Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Agrandir Paris (1860-1970)

 | 
Annie Fourcaut
, 
Florence Bourillon

Quatrième partie. Paris-banlieue et retours

La commission d’extension de Paris et ses travaux 1911-1913

Pierre Casselle

Texte intégral

1C’est aux environs de 1910 que se manifestent les premières tendances à élaborer une politique de l’extension urbaine. Le mot, comme la chose, étaient dans l’air et préoccupaient les congrès d’urbanistes et d’hygiénistes. Á l’étranger, en Allemagne notamment, l’aménagement raisonné des villes était très en faveur. En Angleterre avait été adopté en 1909 le Housing town planning act et la première expérience de « cités-jardins », celle de Letchworth, venait d’être réalisée. À Paris, c’est Louis Dausset qui, en 1910, aborda officiellement la question de la future extension de Paris.

  • 1 Pierre Casselle, Paris républicain, 1871-1914, Paris, Hachette, 2003, p. 25, 32-38.

2Dausset est l’une des figures majeures de la vie politique municipale de la période. Professeur au collège Stanislas, il avait été révoqué en avril 1900 par le gouvernement Waldeck-Rousseau pour ses responsabilités au sein de la Ligue de la Patrie française qu’il avait fondée avec François Coppée. Le mois suivant, s’étant présenté aux élections municipales, il l’avait emporté le 13 mai sur Louis Lucipia, conseiller sortant du 3e arrondissement (quartier des Enfants-Rouges), ancien communard, dignitaire de la franc-maçonnerie et président du conseil municipal. L’élection surprise de Dausset avait été le symbole du basculement à droite de l’assemblée municipale, dont il fut élu président en 1901. Celui que L’Assiette au beurre surnomma « le pion » fut élu en 1908 rapporteur général du budget de la Ville et ses rapports annuels, toujours longuement commentés par la presse, constituaient un véritable panorama de l’activité municipale. Les élections parisiennes de 1900 avaient créé un choc dans l’opinion : à nouveau siècle, nouvelle majorité, disait-on. La majorité de droite, pourtant, ne fut réellement établie qu’à partir de novembre 1909, confortant ainsi la position de Louis Dausset à l’Hôtel de Ville1.

3Dans son rapport sur le projet de budget pour 1911, présenté le 25 décembre 1910, Dausset s’exprimait ainsi :

  • 2 Rapport général… sur le projet de budget supplémentaire de 1910 et le projet de budget de la ville (...)

Pour être l’objet de nos préoccupations constantes, la question des fortifications et de leur transformation ne doit pas nous empêcher d’en étudier et d’en résoudre d’autres […]. Car, tandis que nous nous absorbons uniquement dans les transformations et les embellissements de Paris, les communes suburbaines qui sont venues s’accrocher en quelque sorte à son enceinte se développent avec une rapidité toujours plus grande. […]. Nous ne pouvons nous désintéresser du sort de ces petites villes dont plusieurs sont devenues plus importantes que beaucoup de chefs-lieux de départements, et qui font en réalité corps avec Paris dont elles ne sont séparées que par le mur, le fossé d’enceinte et la zone militaire appelés à disparaître dans un avenir que nous espérons très prochain. De telle sorte que, sans même envisager l’annexion possible de tout ou partie de ces communes à Paris […], il est permis de prévoir l’époque où […] ces agglomérations juxtaposées à la capitale constitueront une sorte de plus grand Paris formant un tout qui ne devra comporter aucune partie disparate. Mais, pour arriver à ce résultat, il est grand temps de modifier l’état de choses actuel, qui n’a que trop d’analogies avec la situation de la banlieue limitrophe de Paris au moment de la dernière annexion de 1859. Comme à cette époque, les communes suburbaines sont d’immenses faubourgs de la capitale qui leur a donné naissance. Tous les intérêts gravitent autour de Paris où travaille d’ailleurs la majeure partie de leurs habitants. Que deviendraient-elles sans Paris centre des affaires, des occupations de toute nature, des délassements, des théâtres, des plaisirs ? Or, pas plus qu’avant 1859, les communes de la banlieue ne songent à combiner leurs efforts et leurs travaux de voirie […]. D’ailleurs à cet égard nous sommes devancés par la plupart des grandes villes du monde civilisé, qui toutes se développent aujourd’hui rationnellement suivant un programme préconçu […]. Paris et sa banlieue forment une agglomération de 3 500 000 habitants environ ayant les mêmes intérêts au point de vue de la circulation, de l’hygiène et de l’esthétique. Il est donc indispensable d’entreprendre, sans plus tarder, une étude documentée, méthodique et complète, de manière à adopter et à suivre une ligne de conduite générale. […] Que M. le préfet de la Seine […] crée donc au plus tôt une commission composée à la fois d’artistes renommés, de représentants du Conseil municipal et de l’Administration et que cette commission, aussitôt constituée, travaille à élaborer les conditions du concours à établir pour dresser le plan d’extension de Paris2.

