Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Agrandir Paris (1860-1970)

 | 
Annie Fourcaut
, 
Florence Bourillon

Quatrième partie. Paris-banlieue et retours

D’une exposition l’autre : l’urbanisme berlinois à l’épreuve de la métropolisation, 1910-1931

Stéphane Füzesséry

Texte intégral

  • 1 Louis Bonnier, Les règlements de voirie, Paris, 1903, p. 39.
  • 2 Voir Jules Huret, En Allemagne, Berlin, Paris, Eugène Fasquelle, 1911, ainsi que, Jean Giraudoux, R (...)
  • 3 Jean-Louis Cohen, « L’urbanisme à Berlin et ses reflets parisiens, 1900-1940 » (p. 17-36) et, sur c (...)
  • 4 Préfecture de la Seine, Commission d’extension de Paris, Considérations techniques préliminaires, P (...)

1Alors que pour la plupart des observateurs berlinois, Paris demeure jusqu’à la toute fin du xixe siècle le modèle de la grande ville, c’est Berlin qui, à partir du début du xxe siècle, s’impose pour bon nombre d’observateurs parisiens comme un point de référence en matière de gestion et de planification de l’extension urbaine. En 1903, Louis Bonnier, rédacteur du règlement de voirie parisien de 1902, loue la générosité du règlement berlinois « qui donne à ses cours un minimum de 60 mètres carrés1 ». De même en 1911, vingt ans avant Jean Giraudoux, le journaliste Jules Huret vante les qualités de prévision de l’urbanisme berlinois et sa capacité à concilier nature et modernité2. Comme le rappelle Jean-Louis Cohen, Berlin est également une « référence essentielle3 » dans le travail de la Commission d’extension de la préfecture de la Seine engagé en 1911 : dans leur rapport publié en 1913, Louis Bonnier et Marcel Poëte n’hésitent pas à présenter la capitale allemande comme « une ville modèle sous le rapport de l’hygiène et des espaces libres4 ». En bref, au début du xxe siècle, Berlin apparaît comme un « modèle » de grande ville.

  • 5 Sur l’usage du concept d’agglomération, voir Maurice Halbwachs, « “Gross-Berlin” : grande aggloméra (...)

2Ce « modèle », fruit d’une intense réflexion urbanistique, est aujourd’hui mieux connu. Entre 1910 – date de l’exposition générale d’urbanisme au cours de laquelle sont présentés au public les projets du concours pour le Grand Berlin – et 1931 – date de la grande exposition berlinoise pour la construction allemande –, les architectes et urbanistes berlinois dessinent les contours d’une « agglomération5 » à la fois structurée par son réseau de transports, irriguée par un système de forêts, de parcs et de jardins, et prétendant offrir aux masses des habitations saines et des équipements de proximité.

  • 6 Voir en particulier : Christine Mengin, Guerre du toit et modernité architecturale : loger l’employ (...)
  • 7 L’étude de la culture visuelle a connu un développement sensiblement différent de part et d’autre d (...)
  • 8 Voir en particulier Janet Ward, Weimar surfaces. Urban Visual Culture in 1920s Germany, Berkeley, U (...)

3Si l’urbanisme berlinois au début du xxe siècle a fait l’objet d’un certain nombre d’études, y compris en France, auxquelles nous renvoyons6, il est en revanche utile, à la lumière de certains apports récents des études visuelles7, de revenir sur ses présupposés, et notamment sur les problèmes qu’il tente de résoudre. En effet, comme le suggèrent un certain nombre de travaux consacrés aux rapports entre métropole et culture visuelle au début du xxe siècle8, l’urbanisme berlinois n’apporte pas seulement une réponse spatiale et sociale au problème de l’extension urbaine, il peut également être analysé comme une réponse en quelque sorte thérapeutique aux formes nouvelles empruntées par la congestion métropolitaine et aux modifications brutales de l’environnement visuel et sensoriel des citadins. Cette seconde détermination, largement méconnue, permet de mieux comprendre pourquoi, dans les années 1920, les architectes et urbanistes berlinois, par-delà les conflits de forme qui évoluent en opposition politico-idéologique entre « modernistes progressistes » d’un côté et « traditionalistes » conservateurs ou réactionnaires de l’autre, se rassemblent en définitive autour d’une même conception de l’aménagement de Berlin, voire, plus généralement, d’une même vision du devenir métropolitain.

De Berlin à Gross-Berlin : naissance d’une agglomération

  • 9 Pour une mise en perspective, voir par exemple Étienne François, « The German Urban Network between (...)
  • 10 Berlin naît et se développe en effet dans une vallée au relief faiblement contrasté, entre les plat (...)

4Entre la seconde moitié du xixe siècle et le début du xxe siècle, la formation du Grand Berlin s’opère dans des conditions spécifiques. La singularité de la croissance berlinoise tient tout d’abord à sa position dans le semis urbain allemand. À l’échelle nationale/régionale, le Grand-Berlin appartient à cette moitié nord/nord-est de l’Allemagne où les villes, de création récente, sont longtemps demeurées de tailles restreintes et mal reliées entre elles. Mais à l’instar de Münich et de Dresde, la capitale prussienne a su profiter de la promotion des États territoriaux à l’époque moderne9 : Residenzstadt plantée au milieu des sables, Berlin s’est ainsi progressivement imposée comme un pôle urbain quasiment sans rival au niveau régional. À l’échelle locale en revanche, le Grand-Berlin est né de multiples cités qui se sont peu à peu agrégées, au fur et à mesure que la commune de Berlin, profitant d’un site ouvert, s’est étendue dans la vallée de la Spree et sur les versants des plateaux de Teltow et de Barnim10. L’agglomération berlinoise est née de l’adjonction successive aux villes de Berlin et de Cölln, du chapelet de villages environnants – Weißensee, Pankow, Lichtenberg, Schöneberg – d’une part, et, d’autre part, des plus proches noyaux urbains de la vallée de la Spree – Spandau, Köpenick et Charlottenburg, soit autant de villes ayant connu, jusque dans le dernier tiers du xixe siècle, un développement largement autonome.

