Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La sibylle du Rhin

 | 
Sylvain Gouguenheim

Chapitre V. Visions d’Apocalypse : derniers temps et lieux de l'au-delà

Texte intégral

Le jour du jugement

  • 1 Pitra Epistolae, no 29.

"Voyez, veillez et priez, car vous ne savez pas quand viendra ce temps ; il vous secoue, je vous le dis, Celui qui ne veut trouver aucun de vous non préparé, et il ne tardera pas à venir."1

1Quand viendra donc le dernier jour ? Quand auront lieu la résurrection des morts et le grand Jugement des hommes ? Nul ne le sait. Nul, hormis certains hérétiques, ne se fût risqué à répondre à cette question. Prudente, l'Eglise se tait. Les voix qui s'élèvent alors pour évoquer les fins dernières repoussent ce terrible événement à une date ultérieure, lointaine à coup sûr. Mais cela n'empêche pas des prédicateurs d'annoncer au contraire la fin des temps pour bientôt, afin sans doute d'inciter les foules à mieux se conduire, afin peut-être également de partager avec les masses des terreurs personnelles. Mais les clercs, vrais détenteurs du savoir, ou plutôt seuls détenteurs autorisés, n'encouragent guère les spéculations eschatologiques : ce qui appartient à Dieu ne saurait être l'objet d'investigations trop hardies.

  • 2 Scivias, P.III, ΧΠ. En revanche, le Jugement dernier est très brièvement évoqué dans la sixième et (...)

2Certes le XIIème siècle ne connaît ni l'obsession de la mort, ni les grandes frayeurs millénaristes. Les progrès du temps : hausse des rendements, urbanisation croissante, renforcement de l'encadrement ecclésial, expliquent certainement ce calme des esprits. Mais s'il n'y a pas frayeur, la ferveur par contre existe et le succès populaire des premières Croisades, le mythe terriblement prégnant attaché à la ville de Jérusalem, prouvent cependant que les foules ne demeuraient pas indifférentes aux questions attenant aux fins dernières. Les tympans des églises des XIème et XIIème siècles représentent maintes et maintes fois les scènes du Jugement Dernier et ont largement contribué à rendre ce thème familier aux croyants. Hildegarde, nous le verrons, accorde une grande importance à ces interrogations eschatologiques, mais sans élaborer de doctrine fixe à leur sujet. La fin du monde apparaît ainsi tantôt proche, tantôt lointaine et il est parfois difficile au lecteur du XXème siècle de s'y retrouver. Cela ne réduit pas l'intérêt des textes de la sainte qui a vu la fin du monde et le Jugement, épisodes qu'elle retranscrit de manière impressionnante à la fin du Scivias2. Phénomène rare, pour ne pas dire exceptionnel, et qui mérite qu'on lui prête attention. Grâce au don visionnaire, la sainte a été projetée hors de son temps afin de contempler les derniers jours de l'humanité puis de transmettre à ses contemporains ce qu'elle a vu. L'oeuvre visionnaire a une composante pédagogique indéniable : il ne s'agit pas tant d'effrayer les hommes que de leur enseigner ce qu'ils doivent croire et faire. Tout commence par un examen de conscience :

  • 3 LOD, II, 42.

"Il n'est pas de faute même vénielle qui doive être négligée et échapper à l'examen du jugement et du châtiment de Dieu."3

3Cet appel à l'introspection, à l'examen de soi-même est tout à fait conforme à l'essor de l'individualisme qui s'amorce au XIIème siècle. L'homme doit donc vivre constamment dans la crainte du Seigneur :

  • 4 LOD, III, 2.

"Lorsque l'homme craint Dieu, il craint que son jugement ne fonde sur lui à cause de ses propres excès."4

  • 5 LOD, X, 19.

4Ce n'est là qu'un pis-aller. Si les hommes étaient virils, s'ils vivaient chastement et dans le respect de la loi divine, ils n'auraient pas à craindre le jugement des derniers temps. Hildegarde exprime ce regret en pensant aux temps de l'Incarnation "lors desquels les hommes respectaient la réparation de toute douleur"5. Est-ce à dire que la crainte doive l'emporter ? Comment être certain d'être sauvé, de faire partie des élus ? On sait combien cette question a tourmenté les croyants à travers les siècles et quelles ruptures elle provoqua au sein de.la religion chrétienne. Or Hildegarde fournit une réponse, aussi simple que celle formulée par Luther quatre siècles plus tard. Le réformateur allemand mettait l'accent sur la Foi et les Ecritures. Voici ce qu'écrit l'abbesse rhénane du XIIème siècle :

  • 6 LOD, II, 14.

"Si l'homme aime le Bien et déteste le Mal, il ne mettra jamais en doute sa libération au Jugementfutur."6

5Réponse simple, immédiate et rassurante, tout à fait en accord avec le christianisme optimiste de son temps et avec la modération propre à l'esprit de la règle bénédictine. Point de crainte excessive donc - car l'excès mène à Satan - mais un effort constant en vue du Bien, sans oublier la préparation au dernier combat, car les hommes sont les soldats du Christ, qui devront lutter contre les armées infernales. Ils doivent donc se tenir prêts :

  • 7 Pitra, Epistolae, no 3.

"Et il y eut une voix venant d'en haut qui disait : rangez vos glaives dans vos fourreaux jusqu'au temps de l'éradication des temps."7

6A quoi doit désormais s'attendre l'homme ? Que sera exactement la résurrection ? Quand l'âme doit-elle être jugée ? A ces questions, ô combien importantes au Moyen Age, certainement souvent posées par ses propres moniales, l'abbesse fournit quelques réponses, simples une fois de plus

  • 8 LOD, V, 2.

"Lors du Jugement, Dieu ne réduira pas en poussière les os et les chairs mais les restaurera intégralement."8

7Croyance on ne peut plus habituelle, à laquelle malheureusement la sainte n'est pas toujours fidèle puisqu’elle écrit quelques pages plus haut :

  • 9 LOD, IV, 72.

"Après le dernier jour l'homme tout entier sera devenu esprit, il aura les regards tournés vers la sainte Divinité, tous les esprits et les âmes avec perfection."9

8Il nous est impossible de trancher, de déterminer laquelle des deux options avait fondamentalement les préférences d'Hildegarde, si tant est que l'alternative se soit clairement présentée à son esprit. Certes la deuxième citation frôle l'hérésie, car à cette époque on ne saurait douter de la résurrection des corps. S'agit-il d'une simple étourderie ? Ou doit-on penser que certaines croyances jugées essentielles étaient toutefois fort mal assimilées, en dehors peut-être des élites intellectuelles dont Hildegarde ne faisait pas partie de toute évidence ?

  • 10 Voir à ce propos J. LE GOFF, La bourse et la vie, Paris, 1986, p. 83.

9Nous revenons en terrain plus sûr à propos d'une autre interrogation primordiale : le jugement de l'âme après la mort. Sur ce point nul doute, dès le trépas, l'âme est jugée. Dieu prononce immédiatement sa sentence, qui sera effective plus tard, lors de la fin des temps10. Un passage du Scivias nous montre comment ce jugement, décisif, se déroule. Anges et démons sont présents au chevet du mourant, s'apprêtant à se saisir de son âme :

  • 11 Scivias, P.I, IV, 29.

"C'est pourquoi lorsque s'opère la dissolution surviennent certains esprits de lumière et de ténèbre, qui ont été ses compagnons de vie, suivant sa manière de se comporter. Car dans cette séparation, lorsque l'âme de l'homme abandonne sa demeure, les esprits angéliques bons et mauvais, selon l'ordre juste et véritable de Dieu, se trouvent présents (…) et ils attendent sa séparation, afin de l'emmener avec eux lorsqu'elle sera faite ; car eux aussi attendent la sentence du juste Juge sur cette âme, au moment de sa séparation d’avec le corps, afin que, délivrée du corps, ils la conduisent où le Juge suprême voudra, selon les mérites de ses oeuvres…"11

10Ce qui doit se dérouler lors du Jugement Dernier est décrit à la fin du même ouvrage, lorsqu'Hildegarde montre au moment de la résurrection des morts les élus apparaissant nimbés de lumière, tandis que les damnés sont déjà entièrement noirs. Le Jugement consiste ainsi seulement en une séparation des deux catégories, les âmes promises à l'Enfer étant parquées au Nord. Par conséquent le Jugement Dernier ne fait que matérialiser pour l'éternité la sentence prononcée au moment de la mort, qui est ainsi dramatisé car en lui se condense toute la vie de l'individu, présentant un bilan définitif de ses actes et décidant donc de son sort pour l'éternité.

Les lieux purgatoires et la terreur du nord

11Mais il était inévitable que les hommes s'interrogent sur l'endroit où se retrouvaient les âmes entre l'instant de la mort et celui de la fin du monde. Nous abordons ici la problématique désormais bien connue du Purgatoire. J. Le Goff a montré que ce lieu intermédiaire naissait à l'extrême fin du XIIème siècle

12Or Hildegarde, dans ses premiers écrits traite de cette délicate question et lui consacre même de très longs chapitres dans le Livre des mérites de la vie (1158-1163). Ses conceptions originales, voire novatrices, méritent que l'on s'y attarde un instant.

13Déjà dans le Scivias, rédigé entre 1141 et 1151, l'idée du Purgatoire est présente :

  • 12 Scivias, P.I, II, 7.

