Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Agrandir Paris (1860-1970)

 | 
Annie Fourcaut
, 
Florence Bourillon

Cinquième partie. Paris-Région

Rénover le centre de Paris : quel impact sur les marges ? 1940-1970

Isabelle Backouche

Texte intégral

  • 1 À la fin du xixe siècle, une liste de dix-sept îlots insalubres a été établie à partir du casier s (...)
  • 2 Plusieurs décrets pris entre 1925 et 1930 annexeront en trois vagues la zone à Paris (décrets du 3 (...)

1Tenir de front les diagnostics et les projets conçus à propos de la ville de Paris depuis les années 1930 jusque dans les années 1960, en considérant également les réalisations, met en valeur les combinaisons variables qui ont pu exister entre deux ordres de choses. D’une part, la question récurrente depuis le xixe siècle de la rénovation du centre de Paris, notamment à partir du cas des îlots insalubres. Quelles sont les solutions envisagées ? Quels sont les obstacles ? ou au contraire les accélérateurs ? D’autre part, la question de l’aménagement des marges et des interventions souhaitables pour penser la capitale à une échelle grandissante. Le découpage de l’espace envisagé au cours de cette analyse, qui est aussi celui qu’utilisent les observateurs que nous avons sélectionnés, est issu des processus qui ont affecté la capitale tout au long des décennies précédentes. Ainsi, on distingue le centre de Paris, la partie annexée, les fortifications, la zone. Cette partition de l’espace est récurrente, partagée et opérationnelle au cours du xxe siècle, et elle organise les discours comme les réalisations. Mais cette vision d’ensemble compartimentée n’est pas synonyme d’uniformité des propositions. Insister sur les relations qui perdurent entre ces deux « fronts » urbains permet de le montrer – la résorption de l’insalubrité au centre et l’aménagement des marges. Notre observation s’appuie sur les textes de plusieurs protagonistes dont la position et le regard n’appartiennent pas au même registre, que ce soit à propos de l’îlot 161 ou de la zone, frange urbaine urbanisée malgré les interdictions répétitives, et annexée à Paris entre 1925 et 19302.

2Les argumentaires varient, les préconisations sont contrastées, et certaines réalisations profiteront d’un contexte politique qui autorise une forme d’accélération qui sera décrite rapidement au début des années 1940. Après un demi siècle de réflexion et d’initiatives avortées. À partir de « cas pratiques », empruntés à l’ordre des idées comme à l’ordre des réalisations, et la dualité est ici importante, il s’agit d’historiciser la question des liens entre aménagement du centre de la capitale et aménagement des marges, de faire valoir les différentes figures qu’elle a pu revêtir au xxe siècle, ainsi que les continuités dont elle relève.

Paris et la zone : quelle articulation ?

Quatre porte-paroles de la question

  • 3 Le « manifeste de la ligue urbaine et rurale pour l’aménagement du cadre de la vie française » est (...)
  • 4 Le Corbusier, Destin de Paris, Paris, Nouvelles éditions latines, 1941.
  • 5 Léon-Paul Fargue, Refuges, Paris, Éd. Émile-Paul frères, 1942.
  • 6 La Charte d’Athènes, Paris, Plon, 1943.

3Nous avons retenu quatre porte-paroles de la question qui nous intéresse. Jean Giraudoux (1882-1944), écrivain engagé sur les questions urbaines par l’intermédiaire de la Ligue urbaine et rurale qu’il préfigura en 1943 avec Raoul Dautry3, et qui deviendra un acteur central du dialogue avec l’administration en matière d’aménagement urbain ; Léandre Vaillat (1878-1952), conseiller technique pour l’urbanisme et l’architecture de Paris et du département de la Seine auprès du préfet Charles Magny entre 1940 et 1942, surtout connu comme critique de danse ; Le Corbusier (1887-1965) à partir de deux textes dont l’un est une réponse au refus par le conseil municipal de Paris de construire une cité radieuse qu’il proposait à la périphérie de Paris pour le salon des arts décoratifs de 1937 ; enfin, Léon-Paul Fargue (1876-1947), poète et piéton de Paris. En ce qui concerne les trois premiers, ils n’ont pas seulement écrit sur Paris, ils ont aussi produit des projets et se sont même engagés (Giraudoux et Vaillat) dans des milieux décisionnaires pour peser sur les choix politiques. Quant à Le Corbusier, il s’adresse directement au gouvernement de Vichy dans Destin de Paris4 alors que Fargue au contraire dénonce dans Refuges5 (1942) l’œuvre de ceux qu’il appelle les « urbanistes » alors à l’œuvre. Notons que ces hommes se connaissent, comme par exemple Jean Giraudoux et Le Corbusier qui furent sur le point de mettre en place à la veille de la guerre un organisme de réflexion sur les questions d’urbanisme tandis que Giraudoux rédigea le discours liminaire à la Charte d’Athènes6.

4Ces quatre hommes insistent à propos de Paris sur la dimension de capitale avec tout le prestige qui s’y attache et ils utilisent fréquemment la comparaison avec d’autres capitales. La convergence est forte également pour considérer que la dégradation du bâti va de pair avec celle de l’état sanitaire et même moral des populations selon le vieil argument hygiéniste construit depuis la fin du xixe siècle. Enfin, ils envisagent la question du logement des Parisiens sous l’angle de la répartition des activités, entre résidence et travail, manifestant malgré les options différentes qu’ils adoptent, une adhésion unanime et implicite à une forme de fonctionnalisme.

L’administration responsable des contrastes urbains

5En 1932, Giraudoux souligne le contraste, qu’il juge déshonorant, entre le centre de la capitale et sa périphérie :

  • 7 Jean Giraudoux, Berlin, Paris, Éd. Émile-Paul, frères, 1932, p. 8.

