Version classiqueVersion mobile

Actes du Xe congrès international d’épigraphie grecque et latine

 | 
Michel Christol
, 
Olivier Masson

Epoque hellénistique et romaine

L’apport des sources littéraires à l'étude de l'évergétisme

À Rome et dans les sites d’Italie à la fin de la République1

Catherine Virlouvet

Texte intégral

  • 1 Le travail que je présente ici, conçu comme une étude préliminaire à celle de S. Panciera (p. 249-2 (...)

1On se doit d'abord de justifier cette enquête un peu marginale par rapport au thème « évergétisme et épigraphie ». Dans l'aire géographique et la période envisagées, il nous a semblé opportun de confronter sources littéraires et épigraphiques. L'examen des sources littéraires permet en effet de tenter de définir l'attitude des Romains face à l’évergétisme, peu explicite la plupart du temps dans les inscriptions, et fournit une toîle de fond à l'étude épigraphique. Ne retenir que l'apport des textes littéraires revient bien-sûr à privilégier fortement l'étude de l'évergétisme à Rome même : dans les sources dépouillées, les cités italiennes sont mentionnées seulement lorsque les générosités ont porté sur des monuments ou des constructions publiques, et, dans presque tous les cas, lorsque l'évergète est aussi connu comme membre de l'oligarchie dirigeante à Rome.

  • 2 P. Veyne, Le pain et le cirque, p. 469.
  • 3 Qu'on se réfère, pour ne citer que l'exemple le plus célèbre, à l'édilité fameuse d'Egnatius Rufus (...)

2Il faut dire un mot aussi des limites chronologiques retenues : la fin de la République, c'est-à-dire en gros du début du troisième siècle à la fin du premier siècle avant J.-C. Il n'est guère besoin de justifier le terme de l'enquête. Le règne d'Auguste correspond à un changement en matière de conduite évergétique, en tout cas à Rome même. L’attitude d'Auguste en la matière, préfigurée d'ailleurs par celles de Pompée ou de César, marque un véritable changement d'échelle : c'est le passage au « mécénat d'Etat », pour reprendre l'expression de P. Veyne2. Elle correspond aussi, à Rome même, à une monopolisation progressive de l'évergétisme par le prince3.

  • 4 E. Gabba, Del buon uso della ricchezza, Milano, 1988. Cf. en particulier p. 19-26 (Allora i Romani (...)
  • 5 Contra cf. W.V. Harris. War and imperialism in Republican Rome 327-70 B.C., Oxford 1979, p. 264-65.

3Mais il est nécessaire d'expliquer pourquoi l’on n'est pas remonté au delà des débuts du troisième siècle av. J.-C., alors même que l'on ne manque pas d'allusion à des actes d’évergétisme antérieurs dans les sources littéraires. C'est d'abord parce que notre documentation épigraphique commence à cette période. C'est aussi parce que nous a semblé tout à fait pertinente pour le sujet à traiter la coupure mise en valeur récemment par E. Gabba dans une série d'articles dont un certain nombre ont été repris dans le recueil intitulé Del buon uso della ricchezza4. Ce dernier place dans le premier tiers du IIIe siècle av. J.-C. ou au plus tard au milieu de ce siècle, quelque part entre la guerre contre les Sabins et la première guerre punique, le grand changement quantitatif et qualitatif dans le niveau de fortune des élites romaines : jusque là, les écarts de fortune entre les aristocrates et l'ensemble du corps civique étaient peu marqués, comme l'atteste une tradition littéraire digne de foi5. Le phénomène ne fera que s'amplifier avec les conquêtes des siècles suivants : désormais, l'enrichissement des élites, dans une société qui cherche pourtant à sauvegarder sur le plan des principes au moins l'idéal de la pauvreté relative, s'accompagne d'une montée de l'ascendant personnel des hommes politiques.

4Or, les conduites évergétiques occupent une place centrale dans cette évolution. Leur développement, lié aux nouvelles conditions économiques des catégories dirigeantes, pose à ces dernières deux types de problèmes : d'une part, les dépenses excessives risquent de compromettre un patrimoine sur lequel se fondent précisément les capacités politiques des élites, d'autre part, les manifestations d’évergétisme ouvrent la voie aux tentatives de corruption du corps civique dans un contexte de lutte pour le renforcement du pouvoir personnel au sein de l'oligarchie dirigeante. La prise de conscience de ces phénomènes aboutit de la part des Romains eux-mêmes à un jugement très nuancé, pétri de contradictions, sur les conduites évergétiques. Celles-ci sont toujours soupçonnées d'obéir à des motivations impures.

5Ce sont ces motivations, réelles ou supposées, ainsi que le point de vue des contemporains sur l'évergétisme que nous tenterons d'analyser dans la seconde partie de ce travail. Mais il faut dans un premier temps recenser les différentes manifestations d'évergétisme rapportées par les textes pour la période concernée : ce corpus est d'autant plus nécessaire que le terme évergétisme, qui est d’ailleurs un néologisme comme on le sait, est souvent employé de manière vague par les auteurs modernes pour qualifier toute une série de comportements en réalité fort dissemblables. Dresser une liste des actions que l'on peut réellement dire évergétiques, c'est tenter de définir à quoi cette notion pouvait correspondre dans l'esprit des Romains, préliminaire indispensable pour comprendre tant ce qui les poussait à accomplir de telles actions que les jugements qu'ils portaient sur elles.

6Cependant, avant d'envisager ces deux volets de notre étude et pour terminer avec ces trop longs préliminaires, il faut dire un mot des sources qui nous renseignent principalement sur les manifestations d'évergétisme aux trois derniers siècles de la République. Presque tous les auteurs anciens qui évoquent cette période pourraient être cités tant les manifestations évergétiques sont étroitement liées, comme on s'en doute, à la vie politique et sociale de Rome à cette époque. Mais il faut souligner la préeminence de l'apport de Tite-Live : sur l'ensemble de notre dépouillement, même s'il n'est pas exhaustif,, environ le quart des occurrences provient de l’Histoire romaine. On ne dispose pourtant du texte complet que pour les années précédant 167 av. J.-C.. C'est dire que notre documentation, en ce domaine comme en d'autres matières, présente un déséquilibre certain, au moins en ce qui concerne le récit factuel des actes d'évergétisme : on est mieux renseigné sur le troisième et la première moitié du deuxième siècle av. J.-C. que sur la fin de la République. D’autant qu’il faut ajouter au récit livien l’œuvre de Polybe, bien documentée en particulier sur les munificences de la classe politique à la fin du troisième et au début du deuxième siècle av. J.-C.

  • 6 L’Histoire naturelle de Pline renferme plus de 14 % du total des occurrences auquel aboutit mon dép (...)

7D'autres auteurs, qui recoupent les renseignements de Tite-Live pour le début de la période, sont surtout précieux pour la fin de la République. Il s'agit avant tout d'érudits ou de moralistes de la fin de la République et du Haut-Empire, avec en tête Pline l'Ancien qui recense au nombre des curiosités de son Histoire naturelle les combats de gladiateurs, les chasses avec exhibition de tel ou tel animal exotique, etc, offerts à la population romaine6. Il faut mentionner aussi dans le même ordre d'idées l'apport de Varron et surtout de Valère Maxime. Les propos de ce dernier sont particulièrement intéressants dans la mesure où ils s’intègrent dans une réflexion moralisante sur l’évergétisme qui reprend les idées traditionnelles des Romains sur le sujet.

  • 7 En consacrant un sous-chapitre entier à l'étude de la conception cicéronienne de l'évergétisme, ce (...)

8Mais en matière de réflexion sur l'évergétisme, c'est l'œuvre de Cicéron qui est fondamentale. Il est, après Tite-Live, l'auteur chez lequel nous avons relevé le plus de mentions de conduites évergétiques dans un contexte qui permet presque toujours de connaître l'opinion de l'auteur lui-même, plus représentatif en la matière de son milieu qu’on ne l'a dit7, sur telle ou telle générosité. A côté d'une réflexion théorique, mais nourrie d'exemples historiques, sur l'utilité des libéralités au livre II du De Officiis, on rencontre beaucoup d'allusions dans un certain nombre de plaidoyers politiques (Pro Murena, Pro Sestio pour n'en citer que quelques-uns) ainsi que dans la correspondance. Loin derrière Cicéron, on trouve quelques mentions isolées dans des œuvres éminemment impliquées dans la vie politique de la fin de la République, comme celle de Salluste ou le Bellum Civile de César.

9Enfin, il faut relever aussi l'apport des historiens et biographes d'époque impériale. Si les écrivains de langue latine, tels Velleius Paterculus, Tacite ou Suétone, apportent peu, parce qu'ils consacrent une très faible part de leur réflexion à l'histoire de la République, on trouve en revanche une documentation plus fournie chez Appien, Plutarque, et surtout Dion Cassius. Mais ces auteurs complètent notre connaissance des faits sans ajouter beaucoup à ce que l'on peut savoir de la réflexion des anciens eux-mêmes sur l'évergétisme d'époque républicaine. En effet, issus de la partie orientale de l'empire et vivant à des époques plus tardives, ils se contentent en général de reprendre les topoi de leurs prédécesseurs sur les bienfaits et les méfaits des conduites évergétiques.

Les manifestations d'évergétisme connues par les sources littéraires

  • 8 A côté d'études centrées sur la question de l'évergétisme, comme l'ouvrage de P. Veyne (Le pain et (...)

10Un dépouillement des sources littéraires portant sur les trois derniers siècles de la République, même aussi imparfait que le nôtre, met au jour des dizaines et des dizaines d'occurrences qui ont d'ailleurs été déjà bien exploitées dans des ouvrages assez récents, consacrés tant à l'évergétisme qu'aux divers domaines dans lesquels interviennent les conduites évergétiques8.

