Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Agrandir Paris (1860-1970)

 | 
Annie Fourcaut
, 
Florence Bourillon

Quatrième partie. Paris-banlieue et retours

La suppression des fortifications au conseil municipal de Paris à la fin du xixe siècle : prendre acte de la croissance de la ville

Marie Charvet

Texte intégral

1Les fortifications de Paris, construites sous Louis-Philippe, marquent depuis 1860 les limites de la capitale. Au-delà – sur le territoire des communes de banlieue – s’étend une zone de servitude de 250 m où toute construction est théoriquement interdite. Le déclassement de l’enceinte est envisagé dès les années 1880. Cette étude s’intéresse aux débats que le sort de cet ouvrage a suscités au sein du conseil municipal de Paris et à la façon dont les édiles partisans de la suppression ont réagi pour que cette mesure devienne un moyen d’accompagner l’extension de Paris, sans pour autant, jusqu’au tournant xixe-xxe siècles, contester ses frontières administratives.

Une question d’hygiène

La proposition Guyot ou l’hygiènisme nationaliste

  • 1 Yves Breton et Michel Lutfalla (dir.), L’économie politique en France au xixe siècle, Paris, Econo (...)
  • 2 Rapports et documents, Conseil municipal de Paris, Paris, Imprimerie Ch. de Mourgues puis Imprimer (...)
  • 3 Procès-verbaux des séances, Conseil municipal de Paris, Paris, Typographie Lahure puis Imprimerie (...)
  • 4 Jean-Jacques Becker et Stéphane Audoin-Rouzeau, La France, la nation, la guerre : 1850-1920, Paris (...)
  • 5 PVCM, 11 juin 1883, p. 1020.
  • 6 RDCM, 1882, n° 78, p. 2-37 et Yves Guyot, Paris ouvert. Ligue permanente pour la défense des intér (...)

2En 1882, Yves Guyot, édile radical de Paris et économiste libéral1, dépose une proposition réclamant « la désaffectation du mur d’enceinte, la cession à la ville de Paris des terrains qui en dépendent et la suppression de la zone militaire2 ». L’idée circule au conseil municipal depuis quelques années3 et rien ne semble s’y opposer. La France a entrepris de moderniser ses fortifications dans les années 18704. Le déclassement est aussi étudié à la Chambre et au ministère de la Guerre5. Guyot développe l’argumentation suivante. Face aux inconvénients de l’enceinte, seul l’intérêt militaire peut justifier son maintien. Or elle est inutile à la défense de Paris et même néfaste, car elle confère aux défenseurs un sentiment de fausse sécurité. À cause d’elle, on a ainsi négligé de se préparer à la guerre. Son existence se serait d’ailleurs opposée à cette préparation, l’aurait-on voulue. En effet, avec la zone, l’enceinte stérilise des terrains qui pourraient accueillir des logements salubres à bon marché et empêche Paris de s’étendre. Les Parisiens s’entassent donc dans des logements étroits et n’ont pas d’espace pour s’ébattre, d’où leur étiolement physique obérant les chances de la Revanche6.

  • 7 Gérard Jorland, Une société à soigner. Hygiène et salubrité en France au xixe siècle, Paris, Galli (...)

3Les années 1880 sont marquées par le triple souvenir de la chute du Second Empire, de la défaite et de la Commune. La défaite est attribuée entre autres à des causes sanitaires : la variole a frappé des milliers de soldats français alors que les troupes allemandes étaient vaccinées7. Hygiène et régénération nationale sont donc des thèmes liés. Guyot s’inscrit dans ce courant. Chez lui, les fortifications, création de la monarchie de Juillet, assument d’ailleurs les tares du Second Empire, imprévoyant, futile et décadent.

  • 8 Marie Charvet, Les fortifications de Paris, Rennes, PUR, 2005, p. 136-150.
  • 9 Claude de la Barrière et Louis Mocquant, Le Nouveau Conseil municipal de Paris. Biographies et pro (...)

4La proposition Guyot est adoptée le 11 juin 1883 à une très forte majorité. Ce vote a aussi une signification politique : les édiles réclamant la suppression sont des républicains, partisans de l’autonomie communale8. La question est d’ailleurs à usage interne à l’assemblée parisienne : trois édiles élus en 1884 et 1886 seulement ont mentionné l’enceinte dans leur programme9.

Un ancrage hygiéniste durable

  • 10 RDCM, 1893, n° 22, p. 3.
  • 11 Gérard Jorland, Une société à soigner…, op. cit., p. 36-39.
  • 12 La mobilisation participe de la réévaluation des institutions françaises après la défaite. Lion Mu (...)

5Si Guyot n’est pas le premier conseiller municipal à évoquer la suppression de l’enceinte, sa proposition passe à la postérité10. Il mobilise en effet le déclassement pour poser des questions cruciales. La fin du xixe siècle est un moment clé pour l’hygiénisme français. La Deuxième République avait doté la France d’une législation d’hygiène, mais sans se donner les moyens de l’appliquer11. Dans les années 1870, les hygiénistes se mobilisent pour imposer une législation efficace12. Or Guyot fait du déclassement une solution aux problèmes qu’ils identifient : entassement urbain sous toutes ses formes, exiguïté des logements, difficultés de circulation et pénurie d’espaces non bâtis.

  • 13 Roger-Henri Guerrand, Les origines du logement social en France, Paris, Les Éditions ouvrières, 19 (...)
  • 14 Elsbeth Kalff, « Logements insalubres et sensibilisation à l’hygiène. Paris 1850-1880 », Annales d (...)
  • 15 Madeleine Leveau-Fernandez, « La zone et les fortifs », in Annie Fourcaut (dir.), Banlieue rouge, (...)

6Les travaux des statisticiens, des hygiénistes, de la commission d’hygiène du département de la Seine et de l’Assistance publique attirent l’attention sur les conditions de vie dans les taudis parisiens. La situation apparaît d’autant plus critique au début des années 1880 que c’est entre 1876 et 1881 que Paris a connu sa plus forte croissance avec 218 000 habitants supplémentaires13, d’où une surpopulation accrue des logements, la construction d’habitations de fortune et de fréquentes épidémies. Les arrondissements périphériques sont très concernés par ces évolutions, les classes populaires tendant à délaisser, depuis l’annexion, le centre de Paris pour l’ancienne banlieue. Si ce mouvement est d’abord perçu comme bénéfique, l’optimisme disparaît au début de la décennie 1880 : on s’inquiète désormais des conditions sanitaires du Paris agrandi14. La zone est particulièrement touchée par le développement anarchique de l’habitat : les constructions illégales s’y multiplient à partir des années 1880, accueillant des Parisiens chassés par l’haussmannisation15.