  • 3 Conseil municipal de Paris, Délibérations, année 1910, Paris, Imprimerie municipale, 1911, p. 1518
  • 4 Bulletin municipal officiel de la ville de Paris, 1er juillet 1911, p. 2595.

4Par délibération du 31 décembre suivant, le conseil municipal approuva la proposition de Louis Dausset3. Il fallut pourtant attendre le 26 juin 1911 pour que le préfet Justin de Selves, à la veille de sa nomination comme ministre des Affaires étrangères, signât l’arrêté de création de la commission « chargée d’étudier les questions que soulève l’extension de Paris4 ».

  • 5 Des moyens juridiques de sauvegarder les aspects esthétiques de la ville de Paris, Paris, B. Tigno (...)
  • 6 Études sur les transformations de Paris, Paris, Champion, 1903-1909.

5Présidée par le préfet de la Seine, la commission était composée de cinquante-quatre membres : onze conseillers municipaux de Paris, choisis de la droite à la gauche de l’assemblée municipale ; des architectes et des artistes, tous membres de l’Institut (le peintre Édouard Detaille, l’architecte du Petit Palais Charles Girault, le sculpteur Injalbert qui avait travaillé à la décoration des ponts Mirabeau et de Passy, Henri-Paul Nenot, architecte de la nouvelle Sorbonne…) ; des parlementaires (Étienne Clémentel, Denys Cochin, Ferdinand Dreyfus, Méline, Millerand, Simon Plissonnier, Louis Puech, Alexandre Ribot, Jules Siegfried et Paul Strauss) ; des membres de la « société civile » (Georges Benoit-Lévy, secrétaire général de l’Association des cités-jardins, Abel Baillif, président du Touring-Club de France, Jean Dupuy, président du syndicat de la presse parisienne) ; les représentants des ministères concernés (Intérieur, Finances, Guerre, Agriculture, Beaux-Arts) ; les hauts fonctionnaires de la préfecture de la Seine (Charles Magny, directeur des Affaires départementales, qui venait de publier une thèse remarquée sur la sauvegarde esthétique de Paris5 et qui sera préfet de la Seine sous Vichy ; Quennec, directeur de l’Octroi ; Jean-Camille Formigé, architecte des promenades ; Eugène Hénard, architecte de la Ville et auteur de plusieurs études prospectives d’urbanisme6 ; Fulgence Bienvenüe, chef du service du métropolitain ; Boreux, chef du service de la voie publique et de l’éclairage). La banlieue était représentée de façon minimale par le président du Conseil général, Laurent-Cély, et par Girard, représentant de Vincennes.

6Louis Bonnier, directeur des services d’architecture et des promenades, était chargé de l’exécution de l’arrêté préfectoral. On remarquera que plusieurs personnalités appartenant à la section d’hygiène du Musée social se retrouvaient au sein de la commission : Siegfried, Benoit-Lévy, Hénard et Bonnier lui-même.

7Six mois s’étaient écoulés sans que la commission fût réunie lorsque Émile Landrin, conseiller SFIO élu par le 20e arrondissement, proposa le 4 décembre 1911 de mettre à l’étude la question de l’agrandissement de Paris. Après avoir résumé les discussions en cours entre l’État et la Ville sur la suppression des fortifications, Landrin concluait ainsi :

  • 7 Proposition tendant à mettre à l’étude l’agrandissement de Paris, comme conséquence de la suppress (...)

