Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Agrandir Paris (1860-1970)

 | 
Annie Fourcaut
, 
Florence Bourillon

Troisième partie. Faire de la ville

Les places dans l’Est parisien : vision globale, action locale

Géraldine Texier-Rideau

Texte intégral

  • 1 Seule une gravure « Démolition des murs de l’ancien octroi de Paris », parue dans L’illustration, (...)
  • 2 Voir l’article de Nathalie Montel dans cet ouvrage.
  • 3 Pour faciliter la lecture, nous donnons entre parenthèses les noms de l’actuelle voirie.

1La destruction du mur des Fermiers généraux1, tombé dans l’indifférence générale les premiers jours de janvier 1860, peut être perçue comme un non-événement. Pourtant, les transformations urbaines que cet effacement de l’ancienne limite parisienne induit sont déterminantes pour l’évolution de la petite banlieue comme de l’ancien Paris. Lorsque le principe d’une annexion globale se précise à partir de 18582, des projets d’espaces publics (percées, places et squares) sont déjà programmés ou en cours de réalisations à l’intérieur du mur d’octroi ; cependant, l’agrandissement annoncé de la capitale conduit les décideurs à une relecture du territoire et à un nécessaire rééquilibrage de la carte parisienne par le déploiement de projets censés symboliser l’image d’une ville unitaire. Certains aménagements envisagés à partir de 1853 sont, dès lors, redéfinis, déplacés ou au contraire amplifiés à l’emplacement prévu initialement, alors que de nouveaux sont programmés après l’annexion, notamment dans les communes limitrophes, pour assurer leur intégration et leur liaison à la capitale. Sur la carte parisienne, l’est apparaît comme un terrain d’étude privilégié pour comprendre ce changement. Sur cette partie du territoire, longtemps écartée des programmes d’embellissements au profit de l’ouest, on verra tout d’abord comment les enjeux se sont déplacés, entre 1853 et 1865, de la place du Trône (Nation3) vers les Grands Boulevards, à travers le percement du boulevard du Prince-Eugène (Voltaire). L’articulation entre Paris et les communes annexées de l’est (La Villette, Belleville et Charonne) est dès lors pensée à partir du Château d’Eau, dont la place (future place de la République) subit une transformation majeure après l’annexion. Le développement de la future République annonce, en réalité, une nouvelle conception de l’espace public parisien, inscrit dans un système de lecture à plusieurs échelles, à la fois globale et locale. Nous montrerons ainsi comment, dans les territoires annexés, ce principe est repris lors de la programmation d’un nouveau centre pour le 20e arrondissement : associant place, mairie, hôpital et square, le projet de développement du futur quartier Gambetta, conçu au sein d’une rocade nord-sud irriguant tout le grand Est, a pour double ambition de structurer des territoires environnants promus à une réelle expansion et de les ouvrir vers le cœur de la capitale.

Le rééquilibrage est-ouest

  • 4 Voir Rosa Tamborrino, « Le plan d’Haussmann en 1864 », Genèses, 15, 1994, p. 130-141. Il s’agit du (...)
  • 5 Le plan Morizet, retrouvé par ce dernier à Berlin en 1932, serait donc une des copies du plan colo (...)
  • 6 En août 1853, la commission des embellissements de Paris, présidée par le comte Siméon, est chargé (...)
  • 7 Un plan de Paris compris dans la limite des douze arrondissements est joint au rapport final.
  • 8 Trois voies (non réalisées) auraient dû rejoindre les différentes barrières d’octroi (au sud, Berc (...)
  • 9 Conseil municipal de Paris, Extrait du procès-verbal de la séance d’installation du 14 novembre 18 (...)
  • 10 Ibid., p. 7.
  • 11 Sur les treize places existant déjà de part et d’autre de l’enceinte, dix font l’objet d’un projet (...)

2Ces deux opérations majeures de l’Est parisien figurent sur le plan-projet de 1864, attribué au préfet de la Seine, Haussmann. À travers ce document important que Rosa Tamborrino4 qualifie d’ouvert puisque s’y trouvent à la fois des percées réalisées ou en cours et des projets à débattre, co-financés par l’État ou non, un glissement s’est opéré. Entre les idées urbanistiques de Napoléon III, illustrées en partie par le plan-programme « colorié » dit de Morizet5 ou encore celles consignées par la commission Siméon dans son rapport remis à l’empereur le 27 décembre 18536, et celles qu’Haussmann est chargé de mettre en application, les objectifs se sont en effet déplacés. Sur le plan colorié comme sur celui de la commission Siméon7, dessiné avant l’annexion, le rééquilibrage de la carte parisienne passe par la création, à l’est, de nombreuses percées autour de la place du Trône – porte d’entrée dans la capitale tangente au mur d’octroi – censées répondre à l’extension de la ville vers l’ouest, via la place de l’Étoile. Au sein de ce dispositif rayonnant recevant onze voies, quatre percées nouvelles8 sont projetées au rond-point du Trône, dont celle, majeure, du boulevard du Prince-Eugène qui doit rejoindre le tracé des boulevards historiques de la rive droite au niveau du boulevard du Temple. Lorsque l’annexion est entérinée, la destinée de ces places d’entrée est scellée à la transformation de l’espace occupé par le mur d’octroi et son système de surveillance situé de part et d’autre ; dans son Mémoire présenté au Conseil Municipal de Paris, au sujet de l’extension des limites de Paris9, Haussmann explique que la destruction du mur nécessite de « remanier intégralement les chemins de ronde intérieurs et les boulevards extérieurs de l’ancien mur ». Mais il le « mentionne seulement pour mémoire, parce que les frais de l’opération pourront être compensés par le produit des matériaux du mur, qui seront vendus à charge de démolition, et par le prix d’aliénation des rares parties du chemin de ronde qui ne sont pas nécessaires à l’élargissement du boulevard10 ». Dans ce document officiel, le préfet ne fait référence à aucun programme précis d’aménagement de la zone libérée, ni n’envisage un quelconque budget pour le mener à bien. Si les places constituent un des éléments-clés du dispositif d’entrée dans la capitale et donc de liaison entre l’ancien Paris et les territoires nouvellement annexés, leur transformation ne fait l’objet d’aucune pensée globale de transformation. Pour le préfet, il importe avant tout d’effacer symboliquement l’ancienne limite en faisant détruire au plus vite le mur qui a tant fait murmurer Paris. Une fois l’espace libéré, une position très pragmatique d’aménagement11 est alors adoptée : plus utilitaire qu’esthétique, la transformation, menée au coup par coup par les services de la Voirie, doit surtout permettre, dans la majorité des cas, une mise en état de viabilité rapide et à peu de frais des espaces existants (boulevard, place et rue) afin que soit assurée une circulation fluide vers le cœur de Paris.

