, pour ceux qui ont franchi le cap des vingt ans, est de l’ordre de cinquante ans90. Mais les notables ne travaillent pas aux champs.

  • 91 « Confiscation et connaissance d’une seigneurie... » p. 127-128.
  • 92 A.D. Hte Vienne, 1 H 39. Le Puy-Pouchet, Hte Vienne, c., cant. et arr. de Limoges.

77Rien ne permet, en revanche, de connaître l’espérance de vie des paysans, de savoir si l’on a affaire à une population jeune ou plus âgée. Seules quelques enquêtes – généralement à propos de l’état d’un domaine ou de redevances contestées – donnent des indications sur l’âge présumé des témoins paysans interrogés. Il s’agit, dans la très grande majorité des cas, de l’indication d’un âge rond, suivie de la formule « ou environ ». On a tout lieu de croire que ces témoins ne connaissent pas leur âge précis. Ce sont, en tout cas, les hommes les plus vieux de la communauté paysanne. Ces anciens et ces sages du village sont dépositaires de la mémoire collective, ont gardé le souvenir des choses « antiques ». Leur mémoire remonte généralement à vingt ou trente ans, une génération. Dans la seigneurie de Veyrac, les trois témoins paysans interrogés en 1378 font remonter leurs souvenirs jusqu’aux années 1360 et les accrochent plus précisément au rappel d’une « peste ». Ils disent tous avoir « cinquante ans ou environ ». Il en est de même à La Jarrige, autre domaine du seigneur de Veyrac, pour deux témoins sur trois. Le dernier prétend avoir « soixante ans ou environ »91. Un demi siècle plus tard, en 1443, une enquête est menée sur les dîmes du Puy-Pouchet, dans le temporel de l’abbaye de Saint-Augustin de Limoges. Onze témoins, paysans et vignerons, donnent leur âge. Fait exceptionnel, deux avec plus de précision que d’habitude : le plus jeune déclare avoir vingt-huit ans, un des plus vieux soixante-six. Les autres ont entre quarante et soixante-quinze ans « ou environ ». L’âge moyen s’établit encore autour de cinquante ans92. L’âge des anciens des communautés paysannes correspond à l’espérance de vie globale des notables. Doiton y voir un décalage d’âge significatif entre les uns et les autres ?

  • 93 Ibid, 3 H 49.
  • 94 B.N., fonds latin 9193.

78Une troisième enquête porte sur les dîmes de Gorre, une génération plus tard, en 1479. Six témoins paysans ont laissé leur âge, entre trente-cinq et cinquante ans – l’un précise qu’il en a trente-huit. L’âge moyen est de l’ordre de quarante93. Ces quelques chiffres ne peuvent suffire à attester un rajeunissement de la population paysanne à la fin du XVe siècle. Ils sont contredits par une dernière enquête de 1483. Elle concerne les droits de la maison de Lastours sur la seigneurie de Saint-Hilaire. Dix-huit paysans ont témoigné et donné leur âge : six habitants dans la paroisse de Saint-Hilaire ont entre cinquante-huit et quatre-vingt ans – l’octogénaire est un certain Guillaume Itélion. Deux paysans de la paroisse de Nexon ont soixante-six et cinquante-quatre ans, un autre du Chalard soixante-douze ans – l’âge est donné avec une précision rare. Les autres témoins paysans ont entre soixante et quatre-vingts ans. Les non-paysans ont sensiblement les mêmes âges, un sergent royal cinquante-cinq ans, un prêtre soixante ans, le seigneur du Bost – qui paraît bien connaître son âge – soixante-sept. Au total, une population d’anciens d’un âge moyen assez avancé, soixante-cinq ans en moyenne94.

79La paysannerie limousine tire sans doute moins sa force de son nombre ou de sa jeunesse que de ses solidarités.

Les solidarités paysannes

80On rencontre dans nos sources, essentiellement les terriers et les registres de notaires, la trace de nombreuses communautés paysannes. Leur importance dans la vie rurale limousine ne peut être mise en doute. Leur analyse, en revanche, n’est pas facile, compte tenu de la nature de la documentation : ces associations ne se fondent pas devant notaire et les actes d’affrèrement, notamment, sont pratiquement inconnus. Elles ont donc des allures de communautés tacites. Elles apparaissent dans les terriers ou les actes notariaux toutes constituées, à l’occasion d’un événement particulier, accensement ou reconnaissance d’une tenure, par exemple. Nous ne connaissons d’elles que des listes de patronymes. Mobilité de l’anthroponymie et imprécision dans les indications de parenté aidant, il est parfois difficile de distinguer précisément les liens de parenté, de faire la distinction entre parents, alliés, associés appartenant à diverses familles. Dans certaines solidarités, ne sont indiqués que les noms de quelques personnages, qui font, du coup, figure d’animateurs de l’association. Les autres restent dans l’anonymat d’une appellation générique. L’organisation et les mobiles de l’association ne sont jamais précisés. Les hypothèses avancées prêtent, évidemment, à discussion.

Des frérèches aux comparsonneries : complexité et souplesse

81Deux grands types d’association paysanne dominent en Limousin, la frérèche et la comparsonnerie. Elles peuvent donner naissance, lorsque le besoin s’en fait sentir, à des formules hybrides plus complexes.

82La frérèche est, comme son nom l’indique, un groupe constitué par des frères et soeurs. Elle peut naître d’un souhait commun de partager les frais d’exploitation de la tenure familiale ou d’en éviter la division, à la mort du père, par exemple. Les héritiers tiennent alors ensemble la terre et sont solidairement responsables du paiement des redevances et de l’accomplissement des services.

  • 95 La frérèche ne se constitue donc pas toujours au moment de la mort du père, comme on le pense parfo (...)

83Mais cette simple fraternité peut évoluer rapidement, au gré même des alliances et des changements familiaux. S’y réfugient parfois le père ou la mère de famille95, y entrent des oncles, des neveux, des cousins, des veuves avec leurs enfants, ainsi que des alliés comme les gendres. Tous sont nommément cités dans les actes et leur appartenance au groupe familial ne fait pas de doute.

