Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La sibylle du Rhin

 | 
Sylvain Gouguenheim

Chapitre IV. La prophétesse des malheurs à venir

Texte intégral

L'Antéchrist, héros du mal

  • 1 Scivias, Ρ.ΙII, XI, 25.

"Le criminel insensé, le fils de perdition viendra dans un temps extrêmement proche. (…) Alors viendra le temps de l'enlèvement de nombreuses âmes, lorsque l'erreur des erreurs s'élèvera de l'enfer jusqu'au ciel, quand les fils de lumière seront conduits au pressoir du martyre, refusant de nier le Fils de Dieu et rejetant le fils de perdition."1

  • 2 Le traité d'Adson est édité par D.VERHELST, Adso Dervensis. De ortu et tempore Antichristi, Corpus (...)
  • 3 Sur l'Antéchrist au Moyen-Age, lire l'ouvrage fondamental de H.D. RAUH : Das Bild des Antichrist i (...)

1Le jour viendra où le fils du Diable, l'Antéchrist, installera son règne sur la terre. Alors le mal triomphera, les hommes seront massacrés, les cités dévastées, l'Eglise persécutée. Cette croyance est largement répandue au Moyen-Age, de manière diffuse, voire souterraine, même si l'Eglise n'a jamais clairement établi de doctrine à ce sujet. Seul le traité d'Adson de Montier-en-Der (920-994), le De ortu et tempore Antichristi2, composé entre 949 et 954, permet de fixer les étapes et les aspects principaux de la vie et du règne de l'Antéchrist ; les écrits ultérieurs le reprenant, quitte à y apporter quelques modifications, tantôt liées aux spéculations des clercs, tantôt aux crai ntes ou aux croyances de la population3.

  • 4 Scivias, Ρ.ΙΠ, XI, et LOD, X, prologues des visions.

2Hildegarde présente sa vie à deux reprises, dans le Scivias, puis dans le Livre des oeuvres divines4. Au premier abord le récit qu'elle nous en donne ne diffère pas de ce que lui a légué la tradition. Ce n'est que dans certains détails que l'on peut déceler des aspects originaux qui appartiennent à des thématiques propres à l'abbesse. Il ne semble pas d'autre part que la pensée de la sainte ait connu à ce sujet d'importantes transformations. Les versions des deux ouvrages coïncident pour l'essentiel.

  • 5 Scivias, Ρ.ΙΠ, XI, 25 et LOD, X, 28.
  • 6 Scivias, Ρ.IIΙ, XI, 25.
  • 7 id ibid. Une différence de taille est à noter : le Diable n'a pas le support du Saint Esprit et do (...)

3L’Antéchrist, tel qu’il est décrit ici, n'est pas exactement le fils de Satan. En fait sa mère, "une femme immonde", a été nourrie dès son enfance par "les artifices du Diable"5. Elevée dans un lieu "désert et abject", elle fut sans cesse au contact "d'hommes parmi les plus abominables"6, qui s'accouplaient tous avec elle. Le Diable ne l'a pas réellement pénétrée, mais "a insufflé ses arts dans cette coagulation et l'a ainsi totalement possédée." Il en résulte que cette femme, cette prostituée, ignore quel est le véritable père de son enfant, et passe ainsi pour sainte aux yeux du peuple, contrefaisant grossièrement la maternité de la Vierge7.

  • 8 Scivias, Ρ.ΙΠ, XI, 26 et LOD X, 28.

4De l'enfance de l'Antéchrist, Hildegarde ne nous dit presque rien, si ce n'est qu'il vit caché, nourri par les artifices du Diable, en compagnie de magiciens8. Ce n'est qu'arrivé à maturité qu'il manifestera ses pouvoirs et répandra sa doctrine. Peu auparavant les hommes verront se multiplier les prodiges surnaturels, se répandre les hérésies et s'accumuler les malheurs. Alors, dans ces temps de catastrophes se dressera la figure du "fils de perdition", commencera le règne de Satan sur terre.

  • 9 LOD, X, 32.
  • 10 Scivias, Ρ.III, XI, 27.
  • 11 Scivias, Ρ.III, XI, 31 et LOD X, 32.

5L'Antéchrist s'affirme avant tout comme le maître du monde visible : il commande aux éléments, provoque de gigantesques tempêtes, tandis que le son de sa voix ébranle le ciel et la terre9. Il transforme à son gré la nature : les montagnes sont arasées, les fleuves asséchés, le monde devient l'inverse de ce qu’il était avant sa venue. Ne voit-on pas les malades recouvrer la santé en même temps que déclinent les bien-portants ?10 Ne voit-on pas se ranimer les morts ? Lui-même va jusqu'à simuler le trépas et la résurrection, cherchant ainsi à se montrer au moins l'égal du Christ11.

  • 12 Scivias, Ρ.III, XI, 27 et 31.
  • 13 Son époque est qualifiée de "temps du loup", LOD, X, 32-33.
  • 14 Scivias, P.III, XI, 27-32 et LOD, X, 27-31.
  • 15 LOD, X, 32.

6Envers les vivants, il exerce un pouvoir tyrannique : ceux qui le nient sont tués, ceux qui refusent d'admettre sa résurrection sont torturés12, bref tel un loup féroce il dévore les hommes13 et bouleverse le monde. Son entreprise apparaît couronnée de succès : la terre entière se soumet et le suit, les hommes crédules et craintifs accourent auprès de lui, pour l'adorer comme un dieu, pour vénérer ses écrits14. Il dispose à cet effet d'une arme fort efficace : une écriture inconnue, forgée par le Diable et qui abuse les hommes15.

  • 16 Scivias, Ρ.III, XI, 30.
  • 17 LOD, X, 30-32.

7Ses desseins sont clairs : l'Antéchrist est là pour détruire tout ce que Dieu a établi, pour enseigner une doctrine contraire à l'Evangile et pour répandre une morale perverse. C'est dans le Scivias qu'est décrite la religion qu'il prône : elle semble proche de la religion juive, dont l'Antéchrist recommande de suivre les moeurs, notamment la circoncision. Le baptême est rejeté, les Evangiles également, afin de dégager les hommes de toutes leurs obligations morales.16 L'antichristianisme professé s'accompagne bien sûr d'une morale perverse. Les pécheurs sont absous car tout ce qu'a affirmé le Christ est faux. Ni l'inceste, ni les autres délits sexuels ne sont condamnés, et l'on voit sous le règne du fils du Diable se multiplier des pratiques scandaleuses, liées aux hérésies17. C'est dans ce domaine qu'Hildegarde apporte des éléments tout À fait nouveaux. Elle laisse en effet longuement la parole à l'Antéchrist, cas unique dans les textes médiévaux, si l'on en croit l'analyse de H.D. Rauh. L'abbesse n'est d'ailleurs pas avare de telles prosopopées : nous l'avons vu à propos des Cathares ; dans sa Vie, dans le Jeu des vertus, son « opéra », le Diable s'exprime encore à la première personne. Etonnant discours, qui, s'il commence par des affirmations attendues - la sexualité n'est pas un péché, les préceptes de chasteté sont édictés par ignorance - se développe ensuite selon une logique nouvelle. Les raisons invoquées par l'Antéchrist ne sont pas d'ordre sexuel mais biologique : la chair de l'homme est faite de feu et c'est aller contre la nature que de rechercher à la refroidir par l'abstinence. Curieusement, on peut retrouver ici des échos du Causae et curae dans lequel Hildegarde montre comment la constitution biologique, la complexion physique déterminent le comportement sexuel. A partir du postulat selon lequel il faut se conformer à la nature, l'Antéchrist peut espérer détruire morale et religion, tout dépendant bien sûr de la définition donnée de la nature et de ce qui lui est ou non conforme.

8Enfin, point culminant du discours, l'affirmation de l'omnipotence du fils de Satan :

  • 18 LOD, X, 30.

"Moi je me suis répandu parmi vous, afin que vous vous connaissiez vous-mêmes, et que vous sachiez ce que vous êtes car je vous ai créés et suis entièrement en vous. Le Christ ne disait rien de lui-même, car il ne pouvait rien de lui-même ; mais moi je parle par ma volonté et par moi-même je peux tout."18

9Les hommes se laissant séduire par l'Antéchrist, Dieu envoie sur terre pour le confondre deux prophètes, Enoch et Elie. Ce sont deux grands vieillards qui prêchent en public, accomplissent des miracles partout où l'Antéchrist a abusé les foules. Leur sagesse dépasse celle des écrits comme celle des discours, et ils n'ont besoin de se nourrir que tous les quarante jours. Cette fantastique entreprise de conversion réussit en partie, de telle sorte que "le nombre d'or des martyrs" est complété.

  • 19 Scivias, P.III, X, 33 et 35, LOD, X, 33, 34 et 35.
  • 20 Scivias P.III, XI, 37 à 41, LOD X, 35 à 37. A propos de cette tentative d'ascension, H.D. RAUH est (...)

