Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Actes du Xe congrès international d’épigraphie grecque et latine

 | 
Michel Christol
, 
Olivier Masson

Antiquité tardive

Évergétisme et épigraphie dans l'Antiquité tardive : les provinces de langue latine

Claude Lepelley

Texte intégral

  • 1 Charlotte Roueché, Aphrodisias in Late Antiquity, Journal of Roman Studies Monographs, 5, Londres, (...)
  • 2 L. Robert, Hellenica, IV, 1946, p. 115-133. Pour les acclamations, voir infra, n. 8.
  • 3 Sur l'Espagne, voir infra, p. 341.

1Dans l'introduction de son très remarquable livre sur les inscriptions d'Aphrodisias postérieures à 250, Charlotte Roueché note qu'elle a pu recenser quelque 230 textes datables entre 250 et 550, alors qu'on évalue le nombre des inscriptions aphrodisiennes du Haut-Empire à environ 1500. D'où ce jugement, auquel on ne peut que souscrire : « This reflects the fundamental change in the nature and function of incriptions that took place in the later third century : the number of texts which were inscribed dropped dramatically. This is true of all kinds of inscribed texts, but more particularly of formal, public inscriptions, honouring rulers or benefactors, recording decrees, or dedicated buildings »1. Et pourtant, remarque Charlotte Roueché, Aphrodisias fait partie, avec Ephèse, du très petit groupe de cités d'Asie mineure où l'on peut constater un maintien de l'activité épigraphique à l'époque romaine tardive, et ce jusqu'au milieu du VIe siècle. Certes, le recueil d'Aphrodisias nous révèle des textes tardifs de très grand intérêt : ainsi ceux qui transmettent les acclamations du peuple, ou encore des inscriptions métriques en l'honneur de bienfaiteurs, dont Louis Robert avait révélé dès 1948 la date et l'intérêt2. Pourtant, la diminution du nombre des inscriptions amène à poser une question de fond : l'épigraphie est la discipline reine pour qui veut étudier l'histoire des cités et de la société du Haut-Empire, donc l'histoire de l'évergétisme ; serait-elle un apport mineur et presque accessoire pour l'histoire des villes du Bas-Empire, brillamment éclairée en revanche par les documents juridiques et de nombreuses sources littéraires, païennes ou patristiques ? Le quasi-silence épigraphique constaté en Asie se retrouve en Espagne, autre région ayant fourni une moisson majeure d'inscriptions du Haut-Empire3. L'explication traditionnelle de ce phénomène était le déclin de la cité classique, la disparition de ses structures institutionnelles, sociales et culturelles, la fuite des curiales, leur refus de charges qui n'auraient plus été que des contraintes imposées par l'autorité impériale ; en bref la disparition d'un esprit civique dont l'évergétisme était la manifestation la plus significative.

  • 4 L. Robert, « Tropheus et aristeus », dans Hellenica, XI-XII, 1960, p. 569-576.
  • 5 S. Basile, Homélie sur la richesse, éd. Y. Cortonne, Paris, 1935, p. 14-37.
  • 6 S. Jean Chrysostome, Sur la vaine gloire et l’éducation des enfants, éd. A.-M. Malingrey, SC, 188, (...)
  • 7 L. Robert, loc. cit., p. 570-571 (et η. 1, p. 571).

2Cette interprétation est aujourd'hui mise en cause. Charlotte Roueché met en garde contre un tel argument a silentio ; dès 1960, Louis Robert avait montré comment des textes patristiques du IVe siècle et du début du Ve siècle décrivaient les pratiques évergétiques pour les spectacles avec une grande précision et dans les termes les plus traditionnels4 : une homélie de saint Basile prononcée en 3685, ou le traité Sur la vaine gloire de saint Jean Chrysostome, écrit à Antioche entre 387 et 398, probablement en 393 ou 3946, révèlent, écrit Robert « une tradition continue depuis le Haut-Empire et auparavant, et des moeurs identiques de la foule et des notables dans leurs rapports mutuels. Que s. Jean Chrysostome ou s. Basile nous fournissent le commentaire des inscriptions du Haut-Empire, à l'égal d » Dion Chrysostome, cela, si l'on s'en avise, montre assez vigoureusement quelle est, au IVe siècle, la persistance de la vie des cités, de l'esprit municipal de l'Antiquité ». Réciproquement, ajoutait Robert, « c'est l'épigraphie [du Haut-Empire] qui fournit le commentaire d'auteurs chrétiens du ive siècle »7.

  • 8 C. Roueché, Aphrodisias, op. cit., no 59 ; 78-80 ; 83-84. Cf. C. Roueché, « Acclamations in the La (...)
  • 9 C. Lepelley, Les cités de l'Afrique romaine au Bas-Empire, t. I, Paris, 1979 ; t. Π, Paris, 1981.
  • 10 Approche rapide de l'abondante épigraphie municipale tardive de l'Italie péninsulaire dans C. Lepe (...)

3Pourtant, le faible nombre de communications consacrées au Bas-Empire dans ce congrès incite à poser une question délicate : l'étude de l'évergétisme à l'époque romaine tardive a-t-elle sa place dans une rencontre d'épigraphistes ? L'honneur de consacrer une séance de notre congrès aux inscriptions évergétiques tardives ne saurait être seulement légitimé par une réflexion, au demeurant nécessaire, sur les causes et les modalités du déclin d'une forme de graphie et d'expression. Il convient aussi de scruter le témoignage d'une documentation méconnue, car trop négligée et moins réduite qu'on ne le croit d'ordinaire. Ainsi, comme Charlotte Roueché l'a montré pour les acclamations populaires, des textes tardifs peuvent faire connaître des usages bien antérieurs sur lesquels les inscriptions plus anciennes sont muettes8. Mais il est une autre raison qui justifie la présente étude : on peut constater qu'en certaines régions de l'Empire, la coutume d'honorer les dirigeants et les bienfaiteurs par la gravure d'inscriptions commémorant leurs évergésies, ou rappelant la construction ou la restauration d'édifices publics, ne s'est pas interrompue au cours du IIIe siècle. Ce fut le cas en Afrique, en Italie péninsulaire, en Syrie du sud et en Arabie. Il se révèle que les épigraphistes ont beaucoup négligé cette documentation jusqu'à une date récente ; ainsi, quand j'ai rassemblé pour l'Afrique un abondant dossier d'inscriptions tardives, j'ai été surpris par la minceur de la bibliographie qu'elles avaient suscitée9. Il en est de même pour les nombreux documents de l'Italie péninsulaire10.

  • 11 C. Lepelley, Cités, t. I, p. 149 ; 163 ; 165 ; 195.
  • 12 R. Mac Mullen, Corruption and the Decline of Rome, Yale, 1988 ; trad. franç. Le déclin de Rome et (...)

4Une question ne peut être éludée : la présence de ces inscriptions évergétiques nombreuses révèle-t-elle, dans les régions où on la constate, un maintien particulier de la vie municipale classique, lié tant à la prospérité qu'à une survivance plus forte qu'ailleurs des mentalités traditionnelles ? Je l'ai écrit naguère, en suggérant que l'Afrique romaine tardive fut un monde exceptionnel et privilégié, un îlot de prospérité et de traditionalisme, du fait d'une manière d'insularisme11. Dans son livre récent sur la corruption et le déclin de Rome, où il reprend en les modernisant les vieilles théories sur la décadence romaine, Ramsay Mac Mullen accueille avec beaucoup de faveur cette hypothèse que j'avais formulée assez imprudemment en 1979, et qui voit dans l'Afrique une brillante exception12. Au vrai, une autre hypothèse est possible, celle d'un déclin, dans beaucoup de régions, moins de l'évergétisme que de l'usage de graver des inscriptions pour en commémorer la pratique. Comme le suggère Charlotte Roueché, il semble, de fait, très improbable qu'Aphrodisias et les autres grandes cités asiates aient connu aux IVe et Ve siècles, un déclin radical de la vie municipale traditionnelle, dont la vitalité en Orient est attestée par des témoignages littéraires fort explicites.