  • 96 AUBENAS (R), « Tendances archaïsantes et famille artificielle en pays de droit écrit au Moyen Age » (...)
  • 97 Le même homme peut d’ailleurs, d’un texte à l’autre, être appelé par son patronyme, un nom de lieu (...)

84Mais à côté de ce noyau familial apparaissent encore d’autres hommes portant des patronymes différents des premiers. Passe-t-on alors de communautés familiales à des communautés artificielles96 ? Rien n’est moins certain. On a dit combien l’interprétation des patronymes était sujette à caution. Les membres proches d’une même famille portent parfois des noms différents, l’un un nom de famille, l’autre le nom du lieu dans lequel il habite, le troisième un sobriquet97. Les gendres et les alliés y introduisent des patronymes étrangers. La multiplication des noms de famille dans une même association n’en fait pas obligatoirement un ensemble artificiel.

85On a donc proposé le terme de « frérèche élargie » pour ce type d’association. S’il ne s’agit plus, en effet, d’une simple union fraternelle, les caractères en sont voisins : une association regroupant un ou plusieurs noyaux familiaux, à la présentation et aux apparences égalitaires – puisque tous les membres sont cités – au sein de laquelle tous sont solidairement responsables du paiement des redevances et de la bonne exécution des services.

86La » comparsonnerie » a des traits communs avec la frérèche, d’autres distincts. Les membres de l’une et l’autre sont tenus de régler les uns pour les autres « cens, rentes et services » au seigneur. En revanche, les apparences égalitaires qui caractérisaient la frérèche disparaissent dans la comparsonnerie. Dans celle-ci, seul le nom d’un ou deux participants est cité, suivi de la formule « cum parsionnariis – ou « avec ses comparsonniers ». Le nom de ces « parsonniers » n’est jamais indiqué, pas plus que leur nombre, leurs liens de parenté entre eux ou avec les paysans cités. Du coup, ceux-ci font figure de chefs et de porte-parole auprès des autorités seigneuriales d’une communauté anonyme.

87Il serait cependant discutable d’opposer trop fortement ces divers types d’association les uns aux autres. Elles témoignent toutes de la force des solidarités paysannes. Elles se caractérisent aussi par une grande souplesse d’évolution, autre gage de leur succès. Elles se transforment selon l’histoire de la famille, disparaissent avec les clans en perte de vitesse, se gonflent si besoin s’en fait sentir.

  • 98 A.D. Hte Vienne, D 298 f. 95 (25 mai 1460).
  • 99 Ibid., D 998 f. 86 (9 juin 1460) 4 E 1, 6 f 52 v (19 mai 1467).

88Les ruptures sont rares, au moins devant notaire : les registres des notaires Bordas – lacunaires, il est vrai – n’en ont gardé trace que pour une dizaine sur plus d’un siècle. Elles se traduisent par le partage des biens mis en communauté. Jean Maurot, par exemple, se sépare de ses trois frères et reçoit le quart du « mas Berout » qu’ils avaient reçu en héritage de leur père, Etienne Maurot98. D’autres arrangements sont possibles : lorsque Jean Maucout quitte ses frères – le mobile du départ n’est pas précisé – ceux-ci gardent les biens mais dédommagent le partant en argent. Quand Jean Legrand abandonne la comparsonnerie des Combret, qui exploite un moulin, il a droit à trois écus et à quatre setiers de seigle99.

  • 100 « Crise et renaissance... » p. 276-277.

89A côté de ces « ruptures devant notaire », beaucoup se faisaient par accord tacite, à n’en pas douter. D’une génération et d’un document à l’autre, des associations disparaissent : en Poitou, dans la seigneurie capitulaire de Vaussais et Montjean, aucune frérèche ou comparsonnerie du début du XVe siècle n’apparaît plus dans un terrier de 1476100.

  • 101 « Comparsonneries et reconstruction rurale... » p. 54-58.

90En Limousin, pourtant, elles semblent plus solides. Loin de disparaître avec le temps, elles accueillent en leur sein de plus en plus de membres. Dans la région de Chalus, des fragments de terrier de 1431, de 1464 puis des terriers plus complets de 1488 et 1340 offrent l’occasion assez rare de suivre la vie de ces sociétés pendant plus d’un siècle. En 1431, ce sont essentiellement des frérèches authentiques, peut-être de formation récente : trois sur quatre associent des frères, une seule des oncles et des neveux. En 1464, les frérèches représentent encore 60 % des associations mais le reste est constitué par des « frérèches élargies », oncles et neveux ou paysans ne portant pas le même patronyme. En 1540, enfin, plus aucune frérèche, au sens strict du terme, mais des frérèches élargies aux oncles, neveux, cousins, « consorts » et à des hommes aux patronymes différents. On peut aussi constater, malgré les lacunes et les imprécisions des textes, que certaines associations familiales traversent le siècle : la frérèche élargie des Deysse se retrouve dans tous les terriers du XVe siècle, celles des Boarau et des Chamoulaud de 1431 à 1540. Les solidarités sont fortes. A la disparition d’un père, sa veuve et ses enfants restent dans la frérèche qui leur offre aide et protection : les Desproges et les Alamargot tiennent en communauté le Masaubert ; Simone Alamargot, une de ses membres, est la veuve de Denis Desproges. Le mariage associe en effet deux noyaux familiaux dans la même frérèche élargie : les deux fils Peylet ont épousé Mariote et Pétronille de Lautrete, les deux familles tiennent ensemble le mas du même nom. S’il n’est pas sûr que tous les membres d’une communauté vivent « à pot et à feu », ils colonisent souvent toutes les maisons d’un hameau. A la fin du XVe siècle, selon le terrier de la Beille, on comptabilise plus d’une trentaine de hameaux tenus par des frérèches ou des comparsonneries dans les campagnes proches de Chalus et appartenant à l’abbaye de Saint-Augustin de Limoges101. La frérèche ou la comparsonnerie se confondant de plus en plus avec le mode d’habitat le plus caractéristique du Limousin.

  • 102 CHARBONNIER (P.), op. cit., p. 217, 381-384, 629-639, 798-800, 938-944, 1041-1047. Idem., « Les com (...)