Tout départ de Paris, toute arrivée à Paris, serre le cœur. Impossible d’atteindre ou de quitter la cité dite du luxe, sans traverser une épouvantable zone de misère, la cité des arts sans que tout ce qu’une municipalité irresponsable peut amasser en mauvais goût, en petitesse de conception et en bassesse d’exécution n’accable vos yeux pendant des lieues…7.

6Léon-Paul Fargue s’attache aussi au contraste entre la capitale et sa périphérie, mais le ton est différent : « Ici commence Paris, ville-lumière » proclame-t-il à l’orée d’un texte qui scrute la zone au moment où il apprend sa proche disparition. À cette date, c’est l’humanité de la zone qu’il met en exergue :

  • 8 Léon Paul Fargue, « Mort de la zone », L’Illustration, n° 5119, 19 avril 1941, p. 400.

Une champignonnière étrange de baraques et de bicoques pliées comme des chauves-souris, de bouges et de buvettes, de cabanes et de “canfouines”, de cottages enfantins, semblables à des jeux de patience, de chalets ratés, décorés, comme par Bouvard et Pécuchet, de coquillages et de vitraux faits de flacons de pharmacie, de gourbis d’où l’on voyait parfois sortir des fantômes doucement farouches. C’était désolé mais à la bonne franquette, système D et vieux bricoleur, d’un naturel parfait, d’un cynisme ingénu, beau sans phrases : authentique8.

  • 9 Ibid., p. 405.
  • 10 Jean Giraudoux, Pleins pouvoirs, Paris, Gallimard, 1939, p. 43.

7Et Fargue de dénoncer une administration qui s’est faite complice du développement d’un monde où il était devenu malaisé de faire la différence « entre l’injuste et le juste, le licite et l’illicite, le vrai et le faux, le défendu et le permis ?9 ». Giraudoux est aussi virulent sur les causes de la survie de la zone. Il décrit le sort des zoniers, qu’il estime à 9 000 en 1939, écartelés entre les opérations de spéculation qui leur laissent l’espoir de pouvoir rester, et les opérations d’expropriations. Il stigmatise quelques grandes industries, dont l’une est installée à Aubervilliers et soutient le syndicat des zoniers, assurées qu’elles sont de conserver ainsi une main-d’œuvre bon marché10. C’est par conséquent tout un système socio-économique en bordure de Paris qui s’esquisse en filigrane de ces textes, et pas seulement un paysage indigne. Et Fargue prenant acte des projets en cours conclut :

  • 11 Léon-Paul Fargue, « Mort de la zone », article cité, p. 406.

Donc, adieu à la zone. Paris, avec ses 10 kilomètres de diamètre, est le noyau d’une agglomération de 20 à 25 kilomètres à la ronde. Entre ce noyau et cette épaisseur de pulpe, il y avait 250 mètres de ver dans le fruit11.

  • 12 Jean-Jacques Brousson (1878-1958) est journaliste et écrivain, collaborant aux Nouvelles littérair (...)

8Après avoir décrit les bicoques et les fantômes de la zone, Fargue se place à l’échelle de la région parisienne et c’est précisément ce jeu d’échelles qui manifeste le lien que nous souhaitons souligner. Considérant la zone, d’autres à l’inverse plaident en faveur de sa diversité sociologique qu’on gomme avec le substantif « la zone ». Ainsi, Jean-Jacques Brousson12 dénonce une forme de stigmatisation hâtive que fait valoir un point de vue parisien alors que chacune des portions de la zone appartient au territoire des communes riveraines à la date où il écrit :

  • 13 Jean-Jacques Brousson, « La mort des “fortifs” », Cahiers de la République des lettres, des scienc (...)

On jettera bas, toutefois, la légende du type unique. Comme il y a dans Paris autant de villes que de quartiers, il y avait sur la zone divers arrondissements, bien délimités, dont les habitants ne se ressemblaient pas plus qu’un banquier des Champs-Élysées ne ressemble à un apache de Belleville, ou qu’une dévote de la place Saint-Sulpice à une pierreuse de la place du Tertre, à Montmartre. Ce qu’il faudrait ici, c’est une carte13.

  • 14 Lucien Romier, « La disgrâce de Paris », Le Figaro, 23 juin 1934, n° 174, p. 1. Romier est rédacte (...)

9L’absence d’une administration unique du « Grand Paris » avec un « chef indépendant des rivalités de boutiques14 » est un thème récurrent de l’entre-deux-guerres. Romier s’empare du débat ouvert dès 1934 à propos du site de la future exposition de 1937 – la querelle oppose ceux qui souhaitent qu’elle ait lieu sur le Champ-de-Mars et ceux qui jugent préférable un site plus excentré – pour critiquer l’absence de prise en compte de la ville dans sa globalité :

  • 15 Lucien Romier, « La disgrâce de Paris », op. cit.

Le problème chronique de l’emplacement des expositions résulte surtout de ce qu’aucune idée claire et permanente ne règle le développement d’ensemble de l’agglomération parisienne. Certes, nous ne manquons ni de connaisseurs de l’histoire de Paris, ni d’urbanistes éminents, ni de fonctionnaires soucieux des besoins sociaux et de l’aspect esthétique de Paris. Mais la dispersion des services intéressés, le fouillis des compétences administratives et le jeu de hasard des influences font qu’en définitive, Paris se transforme ou se modifie dans des conditions de routine, d’improvisation et d’incommodité dont peu de grandes villes présentent un pareil exemple. Paris est, notamment, une capitale qui n’arrive pas à concilier la sauvegarde de son décor historique et naturel avec les nécessités de sa croissance15.

État urbain et état social

10Vaillat de son côté se pose en porte-parole exemplaire de tous ceux qui identifient état urbain et état social, arguant des opportunités pour intervenir sur le premier afin de modifier le second. Ses préconisations prennent d’autant plus de relief qu’il est conseiller auprès du préfet de la Seine. Cet état social sera mis à profit à partir de 1941 pour accélérer l’évacuation de la zone à l’instar de celle de l’îlot 16. Vaillat catégorise ainsi les zoniers :

  • 16 Léandre Vaillat, « L’aménagement de la zone », L’Illustration, n° 5119, 19 avril 1941, p. 407.