"D'autres âmes au contraire (que celles qui se retrouvent en Enfer) ne sont pas oubliées de Dieu, mais en vertu d'un examen suprême, accomplissent la purgation des péchés dans lesquels elles sont tombées ; elles verront enfin briser leurs liens et parviendront au lieu du repos."12

14Une dizaine d’années plus tard, le Livre des oeuvres divines (1164-1172) est encore plus explicite en affirmant :

  • 13 LOD, V, 2.

"Dieu a fait l'une des parties de la terre lumineuse, l'autre sombre, une autre horrible, une autre enfin est un lieu de punition."13

  • 14 LOD, V, § 1.

15Indiscutablement donc le Purgatoire existe ; il ne manque même que le nom, puisqu'Hildegarde présente les lieux purgatoires de manière assez précise, au sein d'une véritable géographie de l'au-delà. Dans la géographie sacrée que trace Hildegarde l'Enfer occupe la zone nord. Les points cardinaux servent de repères dans la description de la terre brossée dans le Livre des oeuvres divines. Le monde est divisé en cinq zones : une centrale, de forme rectangulaire, qui maintient en équilibre les quatre autres associées aux quatre directions cardinales14. Chacune de ces zones correspond à un lieu purgatoire. Celle de l'Est, d'où vient le soleil levant, est la seule bénéfique, tandis que le Sud où culmine l'astre étincelant est une région de punitions, où s'exerce la justice. L'Ouest où disparaît le soleil est sombre, le Nord où il ne se rend jamais est horrible et monstrueux. Hildegarde voit s'y ouvrir la gueule des Enfers. Bien évidemment aucun pays réel, aucune indication topographique concrète ne sont évoqués. Grâce à ses dons visionnaires l'abbesse contemple une authentique terre de l'au-delà, en quelque sorte surimposée à la nôtre. Elle se différencie complètement des auteurs contemporains qui, tel celui qui rédigea le Purgatoire de saint Patrick, indiquent des lieux précis et réels. Hildegarde est authentiquement et totalement visionnaire. Ce que le monde d'ici-bas contient de concret n'a pas de relation directe avec les mystères de l'au-delà, émanation d'une réalité d'une autre dimension. La sécheresse des descriptions de la Physica (absence de couleurs par exemple) vient corroborer cette remarque.

16B. Gorceix l'avait déjà relevé : une véritable phobie s'exprime dans les écrits d'Hildegarde à propos du Nord, de cet Aquilon devenu à ses yeux le "Royaume des ténèbres" :

  • 15 LOD, IV, § 12.

"J'ai laissé vide la quatrième région, celle du Septentrion : le soleil et la lune n'y brillent pas. C'est dans cette partie retirée du firmament que se trouve l'Enfer sans toit au dessus ni fond au dessous, c'est là que sont les ténèbres'"15

17Au sein de cette zone septentrionale, c'est dans l'angle nord-ouest, intersection des régions qui ne voient pas le soleil et de celles où il disparaît, que s'ouvre l'entrée des Enfers :

  • 16 LOD, V, § 13.

"Dans l’angle nord-ouest se trouvent d'autres ténèbres, plus denses et plus âpres, ayant la forme d’une gueule béante et horrible, qui prennent l'aspect de la gueule du puits des enfers. Mais ces ténèbres ne sont que la gueule et la bouche d'autres plus denses, pires et infinies, auxquelles elles s'accrochent et qui sont les lieux infernaux."16

  • 17 Scivias, P. I, vision Π, § 5.

18Aucun aspect matériel n'apparaît dans cette vision, alors que dans le Scivias les Enfers étaient décrits comme un "lac large et profond"17. Seule leur entrée est ici visible, mais rien de ce qu'ils contiennent n'est révélé, même à la visionnaire privilégiée :

  • 18 LOD, V, § 13.

"Tu connais ces ténèbres, mais tu ne les vois pas, car l'homme peut connaître par sa science et son intelligence l'Enfer et ses terribles souffrances, mais aucun regard mortel ne peut tout à fait les voir, tant que l'homme demeure dans son corps"18

19Si le nord est le royaume de l'ombre, c'est parce qu'il fut dévolu au Diable après sa chute. De nouveau les origines manifestent leur caractère éternel. L'Aquilon, devenu ténébreux lorsque Dieu y précipita Lucifer, le demeurera jusqu'à la fin des temps. Le nord a été victime d'un véritable bannissement hors de la Création :

  • 19 LOD, IV, § 96.

"L'Aquilon est pire que les autres vents, car lors de la chute du Diable, lorsque Dieu a projeté celui-ci dans le lac des ténèbres extérieures, là où il demeure dans les ténèbres et privé de toute lumière, l'Aquilon est devenu ténébreux."19

  • 20 Pour toutes ces indications nous avons eu recours au livre de R. BOYER : Yggdrasil. la religion de (...)

20L'Aquilon, les Enfers sont donc hors du monde, dans les "ténèbres extérieures", dans un au-delà inaccessible à l'homme mais qui peut néanmoins à tout moment faire irruption. Le Nord est le royaume de l'autre monde. Hildegarde semble retrouver ici des croyances répandues dans le monde germanique, qui situaient l'univers des géants ("Utgardr") au nord, de même que le royaume de Hel, les Enfers Scandinaves. Les géants du nord sont les plus terribles : ce sont les géants du givre, les "hrimthursar". C'est au nord également que siège l'aigle redoutable, Hraesvelgr, qui déchaîne les vents dévastateurs par le battement de ses gigantesques ailes20.

  • 21 LOD, II, § 11.
  • 22 LOD, IV, § 49.
  • 23 LOD, IV, § 96.
  • 24 LOD, X, § 4.

21Il n'est pas besoin de chercher bien loin l'explication de cette frayeur : dans l'hémisphère nord on ne peut jamais voir le soleil dans la direction du septentrion. Qu'il s'agisse des anciens Scandinaves ou des contemporains d'Hildegarde, tous y étaient évidemment sensibles. L'abbesse elle-même note clairement dans le Livre des oeuvres divines que l'astre dans sa course évite cette zone et la délaisse, car c'est là que "l'antique séducteur a choisi de s'installer, aussi Dieu l'a-t-il privé de la visite du soleil"21. Le soleil apportant la vie, la chaleur et la lumière, il fallait trouver une explication à l'ostracisme exceptionnel qui frappe le nord. Elle ne pouvait qu'être religieuse et remonter aux origines. Bien avant l'abbesse des auteurs aussi importants que saint Augustin, Grégoire le Grand ou Hraban Maur avaient développé la même explication. Par conséquent il n'est pas surprenant que l'Aquilon, "inutile à toute créature"22, "nuisible à l'homme"23, participe au combat entre les forces du Bien et celles du Mal ; il a de toute évidence sa place dans le drame eschatologique, annonçant et produisant les grands périls qui frappent l'humanité. Une seule exception à ce cortège de caractéristiques négatives : c'est un vent venu du nord qui balayera les "peuples incroyants et horribles" lors de leur agression contre l'Eglise à la fin des temps24. Mais en dehors de ce passage, Hildegarde témoigne sans cesse d'une irrépressible aversion pour tout ce qui provient du nord, véritable citadelle des ténèbres, point de rencontre de l'eschatologie et de la cosmologie, de l'histoire du salut et de la géographie sacrée.

22C'est du nord enfin que surgit cet inquiétant oiseau noir qui pousse au crime le roi d'Angleterre Henri II :

  • 25 LVA, no CLXXXVIR.

"Un oiseau très noir vient de l'Aquilon auprès de toi et te dit : "Tu as la possibilité de faire tout ce que tu veux, fais-le donc et fais le parce qu’il est inutile que tu aspires à la justice, car si tu la regardes, tu ne seras pas le maître mais un esclave"25.

23L'avertissement date probablement de l'époque où Henri II était en conflit avec Thomas Beckett. Hildegarde a-t-elle écrit juste avant l'assassinat de l'archevêque (29 décembre 1170) ? Il est impossible de le savoir, cette lettre, comme tant d'autres n'étant pas datée, mais sans avoir nécessairement prédit l'issue funeste de l'histoire, elle avait averti le roi d'Angleterre, suggérant la présence parmi ses conseillers d'un envoyé du Diable.

  • 26 LOD, V, 6.

24Les paysages des régions infernales et purgatoires nous demeurent cachés, comme ils l'ont été à la sainte, mais le contenu de ce qui s'y déroule est en revanche longuement détaillé. Ainsi la zone orientale est réservée aux âmes des justes : "C'est un lieu de voluptés et de délices"26. Autrement dit, puisqu'on ne saurait y voir le Paradis (qui apparaît dans d'autres textes, toujours en liaison avec la Jérusalem céleste et situé au sommet d'une montagne), il faut admettre qu'Hildegarde développe une conception assez originale des zones purgatoires, où doivent séjourner toutes les âmes des morts, mais où celles qui sont promises au Paradis en goûtent déjà les joies dans ce qui apparaît comme une antichambre du royaume des cieux. Les âmes, écrit-elle, s'y rafraîchissent dans la béatitude. Une confirmation est apportée par une lettre adressée à un destinataire qui nous reste inconnu, dans laquelle la visionnaire explique que les prières ont une vertu aux yeux de Dieu et que :

  • 27 Pitra, Epistolae, no 62.

"Par elles Dieu anéantit la roue de la captivité des âmes ; ainsi les peines de cette âme (dont tu t'inquiètes) sont assurément réduites et je la vois dans un refrigerium."27

25On peut donc, par la prière, infléchir Dieu et réduire de la sorte la durée des peines purgatoires. Le refrigerium apparaît bien ici comme la salle d'attente accueillant les âmes destinées à rejoindre le Paradis. Cette lettre témoigne de l'essor de la solidarité entre morts et vivants, ainsi que de l'efficacité des prières. Le temps du Purgatoire, temps eschatologique, est donc manipulable par les vivants.

