Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Agrandir Paris (1860-1970)

 | 
Annie Fourcaut
, 
Florence Bourillon

Troisième partie. Faire de la ville

Les quartiers de Rome, 1870-1970

Catherine Brice

Texte intégral

  • 1 Cet article reprend des éléments de Catherine Brice, Histoire de Rome et des Romains de Napoléon I (...)
  • 2 EUR ou Esposizione Universale di Roma est un quartier au sud de Rome, réalisé dans les années 1930 (...)

1Traiter de la croissance de Rome sur un siècle environ, c’est-à-dire depuis que Rome est devenue capitale du Royaume d’Italie en 1870 implique d’observer une réalité qui s’inscrit dans un contexte très différent1. En effet, en 1870, lorsque Rome devient capitale, il n’y a autour de la ville aucun village susceptible d’être englobé par celle-ci. L’urbs s’inscrit dans un espace désertique, l’agro romano, où seuls quelques établissements comme les Trois fontaines, non loin de là où se situe aujourd’hui l’EUR2, rythment la campagna romana. Vers le sud, il faut aller jusqu’aux Castelli romani pour trouver les premiers villages, comme Genzano ou Castelgandolfo.

2Rome est au large au sein de la muraille aurélienne. C’est que la ville millionnaire d’Auguste s’est réduite à 215 000 habitants en 1871, un chiffre appelé à doubler en 1900 pour dépasser le million d’habitants en 1936 et atteindre aujourd’hui environ 2,8 millions habitants. C’est dire qu’avant même de commencer à englober l’espace extérieur aux murailles, c’est l’espace intérieur qui sera loti, bâti, mordant sur les jardins, parcs et villas patriciennes, comme la villa Ludovisi, dans le cadre de conventions passées entre la municipalité de Rome et des propriétaires ou investisseurs. On pourrait ainsi parler d’une banlieue intra muros, si l’expression n’était pas en elle-même contradictoire. Dès le plan régulateur de 1873, un certain nombre de quartiers hors-les-murs sont planifiés, et il faudra attendre la fin des années 1880 pour que cet espace fasse l’objet de projets, tels que le quartier de Prati di Castello ou celui du Testaccio, prévu au départ comme le premier quartier populaire de la capitale.

La banlieue intra muros

3Rome prit sa physionomie de ville du xixe siècle entre le plan régulateur de 1883 et celui de 1909, particulièrement dans de nouveaux quartiers pensés de manière uniformisée par des promoteurs immobiliers.

  • 3 Anne-Marie Seronde Babonaux, Rome…, op. cit., p. 76-77 ; voir également Denis Bocquet, Rome ville (...)
  • 4 Émile Zola, Rome, Paris, Fasquelle, 1894.

4Le quartier le plus spectaculaire, et le plus typique de ce point de vue, est celui des Prati di Castello3 ; il correspond à une direction d’expansion rendue possible par les travaux sur le Tibre. Toutefois, l’absence de pont entre rive gauche et rive droite à hauteur des Prati rendait la valorisation de la zone difficile. C’est en 1878 seulement qu’un groupe de promoteurs privés édifie un pont en fer reliant les deux rives, à la hauteur du port de Ripetta au mausolée d’Auguste. Le plan en échiquier, caractéristique des quartiers de l’époque, offre la particularité de n’ouvrir sur aucune des perspectives historiques possibles, ni sur le château Saint-Ange, ni sur la basilique Saint-Pierre. Ce sont les ponts qui donnent la direction des principaux axes. De 1878 à la crise du bâtiment de 1890, une cinquantaine d’îlots sont conçus ainsi que les casernes de Viale Giulio Cesare. Au début du siècle, la construction reprend à un rythme moins soutenu, et un nouveau type d’édifices apparaît, complétant les grands immeubles de cinq ou six étages avec cour intérieure. Les villini, soit des maisons de quelques étages avec une demi-douzaine d’appartements, entourées de jardins rompent la monotonie des rues orthonormées. En 1921, les Prati sont entièrement construits et commencent à déborder au nord ; mais en 1900, dans son Rome, Zola décrit une ville encore en pleine construction4.

5Parmi les autres quartiers résidentiels de cette période, les exemples de l’Esquilin et Castro Pretorio – entre la gare et le Quirinal – sont caractéristiques, ainsi que le rione Ludovisi et celui Sallustiano, quasi entièrement récupérés sur l’espace des anciennes villas patriciennes.

Les quartiers populaires

  • 5 Simona Lunadei, Testaccio : un quartiere popolare. Le donne, gli uomini e lo spazio della periferi (...)

6Imaginé en 1870 et confirmé par le plan régulateur de 1883, un quartier à usage industriel et commercial avec résidences ouvrières doit voir le jour au Testaccio5, entre le Tibre et la via Marmorata, au pied de la colline des tessons héritée du port antique. Un quartier à usage industriel et commercial, avec des résidences ouvrières, prévu dès 1870, est confirmé par le Plan régulateur. Les expropriations furent compliquées à mettre en œuvre et la construction du Testaccio a été freinée par la crise. Petit à petit les infrastructures apparaissent : les bains publics en 1906, le lavoir en 1909, l’hôpital de jour. Si le quartier reste pauvre et surpeuplé, il est, cependant, habité par des Romains et non par des émigrants récents comme celui hors les murs de San Lorenzo. Malgré la volonté de la municipalité d’Ernesto Nathan de relancer la zone du Testaccio – avec l’intervention de l’Istituto per le case popolari (ICP) récemment créé qui en devient le principal propriétaire –, la situation du logement ne s’améliore pas et le Testaccio n’est, au fond, qu’un ghetto ouvrier. En 1921, seuls une vingtaine d’îlots étaient construits. Énormes bâtisses sans fioritures, de cinq ou six étages, sans balcon, ce sont des pièces destinées au logement populaire, mais qui constituent une réelle amélioration par rapport aux baraques de la période précédente.