  • 9 C’est, avec l’ouverture de ses jardins, le legs testamentaire qu’Agrippa fit au peuple romain. Cf. (...)
  • 10 Dans le dépouillement sommaire que j'ai effectué, les exemples classés dans cette rubrique sont tro (...)
  • 11 On sait que Rome regroupait sans doute déjà plusieurs centaines de milliers d'habitants au deuxième (...)
  • 12 Il ne faut cependant pas sous-estimer par trop les moyens financiers des cités d'époque classique e (...)

11Ces domaines peuvent être grossièrement regroupés sous trois rubriques. Les jeux, fêtes religieuses, triomphales, funéraires et autres spectacles formeraient la première : c'est pour eux que l'on dispose du plus grand nombre d'occurrences, ce qui n'a rien d'étonnant. Les fêtes de la religion civique revenaient à intervalles réguliers et sont assez fidèlement relatées par les annalistes comme Tite-Live ; par ailleurs, la rubrique regroupe aussi les fêtes offertes par les généraux victorieux et les jeux funéraires, fréquents on le verra. Une deuxième rubrique regrouperait toutes les manifestations s'apparentant de près ou de loin à des distributions : nourriture (rations de blé ou d'huile mais aussi repas et banquets), argent ou équivalent (des places gratuites dans les bains par exemple9). Enfin, le troisième domaine concerné par les manifestations d'évergétisme est celui des constructions publiques : construction, réparation ou décoration d'édifices religieux, de monuments publics, d'enceintes, de routes, de ports, travaux d'adduction d'eau, etc. Nos sources fournissent beaucoup moins d'exemples de ce type d’évergétisme, du moins dans l’Urbs10. Il n'y a rien d'étonnant à cela : Rome, entre le troisième et le premier siècle av. J.-C., devient la capitale d'un vaste empire territorial et voit sa population grossir dans des proportions démesurées à l'échelle des cités antiques11. Les évergésies « monumentales » ne sont pas à la mesure des fortunes privées. Elles ne le deviendront qu’à la fin de la période, avec les fortunes amassées par héritage et surtout sur le butin de leurs conquêtes, par Pompée, César ou Auguste. En revanche, son empire territorial apporte au trésor public romain une richesse inconnue des caisses des autres cités antiques. Les grands travaux publics sont donc très souvent à la charge de l'Etat romain, on le verra12.

  • 13 Cf. les articles et ouvrages cités ci-dessus dans la première partie de la n. 9.

12La situation est très différente dans les cités d'Italie à la même époque. En matière d'évergésies, les textes littéraires rapportent presque exclusivement des exemples concernant les constructions publiques. Cela tient bien-sûr au caractère très partiel des informations sur l'Italie fournies par les sources envisagées dans cette partie du rapport et il faudra nuancer cette vision par l'étude des inscriptions. Pourquoi les auteurs anciens s’intéressent-ils seulement à cette forme de générosités ? D'abord parce qu'elles émanent dans la majorité des cas rapportés de « patrons » des cités italiennes qui sont magistrats à Rome. C'est en évoquant l'histoire de Rome, la seule qui les intéresse la plupart du temps, que ces auteurs, qui se préoccupent peu d'histoire locale, sont amenés à mentionner les travaux entrepris dans telle ou telle cité sous l’égide d'un magistrat romain et parfois (peut-être pas toujours, on le verra) avec ses deniers. Cependant l'attention qu’ils portent ainsi au domaine édilitaire correspond aussi à une réalité pour les cités italiennes : les trois derniers siècles de la République correspondent à une période d’urbanisation intense de l'Italie, urbanisation dont la chronologie, les modalités et l'ampleur varient selon les régions et le statut des cités, comme l'ont bien montré diverses études dans ces vingt dernières années13.

13Le classement des conduites évergétiques mentionnées par les sources littéraires pour Rome et l'Italie républicaines en différentes catégories en fonction de la nature du don octroyé par le bienfaiteur à la communauté civique, est en définitive peu pertinent lorsqu'il s'agit de définir la spécificité de l'évergétisme à cette époque et dans cette aire géographique. Spectacles, distributions et constructions publiques sont en effet parmi les formes les plus répandues des libéralités dans le monde antique. Il est plus pertinent, pour comprendre l'évergétisme romain de la fin de la République, de poser aux textes une série de questions permettant de déterminer les circonstances des dons, la personnalité des donateurs et la provenance des fonds utilisés pour effectuer telle ou telle générosité.

  • 14 Dans les cités d'Italie à la même époque l'évergétisme des magistrats semble également bien représe (...)
  • 15 Cf. par exemple Tite-Live 23, 30, 16 (215 av. J-C.) ; 31, 50 (200 av. J.-C.) ; Cicéron, De Off. II, (...)
  • 16 Cf. par exemple Tite-Live 10, 11 (299 av. J.-C.) ; 30, 26 (203 av. J.-C.) ; 31, 14 (201 av. J.-C.)  (...)
  • 17 Cf. par exemple, Tite-Live 10 31 (début du troisième siècle) ; 10, 47, 3-4 (293 av. J - C.) ; Varro (...)
  • 18 Je pense en particulier au fameux épisode, rappporté par la tradition annalistique, de distribution (...)

14Personnalité des donateurs et circonstances dans lesquelles ils ont accompli une action évergétique sont deux questions étroitement liées. Dans les sources dépouillées et pour ce qui est de Rome même, plus du tiers des conduites dites évergétiques émanent en fait de magistrats dans l'exercice de leur magistrature14 : édiles curules et plébéiens célébrant, comme il est de tradition à cette époque, les jeux romains et plébéiens15, ou important du blé pour les besoins de Rome16, édiles et censeurs faisant effectuer un certain nombre de travaux publics17. A priori, cette constatation ne fait que confirmer une idée déjà admise par tous et que les anciens eux-mêmes ont contribué à répandre18 : à Rome l'évergétisme était monopolisé par l'oligarchie dirigeante. Il n'y avait pas place pour des libéralités émanant de riches particuliers, simples chevaliers par exemple, soupçonnés s'ils se montraient par trop généreux à l'égard de la communauté civique de vouloir aspirer à la tyrannie. Cette constatation reflète bien-sûr une certaine réalité. Il me semble pourtant que l'on peut la nuancer quelque peu, et cela de plusieurs manières.

  • 19 P. Gauthier, Les cités grecques et leurs bienfaiteurs (IVe-Ier siècle av. J.-C.). Contribution à l' (...)

15D'abord, la part prépondérante prise par la « classe » politique dans les manifestations évergétiques ne fait pas de Rome un cas exceptionnel, comme on le croit souvent. De récentes études — je pense en particulier à celle de Ph. Gauthier19 — ont montré que dans les cités du monde grec, tant à la période classique que dans la première partie de la période hellénistique, jusqu'au milieu du second siècle av. J.-C. environ, l'évergétisme fut surtout le fait des hommes politiques.

16D'autre part, il faut être attentif à ne pas surestimer les manifestations évergétiques accomplies dans le cadre d'une magistrature. On ne peut pas mettre au compte de la générosité d'un édile, d'un préteur, d’un censeur... tous les jeux ou tous les travaux qu’ils ont été amenés à présider dans l'exercice de leur charge. De même, le recours à des importations exceptionnelles de blé pouvait échoir aux édiles, en cas de difficulté de ravitaillement. Les magistrats disposaient alors collégialement d'une somme allouée par le sénat sur les deniers publics pour exécuter ces tâches. Ce qui ne leur interdisait pas d'ajouter un apport personnel pour rendre les jeux plus magnifiques, le blé moins cher, ou effectuer un plus grand nombre de constructions. Si bien qu'il est souvent fort difficile de démêler, dans les réalisations attribuées à un magistrat, la part qui revient à sa générosité de celle inhérente à sa charge.

  • 20 Tite-Live 23, 30. 16 : ludos Romanos fecerunt, qui per triduum instaurati sunt.

17Prenons un exemple parmi beaucoup d'autres : pour l'année 215 av. J.-C., Tite-Live relève que les édiles curules Caius Laetorius et Tibérius Sempronius Gracchus « célébrèrent les jeux romains, dont trois journées furent recommencées »20. Présider les jeux romains fait partie à cette date de la charge des édiles curules qui disposent d'un budget pour ce faire. Le caractère très ritualiste de la religion romaine aboutissait souvent à renouveller les cérémonies lorsque l'on supposait que les formes n'avaient pas été scrupuleusement respectées. Ce peut être pour cette raison que trois jours furent recommencés dans le cas présent. En tout cas rien dans le récit de Tite-Live ne prouve formellement que les édiles aient accompli un acte d'évergétisme dans la réalisation de ces jeux. Tout au plus peut-on le supposer, ne serait-ce que parce que les annalistes ont gardé le souvenir de ces jeux. Sans doute furent-ils plus fastueux que d'autres. Ou bien c'est le fait qu'ils aient été recommencés qui les a signalés à l’attention de la postérité. Dans un cas comme dans l'autre on peut raisonnablement penser que les édiles ont peut-être contribué personnellement à l'éclat de ces jeux et pris à leur charge le renouvellement des trois journées. Mais dans quelles proportions ? Et quelle fut la part respective de chacun ? Il est impossible d'en avoir la moindre idée.

  • 21 Tite-Live 41, 27, 10
  • 22 Il s'agit d’ailleurs de l'une des plus anciennes mentions de l'intervention de magistrats romains d (...)
  • 23 Tite-Live 41, 27, 10-11.
  • 24 C'est d'ailleurs le critère dont se servent bon nombre d'études, telles celles d'H. Jouffroy ou de (...)

