Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Agrandir Paris (1860-1970)

 | 
Annie Fourcaut
, 
Florence Bourillon

Troisième partie. Faire de la ville

Une leçon française pour Londres ? L’administration de la capitale britannique de 1855 à 1900

Nick Bullock
Traduction de Xavier Blandin

Texte intégral

  • 1 Cet article, qui se veut le résumé de recherches établies plutôt qu’un nouveau développement, repos (...)
  • 2 Les exemples parisiens permettant la comparaison sont tirés de Jacques Lucan (dir.), Paris des faub (...)
  • 3 La planification des grands domaines londoniens est examinée par D.J. Olsen, Town Planning in Londo (...)
  • 4 H.J. Dyos, Victorian Suburb…, op. cit., chap. V.

1Pour peu que notre regard se porte cent cinquante ans en arrière, les mécanismes essentiels de la croissance urbaine de Londres et de Paris au milieu du xixe siècle nous sembleront partager un air de famille1. Dans les deux cas, un afflux considérable de population crée de nouveaux besoins en ces ressources élémentaires que sont le foncier, les capitaux nécessaires aux nouvelles constructions, et la main-d’œuvre qui alimente la constance croissance du tissu urbain2. Les projections d’Émile et Isaac Pereire pour le développement de la Plaine Monceau, acquise en 1850, auraient été facilement comprises par leurs homologues qui œuvrent à la même époque à planifier l’expansion vers le nord du domaine de Bedford, là où les quartiers aisés se développent, au-delà de New Road3. À une échelle plus modeste, les lotissements d’Alexandre Chauvelot dans le quartier de Plaisance au sud-sud-est de Paris peuvent tout à fait se comparer à la création par Edward Yates des maisons jumelées des nouveaux quartiers de classes moyenne de Waverly Park, sur les anciens champs de Camberwell4.

  • 5 Sur la question du leasehold, voir M. Daunton, House and Home in the Victorian City, Working Class (...)

2Il y a bien sûr des différences culturelles, légales et financières aux mécanismes de développement de Paris et de Londres. Les habitudes en termes de logement sont visiblement bien différentes : aux maisons de Londres, villas, maisons mitoyennes ou jumelées, répondent les appartements parisiens et leur mode de vie incompréhensible pour les Anglais. Une différence tout aussi importante, et liée à la première, est celle qui distingue la possession des terres de leur valorisation résidentielle. Le système de location des parcelles, dit de leasehold, octroie l’usage des terrains, et non leur propriété, pour des périodes de 30 à 90 ans, moyennant une redevance foncière annuelle5. La mise sur le marché des terrains résidentiels de ce type empêche la spéculation que l’on retrouve par exemple à Paris ou à Berlin, qui enchérit jusqu’à 30 % le coût total de nouveaux logements et favorise la construction d’immeubles plutôt que de maisons, qu’elles soient mitoyennes ou individuelles. Les terrains disponibles à Londres sous le système du leasehold sont accessibles à un coût nettement moindre, et une grande densité de logement n’est donc pas une nécessité : Dyos signale qu’à Camberwell, un petit entrepreneur des années 1860 paie une rente pour sa parcelle d’un montant habituel de 5 à 7,5 % des coûts globaux.

3Voilà quelques différences tout à fait notables ; mais elles importent toutefois moins dans la présente comparaison que les disparités entraînées par les conceptions que les contemporains ont de leur ville et l’organisation de la politique locale. On pourrait comprendre que des Parisiens, habitués à la très claire délimitation de la capitale, aient du mal à se faire une idée de la confusion qui entoure les diverses tentatives de définition de Londres. Les frontières de Paris n’ont jamais été immuables, et l’extension de 1860 se fait dans la continuité d’un processus d’expansion qui touche la ville entière ; mais la manière qu’ont les Parisiens de voir et de définir essentiellement leur ville n’en est pas affectée, pas plus que n’est remise en question l’autorité de Haussmann quant à la direction de l’expansion – l’entreprise tombe directement sous sa compétence de préfet de la Seine.

  • 6 À lire la description que fait Cobbett de sa promenade à cheval au travers de comtés environnant Lo (...)
  • 7 Cité dans K. Young and P. Garside, Metropolitan London…, op. cit.
  • 8 J. Forshaw and P. Abercrombie, County of London Plan 1943, Londres, 1944, Chap. I.