  • 16 RDCM, 1893, n° 22, p. 18-28 et 1898, n° 107, p. 2.
  • 17 Yves Guyot, Paris ouvert…, op. cit., p. 29.
  • 18 Michel Offerlé, Les socialistes et Paris. 1880-1900. Des communards aux conseillers municipaux, th (...)
  • 19 Jean Jolly (dir.), Dictionnaire des parlementaires français, Paris, PUF, 1960-1977, t. II, p. 784- (...)

7Ce contexte aide Guyot à constituer la suppression de l’enceinte en solution aux problèmes d’hygiène de Paris. Le déclassement remédierait à la pénurie d’espace et donc à l’insalubrité et à la surpopulation. L’inscription hygiéniste est renforcée par ses successeurs, en particulier par Paul Brousse16. Après le vote de la proposition Guyot, des négociations s’engagent avec l’État pour l’achat de l’enceinte par la ville. À cette occasion, le service des promenades de la préfecture de la Seine élabore d’ailleurs un projet d’aménagement. Mais ville et État ne s’entendent pas sur le prix17 et, après 1886, la question de l’enceinte est mise en veilleuse jusqu’à la fin des années 1880, quand Brousse s’en empare. Socialiste possibiliste18, Brousse entend procéder à des avancées graduelles et localisées vers le socialisme par le jeu électoral, en particulier dans les collectivités locales19. Aménager l’enceinte relèverait alors du socialisme municipal.

Offrir de l’espace aux Parisiens

8Guyot entend offrir aux Parisiens l’espace qui leur manque cruellement :

  • 20 PVCM, 20 novembre. 1882, p. 647.

La population étouffe dans Paris et elle voudrait briser sa ceinture de pierres. Elle est vivement saisie par la préoccupation de la cherté croissante des loyers et des mauvaises conditions hygiéniques de la capitale20.

9Le déclassement rendrait à la ville l’espace stérilisé par l’enceinte et la zone. En levant l’obstacle s’opposant à la croissance de la ville, il permettrait aussi de dé-densifier le tissu urbain.

  • 21 RDCM, 1882, n° 78, p. 34 et Yves Guyot, Paris ouvert…, op. cit., p. 21.
  • 22 Claude de la Barrière et Louis Mocquant, NCMP. 1884, op. cit., p. 137 et NCMP. 1886, op. cit., p.  (...)
  • 23 « Informations », L’Intransigeant, 22 février 1885 et Le Matin, 24 février 1885.
  • 24 Cet intérêt tient à la conjoncture politique, les pics d’activité correspondant aux poussées de la (...)
  • 25 Michael H. Marrus, « L’alcoolisme social à la Belle Époque », in Lion Murard et Patrick Zylberman (...)
  • 26 Yves Guyot, Paris ouvert…, op. cit., p. 28 et PVCM, 22 février 1889, p. 28.

10Les terrains récupérés seraient susceptibles de deux usages. D’une part, on pourrait y construire des logements à bon marché. Le déclassement est ainsi présenté comme une solution à la « question des loyers »21, argument repris par les rares élus mentionnant l’enceinte dans leur programme en 1884 et 188522 et par la presse23. Le conseil municipal et la préfecture de la Seine témoignent d’ailleurs d’un grand intérêt pour les habitations à bon marché dans la première moitié des années 188024. D’autre part, l’enceinte pourrait accueillir des parcs et des jardins. Pour les hygiénistes, ces espaces sont nécessaires à la santé et permettent l’exercice de plein air, dérivatif à un alcoolisme dont on s’inquiète beaucoup à la fin des années 188025. Il ne s’agit pas d’une utilisation alternative au lotissement : pour Guyot et Brousse, la réalisation du projet du service des promenades (un large boulevard et le lotissement du reste des terrains) « entour[era] Paris d’air et de lumière26 ».

  • 27 PVCM, 11 juin 1883, p. 1025-1026.

11Indice de l’ancrage hygiénique du débat, certains adversaires de Guyot intègrent ces questions. Pour son collègue au conseil Levraud, la suppression ne résoudra ni la pénurie de logement ni le manque d’espaces non bâtis. Elle risque même d’aggraver ces problèmes et d’en engendrer de nouveaux. Les terrains reviendront trop cher pour y construire des logements à bon marché. Au coût de la démolition s’ajoutera en effet le prix d’achat, que Levraud chiffre à 26 millions au moins. De plus, la mise en vente massive de terrains suscitera la spéculation. Il est d’ailleurs d’autant plus vain de chercher à résoudre la crise du logement en supprimant l’enceinte que cette mesure risque de s’accompagner d’un recul des limites de l’octroi, auquel les populations s’installant hors de Paris cherchent à échapper. Mieux vaut donc développer les transports. La suppression n’aérera pas non plus la capitale, enceinte et zone étant des espaces non construits. À ce titre, les fortifications sont indispensables, d’autant qu’à Paris les maisons atteignent une grande hauteur27.

  • 28 Transformation de la zone militaire de Paris au point de vue 1 de la défense militaire de Paris 2 (...)
  • 29 RDCM, 1893, n° 22, p. 90.
  • 30 Transformation de la zone militaire…, op. cit., p. 3.
  • 31 Ibidem, p. 5 et 6.

12Une brochure publiée en 1890 par la Société de la zone militaire de Paris28 fournit un autre exemple d’imposition de la problématique hygiéniste. L’auteur, un officier supérieur29, veut moderniser l’enceinte en créant hors de la ville un boulevard permettant la circulation de l’artillerie sur des voies ferrées. Les projets de logements concernent alors la zone, qu’une société rachèterait pour y construire des maisons basses destinées aux classes laborieuses, sur les 50 m les plus éloignés de Paris. La solution aurait deux avantages : « fixer hors de la place tous les éléments turbulents30 » et fournir à une population pauvre des logements situés à 200 m de Paris, « en bon air31 » donc, bon marché et échappant à l’octroi.