18Un autre exemple encore illustrera bien l'embarras dans lequel on se trouve pour faire la part de l’évergétisme réel dans les actions des magistrats : les censeurs de 174 av. J.-C., Q. Fulvius Flaccus et A. Postumius Albinus, sont célèbres pour l'importance des réalisations édilitaires qu'ils commanditèrent, tant à Rome que dans plusieurs cités d'Italie. Ainsi, à Calatie, en Campanie, muros faciendos locaverunt21. Ici, le verbe employé par Tite-Live est assez explicite : la mention de la locatio prouve que les censeurs agirent dans le cadre de leur charge, en tant que représentants de Rome22. En revanche, les mêmes censeurs ont fait exécuter d'autres travaux ailleurs (adduction d'eau à Potentia, route à Pisaurum...) ipsorum pecunia23. Il convient donc d'être très attentif au vocabulaire dont usent les sources, qui constitue, lorsqu'il est précis, le seul critère sûr pour reconnaître un acte d'évergétisme accompli dans le cadre d'une magistrature. Le verbe dare, l'expression de sua pecunia..., permettent de conclure avec certitude dans ce sens. Facere, celebrare..., sont trop vagues et la présence d'un tel vocabulaire ne devrait pas amener à classer les passages ainsi qualifiés au nombre des exemples d'évergétisme, à moins que le contexte ne soit totalement explicite24. Il me semble que si Ton évitait ainsi l'amalgame trop fréquemment effectué entre réalisations d'un magistrat avec les deniers publics et réalisations avec sa fortune privée, la place des magistrats romains dans l'ensemble des conduites évergétiques en sortirait quelque peu diminuée.

  • 25 Cf. Tite-Live 10, 31 ; 10, 47, 3-4. Pour d'autres exemples du même type, cf. Tite-Live 31, 50 ; Var (...)

19D'autant que Ton peut pousser plus loin encore l'investigation concernant la provenance des fonds qu'ils utilisaient pour accomplir des libéralités. On s'aperçoit alors qu'une grande partie de l’évergétisme des magistrats romains est financée non par leur patrimoine mais par des richesses dont ils peuvent user à leur gré mais qui sont réputées appartenir d'abord aux dieux, ce qui justifie assez leur utilisation au profit de la communauté civique. Le meilleur exemple est celui du produit des amendes infligées par les magistrats dans le règlement des affaires judiciaires qui relèvent de leur compétence. Les sommes ainsi rassemblées ne vont pas à l’aerarium Saturni mais restent à la discrétion du magistrat. C'est avec les amendes des matrones stupri damnatae que l’édile Q. Fabius Gurges fit édifier un temple à Vénus au début du troisième siècle av. J.-C, avec les amendes infligées aux fermiers des pâturages publics que les édiles curules de 293 pavèrent la voie appienne jusqu'à Bovillae25. La chose est quasi systématique en matière de travaux édilitaires. Ainsi, à Rome même, les monuments publics exécutés à l'époque républicaine ne sont en règle générale pas à mettre sur le compte de l'évergétisme des magistrats à l'initiative desquels ils furent entrepris. De telles réalisations devaient excéder grandement la fortune privée de l'oligarchie dirigeante. On se souviendra que les magistrats devaient déjà fréquemment emprunter auprès de leurs amis pour ajouter de l'éclat aux fêtes qu'ils présidaient. D’ailleurs, même les grands ensembles de prestige qui préfigurent à la fin du premier siècle la politique des empereurs en matière de travaux publics, le temple-théâtre, les portiques, et la curie de Pompée, le forum de César, furent édifiés grâce aux fabuleux butins amassés par ces généraux pendant leurs conquêtes, c'est-à-dire avec des richesses qui ne faisaient pas partie de leur patrimoine.

  • 26 Pour plus de précision là-dessus, cf. W.V. Harris, War and imperialism in Republican Rome (327-70 B (...)
  • 27 Cf. Polybe 16, 23.
  • 28 Cf. Tite-Live 39, 22, 2. Certes l'auteur ne précise pas que les jeux aient été financés sur la part (...)
  • 29 Cf. Tite-Live 37, 46.
  • 30 Cf. Plutarque, Sylla, 35.
  • 31 Cf. Plutarque, Crassus, 2 et 12.
  • 32 En 46 et 45 av. J.-C. Cf. Suétone, Div. Iul. 38 ; Dion Cassius, XLIII, 21 ; Appien, BC 2, 102 ; Vel (...)
  • 33 Cf. Tite-Live 41, 3, 1-11. Il fit cependant preuve d'une avarice qui provoqua l'indignation de ses (...)
  • 34 Cf. une monnaie de 93 av. J.-C. (Sydenham, p. 149 no 901).
  • 35 Cf. Tite-Live 45, 13, 10.

20En effet, une autre source importante du financement des actions dites évergétiques est le butin. C'est lui qui est à l'origine d’une part importante des libéralités de l'oligarchie dirigeante qui pourvoit la République en grands généraux. Tous les domaines de prédilection de l'évergésie sont représentés26. Après son triomphe, Scipion l'Africain offrit sur le butin des jeux extraordinaires27. Pendant la guerre d'Etolie, M. Fulvius voua des jeux dans lesquels il produisit des artistes grecs, des athlètes, des lions et des panthères28. Après son triomphe sur Antiochus de Syrie, Acilius Glabrio distribua un congiaire d'huile aux citoyens romains29. Après son triomphe, Sylla offrit au peuple un festin magnifique et la dîme de ses biens à Hercule30. Crassus, après son ovatio, offrit un banquet de dix mille tables et du blé pour trois mois à chaque citoyen31. Sans parler des jeux, banquets et congiaires offerts par César au moment de ses triomphes32 Le butin finance aussi les constructions publiques. C'est pour exécuter un vœu accompli en Espagne où il menait la guerre contre les Celtibères que Fulvius Flaccus éleva pendant sa censure un temple à la Fortune équestre33. T. Didius, triomphateur des Celtibères encore, restaura avec le butin la villa publica34. Hors de Rome également, les constructions offertes par l'oligarchie romaine sont parfois édifiées avec l'argent des butins : tel l’aedes monetae des monts albains voués par C. Cicereius alors qu'il était préteur en Corse en 173 av. J.-C.35.

  • 36 Mais on n'oubliera pas qu'une bonne part du butin restait malgré tout pour l'usage personnel du gén (...)
  • 37 Ce qui n'implique pas que les Romains de cette époque n'aient plus eu que cynisme à l’égard de la r (...)

21Certes, le butin est réputé appartenir au général victorieux et à ce titre on peut vraiment dire que les actions accomplies par ce dernier en faveur de la communauté avec cet argent sont évergétiques. Cependant, la victoire étant d'abord le fait des dieux, il est bien vu de leur consacrer au moins une partie du butin36. C'est pourquoi les triomphateurs dédient des édifices religieux et offrent aux dieux d'abord (mais à travers eux à la communauté civique) des festins et des jeux. Mais on connaît bien le statut ambigu de la religion civique romaine, surtout à la fin de la République : à un certain niveau de réflexion, les dieux ont pu servir aussi de prétexte dans l'affaire37. Il est significatif en tout cas que nos sources prêtent aux bienfaits offerts par les généraux à la communauté sur le produit du butin les mêmes conséquences politiques qu'aux libéralités prélevées sur leur fortune privée. On y reviendra dans la seconde partie. Même si économiquement elles n'ont pas les mêmes conséquences (elles ne sont pas prélevées sur le patrimoine de l'aristocratie), les générosités des magistrats victorieux sont englobées par les anciens eux-mêmes dans la reflexion sur l'évergétisme.

  • 38 Cf. Dion Cassius XLIX, 43 ; Pline, HN 36, 121.

22Ainsi, un examen plus attentif des sources tempère quelque peu la part d’évergétisme personnel au sein des actions des magistrats. On leur prête souvent plus qu'ils ne font parce qu'on inscrit implicitement au compte de leurs bienfaits une politique financée par le budget de l'Etat ou le produit des amendes. L’ensemble des actions d'un édile ou d'un censeur ne sont pas systématiquement imputables à sa générosité personnelle. A preuve l’édilité d’Agrippa, en 33 av. J.-C. : si les sources insistent tant sur le fait qu'il exerça l'édilité volontairement, donnant des spectacles nombreux et variés et réparant édfices publics et routes sans rien recevoir du trésor, c'est bien que la chose devait être rare38. Enfin, il faut se souvenir aussi que bon nombre de libéralités de la classe politique sont financées par le butin des conquêtes, ce qui modifie tout de même non seulement leur portée économique mais aussi leur signification profonde.

  • 39 Cf.Tite-Live 4, 12 et suiv. ; Denys XII, 1 et suiv. ; Pline, HN 18, 3, 15 ; Dion Cassius VII, 20.
  • 40 Cf. C. Virlouvet, « Le pain quotidien des cités antiques », JRA, 2, 1989, p. 226-227.
  • 41 Comme le dit fort justement P. Veyne (Le pain et le cirque, p. 446).
  • 42 Cf. par exemple M. Seius, édile en 74 av. J.-C.
  • 43 Cf. Cicéron, Ad Q. fr. II, 5, 1, 8 : un s.c. allouait 40 millions de sesterces à Pompée pour les af (...)