4À Londres, les choses sont très différentes : au début des années 1850, il n’y a aucun consensus sur la définition de la ville, et encore moins sur le responsable de sa conduite. William Cobbett, quittant Londres à dos de cheval pour regarder la ville depuis les hauteurs encore rurales de Hampstead, nomme la capitale « la Grance Pustule6 ». Mais pour ses habitants, appartenance et identification sont encore, dans les années 1860, farouchement ancrées dans les collectivités distinctes qui composent la ville. Que peuvent avoir en commun les riches résidents de Hanover Square à Saint James, et les bien moins fortunés habitants des docks de l’East End ? Pourquoi les habitants de villages encore séparés comme Hammersmith ou Chelsea souhaiteraient-ils faire fortune commune avec la ville de Londres ? En 1855, le Times peut ainsi décréter, avec une intention polémique avouée, que « Londres n’existe pas7 » ; et en 1944, Abercrombie et Forshaw, auteurs du County of London Plan 1944, qui jette les bases de la planification de la ville après 1945, décrivent encore Londres comme une fédération de communautés, bien loin de l’unité apparente de Paris8.

5Sans limites marquées par des murs d’enceinte médiévaux, Londres se voit assigner nombre de définitions quant à son étendue géographique, sur des bases statistiques, administratives et fiscales parmi lesquels les districts parlementaires établis, les Bills of Mortality, registre des naissances et décès de chaque paroisse, les différentes zones de la taxe sur le charbon et les zones assujetties aux districts de police (fig. 1). Il faut attendre 1855 pour que le Metropolitan Management Act mette fin au débat sur l’étendue géographique de Londres ; mais cette loi ne fait rien pour résoudre la question du gouvernement de la ville. La disjonction est même de plus en plus évidente entre la définition de la ville administrative et son identité politique, et ce n’est qu’à la fin des années 1850 et au début des années 1860 que commence à poindre une conscience politique commune. Si Londres comme métropole unifiée commence à être acceptée au milieu des années 1850, la responsabilité de la gestion de la ville reste aussi fragmentée qu’auparavant. Pour beaucoup des acteurs de la vie politique locale, magistrats, administrateurs des nombreux organismes de gestion, les souvenirs des tentatives maladroites d’Edwin Chadwick pour réformer les Poor Laws « du centre vers la périphérie » continuent à envenimer les débats sur l’administration de Londres en tant qu’entité unique, ou sujet multiple de divers organismes.

  • 9 Voir, sur la question de la nature particulière de la City and Corporation of London, D. Owen, The (...)

6Les défenseurs d’une position que l’on dira « localiste » bénéficient d’alliés influents et riches. Au cœur de la métropole se trouve, sur moins de deux kilomètres carrés, le cœur de Londres à proprement parler, City of London9. Au Moyen Âge, la City est un haut lieu de la défense des droits des marchands et des citoyens s’opposant à la couronne, symbolisée par Westminster. Mais lorsque Londres croît sous les Tudor et les Stewart, l’organisme administratif de la City Corporation montre très peu d’intérêt pour le développement des nouveaux quartiers de la ville ; la City garde ses anciennes limites. En 1861, sa population n’est que de 113 000 habitants mais, extrêmement riche et prête à tout pour défendre ses anciens privilèges, la City refuse catégoriquement de partager le fardeau de l’administration de Londres, ou de faire cause commune avec les administrations responsables des zones voisines ; elle s’oppose à toutes les tentatives de création d’un gouvernement municipal unique pour la métropole.

Fig.1 – En haut : les frontières de Londres en 1832 révélant la ville de Londres ; la zone définie selon les modalités de la « Bills of Mortality » et utilisée pour le recensement de 1831 ;les frontières des circonscriptions électorales des sièges parlementaires de Londres.
Au milieu : les frontières de Londres après 1855 révélant la « City » de Londres ; les frontières de la zone administrée par le Metropolitan Board of Works (Le Bureau métropolitain du Travail) et, légèrement modifiée par le Conseil du Comté de Londres après 1889,la frontière de Londres dessinée par le Metropolitan Police Courts et de la zone soumise à la taxe londonienne sur le charbon.
En bas : les frontières de Londres après 1965 révélant la « City » de Londres ; les arrondissements centraux de Londres ; la frontière de la zone administrée par le Greater London Council.

  • 10 Sur la question des vestries, cf. ibid., chap. X, XI-XV.

