Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La sibylle du Rhin

 | 
Sylvain Gouguenheim

Conclusion. Hildegarde et l'Apocalypse

Texte intégral

1Les travaux concernant Hildegarde de Bingen sont légion, ce qui se comprend aisément tant le personnage apparaît divers et complexe, à tel point que l’on se sent réduit à émettre sinon des banalités, du moins des généralités, au risque de paraître imprécis voire superficiel. L’abbesse présente à l'historien un visage à facettes, un portrait quasi impressioniste. Une vie étonnante, à la fois bien et mal connue ; un impact certain, mais qu’il ne faut pas exagérer, sur les consciences du temps, sur ses contemporains, les grands comme les humbles ; une oeuvre riche, foisonnante dont tous les aspects sont loin d’avoir été exploités par les commentateurs. Ses textes quant à eux sont trop difficiles pour que l’on soit jamais certain d’avoir réellement maîtrisé la pensée de leur auteur. Encore ne faut-il pas perdre de vue que la plupart de ses livres ont été écrits en collaboration, avec l’aide de plusieurs secrétaires, que l’abbesse nous présente tous comme dévoués. Parmi eux, Volmar était le préféré, d’où peut-être l’étonnante liberté d’action dont il semble avoir disposé pour l’élaboration de la correspondance, et que des travaux récents ont soulignée. Cela dit, il est vrai que la visionnaire a des paroles de reconnaissance pour tous. Ainsi, dans l'épilogue du Livre des oeuvres divines, elle remercie Wezelin, de Saint-André de Cologne :

  • 1 LOD, X, épilogue, §38.

« Cet homme en effet, qui était de naissance noble, Wezelin, prévôt de Saint-André de Cologne, qui avec une constance admirable des moeurs honorables tant envers Dieu qu’envers les hommes, mettait tout son zèle et tous ses saints désirs à perfectionner ses bonnes oeuvres a entendu et noté toutes les paroles de ces visions, avec un zèle appliqué et dans l’amour de l’Esprit saint. Et ce même bienheureux homme, alors que j’étais si désolée et si affligée m aidait en me consolant de ses propos et de ceux d’autres sages, et il écouta et apprécia toutes les paroles de ces visions, fidèlement, sans peine, car elles lui paraissaient être plus douces que le miel, et ainsi, par la grâce de Dieu et avec l’aide des hommes susdits, a été achevée l’écriture de ce livre. »1

2De son vivant comme après sa mort ses oeuvres ont été rédigées, retouchées, corrigées voire déformées, constituant pour finir un ensemble d’une rare complexité, où les interrogations les plus diverses ne manquent pas. Riche de nombreuses facettes, le personnage d’Hildegarde de Bingen ne se laisse pas enfermer dans des définitions trop étroites, ni dans des lectures ou des interprétations toutes réductrices.

3Nous sommes à une époque où le grand public découvre sa personnalité comme son oeuvre, au travers d’ouvrages qui ne répondent pas toujours aux exigences scientifiques souhaitables en pareil domaine. Simultanément, et à contre-courant, les chercheurs sont conduits, non pas à nier l’authenticité de l’oeuvre d’Hildegarde, mais à en atténuer le caractère exceptionnel, au regard des conditions dans lesquelles elle a été élaborée et transmise. Les conditions d’un divorce entre le monde des historiens et celui des amateurs sont recréées. A l’heure actuelle il ne paraît pas que les textes visionnaires puissent être suspectés, mais on a vu que ni la correspondance ni les livres naturalistes ne sortaient indemnes d’un examen critique. Il faudrait désormais reprendre ces ouvrages et ces lettres (400 en 40 ans, c’est peu !), et les étudier de près. Sans doute obtiendrait-on à l’issue de l’entreprise une image nouvelle de l’abbesse rhénane, moins spectaculaire peut-être mais certainement pas moins captivante. Quoiqu’il fasse, l’historien se heurtera sans cesse dans son enquête biographique au mystère que recèle toute vie, toute action humaine. Un homme est ce qu’il cache, écrivait André Malraux.