  • 32 RDCM, 1893, n° 22, p. 22-23.

13Pour ses partisans, le déclassement permettra aussi de desserrer le tissu urbain en levant la frontière entre Paris et sa banlieue. La densité du Paris intra-muros et ses inconvénients sont parfois attribués à l’enceinte, comme chez Brousse et chez le général Cosseron de Villenoisy, qui relève une corrélation entre densité et taux de mortalité par arrondissement32. Autre inconvénient, lié au précédent : les fortifications empêchent ou du moins ralentissent la fusion entre Paris et la banlieue. L’idée d’une région parisienne, formant ou appelée à former un ensemble débordant les limites communales, est présente chez les édiles des années 1880-1890 et c’est sur l’appréciation de ce mouvement que se séparent partisans et adversaires de la suppression.

Les partisans du déclassement acceptent la croissance urbaine…

  • 33 Lion Murard et Patrick Zylberman, Le petit travailleur infatigable. Villes-usines, habitat et inti (...)

14Guyot et Brousse réclament la suppression de l’enceinte pour lever l’obstacle s’opposant à la croissance de Paris, à un moment où l’extension des villes effraie. S’ils partagent avec leurs adversaires une phobie de la densité urbaine33, ils prennent acte de la croissance de la ville, qu’ils entendent laisser s’opérer dans les meilleures conditions, voire guider.

Une phobie de la densité urbaine partagée

  • 34 On la trouve par exemple chez le géographe Pasquet. Désiré Pasquet, « Le développement de Londres. (...)
  • 35 Anne Carol, Histoire de l’eugénisme en France, Paris, Seuil, 1995, p. 93. Le thème n’est cependant (...)
  • 36 Anne Carol, Histoire de l’eugénisme…, op. cit., p. 90.
  • 37 Gérard Jorland, Une société à soigner…, op. cit., p. 181-187 et p. 153.

15Au xixe siècle, la ville est vue comme délétère. La peur s’exprime en particulier dans une théorie de la dégénérescence urbaine, passée dans le sens commun à la fin du siècle34. Depuis le milieu du siècle, et plus encore depuis la défaite de 187035, la France est hantée par « le spectre de la dégénérescence36 », qui combine dénatalité et baisse de la qualité de la population. La dégénérescence est attribuée entre autres à l’industrialisation, qui attire la population vers les villes37. Si les villes sont dangereuses, il faut s’opposer à leur croissance. L’enceinte peut alors apparaître comme nécessaire, car elle s’oppose à l’extension de la capitale. Levraud y voit ainsi une protection à conserver à tout prix :

  • 38 PVCM, 11 juin 1883, p. 1026.

Bien qu’un grand centre comme Paris soit un foyer d’intelligence, […] il faut une limite à son développement. […] Les 9/10e des ouvriers qui viennent à Paris sont destinés à vivre misérablement et tombent tôt ou tard à la charge de l’Assistance publique. […] Plus une ville est grande, plus elle attire ; et le résultat de cette attraction, c’est la misère, l’insalubrité, la corruption des mœurs38.

  • 39 Idem.
  • 40 John Merriman, Aux marges de la ville. Faubourgs et banlieues en France, 1815-1870, Paris, Seuil, (...)

16L’extension risque aussi de transformer la tendance au rejet des ouvriers sur les franges de la capitale en exclusion définitive. Si l’on ne peut enrayer l’afflux vers Paris, il convient d’éviter de l’encourager en rendant l’installation plus facile ou en attirant la main-d’œuvre par de grands chantiers comme la démolition des fortifications. Levraud dénonce ainsi « la tendance déplorable […] au retour vers la tradition funeste des grands travaux menés rapidement, qui attirent à Paris une multitude d’ouvriers de province et de l’étranger au détriment des travailleurs parisiens39 ». L’inquiétude est caractéristique de la méfiance envers la main-d’œuvre nomade drainée par les grands travaux, apparue avec la construction du premier réseau de chemin de fer sous la monarchie de Juillet, d’ailleurs plutôt dans les petites bourgades ou les campagnes40.

17Levraud exprime en fait un rejet de la politique menée à Paris sous le Second Empire. L’urbanisation de l’enceinte s’inscrit pour lui dans la logique haussmannienne et ne peut qu’en accentuer les conséquences néfastes :

  • 41 PVCM, 11 juin 1883, p. 1027.

L’extension de Paris en a changé le caractère. Ce n’est plus aujourd’hui le Paris de la première Révolution, ce n’est même plus le Paris de 1848 ; je parle bien entendu au point de vue de l’esprit qui l’anime. Et ce qui l’a aussi profondément changé, c’est l’“haussmannisme”, qui, par ses grandes percées au centre de Paris, a rejeté au loin la population ouvrière, afin, semblerait-il, que rien ne pût la distraire de sa misère41.

  • 42 John Merriman, Aux marges…, op. cit., p. 104.
  • 43 Les percées, censées permettre la répression des émeutes, les rendent possibles en concentrant les (...)
  • 44 John Merriman, Aux marges…, op. cit., p. 293.

18De fait, les travaux d’Haussmann ont délibérément « chass[é] du centre de Paris vers les faubourgs, surtout nord et est, quelque 350 000 Parisiens de condition modeste42 », ce qui, comme les dangers des concentrations de maind’œuvre43, était déjà critiqué sous le Second Empire44. Dans les années 1880 encore, Levraud voit dans l’« haussmannisme » et l’extension illimitée de la ville des causes de misère.

Supprimer l’enceinte pour accompagner la croissance de la ville

  • 45 Yves Guyot, Paris ouvert…, op. cit., p. 57. Pour Brousse, voir RDCM, 1893, n° 22, p. 18-24.

19Comme le montrent leurs dénonciations de l’entassement, Guyot et Brousse constatent eux aussi les effets négatifs de la croissance des villes45, mais ils y voient une tendance naturelle, à laquelle on s’opposerait vainement. Dans le cas de Paris, le déclassement apparaît alors comme suffisant pour annuler les effets négatifs de cette évolution (Guyot) ou comme nécessaire pour la diriger (Brousse).