7De fait, il n’existe aucune institution administrative à l’échelle de la métropole jusqu’en 1855. La responsabilité de la gestion revient encore aux quatrevingt-dix-neuf paroisses civiles (vestries) et aux huit commissions des égouts, ainsi qu’aux différents comités chargés de la voirie et de l’éclairage de la capitale10. Les paroisses sont de tailles très différentes, et leurs ressources varient considérablement de l’une à l’autre : peut-on comparer Camberwell, la plus étendue avec plus de 1 750 hectares, mais peu densément peuplée à Saint Pancras, qui compte près de 200 000 habitants dans les années 1850, à Saint Martins in the Fields et ses 23 000 habitants, ou aux minuscules paroisses de l’East End de quelques hectares ? Les différences entre paroisses tiennent aussi à leur structure sociale et à leurs habitants : certaines sont « ouvertes » et offrent le droit de vote à tous les contribuables locaux, d’autres sont beaucoup plus restrictives. L’administration de la paroisse civile est attribuée à des nobles, voire à des aristocrates, mais le plus souvent les paroisses élisent à leur tête des négociants, des propriétaires, des tenanciers de pubs, et quelques médecins.

  • 11 Ibid., p. 260.

8La particularité de chaque paroisse rend la comparaison problématique, mais un contraste évident se dégage entre les importantes vestries du West End, avec leur bonne gestion des voies publiques et de la santé publique, et, d’autre part, les paroisses plus pauvres et plus petites de l’East End et du sud de la Tamise. Saint Marylebone compte parmi les paroisses les plus efficaces et J.F.B. Firth – pourtant opposé au localisme (en faveur duquel Saint Marylebone s’affiche clairement, et c’est l’un de ses membres, Sir Benjamin Hall, qui propose le Metropolitan Management Bill) –, dit d’elle qu’elle est « probablement la paroisse la mieux gérée dans la métropole11 ». Elle est réorganisée dans les années 1830 en vestry ouverte. Les élections qui s’y déroulent par la suite suscitent beaucoup d’intérêt et attirent l’attention d’une commission qui examine les dépenses locales. Dans les années 1840, se met en place une économie moins dogmatique, et la formation de différents groupes d’intérêt, notamment les « Orientaux » et les « Alligators », divise la paroisse sur les questions de l’évaluation fiscale et le coût de la Poor Law, laquelle représente le poste le plus important des budgets. Sa préoccupation constante pour les questions économiques fait de Saint Marylebone une paroisse comme les autres, mais ses résultats en termes de santé publique, de contrôle sanitaire, et d’aménagements (tels que l’établissement des réseaux d’égouts, notamment après le Sanitary Act de 1866, et l’élargissement des voies) la distinguent du lot.

9D’autres paroisses, dans l’East End et au sud de la Tamise, sont moins fortunées. Southwark Saint George the Martyr offre un exemple des difficultés auxquelles sont confrontées ces plus petites vestries. Elle est l’une des paroisses les plus pauvres et s’étend sur moins de 115 hectares de propriétés délabrées abritant des petits négociants et une légion de voleurs, prostituées et autres arnaqueurs, attirés par la fermeture du bidonville détruit lorsqu’est percée New Oxford Street. Le combat que livre le docteur Rendle, Medical officer de la paroisse, contre les propriétaires peu scrupuleux des taudis locaux, illustre bien les conflits d’intérêts et la corruption qui règne alors dans l’administration des vestries. Quand les marchands de sommeil s’aperçoivent qu’ils ne peuvent contraindre Rendle à négliger ses inspections ni à taire ce qu’il découvre, ils manœuvrent pour lui faire quitter son poste. Rendle se présente toutefois aux élections locales et est élu. À l’occasion de l’épidémie de fièvre typhoïde qui touche la capitale en 1864, il parvient à défaire la mainmise des opposants aux régulations sanitaires, et des « économes » sur la paroisse. Soutenu par une large majorité, il peut faire désigner un second directeur des affaires sanitaires et il s’attaque aux problèmes de santé publique de ce que le South London Press nomme « la pire paroisse métropolitaine quant aux infections ». Le succès de Rendle se mesure à l’aune des difficultés auxquelles le quartier doit faire face, notamment celle, extrême, de répondre aux directives des Poor Laws, durant l’hiver. Comme tant de paroisses, Saint George the Martyr n’a tout simplement pas les moyens de s’attaquer à l’ensemble des problèmes liés à l’assistance aux résidents ou à la modernisation des infrastructures, problèmes que l’administration londonienne laisse sous la responsabilité des paroisses.