On peut émettre plusieurs hypothèses sur les modalités de leur départ. Dans le premier cas, le zonier s’en va nanti d’une somme d’argent qu’il a touchée en matière d’indemnité, et qui a été calculée à raison de 150 francs le mètre en moyenne, davantage s’il s’agit d’une boutique. Dans le second cas, le zonier quitte les lieux sans demander son reste, eu égard aux inquiétudes que lui inspirent une attitude assez nouvelle de l’autorité et, par voie de conséquence, la méditation salutaire de son état civil. Dans le troisième cas, il se dirige vers un logement qu’il a trouvé lui-même ailleurs. Dans le quatrième cas, il déménage vers quelques points à lui désigner et probablement plus faciles à surveiller : concentration analogue à celle des romanichels sur l’autodrome de Montlhéry. Dans le cinquième cas, l’administration se préoccupe de reloger des personnes particulièrement intéressantes, telles que veuves de guerre, femmes de prisonniers, familles nombreuses, petites gens malheureux, mais honnêtes16.

11Les zoniers ne sont donc pas tous traités de la même façon, et le deuxième groupe semble vulnérable en raison de son « état civil » ce qui lui vaut d’être expulsé sans aucune indemnité au regard de la législation de Vichy. De même, l’expulsion de l’îlot 16 a bénéficié de la non prise en compte administrative d’une part notable de locataires dont l’absence est liée au contexte antisémite de l’époque. Alors que la question du relogement est lancinante dans l’entre-deux-guerres et empêche la résorption des îlots insalubres et de la zone, au début des années 1940, la catégorisation des populations est une opportunité pour surmonter l’obstacle. Avec une perspective fort différente, Léon-Paul Fargue ironise sur ce lien tenace dans les argumentaires entre état moral et état sanitaire des populations :

  • 17 Léon-Paul Fargue, « Mort de la zone », article cité, p. 403.

Il y aurait, peut-être une facile et savante dissertation à faire sur les rapports de l’Urbanisme et de l’Âme… De l’influence du tout-à-l’égout sur la propreté physique et morale des nations et des peuples17.

12Une telle remarque nous invite à relativiser l’argument de l’insalubrité pourtant si prégnant aussi bien dans les textes de l’époque que dans certaines recherches postérieures.

Ville ancienne et ville en formation

13Giraudoux et Vaillat distinguent tous les deux le centre de Paris à préserver comme un héritage, et sa périphérie qui sert d’espace de réserve sur lequel on peut construire la ville moderne, notamment multiplier les logements dont la capitale a tant besoin. Giraudoux décrit ainsi la croissance du « jeune Paris » :

  • 18 Jean Giraudoux, Pleins pouvoirs, Paris, Gallimard, 1939, p. 54.

Une grande cité en perpétuel accroissement comme Paris, comprend deux villes : la ville originelle, qui reste son cœur, qui contient les monuments du passé… l’autre, la ville en formation, sur laquelle doivent se porter tous les espoirs, toutes les imaginations et toutes les vastes entreprises. Il se trouvait qu’au début du siècle, Paris constituait la capitale idéale, puisque, d’abord, il y avait un admirable Paris central, comble en monuments du passé, et que trois immenses réserves, les fortifications, la zone, les forts, permettaient le développement illimité du jeune Paris18.

14Vaillat préconise également d’abandonner le vieux Paris et d’aller sur les marges pour améliorer la condition des Parisiens et absorber la croissance urbaine :

  • 19 Léandre Vaillat, « L’aménagement de Paris », Vers un nouveau Paris, Cahiers de la République des l (...)

Que ne considère-t-on le vieux Paris comme une sorte de musée, quitte à chercher ailleurs de ces terrains libres dont parle Descartes en son Discours de la Méthode ? Car c’est un trait de notre époque que la ténacité avec laquelle elle se cramponne aux paysages du passé, au lieu de planter plus loin, résolument, le décor de sa vie, ainsi qu’il fut fait aux siècles passés19.

  • 20 Le Corbusier, « On demande un Colbert », Vers un nouveau Paris, Cahiers de la République des lettr (...)
  • 21 Ibid.

15Au contraire, Le Corbusier défend la rénovation du centre pour améliorer la vie urbaine, et propose de « replacer un centre neuf sur un centre pourri20 » arguant que « le centre est une valeur fondamentale que la technique moderne permet de valoriser21 ». Il n’y a donc pas unanimité sur le lieu où il faut ériger la ville à venir. Quels sont les projets et comment abordent-ils les différents espaces de la capitale ?

Des projets solidaires

L’argument de l’insalubrité

  • 22 Dès 1934, Jean Giraudoux entame une série de chroniques dans le Figaro, exposant ses idées à propo (...)
  • 23 Jean Giraudoux, Pleins pouvoirs, op. cit, p. 62.

16Poursuivant sa dénonciation de la zone en 1939, Giraudoux stigmatise l’administration et son inefficacité sur le tissu urbain, imputant la cause de cette dérive à l’absence de représentation politique de la ville de Paris22. Il évoque : « deux mots de passe dont le seul énoncé courbe à terre le front du Parisien, de ses édiles et de l’État23 ». Le premier est le « plan Haussmann », et le second « îlot insalubre » qu’il qualifie ainsi :

  • 24 Ibid.

[…] d’une hypocrisie plus moderne, se borne à englober dans le même chapitre réprobateur le taudis insalubre par nature et le palais insalubre par manque d’entretien, à traiter par le même remède, la destruction de l’îlot de chiffonniers et l’îlot des académiciens24.

  • 25 Circulaire relative au fond d’aménagement urbain, 3 mars 1977, JO du 10 mars 1977, p. 1344sq.