10Tous ceux qui ont la vraie foi se rassemblent, et si l'Antéchrist met cruellement à mort les deux prophètes, l’armée des fidèles est néanmoins réunie19. Mais la vanité va perdre le fils du Diable, comme elle a perdu Lucifer aux origines du monde : fou d'orgueil, il entreprend de monter dans les airs à l'assaut du royaume de Dieu, oubliant que le maître de la terre n’est pas le maître du ciel. La puissance divine l'abat et le Christ le met à mort, dernier épisode d'une vie malfaisante et prélude au règne éternel de Dieu20.

11L'ensemble du récit est finalement présenté de manière conventionnelle, les thèmes et les épisodes habituels s'y retrouvent, mais Hildegarde n'aborde pas le sujet sans le marquer de son empreinte. D'une part elle a le privilège exceptionnel d'avoir vu de ses yeux l'Antéchrist. C'était lors d'une vision, une femme lui apparut, qui représentait l'Eglise, au ventre recouvert d'écailles, du nombril jusqu'au sexe :

  • 21 Scivias P.III, XI, introduction. Cette description paraît être le "grotesque infernal" aux yeux de (...)

"Dans cet endroit où l'on peut reconnaître une femme, une tête monstrueuse et extrêmement noire apparut, ayant des yeux enflammés, des oreilles d'âne, le mufle et la face d'un lion, la gueule béante, aiguisant horriblement ses dents de fer."21

  • 22 Voir Cl. LECOUTEUX, Les monstres dans la littérature allemande du Moyen Age. Contribution à l'étud (...)

12C'est la seule description qui existe du personnage. Adson de Montier-en-Der par exemple ne donne aucune information précise sur l'aspect physique de l'Antéchrist. Si on exclut des sources littéraires, seuls certains traits caractéristiques concernant les géants dans les légendes germaniques pourraient éventuellement constituer une des origines de la figure de l'Antéchrist22. Il est d'autre part étonnant de voir l'Eglise donner naissance au fils du Diable, ce qui est contradictoire avec le récit de sa vie tel qu'il est ensuite fourni par la sainte. Mais l'énigme s'éclaire très bien, une fois située dans une perspective grégorienne : le mal naîtra des vices non corrigés de l'Eglise.

13Autre originalité du récit d'Hildegarde, encore qu'il soit difficile d'y trouver un sens, la conclusion qu'elle apporte tant dans le Scivias que dans le Livre des oeuvres divines, au dernier épisode de la vie de l'Antéchrist :

  • 23 Scivias, Ρ.III, XI, 39.

"Une puanteur immonde et infernale emplira totalement le lieu de son arrogance dans lequel ce criminel monstrueux avait fait bouillonner tant d'immondices, de sorte que, par le juste jugement de Dieu, ni son origine ni sa fin n'auront d'aucune sorte place dans la mémoire… "23.

  • 24 LOD, X, 37. Le texte complet est le suivant : "C'est de cette manière que s'est achevée la guerre (...)

14Y aurait-il donc après la chute du fils du Diable place pour un nouveau développement des civilisations humaines ? Cela supposerait que le règne de l'Antéchrist n'annonçât pas la fin du monde, ou à tout le moins qu'il fût suivi d'un Millenium, ce que jamais Hildegarde ne laisse entrevoir. Peut-être n'y a-t-il ici qu'un des effets de la réalité visionnaire : projetée à la fin des temps, la sainte contemple toute chose du point de vue de celle qui est affranchie des limites chronologiques, mais cela n'explique pas vraiment le sens de ces lignes. Le Livre des oeuvres divines ne nous aide guère, en affirmant que "le fils de perdition n'apparaîtra plus dans aucune civilisation"24. Il est par conséquent impossible de conclure avec certitude. Plusieurs passages des écrits d'Hildegarde demeurent ainsi hermétiques au lecteur, en contradiction en tout cas avec la logique qu'il essaye d'établir.

15Soulignons enfin les traits essentiels de l'Antéchrist, sur lesquels Hildegarde met elle-même l'accent. Sa conception du personnage a évolué : les aspects légendaires disparaissent presque complètement du Scivias au Livre des oeuvres divines, alors qu’ils occupent une place importante dans la tradition médiévale (par exemple chez Adson de Montier-en-Der ou Hincmar de Reims). L'Antéchrist paraît avoir gagné en stature ; certes il demeure un monstre, un tyran, mais en devenant le porte-parole d'une nouvelle religion, en prononçant des discours insidieux il n'est plus un personnage de légende, mais le héros (négatif) d'un mythe. D'où l'absence d'incarnation historique : jamais Hildegarde ne traite ses adversaires d'Antéchrist, même si elle voit en l'empereur Henri IV l'homme qui a donné au mal une impulsion décisive. Or on sait combien, lors des affrontements du temps de la réforme grégorienne, l'injure fut utilisée par les polémistes. De même, quand elle condamne violemment Frédéric Barberousse, elle omet significativement toute référence à l'Antéchrist. Un phénomène identique se retrouve, nous l'avons vu, à propos des Cathares. L'eschatologie est hors de l'Histoire, inaccessible. Le mythe apparaît à la visionnaire, mais les hommes ne vivront dans ce mythe qu'à la fin des temps ; en attendant ils ne peuvent participer qu'à ces prodromes, en étant les contemporains des origines de l'Antéchrist. Hildegarde se contente d'exploiter au maximum les possibilités fournies par le terme d'Antéchrist : celui qui est à la fois contre le Christ et son inverse, une monstrueuse parodie qui précédera le retour triomphal du Christ à la fin des temps.

16Inverse du Sauveur, le "fils de perdition" va donc s'attacher à détruire son oeuvre, violant les lois et bafouant la justice. Par ses dons de magicien il fera croire à la résurrection des morts, allant même jusqu'à parodier la Passion du Christ. Mais ce ne sont là que ruses, artifices de magicien : le mal ne peut avoir de tels pouvoirs, souligne Hildegarde, qui montre que les hommes seront abusés, hypnotisés par le tyran :

  • 25 Scivias, P. ΙII, XI, 29.

"Mais l'Antéchrist et ses serviteurs ne peuvent transmuter en un autre mode d'être ni les éléments ni les autres créatures, oeuvres de Dieu ; ils ne peuvent que figurer par leurs tromperies des monstres comme des mirages aux yeux de ceux qui croient en eux."25

17Impuissance de l'imposture, si habile fût-elle, qui ne saurait tromper les vrais croyants ; seules les âmes faibles failliront. Le danger toutefois n'est pas mince, même si l'issue est déterminée par avance. Ce qui est assurément à redouter est le don d'imitation de l'Antéchrist, qui ne cherche pas à tuer les chrétiens, mais à les convertir, donc à remplacer Dieu. S'avançant masqué, il est par conséquent plus dangereux que les Cathares, qu'il était facile de confondre. Montrer que le monde n'est pas le royaume du Diable ni la chair l'instrument de l'éternelle damnation était somme toute relativement aisé. Il en va tout autrement dès lors qu'il s'agit de contrer le discours de l'Antéchrist, qui se présente habilement comme beaucoup plus modéré et fait mine de s'appuyer sur les enseignements de la nature. La gigantesque entreprise de séduction, de falsification, entamée par le Diable à la fin des temps, s'avère aussi redoutable que sa tentative d'ascension lorsqu'il ne s'appelait encore que Lucifer. D'ailleurs l'Antéchrist tente également ce vol céleste, suprême orgueil, qui entraîne immédiatement sa chute. Il semblerait que cet épisode soit unique dans la littérature médiévale concernant le sujet, Hildegarde par conséquent serait la seule à avoir suivi jusqu'à son terme le parallèle entre l'Antéchrist et Lucifer.

18Puissance de l'au-delà, agent surnaturel, l'Antéchrist est incontestablement la grande figure mythique de la fin des temps, le héros des forces du Mal. A la fois apparition visionnaire et personnage prophétique, il se voit conférer par Hildegarde un statut exceptionnel dans la littérature eschatologique du XIIème siècle. L'essentiel toutefois nous fait défaut : cet Antéchrist, qu'Hildegarde nous annonce pour un temps très proche, ne pourra néanmoins venir de si tôt, puisque cinq époques vont se succéder avant son règne. Nous touchons ici une des limites de l’étude historique, rationnelle, des écrits prophétiques. On ne peut déceler de logique claire dans ces pages écrites tantôt au passé, tantôt au présent ou au futur. De même il est bien difficile de dire à quelle époque se situe la sainte lorsqu'elle écrit, puisqu’elle vient de voir l'avenir et s'est donc retrouvée, grâce à la vision, contemporaine de la fin des temps. Quant à ceux qui l'écoutaient, qui la lisaient, ils ne pouvaient guère être soulagés de leurs angoisses. En tout cas il devait leur être malaisé de trancher la question centrale : celle de savoir si l'Antéchrist était ou non déjà né. Aussi devaient-ils se préparer dans l'attente de son règne. Mais auparavant, il faudrait traverser de terribles épreuves.

La fin de l'Histoire

  • 26 Scivias, P.III, XI, prologue.

19Hildegarde décrit le monde comme proche de sa fin, mais, simultanément, fixe un délai, puisque cinq époques, affectées chacune d'un emblème animalier, nous séparent des derniers jours. Ainsi, le chien, le lion, le cheval, le porc et le loup désignent les derniers âges de l'humanité, scandant l'arrivée de la fin du monde au rythme de leurs pulsations souvent violentes et porteuses de malheurs26.