10Pour un très grand nombre des membres des vestries et des corporations organisées en livery companies, les choses sont très bien comme elles sont – que l’on pense au Mr Bumble de Dickens, le bedeau responsable de la maison où est interné Oliver Twist, caricature adroite et bien connue de l’incompétence satisfaite du notable. Qui plus est, le changement et ses réformes impliquent inévitablement une augmentation des dépenses pour les administrations locales. L’établissement des égouts comme la nomination d’agents des affaires sanitaires ou l’élargissement des voies imposent de nouvelles charges dont devront s’acquitter les propriétaires – tous électeurs des vestrymen du gouvernement local et particulièrement sensibles à l’impact de réformes imposant de nouvelles règles sanitaires pour les logements loués. Il est aisé de voir comment un tel contexte induit une forte résistance aux réformes.

  • 12 Sur les réformes sanitaires, voir R. Lambert, Sir John Simon (1816-1904) and English Social Adminis (...)

11Dans le camp adverse, les arguments commencent à se faire entendre pour un changement mesuré et une plus grande coordination, à défaut encore d’une administration centralisée. Au milieu des années 1840, une épidémie de choléra pousse les autorités à considérer pour la première fois la santé publique de la capitale dans son ensemble ; les défaillances ultérieures du Conseil général de santé de Chadwick, et le triste bilan de l’entreprise de développement des égouts, ne font pourtant que renforcer la résistance des administrations paroissiales contre la centralisation12. Toutefois, au cours des années 1850, alors que la population connaît un essor inégalé pour atteindre en 1861 les trois millions d’habitants, les besoins de Londres en réformes urgentes n’échappent à personne. Les problèmes de la métropole se trouvent grandement compliqués par la croissance de la population : rues et avenues sont encombrées, les trajets d’ouest en est sont de plus en plus difficiles et l’approvisionnement en eau comme le réseau d’assainissement déjà inadéquat dans les années 1840 sont alors totalement dépassés. Avec les épidémies de choléra de 1832 et de 1848, et un retour toujours plus probable de cette pandémie, les dangers de l’inaction semblent tout à fait réels.

12En 1853, le problème atteint son paroxysme quand Londres perd les pouvoirs déjà limités que le Parlement avait donnés au Conseil général de la santé pour la coordination de l’assainissement urbain. Quel organisme allait alors prendre la place du Conseil ? Si une réforme devait avoir lieu, qui allait la mener ? Bien évidemment, tous les défenseurs de la centralisation ne sont pas alors des réformateurs, pas plus que les partisans des pouvoirs locaux ne sont tous opposés au changement. Ainsi, sur le plan de la santé publique, le bilan de Sir John Simon, Medical Officer of Health dans la City, rappelle que même un organisme aussi conservateur que cette paroisse peut s’avérer particulièrement actif pour le progrès de l’assainissement et de l’infrastructure. Mais les débats sur l’administration politique de Londres, tout particulièrement en ce qui concerne les questions de réformes sanitaires, voient les « centralistes » s’opposer directement aux « localistes ».

13Les échecs de Chadwick lorsqu’il est à la tête de la General Board of Health, outre qu’ils compromettent la cause centraliste, l’amènent à quitter sa position d’influence, et les localistes ont le vent en poupe. Le rapport de la Royal Commission on the City of London, établi en 1852, recommande un nouveau système de gouvernement qui favoriserait la cause locale. Le projet de loi, qui allait devenir le Metropolitan Management Act de 1855, est présenté par l’un des chefs de file de la revendication localiste, Sir Benjamin Hall, Member of Parliament représentant Saint Marylebone et à la tête de l’attaque parlementaire contre Chadwick. La promulgation de la loi est célébrée comme une victoire par les localistes. Elle ne perturbe en rien la position de la City et laisse inchangés les pouvoirs des vestries ; les paroisses les plus petites sont rassemblées et les questions de santé publique, de voirie et d’administration locale, restent de leur compétence. L’innovation principale est la proposition d’un bureau central – le Metropolitan Board of Works (MBW) – constitué de représentants de chaque paroisse, censé coordonner les travaux des vestries et, le cas échéant, diriger ceux qui nécessitent une collaboration à l’échelle de la ville.

  • 13 K. Young and P. Garside, Metropolitan Government…, op. cit., p. 5, note 62.

14L’adoption de la loi n’a pas vraiment enrayé la campagne localiste, soutenue par les ressources de la City et menée par des personnalités telles que Toulmin-Smith, avocat de Birmingham, ou James Beal, personnage influent de la paroisse de Saint James Hanover Square. Leur opposition au despotisme d’un centralisme « français » ou « étranger » est décrite comme « très répandu, profond et irraisonné13 ». Ils choisissent de se présenter en champions de l’économie municipale et en défenseurs d’une vaillante tradition de la démocratie locale qui remonterait à une mythique constitution anglo-saxonne, faisant du conseil tribal du folkmoot l’origine de la liberté politique anglaise. Toulmin-Smith, Beal et la Metropolitan Municipalities Association (MMA) continuent au milieu des années 1860 à faire campagne pour que les paroisses soient réformées en municipalités indépendantes, liées entre elles par le strict minimum de coordination centrale.