23Par ailleurs, parallèlement à cette surestimation du rôle des magistrats dans l’évergétisme de la Rome républicaine, on a peut-être un peu sous-estimé la part des actions évergétiques des simples particuliers. L'idée communément admise est que cette part est tout bonnement inexistante. L'histoire de Spurius Maelius est souvent citée pour en témoigner et mérite qu'on s'y attarde, même si elle concerne les débuts de la République. On se souvient des grands traits de « l'affaire » telle que la rapporte la tradition annalistique : en période de disette, un riche chevalier romain décide de faire venir du blé à ses frais pour le distribuer à ses concitoyens, alors même que le sénat avait officiellement désigné un préfet de l'annone pour résoudre la crise, en la personne de L. Minucius Augurinus. Accusé de vouloir s'attirer les bonnes grâces de la population pour s'emparer du pouvoir, il est finalement mis à mort par le maître de cavalerie du dictateur Cincinnatus39. Même si la mention de la disette et — peut-être — les noms des personnes qui tentèrent de la combattre ont sans doute une réalité historique, on n'a pas manqué de relever depuis longtemps le caractère anachronique de nombreux détails du récit, telle l'apparition suspecte d'un préfet de l'annone au Ve siècle av. J.-C. En dépit de cela, on utilise cet épisode pour affirmer que de tout temps l'évergétisme des simples particuliers a été considéré comme suspect à Rome. J'ai montré ailleurs que l'accusation d'aspirer à la tyrannie dont fut victime Spurius Maelius devait être, comme les autres détails de l'histoire, rapportée aux inquiétudes des annalistes de la fin de la République, dans une période de réaffirmation du pouvoir personnel à Rome, et ne prouvait pas l'absence d'évergétisme des particuliers dans les premiers siècles de la République40. Au contraire, si l'on accepte de considérer comme historique la mention d'un chevalier secourant ses concitoyens à cette époque, on a la preuve que des particuliers pouvaient alors avoir des conduites évergétiques dans un domaine dans lequel les autres cités du monde antique eurent aussi parfois recours à la générosité des privés, celui du ravitaillement. Certes, par la suite, on sait que les disettes furent toujours combattues par des magistrats ordinaires (édiles) ou extraordinaires (curateurs de l'annone) dûment chargés de le faire par le sénat. Mais c'est que, à l’époque qui nous intéresse, Rome est déjà une mégapole sans commune mesure avec la plupart des autres cités antiques et que son approvisionnement ne peut dépendre du seul bon vouloir et de la seule fortune des riches particuliers. La meilleure preuve en est l'instauration par Caius Gracchus à la fin du IIe siècle av. J.-C. du système des frumentationes, aux antipodes de l’évergétisme41. Avec les édiles et les curateurs de l'annone, on se trouve ramené au cas de figure envisagé plus haut lorsque nous parlions de l'ambiguité de l'évergétisme des magistrats. Le secours qu'ils apportèrent à la population en période de disette paraît parfois mis entièrement sur le compte de leur générosité42, alors qu'ils devaient en fait disposer la plupart du temps d'un budget prélevé sur le trésor public pour acheter et acheminer le blé (on en est sûr par exemple dans le cas de la cura annonae de Pompée43,) budget qu'il leur était loisible d'arrondir plus ou moins généreusement, par exemple pour abaisser encore le prix de vente à Rome.

  • 44 Salluste, Catilina, 37, 7 : Praeterea iuuentus, quae in agris manuum mercede inopiam tolerauerat, p (...)
  • 45 Là-dessus, consulter en dernier lieu E. Deniaux, Clientèles et pouvoir à l'époque de Cicéron, Rome- (...)

24Avec l'histoire de Spurius Maelius, on a peut-être la preuve qu'un évergétisme privé a existé à Rome, à l'époque où être généreux dans sa cité était à la portée des fortunes des simples particuliers. Mais d'autres indices encore m'amènent à penser que cette sorte d’évergétisme n'avait pas totalement disparu à l'époque qui nous intéresse. Il y a d'abord un passage célèbre de Salluste qui, dans la conjuration de Catilina, stigmatise le gonflement de la population de Rome au Ier siècle par une jeunesse oisive qui a préféré au dur labeur des champs les privatae atque publicae largitiones44. On a surtout cité cette reflexion pour montrer que les frumentationes avaient entraîné un afflux de ruraux sans emploi vers Rome, mais on a en général oublié de commenter l'expression privatae largitiones. Implicitement, on admet que Salluste fait allusion là aux relations de clientèle et aux sportules qui les accompagnaient. La générosité avec les clients, comme avec les amis, est une vertu prisée à Rome45, vertu dont on attend d'ailleurs des contreparties, tant de la part des clients que des amis, mais elle est en marge d'un évergétisme s'étendant à l'ensemble de la communauté civique. Mais est-on vraiment sûr que Salluste désigne seulement par cette expression les liens de clientèle ? Rien ne le prouve dans le texte et cette interprétation est surtout fonction de l’idée a priori voulant qu'il n'existe pas d’évergétisme « privé » à Rome à la fin de la République.

  • 46 Ces cas d'évergétisme que j'ai qualifié de funéraire représentent un peu moins d'un tiers des occur (...)
  • 47 Par exemple, le testament de Sylla offrait aux Romains un spectacle de gladiateurs, un festin, l'en (...)
  • 48 Ce serait les premiers.(cf. Tite-Live, Ep. 16 ; Valère Maxime, II, 4, 7 ; Servius, ad Aen. ΙΠ, 67). (...)
  • 49 Simple visceratio (la première date de 329 av. J.-C. d'après Tite-Live, 8, 22, 2) ou epulum funèbre (...)
  • 50 Cf. Tite-Live 23, 30, 15 ; 28, 21, 1 et suiv. ; 31, 50, 8 ; 41, 28, 14.

25Les textes mentionnent pourtant fréquemment un type de générosité qui appartient par définition à la catégorie des libéralités privées, il s'agit de l'évergétisme que l'on pourrait qualifier de funéraire et, parfois de testamentaire46. Les Romains offraient, en mémoire d'un membre de leur famille et quelquefois à sa demande expressément signifiée sur son testament47, des jeux, jeux scéniques et jeux de gladiateurs à partir de 264 av. J.-C.48, mais aussi des distributions diverses et des repas49. L'arrière plan de cet évergétisme est religieux et familial, donc parfaitement privé. Il est vrai pointant que les exemples mentionnés par les auteurs anciens concernent toujours, à ma connaissance, des familles de magistrats : tels, en 215, les jeux offerts par ses fils à la mémoire de M. Aemilius Lepidus, deux fois consul et augure ; en 206, en Espagne, le repas et les jeux offerts par Scipion pour son père et son oncle ; en 200, les jeux offerts par ses fils en mémoire de M. Valerius Levinus, consul en 210 ; ou encore la visceratio, Vepulum et les jeux donnés en 174 par Flamininus à l'occasion de la mort de son père,etc50. Toutefois, un certain nombre de remarques s'imposent à propos de cet évergétisme funéraire.

  • 51 Cf. l'analyse dans la seconde partie de cette étude des reflexions de Cicéron sur l'évergétisme.
  • 52 Tite-Live 39, 46, 1 et suiv. La présentation de Tite-Live est telle que les cérémonies ont pu tout (...)
  • 53 L'exemple de Q. Aelius Tubero, qui fut chargé d'offrir un epulum à la mort de son oncle Scipion l'A (...)

26D'une part, ces manifestations d'évergétisme, bien qu'elles émanent de l'oligarchie dirigeante, ne sont pas systématiquement liées à la carrière politique de tel ou tel individu et n'ont pas toujours cet aspect politiquement utilitaire qui semble être le propre de l'évergétisme dans l’Urbs aux yeux même des contemporains51. Les fils d'Aemilius Lepidus et de Valerius Levinus n’ont pas fait de carrière particulièrement remarquable. Quant à Scipion et Flamininus, leurs destins n’ont rien dû à ces marques de piété filiale. Il est d’ailleurs significatif que Tite-Live, rapportant les libéralités qui accompagnèrent la mort du pontifex maximus P. Licinius Crassus en 183 oublie de mentionner les donateurs52. Rares sont les cas dans lesquels évergétisme funèbre et carrière politique sont explicitement mis en relation par les sources53.

  • 54 Cf. Tite-Live 41, 28, 14 : Munera gladiaiorum eo anno aliquot parva alia data ; unum ante cetera in (...)

27D'autre part, on peut soupçonner que bon nombre des libéralités consenties aux citoyens romains dans ce contexte nous échappent parce que les sources ne prennent pas la peine de les mentionner. De ce point de vue, la manière dont Tite-Live introduit la présentation des largesses que Flamininus fit aux Romains à la mort de son père est tout à fait éclairante : « Cette année-là vit quelques autres petits combats de gladiateurs, le plus remarquable de tous fut celui que Titus Flamininus fit célébrer à l'occasion de la mort de son père... »54. Qui offrit les « autres petits combats de gladiateurs » ? On l'ignore, parce que cela n'intéresse pas Tite-Live. Les seules largesses qui méritent de passer à la postérité sont les plus remarquables, parce qu'elles ont duré plusieurs jours, parce qu'elles ont été particulièrement magnifiques, etc. Ces largesses ne peuvent émaner que des plus riches, qui se confondent à Rome avec la classe politique. Cela ne prouve pas l'absence de libéralités, en particulier de libéralités funéraires, qui pouvaient prendre une tournure plus modeste, de la part de citoyens aisés n'appartenant pas à l'oligarchie dirigeante.

28Ainsi, il me semble qu'il a existé tout de même à Rome à la fin de la République un évergétisme des particuliers. Il a laissé peu de traces dans nos sources parce que nous ne disposons pas d'inscriptions qui mettraient en valeur ces actions privées plus modestes et que les sources littéraires s'intéressent quasi exclusivement, on le sait bien, à l'histoire de l'oligarchie dirigeante. Il a sans doute été aussi moins développé que dans les autres cités antiques. Mais il me semble que la peur du retour à la royauté, explication donnée par les anciens eux-mêmes — on l'a vu à travers l'histoire de Spurius Maelius — ne justifie pas à elle seule cette atrophie de l'évergétisme romain à la fin de la République. Celle-ci doit être due surtout aux conditions objectives dans lesquelles se trouve la ville de Rome à cette époque : une ville gigantesque à l'échelle du temps dans laquelle la bienfaisance n'est pas à la portée des fortunes des particuliers, une ville aussi dont le trésor public, alimenté par l'empire territorial qu'elle contrôle, est plus riche que dans n'importe quelle autre cité antique. On a vu que l'évergétisme des magistrats vient souvent s'ajouter à des sommes allouées par l'Etat ou se fonde en fait sur le butin des conquêtes ou les amendes.