5A titre d'exemples, nous examinerons d'abord trois inscriptions évergétiques tardives, trouvées respectivement en Italie, en Afrique et en Gaule. Le document italien, une inscription provenant d'Hispellum, en Ombrie, mérite d'être cité en premier, car il manifeste avec éclat comment, en certains cas, la continuité avec le Haut-Empire paraît évidente. De fait, le rédacteur de ce texte a montré une volonté délibérée de traditionalisme en se conformant strictement au formulaire épigraphique ancien.

6Hispellum (Spello) - CIL, XI, 5283 (ILS, 6623)

C(aio) Matrinio Aurelio / C(aii) f(ilio), Lem(onia), Antonino, u(iro) p(erfectissimo), / coronato Tusc(iae) et Umb(riae), / pont(ifici) gentis Flauiae, / abundantissimi muneris sed et / praecipuae laetitiae theatralis edi[t]o[r]i, / aedili, quaestori, duumuiro/iterum q(uin)q(uennali) i(ure) d(icundo) huius splendidissimae / coloniae, curatori r(ei) p(ublicae) eiusdem / colon(iae) et primo principali, ob meritum / beneuolentiae eius erga se, / [ple]bs omnis urbana Flauiae / Constantis patrono/dignissimo.

  • 13 Cf. G. Forni, « La più recente menzione di tribù romana », dans Atti dellAccademia Romanistica Con (...)
  • 14 Sur ce cursus du Bas-Empire, cf. C. Lepelley, « La carrière municipale dans l'Afrique romaine sous (...)
  • 15 CIL, XI, 5265 (ILS, 705). Cf. Jacques Gascou, « Le rescrit d'Hispellum », MEFR, 1967, p. 609-659.

7On voit dès le début le parti pris de fidélité aux modèles du Haut-Empire, par la mention du prénom, et surtout de la filiation et de la tribu du personnage - C(aii) f(ilio), Lem(onia tribu) -, archaïsme unique au milieu du IVe siècle13. La cité est appelée slendidissima colonia, alors qu'à l'époque le mot ciuitas se substituait de plus en plus en Italie (sinon en Afrique) aux appellations de municipium et de colonia. La formule i(ure) d(icundo) accolée à la mention du double duumvirat, ou l'adjectif urbana, qui qualifie la plèbe, constituent d'autres archaïsmes. Pourtant, l'inscription exprime très exactement les étapes d'une carrière municipale du IVe siècle : après les magistratures traditionnelles, désormais fonctions de début (édilité, questure, duumvirat, quinquennalat), le personnage a été curateur de la république (cette fonction étant désormais intégrée dans la carrière locale), puis principalis14. Il avait été coronatus, c'est-à-dire prêtre du culte impérial pour la province de Tuscie-Ombrie, et pontife de la famille constantinienne, la gens Flauia, donc prêtre du culte impérial créé par Constantin pour l'Ombrie à Hispellum, désormais appelée Flavia Constans, selon un célèbre rescrit connu par une autre inscription d'Hispellum datable des années 333-33515. Notre texte est évidemment postérieur à ce rescrit. Les évergésies qui avaient suscité l'érection de la statue et la gravure de l'inscription étaient un spectacle théâtral et un munus, probablement gladiatorien comme il était prévu dans le rescrit.

  • 16 Outre le présent texte (IRT, 567), voir aussi IRT, 564 ; 568 ; 578 ; 595.

8Notre second exemple est africain et il fait partie d'une série d'inscriptions de Lepcis Magna que l'on date de l'époque de la dynastie constantinienne16.

9Lepcis Magna (Tripolitaine) - IRT, 567

Uno eodemque anno / du(u)muiro Lepcimagn(ensium) / et sacerdoti prou(inciae) Trip(o)l(itanae), / innocentissimo uiro, / principali integerrimo, / amatori patriae ac ci/uium suorum, T(ito) Flauio / Vibiano, u(iro) p(erfectissimo), fl(amini) p(er)p(etuo) et pont(ifici), / cu(atori) rei pub(licae) Lepcimagn(ensis), / sac(erdoti) Lau(entium) Lab(inatium) et sac(erdoti) M(atris) D(eum), / praef(ecto) omnium sacr(orum), ob diuersarum volup/tatum exhibitionem/et libycarum ferarum (decem), ex populi suf(f)ragio et ordin(is) d(ecreto).

10Vibianus possédait le rang équestre de perfectisime. Il fut duumvir et prêtre provincial, principalis et curateur de la république. Il reçut en tout six sacerdoces : deux du culte impérial (le sacerdoce provincial et le flaminat perpétuel municipal) ; deux d'ordre local (le pontificat et la préfecture omnium sacrorum, fonction propre à Lepcis) ; deux d'ordre personnel, le sacerdoce de Cybèle et enfin le vieux sacerdoce latin des Laurentes de Lavinium. Cette énumération de prêtrises est probablement, comme dans des inscriptions relatives à des sénateurs romains du IVe siècle, un indice de réaction païenne. L'inscription ne précise pas si le don de spectacles (voluptates), dont une chasse à dix « bêtes libyques », c'est-à-dire à dix léopards, fut en rapport avec l'un des honneurs reçus par l'évergète. A tous égards, le contenu de cette dédicace est fort traditionnel, mais on n'y retrouve pas l'archaïsme du formulaire de l'inscription d'Hispellum.

11Le troisième exemple est gaulois, et plus précisément aquitain ; il s'agit de l'épitaphe métrique de Nymfius, le propriétaire de la vaste villa de Valentine, dans le Comminge.

12Lugdunum Convenarum (Novempopulanie) - CIL, XIII, 128 (Bücheler, CLE, 2099 ; ILCV, 391 ; J.-M. Pailler, Gallia, 44, 1986, 152-165).

Nymfius aeterno deuinctus membra sopore / hic situs est, caelo mens pia perfruitur ; / mens uidet astra, quies tumuli complectitur artus, / calcauit tristes sancta fides tenebras. / Te tua pro meritis uirtutis ad astra uehebat/intuleratque alto debita fama polo. / Immortalis eris, nam cum multa laude uigebit/uiuax uenturos gloria per populos. / Te coluit proprium prouincia cuncta parentem, / optabant uitam publica uota tuam, / excepere tuo quondam data munera sumptu / plaudentis populi gaudia per cuneos. / Concilium procerum per te patria alma uocauit/seque tuo duxit sanctius ore loqui. / Publicus orbatas modo luctus conficit urbes, / confusique sedent anxia turba patres/ut capite erepto torpentia membra rigescunt, / ut grex, amisso principe, maeret iners...

13[les six derniers vers évoquent le deuil de Serena, veuve de Nymfius]

« Nymfius est ici enseveli, les membres liés par l'éternelle torpeur ; son âme pieuse jouit du ciel, son âme voit les astres, l'étroit repos du tombeau l'enferme, sa sainte fidélité a foulé les lugubres ténèbres. Ta renommée bien due t'élevait vers les as »res, à cause des mérites de ta vertu, et elle t'avait porté vers le ciel élevé : tu seras immortel, car une gloire vivace, chez les peuples à venir, fleurira avec de multiples louanges. En toi toute la province a honoré son propre père, les vœux publics souhaitaient ta vie, les spectacles naguère donnés à tes frais dans l'amphithéâtre ont recueilli la joie du peuple applaudissant sur les gradins. Par toi la patrie féconde a convoqué le conseil des dirigeants, et elle a décidé de parler elle-même par ta bouche de manière irréprochable. La douleur publique a accablé récemment les villes endeuillées, et les sénateurs bouleversés siègent comme une troupe tourmentée, comme des membres devenus rigides quand la tête est enlevée, comme un troupeau qui s'afflige inerte lorsqu'il a perdu son chef... »

  • 17 J.-M. Pailler, « L'énigme Nymfius », dans Gallia, 44, 1986, p. 151-165. Sur la date médiévale tard (...)
  • 18 Cicéron, De Republica, VI, 26.
  • 19 Lettre de Nectarius à Augustin, parmi les lettres d'Augustin, 203, éd. Goldbacher, CSEL, 34, 2, p. (...)
  • 20 J.-M. Pailler, loc. cit., p. 160-165.

