Version classiqueVersion mobile

Les campagnes limousines du XIVe au XVIe siècle

 | 
Jean Tricard

Chapitre I. Le Limousin, « povre pays » : handicaps de toujours et « malheurs des temps »

Texte intégral

Malheurs d’exception ou malheurs ordinaires ?

  • 1 FROISSART, Chroniques, LUCE (S.) éd, Paris 1869-1931, t. VIII-2, p. 270.

1Le Limousin, « povre pays », la formule est de Froissait et elle est heureuse. Elle ne prétend certes pas décrire les handicaps naturels de la région. Elle dit seulement les ravages des campagnes et leur pauvreté, la difficulté pour une chevauchée d’y trouver à se nourrir1. Elle rejoint ainsi d’autres formules et d’autres mots puisés dans les écrits du temps et qui disent simplement tous les malheurs qui s’abattent à la fin du Moyen Age sur les hommes et les terres, incendies, guerres, pillages, famines, « pestes » et « mortalités », « remuements » des monnaies, terres « déguerpies » ou « en absine », « gastées » ou « arses », pour se résumer dans cette « ruine des campagnes » qui revient comme un leitmotiv dans tant de textes. Sans doute y a-t-il dans la formule une part de complaisance puisqu’on sait bien qu’elle accompagne et justifie toute demande de réduction d’impôt ou de secours. Mais la répétition et la richesse de ce vocabulaire du malheur attestent qu’un drame aux mille facettes se déroule alors en Limousin, comme dans bien d’autres régions du royaume.

  • 2 BOIS (G.), La crise du féodalisme, économie rurale et démographie en Normandie orientale du début (...)

2Il ne s’agit pas en effet ici de tenter de persuader le lecteur que les campagnes du Limousin ont subi les pires désastres et ont été plus dévastées que les campagnes du Bordelais, de l’Ile-de-France ou de la Normandie, par exemple. Il ne paraît pas y avoir eu « d’Hiroshima en Limousin » au XVe siècle, pour pasticher une formule célèbre et controversée2. Comment, d’ailleurs, trouver des indices capables de mesurer à coup sûr la ruine et d’établir le palmarès de l’horreur au quotidien ? Plus simplement, on voudrait dresser ici un tableau des malheurs des campagnes limousines pour montrer à quels obstacles se sont heurtées les tentatives de reconstruction et souligner, tour à tour, la banalité ou l’originalité de la situation limousine, les répercussions sur le comportement des hommes du Limousin.

Les handicaps naturels

3La misère des campagnes limousines n’est pas liée à la seule conjoncture mais d’abord à des handicaps naturels qui sont de tous les temps – c’est le cas de tous les pays pauvres. Tout au plus ces handicaps de toujours pèsent-ils davantage par temps de crise.

  • 3 L’analyse géographique a été essentiellement réalisée à partir de DUPUIS (J.) Carte pédologique de (...)

4Le Limousin n’offre pas des contrastes physiques régionaux très marqués. Il est constitué par une suite de plateaux cristallins aux sols médiocres, la roche-mère cristalline libérant argiles et sables siliceux. L’humidité, élevée en permanence, entraîne un lessivage intense des sols et l’élimination des éléments fertiles3.

« Mauvais pays » de l’est : la « Montagne » et les hauts plateaux

5On peut cependant distinguer deux grands ensembles, les pays de l’Est et les pays de l’Ouest. Les premiers sont les « mauvais pays » par excellence : c’est, au-dessus de 500 mètres, le Limousin de la « Montagne » et des hauts plateaux qui l’encadrent, succession des Monts de Blond, d’Ambazac, de Saint-Goussaud et d’Eymoutiers. La « Montagne limousine », tout d’abord, est particulièrement déshéritée, constituée par de vastes plateaux aux formes molles, dominés par des buttes aux flancs raides qui rendent difficiles le maintien des sols et le travail agricole. Ses sols légers ne sont pas plus médiocres que d’autres et se prêtent même davantage à l’exploitation par des techniques rudimentaires. Mais la « Montagne » est défavorisée par les rigueurs d’un climat d’altitude : gel, pluies et chutes de neige y lessivent les sols et en aggravent la pauvreté. On comprend que les implantations humaines n’y aient jamais été denses.

6En contrebas de la « Montagne » s’étendent les hauts plateaux – entre 700 et 500 mètres – qui bénéficient d’une couverture de sols bruns plus fertiles. Mais le cloisonnement des plateaux, l’encaissement des cours d’eau, la raideur des pentes, l’abondance des précipitations en font une zone à peine moins inhospitalière que la « Montagne ».

Bas plateaux et vallées de l’ouest, de « bons pays » ?

7La partie occidentale du Limousin n’est une bonne région qu’en comparaison avec ce « croissant infertile » de l’est. Elle présente quelques caractères plus favorables à la vie rurale. L’altitude y est moins élevée – 450 à 200 mètres – le climat un peu plus doux, la pluviosité un peu moins forte, la circulation plus facile. La région de Limoges a des sols bruns moins lessivés que ceux de l’est et favorables, lorsque l’argile reste en place, à la culture des céréales et surtout à l’élevage. La circulation y est aisée, ce qui constitue son atout majeur. Plus à l’ouest, une zone de bas plateaux aux sols légers bénéficie de meilleures conditions climatiques, une moindre pluviosité et un meilleur ensoleillement. Les vallées de la Vienne et de la Gartempe y ouvrent des voies naturelles de pénétration. Leurs sols alluviaux, lourds et acides, ne conviennent guère aux cultures céréalières, mais davantage, en revanche, aux prairies et aux pâturages. Enfin, au sud, le bassin de Brive jouit d’un climat plus chaud, de sols plus riches. Le reste du Bas-Limousin est constitué de plateaux calcaires et froids, peu favorables à l’économie rurale.

Les « malheurs des temps » : les guerres

8A ces handicaps naturels de tous les temps, s’ajoutent, en cette fin de Moyen Age, les « malheurs des temps ». On sait que cette expression, attribuée à Jean Juvénal des Ursins, évoque toutes les calamités qui s’abattirent sur le royaume de France aux XIVe et XVe siècles, calamités naturelles comme calamités dues aux hommes, catastrophes climatiques, famines, « pestes » et guerre essentiellement.

9« Les guerres » étaient considérées par les contemporains comme le premier responsable de la « ruine des campagnes ». Et il est vrai que le Limousin eut sa part des ravages guerriers, pas tous directement imputables à la guerre franco-anglaise. Plus précisément, on peut opposer, sur le plan des opérations militaires, un « court XIVe siècle » pendant lequel le Limousin fut essentiellement partie prenante et terrain de manœuvres de la « grande guerre » de Cent Ans – entraînant des conflits annexes – et un « long XVe siècle » qui fut dominé en Limousin par la multiplication des guerres locales sur fond de conflit franco-anglais.

La « guerre anglaise » au XIVe siècle

  • 4 JEAN LE BEL, Chronique, VIARD (J·) et DEPREZ (E.), éds, Paris, 1904, t. I, p. 220.
  • 5 FROISSART, Chroniques, t. IV, p. 68 ; Comborn, Corrèze, c Estivaux, cant. Vigeois, arr. Brive.
  • 6 A.D. Hte Vienne, fonds Solignac, no provisoire 4229 ; Guibert (L), Chalucet, 1887, p. 70-72.
  • 7 Auberoche, Dordogne, c Fanlhac, cant. Montignac, arr. Sarlat ; Saint-Auvent, Vienne, cant. Saint-L (...)
  • 8 MOLINIER (E.), Etude sur la vie d’Arnoul d’Audrehem, Mémoire de la Société de l’Académie des Inscr (...)
  • 9 CLEMENT-SIMON (G.), « La rupture du traité de Brétigny et ses conséquences en Limousin », Bulletin (...)

10Les campagnes limousines eurent très tôt à souffrir durement des opérations militaires. La situation de la province dans la géographie politique du temps l’explique assez. Le Limousin est alors pays de frontière entre possessions françaises et possessions anglaises et lieu privilégié de passage et de rencontre pour les deux adversaires. Les trêves même sont « mal tenues et gardées » pour reprendre la formule de Jean le Bel4 et les ravages sont continus. Plutôt que de la permanence du danger, les chroniques ont gardé souvenir des épisodes les plus spectaculaires de cette activité guerrière. A travers elles, nous savons que le Limousin devient à partir de 1344 une zone de passage et de combat. Un va-et-vient de troupes commence. En 1346, le duc de Normandie et son ost traversent le pays et, la même année, une chevauchée de Lord Derby ravage le Bas Limousin et prend Tulle. Dès lors, la province connaît une première période de troubles qui ne se ralentit pas avant 1375. La « guerre anglaise » s’accompagne de * guerres des brigands » dont elle facilite le développement. Guerre publique et guerres privées se conjuguent sans qu’il soit toujours possible aux contemporains comme à l’historien de faire le départ entre elles. Au reste, le « malheur » est le même pour les campagnes. Le Limousin a eu très tôt à souffrir des routiers : en 1348, la bande du « brigand Bacon » s’est emparée du château de Comborn en Bas Limousin et ne le rend que contre le versement d’une forte somme5. Dès cette époque – c’est un signe inquiétant de l’affaiblissement de la puissance publique – les autorités paraissent incapables de faire respecter leur souveraineté, particulièrement dans les campagnes dans lesquelles les petits seigneurs locaux se livrent à des exactions en toute impunité. Ils bafouent au quotidien les ordres du roi : ainsi Jean le Bon avait-il, en 1346, interdit aux châtelains voisins de l’abbaye de Solignac, de fondation royale, de lever « tailles, manobres et autres servitudes » sur les paysans de l’abbaye. Cette interdiction n’empêche nullement le seigneur de Chalucet, un château proche de Solignac, de venir piller le marché et d’y enlever des hommes avant de revenir pour dérober « blés, vins et autres vivres... avecques grosses, injurieuses et villènes paroles de la sauvegarde du roi »6. Dans le même temps, les troupes anglaises multiplient les prises de châteaux en Périgord et en Bas Limousin, s’emparant d’Auberoche, Saint-Auvent, Excideuil, Maisonnais, Montbrun7. Une contre-attaque est enfin lancée par le maréchal Arnoul d’Audrehem, « lieutenant du Roy es pays entre Loire et Dordogne » ; mais en 1353 un combat a lieu près de Comborn au cours duquel le parti français aurait perdu quelque 150 hommes8. Le successeur d’Arnoul d’Audrehem, le maréchal de Clermont, tente de contenir, au moins, un adversaire qu’il ne peut vaincre : les Etats de la province lui consentent un subside « à la condition que le maréchal ou tout autre bon capitaine restera en Limousin, qu’il construira un fort devant Excideuil », toujours aux mains des Anglais que l’on n’a pu déloger9.

  • 10 Annales manuscrites de Limoges, E. RUBEN, A. ACHARD et P. DUCOURTIEUX, éds, Limoges, 1862, p. 232.
  • 11 LUCE (S.), Histoire de Bertrand Du Guesclin et de son époque, Paris, 1876, p. 471.

11A partir de 1355, l’échec français dans la province est patent et se dessine une nouvelle série d’attaques anglaises : « l’an 1355, les Anglais estant en Guiennne prindrent le château de Nontrond où Helies de l’Estrade tenoit garnison... (les Anglais) ayant augmenté leurs compagnies pillaient le Limousin, Périgord, Augoumois et le Poictou, prenant les fors de Chastaingt, Morselle, Ségur, Chateau-Chevis, Ayen, Aixe »10. Cette énumération montre comment, partis du Bas-Limousin, les Anglais s’installent peu à peu au cœur de la province, sans rencontrer grande résistance. Pas plus que la chevauchée du Prince Noir qui ravage les lisières du Limousin et de la Marche en 1356. A la même époque, des garnisons anglaises tiennent les châteaux de la « Montagne », La Chapelle-Taillefert (1356), Beaumont (1357), Semur (1357)11.

  • 12 DELISLE (L.), Mandements et actes divers de Charles V, Paris, 1874, p. 309, no 619.
  • 13 Chalus, Hte Vienne, ch. 1. cant., arr. Limoges ; Courbefy, Hte Vienne, c St Nicolas de Courbefy, c (...)

12Si un répit fut accordé aux campagnes limousines après le traité de Brétigny qui fit du Limousin une possession du duc d’Aquitaine, il fut de courte durée. L’agitation guerrière reprend en effet dès 1368, en Limousin comme dans l’ensemble de l’Aquitaine anglaise. Agitation d’autant plus dangereuse pour le plat pays que la politique de ralliement menée par Charles V entraîne une multiplication des conflits locaux de château à château, de seigneur à vassal. La ville du Dorat, par exemple, située en Basse Marche se déclare pour le roi de France alors que le comte de la Marche reste fidèle, dans un premier temps au moins, au parti anglais12. Mais lorsque le comte change ensuite de camp, ses châteaux de Chalucet, de Chalus et de Courbefy constituent autant de menaces pour les châteaux « anglais » voisins, Pierre-Buffière13 Solignac et le Château de Limoges.

13Puis, couronnement de la politique française de reconquête, des mouvements guerriers qu’elle suscite, des risques qu’elle fait courir aux biens et aux hommes, c’est la marche de trois armées sur Limoges en 1370. Une armée française, sous les ordres du duc de Berry, vient du Berry, traverse la Marche et le Limousin et obtient, avec la complicité de l’évêque de Limoges, la reddition de la « Cité » mais non du « Château » de Limoges. Une autre armée française, conduite par Du Guesclin, vient du Périgord et fait sa jonction avec les troupes du duc de Berry sous les murs de la ville. Enfin – les deux armées françaises à peine reparties depuis un mois – le Prince Noir, parti de Cognac, se présente devant la Cité qu’il prend d’assaut et livre au pillage.

  • 14 LEROUX (A.), « Le sac de la cité de Limoges et son relèvement, 1370-1464 », B.S.A.H.L., t. LVI, 19 (...)