7Après la crise du bâtiment, un nouveau type de quartier populaire se développe, construit par des coopératives du bâtiment mises en place par des groupes professionnels comme les cheminots. Les immeubles sont tous situés non loin des lieux de travail, en l’occurrence la gare de Termini. Ces quartiers, San Lorenzo et Santa Croce, présentent assez vite, malgré leur pauvreté, une personnalité originale.

8Par la suite, l’Istituto per le case popolari créé en 1903 par Luigi Luzzatti est soutenu par la municipalité de Rome et par l’État qui le subventionne à hauteur de 700 000 lires et lui cède gratuitement 40 000m2 viale Manzoni, cet institut promeut la construction de l’habitat populaire avec une typologie de maisons de deux ou trois étages, au milieu d’un jardin, comme dans le quartier entre viale Manzoni et Saint-Jean-de-Latran. L’ICP lance aussi des programmes de bâtiments plus importants et de bonne qualité comme au quartier San Saba. Il est un acteur sérieux de la construction pour les classes modestes (lotissement de la via Trionfale – au pied du Monte Mario – et le long de la via Flaminia aux abords de Rome).

9Parallèlement, sont créés de petits îlots de constructions temporaires, des bidonvilles où se logent les nouveaux arrivants, souvent sans ressource. Ces lieux n’apparaissent évidemment pas sur le plan régulateur. Situés le long des voies consulaires, le Quadraro, sur la Tuscolana, Centocelle ou Tor Pignattara sont des zones d’habitats misérables qui témoignent de l’insuffisance des moyens mis en œuvre par l’ICP, la commune ou l’État.

Le plan régulateur de 1909

10Il faut attendre 1909 pour que la municipalité reprenne les destinées de la ville en main. Sous le mandat d’Ernesto Nathan, maire socialiste, un nouveau plan régulateur est préparé par Edmondo Sanjust di Teulada. Ce plan prévoit des zones d’expansion de l’habitat en dehors de l’ancien plan. Sa caractéristique principale est un développement par centres situés le long d’axes – souvent les anciennes voies consulaires –, en concevant chacun des noyaux comme autonome et composé de divers types de constructions.

11Pour la première fois, trois types de constructions sont prévus, correspondant à trois niveaux sociaux distincts. Ainsi, la construction « intensive » recouvre des immeubles de plusieurs étages, puis les villini – petits pavillons de deux ou trois étages entourés de jardins –, et, enfin, les jardins – espaces verts au sein desquels sont nichées des maisons individuelles de type villas. Bien sûr, cette hiérarchie recouvrait une hiérarchie sociale qui aurait donné à Rome le caractère des villes modernes, c’est-à-dire divisées en quartiers socialement homogènes. Ces nouveaux lieux sont conçus avec des places, des écoles, des services municipaux qui en font des zones quasi autonomes. Cette spécialisation de l’espace permet d’organiser la croissance de la ville dans l’hypothèse d’une augmentation importante de la population ; ce fut le cas autour de la piazza Bologna, piazza Re di Roma et piazza Mazzini qui constituèrent les centres du développement futur de la ville.

12Cette nouvelle Rome bourgeoise, après celle des immeubles piémontais, prit la physionomie que D’Annunzio décrivait dans Il Piacere, L’enfant de volupté, celle des petites villas du quartier Macao, à l’architecture compliquée, au mobilier lourd et tarabiscoté, de la fenêtre desquelles le son lancinant des leçons de piano s’échappait. Une autre Rome, en somme, non plus celle des ritournelles chantées sur les places ou d’une fenêtre à l’autre, mais celle d’une assez pesante imitation du reste de l’Europe. Les expositions de 1911 furent l’autocélébration de cette troisième Rome embourgeoisée et désormais stabilisée.

La capitale de l’empire

13La période fasciste va marquer la seconde grande emprise sur l’espace périphérique, par la mise en place de logements destinés à différentes composantes de la société, des plus modestes aux plus bourgeoises.

14Le 21 avril 1924, Mussolini, qui avait été nommé « citoyen de Rome » prononça un discours-programme pour l’avenir de la ville :

  • 6 Benito Mussolini, Opera Omnia, 6, p. 235.

J’aime diviser les problèmes de Rome, de la Rome du xxe siècle, en deux catégories : les problèmes liés à la nécessité, et ceux liés à la grandeur. Le second ne peut être résolu sans avoir d’abord résolu le premier6.

  • 7 Antonio Cederna, Mussolini urbanista. Lo sventramento di Roma negli anni del consenso, Rome-Bari, (...)
  • 8 Vittorio Vidotto, Roma contemporanea, Rome-Turin, Laterza, 2001.