14Cet éloge funèbre fut considéré comme chrétien, à cause de croix qui figurent sur la pierre. Dans des études récentes, G. Fouet et J.-M. Pailler ont montré que ces croix étaient un rajout médiéval tardif, lié au remploi de la pierre comme autel dans une église17. L'immortalité astrale acquise par Nymfius était celle qu'on voit promise aux bienfaiteurs des cités terrestres dans le « Songe de Scipion », du De Republica de Cicéron18. Un notable païen de Calama, Nectarius, a évoqué cette notion dans une lettre à saint Augustin écrite vers 40819. Un seul passage pourrait être susceptible d'une interprétation chrétienne, le quatrième vers, calcauit tristes sancta fides tenebras : la fides qui permet de vaincre les ténèbres de la mort pourrait, de fait, être la foi au Christ ; si tel était le cas, cette unique allusion, fort discrète, ne suffirait pas pour classer ce texte dans l'épigraphie chrétienne. Le munus offert par l'évergète était très probablement une uenatio, qui suscita les applaudissements du peuple rassemblé sur les gradins (per cuneos). Comme dans les deux exemples précédents, les dignités provinciales sont évoquées conjointement avec les charges municipales, et le don de spectacles était spécialement lié au sacerdoce de la province (le concilium procerum évoqué au vers 13 est assurément le conseil provincial de Novempopulanie). En conclusion, il semble bien qu'il faille se rallier à l'interprétation de J.-M. Pailler, qui conclut que cette épitaphe est païenne et qu'elle n'a pas sa place dans les recueils d'épigraphie chrétienne20.

  • 21 J.-U. Krause, « Das spätantike Städtpatronat », dans Chiron, 17, 1987, p. 1-80.
  • 22 C. Lepelley, Cités, t. I, p. 304-318
  • 23 N. Ferchiou, « Un témoignage de la vie municipale d'Abthugni au Bas-Empire », dans L'Africa Romana (...)
  • 24 J. Marcillet-Jaubert, Epigraphica, 41, 1979, p. 66-72 et F. Jacques, ZPE, 59, 1985, p. 146-150 = A (...)

15Ces trois inscriptions manifestent le maintien à l'époque tardive, et de la pratique évergétique, et de son exaltation épigraphique. Toutefois, les documents italiens et africains sont des éléments d'un gros dossier, alors que le texte gaulois est exceptionnel. Une excellente recherche récente donne une vue claire de cette disproportion : dans son étude sur le patronat des villes et des provinces dans l'Occident romain tardif21, J.-U. Krause a procédé à des dépouillements exhaustifs qui lui ont permis d'établir une statistique précise : il a relevé 74 patronats tardifs pour l'Afrique, 96 pour l'Italie, trois pour la Sicile, quatre pour la Gaule, deux pour l'Espagne et un pour la Dalmatie. J'ai, pour ma part, recherché les évergésies connues pour l'Afrique de Dioclétien à la conquête vandale, et j'en ai recensé 108, commémorées sur 85 documents, parmi lesquels 83 inscriptions, dont certaines expriment avec force et beauté l'idéal évergétique22. Il faut désormais ajouter plusieurs cas connus par des inscriptions nouvellement découvertes, dont je donnerai deux exemples. Lors de ses fouilles du capitole d'Abthugni (Proconsulaire, près de la frontière de la Byzacène), Naïdé Ferchiou a découvert quatre bases honorifiques commémorant la restauration du podium du temple, appelé rostra, et l'érection en cet endroit d'une statue de l'aeterna urbs Roma, aux frais et par les soins du flamine perpétuel et curateur de la république Publicius Félix Hortensius, sous le règne de Valens, Gratien et Valentinien II (375-378). L'utilisation de la première personne du singulier (in meliorem faciem reducxi [sic] itemque dedicaui ; cum ordine posui) exprime de manière forte et originale l'action et la générosité du dignitaire dédicant23. A Leges Maiores, en Numidie méridionale, Jean Marcillet-Jaubert a découvert et publié une inscription du IVe siècle dont François Jacques a amélioré la lecture : on y voit le flamine perpétuel Quintus Cassius Taurus restaurer à ses frais, ob honorera flamonii paterni, la curie de la cité, qualifiée de genitalis curia, « la curie ancestrale »24.

16Nul doute qu'une comparaison du nombre de ces inscriptions évergétiques africaines avec les autres régions de l'Occident ne donne des résultats comparables à ceux que J.-U. Krause a obtenus pour le patronat. Une disproportion aussi spectaculaire entre les provinces s'explique au moins partiellement par un déclin local de la pratique de la gravure sur pierre. Est-il possible de discerner concrètement un tel processus ? De grandes inscriptions de Lepcis Magna me semblent donner sur ce point un bon témoignage.

  • 25 Ammien Marcellin, Histoires, XXVIII, 6, 1-30. Sur ces événements et sur leur chronologie, se repor (...)
  • 26 Ammien Marcellin, Histoires, XVIII, 6, 26-29.
  • 27 IRT, 475 (à Nicomaque Flavien vicaire d'Afrique en 377) ; IRT, 526 (à Decimius Hilarianus Hesperiu (...)

17La Tripolitaine a connu de grands malheurs sous Valentinien I : elle fut ravagée entre 364 et 367 par trois raids dévastateurs de barbares sahariens, les Austuriens. Le comte d'Afrique Romanus refusa de secourir les Tripolitains, qui se plaignirent à l'empereur. Valentinien leur donna tort et condamna leurs ambassadeurs ; cinq personnes furent mises à mort, d'autres durent se cacher, et la province vit une cuisante injustice s'ajouter aux ravages des barbares. Toute cette affaire est longuement exposée par Ammien Marcellin25, qui en tira argument pour fustiger une fois de plus l'injustice et la cruauté de Valentinien I à l'égard des élites de l'Empire. Après la mort de l'empereur en 375, justice fut enfin rendue aux Tripolitains : un procès présidé à Carthage en 377 par le proconsul Hesperius et le vicaire Nicomaque Flavien les disculpa pleinement26. A Lepcis Magna furent retrouvées quatre grandes inscriptions qui confirmaient et complétaient le témoignage d'Ammien, en rendant grâce aux dignitaires qui avaient permis une réhabilitation rendant leur honneur à la cité et à la province : le vicaire Nicomaque Flavien, le proconsul Hesperius, le comte d'Afrique, successeur de Romanus, Flavius Victorianus, et le gouverneur de la Tripolitaine Flavius Vivius Benedictus27. Leur action n'était pas à proprement parler une évergésie, mais des décisions prises dans l'exercice de leurs fonctions ; pourtant, les Tripolitains y virent d'insignes bienfaits, qu'ils commémorèrent par l'érection de statues sur le forum sévérien et la rédaction d'inscriptions fort solennelles. Voici les textes des inscriptions en l'honneur de Nicomaque Flavien et d'Hesperius.

18IRT, 475

Flauiani u(iri) c(larissimi). / Nicomacho Flaviano agentis [sic] / tunc uicem praefectorum prae/torio per africanas prouincias, / pubescente romani nominis glo/ria et uigente fortuna/dominorum principumq(ue) nostrorum / Valentis Gratiani et Valentiani / perpetuorum semper Augg(ustorum) et ubiq(ue) / uincentium Lepcimagnensis / fidelis et innocens ordo cum po/pulo pr(a)estantissimo patrono / uotis omnibus conlocauit.

19IRT, 526

Esperii u(iri) c(larissimi). / Decimio Esperio u(iro) c(larissimo) ex proconsule prouinc(iae) Africae, iudici / sacrarum cognitionum, / prosapiae dignitatum et crescenti/per gradus et merita gloriar(um), / optionorim [sic] iustitiae quam/causae Tripolitanorum / deligatae [sic] sacro iudici / exhibuit, praestanti / patro(no) Lepcimagnen/sis cliens semper ordo / cum populo conlocauit.