  • 11 Comme le rappellent Gerhard Brunn et Detlev Briesen, dans les années 1920, le Grand-Berlin s’appare (...)
  • 12 Sur les spécificités de la croissance urbaine allemande dans leur contexte européen, voir Jürgen Re (...)
  • 13 Sur la réforme administrative de 1920 et la naissance du Grand-Berlin, voir par exemple Wolfgang Ri (...)

5C’est cette armature urbaine – passablement déséquilibrée à l’échelle régionale, mais beaucoup plus hiérarchisée à l’échelle locale11 – que la croissance industrielle bouleverse le temps d’une ou deux générations. L’historiographie a tôt fait de souligner l’explosivité de l’urbanisation allemande dans la seconde moitié du xixe siècle12 : alors que vers 1850, tout au plus 15 % des Allemands vivent dans des villes de plus de 5 000 habitants et à peine plus de 3 % dans les villes de plus de 100 000 habitants, vers 1910, quand s’amorce la décélération de la croissance urbaine, près d’un Allemand sur deux habite dans une ville, et près d’un sur cinq dans l’une des quarante-huit métropoles du Reich. Entre ces deux dates, lancée par l’industrialisation, la croissance urbaine allemande s’est opérée à un rythme accéléré, sans équivalent en Europe. Or, Berlin matérialise, plus que toute autre ville en Allemagne, la brutalité de ce processus. Vers 1850, quand Paris ou Londres dépassent respectivement 1 050 000 et 2 350 000 habitants, la ville sur la Spree n’en compte guère plus de 425 000. Elle demeure une cité au caractère provincial : enserrée dans un mur d’octroi dont on peut faire le tour en un peu moins de quatre heures, la ville est faiblement étendue et les parcours à pied n’y excèdent pas une ou deux heures. En 1910 en revanche, elle compte d’ores et déjà plus de 2 000 000 d’habitants. Et en 1920, quand l’unification communale (Eingemeindung) donne naissance au Grand Berlin par annexion des villages et des communes suburbaines, l’agglomération dépasse 3 800 000 habitants, atteignant le troisième rang mondial13.

  • 14 Jean-Louis Cohen, « Les réformes urbaines à Berlin : deux siècles de chantier », Critique, t. XLVII (...)
  • 15 Ibid.
  • 16 Jean-Louis Cohen, « L’urbanisme à Berlin et ses reflets parisiens », in Gilles Duhem et alii (dir.) (...)
  • 17 Sur les Mietskasernen, voir par exemple Harmut Häuβermann, « Transformations sociospatiales à Berli (...)

6Du point de vue de la répartition de sa population, deux phénomènes conjoints se produisent au cours de cette période de croissance vertigineuse : un dépeuplement des quartiers du centre, d’une part, et un afflux massif de migrants dans les périphéries suburbaines, d’autre part. Le vieux Berlin, le vieux Cölln, mais aussi la Friedrichstadt ou la Dorotheenstadt, voient leur population diminuer de moitié entre 1861 et 1905. Les logements y font place aux commerces, aux bureaux et aux administrations impériales, donnant naissance au phénomène moderne de la City, avec ses nouveaux types architecturaux comme les passages (la Kaisergalerie est ouverte en 1873) ou les grands magasins (le magasin Wertheim édifié par Alfred Messel sur la Leipzigerstraβe, est inauguré en 1904). Inversement, les faubourgs voient leur population augmenter dans des proportions vertigineuses. À l’extérieur de l’ancien mur d’octroi, l’extension de la ville s’opère sur la base, sinon dans l’esprit, du plan dressé par l’ingénieur James Friedrich Hobrecht, « le premier à offrir une vision d’ensemble de l’extension de la ville14 ». Généralisant un « dispositif d’îlots profonds et denses15 », Hobrecht « opère en périphérie16 » et pense l’extension de Berlin à partir d’une ceinture d’habitations rassemblant des catégories sociales diverses. Encadrée à défaut d’être contrôlée, l’extension s’apparente dès lors à une sorte de dispersion, dominée par la fièvre spéculative et la construction des fameuses « casernes locatives » (Mietskasernen)17.

Planifier la dissolution de la grande ville

  • 18 Albert Hofmann, « Gross-Berlin, sein Verhältnis zur modernen Grossstadtbewegung und der Wettbewerb (...)

7Tels sont les contours de la « question berlinoise » au tout début du xxe siècle, quand un grand concours est organisé à l’initiative de l’Association des architectes berlinois, qui vise à établir pour les quelque soixante communes alors indépendantes du Grand Berlin « un plan d’aménagement homogène qui répondît aux exigences de l’urbanisme moderne18 » : la dé-densification du centre devenu City et l’extension/densification de la périphérie et de ses communes environnantes ont aggravé dans des proportions considérables les conditions d’habitat et ont laissé irrésolus de graves problèmes tout à la fois de liaison, d’assainissement, d’approvisionnement et de gestion communale.