29Cette situation exceptionnelle de Rome explique en grande partie la personnalité des évergètes, elle explique aussi à mon avis la nature des dons : peu de choses en matière de constructions publiques, alors que l'évergétisme est bien représenté dans ce domaine dans les cités d'Italie, comme on l'a vu. C'est là encore en partie une question de proportions entre la taille de la cité et celle des fortunes privées. Les sénateurs romains font plus facilement œuvre édilitaire en Italie surtout lorsque leur « patronnage » sur telle ou telle cité, qu'ils en soient ou non originaires, est susceptible de faciliter leur carrière politique. Car le second trait qui caractérise l'évergétisme des milieux dirigeants romains, de l'aveu même des anciens, est son étroite imbrication avec la vie politique de la République. C'est cet aspect que nous allons envisager dans la seconde partie de cette étude

L'évergétisme dans la Rome républicaine : ses motivations ; point de vue des Romains sur les conduites évergétiques.

  • 55 Polybe 22, 12.
  • 56 Cf. P. Veyne, Le pain et le cirque, p. 465.

30Pour Polybe, la magnificence de Scipion était « surprenante à Rome, où jamais on ne donne quelque chose de ses biens »55. Cette réflexion, sous la plume d'un Grec, conforte l'idée qu'il existait sur ce plan une opposition entre Grecs et Romains. Aujourd'hui encore, on estime souvent que les Romains nourrissaient une méfiance quasi instinctive à l'égard des conduites évergétiques. L'oligarchie républicaine serait naturellement peu portée à effectuer des générosités qui seraient une atteinte au principe d'autorité, habituant la plèbe à l'idée qu'elle a des droits sociaux56.

  • 57 Cette préférence n'est pas surprenante chez quelqu'un qui a une vision de l'état et de la société o (...)
  • 58 Cf. P. Veyne, Le pain et le cirque, p. 442-445.

31L'évergétisme est-il contraire à la « nature » des Romains ? La réflexion théorique de Cicéron sur les conduites évergétiques, au livre II du De Officiis, renforce a priori cette idée. On se souvient que l'orateur effectue dans ces pages une sorte de palmarès de la bienfaisance, dans lequel il donne la préférence à la libéralité liée à l'action personnelle : aider ses amis, se montrer généreux à l'égard de ses clients57. Il introduit également une gradation dans les générosités adressées à l'ensemble de la collectivité, faisant passer les dons utiles et durables loin devant les plaisirs ephémères que l'on peut offrir à la foule sous forme de jeux ou de banquets par exemple. Cette vision l'a parfois fait taxer d'« intellectuel autoritariste », qui n'avait pas « le sens de la splendeur publique et privée »58. En réalité, il me semble que l'on peut expliquer le point de vue de Cicéron (qui reflète sans doute celui d'une bonne partie de l'oligarchie) de différentes manières, qui nous permettront de comprendre que la relative méfiance dont témoignent souvent les Romains à l'égard de l'évergétisme n'est pas seulement une question de « nature » de « l'âme » romaine.

32En premier lieu, il faut se souvenir que la société romaine de la fin de la République cultive la nostalgie d'un âge d'or dans lequel la grande richesse n'existait pas et dans lequel il n'y avait donc pas de place pour l'étalage du luxe et de la munificence. C'est sur ces valeurs qu'une partie de l'oligarchie voudrait continuer à vivre. C’est à cet idéal que se réfère par exemple un Caton l'Ancien lorsqu'il stigmatise les prodigalités des Scipion.

  • 59 Cf. entre autres De Off. II, 55 ; II, 63. On remarquera que le rachat des prisonniers ne se pratiqu (...)
  • 60 Cf. 2 Verr., 1, 55 ; 4, 98.
  • 61 Pro Murena 76.
  • 62 Chez Cicéron, mais aussi chez Salluste, l’avaritia, inséparable de la luxuria, sont des vices appar (...)

33En second lieu, le point de vue de Cicéron sur l'évergétisme dans le De Officiis est à replacer dans le contexte de l'œuvre, une réflexion morale sur les devoirs, et plus particulièrement dans celui du livre II qui réunit l'ensemble des prescriptions relatives aux choses utiles. Il s'agit pour Cicéron de faire une sorte de classement des actions en fonction de leur plus ou moins grande utilité pour déterminer les devoirs. Dans une telle perspective, les conduites destinées à améliorer la vie de la collectivité ou des individus sont plus prisées que celles qui n'offrent qu'un plaisir éphémère : racheter les prisonniers, assumer les dettes de ses amis, enrichir les petits59 plutôt qu’offrir des festins ou des jeux, entreprendre des travaux d’adduction d’eau, d’amènagement des ports, plutôt qu'édifier des théâtres. Mais cela ne signifie pas que Cicéron condamne de manière systématique les générosités qui ne visent qu'au plaisir des concitoyens. Dans les Verrines, l'avarice du gouverneur de la Sicile, qui vole les œuvres d'art pour se les approprier est opposée à l’elegantia et à l’humanitas de ceux qui offrent des œuvres d'art destinées à l'ornementation publique60. Dans le Pro Murena, Cicéron relève en l'approuvant (l'emploi de l'expression populus Romanus le prouve bien) ce trait des Romains : « Odit populus Romanus privatam luxuriam, publicam magnificentiam diligit »61. La magnificence est donc une qualité, qui s'oppose à l'étalage du luxe privé qui est une manifestation d’avaritia, défaut vivement stigmatisé par l'orateur62. Mais il faut rester dans un juste milieu, car les libéralités sont à terme une menace pour le patrimoine de l'aristocratie.

  • 63 Je renvoie là-dessus au rapport de L. Migeotte qui conteste à juste titre, me semble-t-il, les conc (...)
  • 64 Je renvoie pour ce faire entre autres à l'article de P. Leveau, « La ville antique, "ville de conso (...)

34Car le souci de préserver son patrimoine explique aussi une bonne part de l'attitude de l'oligarchie dirigeante à l'égard de l'évergétisme. Le maintien du patrimoine est essentiel pour elle parce que c'est de là que dépend également le maintien de sa domination politique dans une société censitaire. On n'a pas d'idée précise de l'impact économique de l'évergétisme au sein des cités antiques, la question étant toujours l'objet de débats entre les historiens. L'évergétisme fut-il seulement un frein au développement économique des sociétés antiques, empêchant les investissements plus productifs ou fut-il tout de même à la fois un facteur de redistribution des richesses63 et un stimulant par toutes les activités et les emplois qu'il induisait ? Il n'est pas dans notre propos de rentrer dans ce débat64.

  • 65 Cf. G. Clemente, « Le leggi sul lusso e la societa romana tra ΙII e II secolo A. C. », dans Società (...)
  • 66 Cf. E. Gabba, « Allora i Romani conobbero per la prima volta la ricchezza », dans Del buon uso dell (...)
  • 67 Cf. là-dessus les réflexions d'E. Gabba, dans Rend. Acc. dei Lincei 1979, p. 129.

35En revanche, force est de constater que les anciens prêtaient à l'évergétisme un certain nombre de conséquences économiques, en particulier celle d'être une menace pour la fortune de la classe dirigeante. Dans cet ordre d'idée, les actions les plus réprouvables étaient celles de pure ostentation, tels les repas et les jeux, les dépenses plus durables, par exemple pour la construction publique, ne tombant pas sous la même accusation. C'est pourquoi les lois somptuaires, non contentes de réprimer le luxe privé, tentaient de mettre un frein à ces actions65. La menace de l'évergétisme sur le patrimoine de l'aristocratie politique était-elle réelle ? Il est difficile de le dire. Les considérations économiques des anciens sont ici étroitement mêlées à des considérations d'ordre moral et politique. Considérations morales qui essaient de préserver les principes traditionnels d'une société dans laquelle la très grande richesse n'existait pas ; considérations politiques qui tentent d'empêcher les potentialités corruptrices de l'enrichissement sur le plan politique66 Car il est surtout important de replacer pour finir la pensée de Cicéron dans son contexte historique : le De Officiis a été composé en 44/43 av. J.-C., après les ides de mars. C'est à la lumière des décennies très troublées que la République romaine vient de vivre, à la lumière de l'affirmation du pouvoir personnel représentée par la dictature de César, que Cicéron interprète les conduites évergétiques. Sa désapprobation porte moins sur ces conduites en elles-même que sur la dégénérescence politique du phénomène67. On a déjà relevé à la fin de la première partie le lien étroit existant à Rome entre évergétisme et vie politique. On peut aller plus loin encore : la principale motivation de l'évergétisme romain à la fin de la République paraît avoir été bassement politique. Autrement dit, l'oligarchie au pouvoir « achèterait » les voix des citoyens par des générosités.

  • 68 Cf. Tite-Live 37, 57, 11.
  • 69 Cf. là-dessus Tite-Live 37, 46
  • 70 Cf. Cicéron, De Off., II, 58. Mais on ne connaît pas de suite remarquable à la carrière politique d (...)
  • 71 Cf. Cicéron, De Off., II, 58.
  • 72 Cf. P. Veyne, Le pain et le cirque, p. 488-490. Contra, voir le récent article de A. Yakobson (« Pe (...)
  • 73 Polybe 10, 5, 6.