15L’époque n’est toutefois plus au localisme le plus agressif. Le Parliamentary Select Committee on Metropolitan Taxation, propose en 1861 un Conseil de Londres. Beal et la MMA acceptent bientôt la nécessité d’un conseil métropolitain en plus des municipalités indépendantes. L’opposition si résolue de la City à toute dilution des pouvoirs locaux finit par faire fuir les plus modérés parmi les membres de la MMA, qui reconnaissaient le besoin d’une plus grande coordination. Dès le milieu des années 1870, J.F.B. Firth, auteur de Municipal London (1876) et Member of Parliament pour la paroisse de Chelsea à partir de 1880, connaît un succès grandissant dans sa critique du localisme, reprise par les membres de la London Municipal Reform League. Leur projet, renommé « unification » plutôt que « centralisme », repose notamment sur l’argument que le seul moyen pour se défaire de l’opposition – aussi farouche qu’intéressée – des paroisses contre les dépenses de voirie et d’assainissement est d’élire des personnes favorables à une administration prenant en charge l’ensemble de la ville de Londres (fig. 2 et ► 8).

16En parallèle des changements qui suivent la rhétorique et les termes du débat, les pratiques de l’administration métropolitaine évoluent. Le rôle de la MBW, sous la direction de Thwaites, est de plus en plus centraliste. Au milieu des années 1860, les plus ardents localistes se laissent convaincre en raison d’une nouvelle épidémie de choléra, que les paroisses sont incapables de juguler sans réforme ; le programme d’assainissement de la MBW est ainsi largement étendu. La nécessaire fluidité de la circulation, en particulier d’est en ouest, exige également une intervention de la MBW, qu’auraient rejetée comme trop centraliste ceux-là même qui avaient veillé à la constitution du conseil. L’ouverture de Victoria Street, la construction du viaduc Holborn (18631869), le remblai des bords de la Tamise pour résoudre les problèmes d’inondation et de congestion de la circulation de High Holborn et du Strand, sont autant d’exemples de ce que seul peut réaliser une administration centralisée.

Fig. 2 – plan de Londres en 1870.

17La MBW entreprend des initiatives qui dépassent de loin les seuls aménagements de la voirie. Si certaines fonctions échappent au conseil (la distribution d’eau n’est affectée à un organisme unique qu’à la création de la Metropolitan Water Board en 1902, et l’enseignement est placé en 1870 sous la tutelle de la London School Board), la MBW a autorité sur de nombreux domaines, de la santé mentale à la vérification des réglementations de sécurité des logements et constructions, en passant par l’inspection des salles de théâtres. Elle prend la responsabilité des brigades de pompiers, d’une manière qui illustre bien l’accumulation pragmatique des fonctions. L’incendie du débarcadère et des entrepôts de Tooley Street en 1861 persuade le gouvernement britannique que Londres a besoin d’une meilleure protection que celle que peuvent offrir les arrangements hasardeux entre compagnies d’assurance et, en janvier 1866, la responsabilité de la protection contre les incendies revient à la MBW. Au fur et à mesure de l’expansion de la capitale et de l’accumulation des responsabilités au conseil, la MBW cesse d’être le simple organisme de coordination d’une fédération de paroisses et devient, de manière de plus en plus évidente, l’autorité administrative centrale de la ville de Londres.

  • 14 W.A. Robson, The Government and Misgovernment of London, op. cit., p. 80.

18Vingt ans après sa création, la MBW peut se targuer d’un excellent bilan. Un grand nombre des réformes demandées par les centralistes ont été mises en œuvre et une série d’aménagements de la métropole – dont l’échelle, la complexité et le coût dépassaient de loin la compétence des paroisses isolées – a pu être réalisée. Cependant, au début des années 1880, une série d’accusations de corruption et de petits détournements vient entacher la réputation du conseil, et le besoin de le remplacer par un organisme dont les membres seraient élus devient évident. Pour nombre de ceux qui souhaitent une réforme de l’administration londonienne, la création d’un nouvel organisme, soumis à un processus électoral, semble l’occasion parfaite de se défaire des oppositions, dont celle obstinée de la City Corporation, à un progrès attendu de longue date. Mais les choses ne seront pas si faciles. Pour Robson, la création du London County Council (LCC) en 1888 n’est possible que par les actions indirectes qui caractérisent l’ensemble des changements dans l’administration de la capitale14. Le Local Government Act de 1888, qui applique les réformes aux comtés ruraux à la région de Londres, est significativement incapable de s’adapter aux problèmes spécifiquement londoniens. La ville reste divisée après l’élection du Council, qui remplace la MBW, et la City, qui échappe à la compétence du LCC, continue à créer la discorde.