  • 19 En Allemagne, l’aménagement et la planification/régulation se développent dès les années 1860-1870 (...)

8Étape préalable à la réalisation administrative du Grand Berlin, le concours puis l’exposition de 1909-1910 sont l’occasion pour les architectes et les urbanistes berlinois de réfléchir à ces problèmes pour la première fois et à cette échelle. Certes, leurs préoccupations ne sont pas nouvelles dans le panorama de l’urbanisme allemand naissant. En se donnant pour tâche d’encadrer et de planifier l’extension des villes, le Städtebau a porté son attention sur les espaces suburbains, au point de se doter d’outils spécifiques permettant d’encadrer l’extension des grandes villes tout en parant les risques de surdensité inhérents à la spéculation foncière et immobilière19. Ainsi, les plans d’extension et leurs corollaires : les plans d’occupation des sols (abgestufte Bauordnungen) autorisent, dans le cadre de véritables schémas directeurs, la mise au point de prescriptions détaillées pour chaque nouveau quartier suburbain. Mais les critères mis en avant par les organisateurs du concours pour le Grand Berlin – la création de grands axes de communication, le zonage fonctionnel (Zonung) ou encore la préservation de grands espaces verts – rompent avec plusieurs principes en vigueur chez les urbanistes allemands.

  • 20 Sur Carl Henrici, voir Gerhardt Fehl, « Carl Henrici (1842-1927). Pour un urbanisme allemand », in (...)
  • 21 Sur Joseph Stübben, voir Guy Ballangé, « Joseph Stübben (1845-1936). Héritier ou fondateur ? », in (...)
  • 22 Hermann Jansen, Vorschlag zu einem Grundplan für Gross-Berlin, Münich, Callwey, 1910.
  • 23 Outre la thèse de doctorat de Corinne Jaquand déjà citée, voir Dieter Frick, « Le concours du Grand (...)

9Le début du xxe siècle voit en effet la promotion sur la scène urbanistique allemande d’une nouvelle génération. Une génération de « passeurs » qui précède et accompagne le Mouvement moderne, entend rompre avec l’urbanisme « romantique » de Camillo Sitte ou de Carl Henrici20, et dépasser l’urbanisme « fonctionnel » de Joseph Stübben21. Une génération pour qui la référence parisienne – si importante encore aux yeux de Stübben – perd en importance au profit de nouveaux modèles, en particulier américains. Comme l’a montré Corinne Jaquand, le début du xxe siècle voit l’adoption par les jeunes urbanistes allemands d’innovations apparues aux États-Unis, telles que les systèmes de parcs (Park-Systems) ou la planification de réseaux de transport en commun autour de partenariats publics-privés. Délaissant « l’urbanisme de représentation », dont ils limitent l’application au centre-ville conçu à la fois comme « couronnement de ville » (Stadtkrone) et centre du commerce, de l’administration et des affaires (City), ils imaginent, pour les espaces suburbains, de nouvelles typologies d’habitat qu’ils intègrent dans un double système de transports et d’espaces verts. Ainsi, Hermann Jansen dresse un plan du développement urbain à venir d’où ressortent plusieurs parti-pris « américains », comme la volonté de combiner et réunir les jardins et parcs publics existants avec les bois et espaces agricoles de la périphérie, ou encore le couplage des voies ferrées urbaines avec le réseau de chemin de fer régional22. De même, Bruno Möhring, Richard Petersen et Rudolf Eberstadt dessinent une métropole étendue et structurée par un double réseau de transports et de coulées vertes pénétrant profondément à l’intérieur de la ville23.

  • 24 Sur le concours pour l’Alexanderplatz et, plus généralement, sur l’aménagement des grandes places e (...)
  • 25 La GEHAG (Gemeinnützige Heimstätten-, Spar- und Bau- Aktiengesellschaft, société par actions d’épar (...)

10L’exposition de 1910 est le moment où se cristallise, à Berlin, le modèle d’une grande ville conçue comme une agglomération. Le refus d’une certaine densité, l’importance accordée aux transports à l’échelle de l’agglomération, la priorité donnée aux nouvelles typologies d’habitat sur l’architecture monumentale, ou encore l’attention portée aux espaces verts, deviennent pour au moins vingt ans, les leitmotivs de l’urbanisme berlinois. Sous le Kaiserreich, ces principes guident les principales orientations du Syndicat intercommunal du Grand Berlin, de la mise sous régie municipale de la plupart des lignes privées de métro, de tramways et de bus, jusqu’à l’acquisition de réserves foncières en vue de l’aménagement de parcs, promenades et ensembles d’habitat, en passant par la mise en cohérence des règlements urbains et des gabarits entre Berlin et ses communes environnantes. En 1920, la création administrative du Grand Berlin, non seulement ne remet pas en question ces orientations, mais ouvre la voie aux grandes opérations des années 1920. Sous la République de Weimar, Berlin semble en effet juxtaposer deux territoires de projet distincts. D’un côté, l’hyper-centre concentre une série de réflexions à la fois sur les types architecturaux (la question du gratte-ciel est posée à l’occasion du concours de 1922 pour un immeuble de bureaux sur la Friedrichstraβe), sur les grands axes (avec la proposition faite par Martin Mächler d’un grand axe monumental est-ouest, ou encore le concours lancé par Werner Hegemann en 1925 pour la transformation de l’avenue Unter den Linden), ou encore sur la congestion des grandes places berlinoises (avec, entre autres, le projet de refonte de l’Alexanderplatz en 1929)24. De l’autre, les zones suburbaines accueillent les grands programmes rejetés hors du centre congestionné : la maison et la tour de la radio, les foires d’expositions, mais aussi les grandes opérations de logements qui servent de vitrines aux politiques de réforme menées par la social-démocratie et les syndicats. Emblématiques, ces cités d’habitation (Siedlungen) – comme la Cité du fer à cheval édifiée par Bruno Taut et Martin Wagner, ou encore les deux cités rivales de Berlin-Zehlendorf bâties dans le cadre de la « guerre des toits » entre GEHAG et GAGFAH25 : la moderniste case de l’oncle Tom d’un côté, la traditionnaliste Fischtalgrund de l’autre – matérialisent l’idéal d’un faubourg-jardin organiquement lié à l’hyper-centre de l’agglomération et à ses fonctions.