4Il est néanmoins tentant de conclure par les aspects prophétiques et eschatologiques, qui sont sans doute les plus abordables, et comptent en tout cas parmi les plus fascinants. Le terme final de l'histoire humaine est le Jugement dernier. Par conséquent la Justice est la figure centrale du drame historique dans lequel se trouve plongée l'humanité. Elle s'impose comme le critère fondamental qui permet d'apprécier la valeur d'une époque, conformément aux aspirations de la réforme grégorienne. Centrer l'histoire du monde sur l’histoire de la Justice, c'est adopter une position eschatologique. Ses vicissitudes scandent la marche de l'histoire, fournissent une clé d'interprétation et débouchent sur l'ultime acte judiciaire : le Jugement de la fin des temps.

5Dans l’organisation de ce drame, c'est aux prophètes qu'il appartient de dénoncer les injustices. Mais leur rôle est bien plus étendu encore : la prophétie est la voie royale qui relie les origines à la fin du monde. Par elle l'homme recouvre l'état lumineux d'innocence possédé jadis par Adam, avant la faute. Cette possibilité lui est d’ailleurs encore offerte : les prophètes forment, en effet, une chaîne continue, forgée depuis l'expulsion du Paradis. Aussi, bien que mêlée aux mensonges, la prophétie est-elle toujours présente. En outre elle contient tous les événements ultérieurs de l'histoire qui se réaliseront inévitablement avant que le monde ne s'achève. La chaîne prophétique conduit le présent dans le droit fil des orientations programmées dès les origines de la Création, modèle et matrice de l'Histoire..

  • 2 Scivias, L.I, II, § 30.

6Celles-ci toutefois, de même que la fin du monde, demeurent mystérieuses, situées hors du temps, donc hors des capacités de perception des hommes. Il n'est donné qu'à de rares élus de pouvoir en contempler les mystères. Les contempler, non les comprendre : "En vérité tu ignores comment tu fus créé"2. Ne pouvant connaître nos origines, nous ne devons pas chercher à percer les secrets de la fin du monde ou de la destinée individuelle. Toute velléité de ce genre est vaine, absurde, voire dangereuse.

  • 3 Voir à ce propos les remarques de R. BOYER sur le texte de la Völuspà : "Mymir lui-même qui nous e (...)

7Hildegarde par conséquent ne s'intéresse pas à l'histoire, pas plus à celle du passé qu’à celle de son temps. Même si certains événements la font réagir (ainsi les actions de Barberousse), elle ne les mentionne pas dans ses écrits. Les impératifs du genre visionnaire et prophétique dépouillent ses lettres de toute allusion claire à des incidents précis : la sainte est dans le monde de l'exemplaire, non du contingent. Son discours est allégorique, religieux, certainement pas politique ni historique. Elle n'appartient pas entièrement à ce monde fini. Par la vision elle accède à l'autre monde, celui où ne vivent que Dieu, les anges, les élus. Dans ce monde, d'où le temps est banni, elle peut assister à la naissance de l'humanité comme à sa dissolution. La vision l'a rendue contemporaine des événements majeurs de la Création ; car, comme le souligne la voix divine, elle a été décidée, conçue, planifiée, avant le début du monde ; elle est de tout temps, faisant irruption dans le temps de la visionnaire, l'arrachant au présent. C'est au cours de cette extase (au sens propre) que se développe l'eschatologie, une eschatologie visuelle, concrète, sans être toutefois totalement dépourvue d’une élaboration intellectuelle. Dans les textes, les temps grammaticaux sont mêlés, la fin du monde peut être décrite à l'imparfait. Présent, passé ou futur sont indifféremment utilisés : signe que la visionnaire échappe au temps, vit en dehors de lui3.

8Cette volonté de fuir le présent se retrouve dans le souci de toujours récapituler l'histoire écoulée, de reprendre tout récit en le faisant commencer avec la Genèse. Le présent est enserré dans le passé. La trace des origines est en l’homme, indélébile : le péché originel est là pour le lui rappeler constamment. Et le temps, enfin, disparaît lors de la fin du monde, significativement désignée comme la "fin des temps". L'univers nouveau est l'univers des origines ; la fixité retrouvée des astres le prouve. Quel meilleur exemple de l'abolition du temps ? La ronde du jour et de la nuit, la course des planètes sont effacées. L'avenir est envisagé comme une réintégration des origines. Au moment de la prédication du Christ, le royaume des cieux était annoncé comme proche : cela explique qu'Hildegarde ait autant la nostalgie de l'époque apostolique que du Paradis perdu. L'avenir est un retour au passé, le passé un moyen de se rapprocher de l'avenir. Ainsi le temps apparaît sans importance, sans épaisseur : il n'est qu'un espace au sein duquel on se déplace. Les étapes de l'histoire du salut ne sont-elles pas représentées par les bâtiments de la grande cité que voit la sainte ? Ou par les segments qui subdivisent le corps humain ? La visionnaire est d'ailleurs indifférente aux dates et surtout aux durées : il est impossible de préciser la longueur qu'elle assigne aux cinq périodes qui nous séparent de la fin du monde, et il serait vain de chercher dans ses écrits la trace d'une quelconque précision sur l'heure où la terre disparaîtra.