  • 27 Sur Gerhoch de Reichersberg, (1092-1169), voir l’ouvrage très complet de P. CLASSEN, Gerhoch von R (...)
  • 28 Scivias, P.III, XI, 17. Voir le texte de Gerhoch : De quarta vigilia noctis datant de 1167 et qui (...)

20Une telle périodisation ne va pas de soi : encore faut-il qu'elle puisse s'inscrire dans cette théorie des âges du monde que l'Eglise transmet depuis des siècles. Théorie d'ailleurs qui n'est pas partout ni tout le temps la même. Deux schémas principaux s'opposent. Le premier remonte à saint Augustin et fut popularisé par Isidore de Séville ; la Genèse en fournit la matrice. L'histoire du monde peut se diviser en six âges, correspondant aux six jours de la Création ; un septième âge est parfois ajouté, qui est celui de "la grande tranquillité", expression dont le sens est profondément eschatologique et que nous devons au théologien allemand du XIIème siècle, Gerhoch de Reichersberg27. Il arrive à Hildegarde de reprendre cette périodisation : elle situe alors l'époque ou elle vit au début du "septième millénaire" avant le dernier jour28.

  • 29 La division en trois âges est utilisée très rarement : de la Création à Moïse, de Moïse au Christ, (...)

21A l'opposé, certains auteurs s'inspirent du prophète Daniel et de sa division de l'histoire en quatre périodes. La coloration prophétique est plus visible encore dans ce cas ; on ne s'étonnera donc pas que ce schéma ait fortement inspiré Hildegarde, bien que celle-ci utilise aussi de temps à autre la division en six, voire plus simplement encore en trois âges29.

  • 30 Scivias P.III, II, 4.

22Dans le Scivias, c'est la quadripartition qui fixe le cadre dans lequel se déroule l'histoire humaine30. Un premier temps sépare la Création du Déluge, un deuxième recouvre la période allant du Déluge à Moïse, le troisième s'étendant alors jusqu'à l'Incarnation, origine du quatrième. En somme une périodisation habituelle, qui ne manifeste pas d'originalité particulière.

23Le changement est complet avec la cinquième vision du Livre des oeuvres divines, ouvrage certainement le plus achevé de ceux qu'écrivit la sainte, peut-être plus riche encore que le Scivias. Cette fois le cadre est nettement eschatologique, puisque c'est le passage des quatre chevaux de l'Apocalypse qui sert de matrice. Le premier temps, annoncé par un cheval blanc, commence avec Adam et s'achève lors du Déluge. Le cheval rouge qui lui succède représente l'époque de guerres et de massacres à laquelle mit fin la Passion (et non plus l'Incarnation) du Christ. Ensuite, sous l'emblème du cheval noir, se déroule la troisième époque, celle des persécuteurs de l'Eglise, le temps des martyrs. Sans que le texte soit ici très explicite, on suppose que la sainte vit à la fin de cette époque. Quoiqu'il en soit, le quatrième et dernier temps n'est pas encore arrivé. C'est le plus terrible de tous, amené par le cheval verdâtre, annonciateur de calamités :

  • 31 LOD, V, 8.

"Ce cheval désigne le temps dans lequel tout ce qui est légal et conforme à la pleine justice de Dieu sera comme dans une lividité excessive tenu pour rien, lorsque les hommes diront : nous ignorons ce que nous faisons (…) Mais ces actes attireront la colère de Dieu, ils périront au cours de grandes guerres, car Dieu les jugera et les écrasera totalement, apportant la mort à ceux qui refusent la pénitence. Il les condamnera au Tartare. A cette époque il y aura partout des combats à l'épée, les fruits de la terre disparaîtront, les hommes périront de mort subite, mordus par les bêtes sauvages."31

24Cette vision de l'histoire, très sombre, jalonnée d'étapes cruelles (significativement l'épisode charnière n'est plus l'Incarnation mais la Passion), marquée par les images de guerres et de souffrances, revêt un sens eschatologique très net. La prophétie est avant tout annonciatrice de malheurs, qu'ils soient passés ou à venir. L'Apocalypse imprègne de son souffle l'ensemble du texte, et l'on comprend aisément que ce type de passage ait été repris par ceux qui, comme le moine Gebeno en 1220, firent oeuvre de compilation, s'attachant à réunir les prophéties de la sainte.

25Cela dit, dans la dernière vision du même ouvrage, où sont décrits le règne de l'Antéchrist et la fin du monde, une autre périodisation est développée, preuve supplémentaire, s'il le fallait, que ce n'est pas la logique rationnelle qui guide la sainte, mais bien l'inspiration visionnaire. Nulle part Hildegarde ne détaille davantage sa conception de l'histoire que dans ces pages. Si l'on suppose que le livre fut effecti vement rédigé dans l'ordre dans lequel il se présente à nous, alors cette dixième vision nous offre le tableau définitif de l'histoire du monde telle que la voyait la sainte. Malheureusement le texte n'est pas limpide : il semble que le schéma d'ensemble soit de nouveau une quadripartition, mais sans référence, cette fois, aux chevaux de l'Apocalypse, et avec une attention toute particulière portée à la dernière époque, divisée en cinq. Hildegarde en effet n'éprouve pas le besoin de s'attarder sur les trois premiers âges, qui correspondent en gros à ce qu'elle a fixé dans la cinquième vision : d'Adam au Déluge, de celui-ci à l'Incarnation (et non plus à la Passion - nouvelle hésitation à ce sujet), enfin les douze premiers siècles de notre ère. Aucune date précise n'est fournie, mais plusieurs indications existent, dispersées dans les écrits de notre auteur.

26Cette troisième époque s'achève, nous dit-elle, avec l'apparition d'un "recteur de nom royal", formule prophétique en apparence totalement énigmatique. Un passage du Scivias peut nous venir ici en aide, où il est affirmé que :

  • 32 Scivias, P. ΙII, XI, prologue.

"Après l'Incarnation en l'an 1100 la doctrine des apôtres et la justice ardente qui s'étaient constituées dans les esprits chrétiens commencent à s'attarder et à sombrer dans le doute."32

27Si dans l'esprit de la sainte les deux textes sont conciliables, alors le "recteur" est vraisemblablement l'empereur Henri IV (1056-1106). Dans un troisième texte, la lettre adressée en 1163 aux prélats de Mayence, Hildegarde écrit à propos des Cathares :

  • 33 Lettre au chapitre de Mayence, LVA, no CLXIXR.

"Mais voilà soixante ans et vingt-quatre mois que l'antique serpent a commencé à tromper les peuples"33.

28Cela confirme bien que le point de départ de la quatrième et dernière époque de l'histoire correspond au tournant du siècle, plus précisément aux années 1100 ou 1101. Comment ne pas remarquer que cette année qui ouvre le cycle des époques ultimes est également l'année ou Hildegarde reçut ses premières visions, qui débutèrent selon ses propres paroles dans sa troisième année, donc bien en 1100 ou 1101 ?

  • 34 Gerhoch de Reichersberg compare Henri IV à un monstre païen et à Néron dans son De investigatione (...)

29Ce point n'est certainement pas à négliger. Le don de prophétie qui accompagne les visions est accordé par Dieu à une femme au moment où s'enclenche le processus final qui mène à la destruction du monde. La coïncidence entre les deux phénomènes est nécessaire, car elle permet de prouver l'authenticité des prophéties de la sainte, et manifeste ainsi aux yeux de tous l'urgence et la gravité de la situation. Le tournant du siècle est par conséquent bel et bien une date charnière : c'est en 1105 qu'Henri IV, souvent qualifié d'Antéchrist par les réformateurs grégoriens34, est renversé pour être d'ailleurs enfermé non loin de l'endroit où vivait la sainte, au château de Bockelheim. Initiateur du mal, il avait déposé Grégoire VII en 1076, avant de subir l'humiliation de Canossa l'année suivante, puis d'être excommunié (pour la deuxième fois) en 1080. Cela ne l'empêcha pas d'entrer en guerre contre le Saint-Siège et de prendre Rome (1084). On peut estimer qu'il fut en partie responsable du décès du pape Grégoire. Voila de quoi expliquer l'absence totale de concession de la part de la sainte dans ses propos.

30Si le point de départ de la quatrième et dernière époque est donc clairement établi, il n'en va pas de même pour la durée respective des cinq temps qui la composent. Ni dans le Scivias, ni dans le Livre des oeuvres divines, il ne nous est donné d'indication À ce sujet. Leur contenu en outre n'est pas identique d'un texte à l'autre et c'est dans le Scivias que la périodisation est la plus simple (voir tableau 1).