36Cette vision trop simpliste et caricaturale mérite en fait quelques nuances. Certes, il ne manque pas d'exemples chez les auteurs anciens d'hommes politiques qui auraient assuré une partie de leur carrière par des actions évergétiques. Ainsi, M'. Acilius Glabrio, « qui, par de nombreuses distributions avait mis dans ses intérêts un grand nombre de citoyens, était surtout l'objet de la faveur du peuple » dans la candidature à la censure de 189 av. J.-C.68. Il s'agit vraisemblablement des distributions effectuées par Glabrio lors de son triomphe sur Antiochus de Syrie et sur l'Etolie69. On remarquera cependant que ce dernier, en butte à une accusation portant sur la manière dont il avait entièrement accaparé le butin de cette guerre, retira sa candidature à la censure et n'exerça jamais cette charge. La plupart du temps, les allusions sont beaucoup plus vagues : M. Seius, qui assura en 74, pendant son édilité, des distributions de blé à prix réduit alors que Rome connaissait des difficultés de ravitaillement, « s'affranchit d'une grande et vieille hostilité » de cette manière70. De même, « les repas d'Orestes, dans les rues, sous le nom de dîme, lui valurent une grande considération »71. Ces remarques ne prouvent pas que l’évergétisme des magistrats assurait leur carrière. Elles montrent seulement, comme l'a bien vu P. Veyne, ce qu'il fallait faire lorsque l’on voulait non seulement gouverner ses concitoyens mais en plus être aimé d’eux72. On sait bien que Scipion l'Africain ne dut pas sa carrière à ses libéralités mais entre autre à son appartenance à la gens Cornelia et à ses succès militaires. Pourtant, cela n'empêche pas Polybe d'écrire à son propos : « il comptait sur son caractère évergétique, sur ses largesses et sur son abord affable pour s'attirer les sympathies de la foule »73. Sympathie, considération, faveur, s'affranchir d'une hostilité..., le vocabulaire employé par les auteurs anciens est significatif : les actions évergétiques influent davantage sur l'image de marque que sur la carrière d'un homme politique.

  • 74 Cf. Cicéron, Pro Murena, 75-76 ; Tite-Live, Per. 59 ; Valère Maxime VII, 5, 1 ; Sénèque, Ep. 95, 72 (...)
  • 75 Cicéron, Pro Murena, 74 ; Plutarque, Cato Minor 46, 4-6 ; 49, 6 ; 50.
  • 76 Cicéron, Pro Murena, 37.
  • 77 Cf. Cicéron, De Off. II, 58

37En fait, le lien entre cursus honorum et évergétisme semble plus étroit dans la situation inverse. Je m'explique : l'absence de largesses risque davantage de compromettre l'avenir politique d'un membre de l'oligarchie. Ainsi, les auteurs anciens mettent nettement l'échec à la préture de Q. Aelius Tubero, neveu de Scipion l'Africain, sur le compte de l'avarice avec laquelle il s'était acquitté de l’epulum funèbre de son oncle74. De même Caton d'Utique, qui laissa à la postérité l'exemple d'une édilité dépourvue de faste, qui ne mit volontairement « aucun soin et aucune étude à gagner le peuple », ne put parvenir au consulat75. L'attitude de Tubero ou de Caton n'est d'ailleurs pas approuvée par les auteurs qui les citent en exemple de ce qu'il ne faut pas faire. C'est l'avarice de ces individus qui est sanctionnée par le vote populaire et non le fait de ne pas avoir « acheté » les voix par les générosités d'usage. Il est rare que les textes fassent le rapport de manière aussi mercantile, si l'on peut dire, entre échec politique et refus d'actions évergétiques. On peut citer par exemple la réflexion de Cicéron à propos de Murena auquel il aurait manqué pour être élu préteur un avantage qui ne lui manqua pas par la suite pour parvenir au consulat : des jeux splendides76, et sur Mamercus qui, en dépit de son extrême richesse, n'exerça pas l'édilité, ce qui lui valut d'échouer au consulat77. D'ailleurs l'attitude de ce dernier personnage est aussi un exemple d’avaritia, puisqu’il était très riche. Mais on possède aussi de nombreux exemples de magistrats qui ne se montrèrent pas fastueux, sans pour autant pouvoir être taxés d'avarice, et n'en accomplirent pas moins la carrière politique à laquelle ils prétendaient.

  • 78 Cicéron, De Off. II. 59.
  • 79 Cf. Pline l'Ancien, HN 33, 48, pour L. Scipion ; Appien, BC 4, 41 et Dion Cassius XLVIII, 53 pour M (...)

38Cicéron mentionne ainsi dans le De Officiis une liste d'individus qui accomplirent le cursus honorum complet sans offrir aucun spectacle : L. Philippus, C. Aurelius Cotta, C. Scribonius Curio. Cicéron lui-même se cite en exemple pour la modestie de son édilité, à la mesure de ses moyens78. On sait aussi que le public se cotisait parfois pour rembourser une partie — même symbolique — des jeux offerts par un magistrat particulièrement aimé et respecté79.

  • 80 Cf. I. Shatzman, Senatorial Wealth and Roman Politics, Bruxelles, 1975, en particulier p. 159-166.

39Il faut reprendre à cet égard, me semble-t-il, les conclusions nuancées de l'étude d'I. Shatzman. Il montre en particulier que, si l'exercice de l'édilité, qui impliquait les manifestations de générosité liées à l'accomplissement des jeux que l'on connaît, assurait un taux de réussite plus important dans les candidatures à la préture, il n'avait pas d'influence décisive plus tard, dans l'élection au consulat. Et que, de manière plus générale, si le fait d'offrir des jeux pouvait être un facteur important, il ne suffisait cependant pas pour provoquer un renversement de l'opinion publique80.

40Ainsi on s'aperçoit que le rapport entre politique et conduites évergétiques est plus complexe que ne le laisse penser un examen trop rapide qui s'appuie sur des réflexions d'auteurs anciens qui, tel Cicéron, étaient surtout marqués par la menace que des hommes extrêmement riches, concentrant de nombreuses charges entre leurs mains de manière plus ou moins légale, faisaient courir à la République en cette seconde moitié du Ier siècle av. J.-C.

  • 81 Cicéron, Phil. II, 116.
  • 82 Cicéron et d'autres déplorent également une des conséquences de la course à l'évergétisme marquant (...)

41« Par ses gladiateurs, ses monuments, ses festins, César avait gagné le cœur des populations naïves »81 : cette reflexion montre bien que l'orateur redoutait les conséquences politiques de libéralités hors du commun, même si dans les faits, comme on vient de le voir, la portée politique de l'évergétisme des magistrats resta sans doute plus faible qu'on ne le croit souvent, au moins jusqu'à une date fort avancée de la République, jusqu'aux fortunes hors normes d'un Pompée ou d'un César82.

42Les traits particuliers de l'évergétisme romain, à la lumière d'un examen des sources littéraires, sortent quelque peu modifiés par rapport aux a priori sur lesquels on se fonde souvent. D'une part, l'oligarchie dirigeante paraît avoir une vision moins négative qu'on ne le croyait sur les actions évergétiques. D'autre part, les générosités, si elles émanaient souvent des magistrats — mais il faut peut-être leur en prêter moins qu’on ne l'a fait par le passé —, provenaient sans doute aussi dans une moindre mesure des particuliers. Ainsi, la spécificité de l'évergétisme dans la Rome républicaine ne serait pas seulement à chercher dans le domaine de l'histoire des mentalités, mais tiendrait aussi aux conditions matérielles dans lesquelles s'exerçaient les actions évergétiques. C'est la taille de la ville, c'est sa position de capitale d'un empire, qui modifieraient les données du problème.

Notes

1 Le travail que je présente ici, conçu comme une étude préliminaire à celle de S. Panciera (p. 249-286), est loin d'être exaustif. J’ai effectué dans les sources antiques des dépouillements larges, mais pas systématiques. J'ai également tenté de prendre en compte les principales études récentes sur le sujet et d’esquisser un certain nombre de questions non résolues qui nécessiteraient des recherches complémentaires. J'envisage de reprendre prochainement cette recherche de manière plus approfondie, en me fondant sur une documentation élargie.

2 P. Veyne, Le pain et le cirque, p. 469.

3 Qu'on se réfère, pour ne citer que l'exemple le plus célèbre, à l'édilité fameuse d'Egnatius Rufus et à la réaction qu'elle suscita chez Auguste. Cf. entre autres Velleius Paterculus II, 91, 3-4 et Dion Cassius LIII, 24, 4.

4 E. Gabba, Del buon uso della ricchezza, Milano, 1988. Cf. en particulier p. 19-26 (Allora i Romani conobbero per la prima volta la ricchezza), p. 27-44 (Ricchezza e classe dirigente romana fra III e I secolo. A. C.), p. 45-48 (Riflessioni sulla società romana fra III e II secolo A. C.), p. 69-82 (Arrichimento e ascesa sociale in Plauto e Terenzio).

5 Contra cf. W.V. Harris. War and imperialism in Republican Rome 327-70 B.C., Oxford 1979, p. 264-65.

6 L’Histoire naturelle de Pline renferme plus de 14 % du total des occurrences auquel aboutit mon dépouillement sommaire.

7 En consacrant un sous-chapitre entier à l'étude de la conception cicéronienne de l'évergétisme, ce qui est parfaitement justifié en regard de la place consacrée à ce sujet dans les œuvres de l'orateur, P. Veyne, dans Le pain et le cirque (p. 436 et suiv.), a cependant un peu trop tendance à isoler la position de Cicéron de celle du reste de ses contemporains, en en faisant un « intellectuel autoritariste » (p. 445) méprisant les actions évergétiques destinées à flatter le peuple. Je ne partage pas ce point de vue et je m'en expliquerai dans la seconde partie de cette étude.