Dé-saturer l’environnement métropolitain

11On aurait tort, cependant, de ne voir dans les propositions et les réalisations de l’urbanisme berlinois qu’une série de réponses à la fois spatiales et sociales aux problèmes posés par la désorganisation de la grande ville (Planlosigkeit) en matière de communication et de desserte, d’assainissement et d’approvisionnement, d’équipements et de logements de masse. Le travail des architectes et des urbanistes berlinois est tributaire des débats allemands sur la modernité métropolitaine : à cet égard, il apparaît comme une alternative aux métamorphoses du centre-ville et aux formes inédites prises, au début du xxe siècle, par la congestion métropolitaine. À Berlin, la problématique de l’extension urbaine se double d’entrée de jeu d’une interrogation plus générale sur l’expérience de la ville moderne.

  • 26 Voir Stéphane Füzesséry, « Cinéma et mobilité urbaine », in Mathieu Flonneau, Vincent Guigueno (dir (...)
  • 27 Voir par exemple Christophe Studeny, L’invention de la vitesse. France, xviiie-xxe siècle, Paris, G (...)
  • 28 Joseph Roth, « Considérations sur la circulation », À Berlin, trad. de l’allemand par Pierre Gallis (...)

12En effet, l’explosion urbaine est tout d’abord inséparable d’une véritable révolution des mobilités urbaines26 qui s’opère, par vagues successives, entre les années 1880 et les années 1920. Avec le développement des transports collectifs et l’augmentation exponentielle du trafic automobile, la circulation de surface sur les grandes places berlinoises ne tarde pas à être au bord de l’asphyxie. Comme dans la plupart des villes européennes, l’encombrement n’est pas une réalité nouvelle27 mais avec le tramway et l’automobile, il change de nature. La nouvelle congestion urbaine est autant due au nombre de véhicules qu’à leur vitesse différentielle. Les divers usages de la rue peinent à se coordonner, la chaussée fait rapidement l’objet d’un usage concurrentiel, et un désordre circulatoire s’installe. Pour remettre de l’ordre et assurer la sécurité des piétons, la municipalité multiplie les initiatives. Des zones refuge pour les piétons sont réalisées, les véhicules les plus lents sont progressivement éliminés et un système de signalisation routière est mis au point : la Potsdamerplatz accueille en 1924 une tour de signalisation, et à chaque carrefour, des agents de la circulation sont chargés de régler le trafic. Mais ces mesures se heurtent souvent au poids des usages traditionnels. Grand chroniqueur de la vie berlinoise, Joseph Roth se lamente, au milieu des années 1920, de l’état « déplorable » et des « maladies chroniques » de la circulation dans le centre de Berlin28.

  • 29 Voir Stéphane Füzesséry, « Métropole, modernisation et expérience vécue.… », op. cit.

13L’explosion urbaine à Berlin est également inséparable, pour ses habitants, d’une modification radicale du registre des expériences sensorielles. Comme en témoignent les cinéastes weimariens, attentifs aux réalités phénoménales et aux nouvelles expériences perceptives29, la métropolisation impose aux citadins de nouvelles manières d’appréhender l’espace. Elle produit d’autres façons de voir, de se repérer, de se déplacer. Sur la Potsdamerplatz, quiconque observe le gigantisme des façades, la saturation du champ visuel par les signaux de la modernisation technique, le va-et-vient des automobiles et des tramways, le fourmillement de la foule, le clignotement des enseignes lumineuses, le miroitement des néons sur l’asphalte détrempé ou encore le jeu des reflets sur les façades vitrées, se trouve comme intégré à un champ d’expérience inédit, saturé de chocs perceptifs (fig. 1 à 8).

Fig. 1 à 8 – Photogrammes extraits de Berlin, die Sinfonie der Grossstadt, Walter Ruttmann, 1927.

14Pour les cinéastes weimariens, attachés à rendre compte des expériences de vision des citadins et, de ce fait, particulièrement attentifs aux réalités phénoménales, la grande ville du début du xxe siècle apparaît comme le lieu d’expériences visuelles intenses. Le rythme graphique des nouvelles façades, l’accumulation de signaux, l’intensification du trafic, l’emprise croissante des nouvelles textures du verre et du bitume, où se reflètent, en d’incessants miroitements, les phares des automobiles, ou encore l’intense spectacle nocturne des néons et des enseignes lumineuses : tous ces phénomènes nouveaux semblent plonger les citadins dans un tourbillon de sollicitations visuelles.