  • 46 L’émergence de cette représentation est contemporaine de la construction de l’enceinte. Frédéric M (...)

20Guyot puis Brousse réclament la suppression de l’enceinte au nom de la tendance des grandes villes à s’étendre, sur le modèle de Londres46. Pour Guyot, à Paris comme ailleurs, la poussée démographique se déplace du centre vers la périphérie :

  • 47 Yves Guyot, Paris ouvert…, op. cit., p. 23.

Ce mouvement périphérique se produit dans tous les grands centres. Tandis que la population de Londres a presque doublé depuis trente ans, la population de la Cité ne cesse de diminuer […]47.

  • 48 RDCM, 1893, n° 22, p. 24.

21Brousse, lui, souligne le décalage, induit par la croissance de Paris et l’urbanisation de la banlieue, entre les limites administratives de la capitale, matérialisées par les fortifications, et la réalité géographique et humaine de l’agglomération : « Tandis que derrière son enceinte, Paris grandit en densité et en hauteur, de véritables villes se forment autour de son fossé48. » Ces villes se relient entre elles :

  • 49 Ibidem, p. 24-25. La vision d’une extension illimitée de Paris est partagée par Bartet, l’auteur d (...)

Partout bastions et courtines s’enclavent dans les habitations et disparaissent à la vue. Les relations entre ces deux Paris, le Paris “extérieur” et le Paris “ancien” s’établissent difficilement, des portes s’ouvrent dans le mur malgré les résistances du Génie et les communications, quoique insuffisantes, s’établissent nombreuses. Nous en trouvons la preuve dans le nombre de voyageurs transportés par les tramways Nord et Sud, et par les lignes de banlieue de nos chemins de fer […] La réalité est que tramways et chemins de fer relient non pas des localités différentes, mais différents groupes d’un même centre de population et faisant abstraction par l’esprit de l’existence de l’enceinte, divers quartiers d’une même cité colossale49.

  • 50 Susanna Magri, « Le logement et l’habitat populaire de la fin du xixe siècle à la Seconde Guerre m (...)
  • 51 Marie Charvet, Les fortifications…, op. cit., p. 161-165.

22De fait, le développement de la banlieue rend de plus en plus artificielles les frontières administratives de Paris50. Depuis la fin des années 1870 et surtout dans la seconde moitié des années 1880, de nombreuses demandes de percement de portes nouvelles dans l’enceinte ou d’élargissement de portes existantes témoignent d’ailleurs, comme le note Brousse, de cette tendance à l’unification51.

23Si, pour Brousse et Guyot, le déclassement s’impose en raison d’une tendance naturelle, ils ne confèrent ni la même valeur à cette tendance, ni le même sens à la mesure qu’ils réclament.

  • 52 Yves Guyot, La suppression des octrois. Rapport à la Chambre des députés, Paris, Challamel et Cie (...)

24C’est le libéralisme économique qui convainc Guyot de la vanité de la résistance à l’extension des villes. L’évolution, à condition de la laisser jouer librement en supprimant l’enceinte, est d’ailleurs bénéfique. Guyot milite pour la suppression des octrois au nom du libre-échange. Devenu député, il dépose une proposition de loi en ce sens en 1886. Il y réfute un des arguments des partisans de l’octroi : son rôle de frein à une croissance urbaine grosse de menaces. Pour lui, l’afflux vers les villes tient à des facteurs économiques auxquels on ne peut s’opposer et l’octroi ne fait que déplacer l’installation des nouveaux arrivants vers les banlieues52.

25Dans le cas de Paris, Guyot attribue la croissance des arrondissements périphériques à un mouvement spontané, lié au développement des transports :

  • 53 RDCM, 1882, n° 78, p. 37.

Plus les moyens de transport deviennent faciles, plus les centres des villes deviennent des centres d’affaires, des bureaux, des magasins ; les maisons d’habitation s’en éloignent53.

  • 54 Idem.

26Il se félicite d’ailleurs au nom de l’hygiène de cette évolution : « Il y a là double profit : bon marché des logements d’un côté ; hygiène de l’autre54. » Supprimer l’enceinte permettrait alors d’accompagner la fusion entre Paris et la banlieue :

  • 55 Yves Guyot, Paris ouvert…, op. cit., p. 21.

Les communes qui entourent Paris sont isolées par le rayon de 400 mètres qu’occupent les fortifications et la zone militaire. Leur suppression rapprocherait ces communes de Paris et ne ferait plus considérer leur résidence comme hors de la ville55.

  • 56 Ibidem, p. 22. Pour autant, Haussmann ne trouve pas entièrement grâce aux yeux de Guyot car il a p (...)

27D’ailleurs, ajoute Guyot, les communes de banlieue réclament elles aussi la disparition des fortifications56.

28Le possibiliste qu’est Brousse n’est pas un partisan du laisser-faire et ne partage pas la confiance de Guyot dans les bienfaits de la croissance urbaine. Son appréciation de la tendance au départ des centres-villes est plus mitigée :

  • 57 RDCM, 1893, n° 22, p. 27.

Il se passe à Paris un phénomène approchant de celui qui, à Londres, est si visible : l’homme, locataire encombrant et peu commode, cédant la place, au centre de la cité, à des locataires plus accommodants et capables de payer de plus chers loyers, la marchandise fine et le bureau57.

29Brousse voit dans l’extension de Paris et les mouvements de population qui l’accompagnent des menaces pour la cohésion sociale, que seul le déclassement peut conjurer. Après avoir mis en évidence la pression démographique dans les arrondissements périphériques et les communes limitrophes, il prophétise une rupture de l’unité sociale et urbaine de la capitale en cas de maintien de l’enceinte :

  • 58 Idem.

[Si] par l’effet de ce double courant [l’enceinte] ne s’effondrait pas, il arriverait bientôt ceci : les monuments de Paris, ses bureaux, ses banques, ses magasins, garantis, enfermés dans l’espèce de réduit militaire formé par l’enceinte, et toute une population de travailleurs campés, sans défense, en dehors des murs, autour des anciens forts58.

30Seule la suppression permettra d’intégrer à la civilisation une population toujours croissante :

  • 59 Ibidem, p. 26.