20On remarque d'emblée le soin apporté à la rédaction de ces textes solennels. Dans la première inscription, l'avénement du jeune Gratien, qui a permis que justice soit rendue, est assimilé à une nouvelle jeunesse de la romanité ; l'ordre des décurions est qualifié de fidelis et innocens, allusion aux événements récents, mais aussi au vieux titre colonial de la cité, Colonia Ulpia Traiana Fidelis Lepcis Magna. Dans le second texte, l'allusion à la lignée illustre du proconsul Hesperius (prosapiae dignitatum) était évidemment une manière de rendre hommage à son père, Ausone, dont l'influence politique fut dominante durant les années 375-378. Assurément, la nomination de son fils (et celle de Nicomaque Flavien) en Afrique avait pour but principal de réparer l'injustice subie par les Tripolitains.

  • 28 L'emendatio proposant à la place d'optionorim iustitiae, ob tenorem iustitiae (soit « pour le déro (...)

21Or il existe un contraste frappant entre, d'une part, la gravité des événements, le rang éminent des bienfaiteurs, la pompe des formules, et, d'autre part, la forme matérielle des inscriptions, gravées sans soin sur des bases du Haut-Empire remployées. Les inscriptions antérieures ont été érasées, mais le champ épigraphique est resté rugueux, les hauteurs des lettres sont inégales, elles ne sont pas alignées sur la gauche et encore moins sur la droite, les lignes sont irrégulières, la graphie maladroite et grossière. Il n'y a pas eu de mise en page préalable : les lignes sont trop serrées, et pourtant un large espace vide demeure en bas du champ épigraphique, où l'on distingue seulement les marques du martelage des inscriptions du Haut-Empire. De toute évidence, les dirigeants de la cité n'ont pas pu trouver un lapicide expert, capable de graver ces inscriptions d'une manière digne et des circonstances et du libellé. Des fautes n'ont pu être corrigées : ainsi agentis pour agenti à la seconde ligne de la dédicace à Nicomaque Flavien, optionorim pour ob tenorem à la ligne six de la dédicace à Hesperius28, ou encore deligatae pour delegatae à la ligne sept. Ces grandes inscriptions nous permettent donc d'avoir une vue claire et précise du déclin de l'art de la gravure sur pierre ou sur bronze au Bas-Empire dans un lieu donné, de la disparition des artisans maîtrisant cette technique.

22On peut citer un autre exemple typique du même processus : une inscription de Velitrae, dans le Latium, gravée dans les années 364-367 en l'honneur d'un évergète :

23CIL, X, 6565 (ILS, 5632)

Dd(ominis) nn(ostris) Valentiniano et Valente senper [sic] Augg(ustis, / Loll(ius ?) Cyrius princ(ipalis) cur/iae et eritor [sic] duodena de prop(r)io suo uetustatem [sic] conlapsum at statum pristinum re[u]c(sit) / amphiteatrum cum portis posticiis [sic] et omnem fabric[cam] / aren(a)e, nepus [sic] Lol(lii) Cyri princ(ipalis) cur(iae) et ante eretoris [sic], filius Lol(lii) Claudi(i) princ(ipalis) et patroni curiae, pronepos Messi(i) Gorgotis/princ(ipalis). Filiciter ! [sic].

24Le dédicant commémore une importante évergésie, la restauration à ses frais d'un amphithéâtre ; il exalte fièrement son ascendance : son père, son grand-père et son arrière grand-père ont dirigé la cité avant lui en tant que principales. Or cette inscription qui se voudrait solennelle est d'une rare maladresse et les fautes y sont multiples. Mommsen a proposé des corrections pour certains mots incompréhensibles : la ligne deux, eritor duodena est peut-être mis à la place de erogator duodecim munerum « donateur de douze spectacles d'amphithéâtre » ; à la ligne trois, portis posticiis est probablement une faute pour portis posterulis, les portes de l'arrière, opposées aux entrées principales ; à la ligne suivante, eretoris est mis pour erogatoris (ou editoris). Le riche dirigeant évergète n'avait donc pas pu trouver dans sa cité un graveur capable de fabriquer une inscription correcte.

  • 29 Citons une découverte récente, qui exprime bien l'esprit évergétique. A. Ennabli a fouillé les bai (...)
  • 30 A.E. 1989, 422 (E. Serrano Ramos, P. Rodriguez Oliva, dans Baetica, Π, 1988, p. 252-256). Marcos M (...)

25On pourrait ajouter que la multiplication à cette époque des inscriptions sur mosaïque peut être liée au même processus. Cette pratique fut courante dans les églises, mais également ailleurs, ainsi dans les maisons privées29 Lors d'un colloque réuni à Madrid en 1990, Marcos Mayer a évoqué une dédicace à Licinius trouvée à Singilia, en Bétique, dont l'inscription n'était pas gravée mais seulement peinte et qui était pourtant restée tout à fait lisible30. D'où l'hypothèse formulée par Marcos Mayer : le silence épigraphique de l'Espagne tardive pourrait s'expliquer, au moins en partie, par la disparition de nombreux textes peints sans avoir été préalablement gravés (« Un sistema económico de continuidad... »).

26On retrouve en Occident ce que Louis Robert avait relevé pour l'Orient grec : des textes patristiques évoquent en des termes très précis les dons de spectacles par des évergètes, mêmes dans les régions où les inscriptions manquent. En Afrique, Augustin donne sur ce point de multiples témoignages, qui confirment un dossier épigraphique abondant. Citons le plus connu, l'éloge de l'évergète de Thagaste, Romanianus, qui fut le bienfaiteur personnel du futur évêque, et qu'on lit dans le Contra Academicos, le plus ancien des ouvrages d'Augustin conservés, écrit en 386.

  • 31 Augustin, Contra Academicos, I, 2, éd. Jolivet, Bibl. Aug., 4, p. 16-19 : « An uero si edentem te (...)

« Quand tu offrais à nos compatriotes des jeux où figuraient des ours, et des spectacles jamais vus ici, quand tu recevais au théâtre les applaudissements les plus chaleureux, quand tu étais porté aux nues par les clameurs confondues et unanimes des hommes »stupides dont la foule est immense, quand personne n'osait se déclarer ton ennemi, quand des tablettes municipales te déclaraient dans le bronze le patron, non seulement de tes concitoyens mais aussi des voisins, quand des statues t'étaient élevées, quand étaient même ajoutés des pouvoirs qui surpassent l'usage municipal, [...] quand, par la bouche de tes clients, par la bouche de tes concitoyens, en bref par la bouche des foules, on proclamait que tu étais le plus bienveillant, le plus généreux, le plus probe et le plus fortuné des hommes, qui donc, je te le demande, Romanianus, eût osé te parler d'un autre bonheur, qui est le seul vrai bonheur ? »31.

  • 32 Sur ce texte, cf. C. Lepelley, Les cités de l'Afrique romaine au Bas-Empire, t. I, p. 298-300 ; 31 (...)

27On peut noter dans ce texte deux allusions à la pratique épigraphique : la gravure des tablettes de patronat en bronze, échangées entre le patron et la cité cliente (municipales tabulae te non ciuium tantum sed etiam uicinorum patronum aere signarent) ; l'érection de statues à l'évergète, qui impliquait, bien entendu, la gravure d'inscriptions sur les socles. On retrouve également ici ce que L. Robert avait signalé en Orient : la reprise dans un texte littéraire de mots ou de formules épigraphiques ; ainsi pour les spectacles jamais vus auparavant (nunquam ibi antea uiso spectacula), ou pour les épithètes laudatives de la fin du texte, retrouvées sur les inscriptions tardives et correspondant aux acclamations populaires rituelles (in ore clientiwn, in ore ciuium, in ore denique populorum, humanissimus, liberalissimus, mundissimus, fortunatus ut fuisse iactareris). Dans cette page fort rhétorique, Augustin a fait un pastiche à la fois des éloges oratoires des évergètes et des formules des inscriptions32.