26Aucun doute non plus en ce qui concerne les zones correspondant aux trois autres points cardinaux :

  • 28 LOD, V, 6. Traduction empruntée à B. GORCEIX, Le livre des oeuvres divines, Paris, 1982, p. 128.

"Elles déterminent les lieux du châtiment transitoire, dans lesquels les âmes de ceux qui doivent être sauvés, après avoir été arrachées à leur corps, subissent des épreuves proportionnelles à leurs fautes."28

27Le détail de ces peines figure dans le schéma suivant, où nous avons essayé d'être aussi fidèle que possible à la pensée, complexe, de la sainte.

  • 29 LVM, I, 99.
  • 30 LVM, IV, 47.
  • 31 LVM, V, 63.

28Ce n'est pas tout. Dans son ouvrage antérieur, le Livre des mérites de la vie, Hildegarde consacre cinq des six visions à présenter les châtiments qui attendent les pécheurs. Il est tout à fait intéressant de noter de surcroît que les pénitences imposées aux fautifs sont également mentionnées dans le texte. Libre donc au coupable de choisir entre la peine légère à subir ici-bas et la cruauté des supplices l'attendant dans l'au-delà. Le feu, la mer de soufre, les fosses profondes remplies de poix, de vers, de scorpions ou d'araignées, les marais fétides ou les nuages noirs et infects : telles sont les peines qui reviennent sans cesse. On voit également les esprits malins fouetter les âmes avec des lanières enflammées ou les frapper à l'aide de pointes acérées. Ces châtiments, curieusement, sont applicables autant à des crimes, comme la magie ou l'homicide,29 qu'à des fautes qui peuvent nous sembler vénielles telles la peur30 voire la simple tristesse31. Cette apparente absence de proportion entre le crime et la sanction mériterait une étude approfondie que jusqu'ici personne à notre connaissance n'a effectuée.

  • 32 L'édition ancienne de Pitra pouvait induire en erreur dans la mesure où, à deux reprises, il donna (...)
  • 33 Voir l'article de C. CAROZZI, "La géographie de l'au-delà au Moyen-Age", Popoli e paesi nella cult (...)

29Dans ce livre, Hildegarde n'utilise jamais le substantif "Purgatoire" mais uniquement l'adjectif "purgatorius" ou le verbe "purgare"32. En revanche la réalité du Purgatoire ne fait aucun doute : l'abbesse a réellement la vision de lieux spécifiques, situés à des emplacements déterminés, qui assurent une fonction eschatologique : ils permettent de combler le temps qui sépare la mort individuelle du Jugement dernier. L'idée de Purgatoire a ainsi un intérêt anti-millénariste car elle coupe court aux discours des fanatiques ou des inquiets, qui veulent croire à l'imminence de la fin des temps. Il semble également que la quadripartition polarisée de la terre, sous forme de quatre secteurs centrés autour d'une cinquième zone d'équilibre, corresponde à la division en cinq étapes des temps derniers. Histoire et géographie sacrées convergent, réunies par l'intérêt porté à la fin du monde. Notons toutefois que cette géographie de l'au-delà ignore la description : aucun paysage concret ne s'offre à nos regards, alors que la sainte n'est jamais avare de telles descriptions lors de ses récits visionnaires. Ces textes sur les lieux purgatoires sont d'autre part exempts des diables, dragons ou monstres que la littérature eschatologique médiévale se complaît à représenter (les rares fois où Hildegarde fait allusion à la présence de monstres, elle prend bien soin de ne pas les décrire). Les suppliciés des Enfers auxquels les textes de l'époque donnent souvent la parole sont également absents de son oeuvre, et les spécialistes de ces questions, comme C. Carozzi, estiment que seule la Vision d'Orm, texte datant de 1126 et dû au prêtre anglais Sigar, présente des ressemblances avec les écrits de l'abbesse33. Comme souvent Hildegarde nous apparaît isolée de ses contemporains. Mais, pour elle comme pour eux, ce qui se passe après la mort n'obéit plus aux normes spatiales et temporelles qui régissent la vie ici-bas, et l'intérêt porté aux peines purgatoires vient renforcer son eschatologie. Sur ce point la visionnaire rhénane participe bien au mouvement des idées de son temps.

Les Lieux des châtiments purgatoires (LOD, V, 6)

Les Lieux des châtiments purgatoires (LOD, V, 6)

N1 : « … on y aperçoit des monstres, guère de châtiments… Ces créatures horribles mettent en danger hommes et animaux. »

N2 : « …les châtiments les plus immondes, de boue et d’humidité, de puanteurs, de brouillards mortels, qui frappent les oeuvres des adultères, des voraces, des ivrognes. »

N3 : « …les peines les plus dures, supplice de froid et de vent… dans lesquelles est examinée l’infidélité des hommes impies qui ont négligé le goût de la vraie foi. »

E : « Refrigerium, lieu de voluptés et de délices. »

S1 : « La troisième zone révèle son horreur pas seulement par des châtiments mais aussi par les monstres terrifiants… qui envoient la peste aux hommes et aux animaux. »

S2 : « Les pires peines y abondent : l’été le froid, l’hiver la canicule pour les âmes de ceux qui ne se sont pas repenti de leurs grands et nombreux péchés. »

S3 : « Très lourds châtiments, par l’air igné et venteux qui punit les homicides, les voleurs, ceux qui ont commis des rapts. »

O : « Cette zone abrite en elle les châtiments des péchés véniels et mineurs » Mais Hildegarde décrit aussi : « Dans toute la zone de l’occident, tu aperçois de terribles et de fumantes ténèbres. Il s’agit de lieux de perdition, qui abritent divers supplices. » (LOD, IX, 13)

Des signes annonciateurs au tableau final

30La destinée de l'humanité inquiétait tout autant les hommes que leur propre sort. Le temps du Purgatoire, aussi long soit-il, était nécessairement fini, et il fallait s'attendre un jour à connaître le Jugement Dernier, à vivre la fin du monde. De tels événements, de tels prodiges ne pouvaient pas survenir sans être annoncés. D'où la nécessité de savoir en reconnaître les prémices, les signes avertisseurs.

31La littérature prophétique du Moyen-Age reprend ainsi systématiquement plusieurs thèmes qu'elle diffuse abondamment et qu'Hildegarde utilise, sans toutefois fournir un grand luxe de détails. Le plus visible des bouleversements caractérise l'ordre naturel qui sera violemment perturbé :

  • 34 LOD, X, 28.

"Les signes se multiplieront, dans le soleil, dans la lune, les étoiles, les eaux, les autres éléments et créatures, annonçant par leurs présages et comme dans un tableau les maux à venir. "34

  • 35 LOD, X, 8.
  • 36 Scivias, Ρ.II, VI, 95.

32Toute la création se trouve donc mise à contribution, ce qui ne saurait surprendre, puisqu'elle doit toute entière disparaître. A l'époque du chien, le cours normal des choses sera même inversé, et l'homme contemplera alors avec effroi la course des astres devenue erratique, il verra le soleil et la lune suivre des trajectoires étranges et incompréhensibles35. C'est là le signe de profondes perturbations, qu'on ne peut attribuer qu'à la toute-puissance divine. Chaque fois que les hommes, et en particulier les prêtres, commettent des injustices, "les éléments hurlent"36. La solidarité entre les êtres humains et le cosmos s'affirme de nouveau avec force.

33Autre signe, autre crainte fort répandue au Moyen Age : l'invasion de peuples barbares et sanguinaires. Lointain écho du déferlement germanique des âges sombres, ou inquiétude latente, renouvelée par chaque migration de peuples païens, Sarrasins, Turcs ou Mongols, toujours est-il que les armées de Gog et Magog, dont l'Apocalypse annonce l'irruption à la fin du Millenium, se retrouvent dans la plupart des textes eschatologiques… sauf chez Hildegarde, qui ignore leur nom semble-t-il. Elle annonce néanmoins des invasions meurtrières, tout en les situant à la fin du temps du lion, lors de l'époque du cheval. Le tableau qu'elle en dresse a dû faire frémir ses lecteurs :

  • 37 LOD, X, 21. Pour H. LIEBESCHÜTZ, l'absence de nom n'est pas étonnante, car en conformité avec le s (...)

"Lorsqu'en effet les peuples païens auront vu les chrétiens vivre en paix et dans l'opulence, ils diront, ayant une confiance cruelle dans leur force :'Envahissons les chrétiens avec nos armes, car, comme ils sont sans armes et sans vigueur, nous pouvons les capturer comme des brebis et les abattre. 'Et ainsi, venus de régions très éloignées, ils rassembleront une foule terriblementféroce et ignoble, à laquelle ils se mêleront dans la fornication, l'ordure et tout le mal possible ; ils envahiront de toutes parts le peuple chrétien, pillant et combattant, et détruiront de nombreuses régions et cités. Ils pollueront les règles de l'Eglise par d'innombrables vanités et ignominies, et contamineront de cette sorte tout ce qu'ils pourront…"37

34La prophétie est nette, violente, mais dénuée comme toujours de toute précision historique, de toute référence à l’actualité, bref de tout ce qui pourrait éventuellement permettre d’identifier ces peuples. Aux XIIIème et XIVème siècles, les prophètes s'inspirant d'Hildegarde y verront, au gré des oscillations politiques, soit les Turcs, soit les Tartares, mais rien dans les textes de notre auteur ne permet d'opérer ces identifications. La prophétie se situe hors du temps historique.

35La disparition de ces peuples est vue par la sainte de manière tout à fait originale :

  • 38 LOD, X, 24.

