Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La sibylle du Rhin

 | 
Sylvain Gouguenheim

Chapitre III. Une abbesse combattante

Texte intégral

  • 1 Lettre au pape Hadrien IV, LVA, no IX.

Quant à toi, je t’enjoins maintenant de réfrener tes sujets et de ne pas leur permettre de médire à ton égard. Et la vraie lumière te parle : pourquoi ne frappes-tu pas ces esclaves particulièrement néfastes qui complotent en secret contre toi, telles des araignées s’apprêtant à mordre ? Veille donc avec fermeté ainsi que l’exige l’état des moeurs du peuple à notre époque.1

Papes et empereurs rappelés à l’ordre

1S’attendrait-on à voir une abbesse inculte correspondre avec les plus grandes figures de son temps ? C’est pourtant ce que fit Hildegarde, au cours des échanges épistolaires avec les quatre papes qui se succédèrent de 1145 à sa mort. Quatre hommes bien différents, chargés de diriger l’Eglise dans un contexte politique terriblement heurté. Le premier, Eugène III (1145-1153), aux prises avec la dangereuse révolte d’Arnaud de Brescia, leader d’un mouvement communal réclamant que le Saint-Siège abandonnât ses biens temporels, ne dut son secours qu’à l’intervention de Frédéric Barberousse (1150-1190), trop heureux de trouver là une occasion de restaurer “l’honneur de l’Empire” c’est à dire sa souveraineté totale sur les terres d’Allemagne et d’Italie. Le fait n’était pas nouveau… Les deux hommes s’entendirent au traité de Constance (1153), où Barberousse s’engagea à défendre la Papauté contre la Commune de Rome, en échange d’une promesse de couronnement impérial des mains du pape. Eugène III réussissait à conserver la possibilité de traiter avec le roi de Sicile, aucune clause de l’accord ne l’interdisant.

2L’intermède éphémère d’Anastase IV (pape de juillet 1153 à décembre 1154) n’apporta aucune modification notable à la situation, celle-ci évoluant brusquement avec l’élection d’Hadrien IV (décembre 1154 - septembre 1159), qui le 18 juin 1155 couronna Frédéric Barberousse, descendu en Italie en 1154, juste avant la capture et l’exécution d’Arnaud de Brescia (mai 1155). Inquiets, non sans motifs, de la puissance accrue de l’empereur, le pape et la curie acceptent alors de passer un compromis avec Guillaume I, roi de Sicile, qui les assiège pourtant à Bénévent. Le concordat signé dans cette ville en 1156 assure le pape de l’hommage du roi normand, en échange de la reconnaissance de son titre royal. Mais Barberousse réagit violemment, voyant dans cet accord une atteinte au traité de Constance. La papauté apporte aussitôt son soutien aux villes du nord de l’Italie hostiles à l’empereur, en particulier Milan. Assiégée par la redoutable armée impériale, la capitale lombarde capitule en 1158 et doit se soumettre à de rudes exigences : livraison d’otages, lourdes indemnités et obligation de prêter serment de fidélité à Barberousse, qui s’arroge en outre le privilège de battre monnaie et prélève désormais les droits de péage.

3Immédiatement reprennent les conflits, les villes se révoltant à la suite de la diète de Roncaglia (1158) qui les privait de ces droits financiers essentiels, les regalia, redistribués aux évêques. L’affaire tourne mal pour elles : dès 1160 Crème est rasée par l’armée impériale, tandis qu’Alexandre III, à peine élu, est confronté à l’opposition d’un anti-pape, Victor IV, désigné en 1159 par une minorité de cardinaux dévoués à Barberousse et soutenus par l’ensemble des prélats allemands (assemblée de Pavie de 1160).

  • 2 Pour le récit complet des événements, consulter A. FLICHE Histoire de l’Eglise, tomes VIII et IX. (...)

4Bien qu’ayant excommunié l’empereur, Alexandre III doit s’enfuir en France en 1161, d’où il apprend le siège puis la destruction de Milan en 1162 par les troupes de Barberousse. Le sucès allemand est toutefois éphémère ; les villes poursuivent leur soulèvement et créent des alliances : ligue véronaise d’abord en 1164, puis surtout la puissante ligue lombarde (1167) qui remporte une importante victoire à Legnano (1176), obligeant l’empereur à négocier avec le pape la paix de Venise en 1177. Le Saint Siège récupère la Romagne ; les archevêques et les évêques nommés par les anti-papes demeurant presque tous en place (ainsi Christian de Buch à Mayence ou Philippe de Heinsberg à Cologne)2. En échange l’excommunication est levée et une trêve de sept ans est conclue.

5Temps de luttes, de guerres même, pour les papes aux prises avec l’un des empereurs les plus puissants que l’Allemagne ait connus ; temps de luttes aussi pour Hildegarde de Bingen, abbesse et allemande, qui, à la différence de la majorité des prélats de son pays, fit le choix, sinon immédiat du moins dangereux, de se ranger aux côtés du pape. En dehors d’elle, on vit surtout, dès 1163, l’archevêque de Salzburg, Eberhard, s’opposer à l’attitude de l’empereur, suivi peu après par Hillin, archevêque de Trèves, et par les évêques de Metz et de Verdun. En 1164, Conrad de Wittelsbach, archevêque de Mayence, pourtant promu grâce à Frédéric Barberousse, les rejoignait.

6Choix courageux ; mais était-elle libre d’agir à sa guise ? Comme elle ne cesse de le souligner, ce n’est pas elle qui s’exprime, mais “Celui qui parle et ne se tait pas”, Celui dont elle n’est que le porte-parole. D’où son audace, la crainte du courroux divin étant certainement plus forte que celle de la colère des hommes, fussent-ils empereurs d’Allemagne.

7Toutefois les échanges épistolaires avec les papes n’ont pas pour principal objet les luttes avec l’Empire. Tout commence à Trèves, en novembre 1147, lors du synode présidé par Eugène III, assisté de la plus grande figure ecclésiastique du temps, saint Bernard. La première partie du Scivias y est lue : l’abbesse obtient les encouragements du pape pour la suite de la rédaction (la lettre d’appui d’Eugène ΙΠ s’est perdue, mais la Vie y fait allusion). Si la sainte fait preuve de modestie, pour ne pas dire de timidité, voire de crainte, elle n’en obéit pas moins aux ordres venus du ciel, et ose s’adresser au pape en faisant fi de la distance qui les sépare. Certes l’enthousiasme immédiat du Souverain Pontife facilite sa tâche :

  • 3 LVA, no II.

“Nous sommes émerveillés que Dieu manifeste de nouveaux miracles à notre époque, et qu’il t’ait baignée de son esprit de telle sorte qu’on dit que tu vois, comprends et annonces de nombreux secrets.”3

8On ne saurait mieux décrire l’essence du prophète. Allant plus loin, le saint Père manifeste dans sa deuxième lettre adressée à Hildegarde la joie que lui procure la croissance de sa renommée ; il l’estime délivrée du souci de rechercher un quelconque appui humain puisque l’amour divin la soutient, mais la rappelle néanmoins à une certaine prudence :

  • 4 id. ibid.

“Pense également, ma fille, que le serpent qui délogea le premier homme du Paradis cherche à perdre les grands… et, comme tu le sais, ‘beaucoup sont appelés et peu sont élus’, aussi place-toi au nombre de ce petit groupe et persévère jusqu’à la fin dans cette sainte décision du choix de vie monastique.”4

9Le ton change complètement avec le texte envoyé par Anastase IV, mais la critique moderne a su montrer qu’il s’agissait d’un faux, sans l’ombre d’un doute. C’est regrettable, car le ton employé par ce pape âgé (il a 80 ans), perdu parmi les embûches de la curie et les complots de Rome, et paraissant rechercher de manière éperdue le secours de l’abbesse, était saisissant :

  • 5 LVA, no VIII. Nous donnons ici la fin de la lettre : “Nous te rappelons donc, nous te prions et te (...)

“Nous nous félicitons de ce que le nom du Christ soit glorifié en toi jour après jour (…) Nous avons en effet vu et entendu beaucoup de choses à ton sujet (…) Aussi avons-nous désiré t’écrire et souhaitons-nous voir ta réponse, recherchant ce que Dieu accomplit en toi, alors que nous avançons en boîtant…”5

10Nous n’avons malheureusement plus la lettre d’Hadrien IV ; celle d’Alexandre III, adressée en l’occurrence non à Hildegarde mais à Wezelin, prévôt de Saint-André de Cologne et en relation étroite avec Saint-Rupert, apparaît quant à elle plus mesurée : si le pape soutient l’abbesse, notamment contre les tentatives d’empiètement des moines de Saint- Disibode, on ne retrouve dans son discours ni l’enthousiasme d’Eugène III, ni les appels pressants d’Anastase IV. Il est vrai qu’Alexandre III est une forte personnalité ; il est vrai aussi qu’il se heurte concrètement à de terribles problèmes, qui dépassent de loin les possibilités d’intervention d’une simple abbesse des bords du Rhin, fût-elle prophète.

