Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La sibylle du Rhin

 | 
Sylvain Gouguenheim

Introduction. Une abbesse bénédictine

Texte intégral

1Il y a encore seulement dix ans le nom d’Hildegarde de Bingen, si célèbre outre-Rhin, n’éveillait guère d’écho en France, y compris dans le monde des historiens. Depuis l’abbesse bénédictine est devenue un personnage très à la mode. Trop sans doute, si l’on en juge par la qualité médiocre de quelques ouvrages aux informations incertaines. Hildegarde est davantage connue, elle n’est peut-être pas mieux connue, ce qui est dommage. Peu à peu se diffuse une image qui sans être radicalement fausse est néanmoins déformée, réductrice, voire anti-historique. Ce n’est pas faire injure aux talents de la visionnaire que de refuser d’admettre qu’elle puisse aujourd’hui nous aider à guérir les cancers. Ce n’est pas dénigrer ses dons prophétiques que de penser qu’elle n’a en rien anticipé les découvertes d’Einstein ! La réalité, pour autant que nous arrivions à la saisir et à la reconstituer, fut en soi assez spectaculaire pour interdire de se livrer à toute surenchère qui rappelle les errements médiatiques croissant en cette fin de siècle.

2Il importe d’être clair d’emblée : Hildegarde ne fut pas une mystique et une théologienne, mais une abbesse et une visionnaire, contrainte de coucher par écrit ses révélations. Elle ne fut pas une femme hors du temps dotée d’étranges pouvoirs mais avant tout une religieuse issue de la noblesse, très au fait des réalités de son temps, engagée dans des combats spirituels et politiques qui la dépassèrent parfois. En tant que femme elle parvint à se faire entendre, peut-être même ses conseils furent-ils suivis, mais en aucun cas elle ne fut la conscience de l’Allemagne du XIIème siècle, même si sa notoriété fut certaine : l’empereur Frédéric Barberousse ou le chancelier Christian de Buch, archevêque de Mayence, lui ont écrit, l’ont protégée, mais ne s’en sont pas remis à ses visions pour mener leur politique en Italie ou en Germanie.

  • 1 La bibliographie concernant Hildegarde de Bingen est abondante, quoique d’intérêt très inégal. En (...)

3Il faut revenir aux sources, aux écrits d’Hildegarde. Ils sont nombreux et complexes, réclamant un examen patient, approfondi qui ne saurait d’ailleurs élucider tous les mystères ou toutes les interrogations. Hormis quelques lettres l’ensemble de son oeuvre est édité et aisément accessible, à condition de lire le latin, bien que des traductions françaises commencent à paraître1.

4Hildegarde de Bermersheim, abbesse du monastère Saint-Rupert de Bingen, vécut entre 1098 et 1179, contemporaine de ce XIIème siècle où l’Allemagne connut notamment le règne flamboyant de l’empereur Frédéric Barberousse (1152-1190). Elle est d’abord une religieuse bénédictine, devenue abbesse à 38 ans, à l’instar de la plupart des abbesses de son temps, et qui exerça ses fonctions jusqu’à sa mort, 43 années durant. Il ne faut pas négliger ces deux aspects de sa personnalité. En tant que moniale bénédictine elle est imprégnée de la règle de saint Benoît et de la vision du monde qu’elle transmet, insistant sur la prière, le travail manuel ou intellectuel, prêchant la modération qui permet de tenir à l’écart l’oisiveté comme l’ascétisme excessif, idée que l’on retrouve dans sa correspondance. D’autre part sa fonction d’abbesse représente une lourde charge qu’on doit se garder de minimiser. D’elle dépend l’essentiel de la gestion des biens et des bâtiments de son monastère, la direction spirituelle des moniales comme le traitement de tous les problèmes de la vie quotidienne, l'obligeant à se faire médecin des corps et des âmes. La direction de cinquante à quatre-vingts religieuses (c’est l’effectif que comptent vraisemblablement Saint-Rupert et une deuxième fondation postérieure de 17 ans, Saint-Gisilbert installé en 1163 sur la rive droite du Rhin) n’est pas une mince affaire. Elle exige un engagement complet ainsi qu’un vigoureux sens du concret.