Fig. 3 – Les « instants T » de l’accroissement de Londres de 1860 à 1929 démontrant le taux d’extension de la population métropolitaine au-delà des frontières administratives du Greater London Council.

19Les manœuvres politiques qui entourent la loi de 1888 amènent les partis nationaux à s’intéresser de près, pour la première fois, à la vie politique de la capitale. Les campagnes des groupes de pression centralistes et localistes, la London Municipal Society et la London Reform Union permettent à la fin des années 1880 un rapprochement des causes et des partis. Le parti conservateur se rapproche des défenseurs de l’autonomie locale, de la municipalisation, et, surtout, exprime son soutien à la City Corporation. Le parti libéral s’approprie la cause adverse et plaide pour une administration unique pour Londres, telle que la veulent Firth et la London Reform Union. Une alliance progressiste des libéraux, de la Société fabienne et des socialistes prend le contrôle du LCC, et une opposition formée par des conservateurs modérés se met en place. Le ton partisan de l’administration du LCC est donné. Avant le milieu des années 1890, le débat perd de son intensité. Le London Government Act de 1899, proposé par le gouvernement conservateur, est assez bien accueilli par l’opposition progressiste. Surtout, de nouveaux défis s’annoncent dans les années 1890, qui amèneront progressistes et modérés à faire front commun, à la fin des années 1900, pour soutenir la cause londonienne au plan régional.

  • 15 Ibid. p. 90.

20En 1938, William Robson, spécialiste de la question du gouvernement de Londres, et toujours très critique à l’égard de l’organisation de la City of London, fait valoir qu’au moment de la création du LCC, le conflit opposant centralistes et localistes avait fait perdre de vue le problème plus grave que posait l’expansion géographique de la capitale15. L’administration londonienne concentre en effet son attention sur les tensions entre le County Council et les Boroughs, districts soutenus dans leur résistance au LCC par la City Corporation, et garde peu de temps et d’énergie pour se consacrer aux difficultés qui émergent entre le LCC et les comtés voisins. Pour Robson, ces difficultés, liées à l’incorporation des zones péri-urbaines, et comparables à ce que Haussmann avait su gérer dès 1860, sont traitées bien trop tard par la ville de Londres. Loin de se résorber, le problème ne fait qu’empirer avec l’expansion continue des limites (fig. 3)

21En 1855, l’expansion ne pose encore aucune difficulté. Les limites de Londres sous la Metropolitan Board of Works définissent une zone d’environ quatre fois la taille de Paris, et qui comprend l’ensemble des zones récemment incluses. Mais à partir des années 1880, alors que la population s’affaiblit dans la capitale, la périphérie de Londres se développe beaucoup plus rapidement – le LCC administre une ville de moins en moins peuplée, entourée de comtés où la population s’accroît rapidement. Entre 1881 et 1891, la paroisse de la City a perdu 25,5 % de sa population, alors que les comtés limitrophes de la capitale connaissent une croissance unique dans le pays, l’Essex gagnant 36,3 % d’habitants, et le Surrey 20,5 %. Au sud de la ville, par exemple, les aménagements du réseau de chemin de fer des années 1890 encouragent la croissance de districts comme Camberwell, pour lequel le recensement compte 186 000 habitants en 1881, et 235 000 en 1891 (fig. 4). En 1901, la population des districts passe à 259 000 habitants, avant que la croissance ne décline dans les années suivantes, passant de 26 % de 1891 à 1901 à 10 % jusqu’en 1911, et 0,8 % pour la décennie suivante. À partir de 1890, la vague de croissance déborde les limites de la capitale et s’étend aux villages du Surrey. Des districts comme Mitcham, Croydon, Penge ou Beckenham, à la limite sud de la ville, connaissent une progression encore plus rapide, jusqu’à 45-50 % au cours des décennies de 1891 à 1921. La population de Mitcham, recensée à 10 000 en 1890, passe à un peu plus de 15 000 habitants en 1901 et à près de 30 000 en 1911, elle continue de s’accroître de la sorte dans les années 1920.