8 A côté d'études centrées sur la question de l'évergétisme, comme l'ouvrage de P. Veyne (Le pain et le cirque, Paris, 1976), il faut citer les travaux consacrés aux constructions publiques et privées dans l'Italie républicaine, en particulier les articles d'E Gabba (« Urbanizzazione e rinnovamenti urbanistici neU'Italia centro-meridionale del i sec. a.C. », Studi Classici e Orientali, XXI, 1972, p. 73-112, et « Considerazioni politiche ed economiche sullo sviluppo urbano in Italia nei secoli ii e i a.C. », Hellenismus in Mittelitalien, Kolloquium in Göttingen vom 5 bis 9 Juni 1974, P. Zanker ed., Gôttingen 1976, p. 320 et suiv.), F. Coarelli (« Public Building in Rome between the second punic war and Sulla », PBSR, XLV, 1977, p. 1-23), M. Torelli (« Edilizia pubblica in Italia centrale tra guerra sociale ed età augustea : ideologia e classi sociali », Les « bourgeoisies » municipales italiennes aux IIe et Ier siècles av. J.-C., colloque CNRS-centre J. Bérard de Naples, Naples, 1983, p. 241-250), M. Cébeillac (« Les travaux publics à la fin de la République dans le Latium et en Campanie du Nord : la place de la classe dirigeante et des familles de notables », Cahiers du Centre Glotz, II, 1990, p. 189-208), et la thèse d'H. Jouffroy, La construction publique en Italie et dans l'Afrique romaine, Strasbourg, 1986.
Il faut rappeler aussi que bien d'autres ouvrages d'histoire politique, économique ou sociale abordent le sujet qui nous intéresse parce qu'ils étudient les comportements de catégories sociales susceptibles d'accomplir des actions évergétiques ou parce qu'ils traitent des domaines de prédilection de l'évergésie. Citons en particulier : D. Sabbatucci, « L'edilita romana : magistrature e sacerdozio », Atti Ac. Lincei, 8e série 6, 1954, p. 255-332, les articles d'E Gabba rassemblés dans Del buon uso della ricchezza (cf. n. 5 ci-dessus), G. Ville, La gladiature en Occident, Paris-Rome 1981, C. Virlouvet, Famines et émeutes des origines de la République à la mort de Néron, Paris-Rome, 1985, P. Garnsey, Famine and food supply in the graeco-roman world, Cambridge, 1988.

9 C’est, avec l’ouverture de ses jardins, le legs testamentaire qu’Agrippa fit au peuple romain. Cf. Dion Cassius, LIV, 29.

10 Dans le dépouillement sommaire que j'ai effectué, les exemples classés dans cette rubrique sont trois fois moins nombreux que les occurrences regroupées sous l'appellation jeux, fêtes et spectacles, et deux fois moins nombreux que les exemples illustrant la seconde rubrique des distributions.

11 On sait que Rome regroupait sans doute déjà plusieurs centaines de milliers d'habitants au deuxième siècle av. J.-C. et avoisina le million d'âmes à la fin du premier siècle.

12 Il ne faut cependant pas sous-estimer par trop les moyens financiers des cités d'époque classique et hellénistique, comme le souligne justement L. Migeotte dans son rapport. Les cités devaient vraisemblablement faire, face à leurs responsabilités avec leurs moyens ordinaires. C'est l'abondance des inscriptions honorifiques parvenues jusqu'à nous qui nous fait surestimer la part des actes d'évergétisme dans la « gestion » des cités.

13 Cf. les articles et ouvrages cités ci-dessus dans la première partie de la n. 9.

14 Dans les cités d'Italie à la même époque l'évergétisme des magistrats semble également bien représenté. Dans quelles proportions ? Seule l'étude des inscriptions peut le dire. Quoiqu’il en soit, une partie des générosités consenties par ces derniers sont en fait un peu forcées puisque les cités exigent d’eux le financement des jeux. Ces sommes peuvent également servir, plutôt qu'aux jeux, à d'autres évergésies, monumentales en particulier. Le phénomène est connu surtout par l'épigraphie, et plusieurs études (celles de M. Cébeillac, d'H. Jouffroy) font de ces versements une summa honoraria avant la lettre. Peut-être la promesse de Granius, princeps de la colonie de Pouzzoles, aux décurions de cette même colonie, de donner de l'argent pour la restauration du Capitole, entre-t-elle dans le cadre de ces libéralités forcées (cf. Plutarque, Sylla 37, 5).

15 Cf. par exemple Tite-Live 23, 30, 16 (215 av. J-C.) ; 31, 50 (200 av. J.-C.) ; Cicéron, De Off. II, 57 et Pline, HN 8, 53 (104 av. J.-C.) ; Pline HN 8, 131 (61 av. J.-C.).

16 Cf. par exemple Tite-Live 10, 11 (299 av. J.-C.) ; 30, 26 (203 av. J.-C.) ; 31, 14 (201 av. J.-C.) ; 31, 50 (200 av. J.-C.).

17 Cf. par exemple, Tite-Live 10 31 (début du troisième siècle) ; 10, 47, 3-4 (293 av. J - C.) ; Varron, LL 5, 58, Ovide, Fast. 5, 287, Festus 238, Tacite, Ann. 2, 49 (240 av. J.-C.) ; Varron, LL 5, 158, Festus 238 (238 av. J.-C.) ; Tite-Live 41, 3, 1-11 (174/173 av. J.-C.).

18 Je pense en particulier au fameux épisode, rappporté par la tradition annalistique, de distributions frumentaires organisées au IVe siècle par le riche chevalier Spurius Maelius en tant que simple particulier et qui passa à la postérité sous l’image d'un candidat aspirant à la tyrannie. Je reviens sur cet exemple significatif ci-dessous.

19 P. Gauthier, Les cités grecques et leurs bienfaiteurs (IVe-Ier siècle av. J.-C.). Contribution à l'histoire des institutions, Athènes-Paris 1985.

20 Tite-Live 23, 30. 16 : ludos Romanos fecerunt, qui per triduum instaurati sunt.

21 Tite-Live 41, 27, 10

22 Il s'agit d’ailleurs de l'une des plus anciennes mentions de l'intervention de magistrats romains dans les constructions italiennes. Cf. F. Coarelli. PBSR, XLV, 1977, p. 1-23.

23 Tite-Live 41, 27, 10-11.

24 C'est d'ailleurs le critère dont se servent bon nombre d'études, telles celles d'H. Jouffroy ou de M. Cébeillac (cf. n. 9) sur les constructions publiques.

25 Cf. Tite-Live 10, 31 ; 10, 47, 3-4. Pour d'autres exemples du même type, cf. Tite-Live 31, 50 ; Varron, LL 5, 158 et Festus 238.

26 Pour plus de précision là-dessus, cf. W.V. Harris, War and imperialism in Republican Rome (327-70 B. C.), Oxford, 1979, p. 75 et suiv.

27 Cf. Polybe 16, 23.

28 Cf. Tite-Live 39, 22, 2. Certes l'auteur ne précise pas que les jeux aient été financés sur la part de butin de Fulvius. Mais le contexte, le fait qu'ils aient été voués pendant la guerre d'Etolie, le laisse fortement penser.

29 Cf. Tite-Live 37, 46.

30 Cf. Plutarque, Sylla, 35.

31 Cf. Plutarque, Crassus, 2 et 12.

32 En 46 et 45 av. J.-C. Cf. Suétone, Div. Iul. 38 ; Dion Cassius, XLIII, 21 ; Appien, BC 2, 102 ; Velleius Paterculus, 2, 56, 1.

33 Cf. Tite-Live 41, 3, 1-11. Il fit cependant preuve d'une avarice qui provoqua l'indignation de ses concitoyens puisqu'il n'hésita pas à dépouiller de ses tuiles le temple de Junon Lacinienne dans le Bruttium pour couvrir celui de la Fortune équestre à Rome.

34 Cf. une monnaie de 93 av. J.-C. (Sydenham, p. 149 no 901).

35 Cf. Tite-Live 45, 13, 10.

36 Mais on n'oubliera pas qu'une bonne part du butin restait malgré tout pour l'usage personnel du général et que le fait de consacrer à la collectivité une partie du butin n'était en rien une obligation pour ce dernier. Cf. là-dessus W.V. Harris, op. cit., p. 75, reprenant les conclusions d’I. Shatzman, « The Roman General's Authority over Booty », Historia, XXI, 1972, p. 206-223. Voir aussi l'étude récente de P. Castren, Magnificentiapublica, Helsinki, 1987.

37 Ce qui n'implique pas que les Romains de cette époque n'aient plus eu que cynisme à l’égard de la religion traditionnelle. Voir là-dessus les indispensables remarques de J. SCHEID dans Religion et piété, Paris, La découverte, 1986.

38 Cf. Dion Cassius XLIX, 43 ; Pline, HN 36, 121.

39 Cf.Tite-Live 4, 12 et suiv. ; Denys XII, 1 et suiv. ; Pline, HN 18, 3, 15 ; Dion Cassius VII, 20.

40 Cf. C. Virlouvet, « Le pain quotidien des cités antiques », JRA, 2, 1989, p. 226-227.

41 Comme le dit fort justement P. Veyne (Le pain et le cirque, p. 446).

42 Cf. par exemple M. Seius, édile en 74 av. J.-C.

43 Cf. Cicéron, Ad Q. fr. II, 5, 1, 8 : un s.c. allouait 40 millions de sesterces à Pompée pour les affaires frumentaires.

44 Salluste, Catilina, 37, 7 : Praeterea iuuentus, quae in agris manuum mercede inopiam tolerauerat, privatis atque publicis largitionibus excita, urhanum otium ingrato lahori praetulerat.