14On sait, grâce au récit plein de verve et de fureur qu’en a fait Froissait, quel retentissement a eu cet épisode : assaut spectaculaire, duels chevaleresques, fleuve de sang et pillage, rien n’a manqué pour en faire le prototype de la prise d’une ville. On n’ignore plus, particulièrement depuis la mise au point d’A. Leroux, que le chroniqueur, par souci de la beauté du récit et de l’amplification épique, a largement exagéré la ruine de la ville. Il fut suivi en cela par certains de ses contemporains, soucieux d’en tirer des avantages financiers. Avec autant de talent que d’exagération, les chanoines de la cathédrale ont évoqué, dans une célèbre supplique au pape, le sort d’une population réduite à quelques habitants. La critique moderne a fait justice de ces témoignages intéressés sur le « sac de Limoges »14. De plus, la Cité n’est pas tout Limoges. L’autre ville, le Château, était une agglomération plus considérable qui n’eut pas à souffrir du passage du Prince Noir. Elle lui avait gardé, face aux armées françaises, une fidélité méritoire. Tout au plus peut-on retenir les pertes que subirent alors les maisons, les terres et les vignes dans la Cité et la banlieue de Limoges.

  • 15 FROISSART, Chroniques, t. VII, p. 248.
  • 16 Annales manuscrites, p. 274.
  • 17 GUIBERT (L.), Chalucet, pièce justificative no 18.
  • 18 Idem, p. 78.
  • 19 Annales manuscrites, p. 274 ; « Champagnac » est plus vraisemblablement Compreignac, Hte Vienne, c (...)
  • 20 B.N., fonds latin 9193 f. 419

15En revanche, les campagnes limousines proprement dites souffrirent sans doute beaucoup plus du passage dévastateur, de ces trois armées, en quelques mois. Pendant le siège entrepris par le Prince Noir, Du Guesclin ravagea la région pour faire lâcher prise à l’adversaire : « bien le savoit li princes et en venoit à lui les plaintes tous les jours ; mais il avoit pris trop à cuer l’avenue de Limoges »15. Après la prise de la Cité, des bandes françaises continuent à battre la campagne comme cette « route » menée par le Breton Thibaud du Pont qui ravage le sud du Haut-Limousin16. Surtout, le Prince de Galles, qui a besoin de nourrir ses troupes et de venger la défection de certains seigneurs limousins « tournés » français, multiplie les dévastations sur son passage. Il saccage les abords de Chalucet, faute de pouvoir prendre le château17 ainsi que la région de Pierre-Buffière18, tardivement ralliée à Charles V. Puis » les Anglois se retirans abbatirent Rancon et Champagnac, brûlèrent Montmorillon et autres. Le pays de Lymosin estoit en grande tribulation, causant les guerres anglaises et françaises »19. On objectera que ce ne sont là que formules traditionnelles de chroniqueurs. D’autres textes, moins littéraires, disent aussi, à leur manière, que la peur s’empare des campagnes et des hommes et que tout déplacement prend des allures d’effrayante aventure. Par exemple lorsque l’abbé de Solignac meurt le 29 mai 1370, tous les prieurs dépendant de l’abbaye doivent se retrouver à Solignac pour lui choisir un successeur. Mais les dangers du voyage et l’insécurité des campagnes limousines font reculer certains. Jean Coronat, prieur de Grangiis dans le diocèse de Périgueux, entreprend bien le déplacement mais ne va plus loin que Brive car, prétend-il, « les ennemis tenaient tous les chemins ». Il fait demi-tour et se contente d’envoyer une procuration. Bien mieux, le prieur de Brivezac, pourtant un des favoris à la succession de l’abbé disparu, renonce à se rendre à Solignac et donne pour excuse, lui aussi, que les chemins sont peu sûrs et pleins de gens d’armes, tant français qu’étrangers. Il se contente d’envoyer sa procuration, ce qui n’empêche pas son élection20.

  • 21 DELISLE (L.), op. cit., p. 243 n 825, p. 432 n 844, p. 452, n 878 ; FROISSART, Chroniques, t. VIII (...)
  • 22 Dédommagement accordé par le roi de France à l’évêque de Limoges qui a fait avance de 1 500 francs (...)
  • 23 Registre du notaire Simon Botineau, LEROUX (A.) éd., Documents historiques sur le Limousin, Limoge (...)
  • 24 GUIBERT (L.), Chalucet, p. 81 : Un habitant de Limoges a été capturé par les » Anglais » de la Sou (...)
  • 25 FROISSART, Chroniques, t. VIII-2, p. 270.

16La chevauchée du Prince de Galles est d’ailleurs une des dernières manifestations de résistance à la reconquête française et c’est celle-ci qui fait souffrir ensuite les campagnes limousines. Le maréchal de Sancerre, Du Guesclin, le duc de Bourbon21 font tomber les places « anglaises » ou, plus souvent, les rachètent à prix d’argent22 : « tournent français » en 1372 le Château de Limoges et les forteresses voisines, Isle, Solignac, Aixe-sur-Vienne, Saint-Léonard23 ; en 1373, c’est le tour des places-fortes du Nord du Limousin et de la Marche comme Mortemart et la Souterraine dont la garnison poussait des expéditions de pillage et de rançonnement jusqu’aux alentours de Limoges24. Au même moment la piteuse chevauchée du duc de Lancastre en Limousin manque bien, selon Froissart, de périr de faim tant le pays où l’on ne trouve même plus de pain est pauvre, dévasté25. Quelques villes tombent cependant, des seigneurs se rallient de nouveau aux Anglais. Mais ce n’est qu’un combat d’arrière-garde et, en 1376, les possessions anglaises se réduisent à quelques châteaux. On peut croire la paix revenue.

Le bon temps des brigands

  • 26 Idem, t. XIV, p. 135-183.
  • 27 FROISSART, Chroniques, t. XIV, p. 211 ; DUPLES-AGIER éd. Registres criminels du Chatelet, Paris, 1 (...)

17Pas pour longtemps. On assiste de 1380 à 1393 à une mise en coupe réglée du Limousin par les bandes. Dès 1380, un capitaine de routiers, Perrot Foucauld, dit le Béarnais, s’empare du château de Chalucet avec l’aide d’Aymerigot Marchés, dont on reparlera plus loin : « ces deux estoient ainsi que souverains des fors de par deça de la Dordogne... Perrot estoit souverain en Auvergne et en Limousin de tous les autres ». La formule « ainsi que souverains » sonne juste car le brigand règne véritablement sur le plat pays, sans être gêné par la présence d’une armée française qui s’oppose au duc de Lancastre. S’il faut en croire Froissart qui l’évoque avec gourmandise, il est à la tête d’une véritable « ligue des brigands », se partageant le pays, se prêtant main forte quand besoin s’en fait sentir, réunissant alors 5 à 600 lances, selon le chroniqueur26. Parmi eux un personnage haut en couleurs, Geoffroy Tête Noire, tient le puissant château de Ventadour et une bonne part du Bas-Limousin et s’intitule « duc de Ventadour, comte de Limoges, sire et souverain de tous les capitaines d’Auvergne, de Rouergue et du Limousin ». Sous l’emphase, c’est une assez juste vision de la situation politique du pays où la souveraineté des brigands paraît avoir remplacé la souveraineté royale. Parmi ces nouveaux maîtres, enfin, le célèbre Mérigot Marchés, bien connu à la fois par Froissait et par les actes de son procès en Châtelet27.

  • 28 Y avait-il dans la famille Marchès la répartition si souvent notée des hommes du lignage entre les (...)
  • 29 Il y a cependant le filtre du témoignage noté par écrit par le greffier.
  • 30 Registres... p. 187.
  • 31 Ibidem, p. 190.

18La vie aventureuse de Mérigot Marchés ne s’est pas limitée aux horizons du Limousin – une grande partie de ses expéditions et de son existence s’est déroulée en Auvergne – mais son témoignage apporte beaucoup à la connaissance de cette petite noblesse rurale du Limousin qui vit de la guerre et aux dépens des campagnes à la fin du XIVe siècle, et parfois fort bien : Mérigot Marchés est né à quatre lieues de Limoges au château de Beaudéduit, que tenait son père, co-seigneur de Chalus, de Marchés et de Nouaillac. Un « bon français » – tout comme Toutin Marchès, frère d’Aymerigot qui ne « tourna anglais » qu’à la suite de la capture de son frère28. Mérigot fut, lui, confié à « messire Thomas de Roux tenant le parti d’iceulx Engleiz » avec lequel « il demoura l’espace de trois ans ou environ » avant de servir un chevalier limousin, Gouffier Helias, lui aussi du parti anglais. Il fait ses premières armes « à une certaine bataille ou assault qui fut au devans du fort de Maceré en Limousin » où son maître fut tué. Il est alors confié à un écuyer anglais, Richard de Neuville, puis entre au service du duc de Lancastre quand celui-ci » passa par le pays de Lymosin ». Il fait la guerre sous les ordres du duc, de Geraud d’Ussel, son oncle, et de Perrot le Béarnais – guerre anglaise et guerre privée mêlées – tantôt vainqueur, tantôt vaincu et prisonnier du maréchal de Sancerre en 1381. Et vient à son heure devant le tribunal – aveu si naturellement fait qu’on imagine mal qu’il ait été forcé29 – la description de cette vie guerrière aux champs : « continuellement, en la compagnie, force et ayde des diz Engleiz s’est toujours, puis le temps dessus dit, armez et portez grève et domaigié le roy et son royaume oudit pays de Limosin et ailleurs là où il a esté, au mieux qu’il a peu et sceu, tant à prandre prisonniers François et forteresses, les mettre et composer à finences et raençons ; et aussi les pays voisins d’environ le dit lieu de Salucet à paytiz à son singulier prouffit et autres pronchains capitaines d’illec environ tenans le parti du dit roy engleis et fait tout fait que l’on peut et doit faire de bonne guerre comme de prendre François, les mettre à raençons, prins et pillé sur le pays, mené routes et gens soubz son gouvernement par le royaume de France et bouté et faitz boutez feux en icellui »30. Tout est dit à travers ce texte aux formules traditionnelles, qui évoquent pourtant si bien les réalités de la guerre pour ceux qui la font et ceux qui la subissent : la guerre au service du roi d’Angleterre qui est aussi – peut-être d’abord-la guerre pour soi, la domination sur tout le pays, la recherche du gain par le rançonnement des prisonniers et la vente des pâtis, les campagnes pillées, incendiées, contrôlées sans partage, ou avec d’autres chefs de bande. Ce qui donne toute sa valeur au texte, c’est que ce discours n’est pas l’aveu honteux d’un accusé au repentir suspect. Il décrit honnêtement, avec une pointe de nostalgie même, le comportement habituel de l’homme de guerre, fidèle à son seigneur, à son serment, à son parti. Mérigot Marchès se défend « en aucune chose avoir mal fait »31. Pour un peu, il se donnerait en modèle.

  • 32 FROISSART, Chroniques, t. XIV, p. 164.

19A cet égard, ce passage des actes du procès n’est pas si loin, en esprit, du célèbre discours qu’a prêté Froissait à ce même Mérigot Marchès sur le thème de la guerre fraîche et joyeuse pour ceux qui la font, avec ses « chevauchées à l’aventure », ses riches abbés mis à rançon, ses caravanes de marchands interceptées et pillées, ses « vilains d’Auvergne et du Limousin » amenant jusqu’au château de leurs nouveaux seigneurs et maîtres, « étoffés comme des rois », les victuailles nécessaires à leur ravitaillement et à leurs ripailles. « Pactisation » forcée des paysans avec les bandes dont on a bien des exemples. L’historien, peut reprendre, sans trahir, pour les deux textes, la conclusion pleine d’esprit de gloire, de féroce égoïsme, de jubilation et de regret mise par Froissait dans la bouche de son héros : « quand nous chevauchions, tout le pays tremblait devant nous... Par ma foi, cette vie était belle et bonne »32.

Saint Martial, dernier recours des non-combattants

  • 33 Mérigot Marchès fut jugé et exécuté en juillet 1391.
  • 34 LEMAITRE (J L.) éd., – Les miracles de Saint Martial accomplis lors de l’Ostention de 1388 ·, B.S. (...)

20Qu’en pensaient les « vilains du Limousin » ? La question peut paraître oiseuse dans la mesure où l’on sait bien que les paysans, en Limousin comme ailleurs, n’ont pas laissé de mémoires. Pourtant, il existe au moins un texte qui, à sa manière, porte témoignage sur les conditions d’existence dans ces mêmes années33. Il s’agit des Miracula Sancti Martialis de 1388. L’œuvre a été composée par un moine de l’abbaye Saint-Martial de Limoges après les ostentions solennelles des reliques du saint protecteur du Limousin34. Le seul fait que des ostentions extraordinaires aient eu lieu cette année-là montre la gravité de la situation alors : l’appel solennel à la protection de l’évangélisateur du Limousin est en effet le dernier et traditionnel recours des populations limousines en temps de crise aiguë.

  • 35 Ibidem, p. 105.

21Dans le préambule des Miracula, l’auteur dresse un tableau dramatique de l’état de la région. Sans doute faut-il faire la part des habituelles outrances littéraires. Sans doute aussi l’auteur tient-il, comme il est de coutume, à rehausser les mérites miraculeux de son saint en dressant d’abord un tableau de la situation poussé au noir. Il n’en reste pas moins un témoignage inquiétant sur l’état de la province : « Populusque christianorum et presertim Aquitanorum, quorum ipse beatissimus Martialis protopastor exstitit atque doctor, guerrarum dura calamitate cassatus, pacis dulcedinem voluit impetrare precibus et meritis ipsius sancti... Paulo antequam ostentio inciperet, lemovicensis villa gravi et pesta inimicorum persecutione circumquaque vallata erat et potissime illius pseudo cbristiani Gaufredi Testa Nigra et suorum sequipedum ; verum in ista villa, vini, bladi et aliorum victualium carestia magna erat et timebatur major »35. On est frappé par le contraste entre le début et la fin du prologue. Le début correspond à un discours convenu sur les malheurs de la guerre dans l’ensemble de l’Aquitaine ; la suite est animée d’un souffle vengeur contre les responsables des malheurs quotidiens des gens de Limoges, particulièrement cet affreux « faux chrétien » de Geoffroy Tête Noire et ses « suppôts » qui, en assiégeant Limoges, coupent la ville de ses campagnes et y font régner la cherté et la peur.