  • 12 Pierre Casselle, La commission des embellissements…, op. cit., p. 180.
  • 13 Décret d’utilité publique du 29 août 1857.
  • 14 Décret d’utilité publique du 5 mars 1866.
  • 15 Voir Michaël Darin, « La place de l’Étoile », in Géraldine Texier-Rideau, Michaël Darin (dir.), Pl (...)
  • 16 Baron Haussmann, Mémoires (1ère éd. 1890), Paris, Seuil, réédit. 2000, p. 838.
  • 17 Pierre Casselle, La commission des embellissements…, op. cit., p. 179.

3Seuls les points stratégiques d’entrée (Étoile, Nation, Denfert-Rochereau, Italie) font l’objet d’un projet plus abouti, qui correspond à la hiérarchie établie par Ledoux, en 1785, lors de l’implantation des barrières. Mais là encore, les programmes diffèrent : la place du Trône (Nation) ne reçoit pas l’aménagement envisagé quelques années plus tôt par Napoléon III et la commission Siméon qui la voyait « comme l’une des plus belles entrées de Paris12 ». Hormis la conservation du système d’octroi, exceptionnellement préservé parce que situé de part et d’autre de l’avenue de Vincennes et donc ne gênant pas la circulation, seules deux percées nouvelles, inscrites sur le plan de 1864, s’y rattachent : le boulevard du Prince-Eugène (Voltaire)13 inauguré en 1862 et la future avenue Philippe-Auguste14. C’est en revanche à l’Étoile, place déjà pourvue en son centre d’un arc de triomphe inauguré en 1836, qu’un programme d’aménagement monumental prend forme. Le projet15, dessiné par Jacques Ignace Hittorff et entériné par décret le 13 août 1854, anticipait déjà la destruction du mur d’octroi et des barrières en proposant une place de 240 mètres de diamètre, recevant douze avenues rayonnantes et ponctuée d’autant de pavillons indépendants venant former un écrin homogène au monument. Cet aménagement sur l’enceinte est d’ailleurs le seul cité par Haussmann dans ses Mémoires comme étant « l’une des œuvres les mieux réussies de [s]on administration16 ». Ce projet, validé avant l’annexion, montre que pour les décideurs le rééquilibrage de la carte parisienne et le développement de sa partie orientale ne pouvaient passer exclusivement par la transformation de la place du Trône, trop excentrée par rapport aux quartiers populeux de Popincourt, du Temple et du faubourg Saint-Antoine. Tous s’accordent, en revanche, sur la nécessité d’une percée rectiligne de près de trois kilomètres traversant des quartiers où comme le rappelle la commission dans ses travaux préparatoires « il y a beaucoup à faire mais [où] tout est facile, parce que la plupart des terrains ne sont pas bâtis et que les maisons qui s’y trouvent sont en général d’une faible valeur17 ».

Un boulevard en trait d’union

  • 18 Ibid., p. 58.
  • 19 Cette place, située à peu près sur l’actuelle place Léon-Blum, reçoit les futurs rue Faidherbe, av (...)
  • 20 Deux seulement seront, en fait, réalisées : la rue Réaumur, ouverte tardivement en 1893, mais surt (...)
  • 21 Florence Bourillon, « “Des relectures d’Haussmann” », Histoire urbaine, n° 5, 2002/1, p. 198.

4Projet à visée esthétique, hygiénique et stratégique, la percée du boulevard Voltaire est aussi pensée comme un axe urbain capable de structurer, dans un Paris agrandi, le développement futur des quartiers de l’est. Dans son rapport final, le comte Siméon insiste sur la nécessité d’une telle percée qui « ouvre un quartier très mal percé et lui apporte une grande amélioration. [et] permettra de construire des logements sains et bien disposés pour les petites fortunes et les ouvriers18 ». Sur le plan colorié, on peut voir que Napoléon III y a même envisagé, au cœur du parcours, une place rectangulaire de grandes dimensions19, entre la place du Trône et les Grands Boulevards. Au niveau de cet espace public, où six voies se croisent, trois nouvelles percées relient tous les points excentrés de l’est : vers le nord, jusqu’à l’hôpital Saint-Louis, vers l’est en direction de la barrière de Ménilmontant, et plus au sud, à travers le faubourg Saint-Antoine, jusqu’à la prison Mazas. Au sein de ce programme d’embellissement où l’Est parisien fait l’objet d’une grande attention, l’empereur trace de nombreuses percées, mais dans des zones encore très peu construites ; en revanche, il épargne les Grands Boulevards, puisque la percée du boulevard du Prince-Eugène (Voltaire) se termine en amont des sept théâtres du bouillonnant « boulevard du Crime ». Dans le même esprit, la commission des embellissements de Paris envisage d’autres percements au nord-est du territoire. Outre le boulevard Voltaire, elle programme, au niveau du coude formé par les tronçons des boulevards du Temple et de Saint-Martin, deux nouvelles percées, le futur boulevard Magenta et l’avenue des Amandiers (de la République), sans que soit pour autant envisagé un vaste aménagement à leur rencontre. Si des percées de dégagement sont envisagées à partir des Grands Boulevards, Napoléon III comme la commission semblent vouloir délibérément préserver l’espace boulevardier, son atmosphère et les activités populaires qui en font le succès, contrairement aux options qui seront prises par la suite. C’est donc un autre lieu, le marché du Temple (square du Temple), situé à quelques mètres plus au sud de la ligne des Boulevards, qui est proposé par la commission pour devenir une vaste esplanade commerciale près de l’emplacement de la future place de la République et à laquelle ils viennent raccorder quatre nouvelles percées20. À travers cet exemple emblématique, il apparaît que, pour cette « commission d’experts, appelés à constituer un réservoir d’idées21 », la transformation de Paris passe par une connaissance fine de l’histoire urbaine et architecturale de la ville, d’où cette volonté – bien que jamais clairement exprimée – de ne pas toucher au grand arc de la rive droite en préservant les boulevards.

Un espace policé

  • 22 Voir plan d’expropriation du boulevard du Prince-Eugène (Voltaire) à l’arrivée sur la place. BHVP, (...)
  • 23 Pierre-Simon Girard (1765-1835) est ingénieur des Ponts et Chaussées, directeur des travaux du can (...)
  • 24 La caserne a été construite sur les plans d’un architecte non identifié, dont le nom varie suivant (...)
  • 25 La Revue Municipale, n° 179, 16 sept. 1855.

5Étudié dès 1856 et déclaré d’utilité publique le 29 août 1857 par Haussmann, le tracé du boulevard du Prince-Eugène (Voltaire), qui part de la place du Trône, est pourtant redéfini à son point d’arrivée22 : déplacé de quelques mètres par rapport aux propositions de la commission Siméon, il se termine dans l’axe de la fontaine aux Lions que Pierre-Simon Girard a conçue et implantée, en 1811, sur une excroissance du boulevard Saint-Martin23. Ce changement de cap doit, en réalité, permettre d’établir une liaison rapide – via la place du Trône – entre le fort de Vincennes et une nouvelle caserne24 programmée depuis 1855 sur le boulevard Saint-Martin, à proximité immédiate de la fontaine du Château-d’Eau et des théâtres. La cohabitation délicate de tels établissements près de la future caserne semble avoir influé sur le tracé de la percée qui recouvre délibérément leurs emplacements. Dans La Revue municipale qu’il dirige, Louis Lazare, favorable à ce tracé, ne laisse planer aucun doute sur les intentions de l’administration haussmannienne : la nouvelle voie doit pallier l’éparpillement des forces militaires et permettre l’encerclement rapide du faubourg Saint-Antoine ; elle est aussi l’occasion rêvée d’une remise en ordre du « boulevard du Crime », « cadre de cette foire perpétuelle, ce Landit de toute l’année25 ».