91On explique le succès de ces associations paysannes par le rôle déterminant qu’elles ont joué dans la reconstruction des campagnes limousines. Encore ce rôle doit-il être défini avec précision. Frérèches et comparsonneries sont-elles seulement des « associations fiscales », comme les pagésies auvergnates, ou des associations d’exploitants102 ?

92Dans le premier cas, elles garantissent au seigneur des rentrées de « rentes » plus sûres, aux associés une sauvegarde plus facile de la tenure familiale, une réconfortante solidarité financière, une réduction des frais d’exploitation et de mutation pour chacun. Pour le seigneur comme pour les paysans, ces gages de sécurité financière suffiraient déjà à justifier le succès de la formule auprès des maîtres du sol et de leurs tenanciers.

93Si ces associations fiscales se doublent pourtant d’associations de travailleurs, la participation des frérèches et des comparsonneries à la reconstruction rurale prend une dimension bien supérieure. Elles pèsent de tout leur poids sur la remise en valeur des terres par le nombre de leurs membres et la force de leurs solidarités. Habitués à un travail en commun par tradition familiale, conscients de sauver ou d’agrandir leur patrimoine, frérècheurs et comparsonniers constituent, presque naturellement, les équipes de travail les plus efficaces. Comment les seigneurs qui ont besoin de groupes de travailleurs dynamiques ne rechercheraient-ils pas, en priorité, ces associations plutôt qu’un tenancier individuel, aidé seulement par sa femme et ses enfants ?

  • 103 « Comparsonneries et reconstruction rurale... » p. 59. * Consort » apparaît seulement dans le terri (...)
  • 104 « Frérèches et comparsonneries... » p. 126 note 1.

94L’enjeu de la définition est donc d’importance et les sources ne facilitent pas le choix. Sans doute, certains frérècheurs ne participent-ils pas aux travaux des champs : ils y a des prêtres parmi eux et, quelles que soient leurs origines et leurs attaches paysannes, on les voit mal « labourer », sinon à l’occasion. Frérèches et comparsonneries auraient-elles décidément pris modèle sur les « pagésies » auvergnates, simples associations fiscales ? Certains éléments permettent d’en douter. Au plan juridique, le Limousin et l’Auvergne, provinces voisines, se tournent le dos. L’un est pays de droit écrit, l’autre de coutume. Les influences n’en sont pas facilitées. Il n’est pas sûr que l’on se connaisse beaucoup l’un l’autre, sauf dans les régions de frontière, et que l’on ait grande envie de se copier. Il existe, aussi, un décalage chronologique entre le développement des mouvements associatifs dans les deux provinces : frérèches et comparsonneries se multiplient en Limousin dès le XVe siècle, les pagésies apparaissent dans des textes auvergnats plus tardifs, au XVIe siècle. Les mobiles pour constituer des associations ne sont pas obligatoirement les mêmes d’une période à l’autre, le temps de la reconstruction achevé. Le vocabulaire, ensuite, est différent : le terme de pagésie est inconnu dans les textes limousins ; le mot de « consorts », fréquent dans les textes auvergnats, n’est employé que très rarement en Limousin et pas avant le XVIe siècle103. Dans les actes de reconnaissance des tenures par les frérècheurs et les comparsonniers, le notaire écrit toujours, comme pour les autres tenanciers, qu’ils « tiennent et exploitent » le domaine qui leur a été confié. Formules traditionnelles sans doute, mais dont on ne doit pas sous-estimer la précision juridique et technique. Enfin, dans le terrier de Grandmont, qui ne compte pas moins de quatre-vingt-quatorze reconnaissances de frérèches et cent vingt-sept reconnaissances de comparsonneries, une seule formule indique qu’un chef de comparsonnerie a confié l’exploitation d’une vigne et de terres à un autre individu. N’est-ce pas le signe d’une situation exceptionnelle, scrupuleusement enregistrée par le notaire104 ?

95Il semble donc bien, en définitive, que les frérèches et les comparsonneries limousines ont été, à la fois, des associations fiscales et des associations de travail. Elles ont pu jouer un rôle moteur dans les tentatives de relèvement des campagnes limousines.

La montée en puissance des associations paysannes

96Ce rôle se mesure par le nombre de plus en plus grand des frérèches et des comparsonneries dans les seigneuries rurales et la taille des tenures qui leur sont données.

  • 105 « Comparsonneries et reconstruction rurale... » p. 57 note 43.

97Dès 1431, trois des quatre frérèches du terrier de la Beille jouent un rôle majeur puisque l’abbaye de Saint-Augustin leur confie trois des quatre « mas » accensés cette année-là. En 1464, dans la même seigneurie des campagnes chalusiennes, dix des dix-sept accensements nouveaux vont à de nouvelles frérèches ou à des comparsonneries. Le prieur de la Beille leur confie soit un soit plusieurs mas, au minimum des portions de mas, toujours des domaines d’envergure. En 1488, sur vingt-neuf accensements, vingt-cinq sont destinés à des frérèches ou à des comparsonneries. Celles-ci reçoivent à exploiter des « lieux » qui étaient précédemment tenus par des tenanciers individuels. Le nombre des bras dans chaque association justifie le choix du seigneur : le mas du Négrier tenu par Jean Valle en 1464 est confié à quatre frères, de même que le « repaire » de la Monerie, tenu précédemment par Guillaume Legendre ; les « mas » de la Plagne et du Bost, naguère exploités par Martial Delani, sont confiés à une « frérèche élargie » de huit personnes105.

  • 106 « La tenure en Limousin et Marche », p. 32-33.
  • 107 Il est cependant possible qu’une association exploite d’autres terres dans des seigneuries voisines (...)
  • 108 « Crise et renaissance rurale... » p. 281.