Nous ne voyons qu’un remède à cette séparation, c’est de supprimer ou de reporter plus loin en avant cette muraille de Chine qui nous sépare d’elle [la classe ouvrière], car le mouvement d’accroissement qui l’éloigne de nous ne peut être arrêté59.

  • 60 John Merriman, « Banlieues comparées », in Annie Fourcaut (dir.), Banlieue rouge, op. cit., p. 266 (...)

31Sans déclassement, les travailleurs resteront « campés » aux portes de la ville. L’édile socialiste souhaite aider une population « sans défense ». Il rejoint néanmoins la thématique conservatrice des « barbares » encerclant les villes sur lesquelles ils menacent de déferler. L’argument est fort, la Commune ayant porté à son paroxysme la crainte des « barbares » de la périphérie60.

  • 61 John Merriman, Aux marges…, op. cit., p. 104.

32Chez Brousse, le souci de diriger la croissance de la ville se renforce avec le temps. Sous son égide, la ville a engagé de nouvelles négociations avec l’État au début des années 1890. Mais les militaires n’acceptent qu’un déclassement partiel, entre les portes d’Auteuil et de Saint-Ouen, et exigent une enceinte de remplacement. Cette condition et le prix demandé pour les terrains s’opposent à un accord. L’État décide alors de se donner les moyens de trouver d’autres acquéreurs avec la loi du 19 février 1898, qui prévoit « le déclassement des fronts ouest et nord de l’enceinte […] et l’aliénation des terrains provenant de cette opération en vue de la construction d’une nouvelle enceinte et du perfectionnement du matériel d’armement61 ». La ville n’apparaît alors plus que comme un acheteur potentiel parmi d’autres. En 1901, Brousse défend l’achat des terrains devant un conseil que le prix exigé fait renâcler :

  • 62 PVCM, 18 janvier 1901, p. 16.

[N’]avons-nous pas intérêt à réserver des emplacements pour établir des squares, des promenades, au lieu de laisser la ville dans cette situation d’avoir, dans vingt ans d’ici, à opérer de coûteuses expropriations pour donner aux propriétés riveraines des squares de la grandeur d’un mouchoir de poche62.

  • 63 Idem.
  • 64 Idem.

33Il invoque le précédent de l’annexion. Si l’État vend à des particuliers, dans les quartiers ouvriers, de petits propriétaires construiront des immeubles entassés le long de voies trop étroites, « comme après 1860 ceux de Montmartre, La Chapelle ou des Batignolles63 ». En revanche, l’achat permettrait à la ville de « diriger l’œuvre de jonction au mieux des intérêts parisiens64 ».

  • 65 Ibidem, p. 17.

34Brousse est aussi plus soucieux que Guyot d’éviter un afflux massif de mains-d’œuvre. Pour lui, l’achat permettrait à la ville de contrôler le rythme des démolitions. « Or il serait préférable d’aménager les travaux de manière à ne pas attirer à Paris un grand nombre d’ouvriers qu’il faudrait ensuite renvoyer au bout de peu de temps65. »

  • 66 Norma Evenson, Paris. Les héritiers d’Haussmann, Paris/Grenoble, École nationale des Beaux-arts/Pr (...)
  • 67 Susanna Magri et Christian Topalov, « De la cité-jardin à la ville rationalisée. Un tournant du pr (...)
  • 68 Norma Evenson, Paris…, op. cit., p. 104.

35Brousse et Guyot partagent avec Levraud la phobie de la densité urbaine caractéristique du xixe siècle. Ils prennent cependant acte de la croissance de Paris, qu’ils entendent accompagner et non combattre, se situant en cela dans la ligne d’Haussmann66. L’acceptation de la métropole ne se généralisera que dans les années 1910, avec la réflexion sur les plans d’aménagement et d’extension67. L’enceinte n’est d’ailleurs pas le seul enjeu qui voit s’opposer les deux appréciations de l’évolution des villes identifiées ici. Le débat sur le métropolitain mobilise des arguments proches. Pour les uns, l’amélioration des transports permettra aux travailleurs parisiens d’accéder à des logements plus sains et moins chers en banlieue, les autres craignant un dépeuplement de la ville et la ruine du commerce du centre68.

Sans remise en cause des frontières administratives de Paris

36S’ils acceptent la croissance urbaine et raisonnent en termes d’agglomération, Guyot et Brousse ne remettent pas en cause les frontières administratives de Paris. Le déclassement et l’octroi sont des sujets déconnectés, alors que l’enceinte matérialise la frontière de l’octroi. Par ailleurs, il n’est pas question d’annexer les territoires inclus dans une éventuelle enceinte de remplacement.

  • 69 RDCM, 1882, n° 78, p. 35.

37En 1882, le militant anti-octroi qu’est Guyot se contente d’affirmer que la suppression de l’enceinte « hâterait la solution de la question de l’octroi69 ». Quelques années plus tard dans Paris ouvert, il renonce explicitement à lier les deux questions :

  • 70 Yves Guyot, Paris ouvert…, op. cit., p. 22. Chez Guyot, la déconnexion n’est pas limitée à la scèn (...)

Nous pouvons espérer que cette opération pourra hâter la solution de la question de l’octroi ; mais nous ne voulons pas mêler les deux questions70.

  • 71 PVCM, 22 février 1889.
  • 72 AD75, HV17, carton n° 2, note de Bartet, 2 avril 1884.
  • 73 Yves Guyot, Paris ouvert…, op. cit., p. 27.

38De même, quand Brousse s’empare de l’enceinte à la fin des années 1880, il ne fait pas allusion à l’octroi71. En fait, la déconnexion entre les deux enjeux est la règle chez les édiles partisans du déclassement jusqu’au vote de la loi de 1898. Il en va d’ailleurs de même pour leurs interlocuteurs, service des promenades72 et ministère de la Guerre73.

39Tout comme ils s’abstiennent d’en contester le principe, les édiles réclamant le déclassement refusent d’envisager un déplacement des limites de l’octroi, c’est-à-dire une nouvelle annexion. En 1882, lors du dépôt de la proposition Guyot, Engelhard évoque un agrandissement de Paris :

  • 74 PVCM, 20 novembre 1882, p. 647.