5Tout en exerçant ce lourd abbatiat, Hildegarde fut aussi visionnaire, prophétesse et écrivain, en un temps où il n’était guère facile pour une femme de s’exprimer. Ses visions l’ont rendue célèbre et constituent de nos jours l’élément que l’on retient en premier. Elles commencèrent, si l’on en croit le témoignage de la sainte, à l’âge de trois ans, pour ne cesser qu’à sa mort : 78 années de visions qu’elle déclare de surcroît être permanentes ! Longtemps elle garda le phénomène secret, échaudée par l’incrédulité d’abord rencontrée, mais elle fut obligée d’en communiquer le contenu, sous la forme d’ouvrages rédigés à la demande d’une voix venue des cieux, qualifiée par elle de « voix de la lumière vivante ». Autre conséquence de ses visions, elle prophétise, c’est-à-dire qu’elle dévoile les mystères tant présents qu’à venir, et elle compose de la musique, cette musique qui demeure le seul lien permettant de maintenir le contact avec le monde des origines, le Paradis perdu.

6Rien d’étonnant par conséquent à ce que sa notoriété s’établisse vite. On vient la voir, on lui demande de venir, on lui écrit et l’on réclame sinon sa présence, au moins une lettre, une de ces lettres qu’elle écrit en partie sous l’inspiration visionnaire (elles commencent souvent en précisant qu’elles proviennent de la « vraie vision ») et qui semblent avoir été recherchées et vénérées comme des reliques. Car Hildegarde acquiert de son vivant une réputation de sainteté. Son culte se diffuse dès sa mort et persiste jusqu’au XXème siècle. Près de 40 000 personnes se rendirent ainsi au pèlerinage commémoratif de 1929 à Mayence et à Bingen. Intercesseur privilégié entre Dieu et les hommes, admise à contempler les mystères de la Création et autorisée à les révéler, Hildegarde de Bingen n’a donc pas été une étrangère dans son siècle et fut même prophète en son pays.

7Ses voyages témoignent de son succès en même temps qu’ils contribuèrent à le forger. Vers le milieu du siècle, parcourant la Rhénanie, un voyageur aurait pu avec un peu de chance croiser sur son chemin cette femme d’un certain âge, sans doute accompagnée de quelques nonnes et d’un ou deux moines chargés de veiller sur elles. Elles allaient de monastère en monastère, ranimant les énergies défaillantes, prêchant la parole de Dieu. Spectacle étonnant certes, mais les routes de ce temps étaient loin d’être désertes : commerçants en tous genres, pèlerins soldats ou déserteurs, prélats en visite ou moines en rupture de couvents, errants et vagabonds, paysans surtout, en route vers le marché du bourg voisin ou se rendant d’un village à l’autre ; les hommes se pressaient alors en masse sur les chemins. Les femmes, sans être absentes, étaient sans doute nettement moins nombreuses. Aussi les déplacements d’une religieuse que le respect de sa règle confine normalement à l’intérieur des murs de son monastère sont-ils remarquables et témoignent d’une personnalité hors du commun. Ils ne correspondent pas en effet aux seuls voyages autorisés, ceux au cours desquels une moniale se rendait d’un couvent à un autre, la stabilité n’excluant pas les changements de résidence. Hildegarde, abbesse des bords du Rhin, parcourut les routes de l’ouest de l’Allemagne, voyageant parfois assez loin, non de son propre chef, mais poussée, aiguillonnée par les injonctions lancées par Dieu au cours de ses visions. S’il n’appartient pas à l’historien de trancher la question de l’authenticité de tels ordres, par contre il lui est permis de vérifier si les faits en question ont bien eu lieu. Or tel est le cas, sans l’ombre d’un doute, puisque plusieurs lettres, dont l’authenticité n’est pas remise en question, attestent qu’Hildegarde a visité tel ou tel monastère, y rencontrant des moines comme leurs abbés, de même qu’elle s’est bien rendue dans plusieurs villes, invitée et accueillie par leur archevêque ou leur évêque.