15De même, quiconque effectue un simple trajet en automobile, en tramway ou en métro, éprouve toute une gamme de sensations nouvelles : la vitesse, l’accélération et le ralentissement, l’enchaînement continu et/ou syncopé des points de vue (fig. 9-10).

Fig. 9 – photogramme extrait de Berlin, die Sinfonie der Grossstadt,Walter Ruttmann, 1927.

Fig. 10 – photogramme extrait de Die Stadt der Millionen, Adolf Trotz, 1925.

16L’hyperstimulation sensorielle – que le cinéaste Walter Ruttmann représente sous la forme hyperbolique du vertige citadin – et la perte de coordination spatio-temporelle – que les cinéastes allemands, à l’occasion d’une banale traversée de chaussée, saisissent sur le vif à l’aide de procédés de caméras cachées – figurent provisoirement le nouveau visage de la condition métropolitaine (fig. 11-14). Quand la première nourrit les discours médicaux sur la neurasthénie et la fatigue urbaine, la seconde accompagne une véritable psychose collective de l’accident dont certains genres cinématographiques (comme le cinéma expressionniste ou le cinéma burlesque) ou encore la presse illustrée se font abondamment l’écho.

17Le travelling est un procédé très fréquemment utilisé dans la production documentaire weimarienne à partir de 1924 : il permet de simuler la vision de l’automobiliste et de suggérer au spectateur toute une gamme de sensations nouvelles liées à la vitesse et à l’accélération des mobilités urbaines.

Fig. 11 à 14 – Photogrammes extraits de Berlin, die Sinfonie der Grossstadt, Walter Ruttmann, 1927.

18Ces quatre images sont extraites du film de Walter Ruttmann, Berlin, die Sinfonie der Grossstadt. La première est un instantané : prise sur le vif, à l’aide d’un procédé de caméra cachée, elle surprend deux piétons qui peinent à traverser une rue métamorphosée par l’intensification du trafic automobile. La deuxième est une prise de vue documentaire où l’on peut voir un numéro de trapézistes donné au Wintergarten qui évoque, sur un mode burlesque, l’enjeu de la coordination des mouvements dans le nouvel espace-temps de la grande ville. La troisième est une image d’animation fabriquée en studio : elle exprime, dans un ordre purement graphique, le « tourbillon » de la grande ville. La quatrième, enfin, est une image de fiction : elle met en scène une jeune femme plongée dans le tumulte métropolitain ; le regard exorbité, elle semble en état de choc. Pour l’historien, attentif non seulement au caractère visuel de l’urbanisation au début du xxe siècle, mais aussi au rôle des images dans la transformation des catégories de la perception, ces photogrammes sont riches d’enseignement. Leur intérêt est tout d’abord de rappeler l’impact anthropologique de l’apparition des grandes villes : le temps d’une 13 c génération – entre les années 1890 et les années 1920 – la métropolisation crée les conditions d’une double crise perceptive et corporelle dont l’état de choc et la perte de coordination spatio-temporelle sont les représentations pour ainsi dire hyperboliques. Leur intérêt est également de révéler la manière dont les cinéastes allemands ont cherché à rendre visible ce bouleversement par un régime d’images tout à fait spécifique, fondé sur la confrontation – voire l’hybridation – d’images prélevées sur le réel (instantanés, prises de vue documentaires) et d’images fabriquées en studio (images d’animation, images de fiction).

Le faubourg-jardin comme point de convergence

  • 30 Comme le rappelle Christine Mengin, ce rejet touche aussi bien celui des immeubles à forte densité (...)

19À travers la figure générale du « chaos », les urbanistes berlinois ne visent donc pas une, mais deux réalités, deux repoussoirs : la désorganisation (Planlosigkeit) de la métropole d’une part, le désordre visuel et sensoriel d’autre part. Quand la première incarne les insuffisances spatiales et sociales de la planification urbaine et suscite, à Berlin, le rejet indistinct des immeubles de rapport30, la seconde condense confusément la somme des nouvelles expériences métropolitaines et suscite non seulement – dans le droit fil de l’hygiénisme – un triple désir d’air, de lumière et de verdure, mais aussi une aspiration inédite à l’ordre visuel et au calme sensoriel. Commentant le projet de ville contemporaine de trois millions d’habitants que l’architecte français Le Corbusier oppose, au milieu des années 1920, au désordre supposé de Manhattan, Ludwig Hilbersheimer souligne :

  • 31 Ludwig Hilbersheimer, Großstadtarchitektur, Stuttgart, 1927, p. 15

Sa ville est bien organisée et spacieuse. […] Le chaos new-yorkais semble vaincu. Le désordre s’est fait ordre, l’insécurité est devenue sécurité et l’agitation a fait place au calme. L’air est pur. La vie s’est simplifiée. Toutes les difficultés de la grande ville moderne sont éliminées31.

  • 32 Sur ces débats et conflits, outre l’ouvrage déjà mentionné de Christine Mengin, voir, du même auteu (...)