La Seine fait un grand circuit de ce côté. En supprimant l’enceinte, il serait facile de réunir à Paris les communes de Boulogne, le bois de Boulogne, Neuilly, Levallois-Perret et Clichy. Il suffirait, pour assurer le service de l’octroi, de construire un simple mur allant de la Seine, près d’Asnières, vers la porte de Saint-Ouen74.

  • 75 Ibidem, p. 648 et PVCM, 11 juin 1883, p. 1031-1032.
  • 76 PVCM, 20 novembre 1882 et 11 juin 1883.
  • 77 RDCM, 1893, n° 22, p. 27-28.

40Il renonce cependant à ce projet, pour éviter de soumettre à l’octroi de nouvelles populations, et se contente de demander une désaffectation partielle, en laissant de côté l’annexion75. Guyot, lui, n’évoque même pas cette idée76. Cette absence est cohérente avec les enjeux politiques de sa proposition. Celle-ci permet aux partisans de l’autonomie communale de se compter, contribuant à l’organisation politique du conseil municipal. Il est donc logique de ne pas chercher à modifier la composition de ce dernier. En 1893, Brousse retrace l’histoire des négociations avec l’État pour la suppression de l’enceinte. S’il affirme que le déclassement n’implique pas le déplacement de l’octroi, il n’exclut toutefois pas totalement l’éventualité d’une telle mesure, dont il minimise les effets, comparés aux bénéfices du déclassement77.

41Les fortifications, l’octroi et les limites administratives de Paris sont donc des enjeux déconnectés au conseil municipal pendant les années 1880 et 1890. La situation change quand la perspective d’une suppression de l’enceinte se précise.

La remise en question du statu quo au début du XXe siècle

  • 78 PVCM., 18, 21 et 23 janvier 1901, p. 4-28, p. 38-58 et p. 80-88.
  • 79 La question avait déjà occupé la commission nommée en 1899 pour négocier l’achat des terrains visé (...)

42C’est après le vote de la loi du 19 février 1898, alors que la disparition partielle de l’ouvrage militaire est actée et qu’il s’agit de régler le sort des terrains, que les édiles commencent à établir un lien entre la suppression de l’enceinte et celle de l’octroi, dont ils anticipent une disparition prochaine. Avec cette loi, le contrôle de l’aménagement des fortifications échappe à la ville. Le conseil municipal envisage alors d’acheter la portion désaffectée, mais y renonce en janvier 1901, contre l’avis de Brousse, en raison du prix exigé par l’État, 162 millions78. Dans ce refus, la nécessité d’établir une barrière d’octroi sur l’emplacement de l’enceinte joue un rôle important79.

  • 80 PVCM, 18 janvier 1901, p. 17.

43Ce sont les opposants à l’achat qui lient les deux questions, Brousse signalant simplement que la ville devra de toute façon acquérir une partie des terrains pour établir une barrière d’octroi, au moins provisoire80. Si la majorité du conseil s’oppose à l’achat, l’opposition s’enracine dans deux logiques différentes. L’octroi est mis au service de ces deux logiques. Certains édiles invoquent l’orthodoxie financière : la ville ne pourra pas rentrer dans ses frais en écoulant les terrains. L’achat se justifie alors d’autant moins que la barrière d’octroi empêchera d’accompagner l’extension de Paris et sa fusion avec la banlieue. Caron assure ainsi :

  • 81 Ibidem, p. 20.

Le fait que l’octroi ne soit pas entièrement supprimé annihile l’amélioration que nous cherchons dans la disparition des fortifications. Ce que nous voulions, c’était assurer une libre communication entre Paris et les communes suburbaines81.

  • 82 Ibidem, p. 24. Le lien entre la suppression de l’enceinte et celle de l’octroi s’exprime encore d’ (...)

44D’autres édiles souhaitent le déclassement intégral, et non de la seule portion visée par la loi, et s’opposent à l’achat, quel que soit le prix. Foursin et Grébauval réclament ainsi la cession gratuite de toute l’enceinte à la ville et demandent que l’État participe aux frais de la nouvelle barrière ou permette la suppression de l’octroi en autorisant les taxes de remplacement votées par le conseil municipal. Foursin déclare alors : « Dans l’esprit des Parisiens, la suppression des fortifications et [celle] de l’octroi ne font qu’une82. »

  • 83 PVCM, 18 janvier 1902, p. 376.

45En 1901, les édiles refusent l’achat de l’enceinte désaffectée. À défaut de s’en rendre propriétaire, la ville cherche désormais à contrôler son aménagement. En 1902, elle signe une convention de viabilité avec l’État pour la portion d’enceinte longeant le bois de Boulogne : l’État lui fait don du terrain des voies à créer, à charge pour elle d’assurer les frais des travaux. Le choix de l’espace visé est motivé par sa qualité (les terrains seront faciles à vendre), mais aussi par le fait que, le bois faisant partie de Paris, il n’y a pas à établir de barrière d’octroi. Il est donc plus facile de parvenir à un accord avec l’État83.

  • 84 PVCM, 18 janvier 1901, p. 22.
  • 85 Idem.
  • 86 Ibidem, p. 39.
  • 87 PVCM, 21 janvier 1901, p. 50.

46Le déplacement des frontières de Paris fait son entrée au conseil municipal à la fin du xixe siècle, en lien avec la barrière d’octroi. Si cette barrière incite Poirier de Narçay à refuser l’achat des terrains par la ville, il existe cependant selon lui une solution : « que Paris s’étende par l’annexion des communes de banlieue84 ». Mais même cette solution lui pose problème, la perspective d’une annexion pouvant dissuader certaines communes suburbaines de résorber leur endettement85. Colly, partisan du rachat total des terrains, envisage l’annexion des communes incluses dans l’enceinte de remplacement prévue par la loi de 1898 et précise que, dans ce cas, Paris aura besoin d’être propriétaire des terrains militaires désaffectés pour « ouvrir des voies nouvelles, […] régler la configuration édilitaire à sa volonté86 ». L’idée que les territoires inclus dans l’enceinte de remplacement ont vocation à être annexés semble d’ailleurs assez partagée, y compris par le ministre des Finances Joseph Caillaux87.