  • 33 Innocent Ier, epist. 3, PL, 20, 485-494 (§ 4, loc. cit. col. 491 ; § 5, loc. cit., col. 492).
  • 34 C. Pietri, Roma Christiana, Rome, 1976, p. 1062-1066.
  • 35 Rapelons qu'au début du IVe siècle (dans les années 305-314), soit à une époque où les témoignages (...)
  • 36 AE, 1946, 107.
  • 37 CIL, VIII, 837 ; 8348.
  • 38 P.-A. Février, « Inscriptions chrétiennes de Djemila (Cuicul) », dans Bull, d'archéol. Algérienne,(...)
  • 39 CIL, XI, 7298 ; meilleure lecture dans Inscr. Christ. Ital., Volsinii, 18.

28Si les témoignages d'Augustin ne font, en Afrique, que s'ajouter à une substantielle série d'inscriptions, un texte concernant l'Espagne manifeste que le silence épigraphique ne signifie pas nécessairement la disparition des pratiques évergétiques. Il s'agit d'une lettre adressée par le pape Innocent Ier aux évêques espagnols réunis en concile à Tolède en 40033, lettre qui fut, en fait, remise à des délégués du concile assez longtemps après sa tenue, soit entre 402 et 407 selon Charles Pietri34. Le pape déplorait que fussent devenus clercs et même évêques de nombreux anciens curiales qui avaient offert au peuple des spectacles jugés immoraux par l'Eglise : Quantos qui uoluptates et editiones populo celebrauerunt, ad honorem summi sacerdotii peruenisse ! Le summum sacerdotium était évidemment l'épiscopat. Certains, après le baptême, étaient devenus coronati, c'est-à-dire prêtres provinciaux du culte impérial : ils avaient donc obtenu le « prétendu sacerdoce » (uel coronati fuerint, uel sacerdotium quod dicitur sustinuerint) ; à cette occasion, ils devaient offrir des spectacles (editiones publicas celebrauerint). Le pape n'exigeait pas que fussent destitués ceux qui étaient en fonction dans le clergé, mais il ordonnait de ne plus recruter à l'avenir des clercs parmi ces dignitaires évergètes. Cette lettre présente donc comme une pratique courante les dons évergétiques de spectacles, en particulier de la part des prêtres provinciaux, en Espagne au début du Ve siècle35. Il ne s'agissait pas de considérations générales abstraites, puisque la lettre était une réponse à des questions précises posées par les évêques espagnols et concernant la situation locale. Ce document révèle aussi que les dirigeants provinciaux recherchaient à cette époque les honneurs ecclésiastiques et briguaient l'épiscopat, qui leur semblait un couronnement enviable de leur cursus honorum. Il ne faut donc pas imaginer deux sociétés opposées et totalement distinctes ; Paul-Albert Février a remarqué qu'à Cuicul, en Numidie, on trouve sur la dédicace de la basilique civile datée de 364-36736 les noms des flamines perpétuels Pomponius Pudentianus et Tullius Praestantius, et sur les mosaïques d'une basilique chrétienne datable de la première moitié du Ve siècle, les noms du sacerdotalis Tullius Adeodatus et du uir honestus Pomponius Rusticus37. « Intéressant exemple, note Février, de la richesse, à la fin du ive siècle, de quelques familles qui apportent autant de zèle à élever des bâtiments profanes qu'à bâtir des sanctuaires chrétiens »38. Un autre exemple du même état d'esprit se retrouve en Italie, sur l'épitaphe de Maecius Paternus, trouvée dans les ruines d'une église des Volsinies. Sa veuve lui souhaitait « la paix avec les saints », mais cette bonne chrétienne n'oubliait pas de mentionner dans l'inscription que son époux avait été curator rei publicae et patron de sa cité, et qu'il avait restauré des thermes publics39.

  • 40 Cf. A. Mandouze (et aliï), Prosopographie chrétienne du Bas-Empire, I, Afrique, Paris, 1982, p. 53 (...)
  • 41 Cf. PLRE, II, p. 1048-1050.
  • 42 Cf. PLRE, II, p. 115-118.

29Le processus observé en Espagne grâce à la lettre l'Innocent Ier se rencontre dans tout l'Empire : à partir du Ve siècle, les membres des familles dirigeantes ont recherché l'épiscopat, et ils ont été poussés à l'accepter par la population de leur cité. Dès 395 (environ) Alypius, proche parent (probablement neveu) de l'évergète de Thagaste Romanianus, devient l'évêque de cette cité40 ; en 410, Synésius de Cyrène, puissant notable et bienfaiteur de sa province, est élu évêque de Ptolémaïs41. Un destin semblable attendait Sidoine Apollinaire, préfet de Rome en 468 et évêque de Clermont l'année suivante42. Tant les dirigeants que le peuple estimaient donc à cette date que l'épiscopat était une manière plus efficace que les anciennes fonctions civiques d'assumer le rôle de commandement, de protection et de bienfaisance traditionnellement imparti aux membres des familles nobles. Je laisse à d'autres, plus compétents, le soin d'analyser cette fondamentale mutation ; je voudrais simplement montrer, grâce à une inscription, comment ces gens transposèrent souvent dans leurs nouvelles fonctions les mentalités anciennes.

  • 43 AE, 1922, 25 (BACTH, 1922, p. XX). Cette inscription de Cuicul (Djemila) présente fort peu de diff (...)

30Il s'agit des cinq premiers vers de la dédicace métrique, figurant sur une mosaïque de pavement, de la chapelle funéraire de l'évêque Alexandre à Tipasa, datable du début du Ve siècle, comme l'inscription à peu près identique trouvée à Cuicul (Djemila), dans la basilique de l'évêque Cresconius43.

31CIL, VIII, 20903 - Tipasa (Maurétanie Césarienne)

Hic ubi tam Claris laudantur moenia tectis, / culmina quod nitent sanctaque altaria cernis, / non opus est procerum, set tanti gloria facti / Alexandri rectoris ouat per saecula nomen, / cuius honorificos fama os tende te labores...

« On loue ici les constructions pour leurs sommets si brillants, tu vois des faîtes étincelants et de saints autels : ce n'est pas l'oeuvre des dirigeants, mais, par la gloire d'un tel ouvrage, c'est le nom de l'évêque Alexandre qui triomphe à travers les s »ècles, lui dont la renommée fait connaître les ouvrages qui l'honorent... ».

  • 44 Sur la basilique de l’évêque Alexandre, se reporter à L. Leschi, « Fouilles à Tipasa dans l'église (...)
  • 45 Le terme de rector prouinciae est habituel (avec celui de iudex prouinciae) dans les textes juridi (...)
  • 46 On peut citer un exemple récemment publié : une inscription d'Hippone relatant la restauration d'u (...)
  • 47 Augustin, sermon 32, 20, CCL, 41, p. 407 ; en. in ps. CIII, serm.3, 12, CCL, 40, p. 1511 ; en. inp (...)
  • 48 Une formule comparable, exprimant le même état d'esprit, se retrouve dans l'inscription rédigée pa (...)
  • 49 La critique la plus brillante de la « vaine gloire » de l'évergète se lit dans le traité Sur la va (...)
  • 50 Augustin, sermon 21, 10, CCL, 41, p. 285-286 (« edit pompaticos ludos, insana munera, donat histri (...)