15Sont ainsi dégagées les lignes directrices de ce qui va constituer l’intervention du régime fascite sur Rome. Celle-ci fut discréditée par les historiens et les urbanistes7 qui insistaient sur les destructions et les projets monumentaux réalisés au détriment d’un tissu urbain ancien. Depuis quelques années, sous la direction de Vittorio Vidotto8, une approche nouvelle met en évidence la logique, mais aussi les apports des transformations urbaines de Rome réalisées de 1924 à 1940. S’il n’est pas question de nier que des dégâts parfois irréversibles ont été imprimés au tissu urbain, que des décisions de prestige – ou de grandeur pour reprendre la typologie mussolinienne – ont souvent eu le pas sur la nécessité, il y a bien eu une vision prospective du développement de Rome alliée à une véritable volonté de transformations qui ne s’enlisa pas, comme cela avait été le cas auparavant, dans les méandres de l’affairisme immobilier. Des infrastructures importantes furent réalisées, le développement de Rome vers la mer anticipé avec le projet de l’E42 – EUR et l’offre de logements largement renforcée.

  • 9 Vittorio Vidotto, Roma contemporanea, op. cit., p. 186-187.

16En 1931, Rome dépasse le million d’habitants9, soit une hausse de 250 % en trente ans. Des grandes villes d’Italie, c’est celle qui a connu la croissance la plus rapide : en 1932, 46 366 nouveaux arrivants s’établirent dans l’Urbs, en provenance surtout du Latium, des Abruzzes et des Marches, ainsi que des régions méridionales.

Le casse-tête du logement

17À son arrivée au pouvoir, le fascisme est confronté à une « faim » de logement héritée de la période précédente et rendue plus difficile encore à cause de l’immigration massive et du problème de la sous-location. La densité de l’habitat oscillait entre moins d’une personne par pièce dans le quartier Sallustiano, et presque quatre personnes par pièce dans le quartier Tiburtino. La moyenne dans les zones centrales de Campitelli, Celius et Borgo était de trois personnes. Dans les années 1930, à l’immigration s’ajoutent les personnes expulsées des zones de démolition prévues par le plan régulateur, au centre de Rome ou dans la cité vaticane, ainsi que les familles victimes de la libération des prix des loyers en 1928.

  • 10 Voir Paola Puzzuoli, La politica delle aree della Società generale immobiliare (1880-1920) sur htt (...)

18Face à ce problème crucial, la municipalité de Rome fait le choix de l’entre prise privée, signant la fin de la construction des maisons populaires au profit des maisons conventionnées pour lesquelles le gouvernement verse aux entreprises 100 lires pour chaque pièce construite, contre l’obligation de garder les loyers bloqués à 60-65 lires la pièce durant cinq ans. Cette opération donne sans aucun doute un toit aux employés romains10. La municipalité garde sur ces logements un droit de regard pour décider qui y a droit : handicapés de la guerre ou de la révolution fasciste, familles nombreuses, anciens combattants et médaillés de guerre, travailleurs et retraités de la commune de Rome, ceux qui ont été expulsés pour des raisons autres que le non-paiement du loyer ou une conduite immorale. Les acteurs du marché immobilier pour les maisons conventionnées sont la Société générale immobilière (SGI) et l’Institut national des assurances (INA). La SGI, née à la fin du xixe siècle, se trouve, après les accords de Latran, entre les mains du Vatican qui acquiert 25 % des parts. SGI et INA deviennent les promoteurs les plus actifs de la période et prennent part à la construction de quartiers comme le Flaminio, le Prenestino, la Nomentana ou le quartier Appio. Le film d’Etore Scola, Une journée particulière, sorti en 1977 mais qui évoque la journée du 16 mai 1938, donne une idée des logements de l’époque : le tournage se passe via XXI Aprile, près de la piazza Bologna, dans un ensemble de 442 appartements sur huit étages. Les appartements ont trois pièces et une cuisine, cinq pièces pour les familles qui correspondent aux critères de natalité encouragés par le régime. Via Taranto, corso Trieste ou piazza Mazzini mais aussi des réalisations importantes dans le quartier Trionfale, aux bordures des Prati ainsi qu’entre la porta Latina et la porta Metronia, en dehors de la muraille aurélienne, ou encore via porta Angelica, juste à la sortie du Borgo. Des immeubles modernes, dotés de quelques commodités, incluant écoles et nouveaux bureaux de poste, constituent la fierté des urbanistes du fascisme.

19Au niveau inférieur de la construction romaine, sous Mussolini, les case popolari se multiplient selon de nouvelles modalités. Le régime hérite du projet de la Garbatella, version romaine de la cité-jardin, avec rues tortueuses, maisons individuelles et immeubles de quelques étages, au sud de Rome, juste en dehors de la muraille. Plusieurs grands édifices sont construits pour accueillir les personnes déplacées ou en attente de logements comme l’albergo rosso d’Innocenzo Sabbatini. Ces hôtels de périphérie (alberghi suburbani) sont petit à petit complétés par un urbanisme d’empreinte plus clairement fasciste par la forme des bâtiments – même si, en réalité, le concept urbanistique qui les sous-tend est directement hérité du plan de Sanjust (1909). Il s’agit de quartiers autonomes avec immeubles (souvent en briques et travertins), services publics, écoles, église, terrains de sport et magasins. Ainsi celui de la place Domenico Sauli à la Garbatella, ou encore Donna Olimpia derrière le Janicule.