  • 4 Voir l'ouvrage fondamental de H.D. RAUH déjà cité : Das Bild des Antichrist im Mittelalter. Beitra (...)

9Le monde est conçu comme un exil, la vie comme un combat. L'univers d'Hildegarde est conflictuel : les forces du Bien et celles du Mal s'y affrontent. La lutte de la visionnaire contre la maladie, contre les Cathares, contre l'empereur, contre les mauvais prêtres ou les démons à exorciser est un reflet de la lutte eschatologique entre Dieu et Satan. Aucune angoisse ne se dessine en réalité dans ses écrits : la fin des temps ne la terrifie pas. Ne l'a-t-elle pas déjà vue, donc vécue ? Prophétesse, elle annonce la perfection à venir, demeurant libre de tout délai, de toute date. Ni déterminisme historique, ni apocalyptique de peur souligne l'historien allemand H.D. Rauh4. L'issue est connue : elle sera le retour au sein de l'harmonie musicale dans la grâce de la Jérusalem céleste. Elle sera réintégration du Paradis perdu, éternel regret de l'homme ici-bas. Telle était sans doute l'aspiration ultime de l'abbesse Hildegarde de Bingen, femme visionnaire de Rhénanie.

10Mais si nous nous devons de respecter sa pensée, il ne nous est pas interdit, pour finir, de signaler ce dernier fait. On peut lire à la fin du Livre des oeuvres divines l'avertissement suivant :

  • 5 LOD, X, § 38. Nous avons repris mot à mot la traduction de B. GORCEIX, Le livre des oeuvres divine (...)

"Qu'aucun homme ne soit donc assez téméraire pour faire quelque ajout aux termes de cet écrit, ou pour en supprimer quelque passage, s'il ne veut pas être éliminé du livre de vie et de toute la béatitude terrestre ! A une seule exception près : quand il s'agira de corriger des lettres ou des phrases proférées avec trop de naïveté sous l'inspiration de l'Esprit Saint. Quiconque interviendrait différemment pécherait contre l'Esprit Saint ! Il ne lui serait pardonné ni ici-bas, ni dans le siècle à venir."5

11Il suffit de comparer ces lignes, où s’entremêlent l'extrême-humilité et l’orgueil de celle qui se sait l’élue de Dieu, avec l'épilogue de l'Apocalypse : l’esprit est identique, la lettre quasiment... On ne saura jamais si Hildegarde reprit volontairement ce passage célèbre, ou s'il s'imposa de lui-même à son esprit. Gageons en tout cas qu'un tel épilogue ne pouvait qu'alimenter les esprits enflammés de ceux qui firent de la sainte une prophétesse apocalyptique.

Notes

1 LOD, X, épilogue, §38.

2 Scivias, L.I, II, § 30.

3 Voir à ce propos les remarques de R. BOYER sur le texte de la Völuspà : "Mymir lui-même qui nous est donné par ailleurs pour un géant est en effet, (…) la mémoire, celle du passé, il va sans dire, mais aussi celle, anticipée, de l'avenir, le temps étant connu dans sa globalité par le Voyant suprême, attitude dont nous trouvons un reflet, à une échelle moindre, dans la Voluspà où la Prophétesse mêle les temps grammaticaux avec désinvolture." R. BOYER, Yggdrasill. la religion des anciens Scandinaves, Paris, 1981, p. 215.

4 Voir l'ouvrage fondamental de H.D. RAUH déjà cité : Das Bild des Antichrist im Mittelalter. Beitrage zur Geschichte der Philosophie und Theologie des Mittelalters, nouvelle série (9) Münster, 1973, VII-552 p.

5 LOD, X, § 38. Nous avons repris mot à mot la traduction de B. GORCEIX, Le livre des oeuvres divines, Paris, 1982, p. 216-217.

© Éditions de la Sorbonne, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540