17Il fait allusion ici au traitement de l’îlot 1 (îlot Saint-Merri détruit au début des années 1930) et à celui de l’îlot 16, pour lequel le projet à cette date est une table rase au profit de la construction d’une cité administrative attenante à l’Hôtel de Ville (fig. 1). Il existe bien, à le lire, un syndrome de « l’îlot insalubre », devenu un motif récurrent, une sorte de justification sans autre forme de procès pour une intervention urbaine. Là encore, la suspicion jetée sur l’argument sanitaire doit être entendue. Et puisque l’historien a la chance de pouvoir jauger les argumentaires passés à l’aune des décisions ultérieures, on peut citer une circulaire de 1977 qui remet en cause la notion même d’îlot insalubre avec l’idée que les tissus urbains sont complexes et que peuvent cohabiter des immeubles de bonne qualité, d’autres nécessitant une mise aux normes, et enfin, ceux qui doivent être détruits25. Pourtant l’argument sera tenace malgré les dénonciations contemporaines, telle celle d’Albert Laprade, architecte chargé de la résorption de l’îlot 16 (quartier Saint-Gervais) à partir de 1942 :

  • 26 Albert Laprade, « Les métamorphoses de Paris », L’Illustration, n° 4969, 28 mai 1938, p. 537.

Ce serait de la naïveté de supposer tous les taudis localisés dans les 17 îlots. Il en existe des milliers et des milliers dispersés dans Paris. Ceux-là, va-t-on les laisser accomplir leur œuvre de mort pendant encore un siècle ? Pourquoi ne pas étudier un assainissement général de Paris ? Rien n’est plus facile que de rendre jeunesse et santé à ces maisons vieilles et malades. C’est une affaire de puissante désinfection, de peinture laquée, d’électricité, de sanitaire et de chauffage central. Tout cela est archisimple26.

Fig. 1 – Localisation des dix-sept îlots insalubres de paris.

18Il préconise la conquête des marges pour loger ces Parisiens qui nécessitent des logements adaptés à leur condition :

  • 27 Ibid., p. 539.

Afin de loger les habitants des maisons condamnées, il faudrait construire sur la périphérie des habitations séduisantes, vraiment réservées cette fois aux ouvriers, vraiment adaptées à leurs goûts et à leurs ressources. Que l’on réalise ainsi le plus vite possible, en pleine verdure, des “cités radieuses”, suivant les idées de Le Corbusier, autour de Paris : c’est une nécessité absolue27.

19Il y a donc une disponibilité foncière aux abords de la capitale pour construire des logements adaptés à une catégorie d’habitants que l’on juge à part dans la mesure où ils sont considérés à la fois comme victimes mais également responsables de l’insalubrité des logements où ils vivent. L’architecte Juliette Tréant-Mathé s’inscrit dans la même perspective :

  • 28 Paris et la région capitale, « Les grands travaux de la région capitale : les îlots insalubres », (...)

La question des îlots insalubres est avant tout une question de relogement, mais de relogement adéquat, si l’on veut empêcher que se reforment de nouveaux taudis… il faut donc vider les maisons à taudis, déclarées insalubres, et pour ce faire : construire les maisons spéciales, nécessaires à cette population spéciale28.

  • 29 Bibliothèque administrative, La zone et ses abords, album de photographies accompagnées d’un texte (...)
  • 30 Léandre Vaillat, « L’aménagement de la zone », op. cit.

20Retenons cette idée de logements spécifiques pour reloger les habitants des îlots insalubres. Dans le cas de l’îlot 16, l’administration s’en passera, laissant la plupart des locataires expulsés se débrouiller par eux-mêmes. Et encore dans les années 1960, au moment de la mise en œuvre de la rénovation urbaine à Paris, la question du relogement des habitants évincés sera centrale. Autre solution préconisée dans les années 1930 : pour empêcher la formation d’une trop grande densification aux portes de Paris, on mise sur « le retour à la terre des familles29 » et Vaillat questionne : « Peut-être enfin n’est-il pas absurde de lier le dépeuplement de la zone au peuplement des campagnes ?30 »

Comment Paris doit-il s’agrandir ?

  • 31 Léandre Vaillat, « L’aménagement de Paris », op. cit. p. 38.

21La zone semble une réserve foncière pour absorber les expulsés du centre de Paris ce qui permet d’éviter l’étalement urbain et de refuser le Grand Paris. Vaillat considère qu’on ne peut aller « jusqu’au grand Paris ou au plus grand Paris […] ; car le grand Paris, ou le plus grand Paris, comme on les appelle déjà, sont grevés, avant même que d’exister, d’une hypothèque considérable : les lignes de transports à créer, donc à payer31 ». Nous sommes en 1930, et ces propos permettent d’historiciser le débat actuel sur le Grand Paris, nous forçant à convenir de l’ancienneté des termes du débat, et des solutions préconisées. Vaillat, tout comme Giraudoux, ne croit pas au Grand Paris tandis que la zone leur semble une réserve très opportune pour mettre en œuvre un nouvel urbanisme. Le Corbusier quant à lui opte encore pour une autre solution : rester à l’intérieur des fortifs.

Fig. 2 – Avant-projet du plan d’aménagement de Paris, L’Illustration, 7 mai 1938.

  • 32 Le Corbusier, Des canons, des munitions ? Merci ! Des logis, catalogue du Pavillon des Temps Nouve (...)

