Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Agrandir Paris (1860-1970)

 | 
Annie Fourcaut
, 
Florence Bourillon

Cinquième partie. Paris-Région

La construction des grands ensembles : reconquérir Paris et régénérer la banlieue

Annie Fourcaut

Texte intégral

1Aborder la question de la construction des grands ensembles à Paris et en banlieue pendant les Trente glorieuses pour comprendre les dynamiques urbaines consécutives à l’annexion de 1860 demande à être justifié, tant cet épisode paraît opposé à l’entreprise haussmannienne.

  • 1 Yves Lacoste, « Un problème complexe et débattu : les grands ensembles », Bulletin de l’Association (...)
  • 2 Philippe Panerai, Jean Castex, Jean-Charles Depaule, Formes urbaines : de l’îlot à la barre, Paris, (...)

2Le grand ensemble, si on reprend la définition classique du géographe Yves Lacoste établie à chaud en 19631, est un ensemble d’habitat collectif d’au moins 500 ou 1 000 logements, construit avec des crédits publics ou para publics, sur du foncier à faible coût, suivant un plan d’urbanisme et dans un délai relativement court ; ce processus de construction paraît aux antipodes de celui qui a produit l’immeuble haussmannien, comme d’ailleurs l’immeuble des faubourgs de la zone annexée. De plus, les urbanistes ont montré que ces constructions neuves conduisent à une profonde mutation du parcellaire : en plusieurs étapes, la barre succède à l’îlot fermé haussmannien, fait exploser le tissu urbain, tend à l’autonomie de l’objet construit, et met fin à la continuité avec les espaces élémentaires de la ville, publics ou privés2.

3Cette rupture formelle dans la morphologie urbaine ne doit pas occulter le fait que les grands ensembles des années 1950-1970 n’ont pas tous joué le même rôle dans l’urbanisation métropolitaine. L’analyse de la localisation des constructions nouvelles, majoritairement collectives à cette date à Paris et en banlieue, permet de distinguer deux types de situation (fig. 1). Le premier s’inscrit dans les vides laissés par l’haussmannisation, entendue au sens large comme la phase d’urbanisation de la zone annexée et des faubourgs des années 1860-1914. Il s’agit d’immeubles construits pour rénover les îlots insalubres parisiens ou les centres-villes taudifiés des communes limitrophes de Paris, ou pour combler les espaces laissés vides dans la zone. Inscrites dans les « dents creuses » laissées par l’haussmannisation, ces constructions neuves achèvent la modernisation et le remplissage des marges de la ville unifiée en 1860. L’heure est officiellement à la reconquête de la ville ancienne, alors qu’est célébré le centenaire de la création du service du plan de Paris.

Fig. 1– Deux types de localisation des constructions neuves de 1950 à 1965 :en zone déjà urbaine et en limite de l’urbanisation.
Source : Carte des constructions neuves 1950-1965 d’après Jacqueline Beaujeu Garnier et Jean Bastié, Atlas de Paris et de la région parisienne, paris, Berger Levrault, 1967, pl. 32.

  • 3 Annie Fourcaut, « Les grands ensembles ont-ils été conçus comme des villes nouvelles ? », Histoire (...)
  • 4 Annie Fourcaut, « Les premiers grands ensembles en région parisienne : Ne pas refaire la banlieue ? (...)

4Le second type, à l’exemple de Sarcelles, Massy-Antony ou les 4000 à La Courneuve, renvoie à la construction, sur des opportunités foncières qui sont le plus souvent les zones non affectées du plan Prost3(fig. 2), d’ensembles massifs créés sur une table rase, souvent en limite des terres agricoles. Pierre Sudreau, ministre de la Construction de 1958 à 1962, leur assigne la mission vague de régénérer la banlieue. Cette formulation tente de masquer la contradiction entre la nécessité de construire pour vaincre la crise du logement et le malthusianisme des décideurs, qui devrait interdire de construire en région parisienne4.

Fig. 2 – plan d’aménagement de la Région parisienne, 1934, dit Plan Prost. Ce plan fonctionne sur le principe du zoning et prévoit dans chaque commune un périmètre aggloméré, zone déjà urbanisée et une zone «  non affectée  » où il est interdit de construire. Il propose des grands axes routiers et autoroutiers.

« La reconquête »

  • 5 Émile Pelletier, préfet de la Seine, « La reconquête », Construction et urbanisme de la région pari (...)

5Essor démographique, crise du logement, baby-boom et afflux des migrants vers la région parisienne, persistance des taudis : il s’agit de reconquérir Paris et sa banlieue5. La population de la région parisienne s’accroît de deux millions de personnes entre le recensement de 1954 et celui de 1968. Au cours des années 1950, on a enregistré jusqu’à 180 000 nouveaux venus par an, moitié par accroissement naturel, moitié par arrivée de la province ou de l’étranger : suivant l’image célèbre, toutes les quatre minutes, un provincial débarquait à Paris pour trouver un emploi. L’essor démographique de la banlieue au début des Trente Glorieuses s’apparente à celui du Paris décrit par Louis Chevalier, dans la première moitié du xixe siècle.