Fig. 4 – L’accroissement de la population de l’arrondissement de Camberwell dans le Sud londonien de 1801 à 1921.

22L’administration londonienne est ainsi confrontée, au tournant du siècle, aux difficultés liées à une croissance rapide de la population limitrophe. En même temps que ces nouveaux problèmes péri-urbains, s’annonce un changement dans les programmes politiques. Le parti progressiste voit ainsi l’émergence en son sein de nouveaux élus attachés à la cause suburbaine, qui se projettent au-delà des vieilles querelles contre la City, et s’intéressent aux questions régionales – par exemple, les problèmes liés au logement et, à travers lui, aux transports et à la situation des lieux de travail. Depuis 1885-1886 et grâce à la Royal Commission on the Housing of Working Classses, commission attachée à la question du logement des travailleurs, c’est un sujet majeur du débat politique londonien. Le parti progressiste désire se débarrasser des taudis du centre-ville et voir construire des maisons particulières dans les banlieues. Leurs projets rendus possibles par la loi de 1890 deviennent des armes de choix dans la guerre des votes de la capitale.

  • 16 Sur la construction de ces maisons, voir S. Beattie, « Spread the People », in S. Beattie, A Revolu (...)

23Comment la ville allait-elle choisir l’emplacement des nouveaux logements ? Qui allait assurer la régulation des trains et des tramways nécessaires au transport des banlieusards vers leur lieu de travail ? En 1900, le LCC peut acheter près de seize hectares de terrain à Totterdown Fields, pour y bâtir 1 229 maisons, mais l’espace est difficile à trouver dans les limites du comté16. La même année, un peu plus de soixante-dix hectares sont achetés à White Lane, dans le comté de Tottenham, pour que s’y développent les premières propriétés extérieures au comté de Londres – les administrations des zones péri-urbaines sont averties de la potentielle menace expansionniste du LCC. Alors que l’idée de la création d’une région londonienne pouvant gérer les questions de logement et de transport commence à bénéficier du soutien de membres de la Société fabienne, (H. G. Wells et des partisans des cités-jardins), les comtés entourant Londres – la plupart conservateurs – s’unissent pour résister aux extensions des activités du LCC par-delà les limites de la ville.

***

  • 17 Pour W. A. Robson, Londres est unique et New York, qui n’est pas une capitale, « sa seule vraie riv (...)

24Robson est loin de tenir Paris pour un modèle que Londres devrait suivre17. Il n’en ouvre pas moins son étude sur le gouvernement de la capitale britannique, Government and Misgovernment of London, en revenant sur deux événements, la révolution municipale de 1836 et l’adoption du Metropolitan Management Act de 1855, qui auraient pu amener à instaurer une administration unique pour Londres, comparable à celle de Paris. La création du LCC en 1889 est une nouvelle occasion manquée. Selon Robson, c’est le besoin de regarder vers son centre, pour réguler les relations entre les différentes administrations londoniennes, qui rend la Metropolitan Board of Works dans les années 1860, et plus encore le LCC dans les années 1890, incapables de porter leurs regards vers l’extérieur, comme l’avait fait Haussmann en 1860, agissant pour le compte d’une ville dont les frontières administratives étaient autrement plus strictes que celle du Londres de l’époque.

25Les leçons de l’initiative de Haussmann ne sont pas tirées – Londres laisse passer l’occasion de créer de nouveaux districts pour sa population toujours croissante. Quand, dans les premières années du xxe siècle, l’urgence du problème devient enfin évident pour tous, il est déjà trop tard. Si Londres avait suivi l’exemple parisien et annexé ses banlieues proches, plusieurs décennies de frustration et de difficultés liées à des limites trop resserrées lui auraient été épargnées. Les problèmes issus de la relation entre la capitale et ses banlieues font une première fois surface dans les années 1890 et, des années 1920 aux années 1960, ne cessent de revenir sur le devant de la scène. Londres doit attendre 1965 et la création du Greater London Council pour que ces questions soient enfin réglées.