***

47Pour les édiles parisiens, républicains puis possibilistes, qui la réclament dans les années 1880 et 1890, la suppression des fortifications est une mesure d’hygiène qui offrirait de l’espace à des Parisiens entassés dans une ville devenue trop étroite. Non seulement l’arasement du mur et la levée de la servitude libéreraient des terrains, mais la disparition de l’obstacle qui s’oppose à une croissance horizontale de la capitale permettrait de dé-densifier le tissu urbain. Face à une pression démographique particulièrement forte dans les arrondissements annexés, les partisans du déclassement prennent acte de la croissance urbaine, qu’ils interprètent comme un mouvement naturel, contrairement à leurs adversaires – dont ils partagent la phobie de la densité urbaine. Pour ces derniers, la conservation de l’enceinte est un moyen de freiner l’extension de l’agglomération. À la fin du xixe siècle, les édiles réclamant la désaffectation des fortifications ne remettent en cause ni l’octroi ni les frontières administratives de Paris. Le lien entre ces questions ne se noue qu’après 1898, alors que la disparition d’une partie de l’ouvrage semble imminente et qu’il s’agit de décider des modalités, financières et morphologiques, de son aménagement.

Notes

1 Yves Breton et Michel Lutfalla (dir.), L’économie politique en France au xixe siècle, Paris, Economica, 1991, p. 11.

2 Rapports et documents, Conseil municipal de Paris, Paris, Imprimerie Ch. de Mourgues puis Imprimerie municipale (désormais RDCM), 1882, n° 78, p. 1.

3 Procès-verbaux des séances, Conseil municipal de Paris, Paris, Typographie Lahure puis Imprimerie municipale (désormais PVCM), 22 novembre. 1879, p. 555, et 20 novembre. 1882, p. 647.

4 Jean-Jacques Becker et Stéphane Audoin-Rouzeau, La France, la nation, la guerre : 1850-1920, Paris, SEDES, 1995, p. 152.

5 PVCM, 11 juin 1883, p. 1020.

6 RDCM, 1882, n° 78, p. 2-37 et Yves Guyot, Paris ouvert. Ligue permanente pour la défense des intérêts des contribuables et des consommateurs, Paris, Éditeurs C. Marpon et E. Flammarion, Guillaumin et Cie, non daté, p. 15-23.

7 Gérard Jorland, Une société à soigner. Hygiène et salubrité en France au xixe siècle, Paris, Gallimard, 2010, p. 286.

8 Marie Charvet, Les fortifications de Paris, Rennes, PUR, 2005, p. 136-150.

9 Claude de la Barrière et Louis Mocquant, Le Nouveau Conseil municipal de Paris. Biographies et programmes des candidats élus en 1884 (désormais NCMP. 1884), Paris, E. Dentu libraire-éditeur, 1884 et Le Nouveau Conseil municipal de Paris. Biographies et programmes. Élections partielles de 1886 (désormais NCMP. 1886), Paris, E. Dentu libraire-éditeur, 1886.

10 RDCM, 1893, n° 22, p. 3.

11 Gérard Jorland, Une société à soigner…, op. cit., p. 36-39.

12 La mobilisation participe de la réévaluation des institutions françaises après la défaite. Lion Murard et Patrick Zylberman, L’hygiène dans la République, Paris, Fayard, 1996, p. 36.

13 Roger-Henri Guerrand, Les origines du logement social en France, Paris, Les Éditions ouvrières, 1967, p. 202-221.

14 Elsbeth Kalff, « Logements insalubres et sensibilisation à l’hygiène. Paris 1850-1880 », Annales de la recherche urbaine, n° 33, 1987, p. 97-104, voir p. 102-103.

15 Madeleine Leveau-Fernandez, « La zone et les fortifs », in Annie Fourcaut (dir.), Banlieue rouge, Paris, Autrement, série mémoire n° 18, p. 56-65, voir p. 57-58.

16 RDCM, 1893, n° 22, p. 18-28 et 1898, n° 107, p. 2.

17 Yves Guyot, Paris ouvert…, op. cit., p. 29.

18 Michel Offerlé, Les socialistes et Paris. 1880-1900. Des communards aux conseillers municipaux, thèse pour le doctorat d’État en science politique, sous la direction de Marcel David, Université Paris 1, 1979, p. 400-411.

19 Jean Jolly (dir.), Dictionnaire des parlementaires français, Paris, PUF, 1960-1977, t. II, p. 784-785.

20 PVCM, 20 novembre. 1882, p. 647.

21 RDCM, 1882, n° 78, p. 34 et Yves Guyot, Paris ouvert…, op. cit., p. 21.

22 Claude de la Barrière et Louis Mocquant, NCMP. 1884, op. cit., p. 137 et NCMP. 1886, op. cit., p. 52.

23 « Informations », L’Intransigeant, 22 février 1885 et Le Matin, 24 février 1885.

24 Cet intérêt tient à la conjoncture politique, les pics d’activité correspondant aux poussées de la gauche aux municipales. Marie-Jeanne Dumont, Le Logement social à Paris. 1850-1930, Liège, Margada, 1991, p. 160.

25 Michael H. Marrus, « L’alcoolisme social à la Belle Époque », in Lion Murard et Patrick Zylberman (dir.), L’haleine des faubourgs, Recherche, n° 29, 1987, p. 285-314. Ces parcs participeraient de l’effort républicain de régénération nationale, dont relève la croisade antialcoolique. Jacqueline Lalouette, « Le discours bourgeois sur les débits de boisson aux alentours de 1900 », in Lion Murard et Patrick Zylberman (dir.), L’haleine des faubourgs…, op. cit., p. 315-347.

26 Yves Guyot, Paris ouvert…, op. cit., p. 28 et PVCM, 22 février 1889, p. 28.

27 PVCM, 11 juin 1883, p. 1025-1026.

28 Transformation de la zone militaire de Paris au point de vue 1 de la défense militaire de Paris 2 des voies de communication suburbaines 3 de la création de logements et habitations salubres et à bon marché, Société de la zone militaire de Paris, H. Du Mont, directeur, 1890.