31Si l'on peut observer une gradation dans le mal, le point culminant étant atteint avec l'époque du loup, il est toutefois difficile de préciser le contenu de chacune des cinq époques : guerres, ruines, péchés et schismes sont après tout des maux courants, souvent dénoncés, et on ne voit guère de différences, par exemple, entre les époques du lion et du cheval. Tout laisse supposer que nous avons affaire ici à une simple ébauche, à une vision incomplète ou survenue trop tôt. Et l'on comprend que cette périodisation fascinante, ait pu être reprise et abondamment développée dans le dernier des grands livres de la sainte. Les textes sont cette fois beaucoup plus longs, beaucoup plus fouillés ; les articulations entre les époques plus complexes, le rythme d'ensemble totalement différent. La progression dans le mal est désormais soumise à des secousses, voire à des interruptions, qui la rendent moins linéaire, plus heurtée. Seul un tableau synthétique permet de rendre compte de toute la densité du texte de la dernière vision du Livre des oeuvres divines (voir tableau 2). La durée d'aucune des époques n'est précisée ; tout juste pouvons-nous penser qu'Hildegarde se situe à la fin du temps du chien, qui aurait commencé vers 1100-1101. Si les hommes souffrent aujourd'hui, ils doivent cependant se préparer au pire car :

  • 35 LOD, X, 15.

"Les jours de tristesse et de douleur ne sont pas encore là."35

  • 36 Voir notamment N. COHN, Les fanatiques de l’Apocalypse, Paris, 1983, 378 p.

32Ce découpage de l'histoire humaine est évidemment orienté en totalité vers les fins dernières, survolant au passage des thèmes souvent abordés dans d'autres ouvrages eschatologiques du Moyen-Age, en particulier celui du Millenium. On sait que cette idée du règne millénaire du Christ apparaît dans l'Apocalypse, où il succède à la défaite de l’Antéchrist, pour s'achever lors du second combat eschatologique préludant au Jugement Dernier. L'attente du Millenium était fréquente dans les sectes hérétiques médiévales36, par opposition à l'attitude de l'Eglise qui, sans jamais établir de doctrine précise à ce sujet, reprenait l'argumentation de saint Augustin et faisait donc commencer ce règne de paix et de justice avec l'Incarnation. Dès lors il n'y avait plus place pour les spéculations millénaristes au sein de la chrétienté. Partout on expliquait aux âmes inquiètes que le nombre 1000 était à prendre dans un sens symbolique, et l'on sait d'ailleurs que les "terreurs de l'An Mil" doivent plus à l'imagination des historiens du XIXème siècle qu'aux angoisses des hommes du Xème siècle. Jamais dans les écrits d'Hildegarde n'apparaît le terme de Millennium ; elle ne spécule pas davantage sur le nombre 1000.

  • 37 Le Jeu de l'Antéchrist a été édité par K. LANGOSCH, dans Geistliche Spiele. Lateinische Dramen des (...)

33Cependant le temps du lion présente à cet égard des aspects qui méritent d'être soulignés. Y triomphent en effet, pour une durée qui n’est pas précisée, la paix et la justice. S'y déroulent également des guerres, à propos desquelles Hildegarde reprend l'argumentation devenue classique, qui distingue entre guerres justes et injustes. Les premières sont celles que Dieu lui-même déclenche afin d'éliminer les criminels, de bannir les iniquités, de restaurer la Justice. Guerres nombreuses apparemment en ce temps du lion, et qu'il faudrait peut-être voir comme l'écho du premier combat eschatologique, du moins si l'on cherche une correspondance avec le texte de l'Apocalypse. Tout se déroule comme si Hildegarde reprenait en les déformant, en les recombinant, certains éléments du livre de saint Jean, que saint Augustin avait déjà remaniés et théorisés. Elle néglige totalement les thèmes en vigueur dans la littérature sibylline ; elle ignore ou dédaigne les prophéties qui circulent en Allemagne entre 1045 et 1195, et qui s'attardent toutes sur la figure de l'Empereur des derniers jours (voir par exemple le Jeu de l'Antéchrist)37.

34Elle insiste au contraire d'une part sur le rôle de Dieu, de la vengeance duquel les guerres sont l'expression, d'autre part sur l’attitude des hommes qui, pour une fois, semblent lors du temps du lion correspondre à l'idéal humain dont elle rêve et dont elle ne cesse de déplorer l'absence pour sa propre époque. Ce sont des soldats du Christ, des soldats en armes, confiants dans l'avenir et prêts à lutter le jour du Jugement Dernier grâce à leurs vertus retrouvées : courage, esprit de justice, de concorde et de paix :

  • 38 LOD, X, 20.

"Les voilà ces jours pleins de force et de louange, dans la paix et la stabilité, semblables à des soldats en armes postés sur un rocher pour tendre une embuscade à leurs ennemis… Ils annonceront la venue du dernier jour, car ils réaliseront tout le bien et toute la grâce prédits par les prophètes."38

35Epoque étonnante, paradoxale même, puisqu'à son terme on verra les armes disparaître. Les derniers jours du temps du lion sont les plus proches de l'idée habituelle que l'on pouvait se faire au Moyen-Age du règne millénaire du Christ :

  • 39 LOD, X, 20.

"En ces jours la vertu de Dieu permettra l'été véridique, car tout reposera sur la vérité : les prêtres et les moines, les vierges et ceux qui pratiquent l'abstinence, tous les autres ordres vivront dans leur rectitude, la justice et le bien."39

36Et, surtout, les anciennes prophéties se réalisent. Leur accomplissement est un signe qui ne trompe pas : l'histoire est en voie d'être achevée. Le monde en effet ne pouvait finir sans que les prophètes aient eu raison : cela aurait discrédité le don de prophétie accordé par l'Esprit saint. Mais une fois les antiques prophéties réalisées, il est possible de laisser le rideau retomber sur la scène.

37D'autres signes sont attendus, qui confirment la place exceptionnelle de cette époque : ainsi la conversion des juifs. Même si Hildegarde paraît se contredire à ce sujet, puisqu'elle admet cette conversion avant d'en déplorer l'inexistence à trois paragraphes de distance, le phénomène paraît bel et bien se produire au temps du lion. Il marque le triomphe du christianisme, son universalisme et, du même coup, rend possible l'arrivée de l'Antéchrist, qui ne peut venir que lorsque la foi chrétienne règne partout. Curieusement d'ailleurs les musulmans sont absents de l'oeuvre d'Hildegarde, alors qu'on la sait parfaitement au courant des Croisades et des établissements francs de Terre Sainte. L'Islam ne semble pas avoir de place dans l'économie du salut, dans l'histoire sacrée et même profane de l'humanité.

  • 40 LOD, X, 17 et 20.

38Que peut-on finalement conclure de ce temps du lion ? Faut-il y voir un véritable Millenium, simplement dépourvu de son nom, ou n'en est-ce qu'un écho amoindri et déformé par la conscience de la sainte, qui n'est en rien tentée par des spéculations en vogue chez les hérétiques du temps ? Notons d'ailleurs qu'elle place cette période d'amélioration avant le règne de l'Antéchrist, alors que dans l'Apocalypse l'Antéchrist précède le Millenium. En outre saint Jean interrompt brutalement ce règne par le retour de Satan, tandis qu'Hildegarde voit s'ouvrir une période de transition, troublée et balbutiante, mais dans le Scivias elle n'émettait aucun doute à ce sujet40.

  • 41 LOD, X, 21.

"En ces jours la justice dont nous avons parlé et la religion s'inclineront peu à peu vers la fatigue et la débilité, mais les hommes se ressaisiront vite ; tantôt l'injustice triomphera et tantôt elle chutera, tantôt les guerres, les famines, les pestes et la mortalité prospéreront, puis s'évanouiront ; aucune de ces choses ne demeurera longtemps dans un même état, mais elles iront ici et là, de telle sorte qu'elles apparaîtront puis disparaîtront."41

  • 42 LOD, X, 21.

39Le Millenium vacille, se reprend, rechute. Et lors du temps du cheval qui lui succède, les hommes apparaîtront comme corrompus par les douceurs auxquelles ils auront pu goûter au préalable. Gorgés de richesses, de tranquillité, ils en sont venus à oublier Dieu, pour retomber dans leurs péchés, imprimant partout la marque de leur arrogance42.

40Les temps qui viennent alors sont de plus en plus complexes à étudier. Le lecteur a souvent du mal à suivre le récit des événements rédigés par la sainte. Sous le signe du cheval, d’épouvantables catastrophes s'enchaînent : guerres, famines, mortalité effroyable. Mais l'humanité apparaît déchirée par des mouvements contraires : la justice parfois reprend l'avantage, un avantage éphémère. C'est aussi l'époque des "invasions de peuples païens" dans lesquels l'historien a envie de reconnaître les fabuleux Gog et Magog, mais qu'Hildegarde ne désigne jamais par leur nom. Dieu intervient d'ailleurs, et les châtie tout en obtenant leur conversion. Ultime avertissement de la sainte : ces jours, aussi atroces soient-ils, ne seront pas les derniers :

  • 43 LOD, X, 24.

"Ces jours en annonceront d'autres pires encore et à venir, ils dévoileront la venue de l'homme de perdition."43

41Le temps du porc est bien plus étrange, car il est marqué par une véritable conjonction d'états contradictoires : les prophéties se multiplient, tandis que prolifèrent les hérésies ; l'Esprit saint imprègne les hommes, que Satan ne cesse de pervertir :

  • 44 LOD, X, 27.