"Or, quand les peuples incroyants et horribles dont nous avons parlé auront envahi de toutes parts les biens et les possessions de l'Eglise, quand ils se seront acharnés à leur destruction et à leur ruine, comme des vautours et des faucons déchirant tout ce qu'ils tiennent sous leur aile et sous leurs griffes, et quand le peuple chrétien, mortifié dans la pénitence de ses péchés à la suite de tout cela, aura tenté de résister contre eux par les armes, sans redouter la mort physique, alors un vent très puissant venu de l'Aquilon, accompagné d'un immense nuage et d'une poussière très épaisse, viendra et lancera ses souffles contre eux, accomplissant ainsi le jugement divin, de telle sorte que leurs gorges seront remplies par ce nuage et leurs yeux aveuglés par cette poussière…"38

  • 39 LOD, X, 25.
  • 40 Voir l'ouvrage exhaustif de R. FOLZ, Le souvenir et la légende de Charlemagne dans l'empire german (...)

36Ni le Christ ni Dieu n’interviennent alors directement, mais simplement l'Aquilon, ce vent souvent dénoncé par la sainte comme l'instrument du Diable (B. Gorceix parlait à ce propos de la "terreur du nord" qui imprégnait les textes d'Hildegarde), et qui joue ici de manière exceptionnelle un rôle salvateur au profit des chrétiens. Les barbares seront donc vaincus, dispersés ou exterminés, tandis que les païens se convertiront en foule. Les chrétiens pourront alors reconstruire les cités dévastées, se fortifier et attendre la venue de l'Antéchrist. Ils ne pourront compter que sur leurs propres forces car les puissances politiques vacilleront, l'empire romain s'écroulera et les principautés comme les royaumes feront sécession39. L'abbesse traite beaucoup plus brièvement ce thème de la chute de l'empire romain que ne le font les textes eschatologiques contemporains, comme le Jeu de l'Antéchrist, qui lui consacre au contraire l'essentiel de ses pages. De quel empire s'agit-il ? Hildegarde le désigne comme romain, mais il est impossible de savoir si elle pense à l'empire allemand, celui de Barberousse, ou à l'utopie allégorique de l'éternel empire romain, transposé dans les temps futurs. Impossible de savoir si elle sacrifie, rapidement d'ailleurs, à un lieu commun des croyances de son temps, ou si elle y voit un événement majeur. Seul le Livre des oeuvres divines traite ce phénomène, le Scivias en effet l'ignorait, la correspondance n’en conserve guère de traces. Quant au personnage de l'empereur des derniers jours, le chef messianique qui guidera l'humanité contre l’Antéchrist, il est absent de l'oeuvre d'Hildegarde. Plus surprenant encore, celle-ci ne parle jamais de la légende de Charlemagne, si propice pourtant à des développements eschatologiques qui circulait alors abondamment dans l’Empire. Elle ne pouvait pas ne pas la connaître, puisque Barberousse et Rainald de Dassel s'en étaient fait les ardents propagateurs, notamment par le biais de la Kaiserschronik rédigée aux alentours de 1150. De plus c’est à Frédéric Barberousse que l'on doit la canonisation de Charlemagne le 29 décembre 1165. Hildegarde était donc parfaitement au courant, mais sans doute n'y voyait-elle que pure propagande politique40. En insistant sur le rôle tenu par Dieu dans la victoire des chrétiens, là où d'autres textes mettaient en relief l'action de l'empereur des derniers jours, elle manifestait son refus de participer à toute entreprise qui aurait pu être utile à Barberousse, elle brisait toute tentative de messianisme politique, qui était aux antipodes de sa vision de l'ordre du monde. Ce n’était que la suite logique de son opposition aux agissements de l’empereur en Italie à l’encontre de la Papauté.

  • 41 LVA, XXVII.

37On ne saurait dire cependant qu’Hildegarde était imperméable à ce thème : elle avait placé au début d’immenses espoirs en la personne de Barberousse. Ne le qualifiait-elle pas de "Roi d’Israël" dans la première lettre qu’elle lui adressait ? Il devait, l’encourageait elle alors, éliminer les prélats cupides, faire régner la force, la justice, la sagesse, combattre enfin l'opposition diabolique dirigée par "l'antique serpent".41 La colère fut à la mesure de la déception ; il devenait donc impossible à la sainte de reprendre les thèmes si répandus du messianisme impérial.

  • 42 LOD, X, 25.

38Ses récits demeurent d'autre part assez discrets à propos de l’avenir de l'Eglise. On verra la hiérarchie ecclésiastique attaquée, on verra surtout apparaître des prêtres et des évêques "qui porteront un nom nouveau"42. Certains commentateurs, notamment au XIXème siècle, crurent y lire l'annonce de la réforme protestante… Cela paraît toutefois assez peu vraisemblable. Il faut ici observer que la sainte a très nettement atténué ses propos concernant la destinée de l'Eglise : la lettre adressée à Conrad III était bien plus alarmiste, et correspondait d’ailleurs en cela davantage aux prophéties apocalyptiques traditionnelles. Dans le Livre des oeuvres divines, l'accent est mis sur le maintien de la foi tant chez les prêtres que chez les laïcs. Il est vrai qu il faut conserver une milice armée capable de s'opposer avec vigueur aux agissements de l’Antéchrist.

  • 43 Scivias, P.I, V et P.III, X, 17. "La Synagogue avant le dernier jour, attirée par la clémence divi (...)
  • 44 LOD X, 30. On peut penser qu'Hildegarde s'est inspirée de Joël : "Après cela je répandrai mon espr (...)
  • 45 Scivias, Ρ.II, XI, 22. Voir aussi LOD, IV, 101 : "Le verbe lui-même, qui est le Fils du Père, siég (...)

39Deux autres signes attestent la vitalité de la religion chrétienne. D'une part les juifs se convertiront ; même si l'on peut observer quelques hésitations à ce sujet dans le Livre des oeuvres divines, le Scivias est catégorique tout comme la correspondance43. D'autre part on verra à l'approche de la fin des temps, lors de l'époque du porc, se réaliser toutes les anciennes prophéties, tandis que l'Esprit-saint accordera à tous les vrais croyants la capacité de prophétiser44. La prophétie apparaît ici comme l'achèvement, la perfection de la religion. Les hommes devenus prophètes sont des chrétiens accomplis, prêts à connaître la fin du monde et surtout la résurrection et la vie étemelle. Ressurgit ici un thème qu'effleurait déjà le Scivias en affirmant que lors du dernier jour le nombre des élus serait complet, "l'Eglise pleine"45. La réalisation totale du christianisme précède donc de fort peu le grand combat eschatologique du règne de l'Antéchrist ; elle en est simultanément une condition nécessaire. Ces élus permettront de combler le nombre d'or des martyrs, indispensable à l'achèvement de la destinée terrestre de l'Eglise.

40Mais l'essentiel n'est pas là. Car ce que les hommes veulent avant tout connaître, c'est la date à laquelle se produiront ces terribles événements. Certes ils s'apprêtent à en guetter les signes avant-coureurs mais ceux-ci seront, nul n’en doute, parfaitement clairs. D'ailleurs ne les connaît-on pas déjà pour l'essentiel ? En outre ce que la sainte révèle à leur sujet est-il si nouveau ? Mais la date manque, or c'est bien ce qui importe au premier chef. Hélas, Hildegarde demeure inflexible, ne cessant de répondre à ceux qui s'inquiètent que nul ne sait quand aura lieu le Jugement Dernier. Bien sûr, cette époque ne tardera pas, mais nous savons déjà que cinq temps nous en séparent, et que par ailleurs un certain délai s’écoulera entre la chute de l'Antéchrist et la fin du monde. Par contre ce délai assurément sera bref

  • 46 Scivias, P.III, XI, 25.

"Mais le criminel monstrueux, le fils de perdition viendra dans un temps extrêmement proche, exactement comme lorsque le jour disparaît quand le soleil se couche à l'occident, c'est à dire lorsque le dernier temps tombe et que le monde abandonne son cours."46

41Il arrive en outre à Hildegarde de laisser entendre que la fin du monde est proche :

  • 47 Lettre à l'abbé Gerwin de Saint-Eucher de Trêves, LVA, no CCXIII.

"Au bout de peu de temps, la terre sera libérée de sa captivité."47

42Mais nous n'en saurons pas plus. Au contraire des prophètes millénaristes, des agitateurs de foules, la sainte délaisse toute spéculation numérologique. Aussi toute tentative de déterminer la date de la fin du monde ou de l'arrivée de l'Antéchrist à partir de ses textes est nulle et non avenue. Il est tout juste permis de se livrer à quelques conjectures. Le temps du chien a vraisemblablement commencé avec le XIIeme siècle, et inaugure le début du VIIème et dernier millénaire. Les hommes sont donc relativement proches de leur fin, d'autant que si l'on en croit la sainte, le Christ lui-même est venu sur terre assez tard :

  • 48 Scivias, Ρ.ΙII, XI, 24.

"Mais mon Fils est venu en ce temps-là, lorsque le jour après nones tend vers le soir, à savoir au moment où la plus grande force du jour se retire, et qu'il commence à faire froid, ainsi après cinq nombres de mondes, mon Fils est venu, alors que le monde courait à sa perte."48

43Si le VIème millénaire, celui de l'Incarnation, dure bien 1000 ans, ce devrait être logiquement le cas du Vllème, donc quelques siècles séparent encore les contemporains d'Hildegarde de la venue de l'Antéchrist. La même évaluation peut être effectuée à partir des textes qui s'appuient sur le décompte des heures de la journée : le Christ est venu juste après nones, c'est à dire la sixième des huit divisions du jour. Par conséquent la fin du monde n'est pas imminente et sa venue doit être légèrement différée. Pourtant il fallait se préparer.