Nous pouvons donc espérer voir bientôt entrer dans la voie de réalisation cette affaire qui a donné lieu à de longues négociations et dont nous attendons tous avec impatience la solution, qui donnera à notre capitale plus d’hygiène et plus de beauté. Mais alors une question se pose : maintiendra-t-on Paris dans ses limites actuelles ? ou n’y a-t-il lieu d’envisager dès maintenant l’exécution de projets, dont il a souvent été question, consistant à l’agrandissement de Paris par l’annexion de tout ou partie de certaines communes suburbaines qui ne sont réellement que les faubourgs de la grande ville et qui auraient été depuis longtemps incorporées, n’eût été le mur d’enceinte fortifiée qui présente comme une barrière infranchissable à ce développement de la grande cité. […] Je pense donc qu’il nous faut dès à présent nous préoccuper de la situation qui sera faite, dans un avenir prochain, à notre grande ville ainsi qu’aux communes limitrophes par la désaffectation des fortifications et l’aménagement en promenades et jardins publics de la zone militaire. Une commission dite de l’extension de Paris, instituée par arrêté préfectoral du 26 juin 1911 et qui ne s’est pas encore réunie, me paraît toute désigner pour se livrer à l’étude de cette question. Il pourrait aussi être ouvert une large enquête dans laquelle le conseil général, les conseils municipaux, les conseils d’arrondissement, enfin tous les intéressés seraient appelés à donner leur avis7.

8La commission se réunit enfin le 28 février 1912. Dans cette séance inaugurale le préfet de la Seine, Marcel Delanney, définit ainsi le rôle que la commission devait remplir :

  • 8 Louis Dausset, Rapport général… sur le projet de budget supplémentaire de 1912 et le projet de bud (...)

Rechercher comment l’extension de Paris pourrait s’effectuer, non au gré du hasard, des circonstances ou des intérêts particuliers, mais d’après un plan méthodique et harmonieux, tenant compte des intérêts de toute nature, sociaux, économiques, hygiéniques et artistiques de la capitale8.

9Louis Dausset insista auprès du préfet pour que la commission tînt des séances fréquentes afin d’établir un programme de travail adapté aux besoins les plus immédiats de l’agglomération parisienne, en même temps qu’aux possibilités financières de la ville de Paris dont il se voulait le gardien en tant que rapporteur du budget. Il soulignait également :

qu’il ne saurait appartenir à une réunion où ne figurent pas les représentants de la banlieue, de résoudre tous les problèmes qui se posent actuellement. Il faut, en effet, se décider à établir un programme d’ensemble pour déterminer les besoins de l’agglomération parisienne au point de vue de la circulation et lui préparer un réseau de voies susceptibles d’en favoriser l’essor. Une entente entre toutes les municipalités intéressées est indispensable, pour que ces voies soient créées suivant une idée générale directrice […]. Ce travail peut d’ailleurs être fait sans qu’il soit utile d’envisager l’annexion des communes intéressées : il suffirait, de même qu’à Berlin, à Boston et dans tant d’autres villes étrangères, de créer entre toutes ces communes, Paris compris, un syndicat intercommunal analogue à ceux dont la loi de 1884 a prévu la formation chaque fois qu’il y a lieu de poursuivre une œuvre ensemble.

10L’aspect environnemental de l’agrandissement de Paris entrait dans les préoccupations de Dausset qui soulignait que les représentants de l’agglomération parisienne n’auraient pas à se préoccuper seulement d’un aménagement rationnel du réseau des voies publiques :

  • 9 Louis Dausset, Rapport général… sur le projet de budget supplémentaire de 1912…, op. cit., p. 426- (...)

Il existe encore dans la banlieue beaucoup de jardins, de parcs, de bois ou même de forêts. Ce qu’il faut éviter, c’est leur morcellement et leur disparition à brève échéance9.