11On voit d’autre part évoluer le ton et s’affirmer la pensée d’Hildegarde. La timidité de la première lettre est vite oubliée. Elle ne craint plus d’être ignorée, voire mal reçue ; en outre les pressions de la voix divine se font plus insistantes. Mais dès le premier envoi au pape Eugène III, elles apparaissent clairement :

  • 6 LVA, no II.

“Confirme cet écrit pour qu’il soit entendu de ceux qui me soutiennent et fais-le verdir en une sève suave au goût, fais-en la racine de toute racine, fais-en une feuille volant contre le Diable et tu vivras éternellement. Prends garde à ne pas mépriser les mystères de Dieu, car ils sont nécessaires, de cette nécessité cachée, qui n’est pas encore apparue ouvertement.”6

12C’est une manière de prendre date : que nul désormais ne méconnaisse les paroles de Dieu, même proférées par une femme. Le prophète est un être sacré, élu par Dieu, et le pape est chargé d’ôter les obstacles qui se présenteraient sur sa route. Ce point n’est pas anecdotique : voilà le chef de l’Eglise investi d’une mission bien particulière, celle d’être l’intermédiaire entre le prophète et le monde. Sa tâche est d’accréditer la parole de cette femme inculte auprès des élites qui ne manqueront pas de réagir avec dédain. Il se dessine une logique de la stratégie prophétique, où le pape joue un rôle essentiel mais subordonné. Le lien est toutefois réciproque, car sans la protection pontificale le message du prophète risque de se perdre. Par voie de conséquence Hildegarde sera donc aussi le serviteur de l’Eglise, qu’elle défendra contre tous ses ennemis. L’originalité des écrits et des actes de la sainte réside bien dans cette alliance de l’institution ecclésiale, à son plus haut niveau, et de la personne du prophète, choisie parmi les plus humbles, mais au sein de l’Eglise.

13Jeu serré donc, mais qui peut être gagnant et laisse en réalité beaucoup de marge au prophète. Si le pape faiblit, s’il démissionne en face des difficultés, le prophète se dresse et l’invective. La lettre à Anastase IV est l’une des plus étonnantes qu’ait écrites Hildegarde, l’une des plus virulentes, et sans doute aussi l’une des plus belles :

  • 7 LVA, no VIII.

“O homme, l’oeil de ta science s’est affaibli à réfréner la jactance orgueilleuse de ceux qui vivent en ton sein. Pourquoi ne rappelles-tu pas les naufragés qui ne peuvent échapper à leur malheur que par ton aide ? Et pourquoi ne tranches-tu pas la racine du mal qui étouffe les bonnes herbes… ? Tu négliges la fille du Roi, la Justice, qui est la fiancée céleste, alors qu’elle t’a été confiée. (…) C’est pourquoi toi, homme qui sièges sur le trône papal, tu méprises Dieu lorsque tu ne rejettes pas le mal loin de toi, et qu’au contraire tu l’embrasses tant et plus, puisque tu le supportes en silence chez des hommes dépravés. Et c’est pourquoi la terre entière est perturbée par la succession des erreurs, car l’homme chérit ce que Dieu a détruit.”7

14Conseillère des papes, fermement décidée à les défendre, l’abbesse est donc aussi capable de les attaquer s’ils faiblissent. Les circonstances dans lesquelles elle écrivit à Anastase IV nous sont connues. Celui-ci venait d’accepter ce qu’Eugène III avait refusé pendant plus d’un an : conférer la charge d’archevêque de Magdebourg - l’une des plus convoitées de l’Empire - à l’évêque Wichmann, protégé de Barberousse, qui avait multiplié les pressions en ce sens. Changement d’importance capitale : pour la première fois depuis Henri V (1106-1125) la Papauté cédait devant le pouvoir temporel ; l’empereur redevenait maître de la composition de l’épiscopat allemand. C’était violer le concordat de Worms (1122), si difficilement obtenu. Allait-on en revenir au temps où les empereurs déposaient les papes, comme le firent Henri III en 1046 ou Henri IV en 1076 ? D’où l’importance de l’affaire Wichmann, d’où le ton pressant, la violence de la lettre d’Hildegarde à Anastase IV : que survienne un pape débile et voilà la Papauté aux mains du pouvoir politique et de ses ambitions, voilà toute l’oeuvre de la réforme grégorienne mise à mal.

  • 8 Nous aurons l’occasion de retrouver cette lettre au chapitre suivant, car Hildegarde y décrit, dan (...)

15L’avertissement a-t-il été entendu ? Anastase IV est mort peu de temps après l’avoir reçu, mais ce texte aurait, parmi d’autres avis, encouragé le pape Hadrien IV à se montrer moins accommodant avec l’empereur. Il est en tout cas permis de le supposer.8

16C’est en lisant ses mises en garde les plus solennelles, les plus expressives, que l’on se rend compte à quel point Hildegarde entend bien respecter l’institution pontificale. Jamais elle ne remet en cause la légitimité du successeur de saint Pierre. Même fautif, il demeure le “gardien lumineux”, le garant de l’ordre religieux. C’est ainsi qu’Eugène III, qualifié de “doux Père”, doit exercer son pouvoir contre les ennemis de Dieu :

  • 9 LVA, nII.

“Du Juge suprême t’est envoyé l’ordre d’éradiquer les tyrans impies et de les rejeter loin de toi, afin qu’ils ne se tiennent pas dans ton entourage avec toute leur moquerie. (…) Mais désormais de noires créatures veulent effacer leur noirceur par leur turpitude, pourtant elles sont elles-mêmes souillées et gisent, sourdes, dans la fosse. Chasse-les et aide les humbles.”9

17Il est à vrai dire impossible de déterminer avec exactitude qui sont ces “tyrans impies” ou ces “noires créatures” : des cardinaux, ou plus vraisemblablement des membres de la noblesse romaine. Hildegarde ne nomme jamais précisément ses adversaires : c’est une des règles du message prophétique que de demeurer vague. Peut-être est-ce aussi une question de prudence, ou tout simplement le manque de connaissances précises. En tout cas, ce type d’incertitude permettra ultérieurement la réactualisation des écrits de la sainte en fonction des besoins du temps. On ne risque guère cependant de se tromper en songeant qu’étaient visés ceux qui, dans Rome même, conspiraient contre le pape. A maintes reprises le Saint-Siège eut à lutter contre les mauvais prélats, les corruptions, les abandons qui entachaient la réputation de l’Eglise, au point d’entraver son action dans le monde.

  • 10 C’est avec une grande précision dans les termes et une non moins grande énergie dans le ton qu’ell (...)

18Au pape donc de se comporter en chef, de faire respecter l’ordre et la justice, cette justice si importante aux yeux d’Hildegarde10. Sans cette justice en effet il n’est pas de hiérarchie acceptée, il n’est pas d’ordre social viable. C’est d’abord à Rome, au sein de la Curie, qu’il faut agir avec fermeté, et au besoin réprimer les comportements jaloux de ceux qui se trouvent placés à des charges inférieures :

  • 11 LVA, no II. De nouveau Hildegarde utilise la métaphore des montagnes et des vallées pour désigner (...)

“En effet l’oeil vivant voit et parle, lui qui sait, lui qui connaît toutes les créatures qui sont issues de lui, et il veille : les vallées se plaignent des montagnes, les montagnes tombent sur les vallées. Comment ? Les inférieurs sont dénués de la discipline de la crainte de Dieu et sont incités par la rage à escalader les sommets des montagnes et à accuser les prélats. (…) Et ils jugent avec indignation toutes les oeuvres des prélats, car ils leur dénient la possibilité de leur être supérieurs. Oui, les inférieurs sont des nuages noirs, dont les reins ne sont pas ceints (…).”11

  • 12 C’est tout le sens de la lettre à Hadrien IV.