  • 36 BERLIOZ (J.) et POLO DE BEAULIEU (M.A.), Les exempta médiévaux, Carcassonne, 1993 ; BREMOND (C), L (...)

22C’est dans ce contexte de fièvre obsidionale et de crainte de la famine que sont accomplis les miracles de saint Martial. Le rédacteur en raconte soixante-douze et leur lecture appelle un certain nombre de remarques : chaque miracle correspond à une situation particulière, parfois voisine de celle évoquée dans un autre miracle mais jamais identique. Il y a donc là comme une suite d’« exemples » qui sont autant de modèles de comportement proposés à la foule des fidèles pour leur édification mais aussi leur instruction. Ces récits de miracles attestent donc une volonté pédagogique qui les rapproche des exempta si fréquents dans les sermons du temps36. Puis ces miracles concernent surtout des petites gens et, d’abord, des paysans – ce qui est aussi un témoignage sur la situation particulièrement difficile des campagnes et des ruraux à la fin du XIVe siècle. Car si le bénéficiaire du miracle vient rendre grâce au saint par un pèlerinage sur son tombeau à Saint-Martial de Limoges, l’affaire s’est généralement déroulée dans le plat pays. De même l’absence, dans la majeure partie des témoignages, de toute précision sur les origines des miraculés autre que l’indication de la paroisse, laisse penser qu’il s’agit bien de simples paysans. Enfin, le style plat, le vocabulaire simple, l’absence de recherche littéraire ont amené le plus récent éditeur des Miracula à penser que le récit écrit était très proche du témoignage oral fait par le suppliant. Dans le même ordre d’idées, remarquons la simplicité des gestes et des comportements des protégés de saint Martial : souvent nus, ils font leur récit en pleurant et offrent un cierge à leur sauveur. Des manifestations de piété populaire faciles à comprendre et à copier par tous. En revanche, il est difficile de nier que l’auteur a enrichi son récit de tournures cléricales : il parle ainsi de la « patria lemovicensis et bituricensis » qui évoque immanquablement pour un clerc la province de Bourges dont fait partie le diocèse de Limoges. De même, les hommes de guerre au service des chefs de bande sont systématiquement diabolisés comme leurs « suppôts ». Au total, le texte concilie les exigences minimales de la culture cléricale et d’une pédagogie adaptée aux humbles.

  • 37 On pourrait sans doute y ajouter quelques héros de miracles dont l’auteur des Miracula ne sait rie (...)
  • 38 Le héros du premier miracle est même un homme d’armes anglais (p. 106).

23Car ce sont bien les humbles qui sont les principaux acteurs des Miracula et qui y font figure de victimes privilégiées des malheurs du temps. Plus de 55 % des miracles ont pour héros des paysans37 contre 8 % des bourgeois et habitants de Limoges, 7 % des groupes de pèlerins ou des nobles, chevaliers et écuyers38 D’autres groupes sociaux ne sont représentés que par un individu, juriste, forgeron... ou voleur, par exemple.

24Les rustres bénéficient, comme les autres suppliants, de miracles qui n’ont rien à voir avec la guerre, – des miracles de saint Martial « de tous les temps » en quelque sorte – qui représentent encore les deux tiers des miracles de 1388. Dans ses fonctions miraculeuses traditionnelles, saint Martial apparaît d’abord comme un saint guérisseur dans un cas sur trois, sauvant avant tout de la cécité, puis de la paralysie. Il protège aussi tout particulièrement les enfants de la cécité ou de la noyade et répond au vœu essentiel des parents en ressuscitant les enfants mort-nés. Il punit les vols, particulièrement lorsqu’ils ont été commis lors de ses ostentions, frappe le joueur et le mauvais pénitent avant de les sauver. Il exerce donc une fonction thérapeutique que les événement guerriers n’ont pas fait disparaître, si tant est qu’ils ne la rendent pas plus utile encore.

25Saint Martial exerce cependant une nouvelle fonction miraculeuse liée à l’actualité, la protection des populations victimes de la guerre, et d’abord des ruraux. A travers les miracles, on retrouve l’opposition entre une population urbaine protégée par ses murailles – même lorsqu’elle souffre d’un siège – et les ruraux qui sont livrés sans protection aux bandes de routiers : les paysans sont, avec quelques pèlerins, les seules victimes des pillages. Ils fournissent les trois quarts des captifs, avec quelques pèlerins et quelques hommes d’armes – les risques du métier pour ces derniers. Mais aucun habitant de la ville ne figure sur la liste.

  • 39 Miracle 13, p. 112.
  • 40 Miracle 14, p. 112.
  • 41 Miracle 19, p. 114.
  • 42 Miracle 32, p. 118.
  • 43 Miracle 36, p. 119.
  • 44 Miracle 42, p. 121-122.
  • 45 Miracle 47, p. 123.
  • 46 Miracle 47, p. 122.
  • 47 Miracle 47, p. 123.

26Au-delà des chiffres et des pourcentages, ces récits évoquent les trente-six malheurs des paysans et une vie sans trêve ni repos où le danger est permanent et peut surgir de partout : c’est Gourmet Geyton de Solignac revenant de Limoges – la distance est courte – qui est arrêté par les « Anglais » parce qu’il n’a pas le bon sauf-conduit39. C’est, au miracle suivant, un homme de Razès mis aux fers par les Anglais du château voisin40. C’est Tricaut, le forgeron de Saint-Junien qui a un fils prisonnier des brigands du Roc d’Ussac41. Les mêmes détenaient encore Joyot d’Aigueperse qui est délivré par un chevalier inconnu, envoyé par Dieu et saint Martial. Voici encore des pèlerins qui – comme bien d’autres – tremblent à l’idée de traverser un bois près de la Vézère parce qu’ils craignent d’y rencontrer des routiers42. L’ombre du pillard suffit à faire naître la peur. Cette crainte n’est pas toujours sans fondement : Pierre Pouyaud de Masseret avait acheté trois saumées de bon vin de Thiviers qu’il transportait à Limoges ; il est capturé par des Anglais, que des Français mettent heureusement en fuite, pour une fois43. D’autres paysans sont victimes de mauvais traitements. L’un est fait prisonnier par les « Anglais de Chalucet », traîné, les mains liées, sur six lieues avant d’être attaché à une poutre pour la nuit44 ; l’autre reste enchaîné pendant quatre jours et est mis à forte rançon45. Tout dans les Miracula montre que chaque déplacement est une périlleuse aventure. La vie au village en est une aussi. Ses habitants vivent dans l’angoisse quotidienne de l’approche soudaine d’une bande d’« Anglais ». Voici le récit de leur arrivée à Bersac qui entraîne la fuite éperdue des villageois : Cum Anglici suo inefrenato et solito more discurrerent patriam lemovicensem et biturricensem, venientes ad locum de Bersaco habitatoribus illius loci pro timoré fugientibus et deserentibus ipsum locum... »46. On pourrait comparer avec le récit de l’incendie du village de Folles par une route, méthode traditionnelle pour faciliter le pillage, terroriser les habitants et s’assurer leur docilité47 ou avec le récit dans lequel un paysan de Bersac craint, non sans raison, pour son troupeau « cum Anglici discurrerent parrochiam ipsam ». Dans les trois cas, la peur du brigand pousse les paysans à quitter précipitamment le village en y abandonnant enfants et bétail, confiés à la sauvegarde du saint.

27Une protection céleste d’autant plus nécessaire que le lecteur des Miracula est à la fois frappé par la mobilité, l’audace, la toute-puissance des bandes et par l’absence à peu près complète d’hommes d’armes chargés de défendre le plat pays et ses habitants. Un seul miracle – on l’a vu – évoque des Français qui attaquent des Anglais et sauvent ainsi un voyageur. En revanche, les « méchants » – comme les appelle l’auteur – sont présents dans chaque miracle de guerre et tiennent le pays en tenant les châteaux, Chalucet, Courbefy – des voisins dangereux pour Limoges et sa banlieue – Chassens, le Roc d’Ussac ou Ventadour en Bas-Limousin. Tous ces brigands sont des « Anglais » pour le rédacteur des Miracula, pour les paysans peut-être aussi, alors que l’on sait, par ailleurs, qu’ils constituent une société cosmopolite : les « Anglais » de Chalucet, évoqués si souvent dans les Miracula avec une particulière crainte, sont en fait des brigands de diverses origines géographiques dirigés par Perrot le Béarnais. Les paysans voisins d’un château brigand tentent d’acheter à leurs nouveaux maîtres un peu de sécurité quotidienne par le biais des sauf-conduits. Mais comment pouvaient-ils se prémunir contre les dangers imprévisibles venus d’ailleurs, ces chevauchées menées par les bandes loin de leurs bases ? Le brigand voisin n’est pas plus à craindre que celui qui surgit de loin : un enfant de Saint-Junien est enlevé par des « Anglais » du Roc d’Ussac, aux marges du Limousin ; un habitant de la Souterraine et un de Jarnac en Basse Marche par des gens de Chalucet, un paysan de Vayres en Angoumois par la garnison de Courbefy ; dans les cachots du château de Chassens se retrouvent des paysans capturés à diverses distances du château, l’un, à Razès, l’autre à Aixe-sur-Vienne près de Limoges.

  • 48 Cf. BEAUNE (C.), Naissance de la nation France, Paris, 1989.
  • 49 Miracle 49, p-124.

28Si l’on en croit les Miracula, il n’y a entre paysans et brigands que rapports de force, fuite, captivité et mises à rançon. Tout au plus remarque-t-on que les évasions sont nombreuses. Saint Martial s’en mêle souvent, mais ce sont sans doute aussi des indications sur la perméabilité de la prison, la négligence et la vénalité des geôliers, l’adresse des paysans à en profiter. Un miracle, un seul, évoque toutefois un autre type de rapports et pourrait, en des circonstances moins dramatiques, prendre des allures de fabliau et s’intituler « les voleurs volés ». Les héros de l’aventure sont trois paysans d’Aixe-sur-Vienne que l’auteur appelle – c’est un cas unique dans les Miracula – des « Français », comme pour rendre hommage à un courage aux allures patriotiques48. Ces trois hommes – pour se venger des Anglais, précise l’auteur dans la même veine – s’approchent de nuit de Chalucet et y volent 120 moutons à la porte de la forteresse. Cette expédition n’est sans doute qu’une tentative pour reprendre des bêtes volées aux habitants des alentours par la garnison du château, une contre-razzia en quelque sorte. Un exemple, à tous les sens du mot, des risques que pouvaient prendre les paysans pour récupérer leur bien. Non sans danger car, dans les Miracula, les trois hommes sont surpris et pourchassés par une quinzaine d’Anglais et ne doivent leur salut qu’à l’intervention de Saint Martial – qui fait ici figure de saint protecteur des « Français »49.

  • 50 A.N., JJ 138 no 54, cité dans GUIBERT a.), Chalucet, p. 171-172 ; B.N. fonds latin 12764 f. 239. T (...)

29A contrario, les Miracula n’évoquent jamais la collaboration plus ou moins forcée des communautés villageoises avec les « Anglais » tenant le château voisin. Le genre l’interdit sans doute. Mais la chose existe, en Limousin comme ailleurs, et elle est probablement fréquente. On en a déjà trouvé trace dans les témoignages de Mérigot Marchès. Des lettres de rémission évoquent aussi la « pactisation » des habitants d’Aixe-sur-Vienne et de Solignac avec la bande de Perrot le Béarnais installée à Chalucet. Tout en prétendant, comme l’exige le genre, qu’il s’agit d’une collaboration forcée, les lettres de rémission font une analyse des conditions de vie de ces communautés paysannes qui ne manque pas de pertinence : celles-ci ont été véritablement cernées pendant des années- six ou sept prétend la rémission concernant Aixe-sur-Vienne – par les garnisons ennemies. Maisons et granges ont été brûlées, les paysans capturés et « appatiz », le bétail enlevé, le pays si appauvri que bien des habitants l’ont fui. D’autres ont donc « fréquenté et marchandé avec eulx et leur ont vendu, livré et administrez blef, pain, vin, poisson et autre vivres pour pis eschever »50.

  • 51 A.D. Hte Vienne, fonds de Solignac, no provisoire 3340 ; cité dans GUIBERT (L.), Chalucet, p. 168.
  • 52 Idem, p. 168.
  • 53 A.D. Pyrénées Atlantiques, E 637.

30Un tableau confirmé, de façon plus concrète et moins sujette à caution, par les sentences prononcées lors des assises de la vicomté. Dans le rôle des assises tenues par le prévôt de l’abbaye de Solignac en septembre 1370, on découvre que certains paysans passent de la collaboration forcée à une collaboration active et servent de receleurs aux bandes : ils achètent aux « Anglais » de Chalucet une part de leur butin » sine licentia curie »51. Un trafic qui ne concerne pas un individu mais une dizaine et révèle un commerce des bêtes volées particulièrement florissant52. Aux assises d’Ayen de 1377, un certain Aymard Olivier est condamné à 20 s.t. d’amende » pour avoir administré victuailles aux ennemis de Ségur contre la défense de la cour » ; mais cette collaboration économique s’aggrave ici d’une véritable complicité avec l’ennemi : le condamné a aussi laissé échapper deux « larrons » mis aux fers au château et membres de la même bande. Certains autres paysans vont plus loin encore et passent dans le parti « anglais » : Pierre Duprat est condamné à une lourde amende de 100 s.t. – proportionnelle à la gravité de sa faute – « pour avoir esté sachant et consentant de prendre le lieu de Saint Cyr la Roche ». Pour le même motif Girard de Puyfoleau est condamné à 10 l.t. d’amende53. En cette fin de siècle, la guerre et le danger sont portés partout et par tous. Le voisin peut être l’ennemi. Croire au retour de la paix, c’est croire au miracle.