"Les hommes de ce temps fuiront la stabilité et la vraie foi ; abandonnant Dieu, ils se tourneront vers le fils de perdition."44

42Nous retrouvons ici ce qui fait l'essence même des époques eschatologiques : cette capacité à faire coïncider des états contraires. Le monde finissant, il convient alors que tous les événements possibles se réalisent, comme s'ils devaient épuiser leur force de vie. L'historien des religions M.Eliade avait relevé que l'eschatologie était par excellence le lieu de la coïncidence des opposés, alors que le Paradis marquait l'abolition des contraires, ce qu'exprime à sa manière Hildegarde de Bingen :

  • 45 LOD, X, 26

"Lorsque la justice règne, l'injustice la combat, lorsque l'injustice domine, la justice la confond, car le monde ne demeure jamais dans un seul état."45.

43De ce point de vue, le temps du porc peut vraiement être considéré comme l'époque d'un grand combat eschatologique, précédant les ultimes affrontements déchaînés par la venue de l'Antéchrist.

  • 46 Voir la Physica, chapitre intitulé "De animalibus".

44Il nous reste à élucider un dernier mystère : le choix de ces animaux. En quoi sont-ils des symboles appropriés aux époques qu'ils déterminent ? Rien, malheureusement, dans les textes d'Hildegarde, ne permet de répondre à cette question. Les livres visionnaires demeurent muets à ce propos, et on n'y trouve aucune indication. Bien sûr la peur du loup est si répandue que l'on peut comprendre le choix de cet animal pour désigner le règne de l'Antéchrist. Peut-être même pourrait-on y voir une analogie avec le loup Fenrir, qui ravage le monde des Dieux dans les mythes Scandinaves, mais rien n'explique le choix des autres animaux. Le portrait qu’Hild egarde en dresse dans sa Physica ne correspond absolument pas à leur rôle eschatologique ; de nouveau l'histoire et le mythe sont totalement dissociés, de même que le sont l'oeuvre savante et l'oeuvre visionnaire46.

  • 47 Scivias, P. III, XI, 25.
  • 48 LOD, X, 12. On peut penser que l'âge aidant, Hildegarde avait compris qu'il ne fallait peut-être p (...)

45Ainsi l'histoire des derniers âges, telle qu'Hildegarde l'a développée tout au long de son oeuvre, n'a cessé de s'affiner, de s'étoffer, pour aboutir à la présentation qui en est faite à la fin du Livre des oeuvres divines. Incessant combat entre les forces du Bien et celles du Mal, l'histoire de l'humanité est nettement infléchie par des secousses eschatologiques. La sainte délaisse toutefois les supputations attachées aux nombres, et prévient à de nombreuses reprises ses contemporains qu’ils ne vivent pas les derniers jours, de façon à maintenir leur ardeur et renforcer leur courage. Certes, "l'Antéchrist viendra dans un temps très proche"47 mais "le nombre d'or des martyrs n'est pas encore plein"48. Ce genre de mise en garde s'étend même à l'avenir, puisqu'elle prend le soin de préciser que le temps du cheval ne fera, malgré les terreurs qui le marquent, qu'annoncer des jours plus terribles encore. Sage précaution, qui montre bien toute la différence entre une abbesse respectueuse de l'ordre établi, de la mission de l'Eglise, et les meneurs des sectes hérétiques, qui travaillaient dans le temps court et avaient tout intérêt à dramatiser les choses. Les hommes se sont déjà trompés à maintes reprises, aveuglés par la crainte de voir fondre sur eux le Jugement Dernier. Il faut donc les avertir, mais de telle sorte qu'ils soient prêts à temps, et non prématurément. Les tribulations à venir ne sont que des étapes nécessaires, mais transitoires. Aux hommes donc de savoir les franchir, d'éviter autant l'injustice que la démesure, fréquemment dénoncée par Hildegarde, puisqu'elle aboutit au relâchement des moeurs, aux provocations de la vanité, et aux crimes les plus divers. On croit retrouver ici la dénonciation que faisaient les anciens grecs de l'ubris, mère de tous les vices, et perpétuelle adversaire de la justice.

  • 49 Voir par exemple la prosopopée de la justice dans le Livre des oeuvres divines, X, 11.

46Il convient d'insister sur ce dernier point : la prophétesse accorde à la justice une place centrale dans ses écrits, ce qu'illustrent par exemple les étonnants discours qu'elle lui fait tenir tant dans le Scivias que dans le Livre des oeuvres divines49 : c'est par l'intermédiaire de ses plaintes qu'Hildegarde décrit l'époque contemporaine ; les malheurs et les vicissitudes qui l'accablent scandent la marche du temps. Cette insistance est logique, après tout, puisqu'au terme de l'histoire a lieu le Jugement dernier, c'est-à-dire la réalisation complète de la justice de Dieu, enfin restaurée pour l'éternité. L'eschatologie est nécessairement judiciaire.

  • 50 LOD, X, 15.

47Nous comprenons mieux également pourquoi les idées de modération, d'équilibre, de juste mesure sont si importantes dans l'oeuvre de la visionnaire. Si la virilité des temps se mue en "féminine débilité", si les erreurs et les hérésies abondent, si les clercs et les laïques ne respectent pas leur état, c'est que tous s'écartent de la voie juste, celle qu'ils devraient suivre, c’est que ni les êtres ni les choses ne sont plus conformes à leur nature : la Création est pervertie. Par conséquent l'histoire, nous voulons dire l'histoire profane, celle des événements politiques, ne peut guère intéresser la sainte. Seule la retient l'histoire sacrée, inscrite dans l'immense perspective de la fin du monde. Très rares sont les allusions à des personnages historiques dans les trois grands livres visionnaires. Elle dénonce, sans le nommer, l'empereur Henri IV comme la première incarnation décisive des forces du mal ; elle s'en prend ég alement à un autre personnage désigné comme un "maître porteur d'un titre spirituel"50, dans lequel les historiens s'accordent à reconnaître Rainald de Dassel, le chancelier de Barberousse, qui en 1164 accentua le schisme en faisant élire l’anti-pape Pascal III, alors que l'empereur l’avait chargé de "pacifier" par la force les villes d'Italie du nord. Il devait mourir brutalement en 1167, ce qu'Hildegarde rapporte à sa manière :

  • 51 LOD X, 15.

"Depuis les temps de ce juge (Henri IV) la racine de l'iniquité et l'oubli de la justice et de l’honnêteté sont nés et se sont développés en augmentant et en se propageant comme une maladie de femme, jusqu'à cet autre maître, porteur d'un titre spirituel, qui a eu la prudence et la malice du serpent, mais que le jugement de Dieu a tué."51

48Tous les contemporains ont d’ailleurs vu effectivement le Jugement de Dieu à l’oeuvre dans l’épidémie qui frappa l’ost allemand à la suite des pluies torrentielles survenues le 2 août 1167, le lendemain même du jour où Frédéric Barberousse avait fait procéder à un renouvellement de son couronnement impérial.

  • 52 Cité dans la traduction donnée par R. BOYER, Yggdrasill la religion des anciens Scandinaves, Paris (...)

49En dehors de ces deux personnages, on ne trouve pas d'autre dénonciation. Il faut bien sûr y ajouter les attaques que peut contenir la correspondance, notamment envers Frédéric Barberousse, mais finalement la sainte n'apparaît guère intéressée par les figures humaines du mal. Elle semble penser que son combat est bien plus vaste et se situe sur un plan cosmique. On est d'ailleurs frappé de ne jamais la voir citer l'un des propagandistes les plus importants du règne de Barberousse, Otton, abbé de Freising et oncle de l'empereur, qui fut l'auteur d'une Chronique à juste titre célèbre. Sa correspondance enfin demeure aussi discrète que ses écrits visionnaires à propos des circonstances politiques ou religieuses. Cela explique le désintérêt manifeste pour les questions de durée concernant les époques ultimes, questions qui pourtant devaient tenailler ses lecteurs ou ses confidents. Chez Hildegarde le temps ne se définit pas par une durée mais par son contenu, sa qualité. Voilà qui la rend proche d'une autre prophétesse, presque contemporaine, la völva, mise en scène par l'auteur anonyme de la Völuspà, l'un des plus beaux textes eschatologiques qui soient. Décrivant la fin du monde et son approche, cette voyante parlait des "temps des tempêtes et des loups, avant que le monde ne s'effondre."52

Les croyances eschatologiques populaires

  • 53 P. ALPHANDÉRY et A. DUPRONT, La chrétienté et l'idée de Croisade, réed.Paris, 1994. N. COHN, Les f (...)