19L’irrespect de la hiérarchie conduit le monde au désordre, la jalousie sécrète d’interminables conflits. C’est ensuite contre les mauvaises alliances, contre les empiètements des laïcs - noblesse romaine, rois de Sicile ou empereurs d’Allemagne - qu’il faut se dresser afin de préserver l’indépendance de l’Eglise, par là-même sa souveraineté, donc son emprise sur les hommes, garante de la transmission du message de Dieu. Le prophète doit en appeler au respect de l’ordre et à la séparation du temporel et du spirituel12. Ce dernier principe est d’autant plus important qu’il vient d’être bafoué : le 1er septembre 1159, jour de la mort d’Hadrien IV, Frédéric Barberousse reconnaît l’élection contre le successeur légitime, Alexandre III, d’un de ses partisans à la Curie, Victor IV, premier d’une longue série d’anti-papes. Hildegarde n’avait-elle pas du reste prévu les combats à venir, lorsqu’elle adressait à Hadrien IV cette étonnante prophétie :

  • 13 LVA, no IX. La prophétie est-elle authentique ou la lettre fut-elle remaniée après coup ?

“Celui qui donne la vie aux vivants parle : ô homme, tu vas devoir supporter en souffrant l’effrayante rudesse des lions et la force des léopards, et tu vas vivre un naufrage comme lors de la prise d’un butin. Car tu es, jusqu’à épuisement livré à ceux qui se ruent sur toi.”13

20C’est donc en étant parfaitement cohérente avec elle-même, avec la conception qu’elle se fait de sa fonction de prophète, qu’Hildegarde ose intervenir dans les violentes querelles de son temps. Par conséquent elle ne peut demeurer muette en face des agissements impériaux.

21Il est surprenant néanmoins de la voir s’adresser si librement à Conrad III (1138-1152) et Frédéric Barberousse (1152-1190), à quatre reprises, qui plus est, pour ce dernier. Mais les injonctions divines sont là, auxquelles il faut obéir. De plus, l’abbesse était apparentée à des familles de la haute noblesse allemande : l’un des plus importants princes d’Eglise de l’Empire, Arnold de Trèves, est son neveu ; le père de Barberousse, Frédéric le Borgne, avait choisi de finir sa vie dans le château d’Alzey, tout près du lieu de naissance d’Hildegarde, Bermersheim. Enfin elle était intimement liée à la famille des comtes de Stade, qui fut souvent mêlée aux conflits politiques du temps et Herman, comte de Stahleck, qui fréquentait Saint Rupert appartenait à l’entourage de Barberousse. D’ailleurs sa femme, une fois devenue veuve, s’enferma dans un cloître dont la vie lui parut si difficile qu’elle écrivit à l’abbesse de Bingen pour obtenir consolation et encouragements. Hildegarde pouvait donc, plus facilement que d’autres, s’adresser aux empereurs. Bien des nobles, bien des archevêques étaient ses correspondants, venaient la consulter. Plusieurs d’entre eux étaient des hommes activement engagés dans la vie politique du temps : Hillin archevêque de Trèves, Eberhard archevêque de Salzbourg, Philippe de Heinsberg archevêque de Cologne, ou encore Christian de Buch, archevêque de Mayence, chancelier du Reich de 1164 à 1183 et légat impérial en Italie. Il est un seuil à partir duquel on peut regarder en face tout représentant du pouvoir, si illustre soit-il. Hildegarde l’avait franchi depuis ses échanges avec saint Bernard et Eugène III.

  • 14 Lettre à Conrad III, PL, Epistolae, 26. Voir la traduction figurant en annexe de ce chapitre.

22La correspondance avec Conrad III témoignerait de cette proximité, si son authenticité n’était pas douteuse. C’est l’empereur qui lui aurait écrit le premier, en avril 1150, alors que son fils Henri venait de mourir, pour réclamer l’intercession de la sainte. L. Van Acker a souligné que cet échange ne figurait pas dans les manuscrits les plus anciens et n’apparaissait que dans ceux de la fin du siècle, largement postérieurs à la mort de Conrad III. Cela dit, si, selon toute vraisemblance, l’échange a été inventé, en revanche le contenu et le ton de la réponse ressemblent tout à fait aux écrits prophétiques habituels d’Hildegarde, et méritent à ce titre d’être étudiés et pris en compte. Comme à l’accoutumée, l’abbesse ne répond pas directement aux inquiétudes de son interlocuteur. Elle brosse avant tout un tableau de la noirceur du temps présent, pour évoquer ensuite les époques à venir, répliquant ainsi à des soucis personnels par un discours eschatologique. Mais est-ce si surprenant, dans la mesure où la fonction impériale importe plus aux yeux du prophète que son titulaire ? L’avertir, c’est contribuer à sauver les hommes, du moins s’il consent à leur transmettre ce que Dieu lui révèle. Le moment où il est cruellement frappé est de surcroît particulièrement propice à le rendre réceptif à de tels messages. Or ce que l’empereur doit connaître est terrible : devant lui se dressent de sombres époques, “des temps pleins de blasphèmes” où “le trône catholique sera ébranlé” ; leur succéderont des “temps de douleur qui ravageront les vignes du Seigneur, avant que ne ressurgisse la Justice, vite balayée toutefois par un temps qui, tel un loup, décimera le peuple des prêtres et le mènera à l’exil. Puis, et ce sera la fin des temps, la “force virile” se manifestera, prêtres et princes unis seront guidés par Dieu.14

23Voilà, après le Scivias, la deuxième périodisation eschatologique esquissée par Hildegarde : elle demeure relativement simple. Un an après, dans la lettre à Anastase IV, le tableau se compliquera et le Livre des oeuvres divines l’affinera encore. En attendant, Conrad III est sommé de lever les yeux vers les derniers jours de l’humanité, et d’oublier ses angoisses en matière de succession, dont Hildegarde ne semble tenir aucun compte. Moins connu, moins puissant que Barberousse, moins terrible aussi, Conrad III n’émarge ainsi qu’une seule fois dans le registre des correspondants de l’abbesse. En revanche, c’est à quatre reprises qu’elle écrit à son successeur. Série étonnante, presqu’exceptionnelle, qui commence par des encouragements, pour s’achever dans l’imprécation meurtrière. Nous ne savons pas de quand date le premier envoi de la sainte ; il est possible de le situer dès 1152, aussi bien qu’après la rencontre qu’eurent ces deux personnages au château d’Ingelheim en 1154, rencontre attestée par la réponse de Barberousse :

  • 15 Cité par M. SCHRADER et A. FÜHRKÖTTER, Die Echtheit des Schrifttums, p. 127

“Nous rendons hommage à ta sainteté, car ce que tu nous avais prédit lorsque nous t’avons fait venir auprès de nous à Ingelheim, nous l’avons désormais bien en mains.”15

24De toute évidence, c’est la dignité impériale qui est ainsi désignée, donc Hildegarde lui a écrit juste avant ou juste après son couronnement (18 juin 1155), l’empereur confirmant ainsi la véracité des prophéties de la sainte et contribuant à renforcer sa notoriété. Hildegarde ne craint pas de lui prodiguer des conseils de gouvernement, mais le ton de la lettre, quoique ferme, demeure respectueux et témoigne d’une certaine confiance :

  • 16 id. ibid. pp. 126-127. L. VAN ACKER la date quant à lui de 1152-1153.

“Maintenant ô Roi, regarde attentivement ! Tous les Etats sont assombris par la foule de ceux dont la noirceur des péchés occulte la justice. Les voleurs et les errants endommagent les voies du Seigneur. O Roi, dompte à l’aide du sceptre de la miséricorde les moeurs paresseuses, versatiles, barbares. Car tu as un nom glorieux, étant le Roi d’Israël. Veille donc à ce que le Juge suprême qui te regarde ne puisse t’accuser de n’avoir pas rempli correctement ton office, au point que tu en aies à rougir.”16

25Au roi d’être le chef de file des défenseurs de l’ordre et de la justice, d’être le prince des combattants de Dieu :

  • 17 id. ibid.

“Particulièrement noires sont les moeurs de ces princes qui se ruent dans la débauche et la boue. Fuis cela, ô Roi ! Sois au contraire un guerrier en armes, qui s’oppose vigoureusement au Diable, afin que Dieu ne t’abatte pas et que la honte ne couvre pas ton royaume terrestre.”17

26Sa mission est donc à la fois politique, car il doit soumettre les princes, et eschatologique, car il est chargé de combattre les forces du Mal. Et le premier objectif est une des conditions de réussite du second. Etonnante abbesse, qui s’adresse avec une telle fermeté à l’un des hommes les plus puissants du siècle. La réponse fut courtoise, l’empereur assurant la sainte de ses bonnes intentions. Mais la politique qu’il mena provoqua immédiatement tensions puis rupture. Si rien n’est encore sensible dans la deuxième lettre d’Hildegarde, qui date sans doute de 1156, la plus longue, où seul est rappelé au prince que tout pouvoir procède de Dieu, qu’il faut en conséquence s’acquitter de sa tâche en montrant au peuple la voie de la vérité et de la justice, le troisième envoi, bien plus bref, est quant à lui beaucoup plus sec :

  • 18 Pitra Novae epistolae, 37.