20Ce double rejet, pour l’essentiel unanime et indistinct, conduit bon nombre d’architectes et urbanistes berlinois à privilégier un modèle : celui du faubourg-jardin édifié en périphérie de la grande ville et lié organiquement à son centre. En effet, par-delà les conflits d’écritures architecturales – Ring contre Block, modernistes contre traditionnalistes32 – le modèle du faubourg-jardin s’impose comme une sorte de point de convergence, capable d’apporter une réponse globale à l’ensemble des problèmes posés par le développement métropolitain. Les Siedlungen berlinoises mettent en effet en avant un idéal : celui de la maison individuelle avec jardin ou du petit ensemble collectif, l’un et l’autre en périphérie de la grande ville. Or, qu’il exprime l’utopie moderniste de l’émancipation et du temps libre ou le rêve traditionnaliste de l’intimité familiale et du repli dans le Heimstätte, cet idéal s’accorde très bien avec l’urbanisme polycentrique et dé-densifié de Berlin depuis le début du siècle. Rompant de facto avec le modèle décentralisé et désurbaniste de la cité-jardin autonome, il apparaît non seulement comme un point de fixation de l’extension urbaine permettant de conduire rationnellement la dissolution de la métropole, mais aussi comme un contrepoint ou une alternative à la frénésie et à la congestion métropolitaines.

***

  • 33 Corinne Jaquand, Le grand Berlin et l’anticipation américaine…, op. cit.
  • 34 Olivier Lugon, « La photographie mise en espace. Les expositions didactiques en Allemagne (1920-193 (...)

21Quand, en 1931, l’exposition sur la construction et l’urbanisme permet de dresser un premier bilan des réalisations, l’urbanisme berlinois rayonne largement en Europe : à partir d’une impulsion initiale donnée par le concours et l’exposition de 1909-1910, le « modèle » mis au point par les architectes et les urbanistes berlinois influence nombre de grandes villes européennes, de Madrid à Moscou en passant par Varsovie33. L’exposition de 1931, qui se tient dans le nouveau parc réalisé par l’architecte Hans Poelzig, en est une sorte de « vitrine ». Elle présente l’habitat nouveau (avec un pavillon-type de Mies van der Rohe) et propose la visite de chantiers achevés (Siedlungen). Fait marquant, elle procède à une mise en espace qui exploite, en les révélant, les nouvelles conditions perceptives de la métropole moderne. Comme l’a bien montré Olivier Lugon34, vers la fin des années 1920, les expositions didactiques comptent, comme le cinéma, la radio ou les journaux illustrés, au nombre des grands mass-médias modernes. Outre leurs succès considérables, elles se distinguent des expositions du passé en substituant, à l’addition de stands séparés, une sorte mise en espace réflexive des objets présentés le long de véritables rues intérieures. À travers l’utilisation de photos de très grande dimension, qui contraignent le visiteur à « construire » lui-même l’image en se déplaçant afin de trouver le point de vue adéquat, cette mise en espace procède à une dynamisation de la vision qui fait directement écho aux nouvelles expériences de vision du citadin. Un exemple parmi d’autres qui suggère que c’est parfois davantage dans le creuset des médias visuels de masse que dans celui du Neues Bauen, que les nouveaux registres de l’expérience métropolitaine ont été reconnus et exploités au profit de « l’homme nouveau ».

Notes

1 Louis Bonnier, Les règlements de voirie, Paris, 1903, p. 39.

2 Voir Jules Huret, En Allemagne, Berlin, Paris, Eugène Fasquelle, 1911, ainsi que, Jean Giraudoux, Rues et visages de Berlin, Paris, Éditions de la Roseraie, 1930, et, du même auteur, Berlin, Paris, Émile-Paul Frères, 1932.

3 Jean-Louis Cohen, « L’urbanisme à Berlin et ses reflets parisiens, 1900-1940 » (p. 17-36) et, sur ces « regards croisés » franco-allemands au tournant du siècle, Harmut Frank, « Paris, modèle ou contre-modèle. Tendances de l’architecture urbaine en Allemagne après 1900 » (p. 37-60), in Gilles Duhem, Boris Grésillon, Dorothée Kohler (dir.), Paris-Berlin. Regards croisés, Paris, Anthropos, 2000. Également, Cécile Chombard-Gaudin, « Frankreich blickt auf Berlin 1900-1939 », in Gerhard Brunn, Jürgen Reulecke, Metropolis Berlin : Berlin als deutsche Hauptstadt im Vergleich europäischer Hauptstädte, 1871-1939, Bonn/Berlin, Bouvier Verlag, 1992, p. 367-407. Cf. le catalogue d’une exposition organisée à la fin des années 1970 par le Centre Pompidou : Paris-Berlin. Rapports et contrastes France Allemagne, 1900-1933, 1978.

4 Préfecture de la Seine, Commission d’extension de Paris, Considérations techniques préliminaires, Paris, imprimerie Chaix, 1913, p. 69.

5 Sur l’usage du concept d’agglomération, voir Maurice Halbwachs, « “Gross-Berlin” : grande agglomération ou grande ville ? », Annales d’histoire économique et sociale, t. 6, 1930, p. 547-570.

6 Voir en particulier : Christine Mengin, Guerre du toit et modernité architecturale : loger l’employé sous la république de Weimar, Paris, Publications de la Sorbonne, 2007 ; Corinne Jaquand, Le grand Berlin et l’anticipation américaine : infrastructures, paysage et forme urbaine du IIe au IIIe Reich, Thèse de doctorat sous la direction de Hubert Damisch, EHESS, 2003 ; Karsten Ley, « Die Intellektualisierung des Städtebaus in Deutschland. Schriften zum Städtebau und das Entstehen einer wissenschaftlichen Disziplin im späten 19. Jahrhundert », publié en italien sous le titre « Il pensiero urbanistico in Germania : trattati e formazione disciplinare alla fine del xix secolo », Bollettino del Dipartimento di Urbanistica e Pianificazione del Territorio, Università di Firenze, 1/2, 2003, p. 3-12 ; John Robert Mullin, « Ideology, planning theory and the German city in the inter-war years », Town Planning Review, vol. 53, n° 2,1982 ; voir également le catalogue d’une exposition organisée en 1994 par le Centre Pompidou : Jean Dethier, Alain Guiheux (dir.), La ville, art et architecture en Europe, 1870-1993.