6Inscrit dans le second réseau des percées financées par l’État (inhérent au traité des 180 millions, exposé le 28 mai 1858), le boulevard Voltaire est associé à des voies monumentales déjà programmées ou envisagées pour amplifier le projet d’origine. Partant du front méridional du boulevard Saint-Martin, la rue de Turbigo, qui doit relier la place du Château-d’Eau (République) aux Halles, est décrétée d’utilité publique le 23 août 1858, alors qu’un deuxième tronçon du boulevard Magenta, prévu dès 1855 pour dégager les gares du Nord et de l’Est, est envisagé (12 mars 1859) pour venir se rattacher à la future place. Pour parfaire l’ouverture des quartiers de l’est et assurer l’ordre, sont enfin programmés (30 avril 1859) l’abaissement et le recouvrement d’une partie du canal Saint-Martin en boulevard planté, entre la place de la Bastille et sa rencontre avec le boulevard Voltaire. Cette décision est éminemment stratégique et complète le dispositif d’ouverture mis en place lors du percement du boulevard : lors des grands mouvements insurrectionnels – notamment en 1848, cette voie d’eau fonctionnait comme une frontière permettant le repli des insurgés dans le faubourg Saint-Antoine.

  • 26 AD75, papiers Lazare, D1Z 73, boulevard Magenta.
  • 27 Thomas Von Joest, « L’orphéon et la place du Château-d’Eau », Gabriel Davioud, architecte (1824-18 (...)

7À l’aube de l’annexion, se dessinent ainsi non seulement la transformation et la stabilisation des quartiers industrieux de l’Est parisien à partir de la place du Château-d’Eau (République) qui doit être agrandie, mais annonce aussi leur raccordement futur avec les communes limitrophes de La Villette, Belleville, Ménilmontant et Charonne. « En faisant rayonner […] sur la place du Château-d’Eau tant de voies magistrales et toutes étincelantes d’utilité publique, c’était faire de la grande administration26 » ainsi que le rapporte Louis Lazare, mais c’est aussi rompre avec l’échelle du boulevard et, partant, avec l’esprit vitaliste qu’il insuffle. Le devenir de la place est ainsi scellé à celui d’une ville en mouvement qui vient de doubler sa superficie, et dont « l’échelle des nouvelles voies de circulation excluait [désormais] la flânerie27 ».

Fig. 1 – Formation de la place du Château-d’Eau et de l’emplacement réservé en vue de la construction d’une salle destinée aux réunions de l’orphéon. La future place de la République (280 m x 120 m), 1865 : des percées, des édifices publics, une fontaine, des squares. Source : AD75, Papiers Lazare, DIZ 101, p. 451, non daté, non signé.

La place publique moderne

  • 28 Voir notre étude Géraldine Texier-Rideau, République, histoire d’une place, mairie de Paris, Direc (...)

8Après l’annexion, l’administration haussmannienne voit plus grand encore : le tracé (fig. 1) d’une gigantesque place rectangulaire28 (280 m x 120m) – dont l’emprise englobe l’ensemble du coude formé par les boulevards Saint-Martin et du Temple – est entériné par le décret impérial du 11 février 1865.

  • 29 Inaugurés pour l’Exposition universelle de 1867, ces magasins avaient anticipé une mutation sociol (...)

9Il s’agit désormais de l’équiper pour qu’elle apparaisse comme le pendant des grands espaces publics de l’ouest, ainsi qu’un relais vers les territoires annexés. À l’emplacement des théâtres détruits, un vaste îlot est dessiné entre la caserne et le point de rencontre des boulevards des Amandiers et Voltaire, afin qu’y soit implanté un nouvel édifice dont la façade doit s’aligner sur celle de l’équipement militaire et constituer un front bâti homogène. Financés par la société du Crédit foncier international belge, Les Magasins Réunis29, ensemble commercial précurseur des grands magasins, devaient pouvoir être facilement transformables en immeuble locatif au cas où ce nouvel usage, dans les quartiers de l’est, ne fonctionnerait pas. Gabriel Davioud, à qui revient le projet, choisit donc de développer son bâtiment au pourtour de l’îlot, dont la forme se termine en pointe vers l’avenue de la République, et d’organiser une succession de petites boutiques de taille identique desservies par un couloir ouvert sur un square intérieur avec parterres vallonnés, proche de ceux réalisés par le service des plantations dans Paris. À la grande place circulatoire, où se mêlent les divers moyens de locomotions, répond le jardin arboré introverti, censé attirer une clientèle nouvelle dans ces quartiers encore très populeux de la rive droite.

  • 30 Moniteur universel, 29 nov. 1863 ; AD75, papiers Lazare, DZ 101, place de la République.
  • 31 L’élargissement de la rue du Temple, portée à 36 mètres à partir de sa rencontre avec la rue de Tu (...)

10Fort de son expérience acquise lors de la réalisation des places Saint-Michel et du Châtelet, Davioud doit aussi compléter le dispositif viaire par un ensemble architectural, imposé par le préfet de la Seine. L’ancienne fontaine de Girard est démontée en 1867 et remontée dans la cour d’entrée du marché-abattoir de La Villette. Dans l’axe du boulevard du Prince-Eugène (Voltaire), une nouvelle fontaine de 25 mètres de diamètre, pourvue de vasques concentriques et entourée de huit lions de bronze commandés au sculpteur Jaquemart – rappelant celle de Girard – est envisagée à quelques mètres de l’ancienne pour faire face à l’entrée de la caserne. Pour parfaire la perspective depuis le boulevard (Voltaire), une immense salle de concert populaire, capable de rivaliser avec l’opéra de Charles Garnier, est imaginée dès 1864, à l’ouest de la place. Instrument réformateur dont le programme est établi par Haussmann, ce grand édifice public est le point d’orgue de la composition et fait l’objet de recherches considérables de la part de Davioud qui, entre 1864 et 1867, en propose trois versions successives. Trop ambitieux, le projet architectural, dont l’utilité est immédiatement contestée, ne dépasse pas le stade de l’étude. Dès 1865 pourtant, des expropriations sont engagées au pourtour de la future implantation, notamment pour créer une voie d’isolement à l’arrière de la salle, qui permettrait de relier l’extrémité de la rue de Bondy et celle du boulevard Saint-Martin au boulevard de Magenta. Mis en attente, l’Orphéon chute avec l’Empire, mais cet échec ne vient que partiellement entraver le vaste programme social, architectural et urbain développé sur le site depuis plus de dix ans. Quant à la place (fig. 2), envisagée comme l’« une des plus belles du Paris moderne, un des centres les plus fréquentés de la capitale30 », agrandie et régularisée sur son front méridional31, elle a définitivement détruit l’espace décadent du boulevard. Bien que toujours en chantier, à la fin du Second Empire, cet espace public est devenu un endroit incontournable de Paris, souvent comparé à la Concorde. Grâce à cet aménagement majeur, le rééquilibrage entre l’est et l’ouest, tant souhaité par Napoléon III, a pris forme.