22À cet effet, il lie le sort des îlots insalubres et celui de la zone pour développer un projet pour la capitale qu’il présente dans un « Pavillon des Temps Nouveaux » lors de l’exposition des arts décoratifs de 1937, projet dont témoigne « l’assemblage d’études urbanistiques32 » édité à cette occasion. On y trouve un plan d’aménagement de l’îlot insalubre n° 6 et un plan d’aménagement de Paris (fig. 2). À nouveau, la réflexion s’organise selon une double échelle. La figure du « taudis » permet à Le Corbusier de catégoriser les formes actuelles de la capitale, reprenant à son compte les critères de définition des îlots insalubres (manque d’air, de soleil, puits à tuberculose). Il distingue : le taudis des riches (quartier Saint-Augustin), le taudis ancien (en quelque sorte légitime) des vieux quartiers à démolir c’est-à-dire le taudis des pauvres, et enfin, le taudis officiel, à savoir les HBM de la ville de Paris. Le Corbusier considère que Paris peut vivre dans la limite de ses fortifs, son sol étant mal occupé puisqu’on pourrait loger intra muros huit millions d’habitants dans une « ville radieuse » :

  • 33 Ibid.

Il est fou d’aller en banlieue, d’équiper la banlieue, de consentir l’effroyable gaspillage des banlieues, d’imposer le martyre des banlieusards à deux millions d’habitants. Il faut rentrer en ville. Telle est la tendance et non pas celle de l’exode33.

23Le Corbusier administre la preuve à partir du cas de l’îlot 6, situé de part et d’autre de la rue du faubourg Saint-Antoine, il refuse la régularisation de la zone et pense l’agglomération en termes de transports, donnant la priorité au passage de l’axe est-ouest qui permettra de circuler dans la ville. À la veille de la guerre, il semble bien que plusieurs possibles s’ouvrent du point de vue des acteurs, plusieurs scénarios qui utilisent différemment mais constamment la combinaison entre les îlots insalubres et la zone. Qu’en sera-t-il des réalisations ?

Éradiquer la zone et l’îlot 16 : une dynamique contemporaine

24L’analyse du changement urbain doit comparer diagnostics et projets aux réalisations effectives, souvent beaucoup plus lourdes à instruire du point de vue des archives. Il n’en sera donné ici qu’un aperçu rapide.

25La question des îlots insalubres et celle de la zone sont liées du point de vue législatif comme de celui des archives. Il existe une forme de continuité entre la Troisième République finissante et Vichy, avec une radicalisation des mesures à partir de 1941 pour parvenir à accélérer le processus de résorption des parties de la ville jugées indésirables. Ainsi, le décret du 24 mai 1938 porte sur la destruction des immeubles et îlots insalubres et la construction d’habitations à bon marché. Il stipule :

  • 34 Décret du 24 mai 1938, JO du 25 mai 1938, p. 5863. On peut également citer le décret relatif à l’e (...)

La construction de logements spéciaux destinés à recevoir certaines catégories de locataires qui ne peuvent, sans danger, être immédiatement transférés dans des immeubles ordinaires ou dans des habitations à bon marché34.

  • 35 AN, F14 13640, extrait du JO du 25 octobre 1940.

26Se concrétise ici dans la loi, le fait que les populations extraites des îlots insalubres ne peuvent toutes investir des logements ordinaires, et qu’il leur faut un programme spécial. La loi du 11 octobre 194035 vise à simplifier les procédures d’expropriation édictées en 1935 afin de lutter contre le chômage en engageant des travaux de réhabilitation : tous les délais administratifs sont raccourcis afin de permettre la plus prompte exécution. Le dossier qui accompagne l’élaboration de la loi est explicite sur le fait qu’elle concerne en premier lieu la zone et les îlots insalubres, plus particulièrement l’îlot 16. C’est dans le même esprit que la loi du 4 juin 1941 autorise l’exécution d’un programme de travaux d’équipement et d’urbanisme à réaliser dans la région parisienne. On peut lire dans le rapport au maréchal de France qui précède le texte de loi :

  • 36 JO du 8 juin 1941, p. 2374.

L’aménagement de la “zone”, cette ceinture lépreuse qui déshonore la capitale, depuis si longtemps réclamé par la population, faisait l’objet d’une ouverture de crédits très importants permettant de mener à bien l’ensemble de cette importante opération, facilitée par l’institution d’une procédure spéciale d’expropriation accélérée (loi du 11 octobre 1940), et de créer sur les terrains ainsi libérés des jardins publics et des parcs de sports. Par ailleurs, la destruction des îlots insalubres de Paris réclamée elle aussi depuis longtemps se trouvait amorcée par l’ouverture des crédits nécessaires à la suppression de l’îlot insalubre n° 16 situé à proximité de l’hôtel de ville36.

  • 37 JO du 10 octobre 1941, p. 4371 ; loi n° 342, JO du 5 mars 1942, p. 916 ; loi n° 679, JO du 17 juil (...)

27Ces deux mesures sont les premières édictées par la loi. Elles constituent les seuls travaux d’aménagement urbain (les autres sont consacrés à des équipements ou des services de l’État) pour un montant de 2 millions de francs sur un total de 4,7 millions attribués à la préfecture de la Seine. Enfin, les lois du 21 septembre 1941, du 1er mars et 15 juillet 194237 simplifient les textes antérieurs relatifs à l’expropriation stipulant expressément les immeubles insalubres et les terrains de la zone de l’ancienne enceinte fortifiée de Paris. Ainsi, entre 1938 et 1942, la loi met en œuvre le souci concomitant d’améliorer l’habitat au centre de Paris et la volonté de résorber la zone.

  • 38 Sandrine Aufray et alii, Expropriation de la zone non aedificandi et du quartier Saint-Gervais, (î (...)
  • 39 Bibliothèque administrative, Aménagement de l’ancienne zone de servitude autour de Paris. Juin 194 (...)
  • 40 René Eugène François Bouffet, Un problème d’urbanisme, l’aménagement des lotissements défectueux ( (...)