50Les renseignements sur ce sujet sont rares en dehors de ceux que fournissent les manifestations exprimées lors des différentes Croisades. P. Alphandéry les a minutieusement recensés dans un ouvrage demeuré célèbre, auquel on peut joindre les travaux plus récents de N. Cohn53. Nous savons que la sainte accorde une place primordiale aux épisodes des derniers temps, à la figure de l'Antéchrist et aux images du Jugement Dernier. Mais qui lisait ses livres en dehors de quelques ecclésiastiques ? De la sorte elle s'était considérablement aventurée dans un terrain jugé miné, à juste titre, aux yeux de la hiérarchie de l'Eglise. Dans ce domaine, en effet, les positions n'étaient ni clairement établies, ni, surtout, connues ou acceptées des foules. Les hérésies teintées de millénarisme ou en attente de la venue d'un messie ne cessèrent de se manifester au cours du XIIème siècle. La flambée du phénomène cathare n'y était pas étrangère. Des inquiétudes diffuses existaient donc, explosant de façon spectaculaire lors des Croisades, mais sans doute présentes en permanence, bien qu'en sourdine. C'est à travers la correspondance d'Hildegarde que nous pouvons accéder à un univers mental trop souvent caché.

51Guibert de Gembloux nous fournit de précieuses indications dans une lettre adressée à un moine, dans laquelle il expose les motifs poussant des gens à venir "en foule" auprès du tombeau de la sainte :

  • 54 Pitra, Epistolae novae, no°164.

"La vénérable vierge en le Christ, Hildegarde, de jour en jour rayonnait davantage. Certaines personnes des deux sexes (…) rapportaient à propos de sa manière de parler prophétiquement des choses dont certaines étaient crédibles, mais dont d'autres dépassaient la foi que l'on pouvait leur accorder. C'est pourquoi, beaucoup, touchés par l'odeur des essences qu’elle dégageait, se hâtaient auprès d'elle, en provenance des campagnes, des villages et même des villes, tant l'esprit humain est toujours avide d'insolite. Les uns étaient poussés par la dévotion, les autres par la curiosité, ceux-là réclamant les suffrages de ses encouragements et de sa parole, ceux-ci désireux d'apprendre si un prophète était apparu en Israël, et voulant entendre parler de l'avenir."54

52Guibert le souligne bien : les hommes sont sans cesse avides d'insolite. La formule est toujours d'actualité, d'ailleurs, même si l’on peut sentir poindre dans cette lettre le solide mépris du clerc cultivé pour les laïcs incultes. Même les gens des villes, pourtant a priori plus "évolués" que ceux des campagnes, n'échappent pas à cette vague de crédulité que le moine condamne. Mais cette sentence nous apporte néanmoins des indications intéressantes. Si la dévotion - dont on sait qu'elle est attestée par d'autres sources - est si intense, si elle concerne autant de personnes, si elle les pousse en si grand nombre auprès du tombeau de la sainte, c'est principalement par crainte de l'avenir. Voilà démasquées d'une phrase les inquiétudes profondes de la majorité des hommes du XIIème siècle. La sainteté est prophétique à leurs yeux : si la tombe dégage ces odeurs significatives, c'est parce qu'Hildegarde était initiée aux mystères divins. Un grand nombre semblent taraudés par des angoisses messianiques, guettant l'apparition d'un prophète "en Israël". L'expression ne désigne alors pas la Terre sainte mais l'Eglise elle-même, souvent qualifiée de "nouvel Israël". Que pouvaient attendre de lui ces foules ? La révélation de nouveaux mystères, peut-être l'annonce précise de la fin des temps ? Nous ne devons pas être loin, au moment où Guibert écrit cette lettre, de l'époque où commençaient à se diffuser les prophéties joachimites, qui provoquèrent le travail de compilation de Gebeno. Et si ces prophéties n'avaient pas encore touché la Rhénanie, nous aurions au moins ici la preuve qu'elles allaient y trouver un terreau favorable.

  • 55 Pitra, Epistolae novae, no°25. Il s'agit d'un ensemble de trente-huit questions attenant à des dom (...)

53Guibert n'est de surcroît pas le seul à se poser des questions. Il lui est même arrivé de jouer un rôle d'intermédiaire auprès d'Hildegarde, en lui transmettant les interrogations inquiètes des moines de Villers-en-Brabant (les laïcs ne sont donc pas les seuls à se sentir concernés par les questions d'ordre eschatologique). Ceux-ci se demandent ce qu'il adviendra de leurs cheveux, de leurs ongles ou de leurs dents tombés durant leur vie, le jour de la résurrection des corps. Graves questions ! Toutefois, dans ces interrogations qui peuvent paraître naïves, il y a la preuve d'un raisonnement logique et d'une véritable réflexion. Par ailleurs, demandent les moines, les sourds et les muets qui n'ont pu se confesser seront-ils sauvés ? Et qu'en sera-t-il de ceux qui par fureur ou par folie ont mis fin à leurs jours ? De même, les femmes qui ont choisi de se donner la mort pour ne pas survivre au déshonneur ou à la souffrance d'un viol seront-elles sauvées elles aussi55 ? Les problèmes posés ici ne sont pas incongrus, et les moines paraissent réellement être à l'écoute d'inquiétudes autres que les leurs. Il y a là un signe évident de l'absence de réponse fournie par le dogme aux angoisses des croyants. Un signe également que ces hommes du XIIème siècle ne vivent pas leur foi de façon passive, encore moins stupide.

54Nous voyons aussi que les peurs eschatologiques ne sont pas nécessairement d'immenses frayeurs relatives à la destruction apocalyptique du monde. D'autres peurs, moins aptes à fournir ces images colorées propres à la littérature eschatologique, trouvent ici à s'exprimer. Le devenir de l'âme après la mort est un point sensible, mais le devenir du corps ne laisse pas indifférent.

  • 56 La lettre d’Elisabeth de Schönau est donnée en traduction en allemand par A. FÜHRKÖTTER, Briefwech (...)
  • 57 LVA, no°CCIR.
  • 58 Texte traduit par A. FÜHRKÖTTER, op.cit., p. 200.
  • 59 LOD, vision X, § 24.

55Certaines angoisses sont parfois formulées avec davantage de vigueur, par exemple chez Elisabeth de Schônau, visionnaire contemporaine d'Hildegarde mais morte plus jeune, qui s’adresse à l'abbesse de Bingen pour lui communiquer les avertissements qu'elle affirme avoir reçus du ciel : le Jugement dernier serait imminent, et la "vengeance de Dieu viendra bientôt dans l'univers tout entier"56. Mais Hildegarde ne se laisse guère émouvoir, conseillant même à la jeune moniale de "laisser à celui qui est céleste le soin de ce qui est céleste"57. Et lorsqu'Elisabeth lui adresse de nouveau une lettre paniquée dans laquelle elle décrit l'Eglise "paralysée", aux "membres morts", menacée par les Cathares, l'abbesse réplique presque sèchement, lui rappelant qu'il faut avant tout garder le sens de la mesure, qui est "pour le ciel comme pour la terre la mère de toutes les vertus"58. Une apocalyptique de peur se répandait manifestement dans la deuxième moitié du siècle. Les angoisses d'Elisabeth de Schônau devaient être partagées par d'autres, mais Hildegarde adopte une position originale, rejetant toute vaine crainte, toute excitation apeurée, sans doute parce qu'elle sait quant à elle exactement à quoi s'en tenir, et ne doutant pas un in stant de l'authenticité de ses révélations. De même elle avertit ses lecteurs, dans le Livre des oeuvres divines, que les temps du cheval qu'elle vient de décrire, si terribles soient-ils, ne sont pas les derniers qu'aura à vivre l'humanité, qu'il faudra attendre encore (mais elle ne donne pas d'indication de durée) avant qu'arrive la fin du monde59. Y compris dans le domaine eschatologique Hildegarde demeure imprégnée de l'idéal bénédictin qui prône, ou presque, la mesure en toutes choses.

56Certains extraits de l'oeuvre d'Hildegarde, enfin, témoignent de croyances étranges, aux origines mal perçues. Les spécialistes de l'oeuvre de la sainte semblent s'y être rarement arrêtés. Il faut reconnaître qu'il y a de quoi demeurer perplexe. Pourtant nous sommes indiscutablement en présence d'idées religieuses assimilables, plus qu'à des supersitions, à d'authentiques légendes. Celles-ci apparaissent dans des passages consacrés ou bien aux origines du monde, ou bien à sa fin, signe évident que ces thèmes se rejoignent et concentrent toute la force de l'imaginaire du temps. Une curieuse lettre adressée à l'archevêque de Jérusalem (ou à l’abbé Adam d’Ebrach ?) contient le récit suivant :

  • 60 LVA, no LXXXVI. La lette a plus probablement été adressée à l’abbé Adam d’Ebrach qu’à l’archevêque (...)

"La première racine apparut au jour et fleurit dans tous ses rameaux, en constituant deux voies. L'une était une voie pleine d'édifices dans lesquels logeaient des aigles et d'autres oiseaux. Dans l'autre, largement étendue, affluaient des géants qui venaient combattre les aigles et les autres oiseaux, sans pouvoir toutefois les vaincre. Alors le soleil s'avança, tenant à l'extrêmité de son bras des boucliers dorés. Il combattit contre ces géants. En effet la chute du premier ange l'avait éloigné de la vie, et ensuite la chute d'Adam le priva de la lumière du Paradis. Adam, errant avec tous ses fils, était au pouvoir du Diable.(…) Le soleil brilla de manière égale, de même qu'il s'était avancé au début et demeura ainsi afin qu'aucune ombre, aucune vicissitude, ne puisse s'abattre sur lui, comme cela avait été le cas pour le premier ange et pour Adam en raison de la suggestion du Diable."60

  • 61 Voir la thèse de Cl. LECOUTEUX, op.cit.