98On constate la même progression des associations paysannes dans la seigneurie poitevine du Chapitre cathédral de Limoges. Dans le « papier » de Vaussais et Montjean de 1402, il n’y a que cinq comparsonneries contre vingt-cinq tenanciers individuels. Certaines exploitent un « albergement », qui est, grosso modo, l’équivalent du « lieu » ou de la tenure bloc limousine106. D’autres n’ont que des tenures plus petites107. En 1476, avec un nouveau terrier, les choses ont bien changé : il y a vingt-deux frérèches ou comparsonneries contre quarante-sept tenanciers individuels. Surtout, le seigneur leur a donné les plus grosses tenures de la seigneurie : trois des quatre plus vastes sont tenues en association. Si les frérèches et les comparsonneries ne tiennent encore que le tiers des tenures capitulaires, la superficie totale de celles-ci est égale à la moitié des surfaces cultivées. En 1500, enfin, un dernier « papier » – d’une interprétation souvent délicate – donne une liste de vingt-sept frérèches et comparsoneries. On trouve à leur tête les plus grosses familles paysannes de la seigneurie. Les Biges, par exemple, malgré leurs convulsions internes, ont encore arrondi leurs possessions. En 1476, ils tenaient un albergement, une « ousche » – c’est-à-dire un jardin – deux terres et un pré. En 1500, ils ont reçu « de nouveau » deux albergements, deux terres de deux séterées chacune, une autre de six boisselées. Même si elles sont plus fragiles que leurs homologues limousines, les associations poitevines tiennent le haut du pavé de leur région au début du XVIe siècle108.

99Pratiquement à la même période et dans un horizon différent – la seigneurie de Grandmont, sur les plateaux limousins et marchois de l’est – il y a quatre-vingt-quatrorze frérèches, cinquante-quatre frérèches élargies, cent vingt-sept comparsonneries contre cent quatre-vingt-trois tenanciers individuels. Les associations paysannes représentent 60 % des tenanciers de Grandmont. Mais leur supériorité se marque plus encore dans la nature et les dimensions de leurs tenures. Alors que la plupart des tenanciers individuels reconnaissent tenir, avant tout, des terres volantes – jardins, vergers, prés et quelques rares vignes – frérèches et comparsonneries ont le contrôle des grands domaines de la seigneurie. Outre les bois et les moulins, elles tiennent en effet surtout des « mas » : sur deux cent-quatre-vingt-un, quarante-cinq sont aux mains de tenanciers individuels, soixante-seize de frérèches, quarante-sept de frérèches élargies, cent douze de comparsonneries ; 85 % des « mas » sont donc exploités par des sociétés paysannes.

100A la fin du XVe siècle, frérèches et comparsonneries dominent de plus en plus le monde rural limousin, restaurant ses champs et peuplant ses hameaux. Fortes de leur nombre, de leurs solidarités et de la préférence seigneuriale, elles ont peu à peu pris à leur compte l’essentiel des reconstructions, cantonné les petits tenanciers individuels dans un rôle de plus en plus secondaire. Elles constituent l’élément dynamique du monde paysan.

  • 109 · Frérèches et comparsonneries » p. 127.
  • 110 « Comparsonniers et reconstruction rurale.... » p. 6l.

101Il serait cependant dangereux d’idéaliser leur action et d’en faire les sauveurs des campagnes limousines. Leur présence dans la seigneurie de Grandmont n’y fait pas disparaître toutes les friches et toutes les terres encore en absine vers 1500109. A l’autre bout de la province, dans la région de Chalus, elles n’ont pas réussi à redresser la situation. Il y a des terroirs abandonnés dans les années 1470. A la fin du siècle, l’union du prieuré de la Beille à l’abbaye de Saint-Augustin de Limoges par lettres royaux de 1494 atteste qu’un relèvement satisfaisant des domaines et de leurs redevances n’a pu être réalisé. Malgré les efforts particuliers des sociétés paysannes, la « grant ruyne et desolacion qui sont de pieca advenues oudit monastère » n’a pu être surmontée110.

102Bien des communautés, tirant la leçon de ces difficultés permanentes ont préféré, comme on l’a vu, chercher fortune ailleurs. Montrant l’exemple et amorçant la migration des autres, elles ont porté un rude coup au peuplement du Limousin.

Sauvetage de la tenure familiale ou sauvetage de la province ?

103En définitive, les intérêts, de ses associations ne s’opposaient-ils pas, malgré les apparences, à ceux des seigneurs ? L’ambition des communautés familiales était de conserver le patrimoine, voire de le faire fructifier aux moindres frais. Cet objectif a été souvent atteint. Mais il se trouvait en opposition avec certaines ambitions seigneuriales, notamment une redistribution des terres au prix fort, à la fin du siècle. La puissance des frérèches et des comparsonneries, au même moment, ne l’a pas toujours permis. Dans une région sans véritable « communauté de village » – le village compte peu dans ce pays d’habitat dispersé – la communauté de hameau et ses chefs ont représenté, par leur nombre et leur réussite sur le terrain, les interlocuteurs privilégiés et forts du seigneur. Elles lui ont sans doute interdit parfois un remodelage des terres et une réévaluation des cens.

  • 111 L’harmonie ne règne pas toujours entre associations paysannes : Une lettre de rémission de 1443 rac (...)

104Tour à tour animatrices de la reconstruction des campagnes et de l’émigration, les communautés paysannes ont, à coup sûr, joué un rôle fondamental dans l’évolution et l’organisation de la société rurale limousine. Mais un rôle ambigu qui en fait les héros d’une reconstruction commencée mais pas partout menée à son terme. Frérèches et comparsonneries ont plus sauvé leurs propres intérêts que ceux de leur seigneur ou de leur province111.

Notes

1 THOMAS (A.), op. cit., donne seulement le chiffre global de l’imposition « octroyée » par les Etats au roi. Aucune indication de feux. Ces chiffres seront exploités dans un dernier chapitre pour apprécier la lourdeur des sacrifices financiers demandés à la province.