“O Roi, il est nécessaire que tu sois prudent dans tes actes. Je te vois en effet dans une vision mystique comme si tu étais tout petit, vivant comme un fou sous les yeux vivants. Mais tu as cependant encore le temps de régner sur les choses terrestres. Prends garde à ce que le roi suprême ne te force pas à t’agenouiller à cause de l’aveuglement de tes yeux, qui ne voient pas que tu tiens dans ta main la verge du bon gouvernement. Veille donc à être tel que la grâce de Dieu ne te fasse pas défaut.”18

27L’expression “l’oeil vivant” désigne Dieu dans la troisième lettre à Eugène III. Ces lignes datent probablement de 1162, lorsque Barberouse (excommunié en 1160) fait raser la ville de Milan, après avoir choisi l’anti-pape Victor IV. C’est le dernier avertissement ; il lui est encore possible de s’amender. Mais la politique entamée se poursuit. En 1163 Rainald de Dassel, le “chancelier de fer” serait-on tenté de dire, parcourt l’Italie, élimine les évêques favorables à Alexandre III, accordant les regalia aux villes et construisant des châteaux qui sont autant d’éléments destinés à asseoir la puissance impériale. En 1167 Barberousse installe à Rome un nouvel antipape, Pascal ΙΠ, et soumet l’Italie du nord et du centre ; s’il doit aussitôt évacuer la prestigieuse cité à la suite d’une épidémie de peste (ou de malaria), renoncer à envahir la Sicile, et même traverser les Alpes sous un déguisement, il persiste néanmoins à mener la guerre contre le pape depuis l’Allemagne, nommant un troisième anti-pape en 1168 (Calixte III). C’est l’année que choisit Hildegarde pour laisser éclater sa colère, un peu tardivement, il faut l’avouer, si l’on songe à l’âpreté du conflit, et à un moment où l’empereur est provisoirement affaibli à cause de la catastrophe de 1167, qui conduit plusieurs prélats à reconsidérer leur position, et à rejoindre l’archevêque de Salzbourg, Eberhard. Etonnantes sont néanmoins les paroles de celle qui n’est qu’une simple abbesse, foudroyant le plus puissant des princes :

  • 19 Pitra, Novae epistolae, 127.

“Celui qui est dit : ‘je détruis l’entêtement et je broie moi-même l’opposition de ceux qui me méprisent. Malheur, malheur à cet homme mauvais qui est dans les rangs des injustes qui me repoussent. Ecoute cela, ô Roi, si tu veux vivre ; autrement mon glaive te transpercera’.”19

28Apparement l’empereur ignora ce texte, mais celui-ci devait circuler dans tout l’Empire : on le retrouve dans la compilation des écrits prophétiques d’Hildegarde effectuée par le moine Gebeno en 1220, au point qu’il a certainement contribué à donner de la sainte l’image d’une prophétesse exaltée, image quelque peu réductrice. Par contre il est fort peu probable qu’il ait été diffusé du vivant même de la sainte : une correspondance privée n’a guère de chances de devenir publique si l’on ne dispose pas d’importants moyens de diffusion, ce qui était de toute évidence le cas d’Hildegarde.

29De ces cinq lettres se dégage un portrait de l’empereur idéal, tel que le conçoit Hildegarde. Il doit avant tout se comporter en serviteur de Dieu, en garant de la justice, et non en maître du monde. L’envoi adressé à Conrad ΠΙ est particulièrement représentatif des thèmes favoris de l’abbesse : l’empereur est le guide suprême de l’humanité, placé en face de responsabilités immenses, dans une perspective globale qui est eschatologique. Les prophéties replacent princes et sujets dans le déroulement de l’histoire, qui est d’abord une histoire des fins dernières et de l’accomplissement du règne de Dieu sur terre. L’univers prend ainsi un sens, celui de son achèvement, qui nécessite que chacun joue son rôle, tel que Dieu l’a prévu de toute éternité. Les rois sont donc soumis au prophète qui est autant un porte-parole qu’un guide.

Contre les prêtres indignes et les moines indolents

30Triste époque, temps de “féminine faiblesse” où se dissolvent les moeurs, où s’abîment les hiérarchies, où faillissent à leur tâche ceux qui devraient combattre aux avants-postes. L’injustice triomphe, partout croissante, témoignant de la tiédeur, de la mollesse des hommes et, au premier rang, des clercs :

  • 20 LOD, X, 16.

“Combien de temps supporterons-nous et tolérerons-nous ces loups rapaces, qui devraient être des médecins et ne le sont pas ? Parce qu’ils détiennent le pouvoir de la parole, celui qui lie et délie, il s’emparent de nous comme des bêtes féroces. Leurs crimes nous accablent et l’Eglise tout entière, par leur faute, se dessèche. En effet, ils ne clament plus ce qui est juste, mais ils détruisent la loi, comme des loups dévorant des agneaux. Ils sont avides comme des ivrognes et pratiquent d’innombrables adultères alors qu’ils nous jugent sans pitié pour de tels péchés. Ils s’emparent également des biens de l’Eglise et, avec avidité, ils avalent tout ce qu’ils peuvent.”20

  • 21 LVA, no CLXXR.
  • 22 Lettre de Guibert à Radulf de Villiers, Pitra Novae epistolae, 164, datant de 1180 vraisemblableme (...)
  • 23 LVA, no CLXXR. Consulter également les lettres aux clergés de Cologne et de Trèves (LVA, no XVR et (...)
  • 24 Scivias, Ρ.II, III, 12.

31On retrouve dans ce texte violent tous les péchés classiques des hommes d’Eglise : ivrognerie, adultère, avidité (et donc simonie) qu’aurait donc en vain combattus la réforme grégorienne. ”Moeurs dissolues”, “bavardages prétentieux” leur sont reprochés dans une lettre d’Hildegarde21. N’est-ce pas d’ailleurs ce qui a conduit Guibert de Gembloux, écoeuré par le comportement des moines, à venir auprès d’elle à Bingen22 ? Que dire enfin de ceux des prêtres accusés de s’adonner à des pratiques païennes, et qu’elle fustige à de nombreuses reprises23 ? Ils contribuent à ruiner la maison de Dieu ici-bas, déjà déstabilisée par la subversion propagée par les hérétiques, les juifs et les infidèles24. “L’Eglise désolée”, les riches dépouillés, la noblesse humiliée : le Diable est à l’oeuvre, semant partout la confusion, mère du désordre et des troubles :

  • 25 Interrogation exprimée dans LOD, X, 16.
  • 26 Hildegarde l’écrit à Manegold, abbé d’Hirsau : “Dissipe l’inquiétude de ton esprit, éloigne la tri (...)

32Est-il convenable que le clerc soit un soldat et le soldat un clerc ?25 s’interroge Hildegarde. S’agit-il d’une critique adressée aux ordres militaires (saint Bernard vient de rédiger la règle des Templiers) ? Ou, plus vraisemblablement, d’une allusion aux prélats de Barberousse, missionnaires et guerriers. Rainald de Dassel ravageait alors la plaine du Pô (1163) ; Christian de Buch allait bientôt lui succéder au printemps 1167. L’Empire attaquant la Papauté, les distinctions entre les ordres abolies, la sécularisation croissante : autant de signes de déclin, annonçant des combats futurs26. Que le temps des guerres cependant n’incite pas à la faiblesse, au laisser-aller ; au contraire, chacun doit, à sa place, assumer son destin, tenir son rôle et lutter. C’est faire preuve de virilité, Hildegarde ne cessant de déplorer la “féminine faiblesse” de son temps, et c’est aussi rejoindre la conception du destin qu’avaient les anciens Germains, telle que nous la trouvons exprimée dans les textes religieux Scandinaves.

  • 27 LOD, X, 15.

33Avant tout, la justice doit être défendue : véritable baromètre moral d’une époque, les phases de son évolution scandent l’histoire des hommes, comme le récapitule la dernière vision du Livre des oeuvres divines27. Nous vivons, écrit Hildegarde, des temps d’injustices, désignés sous le nom de “chien de feu”. Mais l’abbesse n’appelle pas de ses voeux une révolution, ce qu’elle souhaite, c’est une réforme, la réforme, celle de Grégoire VII (1073-1085) dont les temps ne sont pas si éloignés :

  • 28 Lettre adressée aux Cardinaux Bernard (1159-1176) et Grégoire de Sainte-Sabine (1154-1163), LVA, n(...)