Des espaces publics de proximité

11Les percements programmés à l’est avant l’annexion sont inaugurés après l’annonce officielle de l’extension de la capitale : le boulevard du Prince-Eugène (Voltaire) en décembre 1862, l’avenue Parmentier et le boulevard Magenta en 1866, la rue de Turbigo et l’avenue Philippe-Auguste un an plus tard. Si ces percées, associées au développement de la place du Château-d’Eau (République), contribuent à la création de l’armature urbaine du Paris agrandi, elles jouent aussi après l’annexion un rôle-clé dans le développement local des quartiers traversés. On programme ainsi le long du futur boulevard Voltaire et à proximité de l’avenue Parmentier – dont les côtés sont en cours de lotissement –, un réseau d’espaces publics et d’équipement de proximité, contribuant au rééquilibrage de la carte parisienne élargie.

Fig. 2 – photographie aérienne de la place de la République – la «  grand  » place de l’Est parisien. Source : préfecture de police de la ville de paris, 16 juillet 1967.

  • 32 Si un premier tracé est réalisé en 1860, ce n’est qu’en 1862 que sont envisagés des travaux de via (...)
  • 33 Voir Dominique Perrault, « L’espace municipal », in Géraldine Texier, Michaël Darin (dir.), Places (...)
  • 34 Des 11e, 12e, 13e, 18e, 19e et 20e arrondissements.
  • 35 Alphand y dessine un square triangulaire dont la planche figure dans Les Promenades de Paris.
  • 36 L’ancienne église du xviie siècle, agrandie en 1818 par Étienne-Hippolyte Godde, est conservée sur (...)
  • 37 Voir AD75, papiers Lazare, D1Z 22, Église Saint-Ambroise.
  • 38 La première pierre est posée le 14 avril 1810. L’abattoir, conçu par Happe et Vauthier, est inscri (...)
  • 39 Au fur et à mesure de l’avancement des travaux du nouvel abattoir de La Villette, l’administration (...)
  • 40 Voir AD75, VO11 2575, square Parmentier. Par arrêté préfectoral du 15 décembre 1873, M. Perrichon, (...)

12En agissant cette fois plus localement, ces nouveaux espaces enrichissent la composition viaire d’ensemble. Dans ce cadre, les bâtiments (mairie d’arrondissement, église) qui accompagnent les places, parvis et squares, ont un double statut : celui d’équipement de proximité, dont le programme doit répondre à des besoins locaux, et celui de monument, parce qu’autonome et assorti d’une forte charge symbolique dans un Paris qui se recompose (fig. 3). Inscrite dans le décret d’ouverture du boulevard Prince-Eugène (Voltaire) le 29 août 1857, la place de la future mairie du 11e arrondissement (Voltaire puis Léon-Blum)32, réalisée en 1862, constitue un exemple très représentatif du programme d’aménagement des espaces publics associés aux mairies annexes33. Ces espaces ont pour intérêt de révéler les nouveaux équipements. Jugées souvent trop excentrées par rapport au nouveau découpage administratif, exiguës et inadaptées, les anciennes mairies, installées dans des propriétés particulières et donc peu perceptibles, sont progressivement déplacées après l’annexion et réinstallées dans des constructions neuves, prolongées par des places, des squares ou le long des réseaux circulatoires, afin d’être plus visible. Parmi celles conçues sur des places34, la mairie du 11e arrondissement, réalisée par l’architecte Gamel, entre 1862 et 1865, est en réalité la seule à être inscrite entre deux voies de grande circulation (Voltaire et Parmentier). À leur rencontre, une parcelle triangulaire est libérée pour implanter l’édifice, prolongé par une petite place pourvue d’un square35. Totalement autonome, le bâtiment affirme sa présence sur l’espace public et fonctionne comme un repère monumental. Seul édifice nouveau programmé sur le tracé de la percée, il doit apparaître, avec l’ancienne église Saint-Ambroise36, implantée quelques mètres plus à l’ouest, comme le centre du nouveau 11e arrondissement. Bien qu’orientés trop obliquement par rapport au parcours du boulevard Voltaire, l’église et son presbytère sont dans un premier temps conservés, par souci d’économie. Pour donner une image renouvelée du quartier, l’administration haussmannienne décrète pourtant le 24 janvier 1863 sa reconstruction sur un emplacement contigu (délimité par le boulevard Voltaire, la rue Saint-Ambroise, l’avenue et l’impasse Parmentier). Le projet est alors confié à l’architecte Théodore Ballu, déjà concepteur de l’église de la Trinité, qui doit prévoir l’aménagement des abords : une place de 56 mètres de large sur 36 mètres de profondeur en formera le parvis et deux rues nouvelles (Saint-Ambroise et Lacharrière), ouvertes de part et d’autre de l’église, l’isoleront et faciliteront ses accès. Le 29 avril 1869, les cloches de la nouvelle église sont bénites en présence de l’empereur et de son épouse, accompagnés du préfet de la Seine. Lors de cette manifestation, près de 3 000 personnes se pressent, selon les dires du Journal officiel37, sur le nouveau parvis qui permet de mettre en valeur l’édifice cultuel, tout en l’intégrant dans le parcours de la percée. Cette recomposition viaire entre le boulevard Voltaire et l’avenue Parmentier est aussi l’occasion d’un ultime projet d’aménagement d’espace public, programmé dans ces quartiers, à la suite de l’annexion. À proximité de la nouvelle église, les abattoirs de Popincourt, construits sous le Premier Empire38, et couvrant une surface de plus de 43 000 m2, sont promis à une destruction certaine depuis qu’un abattoir général a été décidé par décret du 6 avril 1859 à La Villette39. L’administration municipale prévoit, sur les terrains libérés de toute construction, la création d’un square de 9 360 m2 (actuel square Maurice-Gardette), ainsi que l’ouverture de quatre voies nouvelles l’entourant – rues Blaise, Lacharrière, Guilhem et Rochebrune (fig. 3). Les surfaces restantes sont regroupées en huit lots40 répartis autour du square et vendus à des investisseurs privés (cinq lots à Villain et Cie, trois à Jean Xavier et Cie), suivant le contrat notarié du 29 décembre 1869. Si Jean-Charles-Adolphe Alphand, directeur des services de la Voie publique et des Promenades, est chargé du projet de square en 1868, c’est à la compagnie concessionnaire de supporter une part du coût des travaux de viabilité de l’espace vert et des rues adjacentes – elles ne seront ouvertes qu’entre 1870 et 1872 –, le long desquelles les nouveaux immeubles seront construits.