44En somme la question n'était pas résolue. Hildegarde ne facilite pas la tâche de ceux qui l'interrogent, puisqu'elle note à propos de l'Incarnation :

  • 49 Scivias, Ρ.III, V, 17. Voir aussi Ρ.II, V ; P.III, VI, 9 et P.III, VIII, 2.

"Car le Fils même de Dieu, engendré par le Père avant le monde, naquit ensuite d'une Mère dans le monde à la fin des temps."49

  • 50 LOD, X, 6.
  • 51 Galates, IV, glosé en LOD, X, 6

45Nous trouvons cette affirmation à plusieurs reprises, ce qui peut sembler contradictoire avec les textes précédemment relevés. Hildegarde ne fournit pas d'autre explication que celle, quelque peu boiteuse, selon laquelle il devait en être ainsi puisque le Diable avait "entièrement violé l'homme"50. Mais comment concilier cela avec la distribution du temps en sept millénaires ? Comment admettre une Incarnation survenue à la fin des temps, alors que la sainte écrit déjà au milieu du XIIème siècle ? Il paraît en fait qu'en insistant de la sorte Hildegarde soit piégée par ses propres aspirations eschatologiques et surtout par son irrépressible attirance pour les origines. Elle écrit comme le faisaient les Apôtres, pour lesquels l'accès au royaume des cieux était imminent, et l'on sait combien au Xllème siècle l'attrait pour la vie apostolique se répandit. Aussi lorsque l'abbesse glose le passage de l'épître aux Galates51 où Paul annonce que Dieu envoya son fils lors de la plénitude des temps, en comprenant que la plénitude signifie l'achèvement, semble-t-elle vouloir à tout prix échapper à son époque, chercher de toutes ses forces à se retrouver aux origines du christianisme, parce qu'alors la fin paraissait proche : le temps de la vie du Christ devait précéder de fort peu la fin du monde. Dans cette violente envie de retrouver le passé s'exprime une formidable attente eschatologique ; Hildegarde, dans ses réflexions, souhaite accélérer la venue des derniers jours en rejoignant l'époque révolue où cette venue semblait imminente. C’est le sens profond de tout mouvement apostolique.

46Par ailleurs cette quête paraît contradictoire avec le reste de ses écrits, notamment l'annonce des cinq époques à venir. La visionnaire est prise entre une exigence prophétique et eschatologique, qui nécessite encore un certain délai, et sa fascination pour les origines. Cette attirance n'émerge dans ses écrits que de façon fragmentaire et éparse : peut-être n'était-elle pas entièrement consciente. Il y aurait en fin de compte conflit entre d'une part ce que lui révèle l'ordre visionnaire, qu'elle reçoit de manière transcendante, et d'autre part ce à quoi elle aspire profondément, en vertu de sa propre nature, sans pour autant être capable de le formaliser expressément. Cette dualité intérieure expliquerait ainsi les contradictions relevées ci-dessus. Mais les textes prophétiques ne parlent jamais clairement, aussi le commentateur doit-il demeurer prudent.

47Quelques uns des passages concernant la fin des temps sont annoncés par la figure de la licorne qui apparaît dans le Livre des mérites de la vie. L'animal fabuleux ouvre la VIème et dernière vision de l'ouvrage, porteur de paroles prophétiques :

  • 52 LVM, VI, 1.

"Ce qui a étéfait sera détruit et ce qui n'a pas été fait sera édifié."52

48La licorne s'efface ensuite, tandis que le rideau se lève pour permettre à l'abbesse de contempler l'écroulement du monde. D'abord se produit la dissolution, la destruction de tout ce qui vivait sur terre, sous mer ou dans les airs :

  • 53 Scivias, P.III, ΧII.

"Après cela je vis : voilà que tous les éléments et toutes les créatures sont ébranlés par une sinistre secousse, le feu, l'air et l'eau firent irruption et secouèrent la terre ; la foudre et le tonnerre retentirent, les montagnes et les forêts s'effondrèrent, si bien que tout ce qui était mortel rendait l'âme. "53

49Puis retentit une voix qui couvre le vacarme des éléments et "vocifère par toute la terre" :

  • 54 ibid.

"O vous, fils des hommes qui gisiez sous terre, surgissez tous !"54

50La sainte assiste alors à l'impressionnante résurrection des morts :

  • 55 ibid.

"Et voilà que tous les os des hommes en quelque lieu de la terre qu'ils fussent, se rassemblaient en un clin d'oeil et se recouvraient de leur chair ; et tous les hommes surgirent, le corps et les membres intègres, chacun avec leur sexe ; les bons resplendissant de lumière, les mauvais noirs d'apparence, de telle sorte que l'on voyait clairement les actes commis par chacun. Et certains étaient marqués du signe de la foi, d'autres non. (…)"55

51Le Christ vient procéder au Jugement :

  • 56 ibid.

"Mais soudain, venant de l'Orient, une immense fulguration resplendit et je vis alors dans le nuage le Fils de l'homme arriver avec le choeur des anges : il avait la même figure que lorsqu'il était dans le monde et ses blessures étaient visibles. Il trônait sur un siège de flammes ardentes, mais qui ne brûlaient pas, et sous ses pieds se déchaînait cette terrible tempête qui purifiait le monde. (…) De sa voix douce comme l'Evangile il s'exprime : il rend heureux les justes en les destinant au royaume céleste, tandis qu'avec une voix terrible il assigne aux injustes les peines infernales, comme cela est écrit ici-même, sans qu'aucune question ou réponse ne soit faite concernant les actes de ceux qui étaient là : seule la voix évangélique s'exprimait ; en effet l'oeuvre de chacun, bonne ou mauvaise, apparaissait clairement. Ceux qui n'étaient pas marqués demeuraient à l’écart du côté de l'Aquilon en compagnie de la multitude diabolique."56

52Le tumulte cesse alors. Foudre, tonnerre, vents et tempêtes s'apaisent. Tout ce qui dans les éléments était mortel, transitoire, s'évanouit et une immense tranquillité s'installe. Le ciel accueille les élus, devenus plus lumineux que le soleil ; l'Enfer engloutit les réprouvés que l'on entend pousser d'épouvantables clameurs à la vue des tortures étemelles qui les guettent. La fin survient ensuite :

  • 57 ibid.

"Et bientôt tous les éléments resplendirent au milieu d'une sérénité totale, comme si leur avait été ôtée une peau extrêmement noire, de telle sorte que plus jamais le feu n'aura d'ardeur, ni l'air de nuées, ni l'eau de fureur, ni la terre de fragilité. Le soleil, la lune et les étoiles étincelaient au firmament comme autant d’ornements avec une splendeur et une beauté sans pareilles, et ils demeuraient fixes, sans aucun mouvement circulaire, si bien que le jour et la nuit ne se distinguaient plus. Ainsi il n'y avait plus de nuit mais seulement le jour. Et ce fut terminé.57

53L’abbesse vient d'écrire là une de ses pages les plus fortes, ce qui ne doit pas empêcher le commentaire de s'efforcer, au-delà de la puissance évocatrice des images et des mots, de saisir les thèmes essentiels.

54Le Jugement Dernier est immédiat. Ni question, ni réponse précise la sainte qui nous montre le Christ rendant sa sentence à la seule vue des visages des ressuscités. Par conséquent c'est bien l'instant de la mort qui est décisif et donc cela confirme l'importance que nous avons pu attribuer aux lieux purgatoires qui jouent un rôle primordial. On demeure frappé de la rapidité de la scène, tout semblant s'accomplir en quelques instants.

55La destruction est bien sûr totale, car elle seule permet la purification totale. Même les éléments disparaissent, d'une manière spectaculaire, comme le précise Hildegarde, dans un paragraphe suivant sa vision :

  • 58 Scivias, Ρ.IIΙ, XII, 2.

"Par un mouvement soudain et inattendu lors de cette fin, tous les éléments sont relâchés, toutes les créatures ébranlées, le feu explose, l'air se désagrège, l'eau s'évanouit, la foudre frappe, le tonnerre retentit, les montagnes s'ouvrent, les forêts s'écroulent ; tout ce qui dans l'air, dans l'eau ou sur terre était mortel, rendit l'âme."58

  • 59 Causae et curae, édition P.Keyser, p.10.
  • 60 Voir sur les rapports des zones montagneuses avec les puissances du mal l'ouvrage très suggestif d (...)
  • 61 Pour la destruction du monde par le feu, voir LVM, VI, 4 ; Le parallèle avec le Déluge est repris (...)