6En vingt ans, entre le milieu des années 1950 (Le plan Courant, qui fait démarrer la construction des grands ensembles, date de 1953) et la directive ministérielle d’Olivier Guichard (21 mars 1973) qui met fin à cette politique, le paysage de centaines de communes de banlieue comme celui des arrondissements annexés se transforme très vite. En 1962, sur 137 groupes de plus de mille logements réalisés pour toute la France, 51 d’entre eux sont en banlieue parisienne. Ils y constituent une masse de près de 100 000 logements, soit 43 % de l’effectif total des grands ensembles construits dans toute la France. Au moment où elle est remise en cause, aux débuts des années 1980, cette politique a produit environ 350 000 logements pour la seule banlieue parisienne.

  • 6 Paul Landauer, L’invention du grand ensemble. La Caisse des dépôts maître d’ouvrage, Paris, Picard, (...)

7Le choix de la construction de masse pour résoudre la crise du logement, pensée comme l’impossibilité conjoncturelle dans laquelle se trouvaient les familles solvables d’obtenir un logement hygiénique et confortable convenant à leur statut social, conduit à un certain nombre d’innovations. Se mettent en place avec le plan Courant des procédés de financement du logement social ou aidé par des crédits publics : 1953, la création de primes et prêts de l’État aux constructeurs et aux ménages, la taxe de 1 % sur les salaires pour engager les employeurs dans le financement, l’intervention de la Caisse des Dépôts et consignations (CDC), qui gère les fonds des caisses d’épargne depuis 1816, et de sa filiale immobilière – la Société centrale immobilière de la Caisse des Dépôts (SCIC)6. La production fait un bond considérable : 100 000 logements par an dans les années 1950, 300 000 en 1958 au début de la Cinquième République, 550 000 dans les années 1970 pour toute la France. Un mélange d’idéaux sociaux issus de la Résistance – le préambule de la Constitution de 1946 fait du nouveau régime une démocratie sociale – et de refus du laisser-faire de la Troisième République inspire les responsables de la Quatrième République en charge du logement. Les objectifs quantitatifs conduisent à la généralisation de la construction industrialisée, explicitement voulue par le ministère de la Reconstruction et de l’Urbanisme. La ferveur modernisatrice des responsables des débuts de la Quatrième République les pousse à « rattraper les trente ans d’inaction » de leurs prédécesseurs comme le dit alors François Bloch-Laîné, directeur général de la Caisse des dépôts et consignations, à apurer les dossiers bloqués, dont celui des îlots insalubres parisiens, repérés depuis la fin du xixe siècle, à résoudre enfin la crise du logement, structurelle pour les classes populaires en région parisienne depuis la Belle Époque.

8De nombreux blocages s’opposent à cette volonté : trouver des terrains pour construire du logement, alors que les réserves foncières de l’entre-deux-guerres, constituées par le conseil général de la Seine, sont presque épuisées, s’avère difficile ; en banlieue, les grands ensembles sont souvent édifiés sur les zones non affectées du plan Prost, devenu PARP, approuvé en 1939.

9Toute planification d’ensemble reste délicate, puisque dominent les thèses malthusiennes de Jean-François Gravier, qui prône le freinage de la croissance de la région parisienne pour revitaliser le désert français.

  • 7 Annie Fourcaut, Emmanuel Bellanger et alii, « Aux origines historiques du Grand Paris », Paris sous (...)

10Le ministère de la Reconstruction et de l’Urbanisme, qui devient ministère de la Construction à partir de 1958, diffuse les normes techniques et financières, qui changent fréquemment jusqu’à l’invention des ZUP en 1958. Sous son égide, de puissants maîtres d’ouvrage – la SCIC, filiale de la Caisse des dépôts créée en 1954, les offices publics communaux et départementaux nés de la loi Bonnevay, de nombreuses sociétés d’économie mixte, à Paris et dans le département de la Seine, mènent chacun leur politique de construction et d’attribution des logements7. Dans ce contexte d’urgence, de volonté d’apurer les comptes du passé et de ferveur modernisatrice, la construction de logements neufs redémarre au milieu des années 1950, principalement sous forme d’ensembles locatifs collectifs à financement social sur des terrains offrant deux types de situation très différents et qui renvoient à deux échelles de réflexion sur l’avenir de la région parisienne. Sans prétendre à aucune exhaustivité, l’évocation de quelques cas monographiques illustrera comment les grands ensembles construits à partir du milieu des années 1950 témoignent des hésitations des décideurs entre deux conceptions urbanistiques : agir dans la continuité d’Haussmann en remplissant l’anneau dense, ou anticiper sur l’extension métropolitaine en construisant sur des tables rases.

Une nouvelle ère haussmannienne ?