Fig. 3 – projet d’établissement d’un square dit de Parmentier sur l’emplacement de l’ancien abattoir Popincourt. Le long du futur boulevard voltaire, des espaces publics de proximité : parvis d’église, place de mairie, square. Source :AD75,VO11 2575, non daté, non signé.

13À travers ces différentes réalisations, c’est donc un centre d’arrondissement très complet, comprenant place, mairie, église et square, qui est programmé au cœur de l’ancien quartier Popincourt. Inscrit dans les réseaux circulatoires des grandes percées, ce nouvel ensemble urbain participe pleinement à la lecture d’un territoire agrandi et totalement recomposé après l’annexion.

Naissance d’une centralité périphérique

  • 41 Voir l’article de Christiane Demeulenaere-Douyère, dans cet ouvrage.
  • 42 Le tracé envisagé par la commission Siméon est légèrement décalé par rapport au tracé adopté : il (...)
  • 43 L’absence de parvis permettant aux habitants de se rassembler les avait conduits à aménager, dans (...)

14Dans les territoires annexés de l’est (Belleville, Charonne et La Villette), l’histoire se répète, même si les travaux tant espérés arrivent avec quelques années de décalage par rapport à l’ancien Paris41. Si globalement, les banlieusards devenus parisiens restent insatisfaits des réalisations menées après l’annexion, il n’en demeure pas moins que les territoires de l’est ont subi des changements très profonds dans ce qui devient en 1860 les 19e et 20e arrondissements. Considérant que les communes qui entourent Paris n’ont pas suffisamment ouvert de voies les reliant, l’administration haussmannienne réalise ce qui était déjà programmé depuis le début des années 1850 par la commission Siméon42 : un nouvel anneau concentrique du nord-est au sud-ouest, matérialisé par deux rocades de désenclavement se prolongeant de part et d’autre des berges de la Seine par le pont de Tolbiac. La première traverse les nouveaux 19e, 20e et 12e arrondissements (avenue Simon-Bolivar, rue des Pyrénées, rue du Docteur Arnold-Netter, avenue du Général Michel-Bizot, rue de Wattignies), la seconde (rues de la Convention, de Vouillé, d’Alésia et de Tolbiac) relie les 13e, 15e et 16e arrondissements. La fabrication de cette artère circulatoire de 20 mètres de large, décrétée d’utilité publique le 28 juillet 1862, est complétée, sur certains points du parcours, par un réseau de voies secondaires reliant les portes de l’enceinte de Thiers au centre de Paris. Ce grand projet de modernisation de l’est, pourtant très peu commenté par Haussmann dans ses Mémoires, suit une logique qui établit une hiérarchie claire entre ce qui relève de l’aménagement de la ville et celui du quartier : l’objectif premier est de désenclaver, puis d’articuler, enfin d’équiper. Comme pour les quartiers de l’ancien Paris, à l’est, la régénération de la ville passe par la création d’une voie structurante qui, le long de son parcours, entraîne le développement d’espaces publics et d’équipements de proximité. Contrairement aux souhaits de la commission Siméon, le tracé retenu par l’administration haussmannienne évite tout appui sur des voies existantes et gomme, par là même, l’organisation ancienne des communes annexées de Belleville et de Charonne, dont le centre ancien se trouve alors isolé par le passage de la nouvelle voie (tronçon de l’actuelle rue des Pyrénées). Avant l’annexion, le cœur de Belleville est, en réalité, déjà séparé en deux entités : autour de l’ancienne église Saint Jean-Baptiste, construite le long de la rue de Belleville au xviie siècle et près de laquelle est installée en 1847 la mairie, et dans le Haut Belleville, au niveau de la place des Fêtes, aménagée dans les années 1830 sur des terrains ayant appartenu aux Hospices pour permettre de vastes rassemblements populaires43.

  • 44 Voir AD75, papiers Lazare, D1Z 61, Église Saint Jean-Baptiste de Belleville.
  • 45 Après l’annexion, elle deviendra celle du 20e arrondissement jusqu’en 1877, date d’ouverture de la (...)
  • 46 La rue de Belleville marque la limite entre les deux parties : celle du nord se rattache à La Vill (...)
  • 47 Voir La Revue municipale, les nos 327, 343, 349, 366, 375 et 396, publiés entre le 1er février 186 (...)
  • 48 Voir Géraldine Texier-Rideau, « La place Gambetta », in Simon Texier (dir.), Voies publiques. Hist (...)
  • 49 Voir Agnès Sander, « La rue des Pyrénées : les limites de la planification », in Regards sur l’Hau (...)

15Alors que les débats sur l’annexion viennent tout juste d’être relancés par la commission Siméon, il est décidé (19 octobre 1853) la destruction de l’ancienne église et la construction d’une nouvelle sur son emplacement, co-financée par les communes de Belleville et de Charonne (fig. 4). Le projet, confié à Jean-Baptiste-Antoine Lassus, démarre en 1854 et l’église est consacrée le 11 août 1859, à quelques mois de l’annexion effective. Au cours de cette cérémonie, Haussmann y fait un discours remarqué44 : enthousiaste, il se félicite de la réalisation d’une telle construction qui, selon lui, est digne de figurer parmi les édifices religieux d’une grande capitale. Cette église de dimensions imposantes s’inscrit dans le programme d’équipement que l’administration municipale souhaite mener dans les territoires à annexer. Pour autant, son emplacement sur des terrains exigus ne permettant pas d’aménagements d’espaces publics à son pourtour ne peut constituer le point d’ancrage d’un cœur d’arrondissement apparaissant aussi trop excentré dans le nouveau découpage administratif envisagé. Lors des enquêtes d’utilité publique, lancées en février 1859, les habitants de Belleville expriment leur opposition à cette recomposition de la carte parisienne qui scinde leur commune en deux et affirment leur volonté de former, au contraire, un arrondissement commun avec Charonne : dans cette configuration, la nouvelle église, dont ils ont supporté les frais ensemble, et la mairie45 se trouvent moins excentrées. Malgré les remarques des Bellevillois, leur proposition n’est pas retenue par l’administration municipale et leur commune est bel et bien démantelée46. Si, dès lors, le nouveau centre ne peut être pensé sur les anciens territoires de Belleville, d’autres emplacements sont, aussitôt l’annexion prononcée, envisagés pour déplacer l’ancienne mairie et (re)créer un centre pour le 20e arrondissement. Durant les deux années qui précèdent l’annonce du projet de rocade nord-sud, Louis Lazare, dans les colonnes de sa Revue municipale47, publie de nombreuses propositions de création de voirie dans cette partie du territoire ; il envisage même d’implanter la future mairie, ainsi qu’une église, sur l’ancienne commune de Charonne, à la rencontre des rues du Retrait et de Villiers-de-l’Isle-Adam. Cette option est laissée de côté par l’administration municipale, dont l’ambition affichée est de s’affranchir totalement des territoires anciens, occupés par une population jugée trop turbulente, à l’instar de celle des quartiers du faubourg Saint-Antoine ou des Grands Boulevards. C’est donc ailleurs, plus au sud, sur un sol totalement vierge, que le nouveau centre du 20e arrondissement prend forme. Dans le décret de 1862, un rond-point (la future place Gambetta)48 est envisagé au milieu de la rue des Pyrénées49 de manière à articuler plusieurs voies nouvelles assurant des débouchés aux portes du Paris agrandi : une voie (premier tronçon de l’actuelle avenue Gambetta au nord-est) doit assurer la liaison avec la porte des Lilas, alors que la future rue Belgrand doit rejoindre celle de Bagnolet.