56Remarquons qu'ici, comme dans les passages précédents, Hildegarde ne s'exprime qu'au passé ou au présent, jamais au futur. Pour la visionnaire, la fin du monde n’est pas à venir. Transportée par la vision dans le temps des choses divines, elle a été rendue contemporaine des derniers jours de l'humanité. Ce qu'elle a vu est vrai, car cela a déjà eu lieu. Rendue à la temporalité propre aux êtres qui sont mortels elle peut leur décrire l'avenir, elle peut les avertir avec des accents de sincérité qui font toute sa force. La fin du monde est bien la fin des temps, la fin du temps. D'ailleurs cette grande tranquillité qui règne après le Jugement marque le retour au calme des premiers jours de la Création. Dans le Causae et curae59 Hildegarde rappelle que lors du commencement du monde les astres étaient fixes ; le péché originel a introduit le désordre, c'est à dire le mouvement. Le nouveau monde qui apparaît après la destruction finale est donc bien celui des origines, débarrassé des vices et des maux introduits par l'Histoire. Le nouvel univers est fixe, stable, parfaitement unifié même, puisqu'à la différence de celui de la Genèse il a aboli la distinction entre le jour et la nuit, la lumière et les ténèbres ; il n'y a plus que la lumière. Autre signe du retour à l'unité divine, la disparition des montagnes, l'aplanissement de ces reliefs perturbateurs, dangereux et souvent associés au Diable, qui avait tenté de les escalader pour accéder au ciel60. D'autre part il est intéressant de noter que le monde est tantôt purifié par le feu, tantôt englouti par les eaux61, cette dernière version, qui fait de la fin du monde une réplique du Déluge, étant la plus fréquente. D'autres auteurs du XIIème siècle comme Honorius d'"Autun" l'avaient également reprise.

57Et après ? Que se passe-t-il une fois le Jugement accompli ? La fin du monde ne clôt pas la vision. La sainte a en effet l'honneur de voir ce qui se déroule ensuite au Paradis, de toute éternité. Dans le Scivias elle nous montre la joie des élus, chantant en choeur dans une extraordinaire harmonie musicale les louanges du Seigneur. La description est prétexte à un éloge passionné de la musique, de la symphonie, indispensables, consubstantielles à l'âme. Le Paradis serait ainsi un monastère parfait.

58La plus longue évocation de l'après-fin du monde se trouve toutefois dans la dernière vision du Livre des mérites de la vie. L'ensemble du texte est souvent redondant et ne figure pas parmi les pages les plus réussies de l'auteur. Le lecteur qui voudrait y lire une description du Paradis serait déçu : l'essentiel nous demeure celé comme il le fut aux yeux de la sainte. Pour l'essentiel, le récit consiste en une évocation des joies éprouvées tour à tour par les laïcs, les confesseurs, les pénitents, les docteurs et, plus longuement, les martyrs. Ceux-ci apparaissent entourés d'une telle lumière et d'un tel éclat qu’Hildegarde ne peut les distinguer. Tous participent à la musique céleste qui accompagne le chant des psaumes. Ni leurs ornements, ni ce qu'ils signifient, ne sont expliqués à la sainte, qui ne dispose ainsi que d’une porte entrouverte sur le Paradis. Au passage, presque incidemment, nous retrouvons "l'ignota lingua", du moins c'est ce qui nous paraît le plus vraisemblable lorsqu'Hildegarde explique que les Vierges présentes au Paradis :

  • 62 LVM, VI, 30.

"comprenaient, connaissaient et parlaient une langue étrange, que personne d'autre ne connaissait ou n'aurait pu employer."62

59Cela confirme notre hypothèse, à savoir que l'invention de la langue inconnue est une tentative faite par la visionnaire pour retrouver l'idiome commun à Adam et aux anges lors des premiers temps de la Création et qui est donc la langue parlée dans le Paradis retrouvé. On peut même supposer qu'elle s'est efforcée de reproduire les sons entendus dans cette vision du Paradis lorsqu'elle a forgé les mots de sa langue inconnue. Nous sommes renvoyés ici en fin de compte aux phénomènes traditionnels de glossolalie, fréquents chez les personnages connaissant la transe ou l'extase.

  • 63 LVM, VI, 6.

60Enfin, reprenant le thème de la perfection prophétique, de l’accomplissement des antiques prédictions, Hildegarde rappelle à la fin du Livre des mérites de la vie que, lorsque seront apparus la terre et le ciel nouveaux, lorsque l'homme sera purifié et semblable "au cercle doré d'une roue" (image de la perfection), alors : "toutes les portes renfermant des secrets s'ouvriront"63. Le monde était pour les hommes du Moyen-Age comme un grand livre ouvert qu'il fallait être capable de déchiffrer ; à la fin des temps ce livre sera lisible par tous.

61Si le Paradis n'est pas décrit, il se matérialise cependant sous la forme d'une "cité carrée", la Jérusalem céleste, qui trône à l'est, au sommet d'une montagne, au point culminant du monde. La visionnaire la décrit aussi bien dans le Scivias que dans le Livre des oeuvres divines ; elle l'évoque par ailleurs à maintes reprises dans sa correspondance. Cet emplacement systématique au sommet d'une montagne n'est pas habituel au Moyen Age, où l’on pense plus souvent à représenter la cité céleste comme le centre du monde. Mais de nouveau Hildegarde déroge à la règle, encore qu'elle ait sans doute puisé son inspiration dans Matthieu, notamment lorsqu'elle décrit la ville dans le Scivias :

  • 64 Scivias,P. ΙII, vision X, § 31.

"Car la Jérusalem céleste est placée au sommet d'une montagne, édifiée par de nombreuses actions, elle rassemble en elle les pierres les plus nobles, qui sont dans la vision de la paix les âmes saintes, purifiées de toute pourriture liée au péché".64

62L'âme du juste sert de pierre dans la construction de la cité céleste, dotée par conséquent d'une double essence, matérielle et spirituelle, à la fois composée de pierres précieuses et des âmes des élus.

  • 65 Scivias, P. ΙΠ, vision II.
  • 66 Consulter l'article d'E. GÖSSMANN, "Mass-und Zahlen Angaben bei Hildegard von Bingen", Mensura, Ma (...)

63D'une forme rectangulaire, en accord avec la description de l'Apocalypse, la ville s'étend largement, l'abbesse précisant dans le Scivias que sa longueur est de cent coudées et sa largeur de cinquante, tandis que ses murs s'élèvent sur cinq coudées65. En elle-même métaphore de l'histoire du salut, dont elle symbolise les étapes importantes, elle matérialise le temps sous une forme spatiale : le côté sud est ainsi associé à Adam, l'est à Noé, le nord à Abraham et Moïse, l'ouest enfin à la Trinité. Parcourir le périmètre de la ville c'est revivre les grandes étapes de l'histoire sainte. De ce point de vue Hildegarde s'oppose aux commentateurs de l'Apocalypse de son temps, qui cherchaient à associer les structures de la ville aux différents sens de l'éxégèse66. Cela manifeste aussi son ignorance ou son dédain de la théologie ; Hildegarde accomplit une oeuvre pour une large part solitaire.

  • 67 Scivias, P. III, vision V.
  • 68 Scivias, P. ΠΙ, vision Π (voir aussi les visions VH, X et ΧΠΙ).
  • 69 Scivias, P.I, vision II : "La Jérusalem céleste se remplira avec ceux-ci lorsqu'ils auront abandon (...)
  • 70 Scivias, P.III, vision II, § 28.
  • 71 Pitra, Epistolae novae, no 47, 86, 116, 137, 140 etc. Les moniales de la congrégation de Krauftal (...)
  • 72 Pitra, Epistolae novae, no 150.
  • 73 Lire sur la Jérusalem céleste l'article de R.KONRAD : "Das himmlische und das irdische Jerusalem i (...)

64Objet de toutes les espérances, refuge ultime, la Jérusalem céleste "temple vivant de Dieu vivant"67, faite de "pierres vivantes"68 est fréquemment évoquée, voire implorée par l'abbesse. La ville sert d'abord d'abri à l'Eglise persécutée69. Elle est bien sûr le Paradis, même si celui-ci n'est presque jamais décrit par la sainte, ou seulement sous l'apparence d'un lieu "plein de douceur qui fleurit dans la viridité des fleurs, des herbes et dans les délices de tous les aromateé"70. C'est donc en toute logique que dans ses lettres Hildegarde multiplie les empressements à devenir des pierres de cette cité vivante. Elle rassure également ses correspondants en leur affirmant qu'elle les a vus ainsi, et la formule : "Tu es une pierre vivante dans Jérusalem" se retrouve à maintes occasions71. Les moines ou les moniales sont appelés à connaître un destin plus remarquable, puisqu'ils sont les "fenêtres de Jérusalem"72. La liturgie du temps renforçait elle aussi ces idées, rappelant sans cesse aux fidèles que l'Eglise était ici-bas l'image de la cité céleste73.

65En présence d'une telle adoration il est d'autant plus surprenant de constater qu'Hildegarde délaisse la Jérusalem terrestre, néglige totalement les expéditions organisées pour la délivrer. En somme elle n'accorde aucun rôle eschatologique à la Jérusalem de Terre sainte, prenant le contre-pied complet de tous les textes rédigés de son temps, tel le poème Himmlisches Jérusalem paru vers 1130-1150, ou les Jeux de l'Antéchrist qui avaient vu le jour à Tegernsee vers 1160 ou à Linz en 1170. Deux explications sont possibles : ou bien Hildegarde reste fidèle à ses conceptions d'ensemble, qui la conduisent à refuser toute actualisation, toute historicisation des phénomènes eschatologiques, ou bien (et ce n’est pas contradictoire) elle se défie profondément de toute la mythologie bâtie autour de Jérusalem, qui renvoie trop au mythe de l'Empereur des derniers jours, lequel ne peut que servir les intérêts d'un Frédéric Barberousse qu'elle a appris à affronter, voire à haïr.