“Et bien que certains des prélats soient enténébrés par l’inconstance de leurs moeurs, il ne convient pas pour autant qu’ils soient rejetés au profit de leurs inférieurs.”28

  • 29 LVA, no XXVIR. A ce sujet consulter aussi la lettre envoyée à Manegold : LVA, no CXXIX.
  • 30 Résistent au Diable ceux qui vivent virilement, lui cèdent ceux qui sont tièdes : “Certains en lui (...)
  • 31 LVA, no XXXIV.

34Temps d’injustice, “temps vil” et même “crasseux” comme le souligne une lettre à l’archevêque de Trèves29. Rien ne permet d’espérer en dehors de la lutte. Mais qui est désormais capable de se battre ? Les hommes versent tous dans la mollesse, dans la tiédeur. Hésitant à faire le bien, craignant de faire le mal, ils demeurent dans un honteux attentisme, qui finit par les mener dans les bras du Diable30. Ces plaintes ne sont pas propres à Hildegarde, nous les retrouvons exprimées par plusieurs de ses correspondants - parmi eux l’évêque de Jérusalem31-. Leitmotiv cher aux clercs que désolent les agissements des laïcs. La sainte retrouve des accents familiers aux auteurs des Xe ou XIe siècles quand elle s’exclame :

  • 32 LVA, no XCIV, adressée à l’abbesse d’Erfurt.

“Dans ce monde règnent les ténèbres, les nuées et le grand remuement de toutes les tempêtes”32

35L’historien a peine à reconnaître dans ces écrits ce “beau XIIe siècle”, lieu d’une renaissance européenne que beaucoup de sources saluent et attestent…

  • 33 G.DUBY, Le dimanche de Bouvines, Paris, 1973, p. 79.
  • 34La milice est la vie de l’homme sur terre, et il doit devenir un soldat de Dieu, éprouvé, fortifi (...)

36Cela dit, la lutte est possible, nécessaire même. Dieu en personne l’exige, puisqu’il envoie dans le monde une prophétesse chargée d’exhorter les hommes à combattre au sein de la milice du Christ. G. Duby a souligné combien à l’époque la mentalité militaire pénétrait profondément l’imaginaire du christianisme33. Ce qui est vrai du temps de Philippe-Auguste et de Bouvines l’était soixante ans plus tôt : “La milice est la vie de l’homme sur terre.”34 Hildegarde s’exprime ainsi à plusieurs reprises, parfois en des termes étonnamment violents, utilisant souvent les vocables de “miles” ou “militia”, qu’il faut entendre au sens de guerrier, de chevalier, de troupes armées combattant pour un seigneur, pour le Seigneur. La vie est une préparation à la guerre, ainsi qu’elle le rappelle à Manegold, abbé d’Hirsau :

  • 35 Pitra, Novae epistolae, 35. Voir aussi la lettre adressée à l’abbé, citée dans LVA, no CXXIII.

“Que personne désormais n’ôte son glaive de sa cuisse, car maintenant le monde connaît le temps de l’injustice et du rejet de la haute gloire victorieuse à cause des tempêtes déchaînées par le noir tyran. Aussi, dressez-vous, et armez-vous contre les cruels javelots fixés dans la chaleur de la chair et l’ordure du Diable”.35

37La vie est donc un combat permanent, quotidien, où la moindre faiblesse est exploitée par le Diable, qu’Hildegarde met souvent en scène dans le Scivias ou le Livre des oeuvres divines. C’est ce qu’exprime entre autres textes l’appel aux armes lancé à un inconnu, sans doute fraîchement entré dans les ordres, car la milice du Christ tient garnison dans les cloîtres :

  • 36 Pitra, Novae epistolae, 92. L’expression “miles Christi” apparaît dans plusieurs autres lettres (e (...)

“O soldat du Christ, toi qui as revêtu les armes les meilleures, prends garde désormais à la façon dont tu les portes, car la tempête du Diable rend indolents bien des vaillants soldats. Souviens-t-en afin qu’il ne t’arrive pas la même chose, et apprends comment l’on distingue un bon soldat. Est un soldat courageux celui qui avec un esprit viril porte ses armes et combat volontiers contre ses ennemis et montre d’autant plus de zèle à vouloir les détruire que ceux-ci en ont à vouloir le tuer. Agis ainsi et dresse-toi rapidement dans la première aurore…”36

  • 37 Scivias, Ρ.ΙII, IX, 16.

38Les métaphores militaires abondent dans l’oeuvre d’Hildegarde et sont les plus à même de toucher des lecteurs comme l’archevêque de Trèves, Hillin, qu’elle décrit placé dans une tour, le clergé de la ville tenant les sommets des murailles qui abritent le peuple. Cette tour, à l’instar du donjon des châteaux en pierres qui se construisent à l’époque, constitue l’ultime refuge en cas d’invasion. Le Christ lui-même est assimilé à “une tour formidable dans laquelle les armées victorieuses des fidèles s’exercent à l’invincibilité37. Etonnante mentalité d’assiégé qui place les moines à l’avant-garde de la Chrétienté, qui encourage les évêques à protéger leurs troupeaux et conduit Hildegarde à lancer des phrases inattendues dans la bouche d’une abbesse :

  • 38 LVA, no CXCXII et no CXCXIII.

“Ecoutez donc, attendez l’honnête soldat, et imitez-le… étudiez en conséquence, afin de tuer vos ennemis avec le glaive.38

  • 39 Pitra, Novae epistolae, 3 (le texte date de 1172).

39Mais les glaives doivent demeurer dans leur fourreaux “jusqu’au temps de l’éradication des temps”39 écrit-elle en 1172. Les combats actuels ne sont qu’entraînement en vue du dernier combat, celui qui verra s’affronter les armées du Ciel et les hordes de l’Enfer. C’est dire combien l’eschatologie imprègne l’esprit d’Hildegarde, lui dicte sa conduite et ses messages. La terre est un champ de bataille, l’Eglise une forteresse et l’homme le soldat de Dieu.

Contre la menace Cathare

  • 40 Elisabeth de Schönau s’exprime en ces termes : “La vigne du Seigneur n’a pas de cultivateurs. La v (...)
  • 41 La critique adressée par Hildegarde aux clercs est extrêmement violente : “Vous devriez être les p (...)
  • 42Je trouve parmi ceux-ci la pâture des festins de ma volonté. Mes yeux, mes oreilles, mon ventre e (...)

40Or voici que les Cathares surgissent. Le premier est brûlé à Cologne en 1143, mais leur mouvement s’étend comme un traînée de poudre, illustrant les défaillances du clergé, répondant aux inquiétudes du peuple et suscitant les craintes des âmes pieuses telles Elisabeth de Schönau, qui s’adresse à Hildegarde et la presse d’intervenir ; au même moment (1163-1164) son frère Ekbert rédige ses 13 sermons contre les Cathares, dans lesquels il s’attache à détruire point par point leur doctrine40. Hildegarde ne reste pas sans réagir. Elle prêche en public (fait exceptionnel) à Cologne (1163), exhortant le clergé à réformer ses moeurs et le critiquant violemment pour son relâchement41. Ses attaques se concentrent également sur la doctrine cathare, dont le dualisme et surtout le mépris du monde matériel lui font horreur. Habileté suprême, technique de prédicateur éprouvé, elle donne la parole au Diable dans son prêche. D’où ce texte étonnant, dans lequel Satan encourage ses fidèles à étouffer le clergé, et où il se montre littéralement engraissé et repu par les vices et la bave des clercs fautifs42. Le peuple de Cologne dut être frappé par la rhétorique de combat de l’abbesse. Cette femme âgée, déjà célèbre, avait acquis une réputation de prophétesse. Elle vient de faire parler le Diable et s’ingénie à dévoiler ses plans. La voilà à présent qui donne la parole à Dieu, lequel à son tour fait parler les Cathares pour mieux les démasquer. Véritable metteur en scène de théâtre, Hildegarde semble tirer les ficelles devant un auditoire ébahi à qui s’adresse Dieu en personne, révélant toute la fourberie des adorateurs du Diable :

  • 43 LVA, XVR. Habileté extraordinaire d’Hildegarde, qui par ses discours insérés dans d’autres discour (...)