  • 54 DOUET D’ARCQ (L.), Choix de pièces inédites relatives au règne de Charles VI Paris 1863 t. 1, p. 9 (...)

31Tous n’y croient pas : une lettre de rémission de 1388, précisément, est accordée à « Marcial de Venit, povre bergier, fol et insensible » et nous apprend que « comme un certain jour qu’il gardoit ses brebiz, aucuns disoient entre eulz que bonnes nouvelles estoient venues de la paix d’entre nous et le roy d’Angleterre si comme un bourgois de Limoges qui nouvellement estoit venuz de Paris l’avoit dit à aucuns. Car nos seigneurs les Royaulz devoient dedens brief temps assembler sur ce ceulz d’Angleterre. Et adont le dit Marcial qui avoit ce oy et estoit issu n’avoit guaire de la prison des Anglais où il avoit longuement esté à grant misère et povreté et pour ce estoit et est encores plus insensible que devant, leur dist ces paroles ou semblables : « certes, ne croyez pas qu’il y ait ja la paix. Car vous le verriez ja. Et quant à moy, je ne crois pas »54. Ce berger pessimiste, qui ne croit pas au retour de la paix et dénonce la responsabilité des puissants dans la poursuite du conflit, n’est peut-être pas aussi « fol » que le prétendent ses amis pour sa défense et exprime probablement tout haut l’opinion désespérée de beaucoup de ces compatriotes.

Bilan guerrier de fin de siècle

  • 55 FROISSART, Chroniques, t. XIV, p. 190.
  • 56 Annales manuscrites, p. 286.
  • 57 GUIBERT (L.), Chalucet, p. 92.

32La situation se rétablit pourtant peu à peu à partir des années 1390. C’est le temps des grandes trêves entre parti anglais et parti français. Sur le terrain, se développe une politique de rachat des châteaux aux principaux chefs de routiers, financée surtout par les communautés urbaines. Les capitaines des brigands auraient reçu 25.000 livres pour quitter la région. Mais le chiffre, avancé par Froissart est, comme souvent, sujet à caution55. Geoffroy Tête Noire refusa de participer à la négociation et son château de Ventadour ne fut repris qu’après la capture de ses neveux et héritiers56. Perrot le Béarnais quitta le dernier le pays en 1393, abandonnant le château de Chalucet, haut lieu du banditisme en Limousin57.

  • 58 TRICARD (J.), « Confiscation et connaissance d’une seigneurie : l’état des « biens et héritages » (...)
  • 59 Dans les domaines berrichons du seigneur de Veyrac, il y a cependant un village ruine, au moins : (...)
  • 60 Idem, p. 133

33Nul doute que les campagnes sortent en piteux état d’une trentaine d’années de guerres publiques et privées et de la présence permanente sur leur sol de bandes de routiers. Aucune enquête générale ne permet d’en avoir une idée précise, mais le tableau des « biens et héritages » du seigneur de Veyrac en 1388 montre que la campagne autour de Saint-Junien était en bien plus piètre situation que la campagne marchoise et surtout la campagne berrichonne où le seigneur de Veyrac avait d’autres domaines58. Alors que ces domaines berrichons gardaient, pour l’essentiel, leurs ressources et leurs hommes59, les terres de la région de Veyrac étaient déjà pour une bonne part « en absine », « pour cause des mortalitez et des guerres puis vint ans en sa », beaucoup de leurs tenanciers disparus, morts ou partis chercher fortune ailleurs60. Un bilan qui ne doit pas être poussé au noir mais déjà alarmant.

Le tourbillon des guerres (1re moitié du XVe siècle)

  • 61 BELLAGUET (M.L.), Chronique du Religieux de Saint-Denys, Paris, 1841, livre XXV, chap. XVIII, p. 2 (...)
  • 62 Annales manuscrites, p. 289-292.
  • 63 Nantiat, Hte Vienne, ch. 1. cant., arr. Bellac.
  • 64 GUIBERT (L.) éd., Documents, analyses de pièces, extraits et notes relatifs à l'histoire des deux (...)
  • 65 On sait que le parti armagnac a cherché, comme le parti bourguignon, à faire alliance avec l'Angle (...)
  • 66 A.D. Pyrénées Atlantiques, E 637.
  • 67 Les noms des accusés ne sont ni précédés ni suivis d’épithètes de notoriété mais accompagnés, en r (...)

34D’autant plus que la période des trêves et du retour à la paix s’acheva vite. S’il faut en croire le Religieux de Saint-Denis – qui présente les choses à sa façon pour la plus grande gloire de la maison de France – le duc de Clermont et son armée pratiquent en Limousin, dès 1404, une politique de la terre brûlée destinée à gêner la marche en avant d’ennemis qui pourraient y reparaître61. Ces nouvelles dévastations n’empêchent pourtant pas les châteaux d’Ahun et de Monbrun puis d’Ayen de tomber aux mains des Anglais dans la décennie suivante. Ceux-ci poussent jusqu’à Limoges en 1419, lancent une nouvelle chevauchée en 1426 à travers le Limousin, « faisans maux infinis ez possessions des habittans, pillant le bétail et meubles des paisans, les ranconnans et prenant prisonniers »62, – description devenue cruellement banale des malheurs paysans de la guerre. Les Anglais se rapprochent peu à peu de Limoges. En 1426, ils s’emparent de Nantiat63. « L’affaire Gaultier Pradeau », qui secoue Limoges l’année suivante, se déroule dans un contexte de guerre anglaise et de fièvre obsidionale : Jean de Bretagne, un des chefs du parti français, se propose de déloger les Anglais du château d’Auberoche avec l’appui financier des bourgeois de Limoges64. Quelques indices peuvent même laisser penser qu’il y a peut-être des « partisans de l’Anglais » dans les campagnes. Dans les actes d’assises de 1408-1409 de la vicomté de Limoges, on relève le cas des frères Gaillard de Nantiat accusés par un sergent d’avoir insulté les hommes du vicomte en criant « Guyenne, Saint Georges ». Louis Poyède est frappé d’une amende de 50 s.t. pour avoir ravagé le pays « avec les Anglais et les Armagnacs », étrange association qui correspond peut-être à l’addition de deux mots insultants et synonymes de brigand65. Hugues Delpy est, de son côté, accusé d’avoir déchiré la bannière du vicomte mais relâché faute de preuves66. Comment expliquer ces comportements d’hommes dont on peut croire que ce sont des paysans67 ? Simples réactions de violents ou d’ivrognes au sortir de la taverne, manifestations de colère contre un pouvoir qui ne les défend guère, enrôlement dans une bande, confuse nostalgie du bon vieux temps des Anglais ? Peut-être un peu du tout. Assez sans doute pour installer la discorde au village et émouvoir des autorités locales, pas assez pour faire planer une menace sur le pays.

Les guerres inconnues

  • 68 LEROUX (A.), Le sac de Cité de Limoges... p. 219.
  • 69 « Une ville et son traître »... p. 211-221.

35Car, pour les Limousins du XVe siècle, le danger majeur vient moins de la guerre anglaise que de la multiplication des petits conflits locaux qui s’abattent sur une région déjà mal en point. Inutile d’en chercher trace chez les grands chroniqueurs du temps. La guerre entre Français, Anglais et Bourguignons déroule ses épisodes marquants loin du Limousin et la guerre entre Pierre-Buffière et Chalucet n’intéresse pas les chroniqueurs bourguignons. Elle intéresse en revanche les chroniques locales. Grâce à elles, nous connaissons un certain nombre de ces conflits armés. De 1412 à 1426, la lutte pour le siège épiscopal de Limoges entre Ramnulphe de Perusse, élu par le Chapitre cathédral, et Nicolas Viaux puis Hugues de Roffignac, choisis par Jean XXIII, débouche sur une véritable guerre68. Les hostilités se déroulent encore quand commence un nouveau conflit qui oppose les bourgeois du Château de Limoges au représentant du vicomte de Limoges, son frère, Jean de Laigle. Il révèle l’existence de trois partis, tour à tour concurrents et alliés pour la conquête du pouvoir urbain, de profonds antagonismes à l’intérieur de la bourgeoisie. Les vieilles familles de notables dirigent le « parti consulaire » qui s’oppose au parti royal et au parti vicomtal. Ce dernier recrute parmi les « hommes nouveaux » rejetés par les notables traditionnels. Ce qui fait la célébrité de cet épisode, c’est l’affaire de la « trahison » du consul Gaultier Pradeau en 1426 : prêt à ouvrir une porte de la ville à Jean de Laigle – que l’historiographie limousine assimile abusivement à un partisan des Anglais – Gaultier Pradeau est dénoncé, arrêté et exécuté sur l’ordre de ses confrères au consulat. Le procès en Parlement intenté à ses juges par son frère montre qu’en un temps où progresse le pouvoir royal et l’idée de patriotisme « national », les ambitions seigneuriales et le patriotisme urbain demeurent vifs69.

  • 70 Annales manuscrites, p. 296.
  • 71 Chronique et journal de Gérald Tarneau, LEROUX (A.) et BOSVIEUX (H.), éds, Chartes, chroniques et (...)
  • 72 Annales manuscrites, p. 303.
  • 73 Chronique... de Gérald Tarneau, p. 226.
  • 74 « Une ville... », p. 216.

36Mais cette guerre ne se limite pas à un cadre urbain. L’affaire Gaultier Pradeau se déroule aussi autour de Limoges, particulièrement dans les vignes ravagées par les troupes de Jean de Laigle. Surtout, chaque parti a des alliés dans les campagnes et ravage les terres de ses adversaires. Si Jean de Laigle pille la banlieue de Limoges faute de pouvoir s’emparer du Château70, les bourgeois de Limoges s’attaquent aux domaines des seigneurs de Pierre-Buffière, Châteauneuf, Chateau-Chervix, alliés du vicomte de Limoges71. C’est, de nouveau, la désolation dans les campagnes, évoquée en des récits désormais traditionnels par les uns et les autres : « le dit seigneur de l’Aigle, Anglois et autres gens de guerre... firent guerre mortelle aux habitants de la ville et de son party, ravirent et violèrent femmes, étalèrent les vignes, abattirent les moulins, boutèrent feux, abattirent maisons et firent aultres maux innombrables »72 rappellent les Annales manuscrites en un récit stéréotypé dans lequel le lecteur trouve trace de tous les malheurs de la guerre, de l’incendie au viol des femmes en passant par le saccage des vignes et la destruction des habitations. Malheurs classiques, malheurs authentiques. Le notaire Gérald Tarneau de Pierre-Buffière, partisan de Jean de Laigle, répond plus sobrement mais de manière tout aussi traditionnelle que « les bourgeois de Limoges ont roubé la terre de notre dit seigneur »73. Si des trèves sont passées ensuite entre les deux adversaires, Limoges vit encore en 1440 dans la crainte des espions et des entreprises de Jean de Laigle74.

  • 75 CLEMENT-SIMON (G.), « Un capitaine de routiers sous Charles VII : Jean de la Roche », Revue des Qu (...)
  • 76 J. QUICHERAT, – Rodrigue de Villandrando », Bibliothèque de l’Ecole des Chartes, 2e série, I.

37Ne réduisons pas, dans la mesure où les sources le permettent, l’histoire du Limousin à l’histoire de Limoges et de ses campagnes. Au sud du Limousin, par exemple, un membre de la grande famille aristocratique de Rochechouart, Jean de la Roche, « parfait chevalier » pour les uns, brigand pour les autres, les deux sans doute, parcourt le pays avec ses troupes et partage son activité entre guerre publique et guerres privées inextricablement mêlées : en 1426, il participe à la guerre de succession de Turenne et s’empare de Tulle ; en 1427 il se lie à Jean de Laigle et le seconde dans une nouvelle tentative pour reconquérir la vicomté ; en 1429-1430, il prend part à la reprise en main du Périgord et au siège d’Auberoche, tenu par les Anglais. Plus tard, on le retrouve dans l’entourage de Georges de la Trémouille75. De son côté, Rodrigue de Villandrando, le célèbre capitaine de routiers, traverse le Limousin en 1436, échoue devant Limoges et se venge, lui aussi, en saccageant les vignes de la banlieue76.

  • 77 Cf. le chapitre sur « La reconstruction méthodes et sacrifices. Des réductions de cens au métayage (...)

38De ces conflits locaux et de ces expéditions à travers les campagnes limousines, les chroniques locales ont gardé souvenir soit à cause de l’ampleur des ravages commis, soit à cause de la personnalité des protagonistes. Mais comment interpréter les très nombreuses allusions aux « guerres » – sans plus de précision – que l’on relève dans toute la documentation notariale du temps ? Indications généralement intéressées, certes, puisqu’elles justifient la réduction des rentes paysannes – on reviendra plus loin sur cette question77. On ne saurait cependant y voir de simples affabulations, surtout quand « guerre » est associée à « terre abse » ou « terre en absine ». S’agit-il pour autant toujours de « guerre anglaise » ou de ces conflits régionaux dont on vient de parler ? N’en existe-t-il pas d’autres, de si modeste envergure qu’ils ne sont connus, sauf exception, que par ceux qui en ont souffert ? Des « guerres au village », en quelque sorte, dont la multiplication dans le temps – particulièrement dans la première moitié du XVe siècle – et la juxtaposition dans l’espace limousin ont pu peser aussi lourd dans le destin des campagnes que des conflits plus connus et plus spectaculaires ?

La guerre au village.

  • 78 Chronique... de Gérald Tarneau, p. 203-235.