32Les clara tecta étaient probablement, non les toits, mais les plafonds de la chapelle (voûte d'abside, arcs), ornés de mosaïques aux riches couleurs (disparues)44 Le fait qu'on ait retrouvé deux exemplaires de ce texte dans deux cités distinctes prouve son succès. On a noté les termes tout traditionnels de la louange de l'évergète, dont le don éternise la mémoire (tanti gloria facti... ouat per saecula nomen ; honorificos fama ostendet labores) : pas de trace, ici, d'esprit spécifiquement chrétien, mais la fière affirmation d'une générosité génératrice de gloire. L'évêque est appelé rector, certes pour les besoins de la métrique, mais on ne doit pas oublier que ce titre désignait les dirigeants civils, et notamment, à l'époque, les gouverneurs de province45. La formule non opus est procerum est fort remarquable ; elle rappelle les inscriptions municipales exaltant la restauration d'un édifice réduit à la ruine par suite d'une longa incuria, ou de l'incuria maiorum, à laquelle mettait fin l'ouvrage commémoré46. Ici, les notables (proceres) avaient refusé d'assumer les frais de l'opération, qui frirent supportés par l'évêque seul. Peut-être consacraient-ils leurs générosités à des évergésies traditionnelles, d'où leur refus de participer à cette construction, comme ces dirigeants de Carthage à qui, à la même époque, saint Augustin reprochait de financer des spectacles plutôt que de secourir les pauvres ou de construire des basiliques47. Du coup, la gloire de l'entreprise revenait entièrement à l'évêque, qui s'en vantait sans nulle trace d'humilité chrétienne. Certes, l'identité des inscriptions de Tipasa et de Cuicul montre que des copies de ce poème circulaient et étaient reproduites sans grand souci des circonstances précises de la construction de ces monuments. Pourtant, le fait que les clercs de Cuicul et de Tipasa aient choisi ce texte implique qu'il ait correspondu à leur état d'esprit48. On voit bien ici que les membres de familles dirigeantes promus à l'épiscopat pouvaient conserver les comportements les plus traditionnels : le goût du pouvoir et de la popularité, l'étalage du faste, la gloriole et, indissociablement, la générosité et de dévouement au service de la collectivité ; en bref tous les traits de la philotimia la plus classique, alors que les Pères de l'Eglise avaient pourtant fermement condamné la recherche de la « vaine gloire » par les honneurs et les évergésies jugées frivoles49. Cependant, l'insistance, dans les documents chrétiens, sur le souci, chez ces mêmes évêques, de venir en aide aux pauvres et de leur fournir la nourriture, marquait une nette différence avec les évergètes donateurs de spectacles. Augustin disait fort pertinemment que les distributions de nourriture apportaient moins de prestige qu'un spectacle, que ce n'était pas un « usage glorieux de l'or » (non est decus auri)50. On doit reconnaître que, pour les évêques Alexandre de Tipasa et Cresconius de Cuicul, les constructions qu'ils avaient financées étaient bel et bien un decus auri.

  • 51 M. Heinzelmann, Bischofsherrschaft im Gallien. Soziale, prosopographische und bildungsgeschichtlic (...)
  • 52 Cf. F. Descombes, RICG, xv, 95 ; Le Blant, 429.

33Cet état d'esprit se maintint chez les évêques qui dominèrent les cités gauloises aux Ve et VIe siècles, et dont Martin Heinzelmann a établi la prosopographie51 : ils exaltaient volontiers leur noble origine, voire leur rang sénatorial romain, aussi bien que les constructions d'églises qui immortalisaient leur nom. Ainsi ce Panthagathus de Vienne, ancien questeur du Palais des derniers rois burgondes, qui devint ensuite évêque et siégea en 538 au concile d'Orléans. Son inscription funéraire, transmise par un manuscrit du IXe siècle52 le loue en ces termes :

... Hoc igitur sancti conduntur membra sepulchro / Pantagati patris pontificisque pii, / cuius uita fuit gemino sublimis honore : / fascibus insignis, religione potens. / Arbitrio regum quaesturae cingula sumpsit, / stemmata praecipuus, plus probitate cluens, / dans epulum primis, et largo munere gazas / pauperibusque dedit, caelica regna petens...

« C'est donc en ce sépulcre que sont contenus les membres du saint Pantagathus, pieux père et pontife, dont la vie fut sublime par un double honneur : il fut illustre par les faisceaux et puissant par la religion ; par le jugement des rois, il reçut le cei »turon de la questure ; insigne par sa lignée, plus éminent encore par sa probité, offrant des banquets aux grands, il donna par une large munificence des trésors aux pauvres, cherchant les royaumes célestes... ».

  • 53 L'épitaphe est reproduite d'après les manuscrits dans E. Le Blant, Inscriptions chrétiennes de la (...)

34Françoise Prévot a donné, lors du présent congrès, un excellent exemple de cet état d'esprit. L'épitaphe de Sidoine Apollinaire était connue par des copies médiévales, et son authenticité fut parfois mise en doute. Or un important fragment de l'inscription originelle a été récemment découvert à Clermont ; on y lit distinctement le début des neuf premiers vers. Cette épitaphe exalte la noblesse de Sidoine, sa carrière, son rang d'illustris, le pouvoir qu'il détint en tant que iudex (allusion à sa préfecture urbaine), son rôle pacificateur dans les rapports aves les barbares, sa glorieuse oeuvre littéraire. L'épiscopat est ensuite rapidement évoqué en deux vers, comme une honorable retraite : « Siégeant sur la chaire du pontife suprême, il se déchargea des affaires du monde sur sa descendance »53. Il n'est pas question d'évergétisme stricto sensu dans ce texte, mais s'y exprime un maintien évident de l'éthique aristocratique romaine, qui est en parfaite consonance avec l'exaltation des générosités financières d'autres évêques.

35La naissance de la cité épiscopale fut assurément une mutation radicale, une rupture évidente avec la cité classique. Toutefois, on constate que ces évêques issus de l'ancienne couche dirigeante ont, pour une large part, transposé dans leur fonction les usages et les mentalités de leurs ancêtres, notamment dans la pratique de l'évergétisme. L'historiographie traditionnelle imaginait un vide, entre une cité classique dont elle situait la disparition tôt dans l'histoire impériale romaine, et la cité épiscopale du haut Moyen Age. Nous devons, en fait, constater que la cité chrétienne fut l'héritière directe d'une cité classique dont la vitalité se maintint, en particulier sous la forme de l'évergétisme, jusqu'à l'époque des invasions. C'est assurément ce maintien tardif de la cité traditionnelle, avec la pratique ancestrale de l'évergétisme, qui rendit possible la transmission de nombreux éléments de son système de valeurs à la cité épiscopale médiévale.

  • * Addendum. Il convient de signaler la publication récente de l'importante thèse de Jean - Pierre Ca (...)

36L'étude de l'évergétisme au Bas-Empire se révèle donc très féconde, à condition de dépasser les cloisonnements qui fractionnent nos études et mutilent la réalité historique : entre le Haut et le Bas-Empire, entre l'Orient grec et l'Occident latin, entre les documents païens et les documents chrétiens, entre les sources épigraphiques et les sources littéraires. Ainsi, de nombreuses permanences exigent de prendre en compte la documentation antérieure, celle du Haut-Empire et même celle de l'âge hellénistique. C'est, de fait, dans la longue durée qu'il convient d'appréhender la pratique de l'évergétisme. Son maintien dans l'Antiquité tardive est une découverte de la recherche récente, qui a su, en particulier, mettre en lumière un dossier épigraphique méconnu et bien plus abondant qu'on ne le croyait. Il reste cependant beaucoup à faire pour que l'inventaire et l'exploitation de sources multiformes soient achevés. Il faut souhaiter que notre rencontre suscite, sur ce terrain, de nouvelles et nécessaires recherches*.

Notes

1 Charlotte Roueché, Aphrodisias in Late Antiquity, Journal of Roman Studies Monographs, 5, Londres, 1989, p. XIX-XX.

2 L. Robert, Hellenica, IV, 1946, p. 115-133. Pour les acclamations, voir infra, n. 8.

3 Sur l'Espagne, voir infra, p. 341.

4 L. Robert, « Tropheus et aristeus », dans Hellenica, XI-XII, 1960, p. 569-576.

5 S. Basile, Homélie sur la richesse, éd. Y. Cortonne, Paris, 1935, p. 14-37.

6 S. Jean Chrysostome, Sur la vaine gloire et l’éducation des enfants, éd. A.-M. Malingrey, SC, 188, p. 14-37.

7 L. Robert, loc. cit., p. 570-571 (et η. 1, p. 571).

8 C. Roueché, Aphrodisias, op. cit., no 59 ; 78-80 ; 83-84. Cf. C. Roueché, « Acclamations in the Later Roman Empire : new evidences from Aphrodisias », JRS, 74, 1984, p. 181-199.