“Mais moi qui suis, je dis à ceux qui m’écoutent : à notre époque, alors que se passe tout ceci, un peuple errant, pire que tout autre peuple errant, est désormais ici ; il fondra sur vous, qui enfreignez la loi, vous poursuivra partout, et ne cachera par vos actes, au contraire il les dévoilera, disant de vous : ‘ceux-ci sont des scorpions par leurs moeurs et des serpents par leurs actes…’ Mais le peuple qui fera cela est envoyé, séduit, par le Diable et viendra avec un visage blafard, feindra de se comporter avec sainteté et rejoindra les plus grands princes et leur parlera ainsi de vous : ‘pourquoi acceptez-vous auprès de vous de telles personnes, qui souillent la terre de leurs injustices crasseuses ? ceux-ci sont des ivrognes et des débauchés et si vous ne le rejetez pas loin de vous, l’Eglise sera détruite’.”43

  • 44 Notamment dans le Scivias. Voir S. GOUGUENHEIM, “La place de la femme dans la création et dans la (...)
  • 45 LOD IV, 105.

41Fantastique entreprise de subversion, opérée par le biais d’un discours mensonger, fourbe, contre les dangers duquel Dieu doit intervenir. Terrible peuple des Cathares qui va jusqu’à simuler la sainteté, se posant en vivante antithèse des clercs paillards et corrompus, alors qu’en réalité ils se mêlent aux femmes en de secrètes orgies. Dans ce chef-d’oeuvre de polémique, l’abbesse réussit à démonter les mécanismes sociaux et psychologiques qui ont permis à la doctrine dualiste de se répandre parmi les foules. Peu de mots par contre à propos des fondements théoriques de la religion nouvelle. Il faut se reporter à un autre texte, adressé au chapitre cathédral de Mayence en 1164 pour en voir exposer quelques uns : rejet de la croyance en l’Incarnation, rejet du monde qui est le royaume du mal, pessimisme et ascétisme extrêmes, bref le contraire de ce qu’Hildegarde exalte dans ses oeuvres. Comment la chair pourrait-elle être une source de péchés pour celle qui voit dans le mariage la réalisation parfaite de l’amour humain ?44 Comment la nature pourrait-elle être maculée alors que la Création l’a rendue divine ? Ni le monde, ni le corps ne sont diaboliques : “la chair avec la vie, la vie avec la chair sont une seule et même vie45.

  • 46 LVA, no XVR.
  • 47 LVA, no XXIII.
  • 48 Voilà la réfutation développée par Hildegarde : “Ils nient les premiers principes, à savoir que Di (...)

42L’affrontement est par conséquent inévitable et total, car il oppose deux conceptions du monde absolument inconciliables. C’est une lutte à mort qui s’engage, et les chrétiens doivent réagir immédiatement. Curieusement, Hildegarde n’appelle pas au meurtre, mais simplement à l’expulsion : il faut les chasser, les éloigner (même si la sainte prophétise leur massacre par les nobles qui les “tueront comme des loups enragés”)46. En 1178 dans sa dernière lettre au chapitre de Mayence, elle estimera utile de préciser qu’il faut “les chasser ; mais sans les tuer47. Un dernier aspect est intéressant : contrairement à beaucoup de ses contemporains, Hildegarde ne croit pas que la présence des Cathares soit un signe de la fin des temps. Ils sont liés au Diable, non à l’Antéchrist. Ceux qui voient en eux l’incarnation des terribles peuples de Gog et Magog se trompent : ils n’en sont que “le germe annonciateur48. Le climat n’en est pas moins eschatologique : la lettre au chapitre de Mayence de 1164 commence par une vision, héritée de l’Apocalypse, où vingt-quatre vieillards assis en cercle agitent une mer vitreuse, qui représente les flots de l’injustice et de la dépravation, et combattent les Cathares aidés par un dragon…

43Ainsi, en face du danger, en réponse aux angoisses des élites et du peuple, l’abbesse s’est dressée, une fois encore soutenue par les visions qui émanent de Dieu, et dans lesquelles elle puise sa force.

  • 49 Pitra, Novae epistolae, 154, parmi de nombreuses citations identiques.
  • 50 Scivias, Ρ.IIΙ, X, 26.
  • 51 Scivias, P.II, V, 41.

44Mais il est d’autres combats, plus obscurs, qui réclament autant d’opiniâtreté. Le mal est partout et la lutte commence à l’abri des murs du couvent. Fermé de toutes parts, le cloître ouvre sur le ciel et préfigure la Jérusalem céleste. Le monastère de Bingen ne peut se contenter d’attendre : c’est ici et maintenant qu’il faut collaborer à la victoire du Christ et réaliser la cité parfaite. Moines et moniales sont les “fenêtres de Jérusalem49. Cela explique les nombreux encouragements lancés par la sainte à ceux qui veulent fuir le monde pour trouver refuge dans les monastères. Les hommes doivent imiter le Christ, qui a renoncé “à la convoitise des choses terrestres pour se consacrer avec une ardeur totale aux choses célestes50. Toutefois Hildegarde a conscience que l’on ne peut s’engager dans cette voie à la légère ; elle n’hésite pas à critiquer ceux qui cherchent l’abri du cloître parce qu’ils démissionnent de leurs responsabilités dans le siècle51. Le monastère ne doit accueillir que des êtres forts : ne sert pas Dieu qui veut, mais qui en est capable.

  • 52 LVA, nos LII et LIIR. L’échange entre les deux abbesses figure en appendice du chapitre I.

45En revanche, une fois installés dans le couvent, moines et moniales doivent travailler à l’accomplissement de la volonté de Dieu. C’est à eux que revient la tâche de manifester le gloire de la Création. D’où les voiles, les bagues, les ornements que portent les moniales de Saint-Rupert, au grand étonnement de l’abbesse Tengswich d’Andernach, qui critique à mots couverts ce comportement dans sa lettre à Hildegarde52. Celle-ci répond en substance, nous l’avons vu plus haut, que, fiancées du Christ, les moniales ont le devoir de se faire belles en son honneur. D’où également l’exclusivité nobiliaire de leur recrutement. Elitisme social et élitisme spirituel vont de pair ; la chevalerie céleste procède de la noblesse terrestre. Rien n’est trop beau aux yeux d’Hildegarde, s’il s’agit de louer le Seigneur : les vierges de Saint-Rupert anticipent celles du Paradis, un Paradis qui est un jardin fleuri et non un désert. Les nonnes, fiancées du Christ, doivent donc se parer et se rendre belles les jours de fête. Elles doivent aussi vivre en harmonie sous la conduite de leur mère, en obéissant scrupuleusement à la règle de saint Benoit. Les témoignages des visiteurs comme Guibert de Gembloux attestent qu’il en était ainsi : Saint-Rupert apparaissait à tous comme un monastère modèle. Le rejet du monde ne signifie donc pas le rejet de ses beautés, à condition de les réserver à l’usage du cloître, pour célébrer le Christ, dans l’attente de l’union finale avec lui. Mépris du monde et luxe du couvent ont le même motif eschatologique.

  • 53 Pour la langue inconnue, consulter F.W.E. ROTH, “Ignota lingua per simplicem hominem Hildegardam p (...)
  • 54 Seul l’un des codex, celui de Zwiefalten, contient dans la partie épistolaire 5 mots de cette lang (...)

46Faut-il voir enfin dans l’invention de la “langue inconnue” une autre manifestation de ce souci des fins dernières ?53 Hildegarde a fabriqué un peu plus de mille mots, souvent composés d’un mélange de latin et de haut-allemand, mais souvent aussi d’origine non-identifiable : certains y ont reconnu des racines grecques, hébraïques ou tout simplement argotiques, mais rien de tout cela n’est réellement convaincant. Curieuse langue d’ailleurs, qui se limite aux substantifs, ignorant les verbes et qui s’apparente donc plus à un vocabulaire qu’à un idiome utilisable. Nulle part l’abbesse n’explique à quel besoin pouvait répondre cette invention, dont elle ne se sert quasiment pas dans ses livres ou sa correspondance54. Elle avait d’autre part imaginé des lettres nouvelles pour écrire ces mots, lettres dont on n’a pu jusque-là déterminer l’origine. L’étude des manuscrits rassemblant ces quelques 1010 ou 1015 mots, avec en regard leur traduction en latin ou en allemand de l’époque, ne permet guère autre chose qu’un simple classement :

Outils de jardinage, ustensiles domestiques :

248

Noms d’arbres et de plantes

182

Noms de bâtiments ecclésiastiques

122

Anatomie du corps humain

120

Noms d’oiseaux

78

Noms de métiers

70

Noms concernant des périodes de l’année

36

Noms de maladies

32

Noms concernant l’Eglise

30

Noms concernant les hiérarchies sociales

25

Noms concernant les liens de parenté

26

Dieu, ses serviteurs et le Diable

11

  • 55 Interprétation retenue comme possible par A. FÜHRKÖTTER, voir l’introduction du Briefwechsel Salzb (...)
  • 56 S. FLANAGAN mentionne l’hypothèse dans son livre : Hildegardof Bingen, a visionary life, Londres/N (...)