Construire sur les marges

  • 8 Voir dans ce volume l’article de Danièle Voldman, « Entre rivalité et complémentarité, les offices (...)
  • 9 H.D. Elhaï, « Les HBM de la Porte d’Aubervilliers », in Pierre Georges (dir.), Études sur la banlie (...)

11Depuis la loi du 19 avril 1919 sur le déclassement de l’enceinte fortifiée, qui prévoyait que soixante hectares seraient affectés à la construction de logements sociaux, les anciens bastions des fortifications arasés avaient permis une vaste opération de construction d’HBM et d’ILM par les maîtres d’ouvrage parisiens8 : l’office de la Ville de Paris, la RIVP, et la SAGI, qui comblent les vides laissés par l’arasement des fortifications. Porte d’Aubervilliers9 par exemple, sur l’ancien bastion 32, s’élèvent de 1934 à 1936 27 immeubles de six étages, sur trois hectares, destinés à loger 6 000 personnes, surtout des familles nombreuses, dans trois types d’immeubles distincts : HBM ordinaires, logements de type Henri Becque pour le relogement des zoniers, HBM améliorés avec crédits Loucheur. L’équipement du quartier se poursuit après la guerre, avec l’arrivée de commerces, la construction d’une école et d’un dispensaire. Isolé, éloigné du centre du 18e arrondissement, ce quartier constitue un « hameau » urbain aux confins de l’arrondissement, né de l’arasement des bastions aux marges de la ville.

Fig. 3 – Les HBM de la porte d’Aubervilliers occupent exactement l’emplacement du bastion 32.
Source : D’après H.D. Elhaï, « Les HBM de la Porte d’Aubervilliers », in Pierre Georges (dir.), Études sur la banlieue de Paris. Essais méthodologiques, Paris, Armand Colin, Fondation nationale des sciences politiques, 1950, p. 169.

  • 10 Marie Charvet, Les Fortifications de Paris. De l’hygiénisme à l’urbanisme, 1880-1919, Rennes, PUR, (...)
  • 11 Le plan Lafay-Lopez de 1958 propose la rénovation radicale de 1 500 ha parisiens, dont 250 ha des î (...)

12Restait la zone, débarrassée depuis Vichy de ses derniers occupants, mais sur laquelle il n’était pas prévu de construire des habitations, mais une ceinture verte ; Bernard Lafay, président du conseil municipal de Paris, est à l’origine de la loi du 7 février 1953 qui permet de construire sur 20 % de la zone à condition que des terrains équivalents soient affectés dans Paris à la création d’espaces verts. Le conseil municipal octroie vingt-cinq hectares pour la construction de logements, en échange de compensation, c’est-à-dire de l’aménagement d’espaces verts équivalents dans Paris ; ainsi est tranché le vieux débat, qui datait de la Belle Époque, entre les partisans de la construction de logements sociaux et les hygiénistes exigeant des espaces verts10. Les urbanistes se voient confier neuf secteurs au sud et à l’est de la capitale, pour édifier un grand ensemble linéaire de plus de quinze kilomètres, de part et d’autre du futur périphérique, faits d’immeubles barres, de tours et d’équipements. Ainsi Porte Pouchet, dans le 17e arrondissement, la Tour du Bois le Prêtre (1 100 logements) est l’œuvre de l’architecte Raymond Lopez, proche collaborateur de Bernard Lafay11, le maître d’ouvrage étant l’office public d’HLM de la Ville de Paris. La décision de construire le périphérique, imaginé sous Vichy, est prise en 1953 ; les travaux s’achèvent en 1973.

  • 12 Cette heureuse expression est de Jean-Louis Cohen et André Lortie, Des Fortifs au périf. Paris, les (...)

13Le rêve alors poursuivi consiste à combler ainsi, par l’entrelacement des HBM, des grands ensembles et du périphérique, le vide entre Paris et sa banlieue grâce à l’édification d’ » un grand ensemble annulaire sur la zone12 » :

  • 13 Jean Royer, « La ceinture de Paris », Urbanisme, n° 35-36, 1954.

La zone doit, désormais, jouer un rôle très différent. Ce n’est plus une ligne de démarcation. Bien au contraire, elle devient un lien organisé entre les quartiers périphériques de Paris et ceux des communes limitrophes qui en sont le prolongement naturel au-delà des limites administratives toujours artificielles, souvent contraires à la démographie et à l’économie. À travers ce vaste territoire annulaire entièrement aménagé, se glissera le nouveau boulevard périphérique, traité à la manière d’un parkway13.