  • 11 Voir Colette Vallat, Rome et ses borgate, Rome, École française de Rome, 1992.
  • 12 Anne-Marie Seronde Babonaux, Rome, croissance d’une capitale, op. cit., p. 142.

20Le plus caractéristique de la période fasciste dans la mémoire populaire est les borgate11. Mot difficilement traduisible en français, les borgate constituent ce que les détracteurs du régime ont dénoncé le plus vigoureusement12. Ces habitations prévues pour être temporaires et qui, en réalité, seront en place jusque dans les années 1980, sont situées à la périphérie de Rome, elles sont le symbole du sacrifice du petit peuple romain victime de la pioche destructrice du régime. Or, il faut distinguer entre deux types de borgate : celles construites illégalement par leurs futurs habitants, un peu comme des bidonvilles, et celles édifiées par les autorités.

21Les premiers noyaux d’habitat précaire apparaissent avec la crise de la construction et sont liés à un afflux d’immigration pauvre et rurale. Dès les années 1920, les premières borgate illégales sont édifiées le long des voies consulaires, sur la Casilina à Tor Pignattara, à Quadraro sur la Tuscolana, mais aussi aux limites des portes romaines. Petites cabanes construites en dur avec des matériaux de fortune, on a tenté de les démolir à plusieurs reprises, toutefois les populations fraîchement immigrées sont de plus en plus nombreuses à les utiliser. Ce type de borgate est souvent surpeuplé et manque d’infrastructures. La mise en scène de l’urbs voulue par le nouveau régime étant fragilisée par ces inesthétiques regroupements, manifestations visibles d’une situation économique fragile, la décision de les détruire est prise en 1925. Une seule, celle de la porta Cavalleggeri, est rasée, les autorités se trouvant dans l’incapacité de reloger les familles. La propagande fasciste les présente comme des regroupements d’inadaptés sociaux et politiques, chômeurs et parasites, indisciplinés, qui représenteraient donc un danger pour l’ordre. En réalité, le recensement opéré par la revue Capitolium en 1930 sur la population des borgate ne révèle qu’un pourcentage extrêmement bas de chômeurs (5 %) ; 32 % des occupants sont des ouvriers non spécialisés, 15 % des OS, 11 % des ouvriers du bâtiment et 9 % des employés publics. Autrement dit, cette population marginalisée par son habitat n’est pas une population socialement marginale. En outre, même misérables, ces logements sont fort bien tenus, voire coquets. Il importe de reloger ces populations, grossies des celles expulsées du centre. Une première mesure est de rejeter de la ville toutes les personnes qui y sont arrivées depuis moins de cinq ans. Mais la force ne suffit pas. Fin 1928, sont ouverts à la Garbatella des hôtels où près de 900 familles sont relogées.

22La seconde forme de borgate est une « construction express » (borgate rapidissime) pour abriter les personnes expulsées du centre à la suite des travaux décrits plus haut, en particulier ceux de la via dei Fori Imperiali et via del Mare. Si les immigrants sont à cette occasion renvoyés dans leur famille d’origine, il est impossible d’en faire autant avec les Romains de souche. Ce sont eux qui logent dans ces borgate, construites à la périphérie de la ville. Loin de leur lieu de travail, désormais trop distant et très mal relié, ils perdent leur emploi et s’ajoutent à la longue liste des chômeurs. Les trois premières borgate, San Basilio, sur la Tiburtina, la Prenestina et la Gordiani offrent un bon exemple de la typologie de ces nouveaux quartiers. Le premier est construit en dur avec des matériaux de récupération ; le dernier est bâti complètement isolé entre la Prenestina et la Casilina, sur un terrain inondable, sans sanitaires individuels, avec vingt-cinq fontaines pour 1 500 habitants, les maisons sont de très piètre qualité, sans fondation et se dégradent rapidement. Pas l’ombre de services publics, comme la poste, pas de marché, de pharmacie, d’école… Ce modèle a inspiré la vision de la borgata que le cinéma ou la littérature nous ont laissée.

23Entre 1935 et 1940 de nouvelles formes de borgate sont construites, qui n’ont plus les caractéristiques des précédentes. Ce sont des immeubles de deux étages (les lotti), de trois ou quatre étages (les case) et enfin de cinq étages (les palazzi) réservés aux classes plus aisées. Ces immeubles sont isolés (Pietralata, Trullo…), mais les logements sont corrects et, dans de nombreux cas, mieux équipés que ceux que les nouveaux occupants laissaient dans le centre.

L’E42-EUR

  • 13 Cf. supra note 2.