8Elle entreprit ainsi quatre séries de voyages qui la menèrent d’abord sur le Main en 1158-1159, à l’âge de soixante ans, puis en Lorraine l’année suivante, avant de traverser la Rhénanie de 1161 à 1163 ; à soixante-douze ans enfin elle repart une dernière fois visiter les villes et les cloîtres de Souabe. Plusieurs grandes cités ont ainsi reçu sa visite (Cologne, Trèves, Metz, Mayence) mais également de nombreux monastères, dont certains étaient éloignés de Saint-Rupert de plusieurs journées de cheval : Werden dans la Ruhr, Kitzingen sur le Main, Zwiefalten, un des plus célèbres du temps, près du Danube, bien d’autres encore. Les distances importantes, les difficultés certaines du voyage, voire ses dangers, surtout pour une femme âgée et de santé médiocre, n’ont jamais dissuadé l’abbesse d’accomplir sa mission, ne l’ont jamais empêchée d’obéir aux ordres divins.

9Si ses visites étaient celles d’une abbesse, les discours tenus furent ceux d’une prophétesse qui prenait la parole en public, y compris sur les places des villes, comme elle le fit notamment à Trèves et à Cologne alors menacées par la fièvre cathare. Ses sermons, dont quelques uns ont été conservés sous forme de lettres, sont tout à fait exceptionnels et suffiraient à justifier l’intérêt porté à la sainte. Mais sa personnalité fut à tous égards hors du commun et elle demeure pour beaucoup celle qui, dans ses visions, a entendu la voix de Dieu et vu « l’autre monde ».

  • 2 L’expression est sans doute due à Henri de Langenstein (1325-1397), prédicateur, homme d’Eglise et (...)

10Il suffit de l’écouter un instant pour comprendre pourquoi certains la surnommèrent au XIVème siècle la « Sibylle du Rhin »2 :

  • 3 LOD, IX, §4.

« Vers la fin du monde le nouvel état de choses se manifestera par d’innombrables terreurs et prodiges qui annonceront cette fin comme un vol d’oiseaux. »3

  • 4 LOD, X, §28. Les IXème et Xème visions du Livre des oeuvres divines, qui sont les deux dernières, (...)

« Les signes se multiplieront, dans le soleil, la lune, les étoiles, les eaux et dans les autres éléments et créatures annonçant par leurs présages comme dans un tableau les maux à venir. »4

  • 5 Scivias, prologue. C’est la première occurrence de cette qualification péjorative, mais non la der (...)

11Vigoureux langage, propre à émouvoir les foules, émanant pourtant d’une femme qui se désigne souvent elle-même comme une « pauvre petite forme féminine »5, chargée contre son gré au prix de rudes souffrances de transmettre aux hommes les avertissements de Dieu, révélés lors de visions qui n’ont pas d’équivalent à l’époque. La continuité de ces visions est tout à fait exceptionnelle. Les familiers de l’abbesse comme ses contemporains en furent fortement impressionnés.

12La prophétie était inséparable de la vision : la voix et la lumière divines lui parvenaient en effet simultanément, lui enseignant tout à la fois les images et les paroles sacrées qu’avaient à connaître les hommes de l’Allemagne du XIIème siècle. Pour l’abbesse elle-même, ce qui se produisait demeurait incompréhensible, « mystérieux et fascinant », illustrant la définition du sacré donnée par l’historien allemand R. Otto en 1917 et popularisée par les travaux de M. Eliade.