45 Là-dessus, consulter en dernier lieu E. Deniaux, Clientèles et pouvoir à l'époque de Cicéron, Rome-Paris, 1993.

46 Ces cas d'évergétisme que j'ai qualifié de funéraire représentent un peu moins d'un tiers des occurrences dans les sources que j'ai dépouillées.

47 Par exemple, le testament de Sylla offrait aux Romains un spectacle de gladiateurs, un festin, l'entrée gratuite aux bains avec fourniture gratuite d'huile pour le bain. Son héritier finit par accomplir ses volontés, quoique tardivement, en 60 av. J.-C. (cf. Cicéron, Pro Sull. 54 ; C. Vat. 37 ; Dion Cassius XXXVII, 51).

48 Ce serait les premiers.(cf. Tite-Live, Ep. 16 ; Valère Maxime, II, 4, 7 ; Servius, ad Aen. ΙΠ, 67). Cf. G. Ville, La gladiature en Occident, p. 42 et suiv., qui distingue le munus des gladiateurs des ludi (ludi scaenici, combats de boxe, athlètes...).

49 Simple visceratio (la première date de 329 av. J.-C. d'après Tite-Live, 8, 22, 2) ou epulum funèbre, tel celui de Scipion l'Africain (Cicéron, Pro Murena 75-76 ; Valère Maxime VII, 5, 1 ; Tite-Live, Per. 59 ; Sénèque, Ep. 95, 72).

50 Cf. Tite-Live 23, 30, 15 ; 28, 21, 1 et suiv. ; 31, 50, 8 ; 41, 28, 14.

51 Cf. l'analyse dans la seconde partie de cette étude des reflexions de Cicéron sur l'évergétisme.

52 Tite-Live 39, 46, 1 et suiv. La présentation de Tite-Live est telle que les cérémonies ont pu tout aussi bien être offertes par les héritiers, le collège des pontifes ou le trésor public. Cependant, dans les deux derniers cas. la chose, inhabituelle, aurait sans doute été relevée par l'annaliste.

53 L'exemple de Q. Aelius Tubero, qui fut chargé d'offrir un epulum à la mort de son oncle Scipion l'Africain, est passé à la postérité comme un modèle d'avarice et c'est en raison de cette avarice que les anciens expliquent l'échec du personnage à la préture (Cicéron, Pro Murena 75-76 ; Valère Maxime VII, 5, 1 ; Tite-Live, Per 59 ; Sénèque, Ep. 95, 72). En revanche, le festin offert en mémoire de son père par Q. Arrius, en 58, l'année de sa candidature au consulat, est devenu proverbial par sa munificence (Cicéron, Att. 2, 5, 2 ; 7, 3 ; C. Vat. 30-31 ; Horace, Sat 2, 3, 86) ; il n'en devint pas consul pour autant. Voir aussi les gladiateurs funèbres offerts par Curion en mémoire de son père deux ans après son tribunat (Pline, HN 36, 116-120), et la désapprobation de Cicéron face à ce geste, parce qu'il estimait que Curion n’avait pas besoin de cela pour faire une belle carrière politique (Cicéron, Fam. 2, 2-3). Dans l'ensemble, la liaison entre évergétisme funèbre et vie politique concerne davantage l'extrême fin de la République, ce qui n'a rien de surprenant.

54 Cf. Tite-Live 41, 28, 14 : Munera gladiaiorum eo anno aliquot parva alia data ; unum ante cetera insigne fuit T. Flaminini, quod mortis causa patris sui...

55 Polybe 22, 12.

56 Cf. P. Veyne, Le pain et le cirque, p. 465.

57 Cette préférence n'est pas surprenante chez quelqu'un qui a une vision de l'état et de la société organisés selon les gradus dignitatis. Cf. là-dessus l'indispensable article d'E. Gabba, « Per un interpretazione politica del De Officiis di Cicerone », Rendi. Acc. Naz. dei Lincei, XXXIV, 1979, p. 117-141. Cf. aussi Cl. Feuvrier-Prevotat, « "Donner et recevoir" : remarques sur les pratiques d'échanges dans le De officiis de Cicéron », Dial. d'Hist. Anc., 11, 1985, p. 257-290

58 Cf. P. Veyne, Le pain et le cirque, p. 442-445.

59 Cf. entre autres De Off. II, 55 ; II, 63. On remarquera que le rachat des prisonniers ne se pratiquait guère dans le monde romain. Cicéron reprend certainement ici une idée de ses sources grecques et donc un lieu commun qui ne lui est pas propre.

60 Cf. 2 Verr., 1, 55 ; 4, 98.

61 Pro Murena 76.

62 Chez Cicéron, mais aussi chez Salluste, l’avaritia, inséparable de la luxuria, sont des vices apparus dans la société romaine quelque part vers le milieu du second siècle av. J.-C., aux lendemains d'un âge d'or dans lequel les dirigeants romains étaient liberales (cf. Salluste, Cat. 7, 6). Cf. W.V. Harris, War and Imperialism, p. 57.

63 Je renvoie là-dessus au rapport de L. Migeotte qui conteste à juste titre, me semble-t-il, les conclusions de P. Veyne refusant à l'évergétisme tout rôle de redistribution des richesses. La question serait de toute manière à creuser.

64 Je renvoie pour ce faire entre autres à l'article de P. Leveau, « La ville antique, "ville de consommation" ? Parasitisme social et économie antique », dans Etudes rurales, 89-91, janvier-septembre 1983, p. 275-289, et à H. Bruhns, « De Werner Sombart à Max Weber et Moses I. Finley : la typologie de la ville antique et la question de la ville de consommation », dans L'origine des richesses dépensées dans la ville antique, Actes du colloque d'Aix en Provence, P. Leveau éd., Université de Provence, 1985, p. 255-269. Voir aussi C. Nicolet, « La pensée économique des Romains », dans Rendre à César, Economie et Société dans la Rome antique, Paris, 1988, p. 117 et suiv.

65 Cf. G. Clemente, « Le leggi sul lusso e la societa romana tra ΙII e II secolo A. C. », dans Società romana e produzione schiavistica IIΙ, A. Giardina e A. Schiavone dir., Laterza 1981, p. 1-14 ; E. Gabba, « Ricchezza e classe diligente romana fra IΙI e I sec. A. C. », dans Del buon uso della ricchezza, p. 27-44.

66 Cf. E. Gabba, « Allora i Romani conobbero per la prima volta la ricchezza », dans Del buon uso della ricchezza, p. 25.

67 Cf. là-dessus les réflexions d'E. Gabba, dans Rend. Acc. dei Lincei 1979, p. 129.

68 Cf. Tite-Live 37, 57, 11.

69 Cf. là-dessus Tite-Live 37, 46

70 Cf. Cicéron, De Off., II, 58. Mais on ne connaît pas de suite remarquable à la carrière politique de ce Seius, homme nouveau au demeurant.

71 Cf. Cicéron, De Off., II, 58.

72 Cf. P. Veyne, Le pain et le cirque, p. 488-490. Contra, voir le récent article de A. Yakobson (« Petitio et Largitio : Popular Partecipation in the Centuriate Assembly of the Late Republic », JRS 83, 1993, p. 32-52) qui estime que les manifestations évergétiques des magistrats et des candidats à la magistrature sont la preuve que l'ensemble des classes censitaires participaient plus qu'on ne le croit aux élections de la fin de la République. Ce faisant, il oublie complètement le caractère ostentatoire de ces marques de générosité. Par ailleurs, il faut rappeler que les deux premières classes de citoyens (qui participaient toujours, partiellement ou intégralement, au vote) devaient comporter nombre de familles qui, sans être dans le besoin, disposaient de fortunes tout à fait modestes et ne pouvaient considérer comme négligeables les actes d'évergétisme de la classe politique. Le lien entre évergétisme et élections n'implique donc pas la participation habituelle de l'ensemble des classes censitaires aux comices centuriates.

73 Polybe 10, 5, 6.

74 Cf. Cicéron, Pro Murena, 75-76 ; Tite-Live, Per. 59 ; Valère Maxime VII, 5, 1 ; Sénèque, Ep. 95, 72. La fréquence avec laquelle revient cet exemple montre que l'histoire était passée à la postérité comme exemple même du défaut d'avarice.

75 Cicéron, Pro Murena, 74 ; Plutarque, Cato Minor 46, 4-6 ; 49, 6 ; 50.

76 Cicéron, Pro Murena, 37.

77 Cf. Cicéron, De Off. II, 58

78 Cicéron, De Off. II. 59.

79 Cf. Pline l'Ancien, HN 33, 48, pour L. Scipion ; Appien, BC 4, 41 et Dion Cassius XLVIII, 53 pour M. Oppius ; Dion Cassius LIII, 24 pour Egnatius Rufus. Sur tout cela voir P. Veyne, Le pain et le cirque, p. 420.

80 Cf. I. Shatzman, Senatorial Wealth and Roman Politics, Bruxelles, 1975, en particulier p. 159-166.

81 Cicéron, Phil. II, 116.

82 Cicéron et d'autres déplorent également une des conséquences de la course à l'évergétisme marquant le dernier siècle de la République, qui est de faire naître au sein de l'oligarchie un tel appât du gain — pour répondre à des dépenses croissantes — qu’elle en vient à exploiter les alliés et les provinces. Cicéron (Pro Flacco 28) et Salluste (Cat. 9, 2) stigmatisent ainsi le fait que les généraux s'approprient complètement le butin plutôt que de le faire servir à l'ornementation des cités. Cf. là-dessus E. Gabba, dans Rend. Acc. dei Lincei, 1979, p. 132.

© Éditions de la Sorbonne, 1997

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search