Éradiquer les îlots insalubres à Paris et en banlieue

14La même inspiration modernisatrice conduit à éradiquer enfin les îlots insalubres (cf. supra, p. 332 fig. 1) et à les remplacer par des grands ensembles d’habitations. En juin 1957, le préfet de la Seine Émile Pelletier fait devant le conseil municipal une communication sur la reconquête des vieux quartiers de la capitale et des centres anciens des communes de banlieue. Les dix-sept îlots insalubres, délimités à Paris depuis 1906 et 1920 sont toujours là ; les centres anciens de la plupart des communes de la Seine – Pantin, Aubervilliers, Montreuil, Bagnolet et Saint-Denis – sont dans le même état de vétusté et de surpeuplement. Les instruments de cette rénovation sont maintenant en place : un commissariat à la construction et à l’urbanisme pour la région parisienne, confié à Pierre Sudreau, chargé de trouver des terrains depuis 1955, et la loi du 7 août 1957 « tendant à favoriser la construction de logements et les équipements collectifs », qui fixe un objectif national de 300 000 logements par an, confiés en priorité aux organismes HLM, et sur 760 milliards de francs de prêts, en affecte 230 à la région parisienne. Éradiquer les taudis, séparer activités et habitat par un zonage rationnel, dé densifier et désindustrialiser Paris, en un mot faire enfin de l’urbanisme, ces principes conduisent à de très radicales rénovations dans les arrondissements périphériques et dans les communes limitrophes de Seine-banlieue. Les habitations vétustes sont remplacées par des barres et des tours de grande hauteur construites par les offices publics de HLM.

Fig. 4 – Le centre-ville de pantin rénové par la construction d’immeubles préfabriqués (milieu des années 1950).

  • 14 Émile Pelletier, préfet de la Seine, « La reconquête », op. cit., p. 36-37.

Quelle est l’ampleur des rénovations à réaliser ? Pour Paris, 180 000 personnes habitent dans les îlots insalubres (soit 50 000 logements à reconstruire) ; en outre, 400 000 sont logées dans les immeubles hors d’âge (soit 100 000 logements environ). Dans la Seine et dans les centres urbains de Seine-et-Oise, on dénombre plus de 50 000 logements vétustes ou insalubres agglutinés dans les centres anciens des communes. Au total, environ 200 000 logements sont à reconstruire, tout en assurant un meilleur équipement des quartiers correspondants et en faisant pénétrer les règles rationnelles de l’urbanisme au sein des vieux îlots. Dans ces chiffres ne sont pas comptés les quartiers historiques, où les problèmes de réaménagement nécessitent des techniques et des moyens spéciaux. Mais ces chiffres ne traduisent pas les seules difficultés rencontrées. Il faut tenir compte, en premier lieu, du fait que la plupart de ces vieux îlots sont exagérément occupés et que leur reconstruction exige des terrains supplémentaires. Sur les 180 000 habitants des îlots insalubres de Paris, seulement 140000 pourront être relogés sur place14.

  • 15 Henri Coing, Rénovation urbaine et changement social. L’îlot n° 4 (Paris 13e), Paris, Les Éditions (...)

15L’îlot insalubre n° 4 dans le 13e arrondissement donne lieu à une rénovation radicale, devenue emblématique depuis l’étude pionnière qu’en fait à chaud le sociologue Henri Coing15 ; les HBM construits dans l’entre-deux-guerres sont conservées, mais le quartier ancien est remplacé par des barres et des tours de logement agrémentées d’un centre commercial circulaire.

Fig. 5 – Le premier plan-masse de l’architecte de la SagI, Fernand Leboucher, proposé pour la rénovation de la place des Fêtes (1962).
Source : Archives de paris, 1565 W30.

  • 16 Rémi Bercovitz, Rénovation urbaine et construction d’un grand ensemble : l’exemple du quartier de l (...)

16Les centres taudifiés des communes industrielles limitrophes de Paris sont aussi l’objet d’entreprises radicales de curetage. Ainsi, le quartier de l’Église à Pantin16, cœur de l’ancien village très dégradé et surpeuplé, est choisi en 1951 par le ministère de la Reconstruction et de l’Urbanisme (MRU) pour être l’unique expérimentation en région parisienne des techniques de préfabrication du secteur industrialisé. Denis Honegger, élève d’Auguste Perret, conçoit une opération pionnière de 811 logements, avec destruction des immeubles insalubres et remodèlement complet du centre-ville autour d’équipements nouveaux.

Rénovation urbaine

  • 17 Bernard Lafay, Problèmes de Paris, contribution aux travaux du conseil municipal : esquisse d’un pl (...)

17La rénovation touche aussi, au-delà des îlots insalubres, « la réserve occulte de terrains à bâtir constituée par 8 000 immeubles hors d’âge, qui, bien que n’étant pas déclarés insalubres, n’en appellent pas moins la pioche du démolisseur17 » ; ces immeubles sont repérés par une enquête immobilière faite par le Centre de documentation et d’urbanisme. Le plan d’urbanisme-directeur de Paris élaboré par Raymond Lopez s’appuie sur cette enquête :

  • 18 Raymond Lopez, « Paris se meurt, Vive Paris ! », La Nef, n° 7, juin 1957.