9 C. Lepelley, Les cités de l'Afrique romaine au Bas-Empire, t. I, Paris, 1979 ; t. Π, Paris, 1981.

10 Approche rapide de l'abondante épigraphie municipale tardive de l'Italie péninsulaire dans C. Lepelley, « Permanences de la cité classique et archaïsmes municipaux en Italie au Bas-Empire », dans Institutions, société et vie politique dans l'empire romain au IVe siècle ap. J.-C. (Mélanges André Chastagnol), Coll. Ec.Fr. de Rome, 159, Rome, 1992, p. 353-371.

11 C. Lepelley, Cités, t. I, p. 149 ; 163 ; 165 ; 195.

12 R. Mac Mullen, Corruption and the Decline of Rome, Yale, 1988 ; trad. franç. Le déclin de Rome et la corruption du pouvoir, Paris, 1991, p. 55-58 et 34. R. Mac Mullen (ibid., p. 58-62) évoque à juste titre une autre région où l’on dénote une évidente prospérité tardive, la Syrie et la Palestine.

13 Cf. G. Forni, « La più recente menzione di tribù romana », dans Atti dellAccademia Romanistica Constantiniana, 3 conv. intern, Pérouse, 1977 (1979), p. 223-237 ; hormis la présente inscription, remarque G. Forni, les mentions les plus récentes de tribus romaines sur des inscriptions ou des papyrus sont antérieures à 254. Le rédacteur du texte d'Hispellum avait assurément sous les yeux des inscriptions du Haut-Empire dont il a délibérément fait le pastiche, tout en mentionnant avec une scrupuleuse exactitude les institutions de son temps.

14 Sur ce cursus du Bas-Empire, cf. C. Lepelley, « La carrière municipale dans l'Afrique romaine sous l'empire tardif », Ktèma, 6, 1981, p. 333-347.

15 CIL, XI, 5265 (ILS, 705). Cf. Jacques Gascou, « Le rescrit d'Hispellum », MEFR, 1967, p. 609-659.

16 Outre le présent texte (IRT, 567), voir aussi IRT, 564 ; 568 ; 578 ; 595.

17 J.-M. Pailler, « L'énigme Nymfius », dans Gallia, 44, 1986, p. 151-165. Sur la date médiévale tardive des croix (déjà signalée par G. Fouet, dans Gallia, 1984, p. 153-173) voir p. 157-159.

18 Cicéron, De Republica, VI, 26.

19 Lettre de Nectarius à Augustin, parmi les lettres d'Augustin, 203, éd. Goldbacher, CSEL, 34, 2, p. 578-581 ; ainsi, § 2, p. 579-580 : « ... de qua (patria) bene meritis uiris doctissimi homines ferunt post obitum corporis in caelo domicilium praeparari, ut promotio quaedam ad supernam praestetur his hominibus qui bene de genitalibus urbibus meruerunt, et hi magis cum deo habitent, qui sa »utem dedisse aut consiliis aut operibus patriae doceantur... ».

20 J.-M. Pailler, loc. cit., p. 160-165.

21 J.-U. Krause, « Das spätantike Städtpatronat », dans Chiron, 17, 1987, p. 1-80.

22 C. Lepelley, Cités, t. I, p. 304-318

23 N. Ferchiou, « Un témoignage de la vie municipale d'Abthugni au Bas-Empire », dans L'Africa Romana, VII convegno, 1989. a cura di A. Mastino, Sassari, 1990, p. 753-761 (A.E., 1991, 1641-1644).
Texte de la base 3 (les bases 1 et 2 donnent un texte identique mais mutilé) : Conpellente tem/porum felicitate / ddd(ominorum) nnn(ostrorum Valentis / Gratiani ac Valenti/niani inuictissimo/rum semper Auggg(ustorum) / Publicius Felix Hortensias fl(amen) p(er)p(etuus) cur(ator) r(ei) p(ublicae) / rosira ad ornatum patriae in meliorem/statum redducxi [sic] / idemquededicaui.
Texte de la base 4 : Temporum fe/licitate conpellen/te ddd(ominorum) nnnfostrorum) / Valentis Gratiani/ac Valentiniani in/uictissimorum sem/per Auggg(ustorum) aeternam/urbem Romam Publi/cius Felix Hortensi/us fl(amen) per)p(etuus) cur(ator) r(ei) p(ublicae) cum ordineposui.
L'absence de mention du gouverneur de province implique que les frais de l'opération ont été assumés entièrement par l’évergète : le gouverneur n'avait pas à intervenir pour autoriser la dépense, comme il l'aurait fait pour des travaux effectués aux frais de la pecunia publica municipale.

24 J. Marcillet-Jaubert, Epigraphica, 41, 1979, p. 66-72 et F. Jacques, ZPE, 59, 1985, p. 146-150 = AE., 1982, 961 : Pro felicitate temporum beatorum / Quintus Cassius Taurus, fl(amen)p(er)pfetuus) Legalis, / ob honorem flamoni(i)paterni con/sensu splendidissimi ordinis sibi con/locati, cenitatem [sic] curiam sum(p)tu proprio/repparauit[sic].
A la ligne 4, cenitatem curiam doit être lu genitalem curiam, comme F. Jacques l'a démontré. Ce texte, qu'on doit dater de la seconde moitié du ive siècle, montre la persistance de l'évergésie ob honorem (la curie est restaurée pour l'honneur du flaminat du père, attribué également au fils par l'ordo), ainsi qu'une fière exaltation de l'hérédité des honneurs municipaux, nullement présentée comme une contrainte.

25 Ammien Marcellin, Histoires, XXVIII, 6, 1-30. Sur ces événements et sur leur chronologie, se reporter à A. Demandt, « Die Tripolitanischen Wirren unter Valentinian I », dans Byzantion, 3, 1968, p. 333-363.

26 Ammien Marcellin, Histoires, XVIII, 6, 26-29.

27 IRT, 475 (à Nicomaque Flavien vicaire d'Afrique en 377) ; IRT, 526 (à Decimius Hilarianus Hesperius, proconsul d’Afrique en 376-377) ; IRT, 570 + PBSR, 23, 1955, p. 130-131 = AK, 1957, 236 (à Flavius Victorianus, comte d'Afrique en 375/378) ; IRT, 571 et J. Guey, dans RFA, 1953, p. 346 (à Flavius Vivius Benedictus, praeses de Tripolitaine en 378).

28 L'emendatio proposant à la place d'optionorim iustitiae, ob tenorem iustitiae (soit « pour le déroulement de la justice ») est due à Joyce Reynolds (IRT, loc. cit.). Julien Guey (« Encore l'affaire Romanus et le scandale de Lepcis Magna sous Valentinien », dans RFA, 1953 p. 45), propose de corriger en ob honorem iustitiae, ce qui n’est guère satisfaisant. Voir planche I.

29 Citons une découverte récente, qui exprime bien l'esprit évergétique. A. Ennabli a fouillé les bains privés d'une très vaste demeure sise à Sidi-Ghrib, près de l'antique Sicilibba, à une quarantaine de kms au sud-ouest de Carthage. (A. Ennabli, « Les thermes du thiase marin de Sidi-Ghrib — Tunisie- », dans Monuments et Mémoires publiés par l'Académie des Inscriptions et Belles-Lettres (Monuments Piot), t. 68, 1986, p. 1-59. Ces bains sont décorés de magnifiques mosaïques de sol. Sur celle qui orne la contremarche d'un degré séparant la salle principale des thermes d'un bassin, on peut lire une inscription mosaïquée : Plus feci quam potui, minus quant uolui, si placet commune est, si displicet nostrum est... (« j'ai fait le plus que j’ai pu, moins que j'aurais voulu ; si celà plaît, c'est à tous, si celà déplaît, c'est à nous... »). La fin du texte, non citée ici, est obscure. La formule implique que le propriétaire mettait généreusement ses bains privés à la disposition du voisinage, (cf. loc. cit., p. 7, et note sur cette inscription par Liliane Ennabli, ibid, p. 56-57 ; AE, 1987, 1006). L'ensemble (bâtiments, mosaïques et inscription) est datable d'après les trouvailles de céramique des dernières années du IVe siècle ou du début du Ve siècle.