2 L. GUIBERT se place dans la tradition de Frédéric LE PLAY. Il rejoint le Provençal Ch. de RIBBE dans sa glorification de la famille parfaite d’autrefois, et de son reflet, le livre de raison familial. Il écrit notamment, dans son introduction aux Livres de raison, registres de familles et journaux individuels limousins et marchois, Paris – Limoges, 1888, p. 3-4 et 7 : « Quant à la famille, partout autour de nous, on étudie avec zèle, avec patience, avec amour tout ce qui a trait à sa constitution, à l’action réciproque de ses membres, à ses mœurs, à son régime intérieur ; on refait d’après des documents authentiques, précis, émouvants parfois dans leur brièveté et leur naïveté l’histoire du foyer de nos ancêtres. On cherche dans les exemples que nous a légués le passé des leçons pour le présent et l’avenir... Nous avions toujours pensé que les livres de raison ne devaient pas être rares dans notre Limousin dont on citait la famille pour sa forte discipline, l’union de ses membres, et la simplicité de leur vie ». Dans l’introduction à son Nouveau recueil de registres domestiques limousins et marchois (p. 1), il évoque « la famille d’autrefois, ce groupe harmonieux et robuste dont la religion consacrait le principe, dont les mœurs réglaient avec tant d’autorité tous les actes... ».

3 Dans la dernière histoire de Limoges (PEROUAS (L.) dir., Histoire de Limoges, Toulouse, 1990) S. LOUIS écrit, à propos de la population de la ville aux XIVe et XVe siècles : « La taille de la famille est en moyenne de six/sept personnes : le père, la mère et quatre/cinq enfants vivants... une fécondité plutôt dynamique » (p. 118). L’étude des livres de raison, particulièrement celui des Benoist, aurait pu conduire à des conclusions un peu moins optimistes, comme on le verra plus loin.

4 LOT (F.), L’état des paroisses et des feux de 1328, Mémoires de l’Académie des inscriptions, t. XIV, 2e partie, p. 89-95, 306, 313·

5 Le procès intenté par Charlotte de Montrésor à Alain d'Albret apparaît pour la première fois dans l’exposé. Il a paru indispensable, pour que l’on puisse apprécier les conditions dans lesquelles il a été fait, la qualité et les bornes de l’information offerte, d’en présenter ici les grandes lignes. Il ne fera cependant l’objet, dans ce chapitre, que d’une exploitation démographique. Il sera ultérieurement repris dans le dernier chapitre, comme un témoignage sur les résultats de la reconstruction et de ses limites (A.D. Pyrénées Atlantiques, B 1724, E 89, 4)8, 657, 667 et 669 ; CLEMENT-SIMON (F.), La vicomté de Limoges, géographie et statistique féodales, Périgueux, 1879).

6 La famille de Bretagne constitue la « deuxième race » des vicomtes de Limoges, après la famille de Comborn. Elle a hérité de la vicomté lors du mariage de Marie de Comborn, avec Arthur de Bretagne en 1277. Après la mort de Jean III de Bretagne en 1341, la vicomté est passée aux mains de Jeanne de Penthièvre, sa nièce, épouse de Charles de Blois.

7 Dans cette hypothèse, comme le montre la note précédente, ces archives pourraient effectivement dater de la fin du XIIIe siècle ou, plus vraisemblablement, de la première moitié du XIVe.

8 CLEMENT-SIMON (F.), op. cit., p. 4.

9 Dans la châtellenie d’Aixe, les chiffres du receveur enquêteur, indiqués paroisse par paroisse, donnent un total de 508 feux : 300 feux à Aix, 30 feux à Burgnat, 10 à 12 feux à Lavignac, 50 à St Martin-le-Vieux, 40 à 50 à St Priest-sous-Aixe, 12 à Saint Yrieix-sous-Aixe, 50 à Sereilhac, 4 à Teixon, les feux de Meilhac et Verneuil n’étant pas indiqués. Or le mémoire final d’Alain d’Albret compte seulement 300 feux dans la châtellenie. On a préféré, dans ce cas, garder les chiffres du receveur qui semblent serrer la réalité de plus près – même si le receveur lui-même hésite parfois entre deux estimations voisines.

10 A.D. Pyrénées-Atlantiques, E 669 ; Ans, Dordogne, c Archignac, cant. Salignac-Eyvigner, arr. Sarlat-la-Caneda ; Montroyal, c. Cubjac, cant. Savignac-les-Eglises, arr. Sarlat-la-Canéda ; Saint-Lazare, c et cant. Thenon, arr. Sarlat-la-Canéda ; Saint-Pantaly, c et cant. Savignac-les-Eglises, arr. Sarlat-la-Canéda. Cf. cartes de la population p. 241-243.

11 Auberoche, Dordogne, c et cant. Thenon, arr. Sarlat-la-Canéda ; Montagnac d'Auberoche, idem.

12 Dans la châtellenie d’Auberoche, seuls les feux de Montagnac d’Auberoche ont fait l’objet de partages ; six paroisses dans la châtellenie d’Ans sur dix-huit ; ces « partages » ajoutent 80 feux à la châtellenie qui en compte 656 soit une augmentation de l'ordre de 12 %.

13 Le Brouchaud, Dordogne, c. et cant. Thenon, arr. Sarlat-la-Canéda.

14 Saint-Rabier, Dordogne, c et cant. Thenon, arr. Sarlat-la-Canéda ; Badefol d’Ans, c et cant. Hautefort, arr. Sarlat-la-Canéda ; la Boissière, c. et cant. Thenon, arr. Sarlat-la-Canéda ; la Grange d’Ans, c et cant. Hautefort, arr. Sarlat-la-Canéda.

15 Ajat, Dordogne, c et cant. Thenon, arr. Sarlat-la-Caneda ; Saint-Crépin (d’Auberoux), c et cant. de Saint-Pierre-de-Chignac, arr. Périgueux.

16 Ayen, Corrèze, ch.-l – cant., arr. Brive ; Cublac, c. et cant. Larché, arr. Brive ; Saint-Robert, cant. d’Ayen, arr. Brive ; Louignac, ibid. ; Saint-Cyprien, ibid.

17 Château-Chervix, Haute-Vienne, cant. Saint-Germain-les-Belles, arr. Limoges. Une « borderie » est une petite exploitation. Il y a encore là une notion plus agricole qu’administrative.

18 Ségur-le-Château, Corrèze, cant. Lubersac, arr. Brive. A Saint-Eloy-les-Tuileries, il y a 25 feux dans le bourg, 20 en dehors ; à Saint-Julien Vendemon, 30 feux dans le bourg, 40 en dehors.