29 RDCM, 1893, n° 22, p. 90.

30 Transformation de la zone militaire…, op. cit., p. 3.

31 Ibidem, p. 5 et 6.

32 RDCM, 1893, n° 22, p. 22-23.

33 Lion Murard et Patrick Zylberman, Le petit travailleur infatigable. Villes-usines, habitat et intimités au xixe siècle, Paris, Recherches, 1976, p. 63-72.

34 On la trouve par exemple chez le géographe Pasquet. Désiré Pasquet, « Le développement de Londres. (Second article) », Annales de géographie, vol. 8, 1899, p. 22-48, voir p. 47.

35 Anne Carol, Histoire de l’eugénisme en France, Paris, Seuil, 1995, p. 93. Le thème n’est cependant pas exclusivement français. Gareth Stedman Jones, « Le Londres des réprouvés : de la “démoralisation” à la “dégénérescence” », in Lion Murard et Patrick Zylberman (dir.), L’haleine des faubourgs…, op. cit., p. 37-77.

36 Anne Carol, Histoire de l’eugénisme…, op. cit., p. 90.

37 Gérard Jorland, Une société à soigner…, op. cit., p. 181-187 et p. 153.

38 PVCM, 11 juin 1883, p. 1026.

39 Idem.

40 John Merriman, Aux marges de la ville. Faubourgs et banlieues en France, 1815-1870, Paris, Seuil, 1994, p. 104.

41 PVCM, 11 juin 1883, p. 1027.

42 John Merriman, Aux marges…, op. cit., p. 104.

43 Les percées, censées permettre la répression des émeutes, les rendent possibles en concentrant les ouvriers dans Paris. Georges Laronze, Le Baron Haussmann, Paris, 1932, p. 133, cité in Walter Benjamin, Paris, capitale du xixe siècle, Paris, Cerf, 1989, p. 153.

44 John Merriman, Aux marges…, op. cit., p. 293.

45 Yves Guyot, Paris ouvert…, op. cit., p. 57. Pour Brousse, voir RDCM, 1893, n° 22, p. 18-24.

46 L’émergence de cette représentation est contemporaine de la construction de l’enceinte. Frédéric Moret, « Définir la ville par ses marges. La construction des fortifications de Paris », Histoire urbaine, n° 24, 2009/1, p. 97-118, voir p. 105.

47 Yves Guyot, Paris ouvert…, op. cit., p. 23.

48 RDCM, 1893, n° 22, p. 24.

49 Ibidem, p. 24-25. La vision d’une extension illimitée de Paris est partagée par Bartet, l’auteur du projet du service des promenades. Archives de Paris (désormais AD75), HV17, Carton n° 2, note de Bartet, 2 avril 1884.

50 Susanna Magri, « Le logement et l’habitat populaire de la fin du xixe siècle à la Seconde Guerre mondiale », in Annie Fourcaut (dir.), Un siècle de banlieue parisienne (1859-1946), Paris, L’Harmattan, 1988, p. 106-126, voir p. 108.

51 Marie Charvet, Les fortifications…, op. cit., p. 161-165.

52 Yves Guyot, La suppression des octrois. Rapport à la Chambre des députés, Paris, Challamel et Cie éditeurs, 1889, p. 25.

53 RDCM, 1882, n° 78, p. 37.

54 Idem.

55 Yves Guyot, Paris ouvert…, op. cit., p. 21.

56 Ibidem, p. 22. Pour autant, Haussmann ne trouve pas entièrement grâce aux yeux de Guyot car il a péché contre le laisser-faire en tentant d’exclure l’industrie de Paris. Yves Guyot, La suppression des octrois…, op. cit., p. 24.

57 RDCM, 1893, n° 22, p. 27.

58 Idem.

59 Ibidem, p. 26.

60 John Merriman, « Banlieues comparées », in Annie Fourcaut (dir.), Banlieue rouge, op. cit., p. 266-274.

61 John Merriman, Aux marges…, op. cit., p. 104.

62 PVCM, 18 janvier 1901, p. 16.

63 Idem.

64 Idem.

65 Ibidem, p. 17.

66 Norma Evenson, Paris. Les héritiers d’Haussmann, Paris/Grenoble, École nationale des Beaux-arts/Presses universitaires de Grenoble, 1983, p. 32.

67 Susanna Magri et Christian Topalov, « De la cité-jardin à la ville rationalisée. Un tournant du projet réformateur, 1905-1925 », Revue française de sociologie, XXVIII, 1987, p. 417751, voir p. 425.

68 Norma Evenson, Paris…, op. cit., p. 104.

69 RDCM, 1882, n° 78, p. 35.

70 Yves Guyot, Paris ouvert…, op. cit., p. 22. Chez Guyot, la déconnexion n’est pas limitée à la scène municipale. On la retrouve dans sa proposition de loi sur la suppression des octrois. Yves Guyot, La suppression des octrois…, op. cit.

71 PVCM, 22 février 1889.

72 AD75, HV17, carton n° 2, note de Bartet, 2 avril 1884.

73 Yves Guyot, Paris ouvert…, op. cit., p. 27.

74 PVCM, 20 novembre 1882, p. 647.

75 Ibidem, p. 648 et PVCM, 11 juin 1883, p. 1031-1032.

76 PVCM, 20 novembre 1882 et 11 juin 1883.

77 RDCM, 1893, n° 22, p. 27-28.

78 PVCM., 18, 21 et 23 janvier 1901, p. 4-28, p. 38-58 et p. 80-88.

79 La question avait déjà occupé la commission nommée en 1899 pour négocier l’achat des terrains visés par la loi de 1898. RDCM, 1905, n° 4, p. 14.

80 PVCM, 18 janvier 1901, p. 17.

81 Ibidem, p. 20.

82 Ibidem, p. 24. Le lien entre la suppression de l’enceinte et celle de l’octroi s’exprime encore d’une autre façon : Sauton propose d’acheter l’ouvrage pour le conserver comme barrière d’octroi, si on ne peut pas supprimer cet impôt. PVCM, 21 janvier 1901, p. 51.

83 PVCM, 18 janvier 1902, p. 376.

84 PVCM, 18 janvier 1901, p. 22.

85 Idem.

86 Ibidem, p. 39.

87 PVCM, 21 janvier 1901, p. 50.

Auteur

Sociologue

© Éditions de la Sorbonne, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540