47A quoi il faut ajouter quelques mots isolés. La sainte attache beaucoup d’importance assurément au monde de la nature (296 termes au total), à ce qui a trait au corps humain (152 vocables) et enfin aux aspects matériels et professionnels de la vie de hommes (440 mots !). On remarque d’autre part la faible place accordée à la religion et au monde divin. Cette langue n’est pas au service de la mystique, et l’on peut écarter d’emblée toute interprétation magique ou religieuse. Certains auteurs ont évoqué la possibilité d’un code secret destiné aux communications internes du monastère (d’où l’interêt porté au jardinage, à la vie sociale et matérielle), mais sans pouvoir apporter de justification à cette invention : en quoi était-elle nécessaire ?55 D’autres y voient une sorte de divertissement intellectuel56 - mais cela paraît-il conforme à ce que nous savons de la personnalité d’Hildegarde ?

48Peut-être s’agirait-il d’une tentative de restitution du langage utilisé par les vierges du Paradis, dont Hildegarde décrit le chant dans le Livre des mérites.de la vie. Cette dernière hypothèse est sans doute la plus riche : l’abbesse aurait essayé de reconstituer la langue parlée par Adam avant la chute, langue qui lui permettait de converser avec les animaux, langue parlée par les Anges. Retrouver cette langue, c’est le moyen de reprendre contact avec le temps des origines, celui où l’homme vivait dans le jardin de Dieu (d’où la place importante des termes relatifs aux outils de jardinage).

49L’absence de verbe, c’est d’autre part l’impossibilité d’évoquer des actions, des transformations, mais c’est surtout l’absence de temps ; la “lingua ignota” échappe ainsi à la durée et conviendrait parfaitement au monde des origines, qui ignorait le temps comme la mort. Par une sorte de participation mystique, celui qui utiliserait ce langage se retouverait par conséquent plongé dans les temps primordiaux, hors d’atteinte des maux du siècle, des dangers inhérents à la vie sur terre. La même intention existe du reste à propos de la mélodie, qui est l’un des moyens par lesquels nous pouvons communiquer avec Dieu : nous le savons avec certitude puisque, sur ce point, Hildegarde se montre très explicite dans sa lettre aux prélats de Mayence. Elle a d’ailleurs écrit des chants dont elle a composé la musique, et elle encourage les moniales à chanter en l’honneur du Christ, ainsi que le font les vierges au Paradis. C’est une constante, un trait tout à fait spécifique d’Hildegarde de Bingen, en qui coïncident la vie et l’oeuvre, qui a toujours su allier théorie et pratique, pensée et action. Le souci de pouvoir communiquer avec Dieu, par la parole, le chant ou la musique est essentiel pour une visionnaire chargée d’annoncer les malheurs à venir.

Annexes

Appendice : Lettre prophétique d’Hildegarde à Konrad III

Bien que L. Van Acker ait fortement remis en doute l’authenticité de cette lettre, nous la présentons ici dans la mesure où, si elle ne fut pas adressée à l’empereur, elle est très certainement de la main de la sainte et à ce titre révélatrice de sa pensée prophétique (pour la discussion de l’authenticité voir L. VAN ACKER, “Der Briefwechsel der heiligen Hildegard. Vorbemerkungen zur einer kritischen Edition”, Revue bénédictine, 1989, t. 99, pp. 124-125 ; voir aussi ci-dessus, chapitre 2).

“Celui qui donne la vie à tous dit : heureux ceux qui sont dignement soumis au candélabre du Roi suprême, et dont Dieu s’est soucié dans sa grande providence, afin de ne pas les éloigner de son sein. Et toi, ô Roi, reste ferme et rejette de ton esprit la saleté, car Dieu conserve celui qui le cherche avec dévotion et pureté, et maintiens ton royaume, en veillant également à la justice pour les tiens, afin de ne pas être étranger au royaume céleste. Ecoute bien : d’un certain côté, tu te détournes de Dieu et les temps dans lesquels tu vis sont légers comme une femme et déclinent même vers une injustice contraire qui tente de détruire la justice dans les vignes du Seigneur. Mais ensuite viendront des temps pires, dans lesquels les vrais Israëlites seront flagellés et le trône catholique ébranlé dans les erreurs, et ainsi les derniers de ces temps seront pleins de blasphèmes, comme des cadavres dans la mort. Alors il s’ensuivra la fumigation de la douleur dans les vignes du Seigneur. Ensuite surgiront des temps plus forts que les premiers, au cours desquels la justice de Dieu se dressera quelque peu et l’injustice du peuple spirituel sera reconnue comme devant être totalement balayée. Mais cependant on n’osera pas encore appeler et exhorter fermement à la contrition. Et ensuite d’autres temps menaceront, dans lesquels les richesses de l’Eglise seront dispersées, de telle sorte que le peuple spirituel sera lacéré par des loups et expulsé de ses terres et de sa patrie. Alors les premiers d’entre eux deviendront solitaires, menant une vie pauvre dans l’extrême contrition de leur coeur et ainsi ils serviront Dieu avec humilité.

Les premiers de ces temps seront âpres envers la justice de Dieu, mais les suivants seront pénibles. Ceux qui viendront ensuite se dresseront un peu vers la justice, mais ceux qui surgiront après déchireront tout comme des ours et accumuleront à leur profit et par le mal les richesses. Mais ceux qui leur succèderont présenteront le signe de la force virile, de telle sorte que tous les évêques accourront vers la première aurore de la justice avec crainte, respect et sagesse. Les princes s’accorderont tous ensemble, élevant cette concorde, tel un guerrier dressant son étendard, à l’encontre des temps fourvoyés dans les erreurs maximales et que Dieu détruira et exterminera, comme il le conçut et comme il lui plaît. Et alors Celui qui sait tout te dit ceci, ô Roi : en entendant ces paroles, homme, contrôle toi-même ta volonté et corrige-toi de toi-même, jusqu’à ce que tu viennes purifié en ces temps où tu n’auras plus à rougir de tes actes.” (Pl, Epistolae, no 26, col.185 C-186 B).

Notes

1 Lettre au pape Hadrien IV, LVA, no IX.

2 Pour le récit complet des événements, consulter A. FLICHE Histoire de l’Eglise, tomes VIII et IX. Voir surtout désormais la biographie de F. OPPL, Friedrich Barbarossa, Darmstadt, 1990, 344 p. (2ème édition 1994). L’ouvrage de M. PACAUT, Frédéric Barberousse, Paris, 1967 est toujours utilisable. Les biens de la comtesse Mathilde recouvraient essentiellement la Toscane, mais s’étendaient de Mantoue au nord, jusqu’à Pérouse et Piombino au sud. La comtesse avait légués ceux des biens qu’elle détenait en alleux au Saint-Siège en 1102 pour les reprendre sous forme de fiefs, mais en 1111 elle les confia à l’empereur Henri V qui refusa, lorsque la question de la succession de la comtesse s’ouvrit en 1115, de prêter hommage au pape.

3 LVA, no II.

4 id. ibid.

5 LVA, no VIII. Nous donnons ici la fin de la lettre : “Nous te rappelons donc, nous te prions et te donnons instamment mission à toi et tes soeurs d’adresser des prières à Dieu jusqu’à ce que nous soyons capables, par leur vertu, de nous élever jusqu’à la justice, de telle sorte que nous puissions atteindre par cela les récompenses éternelles auxquelles nous ne cessons d’aspirer dans cette vie.

6 LVA, no II.

7 LVA, no VIII.

8 Nous aurons l’occasion de retrouver cette lettre au chapitre suivant, car Hildegarde y décrit, dans un style aux expressions spectaculaire, les époques futures, renouant avec les accents d’autres écrits prophétiques, tels ceux de la Völuspà Scandinave.

9 LVA, nII.

10 C’est avec une grande précision dans les termes et une non moins grande énergie dans le ton qu’elle s’adresse à ce sujet au pape Eugène III : “C’est pourquoi, ô grand pasteur, nommé après le Christ, dispense la lumière aux montagnes et la verge aux vallées. Donne des commandements aux maîtres et la discipline à ceux qui sont soumis : répands la justice sur les montagnes avec de l’huile, et sur les vallées le lien de l’obéissance, mêle à une bonne odeur et rends droites leurs routes, afin qu’elles n’apparaissent pas vaines au soleil de la justice.