28Les documents produits par l’opération concernant la zone et l’îlot 16 procèdent principalement de l’activité de deux bureaux chargés de procéder à ces expropriations : le bureau de l’aménagement de l’enceinte fortifiée et de la zone, d’une part, et le bureau de l’aménagement des îlots insalubres, d’autre part. Après avoir été rattachés, en 1942, à la direction des services d’architecture et d’urbanisme, ces deux bureaux seront regroupés, au début des années 1950, en une seule entité, « le bureau de l’aménagement de la zone et des îlots insalubres », lui-même rattaché à la direction de l’urbanisme, avant d’être supprimé au milieu des années 196038. Notons l’inscription temporelle de l’activité de ce bureau qui délimite la chronologie pertinente pour comprendre la logique de l’aménagement urbain parisien ici décrite. Elle sera portée par le préfet de la Seine, René Bouffet (1896-1945), qui met en avant l’opération de l’îlot 16 en se rendant sur place à plusieurs reprises tandis qu’il remet au conseil municipal en juin 1944 un rapport relatif à la zone39. Ce juriste, ami et chef adjoint de cabinet de Pierre Laval lorsque celui-ci était ministre du Travail et de la Prévoyance sociale en 1930 et président du conseil en 1931, est l’auteur d’une thèse intitulée Un problème d’urbanisme, l’aménagement des lotissements défectueux (étude et commentaire de la loi du 15 mars 1928)40. Il profite de sa nomination à la préfecture de la Seine, en août 1942, pour utiliser l’îlot insalubre n° 16 et la zone comme terrains d’expérimentation de ses idées hygiénistes. Bien d’autres que lui ont élaboré cet arsenal hygiéniste, mais dans son cas, on peut dire qu’il y a passage à l’acte et réalisation de l’expropriation, alors que le contexte est peu propice à un relogement des habitants et à l’engagement de travaux à une telle échelle.

  • 41 Isabelle Backouche et Sarah Gensburger, « Croiser les échelles pour élucider une politique urbaine (...)

29À partir de l’année 1941, s’effectuent de vastes transferts de population dans le cadre d’un volontarisme aménageur dont il faut élucider les logiques, ce qui nécessite des enquêtes fines et complexes pour ne pas en rester aux discours41. Près des deux tiers de la population de l’îlot 16 sont expulsés, laissant vide nombre d’immeubles – parfois pour plusieurs décennies – tandis que les travaux de curetage prévus ne seront réellement mis en œuvre que dans le cadre du secteur sauvegardé du Marais dans lequel l’îlot 16 est intégré en 1962. À la même date, la zone sera définitivement vidée de ses habitants, non sans résistance, et les projets ne seront exécutés que très progressivement.

Une dynamique inscrite dans la durée

30Dans les deux cas, les opérations se poursuivront jusque dans les années 1970. Alors que les locataires sont expulsés, les aménagements tardent et la double question des îlots insalubres et de la zone reste vivace après la guerre. La question d’un remaniement sociologique de ces espaces urbains reste une priorité de la préfecture de la Seine.

Logement et aménagement de Paris en 1946

31En 1946, le préfet de la Seine, Marcel Flouret, fait une communication au conseil municipal sur « le problème du logement et le plan d’aménagement de Paris et de la banlieue ». Il souligne « les deux tâches en apparence contradictoire » qu’il doit affronter : transformer les quartiers les plus déshérités et adapter la capitale au rôle qu’elle sera appelée à jouer dans l’Europe et dans le monde de demain. Et alors que Paris n’a pas souffert de la guerre, à l’inverse de Londres et Berlin par exemple, il rappelle que si la mobilisation n’est pas effective très rapidement :

  • 42 M. Flouret, Communication de M. Le Préfet de la Seine au conseil municipal et au conseil général s (...)

Paris, pour qui le miracle se sera accompli de lui permettre de sortir presque intacte de la tourmente, sera devenue la capitale la plus arriérée42.

32Les idées développées concernent tout autant Paris intra muros que sa banlieue, soulevant notamment le problème de la « zone de transition » précédemment vue. Il s’agit de coupler deux problèmes : aérer le centre de Paris et rénover le logement insalubre. À cet effet, la conquête de la périphérie est une solution, aussi bien sur le plan foncier que sur le plan financier. Enfin, on peut noter l’importance de la dimension prospective puisque, tenant compte du contexte difficile de la reconstruction, le préfet conclut :

  • 43 Ibid.

Il s’agit d’un plan d’études et non pas d’un programme… Il n’y a pas dans cette attitude manifestation d’esprit utopique, mais preuve de confiance. En matière d’urbanisme, on ne sort pas du réel en établissant un plan dont la réalisation par étapes successives doit s’étendre sur une longue période43.

L’avenir de Paris

33À la fin des années 1950, alors que la Cinquième épublique s’installe, la question du statut de Paris est examinée et donne lieu à de nombreuses publications. Parmi elles, on peut noter le volume publié sous l’égide de Jean Legaret en 1959, qui réunit plusieurs textes sous le titre Le statut de Paris, l’agglomération parisienne. Pierre Sudreau y signe un texte, intitulé « L’avenir de Paris » rédigé en février 1958 alors qu’il est commissaire à la construction et à l’urbanisme pour la région parisienne. Depuis il est devenu ministre de la Construction. Il décrit la croissance démographique et économique de la région parisienne en des termes dénonciateurs, stigmatisant le laisser-faire et justifiant le besoin d’urbanisme :

  • 44 Pierre Sudreau, « L’avenir de Paris », in Jean Legaret, Le statut de Paris, l’agglomération parisi (...)

L’absence d’urbanisme se traduit par l’immense désordre dans lequel s’est développé, depuis un siècle, Paris et sa banlieue […] L’absence d’urbanisme se manifeste également par la survivance de ces îlots insalubres dont la plupart ont été circonscrits et voués à la démolition dès 1893, mais qui se maintiennent au centre, au sud et à l’est de Paris44.

  • 45 Ibid., p. 128.