7 L’étude de la culture visuelle a connu un développement sensiblement différent de part et d’autre de l’Atlantique. En France, elle trouve son origine dans l’utilisation de plus en plus raisonnée des images dans le champ de l’histoire culturelle ainsi que dans les renouvellements récents de l’histoire de la photographie ou du cinéma. Aux États-Unis, elle relève davantage des visual studies, un champ qui se définit par ses objets de recherche – la vision et ses technologies, la circulation des images, le caractère visuel de l’urbanisation contemporaine – et un corpus de textes qui fait notamment une large place aux écrits de Walter Benjamin. Pour un aperçu des études visuelles en France, voir Christian Delage, Vincent Guigueno, André Gunthert, La Fabrique des images contemporaines, Paris, Éd. du Cercle d’art, 2007, ainsi que Christian Delage, Vincent Guigueno, L’historien et le film, Paris, Gallimard, coll. « Folio histoire », 2004. Pour un aperçu des visual studies américaines, voir en particulier François Brunet, « Théorie et politique des images : W.J.T. Mitchell et les études de visual culture », Études anglaises, vol. 58, n° 1 (2005), « Littérature et théories critiques », p. 82-93.

8 Voir en particulier Janet Ward, Weimar surfaces. Urban Visual Culture in 1920s Germany, Berkeley, University of California Press, 2001 ; Leo Charney, Vanessa R. Schwartz (ed.), Cinema and the Invention of Modern Life, Berkeley, University of California Press, 1995 ; Vanessa R. Schwartz, Spectacular Realities. Early Mass Culture in fin-de-siècle Paris, Berkeley, University of California Press, 1998 ; voir également Stéphane Füzesséry, « Métropole, modernisation et expérience vécue. Berlin au regard du cinéma documentaire allemand dans les années vingt », Histoire urbaine, n° 24, avril 2009, p. 71-96, ainsi que : Stéphane Füzesséry, Philippe Simay (dir.), Le choc des métropoles. Simmel, Kracauer, Benjamin, Paris/Tel Aviv, Éditions de l’Éclat, 2008.

9 Pour une mise en perspective, voir par exemple Étienne François, « The German Urban Network between the Sixteenth and Eighteenth Centuries », in A. van der Woude, A. Hayami, J. de Vries (ed.), Urbanization in History : A Process of Dynamic Interactions, Oxford, 1990, p. 84-100.

10 Berlin naît et se développe en effet dans une vallée au relief faiblement contrasté, entre les plateaux modérés de Barnim et de Teltow, situés respectivement au nord et au sud, tandis qu’à l’est et à l’ouest la Spree et la Havel dessinent un véritable complexe lacustre. Les uns et les autres se trouveront ramenés à l’intérieur des limites communales en 1920. Pour une mise en perspective des conditions dans lesquelles s’opère la croissance berlinoise, voir Cyril Buffet, Berlin, Paris, Fayard, 1993, ainsi que Wolfgang Ribbe (ed.), Geschichte Berlins, Münich, Beck, 1988, 2 vol.

11 Comme le rappellent Gerhard Brunn et Detlev Briesen, dans les années 1920, le Grand-Berlin s’apparente à un « archipel de villes », cf. « Un archipel hierarchisé », in Lionel Richard (dir.), Berlin, 1919-1933. Gigantisme, crise sociale et avant-garde : l’incarnation extrême de la modernité, Paris, Autrement, 1995, p. 49.

12 Sur les spécificités de la croissance urbaine allemande dans leur contexte européen, voir Jürgen Reulecke, Geschichte der Urbanisierung in Deutschland, Suhrkampf, Francfort, 1985 ; Clemens Zimmermann, Die Zeit der Metropolen : Urbanisierung und Groβstadtentwicklung, Frankfurt, Fischer Taschenbuch, 1996 ; Jean-Luc Pinol (dir.), Histoire de l’Europe urbaine, Paris, Seuil, 2003, 2 vol.

13 Sur la réforme administrative de 1920 et la naissance du Grand-Berlin, voir par exemple Wolfgang Ribbe, « Naissance du Grand-Berlin », in Lionel Richard, Berlin, 1919-1933…, op. cit., p. 61-69.

14 Jean-Louis Cohen, « Les réformes urbaines à Berlin : deux siècles de chantier », Critique, t. XLVII, n° 531-532, 1991, p. 583.

15 Ibid.

16 Jean-Louis Cohen, « L’urbanisme à Berlin et ses reflets parisiens », in Gilles Duhem et alii (dir.), Paris-Berlin…, op. cit., p. 19.

17 Sur les Mietskasernen, voir par exemple Harmut Häuβermann, « Transformations sociospatiales à Berlin : une évolution entre permanence et mutation », in Gilles Duhem et alii (dir.), Paris-Berlin…, op. cit., p. 133-156.