Le critère de l’îlot à rénover doit être cherché dans la vétusté et le mauvais emploi, plus que dans les conditions d’hygiène. C’est une nouvelle ère haussmannienne que Paris doit vivre pendant quinze ans d’intense urbanisation, d’intense construction ordonnée18.

  • 19 À partir des années 1970, les groupes d’extrême gauche participent, sans grand succès, à la mobilis (...)

18La place des Fêtes dans le 19e arrondissement de Paris, dont les vingt-trois hectares sont entièrement remodelés par la SAGI entre 1957 et 1983, symbolise ce réemploi de la thématique de la modernisation haussmannienne (fig. 5). L’hostilité d’une population d’artisans, de commerçants, d’industriels et de petits propriétaires attachés à l’équilibre du quartier ancien fait échec au premier projet Leboucher, mais ne peut éviter le second, fait de hautes tours et de barres alignées autour de la place19.

  • 20 Jean Royer, « Introduction », Urbanisme, n°55 : Propos sur Paris, 1957, p. 128.

19Dans ces années de crise du logement, de redémarrage de la construction neuve sous l’égide de multiples maîtres d’ouvrage, d’hésitations sur l’avenir de la capitale et plus encore sur celui de l’agglomération, les constructions neuves s’inscrivent en partie dans les vides laissés par l’entreprise haussmannienne qu’il s’agit d’achever. La célébration du centenaire du service du plan de Paris en 195720 place la reconquête voulue par le préfet Pelletier sous l’égide de son grand prédécesseur. Mais combler les vides, c’est aussi tenter de résoudre les questions ignorées par le Second Empire : loger le peuple, mettre fin au taudis, résorber le vide né de l’arasement des fortifications en achevant le remplissage de la zone dense, qui s’étend entre les arrondissements créés en 1860 et les communes limitrophes.

Régénérer la banlieue

« Grandioses ensembles »

20Au même moment, à partir du milieu des années 1950, est entrepris à une autre échelle le projet de construire les « grandioses ensembles » de la modernité rêvée par Maurice Rotival en 1935 :

  • 21 Maurice Rotival, « Les grands ensembles », L’Architecture d’aujourd’hui, 6, juin 1935, p. 57.

C’est la masse, c’est l’ordonnance, en un mot, l’urbanisme, qui fera la grandeur de la cité, et qui redonnera aux habitants de ces grandioses ensembles, la confiance en soi, le désir de vivre, la joie du travail que doit accompagner la joie des sports, la vie saine. Nous espérons, un jour, sortir de villes comme Paris, non pas seulement par l’avenue des Champs-Élysées, la seule réalisation de tenue sans laquelle Paris n’existerait pas, mais sortir par Belleville par Charonne, par Bobigny, etc., et trouver harmonieusement disposées le long de larges autostrades, au milieu de grands espaces boisés, de parcs, de stades, des grandes cités claires bien orientées, lumineusement éclairées par le soleil.
Nous devons rêver de voir les enfants propres, heureux, jouant sur du gazon et non pas sur le trottoir.
Nous rêvons, en un mot, d’un programme d’urbanisme, d’habitations à bon marché en liaison avec l’aménagement des grandes villes21.

21Ce rêve avait connu une première ébauche de réalisation avec la construction de la cité de La Muette à Drancy par Eugène Beaudoin et Marcel Lods, qui reste évoquée positivement par le maître d’ouvrage trente ans après son édification :

  • 22 Brochure du cinquantenaire de l’OPHLM de la Seine (1965).

L’exemple de Drancy, avec ses tours d’habitation de treize étages qui étaient alors les plus hautes d’Europe, a ouvert la voie à l’architecture locative moderne, laquelle emploie de plus en plus d’éléments fabriqués. Cette cité, réalisée en 1932-1935 par les architectes Beaudoin et Lods, suscita un important mouvement international de curiosité, et les controverses qu’elle engendra furent loin d’être stériles. Grâce à cet esprit quelquefois aventureux, les réalisations de l’office entre les deux guerres permettent de suivre la progression des concepts architecturaux et des méthodes de construction qui ont fait passer le logement ouvrier de la boîte à loyer du xixe siècle au logement sain et confortable d’aujourd’hui22.

De la ville à l’agglomération

  • 23 Pierre Georges, « L’accroissement géographique et démographique du Paris contemporain », in Paris, (...)

22Le changement d’échelle induit par les nouvelles opérations contraint les responsables à penser dans le cadre conceptuel nouveau de l’agglomération, dont les géographes décrivent la croissance, en contradiction selon eux avec l’immutabilité du périmètre administratif de la ville23. De vastes opérations de plusieurs milliers de logements dessinent, au gré des politiques des différents maîtres d’ouvrage et des réactions des communes concernées, la concrétisation de ce projet. Les 4000 à La Courneuve (fig. 6), Massy-Antony, Sarcelles, Les Carreaux à Villiers-le-Bel (fig. 7), La Dame Blanche à Garges-Lès-Gonesse, Le Mont Mesly à Créteil, etc., esquissent de façon chaotique un projet d’urbanisme à l’échelle de l’agglomération parisienne ; celui-ci se heurte à l’absence de réserves foncières, aux réticences des élus locaux et à la difficulté de financer en même temps les équipements et les logements.