11 LVA, no II. De nouveau Hildegarde utilise la métaphore des montagnes et des vallées pour désigner les responsables de l’Eglise et leurs ouailles. L’allusion aux événements contemporains est probable : le pape doit rappeler à l’ordre les couches inférieures du clergé ou les laïcs qui s’arrogent indûment certaines prérogatives, et qui ont en outre tendance à considérer leur situation d’infériorité comme un signe d’élection, tendance fréquente au sein des mouvements hérétiques égalitaristes ou millénaristes. Qu’Arnaud de Brescia soit ici visé est assez clair.

12 C’est tout le sens de la lettre à Hadrien IV.

13 LVA, no IX. La prophétie est-elle authentique ou la lettre fut-elle remaniée après coup ?

14 Lettre à Conrad III, PL, Epistolae, 26. Voir la traduction figurant en annexe de ce chapitre.

15 Cité par M. SCHRADER et A. FÜHRKÖTTER, Die Echtheit des Schrifttums, p. 127

16 id. ibid. pp. 126-127. L. VAN ACKER la date quant à lui de 1152-1153.

17 id. ibid.

18 Pitra Novae epistolae, 37.

19 Pitra, Novae epistolae, 127.

20 LOD, X, 16.

21 LVA, no CLXXR.

22 Lettre de Guibert à Radulf de Villiers, Pitra Novae epistolae, 164, datant de 1180 vraisemblablement.

23 LVA, no CLXXR. Consulter également les lettres aux clergés de Cologne et de Trèves (LVA, no XVR et no CCXXIIIR).

24 Scivias, Ρ.II, III, 12.

25 Interrogation exprimée dans LOD, X, 16.

26 Hildegarde l’écrit à Manegold, abbé d’Hirsau : “Dissipe l’inquiétude de ton esprit, éloigne la tristesse de toi-même et de ton troupeau, car dans les moeurs des hommes règne de nos jours le temps des guerres.” LVA, no CXXVI.

27 LOD, X, 15.

28 Lettre adressée aux Cardinaux Bernard (1159-1176) et Grégoire de Sainte-Sabine (1154-1163), LVA, no VII. L’envoi peut être approximativement situé entre 1159 et 1163.

29 LVA, no XXVIR. A ce sujet consulter aussi la lettre envoyée à Manegold : LVA, no CXXIX.

30 Résistent au Diable ceux qui vivent virilement, lui cèdent ceux qui sont tièdes : “Certains en lui résistant virilement, repoussent la séduction diabolique, tandis que d’autres qui vivent dans la tiédeur s’offrent à lui. Scivias, P.II, VIII, 5. Le même thème est plus longuement développé, toujours dans le Scivias, P.II, V, 28 : “Je connais tes oeuvres, et je sais que tu n’es ni froid ni chaud. Plût à Dieu que tu fusses froid ou chaud. Mais parce que tu es tiède, je te vomirai de ma bouche.” etc. Le texte est extrêmement percutant une fois de plus.

31 LVA, no XXXIV.

32 LVA, no XCIV, adressée à l’abbesse d’Erfurt.

33 G.DUBY, Le dimanche de Bouvines, Paris, 1973, p. 79.

34La milice est la vie de l’homme sur terre, et il doit devenir un soldat de Dieu, éprouvé, fortifié par la guerre, ayant virilement combattu contre les vices et leurs instigateurs : les démons.” LVA, no CXIX.

35 Pitra, Novae epistolae, 35. Voir aussi la lettre adressée à l’abbé, citée dans LVA, no CXXIII.

36 Pitra, Novae epistolae, 92. L’expression “miles Christi” apparaît dans plusieurs autres lettres (entre autres, Pitra, Novae epistolae, 2,3, 139 etc.).

37 Scivias, Ρ.ΙII, IX, 16.

38 LVA, no CXCXII et no CXCXIII.

39 Pitra, Novae epistolae, 3 (le texte date de 1172).

40 Elisabeth de Schönau s’exprime en ces termes : “La vigne du Seigneur n’a pas de cultivateurs. La vigne du Seigneur court à sa perte. La tête de l’Eglise est paralysée ses membres sont morts... Récemment m’a été montré ceci : des serpents venimeux pénétreraient dans l’Eglise, aspirant secrètement à la déchirer. Et je le compris ainsi : il s’agit des Cathares qui tendent en secret des pièges à l’Eglise.” Le texte complet de la lettre d’Elisabeth à Hildegarde a été publié par A. FÜHRKÖTTER dans Briefwechsel p. 17. Pour le contenu des sermons d’Ekbert de Schonau, se reporter à PL, tome 196., XIII sermones contra catharos, col.11-102. Sur Elisabeth et Ekbert consulter l’article de K. KOSTER : “Elisabeth von Schonau. Werk und Wirkung im Spiegel der mittelalterlichen handschriftlichen Überlieferung”, Archiv für mittelrheinische Kirchengeschichte, (ΙΠ), 1951 pp. 243-315.

41 La critique adressée par Hildegarde aux clercs est extrêmement violente : “Vous devriez être les piliers de la puissance de l’Eglise, vous devriez la soutenir, comme les piliers qui supportent les extrémités de la terre, mais vous êtes prostrés, vous ne maintenez pas l’Eglise, vous vous réfugiez dans la caverne de vos plaisirs, vous n’enseignez pas à ceux qui vous sont confiés et vous ne leur permettez pas de rechercher auprès de vous la doctrine, en leur disant ‘Nous ne pouvons pas tout faire’... Parce que vous ne le faites pas, on dit de vous : ‘Ceux-là sont souillés et fébriles comme des ivrognes, toute leur sagesse a disparu.’ Vous devriez être le jour, vous êtes la nuit. Soyez ou l’un ou l’autre ; choisissez dans quel camp vous voulez être.” LVA, no XVR.

42Je trouve parmi ceux-ci la pâture des festins de ma volonté. Mes yeux, mes oreilles, mon ventre et mes veines sont pleins de leur bave, ma poitrine pleine de leurs vices.(...) Mais vous, mes disciples et mes sujets, vous êtes beaucoup plus disciplinés qu’eux en face du peuple. Aussi, tels que vous êtes, dressez-vous au-dessus d’eux, enlevez leur toute richesse et tout honneur, et, les dépouillant de tout, étouffez les !” LVA, no XVR.

43 LVA, XVR. Habileté extraordinaire d’Hildegarde, qui par ses discours insérés dans d’autres discours montre comment les Cathares, en véritables pyromanes, accusent les pompiers d’être responsables de l’incendie. En même temps, puisque Dieu parle à leur place, les Cathares ne s’expriment pas réellement, et nous ne pouvons connaître véritablement leurs arguments.

44 Notamment dans le Scivias. Voir S. GOUGUENHEIM, “La place de la femme dans la création et dans la société chez Hildegarde de Bingen” Revue Mabillon, nouvelle série, 2 (t. 63), 1991, pp. 99-118.

45 LOD IV, 105.

46 LVA, no XVR.

47 LVA, no XXIII.

48 Voilà la réfutation développée par Hildegarde : “Ils nient les premiers principes, à savoir que Dieu a tout créé, que le Seigneur apparut avant l’antiquité des jours, car le verbe de Dieu devait se faire homme. Ils sont pires que les Juifs, qui sont pourtant aveugles... Ils sont les viscères de cette bête ignoble qui engendre et vomit les pires immondices, et ils la précèdent, embrassant dans leur errance la saleté et la débauche de tous les maux, comme l’avaient prophétisé les prophètes du Seigneur.” PL, Epistolae, 48.

49 Pitra, Novae epistolae, 154, parmi de nombreuses citations identiques.

50 Scivias, Ρ.IIΙ, X, 26.

51 Scivias, P.II, V, 41.

52 LVA, nos LII et LIIR. L’échange entre les deux abbesses figure en appendice du chapitre I.

53 Pour la langue inconnue, consulter F.W.E. ROTH, “Ignota lingua per simplicem hominem Hildegardam prolata”, Geschichtsquellen aus Nassau : die Geschichtsquellen des Niederrheingau, III, Wiesbaden, 1880, pp. 457 et sqs.

54 Seul l’un des codex, celui de Zwiefalten, contient dans la partie épistolaire 5 mots de cette langue et quelques majuscules empruntées à l’écriture inconnue, écrites en rouge, et séparées par des points. L’unique comparaison qui vienne à l’esprit est celle du Coran, dont on sait que certaines sourates présentent en entête des lettres à la signification inconnue, mais censées représenter la parole d’Allah.

55 Interprétation retenue comme possible par A. FÜHRKÖTTER, voir l’introduction du Briefwechsel Salzburg, 1965.

56 S. FLANAGAN mentionne l’hypothèse dans son livre : Hildegardof Bingen, a visionary life, Londres/New-York, 1989, 230 p.

© Éditions de la Sorbonne, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540