39A côté du témoignage par un mot, toujours délicat à interpréter, que nous trouvons dans les registres notariaux, les recueils d’assises ou d’enquête, nous avons, par chance, le récit beaucoup plus développé d’une « guerre au village ». Il se trouve dans la Chronique de Pierre-Buffière rédigée, en un latin des plus rustiques, par le notaire Gérald Tarneau. L’essentiel de la chronique est en effet consacré à la lutte de la communauté de Pierre-Buffière contre les maîtres du château voisin, Chalucet78.

  • 79 Ibidem, p. 206.

40Cette forteresse, ancien nid de brigands, est une des places fortes du Limousin. Elle est alors la propriété de la famille d’Albret. Guillaume d’Albret est, au début du XVe siècle, sénéchal du Limousin et représentant d’une autorité publique qui ne s’est guère illustrée dans la protection du Limousin et de ses habitants depuis la fin du XIVe siècle. Elle ne va pas le faire davantage dans cette affaire. Le lieutenant du comte d’Albret, Bertrand Ferran, est en effet présenté par Gérald Tarneau comme « magnus latro et depredator et depopulator agrorum »79. Jugement porté par un adversaire, certes, mais que le déroulement des hostilités confirmera dans une large mesure.

41L’affaire commence en 1425 : la communauté de Pierre-Buffière refuse de payer une taille de 80 l.t. accordée par les Etats de la province au sénéchal du Limousin, mais que Bertrand Ferran, selon l’auteur de la chronique, entend confisquer à son profit. Fureur du maître de Chalucet, craintes des imposables récalcitrants qui font appel à la protection de leur seigneur, Louis de Pierre-Buffière. Ce dernier, loin de protéger les siens, refuse même de s’entremettre entre les deux adversaires sous prétexte que les gens de Pierre-Buffière ont agi sans lui demander son avis. Jean de Saint-Paul, qui commande la garnison de Chalucet, lance alors une première expédition punitive contre Pierre-Buffière – avec dix-sept « complices » précise Gérald Tarneau – et en revient avec cinq prisonniers. Les habitants du bourg réagissent, appellent « à l’arme », s’équipent d’épées et de bâtons et se jettent à la poursuite des ravisseurs. Ils les rattrapent sur le chemin de Chalucet, les mettent en fuite et font à leur tour un prisonnier, un nommé Chiquoy, qu’ils ramènent à Pierre-Buffière. Du coup, les gens de Chalucet multiplient les expéditions jusque dans les faubourgs de leurs adversaires. Au cours de l’une d’elles, le cheval d’un certain Pedegos est tué et c’est une nouvelle source de conflit car son propriétaire en demande en vain le remboursement. Si bien que cette « guerre au village » prend, au moins un temps, des allures de « guerre pour un cheval ».

42Devant cette guerre qui n’en finit pas, Louis de Pierre-Buffière et son neveu Louis de Châteauneuf acceptent enfin de jouer les médiateurs : ils réunissent les habitants de Pierre-Buffière et les persuadent de payer la taille controversée. La paix ne revient pas cependant car Pedegos exige toujours – sans succès – d’être indemnisé pour la perte de sa monture. Avec une centaine d’hommes, selon Gérald Tarneau, il envahit le village de Puy Baraud, y capture deux hommes du seigneur de Pierre-Buffière – qui vont croupir cinq semaines dans les geôles de Chalucet–et réclame cent écus pour leur libération ou un nouveau cheval.

  • 80 Ibidem, p. 209.

43S’il n’y a pas eu mort d’homme jusqu’alors, ce n’est plus le cas après une nouvelle attaque dans les faubourgs de Pierre-Buffière au cours de laquelle est tué un jeune homme. Non seulement Gérald Tarneau cite son nom mais en fait un portrait digne d’un héros de roman chevaleresque : « erat pulcher, socius fortis et audax_ ». Ses compatriotes lui font des obsèques solennelles80. De leur côté, les paysans prisonniers à Chalucet profitent de la nuit et de la négligence de leurs gardiens pour s’échapper. Enfin, comble de chance pour les gens de Pierre-Buffière, ils s’emparent d’un brigand qui leur avait causé « grand mal »-un nommé Macheclou – qui pillait leur église Saint-Joseph.

  • 81 Ibidem, p. 209. St Paul-d’Eyjeaux, Hte Vienne, c Eyjeaux, cant. Pierre-Buffière, arr. Limoges.

44Alors que la fortune de la guerre paraît leur sourire, les gens de Pierre-Buffière se retrouvent en position difficile par suite de l’extension du champ de bataille : ils doivent faire face à une nouvelle menace venue d’un autre château tenu par la famille d’Albret, Courbefy, situé à une dizaine de kilomètres de leur village. Son capitaine, Hugues de la Barre, ravage le plat pays autour du village de Saint-Paul d’Eyjaux81 et y enlève trois paysans. Réplique des adversaires qui attaquent le château de Courbefy, assiègent celui de Chalucet si bien que – selon Gérald Tarneau – la garnison n’ose plus en sortir, même pour marauder dans les campagnes.

  • 82 Saint-Jean-Ligoure, Hte Vienne, cant. Pierre-Buffière, arr. Limoges.
  • 83 Cet appel aux rustres pour participer à une bataille est très exceptionnel. Est-il à lier au fait (...)
  • 84 Ainsi un routier, nommé Davayat, obtient un sauf-conduit pour sortir de Chalucet ; il se fait pass (...)

45Il faut, en fait, comprendre que rien de décisif ne se produit. Devant le blocage de la situation, des négociations s’engagent : une véritable conférence de la paix se tient, à égale distance des châteaux ennemis, dans le village de Saint-Jean-Ligoure82. Elle réunit le seigneur de Pierre-Buffière et son neveu, des représentants de la communauté villageoise, dont Gérald Tarneau est le porte-parole, des gens d’armes de Chalucet, dont Pedegos toujours à la recherche d’un dédommagement pour la perte de sa monture. De longs discours sont échangés – Gérald Tarneau a fièrement rapporté le sien. Mais aucun accord, et la guerre reprend. Il serait fastidieux d’en détailler tous les épisodes. Notons seulement que cette guerre minuscule est aussi une guerre exemplaire, où l’on retrouve toutes les situations guerrières : les expéditions et les combats en rase campagne, comme celui qui a lieu dans les vignes de Puy Baraud et au cours duquel on appelle à la rescousse les « rusticos » qui travaillaient par là83 ; les prisonniers que l’on fait et qui s’échappent vite ; les ruses de guerre, que l’on évente parfois84, les palabres qui se poursuivent toujours mais n’arrêtent jamais les combats.

46La « guerre de Pierre-Buffière » est, enfin, englobée dans un plus vaste conflit régional qui oppose, on l’a vu, le vicomte de Limoges, seigneur de Louis de Pierre-Buffière, et les bourgeois du Château de Limoges. Ce mélange des guerres a sans doute été fréquent à l’époque. Les gens de Chalucet en profitent, Bouayre, Pedegos, « Frisquet » et les autres, pour prendre et incendier spectaculairement Pierre-Buffière, le dernier jour de janvier 1427.

47On a volontairement évoqué en détail cette guerre, non parce qu’elle avait des allures de guerre picrocholine avant la lettre, mais parce qu’elle portait témoignage, sans doute, sur beaucoup d’autres « guerres au village » inconnues qui ont ravagé çà et là les campagnes limousines avec leurs multiples va-et-vient entre le village et le château, la multiplicité des menaces, les escarmouches avec des adversaires dont on connaît jusqu’au nom ou au surnom, les pillages des villages, les rustres surpris en plein travail, des autorités passives ou nuisibles, incapables d’arrêter les combats quand elles ne les suscitent pas.

  • 85 GUIBERT (L.), Chalucet, pièces justificatives IX-XII.
  • 86 Les premiers témoignages datent des années 1410, les derniers de 1447.

48Le sort des paysans pris dans la guerre n’est cependant évoqué qu’à l’occasion par le notaire de Pierre-Buffière, manifestement plus soucieux du sort de ses compatriotes, voire du prix du blé, que du sort des rustres. D’autres documents permettent, en revanche, de s’en faire une idée plus précise pour la même période et les mêmes terroirs. Il s’agit d’une supplique adressée au seigneur d’Albret en 1443 par les chanoines de la cathédrale de Limoges, excédés du viol de leurs droits seigneuriaux par le capitaine de Chalucet ; d’un mémoire dressé par les mêmes et contre les mêmes à l’occasion d’un procès en parlement, la même année ; d’une lettre de rémission, enfin, accordée en 1447 à un homme d’armes de la garnison de Chalucet85. A travers ces témoignages, certainement partisans mais qui évoquent des faits vraisemblables, se dessinent les malheurs des paysans voisins d’un château où les seigneurs d’Albret ont « usé de voye de fait et tenu grande compagnie de gens de guerre et vécus comme ytieulx » pendant près de deux générations86 : ce sont les paysans jetés en prison et rançonnés « à finances et à blé », privés de leur tenure que le capitaine « applica au chasteau par force et violence » et – pire que tout aux yeux des chanoines – obligés de reconnaître que la terre est « attenant du dit lieu et chasteau de Chalusset » et non du Chapitre cathédral de Limoges. La lettre de rémission de Jean Paris y ajoute le tableau de la vie du routier, à la fois banal et véridique : pendant treize ans, sous la conduite du capitaine Tandonnet de Fumel, il a « couru la campagne », pillé le Limousin et ailleurs – on retrouve ici la mobilité des bandes – pris et rançonné « genz d’église que indifféremment », enlevé des troupeaux, « batu et navré ceulx qui l’empeschoit et le contredisoit ».

49Ces documents disent enfin et encore la carence au moins, la malignité au pire des autorités chargées de faire régner la paix et l’ordre dans le plat pays. Les chanoines, eux-mêmes molestés à l’occasion, rappellent respectueusement à Charles d’Albret, qui est « de la noble fleur de lis », ses devoirs particuliers à l’égard des populations. En vain. Il y a pire : lorsque le roi de France est venu en 1433 en Limousin « ouir la complainte du pais », les chanoines l’ont supplié de mettre fin aux exactions du capitaine de Chalucet et de rappeler son parent à ses obligations de « bon seigneur ». Ce dernier a alors mis hors du château « Tandonnet de Fumel et ses gens ». Mais le premier geste de son nouveau capitaine a été « de prendre tout le bestail dudit lieu de Perel ». Les chanoines et leurs paysans n’avaient apparemment rien gagné au change et pouvaient mesurer à leurs dépens les limites de l’autorité royale à son retour sur la scène politique limousine.

  • 87 B.N., fonds latin 9133, f. 439. Les seigneurs » appelants » sont les seigneurs Gauthier de Peyruss (...)

50On dira que le roi avait d’autres affaires. A la même époque, pourtant, le pouvoir vicomtal que l’on pourrait imaginer plus proche des Limousins ne contribue pas davantage à rétablir la paix dans les campagnes. On a déjà vu que Jean de Bretagne avait constitué une menace pour les domaines de la région de Limoges au début du siècle. Devenu vicomte de Limoges après la mort de son frère, il apparaît plutôt comme le responsable de la ruine des campagnes que comme leur protecteur. En mars 1438, trois seigneurs du sud du Limousin adressent leurs doléances à Jean de Laigle pour se plaindre de son attitude à l’égard des populations limousines : sous prétexte que le comté du Périgord – qui appartient aussi à Jean de Bretagne – est en ruine et absine, les officiers périgourdins du comte multiplient en Limousin les prises de denrées et de bétail, imposent des charroix et des « manœuvres » aux hommes des signataires de la plainte, les enlèvent à leurs seigneurs et dépeuplent scandaleusement le Limousin. Dans sa réponse, Jean de Bretagne reconnaît ses torts et les pillages de ses agents, autorise les plaignants à venir reprendre leurs hommes en Périgord. Etonnante politique du premier seigneur du pays qui dépeuple sa vicomté pour reconstruire son comté voisin en y attirant peut-être des serfs avec la promesse de la liberté avant de les rendre à leurs anciens maîtres87.

Retour progressif au calme (2e moitié du XVe siècle)

  • 88 GUIBERT (L.), Chalucet. p. 109.

51A partir de 1441 cependant, l’armée royale entreprend enfin de chasser Anglais et brigands des châteaux qu’ils occupent. Les opérations se poursuivent pendant une dizaine d’années. En 1455, le château de Chalucet est débarrassé de ses pillards88. Pendant la même période, Bertrand d’Armagnac, « gouverneur » du Limousin participe encore à la guerre de succession de Turenne qui ravage le Bas-Limousin. La province se dégage avec beaucoup de lenteur et de difficulté de la guerre.

  • 89 CLEMENT-SIMON (G.), Archives historiques du Limousin, Limoges, 1904, t. IX, p. 233.

52Dans la seconde moitié du XVe siècle, en revanche, le Limousin reste, pour l’essentiel, à l’écart des révoltes nobiliaires. Il n’est pas épargné, cependant, par les pillages des gens d’armes pendant l’affaire de la maison de Foix89.

53Au total, on retiendra avant tout le caractère permanent des malheurs de la guerre. Guerre anglaise et guerres privées, guerres de châteaux et guerres au village se relaient, s’enchaînent et se mêlent pour ne laisser ni trêve ni repos aux habitants du Limousin. Inutile donc d’essayer ici de déterminer une succession de « périodes de guerre » et de « périodes de paix », comme on l’a fait ailleurs. Pour les campagnes, les guerres ont bien duré une centaine d’années et leur reconstruction, lorsqu’elle a été tentée, a dû se faire dans un environnement guerrier constant. Ce ne fut pas le moindre de ses handicaps.