19 Il est possible que certains de ces receveurs insistent sur la pauvreté des feux pour mieux servir les intérêts de leur maître. On a cependant vu que le receveur d’Aixe, par exemple, fait scrupuleusement les choses. Il n’est sans doute pas le seul.

20 On peut toutefois croire que dans ces paroisses rurales cette évasion fiscale – et par voie de conséquence, démographique – est minime. Les élites s’y réduisent à quelques individus. Les feux « pauvres – ou « mendiants » sont pris en compte. Seuls les plus misérables échappent à l’impôt.

21 Saint-Yrieix, Haute-Vienne, ch.-l.-cant., arr. Limoges ; Courbefy, c. Saint-Nicolas-de-Courbefy, cant. Bussière-Galant arr. Limoges.

22 Dictionnaire des Postes, Paris, 1876,· Dictionnaire national des communes de France, Paris 1984. 2

23 Ces calculs de densité ont été réalisés en feux/km2. On évite d’accroître encore la marge d’erreur et de retomber dans le débat sur le coefficient à appliquer au feu pour passer au nombre d’habitants (cf. La démographie médiévale, sources et méthodes, actes du congrès de l’A.HM.E.S.P., Nice, 1970).

24 Les « partages » sont faits dans des châtellenies aujourd’hui situées en Dordogne.

25 Carte des pertes de feux p. 242.

26 Lors de son procès, Mérigot Marchès avait rappelé les ravages qui avaient frappé la région dans la première partie de la guerre de Cent Ans. Les registres du notaire Jean Fabre mentionnent aussi les « guerres » et les « terres en absine » (A.D. Hte Vienne, D 297 et 298.)

27 Il y a 300 feux à Aixe – chiffre rond un peu suspect – 208 autres dans les paroisses voisines.

28 Non seulement Aixe a pu profiter de l’activité économique de Limoges mais aussi de sa ruine, en 1370. Lorsque le Prince Noir a pris et pillé la Cité de Limoges – en respectant le Château, allié des Anglais – certains habitants se sont réfugiés à Aixe (« autrefois de Limoges » disent les textes). Même mouvement de fuite vers Aixe et ses campagnes en temps de peste. Certains Limougeauds y résident-ils en permanence ensuite ? Enfin, lorsque les routiers se sont installés à Limoges dans les ruines de la cathédrale, Aixe a servi de refuge à l’évêque de Limoges et sans doute, à d’autres habitants de la Cité. Il est vrai, qu'a contrario, le château d’Aixe a été, à d’autres moments, un repaire de « brigands ».

29 Cf. carte des densités des feux de la vicomté p. 243.
Image 100000000000015F0000005E4B3FB79387AF166C.jpg

30 On retient l’hypothèse selon laquelle les chiffres de madame de Montrésor correspondent à une vision idéalisée de la vicomté au début du XIVe siècle ; les receveurs de monsieur d’Albret ont réalisé leurs enquêtes dans le dernier quart du XVe siècle.

31 Cf. carte des pertes de feux p. 242.

32 BOUTRUCHE (R.), « Les courants de peuplement dans l’Entre-Deux-Mers, étude sur le brassage de la population rurale », Annales d’Histoire économique et sociale, t. VII, 1935, p. 133-134.

33 Une « guerre de Ségur » déborde le cadre de la région mais y a son centre.

34 La châtellenie d’Auberoche aurait perdu 40 % environ de sa population ; celles d’Excideuil et de Génis-Moruscle un peu moins.

35 Peyzac perd 27 % de sa population, la châtellenie d’Ans 28 %.

36 Un des rares non-Provencaux à fréquenter l’Université d’Aix est un Limousin (COULET (N.), Aix-en-Provence, espace et relations d’une capitale, Aix-en-Provence, 1988, p. 575) ; Des marchands limousins se sont établis à la Rochelle. (FAVREAU (R.), « Les Limousins à la Rochelle au Moyen Age », Villes, bonnes villes, cités et capitales, mélanges offert à B. Chevalier, Tours 1989, p. 133-140). Des liens d’alliance existaient entre les familles bourgeoises de Limoges et de Périgueux (HIGOUNETNADAL (A.), Péngueux aux XIVe et XVe siècles, étude de démographie historique, Bordeaux, 1978, p. 228).

37 BILLOT (C.), « Les migrants limousins à la fin du Moyen Age, essai de typologie », B.S.A.H.L T. CXI, 1984 p. 69-85.

38 « Confiscation et connaissance d’une seigneurie... » p. 132. N’imaginons cependant pas des « serfs fixés à la glèbe » par un nouveau servage à la prussienne. Il s’agit de servitude réelle. Ces paysans pourraient s’en aller. Ils restent.

39 CHARBONNIER (P), Une autre France, la seigneurie rurale en Basse Auvergne du XIVe au XVIe siècle, Clermont-Ferrand, 1980, p. 528-529.

40 LARTIGAUT (J·), Les campagnes du Quercy après la guerre de Cent Ans, Toulouse, 1978, p. 88.

41 HIGOUNET-NADAL (A.), op. cit. p. 227-228.

42 BOUTRUCHE (R.), op. cit, p. 188-189.

43 FOURQUIN (F.), op. cit., p. 426 et 428.

44 C. BILLOT et A. HIGOUNET-NADAL considèrent qu’il y a migration authentique lorsqu’il y a déplacement d’une trentaine de kilomètres, une journée de marche. On peut en déduire qu’une « migration de voisinage » ne doit guère dépasser trois jours de marche et une centaine de kilomètres. Dans les exemples suivants, on s’efforcera de donner la distance, à vol d’oiseau, entre le point de départ et le point d’arrivée.

45 CHARBONNIER (P.) ; op. cit, p. 529 ; la Rochette, Creuse, c Saint-Médard-de-la-Rochette, cant. Chénerailles, arr. Aubusson ; il y a 70 km entre les deux, deux journées de marche environ.