24Mais la réalisation la plus originale est sans conteste le quartier qui deviendrait l’EUR13. En effet, les structures mises en place à l’E42 devaient avoir un caractère stable, définitif et constituer un nouveau noyau de la capitale. L’emplacement finalement élu, une vaste portion de la campagne romaine autour de l’abbaye des Trois fontaines, offrait l’avantage de renforcer une direction d’expansion souvent promue par le régime, vers la mer, Ostie et les villes nouvelles du Latium sud. Soutenue par le gouvernement de Rome, cette solution rencontre les exigences de la rhétorique mussolinienne et celles de la commodité. C’est donc dans une zone située très au-delà des limites du plan régulateur de 1931, dans un véritable désert que, le 28 avril 1937, Mussolini plante le premier pin. Pour réaliser l’EUR, un organisme autonome, L’Ente autonomo per l’Esposizione universale e internazionale est créé. En janvier 1937, un groupe d’architectes composé de Marcello Piacentini, Giuseppe Pagano, Luigi Piccinato, Ettore Rossi et Luigi Vietti est chargé de réaliser le plan du nouveau complexe. L’E42 doit devenir un noyau fixe de la grande Rome : résidentiel, certes, mais surtout espace de musées, d’expositions, de culture, ainsi qu’un centre administratif réparti sur 430 hectares. Le plan est conçu de part et d’autre d’un grand axe, dans le prolongement de la via Cristoforo Colombo, elle-même reliée à la place de Venise par la Passegiata archeologica et la nouvelle via dei Fori imperiali. Il s’agit d’une ville nouvelle, fondée ex nihilo, à l’image d’autres réalisations du régime comme Guidonia ou Ostilia. Les bâtiments sont soumis à concours : le Palais des congrès (Adalberto Libera), le Palais de la civilità romana (Romano et La Padula), place et bâtiments des forces armées (De Renzi, Figini et Pollini), bâtiments de la place impériale, piazza della Romanità, etc. Même s’il y a une grande diversité d’architectes, l’équipe dirigeante veille à la cohérence architecturale de l’ensemble, tout entière tournée vers la romanité et la Méditerranée. L’entrée en guerre de l’Italie, en 1940, interrompt les travaux. L’ensemble, considérablement dégradé à la fin du conflit, est restauré après la guerre. L’opération donne lieu, là encore, à une spéculation immobilière effrénée, facilitée par les libertés prises avec le plan régulateur de 1931. Mais l’E42, avec la hardiesse de sa conception urbanistique, marque une étape notable dans le décongestionnement du centre historique et montre une certaine vision de la part des dirigeants italiens.

L’après-guerre : une croissance désordonnée

25Enfin, la troisième phase est celle du boom de l’après-guerre avec, par an, un taux de croissance de presque 3 %, un solde migratoire de 35 000 personnes. Les années 1950 et 1960 constituent les pics les plus impressionnants, la population atteint, entre 1951 et 1971, plus d’un million d’habitants (passant à 2 781 000 habitants). Durant ces deux décennies, c’est essentiellement aux migrants provenant de zones éloignées comme celles des Marches ou de l’Italie méridionale que l’on doit cette croissance. Cependant, depuis 1981, on assiste à un léger déclin de la population résidente : 2839000 habitants en 1981, 2 775 000 en 1991 et 2 635 000 en 1997 auquel participe la baisse des naissances, phénomène commun à l’ensemble de la péninsule. En 2001, le niveau record de 1981 aurait été rattrapé. Toutefois, il convient d’être attentif au fait que si de 40 000 à 45 000 personnes quittent Rome chaque année pour aller s’inscrire dans d’autres communes, c’est souvent pour rester dans la province de Rome qui, elle, ne cesse d’accroître son poids démographique.

Le dépeuplement du centre historique et l’urbanisation péri-urbaine

26La répartition de la population entre centre historique, quartiers périphériques, banlieue et agro romano, est profondément modifiée. On assiste à une véritable dépopulation du centre historique : entre 1951 et 1997, les 424 000 habitants des rioni centraux sont passés à 142 000, chute provoquée à la fois par le déménagement des habitants et le vieillissement de la population. Ce phénomène comporte bien des aspects positifs car le centre historique était connu pour la surpopulation de ses appartements, l’absence d’hygiène et d’infrastructures. Mais cette hémorragie a entraîné un éclatement du tissu social et a rendu possible une explosion spéculative qui a pris une ampleur considérable après le jubilé de 2000. On a assisté à une transformation totale du centre historique durant les dernières années du xxe siècle.

27En revanche, l’urbanisation péri-urbaine de Rome après la guerre s’accélère en taches d’huile : des quartiers sont construits et, dans un second temps, reliés entre eux et au centre. Ce qui donne cette alternance de zones construites et de campagne caractéristique de la banlieue romaine.

28La période de l’après-guerre est caractérisée à Rome par une expansion qui n’est qu’en partie inscrite dans le plan régulateur et qui, surtout, accentue la différenciation sociale de l’espace déjà amorcée à la fin du xixe siècle. La différence entre les quartiers du centre historique – quartiers bourgeois destinés aux classes les plus aisées – et les quartiers abusifs – c’est-à-dire souvent dénués de permis de construire – de l’agro romano, ou les grands ensembles de la banlieue qu’habitent les plus démunis, ne cesse de se creuser, jusque dans les années récentes où le boom spéculatif a rendu les quartiers à l’intérieur de l’enceinte aurélienne totalement inabordables.

29L’opacité du marché immobilier romain n’a eu de cesse d’être dénoncé par des architectes, urbanistes ou hommes politiques, mais la construction abusive illégale reste la norme et il est difficile pour les particuliers de se démêler dans la jungle des règlements et des lois. Dans son livre, Roma moderna, Italo Insolera dénonce cet état de fait :

  • 14 Italo Insolera, Roma moderna. Un secolo di storia urbanistica (1870-1970), Turin, Einaudi, 2e ed., (...)