Notes

1 Cet article, qui se veut le résumé de recherches établies plutôt qu’un nouveau développement, repose sur la grande richesse de textes sur l’histoire de l’expansion et de l’administration de Londres aux xixe et xxe siècles. Les titres suivants proposent une introduction à la question: S. Beattie, A Revolution in London Housing, LCC Housing Architects and their Work 1893-1914, Londres, 1980; M. Daunton, House and Home in the Victorian City, Working Class Housing 1850-1914, Londres, 1983; H.J. Dyos, Victorian Suburb: a Study of the Growth of Camberwell, Leicester, 1961; H.J. Dyos and M. Wolff (ed.), The Victorian City, Londres, 1973; R. Lambert, Sir John Simon (1816-1904) and English Social Administration, Londres, 1963; S. Muthesius, The English Terraced House, London, 1982; D.J. Olsen, The Growth of Victorian London, Londres, 1976; D. Owen, The Government of Victorian London 1855-1889, Cambridge Mass, 1982; W.A. Robson, The Government and Misgovernment of London, London, 1938; A. Saint (ed.), Politics and the People of London, Londres, 1989; A.S. Wohl, The Eternal Slum, Housing and Social Policy in Victorian London, Londres, 1983; K. Young and P. Garside, Metropolitan London, Politics and Urban Change 1837-1981, Londres, 1982.

2 Les exemples parisiens permettant la comparaison sont tirés de Jacques Lucan (dir.), Paris des faubourgs, formation, transformation, Paris, 1996.

3 La planification des grands domaines londoniens est examinée par D.J. Olsen, Town Planning in London, the Eighteenth and Nineteenth Centuries, Londres, 1964.

4 H.J. Dyos, Victorian Suburb…, op. cit., chap. V.

5 Sur la question du leasehold, voir M. Daunton, House and Home in the Victorian City, Working Class Housing 1850-1914, op. cit., chap. IV.

6 À lire la description que fait Cobbett de sa promenade à cheval au travers de comtés environnant Londres, de Douvres à Londres par exemple, on ne peut manquer son indignation. Voir « From Dover to the Wen », in W. Cobbett, Rural Rides, Londres (1830), Penguin, 1967, p. 196-225.

7 Cité dans K. Young and P. Garside, Metropolitan London…, op. cit.

8 J. Forshaw and P. Abercrombie, County of London Plan 1943, Londres, 1944, Chap. I.

9 Voir, sur la question de la nature particulière de la City and Corporation of London, D. Owen, The Government of Victorian London…, op. cit., chap. XI.

10 Sur la question des vestries, cf. ibid., chap. X, XI-XV.

11 Ibid., p. 260.

12 Sur les réformes sanitaires, voir R. Lambert, Sir John Simon (1816-1904) and English Social Administration, op. cit. et S. Finer, The Life and Times of Edwin Chadwick, Londres, 1952 [facsimilé Routledge/Thoemmes Press, 1997]

13 K. Young and P. Garside, Metropolitan Government…, op. cit., p. 5, note 62.

14 W.A. Robson, The Government and Misgovernment of London, op. cit., p. 80.

15 Ibid. p. 90.

16 Sur la construction de ces maisons, voir S. Beattie, « Spread the People », in S. Beattie, A Revolution in London Housing…, op. cit., chap. IV, et A.S. Wohl, The Eternal Slum…, chap. 11.

17 Pour W. A. Robson, Londres est unique et New York, qui n’est pas une capitale, « sa seule vraie rivale » (Government and Misgovernment of London, op. cit., p. 161).

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/2406/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 460k
Légende Fig.1 – En haut : les frontières de Londres en 1832 révélant la ville de Londres ; la zone définie selon les modalités de la « Bills of Mortality » et utilisée pour le recensement de 1831 ;les frontières des circonscriptions électorales des sièges parlementaires de Londres.Au milieu : les frontières de Londres après 1855 révélant la « City » de Londres ; les frontières de la zone administrée par le Metropolitan Board of Works (Le Bureau métropolitain du Travail) et, légèrement modifiée par le Conseil du Comté de Londres après 1889,la frontière de Londres dessinée par le Metropolitan Police Courts et de la zone soumise à la taxe londonienne sur le charbon.En bas : les frontières de Londres après 1965 révélant la « City » de Londres ; les arrondissements centraux de Londres ; la frontière de la zone administrée par le Greater London Council.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/2406/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 488k
Légende Fig. 2 – plan de Londres en 1870.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/2406/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 2,5M
Légende Fig. 3 – Les « instants T » de l’accroissement de Londres de 1860 à 1929 démontrant le taux d’extension de la population métropolitaine au-delà des frontières administratives du Greater London Council.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/2406/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 648k
Légende Fig. 4 – L’accroissement de la population de l’arrondissement de Camberwell dans le Sud londonien de 1801 à 1921.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/2406/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 60k

Auteur

Historien

Xavier Blandin (Traducteur)

© Éditions de la Sorbonne, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540