46 Olby, Puy-de-Dôme, cant. Rochefort-Montagne, arr. Clermont-Ferrand. Il y a 70 kms entre la Rochette et Olby, deux jours de marche encore. A peu près à la même époque des migrants auvergnats s’installent ou se réinstallent à Olby : en 1396, Jean Cresche, né à Olby mais vivant à Sainte-Madeleine-de-Clermont revient à Olby ; en 1427, Jean Levadour s’installe, lui aussi près d’Olby, à Vanges (P. Charbonnier, p. 528-529).

47 Ibid. ; Dontreix, Creuse, cant. Auzances, ar. Aubusson ; Quaire, c Murat-le-Quaire, Puy-de-Dôme, cant. Rochefort-Montagne, arr. Clermont-Ferrand ; 60 km entre les deux, deux jours de marche.

48 Tortebesse, Puy-de-Dôme, cant. Herment, arr. Clermont-Ferrand, Entre Dontreix et Tourtebesse, 40 kms seulement, une grosse journée de marche.

49 Lartigaut (J.) op. cit, p. 108 ; Chamberet, Corrèze, cant. Treignac, arr. Tuile ; Carvès (?), Dordogne, cant. Belvès, arr. Sarlat-la-Caneda. Une bonne centaine de kilomètres entre les deux et au moins trois journées de marche, aux limites des « migrations de voisinage ».

50 Ussac, Corrèze, cant. et arr. Brive ; Lougratte, Lot-et-Garonne, ar. Villeneuve-sur-Lot, cant. Castillonnes ; 100 kms entre les deux villages. La encore, ce sont les limites d’une émigration de voisinage.

51 Orliac de Bar, Corrèze, cant. Corrèze, arr. Tulle ; Marminiac, Lot, c. et cant. Cazals, arr. Cahors ; plus de 100 kms entre Orliac et Marminiac. Même remarque que pour les cas précédents.

52 Réjade, Corrèze, c Nespouls, cant. Brive-sud, arr. Brive, Veyrac (?), Dordogne, cant. et arr. Sarlat-la-Canéda ; 40 kms entre les deux.

53 Ladignac-sur-Rondelles, Corrèze, cant. et arr. Tulle ; Chanac-les-Mines, Corrèze, cant. et arr. Tulle Espagnac, Corrèze, cant. La Roche-Canilhac, arr. Tulle ; Cazillac, Lot, cant. Martel, arr. Gourdon ; 40 kms seulement entre points de départ et d’arrivée.

54 BILLOT (C.), art. cit, p. 73.

55 Amac, Hte Vienne, cant. Saint-Sulpice les Feuilles, arr. Bellac ; Martel, Lot, ch.-l.-cant., arr. Gourdon ; 125 kms, 5 jours de marche.

56 Bessac, Mauzac, Hte Garonne, cant. Carbonne, arr. Muret. Les migrants ont parcouru plus de 300 kms. L’aventure commence mais c’est une aventure payante : les deux Mazet se retrouvent à la tête de deux mas contigus. Qu’avaient-ils abandonné sur leur rudes plateaux marchois ?

57 BOUTRUCHE (R.), art. cit., p. 134 ; BILLOT (C.) art. cit. p. 74 ; Leyrat, Creuse, cant. Boussac, arr. Guéret ; Cussac - Fort-Médoc, Gironde, cant. Castelnau-de-Médoc, arr. Bordeaux.

58 Idem, op. cit. p. 189.

59 CORBIN (A.), Archaïsme et modernité en Limousin au XIXe siècle, Paris, 1975 ; NADAUD (M.), Mémoires de Léonard, ancien garçon maçon, Bourganeuf, 1895.

60 FOURQUIN (G.), op. cit. p. 426 et 428 note 207.

61 GUENEE (B), Tribunaux et gens de Justice dans le bailliage de Senlis à la fin du Moyen Age (vers 1380-vers 1550), Paris, 1963, p. 43. Seuls quelques Bretons et un Bourbonnais ont entrepris d’aussi longs déplacements. Un Espagnol, venu de Grenade, est un migrant beaucoup plus tardif (1540) et il s’agit d’un maître de poste.

62 BILLOT (C.), Chartres à la fin du Moyen Age, Paris, 1987.

63 Idem, art. cit. p. 72.

64 Ibid p. 73.

65 Ibid p. 72 note 10.

66 BOUTRUCHE (R.), art. cit, p. 130.

67 Martial Baunat, Jean Daumone et Etienne Mazet ont tous les trois reçu deux mas contigus (Billot (C.), art. citn p. 71, note 1).

68 Ibid. p. 73. Juillac, Corrèze, ch.-l.-cant., arr. Brive.

69 Le terme « en absine », sans indication de tenancier, se retrouve dans les textes de la fin du XIVe siècle – à Veyrac, par exemple (« Confiscation et connaissance d’une seigneurie... » p. 128), jusqu’à la fin du XVe siècle, particulièrement sur les plateaux et la montagne de l’est. A.D. Hte Vienne, H 75 provisoire, terrier de Grandmont). Il n’y a pas de témoignages sûrs de villages abandonnés. Un érudit a relevé un certain nombre de villages disparus dans l’actuel département de la Creuse. Mais sa démonstration, fondée sur une simple étude toponymique, n’est appuyée sur aucune recherche archéologique (CALINAUD (R.), « Villages disparus », Mémoires de la société des Sciences... de la Creuse, 1967, p. 334-354). A défaut de Totalwüstungen, il y a sans doute de nombreux Teilwüstungen, pour reprendre la terminologie de W. ABEL (Villages désertés et histoire économique XI-XVIIIe siècles, Paris, 1965, p. 516).

70 A.D. Haute-Vienne H 75 provisoire, terrier de Grandmont. Certains Limousins émigrent dans la baronnie berrichonne de Graçay, (MICHAUD-FREJAVILLE (F.), Les campagnes berrichonnes à la fin du Moyen Age, thèse d’Etat en voie d’achèvement).

71 Ibid, f. 138 v, f. 140.

72 Ibid, f. 50 et D 997.

73 « Les limites d’une reconstruction... » p. 20-21. et tableau p. 33-39.