Fig. 6 – Le chantier de construction des 4000 à La Courneuve.
Source : Archives municipales de La Courneuve.

  • 24 Benoît Pouvreau, « Quand Paris logeait ses pauvres en banlieue, les 4000 à La Courneuve », in Patri (...)

23La construction des 4000 à La Courneuve s’avère un cas d’école de ces difficultés : l’office public d’HLM de la Ville de Paris construit à La Courneuve24grâce à une extension des compétences de l’Office à l’ensemble de l’agglomération parisienne. Le projet de départ est celui d’une ville nouvelle avec tous ses équipements. En fait, seuls les logements sont construits, dans une composition orthogonale qui forme un espace clos, refermé sur lui-même ; le chantier est exemplaire par la rapidité de la construction industrialisée, avec 110 à 120 logements par mois. La municipalité, qui devient communiste en 1959, entre en conflit avec le maître d’ouvrage parisien, qui, à son tour, s’oppose aux malfaçons du constructeur, les Grands Travaux de l’Est. Jusqu’à la dévolution des bâtiments à l’office municipal en 1983, le grand ensemble se dégrade, et les difficultés n’ont pas cessé depuis.

  • 25 Céline Vaz, De la crise du logement au grand ensemble. Le quartier des Courtilières à Pantin-Bobign (...)

24L’ensemble des Courtilières sur Pantin et Bobigny constitue un exemple caricatural de l’accumulation des erreurs. Construit sur des terrains qui constituaient une zone non affectée dans le PARP, il s’étend sur deux communes, dont il faudrait supprimer les limites. Les quatre maîtres d’ouvrage – l’office d’HLM de Pantin, une société d’économie mixte, la SCIC et l’office central interprofessionnel du logement (OCIL) – ne se sont jamais coordonnés pour construire les 2 837 logements sur 39 ha. Tous les types de financement sont utilisés pour produire des immeubles aux normes différentes. L’immeuble d’Aillaud est excessivement sinueux, les tours de Pantin sont trop hautes. Il n’y a que des locataires, sauf 60 logements en accession construits par l’OCIL. Les équipements s’avèrent inexistants à l’arrivée des premiers locataires, bien qu’ils aient été prévus par les architectes, dont Émile Aillaud, dans l’espoir de construire une ville complète25 ; en 1959, alors que 2 039 logements sont occupés, aucun groupe scolaire n’est commencé sur les deux prévus et les 43 % des moins de quinze ans sont scolarisés dans de coûteuses classes provisoires. L’équipement administratif se réduit à une boîte aux lettres, une cabine téléphonique et un poste de téléphone chez un gardien.

Fig. 7 – Le grand ensemble des Carreaux (Pierre Badani et Pierre Roux-Dorlut, architectes), Villiers-le-Bel (Val-d’Oise).

  • 26 SCIC, une histoire en construction 1954-1994, Paris, SCIC, 1994.

25Seules la SCIC et sa filiale régionale la Compagnie immobilière de la région parisienne (CIRP) maîtrisent le passage à l’échelle de l’agglomération dès le milieu des années 1950. Leur supériorité réside dans la capacité à financer la constitution de vastes réserves foncières en région parisienne, notamment en pariant sur l’urbanisation de zones rurales gelées par le plan Prost ; la création de la CIRP par la SCIC permet la collecte des fonds du 1 % patronal et la construction dans les zones de développement futur de l’industrie ; la Société centrale pour l’équipement du territoire (SCET) complète le dispositif et la CDC devient le seul organisme français susceptible d’inscrire la production de logements dans une logique territoriale. François Bloch-Lainé, évoquant les débuts de la SCIC et l’esprit qui l’animait, rappelle qu’au moment de l’appel de l’abbé Pierre, son « commando » est déjà sur pied. Quelques programmes sont prêts, confiés à des architectes sous la houlette du maître d’ouvrage. L’équipe a acheté, un peu partout, et aux plus bas prix possibles, des terrains libres, avant tout plan d’aménagement de la région parisienne26. La SCIC s’est en effet portée acquéreur de dix-sept terrains en région parisienne, sur 115 hectares, porte de Versailles, porte de Vincennes, à Pierrefitte, Bondy, Bagneux, Rueil, Montreuil, Argenteuil, tous à proximité de Paris et bien desservis par les transports en commun, à un prix raisonnable. Sur les 100 000 logements construits par la SCIC en 1960, 60 000 le sont en région parisienne.