Bien d’autres malheurs

Les aléas climatiques

54Ajoutons que les malheurs des temps ne se limitent pas, en Limousin comme ailleurs, aux malheurs de la guerre. Le pays souffre aussi d’aléas climatiques et pathologiques. Le plus difficile est d’en trouver trace dans les sources. Car si la guerre prête à témoignages nombreux – on en a pourtant vu les limites – les autres calamités ne retiennent l’attention et ne suscitent de témoignages écrits que lorsque le phénomène est spectaculaire, exceptionnel ou touche de près le rédacteur. Comment d’ailleurs les intellectuels qui rédigent les chroniques seraient-ils, par exemple, sensibles aux rigueurs climatiques habituelles, que les paysans eux-mêmes supportent comme une banale fatalité ? Il pleut beaucoup en Limousin, premier relief du Massif Central, il y fait froid et il y gèle, les récoltes en pâtissent régulièrement. Qui songerait à laisser trace d’une situation ordinaire ? Il faut que l’accident climatique soit d’une gravité exceptionnelle pour qu’on le juge digne d’être noté et gardé en mémoire ou encore – les deux choses vont parfois de pair – que les propriétés du rédacteur en pâtissent précisément. En particulier, des cultures qui, pour des raisons économiques, techniques et de prestige lui sont chères : ainsi le gel des vignes, dont la reconstruction pose des problèmes délicats, est souvent l’objet d’une note désolée dans les annales ecclésiastiques de la région. Les livres de raison de la bourgeoisie limousine donnent également quelques indications climatiques lorsqu’ont été gravement touchées les campagnes suburbaines où leurs auteurs ont du bien. Au total, des témoignages rares qui n’apprennent rien sur les rigueurs climatiques quotidiennes et ne parlent que de désastres extraordinaires.

  • 90 Chroniques de Saint Martial, p. 140 et 199.
  • 91 Ibidem, p. 200-202.
  • 92 Archives manuscrites, p. 429. Il s’agit d’une note ajoutée au XVIIIe siècle par l’abbé Legros, qui (...)
  • 93 CHABANNEAU (C.) éd., « Le cartulaire du consulat de Limoges », Revue des Etudes Romanes, 1895, t.  (...)
  • 94 GUIBERT (L.) éd., Livres de raison, registres de famille et journaux individuels limousins et marc (...)
  • 95 Annales manuscrites, p. 106.

55Les avatars climatiques majeurs se produisent dès le début du XIVe siècle. Si le Limousin paraît avoir échappé, comme tous les pays languedociens, aux pluies diluviennes des années 1314-1315 qui ruinent les récoltes de l’Europe du Nord et entraînent une grave crise frumentaire, les Annales de Saint-Martial signalent les cataclysmes qui s’abattent sur Limoges dès 1301. Des pluies torrentielles gonflent les petits cours d’eau de la région, et emportent les moulins de l’Aurence90. En 1361, – notons que l’on ne retrouve aucune trace d’accident climatique entre 1301 et cette date – ces mêmes chroniques font mention d’un « grand hiver » qui dure jusqu’au 31 mars 1362 : les vignes sont détruites et il n’y a pas de vendanges dans les environs de Limoges. Puis on passe directement à 1404 : c’est une année de calamités naturelles spectaculaires dans toute l’Aquitaine ; il y a de graves inondations en Limousin et des processions sont organisées à Limoges pour que cesse la pluie91. L’arrêt des chroniques de Saint-Martial au XVe siècle nous prive ensuite d’une des seules sources d’informations en matière climatique et le relais n’est que médiocrement pris par les Annales manuscrites. Grâce à elles, nous savons, au moins, qu’en 1407 eut lieu « le grand hiver » – peut-être a-t-il gardé ce titre dans les mémoires. Il sévit « depuis le jour de la Saint-Clément » – le 23 novembre – et se poursuit « sans dégeler » jusqu’à la Chandeleur 1408 » – le 2 février. Au dégel ensuite, les rivières emportent les ponts92. En septembre 1453, le cartulaire du consulat a retenu qu’« en acquest jour... jalèrent las vinhas de Lemoges et deu pais » et ajoute naïvement que « ce fut grant chausa » ; le gel des vignes est décidément un événement considérable et la date étonnante93. En 1463, c’est Jean Massiot, le bourgeois de Saint-Léonard-de-Noblat, qui note dans son livre de comptes, au milieu d’une sorte de mémorial des calamités, que ce fut « l’année des grandes neiges »94. Enfin, les Annales manuscrites retiennent que le 1er mars 1489 » furent si grand grelle », peut-être parce qu’il y eut aussi ce jour-là un tremblement de terre, que « les maisons en tremblaient et en aucune villes tombèrent les maisons, murailles et clochers ». Ce n’est certes pas une chute de grêle comme les autres95.

56L’historiographie contemporaine lie logiquement ces incidents climatiques aux mauvaises récoltes et aux famines qu’elles provoquent. Nos chroniqueurs de la fin du Moyen Age raisonnent différemment. L’annonce de calamités naturelles n’est jamais suivie de la mention d’une mauvaise récolte ou d’une famine, comme si les choses allaient sans dire. D’ailleurs, la production agricole est si fragile qu’il n’y a pas besoin d’un gros caprice climatique pour provoquer son effondrement. La médiocrité des sols, du climat et des techniques y suffit déjà.

La famine, menace permanente

  • 96 « Limites... », p. 36-39-
  • 97 LEMAITRE (J.L.) éd, Miracles... p. 105.
  • 98 LEROUX (A.) et BOSVIEUX (A.), éds, Chartes, chroniques et mémoriaux de la Marche et du Limousin, T (...)

57Les hommes de la fin du Moyen Age associent en revanche quasi spontanément famine et guerre, comme en témoignent les nombreux contrats de remise en culture de tenures en absine96, les livres de raison ou les recueils de miracles. Les Miracula Sancti Martialis de 1388 commencent par un tableau apocalyptique de la cherté des grains et de la situation alimentaire dans Limoges assiégé par Geoffroy Tête Noire97. La situation est si dramatique qu’au « mal temps » se rencontre au moins un cas de cannibalisme. Un demi-siècle plus tard, le notaire de Pierre-Buffière, Gérald Tarneau, évoque les hommes qui meurent de faim dans les campagnes par suite de la cherté des blés et sont réduits à manger des herbes aux champs, un passage qui a des accents proches de ceux de la Bruyère deux siècles plus tard. Il sait que la famine a duré de 1431 à l’automne 1433 et qu’elle a touché le Limousin et plus encore la Marche, entraînant des troupes de pauvres à travers les provinces. Il avoue que lui et les siens n’ont pas souffert de cette famine car ils avaient des réserves98.

  • 99 GUIBERT (L.) croit reconnaître sa « belle et ferme écriture » (Livres de raison, p. 27).
  • 100 Ibidem, p. 127-128.

58Le livre des Massiot de Saint-Léonard contient enfin un étonnant commentaire sur les corrélations entre pestes, famines et guerres. Ce ne sont pas, là non plus, celles que privilégient aujourd’hui les historiens mais il y a là témoignage sur la sagesse du temps. Selon Jean Massiot – ou peut-être le prieur Antoine Massiot99 – les calamités se déroulent dans un ordre immuable : il y a d’abord la guerre qui vient après les années de jubilée et d’indulgences ; puis la famine ; la peste enfin. Le rédacteur ajoute qu’il y a famine toutes les années cinquante. Il s’appuie ensuite sur les souvenirs d’un vieillard évoquant le témoignage de son propre père pour rappeler que 1331 a été une année de famine, suivie de guerres et de « profondes divisions entre seigneurs » – suite en contradiction, remarquons-le, avec le schéma général qu’il a lui-même avancé. En revanche, il y a eu, selon lui, descente en Gascogne d’un « prince anglais » en 1381 suivie en 1382 d’une « grande mortalité » qui entraîne la « fuite des seigneurs de château en château, de place en place ». Il cite également une série d’années, de 1432 à 1434, marquées par une brutale flambée des prix et la famine100.

  • 101 A.D. Hte Vienne, fonds du séminaire, manuscrit de l’abbé Legros p. 117-166. Les tableaux des forlé (...)
  • 102 FOURNIAL (E.), Histoire monétaire de l’Occident médiéval, Paris, 1970, p. 126-130.

59L’évolution du prix des grains, en effet, donne indirectement les meilleurs indices de l’apparition de la famine. Certes, il évolue aussi avec les « remuements de monnaie » mais le brutal renchérissement des prix d’une année à l’autre témoigne, avant tout, d’une crise de la production. Or nous possédons la série des forléaux de Limoges – c’est-à-dire le prix officiel des céréales fixé par l’autorité consulaire – de 1400 à 1500101. Une première hausse marque les années 1416-1425, période d’anarchie monétaire il est vrai102. Alors qu’en 1415, le setier de froment valait 12 s.t. 8 d., il passe en 1418 à 1 l.t. 10 s. ; dans le même temps, le setier de seigle monte de 8 s. 10 d.t. à 12 s. 6 d.t. soit une hausse de 71 % pour le froment, de 41 % pour le seigle. L’année 1419 est sans doute meilleure car il y a un palier dans la crise : le setier de froment tombe à 13 s.t., le setier de seigle à 9 s.t.. Mais le répit ne dépasse pas l’année et les prix flambent comme jamais dès 1420 puisque le setier de froment repasse à 1 1. 14 s.t., le setier de seigle à 1 l. 4 s.t., progression d’autant plus inquiétante que c’est la céréale de base. Ce ne sont pourtant que les prémices d’années noires qui voient les prix monter en 1421 et 1422 à 6 1. 10 s.t. pour le setier de froment, à 5 1. 10 s.t. pour le setier de seigle. Une augmentation en huit ans de 853 % pour le froment, de 861 % pour le seigle. En 1423, les prix amorcent une légère baisse, 3 1. 11 s.t. pour le froment, 2 1. 19 s.t. pour le seigle. Mais ce n’est qu’en 1424 et 1425 que les prix repassent sous la barre de la livre par setier, 19 s. 6 d.t. pour le froment, 8 s.t. pour le seigle. C’est la fin de la plus grave crise frumentaire connue et elle a duré dix ans, peut-être aggravée par les troubles monétaires. Une partie au moins de la population a certainement souffert alors de la famine, comme le confirment d’ailleurs d’autres témoignages.

60Si la suite des forléaux n’atteste pas de crises aussi longues et aussi graves, elle permet encore de repérer un certain nombre de « mauvaises années ». En 1429, le setier de froment monte à 2 1. 15 s.t. et celui de seigle à 1 1. 17 s.t., ce qui représente une hausse de 230 % et de 179 % par rapport à l’année précédente. Mais ils redescendent à 14 et 13 s.t. dès l’année suivante. En 1432 et 1433, nouvelle hausse du froment à 1 1. 10 s.t. le setier, alors que le prix du setier de seigle demeure stable. C’est la confirmation, nuancée, de la « cherté des grains » dénoncée à la même époque par le notaire Gérald Tarneau à Pierre-Buffière.

  • 103 En 1466, le setier de froment est à 4 s. 7 d.t., le setier de seigle à 3 s.t. ; en 1479, le fromen (...)
  • 104 C’est le retour à la stabilité monétaire, FOURNIAL (E.), op. cit., p. 134-139.

61Jusqu’aux années 80, les prix officiels des blés ne dépassent pas la livre tournois le setier. Les prix les plus bas tournent autour de 5 s.t. le setier de froment et de 3 s.t. le setier de seigle103. Les hausses, essentiellement en 1450, 1459 et 1471-1472, ne sont jamais spectaculaires et le setier de froment ne dépasse pas les l6 s.t., le setier de seigle les 15 ; de 1450 à 1480, le prix du setier se tient dans une fourchette d’une dizaine de sous104.

  • 105 Notamment de 1482 à 1486 et en 1496 et 1502. Les chiffres du prix des grains restent cependant inf (...)
  • 106 Une exception, cependant : en 1504, le setier de seigle ne vaut que 6 s. 6 d.t.

62La fin du siècle est plus difficile et les choses changent à partir des années 80. Changement d’autant plus spectaculaire que 1479 avait été une année exceptionnellement bonne. Le prix du setier de froment augmente de 300 % entre 1479 et 1482, pic de la crise, et surtout le prix du setier de seigle de 566 %. Rien d’étonnant qu’il y ait alors de nouvelles famines105. Malgré un léger repli ensuite, le setier de froment est encore à 14 s.t. en I486, le setier de seigle à 11 s.t.. La détente s’amorce en 1487 et 1488 où l’on retrouve des prix inconnus depuis dix ans, 6 s. 8 d.t. pour le froment, 4 s. 2 d.t. pour le seigle. Mais elle est de courte durée. En 1491, le setier de froment a remonté à 11 s.t., celui de seigle à 8 s.t. Dès lors, à la fin du XVe siècle et au début du XVIe, il y a alternance de quelques bonnes années et de nombreuses mauvaises. Celles-ci dominent particulièrement de 1496 à 1508, années pendant lesquelles le prix du setier de froment se situe entre 13 s.t. et 1 1. 3 s.t., le setier de seigle entre 7 s.t. et 16 s. 3 d.t106. Ils atteignent des prix plafonds en 1504, « mauvaise année » par excellence. La crise s’éloigne à partir de 1509 : le froment est toujours à 12 s.t. mais le seigle, la céréale populaire dont le cours est plus souple que celui du froment, est déjà descendu au-dessous de 6 s.t. le setier. Ainsi la période 1480-1510 est, après les années 1430, le moment le plus difficile et il n’est pas étonnant que les derniers témoignages sur les famines datent de la fin du siècle et des premières années du suivant.

  • 107 Pour mieux apprécier la situation et le pouvoir d’achat des travailleurs, il faudrait pouvoir comp (...)
  • 108 Les forléaux seront de nouveau utilisés dans le chapitre consacré à la mesure et au résultats de l (...)