  • 10 Préfecture de la Seine. Commission d’extension de Paris, Aperçu historique, Paris, Chaix, 1913, 24 (...)
  • 11 Dans les papiers Poëte, conservés à la Bibliothèque historique de la Ville de Paris, se trouvent l (...)
  • 12 Albert Demangeon, « L’étude de la vie urbaine et la ville de Paris », Annales de géographie, t. 29 (...)

11Malgré l’insistance ainsi manifestée par Dausset à voir travailler régulièrement la commission dont il était à l’origine, celle-ci ne se réunit pas une seconde fois. En 1913, elle publia deux rapports10 non signés, mais qui peuvent être attribués à la collaboration entre Louis Bonnier, chargé comme on l’a vu de l’application de l’arrêté de juin 1911, et Marcel Poëte, conservateur de la Bibliothèque historique de la Ville de Paris à partir de 1903 et bien connu pour ses travaux sur l’histoire de l’urbanisme parisien11. On sait qu’ils créèrent ensemble en 1920 la revue La Vie urbaine, qui était l’organe de l’Institut d’histoire, de géographie et d’économies urbaines, que Poëte avait substitué en 1917 à la Bibliothèque historique12.

  • 13 Préfecture de la Seine. Commission d’extension de Paris, Documentation bibliographique. 1. Inventa (...)

12Les deux mémoires de 1913 sont complétés par un volume annexe de documentation bibliographique consacré à l’inventaire des documents relatifs à l’aménagement et à l’extension des villes conservés au Musée social13.

  • 14 François Latour, Le plus grand Paris, problème national, Paris, Imprimerie municipale, 1928, p. 80 (...)

13Les travaux de la commission d’extension devaient former la base documentaire nécessaire à l’élaboration d’un plan pour une nouvelle extension de Paris. Le découpage du rapport en deux parties traduit l’importance des précédents historiques dans la réflexion. Comme l’écrivit quelques années plus tard le conseiller municipal François Latour14, il fallait éviter de renouveler l’erreur de Thiers en 1840 qui avait refusé d’annexer à Paris les communes comprises dans la nouvelle enceinte sans se soucier de leur nécessaire aménagement en fonction des besoins de la capitale.

  • 15 « Les plans d’extension et d’aménagement de Paris avant le xixe siècle », La Vie urbaine, 2, 1920, (...)

14Le premier volume, intitulé Aperçu historique, se compose de deux parties : la première est consacrée à l’extension de Paris et à l’aménagement général de la ville dans ses liens avec l’extension, depuis les origines jusqu’à la fin du Second Empire ; la seconde, au précédent immédiat de l’extension projetée, l’annexion de 1860. Cette étude, est-il annoncé dans l’avertissement, « importe d’autant plus que Paris, étant par excellence une ville d’évolution historique, a son avenir intimement lié à son passé ». Analysant cette étude historique en 1920 dans La Vie urbaine, Maurice Halbwachs relevait que la crainte du pouvoir monarchique à l’égard d’une extension trop grande de Paris remontait au xvie siècle15.

15La conclusion de cet Aperçu historique érudit et d’une grande richesse documentaire était qu’il devrait offrir des précédents utiles pour l’étude des agrandissements possibles de la capitale. Il y était affirmé :

  • 16 Commission d’extension de Paris, Aperçu historique…, op. cit., p. 239.

Les mêmes problèmes se poseront à ceux qui voudront élargir les limites actuelles, mais la difficulté de la solution s’accroîtra en proportion directe du développement matériel et moral de Paris. […] Les pouvoirs publics, il y a un demi-siècle, n’avaient pu prévoir les conséquences d’un accroissement limité de Paris : qui pourrait dire où ces conséquences s’arrêteraient, avec la ville actuelle, dont la population a doublé depuis cette époque, et dont le rayonnement d’influence s’étend de jour en jour sur des territoires plus considérables16 ?

16Le second volume, intitulé Considérations techniques préliminaires, est plus prospectif mais s’appuie encore très fortement sur l’analyse historique des anciens plans d’extension de Paris depuis l’Ancien Régime jusqu’aux grands travaux des débuts de la Troisième République. Le ton est donné dès l’introduction :

  • 17 Commission d’extension de Paris, Considérations techniques préliminaires…, op. cit., p. 45-47.