57On pense évidemment à un récit métaphorique, dont la deuxième partie du texte serait l'explication, mais la liaison n'est guère évidente, c'est le moins qu'on puisse dire. L'existence d'une race primoridiale de géants affrontant les aigles pourrait ressortir d'un fonds de légendes pré-chrétiennes, mais nous sommes incapables de les repérer. Certes les géants abondent dans la littérature germanique61, mais on ne peut, sauf erreur, y retrouver le mythe décrit par Hildegarde.

  • 62 Sur le dragon, voir Physica, VIII, §1. On consultera l'article de J. LE GOFF : "Culture ecclésiast (...)

58L'abbesse croit également à l'existence réelle de certains animaux fabuleux qu'elle fait intervenir dans ses récits de la fin des temps, comme la licorne ou le dragon. Elle affirme, contrairement aux avis de saint Augustin ou, après elle, d'Albert le Grand, qu'ils crachent bel et bien des flammes, émanation du feu indomptable qui couve en eux62. De cela les foules étaient persuadées malgré les efforts de ceux qui, comme Conrad de Megenberg, s’efforçaient de montrer que le prétendu dragon n'était qu'un phénomène atmosphérique (une vapeur sèche tombant du ciel et s'enflammant au contact du sol). Mais pour l'abbesse de Bingen le dragon est un animal réel, un monstre dangereux, le plus redoutable de tous. Quant à la licorne, elle sert d'allégorie de l'Esprit saint, annonçant alors la fin des temps dans le Livre des mérites de la vie. Toutefois dans la Physica Hildegarde explique qu'elle peut rendre d'importants services aux hommes. Une ceinture en peau de licorne (peu facile à se procurer…) protège de la peste, tandis que son foie pulvérisé et mélangé à du jaune d'oeuf guérit de la lèpre !

59Ainsi Hildegarde exprime-t-elle des croyances que l'on n'imagine pas être purement personnelles, et que beacoup devaient partager. Tendus vers la fin des temps, les hommes laissaient sourdre lors de cette attente toute une série d’inquiétudes annexes, de peurs ancestrales, de croyances étranges. Mais avant que le monde ne s'écroule, il devait être jugé.

Annexes

Appendices

1) Tableau 1 : la vie de l'Antéchrist d'après le Scivias et le Livre des oeuvres divines :

SCIVIAS

LIVRE DES OEUVRES DIVINES

Origine de l'Antéchrist

"Lorsque sera venu le temps où doit surgir ce trompeur abominable, sa mère, qui mettra au monde ce faussaire, aura été nourrie depuis son enfance jusqu'à l'âge de jeune fille par les artifices du Diable et emplie de vices dans un lieu désert et abject parmi les hommes les plus abominables". (§25) Le Diable en fait n'est pas le père : il pousse la mère à copuler avec tous ces hommes tout en "insufflant ses arts dans cette coagulation et en possédant ainsi totalement cette femme". Par la suite la femme vit seule, dit ignorer quel est le père de son enfant et passe pour sainte aux yeux du peuple (§25)

"Une femme immonde engendrera à cette époque un fils immonde", "L"antique serpent qui engloutit Adam le gonflera de toute sa clique" (§28)

Enfance et éducation

L'Antéchrist est élevé avec des magiciens. Il vit caché, nourri par les artifices du Diable et ne manifestera sa doctrine que parvenu à la plénitude de son âge. (§26)

Il est élevé en plusieurs endroits reculés et imprégné de tous les arts du Diable. Il restera caché jusqu'à sa maturité. (§28)

Contexte entourant son personnage

Des prodiges surnaturels annoncent sa venue. Il est également précédé par une multiplication d'hérésies et par des jours de malheur. On constate une parfaite coïncidence entre son époque et lui : à un être immonde correspondent des temps immondes (§27-28)

Ses pouvoirs surnaturels

Il commande aux éléments et les réduit à l'inverse, abaissant les montagnes, asséchant les eaux. Il s'affirme comme le maître du monde visible (§27). Maître des hommes il apporte la santé aux malades, rend malades les bien portants. Il a même le pouvoir de ranimer les morts (§27). S'associant les puissants et les riches il domine la terre et ébranle l'Eglise (§37).

Il ébranle ciel et terre en parlant (§28). Il accomplit des prodiges effrayants et provoque de gigantesques tempêtes (§32).

La parodie du Christ

Il parodie le Christ en tentant de se rendre semblable à lui à la fin des temps (§26). Il simule la mort et la résurrection (§31) et trompe même apparemment ses complices chargés de le tuer.

Il simule la mort et la résurrection, (§32)

Le tyran

Il torture ceux qui refusent d'admettre sa résurrection (§31) et tue tous ceux qui le nient (§27).

Il inflige le martyre à Enoch et Elie ainsi qu'à tous ceux qui les auront suivis (§32 et 33) lors du temps du loup.

Conséquences religieuses et morales de son règne

Les hommes crédules devant ses miracles adhèrent à sa doctrine (§27). Ceux qui refusent de croire sont accablés de maux, puis guéris et suivent alors l'Antéchrist (§27). La terre entière le suit (reprise de l'Apocalypse) (§32)

Les hommes adhèrent à sa doctrine (§27) et les nations accourent auprès de lui (§31). Il se fait adorer comme un dieu (§31) et fait adorer ses écrits (§31). Des hérétiques l'accompagnent (§32), les perversions sexuelles se multiplient (§30), luimême affirmant que l'inceste n'est pas un péché (§30)

Un discours subversif

Prétendant être le "sauveur du monde", il enseigne une "doctrine contraire" (§26), critiquant jeûnes et autres marques de piété, affirmant que les hommes sont libres de faire ce qui leur plaît (§30). Il recommande de suivre les moeurs des Juifs et prône la circoncision (§30). Il rejette les Evangiles et le baptême (§30), lave les péchés de ceux qui viennent à lui et tourne finalement en dérision l'Eglise et le Christ (§30).

Il enseigne une doctrine contraire à Dieu (§29) et s'acharnera à détruire tout ce que Dieu a établi dans l'Ancien et le Nouveau Testament. Il affirme que la sexualité n'est pas un péché, que les préceptes de chasteté sont édictés par ignorance (les hommes sont ou chauds ou froids et il importe de mêler les deux, de les tempérer réciproquement). La continence enseignée par le Christ est "contre nature". Enfin, allant plus loin, il affirme que le Christ ne peut rien : "Moi je me suis répandu parmi vous afin que vous vous connaissiez vous-mêmes et que vous sachiez ce que vous êtes car je vous ai créés etje suis entièrement en tous." Et d'ajouter : "Le Christ ne disait rien de luimême, car il ne pouvait rien de lui-même, mais moi je parle par ma volonté et par moi-même je peux tout" (§30)

L'écriture du Diable

L'Antéchrist utilise une écriture inconnue et forgée par le Diable depuis longtemps. Cette écriture n'a jamais été vue par qui que ce soit. Ses signes magiques séduiront les hommes (§32)

La réaction de Dieu

Il envoie sur terre Enoch et Elie, deux vieillards, deux "vrais témoins" qui prêchent en public et accomplissent des miracles partout où est passé l'Antéchrist (§33 et 35).

Envoi d'Enoch et Elie qui accomplissent des miracles supérieurs aux prodiges de l'Antéchrist. D'une sagesse supérieure à celle des écrits et des discours ils ne se nourriront que tous les 40 jours et attireront assez d'hommes pour que soit complété le "nombre d'or des martyrs". Martyrisés par l'Antéchrist (§33) ils sont ressuscités par Dieu (§35).

La chute

L'Antéchrist croit pouvoir pénétrer les secrets célestes et entreprend de monter dans les airs, à l'assaut du royaume de Dieu (§37) qui l'abat et le tue (§38 et 41).

L’Antéchrist veut s'élever au dessus des cieux (§35) mais il est démasqué et abattu par le Christ (§36). Annonce du règne universel de Dieu.

2) Tableau 2 et 3 : les cinq époques ultimes vues par le Scivias et le Livre des œuvres divines.

*Selon le Scivias

Chien de feu

Lion fauve

Cheval pâle

Porc noir

Loup gris

Les hommes méprisent la justice

Les hommes déclenchent de nombreuses guerres.

Ruine de tous les royaumes

Trahison des guides de l'humanité

Pillages généralisés

Les royaumes tombent dans "la débilité et la fatigue"

Les hommes lascifs accumulent les péchés

Schismes religjeux et rejet de la loi divine

Triomphe de la séduction diabolique et règne de l'Antéchrist

*Selon le Livre des œuvres divines.

Notes

1 Scivias, Ρ.ΙII, XI, 25.

2 Le traité d'Adson est édité par D.VERHELST, Adso Dervensis. De ortu et tempore Antichristi, Corpus christianorum, continuatio medievalis, XLV, 1976, 185 p.

