Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La sibylle du Rhin

 | 
Sylvain Gouguenheim

Remerciements

Texte intégral

1Un livre n’est jamais l’oeuvre d’une seule personne. C’est avec un réel plaisir que je remercie toutes celles et tous ceux qui m’ont aidé dans mes recherches et dans mon travail de rédaction. En tout premier lieu André Vauchez qui a eu l’idée de me lancer sur la piste d’Hildegarde de Bingen et qui s’est montré, de 1983 à 1989 un directeur de thèse disponible et bienveillant. Par la suite il n’a cessé de manifester de l’intérêt pour ce sujet et a souvent insisté, avec gentillesse, pour que la thèse se transforme en un ouvrage plus accessible. Le temps qu’il m’a fallu pour cela explique que le texte que l’on va lire soit désormais assez éloigné de celui dont il est issu.

2Michel Parisse, inlassablement, m’a exhorté à poursuivre l’entreprise, n’a pas ménagé son temps pour m’indiquer des hypothèses, me proposant de relire des chapitres et m’adressant nombre de conseils que je n’ai peut-être pas su tous mettre à profit ! Nous avons eu au sujet d’Hildegarde plusieurs conversations, tant à Paris qu’en Lorraine ou en Allemagne, dont il reconnaîtra néanmoins peut-être la trace au fil de l’ouvrage.

3Plusieurs de mes collègues, de mes amis, m’ont fourni des renseignements, aidé à résoudre telle ou telle difficulté ou tout simplement encouragé. En espérant bien n’oublier personne, je remercie donc ici Laurent Morelle, Laurence Moulinier, Catherine Vincent et tout particulièrement Monique Goulet qui a relu de près l’ensemble du texte, assumant l’ingrate tache des corrections typographiques et qui de surcroît m’a fait bénéficier de sa connaissance des textes littéraires et de l’hagiographie médiévale.

4Si j’ai consacré mes recherches à l’histoire de l’Allemagne, M. Couthier, professeur d’allemand au lycée Pasteur de Lille n’y est pas étranger. Qu’il en soit remercié ici, plus de 15 ans après. Ce que je dois à Francis Duhem, professeur au lycée Faidherbe de Lille, n’est pas mesurable. Comme beaucoup d’étudiants, anciens et plus jeunes, je lui suis redevable d’avoir appris à faire de l’histoire..

5En outre je signale tout ce que l’enthousiasme et l’érudition extraordinaires de Friedhelm Kemp, de l’Académie de Bavière, m’ont apporté. Il m’a procuré des ouvrages, fourni des conseils, avec la simplicité et la gentillesse que connaissent tous ceux qui l’ont approché.

6Je manquerai à la plus élémentaire honnêteté si je ne mentionnais pas l’aide apportée par les spécialistes de l’informatique que sont, entre autres, Pascal Delacourt, Yves Moret, Pascal Rosier et la société MMD.

7Enfin, si ce livre existe, c’est grâce aux Publications de la Sorbonne et à l’amicale insistance de Michel Christol.

8La recherche n’est rien si elle ne débouche sur l’enseignement, sur la transmission des connaissances ou des problèmes. A cet égard je tiens à remercier toutes celles et tous ceux auxquels j’ai pu m’adresser, au lycée comme à l’université. C’est à eux, en dernier ressort, que j’adresse ce travail.

© Éditions de la Sorbonne, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540