Dans les banlieues et dans les borgate, entre les baraquements et les immigrés, il existe tout une communauté de trafiquants en terrains et immeubles qui proposent de construire et de vendre des habitations à prix très différents selon une terminologie habile “avec plan régulateur”, “sans plan régulateur”, “avec obligation archéologique” […] Qu’est ce que les gens comprennent des plans régulateurs ou des contraintes archéologiques ? […] Rendre difficile, voire impossible la connaissance des lois est la condition sine qua non pour que l’illégalité prospère14.

30La lutte contre les constructions abusives fut l’un des premiers actes, hautement symbolique, de la municipalité menée par Francesco Rutelli en 1993, avec la destruction, fortement médiatisée, des baraquements de la via Casilina. Ce fut, assez paradoxalement, le député de Alleanza Nazionale, (ex MSI), qui à cette occasion se porta au secours des populations…

Main basse sur la ville

  • 15 Voir Italo Insolera, Roma moderna, op. cit. ; Paolo Avarello, L’urbanizzazione, in Luigi De Rosa, (...)

31Les transformations démographiques de l’urbs s’accompagnèrent, dès l’après-guerre, de changements dans le paysage urbain, la trame de la ville, la topographie romaine au gré d’interventions publiques mais surtout d’investissements privés et d’une spéculation considérable15.

  • 16 Vittorio Vidotto, Roma contemporanea, op. cit., p. 279

32En 1951-1952, puis en 1957, des enquêtes parlementaires portant sur la misère en Italie sont réalisées16 : à Rome on dénombre en 1951 près de 100 000 personnes habitant dans des résidences qui ne sont pas destinées au logement. Des baraques, des grottes, des ruines, mais aussi les vieilles maisonnettes provisoires édifiées pendant le fascisme, dépourvues de toute hygiène et de plus en plus abîmées. Le problème du logement constitue, on l’a vu, l’une des constantes de la lutte politique durant cette période, et sur ce terrain, les projets publics, les investissements privés et la spéculation se heurtent aux attentes des habitants. Le pic de construction d’immeubles et d’appartements se situe en 1962 : de 31 000 logements construits en 1951 on passe à 160 000 en 1962.

  • 17 Anne-Marie Seronde Babonaux, Rome, croissance d’une capitale, op. cit., p. 306.

33L’idéal, pour reprendre la belle définition d’Anne-Marie Seronde-Babonaux, aurait alors été de mettre en place un plan d’extension « [pouvant] s’appuyer sur une politique municipale cohérente de maîtrise des sols, de logements subventionnés et de structuration de l’espace par un réseau équilibré de voies de communication », mais, ajoute-t-elle, « une action de cette envergure supposait des transformations trop fondamentales pour ne pas rencontrer l’opposition des propriétaires fonciers, plus ou moins liés à la Démocratie chrétienne, majoritaire au conseil municipal dès 194617 ».

34Pour faciliter la spéculation, le conseil municipal, influencé par les propriétaires fonciers, maintient le plan régulateur de 1931, en laissant de côté les grandes lignes idéologiques qui présidaient à sa conception. Les conseillers municipaux en retiennent la liberté d’intervention sans contrainte sur les terrains périphériques, dans un rayon d’environ six kilomètres autour du centre. Le plan régulateur pouvait être adapté aux circonstances, mais plus de 500 « plans particuliers » sans aucune cohérence avec le plan de 1931 furent acceptés entre 1944 et 1958. À l’exception du projet de l’EUR, la municipalité n’utilise pas la possibilité d’expropriation que le plan lui permet. Le système se montre particulièrement avantageux pour les spéculateurs, propriétaires fonciers ou palazzinari, qu’il s’agisse de bâtisses autorisées ou abusives. Après la construction des immeubles, sur un terrain acheté en général assez peu cher, le promoteur est assuré de vendre ou louer tous les appartements en réalisant une forte plus-value. Et bien que l’aménagement urbain (viabilité, éclairage, eau, etc.) soit généralement une obligation pour le constructeur, c’est souvent la municipalité qui viabilise la zone, à ses frais – et en employant des sociétés « amies »…

  • 18 L’Immobiliare, comme on l’appelle alors, était l’une des principales sociétés actives à Rome, et c (...)
  • 19 Nombreux exemples dans Anne-Marie Seronde Babonaux, Rome…, p. 308 sq.

35S’il est indéniable que la demande de logements a suscité une très forte pression, la manière d’y répondre est, comme à la fin du xixe, le résultat d’une collusion entre le conseil municipal et les milieux politiques et économiques, en l’occurrence la Démocratie chrétienne et le Vatican par le biais de l’Immobiliare18. Les bénéfices réalisés sont considérables19. Aldo Natoli, conseiller municipal communiste, dénonce des opérations réalisées par la Società Immobiliare aux limites de la pinède d’Ostie. Celle-ci avait, en 1934, acquis 300 hectares de terrain agricole à 30 centimes le m; la construction de l’autoroute de Castelfusano fit monter le prix du terrain à 2000 lires le m2 en 1954. La société immobilière vaticane ignore ensuite les injonctions qui la poussent à une amélioration agraire de la zone, échappe à une expropriation et finit par faire édifier des villas de luxe. Il ne restait plus à la municipalité qu’à équiper ce petit paradis. Des exemples de ce type abondent et firent l’objet de dénonciations répétées, sans aucun résultat.