Fig. 4 – Extrait du plan général de la zone de Paris comprise entre les deux enceintes, Onésime Théodose Lefèvre, 1854, feuille 3 (La chapelle, La Villette, Belleville, Charenton). Avant l’annexion, Belleville et ses «  pôles urbains  » : le long de la rue de Belleville autour de l’église et de la mairie et plus au nord, au niveau de la place des Fêtes. Source : BnF, Carte et plans, Ge AA 1170 (3).

Fig.5 – Voies ouvertes dans les 19e et 20e arrondissements de paris en relation avec la rue des Pyrénées, de 1864 à 1889. La grande rocade est et ses ramifications. Au cœur, la future place Gambetta. pl. 5 hors texte, extrait de Agnès Sander, La rue des Pyrénées ou les limites de la planification, CEA architecture urbaine, école d’architecture de paris-Belleville, septembre1991.

  • 50 L’église (ainsi que deux écoles) envisagée depuis 1853, place de Ménilmontant, est construite seul (...)
  • 51 La mairie est achevée en 1877. Par délibération du 29 avril 1887, est prévu son agrandissement par (...)
  • 52 Voir Jean-Jacques Cocheton, « L’hôpital Tenon », Bulletin de l’association d’histoire et d’archéol (...)
  • 53 Voir Florence Bourillon, « La rue des Pyrénées… », op. cit.
  • 54 La place du Guignier n’est pas planifiée dans le décret de 1862, puisqu’elle relève d’un délaissé (...)

16La percée doit aussi ménager des liaisons avec deux églises : directe vers Saint Jean-Baptiste de Belleville par le percement de la rue du Jourdain d’une part, vers la future église Notre-Dame-de-la-Croix50, qui doit être raccordée au rond-point Puebla (place Gambetta) par plusieurs segments de voies, d’autre part. C’est au pourtour de ce carrefour important, sur un îlot triangulaire formé par l’avenue Gambetta et la rue Belgrand qu’est programmée en 1866 la nouvelle mairie, conçue par l’architecte Claude-Augustin Salleron51. Pour renforcer ce centre, on entreprend deux ans plus tard la construction d’un hôpital (actuel hôpital Tenon)52, dont le projet est confié à Marie-Étienne Billon. Dans ce cas de figure, ce n’est donc pas le couple d’équipement courant, mairie-église, qui structure le nouveau centre, mais une configuration peu commune, révélatrice de l’importance accordée à ce territoire associant, cette fois, l’édifice municipal à un grand centre de soins périphérique. Par le décret du 4 mars 1868, l’espace public qui doit accompagner les deux équipements municipaux sera par conséquent amplifié : la figure circulaire programmée en 1862 pour faire rayonner les voies se mue en place hexagonale, dont chacun des côtés doit être loti pour servir d’écrin à la nouvelle mairie. Afin d’assurer une plus prompte réalisation, l’aménagement de ce cœur monumental fait l’objet d’un programme d’expropriation différent de celui réalisé pour la rue des Pyrénées. Inscrite dans le troisième réseau d’aménagement – pour lequel l’État se désengage financièrement –, la rocade est, traversant des territoires quasiment libres de toute construction, est prise en charge par la Ville. Elle agit là en régie, menat seule les expropriations et les ventes des terrains. Pour éviter une déroute financière, l’administration municipale ne souhaite prendre aucun risque et n’exproprie que des parcelles strictement nécessaires à la réalisation de la voie, ce qui rendra difficile, par la suite, la construction d’un bâti homogène sur ses rives53. Seule la zone entourant la future place Gambetta bénéficie d’une expropriation plus large, de façon à permettre le remembrement des parcelles et la réalisation d’îlots suffisamment vastes et attractifs pour être lotis. Amorcée en 1868, l’opération est poursuivie par la nouvelle municipalité qui, entre 1874 et 1880, acquiert de nouveaux terrains et revoit l’aménagement des abords de la future place dont le projet est publié en mars 1877 ; elle contribue ainsi, d’une part, à l’élargissement et à la régularisation de certaines rues existantes autour de la place, ainsi qu’à la création d’un square entre la mairie et l’hôpital et, d’autre part, à la vente des îlots qui la bordent. C’est à partir de cet espace public pourvu de deux équipements symboliques que se joue l’urbanisation des quartiers alentours qui, jusqu’au début du xxe siècle, resteront pourtant très peu construits. Bien qu’entièrement ouverte en 1870, la rue des Pyrénées, pourtant considérée comme l’artère structurante, peine à trouver des investisseurs – contrairement aux percées de l’ouest –, et présente un visage très hétérogène où alternent les parcelles non bâties et des zones plus denses, notamment au niveau de certains croisements de voies (avec la rue du Jourdain et au niveau de la placette du Guignier54 près du nouveau marché couvert).

Fig. 6 – photographie aérienne de la place Gambetta. Une nouvelle centralité périphérique dans l’Est parisien. Source : préfecture de police de la ville de paris, 29/05/2001.

17Malgré ce succès relatif et tardif, la place Gambetta constitue l’un des ensembles urbains qui répondent le mieux à l’idée d’une centralité périphérique conçue par l’administration haussmannienne (fig. 6). Sa position centrale au cœur du 20e arrondissement, son rôle d’articulation de grandes voies de circulation et de désenclavement, ses dimensions modestes qui mettent l’édifice administratif en valeur, concourent à fabriquer de toutes pièces un centre capable de rassembler et d’articuler des entités hétérogènes ainsi que d’organiser le commerce comme les institutions publiques.