  • 27 Gwenaëlle Le Goullon, « Les banquiers-bâtisseurs. La Caisse des Dépôts et consignations à Villiers- (...)
  • 28 Paul Landauer, L’invention du grand ensemble…, op. cit., p.14

26La SCIC, filiale de la CDC, peut prêter aux communes et les aider à financer les équipements ; le volume des projets entrepris, plus de 5 000 logements, fabrique de véritables villes nouvelles. Ainsi sont édifiés Sarcelles ou Les Carreaux à Villiers-Le-Bel27, dans le cadre d’un projet global d’ingénierie sociale qui ne relève plus d’une inspiration philanthropique mais d’une volonté d’aménager et de moderniser le territoire métropolitain28.

***

27La construction des grands ensembles, à partir des années 1950, contribue à clore le cycle haussmannien par la modernisation de la ville dense, proche banlieue comprise. Inscrits dans les « dents creuses » laissées par l’haussmannisation, ces groupes de logements achèvent la reconquête des marges de la ville unifiée en 1860, en comblent les vides et ambitionnent de résoudre la question des taudis diagnostiquée dès la fin du xixe siècle, suivant l’inspiration philanthropique initiée avec les HBM.

28Au même moment, avec l’édification d’ensembles neufs qui se présentent comme des villes nouvelles, au-delà des zones déjà urbanisées, la région pari sienne sort définitivement du cycle haussmannien pour entrer dans celui de la métropole éclatée. Les grands ensembles du logement social renvoient donc à un double projet, certes inabouti, élaboré à la charnière entre les préoccupations des réformateurs sociaux de la fin du xixe siècle et celles des technocrates des années de l’expansion.

Notes

1 Yves Lacoste, « Un problème complexe et débattu : les grands ensembles », Bulletin de l’Association de géographes français, n° 316-317, août-septembre 1963, p. 37-46.

2 Philippe Panerai, Jean Castex, Jean-Charles Depaule, Formes urbaines : de l’îlot à la barre, Paris, Dunod, Coll. « Aspects de l’urbanisme », 1977.

3 Annie Fourcaut, « Les grands ensembles ont-ils été conçus comme des villes nouvelles ? », Histoire urbaine, n° 17, décembre 2006, p. 16.

4 Annie Fourcaut, « Les premiers grands ensembles en région parisienne : Ne pas refaire la banlieue ? », French Historical Studies, vol. 27, n° 1, 2004, p. 195-218.

5 Émile Pelletier, préfet de la Seine, « La reconquête », Construction et urbanisme de la région parisienne, annuaire publié par le Commissaire à la Construction et à l’Urbanisme pour la région parisienne, Imprimerie municipale, Paris, 1957, p. 36-37.

6 Paul Landauer, L’invention du grand ensemble. La Caisse des dépôts maître d’ouvrage, Paris, Picard, 2010.

7 Annie Fourcaut, Emmanuel Bellanger et alii, « Aux origines historiques du Grand Paris », Paris sous l’œil des chercheurs, t. 2, Paris, Belin/Mairie de Paris, 2008, p. 153-173.

8 Voir dans ce volume l’article de Danièle Voldman, « Entre rivalité et complémentarité, les offices d’HBM de Paris et de la Seine des années 1920 aux années 1950 », p. 275-288.

9 H.D. Elhaï, « Les HBM de la Porte d’Aubervilliers », in Pierre Georges (dir.), Études sur la banlieue de Paris. Essais méthodologiques, Paris, Armand Colin/Fondation nationale des sciences politiques, 1950, p. 147-175.

10 Marie Charvet, Les Fortifications de Paris. De l’hygiénisme à l’urbanisme, 1880-1919, Rennes, PUR, 2005.

11 Le plan Lafay-Lopez de 1958 propose la rénovation radicale de 1 500 ha parisiens, dont 250 ha des îlots insalubres, en y construisant des barres et des tours ; voir André Lortie, « Paris équipé : de l’enceinte militaire à l’enceinte automobile. De la défense militaire au développement urbain », Les Annales de la recherche urbaine, n° 50, avril 1991, p. 80.

12 Cette heureuse expression est de Jean-Louis Cohen et André Lortie, Des Fortifs au périf. Paris, les seuils de la ville, Paris, Picard/Éditions de l’Arsenal, 1991, p. 233.

13 Jean Royer, « La ceinture de Paris », Urbanisme, n° 35-36, 1954.

14 Émile Pelletier, préfet de la Seine, « La reconquête », op. cit., p. 36-37.

15 Henri Coing, Rénovation urbaine et changement social. L’îlot n° 4 (Paris 13e), Paris, Les Éditions ouvrières, 1966.

16 Rémi Bercovitz, Rénovation urbaine et construction d’un grand ensemble : l’exemple du quartier de la place de l’Église à Pantin 1950-1959, maîtrise sous la dir. d’Annie Fourcaut, Université Paris1 Panthéon-Sorbonne, 2005.