66Au moment de conclure, il importe d'insister sur ce qui est essentiel à nos yeux : notre approche de l'expérience d'Hildegarde est nécessairement limitée et incomplète. Ce que nous lisons, elle l'a vu, elle l'a vécu, de tout son corps et dans la pleine clarté de son esprit, pour reprendre ses propres termes. Au contact d'une telle expérience, l'analyse, les commentaires intellectuels paraissent insuffisants. Certes il est possible d'établir une certaine cohérence, de mettre en valeur des thèmes, de souligner la force de certaines images, voire de dégager quelques contradictions, mais pour Hildegarde il s'est agi de réalités, de visions et de sons directement perceptibles. Nous n'avons pas affaire à une oeuvre longuement mûrie dans le silence des bibliothèques, mais bien à l'expression - au sens propre - souvent douloureuse d'images incontrôlées et incompréhensibles, dont le sens se dévoilait peu à peu, sans être toujours pleinement intelligible. Hildegarde ne développe pas un corpus de croyances, ne fonde pas un dogme, elle raconte un mythe. L'historien y trouvera sans doute davantage son bonheur que le philosophe.

67Tout ce que nous avons relevé dans les textes de la visionnaire allemande concernant la fin du monde concorde avec les conclusions du grand historien des religions, Mircea Eliade, qui, dans Aspects du mythe, soulignait que :

"L'eschatologie n'est que la préfiguration d'une cosmologie de l'avenir",

68avant d'ajouter :

  • 74 M. ELIADE, Aspects du mythe, p. 69.

"L'obsession de la béatitude des commencements demande l’anéantissement de tout ce qui a existé et, partant, s'est dégradé, depuis la Création du monde : c'est la seule possibilité de réintégrer la perfection initiale."74

69Cette obsession des origines, nous la trouvons chez Hildegarde. Le chemin qui y mène est celui, inattendu, de la prophétie. En toute logique, cet itinéraire passe aussi par la fréquentation familière du livre de l’Apocalypse.

Annexes

Appendice : lettre d’Hildegarde à Werner de Kirchheim

(édition : L.Van Acker, Epistolarium, corpus christianorum, continuatio medievalis, t.XCIa, lettre CXLIXR, pp. 333-337). Cette lettre date sans doute de 1170.

« Je gisais depuis longtemps dans mon lit de souffrances, lorsqu’en l’an 1170 de l’Incarnation du Seigneur, j’ai vu m’apparaître, en pleine veille de mon corps et de mon esprit, une très belle image de femme, prodige de douceur et trésor de raffinement, d’une beauté si grande que jamais esprit humain ne pourrait l’imaginer ; sa silhouette allait depuis la terre jusqu’au ciel. Son visage était illuminé d’un très vif éclat et ses yeux regardaient vers le ciel Elle portait une aube de soie d’un blanc resplendissant, un manteau orné des pierres les plus précieuses - émeraude, saphir, et toutes sortes de perles -, et des sandales d’onyx. Mais son visage était couvert de poussière, son vêtement déchiré sur son côté gauche, son manteau avait perdu son élégante beauté, et ses sandales étaient noircies sur le dessus. Elle criait d’une voix forte et lugubre vers les hauteurs du ciel, en disant : « Ciel, écoute : mon visage a été souillé ; terre, pleure, car mon vêtement a été déchiré ; abîme, tremble, car mes sandales ont été salies ». Les renards ont leurs terriers et les oiseaux du ciel leurs nids (Matthieu, 8, 20), mais moi, je n’ai ni aide, ni consolateur, ni bâton sur lequel m’appuyer et qui me soutiendrait.

Et elle disait encore : « je suis restée cachée dans le coeur du Père jusqu’à ce que le Fils de l’Homme, conçu et mis au monde dans la virginité, répande son sang ; et par ce sang, il m’a unie à lui dans le mariage et m’a dotée, afin que dans la régénération pure et sans mélange opérée par l’esprit et par l’eau, je régénère ceux qui avaient été touchés et souillés par la bave du serpent.

Ceux qui m’ont nourrie, je veux dire les prêtres qui auraient dû faire resplendir ma face comme l’aurore, étinceler mon vêtement comme l’éclair, resplendir mon manteau comme pierres précieuses et briller mes sandales comme la blancheur, ont aspergé de poussière mon visage, déchiré mon vêtement, terni mon manteau et noirci mes sandales, et eux qui auraient dû travailler à ma gloire universelle, m’ont abaissée en toutes choses ici-bas. S’ils souillent mon visage, c’est parce qu’ils commettent et admettent tout ce qui est interdit, en vendant et achetant le corps et le sang de mon Epoux dans l’impureté sans bornes de leur vie de débauche, dans la souillure sans limites de leurs fornications et de leurs adultères, et dans l’horrible rapine que perpètre leur cupidité. Ils projettent sur moi la même saleté que si l’on plaçait un nouveau-né dans une souille avec des porcs. Car tout comme l’homme fut fait de chair et de sang dès que Dieu l’eut façonné dans le limon de la terre et lui eut insufflé au visage le souffle de la vie, de même aussi la puissance divine, répondant aux paroles du prêtre invoquant la divinité, transforme l’offrande du pain, du vin et de l’eau faite sur l’autel, en vraie chair et vrai sang du Christ, mon Epoux, acte que néanmoins, par suite de la cécité qui a aveuglé l’homme depuis la chute d’Adam, les êtres humains ne peuvent pas voir de leurs yeux de chair.

La plaie des blessures de mon Epoux restera récente et ouverte tant que seront visibles les blessures des péchés des hommes. Et ces blessures, les prêtres, qui auraient dû me conserver ma probité resplendissante et me servir ainsi auréolée, les infectent en courant d’église en église par excès de cupidité. S’ils déchirent mon vêtement, c'est qu’ils se font les prévaricateurs de la loi, de l'Evangile et de leur sacerdoce, et s’ils obscurcissent mon manteau, c’est qu’ils négligent en tous points les préceptes institués pour eux. Ils refusent de les mettre en pratique dans l’abstinence - sorte d’émeraude-, dans les aumônes - qui sont autant de saphirs -, et dans les autres actions bonnes et justes dont on honore Dieu, comme on l'honore de toutes sortes de joyaux.

S’ils salissent le dessus de mes sandales, c’est qu’ils ignorent le droit chemin, c’est à dire la voie difficile et ardue de la justice, c’est qu’ils n’offrent pas de bons exemples à ceux qu’ils gouvernent, alors que pourtant sous cette poussière, comme au plus intime de moi-même, je porte l’éclat de la vérité. Les faux prêtres s'abusent sur eux-mêmes car ils veulent jouir sans peine du prestige de leur fonction sacerdotale, chose impossible puisque personne ne recevra de salaire s’il ne prend au préalable de la peine à son ouvrage. Or lorsque la grâce de Dieu touche l'homme, Il le fait travailler à percevoir son salaire. En signe de la vengeance divine, puisse le Ciel faire fleurir une multitude de douleurs hostiles aux hommes, puisse la nuée recouvrir la terre entière, de façon à en dessécher la viridité, à en ternir les ornements, et que l’abîme lui aussi se mette à trembler, car il entrera en fureur à l’unisson du ciel et de la terre en signe de vengeance et de douleur. Les princes et le peuple téméraire se rueront sur vous, prêtres qui jusqu’ici m’avez négligée ; ils vous chasseront, vous mettront en déroute, vous prendront vos richesses pour n’avoir pas été vigilants durant l’accomplissement de vos fonctions sacerdotales. Ils diront de vous : « rejetons de l’Eglise ces adultères, ces pillards, ces hommes remplis du mal ». Et par cet acte ils signifieront qu’ils ont accompli leurs devoirs envers Dieu, puisqu’ils affirment que vous avez souillé l’Eglise. D’où ces paroles de l’Ecriture : « Pourquoi les nations ont-elles grondé et les peuples médité des choses ineptes ? Les rois de la terre sont venus et les princes se sont réunis ». (Psaumes 2, 1-2) Car avec la permission de Dieu les nations en grand nombre commenceront à gronder dans leurs jugements, et beaucoup de peuples méditeront des choses ineptes à votre encontre, lorsqu’ils compteront pour rien votre fonction et votre consécration sacerdotales.

Les rois de la terre les aideront à vous renverser lorsqu’ils aspireront aux biens terrestres, et les princes qui vous domineront s’uniront pour vous expulser au-delà de leurs frontières, puisque par vos mauvais agissements vous avez vous-même chassé loin de vous l’Agneau innocent.

Et j’ai entendu une voix céleste me dire : « Cette apparition représente l’Eglise. Toi, l’homme (« homo »), qui vois et entends ces plaintes, va les rapporter aux prêtres institués et ordonnés pour guider et instruire le peuple de Dieu, auxquels il a été dit, en même temps qu'aux apôtres : « allez dans le monde entier et préchez l’Evangile à toute créature » (Marc, 16, 15). Car quand Dieu a créé l’homme, il a désigné en lui toute créature, tout comme la durée et le numéro d’une année entière tiennent sur un petit bout de parchemin. C’est pourquoi sous le nom de toute créature, Dieu a désigné l’homme.

Et moi, pauvre petite forme féminine, j’ai encore vu un glaive, sorti de son fourreau, et suspendu dans les airs, un côté de la lame tourné vers le ciel et l’autre vers la terre. Et ce glaive était suspendu au-dessus du peuple mystique qu’avait jadis annoncé le prophète, lorsqu’il disait avec admiration : « qui sont ces gens qui volent comme des nuages et comme des colombes vers leurs fenêtres » (Isaïe, 60, 8). Or eux qui, arrachés à la terre et séparés du commun des mortels, auraient dû vivre saintement et manifester la simplicité de la colombe dans leur façon d’être et d’agir, les voici à présent dépravés dans cette même façon d’être et d’agir. Et j’ai vu ce glaive frapper les lieux où étaient ces hommes mystiques, exactement comme le fut Jérusalem après la Passion du Seigneur. Et j’ai vu Dieu s’adresser dans ce malheur aux prêtres timorés, innocents et purs, tout comme il a rétorqué à Elie qui lui disait avoir été abandonné : « Je me réserverai en Israël sept mille hommes dont les genoux ne se sont pas pliés devant Baal (Rois, 19, 14-18). Qu’à présent le feu inextinguible de l’Esprit saint vous pénètre pour que nous prenions une meilleure direction. »

La structure d’ensemble du texte ne saurait étonner. Comme d’habitude l’écrit provient d’une vision, à l’intérieur de laquelle s’expriment des personnages - prosopopée classique - qui permet à l’abbesse de lancer des avertissements prophétiques, complétés ensuite par l’explication des symboles fournie par la voix divine et l’appel explicite à l’action prophétique de la visionnaire, qui est ainsi légitimée.