74 « Crise et renaissance rurale... » p. 271-281.

75 Les renseignements démographiques essentiels sont donnés dans les livres de raison des Benoist – sur trois générations – de Psaumet Péconnet de Limoges et de Gérald Tarneau de Pierre-Buffière. Une opposition parfaite entre la capitale de la région et un bourg de la campagne limousine.

76 BIGET (J L.) et TRICARD (J.), « Livres de raison et démographie familiale en Limousin au XVe siècle », Annales de démographie historique, 1981, p. 321-363. Le développement qui suit est fondé sur cet article.

77 On sait que les Benoist engagent des nourrices : l’une d’elles est à l’origine d’une des nombreuses disputes entre Etienne Benoist et sa troisième femme, Jeanne Colombe. (GUIBERT (L.), le troisième mariage d’Etienne Benoist, Limoges, 1893, p. 4).

78 A Périgueux, les familles ont deux enfants survivants, en moyenne (HIGOUNET-NADAL (A.) op. cit, p. 290).

79 Gérald Tarneau, le notaire de Pierre-Buffière signale dans son – journal » que son fils aîné a été sevré à vingt-deux mois et demi et qu’il en a été malade ; son deuxième fils est sevré à vingt mois, le 9 mai 1427 ; pourtant, une fille naît le 22 octobre de la même année. L’allaitement materne1 n’a pas d’effet stérilisant absolu (LEROUX (A.) éd., op. cit, p. 236).

80 Sur les huit enfants de Gérald Tarneau et sa femme, deux meurent à la naissance, un à moins de trois ans, un autre avant dix ans (« Livres de raison et démographie familiale... » p. 345).

81 Recevoir et loger le bourgeois propriétaire de la métairie en temps de – peste – est une des clauses les plus fréquentes dans les baux à métayage de la fin du XVe siècle et du début du XVIe (« Le métayage... » p. 16).

82 Les paysans intègrent plutôt l’enfant dans l’association familiale, frérèche élargie ou comparsonnerie.

83 Cette image paraît annoncer le célèbre tableau de La Bruyère sur la misère paysanne.

84 A.D. Hte Vienne, 4 E1, 1 à 4 E1, 8

85 Ibid, 3 G 3

86 B.N., fonds latin 9200.

87 A.D. Hte Vienne, fonds des Cars, no 9729 provisoire.

88 Ibid., H 75 provisoire.

89 Nombreuses terres en absine, surtout dans le terrier de Grandmont (Ibid.).

90 Le taux de mortalité est légèrement plus fort entre vingt et trente ans (« Livres de raison et démographie familiale... » p. 352).

91 « Confiscation et connaissance d’une seigneurie... » p. 127-128.

92 A.D. Hte Vienne, 1 H 39. Le Puy-Pouchet, Hte Vienne, c., cant. et arr. de Limoges.

93 Ibid, 3 H 49.

94 B.N., fonds latin 9193.

95 La frérèche ne se constitue donc pas toujours au moment de la mort du père, comme on le pense parfois. TRICARD (J.) « Comparsonniers et reconstruction rurale dans le sud du Limousin au XVe siècle », Actes du 104e Congrès national des Sociétés Savantes, Paris 1981, p. 51-62 ; idem, « Frérèches et comparsonneries à la fin du XVe siècle : un exemple limousin, Revue d'Auvergne, 1986, no 2, p. 119-127.

96 AUBENAS (R), « Tendances archaïsantes et famille artificielle en pays de droit écrit au Moyen Age », Annales du Midi, 1941, p. 113-114.

97 Le même homme peut d’ailleurs, d’un texte à l’autre, être appelé par son patronyme, un nom de lieu ou sobriquet, y compris devant notaire.

98 A.D. Hte Vienne, D 298 f. 95 (25 mai 1460).

99 Ibid., D 998 f. 86 (9 juin 1460) 4 E 1, 6 f 52 v (19 mai 1467).

100 « Crise et renaissance... » p. 276-277.

101 « Comparsonneries et reconstruction rurale... » p. 54-58.

102 CHARBONNIER (P.), op. cit., p. 217, 381-384, 629-639, 798-800, 938-944, 1041-1047. Idem., « Les communautés familiales en Auvergne d'après les terriers · Revue d'Auvergne, t. 95 no 4, p. 253-263 ; Idem., « Les communautés à plusieurs étages en Auvergne et en Bas-Limousin », Les communautés villageoises en Europe occidentale du Moyen Age aux Temps Modernes, Flaran t. 4, 1982, p. 209-214 ; « Avec les parsonniers », Revue d’Auvergne, t. 95, no 4.

103 « Comparsonneries et reconstruction rurale... » p. 59. * Consort » apparaît seulement dans le terrier de 1540.

104 « Frérèches et comparsonneries... » p. 126 note 1.

105 « Comparsonneries et reconstruction rurale... » p. 57 note 43.

106 « La tenure en Limousin et Marche », p. 32-33.

107 Il est cependant possible qu’une association exploite d’autres terres dans des seigneuries voisines. On ne peut mesurer son importance à la seule aune de la seigneurie capitulaire.

108 « Crise et renaissance rurale... » p. 281.

109 · Frérèches et comparsonneries » p. 127.

110 « Comparsonniers et reconstruction rurale.... » p. 6l.

111 L’harmonie ne règne pas toujours entre associations paysannes : Une lettre de rémission de 1443 raconte le conflit opposant deux d’entre elles dans la châtellenie de Chalucet à propos de la terre de « la Graulière ». Les uns l’ont semée en blé, les autres prétendent en être propriétaires. Une échauffourée violente s’ensuit, à coups d’instruments de travail. Un des participants, Jean de la Planche est tué, la famille adverse, les Menières, doit quitter le pays et demander une lettre de rémission. La reconstruction des campagnes ne se fait pas toujours sans heurts entre familles dominantes et elle a ses victimes (BRAUN (P.), « Un conflit entre paysans en Limousin au XVe siècle », Les entreprises et les hommes, Mélanges offerts à Guy Chambon, 1992, p. 277-303).

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/24288/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 16k

© Éditions de la Sorbonne, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search