13A travers ses écrits et sa vie nous voyons Hildegarde s’imposer comme une prophétesse reconnue, tant par la hiérarchie ecclésiastique, que par les foules urbaines de Cologne et Trèves ou les paysans des bords du Rhin. Et l’on constate, non sans surprise, que les élites ne furent guère moins promptes à s’enflammer que les couches populaires. Les paroles de la voyante s’adressaient à tous, papes et empereurs, prélats et simples prêtres, moines et laïcs. Qui venait auprès d’elle était entendu, corrigé, guidé. Qui semblait s’écarter du droit chemin était, vertement ou patiemment selon les cas, rappelé à l’ordre. Qui s’opposait était brisé.

14Car la tâche était urgente, impérieuse. A en croire le Scivias ou le Livre des oeuvres divines, le monde croulait, les dangers surgissaient de toutes parts : princes criminels et prêtres indignes favorisaient l’entreprise de subversion menée par les Cathares. C’était pour la sainte l’heure du combat, des engagements actifs dans la lutte contre les désordres, les injustices, les crimes.

15Toutefois le pire était à venir : l’Antéchrist et son cortège de monstruosités, précédant la fin du monde, le Jugement dernier, achèvement de toutes les terreurs. Voilà ce que les hommes devaient apprendre à craindre, avant de le vivre. Mais la sainte, elle, avait vu ces scènes grandioses de la fin du monde, ces horreurs du règne de l’Antéchrist. Sa mission était donc de dévoiler aux hommes les événements ultimes. Est-ce à dire que la prophétie n’est qu’annonciatrice de malheurs à venir, exclusivement tournée vers un futur plus ou moins proche ? En fait non. Là réside toute l’originalité d’Hildegarde de Bingen ; car la prophétie est un chemin, une voie qui nous ramène, nous relie au passé autant qu’elle nous indique l’avenir. La prophétie n’est finalement que l’actualisation, ici et maintenant, de la parole de Dieu. Elle manifeste, rend présents des mystères éternels, essentiels pour le salut des hommes.

16Tels sont les thèmes qui feront l’objet des chapitres suivants : du temps des combats à la nostalgie des origines, en passant par les malheurs à venir. Mais nous commencerons par nous attacher au personnage d’Hildegarde de Bingen et nous verrons que si l’abbesse a côtoyé l’extraordinaire, le merveilleux, c’est d’abord en étant, en demeurant, une femme ordinaire, bien qu’au contact quotidien des manifestations du sacré.