***

18Si l’ensemble des opérations prévues ne s’achève et ne se connecte – le second tronçon de l’avenue Gambetta rejoint l’avenue de la République en 1889 – qu’à l’aube du xxe siècle, il aura finalement fallu moins de quarante ans pour réformer en profondeur la carte parisienne. La République, pourvue d’une statue éponyme depuis 1883, est devenue le grand espace public de l’Est parisien reliant, par ses percées, les points les plus excentrés de la capitale et assurant, avec les places de la Bastille et de la Nation, une triangulation hautement symbolique du territoire. Quant à la place Gambetta, elle représente en réalité le seul exemple de centre artificiel périphérique créé sous le Second Empire doté d’une telle urbanité – la plupart des anciennes places de villages ayant été transformées en squares. Si les procédures et les délais d’interventions diffèrent suivant les lieux à transformer (dans l’ancien Paris, à l’emplacement du mur des Fermiers généraux ou dans la « petite banlieue » devenue parisienne), il y a sans conteste un avant et un après l’annexion. En 1853, la commission Siméon intègre l’extension et le devenir de la capitale dans une réflexion globale ; à l’approche de l’annexion et dans les années qui suivront, l’administration haussmannienne compose, par une démarche pragmatique et nécessairement ouverte face aux nombreux groupes de pression, non pas une ville unitaire rêvée depuis les années 1840 mais, à partir d’un réseau finement hiérarchisé d’espaces publics et d’équipements, un potentiel d’urbanité absolu et relatif, qui rend la capitale lisible à l’échelle globale comme à l’échelle locale.

Notes

1 Seule une gravure « Démolition des murs de l’ancien octroi de Paris », parue dans L’illustration, le 21 janvier 1860, accompagnée d’un texte court, rend compte de ce moment très symbolique. Voir Géraldine Rideau, « La disparition du mur murant », in Béatrice de Andia (dir.), Les enceintes de Paris, Paris, AAVP, 2001, p. 169-173.

2 Voir l’article de Nathalie Montel dans cet ouvrage.

3 Pour faciliter la lecture, nous donnons entre parenthèses les noms de l’actuelle voirie.

4 Voir Rosa Tamborrino, « Le plan d’Haussmann en 1864 », Genèses, 15, 1994, p. 130-141. Il s’agit du « plan-projet » attribué à G. Haussmann, en 1864 ; voir « Plan des percées réalisées entre 1848 et 1864. Situation au 1er nov. 1864. Opérations avec le concours de l’État », Archives Nationales F/21/908 Dr.1.
À noter à l’est, la percée du boulevard Voltaire entre Nation et République et la rocade nord-sud traversant les territoires annexés.

5 Le plan Morizet, retrouvé par ce dernier à Berlin en 1932, serait donc une des copies du plan colorié de Napoléon III donné en cadeau à Guillaume I de Prusse lors de l’Exposition universelle de 1867. Pierre Pinon le situe en réalité entre 1856 et 1859. Ce cadeau, qui n’est pas très à jour puisqu’il est vieux de près de dix ans lorsqu’il est offert à l’empereur de Prusse, était censé montrer ce qui relevait vraiment des intentions de Napoléon III et non des options prises ensuite par le préfet, options que l’empereur a pourtant toujours validées.

6 En août 1853, la commission des embellissements de Paris, présidée par le comte Siméon, est chargée par Napoléon III d’élaborer un programme de voies nouvelles à ouvrir dans Paris afin de désenclaver le centre, relier les gares entre elles et ouvrir des voies vers les barrières d’octroi. Ce programme est, à la fois, inspiré des projets des années 1840 et des visions de Napoléon III pour la transformation de Paris. Voir Pierre Casselle, La commission des embellissements de Paris, rapport à l’Empereur Napoléon III, Cahiers de la Rotonde, n° 23, Paris, Commission du Vieux Paris, 2000, 205 p.

7 Un plan de Paris compris dans la limite des douze arrondissements est joint au rapport final.

8 Trois voies (non réalisées) auraient dû rejoindre les différentes barrières d’octroi (au sud, Bercy, Charenton et Reuilly ; au nord, celles des Rats).

9 Conseil municipal de Paris, Extrait du procès-verbal de la séance d’installation du 14 novembre 1859, relatif à l’extension des limites de Paris.

10 Ibid., p. 7.

11 Sur les treize places existant déjà de part et d’autre de l’enceinte, dix font l’objet d’un projet d’agrandissement plus ou moins ambitieux, alors que trois disparaissent (les places de la barrière de Rochechouart, de Picpus et la place de l’Ourcq) englobées dans l’emprise du boulevard planté, une fois le mur tombé. Voir Géraldine Texier-Rideau, « À la place des barrières », in Géraldine Texier-Rideau, Michaël Darin (dir.), Places de Paris, xixe-xxe siècles, Paris, AAVP, 2003, p. 76-89.

12 Pierre Casselle, La commission des embellissements…, op. cit., p. 180.

13 Décret d’utilité publique du 29 août 1857.

14 Décret d’utilité publique du 5 mars 1866.

15 Voir Michaël Darin, « La place de l’Étoile », in Géraldine Texier-Rideau, Michaël Darin (dir.), Places de Paris…, op. cit., p. 46-49.

16 Baron Haussmann, Mémoires (1ère éd. 1890), Paris, Seuil, réédit. 2000, p. 838.

17 Pierre Casselle, La commission des embellissements…, op. cit., p. 179.

18 Ibid., p. 58.

19 Cette place, située à peu près sur l’actuelle place Léon-Blum, reçoit les futurs rue Faidherbe, avenues Parmentier et Ledru-Rollin et boulevard Voltaire.

20 Deux seulement seront, en fait, réalisées : la rue Réaumur, ouverte tardivement en 1893, mais surtout la rue de Turbigo, qui permet de relier facilement les Halles au marché du Temple, et dont le tracé sera prolongé jusqu’à la place de la République.

21 Florence Bourillon, « “Des relectures d’Haussmann” », Histoire urbaine, n° 5, 2002/1, p. 198.

22 Voir plan d’expropriation du boulevard du Prince-Eugène (Voltaire) à l’arrivée sur la place. BHVP, cartes et plans, Expropriation 106, 1857.

23 Pierre-Simon Girard (1765-1835) est ingénieur des Ponts et Chaussées, directeur des travaux du canal de l’Ourcq et des Eaux de Paris.

24 La caserne a été construite sur les plans d’un architecte non identifié, dont le nom varie suivant les sources (Degrove ou Legrom, elle est inaugurée en 1858.

25 La Revue Municipale, n° 179, 16 sept. 1855.

26 AD75, papiers Lazare, D1Z 73, boulevard Magenta.

27 Thomas Von Joest, « L’orphéon et la place du Château-d’Eau », Gabriel Davioud, architecte (1824-1881), Paris, DAAVP, 1981, p. 77.

28 Voir notre étude Géraldine Texier-Rideau, République, histoire d’une place, mairie de Paris, Direction de l’Urbanisme, 2009, 40 p.

29 Inaugurés pour l’Exposition universelle de 1867, ces magasins avaient anticipé une mutation sociologique du quartier qui n’aura pas lieu : ils feront très vite faillite.

30 Moniteur universel, 29 nov. 1863 ; AD75, papiers Lazare, DZ 101, place de la République.

31 L’élargissement de la rue du Temple, portée à 36 mètres à partir de sa rencontre avec la rue de Turbigo, confère à la place un front sud homogène et un vaste débouché sur la place, qui sera achevé en mai 1867.