36La venue à échéance du plan régulateur de 1931, en 1951, fut l’occasion de discussions de fond quant à la mise en place d’un nouveau projet. L’opinion publique s’empare alors des problèmes d’urbanisme à l’occasion de la percée d’une rue, la via Vittoria, qui doit joindre le Pincio à la via Veneto, et qui ne verra jamais le jour face à la levée de boucliers des journalistes, historiens, architectes et urbanistes.

37La recherche de solutions visant à limiter la spéculation donne lieu à de vifs affrontements au sein du conseil municipal et au Capitole, débouchant sur des propositions intéressantes, mais insuffisantes. Intéressantes car elles indiquent des directives générales prévoyant la conservation du centre historique, une déconcentration progressive des activités centrales vers des zones périphériques et la détermination de densités d’habitat à respecter ; insuffisantes car la municipalité peine à s’engager avec force contre la spéculation dans la mesure où l’État lui-même rechigne à légiférer car les moyens techniques et financiers pour mettre en œuvre les projets sont faibles et que les délais de conception du nouveau plan régulateur vont laisser la voie libre pour une douzaine d’années encore aux spéculateurs.

38Un premier plan, le CET (Commissione di Elaborazione Tecnica), proposé par des urbanistes soutenus par la gauche et destiné à empêcher la spéculation, provoque le refus des membres du conseil municipal ; il est rejeté en juin 1958. En fait, l’adoption du plan régulateur de 1962 – devenu une loi en 1965 – montre bien comment la politique urbaine romaine reste fortement liée aux aléas strictement politiques. Il faudra attendre l’élection d’une municipalité de centre-gauche, en juin 1962, pour que le plan régulateur soit adopté en novembre. Et que Jean XXIII aille en visite pastorale dans les borgate rouges (celles décrites par Pasolini dans Accatone en1962) pour que la position même de la Démocratie chrétienne évolue. Mais si le plan est adopté, c’est dans le mécontentement général, en particulier de ceux qui avaient soutenu le premier projet et qui ne retrouvent là qu’un « plan croupion », même si, en complément, la municipalité dispose d’un outil législatif nouveau, la loi « 167 » qui rend possible un urbanisme populaire à loyers modérés, afin de reloger les habitants des borgate et des bidonvilles. Mais, entre 1953 et 1962, Rome était déja fortement transformée et le plan officialisé en 1965 allait s’appliquer à une ville bien différente de celle de 1953. Durant cette décennie, la population de Rome avait augmenté de 536 000 habitants – soit plus que la ville de Bologne tout entière en 1961– et cette situation influe sur le développement de l’habitat abusif et sur les infrastructures, de plus en plus insuffisantes. La Rome que le plan prend en compte s’étend désormais de manière quasi continue jusqu’à la mer, vers l’ouest et le sud. À l’est, les zones à destination industrielle sont renforcées, sans que – à part le Gra Raccordo annulare, le périphérique – le problème des moyens de liaison entre zones d’habitation et zones de travail soit résolu. L’autre nouveauté dans le paysage romain est l’apparition de l’industrie : fortement encouragée par les fonds de la Cassa del Mezzogiorno, une série d’industries de précision comme l’électronique, les machines outils se développent le long des rues Tuscolana et Tiburtina. La via Salaria abrite désormais des industries liées à l’aéronautique ou à l’automobile.

***

39Ce qui frappe aujourd’hui dans la banlieue romaine, c’est tout à la fois son expansion continue et la permanence des problèmes de liaison entre le centre et la périphérie. Les prix astronomiques du centre historique et de toute la zone située à l’intérieur de la muraille aurélienne contraignent une population de plus en plus nombreuse à quitter ces espaces. Contrainte qui peut parfois être une gestion intéressée d’un patrimoine détenu depuis longtemps que l’on préfère vendre très cher pour aller s’installer plus loin. La construction d’immeubles de bureaux, en particulier pour les sociétés de services, contribue à maintenir une forte pression sur l’immobilier de périphérie. Un bon exemple serait la construction continue que connaît, depuis dix ans, la zone située entre le quartier de la Magliana et l’aéroport de Fiumicino, entre immeubles d’habitation, sièges de sociétés, centre commercial, etc. Pour autant, les liaisons restent chaotiques, irrégulières, souvent peu directes, nécessitant de nombreuses ruptures de charges et malgré la construction de grands parkings périphériques (la circulation automobile dans le centre étant drastiquement limitée), les Romains choisissent encore voiture ou deux-roues pour se déplacer. Les limites de la banlieue de Rome tendent à s’étendre de plus en plus et nombreux sont ceux qui, travaillant dans la capitale, habitent à Viterbe (à une centaine de kilomètres mais à deux heures de train…) ou encore le long de l’Aurélia, jusqu’à Tarquinia. La banlieue romaine est aujourd’hui encore l’un des chantiers essentiels de la municipalité, même s’il est intéressant de constater que, à la différence de Paris, il s’agit moins d’un défi social que d’un défi technique, celui de la mise en place d’infrastructures efficaces reliant mieux centre et périphérie.