Après tant de travaux, tant de dépenses, de démolitions, de bouleversements et de percées, la fin n’est pas atteinte. Les promenades et les rues sont insuffisantes. Mais ce serait ne tenir aucun compte de la réalité que de vouloir les considérer dans les limites trop étroites du territoire administratif de la Ville. L’agglomération parisienne déborde bien au-delà des fortifications ; la banlieue qui les environne se peuple de plus en plus […]. Le plus grand Paris, son réseau de rues, de routes, de chemins de fer, de tramways, d’égouts, de canalisations d’eau, ses maisons et ses cours, ses jardins publics ne doivent pas se former au hasard, sans direction d’ensemble, sans coordination et notamment sans liaison entre les deux parties de l’agglomération, encore séparées aujourd’hui par les fortifications. Une loi prussienne de 1911 vient justement de créer le “grand Berlin”, sorte de fédération groupant avec la capitale allemande les agglomérations qui se sont développées autour d’elle […]. Or, il existe un “grand Paris”, constitué à l’avance, pourvu d’une organisation administrative complète : le département de la Seine, que les Allemands eux-mêmes rapprochent de leur “grand Berlin” et qui pourrait être également comparé pour son étendue au comté de Londres. Le département de la Seine, dont le territoire couvre 47 389 hectares, paraît fournir le cadre naturel d’un plan d’extension : celui qu’Haussmann avait déjà entrevu il y a une soixantaine d’années17.

17Après avoir exposé les modèles berlinois, londonien et viennois, le rapport propose la création de vastes espaces verts, sur l’ancienne zone militaire :

  • 18 Ibid., p. 94-95

Il importe de profiter de l’expérience passée, d’éviter les erreurs d’autrefois. […] Sous la monarchie de Juillet, on avait, semble-t-il un préjugé contre l’espace libre, – l’horreur du vide, sans doute –, on encourageait avant tout la construction de nouvelles maisons. […] Une erreur semblable sera évitée lors de la suppression de l’enceinte fortifiée actuelle. Là encore, nous trouvons une importante couronne d’espaces découverts, une couronne incomparablement plus large et plus grande que les précédentes […]. On ne laissera pas cette fois gaspiller une telle richesse18.

18La fortification construite en 1840 était donc appelée par la commission à jouer un rôle prééminent dans le développement des promenades parisiennes, mais la ceinture des forts détachés offrait dans la banlieue des ressources bien plus abondantes encore :

  • 19 Ibid., p. 98-101.

Ces forts occupent des régions élevées, à l’abri des brouillards et des fumées, et leurs emplacements sont tout désignés pour des promenades publiques. Leur étendue, double ou triple de celles de nos plus grands parcs intérieurs, conviendrait excellemment à des jardins périphériques ; elle est presque équivalente à celles des espaces libres qui marquent les limites du comté de Londres […]. Elle dépasse la superficie des plus vastes parcs de Berlin. […] Ainsi encadré, doté des jardins publics dont nous avons esquissé un plan d’ensemble, le département de la Seine, le plus grand Paris, n’aurait rien à envier aux villes de l’étranger19.

19Le rapport proposait également une approche originale du mur d’enceinte désaffecté en l’interrompant par de grandes portes :

  • 20 Ibid., p. 97.

Il est permis, sans être trop mégalomane, de songer à décorer les barrières actuelles dont l’aspect presque partout misérable ne se peut comparer qu’à la hideur des abords des voies ferrées qui pénètrent dans Paris. On a la faculté de tracer sur les terrains des fortifications des entrées triomphales, des portes grandioses qui, dès l’abord, annonceront la cité universelle, la capitale du monde artistique20.

20En 1929, Albert Guérard pouvait encore écrire :

  • 21 Albert Guérard, L’avenir de Paris, Paris, Payot, 1929, p. 154, 157-158.