17 Bernard Lafay, Problèmes de Paris, contribution aux travaux du conseil municipal : esquisse d’un plan directeur et d’un programme d’action, 1954, cité par François Delauney, La rénovation de la place des Fêtes (1957-1983), maîtrise sous la direction d’Annie Fourcaut, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, 2005, p. 16.

18 Raymond Lopez, « Paris se meurt, Vive Paris ! », La Nef, n° 7, juin 1957.

19 À partir des années 1970, les groupes d’extrême gauche participent, sans grand succès, à la mobilisation contre la destruction du quartier, en assimilant explicitement la rénovation urbaine conduite sous la Cinquième République à l’entreprise d’Haussmann ; dans le documentaire d’Alain Moreau et Patrick Laporte, Ville à vendre, 16 mm, noir et blanc, 30 minutes, 1971, des militants haranguent la foule place des Fêtes : « Pour Marcelin, le beau Paris c’est un Paris bien large pour les escouades de CRS et pour les chars, pour éviter que dans un quartier comme le vôtre, un quartier de la Commune, les émeutes recommencent. »

20 Jean Royer, « Introduction », Urbanisme, n°55 : Propos sur Paris, 1957, p. 128.

21 Maurice Rotival, « Les grands ensembles », L’Architecture d’aujourd’hui, 6, juin 1935, p. 57.

22 Brochure du cinquantenaire de l’OPHLM de la Seine (1965).

23 Pierre Georges, « L’accroissement géographique et démographique du Paris contemporain », in Paris, présent et avenir d’une capitale, Institut pédagogique national, 1964, p. 29-54 ; il écrit page 29 : « Une phase nouvelle du développement urbain a commencé avec la Troisième République, caractérisée par la disharmonie entre l’accroissement démographique et l’immutabilité du périmètre administratif de la ville. »

24 Benoît Pouvreau, « Quand Paris logeait ses pauvres en banlieue, les 4000 à La Courneuve », in Patrick Harismendy (dir.), Rénovation urbaine et patrimoines, Rencontres urbaines du Mazier, Ville de Saint-Brieuc, juin 2010, p. 89-107.

25 Céline Vaz, De la crise du logement au grand ensemble. Le quartier des Courtilières à Pantin-Bobigny 1954-1966, maîtrise sous la dir. de Michel Lescure, Université Paris X-Nanterre, 2002 ; Collectif, « Les Courtillières, cité ordinaire, histoire singulière ? », Espaces et sociétés, 130, n° 3/2007, p. 71-85.

26 SCIC, une histoire en construction 1954-1994, Paris, SCIC, 1994.

27 Gwenaëlle Le Goullon, « Les banquiers-bâtisseurs. La Caisse des Dépôts et consignations à Villiers-le-Bel, 1950-1965 », Histoire urbaine, n° 23 : Financer l’habitat. Le rôle de la Caisse des Dépôts et consignations aux xixe-xxe siècles, 2008/3, p. 81-94.

28 Paul Landauer, L’invention du grand ensemble…, op. cit., p.14

Table des illustrations

Légende Fig. 1– Deux types de localisation des constructions neuves de 1950 à 1965 :en zone déjà urbaine et en limite de l’urbanisation.Source : Carte des constructions neuves 1950-1965 d’après Jacqueline Beaujeu Garnier et Jean Bastié, Atlas de Paris et de la région parisienne, paris, Berger Levrault, 1967, pl. 32.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/2425/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 288k
Légende Fig. 2 – plan d’aménagement de la Région parisienne, 1934, dit Plan Prost. Ce plan fonctionne sur le principe du zoning et prévoit dans chaque commune un périmètre aggloméré, zone déjà urbanisée et une zone «  non affectée  » où il est interdit de construire. Il propose des grands axes routiers et autoroutiers.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/2425/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 2,3M
Légende Fig. 3 – Les HBM de la porte d’Aubervilliers occupent exactement l’emplacement du bastion 32.Source : D’après H.D. Elhaï, « Les HBM de la Porte d’Aubervilliers », in Pierre Georges (dir.), Études sur la banlieue de Paris. Essais méthodologiques, Paris, Armand Colin, Fondation nationale des sciences politiques, 1950, p. 169.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/2425/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 408k
Légende Fig. 4 – Le centre-ville de pantin rénové par la construction d’immeubles préfabriqués (milieu des années 1950).
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/2425/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 344k
Légende Fig. 5 – Le premier plan-masse de l’architecte de la SagI, Fernand Leboucher, proposé pour la rénovation de la place des Fêtes (1962).Source : Archives de paris, 1565 W30.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/2425/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 704k
Légende Fig. 6 – Le chantier de construction des 4000 à La Courneuve.Source : Archives municipales de La Courneuve.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/2425/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 220k
Légende Fig. 7 – Le grand ensemble des Carreaux (Pierre Badani et Pierre Roux-Dorlut, architectes), Villiers-le-Bel (Val-d’Oise).
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/2425/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M

Auteur

Historienne

© Éditions de la Sorbonne, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540