30 A.E. 1989, 422 (E. Serrano Ramos, P. Rodriguez Oliva, dans Baetica, Π, 1988, p. 252-256). Marcos Mayer, « El paganismo civico en la Hispania Citerior », dans Cité et la communauté civique en Hispanie aux II et IIIe siècles ap. J.-C., colloque réuni à la Casa de Velasquez, Madrid, 25-27 janvier 1990, coll. de la Casa de Velasquez, 40, Madrid, 1993, p. 170.

31 Augustin, Contra Academicos, I, 2, éd. Jolivet, Bibl. Aug., 4, p. 16-19 : « An uero si edentem te munera ursorum et numquam ibi antea uisa spectacula ciuibus nostris, theatricus plausus semper prosperrimus accepisset, si stultorum hominum quorum immensa turba est conflatis et consentientibus uocibus ferreris ad caelum ; si nemo t »bi auderet esse inimicus ; si municipales tabulae te non solum ciuium sed etiam uicinorum patronum aere signarent ; collocarentur statuae, influerent honores, adderentur etiam potestates quae municipalem habitum supercrescerent ; [...] ; in ore clientium, in ore ciuium, in ore denique populorum, humanissimus, liberalissimus, mundissimus, fortunatus ut fuisse iactareris... ».

32 Sur ce texte, cf. C. Lepelley, Les cités de l'Afrique romaine au Bas-Empire, t. I, p. 298-300 ; 319 ; 325 ; t. II, p. 178-181.

33 Innocent Ier, epist. 3, PL, 20, 485-494 (§ 4, loc. cit. col. 491 ; § 5, loc. cit., col. 492).

34 C. Pietri, Roma Christiana, Rome, 1976, p. 1062-1066.

35 Rapelons qu'au début du IVe siècle (dans les années 305-314), soit à une époque où les témoignages épigraphiques sont déjà fort rares en Espagne, les actes du concile d'Elvire (Illiberis, aujourd'hui Grenade) évoquent les dons de spectacles d'amphithéâtre par des flamines du culte impérial (PL, 84, 301-310)

36 AE, 1946, 107.

37 CIL, VIII, 837 ; 8348.

38 P.-A. Février, « Inscriptions chrétiennes de Djemila (Cuicul) », dans Bull, d'archéol. Algérienne, I, 1962-1965, p. 211-212.

39 CIL, XI, 7298 ; meilleure lecture dans Inscr. Christ. Ital., Volsinii, 18.

40 Cf. A. Mandouze (et aliï), Prosopographie chrétienne du Bas-Empire, I, Afrique, Paris, 1982, p. 53-56.

41 Cf. PLRE, II, p. 1048-1050.

42 Cf. PLRE, II, p. 115-118.

43 AE, 1922, 25 (BACTH, 1922, p. XX). Cette inscription de Cuicul (Djemila) présente fort peu de différences avec son homologue de Tipasa. Le document de Cuicul est étudié (avec une rectification de lecture) par P.-A. Février, « Le développement urbain en Afrique du Nord : les exemples comparés de Djemila et de Sétif », dans Cahiers Archéologiques, 14,1964, p. 15-19. Cresconius siégea parmi les évêques catholiques à la conférence de Carthage en 411. L'attribution de l'inscription à un évêque homonyme, dans A. Mandouze, Prosopographie, op. cit., p. 240, apparaît non fondée. L'évêque Alexandre de Tipasa n'est connu que par l'inscription évoquée ici, et deux autres trouvées au même endroit (CIL, VIII, 20904 et 20905 ; A. Mandouze, Prosopographie, p. 52).

44 Sur la basilique de l’évêque Alexandre, se reporter à L. Leschi, « Fouilles à Tipasa dans l'église d'Alexandre », BACTH, 1938-1939, p. 422-431 ; ibid ; 1941-1942, p. 355-370 = Etudes d'épigraphie, d'archéologie et d'histoire africaines, Paris, 1957, p. 377-388. L'inscription se trouve au musée archéologique d'Alger.

45 Le terme de rector prouinciae est habituel (avec celui de iudex prouinciae) dans les textes juridiques du Bas-Empire pour désigner les gouverneurs sans distinction de grade, de préférence à celui de praeses, qui désigne plutôt les gouverneurs de rang inférieur aux consulares.

46 On peut citer un exemple récemment publié : une inscription d'Hippone relatant la restauration d'un marché sous le règne de Valentinien et de Valens (364-367) après un abandon dû à une longa incuria, ainsi qu'à une discissio, une division, due assurément à des querelles dans l'ordre des décurions (texte édité par P. Corbier d'après les papiers d’E. Marec, dans ZPE, 43, 1981, p. 89-95 = AE, 1982, 943). On peut encore évoquer la curie de Lambèse (Numidie), qui fut restaurée dans les années 379-383, alors qu'elle était tombée en ruines par suite de l'incuria ueterum (ILS, 5520).

47 Augustin, sermon 32, 20, CCL, 41, p. 407 ; en. in ps. CIII, serm.3, 12, CCL, 40, p. 1511 ; en. inps. LXXX, CCL, 39, p. 1123 ; en inps. CXLIX, 10, CCL,, 41, p. 2184.

48 Une formule comparable, exprimant le même état d'esprit, se retrouve dans l'inscription rédigée par le pape Damase (336-384) pour l'église urbaine de Saint-Laurent in Damaso (ILCV, 970 — d'après un manuscrit médiéval —) : Archibus his fateor uolui noua condere tecta / addere praeterea dextra leuaque columnas, / quae Damasi teneant proprium per saecula nomen (« à ces palais, je l'avoue, j'ai voulu donner un nouveau toit, ajouter en outre à droite et à gauche des colonnes, qui puissent de Damase garder le nom intact au long des siècles »). Face aux arrogants sénateurs païens, le pape affirmait sa gloire de bâtisseur (référence aimablement communiquée par Jean Guyon).

49 La critique la plus brillante de la « vaine gloire » de l'évergète se lit dans le traité Sur la vaine gloire et l'éducation des enfants de s. Jean Chrysostome (éd. A.-M. Malingrey, SC, 188, p. 14-37).

50 Augustin, sermon 21, 10, CCL, 41, p. 285-286 (« edit pompaticos ludos, insana munera, donat histrionibus, pauperibus non donat ; non est decus auri »).

51 M. Heinzelmann, Bischofsherrschaft im Gallien. Soziale, prosopographische und bildungsgeschichtliche Aspekte der Kontinuität romischer Führungsschichten von IV bis VII Jahrundert (Beiheft der Francia, 5), Munich, 1976 ; Id., Gallische Prosopographie 260-527 (Francia, Sonderdruck 10), Munich, 1983. Voir aussi K.F. Stroheker, Der Senatoren - Adel im spät antiken Gallien, Tübingen, 1948.

52 Cf. F. Descombes, RICG, xv, 95 ; Le Blant, 429.

53 L'épitaphe est reproduite d'après les manuscrits dans E. Le Blant, Inscriptions chrétiennes de la Gaule, Paris, 1856, 562 ; dans E. Diehl, ILCV, 1067 ; dans MGH, AA, 8, p. VI. L'inscription récemment découverte à Clermont, qui établit définitivement l'authenticité du texte transmis par les manuscrits, a été publiée par Françoise Prévot dans Antiquité tardive, t. I, 1993, p. 223-229.

Notes de fin

* Addendum. Il convient de signaler la publication récente de l'importante thèse de Jean - Pierre Caillet, L'évergétisme monumental chrétien en Italie et à ses marges, Coll, de l'Ecole Française de Rome, 175, Rome, 1993, 502 pages. On y trouvera un corpus exhaustif pour le domaine géographique envisagé (Rome étant exclue) des inscriptions mentionnant des dons.

© Éditions de la Sorbonne, 1997

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540