3 Sur l'Antéchrist au Moyen-Age, lire l'ouvrage fondamental de H.D. RAUH : Das Bild des Antichrist im Mittelalter : von Ticonius zum deutschen Symbolismus. Beitrag zur Geschichte der Philosophie und Theologie des Mittelalters. Nouvelle série (9), Munster, 1973, VII, 552 p. Consulter les textes du Ludus de Antichristo dans K. LANGOSCH, Geistliche Spiele, Lateinische Dramen des Mittelalters mit deutschen Versen, Bâle/Stuttgart, Darmstadt, 1957, 285 p.

4 Scivias, Ρ.ΙΠ, XI, et LOD, X, prologues des visions.

5 Scivias, Ρ.ΙΠ, XI, 25 et LOD, X, 28.

6 Scivias, Ρ.IIΙ, XI, 25.

7 id ibid. Une différence de taille est à noter : le Diable n'a pas le support du Saint Esprit et doit donc se servir de l'intervention active des hommes.

8 Scivias, Ρ.ΙΠ, XI, 26 et LOD X, 28.

9 LOD, X, 32.

10 Scivias, Ρ.III, XI, 27.

11 Scivias, Ρ.III, XI, 31 et LOD X, 32.

12 Scivias, Ρ.III, XI, 27 et 31.

13 Son époque est qualifiée de "temps du loup", LOD, X, 32-33.

14 Scivias, P.III, XI, 27-32 et LOD, X, 27-31.

15 LOD, X, 32.

16 Scivias, Ρ.III, XI, 30.

17 LOD, X, 30-32.

18 LOD, X, 30.

19 Scivias, P.III, X, 33 et 35, LOD, X, 33, 34 et 35.

20 Scivias P.III, XI, 37 à 41, LOD X, 35 à 37. A propos de cette tentative d'ascension, H.D. RAUH estime que c'est un cas unique dans la littérature médiévale.

21 Scivias P.III, XI, introduction. Cette description paraît être le "grotesque infernal" aux yeux de H.D. RAUH (op.cit. p. 513).

22 Voir Cl. LECOUTEUX, Les monstres dans la littérature allemande du Moyen Age. Contribution à l'étude du merveilleux médiéval. 3 vol. Göppingen, 1982, 346, 272 et 52 p.

23 Scivias, Ρ.III, XI, 39.

24 LOD, X, 37. Le texte complet est le suivant : "C'est de cette manière que s'est achevée la guerre du fils de perdition, et lui-même ensuite n'apparaîtra plus dans aucune civilisation."

25 Scivias, P. ΙII, XI, 29.

26 Scivias, P.III, XI, prologue.

27 Sur Gerhoch de Reichersberg, (1092-1169), voir l’ouvrage très complet de P. CLASSEN, Gerhoch von Reichersberg. Eine Biographie, Wiesbaden, 1960, XII-485 p.

28 Scivias, P.III, XI, 17. Voir le texte de Gerhoch : De quarta vigilia noctis datant de 1167 et qui est très proche des conceptions d'Hildegarde (consulter l'ouvrage de P. CLASSEN)

29 La division en trois âges est utilisée très rarement : de la Création à Moïse, de Moïse au Christ, puis les temps qui suivent l'Incarnation. Voir LOD II, 32.

30 Scivias P.III, II, 4.

31 LOD, V, 8.

32 Scivias, P. ΙII, XI, prologue.

33 Lettre au chapitre de Mayence, LVA, no CLXIXR.

34 Gerhoch de Reichersberg compare Henri IV à un monstre païen et à Néron dans son De investigatione Antichristi : "A cette époque où le Diable par ce roi Henri déjà nommé, et devant toujours l'être, fut libéré,…, et commença à exercer sa tyrannie, les mille années depuis la Passion du Christ étaient passées depuis que le Diable avait été mis en prison. Mais Dieu tînt sa promesse de ne relâcher Satan que pour une brève période (…) qu'il soit suffisant qu'il ait pendant presque soixante-dix ans lutté dans les ténèbres de cette époque contre l'Eglise du Christ." Texte cité par H. LIEBESCHUTZ, Dos allegorische Weltbild der hl. Hildegard von Bingen, Leipzig/Berlin, 1930 (rééd. Darmstadt, 1964), p. 144.
Soulignons pour finir que si Hildegarde, comme Gerhoch, s'en prend à Henri IV, en l'honneur duquel Benzo d'Albe écrivit son Panégyrique, c'est que la réforme grégorienne et ses interprétations eschatologiques sont encore présentes, ravivées peut-être par la lutte entre Barberousse et Alexandre III. D'ailleurs, dans la chronologie d'Hildegarde, l'époque qui suit celle d’Henri IV voit les clercs se comporter comme des loups, image largement utilisée par les réformateurs dans leur lutte contre la simonie.

35 LOD, X, 15.

36 Voir notamment N. COHN, Les fanatiques de l’Apocalypse, Paris, 1983, 378 p.

37 Le Jeu de l'Antéchrist a été édité par K. LANGOSCH, dans Geistliche Spiele. Lateinische Dramen des Mittelalters, Bâle/Stuttgart, 1957, 285 p.

38 LOD, X, 20.

39 LOD, X, 20.

40 LOD, X, 17 et 20.

41 LOD, X, 21.

42 LOD, X, 21.

43 LOD, X, 24.

44 LOD, X, 27.

45 LOD, X, 26

46 Voir la Physica, chapitre intitulé "De animalibus".

47 Scivias, P. III, XI, 25.

48 LOD, X, 12. On peut penser que l'âge aidant, Hildegarde avait compris qu'il ne fallait peut-être pas attendre pour un temps trop proche la fin du monde. On s'explique ainsi que le Scivias présente un aspect sinon millénariste, du moins plus "impatient" que le Livre des oeuvres divines.

49 Voir par exemple la prosopopée de la justice dans le Livre des oeuvres divines, X, 11.

50 LOD, X, 15.

51 LOD X, 15.

52 Cité dans la traduction donnée par R. BOYER, Yggdrasill la religion des anciens Scandinaves, Paris, 1981, p. 203.

53 P. ALPHANDÉRY et A. DUPRONT, La chrétienté et l'idée de Croisade, réed.Paris, 1994. N. COHN, Les fanatiques de l'Apocalypse, Paris, 1983. P. ALPHANDÉRY, dans le cadre d'un cours consacré au prophétisme médiéval avait préparé plusieurs séances consacrées à Hildegarde de Bingen.

54 Pitra, Epistolae novae, no°164.

55 Pitra, Epistolae novae, no°25. Il s'agit d'un ensemble de trente-huit questions attenant à des domaines variés. Le dossier a été étudié par A.C. BARTLETT, “Commentary, Poetic and Prophecy in Hildegard of Bingen’s Solutiones 38 questiones”, Viator, XXIII, 1992, pp. 153-165. L’auteur note que les réponses d’Hildegarde ne sont guère théologiques. L’abbesse utilise surtout la paraphrase, la métaphore, se sert d’images conventionnelles et, last but not least, use de sa capacité prophétique comme d’un argument d’autorité, esquivant certaines difficultés réelles. Ainsi, feint-elle de ne pas voir le problème que se posent les moines de Villers à propos du passage de la Genèse où il est dit que Dieu sépara les eaux d’en bas de celles du firmament : que sont ces eaux d’en haut ? Comment peuvent-elles tenir dans le ciel, si elles y sont ? Les réponses d’Hildegarde peuvent paraître décevantes et constituent en tout cas un élément à verser au dossier de son inculture. Il est clair qu’elle ne dispose aucunement des ressources intellectuelles des théologiens de son temps (Anselme d’Havelberg, Hugues de Saint-Victor, etc.).

56 La lettre d’Elisabeth de Schönau est donnée en traduction en allemand par A. FÜHRKÖTTER, Briefwechsel, Salzbourg, 1965, p. 192.

57 LVA, no°CCIR.

58 Texte traduit par A. FÜHRKÖTTER, op.cit., p. 200.

59 LOD, vision X, § 24.

60 LVA, no LXXXVI. La lette a plus probablement été adressée à l’abbé Adam d’Ebrach qu’à l’archevêque de Jérusalem. Nous livrons ce texte à la sagacité du lecteur.

61 Voir la thèse de Cl. LECOUTEUX, op.cit.

62 Sur le dragon, voir Physica, VIII, §1. On consultera l'article de J. LE GOFF : "Culture ecclésiastique et culture folklorique au Moyen Age ; saint Marcel et le dragon", Pour un autre Moyen Age, Paris, 1977, pp. 236-280. On est parfois surpris de lire certaines recettes : par exemple si l'on mêle du sang de dragon à de l'eau et si on se frotte les yeux de ce mélange, il est possible de lutter contre l'obscurcissement de la vue… (Physica, VIII, §1). Mais que dire de ce remède contre les chagrins ? Il faut prendre un serpent juste après sa mue, le tuer, arracher son coeur, le faire sécher au soleil et le conserver dans une boîte métallique. Le jour où l'on est écrasé de chagrin, il faut le prendre dans la main droite et la peine s'enfuit aussitôt (Physica, VIII, §2).

© Éditions de la Sorbonne, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540