63Au total, le bilan des crises frumentaires et des famines est impressionnant : on relève trace dans la documentation de dix-huit années de « famine déclarée » de 1331 à la fin du XVe siècle, soit plus d’une année sur dix ; encore ne s’agit-il là que des années de grande famine. Combien d’autres ont-elles vu une partie de la population au moins souffrir de malnutrition ? A cet égard, le témoignage des forléaux de Limoges, quelles qu’en en soient les limites, apporte des informations complémentaires précieuses : plus d’une année sur trois est marquée par une hausse brutale du prix des grains qui peut mettre la majorité des consommateurs en situation de manque107. La durée de ces crises frumentaires est un autre indice de leur gravité. Les « mauvaises années » se succèdent pendant une dizaine d’années, pas seulement pendant deux ou trois, et posent le problème des réserves en des termes moins spectaculaires mais tout aussi dramatiques. A coté des famines avouées, il y a les famines larvées et sans fin qui pèsent tout autant sur le destin des hommes – surtout les plus humbles – et des108 campagnes.

Les « pestes », un éternel retour

  • 109 « Confiscation... » p. 132.
  • 110 BIRABEN (J.N.), Les hommes et la peste en France et dans les pays européens et méditerranéens, Par (...)
  • 111 C’est ce qui se passe notamment en 1425.
  • 112 TRICARD (J.), « Le métayage en Limousin à la fin du Moyen Age », Bulletin des Historiens économist (...)
  • 113 TRICARD (J.), · La mémoire des Benoist : livre de raison et mémoire familiale au XVe siècle », Tem (...)

64Sans doute moins bien protégés des épidémies que de la famine, les notables qui écrivent font une part plus considérable à la succession des « pestes ». Encore l’information est-elle loin d’être satisfaisante. Elle se fonde avant tout sur les chroniques, les livres de raison, quelques enquêtes et aussi des contrats qui évoquent, à l’occasion, la « peste » pour justifier une remise de rente. Dans ce dernier cas, la date de l’épidémie est rarement précisée et renvoie, au mieux, à vingt ou trente ans en arrière. Ainsi les « mortalitez » qu’évoquent les paysans de la seigneurie de Veyrac pour expliquer leur ruine et le non-paiement des redevances sont situées par eux « vint ans en sa »109. Si cette formule a un sens précis et concret, elle ne peut concerner la Grande Peste qui a frappé quelque trente ans plus tôt. Il s’agirait plutôt du « retour de peste » des années 1361-1363 qui touche particulièrement les régions voisines du Limousin et ne l’épargne peut-être pas110. Il est certain, aussi, que presque tous ces témoignages sur la « peste » sont donnés par des gens des villes, essentiellement Limoges, accessoirement Saint-Léonard-de-Noblat. Or on sait que le phénomène épidémique est avant tout urbain, la diffusion de la maladie y étant facilitée par la promiscuité, les conditions d’hygiène, l’afflux des migrants – pour n’évoquer que les vecteurs majeurs de la propagation du mal. La situation est différente dans les campagnes, et meilleure pour le coup. La peste est moins à craindre au village qu’à la ville et les élites ne s’y trompent pas : on a vu Jean Massiot évoquer la fuite des « seigneurs » de château en château et de place en place ; on a, dans les chroniques, témoignage de l’abandon de Limoges par une partie de ses habitants en temps d’épidémie111 ; les baux à métayage passés en grand nombre par des bourgeois à la fin du XVe et au début du XVIe siècle indiquent souvent que les métayers sont tenus de loger leur bailleur en temps de peste – le seul moment où ce dernier réside dans sa métairie112. La situation médicale dans les campagnes n’est, en revanche, connue que par de rares allusions dans les enquêtes ou les minutes notariales qui ne précisent ni la gravité de la « peste au village » ni sa diffusion. Si bien qu’il est impossible de dresser, à partir d’une documentation aussi lacunaire, une carte des zones contaminées et des zones épargnées. Enfin, même pour les villes, nos sources d’information souffrent de graves lacunes : les chroniques ne citent pas toutes les épidémies du temps ; surtout, les auteurs des livres de raison qui se placent dans une étroite perspective familiale113, ne notent, le plus souvent, le passage d’une « peste » qu’en cas de disparition d’un membre de leur lignage. A bien des égards, les pestes connues pour Limoges sont d’abord des « pestes des Benoist », puisque l’essentiel des informations touchant les épidémies est fourni par le livre de raison de cette famille et la liste de ses morts lors des « mornia ». Du coup, nos connaissances sur la diffusion de la maladie à Limoges sont beaucoup plus sommaires avant 1389 et après 1453, dates extrêmes des « pestes des Benoist ».

  • 114 COMBET, Histoire de la ville et du canton d’Uzerche, Limoges, 1910, p. 109.
  • 115 DELOCHE (M.), « La procession dite de la Lunade et les feux de la Saint Jean à Tulle », Mémoires d (...)
  • 116 LOUIS (S.), La religion des laïcs en Limousin à la fin du Moyen Age, principalement d’après les te (...)

65Avant le milieu du XIVe siècle, pas trace d’épidémie en Limousin. La Peste Noire, elle-même, a laissé si peu de témoignages dans les sources limousines qu’on peut douter de sa gravité dans la région. Le seul témoignage littéraire est fourni par la Chronique d’Uzerche qui précise qu’en 1347 et 1348 l’épidémie fit périr dans certaines paroisses · la tierce partie du monde »114. Formule qui rappelle si étrangement la célèbre estimation de Froissart que l’on peut se demander si l’on n’a pas simplement affaire ici à une reprise littéraire sans grand rapport avec la réalité régionale. On peut peut-être aussi s’appuyer, avec les réserves d’usage, sur la fête de la Lunade, encore célébrée à Tulle aux temps modernes, qui prétendait commémorer la délivrances de la ville de l’épidémie115. Enfin, l’étude de l’évolution du nombre des testaments limousins montre leur accroissement dans les années précédant la Grande Peste : un témoignage de peur et de précaution devant l’arrivée prochaine du fléau116 ? Au total, un dossier bien léger, qui peut laisser penser que le Limousin a moins souffert de la Grande Peste que d’autres régions.

  • 117 BIGET (J.L.) et TRICARD (J.), « Livres de raison et démographie familiale en Limousin au XVe siècl (...)

66Les choses deviennent plus sûres, comme on l’a vu, avec le livre de raison d’Etienne Benoist – même s’il n’informe que sur la situation médicale d’une ville et d’une famille. En 1389, c’est Jean Benoist, frère du rédacteur du livre, qui disparaît à l’âge de quinze ans puis, en septembre 1395, le père d’Etienne Benoist, Othon, à l’âge de soixante-deux ans. En 1402 et 1409, deux nouvelles « mornia » emportent deux autres adultes. L’épidémie de 1418 est particulièrement néfaste à une famille qui ne paraît pas décidée à quitter la ville en temps de calamité. Car la « peste » a frappé des membres du clan du 21 mai au 18 octobre, ce qui donne une indication sur sa durée minimale. Disparaissent successivement Jean Benoist, un cousin d’Etienne, âgé de plus de soixante-douze ans (le 21 mai), Catherine Boutin, belle-sœur d’Etienne, d’une cinquantaine d’années (6 juin), Catherine Benoist, sa nièce de trente-trois ans (26 juin), un autre adulte de la famille, enfin Jacques Benoist âgé de cinq ans, le seul enfant de la famille à être victime de cette épidémie. On aimerait savoir si le cas des Benoist qui perdent alors cinq des leurs est exemplaire et si cette peste de 1418 a été plus meurtrière que d’autres en Limousin. La suivante, en 1422, fait disparaître un adulte et un enfant de la famille. Celle de 1426 frappe les Benoist presque aussi durement que la « mornia » de 1418 ; mais le rythme mortuaire n’est pas le même, plus bref et plus brutal : en deux jours disparaissent, en juillet, deux enfants du rédacteur ; puis, le 10 août, leur mère âgée de quarante-deux ans ; le 30 août, un troisième enfant du couple. Quatre morts en trois mois et une mortalité essentiellement infantile. Au total, Etienne Benoist a perdu de 1389 à 1434 quinze de ses proches et il y a eu à Limoges au moins huit épidémies pendant ce laps de temps, soit une tous les six ans117.

  • 118 Livres de raison... p. 217 ; A.D. Hte Vienne, 4 E 1,1-4 E 1,3.
  • 119 FAGE (E.), « Les calamités publiques en Limousin », B.S.A.H.L. 1910, p. 281-310.
  • 120 BIRABEN (J.N.), op. cit., annexe IV, p. 378, donne une douzaine de « pestes » supplémentaires jusq (...)
  • 121 C’est sensiblement le même rythme qu’à Poitiers, FAVREAU (R.), art. cit. p. 380-398.

67A ces pestes de Limoges s’ajoutent le « retour de peste » de 1361-1362 évoqué par les paysans de Veyrac, la « grande mortalité » de 1382, notée dans le livre des Massiot de Saint-Léonard, des pestes en 1371, 1399 et 1404 dont la mention figure dans des registres notariaux118. Chroniques et annales prennent le relais, à l’occasion. Les Annales de Saint-Junien font ainsi état d’une peste en 1417 et, la même année, les Annales manuscrites indiquent que Jean de Laigle s’excuse de ne pas entrer dans Limoges « causant le bruit de la mortalité »119. Une double indication, le cas est rare, pour une même peste. Elle permet, pour une fois, d’en deviner la propagation dans la région. D’autres indications suivent, jusqu’en 1502120. Au total, quelque trente-cinq témoignages sur les « pestes » de 1346 à 1502, soit une fréquence de l’ordre d’une épidémie tous les six ans – comme pour les « pestes des Benoist » – qui a certainement marqué les corps et les esprits121.

Misères au quotidien

68« Limousin povre pays », la formule de Froissart convient décidément bien à la définition des campagnes limousines à la fin du Moyen Age. A condition de lui donner une signification plus large et plus complexe que ne l’entendait le chroniqueur : pauvre pays par la faute de conditions naturelles médiocres qui sont de tout temps, sols peu fertiles, climat rude. Des handicaps naturels de toujours qui pèsent encore plus lourd en temps de crise quand ils sont associés à des malheurs du temps qui ne laissent aux hommes et aux champs ni véritable répit ni trêve respectée. L’expression « Guerre de Cent Ans » prend tout son sens dans le plat pays limousin si on la comprend comme un relais perpétuel de guerres : guerre franco-anglaise mais aussi guerres de châteaux et guerres au village se succèdent et se mêlent inextricablement, réduisant à peu de choses et comme presque à rien la notion de « temps de paix » des années 1350 aux années 1460. Dans ces conditions, la multiplication des indices sur la « ruine des campagnes », quelles que soient les limites de chaque témoignage, laisse peu d’illusions sur la gravité des ravages guerriers. Or ces ravages se combinent encore avec d’autres malheurs, naturels et pathologiques. Les avatars climatiques mettent davantage en péril une production agricole chroniquement en difficulté, la succession des « mauvaises années » appelle les famines, ordinaires ou extraordinaires ; les retours de peste qui frappent les villes n’épargnent certainement pas tous les habitants du plat pays. Les sources montrent bien que les hommes du XVe siècle associaient ces malheurs pour expliquer, non sans arrière-pensées, leur triste situation et celle de leur exploitation. La fin des guerres dans la deuxième moitié du XVe siècle a sans doute quelque peu allégé ce climat de catastrophes permanentes ; elle n’a pas marqué la fin des crises – les pestes et les crises frumentaires sont là pour en témoigner encore à la fin du siècle. Peu d’événements spectaculaires, mais une accumulation de malheurs quotidiens qui placent les Limousins, seigneurs comme paysans, dans des conditions toujours difficiles pour réussir la reconstruction du pays. Cette dernière ne peut attendre la fin des « malheurs des temps », elle doit se faire avec eux.

Notes

1 FROISSART, Chroniques, LUCE (S.) éd, Paris 1869-1931, t. VIII-2, p. 270.

2 BOIS (G.), La crise du féodalisme, économie rurale et démographie en Normandie orientale du début du 14e siècle à la fin du 16e siècle, Paris, 1976, p. 299.

3 L’analyse géographique a été essentiellement réalisée à partir de DUPUIS (J.) Carte pédologique de la France au millionième, Paris, INRA, 1966. Voir la carte jointe à TRICARD (J.), « Les limites d’une reconstruction rurale en pays pauvre à la fin du Moyen Age : le cas du Limousin », Etudes rurales, 1975, 60, oct.-déc., p. 7.

4 JEAN LE BEL, Chronique, VIARD (J·) et DEPREZ (E.), éds, Paris, 1904, t. I, p. 220.

5 FROISSART, Chroniques, t. IV, p. 68 ; Comborn, Corrèze, c Estivaux, cant. Vigeois, arr. Brive.

6 A.D. Hte Vienne, fonds Solignac, no provisoire 4229 ; Guibert (L), Chalucet, 1887, p. 70-72.

7 Auberoche, Dordogne, c Fanlhac, cant. Montignac, arr. Sarlat ; Saint-Auvent, Vienne, cant. Saint-Laurent-sur-Gorre, arr. Rochechouart ; Excideuil, Dordogne, ch. 1. cant., arr. Périgueux ; Maisonnais, Hte Vienne, cant. Saint-Mathieu, arr. Rochechouart ; Montbrun, c et cant. Chalus, arr. Limoges.

8 MOLINIER (E.), Etude sur la vie d’Arnoul d’Audrehem, Mémoire de la Société de l’Académie des Inscriptions, 2e série, t. VI, 1re partie.

9 CLEMENT-SIMON (G.), « La rupture du traité de Brétigny et ses conséquences en Limousin », Bulletin de la Société des Lettres, Sciences et Arts de la Corrèze, 1898, p. 144-192.

10 Annales manuscrites de Limoges, E. RUBEN, A. ACHARD et P. DUCOURTIEUX, éds, Limoges, 1862, p. 232.

11 LUCE (S.), Histoire de Bertrand Du Guesclin et de son époque, Paris, 1876, p. 471.

12 DELISLE (L.), Mandements et actes divers de Charles V, Paris, 1874, p. 309, no 619.

13 Chalus, Hte Vienne, ch. 1. cant., arr. Limoges ; Courbefy, Hte Vienne, c St Nicolas de Courbefy, cant. Chalus, arr. Limoges ; Pierre-Buffière, Hte Vienne, ch. 1. cant., arr. Limoges.