34Derrière le constat d’absence d’urbanisme, Sudreau range à la fois la croissance anarchique de la ville et le maintien des îlots insalubres. Il réclame une ville mieux organisée dont la vision fonctionnaliste est encore très explicite. Il s’inscrit ainsi dans une dynamique amorcée dans l’entre-deux-guerres. Il en prend acte en rappelant les mots de Giraudoux : « Le résultat s’étale lamentablement devant nos yeux. Quand on entre à Paris ou qu’on en sort, on a le cœur serré ». Sudreau fait des propositions pour remédier à cet ordre de choses. Il préconise de stabiliser la région parisienne, c’est-à-dire de renouer avec cette volonté de maîtriser et juguler la croissance urbaine, déjà présente sous l’Ancien Régime avec la pratique du bornage qui ne servit jamais à rien malgré les représailles fiscales imposées par la royauté. La rénovation de la banlieue qu’il envisage passe par la création de grands ensembles d’habitations. Et dans le même temps, il dessine un projet pour Paris en souhaitant voir s’engager un programme décennal de grands travaux qui puisse « mettre un terme à l’implantation désordonnée des constructions de logements et à la survivance des îlots insalubres45 » et aboutir à la reconquête de Paris :

  • 46 Ibid.

C’est-à-dire remodeler et reconstruire les îlots insalubres, vétustes, mal utilisés, ou occupés par des activités qui n’ont plus leur place au cœur des quartiers centraux…La crise du logement ne prendra fin que lorsqu’aura été démoli et remplacé le patrimoine immobilier, dont la structure ne correspond plus aux besoins d’air et de lumière d’une population qui voit son niveau de vie s’accroître sans cesse46.

35Cette ambition de reconquête nous livre une clé pour comprendre les liens tissés entre contrôle de l’urbanisation périphérique et résorption des îlots insalubres : il s’agit de mettre en œuvre une vision fonctionnaliste de la ville qui préserve le logement au centre de la ville et chasse à l’extérieur toute une série d’activités jugées indésirables. Notons, qu’encore à la fin des années 1950, persiste l’idée d’une insalubrité des immeubles parisiens, notamment par manque d’air et de lumière, conception héritée du xixe siècle. À partir du cas de l’îlot 16, nous avons pu observer combien la caractérisation de l’insalubrité peut être sujette à caution et dans quelle mesure elle mérite d’être reconsidérée – surtout quand elle sert à justifier le départ de certaines populations.

***

36À chacun des moments distingués, la dynamique urbaine emprunte la double voie de la rénovation du centre et de la consolidation d’une frontière urbaine qui répond à des impératifs variés et qui s’imposera au fil des années comme une véritable coupure entre Paris et sa banlieue. Haussmann aménage Paris et procède à l’annexion ce qui aboutit à donner à Paris une limite en dur, les fortifications. Dans l’entre-deux-guerres, on stigmatise les îlots insalubres alors que la zone est dénoncée comme frontière humaine dégradée et indigne d’une capitale, le ver dans le fruit disait Léon-Paul Fargue. Et dans les années 19601970, la rénovation des îlots insalubres s’effectue par des opérations bulldozers (place des Fêtes, 13e arrondissement, Belleville, quartier Plaisance) tandis que Paris est enfermé par le périphérique, ultime coupure dans le tissu urbain de la capitale. À nouveau, une frontière, de voitures cette fois-ci, délimite Paris, le périphérique étant un puissant agent de discontinuité dans le tissu urbain parisien du point de vue des échanges entre centre et périphérie. S’amorcera dans le même temps, une revendication de la patrimonialisation du centre de la ville, notamment par le biais de la procédure de secteurs sauvegardés, appliquée à titre de banc d’essai au quartier du Marais, qui comprend l’îlot insalubre n° 16 aux potentialités monumentales importantes.

  • 47 Décret n° 60-857 du 6 août 1960, JO du 13 août 1960, p. 7596.
  • 48 Bernard Valade, « Variations sur l’urbanisme d’État en région parisienne (1919-1969) », L’Année so (...)

37On perçoit comme un leitmotiv cette solidarité dans la façon de penser, et de réaliser, la modernisation du centre de la ville tout en bornant un territoire qui ne doit s’agrandir que sous contrôle grâce à la mise en œuvre d’une limite. Ce n’est qu’en 1965, avec l’adoption du SDAURP (Schéma d’aménagement et d’urbanisme de la région de Paris) qui se substitue au PADOG adopté en 196047, que cette volonté de contrôle de l’extension de Paris laisse place à une vision de la région parisienne fondée sur plusieurs centralités qu’incarneront les villes nouvelles48. Enfin, on peut souligner la relative résistance des îlots insalubres et de la zone qu’il aura fallu plus de soixante ans pour éradiquer, notamment grâce aux promoteurs privés, venus à la rescousse de l’impécuniosité de l’État et de la ville. Et encore aujourd’hui, un certain nombre des îlots insalubres rénovés dans les années 1960 et 1970 et des portions de l’ancienne zone constituent des morceaux de ville à part, nous rappelant, malgré tous les projets et réalisations urbaines, la résistance des formes urbaines et la nécessité d’en tenir compte quand on imagine, au xxie siècle, le Grand Paris.

Notes

1 À la fin du xixe siècle, une liste de dix-sept îlots insalubres a été établie à partir du casier sanitaire constitué par préfecture de la Seine. L’îlot n° 16 correspond au quartier Saint- Gervais au centre du 4e arrondissement de Paris.

2 Plusieurs décrets pris entre 1925 et 1930 annexeront en trois vagues la zone à Paris (décrets du 3 avril 1925, du 18 avril 1929, du 27 juillet 1930).

3 Le « manifeste de la ligue urbaine et rurale pour l’aménagement du cadre de la vie française » est publié le 10 février 1945 dans Le Figaro, voir Cécile Gaudin, « Les origines de la LUR », Cahiers de la ligue urbaine et rurale, n° 100, 3e trimestre 1988, p. 60-67.