Notes

1 Cet article reprend des éléments de Catherine Brice, Histoire de Rome et des Romains de Napoléon Ier à nos jours, Paris, Perrin, 2007. Également Alberto Caracciolo, Roma capitale dal Risorgimento alla crisi dello Stato liberale, Rome, Editori riuniti, 1956 ; Anne-Marie Seronde Babonaux, Rome croissance d’une capitale. De l’Urbs à la ville, Paris, Edisud, 1980 ; Fiorella Bartoccini, Roma nell’Ottocento. Il tramonto della « Città santa ». Nascita di una capitale, Bologne, Cappelli, 1985 ; Luigi Fiorani et Adriano Prosperi (dir.), Roma città del papa, Annali Einaudi 16, Turin, Einaudi, 2000 ; Vittorio Vidotto (dir.), Roma capitale, Bari/Rome, Laterza, 2002 et Vittorio Vidotto, Roma contemporanea, Rome/Bari, Laterza, 2001 ; Italo Insolera, Roma moderna. Un secolo di storia urbanistica (1870-1970), Turin, Einaudi, 2e éd., 1993 ; Antonio Cederna, Mussolini urbanista. Lo sventramento di Roma negli anni del consenso, Rome/Bari, Laterza, 1980. Marco De Nicolò, Per una storia dell’amministrazione comunale di Roma. legislazione, fonti archivistiche e documentarie, storiografia, Bologne, Il Mulino, 1997.

2 EUR ou Esposizione Universale di Roma est un quartier au sud de Rome, réalisé dans les années 1930 par un organisme autonome, l’E42 ou Ente autonomo per l’Esposizione universale e internazionale 1942. Cf. infra.

3 Anne-Marie Seronde Babonaux, Rome…, op. cit., p. 76-77 ; voir également Denis Bocquet, Rome ville technique, 1870-1925. Une modernisation conflictuelle de l’espace urbain Rome, École française de Rome, 2007 ; idem, « Moderniser la ville éternelle. Luttes politiques, rivalités institutionnelles et contrôle du territoire : Rome 1870-1900 », Histoire Urbaine, n° 9, 2004, p. 97-109.

4 Émile Zola, Rome, Paris, Fasquelle, 1894.

5 Simona Lunadei, Testaccio : un quartiere popolare. Le donne, gli uomini e lo spazio della periferia romana (1870-1917), Milan, Franco Angeli, 1992.

6 Benito Mussolini, Opera Omnia, 6, p. 235.

7 Antonio Cederna, Mussolini urbanista. Lo sventramento di Roma negli anni del consenso, Rome-Bari, Laterza, 1980 et Italo Insolera, Roma moderna. Un secolo di storia urbanistica, Turin, Einaudi, 1962.

8 Vittorio Vidotto, Roma contemporanea, Rome-Turin, Laterza, 2001.

9 Vittorio Vidotto, Roma contemporanea, op. cit., p. 186-187.

10 Voir Paola Puzzuoli, La politica delle aree della Società generale immobiliare (1880-1920) sur http://www.storiaurbana.it/biennale/relazioni.asp, et Francesco Bartolini, Roma borghese. La casa e i ceti medi tra le due guerre, Rome/Bari, Laterza, 2001.

11 Voir Colette Vallat, Rome et ses borgate, Rome, École française de Rome, 1992.

12 Anne-Marie Seronde Babonaux, Rome, croissance d’une capitale, op. cit., p. 142.

13 Cf. supra note 2.

14 Italo Insolera, Roma moderna. Un secolo di storia urbanistica (1870-1970), Turin, Einaudi, 2e ed., 1993, p. 313.

15 Voir Italo Insolera, Roma moderna, op. cit. ; Paolo Avarello, L’urbanizzazione, in Luigi De Rosa, Rome nel Duemila, Rome/Bari, Laterza, 2000, et Vittorio Vidotto, Roma contemporanea, op. cit, p. 278 sq.

16 Vittorio Vidotto, Roma contemporanea, op. cit., p. 279

17 Anne-Marie Seronde Babonaux, Rome, croissance d’une capitale, op. cit., p. 306.

18 L’Immobiliare, comme on l’appelle alors, était l’une des principales sociétés actives à Rome, et ce depuis 1933, date de sa « relance » par Eugenio Gualdi et Aldo Samaritani ; elle détenait en 1952 un patrimoine immobilier de 6750000 m². Elle est en mesure de projeter des quartiers entiers, de fournir les terrains et toutes les compétences techniques et de réaliser les bâtiments pour le compte de tiers. À Rome, ses réalisations étaient de belle qualité, comme à Monte Mario (Balduina et Belsito), à Vigna Clara et à Casal Palocco. Pourtant, L’Immobiliare, en ces années, représente l’archétype de la spéculation immobilière appuyée par des hommes politiques – ici les démocrates-chrétiens ; voir Vittorio Vidotto, Roma contemporanea, op. cit., p. 284.

19 Nombreux exemples dans Anne-Marie Seronde Babonaux, Rome…, p. 308 sq.

Auteur

Historienne

© Éditions de la Sorbonne, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540