14 LEROUX (A.), « Le sac de la cité de Limoges et son relèvement, 1370-1464 », B.S.A.H.L., t. LVI, 1906, p. 155-233.

15 FROISSART, Chroniques, t. VII, p. 248.

16 Annales manuscrites, p. 274.

17 GUIBERT (L.), Chalucet, pièce justificative no 18.

18 Idem, p. 78.

19 Annales manuscrites, p. 274 ; « Champagnac » est plus vraisemblablement Compreignac, Hte Vienne, cant. Nantiat, arr. Bellac.

20 B.N., fonds latin 9193 f. 419

21 DELISLE (L.), op. cit., p. 243 n 825, p. 432 n 844, p. 452, n 878 ; FROISSART, Chroniques, t. VIII-2, p. 26.

22 Dédommagement accordé par le roi de France à l’évêque de Limoges qui a fait avance de 1 500 francs – paiés à Naudon du Cau capitaine du dit chastel de Ségur pour la délivrance d’icelui », LEROUX (A.) et BOSVIEUX (A.), éds, Chartes, chroniques et mémoriaux pour servir à l’histoire de la Marche et du Limousin, Limoges, 1886, p. 126.

23 Registre du notaire Simon Botineau, LEROUX (A.) éd., Documents historiques sur le Limousin, Limoges, 1891, t. III p. 313.

24 GUIBERT (L.), Chalucet, p. 81 : Un habitant de Limoges a été capturé par les » Anglais » de la Souterraine et a dû faire vendre sa maison pour payer sa rançon.

25 FROISSART, Chroniques, t. VIII-2, p. 270.

26 Idem, t. XIV, p. 135-183.

27 FROISSART, Chroniques, t. XIV, p. 211 ; DUPLES-AGIER éd. Registres criminels du Chatelet, Paris, 1864, t. II, p. 177-213.

28 Y avait-il dans la famille Marchès la répartition si souvent notée des hommes du lignage entre les deux camps qui permettait, en tout état de cause, de sauver les intérêts familiaux ? On pourrait le croire puisque le père et le frère de Mérigot sont – bons français – et lui du parti anglais. On notera cependant que l’éducation guerrière de Mérigot commence après le traité de Brétigny, qui place naturellement notre héros dans le camp anglais.

29 Il y a cependant le filtre du témoignage noté par écrit par le greffier.

30 Registres... p. 187.

31 Ibidem, p. 190.

32 FROISSART, Chroniques, t. XIV, p. 164.

33 Mérigot Marchès fut jugé et exécuté en juillet 1391.

34 LEMAITRE (J L.) éd., – Les miracles de Saint Martial accomplis lors de l’Ostention de 1388 ·, B.S.A.H.L. t. CII, 1975, p. 67-198.

35 Ibidem, p. 105.

36 BERLIOZ (J.) et POLO DE BEAULIEU (M.A.), Les exempta médiévaux, Carcassonne, 1993 ; BREMOND (C), LE GOFF (J.), SCHMITT (J C.) L’Exemplum, TURNHOUT, 1982 ; Prêcher d’exemples, récits de prédicateurs du Moyen Age, SCHMITT (J.C.) éd., Paris, 1985.

37 On pourrait sans doute y ajouter quelques héros de miracles dont l’auteur des Miracula ne sait rien, qui sont donc probablement d’humble origine et sont simplement présentés comme – un homme » ou – une femme ».

38 Le héros du premier miracle est même un homme d’armes anglais (p. 106).

39 Miracle 13, p. 112.

40 Miracle 14, p. 112.

41 Miracle 19, p. 114.

42 Miracle 32, p. 118.

43 Miracle 36, p. 119.

44 Miracle 42, p. 121-122.

45 Miracle 47, p. 123.

46 Miracle 47, p. 122.

47 Miracle 47, p. 123.

48 Cf. BEAUNE (C.), Naissance de la nation France, Paris, 1989.

49 Miracle 49, p-124.

50 A.N., JJ 138 no 54, cité dans GUIBERT a.), Chalucet, p. 171-172 ; B.N. fonds latin 12764 f. 239. Tableau traditionnel mais qui recouvre des réalités incontestables, l’émigration des paysans limousins, par exemple.

51 A.D. Hte Vienne, fonds de Solignac, no provisoire 3340 ; cité dans GUIBERT (L.), Chalucet, p. 168.

52 Idem, p. 168.

53 A.D. Pyrénées Atlantiques, E 637.

54 DOUET D’ARCQ (L.), Choix de pièces inédites relatives au règne de Charles VI Paris 1863 t. 1, p. 90-91.

55 FROISSART, Chroniques, t. XIV, p. 190.

56 Annales manuscrites, p. 286.

57 GUIBERT (L.), Chalucet, p. 92.

58 TRICARD (J.), « Confiscation et connaissance d’une seigneurie : l’état des « biens et héritages » du seigneur de Veyrac en 1378 », Actes du 117e congrès national des Sociétés Savantes, Clermont-Ferrand, 1992, Histoire p. 123-139.

59 Dans les domaines berrichons du seigneur de Veyrac, il y a cependant un village ruine, au moins : le Puy de l’Age « où souloit avoir bon et bel albergement, est fonduz et dicert pour cause des guerres et tout ledit lieu peut avoir arpent de boys qui sont de petite valeur » (« Confiscation... », p. 132).

60 Idem, p. 133

61 BELLAGUET (M.L.), Chronique du Religieux de Saint-Denys, Paris, 1841, livre XXV, chap. XVIII, p. 208 ; Nouvelle édition avec une préface de GUENEE (B.), Paris, 1994.

62 Annales manuscrites, p. 289-292.

63 Nantiat, Hte Vienne, ch. 1. cant., arr. Bellac.

64 GUIBERT (L.) éd., Documents, analyses de pièces, extraits et notes relatifs à l'histoire des deux villes de Limoges, archives historiques du Limousin, archives anciennes, t. VIII, Limoges, 1902, p. 87-88 ; TRICARD (J.), « Une ville et son traître · : Limoges et l’affaire Gaultier Pradeau (XVe-XXe siècle), Villes, bonnes villes, cités et capitales, Mélanges offerts à Bernard Chevalier Tours 1989 p. 211-221.

65 On sait que le parti armagnac a cherché, comme le parti bourguignon, à faire alliance avec l'Angleterre. Mais comment imaginer que la chose ait été connue dans la France profonde et par des paysans ?

66 A.D. Pyrénées Atlantiques, E 637.

67 Les noms des accusés ne sont ni précédés ni suivis d’épithètes de notoriété mais accompagnés, en revanche, d'une indication sur la paroisse de résidence : c’est généralement ainsi que l’on reconnaît les paysans.

68 LEROUX (A.), Le sac de Cité de Limoges... p. 219.

69 « Une ville et son traître »... p. 211-221.

70 Annales manuscrites, p. 296.

71 Chronique et journal de Gérald Tarneau, LEROUX (A.) et BOSVIEUX (H.), éds, Chartes, chroniques et mémoriaux... p. 227-232.

72 Annales manuscrites, p. 303.

73 Chronique... de Gérald Tarneau, p. 226.

74 « Une ville... », p. 216.

75 CLEMENT-SIMON (G.), « Un capitaine de routiers sous Charles VII : Jean de la Roche », Revue des Questions Historiques, Juin 1895, p. 162-163.

76 J. QUICHERAT, – Rodrigue de Villandrando », Bibliothèque de l’Ecole des Chartes, 2e série, I.

77 Cf. le chapitre sur « La reconstruction méthodes et sacrifices. Des réductions de cens au métayage » p. 63-84.

78 Chronique... de Gérald Tarneau, p. 203-235.

79 Ibidem, p. 206.

80 Ibidem, p. 209.

81 Ibidem, p. 209. St Paul-d’Eyjeaux, Hte Vienne, c Eyjeaux, cant. Pierre-Buffière, arr. Limoges.

82 Saint-Jean-Ligoure, Hte Vienne, cant. Pierre-Buffière, arr. Limoges.

83 Cet appel aux rustres pour participer à une bataille est très exceptionnel. Est-il à lier au fait que les gens de Pierre-Buffière ne sont pas, eux non plus, des professionnels de la guerre ? Le Puy-Baraud, Hte Vienne, c St Hilaire-Bonneval, cant. Pierre-Buffière, arr. Limoges,

84 Ainsi un routier, nommé Davayat, obtient un sauf-conduit pour sortir de Chalucet ; il se fait passer pour un vacher et, en définitive, est pris dans les vignes de Pierre-Buffière.

85 GUIBERT (L.), Chalucet, pièces justificatives IX-XII.

86 Les premiers témoignages datent des années 1410, les derniers de 1447.

87 B.N., fonds latin 9133, f. 439. Les seigneurs » appelants » sont les seigneurs Gauthier de Peyrusse, Jean de Corgnac et l’écuyer Jean Jouvineau.

88 GUIBERT (L.), Chalucet. p. 109.

89 CLEMENT-SIMON (G.), Archives historiques du Limousin, Limoges, 1904, t. IX, p. 233.

90 Chroniques de Saint Martial, p. 140 et 199.

91 Ibidem, p. 200-202.

92 Archives manuscrites, p. 429. Il s’agit d’une note ajoutée au XVIIIe siècle par l’abbé Legros, qui ne cite pas sa source.

93 CHABANNEAU (C.) éd., « Le cartulaire du consulat de Limoges », Revue des Etudes Romanes, 1895, t. VIII, p. 227.

94 GUIBERT (L.) éd., Livres de raison, registres de famille et journaux individuels limousins et marchois, t. 1, Paris-Limoges 1888, p. 27.

95 Annales manuscrites, p. 106.

96 « Limites... », p. 36-39-

97 LEMAITRE (J.L.) éd, Miracles... p. 105.

98 LEROUX (A.) et BOSVIEUX (A.), éds, Chartes, chroniques et mémoriaux de la Marche et du Limousin, Tulle – Limoges, 1886, p. 236.

99 GUIBERT (L.) croit reconnaître sa « belle et ferme écriture » (Livres de raison, p. 27).

100 Ibidem, p. 127-128.

101 A.D. Hte Vienne, fonds du séminaire, manuscrit de l’abbé Legros p. 117-166. Les tableaux des forléaux sont complets jusqu’à la fin du XVIIIe siècle. Il y a probablement décalage, surtout en temps de crise, entre prix officiel et prix réel. Un graphique de l’évolution des prix des céréales a été réalisé par FAVREAU (R.) « Les épidémies à Poitiers et dans le Sud-Ouest à la fin du Moyen Age », Bibliothèque de l’Ecole des Chartes, t. CXXXV, 1967, p. 398. Il a été repris et complété p. 211-213.

102 FOURNIAL (E.), Histoire monétaire de l’Occident médiéval, Paris, 1970, p. 126-130.

103 En 1466, le setier de froment est à 4 s. 7 d.t., le setier de seigle à 3 s.t. ; en 1479, le froment est à 5 s.t., le seigle à 2 s. 3 d.t.

104 C’est le retour à la stabilité monétaire, FOURNIAL (E.), op. cit., p. 134-139.

105 Notamment de 1482 à 1486 et en 1496 et 1502. Les chiffres du prix des grains restent cependant inférieurs à ceux des années 1430. Mais comparer des chiffres si éloignés dans le temps et séparés par une histoire monétaire tumultueuse a-t-il une signification ?

106 Une exception, cependant : en 1504, le setier de seigle ne vaut que 6 s. 6 d.t.

107 Pour mieux apprécier la situation et le pouvoir d’achat des travailleurs, il faudrait pouvoir comparer le prix du blé au montant de leur salaire. On ne l’a pas trouvé pour la même époque.

108 Les forléaux seront de nouveau utilisés dans le chapitre consacré à la mesure et au résultats de la reconstruction.

109 « Confiscation... » p. 132.

110 BIRABEN (J.N.), Les hommes et la peste en France et dans les pays européens et méditerranéens, Paris, 1975, p. 119 et annexe IV, p. 378.

111 C’est ce qui se passe notamment en 1425.

112 TRICARD (J.), « Le métayage en Limousin à la fin du Moyen Age », Bulletin des Historiens économistes, 1980, no 13, p. 14.

113 TRICARD (J.), · La mémoire des Benoist : livre de raison et mémoire familiale au XVe siècle », Temps, mémoire, tradition au Moyen Age, Actes du XIIIe congrès de la Société des Historiens Médiévistes de l'Enseignement Supérieur Public, Aix-en-Provence, 1982, p. 119-140 ; idem, « Mariage, » commérages », parrainage : la sociabilité dans les livres de raison limousins du XVe siècle », Croyances pouvoirs et société, Treignac, 1988, p. 129-142

114 COMBET, Histoire de la ville et du canton d’Uzerche, Limoges, 1910, p. 109.

115 DELOCHE (M.), « La procession dite de la Lunade et les feux de la Saint Jean à Tulle », Mémoires de l’Académie des Inscriptions et Belles Lettres, t. 32, 2e partie, 1890.

116 LOUIS (S.), La religion des laïcs en Limousin à la fin du Moyen Age, principalement d’après les testaments, Thèse de 3e cycle, Poitiers 1980.

117 BIGET (J.L.) et TRICARD (J.), « Livres de raison et démographie familiale en Limousin au XVe siècle – Annales de démographie historique, 1981, p. 321-363·

118 Livres de raison... p. 217 ; A.D. Hte Vienne, 4 E 1,1-4 E 1,3.

119 FAGE (E.), « Les calamités publiques en Limousin », B.S.A.H.L. 1910, p. 281-310.

120 BIRABEN (J.N.), op. cit., annexe IV, p. 378, donne une douzaine de « pestes » supplémentaires jusqu’en 1502 mais ne cite pas ses sources.

121 C’est sensiblement le même rythme qu’à Poitiers, FAVREAU (R.), art. cit. p. 380-398.

© Éditions de la Sorbonne, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search