4 Le Corbusier, Destin de Paris, Paris, Nouvelles éditions latines, 1941.

5 Léon-Paul Fargue, Refuges, Paris, Éd. Émile-Paul frères, 1942.

6 La Charte d’Athènes, Paris, Plon, 1943.

7 Jean Giraudoux, Berlin, Paris, Éd. Émile-Paul, frères, 1932, p. 8.

8 Léon Paul Fargue, « Mort de la zone », L’Illustration, n° 5119, 19 avril 1941, p. 400.

9 Ibid., p. 405.

10 Jean Giraudoux, Pleins pouvoirs, Paris, Gallimard, 1939, p. 43.

11 Léon-Paul Fargue, « Mort de la zone », article cité, p. 406.

12 Jean-Jacques Brousson (1878-1958) est journaliste et écrivain, collaborant aux Nouvelles littéraires ainsi qu’au Gil Blas. Il est connu pour sa plume acerbe et ironique.

13 Jean-Jacques Brousson, « La mort des “fortifs” », Cahiers de la République des lettres, des sciences et des arts, XII : Vers un nouveau Paris, 1930, p. 96.

14 Lucien Romier, « La disgrâce de Paris », Le Figaro, 23 juin 1934, n° 174, p. 1. Romier est rédacteur en chef du Figaro, chartiste et docteur en histoire, voir Michel François, Bibliothèque de l’école des Chartes, n° 105, 1944, p. 338-344.

15 Lucien Romier, « La disgrâce de Paris », op. cit.

16 Léandre Vaillat, « L’aménagement de la zone », L’Illustration, n° 5119, 19 avril 1941, p. 407.

17 Léon-Paul Fargue, « Mort de la zone », article cité, p. 403.

18 Jean Giraudoux, Pleins pouvoirs, Paris, Gallimard, 1939, p. 54.

19 Léandre Vaillat, « L’aménagement de Paris », Vers un nouveau Paris, Cahiers de la République des lettres, des sciences et des arts, XII, 1930, p. 37.

20 Le Corbusier, « On demande un Colbert », Vers un nouveau Paris, Cahiers de la République des lettres, des sciences et des arts, XII, 1930, p. 81.

21 Ibid.

22 Dès 1934, Jean Giraudoux entame une série de chroniques dans le Figaro, exposant ses idées à propos de Paris et de sa croissance, voir n° 181, 30 juin 1934, « Les embarras de l’Hôtel de Ville », p. 1.

23 Jean Giraudoux, Pleins pouvoirs, op. cit, p. 62.

24 Ibid.

25 Circulaire relative au fond d’aménagement urbain, 3 mars 1977, JO du 10 mars 1977, p. 1344sq.

26 Albert Laprade, « Les métamorphoses de Paris », L’Illustration, n° 4969, 28 mai 1938, p. 537.

27 Ibid., p. 539.

28 Paris et la région capitale, « Les grands travaux de la région capitale : les îlots insalubres », juin 1937, p. 42.

29 Bibliothèque administrative, La zone et ses abords, album de photographies accompagnées d’un texte dactylographié, réalisé en 1943 par la direction générale des services techniques, Ms 18.

30 Léandre Vaillat, « L’aménagement de la zone », op. cit.

31 Léandre Vaillat, « L’aménagement de Paris », op. cit. p. 38.

32 Le Corbusier, Des canons, des munitions ? Merci ! Des logis, catalogue du Pavillon des Temps Nouveaux, Paris, Éd. de l’Architecture d’Aujourd’hui, 1938.

33 Ibid.

34 Décret du 24 mai 1938, JO du 25 mai 1938, p. 5863. On peut également citer le décret relatif à l’expropriation pour cause d’utilité publique du 8 août 1935, JO du 9 août 1935, p. 8706.

35 AN, F14 13640, extrait du JO du 25 octobre 1940.

36 JO du 8 juin 1941, p. 2374.

37 JO du 10 octobre 1941, p. 4371 ; loi n° 342, JO du 5 mars 1942, p. 916 ; loi n° 679, JO du 17 juillet 1942, p. 2459.

38 Sandrine Aufray et alii, Expropriation de la zone non aedificandi et du quartier Saint-Gervais, (îlot insalubre n° 16), 1792-1977, Archives de Paris, 1999.

39 Bibliothèque administrative, Aménagement de l’ancienne zone de servitude autour de Paris. Juin 1944, Br 1786.

40 René Eugène François Bouffet, Un problème d’urbanisme, l’aménagement des lotissements défectueux (étude et commentaire de la loi du 15 mars 1928), Thèse pour le doctorat en droit, Paris, Éditions Roger, 1930.

41 Isabelle Backouche et Sarah Gensburger, « Croiser les échelles pour élucider une politique urbaine. Pourquoi expulse-t-on les habitants de l’îlot 16 à Paris à partir de 1941 ? », Le Genre Humain, n° Changer d’échelle pour renouveler l’histoire de la Shoah, Paris, Fayard, à paraître 2012.

42 M. Flouret, Communication de M. Le Préfet de la Seine au conseil municipal et au conseil général sur le problème du logement et le plan d’aménagement de Paris et de la banlieue, Paris, 1946.

43 Ibid.

44 Pierre Sudreau, « L’avenir de Paris », in Jean Legaret, Le statut de Paris, l’agglomération parisienne, Paris, Librairie générale de droit et de jurisprudence, 1959, p. 125.

45 Ibid., p. 128.

46 Ibid.

47 Décret n° 60-857 du 6 août 1960, JO du 13 août 1960, p. 7596.

48 Bernard Valade, « Variations sur l’urbanisme d’État en région parisienne (1919-1969) », L’Année sociologique, 2008/1, vol. 58, p. 121-142.

Table des illustrations

Légende Fig. 1 – Localisation des dix-sept îlots insalubres de paris.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/2423/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 358k
Légende Fig. 2 – Avant-projet du plan d’aménagement de Paris, L’Illustration, 7 mai 1938.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/2423/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 244k

Auteur

Historienne

© Éditions de la Sorbonne, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540