18 Albert Hofmann, « Gross-Berlin, sein Verhältnis zur modernen Grossstadtbewegung und der Wettbewerb zur Erlangung eines Grundplans für die städtebauliche Entwicklung Berlins und seiner Vororte im zwangzisten Jahrhundert », Deutsche Bauzeitung, n° 44, 1910, p. 169.

19 En Allemagne, l’aménagement et la planification/régulation se développent dès les années 1860-1870 avec une connotation proche de l’ingénierie, le Städtebau étant assez tôt intégré aux programmes des écoles techniques. Sur ce point, voir Anthony Sutcliffe, « Naissance d’une discipline », in Jean Dethier, Alain Guiheux (dir.), La ville…, op. cit., p. 121-128.

20 Sur Carl Henrici, voir Gerhardt Fehl, « Carl Henrici (1842-1927). Pour un urbanisme allemand », in Jean Dethier, Alain Guiheux (dir.), La ville…, op. cit., p. 136-137.

21 Sur Joseph Stübben, voir Guy Ballangé, « Joseph Stübben (1845-1936). Héritier ou fondateur ? », in Jean Dethier, Alain Guiheux (dir.), La ville…, op. cit., p. 134-135.

22 Hermann Jansen, Vorschlag zu einem Grundplan für Gross-Berlin, Münich, Callwey, 1910.

23 Outre la thèse de doctorat de Corinne Jaquand déjà citée, voir Dieter Frick, « Le concours du Grand Berlin, 1910. Jansen, Brix/Genzmer, Möhring/Eberstadt/Petersen, Schmitz/Blum », in Jean Dethier, Alain Guiheux (dir.), La ville…, op. cit., p. 140-143.

24 Sur le concours pour l’Alexanderplatz et, plus généralement, sur l’aménagement des grandes places et les flux de circulation, voir par exemple Ludociva Scarpa, « Die gerade Strasse, Sanierungs und Durchbruchpläne in Berlin 1926-1933 », Bauwelt, n° 36, 1984, p. 1535-1541, ainsi que Mathias Schirren, « La circulation à Berlin dans les années vingt. Place de la République et Alexanderplatz », in Jean Dethier, Alain Guiheux (dir.), La ville…, op. cit., p. 309-311.

25 La GEHAG (Gemeinnützige Heimstätten-, Spar- und Bau- Aktiengesellschaft, société par actions d’épargne et de construction d’intérêt public pour l’habitat) et la GAGFAH (Gemeinnützige Aktien-Gesellschaft für Angestellten-Heimstätten, société par action d’intérêt public pour l’habitat des employés) sont deux sociétés de constructions : la première a été fondée en 1924 par les syndicats de gauche, la seconde en 1918 par les syndicats de droite. Pour une mise au point bibliographique très complète sur ces deux sociétés, voir Christine Mengin, Guerre du toit et modernité architecturale…, op. cit., p. 487-493.

26 Voir Stéphane Füzesséry, « Cinéma et mobilité urbaine », in Mathieu Flonneau, Vincent Guigueno (dir.), De l’histoire des transports à l’histoire de la mobilité ? Rennes, PUR, 2009, p. 221-233. Voir également Marc Desportes, Paysages en mouvement. Transports et perception de l’espace, xviiie-xxe siècle, Paris, Gallimard, 2005.

27 Voir par exemple Christophe Studeny, L’invention de la vitesse. France, xviiie-xxe siècle, Paris, Gallimard, 1995.

28 Joseph Roth, « Considérations sur la circulation », À Berlin, trad. de l’allemand par Pierre Gallissaires, Paris, Éditions du Rocher, 2003, p. 84-86 [Frankfurter Zeitung, 15 février 1924].

29 Voir Stéphane Füzesséry, « Métropole, modernisation et expérience vécue.… », op. cit.

30 Comme le rappelle Christine Mengin, ce rejet touche aussi bien celui des immeubles à forte densité comme à Wedding ou Kreuzberg, que celui des immeubles de rapport à plus faible densité qui constituent pourtant, pour les familles bourgeoises, « une étape en direction des quartiers de villas », Christine Mengin, Guerre du toit…, op. cit., p. 281.

31 Ludwig Hilbersheimer, Großstadtarchitektur, Stuttgart, 1927, p. 15

32 Sur ces débats et conflits, outre l’ouvrage déjà mentionné de Christine Mengin, voir, du même auteur, « Architecture et symbolique sociale. L’exemple des cités d’habitation pour employés dans l’Allemagne de Weimar », Revue d’Allemagne et des Pays de langue allemande, Strasbourg, vol. 40, n° 1, 2008, p. 147-168.

33 Corinne Jaquand, Le grand Berlin et l’anticipation américaine…, op. cit.

34 Olivier Lugon, « La photographie mise en espace. Les expositions didactiques en Allemagne (1920-1930) », Études photographiques n° 5, novembre 1998.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/2420/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 188k
Légende Fig. 1 à 8 – Photogrammes extraits de Berlin, die Sinfonie der Grossstadt, Walter Ruttmann, 1927.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/2420/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 168k
Légende Fig. 9 – photogramme extrait de Berlin, die Sinfonie der Grossstadt,Walter Ruttmann, 1927.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/2420/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Légende Fig. 10 – photogramme extrait de Die Stadt der Millionen, Adolf Trotz, 1925.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/2420/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/2420/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Légende Fig. 11 à 14 – Photogrammes extraits de Berlin, die Sinfonie der Grossstadt, Walter Ruttmann, 1927.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/2420/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 92k

Auteur

Architecte et historien

© Éditions de la Sorbonne, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540