32 Si un premier tracé est réalisé en 1860, ce n’est qu’en 1862 que sont envisagés des travaux de viabilité alors que démarre le chantier de la mairie. AD75, VO11 3980, Place Léon-Blum, « projet de mise en état de viabilité de la place du Prince-Eugène et de ses abords, y compris l’avenue Parmentier sur une longueur de 197 m ».

33 Voir Dominique Perrault, « L’espace municipal », in Géraldine Texier, Michaël Darin (dir.), Places de Paris, op. cit. p. 143-148.

34 Des 11e, 12e, 13e, 18e, 19e et 20e arrondissements.

35 Alphand y dessine un square triangulaire dont la planche figure dans Les Promenades de Paris.

36 L’ancienne église du xviie siècle, agrandie en 1818 par Étienne-Hippolyte Godde, est conservée sur le site jusqu’au 2 mars 1868, soit durant toute la durée du chantier de la nouvelle église.

37 Voir AD75, papiers Lazare, D1Z 22, Église Saint-Ambroise.

38 La première pierre est posée le 14 avril 1810. L’abattoir, conçu par Happe et Vauthier, est inscrit dans un parallélogramme de 215 m de face par 190 m de profondeur.

39 Au fur et à mesure de l’avancement des travaux du nouvel abattoir de La Villette, l’administration supprime les anciens et vend les terrains à des investisseurs privés.

40 Voir AD75, VO11 2575, square Parmentier. Par arrêté préfectoral du 15 décembre 1873, M. Perrichon, entrepreneur de travaux publics, s’est substitué à M. Villain et Cie.

41 Voir l’article de Christiane Demeulenaere-Douyère, dans cet ouvrage.

42 Le tracé envisagé par la commission Siméon est légèrement décalé par rapport au tracé adopté : il s’appuie sur des voies existantes et passe plus à l’est par la place des Fêtes.

43 L’absence de parvis permettant aux habitants de se rassembler les avait conduits à aménager, dans les années 1830, cette place pourvue d’une double rangée de marronniers. Après l’annexion (1862), cette place devenue parisienne est transformée en square.

44 Voir AD75, papiers Lazare, D1Z 61, Église Saint Jean-Baptiste de Belleville.

45 Après l’annexion, elle deviendra celle du 20e arrondissement jusqu’en 1877, date d’ouverture de la nouvelle mairie, place Gambetta.

46 La rue de Belleville marque la limite entre les deux parties : celle du nord se rattache à La Villette pour former le 19e arrondissement, alors que la partie sud est réunie à Charonne pour former le 20e arrondissement.

47 Voir La Revue municipale, les nos 327, 343, 349, 366, 375 et 396, publiés entre le 1er février 1860 et le 1er janvier 1862.

48 Voir Géraldine Texier-Rideau, « La place Gambetta », in Simon Texier (dir.), Voies publiques. Histoire et pratiques de l’espace public à Paris, Pavillon de l’Arsenal/Picard, Paris, 2006, p. 82-83.

49 Voir Agnès Sander, « La rue des Pyrénées : les limites de la planification », in Regards sur l’Haussmannisme, actes de séminaire réseau Formes urbaines, BRA, 1991, p. 67-92, issu de son travail de DEA soutenu à l’institut d’urbanisme de Paris, en juin 1990. Voir aussi Florence Bourillon, « La rue des Pyrénées : une voie nouvelle dans l’Est parisien », Bulletin de l’association d’histoire et d’archéologie du 20e arrondissement de Paris n° 23, 2002, p. 3-29, issu de son travail d’habilitation.

50 L’église (ainsi que deux écoles) envisagée depuis 1853, place de Ménilmontant, est construite seulement à partir de 1863 et terminée en 1869, par Louis-Antoine Héret. Il faudra attendre une dizaine d’années supplémentaires pour que soient réalisées les rues Sorbier et Martin-Nadaud reliant par un tracé tortueux, le nouveau centre Gambetta – via l’avenue éponyme –, à l’église.

51 La mairie est achevée en 1877. Par délibération du 29 avril 1887, est prévu son agrandissement par la construction d’une salle des fêtes, réalisé par l’architecte municipal, Moreau.

52 Voir Jean-Jacques Cocheton, « L’hôpital Tenon », Bulletin de l’association d’histoire et d’archéologie du 20e arrondissement, n° 24, 2002, 28 p. D’après l’auteur, des terrains sont achetés dès 1866, en vue de l’installation du futur hôpital prévu par décret d’utilité publique le 4 mars 1868 ; l’hôpital est ouvert en 1877.

53 Voir Florence Bourillon, « La rue des Pyrénées… », op. cit.

54 La place du Guignier n’est pas planifiée dans le décret de 1862, puisqu’elle relève d’un délaissé de la percée de la rue des Pyrénées, mais fera pourtant l’objet en 1868 d’un projet de régularisation.

Table des illustrations

Légende Fig. 1 – Formation de la place du Château-d’Eau et de l’emplacement réservé en vue de la construction d’une salle destinée aux réunions de l’orphéon. La future place de la République (280 m x 120 m), 1865 : des percées, des édifices publics, une fontaine, des squares. Source : AD75, Papiers Lazare, DIZ 101, p. 451, non daté, non signé.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/2402/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 175k
Légende Fig. 2 – photographie aérienne de la place de la République – la «  grand  » place de l’Est parisien. Source : préfecture de police de la ville de paris, 16 juillet 1967.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/2402/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 164k
Légende Fig. 3 – projet d’établissement d’un square dit de Parmentier sur l’emplacement de l’ancien abattoir Popincourt. Le long du futur boulevard voltaire, des espaces publics de proximité : parvis d’église, place de mairie, square. Source :AD75,VO11 2575, non daté, non signé.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/2402/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 135k
Légende Fig. 4 – Extrait du plan général de la zone de Paris comprise entre les deux enceintes, Onésime Théodose Lefèvre, 1854, feuille 3 (La chapelle, La Villette, Belleville, Charenton). Avant l’annexion, Belleville et ses «  pôles urbains  » : le long de la rue de Belleville autour de l’église et de la mairie et plus au nord, au niveau de la place des Fêtes. Source : BnF, Carte et plans, Ge AA 1170 (3).
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/2402/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 420k
Légende Fig.5 – Voies ouvertes dans les 19e et 20e arrondissements de paris en relation avec la rue des Pyrénées, de 1864 à 1889. La grande rocade est et ses ramifications. Au cœur, la future place Gambetta. pl. 5 hors texte, extrait de Agnès Sander, La rue des Pyrénées ou les limites de la planification, CEA architecture urbaine, école d’architecture de paris-Belleville, septembre1991.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/2402/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 501k
Légende Fig. 6 – photographie aérienne de la place Gambetta. Une nouvelle centralité périphérique dans l’Est parisien. Source : préfecture de police de la ville de paris, 29/05/2001.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/2402/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 375k

Auteur

Architecte et historienne

© Éditions de la Sorbonne, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540