Jusqu’où s’étend aujourd’hui le vrai Paris ? Jusqu’où doit-il s’étendre demain ? Ce problème n’est pas simple. Toute grande ville est un peu comme l’ancienne Rome, et tend à se répandre sur l’univers. Paris, c’est l’ensemble de ceux qui vivent de sa vie […]. Partout où l’on trouve une proportion notable d’habitants qui travaillent à Paris, achètent à Paris, s’amusent à Paris, on est toujours à Paris. […] Où s’arrêter ? La solution la plus simple, c’est d’étendre la Ville jusqu’aux limites du département de la Seine. […] On peut le considérer comme le maximum d’audace compatible avec l’esprit de conservation. C’est pourquoi la première commission d’extension, en 1913, lui donnait ses suffrages. Insuffisant sur certains points, il représenterait cependant un progrès qu’on n’aurait jamais lieu de regretter21.

21Les travaux de la commission d’extension de Paris n’eurent pas de suite immédiate, telle n’était d’ailleurs pas la mission qui lui avait été confiée en 1911 ; ils servirent néanmoins de base de réflexion pour les participants au concours du plan d’extension de Paris, ouvert à la suite des lois des 14 mars et 19 avril 1919. En tout cas, par l’abondance de la documentation rassemblée et synthétisée de manière raisonnée qu’ils renferment, les volumes publiés par la Commission en 1913 constituent toujours de très utiles instruments de travail pour les historiens de Paris.

Notes

1 Pierre Casselle, Paris républicain, 1871-1914, Paris, Hachette, 2003, p. 25, 32-38.

2 Rapport général… sur le projet de budget supplémentaire de 1910 et le projet de budget de la ville de Paris pour 1911 (conseil municipal de Paris, 1910, n° 91), Paris, Imprimerie municipale, 1910, p. 189-190, 192.

3 Conseil municipal de Paris, Délibérations, année 1910, Paris, Imprimerie municipale, 1911, p. 1518.

4 Bulletin municipal officiel de la ville de Paris, 1er juillet 1911, p. 2595.

5 Des moyens juridiques de sauvegarder les aspects esthétiques de la ville de Paris, Paris, B. Tignol, 1911.

6 Études sur les transformations de Paris, Paris, Champion, 1903-1909.

7 Proposition tendant à mettre à l’étude l’agrandissement de Paris, comme conséquence de la suppression des fortifications (conseil municipal de Paris, 1911, n° 98), Paris, Imprimerie municipale, 1911, p. 2-3.

8 Louis Dausset, Rapport général… sur le projet de budget supplémentaire de 1912 et le projet de budget de la ville de Paris pour 1913 (conseil municipal de Paris, 1912, n° 95). Paris, Imprimerie municipale, 1913, p. 425-426.

9 Louis Dausset, Rapport général… sur le projet de budget supplémentaire de 1912…, op. cit., p. 426-427.

10 Préfecture de la Seine. Commission d’extension de Paris, Aperçu historique, Paris, Chaix, 1913, 243 p., tabl. et Considérations techniques préliminaires : la circulation, les espaces libres, Paris, Chaix, 1913, 103 p.

11 Dans les papiers Poëte, conservés à la Bibliothèque historique de la Ville de Paris, se trouvent les manuscrits d’une esquisse de l’extension de Paris, des origines à 1859 (BHVP, manuscrits 190-192).

12 Albert Demangeon, « L’étude de la vie urbaine et la ville de Paris », Annales de géographie, t. 29, n° 159, 1920, p. 216-219.

13 Préfecture de la Seine. Commission d’extension de Paris, Documentation bibliographique. 1. Inventaire des documents relatifs à l’aménagement et à l’extension des villes conservés au Musée social, Paris, Chaix, 1913, 52 p.

14 François Latour, Le plus grand Paris, problème national, Paris, Imprimerie municipale, 1928, p. 80-82.

15 « Les plans d’extension et d’aménagement de Paris avant le xixe siècle », La Vie urbaine, 2, 1920, p. 3-28.

16 Commission d’extension de Paris, Aperçu historique…, op. cit., p. 239.

17 Commission d’extension de Paris, Considérations techniques préliminaires…, op. cit., p. 45-47.

18 Ibid., p. 94-95

19 Ibid., p. 98-101.

20 Ibid., p. 97.

21 Albert Guérard, L’avenir de Paris, Paris, Payot, 1929, p. 154, 157-158.

Auteur

Historien

© Éditions de la Sorbonne, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540