Notes

1 La bibliographie concernant Hildegarde de Bingen est abondante, quoique d’intérêt très inégal. En langue française le lecteur pourra consulter pour une première approche l’article de M. SCHRADER dans le Dictionnaire de Spiritualité ascétique et mystique, t.7, col. 505-521 ainsi que la présentation faite par B. GORCEIX dans sa traduction du Livre des oeuvres divines, Paris, Albin Michel, 1982, pp. xv-c. Pour qui maîtrise l’allemand seul existe l’embarras du choix (nous renvoyons à la bibliographie en fin de volume). Plusieurs traductions ont été effectuées récemment en français :
Le livre des subtilités des créatures divines (Physique) par P. MONAT, Grenoble, 2 vol., 1988-1989 ; les Louanges (traduction des chants et hymnes d’Hildegarde) par L. MOULINIER, Paris, 1990.
Le nombre des manuscrits varie suivant les titres. Le Scivias est le mieux fourni avec 11 copies : datent du XIIème siècle : Wiesbaden no 1, Hessische Landesbibliothek (disparu entre 1940 et 1944, mais dont une copie moderne fut effectuée entre 1927 et 1933 par les moniales de l’abbaye Sainte-Hildegarde d’Eibingen), Wiesbaden, no 2, Hessische Landesbibliothek, (surnommé « Riesenkodex » en raison de ses dimensions considérables), Salem, Universitätsbibliothek d’Heidelberg, X, 16, Park (monastère prémontré près de Louvain), Bibliothèque royale de Bruxelles, no 11568, Codex Palatinus, Rome, Biblioteca apostolica Vaticana, Pal.lat. no 311, Codex d’Eberbach, disparu en 1918. Du XIIIème siècle proviennent les manuscrits d’Oxford, Oxford Merton College, no 160 et le Codex Cusanus, Krankenhausbibliothek de Kues an der Mosel, no 63. Le codex de Weingarten, Landesbibliothek de Fulda, no 4° B VI A, date du XIVème siècle ; celui de Trèves, Stadtsbibliothek, no 722 est du XVème siècle.
Le Livre des mérites de la vie est disponible en cinq copies ; les quatre premières sont du XIIème siècle : Wiesbaden, Hessische Landesbibliothek no 2, Termonde, abbaye Saint-Pierre et Saint-Paul, no 9, Trèves, Priesterseminar no 68 et Berlin, Staatsbibliothek Preussischer Kulturbesitz, no 727. Le cinquième provient du XIIIème siècle : Wolfenbüttel, Herzog August Bibliothek, no 951.
Nous n’avons enfin que quatre copies du Livre des oeuvres divines ; trois datent du XIIème siècle : Wiesbaden, Hessische Landesbibliothek no 2, Troyes, Bibliothèque municipale no 683 et Gand, Bibliothèque universitaire, no 241 (1170-1174) ; enfin celui de Lucques (vers 1220), Biblioteca governativa, no 1942.
L. MOULINIER a récapitulé quels étaient les manuscrits disponibles de la Physica et du Causae et curae : Copenhague, (XIIIème siècle), Kongelige Bibliothek, Ny.kgl. saml.90 b Fol pour le Causae et curae ; Bruxelles, Bibliothèque royale, no 2551 (XVème siècle), Florence, Biblioteca Medicea Laurenziana, cod.Ashburnam 1323 (XIVème siècle), Paris, Bibliothèque nationale, ms.lat., no 6952 (XVème siècle), Vatican, Biblioteca Vaticana, cod.Ferraioli 921 (1449), Wolfenbüttel, Herzog August Bibliothek, no 56, 2. Aug. 4° (3591) pour ce qui est de la Physica ou plutôt du Liber subtilitatum ; cf. L. MOULINIER, Le manuscrit perdu à Strasbourg, Paris, 1995, pp. 45-62.

2 L’expression est sans doute due à Henri de Langenstein (1325-1397), prédicateur, homme d’Eglise et intellectuel influent qui rassembla dans une lettre adressée à l’évêque de Worms, Eckard von Dresch (1371-1405) tout ce qu’il avait pu trouver dans les prophéties et avertissements d’Hildegarde paraissant pouvoir s’appliquer au Grand Schisme (1378-1418). Voir à ce sujet l’article de G. SOMMERFELD, « Die Prophetien der hl. Hildegard in einem Schreiben des Meisters Heinrich von Langenstein, und Langensteins Trostbrief Uber den Tod eines Bruders Wormser Bischofs Eckard von Dersch », Historisches Jahrbuch, 30, 1909, pp. 43-61 et 297-307. On rencontre dans la lettre d’Henri de Langenstein les expressions : « prophetissa teutonica » ou « Theotonicorum Sibilla ».

3 LOD, IX, §4.

4 LOD, X, §28. Les IXème et Xème visions du Livre des oeuvres divines, qui sont les deux dernières, sont consacrées aux événements accompagnant la fin du monde et le jugement dernier.

5 Scivias, prologue. C’est la première occurrence de cette qualification péjorative, mais non la dernière, puisqu’on la trouve à plusieurs reprises tant dans les écrits visionnaires que dans la correspondance. Voir à propos de cet auto dénigrement constant de la personnalité chez Hildegarde notre article : « La place de la femme dans la création et la société chez Hildegarde de Bingen », Revue Mabillon, nouvelle série, t. 2 (=t. 63), 1991, pp. 99-118. Rien n’autorise à mettre en doute la sincérité d’une telle attitude, mais elle comporte de toute évidence l’avantage de couper court aux critiques d’éventuels détracteurs et dissimule aussi en partie des opérations d’auto-valorisation, comme celles qui procédèrent à la mise en forme de la correspondance.

© Éditions de la Sorbonne, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540