La lettre reprend plusieurs thèmes chers à Hildegarde : dépravation des moeurs du clergé, pratiques simoniaques et adultérines, désolation de l’Eglise, dont la splendeur est souillée. Les avertissements prophétiques, qui ont une indiscutable tonalité grégorienne, chargent les princes laïcs d’accomplir la sentence frappant les mauvais prêtres. Les commentateurs du XVIème siècle qui ont voulu voir dans ce texte une annonce de la Réforme avaient en effet de quoi alimenter leur thèse. On notera qu’Hildegarde laisse toujours espérer des temps meilleurs et prend soin de souligner que les hommes vertueux auront Dieu de leur côté. Cette lettre comme bien d’autres mériterait une analyse approfondie et une approche textuelle attentive à l’expression littéraire ; la qualité des images, la présence de nombreux « topoi » et l’appui systématique sur des extraits scripturaires en font également un remarquable modèle de sermon, à l’image de ceux que l’on trouvera au XIIIème siècle sous la plume par exemple du dominicain Humbert de Romans ou de Berthold de Ratisbonne.

Notes

1 Pitra Epistolae, no 29.

2 Scivias, P.III, ΧΠ. En revanche, le Jugement dernier est très brièvement évoqué dans la sixième et dernière vision du Livre des mérites de la vie et tout juste abordé dans le Livre des oeuvres divines.

3 LOD, II, 42.

4 LOD, III, 2.

5 LOD, X, 19.

6 LOD, II, 14.

7 Pitra, Epistolae, no 3.

8 LOD, V, 2.

9 LOD, IV, 72.

10 Voir à ce propos J. LE GOFF, La bourse et la vie, Paris, 1986, p. 83.

11 Scivias, P.I, IV, 29.

12 Scivias, P.I, II, 7.

13 LOD, V, 2.

14 LOD, V, § 1.

15 LOD, IV, § 12.

16 LOD, V, § 13.

17 Scivias, P. I, vision Π, § 5.

18 LOD, V, § 13.

19 LOD, IV, § 96.

20 Pour toutes ces indications nous avons eu recours au livre de R. BOYER : Yggdrasil. la religion des anciens Scandinaves, Paris, 1982. Cette terreur du nord se retrouve jusque dans la littérature du XXème siècle. P. CLAUDEL l'exprime avec force : "Voici la nuit ; du Nord avec âpreté sort un souffle plein d'horreur", Connaissance de l'Est, p. 178, éd. G. GADOFFRE, Paris, 1973.

21 LOD, II, § 11.

22 LOD, IV, § 49.

23 LOD, IV, § 96.

24 LOD, X, § 4.

25 LVA, no CLXXXVIR.

26 LOD, V, 6.

27 Pitra, Epistolae, no 62.

28 LOD, V, 6. Traduction empruntée à B. GORCEIX, Le livre des oeuvres divines, Paris, 1982, p. 128.

29 LVM, I, 99.

30 LVM, IV, 47.

31 LVM, V, 63.

32 L'édition ancienne de Pitra pouvait induire en erreur dans la mesure où, à deux reprises, il donnait comme titre de paragraphe : "De poenis purgatorü" (LVM, I, 77 et V, 79) ce qui laissait penser qu'Hildegarde utilisait le substantif, et qu'elle en était donc l'inventeur, antérieurement aux textes étudiés par J. LE GOFF dans La naissance du Purgatoire, Paris, 1983. Consulter l'article “Purgatoire” dans le Dictionnaire de Spiritualité, t. XII, 2ème partie, Paris, 1986.

33 Voir l'article de C. CAROZZI, "La géographie de l'au-delà au Moyen-Age", Popoli e paesi nella cultura altomedievale, tome 2, Spolète, 1983, pp. 423-485.

34 LOD, X, 28.

35 LOD, X, 8.

36 Scivias, Ρ.II, VI, 95.

37 LOD, X, 21. Pour H. LIEBESCHÜTZ, l'absence de nom n'est pas étonnante, car en conformité avec le style prophétique d'Hildegarde. Il pense d'autre part que celle-ci s'est inspirée du Pseudo-Méthode. Cela paraît peu convaincant : des prophètes ont utilisé les noms de Gog et Magog qui ont justement l'avantage de ne correspondre à aucun peuple réel. D'autre part si Hildegarde avait utilisé le Pseudo-Méthode, pourquoi n'en aurait-elle pas repris le thème de l'enfermement de ces peuples par Alexandre, ou leur anthropophagie ? L'abstraction gommant leurs noms nous paraît donc bien volontaire.

38 LOD, X, 24.

39 LOD, X, 25.

40 Voir l'ouvrage exhaustif de R. FOLZ, Le souvenir et la légende de Charlemagne dans l'empire germanique, Paris, 1950.

41 LVA, XXVII.

42 LOD, X, 25.

43 Scivias, P.I, V et P.III, X, 17. "La Synagogue avant le dernier jour, attirée par la clémence divine, abandonnera l'incrédulité et parviendra véritablement à la connaissance de Dieu... elle se convertira fidè lement à l'Eglise.. Et mon Fils, ayant repoussé l'Antéchrist, ramènera la Synagogue à la véritable foi".

44 LOD X, 30. On peut penser qu'Hildegarde s'est inspirée de Joël : "Après cela je répandrai mon esprit sur toute chair. Vos fils et vos filles prophétiseront, vos anciens auront des songes, vos jeunes gens des visions." (Joël, 3, 1).

45 Scivias, Ρ.II, XI, 22. Voir aussi LOD, IV, 101 : "Le verbe lui-même, qui est le Fils du Père, siégera en dominateur au-dessus de l'homme, jusqu'à ce que soit plein le nombre de ses frères, ce qui arrivera lors du dernier jour."

46 Scivias, P.III, XI, 25.

47 Lettre à l'abbé Gerwin de Saint-Eucher de Trêves, LVA, no CCXIII.

48 Scivias, Ρ.ΙII, XI, 24.

49 Scivias, Ρ.III, V, 17. Voir aussi Ρ.II, V ; P.III, VI, 9 et P.III, VIII, 2.

50 LOD, X, 6.

51 Galates, IV, glosé en LOD, X, 6

52 LVM, VI, 1.

53 Scivias, P.III, ΧII.

54 ibid.

55 ibid.

56 ibid.

57 ibid.

58 Scivias, Ρ.IIΙ, XII, 2.

59 Causae et curae, édition P.Keyser, p.10.

60 Voir sur les rapports des zones montagneuses avec les puissances du mal l'ouvrage très suggestif de SAMIVEL, Hommes cimes et dieux, Paris, 1982.

61 Pour la destruction du monde par le feu, voir LVM, VI, 4 ; Le parallèle avec le Déluge est repris dans LOD, VII, 6 et X, 11. J. DELUMEAU dans son étude sur La peur en Occident avait souligné l'importance du symbolisme négatif de l'eau. Il rappelle notamment le cauchemar qu'eut Dürer une nuit de juinl527, où il vit d'immenses nuages noirs charges de pluie s'apprêter à inonder la terre lors de la fin du monde. Voir le développement dans La peur en Occident, chap.I, 1 : "La peur de la mer".

62 LVM, VI, 30.

63 LVM, VI, 6.

64 Scivias,P. ΙII, vision X, § 31.

65 Scivias, P. ΙΠ, vision II.

66 Consulter l'article d'E. GÖSSMANN, "Mass-und Zahlen Angaben bei Hildegard von Bingen", Mensura, Mass, Zahl und Zahlensymbolik im Mittelalter, Miscellanea medievalia (16/2), Berlin/New York, 1984, pp. 294-309.

67 Scivias, P. III, vision V.

68 Scivias, P. ΠΙ, vision Π (voir aussi les visions VH, X et ΧΠΙ).

69 Scivias, P.I, vision II : "La Jérusalem céleste se remplira avec ceux-ci lorsqu'ils auront abandonné leurs vices et aimeront les vertus".

70 Scivias, P.III, vision II, § 28.

71 Pitra, Epistolae novae, no 47, 86, 116, 137, 140 etc. Les moniales de la congrégation de Krauftal sont par exemple qualifiée de "filles de Jérusalem", lettre no 87.

72 Pitra, Epistolae novae, no 150.

73 Lire sur la Jérusalem céleste l'article de R.KONRAD : "Das himmlische und das irdische Jerusalem im mittelalterlichen Denken. Mystische Vorstellung und geschichtliche Wirkung", Speculum historiale, Freiburg/Münich, 1965, pp. 523-540.

74 M. ELIADE, Aspects du mythe, p. 69.

Table des illustrations

Titre Les Lieux des châtiments purgatoires (LOD, V, 6)
Légende N1 : « … on y aperçoit des monstres, guère de châtiments… Ces créatures horribles mettent en danger hommes et animaux. »
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/24223/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 75k

© Éditions de la Sorbonne, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540